Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Norman King

Benjamin Constant : mobilisation et médiatisation du mot

Béatrice Fink

Texte intégral

On connaît assez le pouvoir des mots sur les hommes. Ce pouvoir est quelquefois bien funeste, mais il a souvent une grande utilité.

  • 1 Benjamin Constant, De la force du gouvernement actuel et de la nécessité de s’y rallier (1796), éd (...)

1Les phrases citées en épigraphe sont tirées de la première brochure de Constant et datent des années où celui-ci, républicain pris dans la tourmente directoriale, affirme ce dont il a été témoin durant les années précédentes : le pouvoir politique, voire révolutionnaire, du mot, qu’il soit oral ou écrit, est loin d’être négligeable1. Constatation empirique qui nous indique en filigrane que son auteur entend bien se servir de ce pouvoir tant utile. Dans sa brochure, Constant poursuit ainsi : « Les mots ont sur nous une telle influence qu’ils ramènent les idées. Séparés d’elles, par une cause étrangère, ils s’y rejoignent, dès que la cause n’existe plus. Les formes perpétuent l’esprit, et bien qu’elles puissent être horriblement perverties, elles ressemblent à ces arbres qu’il est facile de plier, mais dont l’élasticité les redresse, lorsqu’on cesse de les comprimer » (Force, 73-74). En bon rhétoricien, Constant renforce son propos par une image, propos ramassé qui contient en germe l’essence de ce qu’il dira et redira au cours des décennies à venir : les mots, doublés des idées qu’ils « ramènent », sont dotés d’un pouvoir incontournable. Les obstacles misant à entraver leur acheminement – abus, anachronismes, toute « cause étrangère » de nature répressive (comme par exemple la censure) – ne sauraient résister à la longue à l’élan de l’histoire. Le pouvoir des mots à « ramener » les idées tient de la persuasion, de la transmission d’une ou de plusieurs opinions. Il est donc question du pouvoir de l’opinion. Opinion publique, parce que Constant parle de politique et parce qu’il faut entendre opinion dans un sens nouveau, « moderne » : non pas jugement ou errement de la pensée, mais véhicule d’idées. Le caractère d’« élasticité » des formes (entendons ici les institutions) fait des opinions une force latente qui s’actualise et indique dans des conditions de non compression, c’est-à-dire de liberté, la voie à suivre, celle des idées, de la raison, du vrai. Tout est déjà en place, sans oublier la tension, l’ambivalence si l’on veut, entre ce qui adviendra et ce qui devrait advenir. L’arbre qui plie doit-il ou devrait-il plutôt se redresser ? Dans ce qui suit, je tâcherai de montrer comment Constant poursuit sa pensée au cours des années et combien la liberté d’expression, pierre de touche des autres, est restée au cœur de son système libéral.

  • 2 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1996 ; Droit et démocratie. Entre faits et normes,(...)

2Que ce soit en tant qu’orateur, journaliste, ou publiciste, Constant passa une bonne part de sa vie à se médiatiser. Le renvoi aux média est moins anachronique qu’il ne paraît, car c’est précisément dans son intuition du rôle clef qu’allaient assumer les réseaux de communication dans les sociétés industrielles en devenir que réside son modernisme (dans la mesure où « modernisme » s’apparente à anticiper les voies de l’avenir). La projection d’une telle intuition – et cela ne doit pas surprendre – s’effectue à la fois sur le plan conceptuel et celui de l’action. Elle est rehaussée lorsqu’on l’envisage dans une perspective habermasienne. Bien qu’Habermas contourne Constant (du moins dans L’espace public), il semblerait que le système idéel de celui-ci soit conforme au « modèle libéral de la sphère publique bourgeoise » qu’agence celui-là. Et, suivant Habermas jusqu’à Droit et démocratie, on peut avancer que chez Constant le modèle contractuel, revigoré et rénové par Rousseau au milieu du dix-huitième siècle, est écarté pour faire place au modèle de l’accord issu de la discussion2.

  • 3 Espace public, p. 105-106. L’ouvrage de Sébastien Mercier auquel se réfère Habermas s’intitule Not (...)

