Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Troisième partie. Itinérance et vacance du pouvoir

Chapitre 2. Sede vacante

Texte intégral

[...] magistri civitatis suggesserunt et supplicaverunt capitulo ut eligerent novum episcopum. —1402, p. 373.

  • 1 Sur ces questions, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 163–166. Cfr encore, tout récemment et en partic (...)

1De bonne heure, le Décret de Gratien tenta d’apporter des éléments de solution aux incapacités épiscopales dues à l’âge ou à la maladie. Si cette dernière pouvait entraîner la subrogation d’un nouveau prélat, la vieillesse n’était palliée que par la nomination d’un auxiliaire ou coadjuteur. Globalement, Boniface VIII confirmera ces dispositions, ajoutant simplement que toute action suppose l’accord du chapitre cathédral, que ce dernier, en cas de démence du prélat, est en droit de solliciter l’intervention du pape, tandis que celui-ci arbitrera les conflits entre l’évêque qui s’accroche à son poste et le chapitre qui réclame son remplacement1.

  • 2 Cfr p. 467 n. 28.
  • 3 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103.
  • 4 Id., p. 330. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 159. — Marchandisse, Rupture, p. 69.

2À l’évidence, l’évêque de Liège ne se sentit jamais concerné par toute cette procédure et le chapitre de Saint-Lambert ne réclama pas un remplaçant pour Jean de Flandre, que la maladie cloîtrait dans son château d’Anhaive2, ou pour Adolphe de Waldeck, qui passe généralement pour un alcoolique invétéré3. Durant les xiiie et xive siècles, le prince tient fermement les rênes du pouvoir, et ce jusqu’à son dernier souffle. Ainsi, en octobre-novembre 1344, alors qu’il agonisait, au château de Clermont-sous-Huy, Adolphe de la Marck ordonna-t-il encore une expédition punitive contre ses sujets hutois4.

  • 5 Le comte de Hainaut Jean II d’Avesnes fut nommé mambour sede vacante le 27 octobre 1291 (Poncelet,(...)
  • 6 Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 469–471.
  • 7 C’est le cas pour Robert de Thourotte (1er novembre 1239—ca 3 août 1240), Henri de Gueldre (16 oct (...)

3Cependant, qu’il rende le dernier soupir, qu’il obtienne une promotion ou qu’il soit tout simplement déposé, il lui faudra bien un jour abandonner son trône liégeois. Il créera ainsi, malgré lui, un véritable vide politique qui ne pourra être comblé séance tenante puisque, par nature, la fonction épiscopale n’admet aucune succession légitime. Commence alors une période plus ou moins longue de sede vacante, dont la définition varie d’ailleurs selon les points de vue. Si, en effet, le chapitre de Saint-Lambert semble estimer qu’elle s’achève avec l’élection d’un nouvel évêque5, nous savons parfaitement que, pour le droit canonique, l’évêque n’acquiert la plénitude de son autorité qu’au terme d’une procédure souvent très longue, tandis que l’historien, pour sa part, pourrait avoir tendance à considérer que la vacance et les troubles de toutes sortes qui l’accompagnent généralement, ne prennent réellement fin qu’avec l’arrivée du prélat dans ses nouveaux États. Quoi qu’il en soit, nous signalerons simplement ici qu’entre les extrêmes — Englebert de la Marck et Jean d’Arckel sont transférés le même jour, le premier de Liège à Cologne, le seconde d’Utrecht à Liège6, tandis que plus de quatre ans s’écouleront avant qu’Hugues de Chalon ne succède à Jean de Flandre — un an au maximum sépare, le plus souvent, la fin d’un règne et le début d’un autre7.

  • 8 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 65. Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 344–346 ; t. 3, p. 118–120, 131– (...)
  • 9 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 65.
  • 10 C.S.L., t. 2, p. 117–118, 344–346, 453–454. — [Jean de Hocsem, Chronicon, p. 104. — Mathias de Lew (...)
  • 11 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 113. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 84 n. 3.
  • 12 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 66. — Cfr p. 469 n. 45.

4Quelle que soit sa durée, la vacance du pouvoir, à la tête d’une principauté médiévale comme d’un État contemporain, ne peut en aucun cas rimer avec la paralysie de l’action politique, avec la suspension des décisions. Aussi la mort ou le départ d’un évêque entraînaient-ils systématiquement le transfert d’une bonne part de ses compétences entre les mains d’un collège qui, au contraire de sa personne, amovible et mortelle, incarne la permanence et la stabilité : le chapitre de la cathédrale8. Les textes nous enseignent qu’ils reniant tresfonsiers et hiretiers en lieu de saingneur et wardens et soverains de tout les fortereches afferantes al paiis9. De fait, le chapitre de Saint-Lambert ne cesse de monter en épingle cette mainmise sede vacante sur ces symboles du pouvoir épiscopal et garants de la sécurité du pays que sont les forteresses liégeoises10. Cependant, dans le courant du xive siècle, il est parfois précisé que capitulum in spiritualibus patriam gubernabat11 tandis que les responsabilités temporelles de l’évêque sont assumées par un tutor patrie, appelé une nouvelle fois mambour12.

