Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et la Cité

 | 
Richard Bodéüs

Introduction

Texte intégral

I

  • 1 Sur l'un des panneaux en bas-relief qui décorent, à sa base, le campaniile de la cathédrale de Fro (...)

11. — Quiconque a visité la Chambre de la Signature, au Vatican, et s’est attardé devant « L’École d’Athènes » de Raphaël garde en mémoire l’image significative qu’offrent, au centre de la composition, les personnages d’Aristote et de Platon. C’est l’image, en raccourci, d’un dialogue poursuivi vingt années durant par le maître de l’Académie et son disciple de Stagire, l’un des plus féconds sans doute qu’ait jamais comptés l’histoire de la pensée philosophique1.

  • 2 Pour ces éléments de chronologie, voir I. Düring, Aristotle in the Ancient Biographical Tradition, (...)
  • 3 Le départ d'Aristote pour Atarnée, au printemps de cette année-là, me semble être une conséquence (...)

2La première rencontre entre les deux hommes eut lieu probablement au cours de l’année 366/5 avant notre ère2. Ils vécurent ensemble, à Athènes, dans un commerce quasi constant, pour ainsi dire jusqu’à la mort de Platon, au mois de mai 3473.

  • 4 Th. Gomperz, Les penseurs de la Grèce, III, Paris, 1910, chapitres VI et VII. L'excellent article (...)

3Cependant, le maître avait laissé pour toujours son empreinte sur l’esprit du disciple. Au point que le lecteur attentif d’Aristote peut avoir l’impression de souvent trouver dans ses œuvres, comme disait Th. Gomperz, le « Platonicien » et l’« Asclépiade » confrontés l’un à l’autre sur toutes les grandes questions de la philosophie4.

  • 5 WJaeger, Aristoteles. Grundlegung einer Geschichte seiner Entwicklung, Berlin, 1923. Nous renverro (...)
  • 6 Dans une thèse de 1939 (intitulée Ontwikkelingsmomenten in de zielkunde van Aristoteles), Fr. Nuye (...)

4Le difficile accord, parfois constaté dans le Corpus Aristotelicum, entre les thèses recommandées respectivement par l’héritier de l’Académie et le champion d’une philosophie nouvelle pose incontestablement le problème le plus redoutable que doit affronter l’exégèse. Ce problème a paru pouvoir se résoudre de manière lumineuse quand les interprètes prirent connaissance des résultats auxquels W. Jaeger était parvenu grâce à l’application de la méthode de l’Entwicklungsgeschichte aux œuvres d’Aristote5. L’on fut alors persuadé que les écrits du philosophe appartenaient en fait à deux phases successives de la recherche aristotélicienne, témoignant, la première, d’une adhésion au platonisme le plus strict et, la seconde, d’une rupture très nette avec ce dernier, au profit d’une orientation d’allure plus positive6.

  • 7 Cfr E Berti, Studi Aristotelici, L’Aquila, 1975, pp. 11-12 : » Il non avere compreso questo intent (...)
  • 8 P. Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote. Essai sur la problé-matique aristotélicienne, Pa (...)
  • 9 J’appelle ici « synthèse », dans le cas d’Aristote, le projet de réunir, en un ensemble cohérent, (...)
  • 10 Je pense, en particulier, aux fragments du Sur la philosophie et du Protreptique (celui-ci nous ét (...)
  • 11 On comprendra les différences de préoccupations qui animent leurs auteurs, en comparant : A. Chrou (...)

5La masse des travaux entrepris pour vérifier ou corriger cette hypothèse, n’ont atteint hélas ! que très rarement la hauteur des vues exposées par celui qui leur avait donné le branle7. Ils se sont engagés souvent sur une voie qui néglige l’essentiel des tâches dont il faut que l’interprète s’embarrasse. En effet, la préoccupation obsédante de fixer de manière toujours plus précise les étapes de la carrière du Stagirite, préoccupation qui n’aborde, en définitive, l’analyse des problèmes philosophiques que pour les besoins de déterminer hypothétiquement la chronologie relative des écrits où ils sont exposés, renverse volontiers l’ordre des exigences qu’impose une saine exégèse, laquelle subordonne les recherches concernant la datation relative ou absolue des textes à la compréhension des matières qu’ils contiennent. Elle est, au demeurant, exposée à un travers que l’on est en droit de dénoncer a priori : « en l’absence de critères externes, une méthode chronologique fondée sur l’incompatibilité des textes et dont la fécondité s’appuie ainsi sur les échecs de la compréhension, court à chaque instant le risque de préférer aux raisons de comprendre les prétextes à ne pas comprendre »8. D’autre part, l’effort pour atteindre et identifier une « Urmetaphysik », une « Urpolitik », etc., comme celui que tenta la philologie homérique au xixe siècle pour reconstituer une Iliade primitive, mutatis mutandis, a eu pour même effet, ici et là, de déplacer l’accent, de la synthèse sur les essais ou les travaux qui la préparent9. Il n’est pas jusqu’à la tentative, pourtant si méritoire, faite par Jaeger de prendre en compte les fragments des œuvres aristotéliciennes perdues pour l’interprétation génétique du Corpus10, qui ne paraisse avoir détourné souvent ses émules de leur tâche fondamentale, en les invitant de manière implicite à tenter une reconstitution hypothétique des œuvres perdues plutôt qu’à éclairer, par leurs fragments conservés, les grands textes reconnus authentiques du philosophe11. Sous ce rapport, comme sous tant d’autres, le courant d’interprétation « génétique » contribue à faire naître aujourd’hui la nostalgie des études portant sur l’essentiel.

