Version classiqueVersion mobile

La Genèse du « Cantique spirituel » de saint Jean de la Croix

 | 
Roger Duvivier

Introduction

Le premier traité de Jean de la Croix à travers l’histoire et devant la critique

Texte intégral

« Entre las piedras me hallo mejor que con hombres. »
Saint Jean de la Croix.

« La vie littéraire des chefs-d’œuvre est parfois mouvementée. »
Dom Chevallier.

« Schlagt ihn tod, den Hund !
Es ist ein Rezensent. »
W. Goethe.

1Comment s’occuper du Cantique spirituel de saint Jean de la Croix sans se demander d’abord quelle est la réalité qu’on désigne de ce nom ? La réponse ne sera pas fournie par l’appréhension d’un objet, mais à travers la description d’un devenir complexe dont il nous incombe de dessiner le mouvement. L’information dont on dispose a démasqué ses lacunes dans la mesure même où s’est révélée cette complexité.

2Non sans s’appuyer sur la confrontation préalable d’études antérieures non moins documentées que copieuses, le présent travail s’efforcera de revenir avec quelque profit sur des perplexités qui ne sont plus neuves. On essayera d’y présenter une contribution personnelle centrée sur l’époque la plus ancienne de l’histoire du Cantique.

***

3On appelle indifféremment du nom de Cantique spirituel un poème, ou ce poème assorti d’un commentaire.

  • 1 Cfr V. y Obr., Ep., 5, p. 974.
  • 2 Ce titre est emprunté au ms. de Sanlúcar ; les indications qu’il donne à son frontispice sont inté (...)

4Jean de la Croix lui-même avait intitulé le poème Canciones entre el alma y el Esposo, ou, tout simplement, Canciones de la Esposa1. Aussi, le Traité, à l’origine, s’est annoncé comme suit : « Declaracion de las canciones que tratan de el exercicio de amor entre el alma y el esposo Christo en la qual se tocan y declaran algunos punctos y effectos de oracion2.

  • 3 Chev. Ed. cr., p. lxiv et M. Ledrus, Ut Exposición » d’Antolínez et le problème textuel johannicru (...)
  • 4 Q. Hist., L. II, ch. 15, p. 362. D’après le P. Eulogio de la Virgen del Carmen, Pr. herm. (pp. 25- (...)
  • 5 Q. Hist., L. II, ch. 6, p. 495.
  • 6 Ib., pp. 497, 566, 603, etc.
  • 7 Cfr infra, p. xxiv-xxv. Voici le titre complet : Cántico / Espiritval / entre el alma / i Cristo / (...)
  • 8 Advertencia del Impresor / Este libro del Cantico espiritual se avia de imprimir antes del de Llam (...)

5Les témoins entendus pour le procès de béatification désignent souvent le poème par l’incipit. Dans sa Vida parue en 1628, mais de rédaction antérieure à 1617 au moins3, l’historiographe José de Jesús María applique cet usage au Traité : « en el tratado que comienza : Adonde te ascondiste Amado y me dexaste »4. La première référence marginale à l’inédit note en raccourci « En el tratado adonde te ascondiste »5, les suivantes se bornant généralement à la formule : « En el tratado de sus canciones »6. L’appellation « Cántico espiritual » fut consacrée en même temps que l’œuvre elle-même par l’édition de Madrid, près de quarante ans après la mort du Saint. Précisons que le frontispice du Traité reprenait à peu près le titre original en développant éloquemment l’annonce des matières exposées, mais ramassait dans les deux mots Cántico espiritual tout ce qui précède « entre el alma y el Esposo » dans le libellé primitif7. Plus laconique encore, au verso du même feuillet, un avertissement de l’imprimeur désignait tout l’ouvrage de la simple formule « este libro del Cántico espiritual »8, inaugurant l’usage qui règne aujourd’hui chez les critiques.

6On parle donc communément — et abondamment — du « Cántico espiritual » ou simplement du « Cántico », termes traduits de façon littérale dans toutes les langues imaginables.

7Mais que recouvrent-ils ? Des choses bien diverses qui ne sont pas reçues par tous au même titre ou au même degré.

  • 9 Et même au-delà. La dernière intervention directe de Dom Chevallier date de 1959.

8Car l’équivoque ne se borne pas à ce qu’on plaque un même mot sur un poème « suelto » et sur un poème pourvu d’une glose qui atteint aux dimensions et à la portée d’un véritable Traité. Il existe des états divers de ce poème et de ce Traité. Pour la critique espagnole et carmélitaine dans son ensemble, tous ces états sont recevables. A la suite des controverses alimentées durant la première moitié de ce siècle9 par un illustre Bénédictin de Solesmes, la critique française reste hostile ou réticente à l’égard de la forme la plus récente du Traité. Une fois de plus : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà », l’aphorisme étant réversible.

9Au vrai, on n’est pas placé devant une simple alternative. Les avatars du Cantique ont provoqué une situation à tel point complexe que la vérité ne peut être cherchée dans le mépris de la nuance. Notre premier devoir est évidemment de nous informer de façon aussi complète qu’il sera nécessaire.

***

  • 10 Histoire que j’esquisserai de façon sommaire, étant donné la parution récente de l’étude Tr. hist. (...)

10Il faut bien convenir d’un point de départ. Cette introduction va appréhender le Cantique au niveau de sa vie publique, c’est-à-dire dans l’histoire mouvementée de son édition10, puis à travers les débats dont il a fait l’objet, mais non sur le plan de la diffusion manuscrite pieusement discrète, et moins encore jusque dans le secret de l’élaboration progressive de l’œuvre, car ce point particulièrement délicat fera l’objet même de l’étude que je propose. Aussi notre première rencontre avec le Cantique ne nous reporte-t-elle pas en deçà de 1627, et pas plus loin que Bruxelles, où l’imprimeur Godefroid Schoevaerts mit sous presse, avec leur commentaire détaillé vers par vers, trente-neuf liras formant une sorte d’églogue apparentée au Cantique des Cantiques par le thème nuptial et la luxuriance du lyrisme. Au frontispice du petit volume, le titre original et la mention de l’auteur : « Declaración de las / Canciones / que tratan del exercicio de amor / entre el / alma y el esposo / Christo / en la qual se tocan, y declaran algunos pun/tos, y effetos de Oracion Por el venerable / Padre Fray Juan de la Cruz, primer Des/ calzo de la reforma de nuestra Señora del Carmen ». Au même endroit, une manière de dédicace : « A peticiõ de la venerable Madre Ana de Iesus,/ siendo Priora de las Descalças Carmelitas/ de S. Joseph, de Granada. Año de 1584 ».

  • 11 La source d’information principale sur Anne de Jésus est évidemment la Vida publiée à Bruxelles en (...)

11L’édition princeps de Bruxelles nous fournit plusieurs éléments. D’après elle, l’explication de trente-neuf liras a été obtenue du premier Déchaux dans l’année 1584 par la prieure de Grenade, la célèbre Anne de Jésus, continuatrice de l’œuvre de Thérèse, qui devait être fondatrice à Madrid en 1586, dépositaire de l’esprit thérésien contre le sec autoritarisme de Doria de 1589 à 1594, propagatrice du Carmel en France à partir de 1604, puis aux Pays-Bas espagnols — où elle fonda personnellement le Carmel Royal de Bruxelles et les couvents de Mons et de Louvain — depuis 1607 jusqu’à 1621, année de sa mort11. Un prologue expose à l’éminente destinataire le but et l’esprit de la Declaración.

12Les assertions liminaires de l’édition bruxelloise sont-elles dignes de crédit ? Sans nul doute. Elles mériteraient foi du simple fait qu’elles émanent du milieu même où la Capitaine des Prieures termina ses jours. De plus elles sont vérifiées par trop de données convergentes, et aussi trop unanimement admises pour qu’on s’attarde ici à fonder une fois de plus leur autorité.

  • 12 Jean de la Croix, né à Fontiveros un jour de 1542, mourut à Úbeda dans une sorte d’exil à la premi (...)

13Pour une édition princeps, le livre de Bruxelles est bien tardif puisque, du propre aveu de son titre, il s’offre plus de quarante ans après la rédaction de l’ouvrage, et ceci plus de trente ans après la mort de l’auteur12.

  • 13 Gaultier a-t-il détenu un exemplaire dès le temps de son voyage, ou s’est-il adressé à une ancienn (...)
  • 14 Cfr infra, pp. 256-259.
  • 15 Nous nous en préoccuperons aux pp. 257-267 du chapitre Retard de l’édition.

14Il faut d’ailleurs apporter cette restriction que la publication opérée aux Pays-Bas espagnols n’a pas la primeur absolue de la divulgation publique du Traité des Canciones de la Esposa. Elle est bien la première des éditions du Cantique en langue originale, mais une traduction française de René Gaultier, conseiller d’Etat, compagnon de voyage d’Anne de Jésus en 1604, a vu le jour à Paris quelques années auparavant. Tout comme les responsables de l’édition espagnole de 1627, l’avocat était bien placé ou, du moins, avait été bien placé13 pour disposer d’un modèle des Canciones. Ce qui est curieux, c’est qu’il esquive toute allusion à la Mère Anne de Jésus, préférant s’abriter sous l’ombre plus ancienne de Thérèse14. Il ne nous appartient cependant pas de nous pencher dès à présent sur cette question15. Retenons que le modèle de Gaultier a dû ressembler comme un frère à celui dont on a usé dans la capitale de l’Infante Isabelle.

  • 16 Cfr infra p. 271, note 3. Disciple de Juan de Jesús María Ustarroz, maître de novices à Paris, pri (...)
  • 17 Opere spirituali / che conducono l’anima / alla perfetta vnione con Dio, composte dal Ven. P. Fr. (...)
  • 18 Le Cantique commence à la p. 389 sous le titre Essercitio d’amore fra l’anima e christo suo sposo, (...)
  • 19 La dédicace au cardinal Roberto Ubaldini, oncle de l’éditeur et frère de feu le pape Léon XI, est (...)
  • 20 Cfr infra, p. 260.
  • 21 « Al presentar en edición bilingüe los poemas comentados al principio de cada obra, conseguía la p (...)
  • 22 Le P. Eulogio, après avoir observé que le Cantique de Bruxelles est dépourvu de protections offici (...)
  • 23 Le délai entre la licence du Général et la sortie effective de l’édition peut être assez long. A t (...)

15En outre, l’année 1627 vit également la parution du Cantique en langue italienne. Il figure en effet dans la traduction des Œuvres du Saint qu’un illustre membre de la Réforme ultramontaine, Alessandro di San Francesco, allié des Médicis16, réalisa et fit imprimer à Rome17 ; l’éditeur des Opere se conforme au plan et au texte des Obras de 1618, mais il insère entre la Nuit obscure et la Vive flamme les « Couplets de l’Epouse » et leur commentaire18. L’édition romaine donne les poèmes en langue originale en regard de leur traduction. Aussi, considérant que la licence et la dédicace signées par le Général italien furent rédigées en décembre 162619, alors que le chapelain de Son Altesse Sérénissime data sa censure du 8 février 162720, le P. Eulogio attribue à la publication italienne « la priorité absolue de l’édition des vers espagnols du Cantique »21. Mais l’antériorité de l’apparat d’édition n’est pas telle qu’on puisse conclure à une antériorité de publication, surtout si l’on tient compte des conditions cultives dans lesquelles s’est effectuée l’impression de Bruxelles : le P. Eulogio ne suggère-t-il pas lui-même, à bon droit semble-t-il, que l’approbation du Cantique de Bruxelles fut obtenue en dernière minute ?22 L’ampleur et la qualité de la tâche assurée par Corbelletti nous invitent à étendre son activité sur un temps plus long que celle de l’expéditif Schoevaerts23. Quoi qu’il en soit, dans le doute, il sera prudent de tenir les deux Cantiques de 1627, en gros, pour contemporains.

16Aussi, laissant les questions de préséance, signalons que le texte de Rome diffère de celui de Bruxelles par des traits dont nous relèverons d’abord le plus immédiatement apparent. Le chapelain d’Isabelle-Claire-Eugénie, je le rappelle, a donné son approbation à trente-neuf strophes. L’imprimeur Corbelletti, dans sa belle typographie, nous en offre quarante.

17Entre les strophes dixième et onzième selon Bruxelles, le lecteur italien trouve en effet une lira additionnelle libellée comme suit dans le texte original espagnol porté sur la page de gauche :

18XI

  • 24 Op. cit., p. 385.

Descubre tu presencia,
Y máteme tu vista y hermosura,
Mira que la dolencia
De amor no bien se cura
Sino con la presencia, y la figura24.

  • 25 Le caractère intercalaire de cette declaración peut être relevé dans le fait qu’elle est suivie d’ (...)

19Cette strophe reçoit un commentaire assez étendu qui occupe les pages 415 à 431 du volume25.

  • 26 Jerónimo de San José (1587-1654) s’est rendu notamment célèbre par un gros ouvrage théorique bien (...)
  • 27 José de Jesús María (1562-1628), neveu du cardinal Gaspar de Quiroga († 1594) fut élevé par Andrés (...)

20Le texte romain offre encore d’autres traits particuliers qu’il nous sera plus aisé d’identifier dans une édition parallèle un peu plus récente, réalisée celle-là à Madrid et en espagnol par les bons soins de Jerónimo de San José (Ezquerra)26, encore qu’on puisse supposer que celui-ci ait bénéficié pour la majeure partie du travail préparatoire des diligences assidues du bon José de Jesús María, son prédécesseur comme historiographe de l’Ordre, déposé à la suite d’une malheureuse affaire27.

  • 28 Mem. hist., B, n° 36, f° 24 r°. Voici le texte de ce document : « Item, dio licencia el Definitori (...)
  • 29 Obras / del venerable / i Místico Dotor / F. Joan de la Cruz / Primer / Descalzo i Padre / De la R (...)
  • 30 Le Cantique spirituel occupe les pages 599 à 802. A la page 803 : « En Madrid. Por los herederos d (...)
  • 31 Parlant des Traités, le second historiographe signale dans sa préface : « Publicados y esparcidos (...)
  • 32 « En la cual [impresión]... se han hecho dos cosas : la una, añadir un nuevo libro a los demas ya (...)

21Ordonnée par une décision du Définitoire prise en date du 2 octobre 162828, autorisée par licence du Général espagnol Juan del Espíritu Santo le 1er décembre 1628, dédicacée par lui le 6 janvier 1630 à l’Infant Cardinal, Archevêque de Tolède, l’édition madrilène29, comme je l’ai dit, fut la première à présenter la Declaración de las Canciones en castillan dans des conditions parfaitement officielles30. Après une allusion à la parution du Cantique en italien31, Jerónimo annonce qu’on va l’ajouter également dans cette édition, ajusté, affirme-t-il aux originaux32.

  • 33 Avec la même variante caractéristique « no bien se cura » au quatrième vers, contre la leçon domin (...)

22Il suffit d’ouvrir le volume — fort luxueux lui aussi, bien plus luxueux que l’édition de 1618 — pour constater que les impressions romaine et madrilène offrent de concert une même recension. On nous donne comme strophe onzième la même canción additionnelle33. Aux pages 651 à 659 se développe un commentaire en substance identique à son pendant italien ; la portion du texte correspondant aux douze dernières lignes du chapitre italien forme un alinéa mis en évidence par l’indication marginale : « Anotacionpara la Cancion siguiente ».

23La question de l’interpolation mise à part, il n’y a pas en tout point correspondance entre le Cantique discrètement édité sous les auspices de l’Infante et celui que, peu après, les Congrégations de Saint-Elie et du Saint-Esprit ont franchement agrégé aux œuvres complètes du Fondateur.

24Prenons le Prologue. En voici l’avant-dernière phrase selon le texte composé sur les presses de Godefroid Schoevaerts :

  • 34 Op. cit., fos 4 v°-5 r°.

25« Y porque lo que dixere, lo qual quiero sujetar al mejor juycio, y totalmente a la santa Madre Yglesia haga mas fe, no pienso affirmar cosa de mio, fiandome en experiencia, que por mi aya passado.ni de lo que en otras personas espirituales aya conocido, o de ellas oydo, aunque de lo uno y de lo otro me pienso aprouechar, sin que con autoridades de la divina Escritura vaya confirmado, y declarado a lo menos en lo que pareciere mas dificultoso, de entender »34.

26Au lieu de cela, à Madrid, en 1630, les héritiers de la veuve de Madrigal ont imprimé ceci :

  • 35 Op. cit., p. 601.

27« I porque todo lo que dixere lo quiero sujetar al mejor juizio, i totalmente al de la santa Madre Iglesia, para que haga mas fe, no pienso afirmar cosa de mio, fiandome de esperiencia, que por mi aya pasado, ni de lo que en otras personas espirituales aya conocido, o deltas oydo (aunque de lo uno i de lo otro me pienso aprovechar) confirmandolo con autoridades de la divina Escritura, y declararlo, a lo menos en lo qÞ pareciere mas dificultoso de entender »35.

