Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Troisième partie. Itinérance et vacance du pouvoir

Chapitre premier. Déplacements et brèves ruptures du pouvoir

Texte intégral

Ipse quoque amarus animo Hoium revertitur, vocatisque munitionis custodibus, et eis valefaciens, natale solum vult repetere, diocesim derelinquens. Quod videns Thomas archidiaconus, vir boni consilii : « Cur », ait, « pater, sic recedis ? Certe etsi improvisus duci non potes resistere, tempus adhuc veniet, quo in eum gravius poteris prevalere ». His igitur animatum verbis episcopum reducens in oppidum delinivit. — Triumphus Steppes, p. 175.

1Dire de l’évêque de Liège qu’il voyage beaucoup est un euphémisme. 11 semble bien en effet que c’est à cela qu’il consacre l’essentiel de son temps, lui qui arpente son domaine de long en large et gagne l’étranger où l’appellent ses devoirs de prince d’Empire et de lieutenant du pape.

  • 1 B.F., p. 61–62, no 213. — Kempf, Regestum Innocenta III papae, p. 56. Andernach (R.F.A., L. Rhénan (...)
  • 2 Cfr p. 118 et n. 26–29.
  • 3 B.F., p. 65–66, 87, 181, no 219, 225, 275, 703a. — B.F.W.Z., p. 6, no 34. — Renier de Saint-Jacque (...)
  • 4 B.F., p. 201–202, 703–704, 733–735, no 814, 3874, 3877–3879, 4035a, 4038–4040, 4046. — Renier de S (...)
  • 5 B.F., p. 201–202, 703–704, 733–735, no 814, 3874, 3877–3879, 4035a, 4038–4040, 4046. — Renier de S (...)
  • 6 B.F., p. 251, 253–254, no 1102, 1115. — Pertz, Leges, t. 2, p. 234–237.
  • 7 Cfr Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 124. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 119. — Gesta abbreviata,(...)
  • 8 Potthast, Regesta pontificum romanorum, t. 2, p. 994–995, 997, no 11721, 11722, 11733. — Schoolmee (...)
  • 9 Cfr p. 147–148. — 1402, p. 172–173 (Aix, novembre 1248). — Chronica regia Coloniensis, p. 297–298 (...)
  • 10 Cfr p. 149 n. 217.
  • 11 Cfr B.R., p. 22–23, 37–40, no 15, 18, 21, 100–102, 110, 114. — Lacomblet, Urkundenbuch, t. 2, p. 3 (...)
  • 12 Cfr p. 150–151 et n. 221, 222, 224.
  • 13 Cfr B.R., p. 124–125, no 440–442. — PERTZ, Leges, t. 2, p. 403–406. — Schoolmeesters, Rudolphe de (...)
  • 14 Cfr p. 284.
  • 15 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 153–154. — 1402, p. 274. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 1 (...)
  • 16 Cfr p. 178, 181, 189–190, 197 (voyages liés à la désignation pontificale des évêques).

2Ainsi, très souvent, rencontrons-nous l’évêque Hugues de Pierrepont aux côtés du souverain germanique ou parmi ses partisans, dans l’une ou l’autre ville allemande. Le 28 juillet 1200, il se trouve entre Andernach et Coblence, où il négocie pour le compte d’Otton IV, roi des Romains1. En 1201, 1202, 1209 et 1213, il est signalé à Montpellier, sur le chemin de Rome, où il est cité à comparaître devant Innocent III2, à Cologne, Maastricht, Brunswick, Spire ainsi qu’à Coblence3. En 1214, il se joindra à Frédéric II lors des sièges de Fauquemont et de Juliers4, avant de prendre part, à Aix, à plusieurs couronnements royaux (1215, 1222, 1227)5 et à diverses diètes d’Empire (à Francfort, en avril 1220, notamment6). Enfin, en novembre 1215, il réside à Rome, où se tient le quatrième concile du Latran7. Deux de ses successeurs connaîtront un périple comparable au sien. En effet, Robert de Thourotte se rendra lui aussi à un concile, celui de Lyon I (juin-juillet 1245)8. Quant à Henri de Gueldre, il ne cesse de se dévouer à la cause impériale et tout particulièrement à celle de son cousin, le roi des Romains Guillaume de Hollande. Aussi, dans les années 1247–1255, le trouvons-nous mentionné un très grand nombre de fois dans le sillage de ce roi9, avant de gagner l’Angleterre où il fait allégeance au successeur de Guillaume, Richard de Cornouailles10. Membre de la cour de Rodolphe de Habsbourg11, Henri de Gueldre participera enfin au second concile de Lyon (1274)12, où il sera privé de sa charge. Sans aucun souci d’exhaustivité, nous signalerons encore qu’en 1275, Jean d’Enghien se rendra à Lausanne13, dans le but de rencontrer Rodolphe de Habsbourg et le pape Grégoire X, qu’entre 1310 et 1312, Thibaut de Bar participera à l’expédition italienne d’Henri VII de Luxembourg14, tandis que, outre quelque voyage à Francfort pour Adolphe de la Marck15, les quatre derniers prélats du xive siècle feront tous l’aller-retour entre Liège et la capitale des États pontificaux, parfois à plusieurs reprises16.

  • 17 L’évêque participe en personne aux reliefs des fiefs. Cfr infra.
  • 18 Heers, Cour Mahaut d’Artois, p. 12.
  • 19 À Huy, du 2 au 6 janvier [F.A.M., p. 18, 97, 179 (dans F.A.M., les reliefs ne sont pas édités dans (...)
  • 20 Indépendamment des omissions éventuelles du scribe, il réside à Huy et à Moha du 5 au 10 décembre (...)
  • 21 Nous constatons une nette différence entre les années 1350 et 1361, même si, après son départ de L (...)
  • 22 Pour nous en tenir à la seule liaison Liège-Huy et à quelques exemples parmi d’autres, cfr F.A M.,(...)
  • 23 Cfr p. 465 n. 19.
  • 24 Signalons par exemple qu’il ne quitte pas Huy et ses environs du 3 février au 1er avril 1329, du 1 (...)

