Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et la Cité

 | 
Richard Bodéüs

Chapitre III. Le développement de la philosophie aristotélicienne et la position d’Aristote dans le développement de la philosophie

Texte intégral

§ I. — Le problème

1Ceux qui considèrent que la pensée d’Aristote consacre l’avènement d’une morale individuelle aux dépens d’une morale politique seront peut-être tentés de croire que les traces d’une véritable préoccupation politique conservées dans l’EN sont la marque d’une position que le philosophe a dû plus tard abandonner. Nous sommes donc tenu d’envisager ici l’hypothèse d’une évolution doctrinale dans la carrière du Stagirite et de vérifier, plus précisément, si les textes sur lesquels nous nous sommes appuyé pour défendre notre interprétation ne traduisent pas une pensée que le philosophe aurait corrigée dans certains textes de date ultérieure.

  • 1 Sauf, peut-être, en I, 6, 1216 b 37, où le philosophe définit sa méthode, qu’il dit appliquée « au (...)

2Le dernier chapitre de l’EN, par exemple, n’a pas de parallèle dans l’EE, qui, de son côté, ne se présente pas clairement, ni dans son introduction, ni nulle part ailleurs, comme une enquête politique ou destinée au politique1. Ne serait-ce pas le signe que l’EE, en cela justement qu’elle paraît viser l’individu plutôt que le citoyen, correspond à un stade plus évolué de la pensée d’Aristote que l’EN ? Nous avons dit, dès notre introduction, que les différences entre les deux Ethiques nous semblaient tenir à autre chose qu’à une évolution dans les doctrines du Stagirite ; mais la preuve de l’unité doctrinale essentielle entre l’EN et l’EE est loin d’avoir été administrée de manière pleinement satisfaisante. Il nous faut donc rencontrer l’argument dans les limites de notre propos.

  • 2 EE, VII, 2, 1236 b 39-1237 a 3.
  • 3 Ibid., 1237 a 2-3. Ici, comme dans l’EN, les réserves qui sont faites visent ceux qui sont naturel (...)
  • 4 Par ailleurs, lorsqu’elle envisage « l’action » comme terrain de prédilection pour l’accomplisseme (...)

3Si l’enseignement de la morale, selon Aristote, s’adresse au politique (législateur), c’est, avons-nous supposé d’après le dernier chapitre de l’EN, parce qu’il incombe à la politique d’assurer effectivement la moralité et le bonheur des hommes, vu que l’individu, par lui-même, enfermé dans sa subjectivité en quelque sorte, est le plus souvent incapable d’atteindre le bien objectif. Cette conception est-elle remise en cause par l’EE ? Un texte précis permet de voir, au contraire, que telle est très exactement la thèse qu’elle soutient2. Aristote y distingue rigoureusement « le bien absolu » (τὸ ἀπλῶς ἀγαθόν) et « le bien relatif à soi » (τὸ αὐτῷ ἀγαθόν), auxquels la moralité impose, nous dit-il, d’« être en harmonie » (ἄ δεῖ συμφωνῆσαι). Le contexte montre qu’en cas de désaccord entre l’un et l’autre, nous avons affaire à un conflit entre le bien et le plaisir (compris en mauvaise part), c’est-à-dire, à la situation dont nous avons abondamment parlé, où se trouvent la plupart des hommes livrés à eux-mêmes, singulièrement avant l’âge adulte, lorsque la puissance des passions aveugle la raison. La vertu, définie dans les termes employés ici par l’EE, sera donc la production de cette harmonie : καί τοῦτο ἡ ἀρετὴ ποιεῖ. Une doctrine conforme à ce qu’enseigne le dernier chapitre de l’EN devrait par conséquent confier à la politique le soin de cette « production ». Or, c’est ce qu’ajoute l’EE : « la politique est précisément là pour que naisse <cette vertu ou cette harmonie> chez ceux où elle n’existe pas encore » (καί ἡ πολιτικὴ ἐπί τούτῳ, ὅπως οἶζ μήπω ἐστί γένηται)3. Cette parfaite identité de vue entre l’EE et l’EN, qui s’accordent pour reconnaître la subordination de la moralité individuelle à l’intervention de la politique (c’est-à-dire, de la loi), permet de conclure que l’auteur de l’EE avait les mêmes raisons que celui de l’EN d’adresser au législateur un discours sur les questions de morale4.

4Aussi n’envisagerons-nous pas, ci-après, la possibilité d’une évolution doctrinale d’Aristote sur le sujet, allant de l’EN à l’EE ou, inversement, de l’EE à l’EN, mais seulement la possibilité que l’interprétation de l’« éthique » proposée jusqu’ici — comme partie d’un enseignement adressé au législateur — vise une conception qu’Aristote aurait défendue anciennement et abandonnée dans la suite de ses réflexions philosophiques.

  • 5 A ce sujet, voir, en dernier lieu, Kenny, The Aristotelian Ethics, chap. 8.
  • 6 Ch. Rutten, Aristote, Еthique à Nicomaque, X et Métaphysique, AB et ΖΗΘ. Essai de chronologie rela (...)

5Rappelons au préalable, ce qui tient de l’évidence, que le fait de pouvoir assigner une date ancienne à un texte précis n’implique pas nécessairement que la pensée qu’il contient fut jamais « périmée », à moins que d’autres textes, chronologiquement postérieurs, ne la remettent en cause de façon explicite ou implicite. Ainsi, par exemple, on peut assurer sans grand risque d’erreur que le Xe livre de l’EN contient de nombreux passages rédigés relativement tôt dans la carrière d’Aristote ; c’est vraisemblablement le cas des chapitres 6-9, consacrés au bonheur contemplatif5. Des recherches stylométriques, dont les résultats ont été communiqués récemment par Ch. Rutten6, tendent à montrer que ce Xe livre est assez homogène et qu’il pourrait remonter, dans son ensemble, à une haute époque. Si, dès lors, il était sûrement démontré que son chapitre de conclusion expose une pensée ancienne, cela signifierait, sans plus, qu’Aristote avait arrêté relativement tôt les positions que nous avons tenté de mettre en lumière ; et, sauf à trouver par ailleurs des données qui les battent clairement en brèche, nous n’en pourrions conclure qu’elles furent plus tard sacrifiées en raison de nouvelles conceptions doctrinales.

  • 7 Que l’on adopte le point de vue de Jaeger (Aristotle2, pp. 228-258) ou celui de Kenny (The Aristot (...)
  • 8 EN, X, 10, 1179 a 35 -b 3.
  • 9 EN, I, 1, 1095 a 5-6.
  • 10 EN, II, 2, 1103 b 27-28. Cfr EE, I, 5, 1216 b 9 et sqq.

6Observons d’emblée à ce propos que les thèses de l’EN, X, 10 — conformes à celles qui paraissent sous-tendre le Prologue de la même EN — peuvent être accommodées sans difficultés majeures avec la doctrine de la φρόνησις (y compris la φρόνησις νομοθετική) des « livres communs », qui, elle, a toutes les chances de représenter le dernier mot d’Aristote concernant cette vertu dianoétique7. En d’autres termes, il est difficile, sinon impossible, de dénoncer l’incohérence que constituerait, à l’intérieur des textes moraux, la doctrine du dernier chapitre de l’EN par rapport à d’autres passages qui contiennent la pensée définitive d’Aristote sur une notion aussi capitale que la φρόνησις. Par ailleurs, on notera que l’idée exprimée au seuil de l’EN, X, 108, selon laquelle le savoir (γνῶναι/εἰδέναι) n’est la fin, ni ἐν τοῖς πρακτοῖς, en général, ni περί αρετής, en particulier, rend l’écho fidèle, respectivement de l’affirmation du Prologue — qui, elle, se place sur un plan général : τὸ τέλος οὐ γνῶσις ἀλλὰ πρᾶξις9 — et de l’affirmation introduisant à l’étude la vertu — qui, elle, se place sur plan particulier : οὐ ἵνα είδῶμεν τί ἐστιν ἡ ἀρετὴ σκεπτόμεθα ἀλλ’ ἵν’ ἀγαθοί γενώμεθα10. Or ce sont des endroits-clefs de l’EN ; tout se passe comme si le Stagrite avait voulu mettre ses discours sous le signe d’une telle finalité. Le fait que celle-ci réapparaît dans le chapitre de conclusion montre un autre type de cohérence des discours réunis pour former l’EN et laisse entendre qu’ils s’inscrivent bien dans une même perspective. Il est dès lors très harsardeux d’y rechercher les traces d’un désaccord du point de vue doctrinal sur des questions importantes.

  • 11 Cette conclusion vaut à la fois pour la première et la dernière partie de l’EN, X, 10 ; voir notre (...)
  • 12 Qu’il faut reconnaître en certaines allusions ou références précises. Par exemple : οἴονταί τίνες (...)
  • 13 Cfr supra, chapitre 2, §§ I, 2-3.
  • 14 EN, X, 10, 1180 b 13-23.
  • 15 M, A, 1, 981 a 1-12.
  • 16 Jaeger, Aristotle2, pp. 68-72 (pour les pages d’introduction du livre A) et 171-176 (pour la criti (...)
  • 17 Dirlmeier, EN, p. 603.
  • 18 Cette référence (981 b 25) est placée par Jaeger entre deux doubles crochets droits dans son éditi (...)

