Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Michel Delon

De Delphine à Corinne, sous la loupe du traducteur sous la loupe du traducteur

Avriel H. Goldberger

Texte intégral

  • 1 Les définitions viennent du Petit Robert.

1Pour voir chaque détail du diamant qu’il travaille, chaque beauté à rehausser, chaque fissure à éviter, le bijoutier dispose d’une « lentille convexe et grossissante qui donne des objets une image virtuelle droite et agrandie1 ». On peut dire que le traducteur se sert d’une loupe mentale, car il examine « avec grande minutie » le microcosme du texte, c’est-à-dire chaque mot, chaque virgule, chaque silence, sans exception – travail fastidieux, sans doute, pour qui ne le trouverait pas fascinant. Le traducteur s’efforce de saisir son texte dans ses infiniment multiples nuances, de se sensibiliser aux plus infimes signes de ses résistances. Son travail dépend, évidemment, de celui des chercheurs et des critiques qui visent le macrocosme de l’œuvre, car le traducteur ne peut pas aborder son texte sans être entré le plus possible dans le monde de son auteur au sens le plus large.

  • 2 Simone Balayé, « Les Gestes de la dissimulations dans Delphine », in Madame de Staël : Ecrire, Lut (...)

2Il y a longtemps déjà qu’on reconnaît l’atmosphère étouffante de Delphine. Dès 1973, Simone Balayé a montré que « la plupart de [ses] grandes scènes se situent en des lieux clos par la nuit2 ». On a remarqué également le contraste avec l’atmosphère de Corinne où l’Italie ensoleillée accueille Oswald quand il se réveille et où l’héroïne lui offre l’ouverture spirituelle et intellectuelle qu’elle incarne. Tout cela, je le savais grosso modo avant de traduire les deux romans de Mme de Staël. Mais en vivant dans leur microcosme comme traductrice, j’ai été de plus en plus frappée par les moyens qu’avait trouvés l’auteur pour créer leur atmosphère, par ce qu’ils ont en commun et par leurs différences. J’ai compris que Delphine est une vaste toile de contraintes diverses dont se sert la société pour mater ses membres, et j’ai vu que, pour démontrer ces contraintes, Mme de Staël emploie la question négative et un riche vocabulaire de la contrainte et des limites. Ce procédé et ce vocabulaire ne sont pas absents de Corinne, mais quand on les rencontre, ils choquent par le contraste qu’ils font voir avec le monde ouvert de l’héroïne ; de plus, ils paraissent aux moments où la puissance répressive de la société intervient pour dérouter l’élan du roman vers un avenir libre. Or cette communication vise surtout l’étude des contraintes démontrées dans les romans ; mais pour souligner leur différence, elle met en lumière certains aspects de la nouveauté radicale de Corinne, par exemple le vocabulaire du nationalisme naissant.

3Ne serait-il pas intéressant de commencer par le procédé de la question négative ? Comme on le voit, je viens d’en poser une. Et c’est aussi une « fausse question » – une question rhétorique – par excellence, puisqu’elle exigerait de vous une réponse affirmative. Moyen de contrainte trop évident si la réponse n’est dictée que par le code social de politesse qui nous est commun. Et si elle éveille l’intérêt de l’interlocuteur, on parlera de « manipulation » ; mais notons ceci : bénigne ou non, la manipulation est toujours une forme de contrainte, car on essaie d’imposer sa volonté.

  • 3 J.-P. Vinay et J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais : Méthode de traduct (...)

4N’est-ce pas de toute façon un moyen valable d’entrer en matière ? En français, sans doute ; en anglais, c’est moins sûr. Car comme le disent MM. Vinay et Darbelnet dans leur Stylistique comparée du français et de l’anglais : « Il est généralement admis que le français est plus oratoire que l’anglais. Or l’un des mouvements oratoires les plus caractéristiques est la fausse question ». Ils ajoutent qu’il est « matériellement possible de traduire en anglais » ces questions, mais ceci dit, ils font comprendre que, permise ou non en anglais, elle y est bien moins usitée, et souvent une maladresse à éviter3.

  • 4 Mme de Staël, Delphine, 2 vol., édition critique par Simone Balayé et Lucia Omacini, Genève, Droz, (...)

5Il y a, par exemple, des questions négatives qui sont surtout des exclamations et qu’on fait bien de traduire comme telles. Par exemple : pendant leur promenade nocturne à Zell, Henri de Lebensei dit à Léonce : « Combien n’y a-t-il pas dans votre vie [...] de bonnes et de nobles actions qui doivent vous inspirer de la confiance4 ? » La structure qui s’impose en anglais est plutôt la phrase déclarative : « Surely there are any number of good and noble deeds in your life to give you confidence ! » (425).

6Or le nombre des questions négatives dans Corinne n’est pas exceptionnel par rapport à l’usage français. Par contre, la « résistance » qu’elles m’opposaient à mesure que j’avançais dans la traduction de Delphine, m’a conduite à remarquer leur fréquence inattendue. En effet, si on les compte dans les deux romans, on en trouve 3,5 fois plus dans Delphine, qui en comprend au moins 260, que dans Corinne qui en comprend 75 environ. Que le premier roman soit plus long que le deuxième n’explique aucunement cette énorme différence. L’explication se trouve plutôt en étudiant comment Mme de Staël utilise le procédé dans les deux romans. Tout d’abord, considérons les sens divers qu’il peut prendre. Puis, dans chaque roman, voyons quels personnages s’en servent, dans quelles situations, combien de fois, et pourquoi.

7La question négative, comme les contraintes qu’elle impose, est protéenne. Comme on vient de le voir, elle sert de masque courtois à la contrainte douce qu’on appelle manipulation, ainsi qu’à la contrainte ouverte. Donc, elle peut servir à la persuasion, ou se présenter comme une arme d’attaque. Elle exprime aussi les formes multiples du doute, qui toutes relèvent de quelque contrainte : jalousie, incertitude, hésitation, doute de soi, lutte intérieure. Ou bien, désarroi, angoisse, peur, colère, répugnance, souhaits irréalisables. Elle peut faire part d’une méditation philosophique. Et parfois elle est simplement exclamatoire. En fin de compte, elle est révélatrice du caractère de ceux qui s’en servent ou ne s’en servent pas.

8Considérons d’abord Delphine. L’héroïne pose 121 questions négatives au cours de ses 120 lettres et sept « Fragments », dans les Conclusions, et quand d’autres la citent. Léonce en pose 102 dans ses 46 lettres, et dans celles où l’héroïne le cite. Regardons ces chiffres un moment : Delphine écrit 2,6 fois plus de lettres que Léonce, mais il y a relativement peu de différence entre le nombre de questions négatives qu’ils posent ou se posent. Du fait que Léonce s’en sert relativement davantage dès ses premières lettres, on peut déduire que cela s’explique par la rigidité d’un caractère sculpté par sa mère et sa classe dans sa petite enfance, et par ses erreurs de jugement.

  • 5 Les questions négatives de Delphine : Première Partie : 164 p. 16 questions négatives dans 23 lett (...)