3Signalé constamment aux quatre coins de la chrétienté, l’évêque de Liège n’en multiplie pas moins les déplacements à l’intérieur de son propre pays. Sans doute est-il difficile, en l’absence de regestes épiscopaux et d’étude préparatoire, d’appréhender de façon nuancée les itinéraires des prélats liégeois. Néanmoins, certains documents comme les registres de la cour féodale permettent de se faire une idée assez précise des pérégrinations d’un Adolphe ou d’un Englebert de la Marck, par exemple17. Sans pour autant parler d’errance perpétuelle18, on doit conclure, à l’analyse de ces documents, que le pouvoir épiscopal liégeois, durant la première moitié du xive siècle, est véritablement itinérant. Toutefois, cette évidence doit être nuancée. Nous constatons en effet que les déplacements épiscopaux connaissent des cadences très différentes selon qu’ils se situent tout au début ou à l’extrême fin de chaque règne. Ainsi, si l’on peut estimer qu’en 1317, Adolphe de la Marck, qui vient de succéder à Thibaut de Bar et est alors âgé de vingt-huit, vingt-neuf ans, séjourna au moins quatre-vingts jours en dehors de Liège, soit près d’un jour sur quatre19, il apparaît en revanche qu’à la fin de sa vie, par exemple durant la période qui s’étend entre le 18 janvier 1341 et le 25 décembre 1341, le même Adolphe, qui s’éteindra à peine trois ans plus tard, à cinquante-six ans, ne quitte plus guère Liège : six jours seulement seront consacrés au relief des fiefs, dans diverses localités de la principauté20. Sous un autre aspect et indépendamment des injures du temps qui, évidemment, affectent aussi l’itinéraire d’Englebert21, les deux la Marck, qui n’hésitent pas à parcourir, en une même journée, les quelque quarante kilomètres qui séparent Liège de Huy22, semblent préférer les séjours de moyenne durée, de quelques jours seulement, dans telle ou telle localité liégeoise, aux voyages éclairs ou très longs23. Bien entendu, cette observation ne vaut que pour les périodes de relative stabilité politique. En temps de guerre, la situation devient tout autre. Ainsi, de janvier 1325 à avril 1332, alors que la rupture est totale entre la Cité de Liège et le prince, celui-ci n’apparaîtra plus dans cette ville et séjournera, pour l’essentiel, à Huy, une ville dont il ne s’éloigne d’ailleurs pas beaucoup24.

4À l’issue de cette brève analyse de deux itinéraires épiscopaux, il importe de localiser les principaux lieux de séjour des princes-évêques et de nous interroger sur les raisons d’être de ce que nous avons appelé l’itinérance du pouvoir épiscopal liégeois.

  • 25 Heers, Cour Mahaut d’Artois, p. 13.

5En cette dernière matière, nous sommes tenté d’affirmer avec J. Heers25, qu’il s’agissait là à la fois d’une nécessité absolue et d’un fait de société. De fait, l’évêque de Liège n’est pas le seul à faire usage de ce qui apparaît comme un véritable procédé d’affirmation du pouvoir. Il le partage au contraire avec la plupart des princes de son temps. Avec raison, ceux-ci ont vu dans cette présence à la fois intermittente et cyclique auprès de leurs sujets, dans cette matérialisation de l’autorité qu’ils incarnent, un moyen efficace voire unique, de renforcer les liens d’obéissance et, sans doute, dans le cas du prélat liégeois, une possibilité séduisante d’allier relief de fiefs et visite pastorale à la surveillance directe de ses auxiliaires locaux.

  • 26 Sur les résidences princières, domaine de recherche en pleine efflorescence, nous renverrons simpl (...)
  • 27 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 144–145. Cfr F.A.M., p. xxiv-xxv. Signalons également que Hugues (...)
  • 28 Id., p. 230–231. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 83. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 81. — Ponce (...)
  • 29 C’est le cas pour Englebert de la Marck en 1346–1347 (F.E.M., p. 221–224, 226–232, 235) et pour Je (...)
  • 30 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 191, 242–243. — F.E.M., p. 351, 380, 694. Sur Aulne, lieu (...)
  • 31 Cfr delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 422–423. — Poncelet, Maréchaux, p. 212. — (...)
  • 32 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 85. — Poncelet, Actes Hugues de Pierre-pont, p. 88–89. — Id.,(...)
  • 33 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 42–43. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 171–172. — C.S.L. (...)
  • 34 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 11, 64–65. — Cossé-durlin, Cartulaire Saint-Nicaise Reims, p. 3 (...)
  • 35 Dresser une simple liste des documents épiscopaux établis à Huy et à Liège reviendrait à mentionne (...)

6Pour ce qui est à présent des résidences épiscopales26, nous nous tournerons une nouvelle fois vers Jacques de Hemricourt, dont les propos, bien que s’appliquant à l’extrême fin du xive siècle, sont largement confirmés par la documentation antérieure27. Outre Anhaive, qui sera la résidence de prédilection de l’évêque Jean de Flandre28, située à la frontière des Etats namurois de son père Guy de Dampierre, et Maastricht, centre de crise où le prélat se retire lorsqu’il connaît de sérieuses difficultés avec ses sujets liégeois29, le prince de Liège dispose principalement de douze résidences, appelées aussi chapelles. Traditionnellement, c’est dans celles-ci qu’il recevra l’hommage de ses vassaux et elles lui serviront également de gîte, de point de chute. Parmi elles, certaines semblent tomber progressivement en désuétude. C’est le cas notamment pour la domus que l’évêque se réservait dans l’enceinte de l’abbaye d’Aulne30. D’autres comme Moha31, Fosses32, Tongres33 et Seraing 34, qui sert de maison de campagne au prélat, dans la banlieue liégeoise, ne seront visitées que sporadiquement. En fin de compte, deux résidences se distinguent tout particulièrement : Huy et Liège35.

