Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Jean-Daniel Candaux

Les visions du bonheur dans une société moderne chez Madame de Staël

Kristin Anders

Texte intégral

  • 1 Madame de Staël, De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations, OC, t. I (...)
  • 2 Pour le premier : Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français, t. (...)
  • 3 Madame de Staël, Des Circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des Principes q (...)

1La période qui suit la Terreur est considérée comme une phase de réorientation. C’est le moment que Madame de Staël met à profit pour élaborer ses conceptions sur la façon dont le développement politique de la France pourrait se poursuivre. Elle en vient, en s’appuyant sur son expérience des années révolutionnaires, à proposer la vision d’un système politique qui pourrait servir de base solide à un renouveau de la société. Ses idées trouvent leur expression, d’une part dans sa théorie de la perfectibilité, et d’autre part dans la conception d’un programme devant servir à l’instauration d’une République en France. En premier lieu, elle analyse les événements politiques des dernières années révolutionnaires dans ses œuvres théoriques « De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations »1, « Réflexions sur la paix »2, et « Des Circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution... »3, et en même temps, elle tire de cette analyse un programme politique pour une société renouvelée. Dans ce programme, ce qui occupe la première place, c’est la réalisation du bonheur des hommes :

  • 4 Ibid., p. 46.

Quel est le but de toute société ? Le bonheur du plus grand nombre4.

  • 5 Auguste de Staël, « Introduction des Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français » (...)

2Madame de Staël présente d’abord ses nouvelles idées républicaines dans son écrit intitulé « Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français », ouvrage qu’elle a fait paraître sous un nom d’emprunt en décembre 1794, c’est-à-dire six mois avant son arrivée à Paris. En s’adressant ainsi à Monsieur Pitt et aux Français, elle veut montrer que désormais, passé le régime de la Terreur, « une liberté raisonnable » peut régner en France « sous la forme d’une république directoriale »5. Cet ouvrage est d’une importance extrême car l’auteur y réfléchit pour la première fois sur le développement politique futur de la France. Ces réflexions sont pleines de son optimisme inébranlable et de sa foi au progrès :

  • 6 Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt..., op. cit., p. 52.

Il faut ramener les Français et le monde avec eux à l’ordre et à la vertu ; mais pour y parvenir, on doit penser que ces biens sont unis à la véritable liberté ; marcher avec son siècle, et ne pas épuiser dans une lutte rétrograde contre l’irrésistible progrès des lumières et de la raison6.

  • 7 Ibid., p. 62.
  • 8 Ibid., p. 68.
  • 9 Voir Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 34 : « Les horreurs de la Révolution sont nées d (...)
  • 10 Madame de Staël, Réflexions sur la paix intérieure, op. cit., p. 156 et s.
  • 11 S. Balayé, Madame de Staël : Lumières et liberté, Paris, Klincksieck, 1979, p. 64.

3Elle exhorte les Français à regarder vers l’avant plutôt que de se consumer dans la nostalgie du passé7. Son argumentation la conduit même à déclarer que, tôt ou tard, la Révolution aurait eu lieu de toute façon. En effet, selon elle, la banqueroute financière du roi en serait la seule cause8. La conclusion qu’elle en tire, à savoir que les événements révolutionnaires, en raison de cette ruine, auraient été inévitables et nécessaires à une évolution de type progressiste – cette conclusion est d’autant plus hardie que la Révolution n’est pas encore sortie de sa phase de crise et de destruction. A partir de ce moment, elle défend l’importance historique de la Révolution, tout en distinguant toujours, cependant, entre le déroulement révolutionnaire proprement dit, et le fourvoiement que représente la Terreur9. Une société fondée sur un nouvel ordre est en train de naître, selon elle, et elle doit trouver sa forme dans le Directoire, sous réserve que les conditions nécessaires soient remplies : la disparition des assignats, l’établissement d’un pouvoir exécutif constitutionnel, et la cessation rapide de la guerre. Cette dernière mesure paraît revêtir pour elle une importance particulière, puisqu’elle publie au cours de l’été 1795 un autre écrit sur la nécessité qu’il y a de mettre fin à la guerre : « Réflexions sur la paix intérieure », ouvrage dans lequel elle prend énergiquement parti pour la préservation de la liberté à l’intérieur d’une république et non d’un royaume. Ce serait une République qui aurait à sa tête des propriétaires, des hommes vertueux et doués de talents10, c’est-à-dire une « république élitiste bourgeoise »11, qui cependant ne devra pas reposer sur le droit de naissance, mais sur la richesse acquise et garantira le bonheur de tous les hommes.

4La crise qui perdure dans la France révolutionnaire, la lutte qui s’engage pour surmonter la période de la Terreur et pour installer la République – tout cela engage l’écrivain à publier en 1796 un autre ouvrage dans lequel, sous la forme d’un résumé retenant l’essentiel, elle compare les buts de la Révolution à la situation présente, et, ce faisant, définit des tâches nouvelles pour la République à construire. Dans le traité « De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations », elle traite surtout la question de savoir si la Révolution a rempli la promesse de garantir le bonheur de tous, et elle réfléchit sur les conditions dans lesquelles les conceptions du bonheur peuvent, dans la République, être réalisées de façon pratique.