3L’espace public nous sensibilise aux méandres sémantiques du mot « opinion » et par suite à l’émergence du syntagme « opinion publique ». Il se manifeste, du moins en France, précisément au moment où paraissent les premiers écrits politiques de Rousseau, mais n’acquiert son sens d’aujourd’hui que lorsque l’écart établi entre opinion, critique, incertitude d’une part, et raison, législation et vérité (science si l’on veut) de l’autre est occulté. Cette jonction s’effectue, d’après Habermas, par l’entremise de certains physiocrates à la veille de la Révolution, dont Turgot et surtout Mercier3. L’ancienne et vénérée dichotomie platonicienne entre doxa – opinion – et episteme – connaissance, savoir – est ainsi contournée, ce qui donne une coloration nouvelle à l’opinion et permet de mieux comprendre comment et pourquoi Constant se sert à l’occasion des vocables « idée » et « opinion » de manière interchangeable. Ce point sémantique sera abordé plus bas.

  • 4 Toujours d’après Habermas, mais l’expression est de Guizot.
  • 5 G. Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif en Europe, t. II, Bruxelles, p. 10- (...)

4La première formulation classique du « règne de l’opinion publique4 » serait celle de Guizot dans son cours des années vingt sur l’Etat constitutionnel : « C’est [...] le caractère du système qui n’admet nulle part la légitimité du pouvoir absolu que d’obliger tous les citoyens à chercher sans cesse [...] la vérité, la raison, la justice, qui doivent régler le pouvoir de fait. C’est ce que fait le système représentatif : 1. par la discussion qui oblige les pouvoirs à chercher en commun la vérité ; 2. par la publicité qui met les pouvoirs occupés de cette recherche sous les yeux des citoyens ; 3. par la liberté de la Presse qui provoque tous les citoyens eux-mêmes à chercher la vérité et à la dire au pouvoir » (je souligne). On ne pourrait mieux cibler les chevaux de bataille de Constant dans sa lutte pour contenir le pouvoir5.

5Chez celui-ci, l’éveil et l’engagement politiques datent des années 90, c’est à dire d’un moment où la Révolution et la mise en place d’une fragile res publica accordent à la parole et au mot une importance et un champ de manouvre politiques sans précédent. La nature et la fonction de la rhétorique révolutionnaire, l’art oratoire de ces années agitées, et le brusque surgissement d’une presse de combat ont fait l’objet d’analyses serrées de la part de spécialistes. Je ne m’attarderai donc pas sur cette émergence ponctuelle, si ce n’est pour dire que Constant s’y fait les armes et qu’il est pris de façon irrésistible dans le courant contemporain de mobilisation et de médiatisation du mot. Mis de côté ce facteur conjoncturel, il s’agit de souligner la spécificité de Constant par rapport à la plupart des autres membres du cercle de Coppet : il était non seulement l’un des gouvernés, mais aussi à divers titres (député, conseiller d’état...) l’un des gouvernants. Il s’est donc trouvé tour à tour sujet et objet du pouvoir, émetteur et récepteur. Voilà l’une des raisons d’être de la diversité de ses armes de combat verbal ; cours, discours, articles de journal, projets de constitution (dont la jeune mort-née des Cent-Jours dite la Benjamine), sans oublier bien entendu des ouvrages à part entière.

6Mon propos portera donc sur trois catégories d’écrits. La première – la plus étendue – est celle de la mise en place des éléments qui étayent ce qui peut s’appeler, faute de mieux, une dynamique de la délibération. Cette catégorie nous mène depuis des considérations d’ordre linguistique dans les Principes de politique de 1806 jusqu’aux signes annonciateurs de ce qui équivaut à une théorie de la communication que recèle De l’esprit de conquête, et qui s’étend au delà dans les écrits à suivre. Parallèlement, le regard tourné vers le passé évolue en vision d’avenir. Etant donné les modalités de travail et d’écriture constantiennes que l’on connaît et qui ont été analysées à fond par Etienne Hofmann, il ne faut pas s’étonner de trouver des reprises, des redites et des recoupements dans l’enfilade des textes passés en revue, aspect scriptural qui ne sera pas approfondi ici. La deuxième catégorie, celle du militantisme et de la combativité, cible certains écrits où Constant défend la liberté d’expression, qu’elle se présente sous forme orale ou écrite, lorsque celle-ci est menacée. Ce combat s’insère bien entendu dans la guerre généralisée que mène le publiciste contre l’arbitraire, en fait contre toute atteinte à un système représentatif en règle. Troisième et dernière catégorie : celle du glissement sémantique idée-opinion. Cela va de soi, mais il faut le souligner, les trois catégories ci-dessus ne sont pas étanches.

  • 6 Citations provenant de Benjamin Constant, Principes de politique applicables à tous les gouverneme (...)
  • 7 P. 30. L’article de Lucien Jaume dans le présent volume fait ressortir toute l’importance de la no (...)