7Il serait tout aussi hasardeux de dénoncer un prétendu « archaïsme » des doctrines que contient un texte comme l’EN, X, 10, sur la base de leurs rapports avec telle ou telle thèse défendue par Platon. L’influence directe de Platon, particulièrement du Ménon, ne nous fournit aucun élément qui permette de conclure de la sorte. Aristote, nous l’avons dit, se contente d’emprunter au dialogue les arguments traditionnels d’un débat devenu classique, sans référence aux solutions proprement platoniciennes du problème11. De son côté, quoique considérable à certains endroits, l’influence des Lois12 tient surtout à l’accord entre Aristote et Platon sur l’importance de la législation pour la παιδεία13 ; car le dernier chapitre de l’EN s’adosse à une conception de la nomothétique qui n’a plus rien de spécifiquement platonicien. A ce propos, la nécessité d’un savoir général affirmée par le Stagirite et la distinction entre le plan de l’έμπειρία et celui de la τέχνη14 sont plutôt à rapprocher des idées exposées dans la Métaphysique, A15, texte auquel on tend, depuis Jaeger16, à assigner une date ancienne. Fr. Dirlmeier hésite à le regarder pourtant comme une source d’inspiration de notre passage et penche même en faveur de l’hypothèse selon laquelle l’influence se serait exercée en sens inverse17, sans doute en raison du fait que la Métaphysique, A contient une référence explicite aux ἡθικοί λόγοι18. Mais une telle référence n’a pas obligatoirement une signification chronologique. Et, en définitive, malgré les similitudes que nous constatons entre les deux textes, il est impossible de préciser les influences, subies ou exercées. Peut-on même prendre ce rapprochement comme un indice de chronologie relative ? Ce n’est pas tout à fait sûr. Il faudrait, en effet, pour cela, que l’EN, X, 10 reste conforme au style de pensée d’autres textes anciens qui permettent aussi quelques rapprochements et dont nous allons maintenant parler.

§ II, 1. — Les rapports avec la Politique, VII-VIII

  • 19 L’ancienneté des deux derniers livres de la Politique dans l’ordre traditionnel a été démontrée pa (...)
  • 20 Cfr supra, n. 2 au § II.
  • 21 Les allusions aux Lois que l’on trouve dans le texte en question ne se comptent pas. C’est, pour t (...)
  • 22 Ce chapitre, en d’autres termes, est plus qu’une introduction aux livres VII et VIII de la Politiq (...)
  • 23 EN, I, 10, 1099 b 9-11 : πότερόν ἐστί μαθητὸν ἣ ἐθιστον ἣ καί ἄλλως πως ἀσκητόν, ἣ κατά τινα θείαν (...)
  • 24 EN, Χ, 10, 1179 b 20-21 : γίνεσθαι δ’ ἀγαθοὺς οἴονται οἴ μὲν φύσει, οἴ δ’ ἔθει οἴ δὲ διδαχῇ ; Ρ, V (...)
  • 25 Cfr supra, Chapitre 2, § I, 2.
  • 26 Platon, Ménon, 70 A, 99 E-100 A.
  • 27 P, VIII, 1, 1337 a 12-32.
  • 28 EN, X, 10, 1180 a 24 et sqq.
  • 29 Gauthier, II, 2, p. 907 (où se trouve une critique fort juste de M. Defourny, Aristote. Etudes sur (...)
  • 30 Aristote continue à reconnaître sans réserve que κράτιστον μὲν οὖν τὸ γίνεσθαι κοινὴν ἐπιμέλειαν κ (...)
  • 31 La déclaration κοινῇ δ’ ἐξαμελουμένων ἐκάστῳ δόξειεν ἄν προσήκειν κ.τ.λ. (1180 a 30 et sqq.) n’est (...)
  • 32 Ρ, IV, 1, 1288 b 37-38. Par rapport au projet de la Ρ, VII-VIII, un élargissement considérable dan (...)
  • 33 Pour désigner le régime constitutionnel parfait, Aristote utilise à l’occasion l’adjectif κρατίστη (...)

8Une grave hypothèque risque de peser sur notre interprétation ; elle vient des rapports étroits entre le dernier chapitre de l’EN et les livres VII et VIII de la Politique, généralement tenus pour anciens19. Mais, encore une fois, de tels rapports s’expliquent naturellement, au moins sur un plan global, par une évidente communauté de propos. De même, en effet, que l’enseignement des Lois de Platon paraît en filigrane dans le dernier chapitre de l’EN, parce qu’il s’attaque, comme les développements d’Aristote, au problème de la παιδεία et du rôle de la législation dans la παιδεία20, de la même façon, l’enseignement normatif des livres VII et VIII de la Politique — qui, du reste, s’inspire lui aussi d’un bout à l’autre des Lois21 — paraît annoncé dans ce chapitre, pour les mêmes raisons. Cela ne signifie pas qu’Aristote, en composant l’exposé du dernier chapitre de l’EN, n’envisageait d’offrir à son auditeur que l’esquisse d’une constitution idéale, comme celle que prétendent décrire les deux derniers livres de la Politique22. Du point de vue doctrinal, au demeurant, les rapports entre les livres en cause et notre chapitre de l’EN se mesurent pour l’essentiel sur deux points particuliers. Il s’agit d’abord du rôle de la triade φύσις, ἔθος, λόγος dans l’acquisition de la qualité d’homme de bien. En effet, contrairement à d’autres textes qui envisagent la manière dont l’homme peut accéder au bien suprême, identifié au bonheur (EN, I, 10 ; EE, I, 1)23, et qui, ce faisant, dressent un large éventail de possibilités, la Politique, VII, 13 et l’EN, X, 10 ne voient en définitive que trois éléments déterminant la qualité d’homme de bien : la φύσις, l’ἔθος et le λόγος (ou διδαχή)24. Puisqu’il s’agit d’une triade conforme à l’enseignement des Lois de Platon25, on pourrait croire qu’elle traduit une opinion ancienne qu’Aristote aurait élargie dans la suite en envisageant d’autres possibilités. Mais elle est peut-être au contraire, toujours conformément aux Lois, la réponse aux interrogations que formulent ces autres textes à partir des éventualités qu’envisage le Ménon26. Cette réponse réduirait à trois causes fondamentales les diverses causes possibles indiquées par ailleurs à titre d’hypothèses. La rencontre de l’EN, X, 10 avec la Politique, VII, 13 sur ce point ne prouve donc pas nécessairement son « archaïsme » ; elle traduit peut-être seulement l’ancienneté d’une conviction (définitive) qui s’y affirme. Autre point de rencontre : le rôle du nomothète dans l’éducation. Selon la Politique, VIII, c’est une obligation fondamentale pour le nomothète de s’occuper de l’éducation de la jeunesse. Et le philosophe de prôner là une κοινὴ ἐπιμέλεια τῆς παιδείας, qui, dit-il, n’existe pour ainsi dire dans aucune Cité, à l’exception de Lacédémone27. Le dernier chapitre de l’EN, il faut y insister, constate le même état de carence et, surtout, convient du même idéal28. Jusque-là, il n’y a lieu d’observer aucune différence entre les deux textes ; et, soit dit par parenthèse, c’est un peu hâtivement que R. A. Gauthier29 croit voir Aristote confesser dans l’EN « l’effondrement » d’un système educatif qu’il aurait recommandé anciennement dans la Politique : on n’y trouve pas l’ombre d’un désaveu ou d’une rétractation quant à l’idéal d’une κοινὴ ἐπιμέλεια τῆς παιδείας30. Ce qui est vrai, en revanche, c’est que l’EN, à la différence de la Politique (qui s’en tient à une proposition idéale), envisage aussi la solution d’un pis-aller, qu’il faut se résoudre à adopter, là où l’organisation d’une παιδεία idéale est inapplicable ou inappliquée (c’est-à-dire, dans la grosse majorité des cas)31.Sans renoncer le moins du monde à considérer comme κράτιστον l’ἐπιμέλεια κοινή, Aristote propose — non pas en échange à proprement parler, mais à défaut — un moindre mal. Or, que l’on y prenne garde : c’est l’application exacte du principe énoncé au IVe livre de la Politique (généralement tenu pour récent par les commentateurs), selon lequel « il ne faut pas seulement examiner la meilleure organisation politique, mais aussi celle qui est possible »32.Entendez : celle qui est réalisable au mieux dans une situation donnée et non pas seulement la meilleure dans l’absolu. Il en va de même περί παιδείας33.Est-ce à dire qu’il faille ramener la date du dernier chapitre de l’EN à l’époque, sans doute beaucoup plus récente, des livres centraux de la Politiquei Ce serait audacieux. Mais il importe au moins de constater que, même s’il est ancien, le chapitre en question fait déjà une place à ce genre de considérations qui amèneront le philosophe, au stade ultime de sa réflexion sur les constitutions, à recommander la prise en compte soigneuse des contingences historiques qui rendent souvent impossible la réalisation d’un idéal. En cela, quelle que soit sa date de composition, il exprime déjà une opinion « définitive » du Stagirite.

§ II, 2. — Les rapports avec le Protreptique

  • 34 D’après U. VON Wilamowitz-Moellendobff, Aristoteles und Athen, Berlin, 1893, p. 360 ; cfr BIGNONE, (...)
  • 35 O. Immisch, Der Epilog der Nikomachischen Ethik dans EM, 84 (1935), pp. 56-58.
  • 36 Isocrate, Antidosis, 56-58 et 60.
  • 37 Dans le même sens : Diblmeieb, EN, p. 605 et Gauthier, II, 2, p. 905.
  • 38 R. Stark, Aristotelesstudien, Munich, 1954, pp. 15-16. L’auteur défend par ailleurs l’unité des éc (...)

