Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Marie-Claire Hoock-Demarle

Présence de Coppet et romantisme libéral en France, 1822-1827

John Isbell

Texte intégral

  • 1 Prosper de Barante, Tableau de la littérature française au XVIIIe siècle, 5e éd., Paris, Duféy et (...)

«  Le meilleur moyen d’aller en avant, c’est de regarder la route qu’on vient de faire.  »
Prosper de Barante1

  • 2 60.000 exemplaires : Mme de Staël, Considérations sur la Révolution française, éd. Jacques Godecho (...)

1Cette conférence cherche moins à bâtir un édifice qu’à ouvrir une fenêtre, d’où voir la silhouette de notre groupe à mesure qu’il s’éloigne vers l’avenir. J’ai donc préféré un rapide discours d’ensemble à un travail de spécialiste. En 1818, les Considérations staëliennes se vendent, nous dit-on, à 60.000 exemplaires ; en 1830, les obsèques de Constant à Paris attirent « la ville entière », au dire de Louis Blanc. Un certain Coppet subsiste alors après l’éclatement du groupe, et le public, comme le groupe lui-même, en est bien conscient ; en retraçant les frontières de sa nouvelle œuvre commune, nous trouverons peut-être quelques aperçus nouveaux sur la durée dans le temps du groupe lui-même, sur sa postérité et même sur la forme française du libéralisme romantique. Voilà un champ bien vaste à méditer, vu d’une fenêtre bien petite2.

  • 2 Lettre connue : Pierre Deguise, « Constant et Barante », in Benjamin Constant, Madame de Staël et (...)

2Entre 1822 et 1827, qu’est devenu le Groupe de Coppet ? Mme de Staël est morte en 1817, ensuite Camille Jordan et avec lui le groupe libéral de Lyon : Mme Récamier fréquente désormais Chateaubriand. Montmorency est passé à la réaction, Schlegel est recteur de l’université de Bonn, et les citoyens de la Suisse nouvelle – Sismondi, Bonstetten, Pictet, Mme Necker de Saussure – s’éloignent aussi des événements parisiens. A Paris, Constant marqué par les Cent-Jours voit peu la seconde génération de Coppet ; entre lui et Barante, pas une seule lettre connue depuis 1823 jusqu’après la Révolution de Juillet. Pouvons-nous alors parler encore d’une mission commune ? Visiblement, ce problème a deux faces, l’action privée des membres du groupe et leur image devant le public. Il présente aussi trois champs de recherche que nous parcourrons dans l’ordre : un, l’écriture, deux, l’action et trois, le rôle des successeurs2.

  • 3 Chamisso : B. Réizov, L'Historiographie romantique française 1815-1830, Moscou, Editions en langue (...)

3Ecriture : les membres du groupe parlent encore à la France. Barante à la Chambre des pairs publie quelques discours politiques, comme son ami le duc de Broglie, beau-fils de Mme de Staël, puis Hamlet et le théâtre de Schiller traduits en français, ce dernier commencé avec Chamisso sous l’Empire, et l'Histoire des ducs de Bourgogne en treize volumes. Bonstetten publie l'Homme du Midi et l’Homme du Nord, rédigé lontemps avant. Constant réédite Adolphe, méditation sur le besoin d’être propriétaire, publie ses Mémoires sur les Cent-Jours, le Commentaire sur Filangieri, De la religion et plusieurs pamphlets politiques. Il a pu faire aussi une deuxième traduction d'une pièce allemande, pour Ladvocat en 1823. Gérando publie Du perfectionnement moral. Schlegel édite l'Indische Bibliothek, et publie le Bhagavat-Gita en sanscrit ; il travaille ensuite au Ramayana. Sismondi, dont les pamphlets et les articles en cette période mériteraient une étude sérieuse, publie aussi son roman Julia Sévéra, lointaine réplique aux Martyrs de Chateaubriand, et l'Histoire des Français en 31 volumes ; il réédite son Histoire des républiques italiennes, ses Nouveaux principes d’économie politique. Auguste de Staël publie des pamphlets politiques et ses Lettres sur l’Angleterre, mais il est plus visible comme éditeur des Œuvres complètes de sa mère et de son grand-père, en dix-sept et quinze volumes, qui forment sous la Restauration un manifeste de l’opposition libérale : les Dix années d’exil paraissent la même année que le Mémorial de Sainte-Hélène, comme le public le remarque. Rappelons que le nom du duc de Broglie figure avec celui d’Auguste sur les Considérations de Mme de Staël, qui inaugure la lignée des historiens de 1789, et que Barante choisit en 1822 de rééditer son Tableau de la littérature du XVIIIe siècle en y remettant le compte rendu de Mme de Staël qu’on avait refusé sous l’Empire : deux prises de position. Auguste meurt jeune en 1827, et sa sœur la duchesse de Broglie édite ses Œuvres diverses avec une notice en tête, bien importante pour cette période. Voilà en somme un corpus solide pour un groupe qui semblait éclaté, auquel il faudrait ajouter plusieurs textes manuscrits et de multiples articles de journaux. Qu’en conclure ? D’abord, la place du travail médiateur : éditions, traductions, comptes rendus, histoires, occupent des rayons entiers de bibliothèque, et le travail créateur peut se perdre à côté – un roman de Sismondi, de courts textes politiques. D’autres textes originaux, comme De la religion ou l'Homme du Midi, reprennent des travaux antérieurs ; notons aussi la place des rééditions. Travail de mémoire et de médiation, c’est donc aussi un travail de collaboration et d’hommage envers le passé, bien éloigné des travaux révolutionnaires de la période antérieure ; la Restauration est l’âge des volumes collectifs, et le groupe s’inscrit dans cette tendance. Gardiens et propagateurs d’une tradition, les membres du groupe le sont autant devant le public, dans leur jeu d’éditions et de préfaces, que sur le plan privé, où Constant reprend ses manuscrits3.

4Action : si ces volumes penchent vers le passé, nous fournissant comme ils le font même les ouvrages du grand-père, l’action du groupe s’oriente peut-être vers l’avenir. Dans le pays légal français, le groupe se divise en trois : Montmorency est ultra comme l’ami de Mme Récamier, Chateaubriand, Constant comme Sismondi à F extrême-gauche libérale ; Barante, les Broglie, Jordan, Auguste de Staël sont au centre-gauche doctrinaire, qui évolue vers la droite. Les plus âgés gardent ici une teinte républicaine que les jeunes n’ont pas : Constant, Sismondi, Jordan, Mme de Staël. Les doctrinaires, assimilant fusion et exclusion, occupent le centre à l’Assemblée et présentent volontiers Constant ou Montmorency comme des attardés ; les obsèques de Constant prouvent le contraire. En détail, les anciens de Coppet poursuivent des luttes communes : contre la guerre d’Espagne, contre la traite des esclaves, pour la Grèce, pour la religion et le protestantisme. Ils forment le noyau de journaux et de sociétés : Le Globe, Les Tablettes universelles, la Société de la morale chrétienne surtout. Autour du salon des Broglie continuent des relations particulières, marquées par des correspondances et des rencontres. Seule l’idée d’engagement, en somme, réunit désormais ce groupe qui embrasse la gamme du pays légal ; mais cet engagement est lui-même un bel hommage à Coppet, loin de la tour d’ivoire qui triomphera après. Ajoutons que tous ces anciens de Coppet, même Montmorency, acceptent le principe de la monarchie selon la Charte ; on diffère simplement sur le sens de la phrase.

  • 4 Influence de Schlegel et de Sismondi : John Isbell, « Le Groupe de Coppet et la Confédération roma (...)