7Commençons par citer deux morceaux bien connus qui soulignent la puissance énergétique de l’opinion, et dont les variantes réapparaissent dans des écrits ultérieurs : « Les opinions se combattent et de leur choc naît la lumière », puis « C’est [...] aux idées seules que l’empire du monde a été donné ». On trouve également ceci dans Des suites de la Contre-révolution en Angleterre : « Sans la puissance de l’opinion, il n’exista jamais de puissance nationale6 ». La place privilégiée et le rôle pivot de l’opinion se maintiennent tout au long des Principes de 1806. Dès le Livre I de cet ouvrage on trouve « c’est dans les opinions que les intérêts cherchent des armes7 » ; le Livre II prend la relève : « Il se forme à l’égard de toutes les vérités que l’on parvient à environner de preuves incontestables une opinion universelle qui bientôt est victorieuse » (56), puis au Livre III : « tout ce qui tient à la pensée, à l’opinion est individuel » (77). Dès ses débuts, et non sans quelques effluves rousseauistes, Constant met en rapport opinion, vérité, pouvoir et délibération tout en récupérant le caractère bifrons de l’opinion : individuelle d’une part et collective de l’autre. Elle est toutefois un composé hétérogène fait de faisceaux qui peuvent être plus ou moins vrais, ou justes, ou éclairés (on touche implicitement ici à la binarité opinion d’élite/opinion des masses ou de la collectivité, qui marque l’un des tournants dans l’évolution du concept d’opinion publique à l’époque où paraissent ces déclarations). Le fond de la pensée de Constant nous pousse pourtant à creuser davantage. Voici ce qu’il écrit au chapitre 3 du Livre VII, passage qui réapparaît dans les Réflexions sur les constitutions et les garanties (1814) et dans les Principes de politique de 1815. Le passage est cité in extenso vu son importance : « Supposons une société antérieure à l’invention du langage et suppléant à ce moyen de communication rapide et facile par des moyens moins faciles et plus lents. La découverte du langage aurait produit dans cette société une explosion subite. L’on aurait attaché sans doute une gigantesque importance à des sons encore nouveaux et bien des esprits prudents et sages auraient pu regretter le temps d’un paisible et complet silence. Mais cette importance se serait usée graduellement. La parole serait devenue un moyen borné dans ses effets. [...] Il en sera de même de la presse, partout où l’autorité [...] ne se mettra pas en lutte avec elle » (131). Cela revient à accorder à la transmission de la pensée et des opinions une place aussi significative et révolutionnaire dans la communication et ses retombées sociales que le langage lui-même. Nous sommes en pleine galaxie Gutenberg.

  • 8 P. 137-138 ; repris presque 20 ans plus tard dans le Commentaire sur l’ouvrage de Filangieri, Pari (...)
  • 9 Citation tirée de la brochure Observations sur le discours prononcé par S.E. le Ministre de l’Inté (...)

8Les chapitres 3 à 5 du Livre VII, toujours dans les Principes de 1806, traitent tous de « La manifestation de la pensée ». Ils contiennent des déclarations telles que « La seule sauvegarde des formes est encore la publicité » (136), et Constant de nous rappeler un peu avant que dans ce qu’il nomme « les grandes associations des temps modernes » cette publicité, autrement dit cette diffusion des idées et des informations, ne peut s’effectuer que par la presse vu la complexité croissante des structures sociales (135). Restreindre la liberté de la presse serait restreindre « toute la liberté intellectuelle de l’espèce humaine » ! Nous frisons l’hyperbole, mais le point est marqué. « L’opinion publique », poursuit-il, « est la vie des Etats. Quand l’opinion publique ne se renouvelle pas les Etats dépérissent et tombent en dissolution8. » Au Livre XIII, on apprend que l’opinion publique peut prévenir la guerre (345) et au Livre XVI Constant accorde à l’opinion une aura éthique en la qualifiant de « sorte de sens moral » qui est « le fruit du loisir, de la sécurité, de l’indépendance intellectuelle » (443). Finalement, on lit dans une brochure de 1814 consacrée à la liberté de la presse qu’« il n’y a point de durée pour une constitution, sans opinion publique, et il n’y a point d’opinion publique, sans liberté de la presse », constatation renforcée, comme c’est si souvent le cas chez cet écrivain, par une image : « Quand cette liberté est étouffée, les grands corps de l’Etat sont des masses isolées de la nation, sans vie et sans force véritable9 ».

  • 10 Benjamin Constant, De l’esprit de conquête et de l’usurpation, éd. Ephraïm Harpaz, Paris, Garnier- (...)

