Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Image du monde, de L’Antiquité au Moyen Âge

Hossam Elkhadem

Texte intégral

1L’un des concepts les plus incontestables de l’image du monde dans la cosmologie grecque antique est la place centrale que la terre occupe par rapport aux différents corps célestes.

2Anaxagore, représentant l’esprit ionien du Ve siècle avant J.C., plaçait la terre au centre du cosmos, place qu’elle occupa jusqu’au XVIe siècle de notre ère. Selon lui, la terre avait été amenée à cette position par l’action du mouvement premier. Anaxagore pensait même que les astres sont placés dans un dôme où le pôle nord se trouve directement au-dessus de la terre.

3Aristote dans le De Caelo nous fait savoir qu’en même temps, Anaximandre considérait que la terre était nécessairement immobile et qu’elle était située au centre même de l’univers. Toutefois la forme exacte de la terre n’est pas clairement définie.

4Si la forme de la terre n’est pas précisée chez Anaximandre, la forme de l’univers est, en revanche, bien définie chez Parménide. L’univers prend la forme d’une masse parfaitement sphérique où tous les points de la surface sont à une égale distance du centre. Cette sphéricité de l’univers, et non de la terre, est affirmée explicitement pour la première fois par Parménide. Cette idée est selon toute probabilité due aux pythagoriciens. On trouve ainsi un parallèle entre la cosmologie des pythagoriciens et celle de Parménide.

5Le concept d’une terre plate, non sphérique, en forme de disque flottant, a également trouvé des adhérents dans la cosmologie pré-socratique, notamment chez Démocrite d’Abdère dont les idées coïncident avec celles d’Anaxagore : la terre est plate chez tous les deux. Toutefois, chez Démocrite, elle a la forme d’un disque creux au milieu duquel l’eau s’accumule.

6Dans le De Caelo, Aristote attribue à Anaxagore et à Démocrite la notion que le fait que la terre soit plate cause son immobilité : la terre ne fend pas l’air en-dessous d’elle, elle repose comme un couvercle sur l’air qui se trouve au niveau immédiatement inférieur. C’est la nature même de l’air, puisqu’il est enfermé sous pression, de supporter un poids aussi grand que celui de la terre. La difficulté d’imaginer que la terre puisse exister sans soutien a certainement suggéré à Anaxagore la solution qu’il envisage ici.

7Bien que la pensée astronomique de l’école pythagoricienne ait été écartée par Aristote, l’influence de cette école dans la fixation d’une certaine image de la terre reste toujours présente dans l’astronomie grecque. La notion du mouvement circulaire des corps célestes autour d’un point central commun est, par exemple, due aux pythagoriciens.

8D’un autre côté, pour les pré-socratiques l’association a été déjà établie entre forme sphérique et corps céleste. Cette association se manifeste aussi bien dans le concept de l’univers que dans l’image de la terre. Dès le Ve siècle, la sphéricité de l’univers, aussi bien que celle de la terre, a été généralement bien établie. Une nouvelle fois, le rôle des pythagoriciens dans la fixation de ces deux concepts est important.

9Une autre notion pythagoricienne qui a fortement influencé l’image du monde durant l’Antiquité et le Moyen Age, est celle de la nature divine du corps céleste. Cette notion a eu une place privilégiée dans l’histoire de l’astronomie antique à tel point qu’un astronome-mathématicien comme Claude Ptolémée a cru à sa validité. L’idée fut également soutenue par Platon et Aristote.

10Au IVe siècle avant notre ère, Eudoxe de Cnide introduisit dans la cosmologie grecque un schéma de première importance. Il conçoit le ciel comme une structure géométrique composée de sphères concentriques ayant chacune un mouvement propre, uniforme et indépendant du mouvement des autres sphères. Eudoxe fait une distinction entre le monde céleste intelligible et parfait, et celui des changements incessants, c’est-à-dire le monde sublunaire. Aristote adopta cette charpente de l’univers et, par conséquent, durant deux mille ans, cette notion sera l’élément essentiel dans la formation des concepts astronomiques et cosmologiques.

