Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Quelques remarques sur les routes à grande circulation dans l’Empire byzantin du VIe au XIe siècle

Michel Kaplan

Texte intégral

  • 1 Sur le syncelle, cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséances byzantine des IXe et Xe siècles, Par (...)
  • 2 The correspondence of Leo, metropolitan of Synada and syncellus. Greek text, translation and comme (...)

1Le dimanche de Pâques 12 avril 996, la consécration de Sissinios met fin à plus de quatre ans de vacance du trône patriarcal qui a suivi la mort de Nicolas II Chrysobergès. Le choix effectué par Basile II, et qui va s’avérer relativement malheureux, a donc été mûrement réfléchi ; comme d’habitude, il est le résultat de négociations avec le synode permanent, dont les personnages les plus importants étaient les métropolites. Parmi ceux-ci, le titulaire du siège antique et glorieux, mais depuis longtemps entré en décadence, de Synada en Phrygie, Léon, syncelle1 ; or celui-ci n’a pu participer au synode et se plaint amèrement de cette exclusion auprès de l’empereur2.

  • 3 Il s’agit de la route transanatolienne, qui gagne le Taurus par Ikonion.
  • 4 La lettre no 53 du recueil cité supra n. 2, p. 80-84, est adressée aux évêques du synode ; Léon at (...)

2Dans sa lettre à celui-ci, Léon nous décrit son ardeur à prendre la route qui le mène de sa métropole perdue sur les hautes terres de Phrygie à la capitale pour se rendre au synode ; il rêve qu’on lui confie différents discours à faire pour l’intronisation du nouveau patriarche. Voilà les sentiments qui le pressaient sur l’itinéraire, qui, depuis Synada, le conduisait par Dorylée et Nicée, jusqu’à Pylai3. Pour éviter le détour par le fond du golfe de Nicomédie, les voyageurs de l’époque byzantine, comme ceux d’aujourd’hui, embarquaient dans ce port. C’est ce que tente de faire Léon, mais il ne trouve pas de place sur les bateaux en partance pour Constantinople. On n’en sait pas davantage, car Léon se plaint qu’il n’ait pas pu assister au synode, sans nous préciser s’il est reparti vers sa métropole de dépit ou si, retardé par ce contre-temps, il est simplement arrivé après la bataille4.

  • 5 Ibid,., p. 86. A tous ces produits, l’on ajoutera le blé, produit en Bithynie ; cf. Théodore Daphn (...)
  • 6 Ibid., no 51, p. 78.

3L’appréciation qu’il porte sur Pylai est très défavorable : « un endroit (χωρίον) misérable, à l’écart de tout, pour ne pas dire minuscule, dépourvu des nécessités élémentaires, n’ayant pas la moindre chose qui puisse attirer les gens policés ; ses habitants apportent un soin indescriptible à recevoir les porcs et les ânes, les bœufs, les chevaux et les moutons et à faire traverser ces créatures vers la ville impériale. Quant aux humains, ils les retiennent et refusent de les embarquer comme choses abominables, impures et souillées, maudites et outrageantes »5. Cet incident est essentiel dans la carrière de Léon, mais ce n’est pas le seul : Pylai apparaît une seconde fois, avec la même fonction, dans la correspondance du métropolite ; il déclare ne plus vouloir se rendre dans la capitale, car les sages de cette ville – en l’occurrence Nicétas, frère de son collègue le métropolite d’Athènes – l’ont intercepté sur son chemin vers Constantinople dans ce port6.

4Pylai apparaît donc comme la plaque tournante et le point de confluence de plusieurs itinéraires convergeant sur la capitale ; le De Coerimoniis, qui en fait le point d’arrivée de l’empereur quittant Constantinople pour l’Asie Mineure, confirme au plus haut niveau de l’Empire, ce rôle éminent, que ce port partage sans doute avec un certain nombre d'autres.

  • 7 On pourra désormais consulter l’étude des itinéraires commerciaux dans la thèse de M. Gérolymatou,(...)

5Le réseau des communications dans l’Empire byzantin est naturellement centré sur Constantinople ; les itinéraires qui en partent ou y aboutissent sont donc les plus fréquentés. Toutefois, une étude complète des itinéraires empruntés régulièrement par de nombreux voyageurs, ce que nous appelons les routes à grande circulation7, ne saurait s’inscrire dans le cadre limité que nous nous sommes fixé ici et nous nous bornerons à quelques exemples à nos yeux significatifs, sur la principale route transanatolienne, autour de la Propontide et en direction de Thessalonique et de la Grèce, ou encore d’Éphèse. Dans ce cadre, il ne saurait être question de séparer routes terrestres et maritimes.

  • 8 Sur cet exil de Théodore, cf. en dernier lieu J.-Cl. Cheynet, B. Flüsin, DU monastère ta Kathara à (...)

6En effet, les Byzantins n’hésitent pas à passer de l’une à l’autre suivant les facilités que les moyens de transport et le degré de sécurité leur offre. Plusieurs facteurs interviennent, en dehors du hasard, dans le choix qu’opèrent les voyageurs, quand il s’en offre à eux. On en prendra un exemple dans l’itinéraire que suit Théodore Stoudite sur le chemin qui le mène du monastère de ta Kathara en Bithynie, au sud du golfe de Nicomédie, à Thessalonique, où Constantin VI le fait exiler8. Le voyage occupe plus de cinq semaines, du 16 février au 25 mars 797, dont il faut retrancher trois jours d’attente à Lampsaque, huit jours à Abydos et une semaine à Éléountès. Nous sommes à la mauvaise saison, ce qui explique les choix d’itinéraire opérés par l’escorte qui contraint Théodore. Au lieu d’embarquer à Pylai, tout proche de Kathara, les voyageurs passent par terre jusqu’à Lampsaque ; ils ne dépassent pas alors les 25-30 km par jour. En revanche, ils embarquent à Lampsaque, et, une fois sortis des Dardanelles, ils mettent neuf heures pour les 80 à 90 km qui séparent l’entrée du détroit de Lèmnos, puis douze heures pour les 150 à 180 km de Lèmnos à Kassandra, sans doute grâce aux vents favorables de nord-est qui sont les plus fréquents à cette époque et qui soufflent effectivement « avec impétuosité ». Bref, une journée de navigation suffit là où il faut une semaine de marche.

