Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et la Cité

 | 
Richard Bodéüs

Chapitre IV. La publicité des discours du Stagirite

Texte intégral

§ 1. — Généralités

  • 1 Cfr Jaeger, Aristotle2, p. 4.
  • 2 RS, 34, 183 b 16-22.
  • 3 Ibid., 184 a 9-b 2.
  • 4 Ibid., 184 b 2-8.

1Parmi les textes où Aristote évoque l’idée d’un progrès dans l’élaboration des τέχναι au cours du temps et qui traduisent (comme l’appendice de l’EN)le sentiment qu’avait le Stagirite d’occuper, par ses recherches, une place importante dans le développement organique de plusieurs sciences1, il faut citer la célèbre dernière page des Réfutations sophistiques. Les Réfutations sophistiques s’achèvent, en effet, par un exposé récapitulatif, au terme duquel, constatant qu’il a mené à bien son projet, Aristote tient encore à faire observer la singularité des matières dont il vient de traiter. « Il ne faut pas, cependant, nous cacher, dit-il2, ce qui est le fait de cette recherche. Car, d’entre toutes les découvertes, il en est qu’on a reçues d’autrui, élaborées au préalable, et qui ont fait des progrès partiels grâce à ceux qui les ont accueillies ultérieurement ; d’autres, au contraire, sont des découvertes originales, qui ne marquent au départ qu’un progrès ordinairement faible, mais néanmoins beaucoup plus profitable que le développement qui en procède ultérieurement ». Cette distinction permet au Stagirite de souligner les mérites de l’entreprise qu’il vient d’achever. Nous lisons3 : « En matière de rhétorique, il existait de nombreux exposés anciens. Mais, en matière de raisonnements, nous n’avions absolument rien d’antérieur à citer ; nous ne pouvions que nous appliquer à une recherche sur laquelle nous avons peiné longtemps ». Aristote s’adresse alors à ses auditeurs4 : « S’il vous semble, après examen, vu l’état des choses qui furent notre point de départ, que l’enquête est satisfaisante, à côté des autres études développées par la tradition, il ne vous restera plus, à vous tous qui m’avez écouté, qu’à pardonner les lacunes de l’enquête et à payer de beaucoup de gratitude les découvertes accomplies ».

§ I, 1. — Nature complexe des documents

  • 5 EN, I, 2, 1095 a 12-13.

2Outre leur intérêt pour l’appréciation du sentiment historique chez Aristote, ces déclarations offrent l’avantage de compter parmi les rares développements privilégiés où le philosophe met en cause ses propres auditeurs : πάντων ὐμῶν τῶν ἠκροημένων. Elles sont à rapprocher du premier chapitre de l’EN, dont le propos, en grande partie, est d’instruire sur les qualités requises de l’« auditeur ». En effet, comme l’indique le bref sommaire des lignes 1095 a 11-13, le Prologue constitué par le premier chapitre de l’EN entend éclairer, non seulement l’essence du projet auquel correspondent les exposés ultérieurs (τί προτιθέμεθα), non seulement les exigences méthodologiques que réclament de tels exposés (πῶς ἀποδεκτέον), mais encore les conditions préalables que doit remplir l’auditeur de ces exposés (περί ἀκροατοῦ)5.

  • 6 Un dossier réunissant les principaux travaux consacrés au sujet par différents auteurs (Wilamowitz (...)

3Constatant pareil fait, l’interprète, pour sa part, se trouve renvoyé d’emblée à la situation historique concrète d’où sont issus les textes d’Aristote : celle d’un enseignement oral, dont la spécificité, à coup sûr, ne doit point être négligée. Bien qu’il s’aventure ainsi sur un terrain extrêmement fangeux, mal balisé par l’éclairage d’une documentation déficiente et, pour tout dire, quasiment impénétrable, l’exégète doit donc, bon gré mal gré, résister à l’envie de laisser commodément dans l’ombre les circonstances sui generis où furent tenus ces discours dont leur auteur a pris soin de peindre le destinataire idéal, comme c’est le cas au seuil de l’EN6.

  • 7 W. Jaeger, Studien zur Entstehungsgeschichte der Metaphysik desAristoteles, Berlin, 1912, pp. 131- (...)
  • 8 Cfr infra, § I, 5.
  • 9 Pr. Dirlmeier, Merkwürdige Zitäte in der EE des Aristoteles dans Sitz. d. Heidelb. Ak. d. Wiss., P (...)

4Le fait qu’Aristote s’adressait de vive voix à un auditoire nous est garanti par plusieurs textes du Corpus, dont le plus net, parce qu’il utilise le pronom de la deuxième personne (ὑμῶν), est le texte rapporté ci-dessus des Réfutations sophistiques. En 1912 déjà, W. Jaeger avait attiré l’attention sur l’importance du passage en cause pour l’interprétation à donner des « pragmaties » aristotéliciennes ; il en inférait que le Corpus tout entier, ou peu s’en faut, renferme un ensemble d’ἀκροάσεις, c’est-à-dire, la matière de plusieurs enseignements oraux d’Aristote, différant de sa production littéraire7. L’interprétation de W. Jaeger se fondait sur une conviction exprimée négativement : « Die Lehrschriften sind überhaupt nicht Literatur ». Par « Literatur », Jaeger entendait les œuvres du philosophe composées et destinées par lui à la publication, c’est-à-dire, les dialogues, comme chez Platon. A l’opposé des textes littéraires écrits pour un large public, les λόγο, du Corpus Aristotelicum, comme les λόγοι περί τἀγαθοῦ de Platon8, n’étaient au principe qu’autant de textes à lire ou à développer devant un cercle restreint de disciples. La communication achevée, ce qui constituait une forme — minimale — de publication, les textes lui ayant servi de support demeuraient à l’intérieur de l’école. Ils devenaient en quelque sorte un bien commun que les disciples recevaient en partage, dont ils pouvaient prendre des « Apographa » et auxquels ils pouvaient apporter leur contribution. Une telle idée suppose, dans l’activité platonicienne et dans l’activité aristotélicienne, deux distinctions, qui se recouvrent en partie : une distinction entre ce que F. Dirlmeier9 appelle « Mündlichkeit und Schriftlichkeit » et une distinction entre « ésotérique » et « exotérique ». Elle tend, par surcroît, à reconnaître entre Platon et Aristote un parallélisme et une continuité assez sensible sur ce point.

  • 10 E. Gilson, Préface à Ј. Owens, The Doctrine of Being in the Aristotelian Metaphysics. A Study of G (...)

5Il n’entre pas dans nos intentions de résoudre ici les problèmes posés par la nature des textes du Corpus, ce qui demanderait une recherche de longue haleine. Mais nous ne pouvons ignorer en quels termes ils se posent, si nous voulons juger correctement du projet aristotélicien. La nécessité d’aborder ces questions s’affirme au reste abstraction faite de la nature spécifique de l’exégèse aristotélicienne. Comme l’a justement noté E. Gilson10 : « dans un ouvrage philosophique, même la forme d’expression littéraire doit s’interpréter en fonction des besoins philosophiques auxquels elle est supposée répondre ».

6Conformément à ce qui vient d’être dit à l’instant, les difficultés dans l’appréciation des textes du Corpus Aristotelicum peuvent être rangées sous quatre chefs principaux :

  1. difficulté de préciser leur caractère oral par rapport à d’autres textes littéraires ;
  2. difficulté de préciser leur caractère ésotérique par rapport à d’autres textes de nature exotérique ;
  3. difficulté de préciser les liens entre leur caractère oral et leur caractère ésotérique ;
  4. difficulté de préciser l’analogie entre l’« œuvre » aristotélicienne ainsi conçue et l’« œuvre » platonicienne. De telles distinctions, bien que parfaitement illusoires sous un certain angle — car toutes les difficultés sont liées de manière inextricable — permettent néanmoins une approche commode.

§ I, 2. — Des communications orales

  • 11 EN, I, 1, 1095 a 2.
  • 12 N° 75 (Diogène Laërce) et n° 70 (Hésychios) dans Düring, Aristotle, pp. 45 et 85.
  • 13 N° 148 (Hesychios) dans Düring, Aristotle, pp. 87 et 91 (commentaire) ; cfr Moraux, Listes ancien (...)
  • 14 WILAMOWITZ, Aristoteles und Athen, I, p. 355 (cfr p. 66, n. 37).
  • 15 L. Robin, Aristote, Paris, 1944, p. 42. Cfr M. Manquat, Aristote naturaliste, Paris, 1932, p. 13.
  • 16 Burnet, p. XVIII.
  • 17 Fr. Susemihl dans Berliner philologische Wochenschrift, 20 (1900), col. 1508-1509.
  • 18 M. Prelot, La Роlitiquе d’Aristote, Paris, 1950, pp. xxv et sqq.
  • 19 Newman, II, pp. XXXV-XXXVIII.
  • 20 M. Dufour, Aristote. Rhétorique, I, Paris, « Les Belles Lettres », 1932, p. 17.
  • 21 Weil, Aristote et l’histoire, p. 55.
  • 22 Le chapitre initial de l’EN évoque d’ailleurs l’attitude de l’ἀκροατής comme étant celle d’un κριτ (...)
  • 23 Même si l’exposé s’adresse quelquefois à un plus large public ou à des incipientes. Cfr JAEGER, Lo (...)
  • 24 A. Mansion, La genèse de l’œuvre d’Aristote d’après les travaux récents dans Rev. Néoscol. de Phil (...)
  • 25 Gauthier, І, 1, pp. 67-70.
  • 26 C’est nous qui soulignons.
  • 27 « The Aristotelian school-literature represents, if I am allowed to express myself paradoxically, (...)
  • 28 Voir : n » 29, 33, 34, 42, 43, 45, 46, 47, 51, 55a, 57, 62, 64, 65, 66, 67, 70, 71, 72, 73, 86, 11 (...)
  • 29 De respiratione, 12, 477 a 5. Cfr Bonitz, p. 103 a 45 et sqq.
  • 30 Cfr Bonitz, pp. 47 b 54-48 a 3 et Aristote. Histoire des animaux, texte établi et traduit par P. L (...)
  • 31 Dirlmeier, Merkw. Zit. (Op. laud.) , pp. 12-13.
  • 32 Διαγραφή : EN, II, 7, 1107 a 33 ; HA, I, 17, 497 a 32 ; IV, 1, 525 a 9 ; EE, III, 1, 1228 a 28 ; T(...)
  • 33 Références dans Bonitz, pp. 598 a 23-599 a 17.
  • 34 Par exemple : EN, II, 2, 1104 b 12 (qui nous renvoie probablement à Platon, Lois, II, 653 A-C).
  • 35 Ρ, II, 1, 1261 a 6-7 (i.e. Platon, République, V, 457 A-466 D ; cfr IV, 423 E).
  • 36 Ρ, II, 4, 1262 b 11-12 (i.e. Platon, Banquet, 191 A-B).