28Nous ne sommes pas en présence d’une fantaisie de l’édition madrilène, car le mouvement du texte que celle-ci propose se reconnaît à travers la traduction du P. Alessandro, éditée en 1627 :

  • 36 Op. cit., p. 385.

29« E perche tutto quello che dirò voglio soggettarlo a miglior parere, e totalmente à quello della santa chiesa Cattolica Romana, acciò faccia maggior fede, non penso affermare cosa di mio, fidandomi d’esperienza che per me sia passata, ne di quello, che da altre persone spirituali habbia io vdito e conosciuto : benchè e dell’vno e dell’altro penso seruirmi, approfitarmi, confermandolo con l’autorità della sacra Scrittura ; e dichiarandolo almeno in quello che parrà più difficile da intendersi »36.

  • 37 « Y porque lo que dixere (lo qual quiero sujetar) » devient « Y porque lo que dixere lo quiero suj (...)

30On remarquera que dans l’ensemble la rédaction commune aux éditions italienne et madrilène dégage la ligne de l’énoncé en incorporant presque totalement aux articulations syntaxiques les éléments incidents présentés dans la version de Bruxelles37. La tournure qu’offre celle-ci a une allure sinueuse qui trahit le style oral, ou, ce qui revient au même, tout à fait improvisé : on voit bien qu’il s’agit là de l’état naissant. Les éditions tardives proposent ici, de toute évidence, un aménagement de la première écriture.

  • 38 Un flou naît de la différence de construction de « aprovechar » et « declarar ». C’est ce qui a in (...)
  • 39 Un flou naît de la différence de construction de « aprovechar » et « declarar ». C’est ce qui a in (...)

31Cette espèce d’épuration littéraire n’est cependant pas réalisée dans un respect entier de la pensée. En effet, soucieux de s’abriter sous l’aile des autorités scripturaires, l’auteur du texte édité en 1627 annonçait qu’il n’emprunterait à son expérience ou à celle d’autrui rien qui ne fût non seulement confirmé, mais, pour les cas épineux du moins, élucidé par les Ecritures mêmes. La rédaction revue détruit la netteté du projet : selon ses termes, les Ecritures viennent simplement à l’appui d’un commentaire auxquelles elles ne sont pas mêlées essentiellement38. Voilà qui n’est pas sans obscurcir le propos de Jean de la Croix, dont les errements exégétiques attribuent à la Bible un rôle capital, surtout lorsqu’il s’agit d’expliquer le Cantique. Ajoutons que la phrase revue se termine assez gauchement39.

32D’une façon généralement plus heureuse, les deux imprimés madrilène et romain s’accordent en de multiples endroits contre le Cántico suelto diffusé à partir de nos provinces.

  • 40 Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix a-t-il été interpolé ?, Bulletin hispanique, 24, 1 (...)

33Dès 1922, Dom Philippe Chevallier a entrevu à travers cette série de différences l’opposition des deux états du texte40.

  • 41 Le Cantique spirituel interpolé, Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926, pp. 124-135

34Cette opposition, qui ne touche rien de substantiel, se caractérise le plus souvent par une plus grande brièveté de la recension qu’on pourrait baroquement qualifier d’italo-madrilène. C’est un aspect des choses que Dom Chevallier soulignera dans la suite de ses enquêtes relatives au Cantique, lorsqu’il s’occupera de distinguer « les six états connus du Cantique spirituel »41. Qu’on me permette de proposer ici, à titre d’exemple, un seul parallèle, où, pour plus de simplicité, on ne retiendra pas le texte italien. On trouvera ci-dessous l’explication de 25 5 selon les éditions de Bruxelles et de Madrid successivement.

35BR Y no parezca nayde en la montiña

36MD Y no parezca nadie en la montiña.

37BR Porque para este diuino exercicio interior es también neces

  • 42 Ed. Brux. 1627, pp. 201-202.
  • 43 Ed. Madrid 1630, pp. 740-741.

38MD Porque para este divino exercicio interior, est tambië necesaria soledad, y agenacion de todas las cosas, que se podrían saria soledad i agenacion de todas las cosas que se podrían ofrecer al alma, aora de parte de la poricon inferior, que es la senofrecer al alma : aora de parte de la porción inferior, que es la sensitiva del hombre, aora de parte de la porción superior, que es la sitiva _______ : aora de parte de la _______ superior que es la razonal, las quales dos porciones son en que se encierra toda la racional, que _____________ son las en que se encierra toda la armonia de potencias, y sentidos de todo el hombre : a la qual armonía armonia de potencias i sentidos de todo el hombre _____________ qÞ llama aqui montiña, y dize que en esta no parezca nayde es a aqui llama montiña, — dice, qÞ en esta no parezca nadie, es a saber ningun objeto perteneciente a alguna de estas potencias, y saber _______________________________________________ sentidos, que hauemos dicho : y asi es, como si dixera, en todas las____________________________________________________ potencias espirituales como son entendimiento, memoria y voluntad no____________________________________________________ aya otras cosideraciones ni otros affectos, ni otras digressiones : y en ____________________________________________________ todos los sentidos, y potencias corporales como son imaginatiua, ___________________________________________________ no y fantasia, y los cinco sentidos exteriores no aya otras formas, parezcan en las potencias i sentidos sensitivos ningunas formas, ymagenes o figuras de algunos objetos, y operaciones naturales ________ ni figuras de ______ objetos, ni otras operaciones naturales :Esto dize aqui el alma por quanto en esta sacón de comunicación _______________ porque — en este caso, _________________ con Dios, conviene, que todos los sentidos, assi interiores como ________________ si los sentidos ____________ esteriores, o exteriores esten desocupados, y vacios : porque en tal caso quanto interiores ____________________________________________ ellos mas se ponen en obra tanto mas estruan, ___________________________ obran,_________ estorvan, ni tampoco parezcan ____________________________________________________ en las potencias espirituames otras sus operaciones i exerporque en llegando el alma a la vnion interior de Dios ya cicios : porque en llegando al saber de unión de amor ________ ya no obran en esto _______ las potencias espirituales, y menos las corno obra, ni conviene obren las potencias espirituales_____________ porales, por quanto esta ya echa la obra de unión de amor, ______________ pues _____ está ya echa la obra de unión amando lo entendido, y assi acabaron de obrar : porque llegando al termino cesan todas — asi ___________________ como llegado al termino cesan todos las operaciones de los medios, y assi lo que el alma entonces haze_______________ los medios ; ____________________________ en el amado es, estar en exercicio de la que ya esta en alia echo, _____________________________________________________ que es amor en continuacion de union de Dios, no parezca pues ______________________________________ no parezca pues nayde en la montiña, sola la voluntad esta asistiendo en entrega nadie en la montiña, sola la voluntad esté asistiendo ________ de si y de todas las virtudes al amado en la dicha manera42. ______________________ al Amado en la dicha manera43.

39Coupures, tournures plus ramassées, chevilles plus brèves : comparé à l’extrait de Bruxelles, celui de Madrid se signale ostensiblement par l’étendue des « creux » et la propension aux tournures condensées. Que cet exemple vaille pour les nombreux autres cas où, sans aller nécessairement jusqu’à une telle concentration, le texte madrilène s’oriente vers une syntaxe d’articulation plus serrée, adopte un développement de caractère plus linéaire que celui du Cantique de Bruxelles, poussif dans sa démarche, mais généreux dans son inspiration.

40La distribution des différences, signalons-le, n’est pas égale : ainsi, elles s’offrent nombreuses dans les quatre premières declaraciones pour se réduire à peu près à rien de 5. à 7., mais en 8. et en 9., les deux recensions diffèrent de nouveau sensiblement ; les différences se concentrent par zones au sein des chapitres eux-mêmes.

  • 44 Cfr supra, p. xxiv. Le sigle A apparaît pour la première fois dans l’article Le Cantique spirituel (...)
  • 45 Cfr supra, pp. xxiv-xxv.

41La version primitive imprimée aux Pays-Bas espagnols est également offerte par la traduction française de 1622 ainsi que par six manuscrits connus à ce jour. Dom Chevallier l’a revêtue du sigle A44. On cite douze manuscrits qui donnent le texte revu pris comme base par les autorités des congrégations d’Espagne et d’Italie à la fin du premier tiers du xviie siècle : Dom Chevallier a baptisé cette version A’45.

  • 46 Aux pp. 140-3 de la Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926, Dom Chevallier a dressé un tab (...)
  • 47 La forme A’ présente quelquefois les citations en style indirect. Par exemple, alors que l’édition (...)
  • 48 Les extraits ajoutés sont conformes à la Vulgate Clémentine de 1592 (cfr Dom Chevallier, Le G. spi (...)

42Le critique bénédictin a spécialement distingué A et A’ sous le rapport de leurs modes de citation biblique. Il a noté que la rédaction primitive donne habituellement le texte latin suivi de sa traduction ; ces deux éléments sont unis par des formules de transition qu’il nomme « protocoles ». Quant aux manuscrits porteurs du texte désigné par le sigle A’, ils laissent tomber les citations latines jusque dans le cours de l’explication du quatrième vers de la strophe treizième ; au-delà, ils conservent latin et protocoles46. Jusqu’au point où ces manuscrits délaissent la langue savante, et pour autant que les citations ne soient pas passées dans le tissu de la phrase47, les éditions de Madrid et de Rome proposent, côte à côte, sans aucune cheville, latin et castillan. Cette insertion de textes latins « à joints vifs » apparaît comme une initiative exercée par les éditeurs sur la partie sans latin ni protocole de la version dite A’48. Pour le reste, le texte sur lequel ils ont greffé la strophe Descubre tu presencia et sa declaración répond en tout point à la forme A’, si ce n’est que l’imprimé de Madrid est affecté d’une trentaine d’édulcorations opérées à l’intervention, sans doute, des autorités.

  • 49 Dom Chevallier, article cité, p. 126.

43On peut donc affirmer qu’en 1627 et 1630, le texte A’ fit son entrée officielle dans la vie publique du Cantique, supplantant la forme A, dont l’apparition fut de la sorte aussi brève que discrète. Le texte de Madrid ne connut pas moins de dix réimpressions sur le reste du siècle et fut traduit dans diverses langues49.

44En même temps que A’ paraissait assurer définitivement sa position, une version appelle à une grande fortune commençait à s’ouvrir son chemin dans le même volume de 1630. Qu’on se rappelle que la strophe onzième et son explication y ont toute apparence d’être distraites d’un ensemble étranger à la souche principale. C’est ce que l’histoire de l’édition vérifiera au bout d’un temps il est vrai assez long.

45L’avènement de la version dite B commence à se préparer dans la ville andalouse de Jaén en 1670, peu de temps avant la béatification, c’est-à-dire à un moment où l’on mettait inévitablement un zèle particulier à relever des documents qui concernaient celui qu’on allait porter sur les autels.

  • 50 Ceci était vrai au moment où ces lignes ont été écrites. Depuis lors, toutefois, le P. Eul. de la (...)

46Le 3 février de cette année, le P. Salvador de la Cruz, Carme dont on ignore tout50, hors le pédantisme dont sa plume fit preuve en l’occasion, signe une Noticia cierta où il affirme bien haut la rare valeur et jusqu’au caractère autographe d’un manuscrit du Cantique pieusement conservé par les Religieuses de la Communauté de Jaén.

  • 51 Cfr infra, pp. 233-4.

47Abstraction faite des considérations qu’il développe personnellement, Salvador de la Cruz appuie sa conviction sur des renseignements obtenus au Couvent. Le manuscrit y serait entré avec sa fondatrice elle-même. Celle-ci ne fut autre qu’Isabel de la Encarnación, entrée novice à Grenade sous Anne de Jésus, et qu’un témoin direct, soit dit en passant, cite comme l’une des premières copistes des Canciones de la Esposa51.

  • 52 Relié en velours carmin et orné d’appliques métalliques dorées, le ms. des Carmélites Déchaussées (...)

48La célèbre moniale aurait reçu le document sous forme de cahiers des mains de la destinataire Anne de Jésus en personne. Avant de mourir, elle l’aurait elle-même confié à la Mère Clara de la Cruz, Religieuse des lèvres de qui l’auteur de la note tient le récit52.

49Il y a un point SUT lequel on peut prendre tout de suite le P. Salvador en défaut : sans aucun doute possible, le ms. de Jaén ne peut être tenu pour un autographe de saint Jean de la Croix. Mais si l’on en juge d’après le nombre des transcriptions qui jouirent de la réputation et même du titre d’autographes, ce genre de question n’était pas examiné de bien près au xviie siècle.

50Dans des conditions que nous ignorons, non sans lenteur en tout cas, l’exemplaire de Jaén en vint à acquérir un prestige qui, à l’aube du xviiie siècle, lui valut de renverser l’hégémonie de l’hybride madrilène de 1630 : il envahit la scène à lui seul, en Espagne du moins, pour plus de deux cents ans.

  • 53 Obras / espirituales / que encaminan / a una alma / a la mas / perfecta vnion / con dios / en tran (...)

51Sous l’impulsion d’Andrés de Jesús María, prieur de los Remedios, une nouvelle édition des Œuvres complètes de Jean de la Croix vit le jour à Séville en 170353. Sa présentation somptueuse lui vaut parfois le nom d’ « édition royale ».

52Elle n’offrait rien de bien neuf, si ce n’est pour le Cantique, dont le texte était censé reproduire fidèlement le ms. de Jaén, encore que l’éditeur paraisse y avoir mis de-ci de-là un peu du sien, et reprenne, d’un autre côté, la plupart des édulcorations de l’édition de 1630.

53Quelques lignes expéditives de la préface indiquent la source du Cantique de Séville et prétendent asseoir son autorité :

  • 54 f° 2v°.

54« ... el libro de la Canciones que comienza Adonde te escondiste se ha ajustado à su proprio original, escrito por mano del mismo Santo Doctor y Padre nuestro : y por insigne Reliquia venera y conserva nuestro Convento de Carmelitas Descalzas de Jaén. Que por averse ocultado todo este tiempo en dicho Convento sin que tuviese noticia de el la Religion, ha corrido impreso dicho libro, no solo variada la disposición y orden de algunas estancias o Canciones, sino mutilado en muchas clausulas, y parafos, que ahora se han añadido »54.

55Andrés de Jesús María fait écho presque mot pour mot à Salvador de la Cruz, lequel avait affirmé plus de trente ans auparavant :

  • 55 fos 2v°-3r°.

56« Habiendo después hallado la Religion algunos de los originales de N.V.P., hizo nueva impresión de sus obras, coma se ha dicho, en Madrid, año de 1630, que dedicó al Señor Infante Cardenal y Arzobispo de Toledo, Don Fernando, añadiendo en esta impresión este Cántico y su explicación, aunque viciado y corrupto, como se ha dicho, por no haberle ajustado con este original, que siempre ha estado oculto sucesivamente en poder de las tres Religiosas arriba dichas, sin tener noticia de él la Religión »55.

57L’éditeur de Séville suit également Salvador dans l’interprétation des différences qui existent entre le texte de Jaén et la teneur des premières éditions réalisées.

  • 56 f° 2v°.

58Le ms. des Carmélites présente les strophes dans un ordre différent : c’est que les éditions les donnaient en désordre. Ce fut le cas, selon le P. Salvador, de l’édition madrilène de Jerónimo, de sa traduction latine de 1639 et des extraits produits par le même Jerónimo dans sa vie du Saint : « varían y se diferencian de este original, no sólo en palabras, que a veces varían el sentido que pretendió N.V.P., sino también en la colocación de las estancias de este Cántico, hallándose en los dichos tres libros muchas de ellas colocadas en diferente lugar que les dio en este original Nuestro Venerable Padre »56.

  • 57 f° 3v°.

59Le texte de Jaén est plus copieux : c’est qu’avant se découverte on n’a rien publié que de tronqué. Le P. Salvador tranche : « Demás de no haberse impreso ni hallarse en ambos la parte que N.V.P. en este original intitula Argumento, que fuera del título contiene veintisiete renglones, y la parte que se sigue immediatamente a él Argumento, que N.V.P. en este original intitula Anotación, que fuera de el titulo contiene treinta y cuatro renglones sino que el texto de la Exposición se halla viciado y corrupto, ya quitando y añadiendo, ya variando palabras, ya omitiendo clausulas enteras y a veces por muchos renglones, de las que en este original se contienen »57.

60Dans ce parallèle de sa façon entre le ms. de Jaén et les premières éditions, le P. Salvador nous donne ici une certaine idée du plus et du moins. S’il avait connu Paris 1622 ou Bruxelles 1627, il leur aurait imputé en outre l’omission de la strophe Descubre tu presencia et de son explication. Pour peu qu’il eût fait un effort de précision, il n’eût pas négligé de signaler que les portions les plus remarquables du texte de Jaén sont sans nul doute ces « anotaciones para la canción siguiente » dont les éditions romaine et madrilène offrent un modèle à la suite de la declaración onzième, empruntée, nous le constatons, à la version tant prisée par l’auteur de la Noticia cierta.

  • 58 Le Cantique spirituel ... a-t-il été interpolé ?, pp. 332-4. Il s’agit essentiellement à ces pages (...)