  • 36 Sur Huy, résidence épiscopale, et son château, cfr Joris, Ville de Huy, p. 140–141, 143–144, 460. (...)
  • 37 Sur ces évêques (1042–1048 ; 1145–1164), cfr Id., Series episcoporum, p. 71–72, 78–79.
  • 38 Joris, Ville de Huy, p. 140–141,460.
  • 39 Jean d’Eppes s’y réfugie au début de son règne (cfr p. 124), tout comme Jean de Flandre, en 1284/1 (...)

7Il n’est guère besoin de préciser combien la ville de Huy joua un rôle capital dans l’histoire liégeoise. Située dans un site réputé inexpugnable, elle accueillera, dès le haut moyen âge, des évêques36 comme Wazon et Henri II de Leez37, lequel y fait construire un premier palatium38. Objet de toutes les convoitises au cours du xiie siècle, Huy ne deviendra pas seulement le lieu de séjour par excellence de l’évêque des xiiie-xive siècles, il sera également ce refuge dans lequel il s’engouffre systématiquement lorsque quelque soulèvement urbain le force à quitter Liège39.

  • 40 Cfr Gislebert de Mons, Chronicon, p. 65. — Liège et son Palais, p. 25–97, spéc. p. 55–57.
  • 41 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 69. — Joris, Trêve de Dieu, p. 529. — Poullet, Droit criminel, p (...)
  • 42 Selon Brühl, Capitale et résidence, p. 199–200, monarchie itinérante et capitale s’excluent mutuel (...)

8Principale résidence épiscopale, Liège l’est assurément, mais, de toute évidence, son rôle ne se réduit pas à cela. Siège du palais épiscopal, qui fait l’émerveillement de Gislebert de Mons40, elle est aussi celui de l’église la plus illustre du diocèse, de cette cathédrale dans laquelle repose saint Lambert, le saint patron du peuple liégeois et le propriétaire céleste de l’Église de Liège. En outre, c’est à Liège exclusivement que se réunissent la Paix ou l’Anneau du Palais, ces juridictions d’exception étroitement liées à la personne épiscopale41. Liège crée donc le paradoxe, celui d’être le centre nerveux, la capitale d’un État dont le chef exerce un pouvoir itinérant42.

  • 43 Cfr Ourliac, Résidence Évêques, p. 582–583, qui signale qu’au xve siècle, un voyage de un ou deux (...)

9Celui-ci mis à part, la fonction épiscopale porte encore en elle un second paradoxe. Elle est détenue par un homme qui voyage beaucoup, certes, mais qui, néanmoins, remplit les fonctions dont il a été investi, en personne ou par le biais d’un entourage choisi pour ses compétences. Elle est exercée par un prélat qui n’aura jamais aucune commune mesure avec ces cardinaux avignonnais pour qui la non-résidence est chose commune, par un évêque qui, selon le droit canonique et en dépit de l’itinérance de son autorité, fait résidence43.

10Nous terminerons ce premier chapitre par quelques développements à propos des divers moyens utilisés, dans l’État liégeois, afin de prévenir les incidents que pouvaient éventuellement engendrer les absences plus ou moins longues de l’évêque.

  • 44 Cfr p. 322–323, 328–329.
  • 45 Seule la mambournie sede vacante a été étudiée, dans le cadre d’un mémoire de licence en Histoire (...)

11Qu’il réside en principauté ou qu’il soit absent, en particulier lorsqu’il se sait dans l’incapacité d’appliquer lui-même la double autorité dont il est investi, l’évêque de Liège a toujours la possibilité de nommer un lieutenant. Telle est bien, en fin de compte, la fonction, au spirituel, des vices agentes ou regentes in spiritualibus et in pontificalibus, vicaires généraux et suffragants44. Telle sera également la mission de celui qui porte explicitement le titre de lieutenant ou, plus généralement, celui de mambour45.

  • 46 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 68, 85–86.
  • 47 R.O.P.L., p. 156–157 (paix de Fexhe). Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 552 ; t. 3, p. 222, 297. — R.O.P (...)
  • 48 Poncelet, Guy de Hainaut, p. 533–535. — R.C.L., t. 1, p. 128–131. — Ficker, Reichs-Archives zu Pis (...)

12Au dire d’Hemricourt46, qui s’étend longuement et fort à propos sur les divers types de mamboumies liégeoises, les pouvoirs du lieutenant sont limités. Certes, si le prince le souhaite, il sera permis à son représentant de désigner l’ensemble des officiers épiscopaux relevant du domaine séculier. Cependant, il ne pourra conférer les échevinats qu’en vertu d’une commission spéciale de l’évêque, dûment actée et signée. En outre, si celui-ci vient à mourir ou à quitter définitivement son poste durant la lieutenance, le détenteur de celle-ci ne pourra plus désigner ni les mayeurs, ni les échevins. La nomination des premiers est suspendue jusqu’à l’arrivée du nouvel évêque tandis que celle des échevins est dévolue à un autre mambour, le mambour sede vacante. Pour le reste, le lieutenant apparaît véritablement comme le substitut du prélat. Ainsi, dans les textes de paix, l’évêque prend-il des engagements en son nom propre comme en celui de son lieutenant éventuel, tandis que les autres parties contractantes ont soin de notifier qu’elles sont en droit de réclamer l’application des décisions aussi bien au prince qu’à son lieutenant47. L’évêque lui délègue son pouvoir féodal et la connaissance des causes ressortissant ad forum nostrum generale, et l’autorise à jouir des revenus épiscopaux48.

  • 49 Gilles D’orval, Gesta, p. 117 et, sur ce personnage, ici-même, p. 115 n. 11.
  • 50 Cfr p. 379 et n. 435, 436. Selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 117, Johannes (de Bar) preficitur i (...)
  • 51 La situation durant l’absence de Thibaut de Bar semble assez confuse. En effet, Alard de Pesches, (...)
  • 52 Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 156, 158–159. — 1402, p. 275–276. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t (...)
  • 53 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83 et Tongerlo, p. 41, déclarent qu’il agit quasi mamburnus. À so (...)
  • 54 Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 162. Sur ce personnage, cfr p. 385 et n. 479–482.
  • 55 Pour Jean d’Avesnes, cfr R.C.L., t. 1, p. 128–131. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 533–535 (23 janv (...)