  • 13 Ibid.
  • 14 Id., p. 65.
  • 15 Id., p. 66.

5Ainsi donc, à côté du lieutenant désigné par l’évêque, véritable locum tenens, que le prélat soit présent ou non dans sa principauté, et du capitaine, qui se substitue au prince, lorsque ce dernier connaît les affres de l’exil, il existe un troisième mambour qui, plus que tout autre, exerce une fonction de régent : le mambour sede vacante. Les pouvoirs dont il dispose sont bien entendu à la mesure de la mission dont il est investi, à savoir assurer une transition harmonieuse et sans heurt entre deux règnes. Chargé de garder et de défendre loyalement le pays, le mambour, qui est en droit d’occuper le palais épiscopal, peut lui aussi lever tous les droits et rentes appartenant à l’évêque — sans doute dans le cadre d’un partage avec le chapitre de Saint-Lambert qui, par exemple, se réserve les profits de la justice ecclésiastique —, donner trêves et quarantaines et nommer tout officier chargé d’appliquer la hauteur épiscopale. Seule restriction à son pouvoir de désignation : il ne peut en user à propos du mayeur13. Ainsi que nous l’avons dit, la mort du prince ou toute autre rupture de son autorité suspend l’exercice de la fonction mayorale et de l’essentiel de la justice. Certes, les échevins de Liège conserveront leur juridiction gracieuse et la rencharge dont ils ont le monopole, mais ils ne pourront connaître des cas criminels ni de ceux qui nécessitent la semonce du mayeur14. Si cette dernière ne constitue pas un préalable, échevins et officiers perpétuels pourront être admis et reçus. Dans le cas contraire, un complément de solennité sera apporté lors de l’arrivée de l’évêque et de la nomination par celui-ci d'un nouveau mayeur. Signalons enfin que la tâche du mambour se prolongera jusqu’à la réception, au chapitre, du nouvel évêque ou de ses procureurs, à moins que les délégués du prélat, porteurs d’un pli officialisant leur mission, n’exigent de lui qu’il renonce à sa fonction et qu’il les mette en possession de l’évêché15.

  • 16 C.S.L., t. 2, p. 341–342.
  • 17 R.C.L., t. 1, p. 149.
  • 18 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 134–135. — 1402, p. 262–263. — Baerten, Politique liégeoise Amoul V, (...)
  • 19 À ce propos, cfr Bourlet-Devaux, Mal Saint-Martin.
  • 20 C.S.L., t. 3, p. 118–120. — Baerten, Politique liégeoise Arnoul V, spéc. p. 498.
  • 21 Opinions exprimées en 1312 (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 134. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, (...)
  • 22 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330–334. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 160. — Mathias d (...)
  • 23 Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 212. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 314.

6S’il n’est guère possible de percevoir l’évolution des prérogatives assumées par le mambour sede vacante, de leur nature et de leur nombre, on constate en revanche que ce dernier ne fut pas toujours désigné par les mêmes instances. Entre 1281, date à laquelle on le rencontre pour la première fois16, et 130117, c’est le chapitre de Saint-Lambert et lui seul qui le désigne. Cependant, à la mort de Thibaut de Bar (mai 1312), les circonstances sont quelque peu différentes. En effet, à cette date, nous sommes à l’aube du règne d’Adolphe de la Marck, qui marque l’entrée de Liège dans le monde moderne, et à peine quatre ans plus tard, sera scellée cette paix de Fexhe, où se manifeste pour la première fois de façon explicite le Sens de pays. L’année 1312 verra donc l’affrontement du chapitre de Saint-Lambert et du Sens, puissances antagonistes, à propos de la nomination du mambour. Le premier s’entêtera à promouvoir l’un de ses membres18, certes, mais en fin de compte, ce dernier ayant été tué lors de l’épisode célèbre du Mal Saint-Martin19, c’est le candidat des villes qui prendra illégalement possession de la régence20. Au cours de l’interrègne suivant (1344–1345), le choix du mambour sera empreint d’une plus grande sérénité. Les opinions sous-tendant l’opposition entre les diverses forces de la principauté, ces prétentions surannées du chapitre cathédral à élire l’évêque et, à plus forte raison, son substitut temporel, et les objections de la Cité, qui entend postuler celui qui les conduit à la guerre21, de telles opinions ont fait leur chemin. À en croire Hocsem, le chapitre, qui s’est vu obligé de révoquer certaines nominations d’officiers parce que le peuple n’avait pas été consulté, a retenu la leçon et charge les états de désigner le candidat de leur choix, auquel il conférera volontiers l’investiture22. Avec l’élection d’Eustache Persan de Rochefort, au décès de Jean d’Arckel, on verra encore s’affronter les tréfonciers, qui jugent inutile de se doter d’un mambour puisque le siège épiscopal n’est plus vacant, et les états, qui, par la désignation d’un tutor, entendent bien prouver qu’ils participent de jure à cet acte politique majeur. Finalement, ce sont ces derniers qui obtinrent satisfaction, signifiant, si besoin était, que désormais le chapitre allait devoir compter avec eux23.

