Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Les voyageurs arméniens à Byzance. Et leur connaissance du grec

Robert W. Thomson

Texte intégral

1Avant de commencer je dois noter trois restrictions. D’abord, je me limiterai à la documentation du côté arménien. Quoique beaucoup d’Arméniens aient voyagé à Byzance pour une raison ou une autre, je laisse aux byzantinistes le problème des sources en grec. Deuxièmement, par « Byzance » j’entendrai surtout la capitale Constantinople, non pas tout le territoire byzantin. Et troisièmement, je ne pourrai pas faire mention singulatim de tous les Arméniens qui ont voyagé à Constantinople. Je voudrais plutôt prendre quelques visiteurs comme exemples, afin d’illustrer des thèmes plus larges.

2Notre colloque commence au VIe siècle. Mais pour montrer la situation arménienne sous son vrai jour, il faut retourner au Ve, c’est-à-dire tout de suite après l’invention de l’écriture arménienne aux environs de l’année 400 de notre ère. Car les rapports entre Byzance et l’Arménie changèrent radicalement une fois qu’il fut possible de traduire les textes grecs en arménien.

  • 1 R.W. Thomson, The Formation of the Armenian Literary Tradition, dans East of Byzantium. éd. N.G. G (...)

3Quoique les Arméniens n’aient pas pu traduire du grec en langue maternelle avant l’invention d’une écriture nationale, ils connaissaient le grec et s’exprimaient dans cette langue depuis plusieurs siècles. Du IVe siècle jusqu’aux conquêtes islamiques au VIIe, il y eut des Arméniens dans les grandes écoles d’Athènes, Antioche, Beyrouth, Alexandrie, et ailleurs dans le Proche Orient hellénisé. Le rhéteur Prohaeresius, par exemple, qui enseignait à Athènes, était originaire d’Arménie. Et plusieurs jeunes Arméniens étudiaient aux pieds de Libanius à Antioche1.

4Mais la conversion de l’Arménie au christianisme introduisit un nouveau problème. Il fallait des textes pour tous les besoins de la nouvelle Église – la liturgie, la Bible, etc. De ce point de vue, l’usage du syriaque était tout aussi important, surtout dans la partie orientale du pays qui était sous la domination sassanide. Avant l’invention de l’écriture arménienne, par conséquent, beaucoup d’Arméniens s’étaient familiarisés avec le grec. Et le clergé, dans la nouvelle Église, utilisait le grec et le syriaque pour ses besoins liturgiques.

  • 2 Moïse de Khorène, III 47 : « le texte était inintelligible pour l’assemblée parce qu'il n’y avait (...)

5L’écriture arménienne fut inventée par un moine qui s’appelait Mashtots ou Mesrop. Il avait reçu lui-même une bonne éducation grecque avant d’entrer dans la bureaucratie royale. Mais il abandonna une carrière dans laquelle il avait réussi assez jeune, afin de se consacrer à une vie ascétique et à la prédication de l’Evangile dans les régions qui n’étaient pas encore christianisées. Ce fut précisément pour renforcer l’influence de l’Église qu’il se mit à la recherche d’un alphabet pour sa langue maternelle. Car la majorité de la population ne connaissaient évidemment ni le grec ni le syriaque2. Une fois l’écriture arménienne élaborée, Mashtots, avec le concours du patriarche, envoya des jeunes gens – on dirait peut-être aujourd’hui, des séminaristes, – à l’étranger. Ils devaient d’abord apprendre le grec et le syriaque, et ensuite faire des traductions des livres essentiels. Ce sont donc les voyages de ces jeunes Arméniens à Constantinople, et ailleurs, qui constituent le point de départ de notre enquête.

6Leur maître, Mashtots, fut le premier à faire le voyage à Constantinople. Il avait laissé ses disciples à Melitène près de la frontière pour apprendre le grec. L’objet de ce voyage apparaissait comme une affaire assez délicate. L’Arménie était, en effet, divisée en deux zones. Depuis la fin du IVe siècle, la plus grande partie du pays était sous la domination sassanide ; c’était là que résidait le patriarche et que Mashtots poursuivait ses travaux missionnaires. Mais il voulait à présent obtenir la permission des autorités byzantines pour introduire la nouvelle écriture parmi les Arméniens du côté grec. Il faut signaler que c’est dans la zone orientale que se développa une littérature arménienne originale.