13Durant les xiiie-xive siècles, l’évêque de Liège nomma bon nombre de lieutenants, généralement choisis, pour cette fonction de la plus haute importance, en théorie tout au moins, dans la propre famille du prélat ou parmi ses plus proches collaborateurs. Ainsi, par exemple, Hugues de Pierrepont, convoqué par Innocent III, confia-t-il la « régence » au principal artisan de son élection, son cousin le comte Baudouin de Hainaut-Flandre49. De la même façon, Thibaut de Bar et peut-être également Hugues de Chalon, qui ne peuvent gagner immédiatement leurs États parce qu’ils ne sont pas en mesure d’acquitter les services dus à la chambre apostolique, ou encore Adolphe de la Marck, sans doute au cours de l’un de ses nombreux voyages en Westphalie ou à la cour de Philippe de Valois, déléguèrent à Liège leur propre frère50. Lorsqu’il prendra part à la Romfahrt d’Henri VII de Luxembourg, Thibaut de Bar portera encore son choix sur Alard de Pesches51, lequel sera ultérieurement reconduit dans ses fonctions par Adolphe de la Marck52. Par ailleurs, il semble bien que Guy de Dampierre ait agi en lieutenant de son fils Jean de Flandre, même s’il n’en porta peut-être pas le titre53, tandis que c’est Coune de Lontzen qu’Englebert de la Marck, retenu à Avignon, dépêcha en hâte dans une principauté qui commençait à s’agiter dangereusement54. Enfin, Guy de Hainaut, cet élu de Liège qui espérait bien être confirmé par Boniface VIII et qui, pour ce faire, multiplia les voyages à Rome, délégua ses pouvoirs temporels à ses deux frères, Jean II d’Avesnes, comte de Hainaut, et Bouchard, évêque de Metz55.

  • 56 Ficker, Reichs-Archives zu Pisa, p. 90–91. Selon toute vraisemblance, il s’agit de Henri, vicomte (...)
  • 57 À moins que l’acte d’août 1324, qui condamne le mambour, ne concerne Warnier Ier, son fils pourrai (...)

14À côté de tous ces mambours qui, à coup sûr, présentaient le profil requis pour exercer la lieutenance, il en est d’autres, en revanche, dont la nomination ne s’explique pas. Tels sont notamment Henri de Cuyck, qui succède à Alard de Pesches, à la demande expresse de Thibaut de Bar56, et divers lieutenants désignés par Adolphe de la Marck, Warnier II de Daules et Jean de Heers, notamment57.

  • 58 Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 477.
  • 59 Cfr p. 324 et n. 82.
  • 60 Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 63–65.

15Pour les remplacer durant leur absence, les évêques de Liège ne s’appuyèrent pas uniquement sur des lieutenants. En certaines circonstances qu’il est assez difficile d’appréhender, ils réunirent également des commissions chargées de gérer collégialement le temporel ou le spirituel de l’évêché. En 1298, à l’instar d’Henri II de Leez qui, au xiie siècle, avant de gagner l’Italie, avait conféré la disponendi et agendi potestas à plusieurs vices episcopales58, Hugues de Chalon confia les responsabilités vicariales à un comité formé de quatre clercs59. Quant à Englebert de la Marck, absens lui aussi, il se fit remplacer au temporel par trois de ses conseillers60.

  • 61 C’est tout particulièrement vrai pour Alard de Pesches, sous le règne d’Adolphe de la Marck. Cfr p (...)
  • 62 R.O.P L., p. 296.
  • 63 Id., p. 352–353.
  • 64 F.A.M., p. xxviii-xxix.

16De la part de tous ces lieutenants qui détenaient de très lourdes responsabilités et étaient souvent intimement liés au souverain liégeois, on pressent une intense activité. Pourtant, il n’en est rien, tant s’en faut. À cela, bien entendu, une raison principale : le caractère temporaire de leur mission. En fin de compte, sans doute est-ce de la méfiance qu’il convient de percevoir dans l’attitude de ces évêques qui renoncèrent à la liberté que leur aurait apportée un second installé à demeure, une méfiance suscitée par l’un ou l’autre d’entre eux, qui n’hésitèrent pas à s’ériger en rival du prince, ni à semer le trouble61. C’est ce qui transparaît, à notre avis, au travers de l’attitude des prélats liégeois face à l’instauration d’une lieutenance féodale. Dès 1355, en effet, la loi nouvelle décide que désormais, l’évêque pourra se faire suppléer lors des reliefs de fiefs62. Or, cette décision, rappelée en 138663, ne sera suivie d’effet que plus d’un demi-siècle plus tard, sous le règne de Jean de Heinsberg64.

  • 65 Nous serions tenté de dire, à l’instar de Guillemain, Cour pontificale, p. 90–94 : « là où est l’é (...)

17Au vrai, compte tenu de la personnalité des évêques du xive siècle, il ne nous semble pas erroné de penser qu’ils ont préféré se déplacer en compagnie de la responsabilité dont ils étaient investis65, plutôt que de maintenir ou de titulariser un lieutenant dont l’action risquait de les léser gravement. L’évêque incarne son Eglise et n’entend partager cette prérogative avec personne.

  • 66 Analyse dans Lejeune, L’enlèvement de Jean de Flandre. Isabelle de Luxembourg († 1298), fille du c (...)
  • 67 Cfr p. 377–378, pour les rapports entre Jean de Flandre et son père.

18Nous ne voulons pas passer au sede vacante avant d’avoir évoqué brièvement deux ultimes cas de figure dans lesquels l’évêque de Liège est absent de ses États. Au premier, le droit liégeois trouvera la parade. Pour le second, rien n’est prévu, ce qui n’est d’ailleurs pas étonnant puisqu’il s’agit, en l’occurrence, de cette circonstance tout à fait exceptionnelle dans laquelle l’évêque de Liège est enlevé. Un seul prélat est concerné par ce type de mésaventure : Jean de Flandre. Aux environs d’avril 1289 et durant quelques mois, cet évêque sera retenu prisonnier, selon toute vraisemblance à l’instigation de sa belle-mère66. Quel fut celui qui, à cette occasion, prit possession des rênes de l’État liégeois ? Nous n’en savons rien. Cependant, il semble logique de supposer que le père de l’infortuné prélat, le comte de Flandre Guy de Dampierre, si actif à Liège sous le règne de son apathique rejeton comme après le décès de celui-ci, tenta de s’immiscer dans la gestion de la principauté, soit personnellement, soit par personne interposée67.

