Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Marie-Claire Hoock-Demarle

Propos conclusifs

François Rosset

Texte intégral

1Comment faire pour évaluer ainsi sur le vif les travaux de ce colloque si riche et si varié, tant en ce qui concerne les objets traités que les méthodes de travail investies ? Et d’ailleurs, n’y a-t-il pas malentendu à prétendre enfermer dans une synthèse cohérente l’ensemble naturellement disparate de ces aperçus centrés, tout au moins en filigrane, autour de la notion de « monde moderne » où l’on sait que prévalent justement la discontinuité, la fragmentation, l’éclatement ? Peut-être conviendrait-il de remonter au titre qui nous a réunis en cherchant, dans ses éléments, une ouverture et une démarche vers cette fameuse et improbable synthèse. « Le Groupe de Coppet et le monde moderne », voilà qui supposait au moins

  1. que l’on admette l’existence du Groupe et une certaine cohérence qui le caractériserait
  2. que l’on tienne pour avéré que le monde qui l’entourait pouvait être qualifié de moderne, et
  3. que des relations d’interdépendance pouvaient être établies et – subséquemment – expliquées entre ce présumé groupe et ce monde dit moderne.

2Il y avait donc, en somme, dès l’énoncé initial, la définition de deux terrains minés et – potentiellement du moins – un champ de réflexion.

3On aurait pu alors s’enliser dans des débats, certes fondamentaux mais condamnés à la stagnation où l’on aurait tenté de répondre une fois de plus à ces questions jamais épuisées : qu’est-ce que le Groupe de Coppet ? et qu’est-ce que le monde moderne ? ou – pire encore – qu’est-ce que la modernité ?

4Il aurait fallu, pour cela, se réunir non pas dans le si riant et accueillant pays de Liège, mais au cœur barricadé d’un austère cénacle byzantin. Or nous avons préféré le confort de cette magnifique salle du Vertbois, les vertiges du casino de Spa et les fastes du château de Colonster. Et bien nous en a pris pour notre agrément, certes, mais également en ceci que, sans le vouloir peut-être, nous avons non seulement abordé ces deux périlleuses questions, mais aussi documenté certaines pistes qui pourront étayer de nouvelles réponses.

5Certes – et c’est sans doute la principale faiblesse de ce colloque – l’essentiel des réflexions s’est porté presqu’exclusivement sur les deux ténors du groupe, Madame de Staël et Benjamin Constant. Mais il y a eu à cela un avantage aussi, c’est qu’en nous concentrant sur eux, nous avons eu l’occasion d’observer, à plusieurs niveaux et selon différentes logiques, l’interpénétration, la solidarité parfois tendue, la complémentarité de leur pensée autant que les différences qui les caractérisent. S’il en avait fallu une preuve matérielle, nous l’aurions trouvée dans les éclaircissements apportés au sujet de cette œuvre à deux mains constituée par la Copie des Circonstances actuelles. Mais l’on a tôt fait aussi de mesurer cette proximité des deux esprits dans un certain nombre d’idées ou – pour reprendre la formule-titre du colloque – de conceptions ; telle la doctrine constitutionnelle républicaine qui leur est carrément commune, telle l’idée de la perfectibilité qu’ils partagent tout en lui apportant des ancrages et des nuances différents, telle l’interrogation sur la religion qui les sépare sans aucun doute bien plus qu’elle ne les unit, mais qu’ils ont posé conjointement, tel encore ce concept dynamique de la promesse. Autre signe frappant de solidarité intellectuelle et humaine : la confluence entre le destin de tel individu et certaines figures élaborées dans la fiction ; c’est ainsi que m’ont frappé ces parcours au fond parallèles du Constant en mal d’être vers le Constant d’après Coppet cerné dans la plénitude de l’être et, d’autre part, des héroïnes des deux grands romans staëliens, Delphine engoncée par les contraintes et Corinne s’épanouissant – certes tragiquement – dans le roman de l’ouverture.