9De toute façon, pour Delphine, ces chiffres sont moins révélateurs que leur distribution5. Dans ses 17 premières lettres de la Première Partie, elle n’en pose que cinq. Alors, nouvellement arrivée du Languedoc, elle paraît détenir tous les atouts. Jeune veuve, riche, noble, indépendante, confiante, intelligente, archibonne et archi-naïve, elle commence une brillante carrière dans la haute société parisienne et tombe amoureuse. Dans les 8 dernières, par contre, où elle en pose 11, la situation évolue mal, la privant d’oxygène moral, pour ainsi dire. Sans qu’elle comprenne comment ni pourquoi, la malveillance et la trahison, nées des contraintes sanctionnées par la société, surgissent autour d’elle ; par conséquent, ses moindres faits et gestes se retournent contre elle, et son monde de conte de fées commence à chavirer. Cette tension aiguë ne fait que s’accélérer dans la Deuxième Partie avec 34 questions négatives dans les 24 lettres de l’héroïne qui finit par apprendre la trahison de Sophie de Vernon.

10Voyons maintenant comment elle est employée. Parfois, on voudrait faire passer une opinion valable pour soi-même, mais susceptible de gêner l’interlocuteur. Alors pour la radoucir, on prend la route indirecte d’une question négative ; on crée ainsi le climat où l’autre accepterait au moins d’y réfléchir. Nombre de personnages s’en servent dans ce but, mais c’est surtout Delphine qui en sent le besoin. C’est la société qui impose cette manipulation, car elle ne trouve pas convenable chez la femme une opinion personnelle quelconque, et encore moins un acte indépendant.

11Pensant pour elle-même, Delphine risque toujours de scandaliser, voire aliéner les autres. Fatalement donc, et à coups répétés, elle inquiète ou choque le pointilleux Léonce, pour qui la société reste l’arbitre absolu de la conduite. Mais c’est cette même pression sociale, ce même désir de faire passer une opinion gênante qui poussent Léonce, parlant à Delphine, à employer souvent la question négative.

12Prenons l’exemple de la scène qu’il observe un jour aux Tuileries quand Mme de R., femme de réputation douteuse, traverse « le salon qui précède la chambre de la Reine », et que tout le monde s’écarte d’elle dans le plus grand silence. Delphine seule fait exception. Tout en prévoyant la réaction de son ami, elle refuse d’honorer une contrainte sociale qu’elle juge exécrable. Quelques heures plus tard, Léonce vient chez Delphine et lui dit – mi-doute d’elle, mi-tentative de persuasion : « Si j’avais la gloire de vous intéresser, ne penseriez-vous pas aux prétextes que vous donnez à la méchanceté ? » (I-30-225). Ainsi, par une question négative, il tente de voiler des sentiments et une intention de contrainte également offensants pour son amie : il doute d’elle, et il voudrait qu’elle se conforme aux convenances sociales, même pernicieuses. Delphine voit bien où il veut en venir ; mais si elle répond en attaquant de front, elle le confirmera dans ses convictions. De plus, elle désire non seulement se justifier mais aussi lui faire comprendre les raisons de son acte, et la situation des femmes comme Mme de R. Alors elle y va doucement en posant cinq questions, dont deux négatives, et toutes faisant appel à l’expérience vécue de Léonce. Elle arrive à ses fins... pour le moment.

... ne m’avez-vous pas désapprouvée d’avoir été me placer à côté d’elle ?... Sans doute Mme de R. a dégradé sa vie, mais pouvons-nous savoir toutes les circonstances qui l’ont perdue ? a-t-elle eu pour époux, un protecteur, ou un homme indigne d’être aimé ? ses parents ont-ils soignés son éducation ? le premier objet de son choix,... n’a-t-il pas flétri dans son cœur toute espérance d’amour... ? (226).

13Dans la lettre où Léonce, désespéré, lui raconte la trahison de Mme de Vernon qui avait précipité son désastreux mariage, il met dix questions négatives dans un seul paragraphe. C’est qu’il voudrait justifier son manque de confiance en elle, sa foi dans les apparences qui l’avaient condamnée sans appel. Par exemple, il évoque la nuit fatale où Serbellane est venu dire adieu à Thérèse d’Ervins chez Delphine et a fini par tuer son mari : « ... n’a-t-il pas passé vingt-quatre heures enfermé chez vous ?... à l’instant même où il a tué M. d’Ervins, ne vous a-t-il pas nommée ? » et ainsi de suite (II-30-368). La réponse a beau être « oui » chaque fois, 2 + 2 ne font pas toujours 4.

14La question négative sert aussi dans une situation qui provoque des émotions contradictoires tout en proposant un nouveau dilemme moral. C’est le cas de Delphine quand elle reçoit la lettre où Léonce révèle la trahison pratiquée sur tous deux par Mme de Vernon après cette nuit fatale. Elle est tiraillée entre la douleur de l’amitié perdue, celle de sa vie ruinée qui aurait pu et dû être autre, et les exigences de sa grande règle, ne pas faire souffrir un autre. Son angoisse, et aussi son incertitude devant son nouveau dilemme moral s’expriment par une série de quatre questions dont trois négatives, et un peu plus loin, par sa conclusion, qui n’en est pas une, car la seule solution qu’elle trouve est de s’en remettre à M. Barton.

... de tous les vices humains, l’ingratitude n’est-elle pas le plus dur... ? et moi-même aussi faut-il que je ne conserve plus aucune trace de ce passé qu’elle a trahi ? Si je cède à mon cœur, si je confirme tous les soupçons de Léonce, ne vais-je pas l’irriter mortellement contre la mère de sa femme ? (II-31-373)

15En revanche, Henri de Lebensei, ne doutant jamais du bienfondé de sa pensée et de son action use rarement du procédé en question. Mais quand il s’agit de l’avenir de Léonce ou de Delphine, il en use habilement. Par exemple, il se fonde sur les valeurs les plus chères à Léonce pour lui faire entendre son argument sur la guerre des émigrés contre la France qui le tente : « L’indépendance nationale n’est-elle pas le premier des biens, puisque l’avilissement est le seul malheur irréparable ? » (V-14-794).

16Toute impuissante qu’elle paraisse, la douce Thérèse sait manipuler les autres. Avant de s’ensevelir dans son couvent, voulant que Léonce sache la vérité sur sa vie et sur la conduite de Delphine, elle décide de tout dire devant un tiers impartial qu’il respecte. Sans le lui dire, elle l’y oblige gentiment ; comment un homme bien élevé pourrait-il refuser l’invitation suivante ?