7La première difficulté ne semble pas la plus ardue ; mais elle pourrait susciter d’abondants commentaires. On ne peut douter d’un fait : c’est que les références très précises du Stagirite à l’ἀκροατής, par exemple, au seuil de l’EN, supposent un auditoire et, par conséquent un exposé oral, dont les textes du Corpus sont, pour nous, en quelque sorte l’écho. Peut-être, bien qu’elle figure dans l’EN, l’expression τῆς πολιτικῆς ἀκροατής11 a-t-elle inspiré le titre très ancien donné à la Politique dans les premiers catalogues, πολιτικὴ ἀκρόασις12. L’appellation plus célèbre donnée à la Physique, φυσικὴ ἀκρόασις, est aussi plus récente13. L’interprétation de W. Jaeger résumée ci-dessus, en ce qui regarde les ἀκροάσεις, était soutenue par l’autorité de Wilamowitz, lequel avait écrit, dans son Aristoteles und Athen14 que « les œuvres acroamatiques » du Stagirite étaient des « discours parlés », mis par écrit avant d’être et pour être prononcés. La Politique se trouvait particulièrement visée. L. Robin15 cautionna, sur un plan général, cette interprétation, qui, dès 1900, avait reçu un accueil enthousiaste auprès de Ј. Burnet16 publiant cette année-là son commentaire à l’EN. Mais la même année, précisément dans une recension du travail de Burnet, Fr. Susemihl émit des réserves17. Susemihl croyait que les textes d’Aristote constituaient, non pas de simples leçons orales, mais bien plutôt — comme E. Zeller, disait-il, l’avait démontré — les développements de celles-ci en livres pour l’école. L’idée d’une mise par écrit après l’ἀκρόασις continuait à faire son chemin. Soutenue par une constatation souvent désolante, à savoir que les textes conservés présentent de nombreuses redites et contradictions (volontiers accusées par les exégètes), elle aboutit à une thèse, encore défendue de nos jours (sous la plume de M. Prélot18, par exemple, en ce qui concerne la Politique) : les textes du Corpus seraient des « notes de cours » prises par les élèves du Stagirite. C’est peut-être projeter, de manière anachronique, au ive siècle avant notre ère, une particularité de l’enseignement actuel et, dans sa simplicité, un tel jugement mérite d’être nuancé, sinon corrigé. Du reste, ainsi que W. L. Newman19 l’avait déjà fait observer, jamais les Anciens n’ont eu l’idée que le Corpus Aristotelicum rassemblait des notes d’élèves. Mais tout en se ralliant aux thèses de Jaeger dans le principe, on doit admettre l’éventualité selon laquelle les textes d’Aristote, rédigés sous une forme concise avant et pour l’ἀκρόασις, ont pu avoir été remaniés — le cas échéant mais pas nécessairement — après l’ἀκρόασις et en fonction du débat qui suivit la lecture. C’est un premier point. Il y a place, à ce stade, pour un élargissement de texte assez considérable, qu’il ait été opéré par Aristote lui-même ou confié à certains ἑταῖροι. Mais dans le dernier cas, notons-le, les ἑταῖροι durent travailler sur le texte de l’ἀκρόασις M. Dufour n’a pas compris cette possibilité, quand il écrit20 : « ce qui nous frappe avant toute autre qualité dans le style des traités, c’est l’égalité de ton, due à la parfaite adéquation du mot à l’objet, de la phrase à l’idée, de la forme au fond. Un auditeur ne saurait signifier la pensée avec une aussi rigoureuse exactitude ». Il est inutile, à notre sens, de faire valoir une telle impression — d’ailleurs contestable dans le détail — contre l’idée qu’un auditeur, et non pas Aristote, aurait rédigé les textes que nous lisons. Car on ne peut pas démontrer, pour cette époque ancienne, comme on pourrait le faire, par exemple, dans le cas des écoles de l’ère chrétienne, l’hypothèse selon laquelle les ἑταῖροι auraient codifié la pensée du maître sur la seule base de notes prises au cours d’exposés oraux. Du reste, soutenir simplement que les auditeurs prenaient des notes est déjà une affirmation peu fondée qui semble inspirée par une conception plutôt moderne de l’enseignement. R. Weil, qui fait grand cas des impressions de M. Dufour, n’évite pas un travers de l’interprétation à cet égard : « Nos traités, écrit-il21, et particulièrement notre Politique, ne peuvent (...) être que des ‘memoranda’, écrits une fois le cours professé, et par le seul Aristote ; (...) Aristote ne les aurait pas écrits ainsi, avant de les dire et de les discuter. Il s’agissait probablement de permettre aux auditeurs de ‘corriger leurs notes’ et aussi de ‘conserver dans la bibliothèque du Lycée le monument officiel de l’enseignement’ ». Dans pareil jugement, on ne peut guère retenir que l’accent placé sur l’importance des discussions qui suivent l’ἀκρόασιζ pour la facture définitive des textes conservés à l’intérieur de l’école. La conception même de l’ἀκρόασις s’y trouve erronée. Il ne s’agit pas d’un « cours » au sens moderne du terme, cours auquel assisteraient des élèves préoccupés de noter la pensée du maître en vue de Dieu sait quelle étude postérieure. Il s’agit, en principe à tout le moins, d’une « audition » par des collaborateurs avertis, chargés d’éprouver (κρίνειν)22 la pensée d’un des leurs (primus inter pares, en quelque sorte)23. R. Weilomet, par ailleurs, deux circonstances importantes. Le fait, tout d’abord, que l'ἀκρόασις est une lecture qui suppose un texte préalable. Beaucoup mieux inspiré — par W. Jaeger, en l’occurrence — A. Mansion24, que suit R. A. Gauthier25, a parfaitement raison de croire que la plupart des œuvres de notre Corpus sont, en principe, des textes qu’Aristote « fixa par écrit lui-même en vue de26 ses cours et pour l’usage de ses disciples ». R. Weil négligea aussi le fait très probable que la matière des ἀκροάσεις (revues, le cas échéant, après discussion et devenues ainsi bien commun) pouvait être reprise par Aristote en vue d’autres ἀκροάσεις. En raison de leur « publicité » fort restreinte au départ, les textes du Stagirite n’étaient pas, dirions-nous, « déposés » définitivement. Corrections, amplifications, substitutions pouvaient intervenir. Et peut-être est-ce parce qu’une telle possibilité fut exploitée que, dans les textes conservés, Aristote ne se rétracte jamais expressément27. Par rapport aux œuvres spécifiquement littéraires, qui, tout comme les dialogues de Platon, étaient destinées à être recopiées en plusieurs exemplaires et diffusées dans un large public cultivé — ce en quoi consiste l’ἔκδοσις — la situation est évidemment très différente. Non que les dialogues d’Aristote, par exemple, n’aient pu faire l’objet d’une lecture préalable, mais parce que leur texte, fixé de manière plus définitive, fut conçu d’emblée en vue de la publication. Quand il s’agit en revanche des textes composant la plupart des œuvres du Corpus, l’ἀκρόασις apparaît, à certains égards, comme une fin. D’un autre côté, le phénomène de l’ἀκρόασις détermine et structure l’exposé philosophique d’Aristote comme un véritable « discours » (de type démonstratif) ; ce qui singularise, en définitive, la majorité des textes du Corpus par rapport aux nombreux textes, dont nous avons souvent perdu la trace (ἐπιτομαί, προβλήματα, ἀπορήματα, διαιρέσεις, ἐπιχειρήματα, θέσεις, ὄροι, προτάσεις, παραγγέλματα, ὑπομνήματα, etc.)28 et qui, en leur qualité de recueils, n’ont jamais été conçus pour l’exposé oral. Bien qu’elle soit parfaitement intégrée à notre Corpus, l’Histoire des animaux est à ranger dans la même catégorie. Aristote s’y réfère, au reste, de manière très significative, en disant γέγραπται29 ou à l’aide de la formule θεωρεῖν ἐκ30, ce qui prouve son caractère rigoureusement « littéraire ». Les arguments de Fr. Dirlmeier31, à cet égard, ne laissent aucun doute. L’Histoire des animaux, comme aussi le recueil des 158 Constitutions, n’a jamais été qu’un texte écrit, à mettre sur le même pied que les διαγραφαί ou ὑπογραφαί (par exemple, les planches anatomiques), auxquelles Aristote fait quelques fois allusion32. Rappelons que, très souvent, les dialogues de Platon (le Phédon, le Gorgias, la République, le Timée, les Lois,...) sont cités par le Stagirite avec le verbe γράφω33, pour la même raison : ce sont des textes appartenant à la littérature. Une formule comme ώζ ό Πλάτων φησίν34, que l’on pourrait objecter, ne signifie évidemment rien. D’ailleurs, il arrive qu’Aristote se réfère aux discours fictifs que contiennent les œuvres de son maître. C’est on ne peut plus manifeste quand nous lisons : ἐν τῇ Πολιτείᾳ τῇ Πλάτωνος (...) ó Σωκράτης φησί...35, ou encore (dans une allusion au Banquet) : ἐν τοῖς ἐρωτικοῖς λόγοις ἵσμεν λέγοντα τὸν Άριστοφάνην36. Cela étant dit, que faut-il retenir de l’opposition « ésotérique - exotérique » dans l’œuvre aristotélicienne ? C’est la deuxième difficulté.

