Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Deuxième partie. Exercice du pouvoir

Chapitre 2. Les auxiliaires du pouvoir

Texte intégral

[...] ambassiatores civium Leodiensium [...], per Conradum de Lonsinis et Conradum de Altena, ballivum de Moha, et ceteros familiares domini episcopi in regno Francie capti sunt et deducti ultra Renum. Tunc Iohannes Gilardi canonicus Leodiensis, qui de consilio domini episcopi erat et eius officialis et de robis suis, contra ipsum episcopum ivit ad curiam, et dominus Antonius de Bugella, canonicus Leodiensis, pro episcopo in curia eius procurator et defensor stetit tamquam fortis athletha, ipsum episcopum et suos adherentes strennuissime defendendo.Lévold de Northof, Chronica, p. 71–72.

  • 1 Gautier Map, Contes pour les gens de cour, p. 79. Sur cet auteur, cfr l’introduction de Id., p. 5– (...)

1« Moi aussi, avec la même surprise, je puis dire que je suis à la cour, que je parle de la cour et que, Dieu le sait, je ne sais pas ce qu’est la cour. [...] Elle est, il est vrai, temporelle, changeante et variée, localisée et nomade, car elle ne reste jamais dans le même état ». Jamais sans doute les affirmations de l’écrivain anglais Gautier Map1, à propos de la cour d’Henri II Plantagenêt, n’auront été mieux adaptées qu’à l’entourage au sens large de l’évêque de Liège et à la connaissance que nous pouvons en avoir. En effet, tenter une étude approfondie des auxiliaires de l’autorité épiscopale liégeoise, lesquels, nous l’avons déjà dit, font partie intégrante des instruments du pouvoir (chapitre 1), mais sont bien trop importants pour ne pas mériter un chapitre tout entier, une telle étude, disions-nous, est loin d’être une sinécure, et ce pour diverses raisons.

2Nous rencontrons tout d’abord une difficulté de taille dès lors qu’il s’agit de circonscrire l’objet de notre propos. Il va sans dire que la situation la plus confortable pour nous serait de pouvoir envisager un nombre limité de personnages exerçant des fonctions déterminées dans un cadre précis et étroit, qui serait connu par exemple sous l’appellation de « conseil privé ». Malheureusement, pour la période qui nous occupe, il n’est pas plus de conseil privé officiellement établi que de nombre limité de conseillers.

  • 2 Rappelons quelques enseignements du chapitre précédent. Nous avons tout d’abord constaté l’absence (...)
  • 3 À ce propos, on se reportera, entre autres, à Bovesse, Personnel administratif Namur. — Baerten, I (...)

3L’entourage de l’évêque de Liège est à l’image de bon nombre d’institutions liégeoises du moyen âge : informe, mouvant2, difficilement perceptible parce qu’aux premiers stades, sinon de son développement, du moins de son institutionnalisation et, partant, en retard par rapport aux hôtels, chambres et autres conseils de la plupart des principautés et royaumes occidentaux3.

  • 4 Il convient donc d’appliquer exclusivement à l’extrême fin du moyen âge et même plutôt à l’époque (...)
  • 5 Il faut attendre les xviexviie siècles pour voir se développer une législation véritable à cet ég (...)
  • 6 R.C.L., t. 1, p. 137–138. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 313–314.
  • 7 R.O.P.L., p. 330.
  • 8 Cfr p. 391–392, 394–395 et passim.
  • 9 Cfr n. 7.

4L’absence d’une institution clairement établie va évidemment de pair avec un véritable désert législatif, voire procède de lui. En effet, en amont de toute la procédure élaborée à l’époque moderne et à partir de laquelle il est extrêmement dangereux d’extrapoler et de tirer des conclusions pour le moyen âge, même finissant4, les textes apportant l’une ou l’autre précision sur l’organisation du conseil de l’évêque sont rarissimes. À notre connaissance, trois documents seulement peuvent être mentionnés5. Un premier statut, datant de 1299, renouvelé en 1338, émanant de la Cité de Liège et souscrit par le collège des échevins, interdit aux bourgeois d’être à la fois membres du conseil de la Cité et de celui de l’évêque6. Pas plus que les deux textes précédents, la première paix des XXII (2 décembre 1373)7 n’est riche d’informations. Visant à mettre un terme à l’habitude qu’avait prise Jean d’Arckel de recruter son personnel au sein de sa famille et parmi ses compatriotes8, elle stipule simplement que, désormais, l’évêque de Liège aura soin de choisir bonnes gens et sages, delle nation del pays9. Avec des textes aussi peu circonstanciés, il est bien sûr tout à fait impossible de déterminer le nombre exact des conseillers épiscopaux. Impossible et aussi, sans doute, inutile. Il est en effet probable que ce nombre était à l’image de l’institution tout entière, c’est-à-dire fluctuant.

  • 10 Cfr Hansotte, Inventaire des archives Conseil privé, p. 18–22. — Fairon, Inventaire Chambre des co (...)
  • 11 Il ne faut pas s’attendre à trouver dans les pages qui suivent des études comparables à celle, mag (...)

5Troisième entrave à une bonne connaissance du conseil épiscopal : la carence en documents issus de la pratique de cette assemblée. Nous devons en effet déplorer l’absence de procès-verbaux, ceux des hypothétiques réunions d’un entourage épiscopal. Les archives du conseil privé de Liège ne concernent d’ailleurs que l’époque moderne10. Il n’y a donc, en conséquence, aucune commune mesure entre l’étude des auxiliaires de l’évêque de Liège et une autre, relative, par exemple, aux divers services de la papauté d’Avignon ou de tout autre Etat doté de riches collections archivistiques11.

  • 12 Si parfois la terminologie se fait très précise, par exemple lorsque Lévold de Northof, Chronica, (...)
  • 13 Ce constat est fait par Guillemain, Cour pontificale, p. 240–241, à propos de grandes figures card (...)
  • 14 En cette matière, le règne d’Hugues de Pierrepont semble constituer un terme. Sur les 280 actes de (...)
  • 15 Cfr les études désormais classiques de Lemarignier, Gouvernement royal (987–1108). Bournazel, Go (...)
  • 16 Les listes de témoins des xiiiexive siècles doivent être utilisées avec prudence car ne peuvent ê (...)

6Enfin, outre l’imprécision décourageante des sources12 et la difficulté de reconstituer des biographies satisfaisantes13, malgré une documentation publiée massive et d’une grande richesse, une dernière réalité rend plus aléatoire encore l’étude prosopographique du personnel épiscopal : la raréfaction des souscriptions d’actes, la disparition progressive, dans le courant du xiiie siècle14, de ces listes de témoins qui, à maintes reprises, ont permis de reconstituer avec précision les entourages politiques du haut moyen âge15. Cette technique étant difficilement applicable dans notre cas16, une seule méthode subsiste : relever dans un maximum de documents en rapport avec la principauté de Liège, tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, par leur titre ou par leur action du moment, semblent entretenir des rapports privilégiés, de proximité, avec le souverain liégeois.

  • 17 Il ne sera pas ici question des douze pairs de Saint-Lambert, dont le rôle de conseiller épiscopal (...)
  • 18 Ce titre est emprunté à l’excellent ouvrage de Molitor, Fonction royale en Belgique, p. 157 (titre (...)
  • 19 La brève introduction qui suit se fonde sur Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 211–289.

7Aussi bien ce deuxième chapitre comprendra-t-il trois paragraphes. Après une brève introduction relative à l’entourage épiscopal aux xie et xiie siècles, nous évoquerons, dans un premier temps, toutes ces catégories de personnes formant le personnel de l’évêque : les archidiacres, les vicaires généraux et les scelleurs, les suffragants, les officiaux et les maréchaux, le personnel administratif et de proximité ainsi que les officiers17. Abandonnant les institutions, nous rechercherons ensuite les hommes, les individus qui se cachent derrière elles et tous ceux qui, sans s’insérer dans un moule quelconque, sans avoir nécessairement de fonction précise, doivent être comptés au nombre de ceux que nous appellerons les « hommes de l’évêque18 ». Enfin, nous évoquerons quelques questions liées à la gestion du personnel épiscopal : la rétribution de celui-ci, les mesures prises en vue de juguler l’arbitraire des officiers, enfin, le processus d’élaboration et de transmission de la décision politique. Mais brossons tout d’abord un tableau succinct de l’entourage épiscopal aux xie et xiie siècles, tel qu’il nous est décrit par J.L. Kupper19.

8Au haut moyen âge, l’évêque de Liège est entouré de deux curiae, l’une restreinte, l’autre plénière.

9La première comporte d’une part les officiers auliques (échanson, sénéchal, chambrier) auxquels s’ajoutent quelques nobles ainsi que des ministeriales ou membres de la familia sancti Lamberti, d’autre part les chapelain et vicaire épiscopaux — respectivement officier de la chapelle du palais épiscopal et remplaçant du prélat absent — et les principaux dignitaires ecclésiastiques de la ville de Liège. Formant le proche entourage de l’évêque, ces curiales episcopi aident celui-ci à remplir ses obligations spirituelles et temporelles, et pèsent sur ses actes comme sur ses décisions.

10La curia plénière, quant à elle, est constituée de la curia restreinte, augmentée des dignitaires nobles et ecclésiastiques du diocèse, et forme ce que l’on appelle le synode épiscopal mixte qui est convoqué deux fois par an par le prélat. Cette vaste assemblée détient une compétence très large, comparable à celle de la curia d’un prince territorial et liée à tout ce qui relève du pouvoir épiscopal (administration, gouvernement, enseignement, justice gracieuse et contentieuse).

  • 20 Ce processus trouve une expression originale dans 1’O.S.L., éd. Marchandisse, p. lxii, où, aux com (...)

11Toutefois, sous l’influence conjuguée d’un processus de territorialisation, du déclin du système de l’Église impériale et de l’effacement progressif de l’autorité royale, la seconde moitié du xiie siècle voit un amenuisement de la curia épiscopale et une déliquescence du synode mixte20. Seul conserve encore une réelle vitalité le proche entourage de l’évêque, sa curia restreinte. Pour l’essentiel, ce sont ses composantes, plus précisément tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, participent au quotidien de l’évêque qui font l’objet des pages qui suivent.

***

A. Le personnel épiscopal

1. Archidiacres

  • 21 Sur l’archidiaconat en général et sur le cas liégeois en particulier, cfr Gaudemet, Gouvernement, (...)

12À l’instar de la plupart des diocèses, Liège comporta au fil du temps un nombre croissant d’archidiaconés. Successivement au nombre de un, deux, trois, six et sept, ils seront enfin huit à partir du xiiie siècle et sont connus sous les appellations d’archidiaconés de Liège — son détenteur exerce le pouvoir archidiaconal sur la Cité, annexé à la prévôté de la cathédrale-, Hesbaye, Condroz, Campine, Brabant, Hainaut, Famenne et Ardenne. À leur tête, l’archidiacre, agent épiscopal chargé d’administrer son ressort au nom de l’évêque et de veiller au maintien de la discipline ecclésiastique21.

13Au cours de la période qui nous occupe, la fonction archidiaconale connut une mutation véritablement radicale. Tant du point de vue de l’autorité qui le nomme que sur le plan de l’activité qu’il déploie, l’archidiacre du xive siècle n’a guère de points communs avec celui du xiiie.

  • 22 Wampach, Urkunden, t. 4, p. 411–412, 414.
  • 23 Sur ces deux archidiacres d’Ardenne, cfr Renardy, Répertoire, p. 190, 193.
  • 24 À leur propos, cfr p. 152 et n. 229 (Thibaut Visconti de Plaisance, le futur Grégoire X) et infra,(...)
  • 25 Voir plus loin Englebert François, Robert de Deutz, Jacques de Moylant, Henri Suderman, désignés p (...)
  • 26 Fayen, Lettres Jean XXII, t. 1, p. 429 (Renaud Orsini) ; t. 2, p. 295–296, 413, 577 (Waléran de Ju (...)
  • 27 Gilles de Rochefort reçut sa prébende à Saint-Lambert des mains d’Englebert de la Marck, son paren (...)

14Durant ce siècle, il apparaît très clairement que c’est l’évêque de Licge qui désigne la plupart des archidiacres. Nous en avons d’ailleurs la preuve irréfutable : le 24 avril 127322, l’évêque Henri de Gueldre concède à Baudouin d'Autre-Église, a domino nostro predicto provisus, l’archidiaconat d’Ardenne vacant suite à la résignation de Baudouin de Rosoux23. Il exercera ses fonctions donec persone ydonee de dicto archidiaconatu duximus providendum. À côté de l’évêque, principal « pourvoyeur » d’archidiacres, le pape ne semble avoir exercé alors qu’une action marginale. Quelques Italiens seulement — Thibaut Visconti, Marcuald de Modène24 — sont mentionnés au xiiie siècle. En revanche, au siècle suivant, la tendance s’inverse complètement. Certes, l’évêque de Liège nommera encore quelques archidiacres25. Toutefois, la majorité des postes liégeois seront attribués, soit en vertu d’une réserve bénéficiale, soit motu proprio26, par une papauté qui — la démarche est classique et bien connue — s’approprie avec avidité un maximum des bénéfices de la chrétienté. Bien entendu, cette intrusion croissante du siège apostolique dans la désignation des archidiacres ne rencontra pas à chaque fois la complète résignation du prélat liégeois. Ainsi, selon toute vraisemblance, le conflit qui mit aux prises Gilles de Rochefort, membre d’une vieille famille noble du diocèse, à Jean de Sèbres, protégé du pape, est-elle la traduction, dans les faits, de la rivalité opposant deux collateurs d’archidiaconats : Englebert de la Marck et Urbain V27.

15Désignés par des autorités rivales, les archidiacres liégeois des xiiie et xive siècles illustrent une triple constante à la tête de l’État liégeois : le rôle essentiel de la famille, celui de la nationalité et une tendance à la pérennisation des fonctions au sein d’un même lignage.

  • 28 de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 461. Sur cet archidiacre (1196–1215), cfr Chot-Stassart, (...)
  • 29 Sur les deux premiers (1202–1229 et 1236–1238/1245–1279), cfr p. 121–122 et n. 48, 133 et n. 125. (...)
  • 30 Sur le second, cfr p. 127 et n. 79. Sur Simon (1222–1233), cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A (...)
  • 31 1196-av. novembre 1207 et 1203–1227. Cfr Renardy, Répertoire, p. 268, 286. — Chot-Stassart, Chapit (...)
  • 32 1224–1225/1241–1244. Il est dit clericus consanguineus episcopi, le 16 mai 1225, par Honorius III (...)
  • 33 Il sera plus particulièrement question de ce personnage, fils d’Otton II, comte de Gueldre et frèr (...)
  • 34 Les archidiacres de Campine et de Condroz Gérard (1262–1313) et Jean de Nassau (1262–1265) sont le (...)
  • 35 Les archidiacres de Condroz et de Hainaut Waléran (1277–1279) et Otton de Juliers (1274–1282) sont (...)
  • 36 Globalement 1260–1281. Consanguineus d’Henri de Gueldre, il scelle en 1277 un acte du prélat dépos (...)
  • 37 Bernard de Garvo (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 141. — Guillemain, Cour pontificale, p. 1 (...)
  • 38 Arnaud, Hugues, Étienne et Audouin sont les fils de ses deux frères ; Pierre de Monteruc, celui de (...)
  • 39 Jean Roger (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 200–201. — Guillemain, Cour pontificale, p. 159 (...)
  • 40 Nicolas de Besse et Guillaume d’Aigrefeuille (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 163, 179–181. (...)
  • 41 Guy de Malesset et Aymar de la Roche (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 171— 172, 187. — Guil (...)
  • 42 Amédée de Saluces (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 172. — Verger, Noblesse et savoir, p. 30 (...)

16Preuve supplémentaire de leur nomination par l’évêque de Liège seul, les archidiacres du xiiie siècle appartiennent en grand nombre à la famille du prélat. Les faits parlent d’eux-mêmes. Ludolphe, archidiacre de Hesbaye, est le neveu d’Albert de Cuyck28. Plusieurs membres de la famille d’Eppes détiendront des fonctions archidiaconales : Jean, le futur évêque, son neveu et homonyme, et Henri, archidiacre de Campine29. Tous trois appartiennent à un lignage qui portera deux de ses membres sur le siège de saint Lambert. Il en va de même pour Simon et Gaucher de Rethel30. Quant aux deux Raoul de Neumagen31, l’oncle et le neveu, et à Jean de Moregny32, ils sont également proches parents d’Hugues de Pierrepont. Henri de Gueldre parvint, lui aussi, à placer plusieurs membres de sa famille à la tête des archidiaconats liégeois, tels Godefroid de Gueldre33, les frères de Nassau34 ou les Juliers35, tous proches cousins de l’évêque, ou encore Englebert d’Isembourg36, qui restera fidèle à Henri, même après la déposition de celui-ci. Au cours du xive siècle, le même phénomène se reproduit, en particulier dans le chef du souverain pontife. Pas moins d’une douzaine de proches des divers papes d’Avignon occuperont un siège archidiaconal liégeois. Parmi eux un cousin de Clément V37, cinq membres de la famille Aubert38, tous neveux d’Inno cent VI, le propre frère de Grégoire XI39, également neveu de Clément VI, et plusieurs parents de ce dernier40, de Grégoire XI41 et de Clément VII42.

  • 43 Hainaut, 1207–1227. Cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6. — Barbier, Documents Waulsort- (...)
  • 44 Famenne, 1192–1207. Cfr Renardy, Répertoire, p. 122–124, spéc. p. 122. Chauvency (France, dép. Meu (...)
  • 45 Campine/Brabant, 1220–1221/1225–1234. Cfr Id., p. 194. Vaux-sous-Laon (France, dép. Aisne).
  • 46 Campine, 1243–1247. Cfr Id., p. 320–321, spéc. p. 320.
  • 47 Le second détient une expectative de prébende à Saint-Lambert à la demande d’Adolphe de la Marck ((...)
  • 48 Sur ceux-ci (deux Orsini pour la Campine, auxquels s’ajoute un troisième, archidiacre de Famenne ; (...)
  • 49 Quelques exemples parmi d’autres : (1) Bertrand de Déaux, (2) Étienne de Poissy (Paris), (3) Marti (...)
  • 50 Ardenne, 1274–1281. Cfr C.S.L., t. 2, p. 339. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 89. Werner (...)
  • 51 Brabant, 1299–1324. Cfr Renardy, Répertoire, p. 211.
  • 52 Famenne, 1288–1294. Cfr Id., p. 355.
  • 53 Cfr les démarches entreprises par Guy de Dampierre pour assurer la succession de son fils à Bertho (...)

17Outre les membres de leur famille, évêques de Liège et papes réserveront des places de choix à leurs compatriotes. Jacques d’Atrive était archidiacre de Laon43 tandis que Gauthier de Chauvency44 était originaire de la Haute-Meuse et Baudouin de Vaux45, de la région laonnaise : leur action s’inscrit tout entière dans l’épiscopat d’Hugues de Pierrepont. Jacques de Troyes, futur pape Urbain IV et archidiacre sous Robert de Thourotte, était originaire de Champagne et avait été son collègue à Laon46. Quant aux la Marck, ils drainèrent à Liège tout un ensemble de clercs allemands qui grossirent l’entourage épiscopal. Parmi eux, quelques archidiacres : Henri Suderman, Robert de Deutz et surtout Jacques, membre du lignage de Moylant, présent en force auprès d’Adolphe et d’Englebert, et le célèbre Englebert François, le principal conseiller du même Adolphe47. Enfin, les papes eurent soin, eux aussi, de désigner des hommes de leur pays, des Italiens comme les Orsini — trois en tout — Calamandrana, Velletre et autres Carreto48, ou des Français du midi, créatures pontificales issues de l’entourage, de la cour ou de l’administration des papes avignonnais49. Nous ne serions pas complet si nous ne signalions, parmi les motifs de désignation, les exigences de la politique internationale et la volonté pour ceux qui influèrent sur les élections épiscopales de promouvoir leur entourage. Ainsi, par exemple, Werner de Lapide50, chapelain du roi des Romains Rodolphe de Habsbourg, a-t-il été nommé par l’évêque « pro-allemand » que fut Henri de Gueldre. Il en va de même pour Émichon de Sponheim51, neveu d’Adolphe de Nassau, désigné par Hugues de Chalon, prélat hostile à Philippe le Bel et favorable à la papauté. Quant à Jean de Lille52 et Guillaume Berthout53, ils doivent leur poste, l’un à ses années passées à l’Université de Bologne en compagnie de Jean de Flandre, le second à l’influence politique, à Liège, du comte de Flandre Guy de Dampierre.

