Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Kurt Klooke

Benjamin Constant entre les Anciens et les Modernes. Orientations polyvalentes

Ephraïm Harpaz

Texte intégral

  • 1 Isabelle de Charrière, Œuvres complètes, t. III, Amsterdam, 1979-81, 10 vol., p. 52.
  • 2 Cf. René Le Grand Roy, « La passion du jeu chez Benjamin Constant », in Actes du congrès de Lausan (...)

1En route pour Brunswick, le jeune Benjamin Constant écrit à Mme de Charrière, le 25 février 1788, une lettre bien triste, où il évoque avec nostalgie, le temps passé auprès d’elle : « J’avais été sans inquiétude, sans passions violentes, sans humeur et sans amertume. La dureté, la continuité d’insolence et de despotisme à laquelle j’ai été exposé, la fureur et les grincements de dents de cette [gent] parce que j’étais heureux un instant, ont laissé en moi une impression d’indignation et de tristesse qui se joint au regret de vous quitter [...]1 ». Benjamin avait été hospitalisé pendant une quinzaine de jours pour guérir d’un mal qu’il avait contracté en Angleterre2. Les lettres nombreuses qu’il adresse à sa protectrice depuis son départ témoignent de ses sentiments de désolation, mais aussi de gratitude et de confiance qu’il éprouve pour le premier long séjour passé près d’elle. Il ne cache pas sa révolte contre l’incompréhension et l’unanime réprobation rigoriste des siens, il laisse percer cependant son désarroi à la suite de sa maladie. En songeant aux faits et méfaits de la « haute pédagogie » paternelle, on conçoit le besoin du jeune Benjamin d’être protégé, secouru par une ambiance tendre, indulgente. Il n’est guère étonnant qu’il se soit échappé en Angleterre pour attirer l’attention de son père, ni qu’il se soit comporté d’une façon extravagante à Brunswick pour se mettre en avant, ni encore qu’il ait épousé une Minna von Cramm.

  • 3 Amélie et Germaine, in Benjamin Constant, Œuvres, éd. par A. Roulin, « Pléiade », p. 250.

2Il n’est guère étonnant non plus qu’il se soit épris de la prestigieuse Germaine de Staël, aux dons intellectuels remarquables. Ce qui devrait nous surprendre est moins le fait de leur liaison, que le fait qu’elle ait duré si longtemps. Captivé par les excellentes qualités de la « douce Minette », il se hérisse révolté, grondant contre « l’ouragan Biondetta, » victime lui-même de ses propres défaillances. Il ne sait qu’atermoyer, se fier au travail du temps. Il écrit le 8 mars 1803 : « Scènes sur scènes et tourments sur tourments. Depuis trois jours, Germaine est furieuse et me poursuit tellement d’invectives, de larmes et de reproches que je passe moi-même alternativement de l’indifférence à la fureur [...]. C’est une relation terrible, conclut-il, que celle d’un homme qui n’aime plus et d’une femme qui ne veut pas cesser d’être aimée3 ».

  • 4 Cf. ibid., l’analyse pénétrante que fait Constant, le 14 mars 1803, de ses relations avec Germaine

3Constant pense lui faire la dernière concession en l’accompagnant en Allemagne, puis il y revient, à peine débarqué en Suisse, en brûlant les étapes, pour lui annoncer la mort de son père. Mais en la retrouvant avec Schlegel, il croit que cette fois ce sera irrévocable. En faisant un de ses nombreux retours rétrospectifs, il note, le 30 avril 1804 : « Il n’y a pas de raison, si je ne prends pas un parti décisif, pour que ma vie ne se passe pas comme cette journée, comme ce mois ». Il pèse et repèse le pour et le contre, évoquant l’agitation perpétuelle de Mme de Staël, ses injustices et ses injures, ses accusations et ses demandes répétées, l’horreur que lui inspire sa tyrannie, les torts qu’elle lui cause en France, « l’air secondaire » qu’elle lui donne toujours4.

  • 5 Cf. ibid., les Journaux intimes [Journal, dans les notes suivantes], le 21 avril 1805.
  • 6 Ibid., le 22 avril, accord qui lui assurerait une vie aisée, mais d’autre part « il m’enchaîne à j (...)

4Le mouvement pendulaire reprend cependant ses droits. Il suffit que Germaine s’absente pour que Benjamin se répète et se remémore les vertus de Minette. Puisqu’il ne se sent pas de force pour regagner sa liberté, il se dit qu’il doit tenir ferme, poser ses conditions : « point de Suisse, point de Genève, point de Coppet », partout ailleurs, sauf là où « un lac... me rend aveugle, des parents... ne cessent de me blâmer5 ». Ne ferait-il pas mieux d’accepter le mariage secret que Germaine lui propose ? C’est un accord qui lui sourit peu, mais il le réunit, se dit-il, « d’une manière positive à [sa] charmante Albertine. Il [lui] donne des droits là où [il n’a] eu que des devoirs6 ».

5La critique n’a pas prêté assez d’attention à l’amour paternel profond de Constant pour sa fille ni à leurs relations bien affectueuses. Seulement, l’enjeu ne consistait pas uniquement à reconnaître le statut de sa paternité, mais à être reconnu pour ce qu’il était et pour ce qu’il valait, non seulement secrétaire et collaborateur, bon, entre autres, pour des courses fréquentes, mais entièrement inutiles, auprès de l’entourage de Napoléon, afin qu’on permette à Mme de Staël de se rapprocher de Paris ou pour lui rendre les deux millions de Necker. Le temps qui s’écoule et s’amincit à côté d’elle le frappe d’épouvante.

  • 7 Mariage secret à Brévans, fin mai 1808, officiel à Paris, fin déc. 1809.
  • 8 En déc. 1807, Charlotte tombe gravement malade à Besançon ; en mai 1809, Mme de Staël convoque imp (...)
  • 9 Mme de Staël expédie Schlegel le 13 juillet 1807 à Brévans pour ramener le récalcitrant Benjamin a (...)
  • 10 Cf. la « Chronologie », op. cit.
  • 11 Cf. la Correspondance de Benjamin Constant et Sismondi, publiée par N. King et J.-D. Candaux, in A (...)

6On connaît le reste, la réapparition de Charlotte d’un lointain oubli, l’amour qui le ressaisit, précisément, grâce à des qualités opposées à celles de Germaine, le mariage secret, puis officiel7 de Benjamin et de Charlotte, non sans drame8, les scènes affreuses à Coppet, en juillet et septembre 18079, tragi-comiques à Sécheron10 lorsque la châtelaine de Coppet surprend Charlotte de Hardenberg en train de prendre son bain de pieds. Plus grave fut la conduite de Mme de Staël lorsque Rocca avait cherché à forcer Constant à se battre en duel avec lui11.

  • 12 Cf. la notation du Journal du 27 juin 1812.

7Ce qu’on ignore d’habitude, c’est que dès la conclusion du mariage, sinon avant, Benjamin a regretté sa rupture avec Germaine, et bien plus vivement depuis la fuite héroïque de Mme de Staël et des siens de Coppet. Les notations se suivent en foule dans ses Journaux ainsi que l’évocation de l’auditrice attentive qu’il avait pour ses travaux. Ces regrets sont bien renforcés par les soucis qu’il se fait au sujet d’Albertine. Ses remords augmentent au rythme de l’avancement des fuyards et de l’installation à demeure de Charlotte dans le rôle ennuyeux d’épouse légitime. Les bouderies et les querelles ne manquent pas ni le sentiment pénible de Benjamin Constant de l’irréparable, d’avoir substitué le poids d’un fardeau à l’entraînement d’un torrent12.

  • 13 Corr. op. cit., p. 145.
  • 14 Cf. le Journal, note du 16 sept. 1812.
  • 15 Ibid., 16 nov. 1812.
  • 16 Ibid., 17 nov.
  • 17 Ibid., 16 déc.

8Tout un système de renseignements s’établit à partir de Fanny Randall, la gouvernante demeurée en Suisse, reliant les fuyards aux amis de Mme de Staël. Bientôt des lettres s’échangent, dès l'arrivée de Germaine à Stockholm. Benjamin pousse la gentillesse au point de s’enquérir même de la santé de Rocca et de son cheval, estimant que les deux sont inséparables. La pensée de Constant suit avec passion les événements touchant les voyageurs, sous l’œil inquiet et jaloux de Charlotte. Malgré les soupers, réceptions et bals que Benjamin semble assez goûter, et le travail assidu qu’il poursuit à la bibliothèque de Göttingen, il s’ennuie, mord son frein. N’eût été la présence de Villers, il aurait eu du mal à supporter sa vie entre Göttingen et Cassel. Les savants qui remplissent la bibliothèque ne sont pas d’un grand secours, ils ne parlent guère : « On dirait des muets laborieux, qui à des époques fixes, viennent se montrer ce qu’ils ont fait tout seuls, alors ils se font une révérence, il n’est plus question de rien entre eux et chacun retourne à l’ouvrage13 ». Bien sûr, il a des moments de clairvoyance, se disant qu’il est fou de croire que Charlotte l’espionne14. Mieux encore, il s’en veut de son comportement envers elle : « Hélas ! J’ai tourmenté les autres pour ce qui n’était qu’en moi15 ». Autre variante : « Je me fais des chimères, et je m’en prends aux autres de mes propres folies intérieures »16 Ou ce cri de cœur : « J’aurais dû travailler plutôt sur mon caractère que sur ma situation17 ».