§ I, 3. — Des exposés plus ou moins réservés

  • 37 Je parle du mot appliqué aux doctrines secrètes, chez Lucien, Vitarum auctio, 26 (= Düring, Aristo (...)
  • 38 Voir, à ce sujet : Dirlmeier, art. cité dans Naturphilosophie bei Aristoteles und Theophrast, pp. (...)

8Prévenons d’abord tout malentendu. Ni le mot ἐσωτερικός (lequel n’apparaît qu’au iie siècle de notre ère)37, ni le concept qu’il exprime dans la tradition ancienne ou moderne ne sont aristotéliciens. L’usage que nous faisons ici du vocable se réfère donc au sens étymologique et vise à définir d’une manière commode la nature de certains textes du Stagirite en fonction d’une idée que nous en avons conçue rétrospectivement ; l’idée selon laquelle les textes en question traduisent les préoccupations du philosophe « à l’intérieur » (ἔσω) du cercle restreint de ses ἑταῖροι. Par opposition, nous pouvons parler de textes exotériques sans préjuger en rien de ce qu’Aristote lui-même entendait réellement par ἐξωτερικοί λόγοι — autre question épineuse, s’il en est38.

  • 39 Aulu Gelle, Nuits att., XX, 5 ; Plutarque, Vie d’Alexandre, 7 ; Syrianos, Schol. in Hermogenem, IV (...)
  • 40 Cfr Philopon, Comm. in Ar. Gat. dans CIAG, XIII, 1, p. 6, 18 (ἐκφεύγει... ἀεί ό φιλόσοφος τὰς ῥητο (...)
  • 41 Clement D’Alexandrie, Strom., V, 9, p. 58, 3.
  • 42 G. Boas, Ancient Testimony to Secret Doctrines dans Тhe Philos. Rev., 62 (1953), pp. 79-92.

9Au fond, il s’agit pour nous de distinguer deux groupes d’écrits possibles sur la base de leurs destinataires respectifs : οἱ ἑταῖροι, d’une part, οἱ πολλοί, d’autre part. C’est, en effet, une distinction naturelle qui peut déterminer une différence à la fois dans la matière abordée, dans la façon de l’aborder, voire dans l’expression du discours lui-même. Sont ésotériques, en ce sens, les matières qui s’adressent aux spécialistes, soit parce que, en elles-mêmes et naturellement, elles sont d’un abord difficile, soit, plus simplement encore, parce qu’elles n’intéressent pas le grand nombre — par exemple, la métaphysique, par rapport à l’éthique ou la politique, comme l’avançaient déjà quelques Anciens (Aulu Gelle, Plutarque, Syrianos,...)39. Sont ésotériques les façons d’aborder certaines matières qui, par exemple, font appel à une forme de raisonnement ou d’argumentation peu ordinaire. Sont ésotériques, enfin, les discours qui renoncent à tout ornement oratoire en faveur d’une extrême sobriété pouvant rendre la pensée obscure, voire hermétique, au commun des mortels40 — d’où l’idée de doctrines secrètes, ἀπόρρητα (Clément d’Alexandrie)41, qu’a étudiée G. Boas42.

  • 43 Il faudrait sans doute aussi récuser les conséquences d’une vue trop simpliste qui considérerait t (...)

10Notons qu’un même exposé philosophique n’est pas nécessairement ésotérique à tous les points de vue à la fois. On peut, certes, imaginer un philosophe traitant de matières ésotériques, de façon ésotérique, dans un style ésotérique, à l’intention de quelques initiés. Mais il est possible, par exemple, d’aborder une matière ésotérique de façon non ésotérique et inversement. Le facteur déterminant, à cet égard, semble toujours le destinataire ; sauf, bien entendu, en ce qui concerne les œuvres hypomnématiques et les recueils, où il n’est pas question de destinataires à proprement parler et où le facteur déterminant paraît être la matière abordée. C’est ainsi, par exemple, qu’en vertu de leur seul objet — qui n’a rien d’ésotérique — les πολιτεῖαι sont des textes qui peuvent intéresser tout le monde. Sans doute, pour cette raison, furent-elles données à connaître à un large public et composées dans cet esprit. Ailleurs, c’est-à-dire là où le philosophe ambitionne d’argumenter et non plus seulement de réunir un matériel factuel, l’importance du destinataire s’avère à première vue déterminante. Quelle que soit la matière abordée — ésotérique ou non — on peut croire a priori que, selon qu’il s’adresse au groupe de ses ἑταῖροι ou recherche, au contraire, une large audience, le philosophe soit enclin à opter pour ou contre une méthode et un langage ésotériques. De fait, l’hypothèse que les principaux textes de notre Corpus possèdent un caractère ésotérique ainsi défini (et se distinguent d’autres textes aristotéliciens, par exemple, les dialogues, conçus pour un large public) est une hypothèse séduisante. Mais elle repose sur certaines croyances peut-être sujettes à caution, entre autres, celle-ci que toutes les ἀκροάσεις se tenaient en face d’un même auditoire de spécialistes43. Nous en arrivons ainsi à la troisième difficulté.

§ I, 4. — Ouverture de l’École à la Cité ?

  • 44 Voir, en particulier : Philopon, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, XIII, 1, p. 3, 14-16 et Simplicius, (...)
  • 45 Ammonios, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, IV, 4, p. 4, 21-27. Cette interprétation réfute l’idée, exp (...)

11Le problème que nous abordons a été résolu dès l’Antiquité. Ainsi que l’on sait, les commentateurs néo-platoniciens, au terme d’une tradition déjà longue, opposaient de manière systématique deux catégories de « compositions » (συντάγματα) chez Aristote : les œuvres dites ἀκροαματικά (αὐτοπρόσωπα, ἀξιωματικά,,...) et les œuvres dites εξωτερικά (διαλογικά,...)44. Il y aurait beaucoup à dire et à redire là-dessus. Mais il importe peu. Ammonios, par exemple, justifiait sa division de la manière suivante45 : « les œuvres exotériques sont ainsi appelées, parce qu’elles ont été écrites (γέγραπται) à l’intention de gens qui ont une compréhension superficielle, le philosophe s’y étant appliqué à un style clair et à des formes d’argumentation, non pas démonstratives, mais plutôt convaincantes, sur la base d’opinions répandues. Les œuvres acroamatiques, en revanche, supposent presque obligatoirement l’auditeur zélé (ἀκροάσασθαι τὸν σπουδαῖον) qui soit réellement sincère dans son amour de la philosophie ». Une telle appréciation n’est pas à prendre au pied de la lettre. Tout le monde en conviendrait. Mais elle repose sur une intuition qu’on ne peut entièrement contester. Sans doute est-elle née historiquement de la constatation d’une différence véritable entre deux sortes d’écrits. Il reste à savoir si tous les écrits du Stagirite dont nous soupçonnons qu’ils furent Hés à une ἀκρόασις possèdent un même caractère ésotérique nettement distinct du caractère d’autres écrits dont nous savons qu’ils furent publiés par leur auteur en bonne et due forme (par exemple, les dialogues).

  • 46 H. Diels dans Sitz. d. Berl. Ak. d. Wiss., 1883, p. 477. Cette idée, en fait, n’était pas neuve, p (...)
  • 47 EE, I, 8, 1217 b 22-23.
  • 48 H. Diels, Zu Aristoteles’ Protreptikos und Cicero’s Hortensius dans Arch. f. Gesch. d. Philos., 1 (...)
  • 49 Ce serait précisément le cas, selon Diels, du chap. initial de l’EN, à partir de 1094 a 22, car «  (...)
  • 50 Burnet, pp. xviii, xxiv-xxv (concernant le début de l’EN). L’opinion essentielle de Burnet, selon (...)
  • 51 Diels, art. cité n. 5, p. 497 : « Soviel aber dürfte schon jetzt klar sein, dass es gefährlich ist (...)
  • 52 H. Flashar, Die Kritik der platonischen Ideenlehre in der Ethik des Aristoteles dans Synusia. Fest (...)
  • 53 La singularité de la critique des Idées dans M, A, 9, par rapport à celle que développe M, M, 4-5, (...)
  • 54 Flashar, art. cité n. 9, p. 240. L’auteur (suivant l’avis de Dirlmeier) estime lui aussi que les r (...)
  • 55 C. Vicol Ionescu, La filosofia moral de Aristoteles en sus etapas evolutivas, I, Madrid, 1973, pp. (...)
  • 56 Loin de prétendre, comme on l’eût souhaité, constituer la synthèse ou la somme des études concerna (...)
  • 57 D. Ј. Allan, Quasi mathematical Method in the « Eudemian Ethics » dans Aristote et les problèmes d (...)
  • 58 Il en résulterait, selon C. Vicol Ionescu, que, pour cerner véritablement la pensée du philosophe, (...)
  • 59 Les nos 1-19 désignent les œuvres publiées (dialogues ou non) par le Stagirite et répandues dans l (...)
  • 60 G. Bien, Das Theorie-Praxis-Problem und die politische Philosophie bei Plato und Aristoteles dans (...)
  • 61 ID., Ibid., p. 290.
  • 62 Un exemple probant, selon Bien, est celui de la critique adressée par Aristote aux thèses de Plato (...)
  • 63 Bien, art. cité, p. 298.
  • 64 ID., Ibid., p. 304.
  • 65 Au sens où l’entend le Prologue de l’EN.
  • 66 Cfr Flashar, art. cité n. 9.
  • 67 L’ЕЕ, I, par exemple, peut, en effet, paraître moins résolument centrée sur le concept d’εύδαιμονί (...)
  • 68 Il y a danger, cependant, à traiter, de ce point de vue, l’EE comme un tout parfaitement homogène. (...)