9Avant de trancher définitivement, il reste malgré tout à lever quelques difficultés que pose une section importante de ce chapitre (1181 a 12-b 12). L. Spengel34 faisait déjà observer le rapport de cette section avec l’Antidosis d’Isocrate. De son côté, reprenant en détail la question, O. Immisch35 prétendit même identifier, en 1181 a 16-17, une citation presque littérale du discours isocratique36. Et l’on s’accorde aujourd’hui à reconnaître dans la section en cause un morceau polémique d’Aristote37. C’est une polémique qui intéresse évidemment notre propos dans la mesure où, s’en prenant à l’Antidosis, Aristote défendait vraisemblablement, dans le dernier chapitre de l’EN, certaines positions de son Protreptique ; ce qui, le cas échéant, tendrait à faire reculer la date du chapitre en question à une époque fort ancienne, encore très proche du platonisme. C’est en ce sens qu’argumentait R. Stark dans une étude parue en 1954, jusqu’à soutenir que les développements du Stagirite exposés là (hormis l’appendice, plus tardif, de 1181 b 15-23) introduisaient primitivement aux livres VII et VIII de la Politique (« Urpolitik » de W. Jaeger)38. Cette conclusion, à elle seule, fait bon marché des observations notées ci-dessus, d’où il appert que l’attitude de l’EN, X, 10 vis-à-vis de la κοινὴ ἐπιμέλεια τῆς παιδείας suppose le principe énoncé dans la Politique, IV, 1 (introduisant à la politique expérimentale, selon W. Jaeger). Mais cela ne nous dispense pas d’examiner plus avant.

  • 39 λόγος ὢν ἀπό τινος φρονήσεως καί νοῦ (cfr Prot., fr. В 38 Düring : φρονησίς τις καί λόγος ἀπὸ φρον (...)
  • 40 Le fr. 13 Walzer (= Jamblique, Protreptique, 10, pp. 54, 10-56, 12 Pistelli) correspond aux fr. В (...)
  • 41 1180 b 14 : cfr Pret., В 46. L’EN, cependant, s’autorise du médecin et du maître de gymnastique po (...)
  • 42 1180 b 16-22 : cfr Prot., В 46-47.
  • 43 1181 a 15-b 12 : cfr Prot., В 49-50.
  • 44 Gauthier, II, 2, p. 903.
  • 45 Le Prot., fr. 13 Walzer (= В 46-51 Düring) fait un devoir au législateur (qui prétend enseigner le (...)
  • 46 En particulier : fr. В 46 et 49 Düring.
  • 47 A savoir les « pseudo-sages », dont le Prot. vise le représentant le plus illustre encore en vie ( (...)
  • 48 1180 b 14-15 (cfr b 20-21 : τῷ γε βουλομένῳ τεχνικῷ γενέσθαι καί θεωρητικῷ ἐπί τὸ καθόλου βαδιστέο (...)
  • 49 Μ, Α, 1, 981 a 5 et sqq.
  • 50 1180 b 23-25 : τάχα δὲ καί τῷ βουλομένῳ δι’ ἐπιμελείας βελτίους ποιεῖν, εἵτε πολλούς εἵτ’ ὀλίγους, (...)
  • 51 1180 b 21.
  • 52 Stark, Op. laud., p. 18.

10R. Stark signale une série d’emprunts (dont certains « fast wörtlich ») de l’EN, X, 10 au Protreptique. En 1181 a 21-22 déjà, c’est le cas d’une définition de la loi39. A partir de 1180 b 12, nous dit-il, les rapports avec le fameux fr. 13 Walzer sont à peu près constants40 : une même analogie avec la médecine et la gymnastique41, un même effort pour préciser les exigences du nomothète en matière d’éducation, et, à cet égard, un même constat de l’insuffisance de l’ἐμπειρία, une même affirmation de la nécessité d’être θεωρητικός42 ou encore une même condamnation des pseudo-nomothètes qui s’inspirent des lois existantes et réputées excellentes...43. Mais ces rapprochements ne sont pas toujours probants. D’une même définition de la loi de part et d’autre, comme l’a bien vu R. A. Gauthier44, il n’y a rien à tirer sur le plan chronologique. Quant au parallélisme avec le fr. 13 du Protreptique (dont l’interprétation, par ailleurs, ne laisse pas d’être problématique)45, il apparaît décidément fort superficiel. Prompt à souligner les similitudes, R. Stark garde volontiers le silence sur les différences qui séparent les deux textes. Il est vrai que le fr. 13 du Protreptique aborde le thème du bon législateur46, ce que fait aussi le dernier chapitre de l’EN. Mais dès lors que les deux développements, consacrés au même sujet et dirigés vraisemblablement contre le même genre d’adversaires47, offrent des traits communs — jusque dans l’emploi d’une même argumentation analogique — cela n’a rien d’étonnant, de la part d’un même auteur, serait-ce à plusieurs années d’intervalle. En commun, sans contredit, le Protreptique et l’EN dénoncent l’ἐμπειρία élémentaire qui règne dans le domaine politique, laquelle ne suffit pas pour être un bon nomothète. Mais les recommandations positive » formulées de part et d’autre ne coïncident pas exactement. En précisant les conditions auxquelles sera réalisée au mieux l’éducation particulière (καθ’ ἔκαστον/καθ’ἔν) assumée par le père de famille, l'EN recommande à ce dernier un savoir général (cf. ὁ καθόλου εἰδώς τί πᾶσιν ἣ τοῖς τοιοισδί)48. C’est un savoir de cette sorte — décrit dans la Métaphysique, A49 — qui assimile le père de famille au nomothète. Et Aristote de conclure50 : « Sans doute, faut-il aussi que celui qui, par ses soins, veut améliorer les gens, soit un grand nombre, soit un petit nombre, s’efforce d’acquérir les capacités de législateur, si c’est grâce aux lois que nous pouvons devenir hommes de bien ». Bref, le savoir qui s’impose au nomothète est donc connaissance de l’universel : ἐπί τὸ καθόλου βαδιστέον51. Le passage de l’EN qui exprime cette idée est rapproché par R. Stark52 d’un texte précis du Protreptique :

11EN, X, 10, 1180 b 20-23 :

… τῷ γε βουλομέῳ, τεχιϰῷ γενέσθαι
ϰαὶ θεωρητιϰῷ ἐπὶ τὸ ϰαθόλου
βαδιστέον εἷναι δόξειεν ἄν, ϰἀϰεῖνο
γνωριτέον ὡς ἐνδέχεται εἴρηται
γὰρ ὅτι οερὶ τοῦθ αἱ ἑπιστῆμαι

Qui veut en tout cas devenir un homme d’art et de savoir doit, semblerait-il, s’élever jusqu’à l’universel et aussi connaître cet universel autant que possible. Il a été dit, en effet, que c’est là l’objet des sciences.

12Protr., B 49-50 Düring :

… μόνου τῶν δημιουργῶν τοῦ ριλοσόϕου
ϰαὶ νόμοι βέβαιοι ϰαὶ πράξεις
εἰσὶν ὀρθαὶ ϰαὶ ϰαλαί. Mόνος γὰρ
πρὸς τὴν ϕύσιν βλέπων ζῆ ϰαὶ πρὸς
τὸ θεῖον, …

du seul philosophe, parmi les artisans, les lois sont durables et les actions droites et belles. Il est le seul, en effet, à vivre le regard fixé sur la nature et le divin.

  • 53 Ce dernier texte suggère, en effet, une démarche d’ordre métaphysique, lorsqu’il s’agit d’appréhen (...)
  • 54 Je n’ose pas dire catégoriquement « pense » ; je dis plutôt « s’exprime » ; car nous constatons qu (...)
  • 55 Prot., fr. В 51.

13Si les deux textes expriment une même intuition fondamentale, on ne peut cependant ignorer les différences qu’ils présentent par ailleurs entre eux. La connaissance de l’universel qui caractérise le τεχνικός et le θεωρητικός dans l’EN peut-elle être, en effet, assimilée sans plus à la connaissance des normes naturelles et divines que prône le Protreptique53 ? En tout cas, la manière franchement teintée de platonisme dont s’exprime l’auteur du Protreptique54, n’apparaît plus comme telle dans l’EN. Mais il est une autre différence beaucoup plus fondamentale. Dans son contexte, le passage de l’EN incriminé ne vise, en effet, que le seul nomothète préoccupé du bien d’autrui et, à ce titre, distinct de l’homme préoccupé de son bonheur personnel ou plutôt, appliqué à la recherche de son bien propre. Le Protreptique, en revanche, vise, quant à lui, l’un et l’autre sans marquer de distinction. Tout le fr. 13 Walzer s’attache, du reste, à démontrer l’utilité de la θεωρητικὴ φρόνησις pour la vie humaine sous tous ses aspects. Et Aristote explique55 :

14Cette science-ci est d’ordre théorétique, mais elle nous permet de tout accomplir conformément à son enseignement. De même, en effet, que la vue ne produit ni n’accomplit rien (puisque son seul rôle est de distinguer et de faire voir chacun des objets visibles), mais, d’un autre côté, nous permet de poser une action grâce à son existence et nous offre un secours des plus considérables pour nos actes (car nous serions presque immobiles, privés de la vue), de la même façon, il est clair que, bien que cette science soit théorétique, nous suivons néanmoins quant à nous son enseignement dans un grand nombre de nos actes, nous entreprenons telles actions, nous évitons telles autres et, d’une manière générale, nous acquérons tous les biens grâce à elle.