9Cette image de désolation est dans le ton de celles que l’on trouve dans De l’esprit de conquête, où Constant joue sur plusieurs fronts, entre autres le circonstantiel, l’historique, et l’ontologique (par quoi il faut entendre une certaine vision de la condition humaine)10. La dramatisation d’une opinion rendue muette et la fracture sociale qui s’ensuit prend tout son sens lorsqu’on constate que c’est dans la célèbre philippique de 1814 que l’auteur trace pour la première fois – du moins dans un écrit non-fictif – les traits saillants, peut-être faudrait-il dire l’esprit, ou la mentalité, du monde contemporain et de celui à venir. Les indices de cette modernité correspondent en tous points à la désarticulation contenue dans l’image évoquée plus haut. Par suite des effets de ce qu’on nomme aujourd’hui la globalisation et de ce que Constant, ayant en tête un globe à l’échelle de l’Europe, appelle uniformité, les liens organiques traditionnels qui assurent à tous les niveaux des moyens de communication entre les divers éléments de la société s’éclipsent et cèdent la place à des réseaux plus complexes où les formes de communication se modifient de façon radicale. Contrairement à Burke, qui, dans un grand nombre de ses écrits parus après la Révolution française évoque avec nostalgie l’âge d’or d’un monde traditionnel disparu, Constant cherche résolument à comprendre le monde de son temps, à s’y adapter, à y faire face, à le théoriser, et bien entendu à avoir un impact sur lui.

10L’écrit catalyseur qui marque le tournant est De l’esprit de conquête, et cela malgré le fait que cet écrit contient de nombreux passages datant d’une époque antérieure. C’est dans cet ouvrage que s’inscrit l’image, voire la vision d’un monde qui est celui du commerce ou des conventions légales, ce qui, dans le schéma historique de Constant, correspond à l’époque en cours et à son déroulement. Il s’ensuit que l’opinion publique, si l’on s’en tient à la grille d’Habermas, se transpose en instrument qui cimente les morceaux épars d’un ensemble social rendu dépersonnalisé par la dissolution de sa cohésion interne d’autrefois. Autrement dit, l’opinion émanant d’une élite éclairée évolue en celle, issue des mœurs et des masses, d’un public formé et informé par ce qui se dit aujourd’hui les « médias ». Dans De l’esprit de conquête, le commerce – entendons un réseau de communications – structure une cohérence faite d’interdépendances. C’est, au dire de Constant, le commerce, ayant dans son sillage l’industrie, qui est à la base de « la situation des peuples modernes », et ce sont « ses ramifications infinies et compliquées » qui « ont placé l’intérêt des sociétés hors de leur territoire » (88-89). Le commerce, vu sa nature, incite à certains besoins (p.e., le repos, l’aisance, la paix) qui à leur tour déterminent certaines mentalités. L’ouvrage, fidèle à son titre, abonde d’ailleurs en variantes du vocable « esprit » : esprit public, esprit du siècle, etc... C’est dans le deuxième des chapitres surajoutés à la quatrième édition que l’auteur valorise le commerce en tant que système de communications (261-62). Il y privilégie le commerce des idées, soit dit-il un mécanisme libre-échangiste au niveau de la presse qui fournit « à la pensée des organes » (261). Dans le chapitre qui précède, l’auteur chante la liberté de la presse (« à laquelle il faut toujours revenir [...], dont la violation est [...] un crime d’Etat ») et constate que « l’opinion modifie insensiblement dans la pratique les lois et les institutions qui la contrarient » (243). Il soutient dans son Avertissement que « l’opinion générale ne se composant que des opinions particulières, il était aujourd’hui du devoir impérieux de chacun de concourir à la formation d’un esprit public [...] pour la délivrance de la race humaine » (71).

  • 11 Une première mouture de ce chapitre paraît déjà au Livre XV, ch. 3 des Principes de 1806.

11Le remède est ainsi dans le mal. Le « devoir impérieux » de tout un chacun de délivrer la race humaine en concourant à la formation d’un « esprit public » est un appel à l’engagement. Voilà comment guérir les maux détaillées au chapitre 13 de la première partie de L’esprit de conquête, qui traite de l’uniformité et trace à grands traits le malaise du monde moderne11. Dans l’état moderne, à savoir dans le grand état, rendu encore plus grand par ses tentacules commerciales, le patriotisme s’estompe, et il revient à une presse libre, à la publicité, à savoir, à l’ouverture et aux échanges, de préserver ce qui serait aujourd’hui désigné par patrimoine ou lieux de mémoire, sans oublier cette belle expression anglaise : the commonality of experience. Nous sommes à l’une des jonctions combatives de la vie de Constant (1813-14) et celui-ci se met en lice.