12Nous devons faire ici une incursion dans l’histoire des interprétations modernes relatives aux ἐξωτερικοί λόγοι. En 1883, H. Diels46 avait soutenu qu’Aristote désignait, sous ce vocable, des λόγοι où n’était pas mise en œuvre une méthode scientifique proprement dite, où l’on se contentait d’une argumentation probable. Ainsi suggérait un passage de l’EE47 opposant les ἐξωτερικοί λόγοι aux λόγοι κατά φιλοσοφίαν, passage dont on mesure évidemment l’importance. Cinq ans plus tard, H. Diels48 faisait observer que certains textes, par exemple, dans l’EN, contenaient des passages en style populaire, usant du vocabulaire platonicien et tranchant sur les exposés rigoureusement scientifiques49. Non seulement le langage, mais le contenu de la pensée semblent là ne pas traduire une philosophie rigoureuse. H. Diels voyait dans pareil fait un témoignage que l’EN, par exemple, se trouvait à mi-chemin entre une œuvre véritablement philosophique et une œuvre exoté-rique (au sens défini par lui comme étant le sens aristotélicien) et qu’elle s’adressait, pour une part au moins, à un public de non spécialistes, comme le Protreptique. On sait l’interprétation que devait inspirer à Ј. Burnet cette vue des choses50. Notons encore que le caractère exotérique de certains textes expliquait aussi leur coloration platonicienne, aux yeux de H. Diels, lequel n’imaginait pas que la terminologie platonicienne d’un texte puisse garantir son appartenance à une première période de la carrière d’Aristote51. Nous nous sommes attardé quelque peu, car cette perspective, résolument abandonnée depuis W. Jaeger, a trouvé récemment un regain de faveur, sans que, du reste, l’autorité de H. Diels ait été invoquée par ses partisans. En 1965, en effet, au terme d’une comparaison minutieuse entre les exposés critiques de l’EN et de l’EE sur la théorie des Idées, H. Flashar52 concluait que la différence fondamentale opposant les deux textes tendait à prouver que l’EN s’adressait à un plus large public que l’EE. Dans l’EN, Aristote parlerait au nom des philosophes à un auditoire comprenant aussi des non spécialistes, cependant qu’il parlerait, dans l’EE, en son nom personnel à un auditoire de philosophes (à l’intérieur de l’école), tout comme respectivement dans la Métaphysique, A et dans la Mét., M53. Et Flashar d’en tirer la leçon54 : « So ist die EN um einen Grad exoterischer als die EE ». Radicalement hostile aux thèses de Dirlmeier, ignorant H. Flashar et H. Diels, le roumain C. Vicol Ionescu est néanmoins parvenu en 1973 à des conclusions analogues55 ; dans une vaste étude, il a cru pouvoir établir que l’EE et l’EN (excepté les livres communs) étaient les deux faces concomitantes et complémentaires d’une même entreprise systématique, l’une (EE)destinée à fonder une théorie morale aux yeux des philosophes, l’autre (EN) destinée, d’un point de vue pratique, à formuler les principes de l’agir pour le commun des hommes. Quoi que l’on pense par ailleurs de son travail56, C. Vicol s’appuie sur un fait aisément constatable et d’ailleurs souligné par D. Ј. Allan57, à savoir que, dans l’ensemble, les textes de l’EE ont une allure plus scientifique, plus mathématique que les textes de l’EN. D’où l’hypothèse qu’une même matière (τὰ ἠθικά, en l’occurrence) aurait été traitée par Aristote, tantôt devant ses propres εταίροι, auxquels convenait un mode d’argumentation plus rigoureux, tantôt devant un public très élargi, qui demandait certaines concessions au langage et aux idées traditionnelles (ou platoniciennes)58. L’EN, sous ce rapport, tendrait à s’approprier souvent le style et les procédés caractéristiques des œuvres publiées poursuivant une large audience, par exemple, les dialogues. Quant à l’EE, elle serait une œuvre ésotérique (au sens défini par nous), quoique son objet, identique à celui de l’EN, n’ait rien d’ésotérique. N’est-ce pas là justement une situation singulière ? Nous avons, en effet, pris soin de noter ci-dessus que, pour de nombreux Anciens, l’éthique et aussi la politique constituaient, non sans raison, tout le contraire d’une matière ésotérique. Avec la rhétorique, ce sont même les matières qui intéressent le plus directement et le plus naturellement les auditeurs possibles en dehors de l’école. Au demeurant, il faut bien se rendre à l’évidence : la majorité des œuvres publiées par Aristote et destinées à un large public (entre autres, les dialogues) touchent aux questions éthico-politiques,... comme les dialogues de Platon. Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer l’œuvre platonicienne et les 24 premiers titres d’Aristote répertoriés dans le catalogue conservé par Diogène Laërce59. Il serait donc, à première vue, assez normal que toutes les ἀκροάσεις du Stagirite, dans la mesure où elles abordent le problème pratique, aient été tenues devant un auditoire élargi. Les λόγοι dont témoigne l’EE paraissent faire exception. Une recherche très intéressante de G. Bien60 expose clairement la situation devant laquelle nous nous trouvons, semble-t-il. G. Bien examine les rapports entre l’« Ecole » et la « Cité » depuis Platon, afin d’éclairer le problème « Theorie-Praxis ». Tandis que Platon, note-t-il61, voulait faire de l’Académie une école de civisme, Aristote, quant à lui, distingue entre un enseignement philosophique réservé à l’élite à l’intérieur de l’école et un enseignement politique destiné au grand nombre en dehors de l’école62. Les réflexions sur le βίος πολιτικός, dans une perspective pratique, s’adressent donc aux citoyens (« die aus der Stadt heraus in die Schule kommen, um sich dort über ihre ethische und politische Existenz aufklären zu lassen »)63. G. Bien rencontre alors le problème de l’EE. La différence de l’EE par rapport à l’EN, estime-t-il64, tient moins à la chronologie qu’elle n’est fonction du public pour lequel Aristote l’a conçue : un auditoire versé dans les questions spéciales débattues à l’Académie. C’est ainsi que l’EE ne contient pas d’éloge protreptique du βίος θεωρητικός (analogue à celui de l’EN, X, 6-9) ; qu’elle ne formule pas non plus une morale « politique »65 ; qu’elle présente, comparée à l’EN, une critique passablement différente des idées platoniciennes66 et qu’elle se montre moins préoccupée du bonheur67. Qu’on les ratifie ou non dans le détail, les thèses de G. Bien ont au moins le mérite de souligner le fait que certaines d’entre les ακροάσεις du Stagirite, tant par leur propos que par la manière dont ce propos est abordé, tendaient à une audience qui dépasse le cadre étroit des εταίροι : ce sont les ακροάσεις touchant le problème de l’homme (sous l’angle de la praxis). Par son caractère plus ésotérique (au sens défini par nous), l’EE constitue à première vue une exception. Cette différence, qui semble ranger l’EE68 dans une autre perspective que celle de l’EN, mériterait d’être examinée plus en détails, de manière à pouvoir juger si les principaux textes qu’elles réunit ne sont pas de simples notes d’Aristote consignées par écrit pour son usage personnel et laissées éventuellement à la consultation de ses collaborateurs ou disciples, tandis que les textes de l’EN, quant à eux, auraient constitué le support de différentes ἀκροάσεις ou communications orales, tenues par Aristote dans le cadre d’une ouverture de l’Ecole à la Cité. Nous ne saurions procéder à cet examen dans les limites de notre travail. Mais, au moins, pouvons-nous essayer de préciser l’hypothèse énoncée ci-dessus à la lumière des données historiques relatives à Platon.

§ I, 5. — Différences par rapport à Platon

  • 69 H. J. Krämer, Arete bei Plato und Aristoteles. Zum Wesen und zur Geschichte der platonischen Ontol (...)
  • 70 H. L. Cherniss, Aristotle’s Criticism of Plato and the Academy I, 2e éd., Baltimore, 1946 et The R (...)
  • 71 Krämer, Op. laud., p. 479.
  • 72 Et dont les dialogues développent l’« axiologische Bedeutung » (Krämer, Op. laud., p. 454).
  • 73 F. Solmsen, Die Entwicklung der aristotelischen Logik und Rhetorik, Berlin, 1929, pp. 92-135.
  • 74 Krämer, Op. laud., pp. 380-454.
  • 75 ID., Ibid., pp. 454-486.