  • 12 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressée à M. Pitt et aux Français, op. cit., p. 72  (...)

5Depuis la fin de la Terreur, la fille de Necker est bien forcée de constater que le malheur des temps présents est d’autant plus frappant qu’il contraste avec l’exigence d’un bonheur universel. Ce bonheur de tous a été promis sans cesse, mais jamais atteint jusqu’ici12. Aussi, la question que pose de Madame de Staël est de savoir pourquoi la recherche de l’accomplissement du bonheur, telle qu’elle a été propagée par les écrivains des Lumières, a conduit les hommes à une Révolution et entraîné ensuite d’aussi grands maux.

  • 13 Madame de Staël, Passions, op. cit., p. 5-6.

Oui, c’est dans ce siècle, c’est lorsque l’espoir ou le besoin du bonheur a soulevé la race humaine ; c’est dans ce siècle surtout qu’on est conduit à réfléchir profondément sur la nature du bonheur individuel et politique, sur sa route, sur ses bornes, sur les écueils qui séparent d’un tel but13.

6Pour éclairer plus précisément cette question, il faut d’abord revenir brièvement sur les différentes conceptions du bonheur que le XVIIIe siècle a élaborées.

  • 14 Voir R. Mauzi, L’idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Par (...)
  • 15 Voir à ce sujet M. Delon, Bonheur, in Nouvelle histoire des idées politiques, éd. par P. Ory, Pari (...)
  • 16 Maupertuis, « Eloge de Montesquieu » (1755), in M. Delon, op. cit., p. 71.

7Au commencement de l’époque des Lumières, le bonheur était en relation avec le plaisir. A l’origine de cette découverte du plaisir comme garant du bonheur il y a Descartes, dont la théorie dualiste sépare le corps et l’esprit, ce qui permet à l’esprit de se développer indépendamment du corps et donc de déterminer seul en quoi consiste son bonheur. C’est dans le sensualisme de Locke que le libre exercice des passions et des émotions (plaisir) sera regardé non seulement comme le but de l’homme, mais encore, inversement, comme son moteur. Une vie heureuse doit se nourrir de joies personnelles. La cause de cette forte surestimation du plaisir en tant que caractéristique importante du bonheur est à chercher dans l’opposition que les philosophes mènent contre l’étroitesse théologique du XVIIe, époque où l’on argumente contre le plaisir qui rendrait l’homme dépendant des biens extérieurs et le conduirait nécessairement à souffrir14. Avec la philosophie du XVIIIe siècle, dans laquelle l’individu prend de soi une nouvelle conscience où s’affirme la possibilité, pour chacun, de prendre soi-même en main sa destinée, l’accomplissement du bon heur est élevé au rang de droit universel. Il existe cependant, à l’intérieur de la philosophie des Lumières, différentes conceptions concernant la réalisation du bonheur15. Les philosophes qui continuent la tradition de Descartes, comme Voltaire, les Encyclopédistes et plus tard les Physiocrates, accordent une valeur particulière à la ratio comme garante du progrès social. Ce n’est que dans la mesure où le peuple est instruit et éclairé qu'il peut se libérer de sa misère et être heureux. Un autre aspect d’une conception du bonheur fondée sur la ratio envisage le bonheur comme un équilibre entre des états de conscience, c’est-à-dire qu’on prend la moyenne d’états agréables ou désagréables, pour déterminer ce qu’est le bonheur ou le malheur. En conséquence, l’idéal consiste, pour un Maupertuis, à « procurer la plus grande somme de bonheur qu’il soit possible »16. A l’opposé, Rousseau, qui s’appuie davantage sur le sensualisme de Locke, affirme que seule l’émotion procure à l’individu le vrai bonheur. Ce qui constitue le bonheur de chaque être, ce sont des processus psychiques, prenant leur source au plus profond de l’âme de l’individu. Une conception semblable du bonheur le rattache également aux sentiments, mais en mettant en avant, non plus une existence paisible, mais l’exubérance des sentiments, c’est-à-dire une existence caractérisée par la violence des mouvements de l’âme, par des états d’extrême tension, où le bonheur est vécu dans le caractère exacerbé des émotions. De telles figures constituent des modèles pour les Romantiques, puisqu’elles conduisent évidemment, par leur nature exaltée, à des états pathologiques.

  • 17 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français, op. cit., p. 88 (...)
  • 18 Saint-Just, « Rapport du 13 ventôse an II (3 mars 1794) à la Convention : Sur le mode d’exécution (...)
  • 19 Voir H. Coulet, « Révolution et roman selon Madame de Staël », in Revue d’histoire littéraire de l (...)