7Ainsi donc, la voie maritime est plus rapide et plus confortable, mais la navigation au long cours reste inconnue des Byzantins ; cette navigation directe vers et depuis Lèmnos est déjà une aventure. De plus, il faut être assuré des ports de relâche. D’un autre côté, la route terrestre est une tradition romaine que le drôme byzantin maintient vaille que vaille ; mais les déplacements y sont longs et la protection pas toujours assurée.

  • 9 Sur Théodore de Sykéôn, voir en dernier lieu S. Mitchell, Anatolia, Land, Men and Gods in Asia Min (...)
  • 10 Vie de Théodore de Sykéôn, c. 3, éd. A.-J. FESTUGIÈRE, Vie de Théodore de Sykéôn, t. 1 : texte gre (...)
  • 11 Ibid., même c. et même p.
  • 12 Ibid., c. 54, p. 46-47.
  • 13 Ibid., c. 120, p. 94-95 ; c. 148, p. 117.
  • 14 Ibid., c. 142, p. 111.
  • 15 Ibid., c. 153, p. 123.
  • 16 Ibid., c. 154, p. 123-124 ; c. 166, p. 153.

8L’un des héros de l’hagiographie byzantine au tournant du VIe et du VIe siècle, Théodore de Sykéôn9, doit la plus grande partie de sa carrière à la position de son village de naissance : « au milieu de ce village passe la route publique du drôme impérial (ἡ δημοσία στράτα τοῦ βασιλικοῦ δρóμου) »10 Il s’agit de la grande route d’Orient, celle qui conduit à Ancyre, la métropole dont dépend Sykéôn. Ancyre est une plaque tournante essentielle à cette époque ; là divergent les principales artères : par Tyane et Tarse, vers Antioche de Syrie, puis Jérusalem (la « route des pèlerins ») ; par Césarée, vers Arabissos et Germanicée, on rejoint également Antioche ; par Sébastée et Mélitène, on parvient en haute Mésopotamie, lieu essentiel de l’affrontement avec les Perses avant 610. La liaison Ancyre-Constantinople, qui franchit le Sibéris à Sykéôn par un pont qu’a fait (re)construire Justinien, est donc le type même du grand itinéraire. La Vie mentionne le passage d’un nombre élevé d’officiels : Cosmas, père du saint, qui transporte les messages impériaux11 ; le futur empereur Maurice, chartoularios nommé cornes par Tibère, qui rentre à Constantinople après avoir vaincu les Perses12 ; Domnitziolos, neveu de l’empereur Phocas, patrice et curopalate, que les prédictions de Théodore ont sauvé des Perses, et qui ne manque pas de saluer le saint toutes les fois qu’il passe en cet endroit par le drôme impérial entre l’Orient et la capitale13 ; le consul (ὕπατος) Bonosos qui descendait dans les provinces d’Orient réprimer une révolte juive14 ; Priscos, patrice et comte des excubiteurs, qui succède à Comentiolos à la tête de l’armée et se rend défendre Césarée contre les Perses15 ; enfin, l’empereur Héraclius luimême, en route pour Césarée en 611 puis vers l’Orient en 613, toujours pour combattre les Perses16.

  • 17 Ibid., c. 156, p. 126. Notons que Théodore prend cette route une dernière fois, après sa mort, lor (...)
  • 18 Vie de Théodore de Sykéôn, citée supra n. 10 : c. 24, p. 20-21 ; c. 50-51, p. 44-45 ; c. 62-67, p. (...)
  • 19 Ibid., c. 160, p. 137-138.
  • 20 Ibid., c. 148, p. 117-118 ; Théodore avait naturellement prévu la mort de Phocas, événement qui po (...)

9Théodore lui-même emprunte évidemment cette route pour se rendre dans la capitale ; il passe par Nicomédie où il a ses habitudes auprès de son fidèle Théophylacte, dans le faubourg d’Optanianae17. Empruntant la route des pèlerins dans l’autre sens, il se rend par trois fois à Jérusalem18. On constate la fine organisation qui rend l’itinéraire praticable pour les voyageurs et surtout pour les fonctionnaires impériaux – c’est le sens même de « route publique du drôme impérial ». Le pandocheion que tenaient la grand-mère, la mère et la tante du saint n’est pas le seul de son genre. Ainsi, lorsque le saint quitte Nicomédie pour regagner son monastère et chemine sur la route de Synae, il passe d’abord devant le pandocheion de l’Hebdomon, c’est-à-dire le septième milliaire ; une servante du tenancier (pandochos), qualifiée de pandokissa, atteinte d’une fistule au tibia, le poursuit pour quêter sa guérison et ne le rejoint qu’à proximité du pandocheion de Dékaton, donc du dixième milliaire19. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l'offre en pandocheia est importante : ces auberges tirent leur nom de leur milliaire et l’on en trouve ici deux à moins de 5 km d’intervalle, et ce à une distance à peine supérieure de 10 à 15 km – donc nettement moins d’une étape normale – d’une grande cité comme Nicomédie. Ces étapes n’étaient pas marquées seulement par des auberges, mais devaient offrir la remonte des fonctionnaires, payée sur les deniers publics ; Domnitziolos, de passage vers l’Orient, ne trouve pas cette commodité à Sykéôn et s’en prend à Mégéthios, percepteur (ἄνυτος) de l’énoria d’Anastasioupolis, chargé d’assurer cette remonte grâce aux impôts qu’il lève et qui a failli à sa tâche ; il lui envoie un logothète pour l’inspecter, constater sa défaillance et le punir. L’existence de messagers rapides sur cette route trouve sa confirmation en 610 : la nouvelle de l’assassinat de Phocas dans la capitale le 5 octobre est connue à Sykéôn, à 330 km de là, dès le 7 octobre20.

  • 21 Ibid., c. 130, p 104.
  • 22 IBN Hawqal, Configuration de la terre, trad. J. H. Kramers, G. Wiet, p. 194-196 ; cf. M. Hendy, St (...)

10La route Ancyre-Constantinople a été modifiée dans la suite des temps pour la rendre plus directe, vu son importance stratégique ; l’ancienne route passait par Dorylée. Lorsqu’il veut faire confirmer par le patriarche, patron du monastère que Maurice a rendu patriarcal, le nouvel higoumène Jean, qui succède à Philoumène, Théodore se rend avec lui à Constantinople ; au lieu de prendre la route directe, il fait le détour par Dorylée parce qu’il y avait été maintes fois invité et qu’il saisit cette occasion de s’y rendre21. Ce genre de routes essentielles se modifie donc au fur et à mesure des nécessités. Au XIe siècle encore, elle garde toute son importance ; Ibn Hawqal attribue 128 étapes à la route de Mélitène à Constantinople, dont 10 d’Ancyre à la capitale22.