13Les principales études évoquées ci-dessus et qui convergent assez remarquablement (celles de Fr. Dirlmeier, de H. Flashar et de G. Bien) s’adossent, pour une part, à l’important travail de H.Ј. Krämer sur l’enseignement non écrit de Platon69. La nature d’un « Platon ésotérique » — son existence même, comme l’attestent les positions de H. Cherniss70 — est une question fort controversée, que la synthèse, audacieuse mais séduisante, de Krämer a indéniablement renouvelée en profondeur. Seule nous intéresse ici la signification donnée aux doctrines ésotériques de Platon en tant qu’ésotériques. Selon Krämer, à côté des dialogues et, plus exactement, soutenant la pensée des dialogues — où apparaît, pour nous, « der Protreptiker, Problematiker und Aporetiker Platon »71 — nous devons supposer une doctrine ontologique solide, parfaitement élaborée, faisant l’objet d’un enseignement oral72. S’inspirant des remarques de Fr. Solmsen73, l’auteur croit pouvoir parler d’un enseignement « ésotérique » à cet égard, pour deux raisons ; parce qu’il s’agit de doctrines foncièrement originales par rapport au contenu des dialogues — au moins sur un point fondamental (« Prinzipienlehre ») — et parce que semblables doctrines, absentes des dialogues, étaient, en fait, peu accessibles au grand nombre, même si Platon ne les avait pas voulues secrètes74. Avec les œuvres écrites et publiées du philosophe (enseignement exotérique), elles entretenaient cependant des rapports très étroits. Platon y exposait les fondements ontologiques ou, si l’on veut, les principes métaphysiques du Bien, principes assumés par les dialogues, qui en dégageaient, pour le grand nombre, « la signification axiologique », selon une démarche sui generis75.

  • 76 ID., Ibid., p. 480.

14Concevables chez Platon, de tels rapports ne se conçoivent plus chez Aristote. Car le disciple a rompu l’unité défendue par le maître entre ce que nous appelons métaphysique et politique. Comme l’a bien noté H. Ј. Krämer, la question même qui faisait l’objet des λόγοι platoniciens περί τἀγαθοῦ a disparu de l’horizon aristotélicien, ainsi qu’en témoigne l’autonomie des différentes sciences au regard du Stagirite76. C’est pourquoi l’opposition ésotérique — exotérique, telle que nous l’entrevoyons chez Aristote, ne prolonge pas l’opposition analogue que nous pourrions reconstituer chez Platon en suivant les suggestions de Krämer. Affranchie d’une métaphysique, qui, pour sa part, intéresse l’« Ecole », la politique est rendue à la « Cité ». Par essence, la matière politique est désormais considérée comme exotérique. Il serait donc naturel que les ἀκροάσεις qui la prennent pour objet recherchent une audience en dehors du cercle habituel des ἑταῖροι. Ce pourrait avoir été le cas, au moins dans l’une ou l’autre occasion. Nous allons le voir.

***

15Evidemment, les différents aspects d’une réalité aussi complexe nous sont masqués par le fait que tous les λόγοι du Stagirite furent réunis de manière à constituer les œuvres du Corpus que nous lisons. Leur nouveau statut « littéraire » forme écran.

  • 77 Au sens ordinaire du terme, c’est-à-dire, selon les règles d’un genre littéraire établi (dans une (...)
  • 78 Cfr, à ce sujet : P. Aubenque, La dialectique chez Aristote dans L’attualità della problematica ar (...)

16Mais nous possédons au moins une certitude générale fort appréciable. Il apparaît clairement, en effet, que tous ces λόγοι, quels qu’en soient les destinataires précis selon les cas, expriment une pensée dont Aristote n’a pas confié la divulgation à la littérature77. Dans la meilleure des hypothèses, le message du philosophe n’a donc eu, de ce fait et par la volonté de leur auteur, qu’une audience relativement restreinte. D’un autre côté, malgré leur codification, et bien qu’ils préparent en quelque sorte l’avènement à plus ou moins longue échéance d’un nouveau genre littéraire (le monologue scientifique)78, les textes du Stagirite restent liés à une forme d’expression orale. Dans la mesure enfin, où ils répondent à une volonté d’enseignement ou, mieux encore, d’éducation, l’ἀκρόασις apparaît comme un phénomène extrêmement original, sur lequel il convient de se pencher.

§ II, 1. — Des circonstances matérielles obscures

  • 79 Cfr infra, § II, 2.
  • 80 Diogène Laërce, V, 3 : πρὸς θέσιν συνεγύμναζε τοὺς μαθητάς, ἄμα και ῥηθορικῶς έπασκών, κ.τ.λ. Cfr (...)
  • 81 Vita Marciana, 7 dans Düring, Aristotle, pp. 98 et 108-109 (commentaire) ; cfr Philopon, De aetern (...)
  • 82 Ibid., 6 : Πλάτων ἔλεγε’Άπίωμεν είς τὴν ἀναγνώστου οίκίαν.
  • 83 Düring (Aristoteles, p. 8 = Aristotle, p. 108) suppose qu’Aristote, à l’Académie, n’avait pas le s (...)
  • 84 Η. Jackson, Aristotle’s lecture-room and lectures dans Journ. of Philol., 35 (1920), pp. 191-200.
  • 85 I. Düring, Aristotle the Schotor dans Arctos, 1 (1954), pp. 61-77.
  • 86 H. Usener, Organisation der wissenschaftlichen Arbeit dans Preuss. Jahrb., 53 (1884), pp. 1 et sqq
  • 87 E. Howald, Die platonische Akademie und die moderne Universitas Litterarum, Berne, 1921. Cfr W. Ca (...)
  • 88 Voir : Theopompe, І, 737 Kock ; Alexis, II, 386, 353 Kock ; Cratinos, II, 292 Kock (cfr philemon, (...)

17Sans doute est-il fort malaisé de se représenter concrètement les ἀκροάσεις dont témoignent les œuvres du Corpus. C’est que, en dehors d’un petit texte d’Aristoxène79, d’ailleurs relatif à un point très particulier, aucune information indirecte ne vient éclairer l’exégète. Certaines traditions nous assurent qu’Aristote enseigna la rhétorique alors qu’il était encore disciple de Platon80. Une anecdote, contée dans la Vita Marciana81, évoque l’ἀκροατήριον de Platon où Aristote était le νοῦς. Selon une autre anecdote82, le Stagirite aurait été qualifié par son maître de « liseur » (ἀναγνώστης). Correctement interprétée, cette anecdote pourrait faire allusion au fait qu’Aristote assurait la « publication » de certains textes devant un cercle de disciples...83. Mais tout cela est fort maigre et fort imprécis. On se trouve réduit, en dernière analyse, à exploiter les textes mêmes du Corpus pour se faire une idée de l’enseignement aristotélicien. C’est ainsi que H. Jackson84 reconstitua la « lecture-room » du Stagirite à l’Académie et c’est ainsi que I. Düring85 dressa un portrait d’Aristote « as a scholar ». Mais le travail de reconstitution, malgré ces succès partiels, reste à la merci des idées préconçues, qui, depuis H. Usener86 et E. Howald87, ont tant porté atteinte aux efforts analogues tentés pour reconstituer les activités de l’Académie platonicienne, lesquelles ne nous sont connues, indirectement, qu’à travers les parodies des auteurs comiques88. Le peu que nous savons sur le sujet interdit d’échafauder des hypothèses et ne permet pas à l’exégète d’imaginer positivement, ni l’identité, ni l’attitude de l’auditoire des ἀκροάσεις en général ou de telle ἀκρόασις en particulier. Quant aux habitudes du Stagirite lui-même, en qualité d’enseignant, elles nous échappent totalement, à l’exception d’une habitude très précise qu’Aristoxène de Tarente a notée avec soin.

§ II, 2. — Les traces d’une précaution didactique

  • 89 Fr 1 et 2 Wehrli (Die Schule des Aristoteles, II, p. 9).
  • 90 Aristoxene, Elemento harm., II, 30-31. Cfr K. Gaiser, Plato’s enigmatic lecture « on the good » da (...)
  • 91 Ј. Brunschwig, EE, I, 8, 1218 a 15-32 et le περί τἀγαθοῦ dans Untersuch, zur EE, p. 209.
  • 92 Contrairement à ce qu’affirme Brunschwig (Ibid., loc. laud.) : « On peut (...) s’étonner que ce ‘t (...)
  • 93 Selon Aristote, le « prologue » est, en principe, dans le discours en prose des orateurs (R, III, (...)
  • 94 Elias, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, XVIII, p. 114, 9-11.
  • 95 P, VII, 1, 1323 a 14-21.
  • 96 O. Gigon, Das Prooimion der Eud. Eth. dans Untersuch. zur EE, p. 132.

18Lui-même ἀκουστής et γνώριμος du Stagirite89, Aristoxène nous apprend que le philosophe « annonçait au préalable (προέλεγε) devant ceux qui allaient l’écouter (μέλλουσι ἀκρόασθαι) sur quelles matières porterait son étude et quelle serait cette étude »90. Ј. Brunschwig91 a récemment rappelé l’importance de ce témoignage. Mais certains textes du Corpus portent la trace de l’enseignement oral d’Aristote, tel que l’a connu et décrit son disciple tarentain92. Il s’agit évidemment des « prologues »93. Levons à cet égard toute ambiguïté. Il n’est pas question d’invoquer ici toutes les introductions (plus ou moins élaborées) à chacune des « pragmaties » qui constituent les œuvres de notre Corpus. Baptisées « prologues », ces introductions passaient aux yeux des commentateurs anciens pour le signe distinguant les œuvres « acroamatiques » des œuvres « hypomnématiques » et le néo-platonicien Elias94, par exemple, rappelle que le traité De l’interprétation fut considéré comme « hypomnématique » jusqu’au jour où Ammonios lui découvrit un prologue (et un épilogue), ce qui permettait de le ranger parmi les œuvres « acroamatiques ». Il y aurait lieu de privilégier, en revanche, les quatre textes du Corpus présentés par leur auteur comme autant de προοίμια : l’EN, I, 1 (cf. πεφροιμιάσθω : 1095 a 12) ; l’EE, I, 1-6 (cf. πεπροοιμιασμένων : 1217 a 18), la Politique, VII, 1-3 (cf. πεφροιμιασμένα : 1323 b 37 et πεφροιμίασται : 1315 b 33) et la Métaphysique, A, 1-2 (cf. πεφροιμιασμένοις : 995 b 5). Mais, sans compter le cas de la Métaphysique, qui n’intéresse pas notre propos, tous ces « prologues » ou « préambules » ne répondent pas également à l’idée que, d’après le témoignage d’Aristoxène, nous pouvons nous faire des déclarations habituelles du Stagirite avant d’aborder un exposé. Dans la Politique, VII, 1-3, les propos du philosophe visent uniquement à fixer quelques préliminaires (d’ordre éthique) indispensables à l’entreprise envisagée95. Comme l’a bien vu O. Gigon96, c’est afin d’introduire aux multiples difficultés d’une problématique que sont conçus les six longs premiers chapitres de l’EE ; et non pas précisément afin de définir, à l’intention de l’auditoire (μέλλουσι ἀκρόασθαι), la matière et la forme de l’étude, comme le faisait le Stagirite aux dires d’Aristoxène.