  • 12 Ouvrage cité n. 3 ; comparez, du même, l’art. Aristoteles dans RE, Supp. XI (1968), col. 159-336.
  • 13 Düring, Aristoteles, p. 29 ; cfr Berti, Op. laud., p. 13.
  • 14 Düring, Aristoteles, p. 24. Les contradictions les plus nettes entre certains textes d’Aristote s’ (...)

62. — L’Aristoteles d’I. Düring, publié en 196612, qui constitue le travail le plus complet et le plus ambitieux consacré au Stagirite depuis Jaeger, remet en cause un point particulier, mais décisif par sa portée, dans la thèse de l’Entwicklung ; je veux parler de l’affirmation selon laquelle les écrits de la première période d’Aris-tote témoigneraient d’une adhésion à la doctrine platonicienne des Idées. Au sentiment de Düring, l’hypothèse d’une crise déchirante dans la carrière d’Aristote et d’une volte-face spectaculaire au terme de cette crise paraît, tout reconsidéré, très difficilement soutenable13. Les résultats progressivement acquis par le philosophe au cours d’une réflexion ininterrompue durant plus de trente ans sont parfois tels, pense notre auteur, qu’ils modifient sensiblement certaines positions antérieures ; mais les étapes de ce progrès sont les étapes d’un développement organique, sans rupture, selon un mouvement « qui conduit à des structures de pensée toujours plus affinées et à une compréhension toujours plus subtile »14.

  • 15 Cfr notre article dans AC, 50 (1981), pp. 45-46.
  • 16 Düring, Aristoteles, p. 23.

7L’image d’Aristote que l’on tend à retirer de cette interprétation est celle du chercheur, prompt à réviser les opinions d’autrui et les siennes propres par des interrogations toujours renouvelées15. Parlant de la démarche aristotélicienne, Düring écrit : « la force de son exposé réside toujours dans la discussion des problèmes, sa faiblesse, dans la recherche des définitions ; le plus intéressant chez lui n’est généralement pas ce qu’il affirme (résultats), mais la façon dont il l’affirme et pose les questions »16.

  • 17 Voir, en ce sens : P. Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote (op. laud.), passim ; et, du m (...)

8Aristote, il est vrai, excelle dans le débat de questions controversées. Mais il y a, dans cette appréciation de Düring, une note excessive, dont les implications sont difficilement acceptables. Elle tend à présenter, en effet, le développement de la philosophie aristotélicienne dans le temps comme la marque d’une philosophie qui, dans son principe même, serait aporématique17. En d’autres termes, elle nous demande au bout du compte, pour corriger Jaeger, de substituer à l’image traditionnelle d’un penseur dogmatique, que celui-ci combattait, l’image d’un Aristote « problématique ».

II

  • 18 Cfr, pour Platon, Ј. M. Paisse, Le platonisme, une philosophie probléтаtіque dans Rev. de Mét. et (...)

91. — Le travail que nous publions ici ne s’engagera pas dans cette voie, qui sacrifierait sans doute un peu trop aisément aux exigences d’un goût du jour18. Il ne vise pas davantage à prolonger de quelque façon les études « génétiques », ni en prenant parti dans la question de l’évolution, ni en précisant les étapes de la carrière du Stagirite ou la chronologie relative de ses écrits, bien qu’il fasse fond sur les résultats les moins aléatoires de ces études et soit peut-être de nature à leur apporter quelques sujets nouveaux de réflexion.

10Il ne se réclame, par conséquent, d’aucune autorité pour poser et, nous l’espérons, résoudre, en partie au moins, le problème particulier qui fait son objet : préciser, par l’examen de certains textes du Corpus, les raisons qu’avançait expressément ou qu’avait implicitement le Stagirite pour adresser un enseignement aux hommes de la Cité grecque au ive siècle avant notre ère. Le lecteur dira si ces raisons portent, peu ou prou, la marque d’un temps révolu.

11Notre propos a été, au départ, d’éclairer la finalité des textes d’Aristote que l’on rattache traditionnellement à la philosophie humaine. Entendez la finalité « ultime » de ces textes, dans la mesure où ils répondent à l’intention, non seulement d’exposer, dans un discours, la vérité sur un certain nombre de questions particulières, mais encore, par là, de contribuer à la perfection du devenir humain.