  • 24 Poncelet, Guy de Hainaut, p. 531. Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 543–545 (date erronée, à corriger en (...)
  • 25 Cfr p. 478 n. 18. Sur ce personnage, cfr Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 140–141. — Chot-St (...)
  • 26 Il est vraisemblable que ce personnage, châtelain d’Anvers et seigneur de Diest (1296–1333), ait r (...)
  • 27 C.S.L, t. 6, p. 28. Sur Jean II d’Avesnes, cfr p. 471 n. 55.
  • 28 Ibid. ; t. 2, p. 341–342. Henri de Louvain, seigneur de Herstal (1253–† 1285), est le fils de Gode (...)
  • 29 R.C.L., t. 1, p. 149. Sur ce personnage, cfr p. 164 n. 306.
  • 30 À ce propos, cfr nos développements dans Marchandisse, « Tout apparoilié », p. 49–50.
  • 31 R.C.L., t. l, p. 141–144.
  • 32 C.S.L., t. 2, p. 529–531 (revendication de la mambournie dès la mort de Jean de Flandre).
  • 33 Cfr p. 478 n. 20.
  • 34 Cfr p. 478 n. 22. Cfr encore Id., t. 4, p. 28–30, 33. Louis de Looz-Agimont est le petitfils du co (...)
  • 35 Cfr 1402, p. 351–352. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 284–285. — Jean d’Outremeuse, Chro (...)
  • 36 Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 212–213. — Corneele de Zantfliet, Chronicon, col. 314. — (...)
  • 37 R.C.L., t. 1, p. 465–469. — 1402, p. 378–379. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 40–41. — Corneille de Zan (...)

7Il est à peine besoin de souligner que, dans un climat où, à défaut d’hostilité, règne l’émulation, chaque mambour présente un profil spécifique, qui est largement fonction de l’instance qui l’a désigné. Cependant, en cette matière, le chapitre cathédral ne semble pas avoir suivi une ligne de conduite bien précise. Certes, en 1291, en toute logique, une majorité de chanoines concède presque simultanément l’évêché à Guy de Hainaut et la mambournie à Jean d’Avesnes, frère de l’élu24. Tout aussi normalement, en 1312, le chapitre portera son choix sur Arnould de Blankenheim, son prévôt, doté d’une personnalité hors du commun25, puis sur Gérard de Diest26, que Thibaut de Bar connaissait probablement. En revanche, après la mort de Jean d’Enghien, l’un des deux mambours désignés — le second est le comte de Hainaut27, sans doute chargé de surveiller son collègue, et inversement — est Henri de Louvain, membre de la Maison de Brabant28. En 1302, il en est exactement de même, avec, cette fois, le duc Jean II de Brabant29, en personne. Il y a, dans ces deux derniers choix, une motivation qui nous échappe complètement. En effet, tout membre de la famille de Brabant était traditionnellement associé au sac de Liège (1212) et, par suite, détesté. En outre, en désignant Jean II de Brabant, qui avait gravement restreint les droits épiscopaux sur Maastricht, quelques années plus tôt30, et s’était allié, par la suite, à Hugues de Chalon31, dont le nom même était honni à Liège, le chapitre de Saint-Lambert n’était pas loin de promouvoir un ennemi véritable. Peut-être faut-il d’ailleurs voir dans une telle inconséquence l’une des raisons pour lesquelles, dès 1312, l’ensemble de la population exigea un droit de regard sur le choix du mambour. Pour ce qui est des états, en revanche, les critères établis pour la désignation du régent n’ont guère varié. Ils soutinrent de préférence un membre de la famille de Looz, à laquelle ils s’étaient alliés à plusieurs reprises. En 1312, le comte Arnould V qui, en 1295, avait renoncé à ses prétentions à la mambournie32, ce qui, d’ailleurs, donne à penser qu’il avait quelque raison de la revendiquer, oublia sa promesse et s’empara de la fonction, avant d’y renoncer à nouveau33. Son successeur, Louis de Looz-Agimont (1344–1345)34 appartenait, lui aussi, à la filiation des comtes de Looz. Dans la suite, les états se tournèrent vers un lignage apparenté aux Looz-Agimont, les Rochefort, avec tout d’abord Jean Ier (1364)35, puis Wautier de Rochefort (1378)36, frères d’Eustache Persan, élu de Liège. Seule la haine suscitée par les trahisons répétées de l’élu pousseront la population de la principauté à abandonner les Rochefort et à se tourner vers celui qui allait devenir son évêque après avoir été son mambour : Arnould de Hornes37.