17« Demain à midi, n’est-ce pas vrai M. de Mondoville, vous viendrez me chercher pour me mener chez Mme d’Artenas ? » (III-42-575)

18Moins bénigne, plus complexe, est le cas de Léonce quand Delphine annonce son désir de partir définitivement dans la Quatrième Partie. Sa situation est invivable ; l’affaire Valorbe, connue de toutes parts, fait resurgir la calomnie autour d’elle. Léonce réagit vite et violemment. En la menaçant de la suivre où qu’elle aille, lui, si pointilleux sur l’honneur, fait violence à cet honneur ainsi qu’à la logique, et aux sentiments de Delphine. C’est son devoir de rester, insiste-il, car, en partant, elle le « forcerait » à quitter Matilde. Il transforme donc en valeur morale le bonheur qu’elle lui inspire pour en faire un autre devoir. Pour conclure, il lui ferait redouter l’opinion publique :

N’est-ce pas assez de ne vous voir presque jamais seule ? de n’avoir plus ces doux et longs entretiens, qui perfectionnaient mon caractère en me comblant de bonheur ? [...] serait-il digne de vous de partir en ce moment ? n’est-il pas certain qu’on répandrait que si vous aviez pu vous justifier, vous ne seriez pas partie [...] ne connaissez-vous pas le monde ! (IV-20, 675-676)

19Le souhait de l’impossible ou le désir inassouvi font naître d’autres interrogations négatives. Voici Léonce criant à M. Barton : « [...] s’occupe-t-elle de moi ? N’écrit-elle pas à M. de Serbellane ? ne reçoit-elle pas de ses lettres ? ne doit-elle pas le rejoindre ? Ah ! que je souffre » (II-4-270).

20Pendant son voyage en Suisse dans la Cinquième Partie, Delphine s’en sert pour son examen de conscience et arrive à se reprocher amèrement sa quasi-liaison avec Léonce : « Il n’y avait rien de vil dans mon cœur, mais n’y avait-il rien de coupable ? Devais-je [...] absorber pour moi seule toutes les affections de son cœur ; n’était-il pas le mari de Matilde [...] ? » (Fragment 6-748).

21Valorbe, au contraire, est incapable de voir clair en soi, et dans sa lettre à Montalte, il révèle, à son insu, les bas-fonds de son caractère, et justifie d’avance son ignoble vengeance sur Delphine. On notera ses questions négatives :

  • 6 Par sa structure cette phrase est négative, donc je la compte comme telle. Pourtant en mettant un (...)

Pourquoi [les hommes] n’ont-ils jamais voulu me connaître ? Pourquoi n’ai-je trouvé nulle part un seul être qui m’appréciât ce que je vaux6 ! ! Ne m’as-tu pas vu capable de dévouement, d’élévation, de tendresse et de sacrifice ? Mais lorsque dans tout le cours de sa vie, on se voit puni de ce qu’on a fait de bon [...] qui peut répondre de soi ? Quel caractère ne s’aigrirait pas, quelle morale résisterait à cette funeste expérience ! (V-4-768)

22Du moment qu’on sait que Corinne comprend 2,5 fois moins de questions négatives que Delphine, on se demande pourquoi. Peut-être s’agit-il de savoir comment Mme de Staël concevait non seulement ses personnages dans les deux romans, mais aussi la forme du roman. Elle n’en a pas tellement besoin dans Corinne pour montrer ce qui se passe dans et entre ses personnages. Corinne et Oswald se présentent dans l’histoire qu’ils s’offrent de leur vie, dans leurs conversations, dans leurs échanges avec d’autres, dans ce qu’ils font et ne font pas ; de plus ils sont présentés « objectivement » par un narrateur omniscient. Tout de même, l’héroïne pose 30 questions négatives et Oswald 25, et quand on les examine, on voit que dans ce roman aussi la question négative souligne, le plus souvent, diverses formes de contrainte.

  • 7 Il soutient savamment l’avis de son compatriote par son appréciation d’Alfieri qu’il compare à Sha (...)

23Maintenant, les deux protagonistes. Oswald s’en pose neuf à lui-même, treize à Corinne, une à Lucille, deux au groupe réuni un soir chez elle pour discuter des arts. Celles-ci sont à remarquer parce qu’elles font partie d’une longue réplique où Oswald fait ses preuves intellectuelles7. Ici, rappelons-nous que, dans Delphine, on dit que Léonce est intelligent, on dit que Delphine est une adepte des idées nouvelles sans que jamais nous en voyions l’évidence.

24Dès le premier chapitre, Oswald se révèle un homme du doute de soi permanent, hésitant devant toute situation qui exige autre chose que le seul courage physique, prisonnier d’un sens de la culpabilité irrémédiable. Donc les questions qu’il se pose à lui-même – il s’en pose beaucoup et non seulement négatives – ont un intérêt spécial pour son portrait psychologique. Entre autres choses, elles montrent à quel point il a intériorisé certaines contraintes sociales et familiales, qui rendront vaines toutes ses tentatives d’ouverture. C’est que quantité de ses questions s’adressent au père mort qui l’habite et le domine, ou s’inspirent de ce père. De plus, le pater fait souvent un avec la patria : contraintes majeures et destructives dans le roman. Par exemple, dans le premier chapitre, Oswald se reproche de quitter l’Ecosse : « Hélas ! quand il vivait, un concours d’événements inouis n’a-t-il pas dû le persuader que j’avais trahi sa tendresse, que j’étais rebelle à ma patrie, à la volonté paternelle [...] ? » (I, 39) Alors, comme fatalement, le jour où il rencontre Corinne au Capitole et tombe amoureux d’elle, il s’arrête plus tard sur le pont Saint-Ange pour mettre « la main sur sa poitrine, senti[r] le portrait de son père qu’il y portait toujours », et se demander si son père l’approuverait (II, 70).

25Tout comme Léonce pour Delphine, Oswald, pose à Corinne des questions blessantes qui révèlent sa jalousie, et, sans doute plus important, son hostilité sous-jacente pour la femme aimée qui ne correspond pas à l’idéal dicté par le monde d’où ils sortent, et sa volonté plus ou moins inconsciente d’entourer son amie de limites. Quand Corinne cite les paroles de Cornélie dans une élégie de Properce : « [...] j’ai vécu pure entre les deux flambeaux [du mariage et du bûcher funéraire] », ses yeux se remplissent de larmes et son ami « s’écrie » (V, 131) :

Corinne, votre âme délicate n’a-t-elle rien à se reprocher ? si je pouvais disposer de moi, si je pouvais m’offrir à vous, n’aurais-je point de rivaux dans le passé [...], une jalousie cruelle ne troublerait-elle pas mon bonheur ? (132)

26En revanche, les trente questions négatives de l’héroïne frappent surtout par leur distribution. Plus des deux tiers – vingt-trois – se trouvent dans le dernier tiers du roman, quand ses forces artistiques, spirituelles, intellectuelles et physiques sont en déclin, quand elle se met elle-même en question, bref quand elle a fini par intérioriser les contraintes à un degré paralysant.

27Elle s’en sert, comme Delphine, pour faire passer ses opinions, contredire, se défendre, pour poser des questions sans réponse, mais aussi pour accuser, et chaque fois ses questions se montrent particulièrement efficaces. En voici trois exemples :

281. La veille de la Semaine Sainte, la catholique Corinne annonce sa retraite dans un couvent. Oswald réagit en Anglais, à la fois noble et protestant : « Que n’êtes-vous de la même religion, du même pays que moi ! ». On notera que cette apparente question négative est réellement exclamatoire, et surgit des régions profondes de son être ; sans y penser, Oswald y met les mots qui les opposent : vous et moi, là où un nous aurait paru moins dur. Corinne répond à sa question-exclamation par une question négative, qui, cuisante sous son apparente douceur, touche la raison et le cœur d’Oswald. « Notre âme et notre esprit n’ont-ils pas la même patrie ? » (IX, 250). Encore une fois, tandis qu’Oswald divise le monde entre moi et les autres, Corinne met en relief l'unité foncière de la communauté humaine, un des grands thèmes qui oriente le roman vers l’avenir. Et elle se sert d’un mot cher à Oswald comme aux deux siècles à venir : patrie, mais tout en lui donnant son sens le plus large.