  • 56 Ρ, VII, 3, 1325 b 21-23.
  • 57 Cfr supra, chap. 2, § III, 2 (fin).
  • 58 EN, VI, 13, 1144 b 8-13 : καί γὰρ παισι καί θηρίοις αί φυσικαί ύπάρχουσιν ἓξεις, ἀλλ’ ἄνευ νοῦ βλα (...)

15Un tel langage, dans la mesure où il subordonne le bien pratique de l’homme à l’acquisition par le même homme d’une ἐπιστήμη θεωρητική — supposé même que celle-ci, portant sur la nature (φύσις) ou le divin (θεῖον), ne soit pas confondue avec la sagesse suprême, purement spéculative —, ne convient pas à la description du φρόνιμος (au sens courant du terme) que nous offre le VIe livre de l’EN. L’idée, cependant, correspond assez bien à ce qu’enseigne un passage du VIIe livre de la Politique56, dont nous avons déjà parlé57, relatif aux « architectes » (ceux-là, nous dit en substance Aristote, qui, sans agir eux-mêmes, dirigent néanmoins l’agir d’autrui en exerçant une activité dianoétique). Autrement dit, l’idée d’une ἐπιστήμη ou φρόνησις θεωρητική utile dans l’ordre pratique, telle que l’envisage le Protreptique, trouve un écho dans l’idée d’une φρόνησις ἀρχιτεκτονική. Mais ce que l’EN désigne ainsi, nous l’avons vu, c’est l’excellence nomothétique et elle seule ; car, seule la nomothétique, comme il a été dit, constitue une faculté spéculative dans l’ordre pratique. Le dernier chapitre de l’EN, en présentant le législateur comme τεχνικὸς καὶ θεωρητικός, traduit la même conviction. Par rapport au Protreptique, deux remarques s’imposent donc. D’une part, on constate que toute ambiguïté se trouve levée quant à la nature du savoir qui caractérise le τεχνικός : il s’agit d’une connaissance générale induite à partir de l’expérience des particuliers semblables. D’autre part, nous savons qu’une telle capacité théorétique n’est pas requise de l’homme d’action en tant que tel (c’est-à-dire, du φρόνιμος au sens courant du terme), mais du seul nomothète. S’appuyant sur l’analogie du Protreptique avec la vision, l’EN explique ailleurs le cas du φρόνιμος-prudent58 : son savoir n’est pas la science du général qui caractérise l’ordre spéculatif, mais la connaissance des principes universels de l’action ; et si de tels principes sont, en un sens, inférés à partir de multiples connaissances empiriques, c’est qu’ils sont appréhendés grâce à ce qui constitue l’expérience propre de l’ordre pratique : l’exercice d’actions vertueuses (qui confèrent au caractère une disposition stable de nature à maintenir l’intelligence en face du bien qu’elle est appelée à reconnaître comme étant effectivement le bien). Cette distinction fondamentale n’apparaît pas dans le fr. 13 du Protreptique. Elle sous-tend, en revanche, tout le dernier chapitre de l’EN, preuve que le Stagirite est arrivé là à une conception claire de la science pratique nettement distincte du savoir nomothétique, auquel doit servir son enseignement. C’est pourquoi, à elle seule, cette constatation pourrait témoigner de ce que le dernier chapitre de l’EN, loin de marquer un stade archaïque de la réflexion aristotélicienne, semble traduire, au contraire, une notable évolution dans la manière, sinon de concevoir, du moins, de présenter la φρόνησις.

  • 59 Prot., fr. В 49.

16Le même chapitre diffère encore du Protreptique par une nuance appréciable qui a échappé à R. Stark. Le fr. 13, en effet, s’en prend à tous ceux-là qui, pseudo-nomothètes, prétendent légiférer en s’inspirant des meilleures constitutions existantes. Nous lisons59 :

  • 60 Remarquons que le νομοθέτής et le σπουδαῖος sont ici traites une nouvelle fois sur le même pied.

De même que n’est pas un bon bâtisseur, celui-là qui n’utilise pas de règle ni aucun autre instrument semblable, mais travaille sur le modèle d’autres bâtisses, de la même façon, sans doute, quelqu’un qui légifère ou pose des actes en observant et en imitant d’autres actions ou constitutions humaines — lacédémonienne ou Crétoise ou d’autres du même genre — n’est pas un bon législateur ni un homme de bien60. Car il est impossible que soit belle l’imitation d’un modèle qui ne l’est pas, ni non plus immortelle et durable par nature celle d’un modèle qui n’est pas divin et durable.

  • 61 Traduisent le caractère platonicien de ce passage, non seulement l’idée d’un μίμημα, mais aussi l’ (...)
  • 62 Le procédé d’imitation n’est donc pas fondamentalement condamné. Il faut cependant que l’objet à i (...)
  • 63 Isocrate, qui n’est pas cité nommément dans le contexte mais se trouve visé au premier chef, appar (...)
  • 64 R. Stark (Op. laud., p. 78), qui croit reconnaître ici un argument d’Aristote contre l’utilité de (...)
  • 65 1181 a 16.
  • 66 R. Stark pense le contraire (Op. laud., p. 14) et s’efforce d’accréditer l’opinion de P. Von der M (...)

17La condamnation du procédé « imitatif » est ici radicale. Même abstraction faite de la coloration platonicienne de la pensée61, il est possible de montrer la distance qui sépare un tel jugement et celui de l’EN, là où, s’attaquant aux mêmes adversaires, Aristote entend moins dénoncer, comme telle, l’attitude qui consiste à choisir les meilleures lois parmi les plus renommées, que définir les conditions auxquelles pareil choix est possible62. L’EN, en effet, si l’on y regarde bien, ne conteste pas fondamentalement la position des « sophistes »63 en ce qu’ils suggèrent de collectionner les lois existantes pour y prendre les meilleures64, mais en ce qu’ils affirment qu’un tel travail est « facile » (ῥᾴδιον)65. Et le philosophe de souligner avec force combien il faut d’expérience pour juger adéquatement des lois. Dans cette insistance, il est sans doute possible de voir aussi la marque d’un argument ad hominem, puisque, s’étant toujours maintenu à l’écart des affaires publiques, Isocrate était le type même de l’ἄπειρος. Mais, en face du Protreptique, l’attitude adoptée par le Stagirite dans l’EN traduit malgré tout une évolution sensible sur la question de savoir s’il y a quelque profit à tirer des législations ou des constitutions existantes66.

18Il résulte de tout ceci que, quelle que soit sa date précise, le texte fondamental sur lequel nous nous sommes appuyé pour dégager les raisons qui, selon Aristote, l’invitaient à enseigner le politique, non seulement n’expose pas une doctrine « archaïque » qui pourrait avoir été ultérieurement révisée, mais encore témoigne, par certains côtés, de considérations où l’on peut reconnaître ce que sera la pensée définitive du philosophe : le projet d’une éducation « de rechange », pour les cas où la Cité manque à ses devoirs ou encore la possibilité, moyennant certaines conditions, d’utiliser les recueils de lois existantes pour légiférer.

§ III. — Aristote et le développement de la philosophie

19Ce dernier point mérite de retenir plus longuement notre attention. Une fois examinées avec soin, en effet, les quelques lignes qui clôturent l’EN (1181 b 12 et sqq.) et sur lesquelles nous avons, jusqu’ici, gardé le silence, permettent de comprendre que l’ambition du Stagirite, par ses propres recherches, était précisément de contribuer au perfectionnement de cette faculté critique dont il fait une condition préalable à l’utilisation des recueils de lois. Elles vont nous permettre aussi de mieux comprendre la conception aristotélicienne de « la philosophie des choses humaines ».

  • 67 Stark, Op. laud., pp. 76 et sqq.
  • 68 I. Düring dans Gymnasium, 63 (1956), p. 149.
  • 69 PA, I, 5, 645 a 4.
  • 70 Cfr supra, chap. 1, § II.
  • 71 EN, X, 10, 1181 b 12-15.

20L’EN, comme on sait, expose, à la fin de son dernier chapitre, un « programme » de recherches περί πολιτειῶν. Nous intéresse ici la déclaration par laquelle Aristote introduit et, en même temps, justifie ce « programme ». Il s’agit d’une petite phrase, passablement énigmatique, où se trouve la fameuse locution ἡ περί τὰ ἀνθρώπεια φιλοσοφία. C’est en s’appuyant sur cette phrase que R. Stark suggéra, pour conclure l’interprétation examinée dans les pages qui précèdent, qu’Aristote avait conçu, à une époque ancienne, l’idée d’un « Vorlesungszyklus » περί τὰ ἀνθρώπεια, regroupant ses premiers ἡθικοί λόγοι et les leçons contenues dans les livres VII et VIII de la Politique67. Comme le notait déjà I. Düring dans le compte rendu qu’il donna en 1956 de l’ouvrage de R. Stark, la thèse d’un cycle de leçons ne semble étayée que très faiblement68. Je dirai, pour ma part, qu’on peut même suspecter l’argument en apparence le plus solide en sa faveur : celui d’un parallélisme avec un cycle de leçons « sur les choses divines », évoqué dans le traité Des parties des animaux69. La question a déjà été effleurée antérieurement70 ; mais c’est ici l’endroit où la reprendre en détails en même temps que tous les problèmes que soulève la phrase de l’EN incriminée par R. Stark et dont voici le texte grec71 :

παραλιπόντων οὖν τῶν προτέρων ἀνερεύνητον τὸ περί τῆς νομοθεσίας, αὐτούς ἐπισκέψασθαι μᾶλλον βέλτιον ἴσως, καί ὄλως δὴ περί πολιτείας, ὄπως εἰς δύναμιν ἡ περί τὰ ἀνθρώπεια φιλοσοφία τελειωθῇ.