8Arrivé à ce stade de notre exposé, il importe selon nous de nous poser deux questions importantes : d’une part, était-il vraiment indispensable de prévoir un pouvoir de substitution durant le sede vacante et, en particulier, de nommer un mambour, et, d’autre part, quel fut l’apport réel de celui-ci ?

  • 38 La charte de franchise octroyée aux Hutois, en 1066, par l’évêque de Liège, se faisait déjà l’écho (...)

9À la première question, nous ne pouvons répondre que par l’affirmative. En effet, le départ définitif de l’évêque de Liège et peut-être plus exactement le fait que la fonction et les immenses responsabilités qu’elle incarnait ne sont plus exercées, créent quasi systématiquement un climat propice à tous les débordements, à tous les excès, voire même à toutes les atteintes au pouvoir épiscopal, tant de la part des forces internes à la principauté que des instances supérieures38.

  • 39 C.S.L., t. 1, p. 266–267.
  • 40 Id., t. 2, p. 344–346. L’argument du silence qu’invoque Baerten, Les droits des empereurs, p. 58, (...)

10Ainsi constatons-nous que l’archevêque de Cologne profite du décès d’Hugues de Pierrepont pour conférer certaines prébendes canoniales39. Dans un même ordre d’idées, nous savons que le souverain germanique, s’il renonça solennellement à son droit de régale, en 1215, ne désigna pas moins, à la mort d’Hugues de Pierrepont puis de Jean d’Eppes, un vice temporibus, qui exerça les fonctions de mayeur de Liège durant un certain temps et en profita pour distribuer quelques échevinats40.

  • 41 Cfr référence p. 479 n. 30.
  • 42 Cfr p. 129–130 et n. 103.
  • 43 Cfr 1402, p. 375–379. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 41–43. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 7 (...)
  • 44 Cfr Baerten, Politique liégeoise Arnoul V, p. 496–499.
  • 45 1402, p. 351. — Corneille de Zantflet, Chronicon, col. 284. Sur ce personnage, cfr p. 451 et n. 20 (...)
  • 46 Ibid.

11Les dynastes voisins de la principauté ne furent pas longs, eux non plus, à percevoir tout le bénéfice qu’ils pouvaient retirer de la vacance du pouvoir épiscopal. C’est tout particulièrement vrai pour le duc de Brabant qui, nous l’avons déjà dit, profita de la mort de Jean de Flandre et d’un long interrègne de quatre ans, pour léser grandement l’évêque de Liège dans son autorité sur la ville de Maastricht41. De la même façon, la lutte pour le titre épiscopal qui mit aux prises Guillaume de Savoie et Otton d’Everstein sera une occasion idéale pour quelque intrusion du duc dans les affaires de la principauté42. Il multipliera encore les coups de main en terre liégeoise alors que les débuts du grand Schisme empêchaient toute résolution rapide et définitive de la succession de Jean d’Arckel43. À l’image de son homologue brabançon, le comte de Looz se montra tout aussi remuant. Nous pourrions évoquer le rôle essentiel que joua Arnould V au cours de la période qui suivit la mort de Thibaut de Bar44. Par ailleurs, Arnould de Rummen, prétendant à la couronne comtale de Looz, nous est décrit par les chroniqueurs comme choisissant expressément le sede vacante pour tenter de s’emparer définitivement de la terre qu’il convoitait45. Il n’est pas inutile de préciser qu’à cette occasion, Englebert de la Marck, nouvellement transféré sur le siège archiépiscopal de Cologne, qu’il n’avait pas encore rejoint, et qui résidait alors à Maastricht, aurait pu intervenir. Cependant, il se borna à souhaiter que la principauté ne souffre pas des violences d’Arnould de Rummen et, en évêque de Liège qu’il n’était déjà plus, il resta en dehors du conflit46.