  • 68 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 67–68.
  • 69 Ibid.
  • 70 Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 326–328.

19Dernière situation dans laquelle, par la force des choses, l’évêque de Liège n’est pas en mesure de gouverner : lorsque, pour cause de différend avec son peuple, il part en exil. En la circonstance, il est prévu que les bonnes villes et le reste du pays, avec ou sans l’accord du chapitre de Saint-Lambert, désigneront à nouveau un mambour, qui, pour l’occasion, sera également appelé capitaine68. Ce dernier n’aura jamais officiellement qu’un pouvoir strictement limité, bien plus que celui du lieutenant puisque à la différence de celui-ci, il ne peut désigner les officiers et se borne à exercer des fonctions de chef d’armée. La nomination d’un capitaine constitue déjà une entorse à la règle selon laquelle il ne peut y avoir d’autres mambours que ceux désignés par l’évêque ou élus dans le cadre du sede vacante. Aussi, la désignation des officiers par le capitaine ne pourrait-elle se faire que par la force et dans la violence : elle n’est donc pas licite. Telle est l’opinion d’Hemricourt69. Cependant, en 1375, il est précisé, dans l’acte de nomination d’un capitaine, que celui-ci détient la justice épiscopale ainsi que la nomination et la destitution des officiers, et qu’il peut jouir des revenus du prélat liégeois. Seule entrave à sa toute-puissance : une équipe de conseillers dont il devra suivre les avis70.

  • 71 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 160, évoque encore la nomination d’un mambour désigné par l’oppositio (...)
  • 72 Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 135–138. — Roland, Rochefort, p. 394–395.
  • 73 Il fut mambour en 1373 et 1375. Cfr 1402, p. 365, 368. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 24, 26. — Mathia (...)
  • 74 1402, p. 370–371. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 27. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 130–132. — Jean (...)

20Durant les xiiie et xive siècles, il n’y eut guère qu’un seul capitaine71, Wauthier de Rochefort72, désigné à deux reprises, alors que, dans le même temps, Jean d’Arckel quittait Liège pour Maastricht73. Tous ceux qui avaient contribué à sa désignation regrettèrent amèrement leur choix. Le clergé se vit honteusement rançonné tandis que la population dans son ensemble dut supporter cet homme qui n’assumait pas ses responsabilités, qui s’efforçait de prolonger le plus possible une mission qui lui apportait de confortables rentrées et une autorité tout aussi appréciable, et fut en outre à l’origine de multiples troubles74. La mambournie de Wauthier de Rochefort illustre donc parfaitement ce qui apparaîtra de façon encore bien plus manifeste lors du sede vacante, à savoir que l’absence de l’évêque, à la tête de l’État liégeois, est tout simplement synonyme de chaos.

Notes

1 B.F., p. 61–62, no 213. — Kempf, Regestum Innocenta III papae, p. 56. Andernach (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat) ; Coblence (id.).

2 Cfr p. 118 et n. 26–29.

3 B.F., p. 65–66, 87, 181, no 219, 225, 275, 703a. — B.F.W.Z., p. 6, no 34. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 98–99. — Bôhmer, Acta, p. 206. Spire (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat) ; Brunswick (R.F.A., L. Basse-Saxe).

4 B.F., p. 201–202, 703–704, 733–735, no 814, 3874, 3877–3879, 4035a, 4038–4040, 4046. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 123. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 119. — De Borman, Cartulaire Maastricht, p. 31–33. — Bôhmer, Acta, p. 280. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 230–231.

5 B.F., p. 201–202, 703–704, 733–735, no 814, 3874, 3877–3879, 4035a, 4038–4040, 4046. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 123. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 119. — De Borman, Cartulaire Maastricht, p. 31–33. — Bôhmer, Acta, p. 280. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 230–231.

6 B.F., p. 251, 253–254, no 1102, 1115. — Pertz, Leges, t. 2, p. 234–237.

7 Cfr Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 124. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 119. — Gesta abbreviata, p. 134. — Foreville, Latran, p. 392.

8 Potthast, Regesta pontificum romanorum, t. 2, p. 994–995, 997, no 11721, 11722, 11733. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 67–68.

9 Cfr p. 147–148. — 1402, p. 172–173 (Aix, novembre 1248). — Chronica regia Coloniensis, p. 297–298 (Allemagne, 1249). — B.F., p. 922, 944, 963, 981, no 4888, 5026, 5152, 5258 (Worringen, octobre 1247 ; Mons, novembre 1250 ; Cologne, mars 1253 ; Anvers, mai 1255). — Diplomata... Wilhelmi de Hollandia, p. 28–31, 78–80, 120–123, 133– 134, 182–183, 201–211 (Neuss, octobre 1247 ; Aix, septembre 1248 ; Neuss, mars 1249 ; Mayence, juillet, 1249 ; Mons, novembre 1250 ; Pleitzenhausen, août 1251). — Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 66, p. 298–299 (Aix, juin 1248). — Paquay, Regestes Marcuald de Modène, p. 255 (Aix, octobre 1248). — Eltester-görz, Urkundenbuch mittelrheinischen Territorien, t. 3, p. 858 (Coblence, juillet 1252). — Hardy, Supplément Henri de Gueldre, no 19, 20 (Cologne, mai 1253). — Lacomblet, Urkundenbuch, t. 2, p. 208, 210–211 (Cologne et Neuss, mai et novembre 1253). Worringen (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie), Mons (Belgique, pr., arr. et comm. Mons), Anvers (Belgique, pr., arr. et comm. Anvers), Neuss (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie), Pleitzenhausen (R.F.A., Rhénanie-Palatinat).