6Plusieurs exposés nous ont donc fait mieux sentir Coppet comme lieu de rencontres et de confluences, forge d’idées et laboratoire de textes, bien sûr, mais aussi comme lieu de transit, de passage et de progrès, station intermédiaire, comme théâtre d’exercice de la perfectibilité universelle de l’humanité, mais un théâtre vécu et intériorisé par ses acteurs, autrement dit : un lieu de conscience du passage du temps.

7Si l’on réunit certains des concepts récurrents de nos trois journées, on voit se constituer un paradigme fort autour de termes comme « confluence », « transformation », « permanence », « interaction », « affranchissement », « dépassement », « récupération », « réunion », « lien », « ambivalence », « paradoxe », « réadaptation », « reformulation », « actualisation ». Les éléments de cette série comme le paradigme tout entier mettent en lumière un espace où se tissent des rapports, des relations et non pas un lieu où l’on pense la nouveauté en termes de tabula rasa. Ces rapports, ces relations, ils n’ont cessé d’être évoqués, parfois expliqués ou au moins exemplifiés. Ne serait-ce qu’à travers l’impressionnante série de couples plus ou moins complémentaires, plus ou moins antinomiques, qui se sont détachés dans tous les exposés, sans exception je crois, et que je cite, pêle-mêle, dans une longue et révélatrice litanie : prospection-rétrospection, public-privé, publicité-intériorité, subjectivation-rationalisation, société-pouvoir, principes-circonstances, extériorité-intériorité, optimisme-pessimisme, absence-présence, évolutionnisme-constructivisme, rapprochement-séparation, séparation-communauté, bonne conscience-mauvaise conscience, féminin-masculin, création-passion, bonheur-malheur, élites-masses, mobilité-stagnation, dire-faire et jusqu’à... banque-romantisme !

8Lorsqu’on énumère ainsi ces paires, en les arrachant au contexte où elles ont été fondées, on s’aperçoit qu’il n’est plus aisé de les replacer dans tel ou tel univers : relèvent-elles chacune de la politique ? de la religion ? de la société ? de la philosophie ? de l’esthétique ? Ce qui reste tout au moins, c’est une structure obstinément binaire, qui décline la relation sous tous les modes, est applicable apparemment dans tous les domaines, et détermine aussi une situation et un mouvement.

9En effet, ces couples ont souvent été soudés par la préposition entre qui est venue nous rappeler comme un refrain connu l’idée de la situation d’entre-deux qui est, à tous points de vue, celle de Coppet. Mais souvent aussi, il a été question de se mouvoir en allant de telle notion vers telle autre. Ainsi, la définition du Groupe de Coppet en situation et en mouvement nous sera désormais plus claire, parce que plus richement et diversement documentée. C’est un conditionnement fondamental qui affecte les différents champs de la pensée, les options, les convictions et les combats autant que les formes et pratiques discursives. Et c’est sans doute cette substitutivité des notions dans les différents champs du savoir et de la création qui fait la force et la particularité principale du Groupe de Coppet.

  • 1 Des effets de la terreur (mai 1797), in OCBC, t. I, p. 525.

10Ce mouvement de... vers..., il va de soi qu’on ne pouvait l’observer sans s’intéresser au contexte concret, aux circonstances dans lesquelles il s’est développé, c’est-à-dire à l’histoire qui vient placer notre paradigme sous l’éclairage du temps. Le temps, comme la plupart des concepts qui ont été soumis à l’analyse, s’est vu considérer dans le champ de la pensée théorique ou philosophique (par exemple : la perfectibilité) aussi bien que dans l’optique des représentations (par exemple : la temporalité narrative) comme sous le régime du temps vécu (citons ici cette fameuse phrase de Constant que personne n’a directement évoquée, mais qui s’est promenée, implicitement, dans nos salles : « Nous sommes aujourd’hui entre des vieillards dans l’enfance et des enfants mal élevés »1.)

11A première vue, c’est justement en lien avec le temps que devait être aussi considéré le fameux et embarrassant concept de « modernité ». Plusieurs définitions en ont été proposées ; je retiendrai pour le moment celle-ci : « l’adaptabilité des thèmes de pensée à de nouveaux contextes politiques ».