  • 23 Une variante passe par l’une des villes dotée de l’un des sanctuaires les plus célèbres d’Asie Min (...)
  • 24 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 9, éd. Fr. Dvornik, La vie de saint Grégoire le Décapolite et le (...)

11La route par Ancyre n’est évidemment pas la seule transanatolienne. Une autre voie intégralement terrestre constitue une variante de celle passant par la métropole galate qui semble perdre de l’importance après le VIIe siècle au profit d’itinéraires plus méridionaux par Amorion, ou même plus au sud par Kotyaion, Akroïnon, Synada et Antioche de Pisidie ; on notera toutefois que la description, peut-être outrée, que fait Léon de Synada laisse entendre que sa cité est presque totalement isolée, en tout cas pas sur l’une des routes majeures de l’Empire. Pourtant, au début du IXe siècle, à une époque où la marine byzantine ne contrôle pas correctement les rivages sud-anatoliens, cette route croise celle de Grégoire le Décapolite, qui, en route de son Isaurie natale pour Constantinople, gagne Éphèse par la route terrestre, sans doute celle passant par Ikonion, Antioche de Pisidie, puis par Laodicée du Lykos23 et la vallée du Méandre (variante par Philadelphie et Sardes) ou bien par Synada, Akroïnon, Kotyaion, et Sardes ; d’Éphèse, les marins hésitent à prendre la mer par crainte des pirates arabes24.

  • 25 Sur l’emplacement de ta Kathara, cf. R. Janin, Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin : le (...)
  • 26 Vie de Théodore de Sykéôn, c. 129-132, éd. citée supra n. 10, p. 103-105. Pylai apparaît une secon (...)
  • 27 Cf. en dernier lieu M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance, propriété et exploitation du sol,(...)

12La route Ancyre-Constantinople rejoignait la transanatolienne venue d’Ikonion par Dorylée à Nicée. Depuis cette cité, on pouvait ne pas continuer vers Nicomédie, mais longer le lac de Nicée et gagner la Propontide pour terminer le voyage par la mer pourvu que la saison ne rende pas celle-ci impraticable. Deux solutions s’offraient alors : soit couper vers le nord à travers la montagne pour embarquer à Pylai, soit continuer vers l’Ouest et se rendre à l’embarcadère de Kios. Nous retrouvons donc l’intense navigation que nous abordions dès le début à propos de Léon de Synada. Si Théodore de Sykéôn préfère passer par Nicomédie, c’est avant tout parce qu’il y a ses correspondants. Mais, lors de l’un de ses trois voyages à Constantinople évoqué plus haut, avec le nouvel higoumène Jean, où nous l’avons déjà vu s’écarter de sa route pour joindre Dorylée, il se détourne de la route purement terrestre. Avant même de partir, le saint avait promis au stratôr Théodôros de passer par Pylai quand il irait dans la capitale ; Théodôros le rejoint à ta Kathara25, qui se trouve à proximité immédiate de l'emporion de Pylai. Quand il a chassé les démons de la maison du stratôr, il monte en bateau et fait la traversée vers la capitale26. Le terme emporion employé par la Vie de Théodore est d’autant plus important que nous connaissons, à la fin du VIe siècle, plusieurs inscriptions mentionnant celui-ci27 ; on y trouve mention d’un marchand de vêtements et d’un magasinier, d’origine rurale.

  • 28 Théophane, Chronographie, éd. C. de Boor, Leipzig 1883, p. 303 : « il arriva dans la région des co (...)
  • 29 Ibid., p. 397.

13Dès cette époque, Pylai joue un rôle militaire important qu’on lui retrouvera plus tard, et qui ne fait qu’accentuer son importance commerciale. Lors de sa grande campagne de 622, Héraclius débarque à Pylai pour prendre la tête de l’armée qui était cantonnée dans la région28. En 717, les Arabes qui assiègent Constantinople se servent de Pylai pour lancer un raid sur Nicée et Nicomédie, contré par les Mardaïtes29.

  • 30 C’est notamment l'itinéraire qu’auraient emprunté Théodore Stoudite et son disciple Nicolas, reven (...)

14Pylai est l’un des aboutissements d’une autre route terrestre importante d’Asie Mineure, celle qui joint Éphèse et Smyrne à la capitale, du moins si l’on ne veut ou ne peut prendre la mer ; pratiquement nord-sud à partir de Magnésie, elle aboutit à Lopadion. De là, elle peut suivre le Ryndakos pour embarquer de son estuaire, mais surtout gagner Brousse et remonter par Pylai, qui est donc également le débouché normal de la grande cité bithynienne proche de l’Olympe30.

  • 31 De Coerimoniis, éd. I. Reiske, t. 1, Bonn 1829 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 474 et (...)
  • 32 Attaliate, Histoires, éd. I. Bekker, Bonn 1853 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 144.
  • 33 N. Oikonomidès, Listes, cité supra n. 1, p. 123 (traité de Philothée) et 318 ; sur les xénodocheia(...)

15A l’époque de la rédaction du De Cœrimoniis, qui est fort proche de l’épisode de Léon de Synada, Pylai joue un rôle décisif dans le cérémonial impérial. C’est là que l’empereur débarque d’ordinaire lorsqu’il se rend en Orient ; le De Cœrimoniis décrit par deux fois le cérémonial de ce débarquement31. Sans doute celui-ci se déroulait-il sur un domaine impérial qu’Attaliate mentionne encore en 1068. Romain Diogène débarque non pas à Pylai, où il y avait un palais impérial, ni à Néôn Kômè, où se trouvait un contingent de la garde impériale, mais à Hélénopolis, à quelques km à l’est32. La route militaire d’Orient part donc toujours de là. À Pylai, le domaine impérial avait donné naissance à un xénodocheion impérial qui dépendait, quand celui-ci existait, du grand curateur33.

  • 34 Par exemple, Bardas et Michel III profitent de leur séjour à Pythia pour rendre visite à Nicolas l (...)
  • 35 R. Janin, Grands centres, cité supra n. 25, p. 52.
  • 36 Vie de Théodore de Sykéôn, c. 158, p. 133 ; cf. R. Janin, Grands centres, p. 92.