122. — Le bien-fondé de ce propos n’est établi que si l’on admet, d’une part, que les Ethiques et la Politique visaient effectivement un objectif situé au delà du simple savoir et, dès lors, ne constituaient pas à proprement parler les éléments d’un système de doctrines à côté d’autres recherches spéculatives. Il demande que soit admise, d’autre part, l’unité d’intention qui présidait aux exposés des Ethiques et de la Politique ; ce dont on ne rend pas compte suffisamment si l’on se borne à dire que ces deux séries d’exposés s’inscrivent dans une même perspective, propre à éclairer le devenir humain, en définissant, l’une, les règles d’une certaine moralité individuelle, et, l’autre, les principes d’une certaine organisation collective.

  • 19 Cfr Demosthene, Olynth., III, 10. « Bien qu’ils ne soient pas nommés par Aristote dans la Constitu (...)

13C’est à montrer tout cela que nous nous sommes employé au cours de notre premier chapitre ; lequel, du même coup, met en évidence les indices portant à croire que les travaux d’Aristote dont il est question constituent l’objet d’un enseignement politique, que le philosophe destinait, en ordre principal, aux « nomothètes ». — Aristote désignait sous ce terme, non le magistrat bien connu des institutions athéniennes19, mais, comme le mot français « légistilateur », avec son sens collectif, celui auquel les communautés politiques confient le soin de définir, en dernière instance, les normes contraignantes du bien.

  • 20 Cette interprétation, que défend notamment R.A. Gauthier dans son commentaire de l’EN, a été sévèr (...)
  • 21 P. Ricœur, Science et idéologie dans RPhL, 72 (1974), p. 328.

143. — Cette interprétation surprendra peut-être ceux qui ont accoutumé de regarder les Ethiques d’Aristote et, singulièrement, la plus célèbre d’entre elles, l’Ethique à Nicomaque (EN), comme l’expression d’une science autonome, destinée à enseigner les fins de l’agir moral à tout individu et, donc, comme la première manifestation historique de l’esprit individualiste qui s’affirme aux dépens de la politique20. On remarquera d’emblée, cependant, que notre exégèse prend au sérieux les déclarations du Stagirite lui-même, qui, dans l’introduction de l’EN, présente son enquête comme « une enquête politique » (I, 1, 1094 b 11) ; le même Aristote, précisant ensuite, à l’intention de « celui qui veut entendre un discours sur les questions politiques » (I, 2, 1095 b 5-6), les règles de ce que P. Ricœur a si justement nommé « la discipline même du raisonnement »21, écarte résolument de son auditoire la jeunesse dans son ensemble — « le jeune homme, dit-il, est un auditeur impropre à la politique » (I, 1, 1095 a 2-3) — pour la raison qu’elle manque d’expérience et n’a point encore achevé son éducation. On s’est trop peu préoccupé, selon nous, d’examiner tout ce qu’impliquaient véritablement ces déclarations. Or, à elles seules, comme l’esprit non prévenu peut le constater, elles suffisent déjà à suggérer que le Stagirite, par l’exposé de ses recherches éthiques, n’entendait concourir, ni fondamentalement, ni directement, à l’éducation morale de ceux auxquels il s’adresse et qu’il suppose déjà matériellement vertueux !

  • 22 W. K. C. Guthrie, A History of Greek Philosophy, VI Aristotle. An Encounter, Cambridge, 1981, pp. (...)

15Entre autres obstacles — car ils sont nombreux, on l’imagine — celui qui, sans doute, a le plus fait hésiter les interprètes tentés de conclure de la sorte à partir du prologue de l’EN, c’est l’interprétation de la φρόνησς qu’ont proposée par ailleurs certains commentateurs d’Aristote et, parmi eux, le dernier en date des grands spécialistes de sa morale, R. A. Gauthier, en affirmant que cette vertu dianoétique était affectée à la recherche et à la définition des fins de l’agir. En fait, comme vient de le noter à nouveau W. K. C. Guthrie22 et comme nous le montrerons nous-même ci-après, la fin ultime de l’agir échappe à toute recherche discursive de l’intelligence ; d’après le Stagirite, sa rectitude est assurée par la vertu morale. Quant à la vertu, elle dépend d’un comportement habituel que la société et, singulièrement, la communauté politique s’efforce de faire adopter à ses membres. Aristote, en conséquence, était persuadé que l’éducation morale, au sens strict du terme, est une œuvre politique à laquelle la contrainte des lois s’avère indispensable. C’est pourquoi les discours du philosophe et, donc, l’enseignement du Stagirite lui-même (y compris celui que constituent les recherches éthiques) s’adressent principalement au nomothète.

164. — Les arguments que l’on peut invoquer à l’appui de cette thèse se trouvent exposés clairement dans les dernières pages de l’EN (X, 10), où Aristote envisage le rôle du discours dans l’apprentissage de la vertu. Ils feront l’objet de notre deuxième chapitre.