  • 97 Cela ressort de R, III, 14, 1415 a 23-26.

19Par contre, en se référant au même témoignage, on ne peut nier que le Prologue de l’EN (I, 1) soit, quant à lui, un modèle du genre. Le philosophe s’y adresse directement à l’auditeur. Il lui expose son projet (cf. τί προτιθέμεθα), en spécifiant et la nature de l’enquête (ἡ μὲν οὖν μέθοδος... πολιτική τις οὖσα) et sa matière (τὰ δὲ καλὰ καί τὰ δίκαια... καί τἀγαθά). Il définit la façon dont il convient de recevoir (πῶς ἀποδεκτέον) chacun de ses propos et, enfin, stipule les qualités requises de l’auditeur lui-même (cf. περί ἀκροατοῦ). Le Prologue de l’EN se recommande aussi par une autre vertu : la brièveté. C’est la brièveté que souhaite, en effet, Aristote dans la Rhétorique97, pour le prologue des discours. On ne saurait donc trop s’appesantir sur l’importance de ce texte. Car il paraît porter le témoignage d’une précaution qu’aurait prise Aristote au moment de communiquer oralement, devant un auditoire précis, ses réflexions sur les questions intéressant le devenir humain que doit diriger le politique.

§ II, 3. — Un aspect fondamental du discours : les déclarations méthodologiques

20En effet, une particularité du Prologue de l’EN, qui renferme certaines considérations méthodologiques (parmi les plus célèbres qui soient chez Aristote), est qu’il formule pareilles considérations afin de prévenir en dernier ressort, chez l’auditeur, une attitude critique irrecevable à l’égard de l’exposé qui va suivre. C’est ce que démontre clairement la structure du texte :

Majeure : (tout discours doit être approprié à son objet)
Λέγοιτο δ'ἂν ἱϰανῶς … ἐν τοῖς δημιουργοένοις : 1094 b 11-14
Mineure : (or l’objet de notre discours, c’est …)
τὰ δὲ ϰαλὰ δι' ἀνδρείεαν : 1094 b 14-19
Conclusion : (donc, notre discours sera …)
ἀγαπητὸν οὖν ϰαὶ συμεραίνεσθαι : 1094 b 19-22
Conséquence : (aussi l’auditeur doit-il …)
τὸν αὐτὸ δὴ τρόπον ϰαὶ ἀποδέχεσθι ϰ.τ.λ. : 1094 b 22 et sqq.

21Si le Stagirite s’attache ici à justifier anticipativement son propre exposé quant à la méthode, c’est donc afin de montrer aux auditeurs πῶς ἀποδεκτέον (selon les termes employés au sommaire du chapitre). Autrement dit, c’est la présence d’un auditoire avec lequel il faut compter, qui explique ici l’utilité des considérations méthodologiques d’Aristote.

  • 98 Cfr D. Kurz, Akpibeia. Das Ideal der Exakheit bei den Griechen bis Aristoteles, Göppingen, 1970, p (...)
  • 99 A l’idéal de l’ἀκρίβ3ια,, en quelque sorte énoncé a priori pour toute espèce de savoir, se substit (...)
  • 100 Aristoxene, Elementa harmonica, II, 1.

22Le souci du philosophe est de respecter les exigences que pose le véritable objet de son discours. En récusant l’idéal d’ἀκρίβεια, érigé en principe méthodologique absolu par l’Académie98, Aristote fait valoir que les matières sur lesquelles porte son discours, dans la mesure où l’on entend les éclairer en ce qu’elles ont de spécifique, ne tolèrent, au mieux, qu’une honnête approximation99. Or nous savons, grâce au témoignage d’Aristoxène100, que le Stagirite aimait rappeler par ailleurs la déconvenue des auditeurs de Platon, qui, venus écouter le maître parler du Bien, s’en allaient déçus de l’entendre discuter de mathématiques. L’anecdote en dit long sur la volonté qu’avait Aristote d’éviter le travers de Platon dans ses propres communications devant un public non averti ; elle suppose aussi, chez le même Aristote, le désir de ne pas décevoir l’attente de ceux qui viendraient l’écouter traiter d’un sujet analogue. On peut dès lors sérieusement se demander si les paroles du Prologue de l’EN, en même temps qu’elles combattent les exigences irrecevables d’éventuels auditeurs « platonisants », ne traduisent pas l’intention de récupérer un auditoire désappointé par les discours de l’Académie. Elles manifestent en tout cas la volonté de mieux rencontrer la préoccupation des politiques à l’égard du bien. A ce titre, le début de l’EN porte, semble-t-il, la trace de précautions oratoires telles que devait en user le philosophe dans une communication devant un large public. Ne peut-on imaginer, par conséquent, que la plupart des textes, sinon tous les textes que réunit l’EN, ont été le support de communications de cet ordre ? La question mérite au moins d’être posée.

Notes

1 Cfr Jaeger, Aristotle2, p. 4.

2 RS, 34, 183 b 16-22.

3 Ibid., 184 a 9-b 2.

4 Ibid., 184 b 2-8.

5 EN, I, 2, 1095 a 12-13.

6 Un dossier réunissant les principaux travaux consacrés au sujet par différents auteurs (Wilamowitz, Jackson, Jaeger, Wehrli, Düring, Lynch et Gottschalk) vient d’être publié par C. Natali sous le titre La scuola dei filosofi. Scienze ed organizzazione istituzionale detta scuola de Aristotele (L’Aquila, 1981).

7 W. Jaeger, Studien zur Entstehungsgeschichte der Metaphysik desAristoteles, Berlin, 1912, pp. 131-163 (que nous résumons brièvement ci-après).

8 Cfr infra, § I, 5.

9 Pr. Dirlmeier, Merkwürdige Zitäte in der EE des Aristoteles dans Sitz. d. Heidelb. Ak. d. Wiss., Philos.-hist. Kl., 1962, p. 12. Cfr, du même, Physik IV 10 ('Εξωτερικοί λόγοι = EL)dans Naturphilosophie bei Aristoteles und Theophrast, p. 65.

10 E. Gilson, Préface à Ј. Owens, The Doctrine of Being in the Aristotelian Metaphysics. A Study of Greek Background of Mediaeval Thought, Toronto, 1951, p. VI.

11 EN, I, 1, 1095 a 2.

12 N° 75 (Diogène Laërce) et n° 70 (Hésychios) dans Düring, Aristotle, pp. 45 et 85.

13 N° 148 (Hesychios) dans Düring, Aristotle, pp. 87 et 91 (commentaire) ; cfr Moraux, Listes anciennes, ad loc.

14 WILAMOWITZ, Aristoteles und Athen, I, p. 355 (cfr p. 66, n. 37).

15 L. Robin, Aristote, Paris, 1944, p. 42. Cfr M. Manquat, Aristote naturaliste, Paris, 1932, p. 13.

16 Burnet, p. XVIII.

17 Fr. Susemihl dans Berliner philologische Wochenschrift, 20 (1900), col. 1508-1509.

18 M. Prelot, La Роlitiquе d’Aristote, Paris, 1950, pp. xxv et sqq.

19 Newman, II, pp. XXXV-XXXVIII.

20 M. Dufour, Aristote. Rhétorique, I, Paris, « Les Belles Lettres », 1932, p. 17.

21 Weil, Aristote et l’histoire, p. 55.

22 Le chapitre initial de l’EN évoque d’ailleurs l’attitude de l’ἀκροατής comme étant celle d’un κριτής (1094 b 27 et sqq.).

23 Même si l’exposé s’adresse quelquefois à un plus large public ou à des incipientes. Cfr JAEGER, Loc. laud. n. 2.

24 A. Mansion, La genèse de l’œuvre d’Aristote d’après les travaux récents dans Rev. Néoscol. de Philos., 29 (1927), pp. 308-310.

25 Gauthier, І, 1, pp. 67-70.

26 C’est nous qui soulignons.

27 « The Aristotelian school-literature represents, if I am allowed to express myself paradoxically, an oral tradition in written form. Aristotle and his fellow scholars were continually working with this material. Their contributions take the form of additions or amplifications. Theophrastus and Eudemus may use the same wording as Aristotle, because all of them, as a matter of course, draw from the same source : the common school literature. This fact explains the fundamental problems in the history of the Aristotelian text. (...) Aristotle’s πραγματεῖαι are thus to be regarded as a special kind of school literature, written entirely without literary ambitions, which (...) does not at all mean that they from our point of view lack literary quality. Unlike Plato’s or Aristotle’s own dialogues they were not protected by any literary proprietorship. » (I. Düring, Notes on the history of the transmission of Aristotle’s writings, Göteborg, 1950, pp. 58 et 59).