5Successeurs : les influences de Coppet sur d’autres sont plus diverses encore, autrement plus grandes que le seul groupe des doctrinaires : La Muse française royaliste se réclame d’une Mme de Staël romantique, tandis que Saint-Simon a demandé sa main en mariage. Schlegel a un ami et disciple dans le baron d’Eckstein, ultra qui édite Le Catholique, mais des échos de son Cours de littérature dramatique se retrouvent depuis Racine et Shakespeare jusqu’à la préface de Cromwell, dans toute la presse de l’époque, dans le choix de textes des Chefs-d’œuvre des théâtres étrangers, sur lequel on l’a consulté et où figure d’ailleurs une lettre peu connue de sa plume. La Littérature du Midi de l’Europe de Sismondi a une influence comparable mais moindre, et, si l’œuvre de Constant influe peu sur le débat romantique en art, son influence politique est large, comme celle de son livre sur la religion où le succès de Cousin l’a occulté ensuite. Bonstetten, Gérando, exercent de même une influence sur l’école éclectique qui reste à étudier. La presse de l’époque décèle dans Sismondi et dans Barante deux écoles d’historiographie, philosophique et pittoresque, qui détermineront l’évolution de l’historiographie romantique, de Guizot et Thierry à Michelet ou Tocqueville ; pourtant, le moyen âge libre chez Sismondi, violent chez Barante répond également à l’utopie autoritaire qu’un Michaud ou un Marchangy y cherchait. Sismondi fera encore figure d attardé dans son économie politique où, presque seul parmi les libéraux, il rejette l’hégémonie de Ricardo et de Say ; cela lui vaut l’unique mention d’un précédent dans le Manifeste communiste. Mme de Staël et son fils contribuent autant qu’un Guizot à former l’image de l’Angleterre en France ; nous savons à quel point l’image romantique de l’Allemagne dépend d’elle, comme l'Italie de Corinne et celle de Sismondi ont marqué Stendhal entre autres. En effet, c’est dans Corinne que le mot nationalité paraît pour la première fois, et nos « nations » modernes ont leur dette envers le travail du groupe. A cet héritage qui comporte la littérature, la religion, la philosophie, la vision de l’Europe et toutes les sciences sociales, de la psychologie à l’anthropologie, un certain romantisme fournit la clé, et c’est celui de Coppet. Le public des années 1820 note cette action commune comme il la notait en 1815 : Joseph Delorme traite les Globistes en bloc de « disciples de Mme de Staël ». Mais soulignons qu’une très grande partie de cette influence dérive de textes publiés ou rédigés avant 1820 ; l’influence de la génération nouvelle se trouve surtout dans l’action doctrinaire, et dans le salon des Broglie4.

  • 5 Guizot et Lamartine à Coppet : Gabriel de Broglie, Guizot, Paris, Perrin, 1990 [désormais Guizot], (...)

6Voici trois volets de la présence de Coppet sous la Restauration, allant de l’influence à la présence physique : en effet, le château lui-même devient un lieu de mémoire romantique, de Guizot jusqu’à Chateaubriand et Lamartine. Une scène comme celle de Mme Récamier, quand la duchesse de Broglie vient réclamer les lettres de sa mère, peut aider à nous transporter dans cette époque, comme Barante aime tant le faire, à la différence d’un Sismondi qui refuse les anecdotes ; l’héritage de Coppet a en effet son côté intime, mais la place publique m’intéresse davantage5.

Autour des doctrinaires, 1817-1821

  • 6 The Cambridge Modem History, X : The Restoration, éd. Sir A.W. Ward et al., Cambridge, Cambridge U (...)

« La morale est la partie sérieuse de la politique ».
Charles de Rémusat6.

  • 7 « A l’exception de leur premier chef, Royer-Collard, et d’Hercule de Serre, tous les doctrinaires (...)

7Le duc de Broglie rencontre Royer-Collard avec Mme de Staël et chez Barante en 1817. Ainsi les relations se tissent ; Mme de Staël invite Guizot à Coppet en 1807, pour y jouer dans Andromaque ; à la Sorbonne, Guizot et Rémusat suivent les cours de Royer-Collard ; en 1818, Guizot publie l’article de Rémusat sur les Considérations sur la Révolution française, qui souligne comme Mme de Staël la force des choses et nomme la Terreur un accident, comme elle, face à la vraie Révolution « anglaise ». Pauline Guizot surtout se lie avec les Broglie ; Broglie abandonne les libéraux en 1818 – « on y rentrait dans l’ornière révolutionnaire » – pour s’unir aux doctrinaires, et dit qu’il hérita ainsi « tout naturellement de la situation de ma belle-mère, dans le monde ». Le groupe avait acquis son nom en 1817. Face aux libéraux classiques, ils rejettent l’idée d’un individu moléculaire, isolé de la société et pourvu de droits naturels. Pour Broglie, leur grande œuvre est les lois de 1819 sur la liberté de la presse, lois qu’il rédige avec Guizot en consultant Barante et Royer-Collard ; ce n’est qu’une partie du grand projet de réforme constitutionnelle qu’il prépare avec de Serre, et qu’Auguste de Staël, « étroitement associé aux différentes phases du projet », retrace dans ses trois brochures politiques de 18197.

  • 8 Prend fin, manuscrit de Guizot : Guizot, p. 77, 80. Traité de Broglie, catin, Rossi : Rémusat, p.  (...)

8On a pu dire que le moment doctrinaire prend lin en 1820, quand de Serre révoque les quatre conseillers d’Etat dissidents, Royer-Collard, Jordan, Barante et Guizot. Le front uni de Coppet éclate aussi : Broglie rédige un traité manuscrit pour répondre à Sismondi sur les classes pauvres, « à l’aide de la doctrine de Malthus sagement entendue » ; cela doit être bien loin de l’homme qui parle en 1819 d’une lutte de « tous ceux qui possèdent avec tous ceux qui travaillent », phrase que Marx reprendra souvent, et qui en trouve justement la preuve en Angleterre. Barante rappelle que Constant « était de toute la gauche le plus agressif et le plus taquin contre moi », et le traite à son tour de « catin [...] qui a été jolie et dans le grand monde, et qui finit ses jours à l’hôpital ». En 1821, Auguste de Staël et Broglie sollicitent l’avis de Schlegel, plongé dans l’étude de l’Inde et auquel Mme de Staël avait voulu léguer tous ses manuscrits, sur les Chefs-d’œuvre qu’ils préparent chez Ladvocat ; il est plus chaleureux avec Rémusat qu’il n’a jamais connu. Pourtant, cette petite histoire échappe au public ; Jardin dit aussi des doctrinaires que leur « esprit procède de Coppet », et des efforts communs continuent. En 1820, Guizot montre son manuscrit, Du gouvernement de la France, à Constant ainsi qu’à Broglie et à Barante ; à Genève, Sismondi et Broglie fondent avec Rossi les Annales de législation et d’économie politique. Broglie et son beau-frère Auguste voient Ricardo en 1822 chez Maria Edgeworth, puis l’invitent à Coppet où Sismondi le rencontre. Une activité commune rappelle ainsi l’œuvre du groupe au public de la Restauration : Constant par exemple intervient 265 fois à la tribune en quatre ans, et c’est l’un des seuls députés à improviser. Reçu en 1819 dans le salon de Mme de Broglie, « centre névralgique du mouvement doctrinaire », le jeune Lamartine lui doit son premier poste, à l’ambassade de Naples. Il visite Coppet en 1820 comme hôte de la famille, et son introduction aux Premières méditations poétiques en porte la trace : il nomme l’Empire une époque où règnent « le calcul et la force »8.

  • 9 Morale chrétienne, La Fayette : Guizot, p. 91, 83. Auguste de Staël : Rémusat, p. 70-71. Royer-Col (...)

9En 1821, dans un mouvement qui typifïe la période, la nouvelle Société de la morale chrétienne regroupe toute l’ancienne Société des amis de la liberté de la presse, Constant, Lameth, La Fayette, Casimir Périer, le général Foy, avec quelques trois cents autres dont les jeunes de la monarchie de Juillet : Piscatory, Ternaux, Tocqueville. Rémusat est secrétaire, Barante est au conseil ; Auguste de Staël, « qui commençait à s’initier au méthodisme », est secrétaire général. « Vraiment l’âme de l’association », il en devient président en 1825, suivi de Broglie et de Guizot. Ici, Charbonnerie et doctrine voisinent : le traité de Guizot, Des moyens de gouvernement et d’opposition dans l’état actuel de la France, se vend à trois mille exemplaires en novembre 1820, mais Guizot refuse quand La Fayette l’invite à entrer dans la vente suprême. « Faites des livres : il n’y a pas autre chose à faire en ce moment », écrit Royer-Collard à Barante en 1822, après le procès des quatre sergents de La Rochelle et la défaite de la Charbonnerie ; c’est l’époque de la Collection de mémoires relatifs à l’histoire de France, en 130 volumes, des Mémoires relatifs à l’histoire de la Révolution, en 55 volumes, du Shakespeare de Guizot et du Schiller de Barante ; des 1.598.000 volumes imprimés des œuvres de Voltaire et 492.000 de celles de Rousseau. En 1821 commencent \Histoire des Français de Sismondi, inachevée à sa mort, et les Chefs-d’œuvre des théâtres étrangers, dont le prospectus souligne la transition inévitable « du classique au romantique ». Cecil Courtney demande si Constant y a participé ; son nom figure en effet avec celui d’Auguste de Staël sur chacune des vingt-cinq livraisons, et la question mérite d’être approfondie. Sainte-Aulaire, très proche du groupe, y publie Faust avec en appendice la version de Stapfer, autre Suisse et patron de Guizot ; Ladvocat annonce les écrits politiques de Guizot et de Barante. Rappelons que, sous Louis XVIII, Béranger, Delavigne et Lamartine se vendent à 10.000 exemplaires, et les poètes de La Muse française à 500 ou moins, même Hugo ; on retrouve alors une continuité entre romantisme et liberté, dans son sens le plus large, dont l’œuvre de Coppet fournit le cadre et que le célèbre interlude ultra ne dément pas9.