61« Argumento », « Anotación » « anotaciones para la canción siguiente » : n’eût été son goût trop vif pour la pompe et le luxe de préliminaires pédantesques, le P. Salvador eût pu se rendre compte qu’un tel apparat d’avertissements et de sutures dénotait une activité de rebrassage. Personne n’en doute aujourd’hui. Dès sa première étude sur l’affaire du Cantique, Dom Chevallier releva dans la forme proposée par le ms. de Jaén des traces de l’ordonnance attestée chez les témoins à trente-neuf strophes58 ; tardive et ultime — toutefois antérieure, et pour cause, à l’amalgame publié à Rome et à Madrid — la version avalisée par la Noticia cierta reçut du futur auteur de l’Edition critique le sigle B, qui devint bientôt un vrai signe de discorde, le symbole d’une polémique.

62J’aurais souhaité parler ici le moins possible du contenu du Cantique. Mais il faut bien que j’en touche un mot dès à présent, ceci à seule fin de donner une idée de la différence des deux structures qui fondamentalement s’opposent, à savoir A A ‘ d’une part, et B de l’autre.

63C’est l’Aimée qui parle d’abord et, d’ailleurs, le plus souvent. Dans la première lira de A-A’, l’âme, tout imprégnée d’un vif amour, vient d’être désolée par une visite trop fugace de l’Epoux. « ¿Adonde te escondiste? » : tel est l’incipit par lequel le Cantique est le plus souvent désigné dans les vieux documents. L’Aimée se lance à la poursuite de l’Aimé et cherche à l’atteindre par divers recours, mais en vain, jusqu’à ce qu’une intervention de l’Aimé en personne provoque un vol spirituel dont l’impétuosité est calmée sans retard par ce Dieu devenu soudain proche et familier.

64Après cette partie narrative — ou pour parler avec plus de prudence, apparemment narrative — l’âme éclate en exultation. Sa voix est relayée à quelques moments par celle de l’Epoux : tous deux s’emploient à chanter l’avènement de l’Epouse, le quiet bonheur du couple retiré en solitude ; les Epoux ont soin de confirmer par l’admonestation de diverses catégories d’intrus cette assurance et cette paix. A partir du groupe 13-14 « Mi Amado las montañas », l’explosion lyrique brise la ligne d’exposition dramatique. Cependant, à la strophe trente-deuxième (« Escóndete, Carillo ») et, plus sensiblement encore, à partir de la strophe trente-cinquième (« Gocémonos, Amado ») — je parle selon l’ordre des trente-neuf canciones— l’âme invite l’Epoux à s’engager avec elle dans une voie qui reste fermée au lecteur.

65Menée vers par vers, la declaración voit son orientation étroitement déterminée par les perspectives successivement adoptées dans la création poétique. De la strophe initiale à la strophe « Apártalos, Amado », elle se présente comme un commentaire aussi conséquent que possible de l’action en cours.

66Ensuite, la glose assouplit quelque peu sa démarche en raison de la mobilité de perspective née de l’extrême exaltation du langage lyrique. Malgré ces conditions particulières, elle tend cependant à prolonger la tentative d’exposition cohérente esquissée dans la première dizaine des liras.

67Les matières à expliquer de 12 à 39 sont en effet soumises à un balisage chronologique obtenu par une systématisation de la terminologie nuptiale : à en croire les explications fournies en rapport avec le couple 13-14 et la strophe 27, il faut considérer que les strophes douzième à trente-sixième couvrent une période dite des fiançailles spirituelles ; au delà, selon 27, commence l’état le plus accompli, à savoir le mariage spirituel proprement dit. La notion de fiançailles spirituelles et sa relation aux réalités du poème restent assez floues. En revanche, le mariage spirituel se définit assez nettement en fonction de projets qui s’affirment de façon particulièrement actuelle et cohérente à travers les dernières strophes du poème. Le mariage, c’est essentiellement la transformation de l’âme en Dieu sur le plan de l’amour ; les invitations qui se répètent vers la fin du poème tendent à développer dans des actes conjoints de l’âme et de Dieu l’exercice de cette transformation. Celle-ci enfin, comme y insiste la declaración trente-septième, implique, en dépit de la disparité de nature des Epoux, une parfaite égalité d’amour.

68Il est aisé de montrer en quoi le plan B diffère de ce qui vient d’être exposé de la structure commune aux versions A et A’.

  • 59 Chev. Ed. or., Notes historiques, pp. xxxix-xl.

69La « première rédaction » prend l’âme au moment où elle a déjà mûri dans l’exercice de la vie mystique, atteignant une forme d’amour impatient que Dom Chevallier situe avec exactitude à la fin de la « Nuit de l’esprit », au cœur de la quatrième forme des tourments d’amour distingués par Jean de la Croix dans la Nuit obscure59. Le lecteur quittera cette âme alors qu’elle atteindra la plénitude de sa vocation par l’égalité d’amour réalisée ici-bas en mariage spirituel.

70La rédaction B élargit la perspective historique.

  • 60 Le thème de la méditation et son rôle sont nettement ignaciens.

71L’Amante lancée sur les pas de l’Aimé ne fait que commencer le service de Dieu. Un « Argument » est mis en tête, qui le précise en toutes lettres. Une « Annotation » vient ensuite nous confirmer que la première strophe représente la conversion d’une âme qui, à considérer la brièveté de la vie60, détermine de s’occuper activement de son salut. Si l’on inclinait à tenir ces hors-d’œuvre de l’Argumento et de l’Anotación pour additions tardives, les interpolations de la declaración première suffiraient à établir la tendance du remanieur à cet égard ; il s’y borne en effet à donner à une âme quelconque, sans lui attribuer aucun degré d’avancement, des conseils généraux pour la recherche de Dieu.

  • 61 SV, p. 276.

72La perspective se développe également à l’autre extrémité de la carrière spirituelle, et jusqu’au point de dépasser le terme de cette vie. Il reste entendu que l’âme, aux dernières strophes, est installée dans le mariage spirituel, mais, à ce moment, sa préoccupation l’abstrait déjà de ce monde : « Y las ultimas Canciones tratan del Estado Beatifico, que solo ya el alma en aquel Estado perfecto prétende »61.

  • 62 Autour du Cantique spirituel, Etudes carmélitaines, 17, 1932, II, p. 134.

73Cette attitude suppose qu’on reprenne à l’âme quelque chose de l’entière satisfaction que la première rédaction lui accorde une fois atteint le sommet que constitue le mariage spirituel. On opinera que le Cantique B a tort ou raison d’opérer, selon le mot de Dom Chevallier, cette « dénégation », mais il est indéniable qu’il l’a opérée. Rien de plus parlant à cet égard que la synopse que voici, empruntée à un article de synthèse du P. Louis de la Trinité, toujours lumineux et serein62 :

  • 63 BR 37, 1-2, pp. 272-280.
  • 64 S V 38. 1-2, p. 397a.

Esta pretensión es la ygualdad de amor, que siempre el alma natural, y sobrenaturalmente des-sea: porque el amante no puede estar satisfecho sino siente que ama quanto es amado, como ve el alma la verdad de la inmesidad del amor, co que Dios la ama, no quiere ella amarle menos altamente y perfectamente y para esto Des-sea la actual transformaciónporque no puede el alma venir a esta ygualdad, y entereza de amor sino es en transformación total de su voluntad con la de Dios en que de tal manera se vñen las voluntades, que se hace de dos una y assi hay y-gualdad de amor63.
Esta pretendan de el alma es la igualdad de amor con Dios, q siempre ella natural, y sobrenaturalmente apetece : porq el Amante no puede estar satisfecho, sino siente que ama, quanto es amado. Y como el alma vé, que con la transformación q tiene en Dios en esta veda, aunque es inmenso el amor, no puede llegar a igualar con la perfección de amor con que de Dios es amada, desea la clara transformación de gloria, en q llegará á igualar con el dicho amor64.

74Plus voyante encore que la « dénégation » est la transformation qui affecte la structure même du poème.

  • 65 De plus, une transposition parallèle est opérée dans le dernier discours de l’Aimé, où les deux st (...)

75Pour rendre compte aussi simplement que possible de ce phénomène, je me bornerai à dire que toutes les strophes dans lesquelles l’âme-épouse conjure l’action des fâcheux ont été regroupées en deçà de « Entrádose ha la Esposa », vingt-septième selon le plan A-A’65.

  • 66 Le titre Anotación figure dans les mss de Jaén et d’Avila.
  • 67 Il faut signaler que l’édition princeps remet ici en clair à sa façon quelques lignes perturbées p (...)

76Cette strophe passe pourtant vingt-deuxième, car après le couple 13-14, ou, plus exactement, 14-15 selon le numérotage de B, tout ce qui n’appartient pas à l’espèce de la conjuration est rejeté au delà de « Entrádose ha la Esposa ». Le motif du bouleversement apparaît dans une Anotación66 insérée à la suite de la declaración quinzième, c’est-à-dire en tête du nouveau groupe formé avant la strophe anciennement vingt-septième. On lit à cet endroit dans l’édition de Séville67.

  • 68 L’extrait noté en caractère romain contient des retouches apportées par l’éditeur de Séville en vu (...)
  • 69 SV, 15.5, p. 327 a-b.

77« Pero antes que entremos en la declaración de las demos Canciones conviene aqui aduertir, queno, porque avernos dicho, que en aqueste estado de desposorio, en que avernos dicho que goza el alma de toda tranquilidad, y que se le communica todo lo demás, que se le puede comunicar en esta vida, se ha de entender que es en toda ella sino que esta tranquilidad68 es según la parte superior, porque la sensitiva hasta el estado de Matrimonio espiritual, nunca acaba de perder sus resabios, ni sujetar de él todo sus fuer cas como despues se dira : que lo que se le communica es lo mas que se puede en razón de desposorio : porque en el matrimonio espiritual ay grandes ventajas ; porque aunque en él desposorio en las visitas goza tanto bien él alma Esposa, como se ha dicho, todavía padece ausencia y perturbaciones y molestias de parte de la porción inferior, y de el Demonio, todo lo quai cessa en el estado de el matrimonio »69.

78L’affaire est claire. Le remanieur a voulu établir un net décalage entre les fiançailles et le mariage spirituel proprement dit, à telle enseigne que la première de ces époques se voit impartir un caractère presque purement préparatoire, un rôle de mise à la raison des parties du psychisme encore insoumises à l’économie de la vie contemplative.

  • 70 Voir la déclaration de Francisca de Jesús aux Informations de Medina le 16 décembre 1614 dans B.M. (...)

79L’insertion de la strophe « Descubre tu presencia » et de sa declaración appellent peu de commentaires. Ces deux éléments sans grande originalité enchérissent sur des notes déjà présentes dans la première version : amour impatient, revendication de la vision beatifique. En faveur de la lira additionnelle, on retiendra qu’elle est attestée dans la déposition d’une Religieuse dès 161470.

80D’autre part, bien que cet aspect semble mineur en regard des modifications structurelles et doctrinales, la technique de révision du texte même mériterait d’être analysée dans le Cantique B. Les parties retouchées ont en effet subi également des interventions de caractère principalement formel. Là où la volonté d’innover s’est exercée sur le texte, la volonté d’amender n’a pas été absente.

81Au moyen d’interpolations et d’ajustements parfois modestes, mais presque toujours heureux, le remanieur a pris la peine en mainte occasion de parfaire l’équilibre de l’expression ou d’en accroître la clarté.

82Les adaptations ainsi réalisées diffèrent on ne peut plus dans leur esprit de celles dont la version A’ est le produit. Alors que celle-ci est née principalement de souci de déblayer et de condenser, le Cantique B, jusque dans ses détails, s’oriente vers le développement.

83Puisque nous venons d’être ramenés un instant à la version A’, il vient à point de signaler ici un dernier élément de complication de la situation générale. En effet, le Cantique B dans son ensemble a été fabriqué sur le modèle de A, mais il faut faire exception du commentaire des deux premières strophes, portion pour laquelle il procède de la version A’.

84On sait que celle-ci élimine régulièrement le latin des citations bibliques jusque dans le cours de la declaración treizième. Le Cantique B n’a pas de système de citation bien défini : il ne met jamais de latin dans les citations qu’il introduit, mais tantôt il garde, et tantôt il rejette le latin attesté en A. Dans l’explication des deux premières strophes, toutefois, il ne retient pas une seule fois le texte de la Vulgate. Il ne fait en cela que suivre A’, auquel il se conforme d’autre part pour tous les détails du texte, et sur le canevas duquel le remanieur a exercé son travail d’interpolation. Il arrive ainsi parfois que le texte primitif passe par deux phases successives de contraction et de dilatation, comme dans le cas suivant :

85BR Y a este tiempo amoroso es la comunicación de estas rene MD I a este tiempo _______ es la conmutado destas renes SV Y à este tiempo _______ es la commutacion de estas renes

86de apetitos de voluntad hecha en grande manera de tormëto en ansia _____________________ en grande manera de tormento i ansia _____________________en grande manera de tormento y ansia de uer a Dios, tanto que le parece al alma yntolerable el rigor de que por ver a Dios, tanto que le parece al alma intolerable el rigor, de que por vèr à Dios, tanto que le parece al alma intolerable el rigor, de que con ella vsa el amor, no porque la aya herido (porque antes tiene ella cô ella usa el amor, no porque la hiriere porque antes tiene __________ con ella vsa el amor : no porque la huvo herido (porque antes tiene ella las tales heridas de amor por salud) sino porque la dexo ansi herida las tales heridas _______ por salud sino porque la dexo asi_______ las tales heridas _______ por salud suya, sino porque la dexo assi_____ penando, _______ y no la hirió mas _______ hasta acabarla de penando _______ i no la hirió mas ____________ acabándola de penando en amor, y no la hirió mas valerosamente, — acabándola de matar para poder verse juntamente conel en reuelada, y clara vista de matar, para _______ verse i juntarse con el en vida eterna, _______ matar, para _______ vnirse, y juntarse con el en vida _________ de perfecto amor, por tanto encareciendo o declarando — el dolor de la __________ Por tanto encareciendo, o declarando — su dolor ________ amor perfecto, por tanto encareciendo, o declarando ella su dolor, _____ herida de amor a causa de la ausencia dijo (aviendome herido) ________

  • 71 BR, 1.4, pp. 19-20. « Communicacion », donné en caractère romain, est un lapsus pour « Comutacion  (...)
  • 72 MD, 1.4, p. 617. Des mots donnés en caractère romain « hiriere » est un lapsus pour « hiriera », e (...)
  • 73 SV, 1.4, pp. 282-3. Le mot « suya » donné en caractère romain est une interpolation de l’éditeur.

87__________________________________ dize, Aviendome herido ; _____ __________________________________ dize / Aviendome herido. / Es a ____________________________________________________________ ____________________________________________________________ saber dexandome assi herida, muriendo con herida de amor de ti, te
_____________________________ 71.
______________________________ 72.
escondiste con tanta ligereza como Ciervo73.

88Le P. Andrés de Jesús María, l’éditeur de Séville, était bien loin de s’arrêter aux subtilités de l’histoire entrecroisée des textes.

89Sa position est simple : le texte de Jaén est le meilleur parce qu’il est le plus long ; les versions moins étendues souffrent de mutilations.

90Le Religieux sévillan a-t-il eu conscience des divergences doctrinales qui opposaient le Cantique de Jaén aux textes précédemment édités ? Ce n’est pas impossible, mais je crois que nous aurions tort de suspecter a priori le zélateur de l’édition de 1703. Il est évident qu’il a simplement fait crédit à Salvador de la Cruz : ne reprend-il pas jusqu’à ses expressions ?

91Sans préjuger de l’opinion qu’on peut avoir sur les conditions d’élaboration du dernier Cantique, je ne vois actuellement aucune raison d’interpréter son accès aux presses comme une manœuvre de l’éditeur ; il est plus probable que le Cantique de Jaén soit tout simplement parvenu à la publicité grâce au lustre des témoignages que le P. Salvador y avait attachés.

***

92Mais laissons le P. Andrés et sa fonction, tout épisodique malgré l’ampleur de ses conséquences. L’important serait de préciser la situation du Cantique B par rapport à l’activité d’auteur de Jean de la Croix. S’agit-il d’une œuvre anthentique, d’un apocryphe, ou encore doit-on s’arrêter à quelque hypothèse intermédiaire ?

93Les deux autres formes plus anciennes ne soulèvent pas de problèmes de cette importance.

94Une comparaison générale et sommaire des versions ne nous a laissé aucun doute sur l’antériorité absolue du texte diffusé par l’édition de Bruxelles. N’en eussions-nous les preuves qui seront ajoutées plus loin, son authenticité nous paraîtrait assez garantie par son caractère originel.

  • 74 On sait que le ms. aujourd’hui jalousement conservé à Solesmes par les soins de Dom Chevallier app (...)
  • 75 Trois mss. de A’ associent les deux traités dans un même recueil : le ms. du Sacro Monte (Gr), le (...)
  • 76 Dans le prolongement de l’hypothèse étayée à la note précédente, on pourrait considérer que le Can (...)
  • 77 Dans son mémoire de licence présenté à l’Université de Liège en 1963, La Subida dans le manuscrit (...)
  • 78 Ceci pour les raisons signalées à la note 2 de la p. lx.

