Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Marie-Claire Hoock-Demarle

Vers la théorie du performatif : Germaine de Staël et les discours de la Révolution

Karyna Szmurlo

Texte intégral

  • 1 L’œuvre posthume de John Langshaw Austin, professeur de Philosophie Morale à Oxford, contient Phil (...)

1Comment faire des choses avec des mots ? A l’époque où l’on s’attache plus à l’efficacité des transactions verbales qu’aux systèmes linguistiques, l’ouvrage de J.L. Austin How to Do Things with Words, est devenu une des influences les plus fécondes. Cette réflexion, qui analyse les rapports interlocutionnaires à l’aide de la terminologie sémantiquement associée au théâtre (performance, jeu, actes, répétition, etc...), ne cesse d’enrichir depuis trente ans le travail conceptuel des disciplines les plus variées. Surtout à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, la théorie du performatif a connu un essor particulier. De multiples études interdisciplinaires ont réanalysé l’exemple le plus saillant de l’ascendance des mots sur la réalité politique ; en effaçant de vieilles institutions à l’aide du nouveau langage, la Révolution prouvait l’identité de la praxis et de la lexis, et par conséquence, illustrait ce que J.L. Austin appelle « les actes de langage»1.

  • 2 Encyclopedic Dictionary of the Sciences of Language, Catherine Porter, trad. Baltimore & London, J (...)

2Quels sont les antécédents de cette pensée influente ? Dans le Dictionnaire encyclopédique, des sciences du langage, Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov placent la contribution de Wilhelm Humboldt dans la voie de la théorie de l’action2. Pourtant, il reste à noter que l’apport précurseur de Germaine de Staël dans ce domaine est aussi vigoureux que celui de Humboldt, et sous plusieurs aspects, plus proche de la pensée postmoderne ; d’abord, grâce à sa pratique sociale exceptionnelle, conçue comme une activité productrice, jamais circulaire ; ensuite grâce à l’analyse du langage révolutionnaire, centrée sur sa force véhiculaire, médiatique et bâtissante.

  • 3 Über den Dualis de Wilhelm Humboldt (1827) dans Gesammelte Schriften, vol. 6 (1907), Berlin, 1903- (...)
  • 4 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1974, p. 260. Mme Necker, (...)

3Pour Humboldt aussi bien que pour Mme de Staël, le langage, lieu de production et d’émergence de l’énergie humaine, constitue l'acte de représenter la pensée des individus et des nations. Mais, si pour lui « la vie sociale n’est qu’un auxiliaire indispensable de son développement, et jamais son but ultime », pour Germaine de Staël, le langage n’est perçu que dans la relation sociale3. La jeune Germaine commence à se rendre compte de ses possibilités verbales dans le salon de ses parents. « Toutes les pensées d’un grand nombre d’hommes sont dirigées sur vous... vous existez en présence de leur espoir » (OC, III, p. 47). C’est dans la mise en relation et le procès de communication qu’elle découvre la condition « constitutive de la personne » et « le fondement linguistique de la subjectivité »4.

  • 5 Voir Hans Gadamer, Truth and Method, New York, Crossroads, 1984 et Richard Rorty Philosophy and th (...)
  • 6 Patrice Thompson, « L’image de la Révolution chez les écrivains de Coppet : Contribution à une red (...)

4De plus, la structure réflexive, en face, lui sert de principe d’émergence intellectuelle. Les situations-contacts multipliées, comme l’improvisation à l’antique devant la foule, le jeu de l’actrice, la danse, le chant, sont les moments fortissimo, des instants de force palpable et tangible, où le murmure des spectateurs/auditeurs agit comme « le bruit enivrant » qui « fait couler le sang plus vite » (A, III, p. 226-227). Les activités du Groupe de Coppet basées sur les échanges verbaux aussi bien que les définitions de la conversation que Germaine de Staël élabore dans De l’Allemagne (« bien-être actif », « jeu », « une certaine manière d’agir les uns sur les autres », l’art « de ménager les autres »), s’actualisent au moment où les courants de l’interactionnisme social s’attachent à rehausser les schémas dialogiques en attitude philosophique, en moyen efficace du faire politique (A, I, p. 160, 161)5. Instinctivement opposée aux formes monologiques impuissantes, Germaine de Staël prépare le prototype conceptuel et pratique de ce débat d’aujourd’hui, à Coppet, ce « lieu idéal de communication », transcendant « l’inertie des mots » et s’imposant à l’Empire grâce « au bon emploi du langage »6.

5Bien que l’intervention directe sur l’arène politique lui ait été refusée, Mme de Staël n’a jamais cessé d’en parler et n’a jamais consenti à réprimer le besoin d’agir. De nombreux textes font preuve de cet engagement passionnel : Les Réflexions sur le procès de la reine (1793), Les Réflexions sur la paix adressées à M. Pitt et aux Français (1794), Les Réflexions sur la paix intérieure (1795) ou De l’influence des passions 1796). (Cependant c’est dans Des circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution (1798) et dans Considérations sur la Révolution française (1818), que Germaine de Staël entreprend la conceptualisation de l’action langagière. Cette tâche s’inscrit dans le projet épistémique majeur, celui de comprendre la logique de la crise révolutionnaire ; la parole pourvue d’une force mouvante joue le premier rôle et constitue, pour ainsi dire, le support essentiel du processus cognitif chez Germaine de Staël. « Les mots ramènent les choses » ; au temps de la Révolution « c’est la parole qui a fait sortir de terre les légions... Pour préparer les triomphes des armées, il a fallu des journaux, il a fallu des discours » (CA, p. 272).

  • 7 Après bien des années, Staël se souvient de la voix de Mirabeau qui « fit adopter » à l’ensemblée (...)