12Il n’est guère possible de passer en revue tous les écrits militants de Constant traitant de la liberté d’opinion et de la presse, libertés qui soustendent toutes les autres. Les écrits de l’arène – appelons-les ainsi – peuvent se grouper en discours, articles de journal, et brochures. Ce qui différencie leur contenu de ceux des textes évoqués ci-dessus, mis à part leur contexte circonstantiel, n’est pas tant leur substance, mais leur style. Autrement dit, il y a changement de ton mais non de fond. La présence d’interlocuteurs plus ou moins visibles, individuels ou collectifs, nécessite des stratégies discursives autres. Un besoin plus aigu de persuasion immédiate fait que Constant laisse de côté un style plus oratoire (phrases plus longues dans l’ensemble ; recours aux formules de type maxime...), somme toute moins lapidaire et intense, au profit de celui dont il se sert lorsqu’il se positionne en gladiateur. C’est dans l’arène de la polémique que se profilent des phrases plus hachurées, parfois du genre parataxique. On peut y noter un recours à des anaphores, des accumulations, et d’autres procédés visant à produire sur le lecteur/interlocuteur/spectateur ou bien sur l’adversaire, l’ennemi à abattre, un effet choc.

13Voici, en ordre chronologique, quelques échantillons retenus dans la masse des écrits polémiques traitant de la liberté de la presse :

  1. De la liberté des brochures, des pamphlets et des journaux (1814) ;
  2. Questions sur la législation actuelle de la presse en France (1817) ;
  3. Article dans La Minerve française sur le rétablissement de la censure des journaux (fin février 1820) ;
  4. Discours à la Chambre des Députés sur la censure des journaux (séance du 7 juillet 1821).
  • 12 Et ceci parfois à la lettre ; en 1822, il se serait battu en duel contre Forbin des Issarts en pos (...)

14Ces textes tournent autour de trois points chauds dans la vie politique de Constant : l’année 1814, celle donc de la première Restauration où tout était à refaire, où Constant manœuvra en pure perte pour placer Bernadotte sur le trône de France et, lorsque cette entreprise échoua, se positionna en sauvegarde d’un système représentatif libéral ; le retour en France en 1817 et l’effort de Constant de se refaire une place sur la scène politique après la mésaventure des Cent-Jours ; le début des années 20, qui correspond à la mise en place d’une période de répression marquée avec éclat par l’assassinat du duc de Berry et durant laquelle s’instaure un régime de censure contre lequel Constant allait lutter de toutes ses forces12.

15L’arme de base dont se sert le publiciste est celle de la loi. La Charte de 1814 entérine la liberté de la presse. En avril 1815 Constant rédige de sa plus belle plume l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire, c’est-à-dire le document qui était destiné à devenir la Constitution des Cent-Jours. Cet Acte subit le même sort que le régime qu’il était sensé étayer, mais son auteur y attacha beaucoup d’importance. Malgré certains compromis inévitables, il se vantera dans ses Mémoires sur les Cent-Jours du caractère libéral de son texte constitutionnel par rapport à la Charte. Voici ce qu’on lit à l’article 64 de l'Acte additionnel : « Tout citoyen a le droit d’imprimer et de publier ses pensées, en les signant, sans aucune censure préalable, sauf la responsabilité légale, après la publication, par jugement par jurés, quand même il n’y aurait lieu qu’à l’application d’une peine correctionnelle ». Liberté, oui, mais en même temps prévention des abus du type calomnies, libelles, etc... Constant était prévoyant tout en étant méfiant. Au chapitre six des Principes de 1815, qui est consacré aux conditions de propriété (et par extension aux modalités électorales et d’éligibilité à certains postes) on trouve ces phrases quelque peu surprenantes : « Cette propriété qu’on nomme intellectuelle ne réside que dans l’opinion. S’il est permis à tous de se l’attribuer, tous la réclameront sans doute, car les droits politiques deviendront non seulement une prérogative sociale mais une attestation de talent », et, un peu plus loin, « Les professions libérales demandent plus que toutes les autres peut-être, pour que leur influence ne soit pas funeste dans les discussions politiques, d’être réunies à la propriété » (Œuvres, 1152-53), par quoi il entendait quelque chose de plus concret que le bagage intellectuel ! En 1815, il fallait savoir être équilibriste.

  • 13 Questions sur la législation actuelle de la presse en France et sur la doctrine du ministère publi (...)
  • 14 A ce propos, il faut noter que ces mots paraissent en fin de titre de De la liberté des brochures. (...)