9Cependant, autour de ce désert de silence, de ces débats intérieurs, le sol tremble. Du 14 au 20 septembre 1812, le feu ravage Moscou. La retraite sinistre va bientôt commencer. Le réveil national se fait sourdement en Allemagne depuis un bon moment. La Prusse et l’Autriche vont se détacher de Napoléon. Le royaume de Westphalie va s’évanouir bien rapidement.

10Benjamin Constant est aux écoutes, prêt à s’engager dans la mêlée. Il finit par se rendre aux appels passionnés de Mme de Staël, non sans hésitations, et se décide à jeter son dévolu sur les destinées de Bernadotte. Ainsi que Mme de Staël et Schlegel, il participe à la campagne de propagande de Bernadotte, et compose fébrilement, en un temps record, son pamphlet célèbre, vite devenu un classique de tous les âges. Au-delà du choix entre Charlotte et Germaine, Benjamin Constant semble avoir opté pour sa vocation politique. Plus tard, en plein accès de folie amoureuse pour Mme Récamier, Constant ne retrouvera quelque peu sa raison qu’en collaborant à l’Empire libéral des Cent-Jours, sans renier toutefois ses principes politiques.

11Les relations avec Mme de Staël connaîtront un moment de paix et d’amitié épistolaire, puis d’antagonisme extrême, lorsqu’elle le retrouvera aux pieds de la belle Juliette, et relations bien détériorées, devenues haineuses, lorsqu’elle réclamera de lui une contribution importante à la dot d’Albertine. Le pauvre Benjamin a dû tenter sa chance à la roulette, en s’endettant davantage.

  • 18 Pour les lectures d’Adolphe, faites à Paris et à Londres, les jugements portés sur l’œuvre, cf. P. (...)

12Benjamin Constant a fort à faire à Londres où ils ont trouvé refuge, lui et Charlotte, pour éviter le règne de la Chambre retrouvable. Il tient encore quelques lectures publiques d’Adolphe18, reprend son Apologie sur les Cent-Jours, apprend à se faire au joug conjugal et prend des résolutions héroïques pour l’avenir : « A dater d’aujourd’hui, note-t-il, le 15 juillet 1816, je règle ma vie plus sévèrement. Le laisser aller m’a fait trop de mal ». Parmi les quatre règles, mentionnons la première, renoncer à l’amour physique, et la seconde, se consacrer à son travail. Il tiendra parole.

13Le 8 janvier 1812, Benjamin Constant note : « Lu mon roman. Comme les impressions changent. Je ne saurais plus l’écrire aujourd’hui ». Et le 9 novembre : « Lu mon roman. Je suis en étonnement moi-même ». Nous aussi nous le sommes devant la jeunesse de l’œuvre. Elle est moderne, précisément, parce qu’elle est née des luttes et révoltes de l’auteur. Le désir d’être et le désir d’avoir, ces frères siamois qui se nourrissent et s’alimentent l’un l'autre, qui ne sauraient opérer l’un sans l’autre, les instincts de vie et les instincts de mort, tournés vers l’autre ou retournés vers soi, tirent leur force et leurs vérités d’une intériorité fouillée jusqu’au tréfond de l'être. C’est son vécu que Constant projette à travers cette œuvre, qui se veut l’expression d’une confession, la suggestion d’une réalité où des personnages-silhouettes tournent en rond autour du héros, seul moi pleinement présent, mais inquiet, tourmenté, obsédé, frôlant la déraison, dressé contre l’autre, les siens, l’opinion, bourreau et victime à la fois. Le cercle infernal dans lequel il se meut s’éclaire d’autant plus aisément que les Journaux Intimes l’imprègnent d’une lumière arctique, extrêmement triste, désolante, sans espérance. On a beau chercher à cette œuvre des antécédents, des similitudes contemporaines, des encadrements usés ou des structures analogues, la soumettre à des examens psychologiques, stylistiques, thématiques, réduire son témoignage intimiste en élevant sa qualité littéraire, elle n’en reste pas moins le dévoilement inégalable d’une histoire d’âme toute proche de nous, qui est partie de nous.

14En relisant son roman, Benjamin a compris sa grande portée, d’où les nombreuses lectures qu’il en a faites, en attendant de l’imprimer, l’oreille toute tendue vers Coppet. Mais il fut également en mesure de comprendre, depuis la tendre amitié qu’il a nouée avec Julie Talma, la belle passion qu’il a partagée avec Mme Lindsay et les retrouvailles avec Charlotte, qu’il fallait rompre avec Mme de Staël. Les points de répère psychologiques se trouvent bien développés dans Amélie et Germaine.

15Benjamin Constant était une sorte de machine à écrire, son ami Sismondi une machine à produire. Mme de Staël, elle aussi, était à un degré moindre une machine à écrire, mais, en revanche, et bien davantage, une machine à parler. Ecrire pour Benjamin était une voie de salut, exorciser son mal d’être par l’exposition et la saisie de ses propres problèmes. Comprendre Adolphe, idéaliser Ellénore, faire représenter l’opinion par son père et l’ami de celui-ci, fut aussi une manière de s’absoudre et de condamner les autres. Mais si Constant s’estime en 1812 incapable de composer un roman pareil, c’est qu’il n’avait plus à affronter des circonstances similaires.

  • 19 Cf. Benjamin et Rosalie de Constant, Correspondance, 1786-1830, p. p. A. et S. Roulin, Paris, Gall (...)
  • 20 Journal, note du 20 sept. 1812.
  • 21 Pensant à ses relations avec Charlotte, Benjamin note le 27 sept. : « Si elle n’est pas ma femme s (...)

16Rien ne nous empêche de croire que les pages écrites pour raconter l’histoire d’amour de Benjamin et de Charlotte et qui furent mises de côté en faveur de l’épisode d’Ellénore, ont servi pour composer Cécile, comme l’avait suggéré Pierre Deguise il y a bien longtemps. En 1809-1810 ? Plus tôt ? Plus tard ? Mais « plus tard », il accomplit religieusement son devoir de terminer ses travaux sur les religions19. Il en a hâte pour rentrer en France, en s’arrêtant en Suisse. Puis, il se fait mal au joug conjugal alors que Minette brille de la gloire d’avoir défié l’empereur et traversé l’Europe en armes à la barbe de la police impériale. L’idylle avec Charlotte tourne court en proportion inverse de la stature européenne que gagne Germaine. L’angoisse qui ne quitte pas Benjamin au sujet des voyageurs envenime ses rapports avec Charlotte. Elle le sent et se défend comme elle peut. Curieusement, les querelles du ménage rappellent les éclats, reflets bien pâles évidemment, entre Benjamin et Germaine. « Projet de voyage à Vienne. Ce que je n’ai jamais voulu faire avec la plus spirituelle des femmes, je le ferai peut-être avec Charlotte. Justice du ciel20 ». Mais la justice du ciel opère à sa façon. Même les rapports intimes avec Charlotte en pâtissent, seulement dans des termes opposés à ceux de sa rivale21.

17Benjamin Constant n’était pas en état d’achever Cécile. Il lui aurait fallu la présence bipolaire, simultanée de la voyageuse et de son épouse, cette tension impossible, maléfique, source d’inspiration, moyen nécessaire pour aménager la transition entre Cécile et Mme de Malbée.

18Le drame de Benjamin Constant se joue entre l’absence et la présence. Plus Germaine est absente, plus elle revêt le fond intellectuel remarquable de Minette et sa douceur alors que Charlotte ne garde que l’ennui d’un train-train conjugal médiocre, terne. Plus Germaine est présente, et plus elle perd la douceur de Minette pour reprendre l’aspect terrorisant de « l’ouragan Biondetta » tandis que Charlotte redevient captivante, regagne ses charmes. Le drame devient tragique lorsque la confrontation entre les deux rivales constitue un dilemme, autrement dit un problème sans solution dont les termes s’imposent et s’excluent absolument, sans trouver d’issue que par l’écriture.

  • 22 A. Roulin s’est demandé s’il ne s’agissait pas d’un poème manuscrit d’un élève de Bouterwek ; cf. (...)

19D’autre part, les événements militaires et politiques se poursuivent à un rythme bien précipité. Enfin, trait bizarre pour terminer ce passage. Une phrase énigmatique est plantée par Benjamin dans ses notes : « Lu Cécilia. Ne saurais-je donc jamais ne pas céder à la moindre fantaisie22 ? »

  • 23 Cf. les notes du Journal, à partir du 19 fév. 1812 ainsi que la lettre de Constant à Barante, in C (...)

20Et le Cahier rouge ? Les querelles23 avec son vieux père, mort à l’âge de 86 ans, pourraient éclairer la hâte de Benjamin à évoquer son enfance et sa première jeunesse telles qu’elles ont été surdéterminées par un militaire peu expérimenté en matière d’éducation et de formation. Désir de vengeance ? Frustration de l’aîné, se croyant privé de l’amour de son père en faveur des « bâtards » ? Ceci ne l’a jamais empêché tout le long de sa vie de faire preuve d’obligeance et de serviabilité à leur égard ainsi qu’à l’endroit de Marianne qui l’a élevé.