95Il n’est pas douteux non plus que la version A’ ait circulé avec l’approbation de l’auteur. Je n’appuie pas cette conviction sur le prestige excessif du manuscrit de Solesmes74, mais sur le constat d’une étroite association de la forme A’ du Cantique avec la première forme du Traité de la Vive flamme75. Il est bien moins probable — je dirais peut-être même peu probable — que Jean de la Croix soit en personne l’auteur de ces simples retouches, qui seraient plutôt le fait d’un secrétaire légèrement enclin à dépasser son rôle76. Ce qu’on sait des méthodes de travail de Juan Evangelista confirme cette hypothèse dans une mesure non négligeable77. Je ne me laisserai pas aller à traiter ici de cette question, car sa solution implique un examen complet des traditions manuscrites du Cantique A’ et de la Vive flamme78. Le Cantique A’ ne constitue en lui-même rien de plus qu’un problème mineur : il est dû à un simple travail d’adaptation sans caractère personnel ni portée doctrinale.

96Le Cantique B, par contre, ne laisse pas d’inquiéter. Il met en cause d’un seul coup le développement de l’œuvre, de la personnalité et de la doctrine de Jean de la Croix.

  • 79 B.M.C. 12, p. lxvi.

97Il est piquant que ces implications semblent avoir échappé au moment où la version tardive fut officiellement intronisée et préférée à toute autre pour une période qui allait occuper près de deux cents ans. « No cayó en la cuenta el buen P. Prior de Sevilla de la doble redacción hecha por el Santo de este tratado », observe le P. Silverio79. Et d’ajouter ceci, qui peut être compté à la décharge du P. Andrés : « ni conoció el Códice de Barrameda ».

98Dans le cours du xviiie siècle, comme si le sort l’avait réservée à un esprit capable de lui appliquer la démarche critique, une pièce capitale jusqu’alors tenue sous le boisseau vint à la connaissance d’un Carme épris de textes et de vérité.

***

99Le Couvent des Carmélites Déchaussées de Sanlúcar de Ba rrameda ne fut fondé qu’en 1644.

  • 80 Selon le P. Silverio, (B.M.C. 12, p. xviii), le ms. de Sanlúcar mesure 145 x 95 mm. Justification  (...)

100On ignore quand et comment y parvint un manuscrit du Cantique A80 dont le frontispice porte en surcharge l’inscription qui devait donner lieu en notre siècle à des débats passionnés : « Este libro es el borrador de qÞ ya se saco en limpio ».

101L’avis se trouve au pied de la page. Suit une signature un peu écrasée dans l’espace restant : « fr Ju° de la † ». Les pages du volume sont en outre parsemées de surcharges marginales.

  • 81 Andrés de la Encarnación, né à Quintanas Rubias de Arriba (Soria) en 1716, fit sa profession à Tud (...)

102Un demi-siècle après que l’édition de 1703 se fut imposée comme un canon intangible à toutes celles qui suivirent, un laborieux Carme espagnol, véritable émule de l’Ecole de Saint-Maur, obtint de son Ordre commission d’entreprendre une édition systématiquement fidèle des écrits de Jean de la Croix. Le décret est daté du 6 octobre 1754 ; le Carme éclairé s’appelle Andrés de la Encarnación81. En juin 1757, le manuscrit de Sanlúcar était entre les mains du patient chercheur.

  • 82 Voici l’essentiel de ce document, rédigé au couvent de San Hermenegildo à Madrid le 3 juin 1757 :
    « (...)

103Sur une feuille jointe aujourd’hui encore au manuscrit, le P. Andrés affirme l’authenticité de la signature et de la note du frontispice. Il attribue à la même main les surcharges portées sur les pages intérieures82.

104Le P. Andrés ayant à la fois charge officielle et la plus haute qualification, l’événement est d’importance.

105D’abord, le jugement implique la réhabilitation de la forme du Cantique rejetée dans l’oubli par la prompte éviction de l’édition bruxelloise de 1627.

106D’autre part, vu la nature et le destin de certaines des interpolations portées sur la copie de Sanlúcar, Andrés de la Encarnación ne pouvait reconnaître leur authenticité sans jeter un pont entre une activité reconnue de Jean de la Croix et l’élaboration du Cantique représenté entre autres par l’exemplaire de Jaén.

  • 83 Je compte personnellement plus de 140 surcharges de cette espèce où l’intervention de la seconde m (...)
  • 84 Les surcharges de ce type sont au nombre de 27.
  • 85 Vingt-deux d’entre elles ont trouvé écho. Celles qui ont une certaine étendue se retrouvent parfoi (...)

107Les surcharges de Sanlúcar sont en effet de deux espèces essentiellement. Les unes, presque toujours réduites, corrigent ou modifient légèrement la copie83. Les autres, simples notes de lecture, fixent sur le papier un thème de réflexion ou une amorce de développement inspirés à l’auteur par son propre texte84. Or, les surcharges de la première espèce sont toutes passées dans les portions du Cantique A maintenues au sein du Cantique B, tandis que la plupart des notes de lecture ont trouvé un prolongement dans les parties propres à B85.

108C’est ce qui amène Andrés de la Encarnación à concevoir comme suit le mouvement créateur qui, parti de A sur la base du manuscrit de Sanlúcar, aboutit à la forme B.

  • 86 Cfr B.M.C. 12, pp. xix-xx.

109« Afin que la première note relative à ce livre ne soit pas cause de quelque confusion, je fais observer que Notre Saint Docteur écrivit deux fois l’exposition de ses couplets : la première fois telle qu’on la voyait dans cette copie avant qu’elle ne subît des additions, la seconde comme on le constate dans le manuscrit qui servit à l’impression réalisée à Séville en l’an 1703. Sur cette base, j’ai pu conjecturer que lorsqu’il prit la résolution de remanier son œuvre, il s’employa à noter sur la présente copie de sa première écriture ce qui s’offrait de neuf (à son esprit) en ce qui concerne les significations de ses mystérieux couplets : le plus souvent il s’agissait moins d’additions que du rappel d’une nouvelle pensée qui s’était présentée. Tout ceci lui servit dans la suite pour retranscrire son excellent ouvrage dans le plus haut état de perfection. C’est pour cette raison qu’il a désigné la présente forme ainsi qu’on le voit : ‘borrador de que ya se sacó en limpio’. Fr. Andrés »86.

110Il y aurait donc, en gros, deux formes du Cantique, l’une et l’autre authentiques : d’une part, le premier jet ; d’autre part, une forme parfaite et développée.

***

  • 87 Cfr Eulogio de la V. del С, Tr. hist., p. 86, note 5. On trouvera dans le même ouvrage un dossier (...)
  • 88 Gerardo de S. Juan de la Cruz, Obras del Místico Doctor San Juan de la Cruz. Edición crítica y la (...)
  • 89 Silverio de Santa Teresa, C.D., Obras de San Juan de la Cruz, Doctor de la Iglesia. Editadas y ano (...)
  • 90 Lucinio del SSmo Sacramento, O.C.D., Vida y Obras de San Juan de la Cruz, Doctor de la Iglesia Uni (...)

111Malgré ses mérites, le P. Andrés fit naufrage : on le déchargea de sa grande entreprise au bout de dix ans. Il n’en délaissa pas pour autant ses travaux, dont il rassembla de gros volumes au plus grand bénéfice de l’Ordre87. Aussi son influence ne fut-elle que différée. Les meilleurs éditeurs carmélitains de ce siècle se sont fort appuyés sur la documentation réunie par le précurseur. Ils ont également repris à leur compte certaines de ses positions. C’est ce qui s’est passé notamment dans le cas du Cantique : en donnant sur un pied d’égalité les textes des Cantiques A et B, les éditions du P. Gerardo88 et du P. Silverio89 appliquent en effet la solution adoptée par le P. Andrés de la Encarnación ; le P. Lucinio dans sa cinquième et dernière édition de la Vida y Obras90 enchérit peut-être même excessivement sur les options de son lointain prédécesseur lorsqu’il met le Cantique A sur un pied d’infériorité, le présentant au titre de brouillon par simple intérêt documentaire.

  • 91 Cfr La cuestión critica del « Cántico espiritual ». Nota bibliográfica, El Monte Carmelo, 65, 1957 (...)

112Mais une fois divulguée par les soins du P. Gerardo, la solution de la dualité ne reçut pas partout un accueil favorable. Un débat s’amorça, qui atteignit une telle ampleur qu’en 1957, le P. Eulogio de la Virgen del Carmen put dénombrer une bonne centaine de travaux consacrés à la question91.

  • 92 Reparos a la critica de un crítico. ¿Ha sido interpolado el Cántico de San Juan de la Cruzt, El Me (...)

113Certes, des auteurs enclins à l’irénisme étaient prêts à accueillir autant de versions qu’on leur proposerait, ou même davantage, tel le P. Florencio del Niño Jésus92, qui n’admettait pas seulement l’authenticité des Cantiques A et B, mais tint aussi pour fils légitimes de Jean de la Croix les textes bâtards des éditions romaine et madrilène.

  • 93 Cfr Le Cantique spirituel ... a-t-il été interpolée, Bulletin hispanique, loc. cit. C’est la thèse (...)
  • 94 Le Cantique spirituel interpolé, II Distinction des six états connus du Cantique spirituel, Vie sp (...)
  • 95 Ib.
  • 96 Chev. Ed. cr., Notes historiques, p. xciii.

114Dans un premier temps, trompé par une enquête partielle, Dom Chevallier lui-même crut de son côté que l’état « Rome-Madrid » représentait une étape de l’évolution du texte vers le Cantique B93. Mais cette position n’implique nullement chez lui l’acceptation d’une évolution de l’œuvre anthentique. Elle fit bientôt place à une attitude qui écartait toute forme de changement par un jeu de rejets en chaîne assuré par les protocoles « sans valeur et sans mine », mais « capables », dit par antiphrase le critique bénédictin, « de méfaits d’assez belle importance »94. Ces méfaits consistent à « faire justice »95 de tout ce qui n’est pas A. L’inconséquence du système des citations de A’ — suppression du latin jusque dans le cours de 13., maintien au delà — vaut condamnation à ce type, et de là à tous les états où on le retrouve en entier ou partiellement : éditions de Madrid et de Rome, Cantique B. Variations de la forme de citation : les attendus de la sentence étaient bien frivoles. Les Notes historiques de la fameuse Edition critique de 1930 donneront de plus graves raisons : si Dom Chevallier estime que « l’essentiel » des thèmes qu’il discerne dans le Traité A « est pleinement sauvegardé dans les témoins du groupe A’ », il ne peut se dire pleinement satisfait, car « les contours en sont [chez eux] estompés, quelquefois effacés »96.

  • 97 Dom Chevallier n’en donne pas d’exemple. Aussi consultera-t-on avec intérêt les deux comparaisons (...)
  • 98 Ib., pp. lv-lix.
  • 99 Aux pp. 280-8, en tête du chapitre Principes et méthodes d’explication, nous nous pencherons de no (...)

115Il est en effet exact que la brièveté ou la linéarité de la structure entraîne parfois chez A’ quelque flou de la pensée97. Son infidélité presque purement formelle est relevée sans grande sévérité, tandis que le blâme frappe de la façon la plus cinglante le texte B. Le critique explicite les motifs qui, dès l’abord sans doute, ont inspiré ses réserves à l’égard de ce dernier. Dans une espèce de soliloque98, Dom Chevallier commence par s’inquiéter des libertés d’interprétation auxquelles le Prologue semble ouvrir la voie, en contraste avec le caractère purement inspiré qu’il conviendrait d’attribuer au poème99 :

  • 100 Chev. Ed. cr., p. lv.

116« Tout notre enthousiasme est tombé : notre guide, qui en avait appelé à Dieu de l’explication du poème, au dernier moment se donne apparemment un air indifférent, comme s’il accordait à quiconque, ou encore à lui-même, la faculté d’interpréter dans un tout autre sens les strophes jaillies d’un cœur mû passivement par Dieu »100.

117Dom Chevallier se rassure en concluant que le champ de la glose n’est pas indifférent, mais de plus large amplitude :

  • 101 Ib., p. lvii.

118« Le poème n’est pas né comme un schème de traité spirituel, ni comme un résumé du Cantique des Cantiques, il a traduit devant Dieu seul et pour Dieu seul, le cas d’une âme seule avec Dieu. Le commentaire, écrit par charité pour Mère Anne de Jésus, se ressent d’une transposition voulue d’un sujet vivant à ses pairs ; soit : du concret et du particulier à l’abstrait et au général »101.

  • 102 Cette interprétation est en contradiction manifeste avec le passage du Prologue relevé comme décev (...)

119Voilà admirablement définis les deux niveaux expressifs qu’on rencontre dans le Cantique, somme de poésie et de prose didactique bâtie sur cette poésie. Mais de si justes nuances, Dom Chevallier tire des principes d’après lesquels il entend soumettre l’activité de l’écrivain à une loi prétendument divine où je ne saurais quant à moi voir autre chose qu’invention de critique102.

  • 103 Chev. Ed. cr., p. lviii.

120« Le Prologue demeure net et fort : il place toute la doctrine émise sous le couvert de Dieu. Saint Jean de la Croix y clame bien haut que nous sommes ici en terrain divin, réservé, que par suite son rôle se borne à témoigner, que sa doctrine est imposée ; qu’elle redit un plan étranger : le bon plaisir divin, ses conditions, ses exigences aussi. Si donc le Saint renie tout droit de construire à sa guise, c’est qu’il ne pouvait en avoir aucun dans l’intérêt même de son œuvre : il n’avait que le droit d’exposer plus ou moins clairement, plus ou moins brièvement. Et nul ne peut lui rendre un droit inexistant, néfaste à qui l’usurpe »103.

  • 104 Le Cantique Spirituel de saint Jean de la Croix et l’esprit scientifique, Etudes earmélitaines, 19 (...)
  • 105 Saint Jean de la Croix. Le texte définitif du Cantique spirituel [Bruges], 1951.

121Ces opinions ont été publiées dans l’année 1930 en tête de la fameuse Edition critique où, à l’issue du collationnement de 80.000 variantes, Dom Chevallier suivit le texte de Bruxelles 1627, ne l’amendant que très faiblement d’après le manuscrit de Sanlùcar ; en ce qui concerne les versions plus récentes, l’éditeur prenait le parti de rejeter dans l’apparat des espèces de « vulgates » de A’ et de B. Mais la position ultime du savant Bénédictin s’exprime déjà de façon virtuelle dans les lignes citées ci-dessus. Reconnaître à l’auteur le droit « d’exposer plus ou moins clairement, plus ou moins brièvement », n’est-ce pas lever tout obstacle à l’accueil de la version A’, dont les divergences doctrinales par rapport à la première écriture sont en dernière analyse négligeables ? Aussi est-ce bien à tort qu’en 1938, la critique tint pour grande nouveauté qu’au nom de l’esprit scientifique, Dom Chevallier annonçât qu’il tenait désormais la version A’ pour le texte définitif « mieux écrit »104, titre auquel il devait l’éditer, sur la base d’un manuscrit unique, en 1951105.

122Le Cantique B, en revanche, restait irrémédiablement condamné : autant qu’on s’applique à minimiser leur portée, les divergences doctrinales qui existent entre B et les formes A et A’ constituent des faits objectifs. Dom Chevallier, en son langage souvent frappant, définit les trois interventions brutales de l’auteur de B : il y a « dénégation » sur la possibilité d’atteindre la parfaite égalité d’amour ici-bas, « transposition » de près de la moitié des strophes, « accueil forcé » des débutants dans une œuvre qui ne les concerne pas, comme le Prologue continue à le dire.

  • 106 Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix commenté et refondu au xviie siècle. Un regard sur (...)
  • 107 Saint Jean de la Croix, docteur des âmes (Troisième sujet d’étude : Les points d’appui des graves (...)
  • 108 Ib.

123Avec la série d’articles commencée en 1922, Dom Chevallier avait allumé une controverse dont l’année 1930 marqua le faîte. L’article de 1938 et l’édition de 1951 firent rebondir les passions. Dom Chevallier employa beaucoup d’efforts pour faire voir dans son édition du « texte définitif » la solution apaisante d’un problème vieux de trois siècles. Toujours sur la brèche, il inspira et soutint des efforts parallèles aux siens, et notamment l’entreprise de M. Krynen, auteur d’un gros ouvrage qui prétend identifier l’auteur du Cantique B dans la personne du grand théoricien Thomas de Jésus, fondateur des Déchaux en Belgique106. En 1959, sur la production d’un dernier argument qu’il juge décisif, l’initiateur quitte la lice et passe à d’autres occupations. A l’avant-dernière page de l’ouvrage ultime107, une note renvoie le lecteur à une documentation composée seulement d’études de Dom Chevallier lui-même et du Docteur Krynen, son successeur moral. La production du parti adverse est honorée de cette simple mention : « Jusqu’ici, aucune étude sérieuse n’a fait une réponse pertinente à ces articles et à ces livres »108.