17Nous nous efforcerons d’indiquer, au cours du chapitre suivant, les raisons pour lesquelles la doctrine du Stagirite qui se laisse reconstituer sur la base de ce texte célèbre — d’ailleurs en rapport étroit avec le prologue de l’EN dont nous avons parlé plus haut — ne représente pas un stade « archaïque » de la pensée aristotélicienne, que d’autres doctrines ultérieures auraient dépassé. Ce sera l’occasion de préciser la manière dont le philosophe concevait sa contribution au savoir « nomothétique ».

18Dans le prolongement de cette étude, nous tâcherons de déterminer sommairement, au chapitre quatrième, jusqu’à quel point les textes d’Aristote, spécialement ceux de l’EN, ont pu avoir été liés à une forme de communication orale, adressée à un public plus large que celui de l’école. Nous essayerons, en d’autres termes, de lever un coin du voile qui masque l’identité de l’auditeur auquel fait allusion le prologue de l’EN.

19Notre dernier chapitre, enfin, lui aussi consacré à certains détails du prologue de l’EN, tentera de faire la lumière sur les qualités préalables exigées de ses auditeurs par le Stagirite pour ses leçons de politique et, spécialement, sur l’indispensable « éducation » qu’il requiert de ceux-ci.

  • 23 Cfr Hardie, Aristotle’s Ethical Theory, p. 31.

205. — Notre travail, on le voit, est donc conçu de manière à ramener toujours l’attention, en définitive, sur le même texte de l’EN, I, 1, dont nous avons signalé, en commençant, l’importance. Ce texte, en effet, ne s’éclaire vraiment que pour l’esprit qui a consenti à. plusieurs longs détours. Sans quoi, il constitue une énigme redoutable et, pour le reste, expose à un contre-sens l’exégète qui n’en retiendrait que les dernières lignes, les moins obscures (I, 1, 1095 a 4 et sqq.) : « <le jeune homme>, qui est enclin à suivre ses passions, écoutera en vain et sans profit, puisque le but n’est pas la connaissance, mais l’action ».... En effet, cette affirmation — d’ailleurs ambiguë23 — donnerait aisément à penser, soit que le Stagirite entendait seulement, par ses discours, infléchir ou maintenir l’action de ses auditeurs vers le bien, soit que ceux-ci n’avaient, en écoutant ces discours, d’autre ambition que de parfaire leur propre action. Lorsqu’au terme de notre travail, nous aurons l’occasion de reprendre l’examen de ces quelques lignes, nous verrons qu’en réalité, si Aristote croit aussi pouvoir aider certains dans leurs actions, c’est parce qu’il s’adresse précisément à des personnes d’une moralité et d’une expérience politique éprouvées, comme doivent l’être ceux qu’il souhaite préparer à un rôle de législateur.

III

  • 24 L’authenticité des MM reste très sujette à caution. Nous ne pouvons dès lors considérer ici le tém (...)
  • 25 « Les discussions portent plutôt aujourd’hui sur l’antériorité... ou la postériorité... de l’Ethiq (...)

21Le fait que notre travail prend si volontiers pour objet les textes de l’EN tient à une raison précise. C’est que ceux-ci, par la forme sous laquelle ils se présentent, paraissent traduire, plus clairement que ceux de l’Ethique à Eudème (EE), ce que nous appellerons, pour faire bref et par commodité, la perspective politique de l’enseignement aristotélicien24. De cette différence entre les deux Ethiques, nous nous sommes refusé à tirer aucun argument en faveur de la chronologie relative ou de l’éventuelle évolution doctrinale d’Aristote — ni, encore moins, contre l’authenticité de l’EE, que plus personne, aujourd’hui, ne songe d’ailleurs sérieusement à remettre en doute25. Nous avons donc laissé ici ouverte, sans trancher, la question posée par les études « génétistes ».

  • 26 D. Ј. Allan, G. Bien, C. Vicol Ionescu,... (Cfr, à ce sujet, notre chap. 4).

22Notre réserve sur le sujet nous est dictée, non par un quelconque embarras, mais par le sentiment que la différence dont nous venons de faire état, comme, au reste, la plupart des différences, selon nous mineures, qui distinguent l’EE de l’EN, ne repose pas sur une véritable évolution doctrinale de leur auteur ; elle nous semblerait reposer plutôt, comme l’ont suggéré certains26, sur les buts différents de leur composition.

232. — Cela dit, une telle interprétation reste à notre avis compatible avec l’hypothèse selon laquelle les deux Ethiques se suivraient dans le temps, même à plusieurs années d’intervalle, à la condition que cette hypothèse soit garantie par d’autres arguments qu’une prétendue opposition doctrinale sur certains points. Nous pensons aux arguments que fournit, par exemple, l’analyse stylométrique.

  • 27 A. Kenny, A Stylometric Study of the Aristotelian Corpus dans CIRPHO (1976) et The Aristotelian Et (...)
  • 28 C. Ј. Rowe, The Eudemian and Nicomachean Ethics : A Study in the Development of Aristotle’s Though (...)
  • 29 Le Prologue de l’EN (I, 1, 1094 b 19 et sqq.), en effet, définit des principes de méthode, que rap (...)
  • 30 Cfr Kenny, The Aristotelian Ethics, p. 189 : « Aristotle’s teaching on wisdom ... provides a numbe (...)