  • 54 Cfr p. 314–315 n. 29, 34, 30, 31, 35. Aux deux derniers s’ajoutent, au xive siècle, deux autres Ju (...)
  • 55 Cfr p. 316 et n. 48, 315 et n. 38.
  • 56 Sur l’ampleur des revenus potentiels d’un archidiacre liégeois, rentrées qui, manifestement, devai (...)

18Troisième constante au sein du milieu archidiaconal liégeois : une certaine pérennité familiale de la fonction. Nous l’avons vu plus haut, pas moins de trois Eppes se succédèrent à la tête de divers sièges archidiaconaux. Les frères de Nassau, les Rethel, les Neumagen ou les Juliers sont exactement dans la même situation54. Que dire enfin des Orsini et des Aubert55 ? L’archidiaconat liégeois fut à leurs yeux une source de revenus tellement séduisante56 qu’ensemble, ils l’ont occupé à dix reprises.

  • 57 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 339–340.
  • 58 Cfr les archidiacres Jean d’Eppes, Barthélemy, Jean, Henri de Jauche, RaoulIer et II de Neumagen, (...)
  • 59 Par exemple, Englebert de Fauquemont, Jacques de Lorraine et Guillaume Berthout quittent des archi (...)

19Qu’en est-il à présent de l’activité réelle des archidiacres liégeois ? Une fois encore, celle-ci oppose complètement le xiiie au xive siècle. J.L. Kupper avait décrit les dignitaires des xie et xiie siècles comme des collaborateurs zélés et précieux de l’évêque, comme des conseillers formant le noyau dur de son entourage57. Sans nul doute cette vision de l’archidiaconat vaut-elle encore pour le début du xiiie siècle. Nous constatons en effet que tous ceux qui vécurent sous le règne d’Hugues de Pierrepont ne sont guère signalés dans le cadre des fonctions archidiaconales traditionnelles. La plupart du temps, on les trouve plutôt mentionnés en souscription, parmi les membres de l’entourage épiscopal qui, par leur présence, donnent leur force juridique aux décisions du prélat58. Les règnes d’Hugues de Pierrepont et de Jean d’Eppes terminés, nous voyons réapparaître de véritables archidiacres qui, à moins d’une promotion importante et au travers des successions épiscopales59, conservent leurs fonctions jusqu’à leur mort. Seul le prévôt de Saint-Lambert fait exception : son action archidiaconale sur la Cité de Liège est inexistante, tant au xiiie qu’au xive siècle. Ses collègues, quant à eux, partagent leur temps entre plusieurs activités. Trois d’entre elles méritent particulièrement d’être évoquées.

  • 60 Lahaye, Chartes Brogne, p. 684. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 30–31. — Erens, Oorkonden T (...)
  • 61 Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 30–31, 195, 220–221. — Uyttebrouck, Inventaire Terbank, p. 12 (...)
  • 62 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 129, 265–266 ; t. 2, p. 160–161. — Poncelet, Actes Hugues de (...)
  • 63 Sauf si les multiples institutions de recteurs, chapelains, bénéficiers... se font dans ce cadre.
  • 64 En 1226, l’archidiacre de Brabant fait connaître une renonciation à tout droit sur une dîme, de la (...)
  • 65 À propos de ces devoirs archidiaconaux, signalons simplement deux actes relatifs à des visites arc (...)
  • 66 Cfr Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 436–437 et Barbier, Floreffe, t. 2, p. 172, où il est (...)

20Premièrement, l’archidiacre exerce avec assiduité son droit d’institution. On le voit en effet très souvent examiner les candidats officiants que lui présentent les divers collateurs ; il les institue, demande leur installation et, bien entendu, règle les multiples différends liés à la collation des bénéfices60. Deuxième préoccupation : l’archidiacre agit en gardien et en administrateur du patrimoine ecclésiastique de son ressort. Entretien des bâtiments, organisation paroissiale — érection, partage, incorporation des paroisses et des églises —, aliénation des biens d’église et les conflits y afférents, il n’y a rien qui ne nécessite son accord ou qui échappe à son contrôle61. Reste une dernière activité, particulièrement lucrative : l’exercice de la juridiction gracieuse62. L’archidiacre ne cesse de rédiger, sceller, approuver, vidimer, enregistrer, confirmer des actes juridiques. Ces trois activités mises à part, il ne semble pas s’être acquitté de certaines missions relevant habituellement de sa fonction. En effet, il n’est guère question à son propos de visite63, ni de ces assemblées synodales normalement rassemblées à termes réguliers autour de sa personne64. Il n’est pas souvent l’auteur d’ordonnances et de statuts65, n’est pas décrit comme pratiquant une surveillance stricte sur la foi et la pratique religieuse du clergé et du peuple et ne semble pas non plus avoir exercé une justice contentieuse très contraignante66.

  • 67 Cfr infra, p. 383, 386, 387.
  • 68 Emmanuel Fieschi quitte l’archidiaconat de Condroz pour l’évêché de Verceil, Waléran de Juliers la (...)
  • 69 Henri de Culant (Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 511–512) ; Nicolas de Besse (Berlière, Archidi (...)
  • 70 Conflits et accords entre Henri de Gueldre et Thibaut Visconti (cfr p. 152 et n. 231) ; entre Jean (...)

21Pour ce qui est, à présent, des archidiacres du xive siècle, leur activité pâtit, à l’évidence, des raisons qui avaient présidé à leur désignation et du climat qui règne alors dans la chrétienté. Nommés par l’évêque de Liège ou à sa demande, les archidiacres seront avant tout des membres de son entourage. Aussi des hommes comme Jacques de Moylant et Englebert François n’agissent-ils pas en archidiacres mais en conseillers épiscopaux67. Quant aux dignitaires nommés par le pape, ce sont avant tout des princes de l’Église et des chasseurs de bénéfices, qui voient en un archidiaconat liégeois, une fonction très rentable, qui vient s’ajouter à toutes celles qu’ils détiennent déjà et à laquelle ils ne renonceront que pour une fonction plus lucrative encore : la mitre, la pourpre ou la tiare68. Il n’est dès lors pas question pour eux de faire résidence, sinon durant de très courtes périodes, le temps sans doute de régler quelque question financière. Aussi bien la plupart de ces véritables prélats reçurent-ils la faculté de toucher leurs émoluments sans résider, de se faire représenter par des clercs idoines ou d’assurer la défense de leurs intérêts liégeois par des conservateurs69. Dans de telles circonstances, on comprendra aisément que, le grand Schisme aidant, les activités archidiaconales aient été très limitées. Au cours du xive siècle, sauf exceptions, l’archidiacre liégeois fait son travail par personne interposée ou, plus simplement, ne le fait plus du tout : il n’appartient plus au cercle restreint des auxiliaires du pouvoir épiscopal. Pourtant, il n’est guère douteux que l’absence à Liège, au xive siècle, de réelle autorité archidiaconale ait été particulièrement bien accueillie par l’évêque. En effet, cette situation mit tout naturellement un terme aux quelques conflits de juridiction qui émaillèrent le xiiie et surtout le xive siècle70 et renforça nécessairement la centralisation monarchique, la concentration des pouvoirs entre les mains épiscopales. Par ailleurs, il est fort probable que, privé de ses meneurs, prévôt et archidiacres, parfois aussi le doyen, l’écolâtre ou le coûtre, le chapitre de Saint-Lambert perdit de son poids politique au sein de l’assemblée tripartite qui prit le relais du synode mixte, à la fin du xiiie siècle — il en sera longuement question dans le prochain chapitre —, nous voulons parler des états, appelés aussi Sens de pays.

2. Vicaires généraux et scelleurs

  • 71 Poncelet, Vicaires généraux.
  • 72 Sur cette fonction, cfr, outre l’étude mentionnée à la n. précédente : Fournier, Vicaire général, (...)

22Il y a cinquante ans, Éd. Poncelet, l’un des principaux historiens liégeois d’avant-guerre, consacrait une très longue étude à deux membres importants de la curia épiscopale : le vicaire général et le scelleur71. Aussi pourrait-on considérer la question comme définitivement réglée. Pourtant, nous ne pouvons nous résoudre à l’évacuer, tout d’abord parce que tout auxiliaire épiscopal se doit d’être au moins évoqué dans une étude comme la nôtre, ensuite et surtout parce que les théories développées par l’érudit liégeois nous semblent pour le moins sujettes à caution. Les quelques pages qui suivent ont donc leur raison d’être72.

  • 73 Poncelet, Vicaires généraux, p. 9–13.
  • 74 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 252–255 : ils sont les remplaçants de l’évêque absent.
  • 75 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 141–142, 148.

23Le vicaire général, vices agens (ou gerens) in spiritualibus de l’évêque, est habituellement présenté comme un fonctionnaire temporaire, chargé de remplir certaines fonctions épiscopales en matière d’administration religieuse, lorsque le prélat est absent. Selon Éd. Poncelet, c’est sous le règne d’Henri de Gueldre qu’un vicaire général répondant aux critères définis plus haut apparaît pour la première fois73. Cette idée ne nous semble pas rigoureusement exacte. En effet, même si l’on ne tient pas compte des vicaires épiscopaux du haut moyen âge74, force est de constater que, sinon dans les termes, du moins dans les faits, Hugues de Pierrepont, déjà, fit appel à une sorte de vicaire général en la personne de Jean d’Eppes, son neveu. Portant le titre de vice episcopus, ce dernier expédia les affaires courantes, en matière religieuse, alors que son oncle participait au quatrième concile du Latran (1215)75.

  • 76 Renardy, Répertoire, p. 260–262. — Poncelet, Vicaires généraux, p. 85. — Paquay, Catalogue des act (...)
  • 77 Baudouin, évêque de Semgallen (Lettonie) remplit les fonctions de suffragant mais avec le titre de(...)
  • 78 Renardy, Répertoire, p. 426–427. — Paquay, Regesta Renier de Tongres. — Bouchat, Justice privée pa (...)
  • 79 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 194–197. — Id., Regesta Renier de Tongres, p. 43–44, 194–197.
  • 80 Gaudemet, Gouvernement, p. 317 et n. 64, est également sceptique quant à la véracité de cette théo (...)
  • 81 Sur ce personnage, cfr Poncelet, Vicaires généraux, p. 86–87. — Renardy, Répertoire, p. 246, 250–2 (...)

24Existant en puissance sous Hugues de Pierrepont, la fonction vicariale ne s’exprima pleinement que sous le règne d’Henri de Gueldre. Rendant permanente une charge par nature temporaire, ce dernier attribua ce titre au principal de ses collaborateurs. Pour ce poste de confiance, il choisit des hommes susceptibles de lui donner pleine et entière satisfaction : des universitaires de renom, qui plus est s’exprimant en thiois, langue maternelle de l’élu de Gueldre, ce qui, à l’évidence, devait faciliter la transmission et l’accomplissement des ordres épiscopaux. Parmi eux, Godefroid de Gueldre76, le propre neveu du prélat, exerça durant quelque temps ses activités parallèlement à son prédécesseur, également suffragant de Liège77. Quant à Renier de Tongres, il fut probablement l’un des meilleurs juristes que connut le diocèse de Liège et l’un des plus recherchés78. Il quittera son poste à sa demande, pour cause d’handicap physique79. La présence de ces personnages à la tête du vicariat général liégeois oppose un démenti formel à la théorie selon laquelle les évêques instituèrent cette fonction afin de porter atteinte à la puissance sans cesse croissante des archidiacres80. En effet, tant Godefroid que Renier ou son successeur, Francon de Lowaige81, détenaient un archidiaconat dans l’Église de Liège.

  • 82 C.S.L., t. 2, p. 550. Ils furent au nombre de quatre (et non trois comme le prétend Renardy, Monde (...)
  • 83 Arnould de Blankenheim fut tué au cours du célèbre épisode du Mal Saint-Martin (cfr p. 482) ; Jean (...)
  • 84 Conrad de Riest et Wéry de Ducellis (Poncelet, Vicaires généraux, p. 88–89). Le second était un pa (...)
  • 85 Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 3, p. 189. Sur ce personnage, cfr Monasticon, t. 6, p. 50. Engleber (...)

25Après Henri de Gueldre, la fonction vicariale connut un net déclin. En 1298, Hugues de Chalon choisit des hommes de tête pour exercer collégialement les responsabilités de vicaire général82 : l’un d’eux mourut l’arme à la main, un autre n’hésita pas à se mettre à dos la moitié du peuple liégeois83. Le règne de Thibaut de Bar fut le dernier à connaître une action vicariale de longue durée. En effet, deux hommes se succédèrent durant l’expédition italienne du prélat, tous deux vicarii episcopi agentis in remo-tis84. Au xive siècle, Zachée de Vranckenhoven, abbé de Saint-Trond, sera encore mentionné comme vicaire in spiritualibus, mais une seule fois : en 1375, sous Jean d’Arckel85.

  • 86 Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 337–339, 347–349. — Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 3 (...)
  • 87 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 79. — de Marneffe, Cartae Parchenses, p. 83–8 (...)
  • 88 Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 290–292. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre,(...)

26Quelques mots, enfin, sur les activités du vicaire. Nous l’avons déjà dit, elles ressortissent pour l’essentiel au domaine de l’administration religieuse. Le vicaire général se substitue à l’évêque dans la visite de son diocèse et dans l’élaboration des statuts86 ; il prend ou approuve des décisions liées à l’organisation paroissiale — division, érection d’églises, donations de dîmes et de patronats87 ; il prononce enfin des sentences, émet des avis autorisés et termine des différends88, bref, remplit les principales fonctions d’un évêque qui, spécialement dans le cas d’Henri de Gueldre, simple élu non ordonné prêtre jusqu’en 1260, n’avait pas la formation suffisante pour s’acquitter de ces tâches et qui, surtout, entendait valoriser l’aspect laïc de sa fonction au détriment de ses responsabilités religieuses.

  • 89 Poncelet, Vicaires généraux, p. 25–52. Cfr encore de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t.  (...)
  • 90 Ibid., propos repris tels quels par Renardy, Monde des maîtres, p. 238–239.

27Plus que le vicaire général, c’est le scelleur qui est l’objet principal de l’article de Poncelet89. À cette fonction permanente, qui, manifestement, est beaucoup plus importante, à ses yeux, que celle de vicaire général, il assigne nombre de compétences. Remplissant une besogne bureaucratique et fiscale dans l’ensemble du diocèse, selon lui le scelleur authentifie les actes du for spirituel, perçoit les taxes pour l’apposition du sceau épiscopal et l’argent provenant de l’exercice de la juridiction spirituelle du prélat. Pour l’érudit liégeois, enfin, il s’érige en grand argentier de l’évêque, en administrateur spirituel du diocèse par son action sur les couvents, sur la police des cérémonies du culte..., voire en juge, intervenant dans tout fait passible de censure ecclésiastique90.

  • 91 Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 378–379. Sur Gérard de Veno, cfr p. 391–3 (...)
  • 92 Poncelet, Vicaires généraux, p. 95, 96. — Id., Sceaux et chancelleries, p. 93–94. — Vannérus, Docu (...)

28Disons le tout net : le portrait du scelleur dressé par Éd. Poncelet ne repose sur rien, en tout cas pour les xiiie et xive siècles. En effet, si l’on examine les quelques rares mentions de scelleur connues pour cette période, nous sommes obligé de constater qu’il est pratiquement impossible de définir ses fonctions avec précision. Tout au plus voyons-nous Jordan Brant, collaborateur du scelleur Gérard de Veno, collecter de l’argent au nom de ce dernier (1366), afin de financer la lutte contre le comte de Looz91. Pour le reste, ce fonctionnaire épiscopal qui ne semble prendre de réelle importance qu’à l’extrême fin du règne d’Englebert de la Marck, est généralement mentionné comme collaborateur de l’évêque, seul ou au sein d’un groupe de conseillers92, et l’appellation de scelleur ne semble influer en rien ni sur sa condition ni sur son action. Il est tout simplement un membre de l’entourage épiscopal qui porte un titre quelque peu particulier. Au vrai, lorsque l’on examine les faits avancés par Poncelet pour illustrer les multiples responsabilités qu’il attribue au scelleur, on constate immédiatement que les événements évoqués datent généralement du xve siècle et plus souvent encore desc xviexviie siècles. Sans doute, l’historien liégeois a-t-il pensé que le scelleur des xiiie-xive siècles est assimilable à celui de l’époque moderne, ce qui est démenti par les sources.

  • 93 Id., Vicaires généraux, p. 20–21, 52–57.
  • 94 Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 504. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134–135 et l’acte si (...)
  • 95 Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 290–293. Signalons en outre les apparitions intermi (...)
  • 96 Ibid.

29Il en va de même, semble-t-il, pour quelques autres de ses affirmations. Il apparaît en effet que bien loin de dater du xvie siècle93, le cumul des fonctions de vicaire général et de scelleur est attesté dès le règne de Jean d’Arckel, Gérard de Veno détenant les deux fonctions en 1365–136894. On peut se demander, par ailleurs, s’il n’y eut pas parfois plusieurs scelleurs simultanément. En effet, Baudouin dit Boidin, saielleur le dit évesque, et Nicolas Payen, saielleur de le cour de Liège, sont mentionnés dans un même acte, daté de 131095. D’un autre côté, à la question de savoir si le scelleur cessait ses activités à la mort de l’évêque qui l’avait nommé, il est assez difficile de répondre car nous ne rencontrons jamais qu’un petit nombre de mentions, situées dans un laps de temps très court. Reste que le scelleur Wéry, qui est signalé de 1294 à 1313, a, semble-t-il, rempli ses fonctions au moins sous trois règnes successifs96.

  • 97 Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469, 504. — Tlhon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134— 135.
  • 98 Le premier avait des liens très étroits avec Tongres. Cfr Renardy, Répertoire, p. 346–347. — Fiere (...)
  • 99 Cfr tableau relatif aux vicaires généraux et aux scelleurs dans Renardy, Monde des maîtres, p. 236 (...)
  • 100 Poncelet, Vicaires généraux, p. 98–99. — C.S.L., t. 4, p. 45 ; t. 6, p. 76, 77. — Wlllems, Codex d (...)
  • 101 Sur ce personnage, cfr p. 396.
  • 102 C’est en tout cas l’une des deux versions proposées par les éditeurs de Jacques de Hemricourt, Mir (...)

30Nous évoquerons pour terminer les motifs qui présidèrent à la nomination des divers scelleurs des xiiiexive siècles. Ce sont en fait ceux qui en toute circonstance et pour toute fonction guideront l’évêque de Liège. Jean d’Arckel se déplaça d’Utrecht à Liège avec Gérard de Veno, qui était son consanguineus97. Dès le règne d’Adolphe de la Marck, les évêques, issus de régions allemandes ou des actuels Pays-Bas, choisirent des scelleurs d’expression thioise, tels Jean Hanezanc, Conrad de Driel ou Englebert van der Beke98. Ils s’efforcèrent également d’assigner ces fonctions à des personnes compétentes. En effet, ils désignèrent généralement des maîtres universitaires, comme Jean de Willembringes ou Jacques Wolff99, ou encore des hommes susceptibles de remplir au mieux la mission spécifique qui leur avait été confiée. Ainsi, lors de la vente de Malines, Jean de Cassel fut l’un des principaux intermédiaires entre l’évêque de Liège et le comte de Flandre, assurément parce qu’il était un familier de ce dernier100. Enfin, plus qu’en un seul homme, le prélat liégeois plaça très souvent sa confiance en une famille tout entière. Baudouin de Montenaken101 atteste cette constante de la politique épiscopale. Scelleur sous Englebert de la Marck et, plus largement, conseiller de ce dernier et de Jean d’Arckel, il aurait été à la fois le fils de Jean Boileau de Mons, bailli de Hesbaye, maire de Liège et délégué d’Adolphe de la Marck, et le frère d’un Guillaume du même nom, l’un des principaux conseillers de Jean d’Arckel102.

3. Évêques auxiliaires

  • 103 Cfr, par exemple, Francon et Lieduin, respectivement évêques de Verzprim (Hongrie) et de Bi(c)har (...)
  • 104 Il y en eut cinq sous son règne (Berlière, Évêques auxiliaires Liège, p. 6–10). Signalons que les (...)

31Bien qu’existant bien avant lui103, les évêques auxiliaires liégeois se sont surtout multipliés à partir du règne d’Hugues de Pierrepont104. Nous le verrons plus loin, le fait mérite d’être souligné.