8S’interrogeant, en 1796, sur l’aspect individuel et politique du bonheur et exposant les causes qui font que le bonheur peut advenir ou échouer, Madame de Staël en vient à développer une argumentation qui l’oblige inévitablement à réviser les théories du bonheur généralement répandues à l’époque des Lumières. L’époque agitée qu’elle vit, celle qui suit la Terreur, la force à remettre en question des conceptions anciennes et à en élaborer de nouvelles répondant à la situation historique. C’est ainsi qu’elle fixe pour objectifs, dans les ouvrages qu’elle produit entre 1794 et 1799, la nécessité de consolider la république et d’empêcher que la Terreur ne se réveille. Dès les « Réflexions sur la paix », elle avait pris conscience du fait que les hommes qui avaient mené la politique de la Terreur avaient utilisé17, en inscrivant le droit universel au bonheur dans leur Constitution de 1793, les idéaux des Lumières en matière de bonheur pour justifier leur terrorisme. Selon Madame de Staël, Saint-Just pervertit l’idée de bonheur et la fait servir à sa politique de terreur radicale, lorsqu’il déclare : « Le bonheur est une idée neuve en Europe »18, et elle n’aurait jamais signé, pour sa part, une telle déclaration, comme l’affirme Henri Coulet19. Par ce moyen hypocrite, les Jacobins n’auraient eu d’autre but que d’unir les masses mécontentes et les gagner à leur politique. De ce point de vue, on peut comprendre comme un règlement de comptes avec la dictature jacobine le chapitre « De l’esprit de parti », dans les « Passions ».

  • 20 Madame de Staël, Passions, op. cit., p. 173.

Je commence par dire qu’il y a une époque de la révolution de France (la tyrannie de Robespierre) […] ; ce temps est hors de la nature, au-delà du crime […]20.

9Elle constate qu’au nom du bonheur, Robespierre a apporté au peuple des « atrocités » et « toutes les monstruosités morales », ce qui ne s’était pas produit dans les siècles précédents. « L’esprit de parti » serait la plus dangereuse de toutes les passions, car sous le prétexte de la vertu il permet de détruire toutes les vertus. Quiconque adhère passionnément à un parti perd la conscience des conséquences de son action, il se croit vertueux tout en commettant des crimes.

  • 21 Ibid., p. 166.

Il n’est point de passion qui doive plus entraîner à tous les crimes [...] ; et que le but de cette passion n’étant pas personnel à l’individu qui s’y livre, il croit se dévouer en faisant le mal, conserve le sentiment de la vertu en commettant les plus grands crimes [...]21.

  • 22 Voir Madame de Staël, Passions, op. oit., p. 175 : « L’esprit de parti [...] présente les malheurs (...)

10Malgré des crimes épouvantables, ces hommes de parti n’éprouvent, sans doute, aucune culpabilité, car ils se bercent dans l’assurance d’avoir agi dans une bonne intention. Son reproche le plus important cependant, Madame de Staël l’élève contre la prétention qu’ont les membres d’un parti d’utiliser le malheur présent des hommes pour réclamer en son nom des sacrifices en vue d’un avenir nouveau et d’un bonheur politique. Un avenir immortel, c’est, selon « l’esprit de parti », le bonheur politique pour tous22. Madame de Staël estime que ces hommes de parti ont confisqué l’idée développée par les Lumières d’un bonheur universel et l’ont, pervertie dans leurs discours politiques. L’auteur entre ici en conflit avec cette idée d’un bonheur universel pour tous, conception fermement établie au XVIIIe siècle, mais qu’elle doit repousser du moment qu’elle s’oppose aux tenants de la Terreur entre 1792 et 1794 et qu’elle considère cette période comme close, tout en désirant empêcher qu’elle se reproduise. Le point de vue qu’elle défend est que le rêve de bonheur que les hommes politiques ne cessent de répandre, ne pourra jamais devenir réalité.

  • 23 Ibid., p. 177.

D’abord l’esprit de parti ne peut jamais obtenir ce qu’il désire ; les extrêmes sont dans la tête des hommes, mais point dans la nature des choses23.

  • 24 Voir Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 205 : « Ni gouvernants, ni gouvernés ne sont heu (...)

11Puisque les hommes de parti sont allés à l’encontre de ce que Madame de Staël considère comme la « nature des choses », leur rêve de bonheur se change nécessairement en cauchemar, les horreurs commises sous leur règne n’apparaissant que comme la conséquence logique de leur rêve. Celui-ci, en quelque sorte, ne fut que le prétexte servant à établir la dictature jacobine, et fonctionna comme un substitutif à l'usage de ceux qui souffraient de la dictature alors qu’on leur promettait le bonheur. Dans les « Circonstances », qu’elle écrivit par la suite et où elle reprend, souvent pour les approfondir, les thèmes principaux des « Passions », Madame de Staël s’en prend au malheur qui, en fin de compte, frappa tout le monde24. « L’esprit de parti » est, selon elle, responsable de ce malheur, et il faudrait que l’Etat comprenne la nécessité qu’il y a à combattre cet esprit ou à l’empêcher toujours de devenir actif, d’autant plus que les masses populaires précisément se laissent facilement séduire.