  • 109 On doit toutefois à l’exhaustivité de signaler que les contradicteurs de Dom Chevallier se montren (...)

124Déni injuste109. Au gré de la chasse aux arguments, la controverse s’est développée sur de nombreux plans. D’abord pris au dépourvu, les champions du Cantique B se lancèrent à leur tour dans de patientes études qui soulevèrent sur tous ces plans des objections non négligeables.

  • 110 Cfr supra, p. xlix.

125Il y aurait vraiment trop à faire si nous voulions analyser ne fût-ce que le principal de ce qui s’est écrit dans les domaines de la critique textuelle, des études de source, des citations scripturai-res, etc. Aussi, le lecteur désireux de s’orienter voudra bien s’en remettre au travail du P. Eulogio signalé plus haut110.

  • 111 San Juan de la Cruz, II Vida y escritos, Ephem. Carmeliticae, 19, 1968, pp. 86-7.
  • 112 Saint Jean de la Croix et les mystiques rhéno-flamands, Présence du Carmel, 6, [Bruges], 1966, p. (...)

126Le P. Eulogio de la Virgen del Carmen caractérise assez exactement la situation actuelle par ces mots : « Quedan definidas las dos posiciones tradicionalmente opuestas, pero con evidente reducción de la que se muestra hostil a la ‘autoría’ sanjuanista »111. En fait, rien n’est résolu. A l’exception des Carmes espagnols, qui s’appuient sur B sans aucun complexe, les utilisateurs prennent généralement la précaution de recourir au texte dont l’authenticité ne fait aucun doute, ou du moins ne citent pas B sans réserves. Les travaux s’en trouvent hypothéqués. En dépit de ses sentiments personnellement favorables à la thèse de Dom Chevallier, M. Orcibal insiste à bon droit sur la nécessité d’aboutir à une solution finale établie en toute objectivité. Il incline à croire que le Cantique B doit quelque chose, mais non pas tout à l’auteur du Cantique A, et conclut : « Le jour où les méthodes modernes d’analyse de vocabulaire auront permis de séparer dans le Cantique de Jaén le bon grain de l’ivraie, il y aura peut être à ajouter à notre travail quelques paragraphes sur le dernier Jean de la Croix »112.

127Les « analyses de vocabulaire » ou autres formes d’enquêtes statistiques apporteront-elles infailliblement le salut ? C’est dans le but de rendre possibles des recherches de cet ordre que j’ai personnellement préparé une édition critique du texte B, et que je me suis vu de plus obligé de reprendre sur des bases entièrement renouvelées le problème de la fixation des textes donnés pour établis. Il s’ensuit qu’une familiarité très intime avec les différentes versions m’a rendu conscient de l’enchevêtrement très poussé de leurs textes et de la grande influence des aspects thématiques sur les particularités de style ou de lexique. Les méthodes de comptage devraient être exploitées avec un tel déploiement de précautions qu’elles pourraient voir leur rentabilité sensiblement affaiblie.

128Je me demande si l’obstination critique ne devrait pas s’orienter une fois encore, mais épurée de tout a priori, vers les indices dont on a su dès l’abord qu’ils commandaient la solution de l’histoire du texte.

129C’est le cas des annotations du manuscrit de Sanlucar, qui forment un véritable nœud de relations entre les divers états de l’œuvre, et plus spécialement entre le Cantique A, sur lequel elles sont portées, et le Cantique B, qui les reprend ou s’en inspire.

130Dom Chevallier a clairement vu qu’une présomption d’authenticité de ces surcharges serait nécessairement un coin enfoncé dans toute démonstration du caractère apocryphe absolu de la « version bouleversée ». Lorsque le P. Silverio eut publié le fac-similé du manuscrit de Sanlúcar, il mit en cause la réputation que le produit de la seconde main tenait de la sentence d’Andrés de la Encarnación.

  • 113 La fortune de l’homme fait, Vie spirituelle, Supplément, janvier 1930, pp. 1-11.

131En 1930, en guise de cinquième volet de cette suite d’études113, il avança donc l’avis motivé d’un expert en écritures bénédictin qui, par modestie, tenait à garder l’anonymat. L’opinant était réputé tout ignorer du débat ; les pièces qui lui furent soumises étaient celles-mêmes qu’avait examinées Andrés de la Encarnación. La conclusion générale fut :

  • 114 Op. cit., p. 7.

132« Une étude très poussée des lettres à examiner révèle deux écritures assez proches l’une de l’autre, mais deux écritures castillanes de type assez commun aux xvie et xviie siècles »114. L’expert aligne une série de différences assez ténues, mais dont la quantité finit tout de même par impressionner. On pourrait se demander si ces différences ne pourraient pas être dues à la différence de nature des documents et aux conditions incommodes dans lesquelles eurent à s’effectuer les surcharges de Sanlúcar.

  • 115 Op. cit., p. 8.

133L’expert écarte cette explication : « Dans ces conditions, vouloir expliquer ces différences des écritures de la Carta et des surcharges par le fait que l’écriture d’une Carta est plus spontanée que celle des notes mises à un texte, paraît une hypothèse assez risquée. L’hypothèse qui explique les différences d’écriture par une différence de mains aurait plus de chance d’être vraie. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’est pas moins défendable »115.

  • 116 Obras del Místico Doctor t. II, p. 488.
  • 117 El Cántico espiritual según el Códice de Sanlúcar de Barrameda, Burgos, 1928, vol. 1, pp. vil, ix, (...)
  • 118 Martínez Burgos, qui n’avait d’abord pas jugé opportun de soumettre la question à un nouvel examen (...)

134Libre d’attachement à la tradition dans laquelle les PP. Gerardo116 et Silverio117 s’inscrivirent, exempte du ton polémique auquel s’abandonna Martínez Burgos118, le témoignage aurait sans doute pesé davantage s’il n’était venu d’un anonyme. Tel quel, il s’impose à l’attention par une allure véritablement scientifique.

  • 119 ¿ Las anotaciones del códice de Sanlúcar son de San Juan de la Cruzl Juicio del R.P. Dionisio Fern (...)

135En 1947, le P. Juan de Jesús María produit une sentence d’aussi belle tenue et de conclusions exactement contraires. Un Jésuite, le P. Fernández Zapico, était cette fois l’expert119.

  • 120 Eduardo de Santa Teresita, O.C.D., Un nuevo autógrafo de San Juan de la Cruz, Carmel de Begoña, 19 (...)

136Je suis heureux de pouvoir proposer à mon tour le jugement d’un expert, non seulement étranger au débat, mais dénué de tout lien avec aucune des parties. M. Jacques Stiennon, professeur de paléographie à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, a bien voulu confronter la reproduction des annotations de Sanlúcar avec une documentation que j’avais élargie à l’ensemble des autographes connus du P. Gerardo, y joignant en outre la copie de la vie de Catalina de Cristo éditée comme autographe par le Carmel de Begoña, et généralement reçue pour authentique120. M. Stiennon me fit l’honneur de me remettre l’avis que voici :

  1. Les conclusions que l’on sera amené à donner n’ont qu’un caractère provisoire, puisqu’on n’a pas eu les originaux sous les yeux.
  2. L’écriture du ms. de la Vida de Catalina de Jesús, conservé au Carmel de Begoña, n’est identifiable avec aucune des autres écritures produites comme pièces de comparaison.
    Il n’y a donc rien à retenir de l’argumentation paléographique du P. Eduardo de Santa Teresita.
  3. Il semble bien que la « note d’appartenance » à la page de titre du ms. de Sanlúcar et les annotations contenues dans le même ms. soient de la même main. L’écriture de la note est cependant plus soignée.
  4. Il existe de grandes affinités entre l’écriture des corrections du ms. de Sanlúcar et celle des premières pages du ms. en microfilm [l’autographe des Avisos d’Andujar]. Ces affinités sont telles qu’on peut envisager l’œuvre d’un seul et même scribe.
  • 121 Un manuscrito famoso del Cántico espiritual. Las notas del códice de Sanlúcar de Barrameda y su va (...)

137M. Stiennon a soigneusement nuancé ses conclusions du fait que, comme il y insiste, il n’a pas disposé des originaux. Notons toutefois que toutes les conclusions proposées jusqu’à ce jour devraient être, comme les siennes, qualifiées de provisoires : aucune n’a pu remplir les conditions idéales puisque, vu la dispersion des autographes, on n’a pu que mener des comparaisons sur des bases extrêmement réduites, ou y faire entrer des reproductions. M. Stiennon se montre absolument tranchant sur un point : c’est lorsqu’il exclut l’attribution du document de Begoña à saint Jean de la Croix. Cette condamnation des conclusions du P. Eduardo a pour conséquence indirecte d’affaiblir un peu la somme des arguments avancés en faveur de l’authenticité des annotations de Sanlúcar. En effet, en conclusion d’une étude que j’ai personnellement contrôlée et développée, le P. Eulogio a relevé une absolue identité de système de graphie et d’abréviation entre la « seconde main » et les autographes de longtemps reconnus121. Or, je l’ai constaté, le document de Begoña participe de la même identité. Si la transcription de la vie de Catalina n’est pas de la main de Jean de la Croix, il en résulte qu’un jeu de recoupements où l’on semblait pouvoir trouver un facteur déterminant n’a pas en réalité cette valeur. Il reste que l’avis de M. Stiennon représente, sur le plan purement paléographique, un sérieux appui du dehors pour la tradition qui remonte au bon moine Andrés de la Encarnación. Mais sur le plan de la paléographie, aussi longtemps du moins que tous les documents disponibles n’auront pas été réunis en un même lieu pour y subir un minutieux examen, il y a peu d’espoir de dépasser la limite de la présomption. Ne pourrait-on dès lors, atteindre par une autre voie une certitude morale ?

138Ce fut là, on peut le dire, la préoccupation majeure de Dom Chevallier dans sa tâche de philologue.

139Tout le système de l’édition de 1930 gravite autour des annotations et tend à les présenter comme le produit d’une activité de collationnement à laquelle l’auteur aurait été étranger. Il faudrait s’attarder ici très longtemps s’il fallait passer au crible l’argumentation excessivement complexe de l’éditeur. Qu’il suffise de rappeler qu’elle aboutissait à placer sur lignes collatérales l’édition de Bruxelles et les manuscrits apparentés, d’une part, le manuscrit de Sanlúcar, d’autre part. Toutefois, le manuscrit de Sanlúcar se trouvait discrédité du fait justement que la seconde main y aurait exercé une activité de compilation qui tantôt aurait été heureuse et tantôt ne l’aurait pas été, de sorte que le témoin ne pouvait entièrement satisfaire, ni dans son premier, ni dans son second état. Quand, pour Dom Chevallier, Sr — première ou seconde main — avait-il raison ? Lorsqu’il rencontrait l’édition de Bruxelles, le plus souvent. D’où le choix de celle-ci comme texte de base.

  • 122 El valor crítico del texto escrito por la primera mano en el códice de Sanlúcar de Barrameda, Ephe (...)

140Menant une enquête irréprochable dans son développement, sinon dans ses conclusions, le P. Juan de Jesús María a démontré que les leçons de Sanlúcar l’emportent de façon presque constante sur le texte de Bruxelles, souvent corrompu122. Par une aveugle fidélité à un texte provenu du milieu immédiat de la destinataire du Cantique, Dom Chevallier a accueilli dans son édition des fautes manifestes. L’article du P. Juan, fort ignoré de la critique française, garde aujourd’hui encore toute sa valeur, entre-temps confirmée, d’ailleurs, par l’apparition de témoins nouvellement découverts. Le manuscrit de Tarazona et le texte légèrement abrégé du manuscrit 8606 de la Biblioteca Nacional viennent en effet résolument se placer en position d’intermédiaires entre Sr et les représentants connus antérieurement, à savoir Bruxelles 1627 et ses pairs. Les quelques données fourmes par le P. Simeón de la Sagrada Familia suffisaient à en donner le soupçon. Des collationnements complets m’ont permis de vérifier le phénomène ; celui-ci, je le signale, avait été précédemment entrevu de façon indépendante par un chercheur de grand mérite resté dans l’ombre et désormais orienté vers d’autres activités.

141En définitive, on peut dire franchement que Dom Chevallier à pris la mauvaise route lorsqu’il a parié sur le caractère adventice des notes de Sanlúcar.

  • 123 J’espère ne pas tarder à produire ailleurs mes preuves dans leur détail, à commencer par un articl (...)

142La voie qu’il a ouverte conduit en effet, non au discrédit des surcharges, mais à leur entière authentification. Une étude approfondie de leur caractère et de leur situation dans la tradition m’a permis de constater qu’elles se sont en fait déposées en deux vagues : la première comporta essentiellement des corrections nécessitées par les défaillances de la première main, et accessoirement quelques légers développements du texte ; la seconde amena quelques corrections supplémentaires et la promesse de maints développements. Tous les témoins de A ont reçu la première vague de corrections : tous sont descendants de Sr, qui est donc le père de la tradition A, si bien que discréditer ce manuscrit revient à discréditer la tradition A elle-même, et que nier le caractère autographe des surcharges ne serait rien d’autre qu’écarter Jean de la Croix comme auteur de la première forme du Traité123. Le Cantique B a puisé à la source de Sr lorsque celui-ci avait déjà subi toutes les interventions dont il porte aujourd’hui les traces : les annotations de toute espèce apposées sur le prototype de la tradition A rattachent la version ultime et bouleversée à la partie de la tradition A dont nous disposons sous forme d’original.

143Qu’on me pardonne de fournir ici des conclusions en me bornant à évoquer les démonstrations qui les autorisent. Ces démonstrations font à elles seules l’objet de travaux distincts de celui que je me propose d’entreprendre ici. L’opinion a suffisamment évolué en faveur des surcharges de Sanlúcar pour que ce que j’ai dit ici de cette question suffise à confirmer les présomptions acquises sur le plan paléographique.

  • 124 Dom Chevallier a insisté à juste titre sur la distance qui sépare la version B du ms. annoté (le G (...)

144Ce qui reste à établir, bien sûr, c’est la nature réelle du lien qui existe entre les enrichissements de Sanlúcar et les innovations importantes du Cantique B. Jusqu’à quel point quelques dizaines de lignes en surcharge garantissent-elles aux yeux du critique une œuvre restructurée en profondeur et accrue de près d’un quart de son étendue initiale ? C’est ici que le débat rebondit et qu’on retrouve des objections très congrues de Dom Chevallier aux vues des héritiers d’Andrés de la Encarnación124. Nest-ce pas une impropriété que de considérer le texte surchargé de Sanlúcar comme le « borrador », c’est-à-dire le brouillon d’un ouvrage plus vaste et de structure différente ? « Este libro es el borrador de que ya se sacó en limpio ». Normalement, la mise au net reproduit à peu de chose près le brouillon qui la précède. Pourquoi Jean de la Croix aurait-il pris le mot « borrador » en un sens particulier alors que dans son prosaïsme, le contexte (se sacó en limpio) semble évoquer simplement la copie de la version porteuse de ratures et de corrections ? Nous pouvons à présent rapporter l’action évoquée par les mots « se sacó en limpio » à une circonstance non plus totalement conjecturale, mais déduite nécessairement des faits, à savoir la transcription dont a procédé le reste de la tradition A, une fois la première série de corrections apposée sur le prototype. L’avis du frontispice nous apprendrait simplement que le livre, en dépit de sa belle apparence, est déclassé au profit de la copie définitive de la forme A.

145On est évidemment gêné de professer cette opinion contre celle d’Espagnols qui ont l’avantage de se pencher ici sur une langue qui est la leur. Pour le cas où l’on me suspecterait de me méprendre sur le sens des mots, je citerai un Espagnol assez proche dans le temps de Jean de la Croix, et qui savait manier les siens avec science et avec art, s’agît-il d’un terme aussi modeste que « borrador ». Voici un morceau qui en fait foi. On voudra bien excuser qu’il soit galant, puisqu’il est opportun sous un autre rapport. Nous sommes à la primera jornada et au quarante-troisième vers de No hay cosa como callar, de Calderón de la Barca. Don Juan louange la beauté d’une inconnue :

  • 125 Op. cit., ed. Ángel Valbuena Briones, Clásicos castellanos, Madrid, 1954.

« Todas cuantas hermosuras
o nuestra vista celebra,
o nuestro gusto apetece,
fueron borradores désta
porque así como un ingenio
cuidadoso se desvela,
cuando a publicas censuras
dar algún estudio piensa,
que hecho fiscal de si mismo,
un pliego rasga, otro quema,
y mal contento de todo,
esto borra, aquello enmienda,
hasta que ya satisfecho
del cuidado que le cuesta,
da el borrador al traslado,
y da el traslado a la imprenta ;
la Naturaleza así,
viendo las varias bellezas
que hasta entonces hizo, todas
las enmendó sabia y diestra,
borrando désta el defeto,
y la imperfecion de aquélla,
hasta que en limpio sacó
una hermosura tan bella,
que más que todas divina
y más que todas perfeta,
fué una impresión sin errata
y un traslado sin enmienda »125.