7Comme toujours, on a des difficultés en essayant de définir le territoire arménien. Quand on pense aux grandes figures de l’histoire arménienne, il faut se rappeler qu’il y avait beaucoup d’Arméniens qui ne résidaient pas du côté oriental. En tout cas, Mashtots lui-même connaissait bien le grec, mais nous n’avons pas de détails sur son séjour à Constantinople.

  • 3 Eznik de Kolb, De Deo, édition critique et traduction française par L. Maries et Ch. Mercier, Pari (...)
  • 4 La traduction la plus récente est celle de G. Winkler, Koriwns Biographie des Mesrop Mastoc’, Rome (...)

8Une dizaine d’années plus tard le premier des jeunes traducteurs arriva dans la capitale. Il s’appelait Eznik, et il est bien connu pour une des œuvres magistrales de la littérature arménienne – un traité sur le problème de l’origine du mal. Ce traité est souvent appelé « Contre les Sectes », parce qu’Eznik utilisait sa connaissance profonde de la philosophie grecque comme arrière-plan pour sa présentation de la doctrine chrétienne du libre arbitre3. Eznik connaissait aussi le syriaque car avant d’aller à Constantinople il avait été envoyé à Édesse en Mésopotamie – le centre de la culture chrétienne de langue syriaque. A Constantinople, plusieurs de ses collègues le rejoignirent, y compris Koriun. Plus tard, après la mort de Mashtots, Koriun écrivit une biographie du maître. C’est la première composition originale en arménien, et c’est principalement grâce à cette courte biographie que nous avons quelques détails sur Mashtots et ses disciples4.

  • 5 M. Tallon, Livre des lettres. Ier Groupe : Documents concernant les relations avec les grecs, dans(...)

9De Constantinople Eznik revint avec des manuscrits grecs, qui servirent de base pour une révision de la première traduction des Evangiles déjà faite à partir du syriaque. En plus, il rapportait une copie des canons des conciles de Nicée et d’Éphèse, avec une lettre du patriarche de Constantinople, le « Tome » de Proclus. Nous ne nous intéresserons pas ici aux conflits théologiques dont traitait le Tome de Proclus, ni aux réponses arméniennes5. Je voudrais simplement souligner que les copies grecques de la Bible et des canons furent reçues comme authentiques et faisant autorité. L’importance de Constantinople pour les Arméniens en ressort clairement.

  • 6 R.H. Hewsen The Geography of Ananias of Sirak, Wiesbaden 1992 (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vor (...)

10Malheureusement Koriun ne nous donne pas d’informations à propos de la route que prirent Eznik et ses compagnons de l’Arménie jusqu’à Constantinople. Nous avons très peu de documents géographiques arméniens, sauf une description du monde qui date du commencement du VIIe siècle. Il existe toutefois un Itinéraire de la même époque qui donne la route allant vers la capitale, en indiquant les distances entre les étapes6. On partait de Dvin pour Karin [Erzerum]. Après la frontière on passait par Coloneia, Néocaesarée, Amasya, Gangra, et Angora, avant d’arriver à Constantinople. Mais aucun écrivain arménien ne confirme – ou n’infirme – qu’il s’agissait de la route habituelle. Nous ignorons également les moyens d’existence dont disposaient ces voyageurs arméniens.

  • 7 J.-P. Mahé, Quadrivium et cursus d'études au VIIe siècle en Arménie et dans le monde byzantin d’ap (...)

11A partir du Ve siècle, le nombre de textes disponibles en arménien augmenta rapidement, à tel point qu’il n’était plus vraiment nécessaire de recourir aux textes grecs7. De plus en plus on citait les pères de l’Église, par exemple, en traduction arménienne. Mais jamais cet effort de fournir en langue maternelle les richesses des traditions grecques chrétienne et païenne ne cessa. Les Arméniens continuaient à traduire, non seulement du grec mais aussi du syriaque, et plus tard du géorgien, de l’arabe, du persan, du latin, etc.

12La plupart des savants ou des jeunes érudits qui voyageaient à Constantinople à la recherche de textes étaient des ecclésiastiques. Il n’y avait pas en Arménie d’écoles séculières, quoiqu’on trouvât de temps en temps des laïcs qui s’intéressaient à la vie savante. Nous en verrons plus tard un exemple fameux. Mais d’autres Arméniens voyagèrent à Constantinople pour des raisons différentes – les voyageurs officiels engagés dans des affaires d’Etat (y compris les agents du patriarche), et les Arméniens exilés pour une raison ou une autre.