292. Dans la longue lettre à Oswald qui constitue le Livre XIV, Corinne tente d’expliquer et de justifier son passé et son choix d’une vie indépendante en Italie, libre des contraintes qui tuent âme et génie. Comme on le sait, ce chapitre qui est un bijou, ainsi que son contexte, exerçait une importante influence sur les lectrices de Mme de Staël au XIXe siècle et reste toujours pertinent. Au moyen des questions négatives suivantes, Corinne réclame pour chacun de nous le plein développement et usage de ses facultés, et non seulement comme un droit mais aussi comme un devoir ; elle le fait sur un ton passionné qui n’admet pas de contradiction malgré la forme interrogative.

Les grandes pensées, les sentiments généreux ne sont-ils pas dans ce monde la dette des êtres capables de l'aquitter ? Chaque femme comme chaque homme ne doit-elle pas se frayer une route d’après son caractère et ses talents ? (XIV, 366)

303. Dans la Conclusion, Oswald écrit à Corinne pour la voir. Dans sa lettre de refus, elle pose un certain nombre de questions, dont plusieurs négatives. Du fait que l’amertume qu’y montre l’héroïne se distingue à peine de la colère, les questions négatives qui suivent semblent d’autant plus accusatrices, effet accentué par la répétition de l’adverbe interrogatif « pourquoi ».

« Pourquoi Lucile n’a-t-elle pas désiré me voir ? c’est votre femme, mais c’est aussi ma sœur. [...] Et votre fille, pourquoi ne m’a-t-elle pas été amenée ? Je ne dois pas vous voir ; mais ce qui vous entoure est ma famille : en suis-je donc rejetée ? » (573)

  • 8 Pour Madelyn Gutwirth, « le cœur de Corinne, impénitent dans sa rébellion, est le symbole ultime d (...)

31En effet le très bref paragraphe final du roman, qui comprend onze courtes phrases de construction simple, dont quatre interrogatives, renforcent cette impression de colère et de révolte8. Cet exemple fait penser que l’emploi des questions affirmatives serait aussi à étudier dans les romans de Mme de Staël. Car de cette façon, l’auteur ne nous permet pas de fermer Corinne, comme on le fait pour Delphine, triste mais satisfait. Par l’ambiguïté ainsi créée, Mme de Staël impose au lecteur la tâche de réfléchir à des questions d’autant plus gênantes que, pour sa part, elle refuse explicitement d’y répondre, tandis que dans son premier roman, elle nous offre la méditation mélancolique mais résignée, et curieusement sereine, de M. de Serbellane.

32Avant de conclure la section sur la question négative, regardons brièvement un nouvel usage que Mme de Staël en fait. Car en l’employant, elle fait ressortir l’élément comique qu’introduit dans le roman le comte d’Erfeuil. Ce personnage secondaire est en partie une caricature du Français charmant, valeureux, bienveillant, presque naïvement opaque, persuadé de la supériorité française en tout. Dès qu’Oswald le rencontre à Innsbrück, le comte arrive à l’irriter par ce que le solennel héros appelle sa « légèreté ». Naturellement, le Français ne comprend rien à la réaction qu’il provoque, et voilà l’effet comique de la question négative dans sa bouche :

Mais n’ai-je pas de la bonté, de la franchise, du courage ? ne suis-je pas aimable en société ? que peut-il donc me manquer pour faire effet sur cet homme ? et n’y a-t-il pas entre nous quelque malentendu qui vient peut-être de ce qu’il ne sait pas assez bien le français ?

33La place de la question négative dans Corinne et Delphine n’est pourtant pas la seule découverte à faire sous la loupe du traducteur, et à démontrer la fermeture de l’une face à l’ouverture croissante sur l’avenir de l’autre. Faute de temps, je ne pourrai qu’ébaucher ici certains éléments de mon travail au niveau du langage des deux romans. Par exemple, dans Delphine, roman de l’Ancien Régime mourant, on ne trouve que trois fois un mot qui paraîtra au moins quarante-cinq fois dans Corinne : c’est « patrie ». De plus, ce mot n’est employé dans le premier que deux fois au sens qu’il prendra dans le deuxième, le sens moderne, nationaliste, qui se crée justement à l’époque romantique. Comme on s’y attendrait, ceux qui l’emploient ainsi sont Delphine et Henri de Lebensei.

  • 9 Dans une communication présentée à la Modem Language Association, Washington (D.C.), décembre 1996 (...)

34Sur la route vers la plaine où Léonce sera fusillé par des soldats de la Révolution, Delphine, qui lui sert de guide spirituel et consolateur, lui dit : « [...] vois dans quel temps nous étions appelés à vivre, au milieu d’une révolution sanglante, qui va flétrir pour longtemps la vertu, la liberté, la patrie ! » (VI-Concl. 953). Lebensei, cet homme de l’avenir, s’en était servi pour dissuader Léonce de partir aux armées étrangères, scène que nous avons citée tout à l’heure. Mais si Léonce a accepté de réfléchir aux arguments de Lebensei, c’était au nom de sa valeur et de son mot – clef à lui, « l’honneur » – au sens de la chevalerie médiévale. Il ne comprenait pas l’idée de la patrie telle que la concevait Lebensei, telle que la concevra Oswald. Pour celui-ci, l’honneur s’assimile à la « patrie » avec les sens complémentaires de « terre du père » et « nation », termes inséparables du nouveau nationalisme9. On se rappellera la scène déjà citée où, en quittant l’Ecosse, il distingue à peine entre « patrie » et « volonté paternelle » (I-29).

  • 10 La description des manières régionales de parler italien fournit encore un exemple : le « son rude (...)

35Ce nouveau sens du mot nationalisme accompagne et renforce un autre aspect moderne de Corinne, sa qualité multi-nationale, multi-culturelle, multi-classe ; car Anglais, Italien, Français, Napolitain, Toscan, Vénitien, par exemple, s’y côtoient : l’auteur nous transporte chez eux, et mentalement aussi bien que physiquement10. De plus, sont présentes dans Corinne les différentes classes sociales – gens du peuple et aristocrates, citadins et ruraux. Le roman s’ouvre à toutes les religions aussi, car, dit le narrateur, « tous les cultes se ressemblent » (277). On dirait que Corinne est, entre autres choses, un plaidoyer pour la tolérance qui s’exprime par divers exemples affirmant la communauté humaine et montrant ainsi le désir de briser les cloisons séparatrices. Le tout contribue au sens de mouvement vers quelque chose qui se dégage du roman. Par contre, où trouve-t-on dans Delphine des personnages étrangers à la France ? Ni littéralement ni au figuré, Léonce, comme sa mère et sa tante, n’a guère d’accent espagnol. Le mot et le phénomène « peuple », tellement visibles dans Corinne, en sont virtuellement absents. Et le lecteur, non plus que l’héroïne, ne quitte pas tout à fait la France, même quand le lieu de l’action s’appelle Zurich ou Zell.