  • 25 Voir A. Soboul, Précis de la Révolution française, Paris, Editions sociales, 1962, p. 259 : « Dans (...)
  • 26 Voir, supra, le fait que les Jacobins eux-mêmes étaient attachés à la propriété et voulaient ainsi (...)

12Pour le peuple, le bonheur signifie toujours aussi l’obtention de droits et de libertés. Le peuple identifie toujours son élan révolutionnaire vers le bonheur avec son combat pour l’égalité des droits et la satisfaction des besoins élémentaires. Pour Madame de Staël, les Jacobins ont abusé de ces aspirations des masses, car ils ont, soi-disant dans l'intérêt des masses, promulgué des lois25 qui servaient à les maintenir au pouvoir. Mais comme les Jacobins eux-mêmes ne pouvaient, ou ne voulaient atteindre l’égalité espérée26, l’aspiration au bonheur se fit, dans la crise révolutionnaire, de plus en plus pressante et, ainsi, les soulèvements populaires qui se succédèrent en très peu de temps étaient inévitables. Ici apparaît un trait essentiel de la conception que les Lumières se font du bonheur : pour les masses populaires, le bonheur est lié à des intérêts purement matériels. Madame de Staël se voit cependant contrainte d’argumenter contre cette conception qui, en période révolutionnaire, s’avère inopérante et même dangereuse. Les philosophes des Lumières ont donné à leur conception du bonheur une dimension matérielle dans la conviction qu’il fallait accorder aux couches les plus basses de la population la satisfaction de quelques besoins matériels fondamentaux qui leur garantissent certaines possibilités de bonheur. Madame de Staël s’élève contre cette conception, car elle a pu constater que les masses, pour obtenir la satisfaction de leurs besoins, ont combattu au nom du bonheur et de l’égalité pour l’abolition de tous les privilèges des riches. La possibilité qui était donnée de réaliser le bonheur a donc favorisé, chez les masses populaires, un égoïsme matériel et un violent idéalisme.

13Se fondant sur sa propre expérience de la période révolutionnaire, la critique que Madame de Staël adresse à l'idée du bonheur comme idéal révolutionnaire a son origine d’une part dans la condamnation du régime de la Terreur, sous lequel la conception éclairée du bonheur était théoriquement inscrite dans la Constitution, et d’autre part dans la conviction que l’égalité de droits pour tous, telle qu’elle est réclamée par les masses populaires, est irréalisable, l’inégalité représentant, selon elle, un facteur de stabilité dans la société renouvelée. L’espoir d’un bonheur universel partagé par tous les hommes se révèle donc incompatible avec la stabilité de la société. Le droit au bonheur, à son avis, n’a pu être réalisé par la Révolution telle qu’elle s’est déroulée jusque là. Il en découle, pour Madame de Staël, les conséquences suivantes concernant la structure de la société moderne. Premièrement : la société moderne exige une démocratie, une dictature laisserait la voie libre à « l’esprit de parti », un seul parti gouvernant et opprimant la société, et deuxièmement : la société moderne doit avoir pour base l’inégalité, puisque l’égalité de tous ne garantit pas, selon elle, la stabilité.

14Dans la suite du déroulement de la Révolution, le combat que mène Madame de Staël, militante d’une communauté nouvelle et stable, ne se tourne toutefois pas seulement contre les classes inférieures du peuple et contre les Jacobins, mais aussi contre la noblesse de naissance qui, en poursuivant des buts contre-révolutionnaires, cherche à restaurer les conditions sociales qui étaient celles de l’Ancien Régime. Comme Madame de Staël ne veut à aucun prix le rétablissement de l’ancienne situation, il lui faut à présent défendre, contre l’absolutisme et son système de privilèges, les idéaux progressistes des Lumières, et parmi eux celui du bonheur général. Dans ce combat qu’elle mène apparaît bien sa position ambivalente à l’égard des Lumières et de leur conception du bonheur. Tout en considérant comme déstabilisante pour la société l’aspiration des masses populaires au bonheur général, elle avance cependant des arguments en faveur de la réalisation du bonheur général comme but révolutionnaire opposé aux menées contre-révolutionnaires de la noblesse. Elle demande, pour la société nouvelle, une constitution, l’établissement d’institutions libérales, la liberté de la presse, etc., toutes choses qui seraient inconcevables dans une société despotique comme celle de l’Ancien Régime.

  • 27 Madame de Staël, Passions, op. cit., p. 22.

On est d’accord, je pense, sur l’impossibilité du despotisme, ou de l’établissement de tout pouvoir qui n’a pas pour but le bonheur de tous [...]27.

  • 28 Ibid., p. 23.
  • 29 Ibid., p. 34.

15Le bonheur et le despotisme seraient, en conséquence, incompatibles, seule une république libre pourrait garantir le bonheur général. Une « puissance héréditaire » et une « constitution démagogique » sont contradictoires avec la liberté et on doit raisonnablement les rejeter à partir du moment où la raison prouve qu’elles ne servent pas mieux le « bonheur de la société » qu’une puissance naturelle28. Ainsi, c’est comme un argument supplémentaire en faveur du bonheur général de la société qu’apparaît ce credo politique de Madame de Staël : « Dans l’étude des constitutions, il faut se proposer pour but le bonheur, et pour moyen la liberté (...) »29.