21Le Cahier rouge est un récit aussi triste que le reste de l’œuvre romanesque de Constant, témoignant non seulement d’une formation fantasque, mais d’une éducation soucieuse avant tout de faire obtenir aux jeunes des résultats prodigieux. En pensant à l’enfance de Benjamin, on peut se demander si Talleyrand, Stendhal, Balzac ou Flaubert avaient eu le droit de jouir de leur enfance. Dresser l’enfant pour qu’il devienne vite adulte, puis traiter le jeune adulte d’enfant, n’est pas nécessairement une bonne voie pour l’équilibre affectif des jeunes. D’où souvent des voies étroites qui provoquent et confondent les enfants prodiges avec les enfants prodigues, en révolte contre l’œil paternel, tribal ou public. Condamnation du père par l’auteur de Ma vie ? Sans doute, mais obsession aussi par l’image du père qui l’a aimé, admiré, secouru. Bien que mort à un âge avancé, sa disparition bouleverse Benjamin, provoque chez lui des troubles extrêmes et des sentiments de culpabilité. Après tout, on devient orphelin à tous les âges. Il a été violemment ému à la nouvelle de la mort de Blacons, son ami, ou en assistant à l’agonie de Julie Talma, et plus tard en apprenant la mort de Villers. C’est le moment d’un retour sur le passé, d’une méditation sur le jeu inexorable de la destinée et d’une réconciliation avec son père mort. Achever Ma vie ne semble plus l’intéresser. Qu’il ait retouché ici et là ce récit remarquable, n’est pas non plus exclu.

22En évoquant l’œuvre romanesque de Benjamin Constant, aurait-on raison de parler de vocation qui correspondrait à ses virtualités créatrices ? Son penchant à exorciser ses problèmes essentiels par l’écriture littéraire, constituant une sorte de thérapie, nous permettrait-il de considérer Adolphe, Cécile, Ma vie comme accidents dans sa vie intellectuelle ? Accidents bien heureux, mais moments qui ne reviennent pas de l’aveu de leur auteur, parce que les situations ont radicalement changé. En lisant et relisant son roman, on se rend compte que Constant ne fut en état d’achever qu’une seule œuvre romanesque, Adolphe. Contrairement à d’autres grands romanciers, il a le souffle imaginatif bien court, une fibre imaginative trop étroite, collée à son moi, démesurément agrandi. Sans doute a-t-il regretté de ne pas avoir terminé Cécile ou de ne pas l’avoir sous la main, mais dans un cas comme dans l’autre, il n’aurait pas été en situation pour le faire. Enfin, la mort de son père aura mis fin à toute velléité de reprendre le Cahier rouge.

  • 24 Cf. De l’esprit de conquête et de l’usurpation, notre « Présentation » au texte reproduit par les (...)

23Quelles routes restaient ouvertes à Benjamin Constant dans les circonstances personnelles et générales qu’il devait assumer ou subir ? Les hésitations douloureuses, compulsives qu’on remarque dans son choix d’une compagne, reparaissent avec autant sinon plus de force dans ses travaux. Il tâtonne, recule, reprend des textes déjà achevés, en refait les plans, les récrit, et recommence. Ces hésitations disparaissent lorsqu’il est sous pression, appelé à écrire rapidement, réagir sur le coup. Ses duels, son métier de journaliste et de député le prouvent abondamment, et l’illustre sa façon de mener à un train endiablé la composition de l'Esprit de conquête24.

24Traduire ou adapter en français un ouvrage réputé, l’accompagner d’annotations, de préface, de commentaires, c’est dans un sens s’effacer devant l’autre, renoncer à sa propre identité, mais en même temps s’amalgamer avec l’autre, le ramener vers soi, emprunter en quelque sorte, à force de correctifs et de contrevérités une part de sa personnalité et de son renom. Certes, il ne s’agit guère d’un plagiat, qui est vol manifeste, vulgaire, honteux, mais au contraire, partage d’idées en les corrigeant, en hâtant le procédé grâce auquel ces idées allaient tomber dans le domaine public.

  • 25 Sur l’initiation à la politique de Benjamin Constant, ses travaux préparatoires aux Principes de p (...)
  • 26 Cf. les Fragments d'un ouvrage abandonné sur la possibilité d’une constitution républicaine dans u (...)

25Ainsi, grâce à cette méthode d’association, voire d’identification partielle, Benjamin Constant se mettait au niveau des auteurs qu’il a traduits, et, en les adaptant, il s’est fait adopter. Jeune, il avait publié la traduction d’un fragment de Gillies sur l’histoire de la Grèce, promesse qui préfigure ses vastes études sur le polythéisme. La traduction de l’ouvrage de Godwin sur la Justice politique25, entamée par Constant vers 1798, est symptomatique de sa démarche : affronter un texte tout fait, le commenter, le critiquer, se surimposer au texte, le surdéterminer en l'inclinant vers sa propre pensée, et créer de la sorte un double niveau de lecture, deux plans insérés l’un dans l’autre, fusionnant au point de former une sorte de symbiose. Lors de ce processus, les éléments disparates mis en jeu, finissent par s’estomper. Godwin à son tour fait sa sortie. Exit Godwin. Il ne reste par la suite que des matériaux qui vont servir Constant pour des œuvres considérables26. Encore faudrait-il rappeler un point important : sous la férule de Bonaparte-Napoléon, de même que sous les gouvernements réactionnaires de la Restauration (son Commentaire de Filangieri), se mettre sous l’égide d’un auteur connu est une mesure de précaution bien nécessaire. Mal vu par les autorités consulaires et impériales, pour une bonne part à cause de son association avec Mme de Staël, vivant en demi-exil, Benjamin Constant est considéré comme un meneur parmi d’autres conspirateurs qui tournent autour de Coppet. D’où une opposition à Napoléon voilée par une activité et une production en apparence non politiques.

  • 27 Cf. P. Deguise, Benjamin Constant, méconnu, Genève, Droz, 1966, 2e partie, chap. I et 4e partie, c (...)
  • 28 Cf. M. de Rougemont et J.-P. Perchellet, Introduction à Wallstein, in Œuvres complètes, op. cit. I (...)
  • 29 Cf. l’article de Constant, Du théâtre français et du théâtre étranger, in Mercure de France, 13 dé (...)
  • 30 Pour Mme de Staël et d’autres écrivains, cf. le Recueil d’articles, 1795-1817, Genève, 1978 ; le R (...)
  • 31 Pour Marchangy, Raynouard, d’autres publicistes, cf. ibid.
  • 32 Cf. Benjamin Constant, « Réflexions sur la tragédie », in Revue de Paris, oct. 1829, article paru (...)

26Le théâtre des anciens a captivé Constant depuis ses années de formation. Sophocle est son idole, Euripide lui semble annoncer déjà le début de décadence, avec les traits individualistes de ses personnages. Dans l’ensemble, la Grèce constitue pour lui le grand modèle sinon à suivre du moins à regretter27. Toutefois, contrairement à Schlegel, son orientation, toute marquée par l’Antiquité qu’elle demeure, toute ouverte qu’elle soit du côté de l’Angleterre et de l’Allemagne, n’en reste pas moins encadrée, motivée, stylisée par sa formation et sa culture françaises. Adapter une pièce de Schiller, c’est procéder quelque peu comme Villers, écrire une poétique comparée avec celle du plus célèbre des poètes dramatiques allemands. Fidèle à sa méthode, en adaptant sa pièce de Schiller, il se faufile dedans. Pierre Deguise avait noté la ressemblance de Thécla à Charlotte et Martine de Rougemont la mort de Wallstein comme transposition28, ainsi que la guerre de trente ans comme un rappel des guerres napoléoniennes. Shakespeare, Goethe, Schiller, c’est l’hétérogène, le différent, une brèche sérieuse dans la muraille de Chine qui entoure le système français classique, bien que Benjamin Constant ait ramené sa pièce adaptée à la mesure française. Il prend ses précautions, il accompagne son texte de tout un corps de notations savantes, mais plaide en faveur des caractères dramatiques particuliers, entiers, individuels29. C’est un rappel des tentatives de Diderot à réformer le théâtre, mais davantage un effort de combattre ce que lui et Barante appelaient le factice, la civilisation raffinée, tendue vers des effets extérieurs, fière de sa sociabilité, de ses apparences éclatantes, peu soucieuse du dévoilement des âmes. Certes, cette tendance de Benjamin Constant se retrouve dans des articles qu’il a publiés30, dans des recensions qu’il a consacrées aux écrits de Mme de Staël, ou à des écrivains de droite qu’il a malmenés31. Ce n’est que plus tard, en 1829, qu’il substituera à la notion fondamentale des anciens, la fatalité, celle du pouvoir omnipotent, et comme notion non moins essentielle, celle d’obstacle, moyen et condition pour l’élévation spirituelle des élites dans leur confrontation avec le pouvoir ou avec leurs propres démons32.

  • 33 Cf. P. Deguise, Benjamin Constant méconnu, 4e partie, chap. II, « Constant et ses relations allema (...)
  • 34 Cf. nos « Présentations » aux ouvrages de Heine, reproduits par les Slatkine Reprints, Genève-Pari (...)

27Dans le rôle de médiateur entre la France et l’Allemagne, il faudrait remarquer la dette que Constant a contractée à l’endroit des érudits allemands dans son ouvrage sur la religion33. Certes, sa médiation avait un autre caractère que celle de Schlegel et Mme de Staël qui ont poétisé, idéalisé et béatifié l’Allemagne. Un autre nom s’y prête, grâce à sa médiation, mais dans la lignée libérale de Benjamin Constant, autrement pondérée, autrement soucieuse d’une véritable entente, d’un accord harmonieux avec une autre Allemagne, une Allemagne qui ne soit pas une menace mortelle pour l’avenir de l’Europe, qui ne la mettra pas à feu et à sang, telle que l’a annoncée dans sa vision apocalyptique un grand poète, essayiste et journaliste ; qui a trouvé refuge à Paris, Henri Heine34.