16Commençons par la brochure de 1817 où Constant soulève en légiste la question de la saisie des écrits et celle de la responsabilité des auteurs et imprimeurs lors d’un débat sur la soumission à la censure des ouvrages ayant moins de 20 feuilles. Les écrits les plus sujets à la répression par la censure seront effectivement ceux qui sont courts (pamphlets, brochures, journaux) vu leur efficacité comme systèmes de communication. Quels tribunaux, Constant demande-t-il, sont habilités à juger les écrivains, à interpréter leurs phrases, à les condamner sur ces interprétations, même lorsque ceux-ci protestent ? Et à l’auteur d’ajouter « avec quelle facilité, en isolant des phrases, on pouvait rendre criminel ce qui ne l’était pas », et de rappeler que les jurés qui sont chargés de juger des écrits doivent être « les représentants de l’opinion publique13 ». En somme, le système de censure peut facilement dégénérer en système inquisitorial. Sur ce terrain glissant, Constant aura à lutter non seulement contre des systèmes, mais aussi contre des adversaires qui le visent plus particulièrement. A partir de 1819, Constant journaliste se voit en position défensive. Il s’attaque à la censure mais plus encore à ceux qui abusent de la liberté de la presse, c’est-à-dire ceux qui le calomnient dans des journaux qui lui sont à présent hostiles. La liste s’étend : Journal de Paris, La Quotidienne, Le Drapeau blanc, L’Etoile... En même temps, les journaux-refuges comme Le Mercure de France, La Minerve française et La Renommée disparaîtront un à un. Constant s’abritera alors du côté du Courrier français. Censure d’une part, abus de l’autre, le journaliste pourchassé se sent battu en brèche. Ce sera à la Chambre des Députés – séance du 7 juillet 1821 – qu’il donnera libre cours à sa fougue dans un de ses plus beaux morceaux de bravoure. Style haletant, tranchant, fait de répétitions qui martellent : « Le principe de la censure est contraire à l’essence de notre gouvernement ; il est contraire à la lettre de la Charte ; il est contraire à des droits qui ont précédé la Charte elle-même, à des droits naturels qui ne sont jamais une concession ; il est contraire aux intérêts des individus qu’il livre à l’arbitraire et dépouille de tout moyen de réclamation ; il est contraire aux intérêts de l’autorité, contre laquelle il soulève tous les ressentiments et qu’il prive de toute lumière » (Œuvres, 1329). L’argumentation en tant que telle n’est pas nouvelle : telle idée, telle mesure est répréhensible au niveau des mœurs ; elle est non seulement absurde et illogique, elle finit par se retourner contre ceux qui veulent l’instituer. Ainsi arguaient les combattants des Lumières tels que Voltaire dans son offensive contre l’intolérance. Constant s’en prend toutefois ici plus spécifiquement à la liberté d’opinion. Sa lutte se situe par suite sur un terrain voisin, et l’absurde (développé par la suite dans son discours), ainsi que le retournement contre l’initiateur d’une mesure répressive soulignent la puissance politique irréversible de l’opinion14.

  • 15 Benjamin Constant, Recueil d’articles, t. II, éd. Ephraïm Harpaz, Genève, Droz, 1972, p. 1179.

17L’article de la Minerve française, qui attaque le rétablissement de la censure des journaux, contient des reprises de passages datant d’une époque antérieure et a par suite des résonances moins combatives. La phrase qui suit, où l’auteur explique pourquoi la censure des journaux est particulièrement nocive, vaut pourtant la peine d’être relevée : « Dans les grandes associations de nos temps modernes [expression récurrente], la liberté des journaux est le seul moyen de communication entre les diverses parties d’un empire, et par conséquent la seule garantie de publicité », constatation appuyée par les exemples que nous fournit l’histoire15. On y revient au rôle spécial assigné à la presse vu « l’immensité des empires » du monde moderne, celui d’opérer la soudure des morceaux épars d’une société désarticulée. « Pour que les journaux produisent [un] effet noble et salutaire », lit-on dans De la liberté des brochures..., « il faut qu’ils soient libres. Quand il ne le sont pas, ils empêchent bien l’opinion de se former, mais ils ne forment pas l’opinion. On lit leurs raisonnements avec dédain et leurs récits avec défiance. » Ceci après avoir déclaré qu’il faut à la France « une opinion juste, forte, indépendante de celle de Paris sans lui être opposée, et qui [...] ne se laisse jamais aveugler par une opinion factice » (Œuvres, 1267 et 1265). Les mêmes interdépendances réapparaissent à chaque coup.