6Etant donné cet optimisme linguistique, la découverte staëlienne dans le contexte de la Révolution commence avec la conscience d’une anomalie. La force institutionnelle des mots, capable de renverser les valeurs séculaires, a été pervertie en violence sociale ou bien frappée de nullité. « L’effet prodigieux » de la voix des tribuns et « l’impulsion électrique » de l’éloquence se sont transmués en menaces de mort dans les « discours aiguisés comme des poignards » (C, p. 199, 305)7. C’est ce virement de « la parole encore un médiateur » pendant les premières années de la Révolution, vers l’embrouillage rhétorique et l’opacité séparatrice, qui est l’objet de l’investigation staëlienne (C, p. 229). Pour trouver la réponse au pourquoi ? de la crise, puisque « par une erreur inexplicable... l’on n’a pas suivi la véritable route qui devait conduire au but », Germaine de Staël désire jeter « des torrents de lumière » sur les « principes », « applications », « conséquences », en vue de transférer son savoir aux générations futures (CA, P. 333, 271). Contre l’insécurité du vague, elle choisit la compréhension et la certitude de « la philosophie d’analyse » (CA, p. 282).

7C’est grâce à cette impérative nécessité de comprendre que son enquête révèle une curieuse coïncidence méthodologique avec la pensée analytique du philosophe d’Oxford. A la base de ces deux démarches, il y a un optimisme linguistique lié à un intérêt pratique et émancipatoire. Si le philosophe anglosaxon s’intéresse à la force des performatifs qui accomplissent un acte par leur énonciation, son travail rappelle un diagnostic mené en vue d’un savoir-faire social, propre à combattre l’impuissance et à assurer littéralement le bonheur, la « félicité ».

  • 8 J.L. Austin, How to Do Things with Words, Cambridge, Harvard University Press, 1975, p. 40-41. La (...)

8En prononçant les mots, l’homme épouse, promet, déclare la guerre et en obtient des résultats immédiatement vérifiables. « Lorsque je dis, à la mairie ou devant l’autel ‘Oui, je prends cette femme pour épouse légitime’, je ne décris pas le mariage ; je m’y adonne, j’en jouis » (« I am not reporting on a marriage, I am indulging in it »)8. La réponse « I do » n’est ni descriptive ni constative mais agissante puisque la parole porte en elle la force illocutoire qui équivaut à une action sur le plan social. Cependant, cette réussite est toujours provisoire ; toute forme dialogique court le risque de se corrompre, d’être privée de son potentiel. Austin déplore ces « malheurs » et « échecs » des énoncés performatifs. Pour y remédier, il propose une série de conditions favorables à l’action. C’est dans cette déduction des principes pour la réussite qu’il y a plusieurs rencontres conceptuelles avec la démarche staëlienne, d’autant plus intéressantes qu’elles se communiquent à travers les siècles et par des langues différentes.

  • 9 «Speech acts are not just sentences. They are linguistic utterances in a given situation or contex (...)

9Les analyses passionnées de la référentialité/contextualité discursive comme axiome de la réussite, placent Germaine de Staël parmi les précurseurs de la théorie moderne du performatif centrée sur l’action transgressive/régressive du langage dans le contexte social. Le fondement philosophique de Mme de Staël et sa manière « de faire avec des mots », nettement relationnels, dialogiques et dialectiques, déterminent l’approche critique. Les mots n’acquièrent une certaine force physique que par rapport aux situations concrètes qui stabilisent leur sens et leur performance. Autrement dit, les actes de langage n’existent pas en abstraction mais se réalisent en dépendance du contexte et de l’intentionnalité des sujets qui les articulent. Germaine de Staël s’intéresse au champ opérationnel de la parole (temps/espace ; engagement du sujet parlant) pour démontrer comment cette perspective de l’énonciation modifie les discours et les rend performants. Par conséquent, l’interférence avec l’interaction du réel et du signifiant, constituent la base explicative du processus historique9.

  • 10 Dans le chapitre « Reference as a Speech Act », John Searle souligne que « whatever is referred to (...)

10C’est à travers un malaise sémantique provoqué toujours par un relâchement, un manque de solidité référentielle que Mme de Staël dévoile les contradictions internes du projet révolutionnaire. « Les localités, les circonstances, amènent tels ou tels changements indispensables, et c’est dans ce genre de combinaisons que se placent toutes les erreurs » (CA, p. 34, 14). Isolés des institutions, du moment, les mots ne produisent qu’un cliquetis inutile. Au temps du flirt dangereux de l’Assemblée avec le roi, après l’acceptation de la constitution de 1791, la disparité entre le nom et la chose indique l’aspect illusoire de l’histoire. Persuadé de la fin des souffrances et de la fondation de la liberté, le peuple chantait « Vive le roi ! »... et « les colporteurs de journaux faisaient retentir les airs en proclamant à haute voix : la grande acceptation du roi, la constitution monarchique » (C, p. 249, 250). Mais le roi était captif et la noblesse absente, partie en masse à l’étranger. « On crut avoir atteint la réalité des choses, dont on n’avait obtenu que le nom » (C, p. 249). Cet impératif de l’actualité, Germaine de Staël l’explore tout au long de l’analyse en tant qu’axiome d’« existence »10.