16Revenant à Léon de Synada, on peut tenter de compléter la reconstitution possible de Pylai, un siècle plus tôt ; la description de Léon est en effet contradictoire. Il en fait un comptoir purement commercial, dépourvu des nécessités qu’un homme policé pourrait souhaiter. Et l’histoire de Léon ne lasse pas de surprendre, car il a tenté de trouver de la place sur un navire de commerce, comme s’il n’existait pas de transports de personnes. Sans doute, la plupart du temps, les mêmes navires transportaient-ils les animaux et les voyageurs simultanément ; le refus que le métropolite a essuyé surprend quelque peu et n’est peut-être qu’un prétexte. D’ailleurs, c’est encore là que le frère du métropolite d’Athènes le rencontre : on n’y trouvait donc quelques commodités et pas seulement des animaux. Le tableau que dressait la Vie de Théodore de Sykéôn paraît finalement plus réaliste. On notera d’ailleurs la permanence de l’itinéraire : Pylai figure déjà sur la table de Peutinger ; le nom lui-même fait du port la porte au moins de la Bithynie, sinon de toute l’Asie Mineure. Les Turcs ont conservé le même itinéraire ; tout juste le débarcadère s’est-il déplacé de quelques km vers l’Ouest, à Yalova, car le principal intérêt qu’il offrait à l’époque ottomane était de se rendre aux eaux de l’antique Pythia, mentionnées dans la plupart des sources que nous citons pour Pylai34. La liaison directe d’Istanbul à Yalova a longtemps subsisté ; l’amélioration contemporaine des communications n’a pas supprimé le transport direct, mais fait privilégier une route combinée terrestre et maritime de Pendik (Pandocheion, célèbre pour son sanctuaire du Prodrome35) à Yalova ; celle-ci existait certainement à l’époque byzantine ; mais il y en avait d’autres : les bacs étaient innombrables à travers le golfe de Nicomédie. Ainsi, Théodore de Sykéôn revenant de Prainéte à Nicomédie, arrivé au bac de Diolkidès, se laisse persuader par un pêcheur, soucieux de faire bénir son navire et d’obtenir une pêche miraculeuse, de traverser le golfe pour Élaia, sur l’autre rive ; le saint en profite pour visiter l’église du saint martyr Hérakleios36 avant de revenir à Nicomédie.

  • 37 D. Papachryssanthou, Un confesseur du second iconoclasme : la vie du patrice Nicétas († 836), dans(...)
  • 38 B. Latysev, Menologii anonymi byzantini saeculi X quae supersunt, I, Saint-Pétersbourg 1911, p. 97
  • 39 Vie de saint Eustratios, c. 35, éd. A. Papadopoulos-Kérameus, Ἀνάλεκτα Ἰεροσολθμιτικῆς Σταψθολογία (...)
  • 40 Toutefois, la présence d’horreiarioi de Kios suggère du commerce du grain ; cf. M. Gérolymatou, Le (...)
  • 41 H. Ahrweiler, Les ports byzantins (VIIe-IXe), dans La navigazione mediterranea nell’alto medioevo,(...)

17Pylai et Hélénopolis ne sont pas les seuls embarcadères de cette région. La Vie de Nicétas le patrice montre l’empereur Théophile débarquant un peu plus à l’Ouest, dans la région de Katabolos, au débouché du Kianos, voie de communication naturelle pour qui vient de Nicée37. Au début du IXe siècle, cette région, dont le port principal est Kios, semble largement utilisée. Saint Agapètos, en route pour la Cappadoce, s’embarque de la capitale pour « la région du Katabolos (τά τοῦ Καταβóλου μέρη) »38. A l’inverse, Eustratios, du monastère des Agaures, qui se rend dans la capitale, passe « dans les régions du Katabolos (ἐv τοῖ τοῦ Καταβóλου μέρεσιν) » ; le monastère possède là un proasteion où vivent des moines, à commencer par le propre frère d’Eustratios, Nicolas ; de là, le saint personnage monte sur un bateau qui le mène rapidement dans la capitale où il apporte les impôts du monastère ; on notera une nouvelle fois ce facteur de rapidité39. L’embouchure du Kianos est donc le port d’embarquement naturel pour les voyageurs à partir de Brousse à cette époque et sans doute pour une part à partir de Nicée, mais concuremment avec Pylai. Vraisemblablement, le complexe Pylai-Hélénopolis joue un rôle plus important au plan militaire et commercial et la région du Katabolos pour les voyageurs40. Mais on remarquera que, un siècle plus tard, Léon de Synada n’a pas songé à passer par là et ceci pour deux raison : d’abord, il est pressé et la route de Pylai est la plus courte ; ensuite, il s’agit d’un voyage officiel, sur convocation impériale, et sans doute comptait-il, vainement, sur un transport officiel. Parmi les charges qui pesaient sur les navires, le naulon (ναῦλον) faisait obligation de transporter, en fonction de la capacité du navire, outre une certaine quantité de marchandise, des passagers, notamment des fonctionnaires, obligation rachetable par l'antinaulon41.

  • 42 Théodore lui-même rapporte la crainte des Barbares, sans doute les pirates arabes ; cf. J.-Cl. Che (...)
  • 43 Ibid., p. 203-205.
  • 44 Cf. J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire rom (...)
  • 45 G. Ostrogorsky, Une ambassade serbe auprès de l’empereur Basile II, dans Byzantion, 19 (1949), p.  (...)

18Autre itinéraire essentiel dans l’Empire, celui qui joint Constantinople à Thessalonique. C’est l’un des mieux organisés, où le choix reste ouvert en principe entre la route terrestre (Via Egnatia) et la route maritime. La première est sous la menace des envahisseurs slaves puis bulgares ; la seconde sous celle des raids arabes, surtout lorsque ceux-ci, entre 827 et 961, contrôlent la Crète, comme le montre l’exemple célèbre du raid de Léon de Tripoli en 904. Le départ en exil de Théodore Stoudite pour Thessalonique sous haute protection en  97 se déroule à l’abri de cette piraterie : le convoi embarque à Lampsaque, où il rencontre des marchands d’Héraclée de Thrace, habitués de ce port, qui attendent également de déboucher sur la mer Égée ; il passe ensuite par Abydos où il doit rester huit jours ; il atteint ensuite Éléountès, en Europe, au débouché des Dardanelles, où il attend sept jours que la route devienne praticable (vents ? pirates ?42) ; il ne lui faut alors que neuf heures pour atteindre Lèmnos puis douze heures de là à Kanastron, à la pointe de Kassandra, malgré les rigueurs de l’hiver (nous sommes en mars). Comme Théodore partait de Kathara, cet itinéraire est tout à fait naturel : on l’aurait mal vu rebrousser chemin sur la capitale, où il était indésirable et où son passage aurait créé des incidents, pour prendre la Via Egnatia, de toute façon menacée très sérieusement par les Bulgares depuis la bataille de Markellai (791)43. Cette route par Lèmnos est traditionnelle : déjà utilisée à l’époque romaine44, elle transporte encore une ambassade serbe auprès de Basile II au Xe siècle45.