  • 16 Voir Benjamin Constant, De la liberté chez les modernes, éd. Marcel Gauchet, Paris, Livre de poche (...)

18Dans quel sens Constant, qui n’avait pas lu Habermas, entendait-il les termes d’opinion et d’opinion publique, et comment comprendre le glissement sémantique ou peut-être le glissement tout court depuis « idées » à « opinions » que l’on note dans son œuvre ? Cette question doit bien entendu se poser dans un cadre plus large, à savoir, quel sens – dans tous les sens du mot – faut-il attribuer aux glissements, aux variantes, à la substitution d’un mot à un autre, dans les états successifs d’un morceau de texte constantien ? Véritable boîte de Pandore, vu la pluralité des explications ou interprétations possibles : faut-il voir là une évolution qui se profile, un tour stylistique de type opportuniste ou de mise à jour, une simple négligence ou indifférence, ou rien de plus qu’un souci d’écrivain voulant faire montre d’un tour de phrase nouveau plutôt que de se répéter intégralement ? Limitons-nous à présent à un cas de figure pertinent : « C’est cependant aux idées seules que 1’'empire du monde a été donné » et « C’est cependant aux opinions seules que l’empire du monde a été donné ». La première de ces citations paraît au chapitre VII d'un ouvrage datant de 1796 (Force, 78), chapitre consacré aux « Avantages du gouvernement républicain ». La deuxième est l’une des « Pensées détachées » venant en fin des Mélanges de littérature et de politique, sorte de collage d’écrits récents et moins récents publié en 1829 lorsque Constant espérait se faire élire à l’Académie française16. La variante de 1829 dérive sans le moindre doute de la phrase dans Force. Mais, quelle que soit la date précise à laquelle Constant l’aurait rédigée, il reste que l’espace qui sépare les deux parutions recouvre quasiment la totalité des 40 ans d’identité de prise de position dans sa défense de la liberté dont Constant se réclame dans la préface des Mélanges. On est donc en droit de supposer que Constant attribue à ces deux mots une signification semblable.

  • 17 Dans sa présentation sur « Le Progrès désenchanté » (voir ci-dessus), Florence Lotterie nous a sen (...)
  • 18 Encyclopédie, t. 11, p. 507. L’article est de Boucher d’Argis.

19Le vocable « idée » essaime dans les écrits de Constant à investissement téléologique, tels que De la perfectibilité de l’espèce humaine ou certains chapitres de Force, sans parler de l'Histoire abrégée de l’égalité17. Il en est de même d’« opinion », mais on peut toutefois discerner une tendance au cours des décennies où « idée » est en recul (sauf si un texte est ressuscité tel quel) par rapport à « opinion » et la lexie qui s’y associe. Cette propension s’explique sans doute par le fait que chez Constant le sens et l’emploi d’opinion ou du terme opinion publique (puisqu’il s’agit invariablement du champ public ou politique) incorpore celui de l’episteme platonicien tout en maintenant la forme lexicale de doxa. On le devine par les nombreux passages cités ci-dessus, et on le comprend d’autant mieux si on situe la pensée constantienne dans son cadre historiciste. L’éminent constantien Pierre Deguise a rappelé au cours du présent colloque que Constant se sert souvent de l’expression « vérités partielles ». Il s’agit là non seulement d’une élégance de langage – on contourne le mot « erreur » ou « abus » – mais avant tout de la notion d’un monde en devenir, en mouvement continu, où les règles du jeu changent sans cesse. Ainsi doxa, opinion, définie dans l'Encyclopédie comme « mot qui signifie une créance fondée sur un motif préalable, ou un jugement de l’esprit douteux et incertain », et par conséquent différencié de « l’empreinte de la vérité », peut, grâce au caractère mouvant de la vérité chez Constant s’associer à elle18.

  • 19 Encyclopédie, t. 8, p. 489. L’article est de Jaucourt.

20L’écart entre une opinion faillible et celle, non faillible, qui se placerait au niveau de l’idée – « premier degré de nos connaissances [...] toute la logique en dépend » lit-on dans l'Encyclopédie – semble donc franchi19. Le glissement sémantique de Constant correspond dans ce cas à un glissement conceptuel. C’est ainsi qu’opinion, opinion publique, et publicité acquièrent tout leur sens moderne dans la pensée de Constant et que nous sommes en mesure de comprendre le pouvoir clef dont elles sont investies dans « les grandes associations des temps modernes ».