  • 10 Chefs-d’œuvre des Théâtres étrangers, 25 vol., Paris, Ladvocat, 1821-1823, 17e livraison, p. 280-2 (...)

10Les traductions des Chefs-d’œuvre attendent les chercheurs, mais les notices fournissent un bel aperçu de l’entreprise : on y prône la fusion du classique et du romantique, on répète « que la littérature dramatique d’un peuple était l’expression de son état social » ; on cite Constant, « collaborateur distingué de cette collection », phrase curieuse, et Sismondi sur le Tasse ; on reprend à cause de Schlegel Le Prince Constant de Calderôn, Luther de Werner à cause de Mme de Staël qu’on cite beaucoup, son portrait d’Attila par exemple. Barante, curieusement, trouve dans Nathan le Sage de Lessing « une malveillance particulière contre la religion chrétienne » ; Esménard, vieux jeu, garde le ton de La Harpe ; le théâtre anglais met Nodier qui parle de « ce vague [...] qui caractérise la poésie romantique », à côté de Villemain et du classique Andrieux qui disait de Lamartine, « Eh bien, crève, animal ! » Citant beaucoup De l’Allemagne, Vincens-Saint-Laurent condamne durement le mélange des genres et la « confrérie » romantique qui causa l’assassinat de Kotzebue en 1819 ; il nomme la tragédie romantique un « genre prétendu » que nous devons aux « doctrines de Schlegel ». La Beaumelle louvoie sur Caldéron et sur « les meurtriers et les voleurs de grand chemin qu’il offre à notre admiration » ; il explique la guérilla par la société espagnole, et suit Sismondi dans l’éloge « d’un peuple fier et généreux ». Sainte-Aulaire compare Faust à Don Juan, et offre une curieuse philosophie de la traduction dans la lignée de Coppet : la langue compliquée de Goethe répond, dit-il, à la complexité de l'époque moderne. La Carmagnola de Manzoni figure ici avec sa belle préface, qui évite « l’attirail ordinaire du romantisme », mot rare en 1821, et répond à la tragédie française en prônant la vraisemblance morale. En 1823, Ladvocat conclut son entreprise encyclopédique, qui offrait à la génération de 1820 un contre-poids au théâtre classique dont nous trouvons un écho en Rémusat. Car le jeune Rémusat brille ici, traduisant beaucoup, s’attaquant aux unités, louant « l’intervention du peuple » dans Egmont. Du 24 février de Werner, il remarque : « Ceux qui regardent l’horreur comme la première des beautés tragiques ne pourront ici qu’admirer », pour se demander ensuite « si les spectateurs ont frémi dans les règles ». Parlant de « ces lois du beau que l’esprit porte en lui-même », il conclut que « le poète est indifféremment appelé imitateur ou créateur ». En 1825, Rémusat lira chez Dubois son Habitation de Saint-Domingue, et lancera ainsi la vogue du drame romantique10.

Liberté et réaction, 1822-1824

  • 11 Fiévée : Comtesse Jean de Pange, « Quelques lettres inédites de Benjamin Constant à Auguste et Alb (...)

11Fiévée rend compte en 1822 des Œuvres complètes de Necker et loue ses qualités privées et publiques ; au Salon, la Corinne de Gérard est un grand succès. Les héritiers de Necker parlent toujours de liberté : Barante parle aux Pairs contre le projet de loi sur la presse, mais la Chambre approuve les deux lois, dont celle « de tendance », et Chateaubriand publie un article élogieux. Broglie parle aux Pairs contre la traite des esclaves, Constant à la Chambre des députés, après son grand discours de 1821. Chaque fois, il essuie des rires, et remarque que, quand on parle de torture et de fouets, il est naturel d’entendre des rires sur la droite. Le père de Chateaubriand fut esclavagiste, et sa fortune paya Combourg. En mai, le duc de Broglie et son beau-frère vont à Londres, où la lutte contre l’esclavagisme est une priorité. Albertine écrit à Wilberforce, dont elle a traduit une brochure en 1814, à propos des efforts de son mari et de l’indifférence publique. Auguste de Staël, âme de la Société de, la morale chrétienne, en reste marqué comme sa sœur : secrétaire de la Société biblique protestante de Paris, de 1822 à 1827, il en fait les rapports en 1822-1823 et 1825 ; il soutient aussi la Société des missions évangéliques de Paris. Albertine est un membre actif de la Société auxiliaire des femmes à partir de 1824 ; elle en fait les rapports à partir de 1827, s’intéressant aussi à la réforme des prisons, fréquentant les soirées méthodistes et aidant le méthodiste Charles Cook à ouvrir un temple rue Taitbout. En septembre 1822, la presse royaliste proteste contre l’interruption de Shakespeare, « aide de camp de Wellington », par les libéraux ; le Conseil d’Etat suspend les cours de Guizot et de Cousin. Cousin cherche une philosophie non-catholique et non-athée, pour transformer le monde par une révolution intérieure et morale ; on reconnaît la préoccupation de Coppet. Aux élections partielles, Constant perd son siège à la Chambre des députés ; inculpé d’« outrages publics à des magistrats », il est condamné en novembre, et son imprimeur perd son brevet. Après la polémique du procès, il ne publie plus avant 1824. Guizot lance alors Les Tablettes universelles, y plaçant Rémusat comme rédacteur politique ; Constant s’y intéresse et Manuel attire Thiers et Mignet. Aux Tablettes, libéraux et carbonari se lient comme ils n’auraient pu le faire en 1820 ; Sainte-Beuve y voit un premier effort pour lier ensemble de futurs Globistes comme Jouffroy et Dubois, les jeunes doctrinaires comme Rémusat et les jeunes historiographes jacobins, Thiers et Mignet, dont Rémusat restera longtemps l’ami11.

  • 12 Le 25 décembre : Restauration, p. 255. Manuel : Chateaubriand, p. 371. Stendhal : John Isbell, « R (...)

12Le 25 décembre, au Conseil d’Etat, Louis XVIII soutient Villèle, Montmorency démissionne et Chateaubriand revenu de Vérone prend sa place aux Affaires étrangères. En février 1823, Chateaubriand plaide aux Pairs pour l’intervention en Espagne ; Manuel monte à la tribune et parle de la mort de Louis XVI ; il est expulsé par les gendarmes, et la guerre d’Espagne débute en scandale. En mars paraissent la traduction de Manzoni par Fauriel avec sa Lettre à M. Chauvet, et Racine et Shakespeare dont j’ai retracé ailleurs les dettes envers Coppet. Le Mercure ouvre en avril, impartial en littérature, où il loue classiques et romantiques ensemble, Villemain et Soumet, Lamartine et Delavigne ; partial en politique, il ajoute que la jeune génération a reçu son impulsion de « la liberté renaissante ». Après juillet, il combat contre la nouvelle Muse française, sous la plume du spirituel Latouche ; Buchon y prône les idées théâtrales de Mme de Staël et de Manzoni. L’emploi des termes « classique » et « romantique » est beaucoup plus fréquent chez ceux qui parlent théâtre que chez ceux qui parlent poésie ; notre vieille « bataille romantique » ne perd rien à une vision interdisciplinaire12.

  • 13 Nodier : Spitzer, p. 138. Auger : Le Constitutionnel, 26.IV. 1824. Tirage : P. Albert, « La Presse (...)