28 Voir : n » 29, 33, 34, 42, 43, 45, 46, 47, 51, 55a, 57, 62, 64, 65, 66, 67, 70, 71, 72, 73, 86, 118, 119, 121, 124 (Diogene Laërce)  ; 31, 33, 42, 44, 48, 61, 65, 66, 67, 68, 69, 78, 106, 107, 112, 116, 143, 144, 145, 147 (Hesychios) dans Düring, Aristotle, pp. 43-49 et 82-87.

29 De respiratione, 12, 477 a 5. Cfr Bonitz, p. 103 a 45 et sqq.

30 Cfr Bonitz, pp. 47 b 54-48 a 3 et Aristote. Histoire des animaux, texte établi et traduit par P. Louis, Paris, « Les Belles Lettres », 1964, pp. IX-X.

31 Dirlmeier, Merkw. Zit. (Op. laud.) , pp. 12-13.

32 Διαγραφή : EN, II, 7, 1107 a 33 ; HA, I, 17, 497 a 32 ; IV, 1, 525 a 9 ; EE, III, 1, 1228 a 28 ; T, I, 14, 105 b 13. Ύπογραφή : EE, II, 3, 1220 b 37 ; DI, 13, 22 а 22 ; Me, I, 8, 346 a 32 ; II, 6, 363 a 26 ; HA, III, 1, 510 a 30 ; PA, III, 5, 668 a 17. Pour ἀνατομή, voir : De somn., З, 456 b 2 ; De respir.. 8, 474 b 9 ; 16, 478 b 1 ; HA, III, 1, 509 b 21 ; 11, 511 а 13 ; VI, 10, 565 а 12 ; PA, II, 3, 650 а 31 ; III, 4, 666 а 9 ; 5, 668 b 29 ; 14, 674 b 16 ; IV, 5, 680 а 1 ; 8, 684 b 4 ; 10, 689 а 18 ; 13, 696 b 14 ; GA, I, 11, 719 a 10 ; II, 4, 740 a 23 ; cfr n° 103-104 (Diogene Laërce)  ; 93-94 (Hésychios) . Les nos 77, 82, 89 (Diogène Laërce) et 71, 74 (Hésychios) mentionnent des συναγωγαί, différentes du recueil des Constitutions ; pour ces dernières, voir : Weil, Aristote et l’histoire, pp. 97-116. Cfr Dirlmeier, EN, pp. 312-313. Sur la notion ď » histoire » et ses implications pour la « recherche » chez Aristote, voir : P. Louis, Le mot ἰστορία chez Aristote dans Rev. de Philos., 29 (1955), pp. 39-44 et S. Gastaldi, Poesia e historia nella poetica aristotelica dans RIL, 107 (1973), pp. 202-242.

33 Références dans Bonitz, pp. 598 a 23-599 a 17.

34 Par exemple : EN, II, 2, 1104 b 12 (qui nous renvoie probablement à Platon, Lois, II, 653 A-C).

35 Ρ, II, 1, 1261 a 6-7 (i.e. Platon, République, V, 457 A-466 D ; cfr IV, 423 E).

36 Ρ, II, 4, 1262 b 11-12 (i.e. Platon, Banquet, 191 A-B).

37 Je parle du mot appliqué aux doctrines secrètes, chez Lucien, Vitarum auctio, 26 (= Düring, Aristotle, pp. 430-431 [Τ 76 e]).

38 Voir, à ce sujet : Dirlmeier, art. cité dans Naturphilosophie bei Aristoteles und Theophrast, pp. 51-58 (qui défend, à cet égard, l’interprétation la moins sujette à caution actuellement).

39 Aulu Gelle, Nuits att., XX, 5 ; Plutarque, Vie d’Alexandre, 7 ; Syrianos, Schol. in Hermogenem, IV, 297 (Walz).

40 Cfr Philopon, Comm. in Ar. Gat. dans CIAG, XIII, 1, p. 6, 18 (ἐκφεύγει... ἀεί ό φιλόσοφος τὰς ῥητορικὰς κομψείας), 22 (ἐπετήοευσε τοίνυν τὴν ἀσάφειαν).

41 Clement D’Alexandrie, Strom., V, 9, p. 58, 3.

42 G. Boas, Ancient Testimony to Secret Doctrines dans Тhe Philos. Rev., 62 (1953), pp. 79-92.

43 Il faudrait sans doute aussi récuser les conséquences d’une vue trop simpliste qui considérerait tous les dialogues comme des œuvres de vulgarisation (au sens moderne du terme).

44 Voir, en particulier : Philopon, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, XIII, 1, p. 3, 14-16 et Simplicius, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, VIII, p. 4, 10 et sqq. En rapport avec cette distinction, Aulu Belle (Nuits attiques, XX, 5) affirme qu’Aristote donnait au Lycée des leçons strictement réservées aux initiés le matin et, le soir, d’autres leçons dites « exotériques » vulgo iuvenibus sine dilectu. Ј. P. Lynch prend au sérieux ce témoignage (La scuola dei filosofi, a cura di С. Natali, p. 123).

45 Ammonios, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, IV, 4, p. 4, 21-27. Cette interprétation réfute l’idée, exprimée par certains, qu’Aristote n’exposerait pas ses propres vues dans les dialogues et les écrits exotériques (Ibid., p. 4, 19-22).

46 H. Diels dans Sitz. d. Berl. Ak. d. Wiss., 1883, p. 477. Cette idée, en fait, n’était pas neuve, puisque, comme on vient de le dire à la note précédente, elle était déjà combattue par Ammonios.

47 EE, I, 8, 1217 b 22-23.

48 H. Diels, Zu Aristoteles’ Protreptikos und Cicero’s Hortensius dans Arch. f. Gesch. d. Philos., 1 (1888), pp. 492-497.

49 Ce serait précisément le cas, selon Diels, du chap. initial de l’EN, à partir de 1094 a 22, car « Die Ethik beginnt mit einer streng logischen Beweisführung » (art. cité n. précédente, p. 495).

50 Burnet, pp. xviii, xxiv-xxv (concernant le début de l’EN). L’opinion essentielle de Burnet, selon laquelle l’EN constituerait une simple approche dialectique des problèmes éthiques, conforme aux exercices préconisés dans les Topiques, est une thèse aujourd’hui résolument abandonnée.

51 Diels, art. cité n. 5, p. 497 : « Soviel aber dürfte schon jetzt klar sein, dass es gefährlich ist, in den Lehrschriften oder gar in den Dialogen aus terminologischen Unterschieden die Entwicklungsstadien der aristotelischen Philosophie deduzieren zu wollen ».

52 H. Flashar, Die Kritik der platonischen Ideenlehre in der Ethik des Aristoteles dans Synusia. Festgabe W. Schadewald, Pfüllingen, 1965, pp. 223-246. L’auteur se fonde tant sur le choix d’arguments différents que sur la manière différente dont ces arguments sont exposés de part et d’autre : EN, I, 4, 1096 a 9-1097 a 14 et EE, I, 8, 1217 b 1-1218 a 32.

53 La singularité de la critique des Idées dans M, A, 9, par rapport à celle que développe M, M, 4-5, paraissait à Jaeger (Aristotle2, pp. 171 et sqq.) un signe d’antériorité du premier passage par rapport au second.

54 Flashar, art. cité n. 9, p. 240. L’auteur (suivant l’avis de Dirlmeier) estime lui aussi que les relations étroites d’un texte avec les dialogues de Platon ne peuvent toujours automatiquement constituer, par elles-mêmes, un véritable indice de datation.

55 C. Vicol Ionescu, La filosofia moral de Aristoteles en sus etapas evolutivas, I, Madrid, 1973, pp. 131-267 (EE) , 271-399 (EN).

56 Loin de prétendre, comme on l’eût souhaité, constituer la synthèse ou la somme des études concernant les trois Ethiques du Corpus, l’auteur fait volontiers table rase de tout ce qui existe sur le sujet depuis Jaeger et se livre, au long de plus de mille pages, à l’exposé d’une solution globale prétendument médite de tous les problèmes de l’« Entwicklung », usant à cet effet d’arguments fragiles, sinon spécieux, tel celui que fournit l’interprétation chronologique des références d’Aristote à lui-même. Il considère, par ailleurs, que les « livres communs » (EN, V-VII = EE, IV-VI) et la MM (!) appartiennent à la dernière étape de l’évolution d’Aristote et sont conformes à la nouvelle doctrine de l’âme (hylémorphisme) exposée dans le DA.

57 D. Ј. Allan, Quasi mathematical Method in the « Eudemian Ethics » dans Aristote et les problèmes de méthode, pp. 303-318.

58 Il en résulterait, selon C. Vicol Ionescu, que, pour cerner véritablement la pensée du philosophe, l’interprète doit prendre à la fois en considération les deux exposés d’éthique : « solo considerando en conjunto los dos escritos se obtiene el verdadero tratado de etica de la filosofia sistematica de Aristoteles » (Op. laud., I, p. 388).

59 Les nos 1-19 désignent les œuvres publiées (dialogues ou non) par le Stagirite et répandues dans le public à l’époque hellénistique ; pour ce qui regarde les nos 20-24, « Here we recognise Aristotle’s synopsis of Plato’s dialogues and oral teaching » (Düring, Aristotle, p. 68).

60 G. Bien, Das Theorie-Praxis-Problem und die politische Philosophie bei Plato und Aristoteles dans Philos. Jahrb., 76 (1968-1969), pp. 264-314.