11Le fameux décalage entre l’acte et le contexte ouvre Des circonstances actuelles et revient en leitmotiv dans les travaux de Coppet. « Une grande partie des horreurs de la Révolution sont venues de ce que l’esprit public était en arrière d’une institution » (CA, p. 35). Dès le début, « la tranquillité » et « l’immobilité publique » semblent dangereusement insuffisantes pour la réussite de la propagande républicaine (CA, p. 110). Cependant, seuls les discours enracinés dans la vision collective du présent acquièrent de l’autorité physique. Vice-versa, l’articulation efficace confirme la solidité des institutions et de l’opinion générale. Dans les Considérations, la venue à la voix du tiers état, c’est-à-dire sa dénomination en Assemblée nationale, est justifiée par la maturation de la « vision collective » qui rend possible cette victoire. Une nouvelle « sociabilité » construite par la médiatisation de la parole (clubs, presse, philosophes, hommes de lettres, salons de femmes) accumule progressivement l’autorité et brise la « sociabilité » politique de la monarchie absolue basée sur le laconisme/silence. Ce puissant circuit de communication horizontale, ressenti comme une « force physique » réelle qui « agit sur les hommes même à leur insu », disjoint le circuit de communication hiérarchique, verticale et bien gardée (C, p. 81).

  • 11 A propos de l’adéquation de la parole et de l’énergie morale voir mon article « Pour une poétique (...)

12De surcroît, l’unité du mental et du discursif exerce un impact direct sur l'efficacité politique. « La parole serait une action, si l’énergie de l’âme s’y peignait tout entière, si les sentiments s’élevaient à la hauteur des idées, et si la tyrannie se voyait ainsi attaquée par tout ce qui la condamne » (L, p. 35). Influencée par le débat de l’époque romantique, Mme de Staël insiste sur la parole où l’agent s’identifie pleinement, sur l’éthique langagière où la puissance des mots est équivalente à l’énergie morale. La vérité et la clarté des discours, « mobiles aux plus grands effets » confirment ce phénomène de transparence (CA, p. 349). L’acte acquiert la force lorsque les mots au lieu de voiler des intentions servent à les révéler, à établir des relations pour créer des réalités nouvelles11.

  • 12 Dans Corinne, ou l’Italie « ce mot je jure qu’Oswald avait prononcé... ce mot pouvait en effet con (...)

13Surtout la promesse, centrale pour Austin et ses disciples puisqu’il s’agit d’une énonciation s’identifiant à l’acte même, fascine Germaine de Staël pendant toute sa vie et se multiplie métaphoriquement dans ses textes. On dirait que la théorie de l’action passe chez elle par une « sémiotique du lien » où la nature ligaroactive du langage est de première importance (du latin ligare lier). Les promissifs (jurer, promettre, garantir, donner la parole, qu’Austin appelle curieusement espousals), font croire pour engager et lier à une croyance. Ces verbes combinent l’étymologie latine agere (mettre en mouvement) avec l’étymologie grecque archein (prendre initiative, entreprendre, commencer). La matérialisation des conjonctifs fait engendrer littéralement une genèse du monde nouveau, un commencement12.

  • 13 Nietzsche analysé par Shoshana Felman dans Discours et Pouvoir, Ann Arbor, Michigan Romance Studie (...)

14Considérée de ce point de vue, l’aventure du langage révolutionnaire est liée au pervertissement : l’engagement de générosité se dégrade dans la circulation des promesses intenables. Dès les derniers moments de l’Assemblée, la figure du Serment du Jeu de Paume, où les bras levés transcendent l’élan collectif et l’énergie de la parole-pacte, est menacée par l’expansionnisme individuel (C, 148). Ceux qui ont été investis du pouvoir de parler et d’agir au nom de la nation, parlent en leur nom. Mirabeau, Danton, Marat ou Robespierre, alchimistes de la parole, montent à la tribune pour manipuler « les discours démagogiques » (C, p. 314). Du haut en bas de l’échelle, les orateurs-acteurs marchandent la vérité que Nietzsche démasquera en « pathos d’une croyance ou alibi d’une domination,... une illusion discursive derrière laquelle se dissimule un jeu partial de pouvoir, d’intérêt ou de désir13 ». A cet ébranlement de l’engagement répond la dissipation langagière, la politique du bavardage et un jeu déformant de miroirs. En d’autres termes, l’aventure des discours vire de la vérité-acte (d’ordre du faire), en vérité de dénomination (illusive, nietzschéenne, toujours en vue de séduire).

15La réussite de Bonaparte illustre la corruption la plus dépravée du performatif : l’effondrement simultané du principe de l’engagement et celui du contexte. Bonaparte s’introduit au pouvoir à l’aide de discours frauduleux. Pour s’emparer de l’enthousiame républicain et de la force médiatrice du langage révolutionnaire, ce faux « ligateur » s’engage publiquement par une série de fausses assurances de paternité (qu’Austin place parmi des abus, promises made in bad faith). Il « captive le public par des protestations d’amour de l’ordre et de la tranquillité » (C, p. 357). Capable de manipuler la force réflexive du langage, il s’en sert comme d’un speculum narcissique en face de ses interlocuteurs. Ce « pacificateur du continent » déjoue la vérité (C, p. 357). Mais encore, convaincu « qu’on ne peut arriver à un grand pouvoir qu’en mettant à profit la tendance de son siècle », Bonaparte parasite le performatif (C, p. 369). La suprématie extraordinaire dans la perception des circonstances, cette lucidité qui exclut tout hasard, toute pitié, est une forme de cruauté qui teinte les actes de Napoléon de la couleur du sang.

16L’analyse staëlienne se régénère à partir de deux mouvements simultanés : l’excès d’énergie détective de l’historienne se décharge dans l’assaut de théâtralité. A l’effort du critique s’ajoute le dynamisme du metteur en scène qui enlève le masque aux acteurs incompétents. Le phénomène de la double performance suggère encore une autre coïncidence méthodologique, peut-être la plus remarquable, avec le livre d’Austin How to Do Things with Words. Le titre désinvolte (comme celui des guides pratiques) avertit qu’il s’agit d’un projet subversif, mené par un philosophe joueur, séducteur qui se fait un festin des mots. Surtout son goût pour le langage défaillant avec ses impasses, aux connotations sexuelles, trahit l’aspect dérisoire de l’enquête. Le linguiste, lancé dans l’aventure détective, étale sa propre compétence ; plus encore, il en jouit pour dévoiler les faux-pas des autres et se nourrit du renversement.