13En août, la prise du Trocadéro déconsidère les cassandres libérales ; la Société des Bonnes Lettres, La Quotidienne, Le Mémorial catholique et l’Académie dénoncent successivement l’hérésie romantique. En février 1824, Latouche attaque les romantiques dans Le Mercure ; en mars, on joue Les Femmes romantiques de Théaulon. Dans Nos doctrines, Guiraud et La Muse s’appuient sur Mme de Staël et Chateaubriand contre la Société des Bonnes Lettres que préside Montmorency ; en avril, Nodier y publie son unique article, De quelques logomachies classiques, pour souligner la bizarre alliance antiromantique qui unit la Quotidienne au Courrier. Neuf jours plus tard vient la fameuse attaque d’Auger, que le Constitutionnel apprécie. Ce grand journal libéral se vend à 16.000 exemplaires, mais ce n’est pas toute la gauche ; les romantiques libéraux et ultra sont peut-être en nombre égal, et c’est la droite qui va fléchir, face au romantisme libéral. La Muse publie en mai 1824 La Guerre en temps de paix de Deschamps : « ce procès si embrouillé des classiques et des romantiques n’est autre chose que l’éternelle guerre des esprits prosaïques et des âmes poétiques ». Hugo, auteur pourtant de Han d’Islande, préface alors les Nouvelles odes en prétendant ignorer le sens des mots classique et romantique ; et La Muse meurt en juin tandis qu’Hugo prend contact avec Le Mercure et que Soumet passe à l’Académie13.

  • 14 La Rochefoucauld : Chateaubriand, p. 383. Adolphe : Courtney, p. 55. Je me retrouve : Rémusat, p.  (...)

14Mars 1824, c’est aussi les élections. Pour préparer les élections, La Rochefoucauld fait acheter Les Tablettes universelles, dont les rédacteurs passeront au Globe ; Constant qui réédite Adolphe à 2.000 exemplaires est à la tête des dix-sept libéraux élus, avec Casimir Périer et Foy : c’est une victoire écrasante pour la droite, la Chambre retrouvée. L’échec de Manuel transforme la gauche : Constant se félicite « de ce qu’il pouvait enfin redevenir raisonnable. ‘Je me retrouve’, disait-il plaisamment ». Il préfère Strasbourg à Paris, et sort les premiers volumes de De la religion. Les réactions à ce traité témoignent d’un certain embarras, à gauche et à droite, dans cette année où l’on crée un ministère des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique : Le Mercure l’appelle « à la fois philosophe et enthousiaste » ; Le Globe y voit un libéralisme dépassé face à l’éclectisme de Cousin ; Guizot s’en inquiète ; le baron d’Eckstein, disciple de Schlegel, assimile Constant et Cousin pour les attaquer dans Le Catholique, et le Mémorial catholique dit le livre « plus dangereux encore [...] que celui de M. de Montlosier ». Mme de Staël et Constant classent la religion parmi les institutions perfectibles, comme leur vieil ami Gérando qui publie cette année son dernier grand texte, Du perfectionnement, moral. Comme Constant, Gérando est souvent négligé quand on parle d’éclectisme, mais quatre doctrines éclectiques structurent son texte : un Etre suprême, la libre volonté, l’immortalité, le progrès moral. Ses rapports avec Constant méritent une étude. Autre ancien de Coppet, Bonstetten publie enfin L’Homme du Midi et l’homme du Nord, écho des débats de Coppet sous l’Empire14.

  • 15 Sismondi : Goblot, p. 595. Rémusat : Rémusat, p. 144. Barante, prospectus : Rachman, t. Il, p. 194 (...)

15Sismondi parle en avril d’un projet de Société des sciences morales et politiques, reprenant le titre de la défunte troisième classe de l’Institut, et nomme Guizot, le duc de Broglie et Auguste de Staël. Rémusat précise que Thiers avait des « préventions contre Broglie et craignait de passer pour mené par Guizot » ; le projet échoue et avec lui les rapports de Thiers avec les doctrinaires. En mai, Barante commence l'Histoire des ducs de Bourgogne. Fain imprime 40.000 exemplaires du prospectus, Tastu encore 20.000. Crapelet offre une troisième édition en décembre, un succès populaire que Mme de Broglie préfère au succès d’estime de Sismondi. Michelet écrit à Sismondi en 1825 : « vous êtes comme le père de cette génération de jeunes historiens » ; Guizot : « jamais avant vous [...] la formation progressive [...] de la civilisation française n’avait été seulement soupçonnée» ; et Quinet en 1828 : « Si l’art historique renaît en France, nul n’y aura autant concouru que vous ». Autre disciple de Sismondi, Thierry dans ses Lettres sur l’Histoire de France de 1827 rejette ce dogme de l’impersonnalité prôné par Barante qui n’est pas loin des théories sur le réalisme de Flaubert ou de Zola15.

  • 16 Comptes rendus : Ooblot, p. 115-123. Libres penseurs : Le Globe, 12.X. 1824. Axiomes : Jardin, p.  (...)

16Le Globe, où Sainte-Beuve retrouve « les disciples de Mme de Staël », paraît en septembre 1824. Avant 1827, le journal fait six comptes rendus d’ouvrages publiés en France, dont trois de Coppet : De la religion, l'Histoire des ducs de Bourgogne, et les Lettres sur l’Angleterre d’Auguste de Staël. Son prospectus déclare : « les grands maîtres ne sont ainsi appelés que parce qu’ils ont été créateurs ». Le Mercure, La Muse, Le Globe : sous la Restauration, chaque nouveau prospectus de journal reprend des thèmes staëliens. En octobre, Le Globe soutient que « les libres penseurs en politique et en religion sont absolutistes en littérature, et que les protestants contre l’Académie appartiennent presque tous au parti politique ennemi des innovations ». Le Globe, selon Jardin, veut « affranchir la doctrine libérale de trois axiomes qui contribuent à la figer », le classicisme, le sensualisme et l’anticléricalisme du XVIIIE siècle. Ce sont trois idées-maître de Mme de Staël, dans toute son œuvre, et les échos au Globe se retracent dans le détail : par exemple, dans l’éloge du jury, idée anglaise16.

La grèce et la Chambre retrouvée, 1825-1827

  • 17 Delacroix, Massacres de Scio, 1824, Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, 1824-1825 ; La (...)

17En janvier 1825, Canning reconnaît l’indépendance de l’Amérique latine et précipite une crise bancaire européenne ; Charles X reconnaît l’indépendance d’Haïti. Voyant un nouveau tsar, Nicolas 1er, les patriotes grecs font appel à Canning. Constant publie son Appel aux nations chrétiennes en faveur des Grecs, précédé par Delacroix, Fauriel et Sismondi, suivi de Lamartine et de Chateaubriand ; en 1826, Auguste de Staël organisera le « Concert des Grecs » donné par l’orchestre du Théâtre-Italien dans la salle du Vauxhall, devant La Fayette et le duc d’Orléans et conduit par Rossini. En France, après la victoire écrasante de 1824, la Chambre retrouvée vote trois lois : celle du 3 % et du milliard des émigrés, celle des congrégations de femmes, rapportée par Montmorency, et celle du sacrilège. En mai, Charles X procède à son sacre, ridiculisé par Béranger dans Le Sacre de Charles le Simple. De la Sorbonne et des philosophes, que Jouffroy publie dans Le Globe en janvier, oppose deux fanatismes, celui de Benjamin Constant et celui de Bonald. Rémusat et Dubois confirment que cet article et Comment les dogmes finissent « furent comme la déclaration de principes du Globe » ; en pleine réaction, l’équation de Constant et de Bonald peut nous sembler injuste, mais les jeunes se définissent en rejetant les vieux. Ainsi Trognon au Globe renvoie Sismondi et Barante ensemble, comme trop ou trop peu analytiques ; on y nomme Mme de Staël le précurseur de la « philosophie du dix-neuvième siècle »17.

  • 18 Lecture : Rémusat, p. 148 et Habitation, p. XIV. Cromwell : Bray, p. 125. Articles, Le Globe : Gob (...)

18En février, le doctrinaire Rémusat lit son drame, L’Habitation de Saint-Domingue, chez Dubois, directeur du Globe, devant Ampère, Ary Scheffer, Courier et Thiers ; il le relit chez Mmes de Broglie et de Barante, et devant Talleyrand, Béranger, Stendhal, Lamartine. Rémusat avait consacré trois articles à l’esclavage, et fait des extraits sur la traite des esclaves pour le journal de la Société de la morale chrétienne que nous connaissons ; au Globe, il écrit que « les révolutions sont le prix sanglant dont les oppresseurs paient leurs longues iniquités ». Cet été, Auguste de Staël fait une tournée dans le Midi et à Nantes, où il trouve des menottes d’esclavagiste qu’il rapporte à Paris ; il publie les Faits relatifs à la traite dans ce même journal en 1826. C’est l’époque d’Ourika. Rémusat partage dans son beau drame l’ironie cinglante de Mérimée : « Jean-Jacques... coquin de Jean-Jacques ! », crie le maître à l’esclave qu’il a baptisé. Dans « cet univers déboussolé, la Déclaration des Droits de l’Homme confirme chacun dans ses obsessions » : voilà un thème bien doctrinaire et esquissé à Coppet. Son autre drame, La Féodalité, il le dit inspiré par Goetz et par l'Histoire des ducs de Bourgogne. Rémusat songe à publier mais y renonce ; c’est bien dommage18.