  • 8 S.P. Brock, A Medieval Armenian Pilgrim’s Description of Constantinople, dans Revue des études arm (...)
  • 9 N.G. Garsoïan, The Early-Mediaeval Armenian City : An Alien Element ?, dans Ancient Studies in Mem (...)

13Malheureusement il n’existe pas de guides touristiques arméniens pour la période qui nous intéresse. La première description de Constantinople faite par un Arménien date du XIIIe siècle8. On ne trouve pas non plus de négociants arméniens à Constantinople à cette époque. Aujourd’hui on suppose que les Arméniens s’occupent d’affaires commerciales. Mais il faut se rappeler que la dispersion arménienne est un phénomène plus récent. La vie traditionnelle se fondait sur les grandes familles demeurant dans leurs propriétés. La vie commerciale dans les villes était assurée pour l’essentiel par des étrangers, une tradition qui date de l’époque hellénistique9.

  • 10 Lazar De P’arp, ch. 3, trad. R.W. Thomson, The History of Lazar P’arpec’i, Atlanta, Georgia, 1991 (...)
  • 11 Moïse de Khorène, I 2, trad. Mahé [n. 2], p. 105.

14Des Arméniens allèrent assez souvent à Constantinople pour demander du secours militaire contre les Perses, ou plus tard contre les Arabes. En 450, par exemple, une ambassade fut envoyée à l’empereur Théodose II pour obtenir de l’aide au moment du soulèvement bien connu dirigé par Vardan Mamikonean. Mais l’empereur ne voulut pas s’en mêler. Cette ambassade est décrite par deux historiens, Elishe et Lazar. Aucun des deux ne dit quoi que se soit à propos de la connaissance du grec des délégués. Sans doute allait-il de soi qu’ils parlaient grec. Lazar, en tout cas, était bon helléniste. Il avait étudié en territoire byzantin et s’était familiarisé avec les écrits les plus importants de la théologie grecque. Mais son enthousiasme pour la culture grecque lui était monté à la tête. Quand il fait allusion aux Syriens, il s’exprime d’une manière très dédaigneuse, étant hellénophile à outrance. Il décrit la ville capitale comme « une source d’où coulent des torrents de sagesse en abondance. Et de toute part viennent les plus grands savants afin d’y briller »10 Moïse de Khorène décrivait semblablement Constantinople comme « la mère et la nourrice de la sagesse »11.

  • 12 G. Gabitte, La Narratio de Rebus Armeniae, Louvain 1952 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientali (...)
  • 13 Sébéos, Histoire, ed. G.V. Abgaryan, Erevan 1979, p. 167-168 ; Histoire d’Héraclius, trad. P. Macl (...)

15En 572 les Arméniens se soulevèrent une fois encore contre les Perses sous la direction d’un autre Vardan Mamikonean. Mais leurs chefs furent obligés de fuir avec le patriarche, et se réfugièrent à Constantinople. A la fin du VIe siècle cependant, les rapports entre les Arméniens et les Byzantins n’étaient plus cordiaux, car, à partir du deuxième concile de Dvin en 555, l’Église arménienne avait rejeté la formule de Chalcédoine et n'avait plus accepté les Grecs à la communion. Nous ne savons pas si le patriarche, Jean II, pouvait réfuter en grec les arguments des autorités byzantines. En tout cas, il se soumit12. Un autre patriarche pourtant, Nerses III, qui vécut au VIIe siècle, parlait le grec couramment. L’empereur Constant II, venu en Arménie en 653, discuta avec lui de ces problèmes théologiques, et l’historien Sébéos souligne que Nerses et d’autres évêques arméniens connaissaient le grec13.

  • 14 H. Berberian, Autobiographie d'Anania Sirakac'i, dans Revue des études arméniennes, 1 (1964), p. 1 (...)

16Lorsqu’Antioche et Alexandrie ne furent plus accessibles à cause des conquêtes arabes, Constantinople devint naturellement plus importante encore pour les Arméniens comme centre d’érudition grecque. Tl est donc typique qu’un Arménien qui voulait étudier les mathématiques ait cherché à s’y rendre. Je pense à Anania de Shirak, le plus grand savant de son époque en Arménie. L’insolite réside d’abord dans le fait qu’il voulait étudier les sciences séculières. Car il est le seul qui ait essayé de créer un exposé d’ensemble sur les mathématiques, l’astronomie et la chronologie. Par ailleurs, il nous a laissé une courte autobiographie, ce qui est rare en arménien14.