  • 72 G. Rodier, Aristote. Еthiquе à Nicomaque. Livre X, accompagné d’éclaircissements, Paris, 1897, pp. (...)
  • 73 Cfr Platon, Hippias majeur, 298 С ; Gratyle, 421 D (cfr F. Ast, Lexicon Platonicum, I2, Berlin, 19 (...)
  • 74 Si l’on excepte la Traductio antiqua (Paris, 1497), le δή n’est conservé que dans le seul manuscri (...)
  • 75 L. Spengel, Aristotelische Studien, I, Munich, 1843, pp. 174 et sqq. ; cfr Ramsauer, p. 728, n. 14
  • 76 Chez Rodier, Ramsauer, Stewart et même Susemihl (dans F. Susemihl-R. D. Hicks, The Politics of Ari (...)
  • 77 Cfr K. Von Fritz-Е. Kapp, Aristotle’s Constitution of Athens and related texts, New York, 1950, p. (...)
  • 78 Jaeger, Aristotle2, pp. 264-265.
  • 79 L’expression est dans Gauthier, II, 2, p. 912 (qui défend l’interprétation résumée ci-dessus).

21Cette phrase fut longtemps suspectée par la critique. G. Rocher72, qui avait fait la somme des exégèses antérieures, y voyait jadis, du seul point de vue formel, deux sinon trois indices plaidant contre l’authenticité : tout d’abord le terme ἀνερεύνητον, qui appartient au vocabulaire platonicien73, mais qui, chez Aristote, constitue un hapax ; ensuite, la locution ἡ περί τὰ ἀνθρώπεια φιλοσοφία elle-même, dont c’est l’unique occurrence dans tout le Corpus ; à la rigueur, enfin, la formule καί ὄλως δή74, sur la rareté de laquelle L. Spengel75 avait insisté. Mais c’est surtout la pensée exprimée qui paraissait problématique. La phrase reproduite ci-dessus semble, en effet, contenir deux idées que l’on peut développer comme suit : (a) nos prédécesseurs n’ayant pas étudié le problème de la législation, c’est à nous qu’il convient de le faire ; (b) cette étude et celle relative à la constitution vont compléter, autant que faire se peut, « la philosophie des choses humaines », dont nous venons de clore la première partie consacrée aux questions de morale. L’idée (a), qui paraît ignorer la République et les Lois de Platon semblait ne pouvoir être prêtée au Stagirite. Elle força un verdict d’inauthenticité76. Aujourd’hui, cependant, la tendance n’est plus à l’athétèse. La perspective « génétique », en effet, a permis de tourner la difficulté. Il suffit d’imaginer, soit un Aristote jeune, qui se considère encore platonicien et juge les lacunes de la recherche avant Platon77, soit — plus vraisemblablement, selon l’hypothèse de W. Jaeger lui-même78 — un Aristote ébloui par la découverte de la politique expérimentale et qui désavoue toutes les recherches antérieures sur le sujet, celles de Platon et les siennes propres dans la mesure où elles étaient conduites more Platonico. Tous les obstacles formels s’aplanissent du même coup. L’on dira qu’une expression rare (καί ὄλως δή) ne fournit, comme telle, aucune preuve décisive contre l’authenticité du passage ; que le vocable ἀνερεύνητον doit s’entendre comme une pointe d’ironie contre Platon, dont les travaux sont tenus pour rien ; et qu’en définitive, l’expression ἡ περί τὰ ἀνθρώπεια φιλοσοφία se trouve cautionnée par un parallèle « excellent »79 dans le traité Des parties des animaux : ἡ περί τὰ θεῖα φιλοσοφία !

  • 80 Me, I, 1, 338 a 20-339 a 10 (chapitre que les partisans de l’inauthenticité pouvaient regarder com (...)
  • 81 ΡΑ, I, 5 [loc. laud.): ἐπεί δὲ περί ἐκείνων διήλθομεν λέγοντες τὸ φαινόμενον ἡμῖν, λοιπὸν περί τῆς (...)
  • 82 Les traductions suivantes comportent donc une interprétation à mon sens erronée : « de façon à par (...)

22Mais il convient de se demander si pareille querelle n’a pas quelque chose de vain. N’est-elle pas née, en d’autres termes, à la suite d’une erreur d’interprétation ? L’on constate, en effet, non sans quelque étonnement, que l’idée (b), selon laquelle un examen de la législation et de la constitution serait, après l’étude des questions morales, le second volet de la philosophie humaine d’Aristote, est une idée qui a paru aller de soi au regard des exégètes. Or une telle idée ne se conçoit bien que dans l’hypothèse où Aristote était réellement attentif à constituer en l’occurrence un corps de doctrines par ses recherches. Elle trouve, certes, de prime abord, une garantie solide dans le fameux chapitre qui ouvre les Météorologiques80. Aristote insiste là sur l’opportunité d’ajouter à son étude déjà faite des phénomènes physiques (etc.) celle des phénomènes météorologiques, afin de boucler la vaste enquête qu’il s’était proposée. Dans le même sens, on pourrait aussi citer un passage du traité Des parties des animaux, où Aristote invite à un examen des êtres corruptibles, faisant pièce à un examen antérieur des réalités incorruptibles, afin de ne rien omettre dans son étude du vivant81. Mais ces parallèles sont moins réels qu’apparents. Car il faut d’abord compter, dans notre texte, sur les hens étroits qui unissent l’idée (a) et l’idée (b). Autrement dit, le projet d’achever autant que possible la philosophie des choses humaines doit être mis en rapport avec la conviction exprimée par Aristote d’une lacune importante chez ses devanciers. Or, à cet égard, le texte de l’EN, comparé aux textes des Météorologiques et du traité Des parties des animaux, présente au moins deux singularités notoires. Dans ces prétendus parallèles, en effet, Aristote mentionne qu’après avoir parlé lui-même de tel ou tel sujet, il lui reste (λοιπόν) à examiner tel autre sujet. Et le contexte permet de voir que c’est sa propre entreprise que le Stagirite entend mener à bien de la sorte par un complément. Rien de semblable dans l’EN, où le souhait qu’exprime le Stagirite d’achever, non pas son enquête philosophique, mais la philosophie82, apparaît aussi comme une volonté de remédier aux lacunes, non pas de ses propres recherches dans un secteur donné, mais des recherches entreprises par d’autres dans le passé. On traduna comme suit :

  • 83 Ce « problème de la législation » dont parle Arstote est celui qu’évoque le contexte qui précède i (...)

Puisque, par conséquent, dans le passé on a laissé de côté, sans qu’il ait fait l’objet de recherche, ce problème de la législation83, il vaut sans doute mieux l’examiner soi-même davantage et donc aussi, en général, celui de la constitution, afin que, dans la mesure du possible, la philosophie relative aux choses humaines trouve son achèvement.

  • 84 L’image appartient au Stagirite lui-même : Ph, V, 4, 228 a 28-29.
  • 85 Outre le passage cité à la n. précédente, voir : Prot., В 55 Düring (cfr С 52, 2) ; P, II, 8, 1268 (...)
  • 86 Ρ, II, 1, 1260 b 33-36.
  • 87 Appartenant à la première catégorie, Aristote examine les constitutions de Sparte, de Crète et de (...)
  • 88 Ρ, II, 10, 1272 a 22 et sqq.
  • 89 Ρ, VII, 11, 1331 a 16 et sqq.
  • 90 P, VIII, 7, 1341 b 28 et sqq.
  • 91 P, VII, 10, 1329 a 40 et sqq.

23L’idée que les générations successives de chercheurs, en se passant le « flambeau »84, conduisent progressivement les différentes τέχναι à leur épanouissement est une idée exprimée ailleurs par Aristote85. Bien qu’elle trouve ici une application singulière, elle semble tout à fait conforme à une perspective téléologique, chère au Stagirite. Le terme φιλοσοφία, utilisé en l’occurrence, ne doit point abuser l’interprète. Pour Aristote, il ne s’agit pas seulement, ni même surtout, de corriger les faiblesses ou de supprimer les lacunes des doctrines pohtiques énoncées dans le passé par ceux que nous appelons les « philosophes » ; mais, beaucoup plus fondamentalement, de remédier en définitive aux imperfections des œuvres législatives et des organisations politiques réelles, comme indiqué au seuil du IIe livre de la Politique86 (lequel livre, du reste, embrasse d’un même regard critique et les constitutions en vigueur dans les Cités réputées pour leur εὐνομία et les propositions suggérées par certains « théoriciens »)87. En d’autres termes, Aristote conçoit sa propre recherche comme un relais dans l’effort des générations antérieures pour réaliser une vie constitutionnelle parfaite. Il ne voit véritablement aucune solution de continuité dans ce développement allant depuis les « trouvailles » qui permirent les premières formes d’organisation sociale jusqu’aux propositions les plus récentes en la matière, chimériques ou non (celles de Platon, par exemple). Les grands nomothètes et ceux que nous appelons les « philosophes », avant le Stagirite, sont confondus par lui dans une même perspective. Du législateur spartiate qui imagina d’heureuses dispositions pour modérer l’alimentation88, de ceux-là qui s’efforcent d’inventer des procédés inédits pour la défense des Cités89, de ceux-là qui ont étudié l’éducation musicale90 ou de ceux-là qui, récemment ou dans le plus lointain passé (Sésoustris en Egypte, Minos en Crète,...), ont élaboré ou élaborent des règles constitutionnelles91, Aristote nous dit qu’ils sont les inventeurs qui, par leur pensée, ont permis ou peuvent permettre un progrès humain (que leurs découvertes aient trouvé une application universelle ou non).