24C’est à ce genre d’analyse que s’est livré récemment A. Kenny27. Et il n’est pas impossible que la plupart des conclusions auxquelles il est parvenu finissent par être solidement établies grâce à d’autres études du même genre. Renversant la perspective dans laquelle l’exégèse, pratiquement unanime, s’était inscrite jusqu’à C. Ј. Rowe28, les travaux de Kenny plaident en faveur de l’antériorité de l’EN par rapport à l’EE et, plus nettement encore, en faveur de l’attribution à celle-ci des « livres communs » (EN, V-VII). Nous pourrions, pour notre part, apporter à l’appui de cette dernière thèse, qui tend à prouver l’appartenance des livres controversés à l’EE, d’autres indices tirés de l’observation des exposés méthodologiques des Ethiques29. Il existe donc de sérieuses présomptions favorables à l’idée que ces trois livres constituent une fraction de l’EE et non de l’EN, comme on l’avait cru volontiers jusqu’ici. Mais, précisement, ne doit-on pas alors conclure aussi de ce changement de perspective que l’abîme doctrinal que l’on s’évertue à creuser entre les deux Ethiques n’est somme toute qu’une illusion ? Jaeger, en effet, pour montrer l’évolution de l’EE à l’EN, s’appuyait essentiellement sur la doctrine de la φρόνησις, telle que l’expose le deuxième livre commun qu’il croyait appartenir à l’EN, en affirmant qu’elle était incompatible avec la pensée des livres propres à l’EE, mais conforme à la pensée des livres propres à l’EN. Peut-on aujourd’hui raisonnablement s’efforcer de prouver que cette même doctrine, exposée dans un livre qu’on estimerait appartenir à l’EE, est plus conforme à la pensée des livres propres à celle-ci qu’à la pensée des livres propres à l’EN, dont on soutiendrait ainsi l’antériorité ?30 Nous ne pouvons nous y résoudre et faire encore confiance à la solidité des critères, si souvent pris en défaut, que prétend fournir l’interprétation philosophique des doctrines.

25C’est pourquoi, dans notre travail, sans nier la vraisemblance de l’hypothèse qui consiste à rattacher les livres communs à l’EE,nous n’avons pas jugé devoir nous abstenir d’utiliser, par exemple, l’exposé relatif à la φρόνησις du deuxième livre commun, ni d’autres passages propres à l’EE pour éclairer la pensée d’Aristote que contient l’EN. Cela paraîtra conforme à notre conviction selon laquelle les deux Ethiques se distinguent moins par leur contenu que par les caractères respectifs de leur composition.

***

26Nous tenons à remercier ici tous ceux qui nous ont prodigué leurs encouragements et leurs conseils lors de l’élaboration de notre travail, en particulier, M. Marcel De Corte, professeur émérite à l’Université de Liège, sous l’égide duquel nous avions entrepris nos premières études aristotéliciennes et qui, depuis, n’a cessé de nous faire profiter de son immense savoir. Pour les précieuses observations qu’ils nous ont communiquées après la lecture et parfois la relecture de notre manuscrit, nous sommes heureux de pouvoir également remercier MM. Jules Labarbe, André Motte et Gilbert François, professeurs à l’Université de Liège, ainsi que M. Paul Moraux, professeur à l’Université Libre de Berlin. Il est équitable de dire par ailleurs que, si les pages qu’on va lire ne présentent pas plus d’imperfections, elles le doivent aux soins de M. Christian Rutten, professeur à l’Université de Liège, qui nous a aidé, sans compter, à revoir notre texte en fonction des exigences de la rigueur, sur le plan de la pensée, et du bon usage, sur le plan de la langue. M. Daniel Giovannangeli, premier assistant à la même Université, nous a également offert son précieux concours dans cette tâche ingrate ; nous lui savons gré de ses nombreuses remarques. Nous voudrions enfin rendre hommage à la mémoire de feu le professeur Suzanne Mansion, qui accepta naguère de siéger dans notre jury, lors de l’épreuve du doctorat, après nous avoir reçu à travailler longtemps au Centre De Wulf-Mansion, qu’elle dirigeait à l’Université Catholique de Louvain. Ses nombreuses notes manuscrites relatives à notre thèse, que nous a transmises obligemment M. le Chanoine Christian Wenin, professeur à l’Université Catholique de Louvain, ont été, pour nous, autant de conseils avisés pour la présente publication.

Notes

1 Sur l'un des panneaux en bas-relief qui décorent, à sa base, le campaniile de la cathédrale de Frorence, Luca della Robbia, près d'un siècle plus tôt, a représenté un tête-à-tête analogue entre Aristote et le maître de l'Académie ; celui-ci, comme sur la fresque de Raphaël, invite à élever le regard vers le ciel, malgré les objections que paraît lui signifier un disciple obstiné. Une reproduction de ce panneau se trouve dans P. Grenet, Aristote ou la raison sans démesure, Paris, 1962, p. 32.