146De ce texte d’un grand écrivain qui par hasard entrouvre une échappée sur sa méthode de travail, nous pouvons apparemment inférer que plusieurs brouillons ont pu précéder le chef-d’œuvre, mais en revanche, il est un brouillon qui précède la transcription définitive (« el traslado »), et que la transcription définitive reproduit (cfr « da el borrador al traslado »). C’est le stade de la « mise au net », et les mots utilisés par Jean de la Croix vont d’ailleurs eux-même venir dans la suite du passage lyrique : « hasta que en limpio sacó ».

147Il faut décidément renoncer au jeu facile qui fait d’un mot au contenu sollicité le garant d’un état de texte ultérieur sans commune mesure avec l’état de texte que ce mot vient coiffer.

148Est authentique, en B, tout ce qui vient tel quel de Sr. Mais encore ? Pour qui voudra en savoir plus long, quelle autre voie adopter que de s’enfoncer dans les terres du dernier Cantique avec les annotations de Sr pour tout bagage et pour guide principal ? Je ne vois d’autre arme que la conjecture. Celui qui voudra s’attacher à cette recherche doit savoir d’avance qu’il n’atteindra qu’à un savoir limité en probabilité et en étendue. Partant des amorces de B portées par l’auteur sur la première forme de son œuvre, jusqu’où pouvons-nous avoir le sentiment de suivre cet auteur dans le développement que le Cantique ultime apporte aux éléments dans lesquels nous savons qu’il a germé ?

149La mesure, en l’occurrence, ne saurait être qu’un dosage prudent de l’extrapolation. Suffisamment motivée, celle-ci conduirait à une certaine objectivité une démarche d’essence subjective. Il s’agit d’une part d’inscrire les diverses formes du Cantique dans une structure générale d’évolution et, d’autre part, de définir de façon aussi précise que possible le lien entre l’auteur et son œuvre.

150Ceci ne se fera qu’à condition d’avoir pris d’abord les choses à leur extrême début.

***

151Version A, version A’, version B, qui s’opposent peu ou beaucoup et sous des aspects divers.

152Cet enchevêtrement ne s’est pas opéré sans causes.

153Lorsque Dom Chevallier est arrivé à faire le compte exact des états concurrents ou télescopés, chacun, à commencer par lui, s’est inquiété de savoir ce qu’il convenait d’admettre ou de rejeter. Condamnation, accueil universel, éclectisme prudent ou capricieux : on vit de tout.

154Avec le recul, toutes les positions qui ont été défendues se révèlent entachées de quelque arbitraire.

155Heureusement, à force de s’ingénier à défendre des positions, on a dû s’occuper de plus en plus du Cantique. La critique a agi à la façon des héritiers du vieux laboureur, et le champ, à la fin, s’est trouvé labouré.

156Mais ce n’était tout de même que par surcroît. Le Cantique faisait avant tout objet d’argumentation. C’est à cette condition, finalement, qu’on voulait bien s’y intéresser.

157On a même été jusqu’à s’intéresser aux ressorts qui ont gouverné ce que les uns appellent sa dégradation, les autres son développement.

158Nous avons eu des explications, c’est vrai. On a découvert des raisons, des situations qui contribuent sans aucun doute à expliquer ce qui est arrivé.

159Mais pourquoi cette multiplicité d’avatars dans le cas de cette œuvre précisément ? On est allé plus avant, comme le P. Eulogio de la Virgen del Carmen, par exemple ; on a parlé de structure, et de sens, et de conjoncture, et très judicieusement. On ne s’est pas contenté de décrire fort acceptablement le passage du Cantique A au Cantique B, mais on a rapporté ce phénomène à des causes subtilement définies. On est allé, avec succès, jusqu’à chercher cette cause dans la nature de l’œuvre elle-même.

  • 126 Cfr supra, p. xv, note 1.

160Je me demande finalement si on n’éclairerait pas encore mieux le problème en inversant le point d’arrivée et le point de départ adoptés jusqu’à ce jour dans la démarche mentale de la critique appliquée aux Canciones126.

161Que s’est-il produit, qu’y avait-il dans cette œuvre qui lui fit un sort à tel point tumultueux ? Voilà ce qu’on s’est demandé non sans profit.

162Ne pourrions-nous pourtant saisir au piège, comme eût dit Nietzsche, « une petite vérité » précieuse, voire le bon bout de la vérité authentique, en oubliant que le Cantique est devenu un problème ? Essayons donc d’abord de le découvrir sans arrière-pensée, quitte à retrouver ses problèmes en chemin.

163En bref, regardons ce poème naître, grandir, devenir un Traité.

164Nous ne suivrons pas trop loin la course de l’œuvre.

165Convenons de l’accompagner depuis le point le plus reculé de sa genèse jusqu’au terme de sa première étape de développement complète. Des nuits du cachot au premier exposé soutenu d’une pensée qui s’efforce d’atteindre à une structure rigoureusement intellectuelle.

166A cette occasion, on verra d’ailleurs s’ouvrir accesoirement quelques perspectives sur les mutations ultérieures de l’œuvre la plus mouvante du premier Déchaux.

167Attachons-nous donc d’aussi près que possible au dialogue — pour ne pas dire à la lutte — de l’auteur avec son œuvre.

Notes

1 Cfr V. y Obr., Ep., 5, p. 974.

2 Ce titre est emprunté au ms. de Sanlúcar ; les indications qu’il donne à son frontispice sont intégralement transcrites plus haut à la p. 229. Le titre de l’édition de Bruxelles est donné à la p. xxxv.

3 Chev. Ed. cr., p. lxiv et M. Ledrus, Ut Exposición » d’Antolínez et le problème textuel johannicrucien, appendice à A. Antolínez, Amores de Dios y el alma, éd. A. C. Vega, El Escorial, 1956, p. 441, note 73. Sur la personne et l’activité du P. José de Jésús Maria, cfr infra, p. xx, note 4.

4 Q. Hist., L. II, ch. 15, p. 362. D’après le P. Eulogio de la Virgen del Carmen, Pr. herm. (pp. 25-6, note 38), José de Jesús María emploierait déjà dans ce chapitre de la Vida l’expression « Cántico espiritual ». La lecture du lieu indiqué ne vérifie pas cette assertion, pourtant reprise tout récemment par d’autres critiques.

5 Q. Hist., L. II, ch. 6, p. 495.

6 Ib., pp. 497, 566, 603, etc.

7 Cfr infra, p. xxiv-xxv. Voici le titre complet : Cántico / Espiritval / entre el alma / i Cristo / sv Esposo. / En que se declaran / varios i tiernos afectos de Oracion i Contemplacion / en la interior communicacion / con Dios / Por / el venerable Padre / Frai Ioan de la / Cruz (à la p. [599] de l’édition).

8 Advertencia del Impresor / Este libro del Cantico espiritual se avia de imprimir antes del de Llama de Amor vi/va, que va en tercero lugar, por/que assi lo pedia la particiô de/ estas obras : pero por averse aña/dido de nuevo a las ya impres/sas, que son las antecedentes,/ fue facil el yerro de ponerlo/ despues de todas ellas. Podrase/ enmendar en las otras impressiones. Este libro comiêça co/mo se sigue (à la p. [560] de l’éd.).

9 Et même au-delà. La dernière intervention directe de Dom Chevallier date de 1959.

10 Histoire que j’esquisserai de façon sommaire, étant donné la parution récente de l’étude Tr. hist. La partie de cet ouvrage consacrée aux premières éditions a été publiée antérieurement dans Prim. ed.

11 La source d’information principale sur Anne de Jésus est évidemment la Vida publiée à Bruxelles en 1632 par le Général des Bernardins Ángel Manrique, sur commission de l’Infante. Comme ouvrage moderne, on peut voir L. Van den Bossche, Anne de Jésus, [Bruges], 1958. A la fin du xixe siècle parut à Malines la biographie copieuse du P. Berthold-Ignace de Sainte-Anne, œuvre documentée, mais qui n’était pas encore dégagée des polémiques retracées par I. Moriones dans Ana de Jesús y la herencia teresiana, Roma, 1968.

12 Jean de la Croix, né à Fontiveros un jour de 1542, mourut à Úbeda dans une sorte d’exil à la première heure du samedi 14 décembre 1592 (cfr V. y. Obr., pp. 334-5).

13 Gaultier a-t-il détenu un exemplaire dès le temps de son voyage, ou s’est-il adressé à une ancienne compagne d’Anne de Jésus pour obtenir le ms. dont il avait besoin pour compléter la collection d’œuvres qu’il avait traduite au départ de l’édition princeps des écrits de Jean de la Croix officiellement assurée par la Congrégation espagnole en 1618 (cfr infra, pp. 252-255) ? Il est difficile de se prononcer, et les deux hypothèses s’accordent avec la rapidité dont a fait preuve le pieux vulgarisateur.

14 Cfr infra, pp. 256-259.

15 Nous nous en préoccuperons aux pp. 257-267 du chapitre Retard de l’édition.

16 Cfr infra p. 271, note 3. Disciple de Juan de Jesús María Ustarroz, maître de novices à Paris, prieur de la Scala et fondateur de divers couvents en son pays, le P. Alessandro (1588-1630) fut une des grandes figures de la Congrégation de Saint-Elie dans la première moitié du xviie siècle. Voir à son sujet l’article du P. Giuseppe del Cuore di Maria, O.C.D., Una grande figura de la escuela mística carmelitana. El P. Alessandro di San Francesco, El Monte Carmelo, 70, 1962, pp. 315-366.

17 Opere spirituali / che conducono l’anima / alla perfetta vnione con Dio, composte dal Ven. P. Fr. Giovanni della Croce / Primo Scalzo della Reforma del Carmine e Coadiu/tore della Santa Vergine Teresa / Fondatrice di essa / Con vn breve Sommario della Vita dell’ Autore e alcuni / Discorsi del P. Fr. Diego di Giesù di detto Ordine, Priore / del Convento di Toledo sopra le dette Opere I Tradotte dalla Spagnuola in questa nostra lingua Italiana del P. / Fr. Alessandro di S. Francesco Definitore Generale della / Congregatione d’Italia de’ medesimi Scalzi / in Roma, Appresso Francesco Corbelletti MDCXXVII.

18 Le Cantique commence à la p. 389 sous le titre Essercitio d’amore fra l’anima e christo suo sposo, et dichiaratione della canzone sopra il misterioso libro della cantica, nella quale si dichiarono e toccano alcuni punti et effetti dell’oratione, composta dal Medesimo Venerabile P. F. Giovanni della Croce. Proemio e dedicatoria alla N. S. Madre Teresa di Giesù. Le texte se termine à la p. 518 ; la substitution du nom de Thérèse à celui d’Anne de Jésus est un pur accident dû au type de manuscrit utilisé. L’interprétation du fait donnée par Jerónimo de San José dans l’introduction de sa propre édition (Madrid, 1630, cfr infra) est correcte (Cfr Prim. éd., p. 32, texte et note 48 et Tr. hist., p. 66, texte et note 48).

19 La dédicace au cardinal Roberto Ubaldini, oncle de l’éditeur et frère de feu le pape Léon XI, est signée du général Mattia di San Francesco, le 22 décembre 1626, et la licence d’impression, accordée par le même général, est du neuf du même mois. Le texte complet de ces deux documents est offert dans La vie du Cantique Spirituel et l’esprit scientifique, Etudes Carmélitaines, 23, 1938, I, pp. 219 et 220, note 3 de la p. 219.

20 Cfr infra, p. 260.

21 « Al presentar en edición bilingüe los poemas comentados al principio de cada obra, conseguía la prioridad absoluta en la edición de los versos españoles del Cántico y lanzaba un criterio que luego siguieron otras versiones » (Tr. hist. p. 67). Voici l’argumentation du P. Eulogio : « De la prioridad de este [del Cántico] y de todo el volumen respecto a la impresión de Bruselas dan fe numerosos indicios. Las aprobaciones para la impresión están datadas a finales de 1626, dando por realizada ya la versión integra. Lo mismo sucede con la dedicatoria. El tomito de Bruselas lleva una brevísima aprobación, al fin del prólogo sanjuanista, fechada el 8 de febrero de 1627. A últimos del mismo año redactaba el P. Alonso de la Madre de Dios su deposición para el proceso apostólico de Segovia. En ella da cuenta de las dos versiones, la francesa y la italiana. Cuanto afirma, ‘le consta a este testigo por cartas que ha tenido de Francia e Italia’. El trasiego epistolar supone un lapso de tiempo de varios meses. Más o menos el que puede separar a las dos impresiones de 1627 ». C’est un fait qu’étant datée du 22 décembre 1627, la déposition du vieux biographe de Jean de la Croix nous apprend que l’édition de Rome était sur le marché depuis quelque temps dans les derniers jours de cette année. Peut-on en tirer plus ? Le P. Eulogio semble suggérer que le délai d’acheminement du courrier d’Alonso donne, en quelque façon, la mesure d’un intervalle de temps qui séparerait la publication de Bruxelles de la publication romaine. Pourtant, le P. Alonso ne parle pas du Cantique de Bruxelles, et ne peut donc rien nous apprendre à son propos, alors que nous savons que celui-ci était connu de Luis de San Ángelo à Baeza dès le 18 septembre 1627 (cfr infra, p. 261) et des Religieuses de Consuegra, selon ce que nous apprend le P. Eulogio lui-même, dès le 18 août (cfr infra, pp. 262-3).

22 Le P. Eulogio, après avoir observé que le Cantique de Bruxelles est dépourvu de protections officielles et de garanties théologiques, note : « En el breve espacio, que separa el prólogo del poema se interpone in extremis una lacónica y sucinta aprobación ... » (Prim. ed. p. 35 ou Tr. hist., p. 69). Peut-être l’expression « in extremis » signifie-t-elle ici simplement que l’approbation se manifeste tardivement aux yeux du lecteur. Il reste que le fait sur lequel le P. Eulogio attire l’attention paraît indiquer que la maigre formule d’approbation a été glissée dans un texte déjà composé.

23 Le délai entre la licence du Général et la sortie effective de l’édition peut être assez long. A titre d’indication : pour l’édition d’Alcalá, la licence est du 6 février 1618, tandis que le constat d’errata et le prix du volume ont été établis les 14 et 19 décembre de la même année respectivement ; dans le cas de l’édition de Madrid, la licence est du 1er décembre 1628, mais fe de erratas et suma de la tasa nous portent aux 9 et 15 janvier de 1630 ; on a enfin le cas extrême de l’édition de Séville, dont la licence est datée du 17 janvier 1701, alors que le frontispice du volume porte le millésime 1703. La longueur du délai s’explique dans les deux premiers cas par les soins mis à rassembler des garanties ; quant à l’édition « royale », peut-être faut-il tenir compte de ce qu’elle était de réalisation délicate, vu son caractère luxueux. Le premier genre de raisons n’a pas joué pour l’édition romaine, mais l’aspect technique de sa réalisation ne doit pas être sous-estimé. Certes, la rédaction de la dédicace indique que le processus est en voie d’achèvement. Celle que signe le Général Mattia di San Francesco est cependant trop proche de la licence de présentation pour qu’on puisse imaginer qu’elle couronne une tâche de publication déjà très avancée, comme cela se passe dans l’édition de Madrid, où la composition de la dédicace s’inscrit dans le mois qui vit la sortie de l’ouvrage. Entre le 9 et le 22 décembre, tout au plus pourrait-on supposer, si ce n’est trop hardi, qu’aurait été obtenu l’imprimatur — non daté — du Sacré Palais. En ce qui concerne le petit volume de Bruxelles, porteur seulement du Cantique et d’une série de poèmes, sans index, ni tables, ni relevé d’errata, exempt de tout appareil de présentation, Dom Chevallier lui attribue sur trois cents pages de méchante typographie « de trois à quatre cents fautes d’impression » (cfr Chev. Ed. cr., p. xcvii, note 1).

24 Op. cit., p. 385.

25 Le caractère intercalaire de cette declaración peut être relevé dans le fait qu’elle est suivie d’une transition que la typographie ne distingue pas de l’explication du cinquième vers de la strophe, mais que nous retrouverons, dans l’édition madrilène dont il va être immédiatement question, sous le titre « Anotación para la canción siguiente ».

26 Jerónimo de San José (1587-1654) s’est rendu notamment célèbre par un gros ouvrage théorique bien propre à le ranger parmi les « personas graves » : El genio de la Historia (Zaragoza, 1651), réédité par le P. Higinio de Santa Teresa avec un essai bio-bibliographique (Vitoria, 1957). Editeur et biographe de saint Jean de la Croix, Jerónimo nous occupera à diverses reprises. Les conditions et le moment où il succéda à Quiroga (cfr note suivante) comme historiographe de l’Ordre ne sont pas clarifiés.