  • 105 de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 322–324. Sur les évêques auxiliaires, outre B (...)
  • 106 Id., p. 109–110.
  • 107 Berlière, Évêques auxiliaires Liège, passim.Laenen, Consécration des autels Villers, p. 91–92, (...)
  • 108 Roland, Chartes Gembloux, p. 190–191. — G.A.T., t. 2, p. 243, 307–308. — Berlière, Instrumenta mis (...)
  • 109 Berlière, Évêques auxiliaires Liège, passim. Laenen, Consécration des autels Villers, p. 97. — Q (...)
  • 110 Certains eurent une action plus politique. Témoins l’évêque d’Hélos, Guy, qui s’efforça d’apaiser (...)

32D’aucuns ont jugé tout à fait accessoire leur rôle aux côtés de l’évêque de Liège105. Selon nous, rien n’est moins vrai. Il ne faut en effet pas perdre de vue que l’évêque auxiliaire liégeois a un sérieux avantage sur tout autre membre de l’entourage épiscopal et un point commun avec le prélat liégeois : il détient la potestas ordinis et est le seul habilité, avec l’évêque de Liège, à accomplir certains actes relevant uniquement de la compétence épiscopale106. Dans un évêché comme celui de Liège où l'évêque détient des responsabilités laïques et où, sans cesse, il joue, par goût ou par obligation, les hommes de guerre ou les princes temporels, le suffragant ne pouvait être d’importance médiocre. De fait, durant toute la période que couvre ce travail, une partie de l’aspect liturgique, cultuel, de la fonction épiscopale liégeoise sera prise en charge par l’auxiliaire, vices regens in pontificalibus de l’évêque. Consécrations d’huiles, d’églises, de chapelles, d’autels, de cimetières107, bénédictions abbatiales108, dédicaces d’églises, délivrance d’indulgences109, telles sont les principales missions qu’il remplira110. D’apparence anodine, ces actes se devaient néanmoins d’être accomplis et, en ce sens, le rôle de l’auxiliaire fut tout à fait prépondérant.

  • 111 Rapp, Évêques auxiliaires Constance, Bâle, Strasbourg, Spire, p. 111.
  • 112 En dépit de certaines erreurs ou imprécisions d’identification [par exemple, les deux évêques ment (...)
  • 113 Cfr notamment Weijling, Wijbisschoppen van Utrecht, p. 99, 104–106, 109, 116–120, 126–128, 144–145 (...)
  • 114 Boniface VIII range la nomination des auxiliaires parmi les maiores causae réservées au pape (Gaud (...)
  • 115 Werner, Teilnehmerliste des Laterankonzils, p. 589. — Krabbo, Deutschen Bischöfe auf dem vierten L (...)
  • 116 Cfr Renardy, Répertoire, p. 137–139 (il était originaire de Vitry-en-Perthois, selon BUR, Champagn (...)
  • 117 Cfr Berlière, Baudouin d’Aulne. Il faisait également partie de la suite du légat Otton de Saint-Ni (...)
  • 118 Cfr Berlière, Évêques auxiliaires Liège, p. 37–38. — Renardy, Répertoire, p. 369.
  • 119 Cfr p. 141.

33À l’image de bon nombre de diocèses impériaux111, la majorité des auxiliaires (23/27) étaient des évêques in partibus infidelium, principalement originaires des pays baltes au xiii e siècle et exclusivement de Terre Sainte au xiv e siècle112. Évêques en disponibilité, chassés de leur siège et se réfugiant à Liège, où, là-bas comme dans d’autres diocèses113, ils exercent certaines de leurs fonctions, ou évêques ayant vocation d’auxiliaires et nommés, de ce fait, à des sièges qu’ils n’auront jamais l’occasion d’occuper ? La question est délicate. Toutefois, à moins de supposer une influence, peu plausible, de l’évêque de Liège, sur une nomination qui est censée relever du pape114, la première possibilité nous semble beaucoup plus probable. En effet, plus d’un de ces prélats avait, dès avant le début de leur action de suffragant, des liens de toutes sortes avec le diocèse ou avec l’évêque de Liège. Thierry avait rencontré Hugues de Pierrepont à Rome en 1215115, Jacques de Vitry était son compatriote et son ami116. Baudouin était, originaire d’Aulne117, Daniel et Jean de Saint-Martin, de Liège118. Quant à Boniface de Bruxelles, sa succession à l’évêché de Lausanne avait été réglée par Robert de Thourotte, son ami119. Connaissant intimement Liège et son diocèse, c’est tout naturellement là qu’ils se réfugièrent lorsque, pour la plupart, ils quittèrent leurs évêchés orientaux.

  • 120 Nous avons déjà eu plusieurs fois l’occasion de signaler combien l’ordre de Cîteaux fut privilégié (...)
  • 121 Rapp, Évêques auxiliaires Constance, Bâle, Strasbourg, Spire, p. 113.

34Dernière observation à propos des suffragants : mis à part Boniface, tous étaient des réguliers, majoritairement cisterciens et mendiants. Leur condition présentait en fait un double avantage pour le prince de Liège. D’une part, il trouvait en eux des collaborateurs éloquents, instruits et donc à même de remplir leurs fonctions avec efficacité. D’autre part, l’homme sans le sou qu’était souvent l’évêque de Liège ne se sentait pas obligé de rétribuer des moines qui pouvaient trouver vivre et couvert dans un couvent de leur ordre120. C’était tout particulièrement vrai pour les mendiants qui, même s’ils accédaient à l’épiscopat, ne pouvaient faire fi de leur voeu de pauvreté121.

4. Officiaux et maréchaux

  • 122 Le mémoire de Rigo, Actes de l’officialité, a donné lieu à Plusieurs publications : Pieyns-Rigo, N (...)
  • 123 L’organisation du tribunal de l’official et son personnel subalterne, comprenant notamment des off (...)

35L’officialité liégeoise a déjà fait l’objet de plusieurs études de qualité122. Nous n’avons dès lors pas l’intention de nous étendre outre mesure sur l’organisation de cette institution auxiliaire de l’épiscopat123. Cependant, nous pensons faire oeuvre utile en précisant les idées émises à son propos et surtout en apportant quelques correctifs aux théories habituellement avancées pour expliquer la naissance, à Liège, en 1214, du tribunal de l’officialité.

  • 124 L’évêque de Liège ne délègue pas à son official les juridictions relevant de son haut domaine — la (...)
  • 125 Cfr p. 330 n. 122. L’action de l’official liégeois a donné lieu à une multitude d’actes, dont la s (...)
  • 126 Cfr n. 125. Ajouter Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 154–155, 265–266. — Despy-Uyttebrouck,(...)
  • 127 Cfr n. 125. Ajouter Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 21–23, 405–407. — Schoonbroodt, Inventai (...)

36Au même titre que le vicaire général, l’official est un mandataire épiscopal. C’est lui qui, par délégation, exerce, en partie tout au moins124, les pouvoirs judiciaires détenus par l’évêque. Aussi les sentences qu’il prononce, équivalant à des décisions épiscopales, ne peuvent-elles être révisées en appel par l’évêque mais, en cette matière, sont du ressort du supérieur hiérarchique de celui-ci, en l’espèce l’archevêque de Cologne. La juridiction déployée par l’official est à la fois contentieuse et gracieuse125. Sur le premier plan, l’official est un véritable président de tribunal et connaît de toutes les causes relevant du for ecclésiastique, son autorité s’exerçant en fin de compte, sur tout le monde et à tout propos puisque, à toutes les époques, il est bien rare qu’une infraction ne puisse être rattachée au domaine religieux. Certes, l’official liégeois ne se privera pas de rendre des arrêts de toutes sortes, qui vont du règlement de différends multiples à l’excommunication pure et simple126. Toutefois, à bien étudier sa production diplomatique, force est de constater que c’est le second aspect de son autorité, l’exercice d’une juridiction gracieuse, qui représente l’essentiel de ses activités. L’officialité fonctionne en effet, à maintes reprises, comme un bureau d’enregistrement, qui notifie décisions, accords, engagements, reconnaissances et renonciations en tous genres, délivre confirmations et vidimus, et donne un caractère officiel à de multiples actes civils tels testaments, achats, ventes, donations, engagères127

  • 128 Renardy, Répertoire, p. 178.
  • 129 Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 162 n. 1. — Schoolmeesters, Doyens Saint-Denis, p. 95.
  • 130 Official de 1270 à 1274. Cfr p. 313 et n. 23.
  • 131 Cfrp. 392 et n. 521.

37Fonctionnaire épiscopal, l’official est bien évidemment désigné par le prélat ou par son substitut sede vacante, le chapitre de Saint-Lambert. Si certains officiaux exercèrent leurs fonctions sous plusieurs évêques — Arnould d’Awans128, sous les règnes de Guy de Hainaut, Hugues de Chalon, Adolphe de Waldeck et Thibaut de Bar, soit continûment, soit qu’il fût reconduit dans ses fonctions par chaque successeur de saint Lambert, ou encore Gilles de Vinalmont, dont le mandat s’achève avec le décès d’Arnould de Hornes mais est prorogé sede vacante129 —, il semble cependant que, plus généralement, leur action ait été d’assez courte durée — on ne meurt pas official — et ne se soit pas prolongée au delà du règne de celui qui les avait nommés. Ainsi Baudouin d’Autre-Église130 cesse-t-il ses activités en même temps que son maître et protecteur, Henri de Gueldre, tandis que la mission de Gislebert Voestinc131 est entièrement inscrite dans l’épiscopat de Jean d’Arckel, dont il sera également le conseiller. Par cet exemple, nous touchons du doigt l’un des critères pris en compte par le prélat dans le choix de son official, critères qui, selon nous, sont au nombre de trois.

  • 132 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6, 44, 109. — Berlière, Documents inédits, p. 30–31. — Ya (...)
  • 133 C.S.L., t. 1, p. 286–288. — Renardy, Répertoire, p. 459–460. — Id., Monde des maîtres, p. 241.
  • 134 C.S.L., t. 1, p. 539. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 98–99. — Delescluse-Brouwers, Catalogu (...)
  • 135 Pycke, Répertoire, p. 362–363.
  • 136 Renardy, Répertoire, p. 355.
  • 137 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 434, 435, 443, 444, 451,452.

38Premièrement, nous venons de le dire, l’évêque choisit des hommes qu’il connaît parfaitement, en qui il peut placer sa confiance, et tout spécialement certains de ses conseillers. Nous mentionnerons simplement quelques exemples parmi d’autres. Richer132 fait partie de l’entourage d’Hugues de Pierrepont, Yvon de Marbotte133 est conseiller de Jean d’Eppes et Gérard de Bohan134, arbitre et fidejussor d’Henri de Gueldre. Quant à Guillaume de Wevelswale135, Jean de Lille136 et Gilles de Panbroek137, l’un fit une partie de sa carrière à Tournai tout comme Jean d’Enghien, qui en fera son official liégeois, le second arriva à Liège dans la suite de Jean de Flandre, son ancien condisciple à l’université de Bologne, et le dernier fut un conseiller écouté d’Englebert de la Marck.

  • 138 Renardy, Monde des maîtres, p. 230–232.
  • 139 Francon de Gembloux (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 594. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, (...)

39Soucieux d’accorder des places de choix à ses fidèles, l’évêque n’en choisit pas moins également des spécialistes du droit. À l’heure où celui-ci connaît une complexité croissante et où l’exercice de la justice devient inaccessible à un profane, il ne pouvait guère en être autrement. Chr. Renardy a bien montré que pour les trois-quarts de la période couverte par note étude, seulement cinq officiaux sur trente-six ne sont pas des magistri et, en tout cas, dès 1262138, tous le sont. Ses conclusions ne sont pas démenties pour la seconde moitié du xive siècle. Huit des neuf officiaux qui se succédèrent entre 1351 et 1389 avaient obtenu des grades universitaires, principalement en droit139.

  • 140 Pieyns-Rigo, Juridiction épiscopale, p. 191–192.
  • 141 Id., p. 201.
  • 142 Cfr les actes mentionnés p. 330 n. 123, dans lesquels est établi un véritable barême des tarifs en (...)

40Une dernière préoccupation semble avoir guidé les évêques dans le choix de leurs officiaux : l’appartenance du candidat au chapitre de Saint-Lambert. Il ressort en effet d’un examen attentif de leurs carrières respectives que, contrairement à la situation qui prévaut en général dans la chrétienté, de simples clercs qu’ils étaient dans le courant du xiiie siècle, les officiaux liégeois seront principalement choisis au sein du chapitre cathédral dès la fin du xiiie siècle140. Puisque c’est l’évêque qui désigne son official, il est bien évidemment paradoxal et, par suite, erroné de supposer une « mainmise du chapitre cathédral sur l’officialité liégeoise », laquelle s’insérerait dans « la ligne générale de la politique du chapitre qui vise au contrôle de l’évêque »141. En fait, l’évêque choisit la personne qui lui convient le mieux et s’il désigne de préférence des chanoines cathédraux, sans doute a-t-il de bonnes raisons de le faire. Pour notre part, nous serions tenté d’y voir quelque motif pécuniaire. Il pourrait bien s’agir, en effet, de l’un de ces expédients grâce auxquels, nous le verrons, l’évêque de Liège parvint à rétribuer son personnel sans que cela pèse outre mesure sur des finances souvent branlantes. Bien sûr, il est probable que l’official tirait des émoluments substantiels de sa juridiction gracieuse — taxes pour l’apposition du sceau de l’officialité, pour la rédaction des actes, etc. — et peut-être aussi des amendes infligées pour toute infraction à l’une de ses sentences142. Reste qu’en étant également détenteur d’une riche prébende canoniale, l’official se trouvait à la tête d’un revenu considérable, ce qui, bien entendu, pouvait dispenser l’impécunieux évêque de Liège, de lui verser une quelconque rétribution.

  • 143 Brouette, Examen des anciennes chartes de l’officialité, p. 21–22. Sur ces deux officiaux, cfr Ren (...)

41Venons-en enfin à une question que nous avons volontairement laissée de côté jusqu’ici : la date à laquelle l’officialité liégeoise est née. C’est, semble-t-il, à Hugues de Pierrepont que l’on doit son instauration. La première mention d’un official date en effet de 1214. À cette date, Rabodon et Richer, tous deux officiaux, notifient une donation à l’abbaye du Val-Saint-Lambert143.

  • 144 Id., p. 188. — Naz, Official, col. 1106. — Gaudemet, Gouvernement, p. 167. — Joris, Droit savant, (...)
  • 145 Cfr p. 318.
  • 146 Pieyns-Rigo, Juridiction épiscopale, p. 187–188 (Cambrai = 1180). — Gaudemet, Gouvernement, p. 167 (...)
  • 147 Cfr p. 208–209.
  • 148 Gaudemet, Gouvernement, p. 168 : Strasbourg, Genève = milieu xiiie siècle ; Bâle, Cologne, Lausann (...)

42À l’apparition de l’officialité, en général, et à Liège, en particulier, plusieurs explications ont été avancées. Certains y ont vu une conséquence de la renaissance du droit romain et de l’incompétence juridique de l’évêque face à la généralisation des procédures inquisitoriales et testimoniales, d’autres une façon, pour le prélat, de restreindre l’autorité envahissante des archidiacres, en leur opposant en quelque sorte un concurrent144. Dans le cas liégeois, cette dernière assertion semble devoir être rejetée. Nous avons déjà eu l’occasion de souligner, en effet, qu’Hugues de Pierrepont vécut en parfaite intelligence avec ses archidiacres, dont certains étaient d’ailleurs ses proches parents145. Faut-il alors mettre l’accent sur les origines laonnaises d’Hugues de Pierrepont, qui, tout naturellement, aurait importé à Liège une institution instaurée à Reims en 1182, à Thérouanne en 1203, à Paris en 1205, à Arras en 1206 et à Laon en 1209146 ? Nous ne le pensons pas car une telle explication méconnaît par trop le fait qu’Hugues de Pierrepont, membre d’une « famille épiscopale » ayant à sa tête le comte de Hainaut, fut un véritable Liégeois d’adoption, qui fit toute sa carrière dans la ville mosane147. Peut-être est-ce la proximité géographique, par rapport à Liège, d’un archidiocèse comme celui de Reims, qui fut prépondérante pour l’instauration de l’officialité, institution par laquelle Liège concrétise son statut de pays d’Entre-Deux, situé aux confins de la France, où l’officialité apparaît dès la fin du xiie siècle, et de l’Empire, où, à Cologne, par exemple, elle ne voit le jour que vers le milieu du xiiie siècle148.

  • 149 Sur les officiers auliques, cfr surtout Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235–237. Sur l’avo (...)

43Quoi qu’il en soit, l’instauration d’un official à Liège en 1214 au plus tard, sous le règne d’Hugues de Pierrepont, nous semble en fait s’insérer dans un processus complexe, dans une sorte de plan global, dû à l’ingéniosité d’Hugues de Pierrepont, et qui, outre l’official, met également en scène, selon nous, les officiers auliques, l’avoué de Hesbaye et le maréchal149.

  • 150 Id., p. 18–20. La naissance du maréchalat est donc tardive par rapport à d’autres principautés com (...)
  • 151 Poncelet, Maréchaux, p. 6–9.
  • 152 Id., p. 4.
  • 153 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 115–116, 120–121 (De familia nostra... Godefridus maresca (...)

44Qu’en est-il exactement de ce dernier personnage ? Godefroid de Skeuvre, le premier maréchal connu, est mentionné pour la première fois avec ce titre la même année que les deux premiers officiaux, soit en 1214150. Sa vocation essentielle est, bien entendu, d’assurer le commandement de l’armée épiscopale durant les campagnes militaires151. Dans le long article qu’il consacra à cet auxiliaire épiscopal, Éd. Poncelet semble mettre un point d’honneur à nous prouver que Godefroid n’était pas un ministerialis152. Pourtant, le doute n’est pas permis : Godefroid était bien un homo de Casa Dei, d’origine obscure153.

  • 154 Cfr Jacques de Hemricourt, Patron, p. 68, 85 et l’acte de nomination de Lambert d’Oupeye (Poncelet (...)
  • 155 Pluriel car l’avoueric se transmit par les femmes à plusieurs reprises. Cfr tabl. généal. dans Kup (...)
  • 156 Sur tout ceci, cfr Godeeroid, Avouerie de la cathédrale Saint-Lambert, p. 388–391. — Gaer, Relique (...)
  • 157 Cfr supra, n. 155. Il est mentionné plusieurs fois comme témoin dans des actes d’Hugues de Pierrep (...)
  • 158 Cfr supra, n. 155. On ne conserve qu’une seule mention de cet avoué : il est témoin dans un acte d (...)
  • 159 Ibid.
  • 160 Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 11, p. 63. Quelques remarques s’imposent. 1) Il est qu (...)

45Parallèlement à la naissance du maréchalat, charge non héréditaire, dont le titulaire est désigné par l’évêque ou par son lieutenant, dûment mandaté154, nous constatons un déclin indéniable du rôle politique et militaire de l’avoué de Hesbaye. Héréditaire au sein de familles nobles de haute envergure155, cette fonction avait pour principale raison d’être d’acheminer, au terme d’une cérémonie haute en couleur et riche en symboles, l’étendard de saint Lambert et les milices urbaines, sur les lieux où l’évêque livrait bataille156. Cependant, là où un Louis de Lummen-Chiny conserve une certaine importance, aux côtés d’Hugues de Pierrepont157, Frédéric de Limbourg, son successeur, n’est plus guère qu’un nom158. Lors du sac de Liège et à Steppes (1212, 1213), le prélat désigne deux avoués temporaires159, puis il ne sera plus question de ce personnage jusqu’en 1241160.

  • 161 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 87.
  • 162 Sur la fonction et la famille de Nivelle qui l’assuma, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. (...)
  • 163 C.S.L., t. 6, p. 110. — Poncelet, Introduction, p. cxliii.
  • 164 Sur la fonction, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235. — Poncelet, Introduction, p. xxx (...)
  • 165 Id., Actes Hugues de Pierrepont, p. 121.
  • 166 Sur cette famille, cfr DE Borman-Poncelet, Tableaux, p. 336–337, 466–471. — Ganshof, Ministe riale (...)
  • 167 de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 470 n. 2.
  • 168 Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 253. — Poncelet, Sénéchaux, p. 319–320 n. 3.
  • 169 F.A.M., p. 77, 227. À noter, d’une part, la persistance, sans doute toute théorique, de certaines (...)
  • 170 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 77.
  • 171 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 98.
  • 172 Sur la famille et la fonction qu’elle assume, cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 365. — Poncelet (...)
  • 173 Ainsi en 1345. Cfr F.E.M., p. 11, 135.
  • 174 Sur cette fonction, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235–236. — Poncelet, Introduction,(...)
  • 175 Id., Actes Hugues de Pierrepont, p. 121–122. B. Valin, chambrier d’Hugues de Pierrepont, n’est pas (...)
  • 176 Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1179. Cependant, cette fonction revêtira une g (...)