2 Pour ces éléments de chronologie, voir I. Düring, Aristotle in the Ancient Biographical Tradition, Göteborg, 1957, pp. 249 et sqq.

3 Le départ d'Aristote pour Atarnée, au printemps de cette année-là, me semble être une conséquence de l'accession au pouvoir du parti anti-macédonien de Démosthène, plutôt que l'effet d'une crise dans ses relations avec l'Académie (voire avec Platon, dans l'hypothèse ou celui-ci était encore en vie). Dans le même sens, voir I. Düring, Aristoteles. Darstellung und Interpretation seines Denkens, Heidelberg, 1966, p. 10.

4 Th. Gomperz, Les penseurs de la Grèce, III, Paris, 1910, chapitres VI et VII. L'excellent article d'E. Frank (The Fundamental Opposition of Plato and Aristotle dans АЈРҺ, 61 [1940], pp. 34-53, 166-185) reste aujour d’hui très suggestif pour la compréhension des tensions inhérentes à la pensée aristotélicienne elle-même.

5 WJaeger, Aristoteles. Grundlegung einer Geschichte seiner Entwicklung, Berlin, 1923. Nous renverrons ici à la traduction anglaise de cet ouvrage par R. Robinson (Aristotle : Fundamentals of the History of his Development, 2e éd., Oxford, 1948 = Aristotle2). Jaeger avait apporté à cette traduction des additions et des corrections, que reprend la 2e édition allemande de son ouvrage (Berlin, 1955, pp. 435-441).

6 Dans une thèse de 1939 (intitulée Ontwikkelingsmomenten in de zielkunde van Aristoteles), Fr. Nuyens a cru pouvoir identifier, dans le développement du Stagirite, une troisième phase, intermédiaire entre le dualisme anthropologique des origines et l’hylémorphisme de la pleine maturité : cfr L’évolution de la psychologie d’Aristote, par Fr. Nuyens, Préface par A. Mansion, Louvain-La Haye-Paris, 1948. Même auprès des plus fidèles partisans de l’« Entwicklung », cette thèse est sérieusement remise en cause : cfr Ch. Lefèvre, Sur l’évolution d’Aristote en psychologie, Préface de S. Mansion, Louvain, 1972.

7 Cfr E Berti, Studi Aristotelici, L’Aquila, 1975, pp. 11-12 : » Il non avere compreso questo intento (di Jaeger) e l’essersi fermati unicamente al problema della successione delle varie fasi della speculazione aristotelica, о addirittura della stratificazione cronologica dei singoli trattati di Aristotele, ha fatto si che numerosi studi improntati, sulla scia di Jaeger, al metodo storico-genetico non portassero alcun contributo di relievo alla comprensione del valore filosofico dell’opera aristotelica e finissero anzi col distogliere l’attenzione dei filosofi dei problemi di esegesi concernenti il pensiero del Stagirita. » (C’est nous qui soulignons.)

8 P. Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote. Essai sur la problé-matique aristotélicienne, Paris, 1962, p. 12.

9 J’appelle ici « synthèse », dans le cas d’Aristote, le projet de réunir, en un ensemble cohérent, différentes études, parfois d’époques différentes, relatives à un même ordre de questions : les grandes œuvres du Corpus témoignent de ce projet, même si elles ne le réalisent pas toujours adéquatement.

10 Je pense, en particulier, aux fragments du Sur la philosophie et du Protreptique (celui-ci nous étant principalement connu par l’ouvrage homonyme de Jamblique). Cfr, à ce sujet, le récent travail de B. Dumoulin, Recherches sur le premier Aristote (Eudème, De la Philosophie, Protreptique), Paris, 1981, chap. II et III.

11 On comprendra les différences de préoccupations qui animent leurs auteurs, en comparant : A. Chroust, Aristotle’s Protrepticus. A Reconstruction, Notre Dame, Indiana, 1964 et I. Düring, Aristotle’s Protrepticus. An attempt at reconstruction, Göteborg, 1961, ainsi que M. Untersteiner, Aristotele. Della filosofia, Intoduzione, testo, traduzione e commento esegetico, Rome, 1963 et P. Wilpert, Die Stellung der Schrift « Über die Philosophie » in der Gedankenentwicklung des Aristoteles dans JHS, 77 (1957), pp. 165 et sqq. — Pour un bon essai de synthèse dans une perspective originale, voir : E. Bignone, L’Aristotele perduto e la formazione filosofica di Epicuro, 2 vol., Florence, 1936.