  • 35 Essai sur les mœurs des temps héroïques de la Grèce, tiré de l’histoire grecque de M. Gillies, Lon (...)

28Sans doute, c’est l’initiation au grec qui a amené le jeune Benjamin à s’intéresser au polythéisme gréco-romain. Depuis sa traduction d’un fragment de l’histoire grecque de Gillies35, il a fait preuve d’une grande persévérance pour les études du polythéisme. Au cours des années, son champ de recherches s’étendait, se transformant en un travail sur les religions. Un tel travail obligeait Constant à s’enfoncer dans le cœur même des problèmes de l’humanité. C’est une prévision de ce que sont devenues les études sur la religion depuis Constant.

  • 36 Corr., op. cit., lettre datée de Hanovre, 29 janv. 1814. Il lui écrit entre autres : « Je vous env (...)
  • 37 Cf. Benjamin Constant et Philippe-Albert Stapfer, [lettres], textes éd. par G. Rudler, in Mélanges (...)

29Quelques années bien chargées d’événements, sont passées depuis le jour où Constant s’est envolé vers ses nouvelles destinées, à côté de Bernadotte, par devoir comme il l’avait écrit à Rosalie, sa cousine36. Mais une absence de dix années sur le marché des livres est trop longue, à une époque où depuis un bon moment, le thème de la religion s’était placé à l’ordre du jour. Il fallait cependant mettre l’ouvrage manuscrit ou les copies bleues et blanches, à jour, se procurer des livres pour compléter les informations manquantes et faire les vérifications nécessaires37. Le temps presse d’ailleurs, un vent de réaction ultra souffle sur la France et menace le parti libéral, après l’assassinat du duc de Berry.

  • 38 L’annonce ajoute que l’ouvrage paraîtra en six livraisons, formant 3 vol. in-8°, de 400 pages chac (...)

30Le 19 juillet 1822, le Courrier français annonce la publication prochaine de De la religion, considérée dans sa source, dans ses formes et son développement. Mais Benjamin Constant n’a pas estimé à sa juste valeur la virtuosité criminelle des autorités, qui avaient failli l’assassiner à Saumur, en octobre 1820. On le fit impliquer dans deux procès retentissants, ce qui provoqua son échec aux élections partielles de la Sarthe et retarda forcément l'impression de son ouvrage38.

  • 39 Constant n’annonce l’ouvrage à sa cousine que le 11 juillet 1823, en lui demandant de lui trouver (...)
  • 40 Pour les Saint-Simoniens, cf. L’« Introduction » à notre éd. de l'Esprit de conquête, Paris, Flamm (...)
  • 41 Pour Dunoyer, cf. le c. r. critique de Benjamin Constant, « L’Industrie et la morale considérées d (...)
  • 42 Sur les Saint-Simoniens, cf. Séb. Charlèty, Histoire du saint-simonisme, 1931, 2e éd.

31Il est certain que Benjamin Constant gagne beaucoup à la comparaison avec des érudits français de son temps. Il peut tenir très honorablement la plume contre des écrivains au catholicisme philosophique, comme Joseph de Maistre et Bonald, des prêtres extrémistes comme Lamennais, des écrivains-poètes comme Chateaubriand ou des savants confus comme Eckstein. Constant publie dans des recueils périodiques des études qui lui permettent d’expliciter sa philosophie sur la religion et de l’affirmer contre ses adversaires39. Il s’élèvera d’autre part, vers 1825, dans le domaine où la politique et la religion sont emmêlées, contre la doctrine totalisante des Saint-Simoniens40, contre l’identification béate de Dunoyer entre l’industrie, la liberté et la spiritualité41, et encore, avec un redoublement de colère, contre les écarts de conduite et les bizarreries du mystique Père Enfantin et de ses Frères en mysticité qui vont bientôt partir à la recherche de la Mère42.

  • 43 L’ambiance politique en 1825 continue d’être bien tendue. Les projets de loi que le ministère Vill (...)
  • 44 Cf. B. Constant, De la religion, vol. I, Liv. 1er et vol. V, Liv. XV ; P. Deguise, Benjamin Consta (...)
  • 45 Christianisme, in Encyclopédie moderne, 1825, publié probablement durant la seconde moitié du mois (...)
  • 46 Aristophane, c.r. de la traduction de l’œuvre d’Aristophane par Artaud, publié dans la Revue de Pa (...)
  • 47 Cf. P. Thompson, Deux chapitres inédits de l’Esprit des religions, 1803-1804 : Des rapports de la (...)

32Quelle idée de Benjamin Constant frappe le lecteur à la lecture de son ouvrage et de ses articles sur la religion ? Selon lui, il y a deux distinctions à établir dont l’une va dans le sens de l’avenir, du progrès, la différence entre le fond et les formes, et dont l’autre caractérise chaque âge, à savoir la différence essentielle entre les religions sacerdotales et non-sacerdotales. Le rythme de progrès de chaque âge est déterminé par la qualité de la religion qu’il est appelé à affronter. Qui dit religion sacerdotale, dit intérêts temporels, association et coopération avec tout ce qui n’est pas nécessairement foi religieuse. Au haut de la pyramide, cela signifie l’union peu sacrée entre l’autel et le trône, et ailleurs, la porte grande ouverte aux préjugés, aux mensonges, à une régression terrifiante comme si 89 n’eût jamais existé43. Le sentiment religieux44 a chez Constant partie liée avec sa conception de l’individualité, il est uni au désir de liberté qui est inhérent à la nature humaine. Et Pierre Deguise et le regretté Patrice Thompson ont insisté sur la transposition de l’actualité politique et cléricale de la Restauration dans son ouvrage. Mais c’est bien plus qu’une simple transposition. L’histoire commence à s’écrire sur une vaste échelle sous la Restauration, mais elle s’écrit à partir d’un vécu qui se fait co-présent aux événements du passé, à peine révolu, l’inclinant de plus en plus et de proche en proche vers son point d’aboutissement. C’est faire dérouler l’histoire comme lutte ininterrompue du sentiment religieux et du désir de liberté contre le pouvoir corrupteur et mensonger des sacerdotaux, associés aux privilégiés. La corruption du polythéisme décadent reflète la décadence de l’Eglise avec sa loi du sacrilège et comme élément similaire le sacre de Charles X. En attendant que les tomes successifs de la Religion fassent leur sortie, Benjamin Constant les accompagne de grands articles dans des revues pour leur servir d’introduction, d’acte de foi et de publicité à la fois. La politique contemporaine y est bien présente45. Même un compte rendu d’Aristophane, en apparence fort innocent, en est un rappel46. Rien d’étonnant donc si deux chapitres inédits que Constant n’a pas publiés, ont nettement un caractère politique47.

  • 48 Cf. P. Deguise, Benjamin Constant méconnu, op. cit., loc. cit.
  • 49 Cf. les répertoires dans les Recueils d’articles, et L’Ecole libérale.

33Les positions en matière de foi de Benjamin Constant s’éclairent, affirme Pierre Deguise, en écartant de sa philosopie religieuse tout rappel des dogmes, d’intermédiaires, de grâce, d’institutions hiérarchisées48. Même la révélation que Benjamin Constant traite délicatement, me semble plus un coup de chapeau dans la direction des autorités menaçantes, que la profession d’un doute scrupuleux. Il est vrai que le théisme précurseur des Hébreux le gêne comme sa difficulté à repousser les arguments sur l’existence du sacerdoce chez le Grecs. Mais ce qui est constant chez lui, c’est sa haine de toute organisation cultuelle qui s’associe à sa mémoire ancestrale de huguenot et qui rejoint d’autre part sa philosophie libérale. On n’a qu’à consulter ses articles et ses recensions pour saisir la profondeur de ses ressentiments49. C’est un rationaliste, malgré les pages pascaliennes et panthéistes admirables où il évoque des âmes solitaires perdues dans l’immensité des espaces. Il n’aime pas le rire sardonique de Volataire, mais on peut se demander ce qui le sépare vraiment d’un homme qui n’aimait pas particulièrement le sacerdoce, pas plus que les Encyclopédistes d’ailleurs. S’il se laisse toucher par le souffle des « âmes intérieures » ou espère des miracles de l’intercession de Mme de Krüdener, ce n’est qu’une illusion, le bercement d’une espérance irréalisable.

  • 50 Cf. P. Deguise, op. cit., p. 239-244.
  • 51 Christianisme, in Benjamin Constant publiciste, p. 47.

34Benjamin Constant ne définit guère le sentiment religieux ni le désir de liberté. Les deux sont la source de sentiments élevés, caution et garantie contre les démons qui travaillent l’homme pour satisfaire son égoïsme, alimenter ses désirs de possession et de puissance. C’est dire dans d’autres termes que la religion tend vers la morale et que celle-ci est à son tour politique pour sauvegarder les libertés et la liberté des uns et des autres. Ce qui manque encore au vocabulaire libéral, c’est le terme solidarité, les notions d’abnégation et de sacrifice semblent suffire à la tâche, sauf que Benjamin Constant n’est pas convaincu que la perfectibilité soit bien parfaite et que l’ordre bourgeois basé sur l'utilité, la matérialité pourrait empêcher la décadence. Il était sûrement plus à l’aise dans son monde gréco-latin50. A tout prendre, il préférait à une définition claire et déterminante, le vague des notions-clé, lui permettant d’appuyer sur la continuité progressive des cultures plus que sur leurs points de rupture. « Chez les peuples très civilisés, dit-il timidement dans son article Christianisme, les hommes éclairés sont fort ardents pour leurs intérêts et très modérés dans leurs opinions ; or, les partis modérés conservent ce qui est, mais toute création est au-dessus de leur force51 ».