  • 19 Discussions de Stendhal : Etienne Delécluze, Souvenirs de soixante années, Paris, Michel Lévy, 186 (...)

19Le 14 mars 1825, cinq jours avant Racine et Shakespeare II, Mérimée lit Les Espagnols en Danemark chez Delécluze, chez qui il avait lu son Cromwell perdu qui racontait la révolution anglaise sur un théâtre de marionnettes. Delécluze prétend que, grâce aux discussions animées de Stendhal, « faire des drames en prose devint une passion » ; mais Rémusat et Mérimée ont des dettes plus compliquées, envers Ladvocat par exemple qui offrait un théâtre dans un fauteuil inhabituel aux Parisiens, et envers De l’Allemagne qui avait associé cette lecture avec le théâtre romantique allemand. Le Cromwell d’Hugo en dérive encore. Le Théâtre de Clara Gazul paraît avec un faux-titre qui rappelle justement Ladvocat, Collection des théâtres étrangers, et une lithographie par Ary Scheffer qui montre Mérimée en mantille. Le Mercure y voit la réponse à ses prières, dépassant le romantisme vaporeux importé en France par Mme de Staël et Chateaubriand ; Mme de Broglie écrit du volume, « Nous en sommes tous révoltés », mais l’apport de Coppet est net. Le prologue des Espagnols en Danemark imite celui de Faust, comme, dans Une femme est un diable, Mariquita en prison répète Gretchen ; dans Inès Mendo ou le Préjugé vaincu, l’échafaud au marché reprend celui d’Egmont. Dans les Espagnols, Clara cite Schlegel, comme Stendhal, Manzoni ou plus tard Hugo : « les personnages viennent tous dans le même lieu, les uns comploter leur conspiration, les autres se faire assassiner ». Le résident français, Don Juan qui sauve Wallis sur le rivage quand la foule prend peur, la romance en prose dans le texte, rappellent d’Erfeuil, Oswald à Ancone, et les improvisations de Corinne ; Leblanc demande soit un lit, soit une botte de paille, comme le maréchal dans les Considérations. La célèbre révolution au théâtre français commence visiblement dans le camp du romantisme libéral19.

  • 20 Latouche, juin 1825 : Bray, p. 148-149. Les Classiques vengés : Rachman, t. II, p. 171. Dubois, Vi (...)

20Dans la presse, Le Mercure libéral suit l’évolution de Latouche, hostile en 1823 à La Muse et Deschamps, converti au romantisme dès 1825. Les poètes de La Muse y publient désormais : Deschamps, Vigny, Desbordes-Valmore, Lamartine. En juin, Nodier, Hugo, Deschamps rendent visite à Dubois au Globe et le romantique baron Taylor s’installe au Théâtre-Français. « On répète assez vulgairement », écrit maintenant Latouche, « qu’on ne peut, selon la dénomination des partis, être à la fois libéral et romantique » ; il publie un pamphlet chez Ladvocat, Les Classiques vengés, qui parodie Auger et parle des « protestants de la littérature ». Dans Le Globe, Vitet répète cette analogie du Mémorial catholique qui fera fortune et qui date de De l’Allemagne : c’est « la liberté individuelle [...] le protestantisme dans les lettres et les arts ». Dubois y parle de « réforme littéraire », et ce mot réforme, omniprésent sous la Restauration pour remplacer le mot révolution plus dangereux, ne perd jamais sa connotation protestante. Auguste de Staël publie cette année ses Lettres sur l’Angleterre, que Rémusat nommera « ce que j’ai lu de mieux sur le gouvernement et la société britannique » ; il n’a jamais pu faire son deuxième volume sur la religion anglaise, mais le lien qu’il établit entre protestantisme et liberté est clair. On pourrait retracer jusqu’aux exemples, dans ce débat de la presse : Le Mercure par exemple publie un article, Sur les caractères d’une littérature nationale, qui parle encore du mélange du christianisme avec l’Antiquité et qui doit à Schlegel jusqu’à son image de Louis XIV représenté en Hercule mais en perruque. L’histoire de la presse est primordiale : pourquoi Barante fait-il un solitaire compte rendu dans Le Mercure sur le roman Les Epreuves de Marguerite Lyndsay ? Stendhal avait traité l'Adolphe de Constant de « marivaudage tragique », De la religion de « capucinade protestante », mais après leur double attaque contre Dunoyer, Le Producteur saint-simonien répond ensemble à ces « deux extrémités du monde intellectuel » ; mot surprenant mais juste, car si Stendhal prône l’utilité, Constant parle de droits naturels20.

  • 21 Ladvocat : Chateaubriand, p. 403. Montmorency, jésuites : Restauration, p. 522, 533. Barante et Mo (...)

21En littérature, le romantisme libéral n’a pas changé ; mais la gauche antiromantique fléchit, tandis que le groupe royaliste de La Muse rompt ses liens avec le pouvoir et se tourne vers l’opposition. Depuis 1824, les erreurs de Villèle contribuent à rallier Chateaubriand et les ultras avec les libéraux ; ses Œuvres complètes paraissent en 1826 chez Ladvocat, chaque livraison louée par la presse libérale. Montmorency, mécontent de Villèle, dissout les Chevaliers de la Foi et la cohésion de la droite en souffre ; il mourra en mars. Le royaliste comte de Montlosier, ami de Barante, publie son Mémoire à consulter contre les jésuites, et Mgr Frayssinous avoue leur retour illégal en France. Le Globe jette un pont vers Hugo quand Sainte-Beuve loue ses Odes et ballades, puis fait sa connaissance ; on loue ensuite son Bug-Jargal haïtien. En même temps, Le Globe condamne dans une image staëlienne le « nationalisme de Chinois » préconisé par le Constitutionnel, qui met l’histoire de Barante sous la rubrique « Littérature romantique » ; il condamne même l’antijésuitisme du journal, dans un bel argument libertaire. Latouche au Mercure dit que Le Constitutionnel, « Coblentz de la poésie », est pour la poésie ce que fut Le Journal de l’Empire « pour les beaux livres de Mme de Staël ». C’est la première fois que Le Mercure, qui disparaît en mars, attaque la vieille gauche classique. Les pamphlets se succèdent : les Réflexions sur les classiques et les romantiques opposent naïvement le Moyen Age de Mme de Staël au nouveau romantisme qui cherche l'harmonie de la littérature et la société, thème inévitable depuis Mme de Staël et Bonald. Nommant Mme de Staël et Chateaubriand, Sur la poésie romantique observe que les dieux d’Homère, transplantés en France, firent renoncer aux traditions nationales. De la littérature allemande fait également appel à Mme de Staël : la littérature romantique est la seule qui puisse encore être perfectionnée. Le Temps présent appelle le classicisme une « littérature d’imitation » ; un nouvel état social demande un art nouveau. Pour une société moderne, il faut un art moderne : « Ce syllogisme est invoqué, en 1826, par les critiques de toutes les écoles ». Presque tous trouvent du bon dans Shakespeare, Scott et Schiller dont on avait vu Fiesque, Jeanne d’Arc et Walstein sur scène depuis Barante, mais non pas dans sa traduction ; Shakespeare détrônera Schiller, joué en anglais pour tout Paris pendant près d’un an, de septembre 1827 en juillet 1828, après l’échec de 182221.

  • 22 Nécrologie, Encyclopédie progressive, Aide-toi : Goblot, p. 641 [27.XI.1827], 107-108, 480. Goethe (...)