46De la même façon, ceux qu’il est convenu d’appeler les officiers auliques de l’évêque vont disparaître définitivement de l’entourage épiscopal. Selon nous, il ne peut s’agir, en aucun cas, d’un événement fortuit. La date à laquelle s’opère cette déchéance irrémédiable est d’ailleurs hautement significative. Qu’on en juge plutôt. Warnier de Nivelle, dernier échanson connu, n’apparaît plus dans l’entourage d’Hugues de Pierrepont après 1210161. De l’échansonnerie — appelée aussi bouteillerie162 — fonction héréditaire dont le titulaire assurait primitivement la fourniture du vin à la table de l’évêque, il n’est plus question jusqu’en 1357, date à laquelle elle est achetée en même temps que diverses seigneuries auxquelles elle est annexée163. Le sénéchal, dont la mission consistait à ravitailler le palais épiscopal164, est mentionné pour la dernière fois en 1214 parmi les souscripteurs des actes épiscopaux. Il s’agit de Raoul de Pré165, dans la famille duquel la sénéchalerie se transmettait de père en fils depuis 1116, au plus tard166. Après lui, le sénéchal s’évanouit complètement jusqu’en 1280167 puis est mentionné impersonnellement jusqu’en 1316168. Il faut attendre 1319 pour voir réapparaître cette fonction, qui n’est plus désormais qu’un simple fief. Jean des Pré en fait le relief en 1323169. Quant au panetier, qui exerçait les mêmes fonctions que l’échanson, mais appliquées au pain, il apparaît et disparaît en même temps. Nous n’avons en effet du panetier Arnould qu’une seule et unique mention : dans un acte épiscopal de 1209170. Il en va de même pour le premier de ses successeurs, Arnould de Seraing, signalé en 1263171. La famille de celui-ci se transmettra la fonction héréditairement durant les xiiie et xive siècles172, mais, là encore, celle-ci s’est vidée de toute sa substance. Elle n’est plus qu’un fief que l’on relève parce que ses droitures sont particulièrement lucratives173. Reste le chambrier, ce responsable de la garde-robe et de l’ameublement épiscopaux174. Une nouvelle fois, le camerarius Gérard n’apparaît plus après 1214175 et ce n’est qu’avec l’expédition italienne de Thibaut de Bar qu’un cambrelain, Manais, réapparaît dans l’entourage épiscopal176.

  • 177 La tendance au déclin des charges auliques semble générale. C’est notamment le cas dans l’évêché d (...)

47Ainsi donc, c’est respectivement en 1210, 1214, 1209 et à nouveau 1214 qu’Hugues de Pierrepont se débarrasse, définitivement semble-t-il, de quatre officiers auliques177, des ministeriales, certes, mais de haut rang, trois d’entre eux au moins détenant leur charge à titre héréditaire.

48De la même façon, ca 1213, dans leurs activités respectives qui, certes, ne sont pas rigoureusement identiques, mais qui ressortissent néanmoins, les unes et les autres, au fait militaire, l’avoué de Hesbaye, dont la charge est héréditaire, se voit en quelque sorte supplanté par le maréchal, obscur ministerialis nommé par le prélat, et ce pour la première fois en 1214. À un noble volontiers remuant, l’évêque de Liège préfère donc un homo de Casa Dei qui lui doit sa charge, qui, normalement, lui en sera reconnaissant et qu’il pourra mater et limoger à loisir.

  • 178 Cfr p. 228–229, 327.
  • 179 On dénombre seulement huit sessions mixtes pour vingt-neuf années de règne. Cfr Davenne, Synodes, (...)
  • 180 Cfr p. 356.
  • 181 Sur cette question, cfr Kupper, Avouerie de la cité de Liège, spéc. p. 107–108, article qui rempla (...)
  • 182 Kupper, Avouerie de la cité de Liège, p. 113.
  • 183 C’est également durant les années 1212–1216 que Renouard, 1212–1216, situe la mise en place des «  (...)
  • 184 Ceci prouve, si besoin était, que, bien loin d’être pauvres, ainsi que l’affirme un peu à la légèr (...)

49Selon nous, c’est exactement dans la même perspective que se situe la désignation, en 1214, d’un official, fonctionnaire rendant la justice à la discrétion du souverain liégeois, et sans doute est-ce là aussi qu’il convient de chercher une explication à la multiplication des suffragants, à la concentration des avoueries178, au réel déclin du synode mixte179 et, nous le verrons, à la naissance du bailli épiscopal180, le tout sous le seul règne d’Hugues de Pierrepont. Manifestement, le vainqueur de Steppes rentabilise au maximum le prestige que lui a valu l’anéantissement de l’ennemi brabançon. Tout aussi clairement, Hugues, qui quitta très souvent la principauté et ne pouvait abandonner celle-ci qu’entre les mains d’hommes sûrs, poursuit un double but : éliminer de l’échiquier liégeois tout opposant potentiel à sa personne et placer ses propres pions, malléables à souhait et susceptibles d’être remplacés à tout moment. In fine, c’est à coup sûr une centralisation politique, une concentration de tous les pouvoirs entre ses mains qui sont recherchées par le prélat liégeois. Tout ceci n’est pas sans rappeler le remplacement, dès 1175, à la tête de la juridiction sur la Cité de Liège, de l’avoué de la Cité, inamovible et qui s’efforce de rendre sa charge héréditaire, par le mayeur, d’origine obscure et dont la magistrature est annuelle181. À ce propos, J.L. Kupper évoquait « la cristallisation d’une autorité assez floue et plus virtuelle que réelle en domination précise et moins médiatisée »182. Manifestement, aux environs de 1215, la mutation s’est définitivement opérée183. Aussi le règne d’Hugues de Pierrepont constitue-t-il une étape capitale dans l’évolution de l’État liégeois184. Avec ce prélat énergique et opportuniste, l’Église impériale a vécu et une principauté territoriale est née.

50Revenons à présent au maréchalat liégeois. Bien évidemment, celui-ci ne resta pas tel que l’avait souhaité Hugues de Pierrepont, tout spécialement en ce qui concerne l’origine sociale de ses titulaires. Ceux-ci connaîtront, de ce point de vue, une évolution qui est en fait celle de la ministérialité liégeoise tout entière.

  • 185 À ce propos, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 228–234.

51Partageant un même goût pour les armes et un même genre de vie avec la noblesse, les guerriers de la familia sancti Lamberti dont, à l’origine, les maréchaux étaient des membres insignes, vont s’efforcer de s’y intégrer, provoquant par là même, dans la première moitié du xiiie siècle, l’effondrement de la ministérialité185.

  • 186 Cfr C.S.L., t. 2, p. 529–531. — Ganshof, Ministériales, p. 151–152. — Id., « Homines de casa Dei » (...)
  • 187 Sur ce maréchal comme sur tous ceux mentionnés nominalement dans ce paragraphe, cfr, une fois pour (...)

52Ainsi, pour tous ces Berloz qui, entre autres familles, abondent parmi les maréchaux du xiiie siècle, pour ces anciens ministériaux promis à une destinée illustre au sein de la noblesse liégeoise du xive siècle, sans doute leur statut social s’est-il modifié. Reste que, dans un acte de 1295186, Gérard II de Berloz187, un ancien maréchal, apparaît nettement en marge des nobles hommes, comme si ses origines ignobiles se devaient d’être rappelées, d’une manière ou d’une autre.

  • 188 Faimes (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Faimes) ; Jeneffe (Belgique, pr. Liège, arr. Ware (...)
  • 189 Signalons par exemple que sous le règne d’Adolphe de la Marck, le choix du maréchal est largement (...)
  • 190 Sur cette famille, cfr le bon article de de Fossa, Looz-Agimont et Berlo, p. 326–332, 343–344, 350
  • 191 Son père était le frère de Wauthier de Warfusée et le beau-frère de Jean de Langdris, sa femme, la (...)

53Issus d’une ministérialité qui se mue progressivement en noblesse, les maréchaux sont également, pour la plupart, originaires de Hesbaye. Aux Berloz succèdent les Faimes, les Jeneffe, les Warfusée, les Hozémont et autres Harduémont188, pour ne mentionner que quelques exemples représentatifs. Que l’évêque de Liège ait porté son choix — qui n’était pas exempt de mobiles politiques189 — sur les membres de ces lignages n’a somme toute rien d’étonnant. Personne n’était en effet mieux à même de diriger une armée composée, pour une bonne part, de nobles hesbignons, que l’un des leurs. Aussi bien plusieurs familles vont-elles en quelque sorte monopoliser le maréchalat : les Berloz, par exemple, l’occuperont à cinq reprises190. Quant à Rasse de Jemeppe, il était non seulement l’oncle et le neveu de trois maréchaux, mais aussi oncle, beau-père et beau-frère de trois baillis191 — fonctionnaires dont il sera bientôt question. Aussi, au delà d’une pérennisation du maréchalat dans un même lignage, c’est une véritable concentration que nous voyons poindre, celle des fonctions prestigieuses, dirigeantes et rémunératrices dans une même famille et, plus largement, au sein de groupes humains unis par des liens de parenté étroits, une concentration à laquelle conduisent bien évidemment la faveur du prince mais aussi, sans aucun doute, dans une certaine mesure, des stratégies matrimoniales adéquates.

  • 192 Poncelet, Maréchaux, p. 172–177.
  • 193 Id., p. 46, 68.
  • 194 C’est le cas pour Fastré de Faimes (1261–1277), Nicolas de la Heid de Flémalle (1269, 1285), Rober (...)
  • 195 De Godefroid de Skeuvre à Guillaume de Tongres, pas moins de quatorze maréchaux sur dix-neuf ne co (...)
  • 196 Témoin : Id., Actes Hugues de Pierrepont, p. 120–121, 193. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 46 (...)
  • 197 C.S.L., t. 3, p. 74–76 (Alard de Pesches). — Poncelet, Maréchaux, p. 101 (Jean de Harduémont). — 1 (...)
  • 198 Cfr p. 380, 387, 396.
  • 199 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 250.
  • 200 Henri de Hermalle exécute un chevalier (Id., p. 158. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 208).

54Dernier alinéa de ce trop bref portrait du maréchal liégeois : l’évolution de la fonction elle-même. Pour ce qui est, tout d’abord, du nombre de titulaires, le règne d’Henri de Gueldre fait à coup sûr figure d’exception. En effet, rompant avec l’habitude du titulaire unique qui prévaudra à toute autre époque, il est le seul à avoir régulièrement institué deux maréchaux, Jean de Beaufort et Arnould de Rixingen exerçant même leur action de concert192. Fastré de Faimes, quant à lui, remplit sa mission durant quelque seize années et sous les règnes successifs d’Henri de Gueldre et de Jean d’Enghien. Il est en fait l’un de ces hommes, moins rares que ne nous le dit Éd. Poncelet193, qui parvinrent à se concilier les bonnes grâces de plusieurs évêques194. Beaucoup plus inhabituelle, en revanche, est la durée de son mandat. En effet, la plupart des maréchaux liégeois n’assumèrent leurs responsabilités que durant des laps de temps très courts. On pourrait penser que ceux-ci correspondaient aux diverses périodes d’expédition militaire. Et cependant, il n’en est rien. Au vrai, durant tout le xiiie siècle, le maréchal est rarement là où son titre aurait dû le mener, à savoir sur un champ de bataille, à la tête de l’armée liégeoise. Nombreux sont d’ailleurs ceux qui exercèrent leurs fonctions à une époque complètement dénuée d’hostilités195. Ils se bornent alors à jouer les témoins des actes épiscopaux, les médiateurs, les conciliateurs, résolvent les différends, notifient, attestent, confirment les accords, à moins qu’ils n’arbitrent ou ne rendent la justice au nom du prélat ou à son profit196. Quoi qu’il en soit, pour l’évêque, ce maréchal n’est rien de plus qu’un exécutant, pas un consultant, encore moins un décideur. En revanche, le maréchal du xive siècle est tout autre. Les règnes mouvementés d’un Adolphe de la Marck ou d’un Jean d’Arckel sont autant d’occasions, pour lui, d’exprimer ses talents militaires et on le trouve davantage impliqué dans les conflits que soutiennent les évêques197. Toutefois, à la différence de leurs collègues du xiiie siècle, qui restent somme toute assez effacés, certains maréchaux du xive siècle, un Alard de Pesches, un Jean de Langdris ou un Lambert d’Oupeye198, par exemple, acquièrent une réelle stature de conseiller épiscopal. De la lieutenance de l’évêque199 à l’exercice de sa haute justice200, les missions dont ils sont chargés ne s’inscrivent d’ailleurs pas exclusivement dans le cadre de leur maréchalat. Les détenteurs de celui-ci n’en sont investis, en quelque sorte, que par surcroît, leur fidélité ayant été largement éprouvée auparavant.

55En conclusion, il convient de retenir de ce paragraphe une montée en puissance du maréchal liégeois, durant la période qui nous occupe, et, plus largement, une valorisation du rôle des personnes nommées par le prince au détriment des fonctionnaires héréditaires, le tout dans le cadre d’un vaste projet politique dont l’initiateur est, sans conteste, l’évêque Hugues de Pierrepont.

5. Personnel administratif

– Chancellerie

  • 201 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 249 et n. 217.
  • 202 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. xvii—xxxiv. — Hardy, Étude diplomatique Henri de Gueldre. Éditi (...)

56Le lecteur attentif de ce livre n’admettrait pas que celui-ci soit dépourvu d’un paragraphe consacré à la chancellerie épiscopale. Nous nous sommes donc résigné à rédiger quelques lignes à ce propos même si, en cette matière et à la suite de J.L. Kupper201, il nous faut malheureusement faire aveu d’impuissance. En effet, aujourd’hui comme en 1981, les regrets exprimés par ce dernier auteur à propos de l’absence, combien préjudiciable, d’une édition critique des chartes épiscopales antérieures à 1200, restent de mise. Quant aux regestes des actes épiscopaux du bas moyen âge, leur élaboration ne progresse que très lentement et les résultats sont encore très fragmentaires. Aussi, privés du support fondamental que constituerait, à coup sûr, une étude approfondie de la chancellerie épiscopale liégeoise du haut moyen âge, les quelques travaux réalisés çà et là sur les pratiques diplomatiques d’un Jean d’Eppes ou d’un Henri de Gueldre202 sont pour le moins discursifs et n’atteignent, dès lors, à aucune généralité.

  • 203 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 249–252.
  • 204 Stiennon, Écriture diplomatique, p. 354–357.

57Ces remarques liminaires étant posées, il convient pourtant d’énoncer la question suivante : que peut-on dire de la chancellerie épiscopale liégeoise des xiiie et xive siècles ? Appliquant cette même question au haut moyen âge, J.L. Kupper a très bien montré203 qu’à cette époque, la chancellerie liégeoise accuse un retard considérable par rapport à celles des principautés et évêchés voisins. Concluant à l’existence, aux xie et xiie siècles, d’un simple bureau d’écriture des actes et non d’une institution bien organisée, dotée d’un personnel spécialisé, il estime, à la suite de J. Stiennon204 et principalement sur la base de critères paléographiques, que la chancellerie épiscopale reste embryonnaire jusqu’au milieu du xiiie siècle, plus précisément jusqu’au règne de Robert de Thourotte.

  • 205 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 250. — Reusens, Chancelleries inférieures, p. 182.
  • 206 Jean de Heinsberg (1419–1455). Sur Gilain, cfr de Géradon, Gilain de Sart. Cfr encore Hansotte, Ch (...)
  • 207 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 145–146.
  • 208 Cfr Evrard, Documents Flâne, p. 77, 82. Scriptor = scribe, copiste (Stiennon, Paléographie du moye (...)
  • 209 ld., p. 191, s.v°, no 7.
  • 210 Cfr supra, n. 208. — Renardy, Répertoire, p. 450–451. — Verger, Médecins, p. 86.
  • 211 Cfr source n. 208, indications auxquelles s’ajoutent les p. 73, 75. — C.S.L., t. 1, p. 325–326. L’ (...)
  • 212 C.S.L., t. 1, p. 539 ; t. 2, p. 11. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 163, 175 (...)
  • 213 C.S.L., t. l,p. 179.
  • 214 Berlière, Suppliques Innocent VI, p. 658–659. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57. —(...)
  • 215 On la retrouve pour Elbert de Bettincourt (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 385–386, 407–408), (...)
  • 216 Cfr p. 344 n. 214. Cfr encore, dans l’ensemble, Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 95–99 et pou (...)
  • 217 Par exemple, Thierry Cromphuet, clerc et secrétaire de 1358 à 1370, ou Georges de Cathena, mention (...)

58Prenant ces considérations pour support, nous avons porté notre attention, pour notre part, sur le personnel de la chancellerie, tel qu’il nous est révélé par les sources des xiiie et xive siècles. Que constatons-nous ? Tout d’abord, une absence totale de chancelier durant la période envisagée. Après Henri, cancellarius en 1192205, il faut attendre le début du règne de Jean de Heinsberg pour voir apparaître son premier successeur, Gilain de Sart206. Ceci étant, indépendamment du chancelier dont, manifestement, la fonction est tombée en désuétude, aux xiiiexive siècles, les chartes nous font connaître bon nombre de personnages qui, d’une manière ou d’une autre, ont dû jouer un rôle dans leur élaboration, sans qu'il soit pour autant possible de préciser la nature exacte des fonctions qu’ils exercèrent. Deux notaires sont mentionnés en 1216, sous Hugues de Pierrepont207. Henri est scriptor — scribe — sous Jean d’Eppes208. Il appartient en outre au groupe des clerici209, terme désignant, lui aussi, des rédacteurs d’actes. Très fréquemment, tous ces clercs qui souscrivent les chartes épiscopales sont également pourvus d’un autre titre : Thierry est clerc et physicus de Jean d’Eppes210, Gauthier d’Oignies, clerc et chapelain211. Il en va de même pour Elbert, notarius, et Thomas, de curia episcopi212, tous deux chapelains épiscopaux, nom par lequel sont désignés les deux vicaires qui remplacent l’évêque dans le canonicat qui lui est réservé, de droit, à la cathédrale213. D’autres encore, comme maître Thierry Cromphuet de Havert214, étaient à la fois clercs et secretarii du prince, cette dernière appellation étant particulièrement prisée durant la seconde moitié du xive siècle215. Enfin, cinq figures méritent encore d’être évoquées ici dans la mesure où elles illustrent une tournure de rédaction des actes épiscopaux tout à fait particulière, un usage de chancellerie qui naît, semble-t-il, sous Thibaut de Bar et qui connaîtra une grande fortune durant tout le xive siècle. Outre Thierry, on trouve en effet, à de nombreuses reprises et dans des actes épiscopaux de toutes sortes, les noms de Jean de Spiere de Tournai, familiarius d’Adolphe de la Marck, de Georges de Cathena, d’Adolphe Dieulwart et d’Alard de Limbourg, clercs, insérés dans des expressions du type « A. ou G. per dominum », éventuellement complétées par les mots ad relationem suivis d’un nom de conseiller épiscopal, le tout inscrit à l’extrême fin des documents216. Ces hommes qui, notons-le, assument leurs responsabilités simultanément et sous plusieurs règnes successifs217 interviennent probablement dans la rédaction des actes qu’ils signent. Il ne fait guère de doute qu’ils appartenaient à la chancellerie épiscopale, mais à quel titre, nous n’en savons rien.

  • 218 Cfr p. 116 et n. 15.
  • 219 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 117. — Renardy, Répertoire, p. 139–140, 396 et n. 5.
  • 220 Elbert (cfr p. 344 et n. 212) ; Mathieu de Tongres, clerc (Guiraud, Registres Urbain IV, t. 3, p.  (...)
  • 221 Signalons Nicolas de Neuss, notarius, capellanus, servitor et procurator d’Adolphe (Id., p. 401), (...)
  • 222 Étienne de Harchicourt, chapelain (de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 105. — Hautcoeur, Ca (...)
  • 223 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 125.
  • 224 Gérard de Veno (cfr p. 326 et n. 97), Gérard de Bronchorst, clerc de l’évêque (Fierens, Suppliques (...)