  • 46 Vie de Grégoire le Décapolite, citée supra n. 24, c. 9, p. 53-54. Sur le voyage de Grégoire, cf. É (...)
  • 47 La Via Egnatia franchit l’Hèbre quelques kilomètres au nord d’Ainos, mais un embranchement parti d (...)
  • 48 Sur le trajet des détroits à Thessalonique, ibid., c. 10, p. 54-55.
  • 49 Sur ceux-ci, cf. P. Lemerle, Les plus anciens recueils des Miracles de saint Démétrius, Paris 1979 (...)

19Doit-on attribuer à la piraterie arabe les précautions prises par Grégoire le Décapolite sur le même trajet ? Nous sommes en 829 ou 830. Rappelons que Grégoire, venu d’Isaurie, s’était embarqué à Éphèse après avoir traversé l’Asie Mineure par terre, non sans avoir dû promettre la protection divine pour convaincre les marins de quitter l’abri du grand port micrasiatique. La Vie du saint ne donne pas d’autre détail avant son arrivée en Prokonèse ; il voudrait gagner la capitale, mais l’empereur s’y oppose et entend le garder en résidence surveillée dans cette île46. Grégoire la quitte subrepticement et franchit le détroit ; et, de là, au lieu de passer par Lèmnos comme Théodore, il gagne Ainos, à l’embouchure de l’Hèbre, ce qui allonge le trajet, mais permet de continuer le cabotage et de naviguer sous surveillance des défenses byzantines ; il s’embarque de nouveau jusqu’à Christopolis (Kavala), où il touche la Via Egnatia47. Grégoire s’engage sur celle-ci, où il lui reste 164 km à parcourir mais elle n’est pas sûre : il atteint un fleuve contrôlé par de farouches Slaves, qui mettent à mal tout navire passant à leur portée ; courageusement, le saint se laisse prendre, s’assoit au milieu d’eux et leur en impose par son courage ; les Slaves lui font alors traverser le fleuve et lui indiquent la route à prendre pour Thessalonique48. Il paraît probable que ce fleuve est le Strymon et que Grégoire s’est heurté aux fameux Slaves strymoniens ou strymonites49. On remarquera au passage que Grégoire a pris la voie terrestre, mais que d’autres personnes utilisent les bateaux que les Slaves ont la mauvaise habitude d’intercepter, soit que ces navires s’engagent dans l’embouchure du Strymon pour faire relâche à l’abri, soit qu’ils remontent le Strymon pour commercer suivant l’une des routes transbalkaniques.

  • 50 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 11-13, p. 55-58. Sur ces épisodes, cf. E. Malamut, Sur la route. (...)

20Les épisodes suivants de la Vie de Grégoire, qui se rend à Rome50, donnent de précieuses indications sur des itinéraires très fréquentés, car les voyages de moines byzantins à Rome sont fréquents. Nous ne y attarderons pas, notant simplement qu’il semble être descendu par voie terrestre jusqu’à Corinthe, qu’il s’y est embarqué pour Rhégion ; au retour, il passe par Syracuse puis Otrante ; malheureusement, la Vie ne nous indique pas par où il rentre à Thessalonique, d’où elle nous permet à nouveau d’observer l’itinéraire vers Constantinople, qui nous intéresse le plus. Notons que la piraterie arabe n’est pas un vain mot sur cette route également : à Corinthe, il a de nouveau dû convaincre les marins qu’ils ne risquaient rien. Au retour, pour échapper aux iconoclastes qui le menacent à Otrante, il n’a pas hésité à passer par les pays contrôlés par les Arabes.

  • 51 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 19, p. 63. Cette histoire n’est pas politiquement d’une grande c (...)

21Un peu plus loin, la Vie comporte le récit du voyage vers Constantinople d’un moine ami du saint, Anastase ; celui-ci s’apprête à partir en bateau et fait bénir sa route par Grégoire. Finalement, il part en compagnie de l'ek prosôpou du stratège, le prôtokankellarios Géôrgios, qui semble un opposant et qui, pour échapper à la surveillance, préfère la route terrestre, beaucoup plus dangereuse, qui nécessite, pour cette raison, les prières du saint. La Vie nous décrit ainsi les étapes semées d’embûches des deux voyageurs : d’abord Christopolis, alors contrôlée par le César Alexis Mosélé, gendre de Théophile, de 831 à 838, qui fait arrêter Géôrgios, mais le relâche à la demande d’Anastase. Même chose à l’étape suivante, Boléron : Géôrgios est appréhendé par un magistros, lié au César, puis délivré de la même façon. Le trajet de Christopolis à Boléron s’est effectué par voie terrestre : arrivés à l’étape suivante, Marôneia, pour échapper à une nouvelle interpellation, les deux hommes embarquent ; ils étaient donc arrivés là à pied. La prochaine étape mentionnée est Constantinople et l’on peut donc estimer que les deux hommes, cette fois-ci embarqués, ont certes fait quelques étapes, selon l’itinéraire inverse de celui décrit plus haut pour Grégoire, mais qu’ils n’ont plus été inquiétés51.

  • 52 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 20, p. 63.
  • 53 Ibid., c. 29, p. 71.

22Deux fois encore, la Vie nous montre l’itinéraire entre Thessalonique et Constantinople. Trois mois après l’arrivée d’Anastase dans la capitale, Grégoire se rend par mer à Constantinople, où Anastase l’accueille chez lui, avant de visiter l’Olympe de Bithynie52. Enfin, peu avant sa mort, et vraisemblablement peu de temps après celle de Théophile, Grégoire se rend à nouveau à Constantinople pour visiter son oncle Syméon, juste délivré de prison ; il utilise à nouveau l’itinéraire maritime53. Toutefois, ces deux derniers exemples sont moins clairs qu’il n’y semble, car nous n’avons là que le point de départ et le point d’arrivée, avec la mention de la navigation entre les deux ; mais rien n’exclut de concevoir un itinéraire mixte, comme lors des voyages précédents. On retiendra toutefois l’enseignement du vocabulaire de la Vie : normalement, et sauf mention spéciale qui mérite qu’on s’y attarde à cause des événements qui en découlent, quand on se rend de Thessalonique à Constantinople dans les années 830-840, on vogue sur la mer ; il faut une circonstance exceptionnelle, comme les difficultés politiques de Géôrgios, pour préférer la route.