  • 11 Evidemment la forme épistolaire elle-même constitue une forme de clôture pour les personnages et l (...)

36Examinons d’abord comment Mme de Staël emploie la contrainte et les limites pour rendre l’atmosphère de Delphine irrespirable11. Où que regarde le lecteur, en cela identique aux personnages, il voit des contraintes. En effet, l’auteur emploie tout un vocabulaire spécial, varié et omniprésent, pour les exprimer, de sorte que les pensées mêmes des personnages semblent canalisées par ce langage. Ce sont les contraintes d’une personne sur une autre, celles de la société, de la religion, du mariage, et du temps qui passe. Et elles s’imposent au personnage de l’intérieur aussi bien que de l’extérieur : chez Léonce, c’est l'honneur, chez Delphine, la conscience, chez Matilde, un catholicisme étroit que sa mère lui a fait inculquer comme un « frein » (II-41-407).

  • 12 Voir sa lettre à Delphine (II-7). Mme de Belmont accepte d’être déshéritée et bannie du cercle fam (...)

37L’opinion est le « joug » (IV-22-680), dont se sert la société pour dominer tous les personnages du roman sauf Henri de Lebensei, la seule personne libre du roman. « Un homme », dit-il, « ne peut répondre ni de son bonheur ni de celui de la femme qu’il aime s’il ne sait dédaigner l’opinion ou la subjuguer » (653). Sa femme, Elise, n’a pas ce choix ; « proscrite [...] par l’opinion » (IV-13-645) après son divorce et son remariage, elle est obligée de vivre en marge de la société pour être heureuse12. Léonce, en homme, pourrait défier l’opinion, mais sa valeur clef l’en empêche. « Non », dit-il, « la vie ne peut se supporter sans l’honneur ! et l’honneur, ce sont les jugements des hommes qui le dispense » (VI-17-915). Voilà l’antique honneur chevaleresque étiolé au point d’être sans contenu ; combien on est loin ici de Roland se moquant de l’opinion d’Olivier même pour défendre Roncevaux (IV-17-663).

38Nous savons que si Corinne, au moment de sa vie où Oswald la rencontre, reste longtemps non touchée par les contraintes de l’opinion, c’est qu’elle s’en est libérée en quittant l’Angleterre pour s’établir dans une Rome où la société n’est pas contraignante. Vivant à côté de cette femme indépendante, qui va librement où elle veut, qui ose être une grande artiste, Oswald, ainsi que le lecteur d’ailleurs, a l’impression d’habiter un monde bien plus respirable. Mais dès qu’il rentre dans sa patrie, la société reprend tous ses droits, et il ne peut plus se faire à l’idée de partager sa vie avec une femme qui, à tant de points de vue, a dédaigné ce qu’il honore, et ce monde ouvert commence à se refermer sur lui et sur Corinne aussi.

  • 13 Par exemple, Thérèse dit qu’elle s’enfermera dans un couvent si son mari découvre sa liaison avec (...)

39Comme on le sait, Mme de Staël ne vise pas la religion en général dans Delphine, mais son avatar catholique. « Il est dans l’esprit de cette religion », dit Henri de Lebensei, de considérer « la contrainte et la douleur comme le meilleur moyen d’améliorer les hommes » (IV-17, 657). Il s’ensuit que le couvent, institution catholique par excellence, avec toutes ses associations de pression de la part de la famille, la société, la religion, devient un lieu d’élection pour le vocabulaire de la contrainte. Presque toutes les femmes du roman sont menacées du couvent pour plier toutes à la volonté d’un homme, ou le choisissent pour fuir quelque chose qu’elles jugent pire encore13.

40La femme dans le monde de Delphine court toujours le risque d’être implacablement contrainte par le mariage. Sophie n’a épousé l’affreux Vernon que sous la menace de son tuteur de la « faire enfermer dans un couvent pour le reste de [ses] jours » (II-41-405). M. de T., riche Hollandais, raconte Elise de Lebensei, « me demanda, m’obtint, et m’emmena dans son pays » (II-7-286) comme n’importe quel autre objet qu’il aurait acheté dans le commerce, dirait-on. Quand elle demande le divorce selon la loi hollandaise, il « m’enferma dans sa terre et me menaça, de la mort » (290). Henri de Lebensei, dans sa célèbre apologie du divorce, écrit à Delphine que, dans une société qui impose de tels mariages, « la loi [qui interdit le divorce] n’est sévère que pour les victimes, elle se charge de river les chaînes », de sorte que la femme vit sous l’esclavage civil comme sous l’esclavage politique dégagé par l’opinion des entraves imposées par la loi (IV-17-655). Il est certain que l’homme aussi est victime du mariage indissoluble de convenance. Léonce souffre de cette fête de mort, que les hommes ont nommée le mariage (II-4-268), parce que, s’écrie-t-il : « je suis lié, lié pour jamais... [par] des liens de fer » (II-42-430, 431).

41Nous savons bien que, s’il se trouve enchaîné dans le mariage, c’est en grande partie parce que l’habile Mme de Vernon a si bien su mener son jeu, tel Méphisto dans le Faust de Gounod, que Léonce et Delphine, malgré eux, dansent leur danse macabre. Son besoin de dominer les autres, indirectement, par la ruse, « comme l’esclave avec son tyran », provient, dit-elle, de son impuissance, dès le début, de choisir sa vie, et devient un système pour toutes ses relations humaines. Car dès sa petite enfance, elle s’est trouvée, condamnée à « l’habitude de se contraindre », « d’étouffer » sa sensibilité naturelle. (II-41-404, 405, 407). Delphine n’a pas tout à fait tort de penser qu’à la longue la dissimulation défensive, telle que Mme d’Artenas le lui conseille sagement, « ferait plus que contraindre les mouvements vrais du cœur, ils finiraient par le dépraver » (II-37-393).

  • 14 Par exemple : « [...] s’il fallait choisir entre ma vie et mon amour, ah ! que choisiriez-vous ? » (...)

42Par contre, la volonté de l’homme s’impose directement. Prenons l’exemple de Léonce qui retient Delphine à Paris à plusieurs reprises en la menaçant de se suicider si elle part14. De plus il lui impose une vie totalement isolée à Bellerive :

Je ne puis jouir de mon sort au milieu du monde ; [...] Je demande à la femme de France qui voit à ses pieds le plus d’hommages et de succès, de s’enfermer dans une campagne au milieu des neiges de l’hiver ; (...] je suis exigeant, je suis tyrannique, mais j’aime avec tant d’idolâtrie que je ne puis jamais avoir tort avec toi (III 11-481, 482, 483).