61 ID., Ibid., p. 290.

62 Un exemple probant, selon Bien, est celui de la critique adressée par Aristote aux thèses de Platon. Dans P, II, qui aborde des questions pratiques, le Stagirite ne se préoccupe point de ce qui ressortit à la philosophie proprement dite, à savoir le bien-fondé de l’identification platonicienne de l’excellence théorétique et de l’excellence pratique dans le chef du philosophe-roi ; car « eine solche Aufstellung ist für ihm (Aristoteles) kein spezifisch politisches Problem und Thema » (Ibid., p. 295).

63 Bien, art. cité, p. 298.

64 ID., Ibid., p. 304.

65 Au sens où l’entend le Prologue de l’EN.

66 Cfr Flashar, art. cité n. 9.

67 L’ЕЕ, I, par exemple, peut, en effet, paraître moins résolument centrée sur le concept d’εύδαιμονία que ne l’est le Ier livre de l’EN.

68 Il y a danger, cependant, à traiter, de ce point de vue, l’EE comme un tout parfaitement homogène. Son Prologue (I, 1-6), notamment, paraît avoir un autre style, plus soigné, plus « littéraire » que celui des textes auxquels il introduit (cfr Gigon, art. cité dans Untersuch, zur EE, p. 133 et Diblmeieb, ЕЕ, п. ad locum) ; il débute au demeurant par le rappel d’une maxime delphique (EE, I, 1, 1214 a 5-6 : cfr EN, I, 9, 1099 a 27-28 ; Platon, Gorgias, 451 E ; Ménon, 87 E ; Euthydème, 279 A ; Philèbe, 48 D ; Gigon, Op. laud., p. 95), selon un procédé utilisé dans une œuvre écrite, destinée à la publication (cfr Sur la philosophie, fr. 1 Walzer, qui évoque le γνώθι σαυτόν). De leur côté, les fr. qui constituent le livre VIII ont trop souffert dans la transmission pour qu’on puisse valablement les comparer avec le reste des textes propres à l’EE du point de vue de la forme.

69 H. J. Krämer, Arete bei Plato und Aristoteles. Zum Wesen und zur Geschichte der platonischen Ontologie, [Heidelberg, 1959] Amsterdam. 1967. Cfr, pour le sujet qui nous occupe ici : R. Marten, Esoterik und Exoterik bei Platon und Aristoteles dans Festschrift R. W. Meyer, pp. 13-31.

70 H. L. Cherniss, Aristotle’s Criticism of Plato and the Academy I, 2e éd., Baltimore, 1946 et The Riddle of the Early Academy, 2e éd., New York, 1962. Voir les critiques de Krämer à l’endroit de ces ouvrages (Op. laud., pp. 380 et sqq.).

71 Krämer, Op. laud., p. 479.

72 Et dont les dialogues développent l’« axiologische Bedeutung » (Krämer, Op. laud., p. 454).

73 F. Solmsen, Die Entwicklung der aristotelischen Logik und Rhetorik, Berlin, 1929, pp. 92-135.

74 Krämer, Op. laud., pp. 380-454.

75 ID., Ibid., pp. 454-486.

76 ID., Ibid., p. 480.

77 Au sens ordinaire du terme, c’est-à-dire, selon les règles d’un genre littéraire établi (dans une publication ad usum communem).

78 Cfr, à ce sujet : P. Aubenque, La dialectique chez Aristote dans L’attualità della problematica aristotelica, p. 17.

79 Cfr infra, § II, 2.

80 Diogène Laërce, V, 3 : πρὸς θέσιν συνεγύμναζε τοὺς μαθητάς, ἄμα και ῥηθορικῶς έπασκών, κ.τ.λ. Cfr autres témoignages dans Düring, Aristotle, pp. 299-314 (notamment : Quintilien, Inst. or., III, 1, qui nous apprend qu’Aristote donnait des leçons l’après-midi). Ce sont évidemment des témoignages fantaisistes ; cfr A.-H. Chroust, Aristotle. New light on his life and on some of his lost works, I Some novel interpretation of the man and his life, Londres, 1973, pp. 105 et sqq.

81 Vita Marciana, 7 dans Düring, Aristotle, pp. 98 et 108-109 (commentaire) ; cfr Philopon, De aeternitate mundi, VI, 27.

82 Ibid., 6 : Πλάτων ἔλεγε’Άπίωμεν είς τὴν ἀναγνώστου οίκίαν.

83 Düring (Aristoteles, p. 8 = Aristotle, p. 108) suppose qu’Aristote, à l’Académie, n’avait pas le statut (servil) d’ἀναγνώστης et que ce surnom lui serait venu de sa propension à lire énormément. Il nous renvoie au témoignage de Τ, I, 14, 105 b 12 : ἐκλέγειν δὲ χρὴ καί ἐκ τῶν γεγραμμένων λόγων.

84 Η. Jackson, Aristotle’s lecture-room and lectures dans Journ. of Philol., 35 (1920), pp. 191-200.

85 I. Düring, Aristotle the Schotor dans Arctos, 1 (1954), pp. 61-77.

86 H. Usener, Organisation der wissenschaftlichen Arbeit dans Preuss. Jahrb., 53 (1884), pp. 1 et sqq.

87 E. Howald, Die platonische Akademie und die moderne Universitas Litterarum, Berne, 1921. Cfr W. Capelle, Organisation wissenschaftlicher Forschung in der Antike dans Forschungsinstitute, I, Hambourg, 1930, pp. 34 et sqq. et H. Herter, Platons Akademie, Bonn, 1946, pp. 29 et sqq. Le travail de Ј. P. Lynch, Aristotle’s School. A Study of a Greek Educational Institution, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1972, ne nous était pas accessible lors de la rédaction de notre chapitre ; nous n’avons pas cru devoir modifier le texte de celui-ci après sa consultation ; Ј. P. Lynch fait le point de nos connaissances sur le sujet, compare entre elles les deux « confréries » qu’étaient le Lycée et l’Académie, mais sans apporter au lecteur de véritables découvertes. Dans ce domaine, les conclusions négatives (« le antiche scuole filosofiche non hanno un rapporto diretto con le nostre università » : C. Natali dans La scuola dei filosofi, p. 27) prennent le pas sur les conclusions positives.

88 Voir : Theopompe, І, 737 Kock ; Alexis, II, 386, 353 Kock ; Cratinos, II, 292 Kock (cfr philemon, II, 496 Kock ; Amphis, II, 237 Kock et Philippides, III, 303 Kock).

89 Fr 1 et 2 Wehrli (Die Schule des Aristoteles, II, p. 9).

90 Aristoxene, Elemento harm., II, 30-31. Cfr K. Gaiser, Plato’s enigmatic lecture « on the good » dans Phronesis, 25 (1980), pp. 5-37.

91 Ј. Brunschwig, EE, I, 8, 1218 a 15-32 et le περί τἀγαθοῦ dans Untersuch, zur EE, p. 209.

92 Contrairement à ce qu’affirme Brunschwig (Ibid., loc. laud.) : « On peut (...) s’étonner que ce ‘tic’ professoral du Stagirite n’ait pas laissé de traces directes dans le Corpus ».

93 Selon Aristote, le « prologue » est, en principe, dans le discours en prose des orateurs (R, III, 14, 1414 b 19-20), ce que le « prélude » est dans la composition poétique : une entrée en matière. Mais les deux termes sont, dans la pratique, équivalents et interchangeables.

94 Elias, Comm. in Ar. Cat. dans CIAG, XVIII, p. 114, 9-11.

95 P, VII, 1, 1323 a 14-21.

96 O. Gigon, Das Prooimion der Eud. Eth. dans Untersuch. zur EE, p. 132.

97 Cela ressort de R, III, 14, 1415 a 23-26.

98 Cfr D. Kurz, Akpibeia. Das Ideal der Exakheit bei den Griechen bis Aristoteles, Göppingen, 1970, pp. 88 et sqq. et V. Buchheit, Untersuchungen zur Theorie des Genos Epideikticon von Gorgias bis Aristoteles, Munich, 1960, pp. 18, 39-51 et passim.

99 A l’idéal de l’ἀκρίβ3ια,, en quelque sorte énoncé a priori pour toute espèce de savoir, se substitue, chez Aristote, l’idéal d’οίκειότης (adéquation), défini en considération des particularités irréductibles que comportent les données de chaque science (cfr M, α, 3, 994 b 32 et sqq.). Du fait de souvent devoir s’en tenir ainsi à une « esquisse », τύπω (cfr A. von Blumenthal, ΤΥΠΟΣ und ΠΑΡΑΔΕΙΓΜΑ dans Hermes, 63 [1928], pp. 391-414 et Ј. E. Heyde, Typus. Ein Beitrag zur Bedeutungsgeschichte des Wortes Typus dans Forschungen und Fortschritte, 17 [1941], pp. 220-223), le philosophe n’a nullement conscience de rester dans les limites du seul vraisemblable, c’est-à-dire, en-deça de la vérité. Au contraire : c’est précisément parce qu’il est convaincu de ce qu’une description approximative des phénomènes fait voir véritablement la réalité, qu’il juge, non seulement pouvoir, mais devoir s’en contenter. La démonstration que l’on prétendrait apporter scientifiquement de surcroît, par le recours à quelque principe tiré d’ailleurs, serait, pour cette raison, inappropriée et, à ce titre, illusoire. Cfr EN, I, 11, 1101 a 24-28 ; 7, 1098 a 26-29 ; II, 2, 1104 a 7-9 ; 7, 1107 a 30-31 ; 9, 1109 b 14-16, 20-23 ; III, ō, 1112 a 34-b 9 ; IV, 11, 1126 a 31-35, b 2-4 ; IX, 9, 1169 b 27-30 ; P, VII, 7, 1328 a 17-21.

100 Aristoxene, Elementa harmonica, II, 1.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search