11Si Aristote adopta les notions astronomiques d’Eudoxe, il les modifia néanmoins profondément. Aristote chercha la loi physique qui souligne cette astronomie : elle se trouve, selon lui, dans le concept du mouvement circulaire attribué aux corps célestes. Ce mouvement circulaire, contrairement au mouvement rectiligne, est qualifié de perpétuel. Le mouvement circulaire dans l’expression même d’Aristote est le seul mouvement qui est à la fois « simple et complet ». Il est le mouvement qui n’a ni commencement ni fin, le mouvement perpétuel que les anciens physiciens ont cherché en vain.

12L’image du monde consiste en des sphères célestes emboîtées les unes dans les autres, au milieu desquelles se trouve la terre ; une sphère immobile. Celle-ci occupe la place d’un axe fixe autour duquel les autres sphères tournent en un mouvement circulaire perpétuel.

13La position de la terre dans ce système cosmographique a été de temps à autre remise en question par certains astronomes. Héraclide Pontique, contemporain d’Aristote, remplaça la rotation de toutes les sphères célestes autour d’une terre immobile par un autre système que l’on peut qualifier de géo-hélio-centrique. Le Soleil, la Lune et les planètes supérieures tournent autour de la Terre, tandis que Vénus et Mercure tournent autour du Soleil. Quant à la Terre elle-même, elle effectue une rotation journalière autour de son propre axe, ce qui correspond à la rotation journalière de toutes les sphères célestes autour de la Terre, y compris la huitième sphère, c’est-à-dire celle des étoiles fixes.

14Une génération plus tard, Aristarque de Samos (ca 310-230 avant J.C.) défendit un système héliocentrique : le Soleil se trouve au centre du cosmos tandis que la terre tourne, comme une planète, autour de lui. Les hypothèses d’Aristarque sont les suivantes : les étoiles fixes et le Soleil sont stationnaires et la Terre tourne dans une orbite circulaire autour du Soleil qui se trouve au centre de l’univers. Dans son traité intitulé Des grandeurs et des distances du Soleil et de la Lune, Aristarque tend à déterminer le rapport des distances entre le Soleil et la Lune, d’un côté et entre le Soleil et la Terre d’un autre côté, ainsi que les rapports de leurs volumes respectifs.

15Platon s’inscrit dans la tradition cosmologique de la sphéricité et de l’immobilité de la terre. Il proposa, également, une charpente qui renferme une série de sphères célestes qui s’emboîtaient les unes dans les autres et au milieu de laquelle se trouvait la terre. Dans son image du monde, Platon montre clairement, dans Timée, que le Soleil fait un tour complet autour de l'écliptique par rapport à l’équateur. Platon savait également que chacune des étoiles errantes possède sa propre orbite et sa propre vitesse. Il était parfaitement au fait des problèmes posés par le parcours parfois inversé de Mercure et de Vénus et leur position jamais éloignée de celle du Soleil.

16Platon, selon toute probabilité, a compris que les irrégularités constatées dans les mouvements planétaires pouvaient être expliquées en combinant différents mouvements circulaires uniformes.

17Aristote, quant à lui, fit l’hypothèse d’une série de sphères concentriques, chacune tournant selon un mouvement naturel, uniforme et circulaire. Cependant, bien que certaines sphères tournent dans des directions opposées et autour de pôles différents, toutes les sphères partagent un centre commun, le centre de l’univers qui coïncide avec le centre de la terre.

18L’univers chez Aristote est divisé en deux régions : supérieure et inférieure. La limite entre elles correspond à la sphère de la Lune. La région sublunaire, ou terrestre, se distingue par la génération et la corruption ainsi que par le changement perpétuel. C’est la région des quatre éléments, également rangés dans des sphères concentriques dont la place est déterminée. Dans la région supralunaire, ou céleste, la matière qui constitue le corps est l’éther ou la quintessence. Cette région supralunaire est aussi caractérisée par une stabilité éternelle.