  • 54 Sur les itinéraires Thessalonique-Constantinople et leur évolution, cf. M. Gérolymatou, Les échang (...)

23La situation dans les Balkans se modifie profondément dans les siècles suivants, rendant peu à peu la Via Egnatia plus sûre54, mais aussi la piraterie arabe moins redoutable, si bien que l’itinéraire maritime ou bien une formule mixte semblent les mieux adaptés à ce très long déplacement de plus de 600 km. Nous savons que les moines de Lavra qui se rendent à Constantinople chercher le successeur d’Athanase en 1001 font escale à Ganos, mais nous ignorons s’ils continuent par terre ou par mer.

  • 55 Cf. en dernier lieu M. Kaplan, Les hommes et la terre, cité supra n. 27, p. 304 306.
  • 56 Prôtaton no 8, éd. D. Papachryssanthou, Actes du Prôtaton, Paris 1975 (Archives de l’Athos, VII), (...)
  • 57 Comme on l’a dit plus haut, on regagne aisément la Via Egnatia depuis Ainos ; même s’il s’agit alo (...)

24En revanche, les pondéreux prenaient évidemment la mer, notamment le vin et le blé. Nous retrouvons sur ce chemin les moines athonites. Nous n’entrerons pas une nouvelle fois dans le détail des exemptions fiscales obtenues pour leurs navires par Lavra et Ivirôn55, car celles-ci ne précisent pas les lieux de destination, mais nous examinerons le typikon accordé par Monomaque à la communauté athonite en septembre 105456. L’empereur part d’un état de fait : « certains moines et higoumènes arment des navires, achètent du vin et d’autres marchandises et se rendent dans la ville impériale et d’autres cités pour les vendre sur le marché » ; ceci était interdit par le typikon de Basile II (perdu), qui n’autorisait que la possession de petits navires pour vendre à Thessalonique et aux alentours le vin en excédent. Le schéma du développement commercial est donc facile à reconstituer : sous couvert de vendre leurs surplus à Thessalonique, les monastères athonites ont construit des navires de fort tonnage (pour l’époque), dont certains, dépassant les 300 modioi, se sont rendus sur le marché de Thessalonique pour y acheter des marchandises qu’ils allaient revendre là où se situait le marché le plus rémunérateur, Constantinople. Le typikon limite en théorie le tonnage des navires, mais laisse les monastères qui détiennent des chrysobulles leur allouant de grands navires les utiliser ; il limite le rayon d’action de ces navires de Thessalonique à Ainos57, où les moines peuvent vendre leurs produits excédentaires et acheter le nécessaire à la vie de leurs couvents. Les Amalfitains ont droit à un grand navire pour ramener de Constantinople les vivres nécessaires à la vie du couvent et fournies par les fidèles ; et le typikon doit préciser : « mais pas pour que cela soit utilisé pour le commerce ». L’image est donc saisissante de la ligne commerciale qui unit Thessalonique à la capitale, hautement profitable au point d’attirer les moines, et de l’étape d’Ainos où l’on entend limiter ce trafic.

  • 58 Kinnamos, IV, 23, éd. A. Meineke, Bonn 1836 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 194.
  • 59 Timarion, éd. R. Romano, Naples 1974, p. 53-55 ; N. Oikonomidès, Le marchand byzantin des province (...)

25Si les routes issues de l’Asie Mineure connaissent un déclin profond avec l’arrivée des Turcs à la fin du XIe siècle, il n’en va pas de même pour la navigation dans la Propontide et vers Thessalonique. L’activité de Pylai est encore attestée sous Manuel Comnène qui utilise les domaines impériaux pour y installer des réfugiés58. Mais surtout Thessalonique connaît un formidable développement dont atteste la description de la foire de Saint-Dèmètrios dans le Timarion : les marchands venus d’Italie, d’Europe Occidentale, de Bulgarie et de zones plus septentrionales sont installés sous des tentes pour acheter des produits de toute sorte venus de Grèce, du Péloponèse, de Phénicie, d’Egypte et d’Espagne ; quant aux produits de la Mer Noire, arrivés par mer à Constantinople, ils étaient ensuite transportés par des caravanes qui attestent la vitalité de la Via Egnatia59, tandis que, en parallèle, les navires italiens parcourent en nombre croissant la route maritime.

Quelques grands itinéraires byzantins

Itinéraire au Sud de la Propontide

Notes

1 Sur le syncelle, cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséances byzantine des IXe et Xe siècles, Paris 1972, p. 308 et n. 116.

2 The correspondence of Leo, metropolitan of Synada and syncellus. Greek text, translation and commentary, by M. P. Vinson, Washington 1985 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, series Washingtonensis, XIII =Dumbarton Oaks Texts, 8), no 54, p. 86-90.

3 Il s’agit de la route transanatolienne, qui gagne le Taurus par Ikonion.

4 La lettre no 53 du recueil cité supra n. 2, p. 80-84, est adressée aux évêques du synode ; Léon attire leur attention sur le fait que celui-ci est incomplet et donc illégitime, évidemment parce que lui-même n’a pas pu s’y rendre. Si l’on accepte le fait que les deux lettres sont relatives au même événement (cf. le commentaire de M.P. Vinson, p. 134), elles s’éclairent l’une par l’autre, malgré leur caractère très allusif.

5 Ibid,., p. 86. A tous ces produits, l’on ajoutera le blé, produit en Bithynie ; cf. Théodore Daphnopatès, Correspondance, no 37, éd. J. Darrouzès, L.G. Weste rink, Paris, 1978.

6 Ibid., no 51, p. 78.

7 On pourra désormais consulter l’étude des itinéraires commerciaux dans la thèse de M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux à Byzance du VIIIe siècle à 1204, Paris, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1994, p. 37-51.

8 Sur cet exil de Théodore, cf. en dernier lieu J.-Cl. Cheynet, B. Flüsin, DU monastère ta Kathara à Thessalonique : Théodore Stoudite sur la route de l’exil, dans Revue des études byzantines, 48 (1990), p. 193-211. Les auteurs expliquent d'abord les raisons du conflit familial entre Constantin VI et la famille de Platon et Théodore, parente de sa seconde femme Théodotè ; n’ayant pu malgré ses tentatives, rencontrer ce parti extrémiste et devant renoncer à s’entendre avec eux, l’empereur finit par les disperser. L’article contient l’édition et la traduction d’une lettre de Théodore Stoudite racontant ce voyage.