43Puis il y a Valorbe qui écrit de Delphine à son ami Montalte en décembre : « Je veux m’emparer de son existence » (V-7-774). Et deux mois plus tard : « je serai maître d’elle » (V-19-816). Cela se passe grâce à la bonté habituelle de Delphine qui le sachant malade et sans ressources dans une ville allemande, va chez lui pour l’aider. Il en profite pour lui imposer le choix entre le mariage et le déshonneur. Quand elle court à la porte pour le fuir, Valorbe « se saisit de la clef, la tourne deux fois, [...] va vers la fenêtre, l’ouvre, et jette cette clef dans le jardin » (V-25-829).

44Delphine exerce cette même capacité d’imposer directement sa volonté pour sauver la vie à Léonce, situation in extremis qui la pousse à quitter son rôle de femme pour dire au juge à Verdun sur un ton prophétique : « Si vous livrez Léonce au tribunal, votre enfant, objet de toute votre tendresse, il mourra ! il mourra ! » (VI-Conc.-935).

45La contrainte du temps qui passe, contrainte à divers niveaux dans le roman, est immédiatement apparente à tout lecteur qui connaît la Révolution française. La marche inexorable du temps, du 12 avril 1790, date de la première lettre, jusqu’à septembre 1792 quand Léonce sera fusillé à Verdun, crée une tension soutenue et croissante que l’auteur nous rappelle constamment, à une exception près. C’est que 191 des 222 lettres du roman portent une date, l’année est indiquée dans 38 d’entre elles.

  • 15 La Troisième Partie comprend 49 lettres, dont 20 sans date. Le premier groupe important comprend l (...)

46Voici l’exception : de trente et une lettres sans date, vingt, échangées entre Léonce et Delphine, se trouvent dans la Troisième Partie15. On peut bien se demander pourquoi. Or rappelions-nous que la Deuxième Partie du roman finit par le retour de Léonce à Paris, la mort de Mme de Vernon, et la réunion des amoureux. Alors se prépare et se déroule l’idylle imparfaite qu’ils vivent comme en dehors des limites du temps, dont toute indication disparaît de l’en-tête des lettres qu’ils s’écrivent. En réalité, cet état des choses dure à peine cinq mois : du 1er janvier 1790 – jour ou Delphine s’installe à Bellerive – jusqu’au 1er juin – jour où Léonce, fou de désir mal réprimé (encore une contrainte), tente de forcer Delphine à devenir sa maîtresse. En effet, les limites de leur idylle se prévoient dans la réapparition des dates à partir de la lettre 32.

  • 16 « En choisissant cette forme [du roman par lettres], Mme de Staël montre le passage d’un temps tou (...)

47Bref, on sait bien que les personnages, Delphine surtout, vivent leur histoire au présent16, et ne sont conscients de la contrainte du temps que dans des moments extrêmes qui leur font voir le temps comme un ennemi aussi formidable que les autres forces qui les oppriment. Il y a deux épisodes angoissants, où personnage[s] et lecteur sont cruellement conscients des heures et des minutes qui passent, et qui sont explicitement marqués : l’épisode décisif de Delphine à Zell, raconté dans la Cinquième Partie qu’on va étudier en détail, et la dernière nuit de leur vie que les deux protagonistes passent en prison.

48« A six heures du matin » Delphine quitte son couvent près de Zurich, sans la permission de Mme de Ternan, la Supérieure, sans passeport, sans domestiques qui la connaissent. Elle « arriv[e] à Zell à dix heures » (V-26, 826-827). Valorbe la retient de force dans sa chambre.

Le jour avançait pendant que M. de Valorbe parlait ainsi, l’heure se faisait entendre ; et Delphine sentait que le moment de retourner à son couvent allait passer ; elle connaissait Mme de Ternan, elle savait que si elle restait une nuit hors du couvent sans l’en avoir prévenue, elle se brouillerait avec elle [...], elle regardait sans cesse le soleil prêt à se coucher, et la pendule qui marquait les heures ; elle voyait en comptant les minutes, qu’il lui restait encore le temps de rentrer (833).

49Dans sa « vive terreur de perdre un moment », elle supplie son inébranlable geôlier : « [...] mon cher M. de Valorbe, il y a quelques minutes encore [...] oh Dieu ! l’heure se passe, vous le voyez, encore quelques minutes, encore [...] » (833). Puis des soldats viennent la mener dans une prison militaire autrichienne. Delphine, entendant « sonner l’heure qui ne lui permettait plus d’arriver à temps dans son couvent, redevint calme [...] » (834). Tout est fait, Mme de Cerlèbe, racontant l’histoire à Mlle d’Albémar, écrit : « [...] sa situation est sans espoir » Ce qui est arrivé à Zell a eu des « irréparables suites » (V-25-826).

  • 17 De plus, on trouve dans le roman beaucoup de phrases remplies de négatifs comme : « Rien ne peut d (...)

50Le vocabulaire du roman est parsemé aussi de mots extrêmes comme sans espoir et irréparables qui, par leur fréquence et leur variété, nous font sentir, autant que comprendre, le tourbillon de limites infranchissables qui dominent son univers. Irréparable et irrévocables sont peut-être les plus répétés. Mais il y a d’autres qui se rencontrent souvent : fatal, indissolubilité, nécessité toute puissante, impénétrable, pour jamais, barrière éternelle, inaltérable, sans retour17. Ce vocabulaire correspond non seulement à la situation de Delphine et Léonce mais à leur âme aussi. Comme elle lui dit pendant leur dernières minutes de vie : « [...] des êtres tels que nous auraient toujours été malheureux dans le monde [...]. Un obstacle nous séparait, [...] il renaîtrait si nous étions sauvés [...] ».

51Par contre, bien que les mots au sens extrême ne soient pas absents de Corinne, ils n’y sont pas nombreux et se trouvent surtout, comme on s’y attendrait, quand la destinée de l’héroïne commence à basculer. On dirait même que dans ce roman d’ouverture sur l’avenir, le vocabulaire se libère des mots qui contraignent.

  • 18 La phrase complète : « Oswald, Lord Nelvil, pair d’Ecosse, partit d’Edimbourg pour se rendre en It (...)

52Remarquons que le passage du temps n’est qu’exceptionnellement une contrainte dans Corinne. Puisque le temps n’y joue pas le même rôle que dans Delphine donc, il n’est pas surprenant que l’année soit rarement indiquée. La première phrase du roman, archi-simple et brève, nous donne, sur un ton neutre, assez de renseignements pour nous orienter et nous projeter dans le roman : une date, le nom et les qualités d’Oswald, ses points de départ et d’arrivée18. Si l’on compare cette date, « l’hiver de 1794 à 1795 », à celle de la première lettre de Delphine, « ce 12 avril 1790 », on voit une différence caractéristique. Comme on l’a déjà vu, la marche du temps dans le premier roman nous est rappelée le plus souvent avec une précision qui laisse rarement oublier le moment historique où il est situé. Ce moment historique reste le plus souvent à l’arrière-plan du deuxième, ne resurgissant qu’à certains moments dramatiques où l’Histoire et la vie des personnages s’entrecroisent : au début de 1791, par exemple, Oswald, à vingt-et-un ans, quitte père et patrie, pour aller passer six mois en France (XII-306). Revenu plus tard, à cause de Mme d’Arbigny, dans une France en état de guerre avec l’Angleterre, il reçoit une lettre de son père en septembre 1793. Les autres dates sont moins précises. On sait qu’Oswald quitte l’Italie et Corinne un « 17 de novembre » (XVI-434) pour rejoindre son régiment, que : « Un an fut le terme fixé pour cette absence », (440) et qu’il passera « quatre ans » aux Indes (539) avant de rentrer dans sa famille dans le Northumberland encore pendant un lugubre mois de novembre.