19Pour défendre l’image d’une terre sphérique, Aristote puise des preuves dans le domaine de la physique. Une de ces preuves est que la terre, par une tendance naturelle, se meut vers le centre de l’univers. Aristote nous fait aussi observer que l’ombre projetée par la terre pendant l’éclipse lunaire a la forme d’un cercle. En outre tout déplacement d’un observateur du nord vers le sud, fait constater des changements dans les positions apparentes des étoiles. Saint Thomas d’Aquin employa cette même preuve.

20Cette image du monde tracée par Aristote dans sa physique ne sera pratiquement jamais remise en question. Elle s’imposa dans l’histoire de la cosmologie durant près de deux mille ans. L’affirmation selon laquelle on a généralement cru au Moyen Age que la terre est plate est un mythe.

21La faille majeure du système aristotélicien est que le concept des sphères concentriques ne permet pas de prendre en considération les variations observées dans les distances séparant les positions des différentes planètes par rapport à la terre. Pour surmonter cet inconvénient, Ptolémée introduisit, dans l'Almageste, des séries d’épicycles et d’excentriques pour présenter les mouvements planétaires. Dans le système ptoléméen, à la différence de la physique d’Aristote, un mouvement planétaire peut être représenté par un cercle excentrique possédant un autre centre que celui de la terre. Ainsi, on peut ajouter un épicycle sur la circonférence du cercle déférent, ou bien encore, on peut employer une combinaison des excentriques et des épicycles.

22La différence entre le système concentrique d’Aristote et le système excentrique-épicyclique de Ptolémée occupera une partie non négligeable de la littérature astronomique et philosophique du Moyen Age en général, notamment dans l’Espagne musulmane du XIIe siècle.

23La pensée cosmologique du Moyen Age se trouva, en conséquence, face à un véritable dilemme : il fallait trouver un compromis si on voulait « sauver le phénomène ». D’un côté si l’on admet la physique d’Aristote, on doit accepter la position de la terre au centre de l’univers avec la série des sphères concentriques qui l’englobent et qui possèdent un mouvement circulaire parfait. Dans ce contexte, la physique aristotélicienne est cohérente, convaincante et logiquement bien soudée, mais le système se révèle insoutenable du point de vue astronomique.

24D’un autre côté, si on accepte le système ptoléméen avec ses postulats de cycles, d’épicycles, d’excentriques et de déférents, il faut abandonner la physique aristotélicienne. Une telle initiative grave et audacieuse pouvait être catastrophique pour toute la pensée philosophique de l’Antiquité et du Moyen Age.

25L’image du monde exposée dans les écrits astronomiques de Ptolémée servit de modèle jusqu’au XVIe siècle : la terre y occupe une place particulière pour l’observateur. Les étoiles errantes et fixes prennent leurs positions à l’endroit où elles suivent leurs parcours à l’intérieur d’une charpente constituant un système de références et de coordonnées afin que des nouvelles données astronomiques observées puissent s’y insérer. Ainsi l’approche mathématique, effectuée à partir de données empiriques, conduit à affiner les observations astronomiques. L’importance de la contribution de Ptolémée pour fixer une certaine image du monde dépasse largement les limites de l’astronomie mathématique et de la cosmologie pour couvrir également les domaines de la cartographie céleste et terrestre.

26Les méthodes cartographiques que Ptolémée expose dans l'Almageste et dans la Geographia peuvent être considérées comme ayant exercé le plus d’influence, de la fin de l’Antiquité gréco-romaine jusqu’à la Renaissance, pour la fixation de l’image du monde.

27Toutefois la représentation graphique de certains concepts géographiques engendre parfois une image de la terre qui peut remettre en question le degré d’acceptation de la doctrine cosmographique classique.