9 Sur Théodore de Sykéôn, voir en dernier lieu S. Mitchell, Anatolia, Land, Men and Gods in Asia Minor ; vol. II : The Rise of the Church, Oxford 1993, p. 122-150 et M. Kaplan, Les sanctuaires de Théodore de Sykéôn, dans Les saints et leur sanctuaire : textes, images et monuments, éd. C. Jolivet-Lévy, M. Kaplan, J.-P. Sodini, Paris 1993 (Byzantina Sorbonensia, 11), p. 65-79.

10 Vie de Théodore de Sykéôn, c. 3, éd. A.-J. FESTUGIÈRE, Vie de Théodore de Sykéôn, t. 1 : texte grec, Bruxelles 1970 (Subsidia Hagiographica, 48), p. 3.

11 Ibid., même c. et même p.

12 Ibid., c. 54, p. 46-47.

13 Ibid., c. 120, p. 94-95 ; c. 148, p. 117.

14 Ibid., c. 142, p. 111.

15 Ibid., c. 153, p. 123.

16 Ibid., c. 154, p. 123-124 ; c. 166, p. 153.

17 Ibid., c. 156, p. 126. Notons que Théodore prend cette route une dernière fois, après sa mort, lorsque Héraclius fait transférer sa dépouille à Constantinople ; la foule se presse le long de la route au passage du convoi. Le récit de cette translation se trouve dans C. Kirch, Nicephori sceuophylaci encomium in S. Theodorum Siceotam, dans Analecta Bollandiana, 20 (1901), p. 252-272 ; cf. M. Kaplan, Les sanctuaires de Théodore de Sykéôn, cité supra, n. 9, p. 75-76.

18 Vie de Théodore de Sykéôn, citée supra n. 10 : c. 24, p. 20-21 ; c. 50-51, p. 44-45 ; c. 62-67, p. 52-56.

19 Ibid., c. 160, p. 137-138.

20 Ibid., c. 148, p. 117-118 ; Théodore avait naturellement prévu la mort de Phocas, événement qui pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour le monastère dont lui-même et ses proches étaient les protecteurs.

21 Ibid., c. 130, p 104.

22 IBN Hawqal, Configuration de la terre, trad. J. H. Kramers, G. Wiet, p. 194-196 ; cf. M. Hendy, Studies on the Byzantine Monetary Economy, c. 300-140, Cambridge 1985, p. 609.

23 Une variante passe par l’une des villes dotée de l’un des sanctuaires les plus célèbres d’Asie Mineure, Chônai : parti d’Éphèse, Pierre d’Atroa (IXe siècle) gagne Chypre par Chônai, donc avant de redescendre sur la Pamphylie, Vie de Pierre d’Atroa, c. 13-14, éd. V. Laurent, La Vie merveilleuse de saint Pierre d’Atroa, Bruxelles 1956 (Subisdia hagiographica, 29), p. 101 ; au XIe siècle, Lazare le Galèsiote suit le même itinéraire pour se rendre à Jérusalem, Vie de Lazare le Galèsiote, c. 7-9, AA.SS. Novembris III, p. 511 ; cf. É. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris 1992, p. 247-249 et M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux, cité supra n. 8, p. 38-39.

24 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 9, éd. Fr. Dvornik, La vie de saint Grégoire le Décapolite et les slaves macédoniens au IXe siècle, Paris 1926 (Travaux publiés par l’Institut d’études slaves, V), p. 53 ; cf. É. Patlagean, Byzance et les marchés du grand commerce, c. 830 – c. 1200, Entre Pirenne et Polanyi, dans Mercati e marcanti nell’alto medioevo, l’area euroasiatica e l’area mediterranea, Spolète 1993 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XL), p. 613 ; N. Oikonomidès, Le marchand byzantin des provinces (IXe-XIe s.), ibid., p. 643. Nous revenons plus bas sur cet incident. On trouvera une description des routes transanatoliennes dans M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux, p. 41-42.

25 Sur l’emplacement de ta Kathara, cf. R. Janin, Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin : les églises et les monastères des grands centres byzantins (Bithynie, Hellespont, Latros, Galèsios, Trébizonde, Athènes, Thessalonique), Paris 1975, p. 158-160 et J.-Cl. Cheynet, B. Flusin, Théodore Stoudite sur la route de l’exil, cité supra n. 8, p. 205-207.

26 Vie de Théodore de Sykéôn, c. 129-132, éd. citée supra n. 10, p. 103-105. Pylai apparaît une seconde fois dans la vie de Théodore ; il s’y rend spécialement lors de l’un de ses séjours à Nicomédie, puis revient à Nicomédie en traversant plusieurs fois le golfe de Nicomédie (ibid., c. 157-158, p. 130-133) ; mais il ne s’agit pas d’un trajet sur un grand itinéraire.

27 Cf. en dernier lieu M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance, propriété et exploitation du sol, Paris 1992 (Byzantina Sorbonensia, 10), p. 375-376, où l'on trouvera les références.

28 Théophane, Chronographie, éd. C. de Boor, Leipzig 1883, p. 303 : « il arriva dans la région des contingents militaires (ἐπὶτὰς τῶν θεμάτων χώρας) et rassembla les corps de troupe (τὰ στρατóπεδα) ». La littérature sur ce passage très discuté s’agissant de l’époque d’apparition des thèmes est considérable.

29 Ibid., p. 397.

30 C’est notamment l'itinéraire qu’auraient emprunté Théodore Stoudite et son disciple Nicolas, revenant de leur exil des Thracésiens à l’avènement de Michel II en 820 ; cf. Vie de Théodore Stoudite (Vie B), P.G., 99, col. 304-305, et Vie de Nicolas le Stoudite, P.G., 105, col. 889 ; M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux, p. 37-38.

31 De Coerimoniis, éd. I. Reiske, t. 1, Bonn 1829 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 474 et 493.

32 Attaliate, Histoires, éd. I. Bekker, Bonn 1853 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 144.

33 N. Oikonomidès, Listes, cité supra n. 1, p. 123 (traité de Philothée) et 318 ; sur les xénodocheia impériaux, cf. M. Kaplan, Maisons impériales et fondations pieuses : réorganisation de la fortune impériale et assistance publique de la fin du VIIIe siècle à la fin du Xe siècle, dans Byzantion, 61 (1991), p. 340-364.