16La conception qu’a Madame de Staël du bonheur, qui exige l'établissement d’une république et la stabilisation de la société, se révèle ambivalente. Cette ambivalence s’exprime par le fait qu’elle cherche, dans cette période de renouvellement, à se séparer de certains courants politiques. D’une part, elle condamne le bonheur en tant qu’idéal révolutionnaire des Jacobins, parce que la conception du bonheur élaborée par les Lumières a été pervertie pendant la Terreur, d’autre part elle utilise cette même conception du bonheur comme un moyen de lutter contre la noblesse privilégiée et ses visées contre-révolutionnaires. D’un côté elle ne veut pas reconnaître le bonheur comme but politique, de l’autre elle est forcée de le confirmer en tant que tel. D’où, pour Madame de Staël, une conception du bonheur qui serait union des contraires :

  • 30 Ibid., op. cit., p. 13.

Le bonheur des nations seroit aussi de concilier ensemble la liberté des républiques et le calme des monarchies, l’émulation des talens et le silence des factions, l’esprit militaire au dehors et le respect des lois au dedans30.

17Bien que cette brève définition du bonheur d’une nation ne se trouve pas dans les « Circonstances », mais dans les « Passions », il faut attendre les « Circonstances » pour que Madame de Staël s’intéresse de façon intensive au problème de la réalisation de la République qui créerait les conditions d’un bonheur national. Cela l’amène à développer des idées qui servent de base à sa théorie de la perfectibilité, par laquelle elle se fait le champion d’une société future fondée sur le bonheur universel.

  • 31 Voir E. Behler, « La doctrine de Coppet d’une perfectibilité infinie et la Révolution française », (...)
  • 32 Voir à ce sujet Madame de Staël, De la littérature, éd. par G. Gengembre et J. Goldzink, Paris, Fl (...)

18A la considérer de près, la théorie de la perfectibilité de Madame de Staël fait le lien, de la façon la plus étroite, entre le XVIIIe et le XIXe siècle, c’est-à-dire entre les Lumières et le Romantisme31. C’est principalement à la littérature que Madame de Staël a appliqué sa théorie32, mais cependant elle l’a élaborée à une époque où jamais l’espoir d’une société parfaite n’avait été aussi faible, et en revanche le désir d’une société meilleure jamais aussi fort. Ernst Behler explique que la volonté de libérer l’humanité donne à la Révolution le caractère d’une émancipation universelle et philosophique. On retrouve cette conception dans le premier Romantisme européen qui considérait la littérature et la poésie comme de meilleurs moyens que la politique pour faire progresser cette perfectibilité de l’humanité. Cela explique aussi le lien fort que les Romantiques européens entretenaient avec la Révolution française.

  • 33 Voir B. Constant, De la force du gouvernement actuel de la France et de la nécessité de se rallier (...)
  • 34 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français, op. cit., p. 72
  • 35 Ibid., p. 70.

19C’est au cœur de cette crise que Madame de Staël et Benjamin Constant33 élaborent leur théorie, dont le but est de libérer l’humanité de son malheur et de la conduire à la perfectibilité. L’importance et la nécessité de leur théorie consiste en ce qu’elle est issue certes des Lumières, mais qu’elle veut expliquer un phénomène historique qui dépasse de beaucoup les concepts historiques des Lumières, puisque les philosophes des Lumières ne pouvaient prévoir dans leurs conceptions ni une Révolution, ni un régime de terreur et le chaos qui en résulterait. Madame de Staël et Constant se donnent pour tâche de transformer le chaos en un ordre stable. Comme la philosophie qu’ils furent amenés à développer prétend, en tant que théorie de la perfectibilité, à l’universel, elle ne pouvait, nécessairement, intéresser la France seule. Si la France veut bâtir une société moderne, il faut terminer la guerre à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Dans son écrit politique « Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux François », Madame de Staël cherche à convaincre les Etats européens de reconnaître la République française et de conclure la paix avec elle34. Cette paix permettrait d’arrêter une nouvelle Constitution et de mettre fin à une situation anarchique. Toutes ces conditions favorables profiteraient aux pays européens. La raison et la vertu seraient les vainqueurs de la guerre35. Le caractère moderne de la pensée de Madame de Staël consiste dans le fait qu’elle intègre l’Europe dans sa conception. L’avenir de l’Europe ne sera assuré que si l’avenir de la France aussi est assuré. Un ordre social pacifié unirait tous les intérêts des Etats européens.

  • 36 Voir A. Soboul, Précis d’histoire de la Révolution française, op. cit., p. 387-391.
  • 37 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix intérieure, op. cit., p. 97.