  • 14 J.L. Austin, How to Do Things with Words, « Deuxième conférence » sur les infélicités.

17Ce qui se dessine dans l’analyse de Germaine de Staël, c’est la démonstration passionnée des réussites manquées, des cas où la parole chute, perd la force de transaction ou bien provoque le contraire de l’effet voulu. En termes austiniens, Mme de Staël passe avec prédilection des « félicités » aux « infélicités » (unhappy functionning of the performative), aux manquements (misfires), et les abaisse en figures triviales de théâtralité, signes d’agression par excellence14. La meneuse du jeu matérialise, dans le sens négatif, bakhtinien, le scandale de l’incompétence. Sa performance vise la démonstration de son savoir-faire, mais aussi sa capacité d’intervenir, de disséminer les turbulences.

18Quand on passe des Circonstances aux Considérations, on a l’impression d’une montante activité physique et interprétative. La meneuse du jeu entrouvre les coulisses des assemblées, jouit de leur intensité sonore, poursuit des orateurs, reste à l’écoute du chuchotement des foules, pour démasquer les acteurs qui ont été appelés par l’histoire à agir. Les concepts de vérité, de clarté, de contexte, d’engagement, introduits dans le texte de jeunesse, subissent une puissante dynamisation dans l’ouvrage de la maturité. Discutés, d’abord de la perspective théorique, positionnés historiquement, ils réapparaissent dans les Considérations en tant que tensions, forces compétitives.

  • 15 L’ouverture du débat abonde en signes qui renforcent la crise du référent avorté et visualisent la (...)

19Par exemple, le contraste entre la clarté/précision du langage des républicains, seuls capables de « renverser le gouvernement », et les discours inintelligibles des royalistes, évolue, dans les Considérations, en confrontation réelle (CA, p. 76). Au moment des Etats Généraux, les nobles, incapables d’articuler le renouveau du pouvoir absolu, perdent graduellement du terrain. L’impasse des mots ressort d’abord de la modulation « circulaire » et improductive du débat. « Pendant que les privilégiés discutaient leurs pouvoirs, leurs intérêts, leurs étiquettes, enfin tout ce qui ne concernait qu’eux, le tiers état invitait à s’occuper en commun de la disette et des finances » (C, p. 147)15. Le retour des deux codes incompatibles du message produit l’effet d’un dialogue de sourds, identifié par Jakobson comme trouble aphasique, la perte de capacité de passer d’un code à l’autre. Pendant que le tiers état insiste sur les circonstances actuelles, et pose les questions urgentes, la noblesse revient au passé « inexistant », pense en termes de permanence et refuse de sortir de « ces trois mots : c’était ainsi jadis » (C, p. 144).

  • 16 Le récit événementiel des Considérations contient toute une série d’émissions les plus décisives. (...)

20C’est dans ces instants de la crise de métalangue que la force illocutoire éclate. Conscients de leur suprématie authentique, « réelle », les députés du peuple se décident à « recourir aux moyens plus énergiques », littéralement à la force de la parole, et à se valider officiellement. Sieyès impatienté, « proposa de se constituer purement et simplement l’assemblée nationale de France... ; ce décret passa ; et ce décret était la Révolution elle-même » (C, p. 147)16.

21Le contraste du vrai/actuel et de l’illusoire/transhistorique réapparaît dans les rapports entre Louis XVI et Jacques Necker, mais cette fois-ci pour montrer qu’à l’aube de l’insurrection, les interventions impuissantes deviennent une série de déceptions, misfires exemplaires, qui font précipiter la violence. Necker gagne du prestige grâce à sa capacité de médiation entre le roi et le parti populaire. S’il prépare son fameux Compte rendu, c’est pour faire « connaître à tous le véritable état des finances », et prouver sa conviction que la publicité est la « garantie de la fidélité dans les engagements » (C, p. 90). Conscient de l’autorité populaire, Necker étudie l’opinion publique comme « la boussole » à laquelle le roi devrait se conformer (C, p. 134). Encore une fois en termes austiniens, Necker excelle en parole « perlocutionnaire », persuasive, dont le trait saillant est l’obtention des effets voulus. Ce don de négocier et de convaincre deviendra la dernière ressource du roi qui, sans force militaire après le 14 juillet, se servira des discours de son ministre pour influencer directement les députés.

  • 17 « Performative language became not a source of stability but the stakes of a struggle » (Sandy Pet (...)

22Par contraste, Louis XVI compromet les efforts de Necker et se conduit comme dans « la représentation de certains spectacles, où l’un des acteurs fait les gestes pendant que l’autre prononce les paroles » (C, p. 149). Chacune de ses adresses préparées par de multiples conseillers, n’est qu’un glissement de plus vers l’échafaud. Ces discours, « infélicités » par excellence, à cause de leur arrogance et de leur invraisemblance, irritent au lieu de calmer, et subvertissent les intentions du roi. Avec sa déclaration du 23 juin qui « manqua totalement son effet », Louis XVI fait déchaîner la violence (C, p. 155). Après avoir retardé la séance royale par son départ à Marly, « séjour où l’opinion publique se faisait encore moins entendre qu’à Versailles », le roi incorrigible, revient pour corriger les décrets de l’Assemblée (C, p. 151). Au lieu de captiver les députés enflammés et d’éveiller leur intérêt « dès les premiers mots » avec la discussion sur les impôts, comme l’avait demandé Necker, Louis XVI commence par révoquer « les arrêtés que le tiers état avait pris comme assemblée nationale et qu’il avait consacrés par le serment du jeu de paume » (C, p. 153). Germaine de Staël insiste sur ce croisement dialectique des forces, sur le mécanisme défensif/offensif de la parole qui est devenue l’enjeu de la lutte. « Le mouvement était donné ; la séance royale loin d’atteindre le but qu’elle se proposait, avait augmenté l’élan du tiers état, en lui offrant l’occasion d’un nouveau triomphe » (C, p. 156). Les discours du roi provoquent la réaction de plus en plus agressive de la bourgeoisie, c’est-à-dire invitent aux redéfinitions répétitives de l’autorité du parti populaire. La prise de la Bastille n’a prouvé que trop bien l'urgence de ces rectifications17.