34 Par exemple, Bardas et Michel III profitent de leur séjour à Pythia pour rendre visite à Nicolas le Stoudite, qui s’est retiré dans une dépendance du Stoudios à Prainète pour protester contre l’élévation de Phôtios au patriarcat et la destitution d’Ignace : Vie de Nicolas le Stoudite, P. G., 105, col. 908-909.

35 R. Janin, Grands centres, cité supra n. 25, p. 52.

36 Vie de Théodore de Sykéôn, c. 158, p. 133 ; cf. R. Janin, Grands centres, p. 92.

37 D. Papachryssanthou, Un confesseur du second iconoclasme : la vie du patrice Nicétas († 836), dans Travaux et Mémoires, 3, Paris 1968, p. 321, n. 79.

38 B. Latysev, Menologii anonymi byzantini saeculi X quae supersunt, I, Saint-Pétersbourg 1911, p. 97.

39 Vie de saint Eustratios, c. 35, éd. A. Papadopoulos-Kérameus, Ἀνάλεκτα Ἰεροσολθμιτικῆς Σταψθολογίας, t. 4, Saint-Pétersbourg 1894, p. 390-391.

40 Toutefois, la présence d’horreiarioi de Kios suggère du commerce du grain ; cf. M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux, p. 67.

41 H. Ahrweiler, Les ports byzantins (VIIe-IXe), dans La navigazione mediterranea nell’alto medioevo, Spolète 1978 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull'alto medioevo, XXV), t. 1, p. 281.

42 Théodore lui-même rapporte la crainte des Barbares, sans doute les pirates arabes ; cf. J.-Cl. Cheynet, B. Flusin, Théodore Stoudite sur la route de l’exil, cité supra n. 8, p. 198.

43 Ibid., p. 203-205.

44 Cf. J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain, Paris 1966.

45 G. Ostrogorsky, Une ambassade serbe auprès de l’empereur Basile II, dans Byzantion, 19 (1949), p. 187-193.

46 Vie de Grégoire le Décapolite, citée supra n. 24, c. 9, p. 53-54. Sur le voyage de Grégoire, cf. É. Malamut, Sur la route des saints, cité supra n. 23, p. 247 et p. 308 309.

47 La Via Egnatia franchit l’Hèbre quelques kilomètres au nord d’Ainos, mais un embranchement parti de ce port permet de la rejoindre. Toutefois, le trajet vers Christopolis s’éloigne sensiblement vers le nord, ce qui l’allonge, d’où sans doute cette préférence pour le trajet maritime. Cf. en dernier lieu M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux, p. 45-47, avec la bibliographie antérieure.

48 Sur le trajet des détroits à Thessalonique, ibid., c. 10, p. 54-55.

49 Sur ceux-ci, cf. P. Lemerle, Les plus anciens recueils des Miracles de saint Démétrius, Paris 1979, t. 1 (textes) et 1981, t. 2 (commentaire). Les strymonites, relativement pacifiques, sont cités, à plusieurs reprises dans le texte (p. 209, 211, 215, 220) et le commentaire. Au t. 2, p. 192, n. 304, P. Lemerle estime que Gré goire le Décapolite se heurte aux slaves strymoniens. Nous suivons cette opinion qui a le mérite de la simplicité ; mais les Slaves strymoniens sont inconnus des sources entre les années 675-685 (ibid., p. 187) et la Vie de Grégoire le Décapolite. Des mouvements de population, éventuellement aidés ou contraints par les autorités byzantines ont pu se produire ; les Slaves qui sévissent sur la vallée du Strymon dans la première moitié du IXe siècle, s’ils appartiennent vraisemblablement au même peuple que les Strymoniens des Miracula Demetrii, peuvent également provenir d’une peuplade voisine. Notons que les Strymoniens du VIIe siècle ont la mauvaise habitude d’intercepter les navires de la ligne Constantinople-Thessalonique (ibid., p. 220).

50 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 11-13, p. 55-58. Sur ces épisodes, cf. E. Malamut, Sur la route..., p. 291.

51 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 19, p. 63. Cette histoire n’est pas politiquement d’une grande clarté. Alexis Môsélé est en effet l’un des lieutenants de Théophile qui l’a nommé César ; or Géôrgios, arrivé à Constantinople en ayant échappé de peu à Alexis et ses sbires, est aussitôt promu par l’empereur à la dignité, proportionnée à son grade de prôtokankellarios d’un thème, de candidat ; il n’est donc ni vraiment en disgrâce, ni sans doute iconodoule, ce qui pose la question des rapports avec Grégoire, dont un épisode précédent à Otrante a montré qu’il était un bon iconodoule. Le point mériterait d’être éclairci, mais montre une fois de plus que les oppositions politiques et religieuses sont moins nettes que l'historiographie iconodoule n’a tenté de le faire croire ; cf. É. Malamut, Sur la route..., p. 291-292, pour qui l’histoire est loin d’être claire ; c’est le moins que l’on puisse dire !

52 Vie de Grégoire le Décapolite, c. 20, p. 63.

53 Ibid., c. 29, p. 71.

54 Sur les itinéraires Thessalonique-Constantinople et leur évolution, cf. M. Gérolymatou, Les échanges commerciaux, p. 45-48.

55 Cf. en dernier lieu M. Kaplan, Les hommes et la terre, cité supra n. 27, p. 304 306.

56 Prôtaton no 8, éd. D. Papachryssanthou, Actes du Prôtaton, Paris 1975 (Archives de l’Athos, VII), p. 224-232. La clause concernant les bateaux figure aux lignes 53-77, avec un prolongement aux 1. 99-101 pour le bateau des Amalfitains ; cf. l’introduction p. 105 106.

57 Comme on l’a dit plus haut, on regagne aisément la Via Egnatia depuis Ainos ; même s’il s’agit alors d’un trajet terrestre – encore que l’Hèbre soit navigable, mais cela suppose une rupture de charge supplémentaire-, le chemin vers la capitale est beaucoup plus court en empruntant celle-ci qu’en faisant le détour par les Dardanelles ; c’est ce qui fait une partie de l’importance d’Ainos. Ce mode de transport est presque l'inverse de celui utilisé par Grégoire le Décapolite.

58 Kinnamos, IV, 23, éd. A. Meineke, Bonn 1836 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 194.

59 Timarion, éd. R. Romano, Naples 1974, p. 53-55 ; N. Oikonomidès, Le marchand byzantin des provinces, cité supra n. 24, p. 648.

Table des illustrations

Légende Quelques grands itinéraires byzantins
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Itinéraire au Sud de la Propontide
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

Auteur

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540