  • 92 P, VII, 10, 1329 b 33-35. Cette affirmation se trouve formulée comme une conséquence de la convict (...)

24Cela dit, nous devons savoir qu’Aristote a énoncé ailleurs la règle qui doit présider au développement de la politique sous son aspect nomothétique : « il faut, dit-il, que l’on utilise les découvertes suffisamment sûres et que l’on s’efforce de chercher ce qui a été laissé de côté » (τα ... παραλελειμμένα)92. Il semble donc lui-même fidèle à ce principe, quand il annonce sa propre recherche à la fin de l’EN, en disant : παραλιπόντων oὖv τῶν προτέρων κ.τ.λ. Et quelle était, en l’occurrence, cette omission, ce défaut constaté par le Stagirite dans le passé ? Quel était ce manque à combler ?

  • 93 Ρ, II, 5, 1264 a 3-5 : πάντα (...) σχεδὸν εὗρηται μέν, ἀλλὰ τὰ μὲν οὐ συνῆκται, τοῖς δ’ οὐ χρῶνται (...)

25Nous pouvons peut-être l’entrevoir, lorsqu’à l’occasion d’une critique de la République de Platon, justement, Aristote déclare qu’en matière d’institutions, « toutes les découvertes pour ainsi dire ont été faites, mais que certaines n’ont pas été recueillies, tandis que d’autres ne sont pas en usage bien que connues »93. C’est une déclaration fondamentale. Pour Aristote, en effet, il semble que le temps des découvertes essentielles en matière institutionnelle soit révolu ou près de l’être. Aussi trouve-t-il vain que Platon se soit ingénié à vouloir proposer encore de nouveaux modes d’organisations politiques. En vertu du même constat, il devait lui paraître infiniment plus urgent de rassembler les découvertes déjà faites ci et là dans le monde des πόλεις et de les apprécier, en elles-mêmes et dans leurs fondements, afin d’aider à leur mise en application. Il semble donc, en définitive, qu’au regard du Stagirite, ce dont souffrait la politique à son époque, c’était, non pas d’un manque d’esprits inventifs, en mesure d’imaginer des nouveautés institutionnelles — car le champ des possibilités à cet égard lui paraissait avoir été épuisé — mais bien plutôt d’une incapacité, dans le chef des politiques, de choisir, entre les dispositions légales ou constitutionnelles déjà imaginées ou même en vigueur dans certaines Cités, celles-là qui, conformes autant que possible à la finalité réelle de toute communauté politique, pourraient convenir à la communauté particulière de leur propre Cité.

  • 94 1181 b 7-9.
  • 95 Ρ, II, 6, 1265 a 1-2.

26Or, il est précisément question de cela au dernier chapitre de l’EN. La petite phrase énigmatique dont nous avons entrepris l’analyse, vient, en effet, à la suite d’un développement où Aristote notait que « les recueils de lois et de constitutions (τῶν νόμων καί τῶν πολιτειῶν αί συναγωγαί) peuvent être fort utiles à ceux qui sont capables d’examiner et de juger ce qui est bien ou non et quelles mesures conviennent à quelles catégories de gens »94. Aristote, nous l’avons dit en son temps, n’exclut pas qu’il y ait un large profit à tirer de la connaissance des réalisations d’autrui. Mais il laisse entendre que cela implique de grandes facultés de discernement chez le nomothète. Dès lors tout s’éclaire. Quelle négligence, en effet, Aristote pouvait-il reprocher à ses devanciers — y compris Platon —, si ce n’est de n’avoir pas aidé à la formation critique du nomothète, préférant tenter d’ajouter encore au nombre de découvertes proprement nomothétiques ? Le Stagirite a vu juste, en effet, lorsqu’il observe ailleurs95 que « la plus grosse partie des Lois se trouve être des lois », et ne répond point dès lors aux besoins des Cités à son époque. Aussi ne souhaite-t-il pas, comme le faisait Platon, se substituer au nomothète, en proposant en son nom un ensemble de lois, mais plutôt éclairer le législateur, en examinant, à son profit, ce qui a trait à la législation (τὸ περί τῆς νομοθεσίας... ἐπισκέψασθαι), c’est-à-dire, les problèmes qui se posent à la fonction législative quand toutes les découvertes ont été faites. Et, grâce à cet examen — par nature essentiellement critique, on le devine — Aristote souhaite que soit menée à bonne fin l’entreprise de tous ceux qui se sont efforcés de diriger, par leur pensée, le devenir humain (ἡ περί τὰ ἀνθρώπεια φιλοσοφία). Il tient, en effet, que, si, de progrès en progrès, les législateurs, les auteurs de constitutions et d’autres penseurs travaillant dans le même sens ont pour ainsi dire découvert, sinon appliqué, tout ce qu’il était possible d’inventer en la matière, en revanche, pour que l’effort ainsi entamé aboutisse dans une œuvre achevée, il faut désormais des esprits capables de recueillir avec soin et profit les fruits de cette somme d’inventions ; et c’est à la formation de tels esprits qu’il entend collaborer par son enseignement.

***

27Si, comme nous sommes fondé à le croire, Aristote réalisa un certain nombre de recherches à l’intention du politique chargé de définir la loi — celles qui portent sur des questions éthiques (que celui-ci doit pouvoir résoudre, en raison de sa mission éducative) et celles qui s’attachent à un examen critique des « inventions » dans le domaine constitutionnel (afin que progresse et, si possible, trouve son achèvement l’entreprise des législateurs passés) — la question se pose évidemment de savoir quelle publicité le Stagirite donna à son enseignement, publicité sans laquelle des recherches de cet ordre ne peuvent attendre de résultats positifs.

28Quelle audience pouvait avoir le message d’Aristote ? Ou, plus précisément, quel auditoire pouvons-nous supposer qu’eurent ses « discours », dont les Ethiques et la Politique ont probablement été le support ? Telle est la question que nous allons maintenant aborder. Elle nous permettra, notamment, d’entrevoir la qualité distinctive des « discours » de l’EN, dont nous avons déjà noté la singularité par rapport aux « discours » de l’EE.

Notes

1 Sauf, peut-être, en I, 6, 1216 b 37, où le philosophe définit sa méthode, qu’il dit appliquée « au domaine politique » (τῶν πολιτικῶν).

2 EE, VII, 2, 1236 b 39-1237 a 3.

3 Ibid., 1237 a 2-3. Ici, comme dans l’EN, les réserves qui sont faites visent ceux qui sont naturellement enclins à rechercher le bien objectif.

4 Par ailleurs, lorsqu’elle envisage « l’action » comme terrain de prédilection pour l’accomplissement de soi, l’EE n’imagine pas non plus que « les actes qui procèdent de la vertu » (τὰς πράξεις τὰς ἀπ’ ἀρετῆς) puissent être ceux de l’individu isolé ou confiné dans le domaine privé ; elle les rapporte à l’homme politique et définit ainsi le vrai politique : ὁ... πολιτικὸς τῶν καλῶν ἐστι πράξεων προαιρετικὸς αὐτῶν χάριν (I, 5, 1216 a 24-26).

5 A ce sujet, voir, en dernier lieu, Kenny, The Aristotelian Ethics, chap. 8.

6 Ch. Rutten, Aristote, Еthique à Nicomaque, X et Métaphysique, AB et ΖΗΘ. Essai de chronologie relative, à paraître dans Informatique et sciences humaines, Actes du Congrès de Liège (L.A.S.L.A., nov. 1981).

7 Que l’on adopte le point de vue de Jaeger (Aristotle2, pp. 228-258) ou celui de Kenny (The Aristotelian Ethics, pp. 161 et sqq.), cette doctrine, en effet, constitue un point d’aboutissement de la réflexion du Stagirite. D’autre part, le texte du Prologue de l’EN (I, 1) auquel nous nous référons, constitue, dans l’interprétation de Gauthier (II, 2, pp. 12-18), la dernière « version » d’Aristote sur le sujet. Le fait, enfin, que l’EN, X, 10 et l’EN, VI reposent sur une même doctrine se trouve reconnu par E. Braun (Aristoteles und die Paideia, pp. 47 et sqq.).

8 EN, X, 10, 1179 a 35 -b 3.

9 EN, I, 1, 1095 a 5-6.

10 EN, II, 2, 1103 b 27-28. Cfr EE, I, 5, 1216 b 9 et sqq.

11 Cette conclusion vaut à la fois pour la première et la dernière partie de l’EN, X, 10 ; voir notre chapitre 2, respectivement, § II, 1 et § II, 3.

12 Qu’il faut reconnaître en certaines allusions ou références précises. Par exemple : οἴονταί τίνες κ.τ.λ. (1180 a 6 et sqq. : cfr Platon, Lois, IV, 718 C-723 B), une définition de la loi (1180 a 21-22 : cfr Lois, I, 644 D et IV, 714 A) ou une allusion à la vie du Cyclope (1180 a 27-29 : cfr Lois, III, 680 В ; 682 A),....

13 Cfr supra, chapitre 2, §§ I, 2-3.

14 EN, X, 10, 1180 b 13-23.

15 M, A, 1, 981 a 1-12.

16 Jaeger, Aristotle2, pp. 68-72 (pour les pages d’introduction du livre A) et 171-176 (pour la critique des Idées). Cfr. Düring, Aristoteles, pp. 260-261.