59De tout ce personnel de chancellerie, dont, répétons-le, il est souvent impossible de préciser le rôle exact — ce qui peut expliquer l’aspect quelque peu décousu des notes qui précèdent —, de tout ce personnel, disions-nous, la biographie comporte de multiples zones d’ombre et il n’est guère facile, dans ces conditions, de cerner les raisons de leur présence aux côtés de l’évêque. Ceci étant, quelques-unes des constantes qui motivèrent ses choix peuvent être appréhendées. D’une façon générale, il apparaît tout d’abord qu’une majorité de clercs et de secrétaires épiscopaux étaient des gradués, ce qui est tout à fait logique car leurs tâches supposées nécessitaient un minimum d’instruction. Cela dit, chaque évêque choisit son personnel selon des critères qui lui sont propres. Nous le verrons plus loin, pour ses clercs comme pour les hommes de son entourage, Hugues de Pierrepont conserva sa confiance aux familiers de son oncle, Albert de Rethel218, à des gradués qui, comme Jean de Maubeuge219, par exemple, avaient fait leurs preuves et avec lesquels l’évêque privilégie la sécurité dans la continuité. Fidèle au principe qu’il avait déjà suivi dans le choix de ses vicaires généraux, Henri de Gueldre, quant à lui, prit surtout à son service des clercs d’expression thioise220, celle qu’il devait lui-même maîtriser le mieux. Les la Marck, originaires de Westphalie, usèrent, semble-t-il, des mêmes critères221. Quant à Jean de Flandre et à Jean d’Arckel, ils cumulèrent les préoccupations d’Hugues de Pierrepont et d’Henri de Gueldre. Le premier sera suivi à Liège par des clercs flamands, tous chanoines prébendés de Saint-Pierre de Lille, dont Jean de Flandre fut lui-même prévôt222. Enfin, Jean d’Arckel, fidèle à sa légende, dont les chroniques se feront d’ailleurs l’écho223, déplaça à Liège tous ces riches prébendiers originaires des régions septentrionales qui formaient son staff lorsqu’il régnait sur l’évêché d’Utrecht224.

  • 225 Adonyas, chapelain en 1246 (Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 124–125) et Arnould D (...)
  • 226 Cfr p. 343 n. 204.

60Une dernière remarque s’impose. C’est, semble-t-il, à partir du règne d’Adolphe de la Marck qu’augmente le nombre de ces hommes qui, selon toute vraisemblance, faisaient partie du personnel de la chancellerie épiscopale, que leur rôle s’affine, que leur importance s’accroît et que leur profil s’étoffe. En revanche, de ce même point de vue, le règne de Robert de Thourotte ne constitue en aucune façon une rupture. Seuls deux membres de son personnel, un clerc et un chapelain, sont connus225. Avant comme après son règne, sous Hugues de Pierrepont comme sous Henri de Gueldre, les clercs de l’évêque restent souvent anonymes et peu nombreux. Manifestement, ils n’appartiennent pas à une structure policée, à un personnel dont les fonctions seraient strictement définies. Aussi, si l’on prend en considération, non plus seulement certains critères paléographiques et diplomatiques, mais également l’organisation de la chancellerie sous Robert de Thourotte et son degré de développement, il nous semble assez hasardeux de déclarer que c’est avec ce règne que naît à Liège une chancellerie épiscopale digne de ce nom226.

– Personnel de proximité

  • 227 Tribolet (sous Thibaut de Bar) (Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1179), Adolphe (...)
  • 228 Sous Adolphe de la Marck, Henri de Loncin (F.A.M., p. 58) et Guillaume (C.S.L., t. 3, p. 562–563).
  • 229 Étienne (Englebert de la Marck) (F.E.M., p. 530).
  • 230 Henri (Adolphe de la Marck) (F.A.M., p. 161, 400, 403, 406, 471, 472. — F.E.M., p. 419, 651).
  • 231 Lambert de Boecstele (Jean d’Arckel) (F.J.A., p. 57, 78, 84, 125, 135, 139, 140, 166). Kuringen (B (...)
  • 232 Cfr p. 384.
  • 233 Cfr déjà p. 338 n. 175–176. Godefroid et Henri, hostiarii (Hugues de Pierrepont) (Poncelet, Actes (...)
  • 234 Cfr p. 348–349 n. 235, 239–247.

61Clercs, secrétaires et autres chapelains ne sont pas les seuls à constituer l’univers quotidien de l’évêque de Liège. Il en est d’autres, en effet, qui, par leurs fonctions, devaient, eux aussi, partager les moments les plus intimes de la vie du souverain liégeois. Nous signalerons, au hasard des sources, le cuisinier227 et le fauconnier228 épiscopaux, l’armoyeur de monssigneur229, son barbier230 ou son chasseur au château de Curange231. Hormis peut-être le coquus Conrad d’Altena232, cet Allemand pour qui la cuisine de l’évêque fut l’antichambre de son conseil — à moins que l’une ne soit partie de l’autre ? —, bien des membres de ce personnel de proximité restent la plupart du temps dans l’anonymat le plus complet. Et pourtant, même si nous ne pouvons qu’ébaucher ici une question dont nous aurons à reparler à propos de l’entourage proprement dit d’Adolphe de la Marck, il mérite un paragraphe tout entier car certains de ses membres présentaient manifestement une réelle importance aux yeux de l’évêque. Il s’agit, d’une part, de tous ceux qui, en alternance, portent le titre de camerarius, chambrelain, hostiarius et janitor233, et d’autre part, des maîtres d’hôtel234.

  • 235 C.S.L., t. 3,.p. 561, 562 ; t. 4, p. 3. — Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 830–831. — Jean D’ (...)
  • 236 Poncelet, Sénéchaux, p. 317 et n. 1.
  • 237 Cfr p. 336–338.
  • 238 Une ordonnance du 8 octobre 1386 déclare que le chambrelain de l’évêque détenait certaines fonctio (...)
  • 239 Id., p. 345, 396–402, 404–411, 463, 465–479. — F.E.M., p. 918 (ici comme dans la suite de notre te (...)
  • 240 F.A.M., p. 686. — C.S.L., t. 3, p. 264, 335–337, 360 ; t. 6, p. 129, 309. — Poncelet, Maréchaux, p (...)
  • 241 F.E.M., p. 837. — C.S.L., t. 4, p. 191–192, 313–314.
  • 242 F.E.M., p. 758. — C.S.L., t. 4, p. 289. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57. — Piot,(...)
  • 243 F.A.M., p. 404, 413–416, 418, 420, 423, 425–430, 432, 435–448, 450–453, 460–462. — C.S.L., t. 3, p (...)
  • 244 Également receveur de l’évêque (1345), bailli de Hesbaye (1348), conseiller (1350), échevin de Liè (...)
  • 245 Également bailli sous Adolphe de la Marck (1332), échevin de Liège (1349–1370) et substitut de l’é (...)
  • 246 Id., t. 1, p. 222–223. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 475 et n. 34.
  • 247 Fierens, Suppliques Urbain V, p. 604–605, 682. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 3, p. 219 et n. 3. (...)

62Éd. Poncelet voyait en Herman de Revel, varlet, mestres de nostre hostel235, l’héritier des antiques officiers auliques236. Selon nous, une telle opinion est à la fois vraie et fausse. Fausse parce qu’au xive siècle, époque au cours de laquelle ils se multiplient, chambellans et magistri hospitii n’ont pas complètement évincé bouteillerie et paneterie, et que, même s’ils ne sont plus que des hommes de fiefs de l’évêque parmi d’autres, les titulaires de ces honneurs sont encore régulièrement mentionnés237 dans les sources. Fausse encore parce que les fonctions qu’exerce un chambellan238 du xive siècle n’ont probablement plus rien à voir avec le service de la chambre épiscopale, au sens domestique du terme, mais vraie, cependant, parce que, conséquence de ce qui précède, les nouveaux membres de la camera épiscopale se sont approprié le rôle prépondérant que détenaient les Pré ou les Nivelle dans l’entourage de l’évêque du haut moyen âge. Il est des faits qui ne trompent pas. Entre 1336 et 1362, Érembert Westphaling, qui, comme son nom l’indique, était originaire de Westphalie, patrie des la Marck, est mentionné quelque 500 fois dans l’entourage épiscopal239 ; ses collègues, Gossuin de Rivo dit de Gossoncourt240, Macob241 et Borgarde de Kukels hem242, lui aussi probablement originaire de quelque région germanique, à peine moins. Thierry, lui, appartenait à cette famille de Moylant si bien représentée dans l’entourage des la Marck243. D’autres, comme Herbert de Pré244 ou Guillaume Proest de Millen245, occupent simultanément plusieurs postes de confiance. Enfin, un Nicolas Oem246 ou un Herbert de Donck247 font partie de ces gens du Nord dont Jean d’Arckel aimait à truffer son entourage.

63Point n’est besoin, nous semble-t-il, de multiplier les exemples. Moins peut-être par leur action qui, une nouvelle fois, échappe à toute définition précise, qu’en raison de leur origine géographique ou familiale et de leur présence attentive aux côtés du prélat, il apparaît que tous ces varlets épiscopaux forment une composante essentielle de son environnement quotidien.

– Receveurs

64Dernier membre du personnel administratif à mériter quelque développement, le fonctionnaire épiscopal mentionné sous rubrique est sans nul doute l’un des témoins les plus représentatifs du flou artistique qui, souvent, caractérise les institutions liégeoises et, partant, la connaissance qu’il nous est possible d’en acquérir.

  • 248 Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 161 (n°419). — R.C.L., t. 1, p. 386, 396. — Hansotte, (...)

65À son propos, les historiens liégeois affichent cependant une assurance quasi unanime. Selon eux, les termes receptor et cel(l)erarius, ainsi que leurs correspondants et dérivés en ancien et moyen français, sont synonymes. Ils désignent une seule et unique personne : le receveur de l’évêque de Liège248.

  • 249 R.C.L., t. 1, p. 295–297 (1336).
  • 250 C.S.L., t. 3, p. 493–494, 495–497, 499 (1336). À son propos, cfr Id., p. 468, 532–534, 574. — Dari (...)
  • 251 1326, selon Genicot, Chanoines de Huy, p. 78 (?). Il était chanoine et écolâtre de Saint-Jean ains (...)
  • 252 F.A.M., p. 164. Cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 243.
  • 253 Id., Codex, p. 40. — de Borman, Receveurs, p. 137.
  • 254 Le 4 mars 1345, Jacquemin de Binche est présenté comme cellérier de la Cité sede vacante (R.C.L., (...)

66Pour notre part, l’analyse des sources nous permet d’énoncer trois remarques. Il semble tout d’abord que les actions respectives du receveur et du cellérier se soient parfois exercées simultanément. Ainsi Macaire de Mierle, souverain cearier, flanqué de son adjoint, le cellérier Piron des Balances, est-il mentionné exactement la même année249 que le receveur Tilman de Rosmel250. Bien entendu, ceci donne immédiatement à penser que Macaire et Tilman remplissaient, en parallèle, des missions spécifiques et distinctes. Cependant, nous avons également constaté que plusieurs receveurs pouvaient parfois agir de concert. Renier de la Falise251, par exemple, est receveur entre 1305 et 1322, mais ce titre est également porté par Guillaume de Waroux252 et Gossuin de Mierle253, respectivement en 1315 et en 1318. Dès lors, au même titre que ces deux derniers fonctionnaires, Mierle et Rosmel pourraient être deux titulaires contemporains d’une même fonction, l’un d’eux portant un titre un peu particulier, celui de cellérier. Toutefois, si ce qui précède était exact, receveur et cellérier devraient être qualifiés indistinctement tantôt de receptor, tantôt de cellerarius. Or, ce n’est pas le cas. Un receptor pourra parfois s’intituler recheveur ou rechivoir de l’évêque, jamais il ne se verra appelé chérier, cherires ou cellerarius, et il en va de même pour ce dernier. Force nous est dès lors de conclure que le receveur et le cellérier exerçaient des fonctions tout à fait distinctes254.

  • 255 Cfr n. précédente.
  • 256 C’est le cas pour les cellériers évoqués plus haut ainsi que pour Gilles et Alexandre de Lexhy. En (...)
  • 257 Tonloyer de Liège (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 15–16), receveur de la halle de Liège (...)
  • 258 En 1344, durant l’interrègne consécutif à la mort d’Adolphe de la Marck, un chanoine de Saint-Paul(...)
  • 259 Hormis Jacques Chabot, dont il ne nous est pas possible, malgré ce que dit de Borman-Poncelet, Tab (...)
  • 260 Cfr p. 350 et n. 251.
  • 261 Receveur en 1353–1360, échevin en 1354–1385, délégué d’Englebert de la Marck (1360), conseiller de (...)
  • 262 Helmic de Moylant : F.E.M., p. 81, 120, 146, 165, 177, 187, 194. — Martens-Zoete, Regestenlijst No (...)
  • 263 Bâtard de son frère, Robert († 1347). Cfr Groesbeek, Heren van Arkel, col. 212. Cfr encore C.S.L.,(...)
  • 264 Trois remarques encore. 1) Suite au rattachement effectif du comté de Looz à la principauté, l’évê (...)

67Cette conclusion est indirectement confirmée par l’activité — le peu que nous en savons — et par la condition sociale de ces deux fonctionnaires. Pour sa part, le cellérier ne remplit guère que des tâches subalternes. Il est à la tête de la céarie, une cour de tenants devant laquelle s’opèrent, pour l’essentiel, des transactions foncières255. En outre, au cours des xiiie et xive siècles, il n’en est pas un qui sorte de l’ombre256. En revanche, le receveur détient une fonction capitale. Son action est vitale pour le souverain liégeois. Figure de proue d’un personnel qui comprend également tonloyers et receveurs locaux257, il a pour principale mission de percevoir les revenus de la mense épiscopale258, en clair et selon son degré d’efficacité et d’honnêteté, d’assurer un confort financier plus ou moins grand au souverain liégeois. Dans ces conditions, on comprend que l’évêque n’ait jamais confié cette tâche au premier venu. À l’évidence, le receveur, dont les compétences sont souvent utilisées par plusieurs évêques successifs, est un personnage d’envergure259. Riche prébendier comme Renier de la Falise260, homme de confiance nommé par l’évêque à de multiples postes de responsabilité et dont les capacités sont appréciées par d’autres princes — c’est le cas pour Rasse de Haccourt261, Herbert de Pré ou Tilman de Rosmel —, membres de dynasties de conseillers comme Helmic de Moylant ou Jean de Schönau262, voire neveu de l’évêque comme c’est le cas pour Robert de Renswoude263, le receveur est sans conteste et à la différence du cellérier, l’un des personnages majeurs de l’entourage épiscopal264. Peut-être le cellérier liégeois fut-il, pour la ville de Liège, l’homologue de tous ces receveurs locaux que nous évoquions plus haut, constituant avec eux tout un ensemble de fonctionnaires, chapeauté par le receveur général de l’évêché. C’est là une hypothèse gratuite mais logique.

68On le constate aisément, la lignée d’homme de confiance dans laquelle le receveur s’insère est parfaitement hétérogène. Aussi illustre-t-elle à merveille ce principe qui, en toute circonstance, pensons-nous, guida l’évêque dans le choix de ses hommes, ce principe qui, présent en filigrane ou de manière explicite dans tout ce chapitre, dépasse et transcende tout autre critère de sélection : désigner celui qui, à ses yeux, est le meilleur, celui qui travaillera au mieux de ses intérêts.

6. Officiers épiscopaux

  • 265 Cfr Bovesse, Baillis, receveurs, châtelains namurois. — Id., Personnel administratif Namur, p. 444 (...)
  • 266 Hormis quelques notes dans Hansotte, Institutions politiques et judiciaires, p. 78, 99 (pour l’épo (...)

69Il n’est guère d’État médiéval qui n’ait compté, parmi ses notables, des officiers appelés baillis, prévôts et châtelains. De très nombreuses études leur ont été consacrées, et ce pour la plupart des principautés belges265. En revanche, en cette matière, l’évêché de Liège fait à nouveau figure de parent pauvre. Aucun historien ne s’est vraiment intéressé, jusqu’à présent, à ces hommes266 qui, soulignons-le d’emblée, doivent être tenus pour de véritables auxiliaires du pouvoir, pour des relais de la volonté épiscopale. Dès lors, sans entrer dans le dédale des institutions, que nos sources ne nous permettent d’ailleurs pas d’écheveler, essayons de faire le point à leur propos.

  • 267 Les quelques lignes consacrées aux baillis par Daris, Notices, t. 9, p. 73–74, mentionnent cinq ba (...)
  • 268 Signalons Antoine de Jemeppe, bailli de Couvin et de Thuin en 1288 (Barbier, Floreffe, t. 2, p. 18 (...)

70La géographie administrative de la principauté de Liège au bas moyen âge n’est pas établie de façon précise. Néanmoins, compte tenu des catégories d’officiers qui nous sont révélées par les sources, il nous semble que, globalement, l’État liégeois devait comporter quatre circonscriptions très vastes267, les bailliages de Hesbaye, de Condroz, de Moha et d’Entre-Sam bre-et-Meuse, ce dernier n’apparaissant jamais sous cette appellation, mais sous le nom de l’une ou de plusieurs de ses composantes : Thuin, Couvin, Fosses ou Florennes268. Ces ressorts étaient gouvernés par des baillis.

  • 269 Roger de Chimay, châtelain de Couvin, déclare en 1218 :[...] notumfacio quod ego et heredes mei ju (...)
  • 270 Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 436–437. — Deprez, Politique castrale, spéc. les p. 50 (...)
  • 271 Sitôt qu’il eut reçu les régales, Hugues de Pierrepont optimatum utriusque ordinis fidem accepit a (...)

71Outre ces bailliages, la principauté était également divisée en châtellenies. Quelle était l’importance territoriale de celles-ci ? Les frontières des bailliages, dont nous n’avons qu’une connaissance très vague, recouvraient-elles celles des châtellenies ? Nous ne pouvons le préciser. Reste cependant une évidence. Aux xiiie-xive siècles, des châtellenies liégeoises existent bel et bien269 et la principauté est hérissée, à certains endroits stratégiques, de châteaux et de tours fortifiées, qui assurent la protection des terres liégeoises et sont autant de centres domaniaux, judiciaires et administratifs270. Ce réseau castrai complexe et dense revêt assurément une importance capitale aux yeux de tous. Il est véritablement le symbole de la puissance temporelle de l’évêque de Liège271.

  • 272 Deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 295–297 (ses exemples ne nous semblent pas vraim (...)
  • 273 C’est notamment le cas pour les châtelains de Couvin et de Thuin. Il est vraisemblable qu’ils remp (...)
  • 274 Deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 242, 243, 293 (contradictions entre les pages), (...)
  • 275 Pour Franchimont, cfr liste dans les ouvrages signalés p. 353 n. 266. L’office de châtelain a été (...)
  • 276 Cfr p. 252–253 et n. 186. — C.S.L., t. 1, p. 259, 337–339 ; t. 2, p. 351, 453–454. — R.C.L., t. 1, (...)
  • 277 Bormans, Cartulaire Couvin, p. 6. — C.S.L., t. 1, p. 185.
  • 278 de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 277 (sans référence). Baudouin est bailli de Moha. Il y a donc te (...)
  • 279 Cfr p. 335–339.
  • 280 Cfr p. 228–229.
  • 281 Sur le déclin des avoueries, cfr, par exemple, Joris, Ville de Huy, p. 403–408, spéc. p. 408. — Pi (...)
  • 282 Cfr R.O.P.L., p. 331–332. — Barber, Floreffe, t. 2, p. 242. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri (...)
  • 283 Évocation imagée du rôle de l’archidiacre (Gaudemet, Gouvernement, p. 314).
  • 284 C.S.L., t. 3, p. 360.
  • 285 Id., t. 6, p. 114.
  • 286 Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 241–242. — Evrard, Documents Flâne, p. 195–196. — Schoonbroodt, Inv (...)
  • 287 Quix, Burtscheid, p. 272–273.
  • 288 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 198, 330. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 159 (Marchandis (...)
  • 289 Poncelet, Maréchaux, p. 215–216.
  • 290 Evrard, Documents Flâne, p. 166–167, 184.
  • 291 Évoquant à tort le maréchal au lieu du bailli de Condroz (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. (...)
  • 292 Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 187–188. — C.S.L., t. 4, p. 260–263, 505–506. — Piot, Inv (...)
  • 293 À la mort d’Adolphe de la Marck, le chapitre de Saint-Lambert est forcé de rappeler les officiers, (...)
  • 294 Même si chacun a sa spécificité, les baillis liégeois, flamands, hennuyers et namurois remplissent (...)