10 Cfr p. 149 n. 217.

11 Cfr B.R., p. 22–23, 37–40, no 15, 18, 21, 100–102, 110, 114. — Lacomblet, Urkundenbuch, t. 2, p. 373–374, 384–385. — C.S.L., t. 2, p. 226–228. — R.O.P.L., p. 61. — Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 3, p. 38–39 (Aix, octobre 1273 ; Haguenau, février 1274). — Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, p. 1–4. Haguenau (France, dép. Bas-Rhin).

12 Cfr p. 150–151 et n. 221, 222, 224.

13 Cfr B.R., p. 124–125, no 440–442. — PERTZ, Leges, t. 2, p. 403–406. — Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, p. 12–14.

14 Cfr p. 284.

15 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 153–154. — 1402, p. 274. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 169. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 202–204 (1315).

16 Cfr p. 178, 181, 189–190, 197 (voyages liés à la désignation pontificale des évêques).

17 L’évêque participe en personne aux reliefs des fiefs. Cfr infra.

18 Heers, Cour Mahaut d’Artois, p. 12.

19 À Huy, du 2 au 6 janvier [F.A.M., p. 18, 97, 179 (dans F.A.M., les reliefs ne sont pas édités dans l’ordre chronologique ; l’énoncé des pages s’efforce donc de restituer la chrochronologie)] ; id., du 25 au 29 janvier (Id., p. 182, 183) ; id., du 1er au 8 février (Id., p. 183, 97–99, 183, 99) ; à Huy, Waremme, Waroux et Maastricht, les 16, 18 et 21 février (Id., p. 185, 114) ; à Huy, le 1er et du 2 au 11 mars (Id., p. 116, 187, 116, 187–188) ; à Seraing, le 16 mars, Tongres, les 19 et 20 mars, Franchimont, le 23 mars, Huy, les 27 et 28 mars ainsi que le 11 avril (Id., p. 188, 103, 189, 105, 188–189) ; à Seraing, le 16 avril et à Huy, du 19 au 23 avril, du 28 avril au 5 mai, le 13 mai et du 21 mai au 4 juin (Id., p. 190–194, 207, 194– 195) ; à Tongres, du 19 au 23 juin et à Huy du 29 juin au 9 juillet (Id., p. 195–197), à Franchimont, le 14 juillet, Seraing, le 14 et le 26 août, Saint-Trond, le 15 octobre et Huy, le 19 octobre (Id., p. 206, 198, 105), et, du 13 au 21 novembre, à Seraing, Dinant, Halloy et à nouveau Seraing (Id, p. 199–200). Waroux [Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Ans (Alleur)], Halloy (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Ciney)].

20 Indépendamment des omissions éventuelles du scribe, il réside à Huy et à Moha du 5 au 10 décembre 1341 (Id., p. 473–474).

21 Nous constatons une nette différence entre les années 1350 et 1361, même si, après son départ de Liège (1364), Englebert régnera encore plusieurs années à Cologne (F.E.M., p. 353–390 ; 706–737 — contrairement à F.A.M., dans F.E.M., les reliefs sont classés chronologiquement). Cfr encore un essai de restitution de l’itinéraire de l’évêque dans GENON, Fiefs Englebert de la Marck, p. 16–27.

22 Pour nous en tenir à la seule liaison Liège-Huy et à quelques exemples parmi d’autres, cfr F.A M., p. 31, 109 (13 septembre 1314), 368, 339 (11 avril 1333). — F.E.M., p. 294–295 (8 juillet 1348), 486–487 (7 juin 1353).

23 Cfr p. 465 n. 19.

24 Signalons par exemple qu’il ne quitte pas Huy et ses environs du 3 février au 1er avril 1329, du 19 mai au 26 juin 1329 et du 18 novembre 1329 au 16 mars 1330 (F.A.M., p. 322, 347, 346, 347, 322, 347, 322, 323, 347, 323 ; 348, 325, 324, 327, 325, 326, 349, 326, 327, 349, 328, 349, 328 ; 329, 328, 349, 350, 329, 350, 330, 331, 351, 330, 351, 352, 331, 352) et sa présence à Liège, à deux reprises seulement, les 24 janvier 1329 et 2 avril 1330 (Id., p. 321, 385).

25 Heers, Cour Mahaut d’Artois, p. 13.

26 Sur les résidences princières, domaine de recherche en pleine efflorescence, nous renverrons simplement à deux articles pionniers, Ewig, Résidence et capitale et Brühl, Capitale et résidence, ainsi qu’au récent recueil Fürstliche Residenzen. Il convient en outre de se reporter à une revue spécialement consacrée à ce thème, Mitteilungen der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1991 et sv.

27 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 144–145. Cfr F.A.M., p. xxiv-xxv. Signalons également que Hugues de Chalon est décrit dans 1402, p. 240, comme un homme mitis et humanus sepe in suis capellis in sua persona missam canebat.

28 Id., p. 230–231. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 83. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 81. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 504, 528–529. — Badot, Anhaive, p. 18–19. — F.A.M., p. XLII. — deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 6. Anhaive (Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comm. Jambes).

29 C’est le cas pour Englebert de la Marck en 1346–1347 (F.E.M., p. 221–224, 226–232, 235) et pour Jean d’Arckel dans les années 1370 (Raoul de Rivo, Gesta, p. 24–25. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 126–127. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 303. — 1402, p. 365, 367. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 73–74. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 198). Sur Maastricht, résidence épiscopale, cfr Wouters, Résidences princières Maastricht, p. 145–150.

30 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 191, 242–243. — F.E.M., p. 351, 380, 694. Sur Aulne, lieu de séjour épiscopal, cfr Arnould, Aulne, spéc. p. 4, 16 n. 26. Aulne (Belgique, pr. Hainaut, arr., comm. Thuin).