  • 18 Les remarques correctives de Mme de Staël sont à noter ; il ne fallait pas irriter les esprits par (...)

23Cette quête de la force du langage en termes de dimension de l’effet qu’il produit, de la mobilisation qu’il suscite, se prolonge au niveau des mots isolés. Pourvus d’énergie explosive, les cris brûlants de la rue, le jargon des clubs prostituant « la vérité », divisent l’opinion au lieu de l’unifier et renversent « l’acte révolutionnaire » (CA, p. 334). « La Terreur en France... doit sa naissance à un principe vague, par lequel on se dédit des devoirs positifs » (CA, p. 262). La frénésie avec laquelle Germaine de Staël combat le brouillage du sens, signale qu’il s’agit d’une menace vitale, d’une inquiétante proximité de l’Antiphysis ; le philosophe du langage exorcise un danger social auquel se joint un frisson métaphysique. La laxité référentielle des mots qui dépassent sans cesse leurs limites, cet excès dénaturant la langue en monstre où l’appareil sémantique se trouve irréalisé, signale un vide, une absence. Des Circonstances s’en prend aux sophismes qui « faussent complètement l’esprit », et à une série de « contresens » où les principes démocratiques s’introduisent sous la sauvegarde des valeurs aristocratiques (CA, p. 245). Cependant Considérations étudie bien plus méthodiquement des expressions déficitaires irréparables, mises en circulation par l’Assemblée. Les erreurs nominales comme le Comité des recherches et le veto absolu proposé au roi, bien que vidées de force réelle/circonstantielle, passent dans l’imaginaire populaire par la fantasmagorie du jadis, la non vérité mythologique et font surgir les fantasmes des institutions inquisitoriales adoptés par les tyrans (C, p. 191). Le langage y prouve une disposition générative extraordinaire ; chaque mot devient une arène pour le choc et l’entrecroisement des accents conflictuels où se réfléchit l’interaction réelle des forces sociales18.

24Les figures du paradigme brisé comme la démocratie, royale ou le titre du premier fonctionnaire public proposé au roi, font éprouver « une grande douleur » à Necker qui y perçoit « le plus grand danger pour le trône et pour la liberté » (C, p. 204). Quand les deux termes les plus éloignés sont soudainement rapprochés, leur sens est aboli. La force de cette redéfinition des relations qui agit en coup de guillotine, réside dans la répudiation/désacralisation d’un lien, dans la capacité à délier les hommes d’une croyance.

25La pratique de la transvaluation scandaleuse prépare le régime despotique qui la confisquera à son profit. Sous Bonaparte, les vices se transforment en vertus et tournent en dérision les mots d’ordre révolutionnaires. Les slogans mis en circulation abritent les atrocités et ne fonctionnent que pour légitimer les actes sanguinaires. La liberté apparaît dans les circonlocutions des massacres. La liberté des peuples aussi bien que la liberté des mers flottant sur les drapeaux de l’Empire, justifient les conquêtes européennes. La prospérité de la nation explique la démence coloniale. Surtout le salut public, hérité du régime de Robespierre, est ce passe-partout idéal. C’est pour le salut des peuples qu'on instaure le Code Napoléon imposant des lois étrangères aux Italiens ou aux Allemands ; et cette dénationalisation totale s’explique par l'égalité, utilisée dans mille interprétations syllogistes.

  • 19 Gérard Gengembre et Jean Goldzink insistent sur cet aspect positif de la réflexion staëlienne par (...)
  • 20 « Des signes et de l’art de penser, considérés dans leurs rapports mutuels », in Cahiers staëliens (...)

26A la différence de ses contemporains masculins comme J.-F. de La Harpe, Louis de Bonald, ou même Edmund Burke, qui tous insistent sur l’assertion irrationnelle du langage révolutionnaire, Germaine de Staël rapporte obstinément le fonctionnement du langage aux ressorts socio-politiques explicables. L’échec n’est pas causé par la fatalité extérieure, mais reste inhérent aux mots19. Dans le commentaire sur « le langage d’action » chez Degérando, Mme de Staël souligne, en ternies les plus austiniens, son optimisme à elle, sa foi en la parole bien orientée : « c’est à l’heureux emploi qu’on en sait faire que l’éloquence est redevable de ses plus étonnants succès20 ». L’aptitude à transmuer la menace en vérité démontrée est le trait typique de l’analyste qui élabore hardiment ses thèses tout en admettant que « la théorie sans les résultats heureux est la plus niaise des conceptions intellectuelles... (mais) la théorie sans l’expérience n’est qu’une phrase » (CA, p. 31, 32).

27Pour conclure, il faudrait insister sur cette unique expérience qui a donné à Germaine de Staël les moyens de perception et d’écoute les plus efficaces, au-delà du visible et du temporel. Mme de Staël, elle-même, aime se flatter d’avoir découvert, selon sa « propre manière de voir » (c’est-à-dire sa profonde expertise sémiotique), le danger du régime de Napoléon « bien avant que l’Europe eût appris le mot de cette énigme (et) lorsqu’elle se laissait dévorer par le sphinx faute d’avoir su le deviner » (C, p. 504 ; DA, p. 45).