22Le Globe peut sembler doctrinaire, mais il ne satisfait pas Guizot : sa nécrologie d’Auguste de Staël sera un des trois seuls articles qu’il y donne. En juin 1826, Guizot fonde l'Encyclopédie progressive, éteinte dès 1827 mais où collaborent Constant et Thiers. En novembre, Auguste de Staël épouse une Genevoise et établit enfin chez lui le culte de famille, signe caractéristique du Réveil protestant ; Sismondi qui réédite ses Nouveaux principes parle de pression familiale sur Auguste et évoque la liaison « de douze ans » avec Mme de Sainte-Aulaire. A Paris, les désastres pour le gouvernement se succèdent. Broglie condamne le projet de loi des successions comme « un manifeste contre l’état actuel de la société ». En décembre, Villèle veut rétablir la censure, contre journaux et pamphlets ensemble. Chateaubriand incite l’Académie elle-même à protester au roi contre cette « loi vandale », que le Garde des Sceaux a la maladresse d’appeler une « loi de justice et d’amour » et que Lamennais nomme ensuite une loi « d’hypocrisie et de tyrannie ». Royer-Collard proclame : « si la charrue ne passe pas sur la civilisation toute entière, ce qui en restera suffira pour tromper vos efforts ». Les deux projets échouent. En avril 1827, la Garde nationale traite les duchesses royales de « jésuitesses », et insulte Villèle qui en obtient la dissolution le lendemain, signifiant ainsi à la bourgeoisie parisienne « qu’on la rangeait au nombre des ennemis du régime ». En juin, deux jours après la clôture de la session parlementaire, Villèle rétablit la censure pour préparer les élections. Chateaubriand crée une nouvelle Société des amis de la liberté de la presse ; il dira dans les Mémoires : « La Jeune France était passée toute entière de mon côté et ne m’a pas quitté depuis ». Se méfiant un peu de la société de Chateaubriand, Dubois et Le Globe créent la société Aide-toi, le ciel t’aidera, où tous sont « déjà membres de la Société de la morale chrétienne ». Le but, c’est d’augmenter le nombre des électeurs votant pour l’opposition : la présidence en est confiée à Guizot, Le Globe prête ses bureaux. Vitet en rédige le manifeste, et on imprime 80.000 exemplaires d’un Manuel de l’électeur-juré ; ils touchent plus de 56 départements, et le nombre des électeurs inscrits augmente de plus de 15.000, ou près d’un quart. Les oppositions de gauche et de droite présentent en beaucoup d’endroits des listes communes. C’est une débâcle pour Villèle : villélistes et libéraux sont à égalité à l’Assemblée, avec environ quatre-vingts ultras dans l’opposition. Villèle démissionne en décembre22.

23De cette histoire, retenons deux choses. D’abord, la guerre intestine de la droite, et le rôle curieux de Villèle : Montmorency et Chateaubriand se rejoignent dans leur dépit ; Hugo dans l'Ode à la Colonne n’est pas bonapartiste, il est anti-villéliste : l’ode figure après tout dans le Journal des Débats. Notons ensuite le passage aisé de l’opposition libérale, pendant cette période, entre religion, littérature, presse et politique : les gens de l’ancienne Société des amis de la liberté de la presse, dont Chateaubriand reprendra le nom, se retrouvent après 1821 dans la Société de la morale chrétienne, pour rentrer en 1827 dans Aide-toi, le ciel t’aidera, machine de guerre électorale au nom révélateur. Ils se retrouvent aussi dans Les Tablettes universelles ; quand La Rochefoucauld achète le journal, ils l’abandonnent pour Le Globe ; ils projettent une Société des sciences morales et politiques. Leurs liens avec la banque largement protestante restent à étudier : mais Barante, Broglie et Constant, ami de Laffitte, publient des opinions sur le crédit, et Auguste de Staël est l’un des administrateurs de la Caisse d’Epargne de Paris.

24L’année 1827 marque enfin le triomphe en art du romantisme libéral, devant la vieille gauche classique et le romantisme de droite, deux rivaux. Le Cénacle confirme cette alliance, autour de Hugo et de Sainte-Beuve, et la préface de Cromwell qui marque cette transition a toutes les raisons de porter la trace de Coppet. A l’étranger, la bataille de Navarin, autre défaite pour Villèle, apporte l’indépendance à la Grèce et aux principautés du Danube, après Haïti et l’Amérique du Sud ; c’est l’effondrement final de la Sainte-Alliance et du système de Metternich, qui marquait tout comme le romantisme de droite une anomalie curieuse dans la marche de l’espèce humaine.

Conclusion

  • 23 Cousin : Manuel, p. 587 et Spitzer, p. 93-94. Broglie, Aide-toi, Revue française : Ooblot, p. 485, (...)

25En avril 1828, Villemain, Cousin et Guizot reprennent leurs cours à l’Université devant l’acclamation publique ; six ans après l’échec de la Charbonnerie, ces enfants de la Révolution retrouvent leur voix nationale. Cet interlude, comme celui de l’Empire, a eu son bon et son mauvais côté : les rapports entre libéraux et romantiques en portent la marque à l’époque, et l’historiographie postérieure se ressent encore, hélas ! des luttes de la période. C’est cette opposition même qui disparaît d’abord, quand un parti-pris antilibéral permet de traiter La Fayette de réactionnaire ou de publier, par exemple, qu’un Cousin destitué à l’Université en 1822 est plus le porte-parole philosophique du régime que le plat idéologue Laromiguière qu’on y garde. Les jeunes Broglie, Guizot, Thiers méritent un jugement indépendant de leur avenir, mais la postérité nous marque ; dès 1828, Barante entre à l’Académie et Broglie paie la moitié du cautionnement du Globe, qui semble devenir un journal ministériel ; la société Aide-toi, le ciel t’aidera passe aux républicains, et Globistes et doctrinaires ensemble fondent un nouveau journal, La Revue française. Or, l’importance de cette période d’opposition vient justement de sa postérité ; c’est elle qui nous permet de saisir que banque et romantisme ne sont pas nécessairement antonymes, comme l’expérience de Coppet nous le prouve, et de situer ainsi un Guizot ou un Sismondi. Art, religion, politique et économie, coeur, âme et esprit forment pour le Groupe de Coppet comme pour ses héritiers doctrinaires un champ continu, et un même univers romantique, diversement interprété, gouverne leur action dans toutes les parties de cet ensemble23.

  • 24 Jensen : treize mentions de Mme de Staël, quatorze de Chateaubriand. Ooblot : 27 mentions des deux (...)

26Enfin, le rôle de Coppet dans cette période d’opposition libérale peut sembler se réduire à celui des doctrinaires, de Constant et de Mme de Staël. Dans l’étude de Goblot sur Le Globe comme dans celle de Jensen sur l’année 1826, Mme de Staël et Chateaubriand occupent une place égale : Sismondi et Schlegel ont chez Goblot le tiers de cette place, comme Béranger ou Vigny, et Jensen ne cite même pas Sismondi ou Constant. C’est en cherchant à resituer l’ensemble du groupe dans l’ensemble de la période que nous pouvons éviter de telles amputations hâtives : cherchons donc à examiner l’apport possible de Coppet à la Charbonnerie, au catholicisme libéral de Lamennais, au positivisme de Comte, à l’éclectisme de Cousin, au socialisme de Saint-Simon ou de Fourier, pour voir par où nous sommes aveugles. Une étude récente sur Guizot, par exemple, distingue son projet de celui de Coppet en insistant sur le programme directorial de Mme de Staël et de Constant, comme si ces deux penseurs étaient morts en 1800. Or, il s’agit justement de retrouver une continuité ici : une continuité qui mène, protestante, de Necker à son petit-fils Auguste, ou qui marche avec La Fayette à travers trois révolutions. Le mot réforme, qui assimile art, religion et politique, en est un symbole, autant en 1789 qu’en 1830 ; il marque un effort de synthèse populaire qui parcourt l’Europe et l’Amérique pendant cette période, qui rejette toute position extrême et qui en paie trop souvent le prix dans les champs contestés de l’action directe et de l’académie24.

Notes

1 Prosper de Barante, Tableau de la littérature française au XVIIIe siècle, 5e éd., Paris, Duféy et Vezard, 1832, p. 157.

2 60.000 exemplaires : Mme de Staël, Considérations sur la Révolution française, éd. Jacques Godechot, Paris, Tallandier, 1983 [désormais CRF], p. 32. Ville entière : Benjamin Constant 1767-1830 [Catalogue d’exposition], Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne, 1967, p. 110. On avait vu des foules pareilles aux obsèques du général Foy, 1825, et de Manuel, 1827.

2 Lettre connue : Pierre Deguise, « Constant et Barante », in Benjamin Constant, Madame de Staël et le Groupe de Coppet, Oxford et Lausanne, Institut Benjamin Constant, 1982 [désormais Deguise], p. 57-59 ; voir « Lettres de Benjamin Constant à Prosper de Barante », p. p. le baron de Barante, in Revue des Deux Mondes, 15.VII-1.VIII.1906, p. 241-272 et 528-567.