12 Ouvrage cité n. 3 ; comparez, du même, l’art. Aristoteles dans RE, Supp. XI (1968), col. 159-336.

13 Düring, Aristoteles, p. 29 ; cfr Berti, Op. laud., p. 13.

14 Düring, Aristoteles, p. 24. Les contradictions les plus nettes entre certains textes d’Aristote s’expliquent, selon Düring, par le débat continuel mené par le philosophe contre ses collègues de l’Académie sur des questions controversées. Encore convient-il de n’exagérer ni le nombre ni la portée de ces contradictions ; Düring lui-même écrit (Ibid., p. 24) : « Die zahlreichen, zumeist kleinen Widersprüche in seinen Schriften beruhen in der Regeldarauf, dass er in verschiedenen Schriften dieselbe Fragen von verschiedenen Blickwinkeln her diskutiert ». Parmi les exemples de contradictions purement apparentes auxquelles il renvoie (p. 24, n. 137), Düring fait état des différents exposés sur l’âme et, à ce propos, il dénonce plus loin (p. 561) l’application mécanique du critère utilisé par Fr. Nuyens pour déterminer les périodes de la carrière du Stagirite.

15 Cfr notre article dans AC, 50 (1981), pp. 45-46.

16 Düring, Aristoteles, p. 23.

17 Voir, en ce sens : P. Aubenque, Le problème de l’être chez Aristote (op. laud.), passim ; et, du même, Sur la notion aristotélicienne d’aporie dans Aristote et les problèmes de méthode, pp. 3 et sqq. Düring (Aristoteles, p. 29) considère, de son côté, qu’Aristote n’a, en somme, jamais pu surmonter le dilemme devant lequel l’avait placé Platon : cfr A. Brémond, Le dilemne aristotélicien, Paris, 1933 (ouvrage auquel il renvoie expressément). Sur les problèmes que pose la méthode axiomatique, voir : K. Berka, Aristoteles und die axiomatische Methode dans Das Altertum, 9 (1963), pp. 200-205 ; M. Mignucci, La teoria aristotelica della scienza, Florence, 1965 et W. Kullmann, Zur wissenschaftlichen Methoden des Aristoteles dans Synusia, pp. 247-274. Cfr, dans une perspective plus générale, K. Reidemeister, Das exakte Denken der Griechen. Beiträge zur Deutung von Euklid, Plato, Aristoteles, Hambourg, 1949, plutôt que G. Loria, Le scienze essatte nell’antica Grecia, Milan, 1914 (ouvrage veilli, qui néglige le problème philosophique). Pour ce qui regarde plus particulièrement la méthode suivie par Aristote dans les Ethiques, voir R. Eucken, Über die Methode und die Grundlagen der aristotelischen Ethik, Berlin, 1870 et, en dernier lieu, Ј. Barnes, Aristotle and the methods of Ethics dans Rev. Intern, de Philos., 133-134 (1980), pp. 490-511.

18 Cfr, pour Platon, Ј. M. Paisse, Le platonisme, une philosophie probléтаtіque dans Rev. de Mét. et de Mor., 74 (1969), pp. 146-160.

19 Cfr Demosthene, Olynth., III, 10. « Bien qu’ils ne soient pas nommés par Aristote dans la Constitution d’Athènes, leur existence n’est plus mise en doute » (P. Lavedan, Dictionnaire illustré de la mythologie et des antiquités grecques et romaines, s. v.).

20 Cette interprétation, que défend notamment R.A. Gauthier dans son commentaire de l’EN, a été sévèrement critiquée par M. De Corte dans son article pénétrant L’« Ethique à Nicomaque » : introduction à la роlitique dans Permanence de la Philosophie (Mélanges Ј. Moreau), pp. 37-62.

21 P. Ricœur, Science et idéologie dans RPhL, 72 (1974), p. 328.

22 W. K. C. Guthrie, A History of Greek Philosophy, VI Aristotle. An Encounter, Cambridge, 1981, pp. 346-347.

23 Cfr Hardie, Aristotle’s Ethical Theory, p. 31.

24 L’authenticité des MM reste très sujette à caution. Nous ne pouvons dès lors considérer ici le témoignage de ce texte au même titre que celui des autres Еthique (malgré les arguments de H. von Arnim, Die Echtheit der Grossen Ethik des Aristoteles dans RM, 76 [1927] ; Fr. Dirlmeier, MM, 1958, que suit Düring, Aristoteles, pp. 438 et sqq. ; P. Gohlke, Die Ent stehung der aristotelischen Ethik, Politik, Rhetorik dans SBWien, 223 [1944] ; Ј. M. Cooper, The Magna Moralia and Aristotle’s Moral Philosophy dans Amer. Journ. of Philol., 94 [1973] ; С. Vicol Ionesctt, La filosofia moral de Aristoteles en sus etapas evolutivas, II, Madrid, 1973,...).

25 « Les discussions portent plutôt aujourd’hui sur l’antériorité... ou la postériorité... de l’Ethique à Eudème par rapport à l’Ethiąue à Nico-maque » (V. Decarie dans Aristote, Ethique à Eudème, Introd., trad., notes et indices, Paris-Montréal, 1978, p. 11).