20Tandis que Madame de Staël considère, dans cet essai, la paix en Europe comme garant de la paix en France, elle n’estime pas nécessaire de développer davantage ce point de vue dans l’essai suivant, « Réflexions sur la paix intérieure », puisqu’entre-temps la France a conclu des traités de paix séparés avec quelques pays européens36 ; aussi se concentre-t-elle maintenant sur la paix intérieure du pays. Les tentatives de réconciliation que fait Madame de Staël ne concernent plus les différents pays, mais les partis à l'intérieur de la France37. Elle cherche à voir quelles sont les possibilités, pour les « royalistes » qui défendent, selon elle, une monarchie limitée, et pour les « républicains » favorables à une république propriétaire, de conjuguer leurs intérêts et de s’unir en une seule force afin d’établir en France une société nouvelle fondée sur la liberté et l’ordre public :

  • 38 Ibid., p. 155-156.

C’est un même parti dans ses bases et dans son but : il faut que l’un sacrifie la royauté à la certitude de la liberté ; l’autre, la démocratie à la garantie de l’ordre public […]38.

  • 39 Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 289.

21Mais comme, dans la suite des événements révolutionnaires, la stabilisation du pays se révèle toujours impossible, alors que pour Madame de Staël elle devient le but essentiel, elle rédige un autre ouvrage « Des Circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des Principes qui doivent fonder la République en France », pour exposer ses convictions. Dans ce livre, où pour l’essentiel ses visées sont les mêmes que dans les écrits précédents, elle énumère de façon plus détaillée les causes qui selon elle empêchent la stabilisation de l’état de la société française et par suite l’achèvement, urgent et indispensable, de la Révolution. Parmi ces causes, il y a surtout « l’esprit militaire »39 qui règne en maître depuis si longtemps dans les têtes des révolutionnaires et entrave toute possibilité de bâtir un ordre libéral. Alors que, par le fait de « l’esprit militaire », des hommes sont sacrifiés à la guerre et qu’ainsi la société est détruite, la liberté garantirait, sur la base de l’éducation et de la propagation des Lumières, le maintien de l’humanité et l’amitié entre les hommes. Les Lumières sont la condition de la « perfectibilité infinie de l'humanité » :

  • 40 Ibid., p. 291.

Il faut donc tendre, en France, à l’ascendant des lumières pour fortifier les principes de la Révolution française et pour la garantir de l’esprit militaire qui, de moyen qu’il a été, pourrait devenir résultat, non à l’avantage d’un homme, mais au détriment de la douceur des mœurs et de la modération des lois40.

  • 41 Voir ibid., p. 40 : « La République a devancé les lumières, il faut hâter, par tous les vrais moye (...)

22Un aspect de la théorie de la perfectibilité dont Madame de Staël reconnaît à présent l’importance et la nécessité, c’est l’instruction des masses populaires. Elle a compris que le peuple, qui fut dans la Révolution une force active mais destructrice, devait être instruit, afin que cette force puisse être guidée dans une direction sensée. Par l’instruction du peuple, le progrès des Lumières et par suite également la perfectibilité de la société pourraient être accélérés41.

  • 42 Voir Madame de Staël, Considérations, op. cit., p. 63.

23Le triomphe des Lumières aiderait l’humanité dans sa marche vers un avenir meilleur. D’autre part, elle reconnaît, dans son analyse des événements, que cette crise de l’histoire de l’humanité était inévitable, sa fonction étant de provoquer dans la pensée des écrivains, des hommes politiques et des révolutionnaires un bouleversement qui les pousse à croire possible le perfectionnement de l’homme42. Elle se souvient elle-même, à ce sujet, de Condorcet, qui, alors même qu’il était en fuite pour échapper à la persécution des Jacobins, composa son livre sur la perfectibilité : « Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain » :

  • 43 Ibid., p. 305, suite de la citation : « [...] et il nourrissoit cet espoir sous la hache des bourr (...)

M. de Condorcet, lorsqu’il fut mis hors la loi, écrivit sur la perfectibilité de l’esprit humain un livre [...] dont le système général est inspiré par l’espoir du bonheur des hommes [...]43.

24La théorie de la perfectibilité, que Madame de Staël élabora dans ces années révolutionnaires dans le but de délivrer l’humanité de sa condition malheureuse et de la conduire à une société heureuse, apparaît certes encore imparfaite, mais déjà elle montre l’esprit optimiste de l’auteur. Ce n’est que dans « De la littérature » qu’elle parvient à donner à sa théorie une dimension historique. Tandis que dans les années 1794-1799 ce sont les années révolutionnaires qui forment le socle de sa théorie, par la suite elle l’appliquera à l’ensemble de l’histoire de la chrétienté, prenant en compte également le développement de la littérature européenne.

25Tandis que la théorie de la perfectibilité contient le programme idéal que Madame de Staël élabore pour une société future, sa conception de l’état actuel de la société française constitue un programme concret de mesures, qui répond à la même nécessité que la théorie de la perfectibilité : sortir la France et les Français de leur malheur :

  • 44 Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 205.