  • 47 C.S.L., t. 1, p. 254–256. — Closon, Les événements politiques.
  • 48 Diplomata... Wilhelmi de Hollandia, p. 213–214. — R.O.P.L., p. 43–44.
  • 49 Cfr Berlère-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 509. — R.C.L., t. 1, p. 345–346. — C.S.L., t. 4, p (...)
  • 50 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 134–136. — 1402, p. 262–264. — G.A.T., t. 2, p. 245–246. — C.S.L., t (...)

12À l’instar des princes et souverains étrangers, certains groupes sociaux de la principauté mettront également à profit la vacance du pouvoir épiscopal pour tenter de grappiller, de-ci de-là, quelque parcelle de cette liberté d’action qui, en temps normal, était strictement limitée par le prince. Le sede vacante est d’ailleurs traditionnellement la période au cours de laquelle se forment et se reforment les ligues urbaines. En 1229, le roi des Romains Henri (VII) condamnera celles nouées au décès d’Hugues de Pierrepont ainsi que les pillages et débordements afférents47. Guillaume de Hollande procédera de la même manière à l’égard des troubles que favorisa l’interrègne entre Robert de Thourotte et Henri de Gueldre48. Quant à Englebert de la Marck, il se voit obligé d’abréger son séjour à Avignon, de regagner en toute hâte son nouveau pays, où la révolte gronde, et de prier Clément VI d’intervenir en sa faveur, ce que le pape fera d’ailleurs de bonne grâce49. Epoque d’alliances urbaines, la vacance est également celle des troubles sociaux. Un seul exemple suffira et il est de taille : le Mal Saint-Martin, cette célèbre nuit du 3 au 4 août 1312, au cours de laquelle le patriciat liégeois fut décimé par le petit peuple en furie, soutenu par les chanoines de Saint-Lambert50.

  • 51 C.S.L., t. 2, p. 354–355 ; t. 6, p. 34, 272–273. Le record des droits du chapitre de Saint-Lambert(...)
  • 52 De Saint-Génois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103. — C.S.L., t. 6, p. 29–30.

13Ferment de stabilité, le chapitre de la cathédrale de Liège n’en est pas moins constitué d’hommes, qui, eux aussi, connaissent tout le prix de l’absence du prélat. Aussi Jean de Flandre ne cessera-t-il, durant son règne, de réclamer les profits de la justice ecclésiastique, tous ces revenus issus de l’apposition du sceau de l’officialité sede vacante51. Une fois payées les dépenses consenties pour la garde de l’évêché, le chapitre de Saint-Lambert était tenu de livrer le solde au prélat et il ne fait aucun doute que cet argent lui serait bien venu à point, ne fût-ce que pour rembourser le montant des frais que réclamés par le mambour qui officiait avant son arrivée à Liège52.

  • 53 Signalons, par exemple, que, le 13 décembre 1344, est excommunié le receveur qui avait été établi (...)
  • 54 1402, p. 380–381.

14En effet, si le régent est investi d’un pouvoir extrêmement large, afin d’assurer au mieux le maintien de la cohésion nationale et des prérogatives princières, étant en droit de lever tous les revenus du prélat à venir et de faire usage du trésor épiscopal53, il dispose également des moyens les plus efficaces pour faire fortune, tout en ruinant le futur évêque de Liège. Dans une telle situation, on comprend parfaitement que tous ceux qui s’étaient maintenus dans la stricte légalité aient conçu une vive animosité à l’égard du mambour qui, au pire, constituait un poids pour la principauté plutôt qu’un soutien, et, au mieux, soit une pâle figure dont l’action, réduite à la portion congrue, ne laissa aucune trace, soit un fonctionnaire grassement rétribué pour une tâche dont il se moquait. De ce point de vue, l’attitude des Liégeois à l’égard du mambour Arnould de Hornes est tout à fait significative. Là où les multiples déplacements d’un évêque de Liège ne semblent soulever aucune protestation, ceux d’Arnould de Hornes, qui est alors à la fois mambour à Liège et détenteur d’un siège épiscopal à Utrecht, et néglige la première de ces tâches pour la seconde, provoquèrent l’indignation. Arnould est peut-être évêque d’Utrecht mais il n’a pas encore franchi les diverses étapes qui, au bout du compte, feront de lui le dernier prélat liégeois du xive siècle. Il n’est encore que mambour et un mambour gourmand et inefficace que l’on menace tout simplement de destituer et de remplacer par un homme responsable et conscient de sa mission54 !

  • 55 Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78.
  • 56 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 53.
  • 57 Par exemple, 1402, p. 373 : mortuo igitur et sepulto domino Johanne de Erkel episcopo Leodiensi, m (...)