Notes

1 Benjamin Constant, De la force du gouvernement actuel et de la nécessité de s’y rallier (1796), éd. Philippe Raynaud, Paris, Flammarion, 1988, p. 73. Dorénavant cité Force.

2 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1996 ; Droit et démocratie. Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997.

3 Espace public, p. 105-106. L’ouvrage de Sébastien Mercier auquel se réfère Habermas s’intitule Notions claires sur les gouvernements, Amsterdam, 1787.

4 Toujours d’après Habermas, mais l’expression est de Guizot.

5 G. Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif en Europe, t. II, Bruxelles, p. 10-11. Voir également l’article de Mauro Barberis, « Thermidor, le libéralisme et la modernité politique », in 1795 – Pour une république sans révolution, sous la direction de Roger Dupuy et Marcel Morabito, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996, p. 123-141. Il est vrai que Barberis distingue entre « libéralisme de règle » (celui de Constant) et libéralisme des contre-pouvoirs (celui de Guizot), p. 132.

6 Citations provenant de Benjamin Constant, Principes de politique applicables à tous les gouvernements, t. II, éd. Etienne Hofmann, Genève, Droz, 1980, p. 411, dorénavant cité Principes de 1806 ; Force, p. 78 ; Des suites de la contre-révolution de 1660 en Angleterre, Paris, an VI, p. 94. Cf. un passage révélateur de « Thermidor... », où Barberis parle « d’une véritable phénoménologie de l’opinion publique du Directoire » et se réfère à un article de Constant dans La Sentinelle du 11 Fructidor an V (28 août 1797 ; non répertorié par E. Harpaz) intitulé « Nécrologie de Louvet » où il écrit à la p. 2 « [Louvet] a été brisé par ce fléau de temps de parti, par ce qu’on appelle l’opinion publique, par cette opinion qui se compose des mensonges de quelques uns, de la malignité de plusieurs, de la sottise de presque tous », p. 137-138. C’était l’époque de la réaction monarchiste !

7 P. 30. L’article de Lucien Jaume dans le présent volume fait ressortir toute l’importance de la notion d’intérêt chez Constant.

8 P. 137-138 ; repris presque 20 ans plus tard dans le Commentaire sur l’ouvrage de Filangieri, Paris, Dufart, 1822-24.

9 Citation tirée de la brochure Observations sur le discours prononcé par S.E. le Ministre de l’Intérieur en faveur du projet de loi sur la liberté de la presse (1814), dans Benjamin Constant, Œuvres, éd. Alfred Roulin, Paris, Gallimard, 1957, p. 1295.

10 Benjamin Constant, De l’esprit de conquête et de l’usurpation, éd. Ephraïm Harpaz, Paris, Garnier-Flammarion, 1986.

11 Une première mouture de ce chapitre paraît déjà au Livre XV, ch. 3 des Principes de 1806.

12 Et ceci parfois à la lettre ; en 1822, il se serait battu en duel contre Forbin des Issarts en position assise, celui-ci l’ayant insulté dans la presse.
Les années « chaudes » du Directoire et du Consulat ont été contournées, en partie parce qu’à cette époque Constant se concentrait moins sur la liberté de la presse que dans les années ultérieures. Renvoyons toutefois à Constant tribun où celui-ci qualifie « l’esprit public » de « puissance indomptable » (Opinion sur le mode à adopter pour prendre en considération les pétitions adressées au Tribunat, Tribunat, séance du 22 pluviôse an VIII, Paris, an VIII, p. 13).

13 Questions sur la législation actuelle de la presse en France et sur la doctrine du ministère public relativement à la saisie des écrits et à, la responsabilité des auteurs et imprimeurs, Paris, chez les marchands de nouveautés, 1817, p. 16-19.

14 A ce propos, il faut noter que ces mots paraissent en fin de titre de De la liberté des brochures... : considérée sous le rapport de l’intérêt du Gouvernement.

15 Benjamin Constant, Recueil d’articles, t. II, éd. Ephraïm Harpaz, Genève, Droz, 1972, p. 1179.

16 Voir Benjamin Constant, De la liberté chez les modernes, éd. Marcel Gauchet, Paris, Livre de poche, 1980, p. 604.

17 Dans sa présentation sur « Le Progrès désenchanté » (voir ci-dessus), Florence Lotterie nous a sensibilisés au recours au mot « idée » dans les premiers écrits de Constant.

18 Encyclopédie, t. 11, p. 507. L’article est de Boucher d’Argis.

19 Encyclopédie, t. 8, p. 489. L’article est de Jaucourt.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540