  • 21 Guy Rosolato, « La voix : entre corps et langage », in Revue française de psychanalyse, p. 37, no  (...)

28La capacité staëlienne de juger l’homme dans sa langue coïncide avec la venue à la voix de l’écrivain féminin qui cherche dans le langage des stratégies émancipatoires. Primo, la voix qui abolit « des limites, des classes, des noms » et tisse des relations avec autrui, « situe le sujet dans le désir de l'autre »21. Pour Germaine de Staël, la voix est devenue non seulement le moyen privilégié de ses recherches, mais le moyen conducteur vers la vérité.

  • 22 Il faut signaler les deux études remarquables de l'aspect dialogique de la persuasion : Gérard Gen (...)

29Secundo, le dialogue est le lieu du travail de l’écrivain féminin. Selon l’épistémologie féministe, qui s’intéresse particulièrement à l’aspect relationnel de la théorie du performatif en y apercevant les coïncidences conceptuelles éclatantes, l’écriture féminine est ce lieu d’appropriation et de reformulation du discours de l’autre. Dans les ouvrages staëliens, l’énergétique textuelle provient de l’économie d’échange investie dans les rapports spéculaires, où le dialogue, compris dans le sens le plus large, relativise, décentralise et subvertit de l’intérieur à partir du jeu22.

  • 23 Michel Delon, « Le discours italique dans Les Liaisons dangereuses », in 1782-1982 : Actes du bice (...)

30Cette praxis féminine a donné à Mme de Staël le courage de s’introduire dans les textes et les discours des autres, de s’en emparer dialogiquement, pour l’ouverture et la provocation. Autrefois générateurs des angoisses et arbitres des lois, les discours fragmentés circulent en découpage, et souvent en italique. L’italique signale « l’appropriation du langage d’autrui » en vue d’une redirection ; il est « ce dispositif à faire parler la langue » mais au « second degré, critique, réflexif, métalinguistique », véhiculant le doute23. Encore une fois, la philosophie de langue s’articule par des épreuves négatives. Tout comme les analyses théoriques de Germaine de Staël, sa re-transcription tend des pièges aux discours de la Révolution. Disséqués et juxtaposés ironiquement à leurs conséquences politiques, les mots dévoilent l’aspect mensonger, illusif, contradictoire. La quête des vrais ressorts des actes de langage se confirme au niveau scriptural, dans l’écriture qui sert d’avertissement aux lecteurs. Littéralement, en faisant voir comment les mots sont manipulés pour distordre ou cacher la réalité, Germaine de Staël libère les hommes de la servitude linguistique et sa critique est antiesclavagiste par excellence.

Notes

1 L’œuvre posthume de John Langshaw Austin, professeur de Philosophie Morale à Oxford, contient Philosophical Papers (1961), Sense and Sensibilia (1962) et How to Do Things with Words (1962) traduit par Gilles Lane, Quand dire c’est faire (1970). Parmi les philosophes des trois dernières décennies, « nul n’a exercé une plus grande influence, ni plus originale, que le professeur J.L. Austin » (G.J. Warnock, English Philosophy Since 1900, London, Oxford University Press, 1963, p. 147. Pour les infiltrations de la pensée d’Austin et celle de ses nombreux continuateurs, voir surtout Performativity and Performance, Andrew Parker and Eve Kosofsky Sedgwick, eds., New York & London, Routledge, 1995 ; Michel Taussig, Mimesis and Alterity, New York, Routledge, 1993 ; Performing Feminism. Feminist Critical Theory and Theatre, Sue-Ellen Case, éd. Baltimore & London, Johns Hopkins University Press, 1990 ; Victor Turner, The Anthropology of Performance, New York, PAJ Publications, 1986. L’application du performatif dans le contexte historique est approfondie dans The French Revolution 1789-1989. Two Hundred Years of Rethinking, Sandy Petrey, éd. Lubbock, Texas Tech University Press, 1989. « The French Revolution is replete with examples of whatAustin called performative speech, language that does not say what is but transforms it. From the self-conversion of the Third Estate into the National Assembly in 1789 to the restoration and re-restoration of the Bourbon regime in 1814-1815, the years of the Revolution were a continuons illustration of the power of words to enact what their users willed », p. 3.

2 Encyclopedic Dictionary of the Sciences of Language, Catherine Porter, trad. Baltimore & London, Johns Hopkins University Press, 1979. Dans la section « Descriptive Concepts : Language and Action », p. 338-345, la contribution de Humboldt précède celles de K. Bühler, R. Jakobson, J.L. Austin et son disciple le plus connu, J.R. Searle.

3 Über den Dualis de Wilhelm Humboldt (1827) dans Gesammelte Schriften, vol. 6 (1907), Berlin, 1903-36, 17 vol., p. 23. Pour la théorie romantique de la langue et de la littérature, voir Kurt Mueller-Vollmer, « From Poetics to Linguistics : Wilhelm von Humboldt and the Romantic Idea of Language », in Le Groupe de Coppet, Paris, Champion, 1977, p. 197-215.
Les abréviations OC, A, CA, C, Corinne, DA, renvoient aux éditions suivantes des textes staëliens : Œuvres complètes, Paris, Treuttel et Würtz, 1820-1821 ; De l’Allemagne, Paris, Hachette, 1958-1960 ; Des circonstances actuelles, Lucia Ornacini, éd., Paris, Genève, Droz, 1979 ; Considérations sur la Révolution française, Jacques Godechot, éd., Paris, Tallandier, 1983, Corinne ou l’Italie, Simone Balayé, éd., Paris, Gallimard, 1985 et Dix années d’exil, Simone Balayé et Mariella Vianello Bonifacio, éds., Paris, Fayard, 1996.