15Dès lors, durant un sede vacante qui va de pair avec une rupture temporaire du pouvoir épiscopal, eu égard aux troubles qu’à chaque fois il y a tout lieu de craindre, face à un mambour sur lequel, en définitive, on ne peut guère compter, les citoyens de la principauté ne sont qn'errantes velut grex sine pastore55. Attestant, en compagnie d’Hemricourt, que nuls paiis ne soie puet, en tranquilliteit, govemeir, ne en fait de guere, sens aulcun sangnour ou soverain, nient plus que ly corps sens chief56, ils n’ont d’autre recours que de solliciter instamment la désignation de celui qui, sans doute en sont-ils convaincus, sera le seul capable de ramener le calme : l’évêque57.

***

  • 58 Selon le titre du maître-livre de Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi, dont Giesey, Le roi ne meurt (...)

16En guise de synthèse, nous dirons qu’il n’est guère de situation dans laquelle le prélat liégeois n’est pas en mesure d’exercer son autorité. Qu’il soit à l’étranger ou qu’il arpente son domaine, il ne se départit pas vraiment des responsabilités qu’il détient et ne fait que déléguer certaines d’entre elles à des mambours (lieutenants) qui ne sont guère actifs mais qui, néanmoins, appartiennent, pour la plupart, au cercle restreint des familiers du prince. Seules des circonstances exceptionnelles — la mort, la translation, la déposition — le mettent hors d’état de régner. Malheureusement, dirons-nous, le prélat liégeois ne dispose pas de deux corps et il ne peut être dit de lui qu’il ne meurt jamais58.

17À ces périodes plus ou moins longues de rupture fait pendant l’action sede vacante du chapitre de Saint-Lambert et du mambour mais, manifestement, ni l’un ni l’autre ne sont capables de respecter la tâche qui est la leur, ni ne sont en mesure de maîtriser les situations conflictuelles qui systématiquement se font jour. En cette matière, sans doute manque-t-il au premier l’unicité de la personne épiscopale. Quant au second, il pâtit à l’évidence du fait qu’il ne pourra jamais être qu’un « prélat laïc », qu’« un évêque au temporel », dépourvu de cette efficacité que confèrent l’excommunication, l’interdit et, plus largement, les importantes prérogatives religieuses d’un évêque. Cependant, rien ne lui sera jamais plus préjudiciable que l’absence de l’investiture, de la confirmation et de la consécration, ces sanctions impériale, pontificale et divine sans lesquelles personne, pas même un élu, ne sera jamais l’égal d’un évêque.

18Que ces divers pouvoirs de substitution ne soient jamais parvenus à assumer une gestion saine de l’État liégeois sede vacante, ni à dissoudre le pouvoir épiscopal, que la population de la principauté, privée de stabilité, se soit tournée vers celui dont elle espérait la venue la plus prompte, n’est-ce pas la preuve de l’inefficacité et du caractère inadéquat d’un gouvernement collégial à Liège au bas moyen âge ? N’est-ce pas aussi la preuve que dans la cité mosane, à la même époque, le seul régime politique possédant quelque solidité réside dans le pouvoir monocratique et sacralisé d’un homme qui peut parfois, successivement voire simultanément, être craint, haï et tellement souhaité ? N’est-ce pas enfin la preuve que l’évêque de Liège fut et resta, tout au long des xiiie et xive siècles, l’épicentre de l’État liégeois ?

Notes

1 Sur ces questions, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 163–166. Cfr encore, tout récemment et en particulier pour l’époque moderne et contemporaine, Post-Robbins, When illness strikes the leader.

2 Cfr p. 467 n. 28.

3 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103.

4 Id., p. 330. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 159. — Marchandisse, Rupture, p. 69.

5 Le comte de Hainaut Jean II d’Avesnes fut nommé mambour sede vacante le 27 octobre 1291 (Poncelet, Guy de Hainaut, p. 531), un à deux mois avant l’élection de son frère Guy. Il perdra son poste et sera chargé de la lieutenance par l’élu le 25 janvier 1292 (Id., p. 533–535). L’élection de Guy de Hainaut, qui met fin à la vacance, a donc provoqué une mutation de fonction. De même, en 1378, le chapitre de Saint-Lambert refusa la désignation d’un mambour parce qu’Eustache Persan de Rochefort avait été élu et que cela s’avérait dès lors superflu (Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 212. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, coi. 314).

6 Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 469–471.

7 C’est le cas pour Robert de Thourotte (1er novembre 1239—ca 3 août 1240), Henri de Gueldre (16 octobre 1246–26 septembre 1247), Jean de Flandre (24 août 1281–9 juin 1282) et Adolphe de la Marck (fin mai 1312–13 mai 1313). En revanche, la cooptation — un évêque fait en sorte qu’à sa mort sa succession revienne à l’un de ses parents —, qui est la seule forme d’hérédité que peut connaître la fonction épiscopale, raccourcit sensiblement le sede vacante (cfr Jean d’Eppes qui succède à Hugues de Pierrepont un peu plus d’un mois après le décès de celui-ci, il est vrai dans des circonstances qui nécessitaient une élection rapide). Sur tout ceci, cfr p. 121–125.