72À la tête de ces forteresses : des châtelains. Certains ont insisté sur le fait que leurs fonctions étaient multiples272. Nous n’étonnerons cependant personne en affirmant que leur rôle militaire est tout à fait prépondérant. Ils sont en effet chargés de conduire les troupes de leur ressort auprès de l’armée épiscopale en campagne273. Par ailleurs, les châtelains sont et resteront avant tout des commandants de forteresses et, par là même, les garants de la sécurité aux frontières de l’État liégeois. Cependant, la plupart de ces officiers étaient parvenus à rendre leur charge héréditaire274. Seuls quelques châteaux, parmi lesquels Franchimont et Stockem, échappèrent à ce statut275. Dans ces conditions, on comprend aisément que les évêques et surtout le chapitre cathédral liégeois se soient efforcés de limiter la menace que faisait peser l’hérédité de ces offices sur la quiétude de la principauté. De la lutte contre la vénalité des charges à l’obligation pour un châtelain de se marier dans la ministérialité liégeoise, de prêter un serment de fidélité au chapitre cathédral et de lui remettre sa forteresse lorsque le siège épiscopal venait à vaquer276, les mesures prises afin de prévenir la possible turbulence de ces hommes qui pouvaient se considérer comme des princes en leur château, furent multiples. Les faits les justifiaient amplement. Ainsi, le châtelain héréditaire de Couvin poussa-t-il un jour l’outrecuidance jusqu’à déclarer que in residuo spacio castri episcopus ad libitum suum potest sibi domos necessarias edifiacre, dum tamen ibidem munitio non erigatur277. Cet épisode, tout à fait symptomatique, se situe en 1218. Or, si l’on en croit C. de Borman et Éd. Poncelet278, Baudouin de Bollant, bailli, le premier dont nous ayons conservé quelque trace, détenteur d’une fonction non héréditaire dont les titulaires sont désignés par l’évêque, est mentionné pour la première fois en 1223, sous le règne d’Hugues de Pierrepont. De toute évidence, cet évêque, coutumier du fait279, a une nouvelle fois tenté de restreindre l’autorité d’officiers héréditaires encombrants — les châtelains mais aussi, sans doute, les avoués, dont, nous l’avons vu, les charges sont progressivement récupérées par l’évêque280 et dont la fonction connaît un déclin généralisé au profit du mayeur, autre officier épiscopal d’importance281 — en les doublant de mandataires temporaires, révocables au gré de son humeur. Dès lors, sans pour autant causer la perte des châtelains, qui parviennent à se maintenir, invariablement, durant toute la période que couvre ce travail, le bailli épiscopal apparaît véritablement comme le substitut du prélat, dans son bailliage282. Au même titre que l’archidiacre, il est le second, voire même l’œil du prince aux quatre coins de la principauté283 et, sur le plan temporel, son action s’identifie complètement à celle du prélat. Nous le voyons en effet remplacer l’évêque dans le relief de certains fiefs284, procéder à des enquêtes relatives aux limites territoriales de l’État liégeois285, protéger les biens des établissements ecclésiastiques286 ou, au contraire, s’en saisir287, ou encore prendre la tête de certaines expéditions militaires288, le tout, la plupart du temps, sous mandat épiscopal, mais parfois aussi à la demande du maréchal sede vacante289 ou de quelque cour liégeoise290. Cependant, c’est dans le domaine de la justice que le bailli semble avoir principalement oeuvré291. Chargé de faire régner l’ordre et d’appliquer les arrêts au nom du souverain liégeois, il détenait la haute justice épiscopale et, tout spécialement, l’arsin, le droit de feu, cette prérogative princière qui consistait à détruire par le feu le logis de certains homicides. C’est lui qui, en effet, instruit les affaires passibles de l’arsin et qui exécute cette sentence292. Dans les faits, l’action baillivale qui, semble-t-il, connaît une réelle rupture durant la vacance du siège épiscopal293, est donc principalement d’ordre judiciaire294.

  • 295 Devillers, Monuments, t. 3, p. 537. Pour la liste des baillis, cfr p. 353 n. 266.
  • 296 C.S.L., t. 3, p. 310 ; t. 6, p. 266. — Devillers, Monuments, t. 3, p. 531–532, 537. — Kurth, Chart (...)

73Bouillon, possession tout à fait excentrique de la principauté, ne disposait pas d’un bailli. Cependant, l’évêque de Liège se fit représenter, là aussi, par un fonctionnaire par le temps, qui coexistait avec un châtelain héréditaire : le prévôt. Notre information à son propos est pour le moins fragmentaire. Toutefois, il semble que celui que l’on nomme parfois justice de par monsigneur l’eveske dou Liege295 ait été, à l’instar des baillis, le principal représentant de l’évêque à Bouillon, en particulier dans le domaine de la justice296.

  • 297 C.S.L., t. 2, p. 117–118, 123–124. Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 42–44. Sur la to (...)
  • 298 C.S.L., t. 3, p. 529–531. — Goblet est bailli en 1331 (acte mal daté) : Id., p. 2–5 ; t. 6, p. 69. (...)
  • 299 Cfr p. 355 n. 275. Il s’agit de Renier de Berg. Cfr notice dans Uyttebrouck, Gouvernement duché de (...)
  • 300 Par exemple Arnould de Charneux (C.S.L., t. 4, p. 33, 207. — Raikem-polain, Coutumes, t. 1, p. 147 (...)

74Venons-en, à présent, aux critères de recrutement de tous ces officiers. Bien évidemment, dans le choix de ceux-ci comme dans celui de son entourage immédiat, nous le verrons, l’évêque optera toujours pour celui qui, d’une manière ou d’une autre, lui donne des gages d’efficacité et de fidélité. Ce constat général vaut tout particulièrement pour les châtelains, dont l’évêque était parvenu à conserver la nomination. Ainsi, à la tête des forteresses de Sainte-Walburge et d’Awans, l’une créée pour peu de temps par Henri de Gueldre, l’autre confisquée au lignage de Clermont par Adolphe de la Marck, le prélat plaça respectivement Arnould de Rixingen297, son maréchal, et Goblet de Lontzen, ancien bailli et surtout frère d’un Coune du même nom, sans doute l’un des plus fidèles collaborateurs qu’ait jamais eu l’évêque de Liège298. De la même façon, dès 1361, Stockem sera détenu par un proche d’Englebert de la Marck299. Enfin, le château de Franchimont, autre terre liégeoise vulnérable car enclavée dans le duché de Limbourg, verra se succéder, en alternance, d’importants fonctionnaires épiscopaux et des membres de familles influentes300.

  • 301 Herman Hinxt (Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 527. — F.A.M., p. 59). Cfr p. 348 n. 233.
  • 302 Guillaume de Waroux. Cfr p. 358 n. 295 et p. 350 et n. 252.
  • 303 Jean de Langdris (Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 572, 574, 575) et Lambert d’Oupeye (C.S.L., t. 4 (...)

75La prévôté de Bouillon ne pouvait guère être traitée différemment des châtelainies. On trouve à sa tête tout ce que l’entourage épiscopal comptait d’hommes de confiance : son camérier301, son receveur302, ses conseillers les plus proches303.

  • 304 Bovenistier et Mouhin dépendent tous deux de Waremme (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. War (...)
  • 305 Otton (F.A.M., p. 77, 78, 111, 146, 207, 255, 266, 283, 285, 296, 297. — de Borman-Poncelet, Table (...)
  • 306 Par exemple, Englebert de la Marck, demi-frère d’Adolphe (C.S.L., t. 3, p. 330 ; t. 6, p. 76), Jea (...)
  • 307 Gilles Chabot ne fut jamais accepté par les habitants de Thuin car il refusa de prêter serment dev (...)

76Reste le personnel baillival. Sa spécificité mérite assurément quelques commentaires. Globalement, nous pouvons dire que les baillis — tout au moins ceux à propos desquels nous possédons des informations précises — sont, pour la plupart, recrutés au sein de la noblesse principautaire et du patriciat liégeois. Autre constante : les bailliages de Condroz, de Hesbaye et de Moha sont généralement confiés à des hommes du cru. Gérard de Bovenistier ou Amel de Mouhin, Jean de Denville ou Hugues de Bassine304 sont des membres représentatifs de ces petites noblesses hesbignonnes et condrusiennes au sein desquelles l’évêque choisit ses officiers. Quant au ressort de Moha, il est dirigé par des baillis originaires de localités proches de Moha et sera même monopolisé à six reprises par les lignages locaux de Warnant et Warnant-Ladrier305. En se faisant représenter auprès de ses sujets par l’un des leurs, l’évêque de Liège bénéficiait d’un double avantage. Tout d’abord, il promouvait des hommes qu’il avait déjà probablement côtoyés et, en conséquence, savait à quoi s’en tenir à leur propos. En outre, il ne pouvait ignorer que son autorité serait bien mieux acceptée par ses sujets si elle était incarnée, non par un étranger — ce que l’évêque était lui-même, la plupart du temps —, mais par un familier de la population concernée. Ceci étant, il lui était difficile de procéder de la même façon avec le bailliage d’Entre-Sambre-et-Meuse. Aussi, pour l’essentiel, ce bailliage fut-il tenu par des membres de la noblesse de Hesbaye ou bien même de son entourage immédiat306, ce qui n’alla pas sans susciter de graves difficultés307.

77Au delà de leurs origines sociales et géographiques, les officiers dans leur ensemble présentent deux caractéristiques essentielles qui ne peuvent être passées sous silence.

  • 308 Même constatation dans le Hainaut (cfr Cullus, Officiers de justice Hainaut, p. 85).
  • 309 Sur ces personnages, cfr 1) Raoul de Rivo, Gesta, p. 7. — C.S.L., t. 4, p. 30. — de Borman, Échevi (...)

78Tout d’abord, bon nombre de ces auxiliaires épiscopaux semble devenir, au fil du temps, des carriéristes et même de véritables professionnels de l’administration et de la justice308. Nombre de ces fonctionnaires conservent les fonctions baillivales durant dix ou vingt ans, passent allègrement d’une fonction à une autre, voire même les cumulent, parfois de père en fils. Un exemple suffira à illustrer notre propos, celui de Jacques Chabot, membre d’un célèbre lignage patricien liégeois. Maire de Liège en 1343–1344, il devient bailli de Fosses-Florennes en 1345, puis occupe successivement les postes d’échevin de Liège (1348–1362), à nouveau de maire (1348–1352, 1358–1362), puis de bailli de Hesbaye en 1356. Il est également le père de Gilles Chabot, maire de Liège et prévôt de Bouillon, et le grand-père de Jacques, maire de Liège, et Hubin, bailli de Hesbaye et prévôt de Bouillon309.

  • 310 À la différence des personnages qui viennent d’être mentionnés, les premiers baillis sont pratique (...)

79Enfin, ainsi que nous l’avions déjà signalé à propos de la chancellerie, il apparaît que le règne d’Adolphe de la Marck constitue un tournant très net dans l’évolution institutionnelle de la fonction baillivale. Grâce à un accroissement de la documentation conservée et au développement de leur rôle dans la société liégeoise, les baillis, prévôts et châtelains non héréditaires du xive siècle sont mieux connus que leurs homologues des décennies précédentes310. Plus nombreux, ayant une personnalité et une carrière plus étoffées, une vie mieux remplie, ces personnages semblent désormais constituer un rouage essentiel de l’appareil étatique liégeois. Les mesures prises par Adolphe de la Marck seront-elles également un catalyseur pour le proche entourage de l’évêque, pour son conseil privé ? C’est ce que le paragraphe suivant se propose d’établir.

B. Les hommes de l’évêque

1. D’Hugues de Pierrepont à Robert de Thourotte311

  • 311 Outre que certains personnages apparaissent inévitablement dans les deux paragraphes de notre étud (...)
  • 312 Cfr p. 335–339.
  • 313 Gérard de Hozémont, Rigald de Lexhy, Libert de Jeneffe, Fastré de Hemricourt [Poncelet, Actes Hugu (...)
  • 314 Anselme II de Falmagne et Clarembaud II d’Atrive [Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6, 11, (...)

80Élevé à l’épiscopat à l’aube du xiiie siècle, Hugues de Pierrepont se trouve inévitablement à la lisière de deux mondes, l’un, moribond, emporté avec la défunte Église impériale, l’autre, en devenir, celui des principautés territoriales, à l’éclosion desquelles, nous l’avons vu, Hugues de Pierrepont a grandement contribué312. De fait, l’entourage de cet évêque reflète parfaitement cette évolution. Héritier des prélats du xiie siècle, Hugues conserve à ses côtés quelques ministeriales de haut rang313 et l’un ou l’autre nobliaux314, membres de ces lignages qui connurent leur heure de gloire sous ses prédécesseurs. Cependant, l’essentiel n’est plus là. Bénéficiant de l’effacement progressif du synode mixte, l’environnement humain du prélat ne se compose plus, désormais, de comtes lointains et menaçants, mais exclusivement de clercs. À un entourage noble et ministérial qu’il ne pouvait souvent que subir, Hugues de Pierrepont substitue un entourage ecclésiastique sur lequel il pèse de tout le poids de sa personnalité.

  • 315 Cfr p. 318 et n. 58.
  • 316 Il fait partie de l’escorte épiscopale lors du concile de Latran IV (Historia monasterii Sancti La (...)
  • 317 Bormans, Cartulaire Dinant, t. 1, p. 32–35, 37–38. — Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 100–102. (...)
  • 318 Doyens des conciles de Jodoigne (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 123— 125. — Brouette,(...)

81Ainsi, répétons-le, bien loin de se poser en ennemis du prélat, les archidiacres seront au contraire des auxiliaires fidèles315. De même, Hugues trouvera un appui sans faille auprès des abbés de son diocèse, soit que, à l’image de l’abbé Otton de Saint-Laurent316, ils l’accompagnent dans ses pérégrinations, soit, plus fréquemment, qu’ils règlent les multiples conflits naissant dans la principauté ou exercent une juridiction gracieuse, le tout au nom du prélat. En ces matières, les abbés de Leffe, d’Averbode ou de Malonne317 vont se joindre à certains membres du clergé local — doyens de chrétienté et séculiers318 — afin d’alléger la tâche du prince au maximum. Enfin, l’entourage ecclésiastique d’Hugues de Pierrepont, ce sont encore et surtout tous ces hommes qui, parfois, ne détiennent aucune fonction officielle, mais n’en constituent pas moins une équipe de talent, solidaire, en laquelle le prélat peut avoir toute confiance.

  • 319 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 51. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 44, 47. — Rena (...)
  • 320 Cfr p. 116 et n. 15.
  • 321 Jean de Maubeuge : cfr p. 345 et n. 219 ; Gauthier de Saint-Jean, cfr Poncelet, Actes Hugues de Pi (...)
  • 322 Evocation rapide par Id., Monde des maîtres, p. 240–242. Voir les notes où le nom de cet auteur es (...)
  • 323 Cfr supra, p. 334 et n. 144. Ici comme partout dans ce chapitre, nous aimerions évidemment pouvoir (...)

82Dans le recrutement de ses familiers, Hugues usa, selon nous, de quatre critères. Il fit tout d’abord appel à des hommes qui avaient fait la preuve de leur compétence. Ainsi intégra-t-il à son entourage liégeois un clerc prénommé Pierre, qui faisait déjà partie de sa mesnie alors qu’il n’était encore que prévôt de la collégiale de Tongres319. Pour des raisons identiques, Jean de Maubeuge et Gauthier de Saint-Jean, domestici d’Albert de Rethel320, oncle et protecteur d’Hugues de Pierrepont, passèrent au service de celui-ci après le décès du prévôt de la cathédrale, l’un comme clerc, l’autre assumant arbitrages et jugements au nom de l’évêque321. C’est encore cette efficacité née de l’expérience et d’une formation adéquate qu’Hugues apprécia lorsqu’il choisit, pour faire partie de son équipe, bon nombre de magistri322, de ces gradués dont le nombre augmenta considérablement à Liège sous le règne de ce prélat323.

  • 324 Cfr p. 121–122 et n. 48, 314 et n. 29, 323 et n. 75. Pour Jean de Moregny, cfr p. 315 et n. 32.
  • 325 Cfr p. 316 et n. 45, et Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 162, 179 (témoin).
  • 326 Cfr n. suivante.

83Hormis à ces professionnels du savoir, Hugues de Pierrepont accorda également sa confiance — cela va presque sans dire — aux membres de sa famille et à ses compatriotes, lesquels étaient d’ailleurs très souvent des gradués. De la première catégorie, son neveu, Jean d’Eppes, prévôt de SaintLambert (1202–1229), vice-évêque en 1215, dont nous avons déjà si souvent parlé, est sans doute le meilleur exemple324 ; à la seconde se rattachent, parmi d’autres, l’archidiacre Baudouin de Vaux325 et Gauthier de Chauvency326.

  • 327 C.S.L., t. 1, p. 181. — Ob. Saint-Materne, éd. Marchandise, p. 9–11, 101. — Paquay, Cartulaire Ton (...)
  • 328 Ils l’assistent lors de l’érection du chapitre de Saint-Materne (1200–1203) (C.S.L., t. 1, p. 123, (...)
  • 329 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 888–889. Cfr encore, en tant que témoins dans les actes d’Hu (...)
  • 330 Cfr p. 329 et n. 116, et supra, p. 363 n. 316. Une grande amitié le liait à Jean de Liro et à Jean (...)

84Il est enfin un dernier critère de sélection que l’on n’évoque pas très souvent parce qu’il ne nous est guère possible, d’habitude, de saisir l’univers affectif d’un prélat liégeois : l’amitié. Indéniablement, c’est ce sentiment, renforcé par de réelles qualités intellectuelles, qui rassembla autour d’Hugues de Pierrepont un petit cercle d’intimes, formé de quatre clercs : Gauthier de Chauvency, Jean de Liro, Jean de Nivelles et Jacques de Vitry. Avec le premier d’entre eux, qu’il qualifie de dilectus, Hugues de Pierrepont fondera Saint-Materne, l’un des chapitres secondaires de la cathédrale de Liège327. Par ailleurs, ce sont les deux suivants, intimement liés à Gauthier328, qui inciteront l’évêque à ériger le prieuré du Neufmoustier en abbaye329. Reste Jacques de Vitry, originaire du Laonnois comme Hugues et condisciple de Jean de Nivelles, à Paris : il sera l’ami fidèle sur lequel Hugues pourra toujours compter. Evêque auxiliaire, membre de l’escorte épiscopale lorsque l’évêque de Liège gagna Rome pour assister au quatrième concile de Latran (1215), chargé de mission en 1226, Vitry sera encore l’exécuteur testamentaire d’Hugues de Pierrepont et celui qui l’assistera à l’heure de la mort330.

85Jean d’Eppes succéda à son oncle, ce qui pouvait laisser présager que son règne allait se situer dans l’exact prolongement de celui de son prédécesseur. Et cependant, ces prévisions sont encore très loin de la réalité. Il apparaît en effet que Jean d’Eppes n’a pas seulement poursuivi l’oeuvre de son oncle mais qu’il a tout simplement calqué sa politique de recrutement sur celle menée par Hugues, de sorte que, du point de vue de l’entourage épiscopal tout au moins, il n’y a pas de réel hiatus entre les deux règnes. Selon nous, cette évidence se manifeste de deux façons.

  • 331 Cfr infra. Le miles Libert d’Othée, dit Grepons, fut également judex a domino [...] episcopo const (...)
  • 332 Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 78. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 79. — Lecomte, Reges (...)
  • 333 C’est le cas en 1237 pour l’abbé de Floreffe (Lahaye, Cartulaire Andenne, t. 1, p. 7–9), lequel dé (...)
  • 334 Juridiction gracieuse et contentieuse exercée en son nom à Géronsart et à Andenne par les prévôts (...)

86Il apparaît tout d’abord que l’entourage de Jean d’Eppes, à nouveau presque exclusivement religieux331, comprend les mêmes catégories de personnes que celles au sein desquelles Hugues de Pierrepont choisissait ses collaborateurs. Ainsi, les archidiacres restent-ils toujours très présents, certains, Henri de Beaumont332, par exemple, voyant leurs activités se décupler sous le nouvel évêque. Il en va de même pour les abbés du diocèse, lesquels occupent les mêmes postes que sous Hugues de Pierrepont : membres de l’escorte épiscopale ou délégués de l’évêque, souvent chargés du règlement des conflits dans l’ensemble de la principauté333. Enfin, sous l’un comme sous l’autre règne, la juridiction épiscopale est très souvent assumée, pour les affaires locales, par les dignitaires ecclésiastiques de l’endroit334.