28Par exemple, au VIIe siècle, Isidore de Séville applique à la lettre la notion grecque des zones parallèles par le tracé des lignes séparant les différentes zones, non comme des cercles autour de la circonférence de la terre, mais comme cinq cercles indépendants placés sur un disque. Isidore de Séville, en effet, a appliqué la notion grecque des zones, non à une sphère, mais sur la terre qui prend une forme circulaire. Une telle expression graphique est plutôt due à une mauvaise compréhension de la nature même de la notion grecque des zones qu’à un concept de terre plate ou en forme de disque.

29L’image du monde à l’époque médiévale, c’est-à-dire de la fin de l’Antiquité classique jusqu’à la Renaissance, est avant tout une image aristotélicienne. Les sources de la cosmologie se trouvent essentiellement à l’époque dans les œuvres d’Aristote comme le De Caelo, certainement le traité de cosmologie le plus important au Moyen Age, la Métaphysique, la Physique, la Météorologie, et la Génération et Corruption.

30Par contre, à l’époque antérieure au mouvement de traduction de l’arabe, puis du grec, en latin, c’est le Tintée de Platon qui occupe une place privilégiée.

31A ce legs philosophique, on doit ajouter les passages relatifs à l’image du monde et à sa structure qui se trouvent dans l'Ancien et le Nouveau Testament. Au Moyen Age l’image du monde devait être en accord avec un certain concept théologique.

32Avec la traduction de l’arabe en latin, en 1175, par Gérard de Crémone de l'Almageste de Ptolémée, l’Occident avait, pour la première fois, un accès direct à la source hellénistique fondamentale de l’astronomie mathématique.

33Le système ptoléméen a été diffusé et propagé en Europe grâce, notamment, aux œuvres d’al-Farghani, astronome arabe du IXe siècle. Le traité célèbre de Roger Bacon, l'Opus maius, composé en 1266, contient certainement l’adaptation la plus connue du schéma astronomique d’al-Farghani.

34Au XIIIe siècle le manuel astronomique de cet astronome arabe sera remplacé par le De Sphaera de Sacrobosco, un des traités les plus populaires en ce domaine.

35L’image du monde dans le système ptoléméen atteindra une grande diffusion et une grande popularité grâce à ces deux traités de Roger Bacon et de Sacrobosco, ainsi qu’au Theorica planetarum de Campanus de Novara.

36En conséquence, on peut affirmer qu’à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, l’image du monde et celle de l’univers, telles qu’elles sont exposées dans la physique aristotélicienne et dans le système astronomique ptoléméen, ont été acceptées par la grande majorité de l'intelligentsia européenne.

37Au XIVe siècle, certains cosmographes ont pensé que, contrairement à la doctrine généralement acceptée, l’éventualité de la rotation de la terre méritait d’être explorée davantage. En réalité, l’hypothèse qu’Héraclide Pontique et Aristarque de Samos avaient envisagée au IVe siècle avant J.C. n’a jamais été complètement oubliée.

38Les contributions les plus étendues au XIVe siècle dans la recherche de l’éventualité de la rotation de la terre sont dues à Jean Buridan et à Nicole Oresme. Leurs hypothèses, formulées indépendamment, sont essentiellement basées sur le même argument : faire l’hypothèse du mouvement de la terre élimine immanquablement la nécessité d’attribuer une rotation journalière à chacune des huit sphères célestes.

39En d’autres termes on va substituer à un nombre important de mouvements de toutes les sphères, à vitesses élevées, un seul mouvement à vitesse réduite, celui de la terre. Il en résulte une économie de mouvements hautement appréciable.

40L’idée de la terre tournant autour de son axe, était à l’époque à tel point insoutenable que Jean Buridan et Nicole Oresme, qui avaient été les premiers à l’envisager, ont été eux-mêmes les premiers à la rejeter.

41Vers 1410, Pierre d’Ailly publia son Ymago Mundi. Un aspect très important du traité est qu’il forme la jonction entre le Moyen Age et la Renaissance.