  • 52 Le 31 oct. 1815, Benjamin Constant avait enfin accompli une décision héroïque, renoncer à Mme Réca (...)
  • 53 Le 5 sept. 1816.
  • 54 Texte publié en déc. 1816, et recueilli dans le Cours de politique constitutionnelle, de Constant, (...)
  • 55 Souvenirs, Paris, 4 vol., t. I, p. 283.
  • 56 Le roi, la charte, la monarchie, Paris [1816], 2° éd., p. 7 ; v. « Benjamin Constant et Chateaubri (...)

35A peine rentré à Paris de son exil à Londres52, après la dissolution de la Chambre introuvable53, Constant s’en prend à l’écrit que Chateaubriand venait de lancer, De la Monarchie selon la Charte. Tirant la Charte vers l’aristocratie, il la fonde sur la noblesse, autour d’un roi de vieux mode, régime dont la stabilité serait assurée grâce à sept hommes par département, l’évêque, le préfet, le juge, le procureur, le geôlier, les commandants préposés aux forces de la défense et de l’ordre. Drôle d’esquisse constitutionnelle, tracée par l’auteur du Génie, tout fier de se considérer comme initiateur du système représentatif en France. Benjamin Constant lui donne la réplique avec fermeté dans De la politique qui peut réunir les partis en France54 : admettre certains intérêts matériels de la Révolution et en refuser les intérêts moraux, c’est établir une distinction spécieuse et repousser la vaste majorité de la France en l’excluant de la réconciliation nationale dont Chateaubriand s’est constitué le porte-parole, avec la modestie qu’on lui connaît. Le duc de Broglie, entiché de l’aristocratie anglaise, estime que Benjamin Constant a enseigné le système constitutionnel à la bourgeoisie et Chateaubriand à la noblesse55. Villemain, en a une opinion quelque peu différente. Il affirme que Chateaubriand « consacre son talent à reproduire, et, si l’on veut, à réhabiliter les théories si bien exposées par M. Benjamin Constant : et Jérusalem parle comme Samarie56 ».

  • 57 Cf. L’Ecole libérale, p. 69 ; v. aussi un article de Constant, publié dans le Mercure de France, e (...)

36Constant et Chateaubriand étaient de vieilles connaissances, aux rapports respectueux de part et d’autre, mais bien distants. A cette date, Constant peut se permettre de traiter le noble pair sur un pied d’égalité, formuler d’emblée le problème qui oppose le camp libéral au parti ultra. Dans sa spirituelle réplique, Constant laisse entendre que la transaction entre la monarchie et le pays ne pourrait se faire que si le passé révolutionnaire et impérial de la France, les idées comme les intérêts, les hommes comme les choses étaient reconnus, légitimés comme la royauté et réintégrés comme elle57.

  • 58 Pour le Mercure, la Minerve et le quotidien La Renommée, cf. L’Ecole libérale et le Recueil d’arti (...)

37Benjamin Constant a pressenti le rôle immense, révolutionnaire que la presse et les imprimés allaient jouer dans les destinées de la vie politique et intellectuelle. Les littérateurs de tous bords dont bon nombre étaient humanistes occupaient sous la Restauration les devants de la scène. La presse préfigure, à défaut de centres d’enseignement, de diffusion culturelle et de renseignements, ce que seront à l’avenir les facultés, de véritables sources d’information et lieux précieux de formation : c’est là où rédacteurs et collaborateurs se réunissent souvent pour redéfinir la tactique et réexaminer la stratégie58.

  • 59 Cf. l’Ecole libérale, les Recueils d’articles, en consultant les introductions et les répertoires.
  • 60 Cf. Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe, Correspondance, éd. par nous, Genève, Droz, 1973 ; su (...)

38Benjamin Constant s’était mis à l’apprentissage du journalisme dès son arrivée à Paris, en 1795. Il est mûr maintenant pour se lancer en grand, avoir ses coudées libres dans des recueils et des journaux où il a son mot à dire, et d’où il tire ses moyens de subsistance. Ce sont les grands jours non seulement pour l’éducation politique et culturelle de la France, mais les grands jours de Benjamin Constant aussi. Il trouve enfin après tant d’années de demi-exil, de silence forcé, d’abattement, sa vraie voie, où théories et pratiques, principes et applications s’offrent en abondance59. A sa voix de journaliste, Benjamin Constant a joint celle de député, consciencieux, exemplaire, adversaire implacable du pouvoir, orateur à l’ironie redoutable, attentif aux règlements parlementaires et au respect des droits du parti minoritaire, défendant la Charte selon son esprit et suivant sa lettre. La Correspondance60 de Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe est un témoignage précieux de l’idée que se faisait Constant des rapports entre « mandataires » et « commettants » ainsi qu’un écho fidèle de l’activité politique trépidante des « propriétaires » bourgeois et paysans de la province.

  • 61 Cf. Ph. Gonnard, « Benjamin Constant et le groupe de la Minerve », in Revue bleue, 1913, L’Ecole l (...)

39C’est là, parmi des rédacteurs, députés, chefs de file du camp libéral, au milieu de ses articles, de ses ripostes à ses adversaires, de son travail de rédaction, ses contributions à des revues de l’époque, la préparation de ses ouvrages pour l’impression que Benjamin Constant vivra sa vie, pleine, entière, engagé corps et âme dans la mêlée, idole de la jeunesse, admiré par ses électeurs, sujet de crainte et objet de surveillance pour les autorités préfectorales et policières. Jamais auparavant n’a-t-il été aussi entouré d’amis comme Aignan, Tissot, Etienne, Jay, Jouy, Saulnier Fils, Pagès, combien d’autres61, sans insister sur ses liens avec les chefs de file libéraux. Fini « l’air secondaire » qu’on lui donnait naguère, il a enfin retrouvé et dépensé sans compter ce qu’il y avait de meilleur en lui.

  • 62 Cf. L’Ecole libérale, chap. VII, « politique mondiale » ainsi que des articles qui s’y réfèrent en (...)
  • 63 Cf. les articles 14, 15, 17, dans le Recueil d’articles, 1825-1829.

40Benjamin Constant suit de près l’évolution de la politique mondiale, et en particulier dans les pays voisins, en Autriche, en Allemagne, en Espagne et Portugal, en Russie et ailleurs également62. Il est tout flatté et heureux de la décision de dom Pedro, empereur du Brésil, d’effectuer la séparation de son empire du Portugal et de conférer-imposer au peuple portugais une charte, calquée sur les Réflexions sur les constitutions de Constant63.

  • 64 Cf l'Ecole libérale, chap. VII, op. cit. ainsi que maints articles et recensions en consultant les (...)

41Tout autre est l’attitude de Benjamin Constant et de ses collègues à l’endroit de l’Angleterre, depuis 1814. C’est une désaffection grandissante, chez les adeptes de la petite propriété terrienne, née de la Révolution, pour les immenses propriétés terriennes et les privilèges héréditaires de l’aristocratie anglaise. Antipathiques encore sont les bourgs électoraux pourris de l’Angleterre, l’immense misère du pays, due à sa révolution industrielle, l’énorme dette publique, le monopole de la compagnie de l’Inde, la suprématie maritime que ses navires de guerre appliquent avec férocité, la politique double de l’Angleterre sur le continent et envers les colonies espagnoles d’Amérique du Sud. Libéraux et bonapartistes ont du mal à pardonner à l’Angleterre le traitement barbare qu’elle a infligé aux prisonniers de guerre français sur ses « pontons flottants », ou sa politique aussi peu humaine à l’endroit de l’Irlande catholique64.

  • 65 Cf sur les écoles d’historiens sous la Restauration, C. Jullian, « Note sur l’histoire en France a (...)

42La politique, chargée de passions et d’affrontements violents, après tant d’événements révolutionnaires, tant de faits et méfaits militaires, tant de vagues terroristes, devait envahir les consciences et se faire idéologies. L’histoire s’écrit alors, en partant du présent si débattu, en empruntant les larges voies du passé tout proche, en s’éloignant un peu vers la révocation de l’édit de Nantes, les horreurs des dragonnades, l’exil, la dispersion des huguenots à travers le monde. Elle emprunte encore les chemins de la Renaissance et de la Réforme, avec ses choix et ses options partisanes, en évoquant les guerres de religion et jusqu’à la guerre contre les Albigeois. L’ère des grandes écoles en histoire va commencer65.

  • 66 Cf. L’Ecole libérale, chap. IX, X, XI et XII.

43Le libéralisme a aussi ses options en littérature, sans que ses positions soient unanimes, à cause de la confusion dans les appréciations des œuvres due aux rivalités comme aux allégeances nationales, surtout en matière de théâtre. Dramaturges, poètes, romanciers sont peu mûrs pour faire des choix en connaissance de cause. Avec Cromwell de Victor Hugo et davantage son Hernani, la question changera de nature. Les arts plastiques ou musicaux ne seront guère épargnés par l’engagement politique des contemporains. Toutefois, le débat romantique n’a pris un relief exceptionnel qu’a posteriori, il fallait du temps pour que les signes précurseurs s’ordonnent autour d’une vision du monde cohérente66.