  • 335 Curia : C.S.L., t. 1, p. 323–324. Trois arbitres de Jean d’Eppes : maîtres Yvon de Marbotte, dans (...)
  • 336 Pour le premier et le troisième, cfr Evrard, Documents Flâne, p. 73. — Poncelet, Chartes Oignies, (...)
  • 337 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 270–271. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 18. — Lecomte,(...)
  • 338 Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 39. — Balau, Nivelles, p. 75–78. — Gaier, Documents domaines (...)
  • 339 Balau, Nivelles, p. 75–77, 79. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 19. — Franquinet, Inventaris O (...)
  • 340 Wauters, Libertés communales. Preuves, p. 101. — de Borman, Cartulaire Maastricht, p. 39 (serment (...)

87Seconde mesure épiscopale permettant d’expliquer l’étroite parenté existant entre les entourages d’Hugues de Pierrepont et de Jean d’Eppes : celui-ci reconduisit dans leurs fonctions une majorité des conseillers de son oncle et se constitua ainsi une curia où, là encore, se côtoyaient parents, compatriotes du prélat et un grand nombre de gradués335. Ainsi Jean de Maubeuge, Pierre de Dinant ou Baudouin de Vaux336 réapparaissent-ils sous Jean d’Eppes. Baudouin de Barbençon, déjà exécuteur testamentaire d’Hugues de Pierrepont337, devient l’un des principaux conseillers de son neveu : il est son pénitencier, son délégué et opère bon nombre d’arbitrages au nom ou en compagnie du prélat338. Enfin, si c’est sous le règne de Jean d’Eppes, par les multiples jugements qu’il prononça en son nom339, qu’un Hugues de Celles donna la pleine mesure de ses talents de juriste, ses capacités n’en furent pas moins exploitées, dès 1227, par Hugues de Pierrepont340. Il n’est pas nécessaire, nous semble-t-il, de multiplier les exemples : il est tout à fait évident que Jean d’Eppes, qui faisait lui-même partie de l’entourage de son oncle, était idéalement placé pour observer ses collègues et apprécier leur efficacité. Dès lors, c’est tout naturellement que plusieurs d’entre eux — sans doute les meilleurs —, passèrent au service du neveu après avoir assuré le bon fonctionnement du conseil de l’oncle.

  • 341 Evrard, Documents Flône, p. 77 (témoins). Cfr encore Id., p. 82.
  • 342 Sur ces personnages, cfr p. 344 et n. 208, 210, 211. Pour Gauthier d’Oignies, cfr encore Poncelet,(...)

88Pourtant, et nous en terminerons ainsi avec Jean d’Eppes, il serait excessif de dénier toute originalité à ce dernier. Signalons en effet immédiatement que son épiscopat vit apparaître les premiers consiliarii épiscopaux341 — les premiers désignés sous cette appellation, s’entend. En dépit d’une biographie particulièrement lacunaire, nous pensons pouvoir dire que, compte tenu des fonctions qu’ils exerçaient — Thierry et Henri sont respectivement médecin et scriptor de l’évêque, Gauthier d’Oignies est son clerc et son chapelain342 — ces personnages devaient avoir des relations étroites, de très grande proximité, avec Jean d’Eppes.

  • 343 Guillaume eut un règne trop bref pour pouvoir se constituer un « entourage liégeois ».
  • 344 Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 52.
  • 345 Poncelet, Maréchaux, p. 27–31.
  • 346 C.S.L., t. 1, p. 470.
  • 347 Id., t. 1, p. 470, 487, 492. — Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 7–8.
  • 348 C.S.L., t. 1, p. 372. — Evrard, Documents Flâne, p. 80. Sur Lambert de Halloy, cfr Renardy, Répert (...)

89Le règne éclair de Guillaume de Savoie343 et ses bouleversements constituent assurément une solution de continuité entre les épiscopats de Jean d’Eppes et de Robert de Thourotte, deux prélats qui, en outre, n’avaient aucun lien de parenté. Aussi, avec Robert, l’entourage épiscopal devrait-il connaître un renouvellement complet. Cependant, il n’en est rien, tant s’en faut. En effet, pas moins de huit familiers de Jean d’Eppes se retrouvent aux côtés de Robert de Thourotte, et encore ne connaissons-nous pas l’entourage de celui-ci avec toute la précision souhaitée. C’est notamment le cas pour le chevalier Antoine de Momalle, qui procède à une enquête pour le compte de Jean d’Eppes344, ou de Baudouin de Jeneffe, maréchal de ce même prélat345 : tous deux font partie d’une commission agissant au nom de l’ancien évêque de Langres, durant l’une de ses absences (1244)346. Il en va de même pour le jurisperitus Lambert de Hallois, fidejussor et arbitre pour le même prélat347, après avoir exercé des fonctions identiques sous Jean d’Eppes348.

  • 349 Barbier, Géronsart, p. 225–229.
  • 350 Id., p. 226–221, 233, 235–236, 238–240. — Genicot, Noville, p. 219–220. — Brouette, Chartes Salzin (...)
  • 351 Barbier, Géronsart, p. 244. Sur ce personnage, cfr Renardy, Répertoire, p. 408.
  • 352 Cfr ci-dessus, p. 363 et n. 316.
  • 353 C.S.L., t. 6, p. 9, 246. — Wauters, Libertés communales. Preuves, p. 101.
  • 354 Paquay, Inventaire Saint-Barthélemy, p. 108–109.
  • 355 Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 10. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 46–47.

90N’alignons pas les exemples et poursuivons plutôt notre réflexion : bien loin d’en constituer le terme, le règne de Jean d’Eppes n’est, très souvent, qu’une étape dans des carrières très longues, qui débutent sous Hugues de Pierrepont et se prolongent au moins jusqu’à la fin du règne de Robert de Thourotte. Témoins maître Pierre et Otton de Jeneffe. Dès 1225, le premier apparaît parmi ces ecclésiastiques autochtones chargés par Hugues de Pierrepont349 de procéder à des confirmations ou de régler des contentieux dans le Namurois. Nous le retrouvons assumant exactement la même mission sous Jean d’Eppes350 et sous Robert de Thourotte351. Quant à Otton, doyen de Saint-Paul et neveu de l’abbé de Saint-Laurent qui officiait sous Hugues de Pierrepont352, il juge au nom de ce dernier353, rend une ordonnance pour le compte de Jean d’Eppes354 et prononce à nouveau une sentence à la demande de Robert qui, par ailleurs, le nomma proviseur et conservateur des biens de l’abbaye de Saint-Jacques en 1243355. Ces deux exemples, choisis parmi d’autres, ne laissent place à aucun doute. Il est manifeste que le décès d’un évêque de Liège n’entraîne pas la chute de ses familiers. Aussi, en l’absence de liens de parenté entre le prélat et ses hommes et de tout autre paramètre visible, on peut légitimement penser que ce sont les capacités de ces derniers qui, dans l’esprit de l’évêque, font la différence.

  • 356 Cfr notamment le clericus Arnould Digant, p. 347 n. 225, et les maîtres également employés par Hen (...)
  • 357 Cfr p. 141 et n. 172.
  • 358 Cfr p. 329.
  • 359 R.O.P.L., p. 42. — Simon-Aubert, Boniface de Bruxelles, p. 161.
  • 360 Cfr p. 139 n. 162, 316 et n. 46.
  • 361 Visite de l’abbaye de Vlierbeek, p. 483–486. — Daris, Looz, t. 2, p. 13–14. Cfr encore Ruwet, Cart (...)

91Avant de passer au paragraphe suivant, il convient d’apporter encore deux précisions à propos de l’entourage de Robert de Thourotte. Signalons tout d’abord, parmi les nombreux gradués qui le composent356, deux personnalités de tout premier plan : le théologien Boniface de Bruxelles et Jacques de Troyes, juriste et théologien. Robert connaissait Boniface depuis 1236, date à laquelle la succession de ce dernier, alors évêque de Lausanne démissionnaire, était réglée par l’évêque de Langres357. Il est très probable que leurs rapports professionnels se sont alors teintés de sympathie. Toujours est-il que Boniface officiera à Liège comme évêque auxiliaire dès 124 2358 et terminera également, à la faveur de Robert, plusieurs contentieux mettant aux prises l’évêque et ses sujets359. Quant à Jacques de Troyes, le futur pape Urbain IV, il fut le collègue de Robert au chapitre cathédral de Laon360. Devenu évêque de Liège, ce dernier l’appela à ses côtés et lui confia, à plusieurs reprises, la visite des églises du diocèse361.

  • 362 Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 209–210, 246–250. Sur ce personnage, cfr infra et p. 372 et (...)
  • 363 Daris, Notices, t. 10, p. 173–179.
  • 364 Thys, Beguinage Tongres, p. 417–419.
  • 365 Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 119–122.

92Dernière remarque : le règne de Robert de Thourotte voit naître deux vocations d’auxiliaire épiscopal, celles de deux clercs dont la renommée sera considérable sous l’épiscopat suivant. En 1245, le prélat charge Marcuald de Modène de nommer un curé en son nom362. Quant à Renier de Tongres, après avoir réalisé une visite canonique à la demande de Jean d’Eppes363, il se voit nommé conservateur des béguinages du concile de Tongres en 1243364 et est encore mentionné dans le cadre de ces fonctions en 124 5365.

2. Henri de Gueldre

93Si l’on veut apprécier de façon nuancée la composition de l’entourage d’Henri de Gueldre, il est impératif de garder présent à l’esprit les principaux aspects de la personnalité et de la vie de ce prélat hors du commun. Revenons-y brièvement.

  • 366 Sur tout ceci, cfr p. 145–150.

94Lorsqu’en 1247, selon les voeux d’innocent IV et grâce à une parentèle particulièrement séduisante aux yeux de Rome, Henri accède au trône de saint Lambert, il est précédé d’une carrière ecclésiastique déjà longue. Cependant, il n’a pas trente ans et n’a jamais détenu de prébende liégeoise. Aussi probablement ne connaît-il pas grand monde au sein du clergé liégeois. De plus, il lui manque cette expérience du pouvoir au plus haut niveau, une carence qui ne pouvait être que partiellement compensée par une personnalité exceptionnelle, faite de fougue et de détermination. Enfin, cet homme que l’on dit peu instruit, qui n’est ordonné prêtre et consacré qu’en 1260, n’a guère de disposition pour les devoirs religieux qui incombent à la mission épiscopale. Son existence tout entière se déroulera en marge de l’Église mais de plein-pied avec le siècle. Quoi qu’il en soit, s’il veut assurer la pérennité de la fonction qu’il incarne, un évêque de Liège se doit d’interpréter correctement un double rôle : celui du prince et celui du pasteur. Aussi, devant de telles exigences, Henri de Gueldre choisira-t-il un entourage capable de pallier au mieux ses insuffisances366.

  • 367 Cfr p. 125–138, 143.
  • 368 Richarde, comtesse de Gueldre, grand-mère d’Henri, et Agnès d’Everstein, mère d’Otton, sont cousin (...)
  • 369 C.S.L., t. 1, p. 540. — Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 649. — Grauwels, Regestenlijst Komma (...)
  • 370 C.S.L., t. 1, p. 539. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 51.
  • 371 C.S.L., t. 2, p. 30.
  • 372 Cfr p. 315 et n. 36.
  • 373 Id., t. 1, p. 540 ; t. 2, p. 63, 119, 143. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 1 (...)
  • 374 À son propos, cfr Monasticon, t. 6, p. 46–47. — Pirenne, Livre Guillaume de Ryckel, p. v—xxviii, s (...)
  • 375 Cfr p. 147–148.
  • 376 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 374–379. — Delanne, « Commune » nivelloise. Cf (...)

95Avant tout, l’élu de Gueldre, qui, en 1247, ne connaît Liège que de nom, s’appuiera sur des intimes, en particulier sur certains membres de son lignage. Témoin Otton d’Everstein, celui-là même qui avait usurpé le trône de saint Lambert en 1238–1239 et s’était fait haïr du peuple liégeois367. Avec Henri, il connaît un regain de faveur, une fortune nouvelle, qui illustre parfaitement le mépris que pouvait avoir le souverain liégeois pour l’opinion publique. Chanoine de Saint-Lambert et proche cousin du prélat368, Otton est mentionné à dix reprises dans son entourage, sans titre particulier369. Il sera notamment son fidejussor (1251)370 et arbitrera un litige entre l’évêque et le prévôt de Saint-Lambert371. Autre consanguineus épiscopal à avoir bénéficié de la confiance du Gueldrois : Englebert d’Isembourg372, lequel est nommé archidiacre en 1260. Jouant un rôle similaire à celui d’Otton, il apparaît lui aussi de multiples fois aux côtés du prélat373. Signalons enfin Guillaume de Rijkel, abbé de Saint-Trond374. Certes, il n’est pas un familier de l’hôtel épiscopal. Pourtant, c’est à ce secrétaire et chapelain de Guillaume de Hollande, roi des Romains et allié inconditionnel d’Henri de Gueldre375, que celui-ci confiera la mission d’anéantir la commune instaurée de force par les bourgeois de Nivelles, dans les années 1262–1263376.

  • 377 À ce propos, cfr p. 323–325 et n. 76, 78, 86–88.
  • 378 Dans l’ordre des tâches évoquées, indépendamment de ses fonctions de vicaire général, cfr Willems,(...)
  • 379 En même temps que Godefroid de Gueldre (Berlière, Visitationsrecesse, p. 593–595).
  • 380 Cfr Id., p. 593–597. — Daris, Notices, t. 10, p. 181–185. — ID., Looz, t. 2, p. 15–16. — Franquine (...)
  • 381 Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 214–223, 255. — ID., Actes Aix-la-Chapelle, p. 106–111. — I (...)
  • 382 Paquay, Regesta Renier de Tongres, p. 53–60. — Berlière, Visitationsrecesse, p. 593–598. — Daris, (...)
  • 383 Berger, Registres Innocent IV, t. 4, p. 316. — Renardy, Répertoire, p. 446, qui ne connaît pas l’a (...)
  • 384 Sur les deux premiers, cfr p. 367–368 et n. 339, 340, 347, 348. Lambert est également fidejussor d (...)
  • 385 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 177–178.
  • 386 Gérard, official, fut chargé par Jean d’Eppes de forcer un chevalier à réparer ses torts envers le (...)

96Un dernier parent d’Henri, son neveu Godefroid, nous permet d’évoquer immédiatement cette véritable corporation au sein de laquelle l’élu de Gueldre recruta bon nombre de ses conseillers : le monde des magistri. De cet entourage gradué, Godefroid de Gueldre mais aussi le célèbre Renier de Tongres, sont, à coup sûr, les figures marquantes. Ils incarnent à merveille ce savoir qui fait défaut à Henri et ce sont eux qui, plus que tout autre, assumeront l’essentiel des responsabilités religieuses d’un prélat habitué à troquer sa mitre contre un heaume. Ces deux spécialistes du droit, qui se succéderont à la tête du vicariat général377, déploieront, au nom de l’évêque, une activité intense et multiforme. Dès 1248, Godefroid défend les intérêts du souverain liégeois lorsqu’une alliance diplomatique est scellée ainsi que dans les conflits religieux et politiques, avec ce titre révélateur de conservator pacis et promissions fautorum venerabili domino Henrico378. Quant à Renier, qui fut visiteur apostolique dès 1252379, il assurera la relève de Godefroid et, en compagnie de ce dernier380 et de Marcuald de Modène381, autre universitaire de renom, il endossera la visite du diocèse ainsi que l’élaboration et la publication des statuts visant à la réforme des établissements ecclésiastiques382. À côté de ces figures de proue, Henri de Gueldre fera encore appel à divers autres gradués. Certains, comme Simon de Treiste383, lui serviront d’émissaire. D’autres, tels Lambert de Hallois, Hugues de Celles ou Gérard de Bohan384, seront employés pour leurs qualités de jurisperiti385, des compétences dont ils avaient déjà fait montre sous Robert de Thourotte. À l’instar de ces derniers, Gérard de Bierset fut lui aussi employé par le prédécesseur d’Henri de Gueldre, voire par Jean d’Eppes. Il arbitrera à plusieurs reprises, sur la demande de l’évêque386. Ainsi, la continuité de l’entourage épiscopal, par delà les divers règnes, estelle donc toujours de mise dans la seconde moitié du xiiie siècle, tout spécialement du point de vue des magistri. Elle est cependant beaucoup moins explicite sous l’épiscopat d’un homme qui présidera aux destinées de la principauté pendant quelque trente années et ne présente guère d’affinités avec ses prédécesseurs.

97En fait, l’entourage savant de l’élu de Gueldre, voire son environnement tout entier, présente un caractère qui lui est propre : nombre de ceux qui le composent, choisis par un homme originaire des Pays-Bas actuels, s’exprimaient en thiois, ce qui, sans doute, devait faciliter la communication entre le prélat et ses subordonnés, et accroître l’efficacité administrative.

  • 387 C.S.L., t. 2, p. 83 (1255). Également plusieurs fois témoin de cet évêque (Delescluse-Brouwers, Ca (...)
  • 388 C.S.L., t. 2, p. 188–191 (1268). Également de nombreuses fois témoin de cet évêque (Poncelet, Maré (...)

98Auprès d’Henri de Gueldre, prélat belliqueux s’il en est, un troisième et dernier groupe social devait immanquablement reconquérir une partie du crédit perdu sous trois évêques épris de liturgie cistercienne : celui des hommes de guerre. Deux lignages nous semblent s’être réparti les faveurs épiscopales : les Beaufort et les Faimes. L’un comme l’autre donneront des maréchaux à la principauté. Toutefois, l’action d’un Jean de Beaufort ou d’un Fastré de Faimes dépasse largement le cadre de son maréchalat. Le premier percevra certaines amendes dues au prélat387 ; le second, signalé à de nombreuses reprises dans le sillage d’Henri, arbitrera un conflit entre l’évêque et Malines388.

  • 389 C.S.L., t. 2, p. 140, 188–191. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 343–344. Également témoin (...)
  • 390 Cfr p. 323 et n. 81.
  • 391 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 423. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lamb (...)
  • 392 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 392–393. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 25 (...)

99En polarisant d’autres membres de leur lignage, ces deux miles illustrent, sous certains aspects et de façon encore bien timide, ce phénomène qui connaîtra sa plénitude au xive siècle, sous les la Marck, à savoir l’accaparement de l’entourage épiscopal par quelques familles opportunistes. Outre les Beaufort et les Faimes, le règne d’Henri de Gueldre offre encore deux bons exemples de cette réalité qui n’est encore qu’en germe : le chevalier Gauthier de Lowaige et Jean d’Heure, médecin de l’évêque. Dès 1259 et par trois fois, le premier fut chargé par Henri de régler d’importants litiges389, mettant en jeu l’avenir de l’État liégeois. Il est sans nul doute un proche parent de Francon de Lowaige390, vicaire général de 1270 à 1273. Quant à Jean d’Heure391, ses liens de parenté avec un Jacques du même nom, famulus de l’évêque en 127 2392, ne pouvaient être que très étroits.

3. De Jean d’Enghien à Thibaut de Bar

100Les règnes de Jean d’Enghien et d’Adolphe de Waldeck présentent un point commun : ils ne nous sont guère connus. Le premier de ces prélats laissera une image insipide, celle d’un prince trop peu impliqué dans les événements de son temps ; le second, évêque durant à peine un an, régna trop peu pour marquer son époque.

  • 393 Tongerlo, p. 55. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 86./ Jean de Hocsem, Chronicon, p. 109. — 1402,(...)
  • 394 C.S.L., t. 2, p. 276–277. Cfr encore Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 191–193. Sur ce personnage, cf (...)
  • 395 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 134. Cfr encore Poncelet, Maréchaux, p. 193. (...)
  • 396 Mathieu dit Matons (Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 191–193). À son propos, cfr encore de Borman, É (...)
  • 397 Mentionné à trois reprises comme témoin dans des actes de Jean d’Enghien : Ruwet, Cartulaire Val-D (...)
  • 398 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 134. — Poncelet, Vache, p. 290.
  • 399 En 1277, Jean d’Enghien imposera l’un de ses anciens condisciples à la faculté de théologie de Par (...)
  • 400 Poncelet, Vache, p. 293–294, 334. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 316–317.
  • 401 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 225–226. — Renardy, Répertoire, p. 316. — Pycke, Répertoire, (...)