4 Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1974, p. 260. Mme Necker, tout comme plus tard sa Corinne, trouve dans les échanges avec les écouteurs « les vérités audacieuses que la réflexion solitaire n’aurait pas fait naître » (Corinne, p. 46-47). Selon Mme de Saussure, elle « retirait du commerce social un soulagement réel et infaillible » (OC, Notice, cclxxxj). Si l’on croit Sainte-Beuve, la conversation mondaine était pour Mme de Staël « la vie même » ; Sainte-Beuve indique une curieuse différence entre le savoir-faire langagier de la châtelaine de Coppet et la tradition du salon. « Madame de Staël reproduit en elle cette manière et ce charme d’autrefois : mais elle ne s’en tient pas à cet héritage, car ce qui la distingue,... c’est l’universalité d’intelligence, le besoin de renouvellement... », Causeries du lundi : Portraits littéraires et Portraits de femmes, Paris, Garnier, 1900, p. 82.

5 Voir Hans Gadamer, Truth and Method, New York, Crossroads, 1984 et Richard Rorty Philosophy and the Mirror of Nature, Princeton, Princeton University Press, 1980. Les pratiques du Groupe de Coppet auraient dû servir de référence essentielle à la thèse de ces deux sociolinguistes qui voient dans la conversation, une forme unique de démocratisation, un jeu inhérent au langage où tous les joueurs sont engagés et égaux. L’infiltration de nouvelles opinions qui s’élancent contre le discours canonique accomplit la fonction sociale de rupture. Les textes staëliens contiennent l’ébauche du débat mené par plusieurs disciples d’Austin à propos de la conversation en tant que « négociation », « jeu », « inscription du pouvoir social », « processus », « structure du devenir », etc... Voir à ce propos Rodica Amel, « The Constitutive Rule of a Round Table : On (On) Searle on Conversation », in Pragmatics and Cognition, 21, no 1, 1991, p. 167-190.

6 Patrice Thompson, « L’image de la Révolution chez les écrivains de Coppet : Contribution à une redéfinition du groupe », in Le Groupe de Coppet, Geneva, Slatkine ; Paris, Champion, 1977, p. 50. « Coppet en effet n'existe que par les relations que tisse le langage à la fois entre chacun de ses membres et dans les rapports fictifs qu’il entretient avec le monde extérieur », p. 55.

7 Après bien des années, Staël se souvient de la voix de Mirabeau qui « fit adopter » à l’ensemblée la fameuse adresse pour le renvoi des troupes appelées secrètement par Louis XVI (C, p. 159). Encore une fois, elle évoque Mirabeau plaidant en faveur du décret de finance proposé par Jacques Necker. « Rien n’était plus impressif que sa voix... on sentait une puissance de vie dans ses discours, dont l'effet était prodigieux » (C, p. 199).

8 J.L. Austin, How to Do Things with Words, Cambridge, Harvard University Press, 1975, p. 40-41. La traduction modifiée vient d’une brillante interprétation de la théorie austinienne, donnée par Shoshana Felman, Le Scandale du corps parlant. Don Juan avec Austin ou la séduction en deux langages, Paris, Editions du Seuil, 1980, p. 154. A propos de la promesse de mariage, voir aussi John Searle Speech Acts, Cambridge, Cambridge University Press, 1969.

9 «Speech acts are not just sentences. They are linguistic utterances in a given situation or context, and it is through this context that they take on their meaning... If a linguistic action is to be successful, there are certain conditions that must be fulfilled... The willingness of the participants to engage in a linguisitc action must be proportionate to the degree in which the situation or context of the action is defined... Language gains its function and therefore its meaning, through its controlled usage». Wolfgang Iser interprète la théorie austinienne dans «The Reality of Fiction: A Functionalist Approach to Literature», in New Literary History, 7, no 1. 1975, p. 9, 10, 13.

10 Dans le chapitre « Reference as a Speech Act », John Searle souligne que « whatever is referred to must exist » (Speech Acts, Cambridge, Cambridge University Press, 1969, p. 77. « Performative speech is by definition – in its essence – socially specific. Its power is inseparable from a precise collective vision of what counts as authority in which sets of circumstances » (Sandy Petrey, Realism and Revolution, Ithaca & London, Cornell University Press, 1988, p. 21. « If a performative provisionally succeeds (and I will suggest that ‘success’is always and only provisional) it is not simply because an intention successfully governs the action of speech but only because that action echoes prior actions, and accumulates the force of authority through the repetition or citation of a prior and authoritative set of practices... the act is itself a ritualized practice... no statement can function performatively without the accumulation and dissimulating historicity of force » (Judith Butler, « Burning Acts. Injurious Speech », in Performativity and Performance, Eva Kosofsky, éd., p. 205.

11 A propos de l’adéquation de la parole et de l’énergie morale voir mon article « Pour une poétique des langues nationales : Germaine de Staël », in Le Groupe de Coppet et l’Europe 1789-1830, Kurt Kloocke, éd., Lausanne, Institut Benjamin Constant ; Paris, Jean Touzot, p. 165-179.

12 Dans Corinne, ou l’Italie « ce mot je jure qu’Oswald avait prononcé... ce mot pouvait en effet contenir le secret d’une destinée » (p. 200). Au lieu de prononcer un plaidoyer en faveur de l’actrice, Lord Nelvil s’assoupit dans le bonheur provincial. Le pas vers l’action n’est jamais franchi. Prometteur de mauvaise foi, Oswald ne produit que l’illusion référentielle et ruine l’autorité du langage performant. L’auteur de Corinne ne cesse de souligner cette incompétence et le choix ironique, sinon la nullité réelle de l’amant/protecteur. Sur la valeur singulière du serment pour le performatif, voir Emile Benveniste dans les chapitres « De la subjectivité dans le langage » (p. 258-266) et « La philosophie analytique et le langage » (p. 267-276), in Problèmes de linguistique générale, vol. I ; et surtout Albert Assaraf, Quand dire c’est lier : Pour une théorie des « ligarèmes », Limoges, Presses Universitaires de Limoges et du Limousin, 1993.