Dans cet Etat, qui est heureux ? Personne en France44.

  • 45 G. Gengembre et J. Goldzink, « Une femme révolutionnée : le Thermidor de Madame de Staël », in « L (...)
  • 46 Voir Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 89 : « [...] refuser à jamais ce nom [républicai (...)
  • 47 Ibid., p. 66.
  • 48 Ibid., p. 95.
  • 49 Ibid., p. 106 et s.
  • 50 Ibid., p. 111.
  • 51 G. Gengembre et J. Goldzink, « Une femme révolutionnée : le Thermidor de Madame de Staël », op. ci (...)

26Dans des temps chaotiques et incertains, Madame de Staël juge que la République, dont les contenus doivent être consolidés, est la seule voie possible vers la société future, car « ni liberté, ni égalité, ni bonheur ne sont établis : l’espérance révolutionnaire a-t-elle donc fait faillite ? »45. L’espoir d’une société nouvelle qui anime Madame de Staël est d’autant plus fort qu’elle considère la période suivant la Terreur comme la possibilité d’un recommencement absolu. En premier lieu, elle estime nécessaire d’éloigner les idées terroristes de tous les secteurs politiques, parce qu’elles sont marquées toujours par les crimes et la violence46, et afin que les républicains, qui garantissent le progrès et le renouvellement de la société, puissent diriger les destinées du pays. Madame de Staël justifie ainsi cette prise de position : les républicains disposent, premièrement d’un parti, dont le principe supérieur est la liberté47 et qui repose sur les idéaux de la Révolution et la philosophie des Lumières48, deuxièmement d’une armée qui protège le Directoire, sous l’autorité des républicains, contre les ennemis intérieurs et extérieurs. Sur cette base, la tâche à accomplir ne consistera plus alors qu’à unir tous ceux qui tiennent pour le progrès, afin qu’ils puissent influencer l’opinion publique49 par ce progrès et que la société se trouve fortifiée par le consensus. Gagner l’opinion publique à la cause de la République, c’est la tâche la plus périlleuse dans la mesure où les souhaits personnels des citoyens doivent être respectés sans perdre de vue le but général50. Si les Français retournent à leur vie quotidienne et parviennent à acquérir une certaine aisance, ils accepteront mieux la République qui peut protéger leur bienêtre. La propriété forme ainsi la base de la République et rend stable le bonheur de tous : « La propriété, c’est la République. Moyen privilégié d’assurer le bonheur de tous, but de société, source d’émulation, elle fonde le lien social »51. C’est pourquoi tous les moyens sont bons pour atteindre ce but important, et en particulier la fin immédiate de la Révolution.

27Jamais par la suite Madame de Staël ne s’interrogera sur la forme à donner à une société moderne d’une façon aussi intense que dans cette période révolutionnaire, qu’elle considérait comme une phase de recommencement où les Français pourraient apprendre à vivre heureux en commun, les Français qui s’étaient jetés dans un tel chaos qu’une transformation de la société était évidemment nécessaire. Les idées de Madame de Staël concernant cette organisation de la société ne purent être autre chose que des visions, mais ce sont des visions qui restent importantes aujourd’hui encore.

Notes

1 Madame de Staël, De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations, OC, t. III, Paris, Treuttel et Würtz, 1820, p. 1-298, par la suite abrégé en Passions.

2 Pour le premier : Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français, t. II, OC, op. cit., p. 35-94, pour le second Réflexions sur la paix intérieure, t. Il, op. cit., p. 95-172.

3 Madame de Staël, Des Circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des Principes qui doivent fonder la République en France, éd. critique par L. Omacini, Paris-Genève, Droz, 1979, par la suite abrégé en Circonstances.

4 Ibid., p. 46.

5 Auguste de Staël, « Introduction des Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français », in Madame de Staël, t. II, op. cit., p. 36.

6 Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt..., op. cit., p. 52.

7 Ibid., p. 62.

8 Ibid., p. 68.

9 Voir Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 34 : « Les horreurs de la Révolution sont nées des obstacles qu’elle a rencontrés. La République est arrivée en France avant les lumières qui devaient préparer la République. » ; voir aussi Madame de Staël, « Considérations sur la Révolution française », éd. par J. Godechot, Paris, Tallandier, 1983, p. 63 : « La révolution de France est une des grandes époques de l’ordre social. Ceux qui la considèrent comme un événement accidentel, n’ont porté leurs regards ni dans le passé, ni dans l’avenir. Ils ont pris les acteurs pour la pièce ; et, afin de satisfaire leurs passions, ils ont attribué aux hommes du moment ce que les siècles avoient préparé ».

10 Madame de Staël, Réflexions sur la paix intérieure, op. cit., p. 156 et s.

11 S. Balayé, Madame de Staël : Lumières et liberté, Paris, Klincksieck, 1979, p. 64.

12 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressée à M. Pitt et aux Français, op. cit., p. 72 : « [...] des promesses de bonheur, de repos et de liberté, tant de fois répétées aux malheureux Français [...] », de même elle déplore, en 1799 encore, le malheur des Français : « Nous jeunes, vous vieillards, nous faibles, vous tout-puissants, qui donc oserait se dire heureux ! », in, Circonstances, op. cit., p. 1-2.