12Cette définition était importante dans le cadre particulier où elle a été énoncée, mais elle l’est aussi, plus généralement, dans l’optique de notre colloque. Et j’en viens ainsi, sans trop m’aventurer vers la question de principe et de définition du « monde moderne », au problème essentiel : celui des relations entre le groupe de Coppet et ce monde présumé moderne.

13On peut être tenté de suivre une perspective purement historique en considérant Coppet au tournant de deux époques, à la césure, au seuil des temps postrévolutionnaires qui sont justement pour beaucoup les temps modernes. Mais il me semble que cette perspective est un peu courte, qu’elle manifeste bientôt des limites qui nous empêchent de dépasser un certain nombre de constatations certes justes, mais à vrai dire bien rebattues aujourd’hui, voire même relevant, dans leurs formulations les plus courantes, d’un dictionnaire des idées reçues en matière d’histoire des idées.

14L’un des mérites de ce colloque aura été ainsi de dépasser les lieux communs en montrant que dans la perspective de Coppet, ces temps sont nouveaux non pas tant parce qu’ils représentent un tournant dans l’histoire, mais parce qu’ils s’imposent dans l’esprit des sujets comme un environnement réel dans lequel il faut vivre et vivre avec ses semblables, en rendant cette vie la meilleure possible, en lui définissant des axes, porteurs d’un sens. C’est un temps qui anime, auprès des sujets, la conscience du moment présent et impose la nécessité de se définir par rapport à lui comme individu participant à la communauté. C’est en ce sens, me semble-t-il, que l’on peut comprendre cette affirmation énoncée parmi nous, selon laquelle la modernité à Coppet se dit de façon pleine et entière à travers le seul mot de philosophie.

15C’est bien pour cette raison que ce qui est ici moderne, c’est justement un monde, tout un monde ; et c’est aussi la raison pour laquelle penser dans ce monde implique de considérer toutes les modalités réglant les rapports entre individus dans la société, mais aussi et peut-être surtout, des individus dans leurs relations avec eux-mêmes. D’où la nécessité de lire de concert, comme cela a été fait ici, les textes que je qualifierai sommairement, les uns de théoriques et les autres de littéraires.

16Voilà aussi pourquoi les tensions et les troubles de l’identité des sujets, les crises et les fractures du moi (celui qui aime, celui qui joue, celui qui parle comme celui qui écrit), de ce moi qu’il faut également essayer d’appréhender philosophiquement dans une orientation anthropologique, devaient être considérés en parallèle avec des questions apparemment plus vastes comme celles qu’impliquent la nécessité de repenser les institutions, de construire une société où la littérature comme la religion seraient politiques, où la politique elle-même serait politique, et où les sujets porteurs d’une parole, c’est-à-dire – on nous l’a rappelé – les sujets agissants, seraient aussi politiques.

17Il conviendrait évidemment d’expliquer ce que ces raccourcis allusifs signifient exactement, mais la lecture de tout ce qui précède ces réflexions finales doit y suffire. Pour rester bref, je me contenterai d’évoquer, en la déplaçant dans le champ de Coppet, la formule de Michel Foucault énoncée dans le commentaire au Was ist Aufklärung ? de Kant, où la « modernité » est définie, voire revendiquée comme une attitude, bien plus que comme une période de l’histoire.

18Attitude donc, face au présent, au moment qui est aussi, l’étymologie nous l’a rappelé, proche du mouvement et des mutations. C’est un sujet qui élabore des principes au milieu et envers des circonstances. D’où l’extrême importance des réflexions proposées, selon des applications et sur des modes divers, au sujet du rapport entre dimension publique et dimension privée ainsi que, corollairement, sur la notion et les pratiques de la communication.