  • 19 Un autre trait romantique dans le roman est l’étroite correspondance entre la nature, si souvent d (...)
  • 20 M. Gutwirth a noté cette correspondance entre l’état d’âme de Corinne et cet orage in Madame de St (...)

53L’écoulement du temps dans Corinne est plutôt marqué par le climat et les saisons, parce que dans ce roman, le temps et la saison correspondent aux états d’âme des protagonistes, rapport déjà romantique19. Ainsi, quand Oswald arrive à Rome, les rigueurs de l’hiver ont fini, et les saisons clémentes accompagnent, et favorisent, les doux sentiments des amoureux. Un phénomène naturel sera pour Corinne un signe certain de son malheur à venir : le nuage qui couvre la lune à Terracina, et qui, comme elle l’a prédit, reparaît le soir de sa mort. A Naples, quand Oswald a terminé la lettre de Corinne sur sa vie passée, elle erre dans les rues désertes de la ville à midi, où un soleil meurtrier tape sur la tête de l’héroïne qui est aussi découverte que son âme, brûlant toutes deux. La nuit obscure du départ d’Oswald, un orage éclate analogue à la saison hivernale qui commence à Venise et dans l’âme de Corinne20. Et quand Oswald revient en Italie cinq ans plus tard, y amenant sa femme et sa fille, Lucile est étonnée de ne trouver nulle part le souriant pays qu’il lui avait si souvent décrit.

54Quand on dit que le monde de ce roman est ouvert par contraste au premier, il ne faut pas oublier que, dans tous les deux, le grand ennemi de l’ouverture, de l’indépendance, du génie chez tout le monde enfin, mais surtout chez la femme qui se voudrait indépendante, c’est la médiocrité. Seulement dans Delphine, le plus souvent, elle s’appelle méchanceté. Ainsi les mots « médiocres » et « médiocrité » ne peuvent-ils pas manquer d’attirer notre attention dans Corinne où ils ont une résonance spéciale. Si Corinne se sent chez elle en Italie, c’est qu’elle y trouve l’imagination encouragée ; dans ce pays, pense-t-elle, la médiocrité est une « assez bonne personne » qui, faute de vanité et de jalousie, est bienveillante pour les esprits supérieurs. Certes Mme du Marset, M. de Fierville et bien d’autres personnages antipathiques de Delphine sont des « médiocres », mais ce mot est rarement employé à leur intention. Car c’est la méchanceté qui y caractérise des personnes à l’esprit et à l’âme étroits.

  • 21 Quand Corinne refuse d'épouser M. Maclinson, sa belle-mère « faisait cause commune avec lui, plutô (...)

55Dès l’âge de seize ans, Corinne, vivant en Northumberland, l’identifie comme un redoutable ennemi, et en fait l’analyse qui la poussera à quitter l’Angleterre. Elle la rencontre pour la première fois en retrouvant son père. Il s’est remarié avec une femme renfermée qui n’est pas méchante comme une Marset, mais affreusement limitée par son manque de culture, son esprit borné et, comme femme, par la société répressive où elle a toujours vécu21. On ne sait pas pourquoi Edgermond l’a épousée, mais on voit les résultats de la vie qu’il mène avec elle dans leur petite ville isolée. Il se dit « rentré dans [sa] case », et Corinne écrit :

Je me le rappelais plein de grâce et de vivacité, [...] et je le voyais courbé maintenant sous ce manteau de plomb que le Dante décrit dans l’enfer, et que la médiocrité jette sur les épaules de ceux qui passent sous son joug [...] (XIV-364).

56Elle voit que la médiocrité corrosive, incarnée par sa belle-mère d’ailleurs, aime prendre le masque de la moralité pour exclure tout ce qui la gêne :

Le devoir, la plus noble destination de l’homme, peut-être dénaturé comme toute autre idée, et devenir une arme offensive, dont les esprits étroits, les gens médiocres et contents de l’être se servent pour imposer silence au talent et se débarrasser de l’enthousiasme, du génie, enfin de tous leurs ennemis (366).

57Elle finit par comprendre une dure et effrayante vérité : on ne peut pas « tout simplement mépriser ce que disent les gens médiocres, ils pénètrent malgré vous dans le fond de votre pensée » (368). Alors, quatre ans après son arrivée dans ce monde dominé par les pauvres d’esprit et d’âme, elle sent son talent « se refroidir » malgré tous ses efforts (371). La leçon apprise, elle partira quand l’occasion se présentera.

Conclusions

58Quels sont, alors, les diamants que j’ai examinés sous ma loupe de traducteur, et qu’est-ce que mon examen m’a révélé ? Certainement, je pense mieux comprendre comment Mme de Staël a créé l’atmosphère claustrophobique de Delphine et, par contraste, celle de Corinne, ouverte sur le monde et sur l’avenir. Dans le premier, une source majeure de l’atmosphère close est un emploi particulier et fréquent de la question négative. Le rôle le plus important de ce procédé est d’exercer et masquer à la fois la volonté de contraindre, d’exposer diverses formes du doute, d’ex primer divers sentiments, comme l’angoisse et la colère. On trouve aussi dans Delphine nombre de mots au sens extrême et un vocabulaire varié et omniprésent de la foule des contraintes imposées par la société, les individus, les forces du moment historique, et le temps qui passe, le tout se réunissant pour réduire les gens, les femmes surtout, à un esclavage civil sinon politique. Ce monde est limité aussi à la présence d’une seule classe, mortellement figée dans le passé, une seule langue, et une seule nation — la Suisse et l’Espagne étant plutôt nommés que concrètement présentes.

59Si, par contre, le monde de Corinne donne l’impression d’ouverture et de mouvement, c’est en partie que ses horizons sont très élargis. Il est peuplé de voyageurs, de classes sociales différentes, de nationalités, de cultures, et de religions multiples. L’emploi répété du mot « patrie », au sens moderne, évoque le nationalisme en train de naître, et l’association étroite des saisons et du climat avec l’état d’âme des personnages nous semble déjà romantique. On trouve aussi dans ce roman un nombre radicalement diminué de questions négatives, ce qui convient à l’ouverture du roman. Elles servent en partie à faire ressortir les contraintes qu’Oswald a intériorisées et imposerait à Corinne. L’héroïne en emploie, pour se défendre, pour attaquer et, à la fin, pour exprimer son désarroi ; il y en a qui servent de nouveaux buts, l’expression du comique, par exemple. De plus, le vocabulaire du roman est comme libéré des expressions de contrainte et d’extrêmes qui ne reparaissent que dans le dernier tiers du roman où la société reprenant ses droits, la médiocrité triomphe, et Corinne perd progressivement sa confiance, son génie, et sa vie.