26 D. Ј. Allan, G. Bien, C. Vicol Ionescu,... (Cfr, à ce sujet, notre chap. 4).

27 A. Kenny, A Stylometric Study of the Aristotelian Corpus dans CIRPHO (1976) et The Aristotelian Ethics. A Study of the Relationship between the « Eudemian » and « Nicomachean Ethics » of Aristotle, Oxford, 1978.

28 C. Ј. Rowe, The Eudemian and Nicomachean Ethics : A Study in the Development of Aristotle’s Thought, Cambridge, 1971.

29 Le Prologue de l’EN (I, 1, 1094 b 19 et sqq.), en effet, définit des principes de méthode, que rappellent, voire précisent plusieurs autres passages propres à la même Ethique : 2, 1095 a 30-b 13 ; 7, 1098 a 20-b 8 ; 8, 1098 b 9-12 ; 11, 1101 a 24-28 ; 12, 1101 b 34-1102 a 1 ; 13, 1102 a 23-27 ; II, 2, 1103 b 26-1104 a 11 (cfr 7, 1107 a 28-33 ; b 14-16 ; 1108 a 1-4 ; b 7-10 ; 1109 a 23-24 ; IV, 13, 1127 a 14-17). Les exposés contenus dans les quatre premiers livres conservent ainsi la trace d’une même préoccupation du Stagirite à l’égard d’un « auditeur » qu’il tient à instruire des exigences propres aux recherches qu’il lui communique ; c’est, le plus souvent, pour rappeler l’obligation de se contenter d’une « esquisse » et de renoncer à l’« acribie ». Les livres VIII-Х manifestent un souci analogue : en VIII, 1-2, par exemple, Aristote dénonce une mauvaise manière de poser le problème de l’amitié, qui ne rencontre pas l’objet de l’« éthique » tel que l’a défini le Prologue ; en IX, 2, 1164 b 27-30, comme en 1165 a 12-14, il expose des considérations qu’il a déjà fait valoir à plusieures reprises dans les livres I-IV (ὄπερ οὖν πολλακὶς εἴρηται, lisons-nous : 1165 a 12) ; et, en X, 1, 1172 a 34-b 8, il rappelle les conditions auxquelles, selon le Prologue, sont utiles des discours sur l’action ; cfr 8, 1178 a 22-23 ; 9, 1179 a 16-22 ; 10, 1179 a 33 et sqq. (qui renvoie au Prologue et à l’introduction de l’exposé sur la vertu). Dans les « livres communs », en revanche, il n’est pas question de tout cela : en V, 1, 1129 a 5-6, Aristote invite à suivre une méthode appliquée antérieurement, laquelle semble bien être celle que préconise l’EE, I, 6, 1216 b 26 et sqq. ; en VI, 1, 1138 b 25-26, il rappelle un principe que, seule, l’EE, I, 6, 1216 b 32-33 invoque explicitement ; et en VII, 1, 1145 b 2-7 (cfr 1146 a 22-27), il définit les règles de la méthode diaporématique (appliquée aussi dans l’étude du plaisir : chap. 12 et sqq.), que l’EE utilise et met en évidence dès son introduction (I, 4, 1215 a 20 et sqq.). Ce qui tend à ranger les « livres communs » plutôt du côté de l’EE. D’autant que, d’une façon générale, les préoccupations de cette dernière, sur le plan de la méthode, tranchent assez nettement sur celles qu’affiche l’auteur de l’EN. Certes, on découvre des traits communs (comparez, par exemple, EN, I, 2, 1095 a 28-30 et EE, I, 3, 1214 b 28-1215 a 7, d’une part, et, d’autre part, EN, I, 2, 1095 a 30-b 13 et EE, I, 6, 1216 b 36 et sqq. ou encore EN, I, 4, 1097 b 30-31 et EE, I, 8, 1217 b 16-20,...). Mais l’EE, à la différence de l’EN, ne s’adresse nulle part à un quelconque « auditeur » pour convenir avec lui des exigences d’un discours sur l’action, lequel, étant donné son objet, répugne à l’« acribie » et demande plutôt une description sous forme d’« esquisse ». Cette différence est capitale. D’autre part, l’EE, contrairement à l’EN, fait une place prépondérante à la méthode diaporématique. A ce propos, le passage de l’EE, VII, 2, 1235 b 13-18 correspond parfaitement à l’énoncé des règles de l’EN, VII (« livre commun ») dont nous avons parlé. Etant donné les profils méthodologiques respectifs de l’EN et de l’EE, il ne fait donc pas de doute que les « livres communs » correspondent plutôt à celle-ci qu’à celle-là.

30 Cfr Kenny, The Aristotelian Ethics, p. 189 : « Aristotle’s teaching on wisdom ... provides a number of arguments to confirm the conclusion that the disputed books belong with the Eudemian rather than the Nicomachean Ethics ». L’auteur, cependant, ne tire de son analyse de la φρόνησις aucune conclusion positive quant à la chronologie relative et se borne à ruiner la thèse de Jaeger.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search