27 José de Jesús María (1562-1628), neveu du cardinal Gaspar de Quiroga († 1594) fut élevé par Andrés de Prada, secrétaire, successivement, des rois Philippe II et Philippe III. Il prit le 2 février 1595 l’habit de la Réforme, dont il fut le premier historien par charge reçue en 1597. Ame essentiellement contemplative et esprit imprégné de la plus haute mystique, il fut prompt à comprendre la profondeur de la doctrine de Jean de la Croix et se montra fervent du Cantique bien avant sa publication (cfr Dom Ph. Chevallier, La pauvreté de l’âme qui chante le Cantique spirituel, Etudes carmélitaines, 24, 1939,1, pp. 226-7). Une grande partie de l’œuvre érudite et importante de ce Carme fut consacrée à la défense et à l’illustration du grand maître qu’il s’était choisi, et pour lequel il professait un véritable culte. Il rassembla nombre de documents contenus surtout dans les mss B.N.M. 8658 et 12738 ; de ces matériaux, il composa une Vie du Saint (Q. Hist.), dont il fut ainsi le premier biographe. Bien que placée sous les auspices de l’Infante Isabelle et réalisée avec l’accord, hâtif il est vrai, de Béatrice de la Conception, deuxième prieure du Carmel Royal (cfr Béatrix de la Conception. Lettres choisies ... par P. Serouet, O.C.D., [Bruges], 1967, pp. 39-40 et 324), une édition imprudente de cette œuvre lui valut en 1628 sa déposition et sa disgrâce, bientôt suivies de sa mort. Pour une plus ample information sur le P. Quiroga, cfr Hist. C.D., t. IX, ch. 29, pp. 859-869.

28 Mem. hist., B, n° 36, f° 24 r°. Voici le texte de ce document : « Item, dio licencia el Definitorio para que se imprima el libro de N.S.P. fr. Juan de la Cruz con las 40 canciones añadidas conforme a los originales. Votóse y salió con todos ». Je veux bien admettre qu’on pourrait comprendre ici, à la rigueur, qu’il s’agit du livre des Canciones et qu’on prétend le compléter de la lira et de la declaración onzièmes. Seulement, tout le reste de la documentation produite par le P. Eul. de la V. del Carmen dans Prim. ed. (pp. 44-5) et Tr. hist. (pp. 78-79) insinue plutôt le contraire d’une telle interprétation, adoptée on ne sait pourquoi par cet auteur, alors que Dom Chevallier avait proposé dès 1938 une vision satisfaisante des faits (cfr infra, note 5). De même, le fait d’avoir placé par erreur le Cantique à la suite des autres Traités ne me paraît pas du tout indiquer qu’on se soit préoccupé de cet ouvrage en ordre principal (cfr Prim. éd., p. 45, texte et note 75 et Tr. hist., p. 79, texte et note 75).

29 Obras / del venerable / i Místico Dotor / F. Joan de la Cruz / Primer / Descalzo i Padre / De la Reforma de N. Sa del Carmen / Dedicadas / al San-tissimo Sr Infante Cardenal / Arçobispo de Toledo / Don Fernando / Año de 1630 / Con Privilegio En Madrid / En casa de la Viuda de Madrigal.

30 Le Cantique spirituel occupe les pages 599 à 802. A la page 803 : « En Madrid. Por los herederos de la viuda de Pedro de Madrigal que sea en gloria. Año de M. DC. XXIX. »

31 Parlant des Traités, le second historiographe signale dans sa préface : « Publicados y esparcidos en brevísimo tiempo por España i otras Provincias estos libros, se traduxeron è imprimieron en varias lenguas, i especialmente en la Italiana, en la qual salio añadido a los demas un libro, que faltaba, del mismo Autor ». Larges extraits de cette préface chez Dom Chevallier, La vie du Cantique Spirituel et l’esprit scientifique, Etudes carmélitaines, 23, 1938, I, p. 217.

32 « En la cual [impresión]... se han hecho dos cosas : la una, añadir un nuevo libro a los demas ya impresos en España, que es el de las Canciones, que comienzan : Adonde te escondiste. La otra, ajustar asi este, como los antes impresos a sus propios originales, escritos de letra del mismo venerable autor » (ib.). Jerónimo, ici encore, désigne le premier Traité de Jean de la Croix par une expression habituelle chez les témoins des Informations et Procès, mais je rappelle que son édition inaugure le titre « Cántico espiritual », appelé à tant de fortune. Quant à la prétention d’avoir usé des originaux, voici ce qu’en retient Dom Chevallier, qui, ayant insisté sur le fait que Jerónimo distingue ostensiblement les Traités déjà imprimés (« los antes impresos ») et le Traité ajouté (« un nuevo libro »), continue : « Puis il fait remarquer que le traité nouveau mérite la même créance que les anciens : on l’a donné, tout comme les vieux, ajustar asi este como los antes impresos, d’après ses propres originaux écrits de la main de l’auteur a sus proprios originales escritos de letra del mismo venerable autor. Et comment le sait-il ? Il le sait pour les vieux (La Montée du Carmel, la Nuit obscure, et la Vive Flamme d’Amour), parce qu’en 1618 leur éditeur, Diego de Jesús (Salablanca), a déclaré comment il avait travaillé sur des originaux ; il le sait pour le neuf (le Cantique Spirituel) parce qu’il vient de l’apprendre du décret du Défini-toire auquel il obéit : ‘Item dio licencia el Deflnitorio (en date du 2 octobre 1628) para que se imprima el libro de N.S.P. fr. Juan de la Cruz [l’édition d’Alcalá, 1618], con las 40 canciones añadidas conforme a los originales ; votóse, y salió con todos — le Définitoire permet encore d’imprimer les œuvres de N. S. P. fr. Jean de la Croix, accrues des quarante strophes qui seront ajoutées comme le veulent les originaux ; la résolution fut votée, admise à l’unanimité’. Et le Définitoire visait — l’édition de Madrid le prouve — la copie espagnole des quarante strophes parues à Rome en italien. Añadidas, conforme a los originales ; ce sont précisément les deux particularités soulignées par Jérôme : particularmente se han hecho dos cosas ; avouons qu’il a scrupuleusement gardé le sens et la lettre du décret, sans y rien ajouter » (op. cit., pp. 218-9). La présentation et l’analyse des faits ainsi proposées par Dom Chevallier me paraissent tout à fait correctes, à ceci près qu’il est un peu indulgent pour Jerónimo lorsqu’il l’estime justifié en tant qu’il s’appuie sur l’édition d’Alcalá, alors que le nouvel éditeur s’attribue faussement la revision du travail de Salablanca, auteur de la première édition officielle (1618). En revanche, le docte Bénédictin se montre sévère à l’égard du même Jerónimo lorsqu’il suppose qu’il suit servilement l’opinion du Définitoire sur la valeur des sources de l’édition du Cantique. L’étude de la tradition manuscrite prouve que la source principale du Cantique — celle des 39 canciones — est excellente. Même si Jerónimo n’en est pas le découvreur, il n’est pas dit qu’il n’ait pas constaté ou vérifié objectivement sa valeur.

33 Avec la même variante caractéristique « no bien se cura » au quatrième vers, contre la leçon dominante « que no se cura », attestée chez les représentants de la version du Cantique à laquelle est empruntée la strophe additionnelle.

34 Op. cit., fos 4 v°-5 r°.

35 Op. cit., p. 601.

36 Op. cit., p. 385.

37 « Y porque lo que dixere (lo qual quiero sujetar) » devient « Y porque lo que dixere lo quiero sujetar », ce qui entraîne le recours à un lien syntaxique supplémentaire (« para que ») pour réintégrer le groupe « haga mas fe » à la phrase. Toute la fin de celle-ci, par le recours au gérondif « confirmándolo » est rattachée à « aunque de lo uno y de lo otro me pienso aprovechar », simple incise primitivement.

38 Un flou naît de la différence de construction de « aprovechar » et « declarar ». C’est ce qui a induit le traducteur italien à substituer au second infinitif un gérondif aligné sur « confirmándolo ». On remarquera d’autre part que l’édition de Madrid a mis à tort entre parenthèses « aunque de lo uno i de lo otro me pienso aprovechar ». On peut se demander toutefois s’il ne s’agit pas là d’un vestige de quelque ms. de la version primitive où la révision du texte aurait été opérée par surcharge.

39 Un flou naît de la différence de construction de « aprovechar » et « declarar ». C’est ce qui a induit le traducteur italien à substituer au second infinitif un gérondif aligné sur « confirmándolo ». On remarquera d’autre part que l’édition de Madrid a mis à tort entre parenthèses « aunque de lo uno i de lo otro me pienso aprovechar ». On peut se demander toutefois s’il ne s’agit pas là d’un vestige de quelque ms. de la version primitive où la révision du texte aurait été opérée par surcharge.

40 Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix a-t-il été interpolé ?, Bulletin hispanique, 24, 1922, pp. 305-344. A cette étape, l’analyse de Dom Chevallier était encore incomplète et entachée d’erreur. Le caractère composite des éditions de 1628 et de 1630 ne lui était en effet pas encore apparu. S’en fût-il rendu compte, il eût assis dès ce moment les conclusions avancées à l’endroit cité à la note suivante.

41 Le Cantique spirituel interpolé, Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926, pp. 124-135

42 Ed. Brux. 1627, pp. 201-202.

43 Ed. Madrid 1630, pp. 740-741.

44 Cfr supra, p. xxiv. Le sigle A apparaît pour la première fois dans l’article Le Cantique spirituel ... a-t-il été interpolé ? (Bulletin hispanique, 24, 1922) opposé à R et R’ (respectivement assignés aux éditions romaine et madrilène) ainsi qu’à B, qui désigne la forme à quarante couplets dont nous traiterons plus loin. Au deuxième volet de la suite Le Cantique spirituel interpolé (Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926) et dans l’Édition critique de 1930, une distinction superflue est établie entre A, limité à un seul manuscrit (celui de Sanlûcar) et les autres témoins de la même version, désignés par le sigle α.

45 Cfr supra, pp. xxiv-xxv.

46 Aux pp. 140-3 de la Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926, Dom Chevallier a dressé un tableau synoptique de la répartition des « protocoles » dans les différents « états » du Cantique distingués par ses soins. La version primitive A, d’après ce relevé, comporte 99 protocoles. Les autres formes, selon diverses modalités, se montrent moins fournies. La discontinuité du système de citation dans A’ est d’abord apparue au critique bénédictin comme un signe du caractère apocryphe de cette version (ib., pp. 148-9). Lorsqu’il en est venu à recevoir A’ comme version définitive, il s’est autorisé du même indice pour échelonner la composition du texte sur deux périodes (cfr Chev. T. déf., p. 199).

47 La forme A’ présente quelquefois les citations en style indirect. Par exemple, alors que l’édition de Bruxelles, d’accord avec les autres témoins de A, dit à la p. 18 (2.3) : « y también dixo S. Gabriel a Zacharias Ne timeas Zacharias ... que quiere decir no temas Zacharias ... », l’édition de Madrid est d’accord avec les témoins de A’, comme d’ailleurs avec l’édition de Rome, sur l’enchaînement suivant : « I también dixo San Gabriel a Zacarías que no temiese ... » (p. 621).

48 Les extraits ajoutés sont conformes à la Vulgate Clémentine de 1592 (cfr Dom Chevallier, Le G. spirituel interpolé, Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926, p. 144 et p. 145, note 2, et Eul. de la V. del C, Prim. éd., p. 33, note 51 ou Tr. hist., p. 67, note 51).

49 Dom Chevallier, article cité, p. 126.

50 Ceci était vrai au moment où ces lignes ont été écrites. Depuis lors, toutefois, le P. Eul. de la V. del C, dans son tout récent ouvrage de synthèse San Juan de la Cruz y sus escritos (Madrid, 1969, coll. Teología y siglo XX », 10) a fourni à ses pp. 330-1 quelques éléments de biographie sur ce personnage resté si longtemps obscur. Originaire et profès de Grenade, ce Religieux fut successivement maître de novices, prieur en divers lieux dont deux fois à Jaén juste avant de passer au priorat de Grenade, dont il prit possession le 3 juillet 1675. Il fut une seconde fois prieur de Grenade de 1679 à 1682. D’après ce que dit de lui le Libro protocolo de Grenade, le P. Eulogio le définit « sanjuanista de cuerpo entero » (op. cit., ib.).

51 Cfr infra, pp. 233-4.

52 Relié en velours carmin et orné d’appliques métalliques dorées, le ms. des Carmélites Déchaussées de Jaén comporte 336 feuillets numérotés de 150 x 100 mm ; justification : 105 x 75 ; la copie du Cantique spirituel occupe 330 fos, les six derniers fos portant le recueil des poèmes du Saint. Ecriture posée de la fin du xvie ou du début du xviie siècle, apparemment de la main d’un copiste de métier, à ce que semblent indiquer l’élégance et la maîtrise du trait, de même que le maintien constant d’un code orthographique exempt de fantasie, mais nettement archaïque (les graphies sont, à quelques particularités près, celles de Nebrija). Le titre, présenté en frontispice, reproduit purement et simplement celui de la version de Bruxelles : « Declaracion de las can/ciones que Tratan del ejercicio de / amor entre el alma y el esposo Chris/to en la qual se tocan y decla/ran algunos puntos / y effectos de oración, / a petición de la / madre Ana / de Jhesus, / Priora de las Descalzas en sant Joseph de Granada, / año de 1584 / anos ». L’avertissement du P. Salvador figure en tête du volume sur six feuilles de plus petit format encartées ; il porte le titre suivant : « NOTICIA CIERTA / DE QUIEN ESCRIBIO ESTE LIBRO Y VENERACION QUE / SE LE DEBE / CON ALGUNAS ADVERTENCIAS ». Je cite ci-dessous les passages qui ont trait à l’écriture et à l’histoire du manuscrit : « Crece a mayores colmos de estimación el aprecio y estimación venerable que se debe a este libro, por ser escrito desde la primera letra hasta la última (esto es, desde el JHS * MAR con que comienza el título, hasta el debetur solí gloria vera Deo, con que acaba) de mano, pluma y letra propia de Nuestro Venerable Padre Fray Juan de la Cruz, de que no se debe ni puede dudar. Así porque cotejada la letra de este libro con otros escritos de su propia mano, se conoce ser la letra una misna sin alguna diferencia, como porque lo certificó así la Venerable Madre Isabel de la Encarnación, priora que fué del Convento de nuestras Religiosas Descalzas Carmelitas de la ciudad de Jaén, a quien, siendo novicia en el Convento de nuestras Religiosas de Granada y priora de él la Venerable Madre Ana de Jesús, le dio la misma Venerable Madre Ana de Jesús este libro en cuadernos sueltos, certificándole eran escritos de mano y letra propia de nuestro Venerable Padre Fray Juan de la Cruz, de quien lo habla recibido. Y la misma Venerable Madre Isabel de la Encarnación, siendo priora del Convento de nuestras Religiosas Descalzas de Jaén, estando para morir, dio estos cuadernos ya unidos y encuadernados como están a la Madre Clara de la Cruz, Religiosa en el mismo Convento de Jaén y priora que después ha sido de él, certificándole lo mismo. Nadie, pues, podrá dudar con razón de esta verdad, sin incurrir en nota de temerario, hallándose acreditada con la autoridad de tres trestigos tan calificados de verídicos por su grande virtud y santidad » (fos 1 v°-2 r°). Isabel de la Encarnación fonda le couvent de Jaén en 1614. Au sujet de cette Religieuse insigne : cfr infra p. 235. La Mère Clara de la Cruz mourut le 6 novembre 1671. Elle était donc encore en vie au moment où Salvador de la Cruz, le Déchaux de Jaén, rédige son attestation, à l’intervention sans doute de la Communauté, soucieuse d’enregistrer le témoignage de la Religieuse vieillissante (cfr B.M.C. 12, pp. xlii-xliii).

53 Obras / espirituales / que encaminan / a una alma / a la mas / perfecta vnion / con dios / en transformación / de amor / por el extAtico y sublime / Doctor mystico / el Beato Padre / San Jvan de / la Cruz / Primer Padre de la Reforma / de Nuestra Señora de el Carmen, y Compañero de la Sera/phica Doctora, y Madre Santa Theresa de Jesus / en la Fundacion de la dicha Reforma / consagradas / por mano de el Glorioso, e ínclito / Patriacha Señor San Joseph, / al Rey soberano de la Gloria / Jesv Christo Nvestro Redemptor / Impression Dvodecima / Con licencia / En Sevilla por Francisco de Leefdael, en la Balestilla, 1 703 años.

54 f° 2v°.

55 fos 2v°-3r°.

56 f° 2v°.

57 f° 3v°.

58 Le Cantique spirituel ... a-t-il été interpolé ?, pp. 332-4. Il s’agit essentiellement à ces pages de renvois qui visent la première ordonnance des strophes.

59 Chev. Ed. or., Notes historiques, pp. xxxix-xl.

60 Le thème de la méditation et son rôle sont nettement ignaciens.

61 SV, p. 276.

62 Autour du Cantique spirituel, Etudes carmélitaines, 17, 1932, II, p. 134.

63 BR 37, 1-2, pp. 272-280.

64 S V 38. 1-2, p. 397a.

65 De plus, une transposition parallèle est opérée dans le dernier discours de l’Aimé, où les deux strophes adressées aux créatures mouvantes passent en tête. Dernier point, la strophe « Escóndete, Carillo », en raison sans doute de son début en forme d’apostrophe, vient se mettre entre les strophes de conjuration prononcées par l’âme et celles que prononce l’Epoux : placée primitivement derrière les dernières paroles de l’Aimé, elle se retrouve juste devant. Au total, dix-huit strophes sur les trente-neuf de A changent de position.