17Il nous dit que, quoiqu’il connût à fond et les écritures et la littérature arménienne, ayant aussi lu « beaucoup de livres qui ne sont pas encore traduits dans notre langue », il ne pouvait pas trouver en Arménie un précepteur pour les mathématiques. Il se dirigea donc vers le territoire byzantin, s’arrêtant d’abord à Théodosiopolis [Erzerum] et puis en quatrième Arménie au sud. N’ayant pas encore trouvé un maître, il se proposait d’aller jusqu’à Constantinople quand il entendit parler d'un érudit à Trébizonde qui s’appelait Tychikos. En fait, il rencontra à ce moment-là un des diacres du patriarche de Constantinople qui était en route pour Trébizonde avec plusieurs jeunes gens. Ce fut chez Tychikos qu’Anania reçut enfin l’enseignement qu’il désirait.

  • 15 Asolik [Étienne De Taron], Histoire Universelle, trad. F. Macler, Paris 1920, p. 121 ; Sébéos, tra (...)

18On peut noter deux points. D’abord Anania estimait tout à fait naturel d'aller à Constantinople pour ses études. Mais plus intéressant est le fait que Tychikos, quoiqu’il fût grec, connaissait l’arménien. Plus jeune il avait fait son service militaire dans l’armée impériale en Arménie et avait appris la langue. Il est difficile de savoir combien de Grecs parlaient l’arménien. Les envoyés de la cour étaient généralement des Arméniens faisant carrière dans la bureaucratie byzantine. De temps en temps on mentionne leur origine. Le David, par exemple, qui porta une lettre de Constantin IV [668-685] au patriarche arménien, était originaire de Bagrewand en Arménie centrale et était parti pour Constantinople afin d’étudier la philosophie. Mais les historiens arméniens ne disent pas si au moment de sa mission il étudiait dans la capitale, ou s’il demeurait là en permanence15.

  • 16 G. Garitte, Narratio [n. 12], p. 400. Pour styloi voir p. 210.

19S’il y avait des Byzantins qui parlaient l’arménien, il existait aussi des traductions de l’arménien en grec. Ces traductions sont anonymes. Il est donc difficile de savoir si les traducteurs étaient des Arméniens ou des Grecs. On trouve parfois des interprétations curieuses. Gérard Garitte, par exemple, a noté que le traducteur du texte pro-chalcédonien, la Narratio de Rebus Armeniae, traduit le nom de la province « Siwnik’ » par le grec styloice qui est une faute, car en Arménien c’est siwn, et non pas siwni, qui veut dire « colonne ». Mais on peut se demander s’il s’agit d’une faute due à l’ignorance, ou plutôt d’un essai d’interprétation. En tout cas, comme M. Garitte l’a bien dit : « Il y avait certes dans l’empire grec plus d’Arméniens hellénisants que de Byzantins arménisés »16. Mais comme il n’y a pas de rapport direct avec Constantinople, je laisse cette question de côté.

  • 17 Moïse de Khorène, III 62. Voir les notes dans les traductions de Mahé [n. 2], p. 413-414, et R.W. (...)

20Une fois que les études à Constantinople furent devenues chose courante, nous rencontrons le problème d’un topos, celui du voyage imaginaire. Mon premier exemple est le plus notoire. De tous les personnages de l’antiquité arménienne nul n’a suscité autant de polémique que Moïse de Khorène. Je ne veux pas ajouter ici au débat. Ce qui nous intéresse c’est que Moïse se fit passer pour un disciple de Mashtots, et qu’il décrivit un long voyage jusqu’en Egypte. Sa description d’Alexandrie se fonde sur des passages des versions arméniennes de Pseudo-Callisthène et de Philon. Et le rapport de sa visite à Rome, Athènes, et Constantinople, contient des parallèles avec l’autobiographie d’Anania de Shirak. La véracité de ce récit soulève donc des doutes17. Mais il a été accepté par les historiens médiévaux, qui introduisirent dans le cercle des disciples de Mashtots beaucoup d’auteurs bien connus – non seulement l’historien Moïse, mais aussi l’historien Elishe, et surtout le philosophe « invincible », David.