3 Chamisso : B. Réizov, L'Historiographie romantique française 1815-1830, Moscou, Editions en langues étrangères, n. d. [désormais Réizov], p. 195-196. Constant : C.P. Courtney, A Bibliography of Editions of the Writings of Benjamin Constant to 1833, London, The Modem Humanities Research Association, 1981 [désormais Courtney], Sismondi et Les Martyrs : Henri Coulet, « Sismondi et le roman historique : présentation de Julia Révéra », in Il Gruppo di Coppet e l’Italia, Eisa, Pacini, 1988, p. 26. Le roman est entrepris quand l'Histoire des Français se vend mal. Manifeste : Benoît Yvert, « La pensée politique d’Auguste de Staël », in Annales Benjamin Constant, no 17, 1995 [désormais Yvert], p. 78 : ces éditions jouissent « d’un incontestable magistère politique sur l’ensemble des élites libérales du temps ». Barante, préface, in Cahiers staëliens, n° 46, 1994-1995, p. 98.

4 Influence de Schlegel et de Sismondi : John Isbell, « Le Groupe de Coppet et la Confédération romantique : August Wilhelm Schlegel, Madame de Staël et Sismondi en 1814 », in Le Groupe de Coppet et l’Europe 1789-1830, Lausanne et Paris, Touzot, 1994, p. 310, 318, 323. Schlegel et les Chefs-d’œuvre : Chetana Nagavajara, August Wilhelm Schlegel in Frankreich. Sein Anteil an der franzôsischen Literaturkritik 1807-1835, Tübingen, Niemeyer, 1966 [désormais Nagavajara], p. 219-222. Sismondi et Barante : Jean-Jacques Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe et son groupe littéraire, 1824-1830, Paris, Plon, 1995 [désormais Goblot], p. 282. Sismondi économiste : J.C.L. Simonde de Sismondi, New Principles of Political Economy, New Brunswick, Transaction Publishers, 1991 [désormais New Principles], p. X I-XIII. Nationalité : Mme de Staël, Corinne ou l'Italie, éd. Simone Balayé, Paris, Gallimard, 1985, p. 379 ; voir Benedict Anderson, Imagined Communities, New York, Verso, 1983, qui montre à quel point le modèle français domine chez les nations nouvelles et John Isbell, The People’s Voice : A Romantic Civilization, 1776-1848 [Catalogue d’exposition], The Lilly Library, Indiana University, 1996. Disciples : C.-A. Sainte-Beuve, Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme [1829], Paris, Michel Lévy, 1863, p. 148 et 166, qui reconnaît deux écoles, celle de Mme de Staël et celle d’André Chénier.

5 Guizot et Lamartine à Coppet : Gabriel de Broglie, Guizot, Paris, Perrin, 1990 [désormais Guizot], p. 26 ; Marie-Renée Morin, « La Duchesse de Broglie et Lamartine », in Cahiers staëliens, no 40, 1989 [désormais Morin], p. 59. Chateaubriand raconte sa visite dans les Mémoires d’outre-tombe. Rémusat appelle Coppet en 1822 « un lieu où les visiteurs abondaient », y voyant Odilon Barrot et Laborde : Charles de Rémusat, Mémoires de ma vie, t. II, éd. Charles H. Pouthas, 6 vol., Paris, Plon, 1959 [désormais Rémusat], p. 79. Mme Récamier : Maurice Levaillant, Une amitié amoureuse. Madame de Staël et Madame Récamier, Paris, Hachette, 1956, p. 362-371.

6 The Cambridge Modem History, X : The Restoration, éd. Sir A.W. Ward et al., Cambridge, Cambridge U.P., 1934 [désormais CMH], p. 43.

7 « A l’exception de leur premier chef, Royer-Collard, et d’Hercule de Serre, tous les doctrinaires furent en effet liés avec Mme de Staël » : Y vert, p. 77. Rencontre, ornière, hérita : Souvenirs du feu duc de Broglie, t. I, p. p. le duc de Broglie, 4 vol., Paris, Calmann Lévy, 1886, p. 373, 375, 391, et André Jardin, Histoire du libéralisme politique, Paris, Hachette, 1985 [désormais Jardin], p. 260. Cours de Royer-Collard, lois de 1819 : CMH, p. 43, 58. Article de Rémusat : Goblot, p. 264-266 et Charles de Rémusat, L’Habitation de Saint Domingue ou l’insurrection, Paris, Editions du C.N.R.S., 1977 [désormais Habitation], p. VI. Pauline : Guizot, p. 68. Auguste de Staël en 1819 : Yvert, p. 83.

8 Prend fin, manuscrit de Guizot : Guizot, p. 77, 80. Traité de Broglie, catin, Rossi : Rémusat, p. 77, 86, 79. Suivant Broglie, Constant fréquentait pendant la Restauration « une société d’opposition de second ordre » : Deguise, p. 61. Lutte : J.C.L. Simonde de Sismondi, Nouveaux principes d’économie politique : Economies et sociétés (Paris), t. X, no 1, janvier 1976, éd. J. Weiller et G. Desroussilles, p. 38. Taquin : Deguise, p. 57. Schlegel : Nagavajara, p. 219-222. Coppet, Constant : Jardin, p. 252, 230. Ricardo : Victor de Pange, « Le Séjour de Victor de Broglie et d'Auguste de Staël à Londres en mai 1822 », in Cahiers staëliens, nOS 17-18, 1973-1974, no 17 [désormais Séjour], p. 37. Ricardo est mort en 1823. Improviser : G. de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Flammarion, 1955 [désormais Restauration], p. 396. Mme de Broglie : Yvert, p. 83. Lamartine : Morin, p. 55.

9 Morale chrétienne, La Fayette : Guizot, p. 91, 83. Auguste de Staël : Rémusat, p. 70-71. Royer-Collard à Barante, 22.IX.1822 : Souvenirs du baron de Barante, 8 vol., t. III, Paris, Calmann-Lévy, 1890-1897, éd. Claude de Barante, p. 29. Voltaire et Rousseau : Restauration, p. 468. Constant et Ladvocat : Courtney, p. 213.

10 Chefs-d’œuvre des Théâtres étrangers, 25 vol., Paris, Ladvocat, 1821-1823, 17e livraison, p. 280-281 [fusion] ; 4e livraison, p. 24 [état] ; 3e livraison, p. 3-7 et 17 livraison, p. 431 [Constant, Sismondi] ; 13e livraison, p. 6-8 et 3e livraison, p. 3-7. 13-14 [Caldéron, Werner] ; 6'livraison, p. 13 [Barante] ; 4'livraison [Esménard] ; 5e livraison, p. 3-12 [Nodier] ; 11e livraison, p. V XXIII, 305 [Kotzebue] ; 13'livraison, p. 109, 488 [Caldéron] ; 25e livraison, p. 16, 26-30 [Faust] ; 2'livraison, p. XVII, 351-369 [Manzoni] ; 25'livraison, p. 437 [avis daté 25.IX. 1823, qui signale deux volumes manquants] ; 17e livraison, p. 4-6 et 3'livraison, p. 293-294 [Rémusat], Crève : Restauration, p. 484.

11 Fiévée : Comtesse Jean de Pange, « Quelques lettres inédites de Benjamin Constant à Auguste et Albertine de Staël entre 1815 et 1830 », in Benjamin Constant. Actes du congrès de Lausanne, Genève, Droz, 1968, p. 126-127 [Journal des Débats, 24.IV. 1822], Corinne : Stendhal, Du romantisme dans les arts, Paris, Hermann, 1966, p. 131-134 [Journal de Paris, 9.IX. 1824], Le tableau de Corinne fut exposé dès le Salon de 1819 : Edouard Herriot, Madame Récamier et ses amis, Paris, Gallimard, 1934, p. 279-280. Article : Ghislain de Diesbach, Chateaubriand, Paris, Perrin, 1995 [désormais Chateaubriand], p. 348. Traite, sociétés : André d’Encrevé, « Auguste de Staël et le protestantisme », in Cahiers staëliens, no 40, 1989, p. 39-43. Chateaubriand, Londres, prisons : Séjour, p. 27, 21-24, 18. Pange suggère poliment que Chateaubriand voulut « le premier faire rencontrer Victor de Broglie et Wilberforce » ; il semble plus probable que Chateaubriand dans son ambassade un peu déserte voulut profiter de Broglie pour rencontrer Wilberforce lui-même, et échoua. Albertine : Lettres de la duchesse de Broglie, éd. le duc de Broglie, Paris, Calmann Lévy, 1896, p. 91-95 [3.X.1821], Soirées méthodistes : Othenin d’Haussonville, « Albertine vue par Louise », Cahiers staëliens, no 40, 1989, p. 56. Temple rue Taitbout : Jacques Droz, Europe between Revolutions, 1815-1848, London, Fontana, 1967, p. 212. Wellington : Stendhal, Racine et Shakespeare, 2 vol., t. I, éd. Pierre Martino, Paris, Champion, 1925, p. 141. Outrages : Courtney, p. 121-125. Tablettes : Guizot, p. 92 et Goblot, p. 32-34, 57. Sainte-Beuve : Alan B. Spitzer, The French Generation of 1820, Princeton, Princeton U.P., 1987 [désormais Spitzer], p. 100. Thiers et Mignet : Rémusat, p. 104. Suivant Yvert, l’œuvre d’Auguste porte deux parties essentielles, « la défense de la mémoire familiale - une interprétation libérale de la Charte » [p. 77]. C’est négliger la lutte contre l’esclavage et les idées économiques, qu’Yvert rappelle en dernier mot, et la tendance méthodiste, qui donnent à Auguste son caractère particulier parmi les doctrinaires, autant que son refus en bloc de l’héritage impérial. D’autres positions, contre l’extrême-gauche ou pour la réforme pénale par exemple, sont plus typiques du groupe.