13 Madame de Staël, Passions, op. cit., p. 5-6.

14 Voir R. Mauzi, L’idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Paris, Colin, 1960, p. 389.

15 Voir à ce sujet M. Delon, Bonheur, in Nouvelle histoire des idées politiques, éd. par P. Ory, Paris, Hachette, 1987.

16 Maupertuis, « Eloge de Montesquieu » (1755), in M. Delon, op. cit., p. 71.

17 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français, op. cit., p. 88 : « La révolution de France a parcouru tant de périodes en peu de temps, elle a si promptement atteint les extrêmes, qu’il n’y a déjà plus pour ce peuple rien de nouveau sous le soleil que la justice et la vertu. [...] Plus de sang innocent, plus de maximes de barbaries, plus d’indifférence pour les malheurs particuliers, multipliés à un tel excès, qu’on pourrait se demander si ce qu’ils appeloient le bonheur général ne se composoit pas de l’infortune de tous les individus ».

18 Saint-Just, « Rapport du 13 ventôse an II (3 mars 1794) à la Convention : Sur le mode d’exécution des décrets contre les ennemis de la Révolution ».

19 Voir H. Coulet, « Révolution et roman selon Madame de Staël », in Revue d’histoire littéraire de la France, 87, 4, 1987, p. 638.

20 Madame de Staël, Passions, op. cit., p. 173.

21 Ibid., p. 166.

22 Voir Madame de Staël, Passions, op. oit., p. 175 : « L’esprit de parti [...] présente les malheurs actuels comme le moyen, comme la garantie d’un avenir immortel, d’un bonheur politique au-dessus de tous les sacrifices qu’on peut exiger pour l’obtenir ».

23 Ibid., p. 177.

24 Voir Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 205 : « Ni gouvernants, ni gouvernés ne sont heureux, sans compter même les victimes, les classes proscrites, les hommes injustement emprisonnés [...] ».

25 Voir A. Soboul, Précis de la Révolution française, Paris, Editions sociales, 1962, p. 259 : « Dans le domaine social, trois lois s’efforcèrent de donner satisfaction aux revendications paysannes ».

26 Voir, supra, le fait que les Jacobins eux-mêmes étaient attachés à la propriété et voulaient ainsi maintenir la distinction entre pauvres et riches.

27 Madame de Staël, Passions, op. cit., p. 22.

28 Ibid., p. 23.

29 Ibid., p. 34.

30 Ibid., op. cit., p. 13.

31 Voir E. Behler, « La doctrine de Coppet d’une perfectibilité infinie et la Révolution française », in Le Groupe de Coppet et la Révolution française, 4e Colloque, 20-23 juillet 1988, Lausanne, Institut B. Constant, Paris, J. Touzot, 1988, p. 255 et s.

32 Voir à ce sujet Madame de Staël, De la littérature, éd. par G. Gengembre et J. Goldzink, Paris, Flammarion, 1991.

33 Voir B. Constant, De la force du gouvernement actuel de la France et de la nécessité de se rallier, in, Mélanges de littérature et de politique, Paris, Pichon et Didier, 1829, p. 404.

34 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix, adressées à M. Pitt et aux Français, op. cit., p. 72.

35 Ibid., p. 70.

36 Voir A. Soboul, Précis d’histoire de la Révolution française, op. cit., p. 387-391.

37 Voir Madame de Staël, Réflexions sur la paix intérieure, op. cit., p. 97.

38 Ibid., p. 155-156.

39 Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 289.

40 Ibid., p. 291.

41 Voir ibid., p. 40 : « La République a devancé les lumières, il faut hâter, par tous les vrais moyens d’instruction publique, l’ouvrage du temps et remettre de niveau les institutions et les lumières ».

42 Voir Madame de Staël, Considérations, op. cit., p. 63.

43 Ibid., p. 305, suite de la citation : « [...] et il nourrissoit cet espoir sous la hache des bourreaux, dans le moment même où sa propre destinée étoit sans ressource ».

44 Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 205.

45 G. Gengembre et J. Goldzink, « Une femme révolutionnée : le Thermidor de Madame de Staël », in « Le Groupe de Coppet et la Révolution française », op. cit., p. 276.

46 Voir Madame de Staël, Circonstances, op. cit., p. 89 : « [...] refuser à jamais ce nom [républicain (N.D.A.)] à tous ces êtres infâmes, fléaux de tous les partis auxquels successivement ils attachent leur avidité, que tous les vices rendent insatiables, leur ambition qui ne peut se satisfaire que par le meurtre [...] ».

47 Ibid., p. 66.

48 Ibid., p. 95.

49 Ibid., p. 106 et s.

50 Ibid., p. 111.

51 G. Gengembre et J. Goldzink, « Une femme révolutionnée : le Thermidor de Madame de Staël », op. cit., p. 276.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540