Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Groupe de Coppet et le monde moderne

 | 
Françoise Tilkin

Allocution de M. Paul Delbouille

Président du Comité organisateur

Texte intégral

1Monsieur le Doyen,

2Mesdames et Messieurs,

3Chers Amis,

4Au moment où va s’ouvrir le Sixième Colloque de Coppet, je voudrais adresser des souhaits de bienvenue à tous les participants ici présents, ainsi qu’à ceux qui nous rejoindront en cours de travail. Vous avez répondu très largement à l’invitation qui vous a été adressée par le Comité organisateur, et je vous en remercie.

5Nous regretterons quelques défections de dernière minute, qui vont nous contraindre à modifier quelque peu le programme officiel que vous avez entre les mains ; des précisions vous seront communiquées en temps utile.

6Notre regret le plus vif, sur ce plan, a été de devoir renoncer à la participation de Jean Starobinski, qui nous avait fait l’amitié d’accepter d’être le premier à notre tribune pour prononcer la communication inaugurale et dont la présence avait été annoncée dans notre avant-programme : seule sa santé, toujours préoccupante, l’a contraint à renoncer. Nous le regrettons évidemment tous, et je ne doute pas que vous me donnerez l’autorisation de lui adresser, en votre nom, un message d’amitié et de vœux.

7Nous avons dû également enregistrer le désistement pour raison de santé d’Ernst Behler, qui avait accepté à la fois d’être membre du Comité d’honneur et de faire une communication. A lui aussi nous ferons part de nos regrets et de nos souhaits de total rétablissement.

8Le Comité organisateur de ce Sixième Colloque était composé à part égale de membres de la Société des Etudes Staëliennes (Paris), présidée par Simone Balayé, et de l’Association Benjamin Constant (Lausanne), présidée par François Rosset. Parmi les remerciements que j’adresse collectivement aux membres de ce Comité organisateur, je dédie à la première et au second une pensée particulière pour nous avoir aidés de leurs conseils, Françoise Tilkin et moi-même, jusque dans le règlement d’une série de détails pratiques.

9Je me dois de remercier le Doyen Robert Leroy, de la Faculté de Philosophie et Lettres, qui représente ce matin notre Recteur, et qui a bien voulu vous dire quelques mots au nom de l’Université, de la Faculté et en son nom personnel. Il le fera d’autant, plus volontiers, j’en suis sûr, qu’il appartient depuis peu, par sa participation à l’élucidation des lettres allemandes de Charlotte, à la grande famille, multiple et diverse, des constantiens.

10Comment ne pas remercier aussi le Conseil Economique et Social de la Région Wallonne, en la personne de M. Jacques Fostier, qui a accepté de nous accueillir dans les luxueuses installations du Vertbois, où nous sommes ce matin et où nous reviendrons samedi. Les séances liégeoises du Colloque devaient se tenir dans les locaux universitaires : les intempéries de cet hiver et la lenteur des réparations nous ont empêchés de disposer de la salle prévue à cet effet. Nous ne perdons pas au change, sauf peut-être en valeur symbolique... Mais l’Université n’a pas voulu être en reste et ses hôtes auront la chance, à l’occasion du banquet final qui nous est offert par le Recteur, d’être accueillis au Château de Colonster, la perle de notre campus.

11Je tiens également à relever la présence parmi nous, dès ce matin, de plusieurs membres de notre Comité d’honneur, et particulièrement de notre ami Claude Reymond, ancien président du Comité scientifique des œuvres complètes de Benjamin Constant, et de Roland Mortier, qui a bien voulu écourter son séjour à Paris, au Congrès de l’Association Internationale des Etudes françaises, pour être des nôtres dès ce matin.

12Je m’en voudrais d’oublier de saluer le Comte Othenin d’Haussonville, en ses qualités de descendant de Mme de Staël, de propriétaire aussi actif que dévoué du Château de Coppet et de vice-président de la Société des Etudes Staëliennes. Il est forcément un peu chez lui à Liège, alors que, pour la seconde fois, les Colloques de Coppet sortent des murs.

13Le premier des Colloques de Coppet qui ne s’est pas tenu au château qui leur a donné leur nom a eu lieu, il y a quatre ans déjà à Tübingen, où nous avons été accueillis plus que princièrement par notre ami Kurt Kloocke. Il nous a dit, à cette occasion, combien il était heureux de nous recevoir, et quelle signification il voulait donner au choix de sa ville et de son pays.

14Sur les conceptions internationalistes du Groupe et sur ce qui n’est encore qu’une utopie pour nous-même, en cette fin du vingtième siècle, il a dit avec beaucoup de sensibilité ce qu’il y avait à dire et je n’y reviendrai pas.

15On ne m’en voudra pas non plus si je n’essaye pas de mesurer à l’aune de l’Allemagne ce que la Belgique a représenté pour le Groupe de Coppet. Non seulement parce que notre pays n’existait pas à l’époque et qu’il y aurait quelque anachronisme à parler de lui alors qu’il ne naîtra en tant que tel que l’année même où Constant meurt, et bien des années après la disparition de Mme de Staël, mais encore et surtout parce que Constant est en fait le seul membre du Groupe de Coppet a avoir eu des contacts répétés et divers avec nos villes : Bruxelles, dès sa première jeunesse, Liège plus tard et Spa enfin, d’où il surveille à la fin de l’été 1816 l’horizon parisien.