Notes

1 Les définitions viennent du Petit Robert.

2 Simone Balayé, « Les Gestes de la dissimulations dans Delphine », in Madame de Staël : Ecrire, Lutter, Vivre. Genève, Droz, 1994, p. 85. [Article publié d’abord dans Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1973]. Voir aussi S. Balayé, Madame de Staël, Lumières et liberté, Paris, Klencksieck, 1979, p. 133 134.

3 J.-P. Vinay et J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais : Méthode de traduction, Paris, Didier, 1977. Voir p. 218-219 pour la section « Mouvements oratoires ». Ils notent ici la présence en anglais de l’expression « rhetorical question ».

4 Mme de Staël, Delphine, 2 vol., édition critique par Simone Balayé et Lucia Omacini, Genève, Droz, 1987. Vol. I, Sixième Partie, Lettre ix, p. 886. Les références ultérieures seront dans le texte (VI-9-886).
La citation en anglais est de : Germaine de Staël, Delphine, translated and with an Introduction by Avriel H. Goldberger. DeKalb (IL), Northern Illinois University Press, 1995, p. 425. Références ultérieures dans le texte.

5 Les questions négatives de Delphine : Première Partie : 164 p. 16 questions négatives dans 23 lettres. Deuxième : 179 p. 34 questions négatives dans 24 lettres. Troisième : 159 p. 16 questions négatives dans 24 lettres. Quatrième : 137 p. 18 questions négatives dans 26 lettres. Cinquième 127 p. 8 questions négatives dans 7 fragments et 15 dans 13 lettres. Sixième : 5 questions négatives dans 10 lettres, et 5 dans les Conclusions. Sixième Partie et Conclusions : 97 p.

6 Par sa structure cette phrase est négative, donc je la compte comme telle. Pourtant en mettant un point d’exclamation, l’auteur montre que l’intention ici est nettement exclamatoire.

7 Il soutient savamment l’avis de son compatriote par son appréciation d’Alfieri qu’il compare à Shakespeare, au détriment de l’Italien, bien sûr. Selon lui, « la pièce d’Octavie » d’Alfieri est surtout de « l’escrime de la parole », et après avoir montré comment Shakespeare aurait construit sa grande scène, il termine par deux questions négatives : « la terreur n’eût-elle pas été plus grande ? et pour une réflexion énoncée par l’auteur, mille ne seraient-elles pas nées dans l’âme des spectateurs par le silence même de la rhétorique et la vérité des tableaux ? » (Mme de Staël, Corinne ou l’Italie, édition présentée par Simone Balayé. Paris, Gallimard, 1985, Livre VII, p. 185-186. Les références ultérieures seront dans le texte : VII, 185-186).

8 Pour Madelyn Gutwirth, « le cœur de Corinne, impénitent dans sa rébellion, est le symbole ultime de ce roman, [...] qui est un roman de révolte, de colère » (Madelyn Gutwirth, Madame de Staël, Novelist : The Emergence of the Artist as Woman, Urbana, University of Illinois Press, 1978, p. 257).

9 Dans une communication présentée à la Modem Language Association, Washington (D.C.), décembre 1996, John Isbell dit : « [...] the French Word nationalité first appears in this texte [Corinne], and we stand here at the birth of modem nationalism » (« Italy, or Corinne : the Science of Nations in 1807 »).

10 La description des manières régionales de parler italien fournit encore un exemple : le « son rude » de l’accent bolognais (XIX-560), « l’élégance » du toscan, (XVIII-512).

11 Evidemment la forme épistolaire elle-même constitue une forme de clôture pour les personnages et leur monde.

12 Voir sa lettre à Delphine (II-7). Mme de Belmont accepte d’être déshéritée et bannie du cercle familial pour épouser un homme aveugle et sans fortune. Elle, aussi, vit libre et heureuse, mais à un prix qui n’est pas exigé d’un homme.

13 Par exemple, Thérèse dit qu’elle s’enfermera dans un couvent si son mari découvre sa liaison avec Serbellane. Plus tard, celui-ci parle de « cette douce [...]. Thérèse immolant sa jeunesse, ensevelissant elle-même sa destinée » (II-41-405). Delphine pense à « [s']enfermer pour toujours dans la retraite où vit [sa] belle-sœur » (II-37-395). Delphine raconte que la pieuse Matilde s’est « renfermée à cause du carême dans un couvent » (III-17-507). Quelle différence d'avec la piété librement pensée et consentie de Corinne qui dit : « [...] je vais passer quelques temps dans un couvent de religieuses pour me préparer à la solennité de Pâque » (IX-250).

14 Par exemple : « [...] s’il fallait choisir entre ma vie et mon amour, ah ! que choisiriez-vous ? » (III-26-527) « Avez-vous pu penser que j’existerais un instant après votre départ ? » (III-28-530) Léonce avait essayé le même chantage avec sa mère qui paraît y avoir été moins sensible : « [...] je suis résolu à épouser Mme d’Albémar, à moins que vous ne me prouviez qu’une loi d’honneur s’y oppose. Le sacrifice que j’y ferais alors serait bientôt suivi de celui de ma vie ; l’honneur peut l’exiger ; mais vous, ma mère seriez-vous heureuse à ce prix ? » (I-31-234) Quant au suicide en général dans la fiction staëlienne, voir l’essai de Margaret Higonnet, « Suicide as Self-Construction », in Germaine de Staël : Crossing the Borders, ed. Madelyn Gutwirth, Avriel Goldberger and Karyna Szmurlo, New Brunswick, Rutgers University Press, 1991, p. 69-81.

15 La Troisième Partie comprend 49 lettres, dont 20 sans date. Le premier groupe important comprend les lettres 2 à 7 et 9 ; le deuxième, 19-28, et 30-31. Les lettres 8 et 29 s’adressent à un tiers.

16 « En choisissant cette forme [du roman par lettres], Mme de Staël montre le passage d’un temps toujours présent, à travers des moments qui s’évanouissent les uns après les autres [...] qui les conduisent à la mort par une série de catastrophes qu’ils ne savent ni prévoir ni conjurer » (S. Balayé, Madame de Staël : Lumières et liberté, p. 131).

17 De plus, on trouve dans le roman beaucoup de phrases remplies de négatifs comme : « Rien ne peut donner l’idée du repentir qu’on éprouve quand il n’est plus possible de rien expier, quand la mort a fermé sur vous tout espoir de réparer les torts dont on s’accuse » (III-14-491, Delphine à Léonce, décrivant ses sentiments après la mort de M. d’Albémar).

18 La phrase complète : « Oswald, Lord Nelvil, pair d’Ecosse, partit d’Edimbourg pour se rendre en Italie pendant l’hiver de 1794 à 1795 » (I-27).

19 Un autre trait romantique dans le roman est l’étroite correspondance entre la nature, si souvent décrite dans toute sa réalité sensuelle, et l’état d’âme des personnages.

20 M. Gutwirth a noté cette correspondance entre l’état d’âme de Corinne et cet orage in Madame de Staël, Novelist, p. 196.

21 Quand Corinne refuse d'épouser M. Maclinson, sa belle-mère « faisait cause commune avec lui, plutôt pour la défense de la médiocrité que par amour-propre de famille » (XIV-377).

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540