  • 18 David The Invincible Philosopher, Definitions and Divisions of Philosophy, trad. B. Kendall and R. (...)

21Un David est certes attesté à Alexandrie au VIe siècle ; élève d’Olympiodore, ses écrits furent traduits en arménien. Pour les Arméniens, ce David était lui-même Arménien – ce qui n’est pas impossible ; on pense à Prohaeresius, par exemple. Mais, dans la tradition arménienne, David le philosophe vécut au Ve siècle ; et encore plus incroyable, il enseigna la philosophie à Athènes avec Moïse. En rentrant en Arménie, tous deux passèrent par Constantinople exactement au moment du concile de Chalcédoine, où ils vainquirent les Grecs dans les débats. On peut facilement sourire de ces fantaisies. Mais il y a un fond de réalité dans la possibilité qu’un Arménien ait pu débattre avec ses adversaires en langue grecque18.

  • 19 Stepannos Orbelian, Histoire de la Siounie, trad. M. Brosset, St.-Pétersbourg 1864, p. 82.
  • 20 W. Seibt, Kinarios – ein ‘neuer’ Würdenträger an Hof des Byzantinischen Kaisers, dans Handes Amsor (...)
  • 21 R.W. Thomson, The Armenian Version of the Works attributed to Dionysius the Areopagite, Louvain 19 (...)

22Il y a plus de fondement dans le voyage d’un jeune Arménien à Constantinople au VIIIe siècle. Etienne [Step’anos] était originaire de la province de Siwnik’ [mais non pas un « stylite »], où plus tard il devint archevêque. Il se rendit à Constantinople pour étudier le grec et traduire des textes grecs qui n’étaient pas encore accessibles en arménien. L’historien Etienne Orbelean, lui-même évêque métropolitain de Siwnik’ beaucoup plus tard, dit que Step’anos lisait dans la bibliothèque de Sainte-Sophie19. Mais on ne connaît pas ses moyens d’existence. Le plus intéressant est qu’il avait un ami à la cour, un certain David qui avait le rang de Coenarius, dont il existe des sceaux20. Aidé par David, Step’anos traduisit le corpus du Pseudo-Denys et quelques écrits de Grégoire de Nysse et de Nemesius21.

23La collaboration d’un Arménien de l’Eglise grégorienne et d’un Arménien de la bureaucratie byzantine, et donc un chalcédonien, n’est pas du tout typique. Il y eut beaucoup d’Arméniens qui allèrent chercher fortune à Byzance, mais ils devaient faire partie de l’Église impériale. D’habitude les historiens Arméniens ne font pas mention de ces apostats. La collaboration de David et de Step’anos dans un projet d’intérêt purement arménien est donc un événement qui fait exception.

  • 22 A.S. Mat'évosyan, Colophons de manuscrits arméniens du 5e au 12e siècle [en arménien], Erevan 1988 (...)
  • 23 G. Garitte, Narratio [n. 12], p. 198-201.

24On trouve dans les sources arméniennes très peu d’informations sur les Arméniens qui habitaient Constantinople. De temps en temps, les colophons des manuscrits font mention d’un Arménien qui copiait ou traduisait un texte dans la capitale. Au Xe siècle, par exemple, un certain Josèphe aurait traduit le Synaxarion ; il aurait été élevé à Constantinople, où il avait appris l’arménien. Mais le colophon ne précise pas s’il était grec ou arménien d’origine22. Il existait à Constantinople une colonie assez importante, puisqu’on fait souvent état d’une tradition selon laquelle la porte ouest de Sainte Sophie est la « porte des Arméniens ». L’empereur Justinien aurait permis aux Arméniens de payer les frais de sa construction23.

  • 24 Ch. Renoux, Langue et littérature arméniennes, dans Christianismes orientaux, éd. M. Albert et al. (...)