31 Cfr delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 422–423. — Poncelet, Maréchaux, p. 212. — F.A.M., p. 145, 146, 166, 165, 13, 166, 19, 102, 101, 20, 21, 251, 301, 304, 71, 315, 323–325, 412, 386, 392–395, 355–357, 356, 358, 384, 338, 366, 368–369, 371, 344, 375, 379, 375, 413–414, 377, 378, 419–420, 425, 433, 438, 453–454, 463, 473–475, 398, 397, 406, 410, 411. — F.E.M., p. 109, 116, 120, 128, 130, 131, 133, 134, 143–145, 212, 222, 225, 229, 243, 285, 309, 313, 316, 327–330, 379, 632. — Hansotte, Inventaire Neufmoustier, t. 1, p. 131. — deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 47–53. — Wégnez, Comtes de Dasbourg, p. 145–147.

32 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 85. — Poncelet, Actes Hugues de Pierre-pont, p. 88–89. — Id., Chartes Oignies, t. 1, p. 68, 80. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 64. — Barbier, Géronsart, p. 241. — Gilles D’orval, Gesta, p.128. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 84–85. — Lambot, Fête-Dieu à Fosses, p. 215. — Baix, Première célébration de la Fête-Dieu, p. 159, 161, 162, 164. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 109. — 1402, p. 247–248. — F.A.M., p. 223, 53, 58, 84, 283, 422. — F.E.M., p. 391. — deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 22–26. — despy, Tonlieu et marché à Fosses-la-Ville, p. 91–94. — Broze, Fosses, p. 72–80, spéc. p. 74–78.

33 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 42–43. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 171–172. — C.S.L., t. 3, p. 181–183 ; t. 6, p. 55, 302–304. — F.A.M., p. 126, 138, 139, 109, 147, 174, 172, 174, 103, 189, 105, 195, 217, 230, 44, 233, 234, 44, 421, 435. — F.E.M., p. 260–261, 404, 447, 711,714, 732. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 17.

34 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 11, 64–65. — Cossé-durlin, Cartulaire Saint-Nicaise Reims, p. 329. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 47, 157. — F.A.M., p. 123, 10, 160, 95, 36, 35, 144, 188, 190, 198–200, 209, 119, 91, 249, 86–87, 80, 291, 383, 372. — F.E.M., p. 277, 382–384, 488, 522, 525, 526, 528, 532–535, 537–538, 553, 556, 557, 593, 595–597, 603, 606, 609, 611, 621, 632, 633, 637–638, 642, 649, 650, 655, 656, 680, 681, 683–685, 687, 688, 710, 722, 732, 734. — deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 59–60. Les autres résidences sont Dinant, Couvin, Thuin (cfr Satinet, Thuin, p. 66, 76), Halloy, Franchimont. Signalons encore la maison de l’évêque à Cologne (C.S.L., t. 1, p. 494–496, 538–540 ; t. 2, p. 151–152) et le château détenu à Cler mont-sous-Huy par Adolphe de la Marck (Id., t. 3, p. 391–393, 408–411). Clermont-sous-Huy (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Engis).

35 Dresser une simple liste des documents épiscopaux établis à Huy et à Liège reviendrait à mentionner une bonne part de la production diplomatique des évêques des xiiie-xive siècles.

36 Sur Huy, résidence épiscopale, et son château, cfr Joris, Ville de Huy, p. 140–141, 143–144, 460. — Id., Burgus Huy, p. 193–196. — Id., Visage de Huy, p. 12–27. — Kupper, Notger et l’élection d’Hugues Capet, p. 97, 101–103.

37 Sur ces évêques (1042–1048 ; 1145–1164), cfr Id., Series episcoporum, p. 71–72, 78–79.

38 Joris, Ville de Huy, p. 140–141,460.

39 Jean d’Eppes s’y réfugie au début de son règne (cfr p. 124), tout comme Jean de Flandre, en 1284/1285–1287 (C.S.L., t. 2, p. 384–385. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 74–75. — 1402, p. 225–226) et Adolphe de la Marck, notamment en 1325–1330 (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 172, 176. — 1402, p. 286, 294, 304. — Lévold de Northof, Chronica, p. 70).

40 Cfr Gislebert de Mons, Chronicon, p. 65. — Liège et son Palais, p. 25–97, spéc. p. 55–57.

41 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 69. — Joris, Trêve de Dieu, p. 529. — Poullet, Droit criminel, p. 337.

42 Selon Brühl, Capitale et résidence, p. 199–200, monarchie itinérante et capitale s’excluent mutuellement.

43 Cfr Ourliac, Résidence Évêques, p. 582–583, qui signale qu’au xve siècle, un voyage de un ou deux mois, voire une absence de trois mois par an est licite. Par ailleurs, l’évêque qui réside dans le diocèse sans être dans sa cité respecte ses obligations. Cfr aussi Gaudemet, Gouvernement, p. 113–114.

44 Cfr p. 322–323, 328–329.

45 Seule la mambournie sede vacante a été étudiée, dans le cadre d’un mémoire de licence en Histoire aujourd’hui disparu (dû à Madame M.G. Goldenberg, qui nous a communiqué quelques pages (1–11, 13), conservées par hasard, ce dont nous la remercions). Quelques informations dans Harsin, Etudes critiques, t. 2, p. 36. — Bouchat, Tribunal des XXII, p. 65 n. 57. — Pirson, « Sens de pays », t. 1, p. 114–118, 144.

46 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 68, 85–86.

47 R.O.P.L., p. 156–157 (paix de Fexhe). Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 552 ; t. 3, p. 222, 297. — R.O.P.L., p. 126, 178, 190. — R.C.L., t. 1, p. 312. — Piot, Inventaire Namur, p. 209–210.

48 Poncelet, Guy de Hainaut, p. 533–535. — R.C.L., t. 1, p. 128–131. — Ficker, Reichs-Archives zu Pisa, p. 90–91.

49 Gilles D’orval, Gesta, p. 117 et, sur ce personnage, ici-même, p. 115 n. 11.

50 Cfr p. 379 et n. 435, 436. Selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 117, Johannes (de Bar) preficitur in manburnum, tandis que 1402, p. 249–250, déclare qu’il fut désigné par chapitre, Cité et pays comme mambour sede vacante. Compte tenu de la précocité de l’intervention des états (cfr infra, p. 433) et du fait qu’il y avait alors un évêque, nous pensons que Jean de Bar était le lieutenant de son frère plutôt que mambour sede vacante. Sur Jean de Charlon-Arlay, peut-être également lieutenant d’Hugues de Chalon, cfr p. 379 n. 429. Quant à Conrad de la Marck, il fut vices gerens in temporalibus d’Adolphe le 8 août 1330 (Barbier, Géronsart, p. 310–311). Sur ce personnage, cfr p. 382.