13 Nietzsche analysé par Shoshana Felman dans Discours et Pouvoir, Ann Arbor, Michigan Romance Studies, 1982, p. 3.

14 J.L. Austin, How to Do Things with Words, « Deuxième conférence » sur les infélicités.

15 L’ouverture du débat abonde en signes qui renforcent la crise du référent avorté et visualisent la disposition authentique des forces ; le tiers état surgit en masse grise, indivisible en face des nobles avec leurs épées, panaches et perruques, taxés de « frivolités » (C, p. 140).

16 Le récit événementiel des Considérations contient toute une série d’émissions les plus décisives. Par exemple, le mot états-généraux prononcé par l’abbé Sabatier devant les magistrats demandant à grands cris le compte rendu des finances, ce « mot dont devait dépendre le sort de la France,... porta la lumière dans les désirs confus de chacun... Dès ce moment la révolution fut faite » (C, p. 114).

17 « Performative language became not a source of stability but the stakes of a struggle » (Sandy Petrey, Realism and Revolution, Ithaca & London, Cornell University Press, 1988, p. 28. « Les premières paroles révoltèrent le tiers état, et dès ce moment il n’écouta plus »... (C, p. 155). Cette séance royale, contre laquelle (Necker) s’était élevé avec tant de force, eut des suites plus déplorables encore que celles qu’il avait prévues. A peine le roi fut-il sorti de la salle, que le tiers état, resté seul en permanence, déclara qu’il continuerait ses délibérations sans avoir égard à ce qui venait de se passer (C, p. 156).

18 Les remarques correctives de Mme de Staël sont à noter ; il ne fallait pas irriter les esprits par le mot de veto absolu... « une espèce de monstre qui devait dévorer les petits enfants ;... il fallait en craindre le danger » (C, p. 202, 203). La même réaction à propos des termes contradictoires : « il ne faut pas déchaîner le vent du nord pour calmer le vent du sud » (CA, p. 313).

19 Gérard Gengembre et Jean Goldzink insistent sur cet aspect positif de la réflexion staëlienne par rapport à la pensée de Bonald ou celle de La Harpe ; « tout l’effort de La Harpe consistera au contraire à priver la Révolution du moindre précédent et en étaler l’effarante, l’absolue originalité » (« Terreur dans la langue. La question de la langue révolutionnaire d’Edme Petit à Madame de Staël », in Mots, vol. 21, décembre 1989, p. 22). Même Burke, spécialement préoccupé du cataclysme langagier, trouve la Révolution irrationnelle et inintelligible. Burke « does not want the Revolution explained, for fear that it may be normalized and made acceptable ; the problem which we have with Auschwitz » (John Pockock, The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture, François’Furet & Mona Ozouf, éds., New York, Pergamon Press, 1987, p. 34).

20 « Des signes et de l’art de penser, considérés dans leurs rapports mutuels », in Cahiers staëliens, n° 7, mai 1968, p. 29. Jean Starobinski conclut à propos des Circonstances actuelles : « Mais de ce que la parole faussée a pu avoir tant d’influence, il ne faut pas conclure qu’il ne reste pas d’avenir pour une action menée par la parole ; celle-ci peut tout à la condition qu’elle soit orientée dans le sens juste et animée par l’enthousisme » (« Benjamin Constant : comment parler quand l’éloquence est épuisée », in The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture, p. 191).

21 Guy Rosolato, « La voix : entre corps et langage », in Revue française de psychanalyse, p. 37, no 1, 1974, p. 86. Pour la discussion théorique du genre et de la voix, voir Carol Gilligan, In a Different Voice ; Psychological Theory and Women’s Development, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1982 and Kaja Silverman, The Acoustic Mirror, Bloomington, Indiana University Press, 1988.

22 Il faut signaler les deux études remarquables de l'aspect dialogique de la persuasion : Gérard Gengembre et Jean Goldzink, « Républicain as-tu du style ? ou écriture et politique dans les Circonstances actuelles », in Cahiers staëliens, 43, 1991-1992, p. 13-28 ; et Lucia Omacini, « Pour une typologie du discours staëlien : les procédés de la persuasion », in Benjamin Constant, Madame de Staël et le Groupe de Coppet (Oxford, Voltaire Foundation ; Lausanne, Institut Benjamin Constant, 1982, p. 371-391. Parmi les études de l’écriture romanesque, voir Jennifer Birkett, « Speech in Action : Language, Society, and Subject in Germaine de Staël’s Corinne », in Eighteenth-Century Fiction, 7, vol. 4, July 1995, p. 393-408 ; aussi bien que tout un volume à paraître The Novel’s Seductions : Staël’s « Corinne » in Critical Inquiry, Karyna Szmurlo, éd. Lewisburg, Backnell University Press, 1998. Pour le débat épistémologique, voir au moins Patricia Yaeger, Honey-Mad Women. Emancipatory Strategies in Women’s Writing, New York, Columbia University Press, 1988 ; et Aesthetics in Feminist Perspective, Hilde Hein & Carolyn Korsmeyer, éds. Bloomington, Indiana University Press, 1993, où la méthode contextuelle et dialogique est amplement discutée.

23 Michel Delon, « Le discours italique dans Les Liaisons dangereuses », in 1782-1982 : Actes du bicentenaire des « Liaisons dangereuses », Paris, PUF, 1983, p. 146, 139. Je remercie vivement Michel Delon de m’avoir indiqué cette brillante étude.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540