42C’est par exemple grâce à ce travail que Christophe Colomb s’est familiarisé avec l’opinion de Roger Bacon qui affirme que la distance de navigation, vers l’Ouest, du Portugal aux Indes, est la moitié de la distance terrestre entre ces deux pays en direction de l’Est.

43Presque cinq ans après que Pierre d’Ailly eut achevé la composition de l'Ymago Mundi, parut la première traduction latine, faite en Italie, de la Geographia de Ptolémée. Toutefois, l’original de ce traité avait déjà été découvert au XIIIe siècle à Byzance.

44La Geographia donna aux cosmologues, géographes et cartographes les outils scientifiques nécessaires pour visualiser l’image du monde sur des cartes géographiques. Parmi les plus importants sont les systèmes de coordonnées, déjà développés dans les tables astronomiques et ensuite introduits dans la cartographie terrestre.

45Ptolémée fournit des listes de noms de quelque 8.000 localités géographiques du monde alors connu, avec leurs coordonnées en degrés, minutes et secondes. Les noms et les coordonnées de ces localités sont rangés en sept listes distinctes, chacune correspondant à un des sept climats. Le globe terrestre est divisé en sept bandes horizontales représentées par des cercles parallèles, appelées climats. Chaque climat couvre une zone géographique bien déterminée. Dans toutes les localités d’un même climat, le jour le plus long de l’année a la même durée.

46Dans la carte du monde attachée à la Geographia, le méridien de référence se trouve dans les îles Canaries. Il passe précisément par l’île d’Hierro, la plus méridionale de l’archipel. Les longitudes progressent en direction de l’Est jusqu’à 180° qui correspond à la.ville de Cathay en Chine. C’est la borne orientale du monde alors connu.

47Cependant une des techniques les plus importantes acquises par le Moyen Age grâce à la Geographia de Ptolémée est celle relative à la projection cartographique ou technique qui permet de mettre un corps sphérique sur une surface en deux dimensions.

48L’image du monde au Moyen Age, l’âge de la croyance et de la foi, est souvent le reflet de concepts religieux. Par exemple, la carte en T-O, probablement le type le plus connu de mappe monde de l’époque médiévale, divise la terre en trois continents : l'Europe, l’Asie et l’Afrique, peuplés chacun par les descendants de l’un des trois fils de Noé et entourés par l’océan. Une mappemonde de l’époque peut être orientée dans n’importe quelle direction, mais le plus souvent en direction de l’Est, du Nord ou du Sud, dans cet ordre.

49Le centre de ces mappemondes est quelquefois occupé par un lieu symbolique, comme Jérusalem ou le Mont Sinaï. Cette pratique sera répétée le plus souvent à l’époque suivant les croisades entre le XIIIe et le XIVe siècle.

50On peut diviser les représentations cartographiques du monde au Moyen Age en cinq catégories : les mappemondes, les portulans, les cartes régionales, les cartes topographiques et les cartes cadastrales. Ces cinq catégories coexistaient, apparemment, indépendamment l’une de l’autre. Parmi les cinq catégories précitées les plus représentatives de l’image du monde, c’est certainement les mappemondes qui sont les plus fréquentes. Elles sont à leur tour divisées en quatre types : les tripartites, les quadripartites, les zonales et les transitionnelles

51.Le but des mappemondes de l’époque était principalement soit didactique, soit moral mais n’était certainement pas la communication des réalités géographiques.

52Puisque le but principal de la mappemonde au Moyen Age n’était pas la localisation géographique précise, il est entendu qu’il n’y avait pas de système de coordonnées

53A cause d’une perspective défectueuse et de l’absence d’une géométrie projective fiable, la mappemonde en T-O peut donner la fausse impression que le Moyen Age était favorable au concept d’une terre plate. Cette mauvaise interprétation de la forme de cette classe de mappemondes surgit malheureusement encore de temps à autre, lorsqu’il s’agit notamment de discuter des doctrines géographiques répandues à l’époque de Christophe Colomb.