51 La situation durant l’absence de Thibaut de Bar semble assez confuse. En effet, Alard de Pesches, quondam mamburnus seu vicarius noster in temporalibus ex certis de causis et legitimis ab officio mamburnie seu vicarie huiusmodi et administracione temporalium admotus, et quem nos admovemus, le 6 juin 1311 (Ficker, Reichs-Archives zu Pisa, p. 90–91), exerce encore ses fonctions un an plus tard, le 23 juin 1312, alors que le décès de Thibaut de Bar n’est pas encore connu à Liège (C.S.L., t. 3, p. 115–117). Alard de Pesches passe pour ne pas avoir su se hisser au-dessus des partis dans le cadre de la guerre des Awans et des Waroux (Mathias de Lewis, Chronicon, p. 89). Sur ce personnage, cfr p. 380 et n. 442–449.

52 Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 156, 158–159. — 1402, p. 275–276. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 206–208.

53 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83 et Tongerlo, p. 41, déclarent qu’il agit quasi mamburnus. À son propos, cfr p. 156 n. 262.

54 Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 162. Sur ce personnage, cfr p. 385 et n. 479–482.

55 Pour Jean d’Avesnes, cfr R.C.L., t. 1, p. 128–131. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 533–535 (23 janvier 1292 ; Jean d’Avesnes fut mambour sede vacante en octobre 1291, Id., p. 531), 549–551. — C.S.L., t. 6, p. 294–299. — Poncelet, Droits de Liège sur Bouillon, p. 134–135. Pour Bouchard, évêque de Metz, cfr C.S.L., t. 2, p. 509–510 (mambour). — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 544–547 (vices gerens). Sur ces personnages, cfr p. 156 n. 258. Cfr encore Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84. — 1402, p. 231. Signalons que Warnier Ier de Daules sera également wardains de le evesquiet de Liege en le temporaliteit le 30 novembre 1293 (Poncelet, Guy de Hainaut, p. 541–543), choisi par les d’Avesnes parce qu’il était l’ennemi de Guy de Dampierre, après avoir été l’un de ses plus proches alliés (Id., p. 515 et n. 1. — De Borman-Poncelet, Tableaux, p. 190 et ici-même, p. 378 et n. 424).

56 Ficker, Reichs-Archives zu Pisa, p. 90–91. Selon toute vraisemblance, il s’agit de Henri, vicomte de Leyde (1260–1319), fils de Thierry de Cuyck, vicomte de Leyde (1242–1254) et de Christina van Oegstgeest, Thierry étant lui-même fils d’Albert (1204–1233) et frère d’Henri III, seigneurs de Cuyck (1233–1254). Henri de Leyde est donc le cousin de Jean Ier, seigneur de Cuyck (1254–1308). Sa nomination tient peut-être à des questions de rapports diplomatiques avec le roi d’Angleterre (?). À son propos, cfr, désormais, Coldeweij, Heren van Kuyc, p. 90, 92–94, et, pour mémoire, WAP, Heeren van Cuyk, p. 128 et passim.

57 À moins que l’acte d’août 1324, qui condamne le mambour, ne concerne Warnier Ier, son fils pourrait bien avoir été lieutenant à cette date (Raikem-Polain, Coutumes, t. 1, p. 483 n. 1. — R.C.L., t. 1, p. 210). Le document du 10 août 1374, éd. dans Id., t. 1, p. 433–434, qui est identique à celui de 1324, est vraisemblablement mal daté. Si Warnier II fut lieutenant, il le devint dans les années 1320 et non en 1374 : il apparaît vraisemblablement comme capitaine en 1329 (C.S.L., t. 3, p. 319 n. 2). Jean de Heers fut peut-être nommé par Adolphe pour faire pièce à Warnier (Id., t. 3, p. 318–319). À leur propos, cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 190, 243. Selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 269–272, Jean l’Aveugle, roi de Bohème, fut également lieutenant d’Adolphe de la Marck (1338)(sur ce personnage, cfr p. 236 n. 101).

58 Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 477.

59 Cfr p. 324 et n. 82.

60 Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 63–65.

61 C’est tout particulièrement vrai pour Alard de Pesches, sous le règne d’Adolphe de la Marck. Cfr p. 471 n. 52.

62 R.O.P L., p. 296.

63 Id., p. 352–353.

64 F.A.M., p. xxviii-xxix.

65 Nous serions tenté de dire, à l’instar de Guillemain, Cour pontificale, p. 90–94 : « là où est l’évêque, là est l’Église de Liège », y compris dans un sens géographique.

66 Analyse dans Lejeune, L’enlèvement de Jean de Flandre. Isabelle de Luxembourg († 1298), fille du comte Henri le Blondel, est la seconde épouse de Guy de Dampierre.

67 Cfr p. 377–378, pour les rapports entre Jean de Flandre et son père.

68 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 67–68.

69 Ibid.

70 Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 326–328.

71 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 160, évoque encore la nomination d’un mambour désigné par l’opposition à Adolphe de la Marck en 1314. Il s’agit du comte Louis de Chiny, futur Louis IV de Looz. Cfr Baerten, Politique liégeoise Arnoul V, spéc. p. 501. Cfr aussi p. 472 n. 57 (Warnier II de Daules).

72 Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 135–138. — Roland, Rochefort, p. 394–395.

73 Il fut mambour en 1373 et 1375. Cfr 1402, p. 365, 368. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 24, 26. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 127. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 73. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 303. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 199. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 326–328.

74 1402, p. 370–371. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 27. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 130–132. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 74. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 304–305, 307–308. —Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 204, 208. Signalons encore que la troisième paix des XXII constitue en quelque sorte une absolution pour Wauthier de Rochefort (R.O.P.L., p. 337).

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search