  • 67 Cf. les « Lettres sur les Cent-Jours », in la Minerve française,14e lettre, idées pénétrantes de N (...)
  • 68 Benjamin Constant a explicité sa position dans un article publié dans Le Temps, dont le titre est (...)

44La doctrine libérale comporte l’assouplissement de ses principes et même leur changement selon la force des circonstances. Ainsi, Benjamin Constant se rend à la vigueur d’argumentation de Napoléon contre l’hérédité de la pairie67. Aussi sera-t-il amené de plus en plus à répudier l’idéal de sa jeunesse et à prononcer sa préférence décisive pour la monarchie constitutionnelle comme ayant le plus de chances de survivance, surtout à cause du rôle qu’incarne le monarque, planant au-dessus des partis : servir de barrage pour maintenir l’équilibre du jeu politique, entre le ministère et les Chambres. L’expérience de la vie politique sous les assemblées révolutionnaires et sous le Directoire était trop désolante, trop concluante pour que Benjamin Constant pense qu’un régime républicain puisse échapper à la corruption de ses dirigeants et à sa propre décomposition. Mieux encore, il administrera une correction sévère aux journalistes, excessivement prodigues de la liberté de leurs opinions. Des « prolétaires intellectuels », les appelle-t-il, c’est-à-dire sans propriétés foncières, autrement dit encore, sans attaches à la terre, sans idéal patriotique ferme, plus identifiables avec des vérités universelles, qu’ils sont souvent prêts à abdiquer aisément, mais partisans farouches, au contraire, de leurs intérêts qu’ils sont disposés à défendre avec le dernier courage et avec un suprême acharnement68.

  • 69 Cf. « De l’Esprit de conquête et De la liberté des anciens comparée à celle des modernes », confér (...)

45Benjamin Constant renie-t-il par là ce qu’il avait défendu sa vie durant, la liberté d’expression ? Sans doute, l'Esprit de conquête est un écrit de circonstance, mais qui dépasse de loin ses données initiales. Jamais auparavant, le caractère de la civilisation moderne n’a acquis un tel relief par sa comparaison avec l’antiquité esclavagiste et conquérante. Tous les éléments modernes y ont été réunis pour éclairer les changements des structures économiques dus à l’industrie, au commerce et aux finances. La mobilité de la propriété industrialiste change la nature des rapports entre gouvernants et gouvernés, et, en perspective, la nature des rapports entre pays. C’est l’individu qui devient le point de mire de la pensée politique. Ses droits tracent les limites du pouvoir, le jeu entre gouvernants et gouvernés devrait dorénavant se faire dans une direction inversée. Les notions abstraites de souveraineté comme de volonté générale que Benjamin Constant n’affectionne pas, devraient faire place, d’une manière pratique, à la répartition de l’autorité entre les ressorts différents de gouvernement, du centre vers les autonomies locales, fédératives peut-être, les individus n’apportant leur concours que par la représentation et l’ambiance morale, créée autour des instances politiques. L’industrialisme comprend toutes les activités de l’homme, avec l’individu au centre de ses préoccupations. La tentative de Napoléon d’aménager un empire à l’antique, en pleine civilisation moderne, progressive, fondée sur la productivité et les échanges à travers les frontières, est un rêve à jamais irréalisable. Pis encore, c’est un essai criminel, d’échafauder un empire d’iniquité par les armes, la conquête, la mort, la ruine de l’Europe. Jamais, depuis le Contr’un de La Boétie, n’a-t-on-tracé un tableau aussi saisissant comme celui de Constant, du mécanisme par lequel a été construit et organisé le vaste pouvoir dictatorial de Napoléon, avec comme moyens de domination, la peur, la délation, les persécutions, le silence, l’esprit d’imitation et de complaisance se faisant complicité69.

  • 70 Idée souvent reprise par Constant : v. sa Préface, au t. I de De la Religion, son Christianisme, e (...)

46Constant n’est pas l’homme d’une seule vérité. L’homme est un tissu de plusieurs vérités aussi complémentaires que contradictoires. Le progrès est amélioration des conditions de vie, davantage de biens matériels, augmentation de fortune, de position sociale, de puissance politique. Les vertus d’origine s’estompent. Les différentes classes bourgeoises ont volontiers collaboré avec le régime de Napoléon. Les élites européennes nobiliaires ont rempli ses antichambres. Il n’y avait que les pauvres paysans espagnols et les tribus sauvages de Russie pour se battre contre les armées impériales ou les clephtes grecs pour mener la guérilla contre les féroces Turcs. Le patriotisme pousse avec les fruits de la terre, il n’est pas à son aise là où profits, utilité, égoïsme sont en jeu. La décadence menace les destinées de l’Europe70.

  • 71 Pour les Saint-Simoniens et Dunoyer, v. supra les n. 40, 41, 42.
  • 72 V. la lettre, datée du 5 oct. 1822, in Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe, Corr., op. cit., p (...)

47Voilà pourquoi Benjamin Constant a combattu les idées des Saint-Simoniens, pensant qu’organiser, coordonner et programmer la société, selon leurs perspectives productrices, en se passant de liberté, c’est tuer en l’homme ce qui le rend digne de sa condition. Croire que la liberté n’est qu’un luxe tout juste bon pour les âges critiques de l’humanité et non pour la période organique qui serait celle du XIXe siècle, c’est détruire chez l’homme tout ce qui est grand en lui, ce qui le distingue des abeilles ou des castors. Le positiviste Benjamin Constant ne saurait se faire à la division de travail des Saint-Simoniens ni à leur religion comme élément de cohésion pour la société des producteurs. Constant n’accepte ni le positivisme de Bazard ni le soi-disant idéalisme industrialiste de Dunoyer qui identifie l’industrie avec les vertus morales. Son idéal est une société où futilité soit contrebalancée par des vertus originelles, des sentiments élevés, l’abnégation et le sacrifice : sacrifier la liberté en faveur de la liberté71. C’est grâce à la morale que les modernes rejoignent les anciens, que les points de rupture sont compensés par la continuité et les vices de la possession par l’héroïsme des grands modèles de l’humanité. On peut se demander à la lecture de la lettre émouvante à Villèle où Constant s’engage à se démettre de sa mission de député si le pouvoir libère le médecin Caffé, condamné à mort, sans raison, s’il n’est pas justement un de ces modèles72.

  • 73 Principes de politique, chap. XV, « De l’inviolabilité des propriétés » ; Benjamin Constant, Œuvre (...)

48Le désir d’égalité est l'une des grandes sources d’énergie de l’homme en société, car la propriété ne saurait être conçue en dehors d’elle. Tant que l’homme se distingue de ses semblables physiquement et intellectuellement, tout rêve d’abolir la propriété est une chimère. Pour le Benjamin Constant des Principes de politique, l’abolition de la propriété mettra fin à la division du travail, base nécessaire au développement des sciences et des arts. L’institution de l’égalité dite naturelle « mettrait un obstacle invincible à l’établissement graduel de l’égalité véritable, celle du bonheur et des lumières73. » 11 appartient donc à l’industrialisme d’initier les classes déshéritées aux bienfaits de l’instruction et d’améliorer leur état matériel, source de leurs sentiments de bienêtre.

  • 74 P. 70 du Recueil d'articles, 1795-1817, c. r. de Constant de l’Essai de Leuliette sur les Grecs.

49Pour terminer, rappelons l’admiration de Constant pour les hommes de lettres grecs, parfaits poètes dramatiques et parfaits citoyens. Ironisant sur le métier de critique littéraire de Geoffroy, il dit ceci : « La séparation des facultés affaiblit l'homme et le dégrade. Quelques détails peuvent y gagner, comme les têtes d’épingle gagnent à la division du travail ; mais l’intelligence et la moralité de l’artiste y perdent ; et c’est pourtant en dernier ressort, cette intelligence, cette moralité qui fait les ouvrages immortels. L’on pourrait dire, à certains égards, que dans les pays où chacun, pour faire bien son métier, ne fait que cela, le métier d’homme se fait mal74 ».

Notes

1 Isabelle de Charrière, Œuvres complètes, t. III, Amsterdam, 1979-81, 10 vol., p. 52.

2 Cf. René Le Grand Roy, « La passion du jeu chez Benjamin Constant », in Actes du congrès de Lausanne, oct. 1967, Genève, Droz, 1968, p. 205, n. 21.

3 Amélie et Germaine, in Benjamin Constant, Œuvres, éd. par A. Roulin, « Pléiade », p. 250.

4 Cf. ibid., l’analyse pénétrante que fait Constant, le 14 mars 1803, de ses relations avec Germaine.

5 Cf. ibid., les Journaux intimes [Journal, dans les notes suivantes], le 21 avril 1805.

6 Ibid., le 22 avril, accord qui lui assurerait une vie aisée, mais d’autre part « il m’enchaîne à jamais et me rend solidaire d’une destinée bien orageuse ».

7 Mariage secret à Brévans, fin mai 1808, officiel à Paris, fin déc. 1809.

8 En déc. 1807, Charlotte tombe gravement malade à Besançon ; en mai 1809, Mme de Staël convoque impérieusement Benjamin à Lyon où elle s’est déplacée pour voir jouer Talma. Charlotte suit Benjamin à Lyon et tente, le 9 juin, de s’empoisonner. Benjamin Constant arrête son Journal le 27 déc. et ne le reprend que le 15 mai 1811 ; cf. la « Chronologie » en tête de notre Benjamin Constant publiciste, Paris, Champion, 1987.