54Dans le contexte religieux du Moyen Age, la mappemonde était parfois considérée à la fois comme la représentation du monde extérieur et du monde religieux. Par exemple, la mappemonde d’Ebsdorf où les quatre points cardinaux correspondent à la tête, aux mains et aux pieds du Christ, tandis que Jérusalem se situe à son nombril : l’image du monde est ici identifiée au corps du Christ.

55A côté de cette fonction religieuse de la mappemonde, on trouve une fonction historique où ce type de cartes était considéré comme la représentation visuelle d’une narration historique particulière.

56Les événements historiques sont représentés selon l’ordre temporel et spatial dans lesquels ils ont eu lieu. Leur position sur la carte correspond aux relations géographiques entre les différents lieux où les événements se sont produits.

57L’image du monde représentée sur la mappemonde médiévale n’était donc pas conçue pour montrer les relations géographiques ou topographiques réelles. Des concepts comme projection, coordonnées, méridien de référence, orientation et échelle n’ont naturellement pas leur place sur ce type d’image du monde.

Bibliographie

Références

– Pierre d’Ailly, Imago Mundi, trad. E. Buron, 3 vol., Paris 1930.

– M.C. Andrews, The Study and Classification of Medieval Mappae Mundi, dans Archaeologia. 75 (1926), p. 61-76.

Aristote, Du Ciel, trad. P. Maraux, Paris 1965.

– G. Aujac, Greek Cartography in the Early Roman World, dans The History of Cartography, vol. I, ed. J.B. Harley and D. Woodward, Chicago-London 1987, p. 161-176.

– O. J. Brendel, Symbolism of the Sphere. A contribution to the History of Earlier Greek Philosophy, Leiden 1977.

– E. Cassirer, Individu et cosmos dans la philosophie de la Renaissance, trad. P. Quillet, Paris 1983.

– M. Destombes, Mappemondes A.D. 1200-1500, Amsterdam 1964.

– D.R. Dicks, Early Greek Astronomy to Aristotle, Bristol 1970.

– O.A.W. Dilke, The Culmination of Greek Cartography in Ptolemy, dans The History of Cartography, vol. I, cit., p. 177-200.

– B.R. Goldstein, Theory and Observation in Medieval Astronomy, dans Isis 63 (1975), p. 39 47.

– E. Grant, ed., A Source Book in Medieval Science, Cambridge 1974.

– Cl. Kren, Homocentric Astronomy in the Latin West. The De reprobatione ecentricorum et epiciclorum of Henry of Hesse, dans Isis, 69 (1968), p. 269-281.

– C.S. Lewis, The Discarded Image. An Introduction to Medieval and Renaissance Literature, Cambridge 1974.

– N. Oresme, Le Livre du ciel et du monde, trad. A. D. Menut, Madison-Milwaukee-London 1968.

– W.G.L. Randles, De la terre plate au globe terrestre, une mutation épistémologique rapide 1480-1520, Paris 1980.

– J.B. Russell, Inventing the Flat Earth. Colombus and Modem Historians, New York Westport-London 1991

– Fr. Solmsen, Aristotle’s System of Physical World. A Comparison with his Predecessors, Ithaca 1960.

– L.O.Th. Tudeer, On the Origin of the Maps attached to Ptolemy’s Oeography, dans The Journal of Hellenic Studies, 37 (1917), p. 62-76.

– A. VAN Helden, Measuring the Universe. Cosmic Dimensions from Aristarchus to Halley, Chicago-London 1985.

– P. Moffitt Watts, Prophecy and Discovery : On the Spiritual Origins of Christopher Colombus’s Enterprise of the Indies, dans The American Historial Review, 90 (1985), p. 73-102.

– D. Woodward, Medieval Mappaemundi, dans The History of Cartography, vol. I, cit., p. 286-370.

– D. Woodward, Reality, Symbolisme, Time, and Space in Medieval World Maps, dans Annals of the Association of American Geographers, 75 (1985) p. 510-521.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540