Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Avant-propos

Texte intégral

1En 1990, à l’initiative de Georges Despy qui dirigeait alors le Séminaire d’Histoire du Moyen Age de l’Université Libre de Bruxelles, nous avons organisé, en collaboration avec l’Institut des Hautes Etudes de Belgique, un colloque international sur « Le souverain à Byzance et en Occident, du VIIIe au Xe siècle » pour marquer la création récente, à la Section d’Histoire, d’une licence spéciale de troisième cycle sur l’histoire de Byzance et du Haut Moyen Age occidental. Deux ans après, se tenait à l’U.L.B. et à l’abbaye de Maredsous un second colloque international, consacré cette fois au « monachisme à Byzance et en Occident, du VIIIe au Xe siècle. Aspects internes et relations avec la société ». Ces manifestations rencontrèrent un vif succès, tant par la qualité des communications que par le nombre élevé de participants, spécialistes, étudiants, mais aussi un large public cultivé ; ce qui reflète notamment le souci d’ouverture de la Faculté de Philosophie et Lettres. Par ailleurs, les Actes de ces colloques furent rapidement publiés, chaque fois grâce à l’appui de revues prestigieuses : le premier dans Byzantion (vol. 61, 1991, fasc. 1, 313 p. : fascicule dédié à la mémoire de Maurice Leroy, également édité sous forme de volume indépendant par l’Institut des Hautes Etudes de Belgique), le second dans la Revue Bénédictine (vol. 103, 1993, fasc. 1-2, 288 p.). Nous avons la satisfaction et la fierté de voir qu’ils sont devenus des ouvrages de référence.

2Le thème que nous avons retenu pour notre troisième colloque – les voyages et les voyageurs à Byzance et en Occident, du VIe au XIe siècle – se prête bien, lui aussi, à la démarche scientifique à laquelle nous tenons et qui consiste à mettre en parallèle et à étudier sur un pied d’égalité Byzance et l’Occident. Le programme ne se limite toutefois pas à cette approche comparative ; il envisage en outre d’autres points importants, comme les relations entre Occident et Orient. On traite, entre autres sujets, de la représentation du monde, des infrastructures de transport, des itinéraires, des attitudes à l’égard des voyages et des voyageurs, des problèmes de communication orale et écrite, des pèlerins, des marchands, des ambassadeurs et messagers... Ce thème avait, de surcroît, l’avantage de s’inscrire dans la problématique du projet quinquennal de la Fondation Européenne des Sciences (European Science Foundation, Strasbourg) sur la transformation de l’Empire romain du IVe au VIIIe siècle, vaste programme interdisciplinaire auquel le Séminaire d’Histoire du Moyen Age de l’U.L.B. est étroitement associé par la participation des soussignés et d’Anne-Marie Helvétius (aujourd’hui Université du Littoral, Boulogne-sur-Mer).

3Comme ce fut le cas pour les colloques précédents, nous avons souhaité organiser ce colloque en collaboration. C’est sans aucune hésitation que nous nous sommes immédiatement adressés au Département des Sciences Historiques de l’Université de Liège, et plus particulièrement au Séminaire d’Histoire du Moyen Age de cette institution ; on connaît en effet l’importance des recherches en matière de géographie historique qui y sont menées depuis des décennies surtout sous l’impulsion d’André Joris. Ce projet de travail en commun a été accueilli avec chaleur et enthousiasme par notre ami Jean-Louis Kupper, que nous remercions de tout cœur.

4Le colloque s’est donc tenu d’abord, les 5 et 6 mai 1994, à Bruxelles (Salle Dupréel de l’Institut de Sociologie de l’U.L.B.), puis, le samedi 7 mai, au Musée de la Vie Wallonne à Liège. Nous tenons à dire ici notre gratitude à Madame Nicole Dony, conservateur, pour avoir bien voulu nous accueillir dans son Musée, ainsi qu’aux doyens des Facultés de Philosophie et Lettres des deux universités, respectivement Albert Mingelgrün et André Motte, qui ont ouvert nos travaux.

5Le présent volume, que nous éditons avec Jean-Louis Kupper dans la prestigieuse « Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres » de l’Université de Liège, contient les communications faites au cours du colloque. On n’a pas reproduit le texte des abondantes discussions, mais les conférenciers ont évidemment pu revoir leur manuscrit en fonction de ce qui a été dit au cours des séances. Pour ce livre, nous voulons également dire notre dette de reconnaissance envers Nathalie Delierneux, licenciée en Philologie Classique et licenciée spéciale en Byzantinologie de l’U.L.B., qui a travaillé d’arrache-pied, avec un zèle et une gentillesse sans faille, à la préparation des manuscrits.

6Les éditeurs du volume - et organisateurs du colloque – souhaitent remercier ceux qui ont accepté de présider les séances et de renforcer ainsi la valeur scientifique des discussions (dans l’ordre chronologique : leurs collègues Claire Billen, Guy Philippart, Patricia Karlin Hayter, Jean-Marie Duvosquel, Franz Bierlaire et Georges Raepsaet). Ils tiennent aussi à dire leur gratitude aux responsables des institutions qui leur ont permis de mener à bonne fin leur entreprise : à l’Université Libre de Bruxelles, la Cellule Recherche (et, en particulier, le vice-recteur Philippe Vincke), la Faculté de Philosophie et Lettres, la Section d’Histoire ; à l’Université de Liège, la Faculté de Philosophie et Lettres ; le Fonds National de la Recherche Scientifique ; le Ministère de l’Education, de la Recherche et de la Formation (Communauté Française de Belgique) ; le Crédit Communal de Belgique. Une part importante de l’organisation matérielle du colloque a été prise en charge par la Gestion Culturelle de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’U.L.B., surtout par Nathalie Nyst aidée de deux jeunes historiens, Damienne Nicolaï et Hérold Pettiau ; que tous trois trouvent ici l’expression de nos remerciements les plus sincères.

7A D. et J.-M. S.

Note additionnelle

8Les études publiées dans le présent volume ont été rédigées peu après le colloque de Bruxelles-Liège, en 1994. Compte tenu du retard mis à la publication des Actes, les éditeurs ont offert aux auteurs la possibilité de procéder, sur les premières épreuves (1998), à des addenda et corrigenda. Certains textes s’en sont trouvés substantiellement mis à jour (Michel de Waha, Francis Thomson) ; d’autres ont été munis d’importantes notes additionnelles (Michel Balard, Jean-Pierre Devroey et Christian Brouwer). Pour la plupart cependant, les manuscripts ont été très peu modifiés et doivent donc être lus comme des travaux rédigés en 1994.

9A.D., J.-L. K. et J.-M. S.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540