17 Dirlmeier, EN, p. 603.

18 Cette référence (981 b 25) est placée par Jaeger entre deux doubles crochets droits dans son édition de la Métaphysique ; il considère qu’elle fut insérée dans le texte original par Aristote lui-même, lors d’une révision.

19 L’ancienneté des deux derniers livres de la Politique dans l’ordre traditionnel a été démontrée par Jaeger de façon définitive (Aristotle2, pp. 259-292). Düring traduit à cet égard l’opinion actuellement la plus répandue lorsqu’il écrit (Aristoteles, pp. 474-475) : « Es scheint mir nicht ausgeschlossen zu sein, dass diese Schrift aus der Akademiezeit stammt : dafür sprechen die engen Beziehungen zum Protreptikos und zu EE und die sich oft in Einzelheiten verlierende Erörterung von Piatons Gedanken in den Gesetzen. Die Einleitung verrät, dass die EN noch nicht vorliegt. (...) In der EN ist der enge Zusammenhang zwischen Ethik und Staatsphilosophie von vornherein selbstverständlich und wird im Schlussteil stark hervorgehoben. Die Einleitung zum VII. Buch repräsentiert zweifellos ein früheres Stadium seiner Gedanken über diese Frage ». Par ailleurs, la Politique, VII (1-3) affirme la supériorité de la vie contemplative avec la même vigueur que l’EN, X (7-9), passage dont on sait qu’il s’accorde avec la thèse fondamentale du Protreptique. Le fait qu’Aristote, ici et là, reste fidèle à une doctrine exposée dans une œuvre de jeunesse est surtout significatif de la permanence de certaines convictions chez le philosophe. L’EN, X est peut-être relativement ancienne, comme la Politique, VII ; mais les idées qu’elle développe quant au bonheur contemplatif n’ont pas été désavouées plus tard.

20 Cfr supra, n. 2 au § II.

21 Les allusions aux Lois que l’on trouve dans le texte en question ne se comptent pas. C’est, pour tout dire, la problématique même des Lois qu’aborde ici Aristote : A. B. Hentschke, Politik und Philosophie bei Plato und Aristoteles. Die Stellung des ΝΟΜΟΙ im Platonischen Gesamtwerk und die politische Theorie des Aristoteles, Francfort-sur-le-Main, 1971, pp. 390-392.

22 Ce chapitre, en d’autres termes, est plus qu’une introduction aux livres VII et VIII de la Politique, comme l’atteste l’appendice (1181 b 12-23), que nous analyserons plus loin (§ IV), et contrairement à l’opinion de R. Stark (Cfr infra, § III, 2).

23 EN, I, 10, 1099 b 9-11 : πότερόν ἐστί μαθητὸν ἣ ἐθιστον ἣ καί ἄλλως πως ἀσκητόν, ἣ κατά τινα θείαν μοῖραν ἣ καί διὰ τύχην παραγίνεται. EE, I, 1, 1214 a 15-25 : πότερον φύσει γίγνονται πάντες εὐδαίμονες ... ἣ διὰ μαθήσεως ... ἣ διά τινος ἀσκήσεως ... ἣ ... ἐπιπνοία δαιμονίου τινὸς ... ἣ διὰ τὴν τύχην ;

24 EN, Χ, 10, 1179 b 20-21 : γίνεσθαι δ’ ἀγαθοὺς οἴονται οἴ μὲν φύσει, οἴ δ’ ἔθει οἴ δὲ διδαχῇ ; Ρ, VII 13, 1332 a 38-40 : ἀλλὰ μὴν ἀγαθοί γε καί σπουδαῖοι γίγνονται διὰ τριῶν, τὰ τρία δὲ ταῦτά ἐστι φύσις, ἔθος, λόγος. On remarquera que, dans ees deux derniers textes, Aristote s’exprime de manière positive, tandis qu’il expose, dans les deux précédents, les termes d’une aporie.

25 Cfr supra, Chapitre 2, § I, 2.

26 Platon, Ménon, 70 A, 99 E-100 A.

27 P, VIII, 1, 1337 a 12-32.

28 EN, X, 10, 1180 a 24 et sqq.

29 Gauthier, II, 2, p. 907 (où se trouve une critique fort juste de M. Defourny, Aristote. Etudes sur la Politique, Paris, 1932, pp. 192-195).

30 Aristote continue à reconnaître sans réserve que κράτιστον μὲν οὖν τὸ γίνεσθαι κοινὴν ἐπιμέλειαν καί ὀρθήν (1180 a 29-30), même si le contexte fournit l’aveu implicite des difficultés qu’il y a de réaliser partout et toujours cet idéal. La nuance n’est pas négligeable. Il est faux de prétendre en tout cas qu’Aristote expose ici les fondements idéologiques d’une éducation privée, qu’il recommanderait comme étant supérieure à l’éducation d’Etat.

31 La déclaration κοινῇ δ’ ἐξαμελουμένων ἐκάστῳ δόξειεν ἄν προσήκειν κ.τ.λ. (1180 a 30 et sqq.) n’est pas à entendre comme un constat d’échec prononcé sur un idéal prôné antérieurement, mais comme une hypothèse de rechange. Aristote ne dit pas : « puisque les pouvoirs publics la négligent »,... mais : « lorsque les pouvoirs publics la négligent », ….

32 Ρ, IV, 1, 1288 b 37-38. Par rapport au projet de la Ρ, VII-VIII, un élargissement considérable dans les préoccupations du Stagirite est ici observable, qui traduit la volonté de rencontrer aussi les besoins des Etats placés dans certaines conditions interdisant le fonctionnement d’un régime parfait.

33 Pour désigner le régime constitutionnel parfait, Aristote utilise à l’occasion l’adjectif κρατίστη au lieu d’αρίστη (cfr Ρ, II, 1, 1260 b 28-29 : τίς κρατίστη πασῶν τοῖς δυναμένου ζῆν ὅτι μάλιστα κατ’ εύχήν = IV, 1, 1288 b 22-23 : τὴν ἀρίστην θεωρῆσαι τίς ἐστι καί ποία τις ἄν οὖσα μάλιστ’ εἵη κατ’ εύχήν et ibid., b 25-26 : τὴν κρατίστην τε ἁπλῶς καί τὴν ἐκ τῶν ὑποκειμένων ἀρίστην). Or c’est le même adjectif κράτιστος qu’emploie l’EN. Χ, 10, 1180 a 29, pour qualifier l’existence d’une ἐπιμέλεια κοινή.

34 D’après U. VON Wilamowitz-Moellendobff, Aristoteles und Athen, Berlin, 1893, p. 360 ; cfr BIGNONE, L’Aristotele perduto, t. I, p. 98.

35 O. Immisch, Der Epilog der Nikomachischen Ethik dans EM, 84 (1935), pp. 56-58.

36 Isocrate, Antidosis, 56-58 et 60.

37 Dans le même sens : Diblmeieb, EN, p. 605 et Gauthier, II, 2, p. 905.

38 R. Stark, Aristotelesstudien, Munich, 1954, pp. 15-16. L’auteur défend par ailleurs l’unité des écrits d’éthique et de politique chez Aristote : cfr Die Einheit von Ethik und Politik im griechischen Staatsdenken bis Aristoteles dans Antike und Abendland, 15 (1969), pp. 24-28.

39 λόγος ὢν ἀπό τινος φρονήσεως καί νοῦ (cfr Prot., fr. В 38 Düring : φρονησίς τις καί λόγος ἀπὸ φρονήσεώς ἐστιν).

40 Le fr. 13 Walzer (= Jamblique, Protreptique, 10, pp. 54, 10-56, 12 Pistelli) correspond aux fr. В 46-51 Düring.

41 1180 b 14 : cfr Pret., В 46. L’EN, cependant, s’autorise du médecin et du maître de gymnastique pour faire valoir la nécessité d’un savoir général, le Prot. seulement pour faire valoir l’obligation d’une certaine ἐμπειρία τῆς φύσεως.

42 1180 b 16-22 : cfr Prot., В 46-47.

43 1181 a 15-b 12 : cfr Prot., В 49-50.

44 Gauthier, II, 2, p. 903.

45 Le Prot., fr. 13 Walzer (= В 46-51 Düring) fait un devoir au législateur (qui prétend enseigner le bonheur) d’être « philosophe » et de tirer de « la nature elle-même » les normes immuables du bien, seuls modèles véritablement dignes d’être imités.

46 En particulier : fr. В 46 et 49 Düring.

47 A savoir les « pseudo-sages », dont le Prot. vise le représentant le plus illustre encore en vie (Isocrate) et que l’EN appelle σοφισταί (1181a 12).

48 1180 b 14-15 (cfr b 20-21 : τῷ γε βουλομένῳ τεχνικῷ γενέσθαι καί θεωρητικῷ ἐπί τὸ καθόλου βαδιστέον.

49 Μ, Α, 1, 981 a 5 et sqq.

50 1180 b 23-25 : τάχα δὲ καί τῷ βουλομένῳ δι’ ἐπιμελείας βελτίους ποιεῖν, εἵτε πολλούς εἵτ’ ὀλίγους, νομοθετικῷ πειρατέον γενέσθαι, εί διὰ νόμων ἀγαθοί γενοίμεθ’ ἄv. Cfr Prot., fr. В 34.

51 1180 b 21.

