Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Conclusion

Texte intégral

1À l’issue de cet ouvrage, sans doute convient-il de rassembler en quelques phrases lapidaires les idées que nous avons tenté de mettre en lumière à propos de la fonction épiscopale liégeoise aux xiiie–xive siècles.

2Au cours de ces périodes plus ou moins longues de sede vacante, qui sont souvent synonymes de désordre et d’anarchie, en particulier de révoltes urbaines, de luttes sociales et d’intrusions étrangères, la désignation, dans les plus brefs délais, d’un nouvel évêque de Liège constitue manifestement le souci majeur de la population liégeoise.

3Cependant, ni celle-ci, ni même le chapitre de Saint-Lambert — clerus et populus — ne procéderont à l’élection du prélat, une forme d’élection qui a d’ailleurs vécu. Désormais, la nomination de l’évêque de Liège est de la responsabilité des instances supérieures, principalement du pape, des autorités qui se livrent à une lutte acharnée afin de placer sur le trône de saint Lambert celui qui, à leurs yeux, sera le mieux à même de servir la politique qu’ils entendent mener.

4L’obstination que manifestent les prétendants au siège épiscopal liégeois et les puissants qui les soutiennent ou les imposent prouve, de façon flagrante, que l’enjeu était de taille.

5Successeur et lieutenant du Christ dans le diocèse de Liège, prince d’Empire et prince de l’Église, souverain féodal et foncier, monarque temporel et pasteur de l’Église romaine, le prince-évêque de Liège des xiiie et xive siècles rassemble entre ses mains l’ensemble du gouvernement, de la juridiction et de la législation de la principauté. Recueillant, de l’exercice de ses pouvoirs religieux — qu’il faut éviter de minimiser —, une supériorité sans égale et un incomparable charisme de l’investiture et de cette véritable sanction divine qu’est la consécration, l’évêque de Liège du bas moyen âge est bien, comme nous le pressentions, l’incarnation d’une monocratie politique et religieuse.

6Certes, il convient de rester réaliste. Tous les évêques de Liège ne détenaient pas les qualités requises pour incarner le monocrate parfait, et ce même si trois prélats exceptionnels — Hugues de Pierrepont, Henri de Gueldre et Adolphe de la Marck — se partagèrent près de cent ans d’histoire liégeoise. De même, les instruments de pouvoir, bien que de grande valeur en théorie, ne furent pas toujours à la mesure des ambitions princières, entraînant par là une certaine inefficacité de l’exécutif liégeois. En effet, la fortune du prince ne suffit pas à assurer son train de vie et l’armée ne répond pas toujours à son attente. Enfin, parmi les interlocuteurs multiples et particulièrement remuants de la principauté, un accent tout particulier doit être mis sur les communautés urbaines : elles n’auront de cesse de grappiller, en toute occasion, quelque parcelle de l’autorité princière.

7Cependant, même si celle-ci se voit de temps à autre et temporairement contestée, conspuée, voire entamée, toutes ces idées de république ecclésiastique, de monarchie constitutionnelle, de cosouveraineté du chapitre de Saint-Lambert et de patrie liégeoise ne sont aujourd’hui plus de mise. Le régime qu’incarne le prince-évêque de Liège, efficacement secondé par des auxiliaires choisis pour leurs qualités et leur attachement à sa personne, ce régime est sans conteste de nature monocratique.

8Quelques personnalités hors du commun à la tête de la principauté, taillées dans le bois dont on fait les hommes d’État, cette volonté de maîtriser les instruments du pouvoir, un entourage trié sur le volet, à seule fin d’être en parfaite adéquation avec celui qui l’a choisi, de répondre idéalement à son attente, une tendance à la concentration de la responsabilité politique ou, si l’on préfère, une limitation de la dispersion du processus de décision qui enraye celui-ci à force de le médiatiser, voilà sans doute quelques clés de la réussite politique. Peut-être est-ce leur présence qui assura la pérennité de la principauté de Liège jusqu’à la fin du xviiie siècle.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search