8 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 65. Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 344–346 ; t. 3, p. 118–120, 131–132 ; t. 6, p. 28. — R.O.P.L., p. 43–44, 148–149.

9 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 65.

10 C.S.L., t. 2, p. 117–118, 344–346, 453–454. — [Jean de Hocsem, Chronicon, p. 104. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 85. — Tongerlo, p. 54], — R.O.P.L., p. 275–277. — R.C.L., t. 1, p. 427–432. — deprez, Politique castrale, p. 525. Cfr également supra, p. 355.

11 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 113. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 84 n. 3.

12 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 66. — Cfr p. 469 n. 45.

13 Ibid.

14 Id., p. 65.

15 Id., p. 66.

16 C.S.L., t. 2, p. 341–342.

17 R.C.L., t. 1, p. 149.

18 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 134–135. — 1402, p. 262–263. — Baerten, Politique liégeoise Amoul V, p. 496–498. Cfr infra, p. 479 n. 25.

19 À ce propos, cfr Bourlet-Devaux, Mal Saint-Martin.

20 C.S.L., t. 3, p. 118–120. — Baerten, Politique liégeoise Arnoul V, spéc. p. 498.

21 Opinions exprimées en 1312 (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 134. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 155–157).

22 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330–334. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 160. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 113.

23 Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 212. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 314.

24 Poncelet, Guy de Hainaut, p. 531. Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 543–545 (date erronée, à corriger en 20 novembre 1291, R.C.L., t. 1, p. 128 n. 1) et supra, p. 471 n. 55.

25 Cfr p. 478 n. 18. Sur ce personnage, cfr Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 140–141. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 61.

26 Il est vraisemblable que ce personnage, châtelain d’Anvers et seigneur de Diest (1296–1333), ait remplacé Arnould de Blanckenheim, car le 1er août 1317, son frère — Arnould de Diest — donne quittance à l’évêque et à son chapitre, de certaines dépenses, en particulier celles faites dans le cadre de la mambournie sede vacante (C.S.L., t. 3, p. 173). Il était cependant apparenté au comte de Looz (par alliance). Un Jean de Diest appartenait à la suite de Thibaut de Bar lors de l’expédition italienne (Bowsky, Henry VII in Italy, p. 229 n. 4). Il s’agit peut-être du frère de Gérard, Jean, seigneur de Diest (1333–1340) et évêque d’Utrecht (1322–1340, Strubbe-Voet, De chronologie, p. 312), qui n’apparaît pas dans les chartes concernant les seigneurs et la ville de Diest entre février 1310 et le 8 mars 1313. Sur ces personnages, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 95–97. — De Sturler, Diest, p. 139–141, 174–178, 184–185. — Chronicon Diestense, p. 403–409. — Stallaert, Chartes Diest, p. 195–220. Selon 1402, p. 268, le chapitre de Saint-Lambert confia également la mambournie au comte Englebert II de la Marck, frère d’Adolphe. S’agit-il d’un mambour sede vacante ou plutôt du lieutenant d’Adolphe ? Sur ce comte, cfr p. 178 n. 398.

27 C.S.L, t. 6, p. 28. Sur Jean II d’Avesnes, cfr p. 471 n. 55.

28 Ibid. ; t. 2, p. 341–342. Henri de Louvain, seigneur de Herstal (1253–† 1285), est le fils de Godefroid, comte de Louvain († 1253), et de Marie de Baucignies, fille d’Arnould IV d’Audenarde († ap. 24 août 1293) et le petit-fils du duc Henri Ier de Brabant. Cfr Yans, Herstal-Wandre, p. 491. — Poncelet, Paix de lignage, p. 209–210. — Collart-Sacré, Seigneurie Herstal, t. 1, p. 37. — Lequarré, Herstal, p. 86. — Von Isenburg, Stammta-feln, t. 2, tabl. 8.

29 R.C.L., t. 1, p. 149. Sur ce personnage, cfr p. 164 n. 306.

30 À ce propos, cfr nos développements dans Marchandisse, « Tout apparoilié », p. 49–50.

