Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Allocution de M. Robert Leroy

Doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège

Texte intégral

1Mesdames et Messieurs,

2Chers Collègues,

3C’est au moins à un quadruple titre que j’ai l’honneur et le plaisir d’ouvrir cet important colloque consacré au Groupe de Coppet : je le fais au nom de notre Recteur, empêché aujourd’hui mais qui nous rejoindra samedi, je le fais au nom de la Faculté de Philosophie et Lettres qui a bien voulu faire de moi son doyen, je le fais aussi parce que le hasard a voulu que je puisse mettre mes modestes compétences au service des savants éditeurs de l'œuvre complète de Benjamin Constant et que j’ai désormais l’honneur de compter parmi eux quelques amis de plus ; je le fais enfin par amitié toute personnelle pour Paul Delbouille, Président du comité d’organisation, qui est non seulement le savant que vous connaissez mais aussi un homme pétri de qualités peu communes dont j’aurai soin de ne rien vous dire parce que je n’ai aucune envie de m’attirer de sa part une colère qui, si elle devait être proportionnelle à la blessure que j’infligerais sinon à sa modestie, entrerait assurément dans l’histoire.

4Accueillir ce colloque est pour notre université un grand honneur ; ce ne l’est pas moins pour la ville de Liège dont les sentiments francophiles ne sont un secret que pour la majorité des Français et dont la culture est si profondément celle de la France qu’on a parfois l’impression qu’elle ne fête le 14 juillet avec tant de fastes que pour mieux oublier de célébrer le 21. Mais Liège est aussi cité d’Empire, vieille principauté soumise pendant des siècles au second Reich dont la trace est ici indélébile tant dans les bâtiments historiques – comme vous pourrez le constater vous-mêmes lors de votre tour de ville – que dans la langue du peuple qui – wallonne ou française – est toujours enrichie (c’est le germaniste qui parle ici) d’innombrables germanismes. Liège, carrefour de la culture française et de la culture allemande, la formule est affreusement banale mais elle est difficilement évitable dès lors qu’il va être question d’un groupe d’individus de grande qualité qui – presque miraculeusement – ont pu pendant quelques années créer et maintenir en vie une symbiose, peut-être même une synthèse, entre ces deux grandes cultures. Qu’auraient été le romantisme et le symbolisme français si Madame de Staël n’avait pas été l’amie d’August Wilhelm Schlegel après avoir été celle de Benjamin Constant ?

5Et puis d’ailleurs, nous savons tous que Benjamin a séjourné dans cette ville, même si ce n’est que peu de temps ; les visiteurs d’une telle qualité sont rares – pas seulement à Liège – et il me semble que les villes d’Europe et d’ailleurs feraient quelque chose de précieux pour la culture commune et pour l’avènement de l’utopie des Lumières si elles voulaient bien se souvenir ainsi à tour de rôle de tous les grands esprits qui – un jour – se sont arrêtés dans leurs murs.

6Permettez-moi de voir dans ce colloque un tel acte de mémoire, de vous souhaiter bon travail et un séjour agréable parmi nous.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540