25Mais retournons à Step’anos de Siwnik’, car sa façon de traduire nous ramène à la question de la connaissance du grec. Les versions faites par les premiers traducteurs, les disciples de Mashtots, démontrent une profonde connaissance des finesses de la langue grecque. On traduisait le sens de l’original dans un style raffiné. C’est donc à juste titre qu’on a appelé la version arménienne de la Bible « la reine » des versions. Mais, plus tard, les traducteurs devinrent plus inquiets ; ils se faisaient du souci à propos de la fidélité de leur traductions, surtout pour les livres techniques. C’est-à-dire qu’en traduisant les manuels grecs de grammaire, de rhétorique, de philosophie, etc., les Arméniens ne se contentaient pas d’élaborer un vocabulaire technique fondé sur le grec, mais ils suivaient de plus en plus soigneusement l’ordre des mots, même s’ils faussaient le génie propre de la langue arménienne. On appelle ce nouveau style « l’école hellénophile » ou « hellénistique »24. On observera toutefois que ce n’est pas une école avec un maître connu, mais plutôt une tendance à prendre les choses au pied de la lettre, syllabe par syllabe, au lieu de viser au sens général. Step’anos traduisit ses textes grecs de cette façon. Cela ne signifie cependant pas qu’il ne connaissait pas bien le grec. Il n’emploie pas toujours le même mot arménien pour un mot grec donné, mais choisit avec soin. Ce n’est pas sa connaissance du grec qui fait défaut, même si son intention de traduire avec trop d’exactitude rend son travail à peine compréhensible.

  • 25 Moïse Daskhurantsi, III 17-18. The History of the Caucasian Albanians by Moυses Dasxuranc’i, trad. (...)

26Après sa mort, des historiens plus tardifs reconstituèrent son voyage. Comme Moïse de Khorène, on disait qu’il avait visité Rome en Italie, d’où il aurait rapporté trois livres de théologie – non pas d’auteurs latins, mais de Cyrille d’Alexandrie, d’Athanase et d’Éphrem le Syrien. Le plus curieux, c’est que Moïse Daskhurantsi au Xe siècle ajoute un résumé de l’Iliade d’Homère et de l’Énéide de Virgile, qu’il prétend avoir trouvé parmi les livres de Step’anos25. Cette description de l'origine de la ville de Rome est tout à fait tronquée ; c’est un salmigondis extraordinaire dont j’ignore l’origine. Il démontre que les Arméniens ne s’intéressaient pas à la littérature ancienne de la Grèce classique. Ils traduisaient les auteurs chrétiens et les livres qui circulaient dans les écoles grecques des IVe et Ve siècles de notre ère. On ne trouve pas en arménien classique de traductions d’Homère, d’Euripide, de Virgile ou de Tite-Live. Même au temps de Step’anos de Siwnik’, les Arméniens ne cherchaient pas à traduire les auteurs byzantins – Procope, par exemple, qui a beaucoup de choses à raconter concernant l’Arménie. On regardait Constantinople comme un dépôt de sciences chrétiennes traditionnelles, non pas comme une source du savoir contemporain. Il n’y a qu’une exception remarquable, pour laquelle il faut jeter un coup d’œil sur la fin de notre période, le XIe siècle.

  • 26 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne 1963.
  • 27 V. Langlois, Mémoire sur la vie et les écrits du prince Grégoire Magistros, dans Journal asiatique (...)

27A cette époque, avant le désastre de Manazkert, l’empire byzantin s’était approprié la plupart des petits royaumes de l’Arménie médiévale. Parmi les fonctionnaires byzantins se trouvaient, comme auparavant, beaucoup d’Arméniens26, y compris un savant distingué, Grégoire Magistros, le dux de Mésopotamie. Il avait traduit plusieurs textes grecs, parmi lesquelles on peut noter quelques dialogues de Platon et des œuvres du géomètre Euclide. Mais tout à fait unique est sa collection de lettres personnelles, écrites dans un style byzantin – c’est-à-dire, artificiel, plein de figures de rhétorique et d’allusions à la littérature classique païenne27. Grégoire est un écrivain byzantin de langue arménienne, qui n’eut pas de successeurs. Mais il fut accepté par ses compatriotes, ce qui est assez rare pour un chalcédonien, et son fils devint Catholicos.

  • 28 Mathieu d’Édesse, Chronique, trad. E. Dulaurier, Paris 1858, p. 177.

28Mais Vahram, qui prit le nom de Vkayaser, « ami des martyrs, » à cause de son intérêt pour l’hagiographie, était le fils de son père. Il se démit de son trône pour se vouer à la traduction de textes qui n’étaient pas encore accessibles en arménien. Il fut donc le dignitaire le plus élevé à faire le voyage de Constantinople pour rechercher la sagesse chrétienne28.