16Essayer de creuser davantage ce que la ville qui vous accueille aujourd’hui pouvait représenter pour un écrivain ou simplement pour un honnête homme à l’aube du dix-neuvième siècle serait assurément malaisé. Le résultat de la réflexion pourrait en outre être délicat à exprimer. Personne ne pouvait encore voir en Liège le cœur de ce qui allait être une des premières et des plus actives régions industrielles du continent : elle ne le deviendra qu’au fil des années, en ce début du dix-neuvième siècle, et l’essor ne sera pris qu’à la chute de l’Empire.

17En ce temps-là, je veux dire entre 1800 et 1810, pour faire simple, Liège est française. Elle ne l’est pas seulement par le fait de sa révolution et de la décision de rattachement à la France qui a été votée en 1793, elle l’est encore et surtout de cœur, parce qu’elle a voulu l’être après mille ans de liens si ténus avec l’Empire d’Allemagne qu’elle pouvait croire à une totale indépendance. Capitale d’une Principauté qui était un vieil état ecclésiastique dont les origines remontaient haut dans le moyen âge, elle fait partie depuis toujours de ce qu’on appelle aujourd’hui l’espace francophone. De tradition, la ville de Liège, comme la plus grande part de sa Principauté elle-même, a le regard porté au Sud. Sa situation, aux marches du Royaume de France, a fait d’elle, comme de quelques villes suisses, tout à la fois une zone franche d’où l’on peut braver les censures et un comptoir pour de fructueux commerces, licites ou illicites.

18Dès lors, il n’est sans doute pas vain de penser que pour les membres du Groupe de Coppet qui n’ignoraient pas l’existence de notre ville, elle pouvait représenter l’un de ces lieux de liberté où l’étranger peut être accueilli lorsqu’il n’est pas en armes et ne veut ni nous soumettre à sa loi ni venir régler ses querelles avec ses voisins sur notre territoire, comme ce fut malheureusement trop souvent le cas depuis des temps immémoriaux.

19Mais les raisons de la tenue à Liège de ce colloque de Coppet, sixième du nom, sont peut-être moins à trouver du côté des significations profondes ou d’une recherche de lieux chargés d’histoire que du côté de simples circonstances actuelles.

20Je me plais en tout cas à imaginer que le choix de Liège et l'empressement que vous avez mis à répondre à l’invitation ne sont pas étrangers au désir d’y venir ou d’y revenir parce qu’elle est aujourd’hui l’une des quelques villes où se prépare l’édition des œuvres complètes de Benjamin Constant. Sortant de Coppet et ne souhaitant aller ni à Paris, siège de la première des associations, ni à Lausanne, siège de la seconde, deux villes où nous nous retrouvons souvent et toujours avec un égal plaisir, n’était-il pas inscrit que nos Colloques devaient passer par Tübingen, par Liège et pourquoi pas, demain, par Cambridge ?

21Au cosmopolitisme du Groupe de Coppet correspond à notre époque celui de ses spécialistes. Groupe d’amis travaillant sur un autre groupe d’amis, comme l’a si bien dit un jour l’un d’entre nous, nous ne pouvons vivre qu’à leur image et, dès lors, nous ne pouvons faire autre chose que nous rendre visite pour nous retrouver en découvrant le monde d’aujourd’hui comme ils découvraient, eux, le monde d’hier.

22La comparaison s’arrête évidemment là. Nous n’avons, nous, ni l’ambition ni la vocation de penser ce que sera demain. Tournés vers le passé comme ils l’étaient vers l’avenir, nous n’avons pas d’autres visées que rétrospectives. Pourtant, le thème choisi pour le colloque qui s’ouvre aujourd’hui nous remet par l’esprit et par l’imagination dans la position qui était la leur. A cette différence près que nous savons, nous, ce qu’il est advenu de leurs convictions et de leurs anticipations. Evaluer la justesse de leurs prémonitions et l’adéquation au réel de leurs rêves en tous domaines n’est pas seulement une tâche gratuitement excitante pour l’esprit : elle devrait conduire à faire mieux comprendre, à partir d’un exemple concret, ce que peut être le pouvoir de la pensée sur l’évolution d’une société. Au-delà du Groupe de Coppet, au-delà du contexte particulier de son action, ce sont les mécanismes très généraux du cours des choses humaines que nous pourrions peut-être entrevoir, au terme de nos travaux, si notre regard est clair et nos outils adéquats.

23Il me reste, si vous le permettez, à remplir un agréable devoir, qui est d’adresser publiquement vos remerciements et les miens aux organismes qui ont permis que notre rencontre ait lieu.

24A Son Excellence l’Ambassadeur de Suisse et à Son Excellence l’Ambassadeur de France à Bruxelles, qui ont accepté d’apporter à cette rencontre leur prestigieuse caution.

25Au Fonds National Belge de la Recherche scientifique, à la Communauté française de Belgique, pour l’aide matérielle qu’ils nous ont accordée.

26A la Fondation Pro Helvetia, dont la contribution est particulièrement généreuse.

27A la Province de Liège, aux villes de Liège et de Spa, pour leur accueil et le patronage de leurs plus hautes autorités.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540