52 Stark, Op. laud., p. 18.

53 Ce dernier texte suggère, en effet, une démarche d’ordre métaphysique, lorsqu’il s’agit d’appréhender le modèle suprême. La nature (φύσις) en ce sens apparaît comme l’aspect immanent ou efficient de Dieu. A ce sujet et pour une comparaison avec M, Δ, 7-9, voir : W. Ј. Verdenitts, Traditional and Personal Elements in Aristotle’s Religion dans Phronèsis, 5 (1960), p. 61 et Ј. Pepin, Idées grecques sur l’homme et sur Dieu, Paris, 1971, p. 241. Voir aussi les notes que consacre I. Düring à ce sujet dans Aristotle on ultimate Principles from Nature and Reality dans Aristotle and Plato in the Mid-fourth Century, pp. 35-55.

54 Je n’ose pas dire catégoriquement « pense » ; je dis plutôt « s’exprime » ; car nous constatons qu’Aristote coule sa pensée dans les moules que lui offre le vocabulaire platonicien de la transcendance. Il n’est pas sûr qu’il souscrive aux implications doctrinales qu’aurait, chez Platon, un tel vocabulaire. Cfr EE, II, 5, 1222 b 5 ; VII, 9, 1241 b 35 ; VIII, 3, 1249 a 21, b 1, 19, 22 (passages cités par Walzer, Ar. dial, frag., p. 55, n. 3 ad loc.).

55 Prot., fr. В 51.

56 Ρ, VII, 3, 1325 b 21-23.

57 Cfr supra, chap. 2, § III, 2 (fin).

58 EN, VI, 13, 1144 b 8-13 : καί γὰρ παισι καί θηρίοις αί φυσικαί ύπάρχουσιν ἓξεις, ἀλλ’ ἄνευ νοῦ βλαβεραί φαίνονται οὗσαι. Πλὴν τοσοῦτον ἓοικεν όρᾶσθαι, ὃτι ὥσπερ σώματι ίσχυρῷ ἄνευ ὃψεως κινουμένῳ συμβαίνει σφάλλεσθαι ίσχυρῶς διὰ τὸ μὴ ἓχειν ὃψιν, οὕτω καί ἐνταῦθα, ἐὰν δέ λαβῇ νοῦν, ἐν τῷ πράττειν διαφέρει.

59 Prot., fr. В 49.

60 Remarquons que le νομοθέτής et le σπουδαῖος sont ici traites une nouvelle fois sur le même pied.

61 Traduisent le caractère platonicien de ce passage, non seulement l’idée d’un μίμημα, mais aussi l’opposition très nette entre le divin (modèle) et l’humain (qui doit en être la copie) ; cfr V. Goldschmidt, Le paradigme dans la dialectique platonicienne, Paris, 1947, pp. 81-82.

62 Le procédé d’imitation n’est donc pas fondamentalement condamné. Il faut cependant que l’objet à imiter soit élu au terme d’une opération critique très sérieuse.

63 Isocrate, qui n’est pas cité nommément dans le contexte mais se trouve visé au premier chef, apparaît ici comme le dernier en date des grands sophistes.

64 R. Stark (Op. laud., p. 78), qui croit reconnaître ici un argument d’Aristote contre l’utilité de collectionner des lois existantes, estime qu’il faut mettre au compte de Théophraste l’effort tenté par les Péripatéticiens pour constituer pareilles collections. R. Weil (Aristote et l’histoire. Essai sur la Politique, Paris, 1960, pp. 97 et sqq).) a correctement démontré le contraire.

65 1181 a 16.

66 R. Stark pense le contraire (Op. laud., p. 14) et s’efforce d’accréditer l’opinion de P. Von der Mühll (Isokrates und der Protreptilcos des Aristoteles dans Philologus, 94 [1940-1941], pp. 259-265), selon laquelle l’EN, X, 10 est une réplique directe à l’Antidosis d’Isocrate, lui-même rédigé comme une réplique au Prot. d’Aristote.

67 Stark, Op. laud., pp. 76 et sqq.

68 I. Düring dans Gymnasium, 63 (1956), p. 149.

69 PA, I, 5, 645 a 4.

70 Cfr supra, chap. 1, § II.

71 EN, X, 10, 1181 b 12-15.

72 G. Rodier, Aristote. Еthiquе à Nicomaque. Livre X, accompagné d’éclaircissements, Paris, 1897, pp. 148 et sqq.

73 Cfr Platon, Hippias majeur, 298 С ; Gratyle, 421 D (cfr F. Ast, Lexicon Platonicum, I2, Berlin, 1908, p. 170, s.v.).

74 Si l’on excepte la Traductio antiqua (Paris, 1497), le δή n’est conservé que dans le seul manuscrit Lb (Paris. 1854).

75 L. Spengel, Aristotelische Studien, I, Munich, 1843, pp. 174 et sqq. ; cfr Ramsauer, p. 728, n. 14.

76 Chez Rodier, Ramsauer, Stewart et même Susemihl (dans F. Susemihl-R. D. Hicks, The Politics of Aristotle, Books I-IV, Londres, 1894, pp. 68-69).

77 Cfr K. Von Fritz-Е. Kapp, Aristotle’s Constitution of Athens and related texts, New York, 1950, p. 43.

78 Jaeger, Aristotle2, pp. 264-265.

79 L’expression est dans Gauthier, II, 2, p. 912 (qui défend l’interprétation résumée ci-dessus).

80 Me, I, 1, 338 a 20-339 a 10 (chapitre que les partisans de l’inauthenticité pouvaient regarder comme un modèle pour le faussaire de l’appendice de l’EN): περί μὲν οὗν τῶν πρώτων αίτίων τῆς φύσεως (...) εἵρηται πρότερον. λοιπὸν δ’ ἐστί μέρος τῆς μεθόδου ταύτης ἔτι θεωρητέον, ὅ πάντες οί πρότεροι μετεωρολογίαν ἐκάλουν (...) σχεδὸν γὰρ τούτων ῥηθέντων τέλος ἂν εἵη γεγονὸς τῆς ἐξ ἀρχῆς ἡμῖν προαιρέσεως πάσης, ὧδ’ οὗν ἀρξάμενοι λέγωμεν περί αὐτῶν πρῶτον.

81 ΡΑ, I, 5 [loc. laud.): ἐπεί δὲ περί ἐκείνων διήλθομεν λέγοντες τὸ φαινόμενον ἡμῖν, λοιπὸν περί τῆς ζωικῆς εἰπεῖν μηδὲν παραλιπόντες είς δύναμιν μήτε ἀτιμότερον μήτε τιμιώτερον.

82 Les traductions suivantes comportent donc une interprétation à mon sens erronée : « de façon à parachever dans la mesure du possible notre philosophie des choses humaines » (Tricot) ; « in order to complete... our philosophy of human nature » (Ross) ; « so that our survey of social philosophy may be brought to a due completion » (W. M. Hatch) ; « onze wijsgerige beschouwing over de menselijke dingen » (L. R. W. Thuijs).

83 Ce « problème de la législation » dont parle Arstote est celui qu’évoque le contexte qui précède immédiatement et que nous avons exposé dans le chapitre 2.

84 L’image appartient au Stagirite lui-même : Ph, V, 4, 228 a 28-29.

85 Outre le passage cité à la n. précédente, voir : Prot., В 55 Düring (cfr С 52, 2) ; P, II, 8, 1268 b 35-36 ; M, α, 1, 993 b 11-19 ; BS, 34, 183 b 16 et sqq. « Aristoteles versteht sein Philosophieren von vornherein als eine (entscheidende) Etappe in dem Prozess des Fortschreitens der philosophischen Erkenntnis überhaupt » (O. Gigon dans Naturphilosophie bei Aristoteles und Theophrast, p. 114). Cfr F. Calabbi, La crescita del sapere scientifico secondo Aristotele dans AAT, 111 (1977), pp. 169-200 ; E. R. Dodds, The Ancient Concept of Progress and others Essays on Greek Literature and Belief, Oxford, 19742, pp. 15 et sqq. ; L. Edelstein, The Idea of Progress in Classical Antiquity, Baltimore, 1967, pp. 69-70, 98, 118-130 ; R. Mackeon, Aristotle’s Conception of the Development and the Nature of Scientific Method dans JHS, 8 (1947), pp. 3-44.

86 Ρ, II, 1, 1260 b 33-36.

87 Appartenant à la première catégorie, Aristote examine les constitutions de Sparte, de Crète et de Carthage, et à la seconde, les théories de Platon, Phaléas de Chalcédoine et Hippodamos de Milet. Cfr Ρ, II, 7, 1266 a 31-32 : εἰσί δέ τινες πολιτεῖαι καί ἂλλαι, αί μέν ἰδιωτῶν αί δὲ φιλοσόφων καί πολιτικῶν, …

88 Ρ, II, 10, 1272 a 22 et sqq.

89 Ρ, VII, 11, 1331 a 16 et sqq.

90 P, VIII, 7, 1341 b 28 et sqq.

91 P, VII, 10, 1329 a 40 et sqq.

92 P, VII, 10, 1329 b 33-35. Cette affirmation se trouve formulée comme une conséquence de la conviction que « tout est ancien » (πάντα ἀρχαῖα) en matière politique ; conviction elle-même soutenue par une observation historique : σημεῖον τὰ περί Αἴγυπτόν ἐστιν. οὖτοι γὰρ ἀρχαιότατοι μὲν δοκοῦσιν εἶναι, νόμων δὲ τετυχήκασιν καί τάξεως πολιτικῆς (31-33).

93 Ρ, II, 5, 1264 a 3-5 : πάντα (...) σχεδὸν εὗρηται μέν, ἀλλὰ τὰ μὲν οὐ συνῆκται, τοῖς δ’ οὐ χρῶνται γινώσκοντες.

94 1181 b 7-9.

95 Ρ, II, 6, 1265 a 1-2.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search