  • 29 Mathieu d’Édesse, p. 39.
  • 30 Mathieu d’Édesse, p. 134-151.

29Même les rois arméniens pouvaient défendre leurs traditions en langue grecque, selon l’historien Matthieu d’Édesse. Ce dernier signale plusieurs débats entre Arméniens et Grecs, dont deux sont assez curieux. D’une part, en 1006, le désaccord sur la date de Pâques suscita de violentes émeutes à Jérusalem. On discuta de ce problème de chronologie à Constantinople. Malheureusement aucun n’arriva à convaincre son adversaire. On appela de Chypre Moïse, un savant juif versé dans les arcanes du calendrier. Au grand dépit des Grecs, il donna raison aux Arméniens29. D’autre part, le roi exilé de Kars, Gagik, fut obligé de prendre la parole quand un de ses évêques, Jacques de Sanahin, faillit accepter les arguments des Grecs30. Dans tous ces débats, réels ou imaginaires, on présumait que les Arméniens parlaient couramment le grec.

  • 31 Khosrov Andzevatsi, Commentary on the Divine Liturgy, trad. S.P. Cowe, New York 1991, p. 10-13. Ce (...)

30Pour conclure. Il est peut-être surprenant que les sources arméniennes nous donnent si peu d’informations à propos des voyageurs arméniens à Byzance. Leurs historiens s’intéressèrent à la politique byzantine et décrivirent assez souvent les affaires de Constantinople, mais sans parler des Arméniens qui s’y trouvaient. La plupart de ceux-ci étaient évidemment des chalcédoniens, et ne faisaient donc pas partie de l’Eglise arménienne grégorienne. On pourrait faire un liste des voyageurs connus, dont j’ai donné quelques exemples. Mais pour la période qui nous concerne nous n’avons de description, ni de leur routes, ni de leurs moyens de subsistance, ni de leurs impressions sur la capitale. Une bonne connaissance du grec était chose commune, et allait donc de soi. On se méfiait pourtant toutefois des tendances trop grécophiles. Au Xe siècle, par exemple, le Catholicos Anania anathématisa l’évêque Khosrov ; entre autres défauts, il prononçait les mots grecs en arménien [Kiriake, etc.] à la grecque31. Quoiqu’on ait beaucoup exagéré la capacité des champions arméniens à réfuter leurs adversaires, le processus continu de traduction de nouveaux textes démontre et la dette évidente des Arméniens envers les Grecs, et leur esprit ouvert à des idées nouvelles.

Notes

1 R.W. Thomson, The Formation of the Armenian Literary Tradition, dans East of Byzantium. éd. N.G. Garsoïan, T.F. Mathews, R.W. Thomson, Washington, D.C., 1982.

2 Moïse de Khorène, III 47 : « le texte était inintelligible pour l’assemblée parce qu'il n’y avait pas de traducteur. » Histoire de l’Arménie, trad. A. et J.-P. Mahé, Paris 1993, p. 292.

3 Eznik de Kolb, De Deo, édition critique et traduction française par L. Maries et Ch. Mercier, Paris 1959 (Patrologia Orientalis, XXVIII 3, 4).

4 La traduction la plus récente est celle de G. Winkler, Koriwns Biographie des Mesrop Mastoc’, Rome 1994 (Orientalia Christiana Analecta, 245), avec bibliographie complète.

5 M. Tallon, Livre des lettres. Ier Groupe : Documents concernant les relations avec les grecs, dans Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 32 (1955), p. 3-146.

6 R.H. Hewsen The Geography of Ananias of Sirak, Wiesbaden 1992 (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients. Reihe B, 77), p. 320-321.

7 J.-P. Mahé, Quadrivium et cursus d'études au VIIe siècle en Arménie et dans le monde byzantin d’après le « K’nnikon » d'Anania Shirakatsi, dans Travaux et Mémoires, 10 (1987), p. 159-206.

8 S.P. Brock, A Medieval Armenian Pilgrim’s Description of Constantinople, dans Revue des études arméniennes, 4 (1967), p. 81-102. Il existe un glossaire latinarménien qui date du commencement du Xe siècle, mais ce n’est pas un « manuel de conversation » : J.J.S. Weitenberg, Armenian Dialects and the Latin-Armenian Glossary of Autun, dans Medieval Armenian Culture, ed. T.J. Samuelian et M.E. Stone, Chico, California, 1984 (University of Pennsylvania Armenian Texts and Studies, 6), p. 13-28. Les glossaires médicaux ne sont non plus des vocabulaires pour touristes : J.A.C. Greppin, Bark’Galianosi. The Greek-Armenian Dictionary to Galen, Delmar, New York 1985.