9 Mme de Staël expédie Schlegel le 13 juillet 1807 à Brévans pour ramener le récalcitrant Benjamin au bercail, où elle lui ménage un accueil véhément devant ses enfants ; Benjamin se réfugie à Lausanne, où Germaine arrive, égarée, pour le ramener.

10 Cf. la « Chronologie », op. cit.

11 Cf. la Correspondance de Benjamin Constant et Sismondi, publiée par N. King et J.-D. Candaux, in Annales Benjamin Constant, no 1, notes 192, 199, 203 ; les doses excessives d’opium que Mme de Staël s’habituait à prendre n’auraient pas été étrangères à ses « égarements » et à son comportement explosif ; v. Lettres de Mme de Staël à Mme Récamier, éd. par E. Beau de Loménie, Paris, Domat, 1952, lettre 104, p. 206 ; ailleurs : « j’ai tant pris d’opium pour ne pas souffrir cette fois physiquement que je suis dans l’état où j’étais quand vous me faisiez mal à l’âme [...] », Nolde, Lettres de Mme de Staël à Benjamin Constant, Paris, Kra, 1928, lettre XV, p. 63, datée de Londres, 27 fév. 1814.

12 Cf. la notation du Journal du 27 juin 1812.

13 Corr. op. cit., p. 145.

14 Cf. le Journal, note du 16 sept. 1812.

15 Ibid., 16 nov. 1812.

16 Ibid., 17 nov.

17 Ibid., 16 déc.

18 Pour les lectures d’Adolphe, faites à Paris et à Londres, les jugements portés sur l’œuvre, cf. P. Delbouille, Adolphe, Paris, Les Belles Lettres, 1977 ; pour le texte d’Adolphe, l’« Introduction » de Fr. Tilkin, in Œuvres complètes, Tübingen, Niemeyer, 1995, III, 1, p. 81-96 ; v. également, Benjamin Constant et Mme Récamier, Lettres, nouv. éd. p. p. nous, Paris, Champion, 1992 ; une lecture, aurait été faite chez Mme Lindsay, Journal, le 10 nov. 1814 ; en 1814, une lettre de Constant à Barante, où il s’excuse de ne pas pouvoir faire la lecture qu’il lui a promise, mais il lui adresse une copie du texte, qu’il faudrait lui rendre, in Lettres de Constant à Barante, Revue des Deux Mondes, 2e partie, août 1906, p. 566.

19 Cf. Benjamin et Rosalie de Constant, Correspondance, 1786-1830, p. p. A. et S. Roulin, Paris, Gallimard, 1955, lettre CXXXIII, datée de Göttingue, 10 mai 1813, p. 180, où Constant cite déjà le titre Religion ; v. sur son travail, O. Olzien, « Benjamin Constant, Göttingen et la Bibliothèque universitaire », in Annales Benjamin Constant, no 3, 1983, p. 123-154.

20 Journal, note du 20 sept. 1812.

21 Pensant à ses relations avec Charlotte, Benjamin note le 27 sept. : « Si elle n’est pas ma femme sous le rapport essentiel, elle ne le sera pas longtemps sous d’autres ». Note plus brutale, le 19 oct. 1812.

22 A. Roulin s’est demandé s’il ne s’agissait pas d’un poème manuscrit d’un élève de Bouterwek ; cf. ibid., p. 670, n. 1. Pour Cécile, cf. l’« Introduction », de N. King, in Œuvres complètes, op. cit., p. 227-240.

23 Cf. les notes du Journal, à partir du 19 fév. 1812 ainsi que la lettre de Constant à Barante, in Corr. op. cit., lettre XXIX, p. 551. Pour Ma vie, cf. l’« Introduction », de D. Wood, in Œuvres complètes, op. cit., p. 297-302.

24 Cf. De l’esprit de conquête et de l’usurpation, notre « Présentation » au texte reproduit par les éd. Slatkine, Paris-Genève, Ressources, 1980, et notre éd. critique, Paris, Flammarion, « Garnier-Flammarion », 1986, l’« Introduction ».

25 Sur l’initiation à la politique de Benjamin Constant, ses travaux préparatoires aux Principes de politique manuscrits, cf. B. Jasinski, L’Engagement de Benjamin Constant, 1794-1796, Paris, Minard, 1971 ; E. Hofmann, Les « Principes de politique » de Benjamin Constant, la genèse d’une œuvre, t. I, Genève, Droz, 1980, 2 vol., surtout le chap. III ; K. Kloocke, Benjamin Constant, une biographie intellectuelle, Genève, Droz, 1984, chap. 111.

26 Cf. les Fragments d'un ouvrage abandonné sur la possibilité d’une constitution républicaine dans un grand pays, texte manuscrit, figurant dans les fonds respectifs de la Bibliothèque nationale de Paris et de Lausanne ; cet ouvrage a été publiée par H. Grange, Paris, Aubier, 1991. Le texte manuscrit a servi à la composition des Principes de politique manuscrits, et une partie, fort probablement, au Commentaire de Constant qui accompagne l’ouvrage de Filangieri ; pour l’Esprit de Conquête, cf. l’« Introduction », de notre op. cit.

27 Cf. P. Deguise, Benjamin Constant, méconnu, Genève, Droz, 1966, 2e partie, chap. I et 4e partie, chap. III.

28 Cf. M. de Rougemont et J.-P. Perchellet, Introduction à Wallstein, in Œuvres complètes, op. cit. III, 2, p. 561-571 ; v. ibid., Quelques réflexions, de Constant, sur la tragédie de Wallstein et sur le théâtre allemand, p. 579-609 ; ces Réflexions ont été publiées par J.-R. Derré, dans son éd. de Wallstein, Paris, Les Belles Lettres ; Roulin, dans les Œuvres.

29 Cf. l’article de Constant, Du théâtre français et du théâtre étranger, in Mercure de France, 13 déc. 1817, recueilli par nous in Benjamin Constant, Recueil d’articles, 1817-1820, vol. I, Genève, Droz, 1972, 2 vol., p. 329-337 ; De la guerre de trente ans, de la tragédie de Wallstein de Schiller, et du théâtre allemand, étude de Constant, publiée en 1829, dans ses Mélanges de littérature et de politique ; A. Jay, un des grands fidèles au système classique, a publié dans le Mercure, à la date du 20 déc. 1817, un article pour contester l’esthétique dramatique de Constant : Du théâtre français et du théâtre étranger ; cf. Ed. Eggli, Schiller et le romantisme français, Paris, 1927, 2 vol. reproduits par les Reprints Slatkine, Genève-Paris, 1970 ; v. également notre Ecole libérale sous la Restauration, le Mercure et la Minerve, 1817-1820, Genève, Droz, 1968, chap. IX, Eléments d’une esthétique libérale, p. 249-282.

30 Pour Mme de Staël et d’autres écrivains, cf. le Recueil d’articles, 1795-1817, Genève, 1978 ; le Recueil d’articles, 1817-1820, Genève, Droz, 1972, 2 vol. ainsi que l’Ecole libérale, op. cit. ; pour Chateaubriand, cf. aussi le Recueil d’articles, 1825-1829, Paris, Champion, 1992, en consultant répertoires et index.

31 Pour Marchangy, Raynouard, d’autres publicistes, cf. ibid.

32 Cf. Benjamin Constant, « Réflexions sur la tragédie », in Revue de Paris, oct. 1829, article paru en deux parties, t. VII, p. 5-21 et 126-140, et rééd. par nous, in Benjamin Constant publiciste.

33 Cf. P. Deguise, Benjamin Constant méconnu, 4e partie, chap. II, « Constant et ses relations allemandes » ; le 10 et 11 janv. 1805, Constant note dans son Journal la lettre qu’il a adressée à Villers, lui proposant cinq sujets pour la Bibliothèque germanique que son ami et Albert Stapher se proposaient de fonder ; cette lettre a été publiée par G. Rudler, Bibliographie critique des œuvres de Benjamin Constant, Paris, Armand Colin, 1909, p. 29-30.

34 Cf. nos « Présentations » aux ouvrages de Heine, reproduits par les Slatkine Reprints, Genève-Paris, « Ressources » : De l’Allemagne, 1979 ; Lutèce, 1979 ; De la France, 1980.

35 Essai sur les mœurs des temps héroïques de la Grèce, tiré de l’histoire grecque de M. Gillies, Londres et Paris, 1787, 35 p. Cf. G. Rudler, Bibliographie critique, op. cit.

36 Corr., op. cit., lettre datée de Hanovre, 29 janv. 1814. Il lui écrit entre autres : « Je vous enverrai bientôt un petit ouvrage que je viens de publier, et qui est tout à fait un acte de devoir et de circonstance. Je n’en ai pas seul le mérite [...] C’est je crois, ce que jusqu'à présent j’ai écrit de mieux ». Il s’agit de l'Esprit de conquête et de l’usurpation.

37 Cf. Benjamin Constant et Philippe-Albert Stapfer, [lettres], textes éd. par G. Rudler, in Mélanges Vianey. La première lettre est datée du 20 sept. 1821.

38 L’annonce ajoute que l’ouvrage paraîtra en six livraisons, formant 3 vol. in-8°, de 400 pages chacun ; d’autres détails sont ajoutés sur l’impression, le prix, la souscription.