19Certes, on aurait pu souhaiter que certains orateurs se fussent engagés dans des évaluations ou vérifications comparatives, en mettant en regard, dans les mêmes circonstances, Coppet et divers non-Coppets. Mais il est peu probable que l’on ait eu alors à relativiser l’originalité, la spécificité de cette pensée développée tantôt en spirale, tantôt en faisceau, dans l’entourage de Madame de Staël et de Benjamin Constant. Coppet, nous a-t-il été dit, fut et demeure un rêve, c’est-à-dire, pour ce qui concerne la période où le Croupe s’est réellement manifesté à Coppet (1803-1812), un laboratoire où les idées se sont développées, combinées, entrechoquées, sans avoir eu à subir l’épreuve du feu ou du jeu de l’application dans le champ politique réel. C’est en ce sens aussi que le Constant d’après 1815 est si différent de celui d’avant cette date, comme furent différents Madame de Staël et Benjamin Constant sous le Directoire et au début du Consulat, puis après : Coppet, lieu de rêve et de pensée entre deux périodes d’action.

20Les moments de tension féconde, les discussions les plus animées au cours du colloque auront en définitive porté moins sur l’objet des propos que sur nos conceptions, nos images et nos débats. C’est l’ombre de ce fameux sujet et peut-être même du subjectivisme qui s’est allongée jusqu’à nous.

21Car évidemment, il faut avouer que c’est notre propre modernité qui se complaît – et parfois s’interroge – dans des discours où s’exercent efficacement les modèles et les instruments d’analyse qui sont privilégiés aujourd’hui. Considérer Mme de Staël, Benjamin Constant et le phénomène Coppet à la lumière de Ricœur, Habermas, Bourdieu, Dilthey, Austin, Starobinski ou Rousset, c’est aussi considérer, mais sous un autre angle, le Groupe de Coppet et le monde moderne. Même si l’on a pu vérifier que ces auteurs, nos contemporains, loin de simplifier les choses, mettent surtout en évidence la complexité des phénomènes étudiés.

22Ainsi, de même que plusieurs d’entre nous se sont employés à mettre en évidence certaines traces de la postérité de Coppet dans le XIXe et jusqu’au XXe siècle, nous avons tous ensemble contribué à faire progresser l'information et la réflexion sur notre objet. Il faut toutefois reconnaître que cet objet se prête fort bien à la réflexion aujourd’hui, d’abord parce qu’il est un champ d’application particulièrement gratifiant de nos instruments de pensée, mais aussi parce que les conceptions, les images et les débats issus de Coppet portent sur un monde moderne que l’on peut considérer historiquement, bien sûr, à distance, mais aussi théoriquement, à la manière d’un Foucault, d’un Meschonnic ou d’un Jauss, au milieu du présent qui est le nôtre.

23Voilà qui m’amène à conclure en traçant de possibles ouvertures pour des débats à venir. Car ce colloque, étape nouvelle et importante dans l’histoire des études sur le groupe de Coppet, est aussi porteur, me semble-t-il, d’amorces pour le futur. Dans le prolongement de ce que j’observais à l’instant sur l’interaction entre notre univers intellectuel et notre objet d’étude, on peut se demander s’il ne serait pas intéressant d’envisager un prochain colloque où, en resserrant la problématique, en déplaçant l’assise théorique jusqu’à Coppet même, nous pourrions nous interroger sur le Groupe de Coppet et les sciences de l’homme. Autre piste qui s’amorce dans le sillage de la subjectivité mise à l’œuvre dans l’écriture : la question de l'auteur à Coppet. Ou encore, pour mettre enfin au clair ces si difficiles problèmes qui nous ont bien embarrassés parfois : qu’est-ce que le protestantisme de Coppet ? comment se manifeste-t-il ? qu’inspire-t-il ? Et bien d’autres questions, telles celles que posent, par exemple, les géographies physiques, symboliques et mentales à Coppet.

24Cela dit, je pense que ce VIe Colloque de Coppet aura apporté au moins autant de réponses qu’il ne laisse de questions en suspens : c’est assurément un succès. Un succès que l’on doit à chacun des participants, mais plus particulièrement encore à nos amis liégeois, Paul Delbouille, entouré de Françoise Tilkin, Lucy Sauveur, Martine Willems, Anne Mathonet et Bruno Demoulin, organisateurs et hôtes formidables, parfaits de gentillesse comme d’efficacité. Qu’ils soient très, très chaleureusement remerciés.

Notes

1 Des effets de la terreur (mai 1797), in OCBC, t. I, p. 525.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540