9 N.G. Garsoïan, The Early-Mediaeval Armenian City : An Alien Element ?, dans Ancient Studies in Memory of Elias Bickerman, New York 1985-1985 (The Journal of the Ancient Near Eastern Society, 16-17), p. 67-83.

10 Lazar De P’arp, ch. 3, trad. R.W. Thomson, The History of Lazar P’arpec’i, Atlanta, Georgia, 1991 (Columbia University, Suren D. Feshjian Academic Publications, 4), p. 37.

11 Moïse de Khorène, I 2, trad. Mahé [n. 2], p. 105.

12 G. Gabitte, La Narratio de Rebus Armeniae, Louvain 1952 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Subsidia, 4), p. 190-197.

13 Sébéos, Histoire, ed. G.V. Abgaryan, Erevan 1979, p. 167-168 ; Histoire d’Héraclius, trad. P. Macler, Paris 1904, p. 136-138.

14 H. Berberian, Autobiographie d'Anania Sirakac'i, dans Revue des études arméniennes, 1 (1964), p. 189-194.

15 Asolik [Étienne De Taron], Histoire Universelle, trad. F. Macler, Paris 1920, p. 121 ; Sébéos, trad. F. Macler [n. 13], p. 112.

16 G. Garitte, Narratio [n. 12], p. 400. Pour styloi voir p. 210.

17 Moïse de Khorène, III 62. Voir les notes dans les traductions de Mahé [n. 2], p. 413-414, et R.W. Thomson, Moses Khorenats’i. History of the Armenians, Cambridge, Masachusetts, 1978 (Harvard Armenian Texts and Studies, 4), p. 337-339.

18 David The Invincible Philosopher, Definitions and Divisions of Philosophy, trad. B. Kendall and R.W. Thomson, Chico., California, 1983 (University of Pennsylvania Armenian Texts and Studies, 5), p. XI-XXI, et pour une liste des traductions arméniennes de ses œuvres grecques, p. 185-186.

19 Stepannos Orbelian, Histoire de la Siounie, trad. M. Brosset, St.-Pétersbourg 1864, p. 82.

20 W. Seibt, Kinarios – ein ‘neuer’ Würdenträger an Hof des Byzantinischen Kaisers, dans Handes Amsorya, 88 (1974), p. 369-380.

21 R.W. Thomson, The Armenian Version of the Works attributed to Dionysius the Areopagite, Louvain 1987 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Scriptores Armeniaci, 17), p. VII-XV.

22 A.S. Mat'évosyan, Colophons de manuscrits arméniens du 5e au 12e siècle [en arménien], Erevan 1988, p. 72-73 ; le colophon date de 991, dans un manuscrit qui date de 1302.

23 G. Garitte, Narratio [n. 12], p. 198-201.

24 Ch. Renoux, Langue et littérature arméniennes, dans Christianismes orientaux, éd. M. Albert et al., Paris 1993, p. 109-166 (p. 142-144).

25 Moïse Daskhurantsi, III 17-18. The History of the Caucasian Albanians by Moυses Dasxuranc’i, trad. C.J.F. Dowsett, London 1961 (London Oriental Series, 8), p. 210-212.

26 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne 1963.

27 V. Langlois, Mémoire sur la vie et les écrits du prince Grégoire Magistros, dans Journal asiatique, 6e série, 13 (1869), p. 5-64 ; M. Leroy, Grégoire Magistros et les traductions arméniens d’auteurs grecs, dans Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire orientales et slaves, 3 (1935), p. 263-294.

28 Mathieu d’Édesse, Chronique, trad. E. Dulaurier, Paris 1858, p. 177.

29 Mathieu d’Édesse, p. 39.

30 Mathieu d’Édesse, p. 134-151.

31 Khosrov Andzevatsi, Commentary on the Divine Liturgy, trad. S.P. Cowe, New York 1991, p. 10-13. Ce Khosrov était le père du poète Grégoire de Narek, qui fut lui-même accusé de tendances pro-chalcédoniennes.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540