12 Le 25 décembre : Restauration, p. 255. Manuel : Chateaubriand, p. 371. Stendhal : John Isbell, « Racine et Shakespeare’s sleeping partners », in Rivista di letterature moderne a comparate, sous presse. Le Mercure : René Bray, Chronologie du romantisme (1804-1830), Paris, Boivin & Cie, 1932 [désormais Bray], p. 84-86, et Odette-Adina Rachman, Un périodique libéral sous la Restauration. Le Mercure du XIXe siècle (avril 1823-mars 1826), t. II, Genève-Paris, Slatkine, 1984 [désormais Rachman], p. 1. Buchon, théâtre : Rachman, t. I, p. 141-144.

13 Nodier : Spitzer, p. 138. Auger : Le Constitutionnel, 26.IV. 1824. Tirage : P. Albert, « La Presse de la monarchie constitutionnelle », in Manuel d'Histoire littéraire de la France, t. IV, I : 1789-1848, éd. Pierre Barbéris et Claude Duchet, Paris, Editions sociales, 1972 [désormais Manuel], p. 453. La Muse se vend à 1.000 exemplaires, Le Globe à 2.000 vers 1824 : Rachman, t. I, p. 10-11 Pour l’année 1824, voir Bray.

14 La Rochefoucauld : Chateaubriand, p. 383. Adolphe : Courtney, p. 55. Je me retrouve : Rémusat, p. 107. Ministère : Restauration, p. 369. Le Mercure : Rachman, t. II, p. 90. Le Globe : Spitzer, p. 115 [4-8.X.1824], Guizot, d’Eckstein : Brian Juden, « Accueil et rayonnement de la pensée de Benjamin Constant sur la religion », in Benjamin Constant, Madame de Staël et le Groupe de Coppet, Oxford et Lausanne, Institut Benjamin Constant, 1982. p. 154, 164. Gérando : John B. Wilson, « A Fallen Idol of the Transcendentalists : Baron de Gérando », in Comparative Literature, no 19, 1967.

15 Sismondi : Goblot, p. 595. Rémusat : Rémusat, p. 144. Barante, prospectus : Rachman, t. Il, p. 194. Mme de Broglie : Réizov, p. 79-80 et 242, citant à propos l'exemple de Walter Scott. Thierry, Michelet, Guizot, Quinet : Sven StellingMichaud, « Sismondi et les historiens de son temps », in Atti del colloquio internazionale ml Sismondi, Roma, Accademia nazionale dei Lincei, 1973, p. 68, 73-74.

16 Comptes rendus : Ooblot, p. 115-123. Libres penseurs : Le Globe, 12.X. 1824. Axiomes : Jardin, p. 247.

17 Delacroix, Massacres de Scio, 1824, Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, 1824-1825 ; Lamartine, Le Dernier Chant du pèlerinage d’Harold et Chateaubriand, Note sur la Grèce, 1825. Concert des Grecs : Christian A. Jensen, L’Evolution du romantisme. L’Année 1826, Genève, Droz, 1959 [désormais Jensen], p. 325. Trois lois : Restauration, p. 507-510. Jouffroy : Spitzer, p. 115 [15.I.1825]. Trognon, Mme de Staël : Goblot, p. 282, 217.

18 Lecture : Rémusat, p. 148 et Habitation, p. XIV. Cromwell : Bray, p. 125. Articles, Le Globe : Goblot, p. 305 et 266. Extraits, coquin, déboussolé, La Féodalité : Habitation, p. XIV, 68, LXVI, XIV. Auguste de Staël : Encrevé, p. 43.

19 Discussions de Stendhal : Etienne Delécluze, Souvenirs de soixante années, Paris, Michel Lévy, 1862, p. 246. Le Mercure : Rachman, t. II, p. 188. Mme de Broglie : Habitation, p. XX. Prosper Mérimée, Théâtre de Clara Gazul. Romans et nouvelles, éd. Jean Mallion et Pierre Salomon, Paris, Gallimard, 1978, p. 90 [Gretchen] ; 13 [Schlegel ; Racine et Shakespeare, la Lettre à M. Fauriel et la préface à Cromwell répètent ce topos, comme Nagavajara l’a montré] ; 10, 30, 41 [résident, Don Juan, romance] ; 56 [botte de paille ; cf. CRF, p. 409].

20 Latouche, juin 1825 : Bray, p. 148-149. Les Classiques vengés : Rachman, t. II, p. 171. Dubois, Vitet : Goblot, p. 161, 619 [2-23.IV. 1825] et voir Bray, p. 125. Le Mémorial catholique, mars 1824. Mieux : Rémusat, p. 77. Religion : Encrevé, p. 32. Sur les caractères, Barante : Rachman, t. II, p. 299-300, 247 [5.XI.1825]. Dunoyer : Victor del Litto, « Stendhal, Constant et l’industrialisme », in Benjamin Constant. Actes du congrès de Lausanne, Genève, Droz, 1968, p. 65-66. Dans ce même volume, M.J. Guillon, « Benjamin Constant et Paul-Louis Courier », rappelle les reproches de Courier envers Constant en 1820 [p. 75-77] et M.P. Bounnoure, « Benjamin Constant et Pierre-Jean de Béranger », note la méchanceté de Béranger envers Mme de Staël et son attitude ambiguë à l’égard de Constant, dont il publie une longue lettre dans sa Biographie [p. 80].

21 Ladvocat : Chateaubriand, p. 403. Montmorency, jésuites : Restauration, p. 522, 533. Barante et Montlosier : Gérard Gengembre, « De la misogynie au dithyrambe : Lamartine lecteur de Madame de Staël », in Cahiers staëliens, no 40, 1989, p. 58. Pont, libertaire : Spitzer, p. 143 et 112 [21.XI.1826], Chinois, pamphlets, syllogisme : Jensen, p. 57 [2.II. 1826], 42-49, 344. Latouche : Rachman, t. II, p. 300 [4.IV. 1826].

22 Nécrologie, Encyclopédie progressive, Aide-toi : Goblot, p. 641 [27.XI.1827], 107-108, 480. Goethe admire Le Globe mais Barante s’en ennuie : Spitzer, p. 97. Genevoise : Encrevé, p. 39. Désastres, listes communes : Restauration, p. 525-530, 535. Loi vandale, Garde nationale, Jeune France : Chateaubriand, p. 406-409. Déjà membres : Guizot, p. 100-101.

23 Cousin : Manuel, p. 587 et Spitzer, p. 93-94. Broglie, Aide-toi, Revue française : Ooblot, p. 485, 496. Même le duc de Broglie, le moins littéraire peut-être des doctrinaires, publie dans La Revue française de janvier 1830 un curieux résumé du combat romantique : « Sur Othello, traduit en vers français par M. Alfred de Vigny, et sur l’état de fart dramatique en France en 1830 ». Il parle d’Attila-Shakespeare, souligne les analogies protestantes et indique les coupables : Mme de Staël, Chateaubriand, Constant, les deux Schlegel, Stendhal et Ladvocat. « La littérature est l’expression de la société », dit-il, et il appelle W. Schlegel l’homme qui « a le plus influé sur les idées et les opinions de ses contemporains ».

24 Jensen : treize mentions de Mme de Staël, quatorze de Chateaubriand. Ooblot : 27 mentions des deux auteurs, dix de Sismondi et huit de Schlegel, avec 22 mentions de Constant. Guizot : François Guizot et la culture politique de son temps, éd. Marina Valensise, Paris, Gallimard, 1991, introduction. Voir Mauro Barberis, « Thermidor, le libéralisme et la modernité politique », in 1795. Pour une République sans Révolution, éd. Roger Dupuy et Marcel Morabito, Rennes, P.U. Rennes, 1996, p. 123-141.

Auteur

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540