39 Constant n’annonce l’ouvrage à sa cousine que le 11 juillet 1823, en lui demandant de lui trouver des souscripteurs, lettre CLXXV. Le projet de prospectus qui se trouve au fonds Benjamin Constant à Lausanne correspond mot pour mot à l’annonce du Courrier. Pour les procès dans lesquels Benjamin Constant fut impliqué, cf. le Recueil d’articles, 1820-1824, à partir de l’article du 15 sept. 1822. De la religion paraîtra en 1824, 1825, 1827, les vol. IV et V, en 1831, après la mort de Constant ; en 1833, paraîtra Du polythéisme romain, éd. par M.-J. Matter.

40 Pour les Saint-Simoniens, cf. L’« Introduction » à notre éd. de l'Esprit de conquête, Paris, Flammarion, 1986, « Garnier-Flammaron » ; l’introduction au Recueil d’articles, 1825-1829, les articles autour de la conférence de Benjamin Constant à l’Athénée royal, le 5 déc. 1825 : Coup d’œil sur la tendance générale des esprits dans le XIXe siècle ; l’Opinion, même date, ibid., et la réponse de Constant, le 7 déc., ibid. ; une partie de la conférence a été publiée par la Revue encyclopédique, v. in Benjamin Constant publiciste.

41 Pour Dunoyer, cf. le c. r. critique de Benjamin Constant, « L’Industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté », publié par la Revue encyclopédique, 1er fév. 1826, repris par nous, in Benjamin Constant publiciste ; Constant l’a publié dans ses Mélanges, en y ajoutant un passage sur les déviations des Saint-Simoniens.

42 Sur les Saint-Simoniens, cf. Séb. Charlèty, Histoire du saint-simonisme, 1931, 2e éd.

43 L’ambiance politique en 1825 continue d’être bien tendue. Les projets de loi que le ministère Villèle avait présentés aux deux Chambres dès janv. 1825, provoquèrent des débats violents, ébranlant le régime de Charles X : outre la loi d’indemnité, le milliard des émigrés, et la loi des rentes destinées à assurer le versement de l’indemnité, il s’agissait du projet de loi du sacrilège, remanié, et du projet de loi sur les communautés religieuses, également remanié.

44 Cf. B. Constant, De la religion, vol. I, Liv. 1er et vol. V, Liv. XV ; P. Deguise, Benjamin Constant méconnu, 4e partie, chap. III ; P. Bénichou, Le Temps des Prophètes, Paris, Gallimard, 1977, chap.1er ; P. Thompson, La religion de Benjamin Constant, les pouvoirs de l’image, éd. Jean Touzot, Paris, 1978, 2e partie, chap. II.

45 Christianisme, in Encyclopédie moderne, 1825, publié probablement durant la seconde moitié du mois d’avril, et par le Globe, les 7, 10 et 12 mai. Religion, in Encyclopédie progressive, mai 1826, vue d’ensemble qui considère les religions dans une perspective de progrès, selon la thèse de perfectibilité de Constant, qu'il avait cependant du mal à concilier avec le théisme « précoce » des Hébreux ; les deux études sont à rapprocher de l’article que la Minerve française avait publié, « Aperçus sur la marche et les révolutions de la philosophie à Rome », in Recueil d’articles, 1817-1820, p. 381-390, 400-406 ; v. aussi les chap. relatifs à la religion, repris souvent des textes que je viens de citer, dans les Mélanges, I, VI, XI et le Livre X du Polythéisme romain.

46 Aristophane, c.r. de la traduction de l’œuvre d’Aristophane par Artaud, publié dans la Revue de Paris, en juin 1830, et éd. par nous in Benjamin Constant publiciste.

47 Cf. P. Thompson, Deux chapitres inédits de l’Esprit des religions, 1803-1804 : Des rapports de la morale avec les croyances religieuses, et De l’intervention de l’autorité dans ce qui a rapport à la religion.

48 Cf. P. Deguise, Benjamin Constant méconnu, op. cit., loc. cit.

49 Cf. les répertoires dans les Recueils d’articles, et L’Ecole libérale.

50 Cf. P. Deguise, op. cit., p. 239-244.

51 Christianisme, in Benjamin Constant publiciste, p. 47.

52 Le 31 oct. 1815, Benjamin Constant avait enfin accompli une décision héroïque, renoncer à Mme Récamier et quitter Paris : il part pour Bruxelles où Charlotte allait le rejoindre le 1er déc. ; les deux partent pour Londres et ne rentrent à Paris, après un séjour à Spa, qu’en fin sept. 1816.

53 Le 5 sept. 1816.

54 Texte publié en déc. 1816, et recueilli dans le Cours de politique constitutionnelle, de Constant, t. II, Paris, 1818-1820, 4 vol., p. 127-158 ; cf. l'Ecole libérale, p. 69-70.

55 Souvenirs, Paris, 4 vol., t. I, p. 283.

56 Le roi, la charte, la monarchie, Paris [1816], 2° éd., p. 7 ; v. « Benjamin Constant et Chateaubriand, une inimitié amicale », in Mélanges offerts à Enea Balmas, Parcours et rencontres, t. II, Paris, Klincksieck, 2 vol., p. 1239-1251.

57 Cf. L’Ecole libérale, p. 69 ; v. aussi un article de Constant, publié dans le Mercure de France, en oct. 1817 : La liberté politique, essentielle à la liberté civile, De la liberté en général, art. qui a l’air tout à fait « innocent », parlant des droits naturels selon Gravina, mais insistant, par insinuations, sur le caractère contractuel de la Charte, le retour des Bourbons dépendant de l’assentiment de la France.

58 Pour le Mercure, la Minerve et le quotidien La Renommée, cf. L’Ecole libérale et le Recueil d’articles, 1817-1820 ; v. aussi, P. Reboul, Chateaubriand et le Conservateur, Lille, Presses universitaires, 1973.

59 Cf. l’Ecole libérale, les Recueils d’articles, en consultant les introductions et les répertoires.

60 Cf. Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe, Correspondance, éd. par nous, Genève, Droz, 1973 ; sur l’activité de Constant député, cf. notre communication, « Benjamin Constant militant », 2° congrès de Lausanne, 1980, Lausanne, Institut Benjamin Constant, 1983.

61 Cf. Ph. Gonnard, « Benjamin Constant et le groupe de la Minerve », in Revue bleue, 1913, L’Ecole libérale, chap. 1er.

62 Cf. L’Ecole libérale, chap. VII, « politique mondiale » ainsi que des articles qui s’y réfèrent en consultant les répertoires et les introductions des Recueils successifs.

63 Cf. les articles 14, 15, 17, dans le Recueil d’articles, 1825-1829.

64 Cf l'Ecole libérale, chap. VII, op. cit. ainsi que maints articles et recensions en consultant les répertoires des Recueils.

65 Cf sur les écoles d’historiens sous la Restauration, C. Jullian, « Note sur l’histoire en France au XIXe siècle », en tête des Extraits des historiens du XIXe siècle, Paris, Hachette, plusieurs rééditions, texte repris par les Slatkine Reprints, avec la Présentation de G. de Bertier de Sauvigny ; v. aussi l'Ecole libérale, Chap. VIII, « Transpositions historiques ».

66 Cf. L’Ecole libérale, chap. IX, X, XI et XII.

67 Cf. les « Lettres sur les Cent-Jours », in la Minerve française,14e lettre, idées pénétrantes de Napoléon sur les différences entre l’aristocratie anglaise et française, dues surtout à la nature de leurs propriétés terriennes respectives, et au désir d’égalité bien caractéristique des Français ; par contre, Napoléon tient à certaines de ses attributions impériales, et manifeste souvent de l’impatience devant les procédés constitutionnels ; face aux accusations répétées contre lui de versatilité, notamment lors des campagnes électorales, Constant a décidé de publier ses Lettres, en leur ajoutant dix notes, sous forme de livre, la première partie en 1820 ; la seconde, avec les Notes, en 1822 ; il les rééditera en 1829 (une réimpression), avec une nouvelle introduction importante, sous le titre choisi en 1820-1822, Mémoires sur les Cent-Jours ; dans cette éd. reprise par O. Pozzo di Borgo, Pauvert, 1961, cf. le chap. V, de la seconde partie, pour l’entretien sur la pairie.

68 Benjamin Constant a explicité sa position dans un article publié dans Le Temps, dont le titre est bien significatif à la date de sa publication, « De la Monarchie et de la République », texte que nous avons commenté in Studi Francesi, 1987, p. 427-433 ; le même thème a été développé par nous au colloque de Maryland, tenu en 1989 et publié par les Annales Benjamin Constant, Lausanne, Institut Benjamin Constant, no 12, 1991.

69 Cf. « De l’Esprit de conquête et De la liberté des anciens comparée à celle des modernes », conférence tenue par Constant à l’Athénée royal, en fév. 1819, dans notre éd. critique, op. cit., ainsi que l'« Introduction ».

70 Idée souvent reprise par Constant : v. sa Préface, au t. I de De la Religion, son Christianisme, et son c.r. de l'Industrie [...] de Dunoyer, in Benjamin Constant publiciste ; ibid. le texte publié par Constant en 1825, Appel aux nations chrétiennes en faveur des Grecs.

71 Pour les Saint-Simoniens et Dunoyer, v. supra les n. 40, 41, 42.

72 V. la lettre, datée du 5 oct. 1822, in Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe, Corr., op. cit., p. 712-713.

73 Principes de politique, chap. XV, « De l’inviolabilité des propriétés » ; Benjamin Constant, Œuvres, op. cit., éd. par A. Roulin, p. 1168.

74 P. 70 du Recueil d'articles, 1795-1817, c. r. de Constant de l’Essai de Leuliette sur les Grecs.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540