66 Le titre Anotación figure dans les mss de Jaén et d’Avila.

67 Il faut signaler que l’édition princeps remet ici en clair à sa façon quelques lignes perturbées par une hésitation de la phrase transcrite en Jn. Cfr note suivante.

68 L’extrait noté en caractère romain contient des retouches apportées par l’éditeur de Séville en vue de corriger la tournure assez embarrassée du texte commun à Jn et à d’autres mss. Le sens est plus littéralement remis en clair par un éditeur moderne, le P. Simeón de la Sagrada Familia : « conviene aquí advertir que, [aunque habernos dicho que en este estado de desposorio] el alma goza de toda tranquilidad y que se le comunica todo lo más que se puede en esta vida, entiéndese que la tranquilidad sólo es según la parte superior » (San Juan de la Cruz, Doctor de la Iglesia. Obras completas Archivo Silveriano, 3, Burgos, 1959, p. 1230, note j, la partie de la citation entre crochets droits étant récrite par l’éditeur).

69 SV, 15.5, p. 327 a-b.

70 Voir la déclaration de Francisca de Jesús aux Informations de Medina le 16 décembre 1614 dans B.M.C. 14, pp. 184-6. Commentaire du témoignage dans Ghev. T. déf., pp. 201-2.

71 BR, 1.4, pp. 19-20. « Communicacion », donné en caractère romain, est un lapsus pour « Comutacion ».

72 MD, 1.4, p. 617. Des mots donnés en caractère romain « hiriere » est un lapsus pour « hiriera », et « eterna », une interpolation de l’éditeur.

73 SV, 1.4, pp. 282-3. Le mot « suya » donné en caractère romain est une interpolation de l’éditeur.

74 On sait que le ms. aujourd’hui jalousement conservé à Solesmes par les soins de Dom Chevallier appartint jadis au comte de Peting, ambassadeur du Saint Empereur auprès de Marie-Anne d’Autriche, « la Reine allemande ». C’est la seule chose certaine de tout ce que Dom Chevallier avance sur les origines de ce document, qu’il estime avoir été remis en hommage du vivant de Jean de la Croix à la sœur de Philippe II, retirée aux Descalzas Reales, à l’époque de l’installation des Carmélites à Madrid. On verra à ce sujet Chev. T. déf. (pp. 193-195 et 222-223). J’ajoute qu’un heureux hasard m’a mis en possession d’indices dont il ressort de façon incontestable que le ms. de Solesmes a servi de brouillon au ms. 8694 de la B.N.M. (Pd). Il ne semble donc pas possible de lui attribuer la haute destination imaginée par Dom Chevallier. Il y a plus de fondement à tenir le ms. 528 de Montserrat pour l’ancien bien de la « pénitente » dirigée par saint Jean de la Croix, puisque le nom de doña Ana de Peñalosa figure sur l’exemplaire. On ne voit pas bien pourquoi Dom Anscario Mundo rejette cette éventualité dans son relevé des mss carmélitains de la Bibliothèque de Montserrat (Cfr El Monte Carmelo, 71, 1963, pp. 91-8).

75 Trois mss. de A’ associent les deux traités dans un même recueil : le ms. du Sacro Monte (Gr), le ms. de Montserrat (Mt) et sa copie conforme datée de 1614 à Madrid, le ms. 31 de la Biblioteca Municipal de Madrid (Mu). Or, d’après les recherches que j’ai menées, le ms. de Montserrat et celui de Grenade appartiennent à deux familles distinctes de la généalogie des témoins de A’. Le Prologue de la Llama A, qui vient en second lieu dans les trois mss cités, comporte une allusion aux Canciones (aporque, aunque en las canciones que arriba declaramos hablamos del más perfecto grado de perfección ... todavía estas canciones tratan del amor ya más calificado ... », V. y. Obr., Ll. A, Pról., p. 827a). Le Cantique A’ et la première Vive flamme auraient donc formé à l’origine une collection. Dans ces conditions, il paraît très significatif que le ms. de Montserrat porte sur sa couverture une réfé rence à la destinataire de la Llama (Cfr Chev. T. déf., p. 217 et Dom Anscario Mundo, loc. cit.).

76 Dans le prolongement de l’hypothèse étayée à la note précédente, on pourrait considérer que le Cantique A’ ne présenterait rien de neuf qu’une « mise en page » du Cantique conçue en fonction du voisinage de la Llama. Il est pourtant quelques rares passages où l’intervenant est allé un peu plus loin dans l’aménagement du texte. Je suis d’accord avec le P. Ledrus pour concéder que le relatif mérite littéraire de A’ n’est qu’élégance de surface et peut apporter quant à la netteté de la pensée certains relâchements (Cfr Sur quelques pages inédites de Jean de la Croix, Gregorianum, 30, 1949, pp. 347-392).

77 Dans son mémoire de licence présenté à l’Université de Liège en 1963, La Subida dans le manuscrit d’Alcaudete, M. André Gloesener a dépeint très justement Juan Evangelista comme un secrétaire plus soucieux de la disposition matérielle du texte que de sa conservation exacte. Il y aurait profit à comparer systématiquement les interventions de Juan Evangelista dans sa copie de la Subida avec les différences de A’ par rapport à A.

78 Ceci pour les raisons signalées à la note 2 de la p. lx.

79 B.M.C. 12, p. lxvi.

80 Selon le P. Silverio, (B.M.C. 12, p. xviii), le ms. de Sanlúcar mesure 145 x 95 mm. Justification : 120 × 70 mm. Le Cantique et la collection de poèmes qui le suit occupent les 208 feuillets utiles du volume. L’écriture est une humanistique évoluée fort soignée, mais peut-être pas parfaite au point que l’on ne puisse y voir l’œuvre d’un bon copiste conventuel plutôt que celle d’un scribe de métier. Nombreux traits andalous et particulièrement grenadins dans la graphie. Les « n » parasites de « muncho » ont été fréquemment supprimés par la « seconde main » dont les interventions seront évoquées plus loin.

81 Andrés de la Encarnación, né à Quintanas Rubias de Arriba (Soria) en 1716, fit sa profession à Tudèle en 1733 et mourut à Logroño en 1795.

82 Voici l’essentiel de ce document, rédigé au couvent de San Hermenegildo à Madrid le 3 juin 1757 :
« Por comisión que tengo de N. V. Definitorio General para la inquisición y examen de los libros de nuestros gloriosos Padres Santa Teresa de Jesús y San Juan de la Cruz, certifico que habiendo visto este manuscrito (declaración que es de las Canciones de Nuestro Santo Padre que me entregó N. Bdo. P. Fr. Fernando de San Ángelo, Provincial pasado de Andalucía la Baja, quien le recibió de Nuestras Madres Carmelitas Descalzas de Barrameda), y cotejada la nota que se ve al pie de ella escrito original del mismo santo Doctor que se venera en Nuestras Madres de Santa Ana de esta corte signado al fin de su santa mano, cuya firma es sin ninguna duda idéntica con otras de dicho santo que se encuentran en los libros de N. Definitorio, hallo ser todo de su misma mano, nota, adiciones y escrito de Madres de Santa Ana. Por tales los juzgo y en caso necesario estoy pronto a firmar este mi dictamen con el sagrado del Juramento.
« Doy asimismo fe, que habiendo presentado vno y otro escrito a varios sujetos inteligentes en Letras de esta corte, y examinádolos ellos en mi presencia con la mayor atención, careando en singular sus letras atendiendo en común al aire de su formación, y ponderando con prolijidad otras circunstancias, unánimemente sintieron lo mismo. Y para que conste en todo tiempo lo firmo de mi mano y nombre en este Nuestro Convento de San Hermenegildo y Madrid a tres de junio de mil setecientos cincuenta y siete, Fr. Andrés de la Encarnación » (cfr B.M.C. 12, p. xix).

83 Je compte personnellement plus de 140 surcharges de cette espèce où l’intervention de la seconde main est certaine ou très probable, dans la mesure où la reproduction photographique du ms. par le P. Silverio (Burgos, 1928) permet d’en juger. Il est difficile de se prononcer sur l’origine d’une trentaine d’autres ratures.

84 Les surcharges de ce type sont au nombre de 27.

85 Vingt-deux d’entre elles ont trouvé écho. Celles qui ont une certaine étendue se retrouvent parfois presque purement et simplement incises dans des phrases de B. D’autres, réduites à un simple mot ont pu inspirer des passages entiers (ainsi, « la predestinación », note jetée en marge de 37 en A, annonce le renversement d’orientation qui se produira à la fin de cette declaración en B).

86 Cfr B.M.C. 12, pp. xix-xx.

87 Cfr Eulogio de la V. del С, Tr. hist., p. 86, note 5. On trouvera dans le même ouvrage un dossier détaillé sur la découverte progressive du ms. de Sanlûcar par le P. Andrés. J’ai dû ici me borner à donner l’essentiel.

88 Gerardo de S. Juan de la Cruz, Obras del Místico Doctor San Juan de la Cruz. Edición crítica y la más correcta y completa de las publicadas hasta hoy con introducciones y notas del P. t. II, Toledo, 1912.

89 Silverio de Santa Teresa, C.D., Obras de San Juan de la Cruz, Doctor de la Iglesia. Editadas y anotadas por el P. t. II, Cántico espiritual, B.M.C. 12, Burgos, 1930.

90 Lucinio del SSmo Sacramento, O.C.D., Vida y Obras de San Juan de la Cruz, Doctor de la Iglesia Universal, ... Edición critica de las Obras del Doctor Místico, notas y apéndices 5e éd., Biblioteca de Autores Cristianos, Madrid, 1962, pp. 740-822.

91 Cfr La cuestión critica del « Cántico espiritual ». Nota bibliográfica, El Monte Carmelo, 65, 1957, pp. 309-323. La fièvre a baissé depuis l’année où le P. Eulogio clôtura son inventaire. Si l’on excepte Saint Jean de la Croix, docteur des âmes, (La légion de Dieu, [Paris], 1959), ouvrage de spiritualité auquel Dom Chevallier adjoignit l’exposé de son argument ultime, plus aucune contribution n’a été directement apportée à la question. Dans chaque camp, la partie est tenue pour gagnée, ainsi qu’en témoigne la note bibliographique proposée par Dom Chevallier à la p. 215 de ce dernier livre, ou les récapitulations développées par le P. Eulogio dans Tr. hist., (pp. 93-109) ou aux pp. 71-87 de San Juan de la Cruz, II Vida y escritos (dans Ephem. Carmeliticae, 19, 1968). D’autres, tel M. J. Orcibal dans l’introduction de Saint Jean de la Croix et les mystiques rhéno-flamands (Présence du Carmel, Bruges, 1966, pp. 19-20), souhaitent l’ouverture de nouvelles voies de prospection. L’ouvrage qui doit faire suite au présent volume rappellera les principaux titres relevés par le P. Eulogio et y ajoutera la référence des interventions enregistrées depuis 1957.

92 Reparos a la critica de un crítico. ¿Ha sido interpolado el Cántico de San Juan de la Cruzt, El Mensajero de Santa Teresa de Jesús y San Juan de la Cruz, 1, 1923, pp. 170-177, 284-289, etc. et 2, 1924, pp. 21-28.

93 Cfr Le Cantique spirituel ... a-t-il été interpolée, Bulletin hispanique, loc. cit. C’est la thèse principale de cet article.

94 Le Cantique spirituel interpolé, II Distinction des six états connus du Cantique spirituel, Vie spirituelle, Supplément, mai 1926, p. 136.

95 Ib.

96 Chev. Ed. cr., Notes historiques, p. xciii.

97 Dom Chevallier n’en donne pas d’exemple. Aussi consultera-t-on avec intérêt les deux comparaisons synoptiques de passages de A et de A’ offertes par le P. Ledrus aux pp. 372-5 de l’art, cité de Gregorianum. Je donne ici selon le P. Ledrus les deux brefs extraits de 24. confrontés à la p. 374. A dit : « Lo cual es participar el alma a Dios obrando en él, acompañadamente con él, la obra de la Santísima Trinidad de la manera que habernos dicho, por causa de la unión sustancial entre el alma y Dios ». A’ condense : « Lo cual es de la manera que dijimos, participar el alma en la obra con la Trinidad en la unión dicha ». Le P. Ledrus commente judicieusement : « le texte A’ ... par remaniement stylistique, remplace la netteté compliquée d’une chose étrange par une simplicité plus que confuse, qui décapite en quelque sorte la pensée ».

98 Ib., pp. lv-lix.

99 Aux pp. 280-8, en tête du chapitre Principes et méthodes d’explication, nous nous pencherons de notre côté sur l’introduction que Jean de la Croix a écrite pour son œuvre dans les propos liminaires adressés à la dédicataire. Il affirme essentiellement deux choses : 1) que le poème est inspiré par l’Esprit d’amour 2) qu’en conséquence, il est chargé d’un sens si abondant qu’on ne saurait venir à bout de l’expliquer, qu’aucune des interprétations qu’on pourrait lui donner ne saurait, en somme, être pleinement adéquate.

100 Chev. Ed. cr., p. lv.

101 Ib., p. lvii.

102 Cette interprétation est en contradiction manifeste avec le passage du Prologue relevé comme décevant à la page lvi.

103 Chev. Ed. cr., p. lviii.

104 Le Cantique Spirituel de saint Jean de la Croix et l’esprit scientifique, Etudes earmélitaines, 1938, I, pp. 215-236.

105 Saint Jean de la Croix. Le texte définitif du Cantique spirituel [Bruges], 1951.

106 Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix commenté et refondu au xviie siècle. Un regard sur l’histoire de l’exégèse du Cantique de Jaén, Acta Salmanticensia, Filosofía y Letras, 3, Salamanca, 1948.

107 Saint Jean de la Croix, docteur des âmes (Troisième sujet d’étude : Les points d’appui des graves leçons), [Paris], [1959], p. 2159, note 1.

108 Ib.

109 On doit toutefois à l’exhaustivité de signaler que les contradicteurs de Dom Chevallier se montrent à peine moins expéditifs lorsqu’ils s’entendent à donner aujourd’hui la question pour tranchée (« zanjada »).

110 Cfr supra, p. xlix.

111 San Juan de la Cruz, II Vida y escritos, Ephem. Carmeliticae, 19, 1968, pp. 86-7.

112 Saint Jean de la Croix et les mystiques rhéno-flamands, Présence du Carmel, 6, [Bruges], 1966, p. 20.

113 La fortune de l’homme fait, Vie spirituelle, Supplément, janvier 1930, pp. 1-11.

114 Op. cit., p. 7.

115 Op. cit., p. 8.

116 Obras del Místico Doctor t. II, p. 488.

117 El Cántico espiritual según el Códice de Sanlúcar de Barrameda, Burgos, 1928, vol. 1, pp. vil, ix, x, xi, xii.

118 Martínez Burgos, qui n’avait d’abord pas jugé opportun de soumettre la question à un nouvel examen (San Juan de la Cruz. El Cántico espiritual según el manuscrito de las Madres Carmelitas Descalzas de Jaén, Madrid, 1924, pp. xxxv et xliii), émit plus tard, dans une lettre au P. Silverio, un avis très circonstancié. Sa missive, datée du 2 mars 1931, est imprimée dans B.M.C. 13, pp. 429-432.

119 ¿ Las anotaciones del códice de Sanlúcar son de San Juan de la Cruzl Juicio del R.P. Dionisio Fernández Zapico, S.J., Ephem. Carmeliticae, 1, 1947, pp. 154-162.

120 Eduardo de Santa Teresita, O.C.D., Un nuevo autógrafo de San Juan de la Cruz, Carmel de Begoña, 1948.

121 Un manuscrito famoso del Cántico espiritual. Las notas del códice de Sanlúcar de Barrameda y su valor crítico, El Monte Carmelo, 62, 1954, pp. 155-203.

122 El valor crítico del texto escrito por la primera mano en el códice de Sanlúcar de Barrameda, Ephem. Carmeliticae, 1, 1947, pp. 314-366.

123 J’espère ne pas tarder à produire ailleurs mes preuves dans leur détail, à commencer par un article assez copieux à paraître dans la Revue d’ascétique et de mystique.

124 Dom Chevallier a insisté à juste titre sur la distance qui sépare la version B du ms. annoté (le G. s. interpolé, III Authenticité des six états connus, Vie spirituelle, Supplément, juillet-août 1926, p. [155]). Il relève que sur 52 notes insérées dans Sr, 41 sont reprises en B et « avec ou sans glose ne donnent que le septième seulement des additions reçues au Cantique B » (Le C. s. interpolé, IV De l’enfant à l’homme fait, Vie spirituelle, Suppl., janvier 1927, note 1 aux pp. 70-71).

125 Op. cit., ed. Ángel Valbuena Briones, Clásicos castellanos, Madrid, 1954.

126 Cfr supra, p. xv, note 1.

© Presses universitaires de Liège, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search