31 R.C.L., t. l, p. 141–144.

32 C.S.L., t. 2, p. 529–531 (revendication de la mambournie dès la mort de Jean de Flandre).

33 Cfr p. 478 n. 20.

34 Cfr p. 478 n. 22. Cfr encore Id., t. 4, p. 28–30, 33. Louis de Looz-Agimont est le petitfils du comte Jean Ier de Looz, le neveu d’Arnould V et le beau-frère de Gérard de Diest (cfr p. 479 n. 26). Il fut avoué de Hesbaye, par alliance, de 1339 à 1346. Cfr de Bormanponcelet, Tableaux, p. 292. — Stinissen, Heren van Lummcn en Peer vóór 1350, p. 6–9. — Roland, Agimont, p. 264 (à consulter avec prudence).

35 Cfr 1402, p. 351–352. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 284–285. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 191. — G.A.T., t. 2, p. 328. Jean de Rochefort était marié à une Looz-Agimont. À son propos, cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 293, 354. — Roland, Rochefort, p. 395–400. — Id., Agimont, p. 266.

36 Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 212–213. — Corneele de Zantfliet, Chronicon, col. 314. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 40.

37 R.C.L., t. 1, p. 465–469. — 1402, p. 378–379. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 40–41. — Corneille de Zantflet, Chronicon, col. 315. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 79–80. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 214.

38 La charte de franchise octroyée aux Hutois, en 1066, par l’évêque de Liège, se faisait déjà l’écho de cette sombre perspective puisqu’il y est déclaré que lorsque l’évêque décède en temps de paix, les bourgeois de la ville, en toute bonne foi et sagesse, prendront soin du château au moyen des revenus de la ville, et ce jusqu’à l’investiture complète de son successeur (Joris, Huy et sa charte de franchise, p. 37, 40, 43, 47. — Id., Ville de Huy, p. 481–482).

39 C.S.L., t. 1, p. 266–267.

40 Id., t. 2, p. 344–346. L’argument du silence qu’invoque Baerten, Les droits des empereurs, p. 58, pour appuyer sa conviction, selon laquelle les empereurs se sont emparés des revenus de la monnaie durant le sede vacante, fonctionne aussi bien dans l’autre sens. Pour notre part et pour les raisons développées p. 448–452, nous ne pensons pas que ce droit impérial était encore appliqué aux xiiie–xive siècles.

41 Cfr référence p. 479 n. 30.

42 Cfr p. 129–130 et n. 103.

43 Cfr 1402, p. 375–379. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 41–43. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 76–78. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 213. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 314. — Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, p. 252–256.

44 Cfr Baerten, Politique liégeoise Arnoul V, p. 496–499.

45 1402, p. 351. — Corneille de Zantflet, Chronicon, col. 284. Sur ce personnage, cfr p. 451 et n. 202.

46 Ibid.

47 C.S.L., t. 1, p. 254–256. — Closon, Les événements politiques.

48 Diplomata... Wilhelmi de Hollandia, p. 213–214. — R.O.P.L., p. 43–44.

49 Cfr Berlère-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 509. — R.C.L., t. 1, p. 345–346. — C.S.L., t. 4, p. 30–31. Un cas particulier : en mars 1345, l’avoué de Thuin profite de la vacance pour s’emparer des revenus levés dans la châtellenie de Thuin et qui appartiennent en fait à l’évêque, donc au chapitre de Saint-Lambert sede vacante (Id., t. 4, p. 33).

50 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 134–136. — 1402, p. 262–264. — G.A.T., t. 2, p. 245–246. — C.S.L., t. 3, p. 128–129. — Bourlet Devaux, Mal Saint-Martin.

51 C.S.L., t. 2, p. 354–355 ; t. 6, p. 34, 272–273. Le record des droits du chapitre de Saint-Lambert sede vacante, daté du 27 décembre 1281, déclare que, certes, le chapitre peut lever tous les revenus épiscopaux, mais précise également que s’il reste une somme d’argent après les dépenses et frais occasionnés par la vacance, elle doit revenir au nouvel évêque (Id., t. 2, p. 345–346).

52 De Saint-Génois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103. — C.S.L., t. 6, p. 29–30.

53 Signalons, par exemple, que, le 13 décembre 1344, est excommunié le receveur qui avait été établi de façon illicite par le mambour et qui spoliait les revenus de la mense épiscopale (Id., t. 4, p. 28–29. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 332–334). On reprochera également à Wauthier de Rochefort de passer plus de temps à amasser une véritable fortune qu’à remplir la mission pour laquelle il avait été nommé (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 307–308).

54 1402, p. 380–381.

55 Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78.

56 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 53.

57 Par exemple, 1402, p. 373 : mortuo igitur et sepulto domino Johanne de Erkel episcopo Leodiensi, magistri civitatis suggesserunt et supplicaverunt capitulo ut eligerent novum episcopum.

58 Selon le titre du maître-livre de Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi, dont Giesey, Le roi ne meurt jamais, constitue le prolongement.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search