101De cet état de fait pâtit, inévitablement, la perception que nous pouvons avoir de leur entourage. D’Adolphe, nous savons simplement qu’il était entouré de sa familia quand il expulsa les Lombards de sa capitale et lors d’une échauffourée dans la cité de Fosses393. Quant aux rares personnes qui semblent avoir assisté Jean d’Enghien dans une action plus que limitée, elles ne se prêtent pas vraiment à une analyse globale. Ce ne sont finalement que quelques individualités : un moine puis abbé du Val-Saint-Lambert, qui représente le prélat lors des féodalisations d’alleux394 ; maître Jean de Reims, un futur official qui arbitre un différend au nom du prince395 ; un échevin de Liège396 ou un chanoine de Saint-Lambert, Guillaume de Petersheim397, qui assumeront l’une et l’autre missions398. Peu de chose en vérité. Seuls sentiments que manifesta Jean d’Enghien dans le choix de ses proches : un désir de continuité lié, probablement, à un souci d’efficacité, et la volonté de promouvoir quelque relation399. Ainsi les deux magistri Jacques de Castagne, professor decretorum, procurateur de l’évêque lors de la guerre de la Vache de Ciney400, ou Jacques Berdanente de Trévise, autre collaborateur d’importance401, étaient-ils, l’un originaire de Tournai, l’autre, chanoine à la cathédrale de cette ville, sous l’épiscopat tournaisien de Jean d’Enghien. C’est là tout ce que l’on peut dire sur les hommes de cet évêque particulièrement effacé.

  • 402 Cfr p. 332 et n. 136.
  • 403 Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 34–35. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 235.
  • 404 Cfr p. 346 et n. 222.
  • 405 Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 247. — Id., Vache, p. 334. À son propos, cfr Renardy, Répertoi (...)
  • 406 Il conseille l’évêque (du conseil de) lorsque ce dernier réglemente habit et obligations religieus (...)
  • 407 Il tranche un différend avec Gérard d’Alost (Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 34). Cfr Re (...)
  • 408 Il est chargé de vérifier la pertinence d’une sentence d’excommunication portée contre le clergé l (...)
  • 409 Pycke, Répertoire, p. 92–93.
  • 410 Cfr p. 375.
  • 411 Il arbitre des différends survenus entre le chapitre de Saint-Lambert et l’évêque (1283) (C.S.L., (...)

102Venons-en, à présent, aux collaborateurs de Jean de Flandre, Hugues de Chalon et Thibaut de Bar. À l’instar de leurs prédécesseurs, ces trois prélats seront donc envisagés ensemble. Il n’y a là rien d’étonnant. En effet, l’entourage de chacun de ces évêques fut marqué au sceau de la famille. Ce fut bien sûr tout particulièrement le cas pour Jean de Flandre. Certes, ce brillant décrétiste, formé à la célèbre école de Bologne, aimait à s’entourer de gradués. Certains, comme l’official Jean de Lille402, juriste, ou Gérard d’Alost403, qui fut chargé d’une enquête et d’un arbitrage par l’évêque, avaient fait leurs études en même temps que lui, dans la même cité italienne. D’autres étaient d’origine flamande, tels ces clercs et ces chapelains issus du chapitre de Saint-Pierre de Lille, dont Jean avait été le prévôt404, ou ce Gilles de Tournai, juriste, clerc de l’évêque en 1278 et en 1285405. D’autres enfin — pour ne pas citer Baudouin d’Autre-Église406, Gilles Patin407 et autre Jean d’Avesnes408 — venaient de Tournai où Jean de Flandre avait exercé les fonctions de trésorier jusqu’à son accession au trône épiscopal messin409. Jacques de Castagne, déjà employé par Jean d’Enghien410 mais également arbitre et conseiller sous son successeur411, en est un bon exemple.

  • 412 À son propos, cfr p. 156 n. 262. Curia : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 74.
  • 413 Cfr p. 156–157.
  • 414 Cfr p. 250–251.
  • 415 Id., p. 82–83. — Tongerlo, p. 40–41. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 477–479.
  • 416 Cfr n. précédente.
  • 417 Tongerlo, p. 41, 44. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 86. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. (...)
  • 418 Confirmation par évêque et duc de tous les traités d’alliance entre comte de Namur et évêque de Li (...)
  • 419 Cfr p. 346 n. 222.
  • 420 Cfr p. 176 et n. 385. — arbitre dans des différends évêque/chapitre de Saint-Lambert (Id., t. 2, p (...)
  • 421 de Saint-genois, Inventaire Rupelmonde, p. 180. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 503–504. Arras était (...)
  • 422 Arbitre pour l’évêque (C.S.L., t. 2, p. 365–366), surarbitre dans un différend évêque/archidiacre (...)
  • 423 Brouwers, Comté de Namur. Chartes, t. 1, p. 230. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 239–240. — (...)
  • 424 C.S.L., t. 2, p. 469–472. Il est également plusieurs fois témoin dans des actes de Jean de Flandre(...)
  • 425 Wyffels, Deux emprunts. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 29, 93. — Bormans, Cartulaire petite (...)

103Toutefois, même si ces gradués, présents en très grand nombre, ont joué un rôle majeur aux côtés de l’évêque de Liège, l’essentiel n’est sans doute pas là. L’homme fort de la curia du prélat, c’est sans conteste son père, le comte de Flandre Guy de Dampierre412. Celui-ci avait été à la base de son transfert de Metz à Liège413. Aussi, lui qui possédait également la terre de Namur, voisine de la principauté, trouva-t-il légitime, sans doute, de retirer un profit maximum de ses succès diplomatiques. Et, de fait, favorisé en cela par un fils malingre ou absent pour cause de kidnapping, par un évêque aux abois, dont, très souvent, il fut le seul à assurer la survie financière414, le comte de Flandre exerça une lourde emprise sur la politique de la principauté et ceci, selon nous, de deux manières différentes. À certains moments, on le voit très bien, c’est Guy de Dampierre lui-même qui, présent à Liège, tire toutes les ficelles. Ne nous dit-on pas que episcopo decumbente, il agit comme s’il était le mambour de la principauté415. Les faits donnent raison aux chroniques. C’est en effet le comte qui scelle le sort des prisonniers brabançons, pris au piège lors de l’attaque de la forteresse de Cornillon416. C’est encore lui qui entend instaurer un impôt afin de récupérer l’argent qu’il avait prêté à son fils417. Enfin, il est clair que les traités, arbitrages et autres conciliations entre Liège et la Flandre n’ont jamais été aussi nombreux que sous les règnes parallèles de Jean et de Guy de Dampierre418. Toutefois, le comte ne pouvait s’occuper exclusivement de Liège. Ses États réclamaient également son attention. Aussi s’arrangea-t-il pour être présent dans l’entourage de son fils, par le biais de quelques personnes de confiance. Sans doute est-ce le rôle qui fut dévolu à Gérard de Ferlin, clerc flamand, secrétaire de l’évêque puis du comte et intermédiaire entre les deux hommes419, à l’archidiacre Guillaume d’Arras, probablement le plus proche collaborateur de l’évêque420 et aussi l’un de ses créanciers, auquel le père remboursera les dettes du fils421, à Jean des Canges, ce doyen de Saint-Lambert qui fut l’homme de confiance du prélat422, mais était également pensionné par Guy de Dampierre423, et enfin à ce Warnier de Daules, arbitre pour le compte de Jean de Flandre424, mais aussi l’un des hommes les plus en vue à la cour de Namur425. On l’aura compris, il ne fait guère de doute que par son action personnelle — sous-jacente et donc souvent invisible — et aussi probablement par celle des antennes qu’il avait installées à Liège, Guy de Dampierre parvint à verrouiller, durant dix ans, l’entourage de son fils et une bonne part de la politique épiscopale liégeoise.

  • 426 Cfr p. 165 et n. 311.
  • 427 Cfr trois lettres adressées par Hugues de Chalon à Édouard Ier, roi d’Angleterre, lettres par lesq (...)
  • 428 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 98. Selon G.A.T., t. 2, p. 230, ce sont les excès de Jean, cautionné (...)
  • 429 Les sources narratives (Ibid. Jacques de Hemricourt, Awans, p. 6 — qui le qualifie de mambour. —(...)
  • 430 Au nom de son frère, Jean proteste contre la frappe de la monnaie par un seigneur, laquelle se fai (...)
  • 431 Traité entre les deux Chalon et le duc de Brabant (1300) : Jean est pleige de son frère et surarbi (...)
  • 432 de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 56–57.
  • 433 C.S.L., t. 2, p. 586–587.

104Dans le cas d’Hugues de Chalon, ce n’est plus un père, mais un frère, à la personnalité tout aussi fascinante, qui a complètement absorbé l’entourage épiscopal : Jean de Chalon-Arlay426. Ce dernier est en fait le seul personnage dont l’influence sur l’évêque de Liège est vraiment perceptible. C’est somme toute bien normal. Les deux hommes partageaient en effet le même sang, la même haine de Philippe le Bel et aussi, sans doute, un même appétit pour l’argent et les faveurs427. Aussi Jean fut-il présent à tous les moments de la carrière épiscopale de son frère. Hugues de Chalon, dont le règne liégeois ne fut qu’une lutte ininterrompue avec ses sujets, pourra toujours compter sur cet homme animosus et doctus428, que ce soit pour mâter quelque insurrection seigneuriale429, pour protéger ses intérêts monétaires430, se poser en pleige431, garant432, surarbitre, ou pour renforcer de son sceau l’autorité d’un acte de donation433.

  • 434 Cfr p. 253–254.
  • 435 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 116–117. — 1402, p. 249–250 (1303). — Tongerlo, p. 58. Cfr encore C. (...)
  • 436 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 117–118. — 1402, p. 250. Sur Pierre de Bar, cfr encore Poncelet, Mar (...)
  • 437 À ce propos, cfr Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège. Mirwart (Belgique, pr. Luxembourg, ar (...)
  • 438 Id., p. 200–201, 249–253. Cfr encore Limbrée, Thibaut de Bar, p. 52, 113.
  • 439 Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 255.
  • 440 Id., p. 202, 256.
  • 441 C.S.L., t. 3, p. 74–76. — Limbrée, Thibaut de Bar, p. 52, 113.

105Axé sur les faits d’armes plus que sur l’eucharistie, l’épiscopat de Thibaut de Bar se devait, lui aussi, d’accorder une importance maximale à la parentèle. Aussi, ce n’est plus cette fois l’un de ses membres mais une famille tout entière qui va s’insinuer, sans difficulté, parmi les auxiliaires épiscopaux. Retenu à Rome434, Thibaut délégua à Liège ses frères Pierre et Jean, ce dernier exerçant d’ailleurs la mambournie435. Ils seront amenés à répondre ensemble, par les armes, à une révolte fomentée par Maastricht436, tandis que, à plusieurs reprises, au cours de cette fameuse querelle qui opposa l’évêque de Liège aux comtes de Hainaut à propos de la terre de Mirwart437, Jean servit de pleige à son frère438 et sera même capturé par les Hennuyers439, conscients de sa valeur en tant que monnaie d’échange. C’est un troisième frère de Thibaut, Érard, qui, en 1308, capturera des émissaires de la comtesse de Hainaut et les conduira hors de la principauté440. Enfin, Renaud, évêque de Metz, assumera une bonne part du rôle arbitral que joua le lignage de Bar sous le règne liégeois de l’un de ses cadets. Il régla en effet un conflit entre le duc de Lorraine et le prélat liégeois, et servit en outre de garant à ce dernier441.

  • 442 Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 89–95. — Villermont, Pesches, p. 7–12.
  • 443 Il appartient à une branche collatérale de la famille de Rumigny tandis que le duc de Lorraine, Th (...)
  • 444 En 1307, le duc déclare ne pas réclamer de dommages à Alard de Pesches (C.S.L., t. 3, p. 74–76).
  • 445 Dès 1307 (Id., t. 3, p. 74–76).
  • 446 Cfr p. 471.
  • 447 Notamment le siège du château d’Agimont (1402, p. 254. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 97. — Ton (...)
  • 448 C.S.L, t. 3, p. 99–101, 104–106.
  • 449 Devillers, Monuments, t. 3, p. 586 n. 2. — C.S.L., t. 6, p. 292. — Vannérus, Documents conflits Ha (...)

106À côté des frères de Bar qui, de toute évidence, exercèrent une influence considérable sur Thibaut, il est un dernier chevalier que nous ne pouvons passer sous silence, dans la mesure où il fut véritablement un compagnon de tous les instants pour l’évêque de Liège. Il s’agit d’Alard de Pesches442. Proche parent443 et aussi parfois ennemi du duc de Lorraine444, Alard, maréchal445 puis lieutenant446, suivit Thibaut dans toutes ses expéditions militaires et l’incita même à en entreprendre de nouvelles447. Cependant, c’est surtout en tant que fondé de pouvoir de l’évêque448, en particulier lors de l’affaire de Mirwart449, qu’il prêta son concours au souverain liégeois.

  • 450 Enquête pour le remplacement de deux églises par une seule (Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 2, p. 2 (...)
  • 451 Enquête pour l’érection d’une église en collégiale (Juten, Breda, p. 292–295). Également délégué d (...)
  • 452 Membre de la mesnie de Thibaut de Bar (Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 93–94), il est clerc (...)
  • 453 Fait une enquête pour le compte de l’évêque (Petit, Inventaire Houffalize, p. 100) et la visite de (...)

107Notre brève évocation de l’entourage de Thibaut de Bar appelle une dernière remarque. Peu enclin à remplir lui-même ses obligations épiscopales, Thibaut de Bar, à l’instar d’Henri de Gueldre, n’hésita pas à faire appel, pour les actes de la pratique religieuse — visite du diocèse, enquête en vue de l’érection d’une collégiale ou de l’institution d’un prêtre — ou administrative — recensement de biens — à des hommes d’église de tout bord, du simple doyen de chrétienté au brillant universitaire, en passant par le chanoine cathédral, du doyen de concile d’Hilvarenbeek450 à Walter de Marguel451 et à Pierre d’Awans452, en passant par le chanoine Henri d’Orjo453.

4. Les la Marck

108Les règnes successifs d’Adolphe et d’Englebert de la Marck représentent exactement un demi-siècle d’histoire liégeoise et cette longue période, au cours de laquelle les bouillonnements à la fois sociaux et urbains contrastent avec une réelle stabilité à la tête de l’État liégeois, vit se croiser, dans les coulisses du pouvoir épiscopal, de multiples figures, de la plus effacée à la plus « médiatique ». Bien entendu, il n’était pas concevable de dresser ici le catalogue détaillé de cette administration foisonnante. Aussi nous sommes-nous plutôt attaché à mettre en exergue les lignes de force qui se dégagent de la composition de cette élite du pouvoir, des lignes de force qui sont en fait celles de la politique menée, sans interruption, durant cinquante ans, par deux prélats d’origine germanique, et ce en matière de recrutement du personnel épiscopal.

109Globalement, nous dirons que les proches de ces deux évêques se répartissent en trois groupes distincts.

  • 454 Avant son avènement, Adolphe ne disposait pas de prébende liégeoise, contrairement à Englebert, qu (...)
  • 455 Il est le jumeau de Cunégonde, l’épouse de Thierry de Heinsberg (cfr p. 235). Adolphe lui procura (...)
  • 456 R.C.L., t. 1, p. 187–189. Cfr encore C.S.L., t. 3, p. 185–186, 289, 336, 360 ; t. 6, p. 75. — F.A. (...)
  • 457 Vices gerens in temporalibus d’Adolphe en 1330 (Barbier, Géronsart, p. 310–311).
  • 458 Jean Dehocsem, Chronicon, p. 199–202, 227. — C.S.L., t. 6, p. 65.
  • 459 Chanoine de Saint-Martin en 1325, il quitte la cléricature en 1327. Cfr Reimann, Grafen von der Ma (...)
  • 460 C.S.L., t. 3, p. 574–575 [demande un record des droits épiscopaux à Couvin (1340)]. —/ Id., t. 6, (...)
  • 461 En 1326, Évrard récupère les prébendes de Saint-Lambert et de Cologne que détenait son oncle Conra (...)
  • 462 Cfr C.S.L., t. 4, p. 137, 192, 207, 229, 231, 235, 266. — Piot, Inventaire Namur, p. 259–260. — F. (...)
  • 463 La carrière bénéficiale d’Englebert, qui comporte des prébendes à la cathédrale de Cologne, à Sain (...)

110Première catégorie d’auxiliaires épiscopaux : les la Marck. Étrangers à la principauté — tout au moins en ce qui concerne Adolphe454 — et connaissant de ce fait peu de Liégeois susceptibles de leur apporter un concours valable et immédiat, Adolphe et Englebert se déplacèrent tout naturellement à Liège avec une profusion de la Marck. Après avoir favorisé leur carrière ecclésiastique, souvent abandonnée d’ailleurs pour le métier des armes, les deux prélats permirent en effet à plusieurs de leurs parents de s’implanter dans la principauté et d’y occuper des places de choix, aux abords du pouvoir. Conrad455, frère et conseiller d’Adolphe456, fut le substitut de celui-ci lorsque l’évêque était en voyage457, et l’assista, en particulier dans ses activités militaires458. À l’image de son oncle Englebert, demi-frère d’Adolphe459, que l’on voit fréquemment représenter les deux la Marck, définir leurs droits ou arbitrer les différends dans lesquels ceux-ci sont impliqués460, Évrard461, avoué de Hesbaye, est signalé de très nombreuses fois aux côtés de son frère, l’évêque Englebert462. Quant à ce dernier, il s’implanta si bien dans le sillage de son oncle Adolphe qu’il parvint à recueillir sa succession463.

  • 464 Il n’est pas le fils du comte Englebert Ier de la Marck (1249–1277), mais appartient à une famille (...)
  • 465 Lévold de Northof, Chronica, p. 75.
  • 466 Dans l’ordre de présentation : R.C.L., t. 1, p. 187–189 (1315). — C.S.L., t. 3, p. 185— 186, 188–1 (...)
  • 467 C.S.L., t. 3, p. 330. — F.A.M., p. 15, 37, 40, 41, 43, 46, 47, 51,52, 53.
  • 468 Pour la bibl., cfr p. 146 n. 198.
  • 469 Lévold de Northof, Chronica, p. 65.
  • 470 Id., p. 66.
  • 471 Conseiller (1315 et 1346) (R.C.L., t. 1, p. 187–189. — Lévold de Northof, Chronica, p. 84) ; un de (...)
  • 472 Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 329–330. Boppard (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat).
  • 473 Lévold de Northof, Chronica, p. 65.
  • 474 Dans l’ordre de présentation : C.S.L., t. 6, p. 84 (également clerc, intermédiaire entre évêque et (...)
  • 475 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 332. — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 26, 41–42. Il s’agissai (...)
  • 476 Cfr p. 349 et n. 239.
  • 477 Jean le Bel, Chronique, t. 1, p. 201.
  • 478 Bailli (1330–1345) : F.A.M., p. 357, 358, 392, 393, 410, 454. — F.E.M., p. 81, 116, 155. — C.S.L.,(...)
  • 479 Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1162, 1186.
  • 480 Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 204.
  • 481 Id., Chronique abrégée, p. 162.
  • 482 Famulus : C.S.L., t. 3, p. 336 (il fait un relief pour l’évêque). — varlet : Devillers, Monuments,(...)

111Bien que nombreux et très présents, les la Marck ne furent pas les seuls « Allemands » à accompagner l’évêque de Liège dans sa nouvelle patrie et à bénéficier ainsi de ses récents succès politiques. L’entourage épiscopal fourmille en effet de Westphaliens et, plus largement, de personnes s’exprimant manifestement dans un dialecte germanique. Plusieurs de ces personnages ne sont pas des inconnus. Ainsi Englebert François, en qui on a vu longtemps, à tort, un membre de la famille de la Marck464, est-il présenté comme le dominorum de Marka servitor fidelissimus et inter clericos superior episcopi consiliarius465. Conseiller, arbitre, secrétaire, commissaire, garant du remboursement des emprunts princiers466, il n’est guère d’activités dont ce brillant gradué ne se soit pas acquitté en faveur d’Adolphe, un évêque qui réquisitionnait volontiers sa maison, en particulier pour les séances de la cour féodale467. Du célèbre chroniqueur Lévold de Northof468, on pourrait dire que sa vie entière fut consacrée à la Maison de la Marck et, tout spécialement, à l’évêque Adolphe. Vicaire de celui-ci dans sa prévôté de Worms469 et créé chanoine de Saint-Lambert dès l’avènement liégeois de son maître470, Lévold fut un efficace représentant et procurateur de l’évêque, en particulier à la cour pontificale471. Quant à Renier (ou Renaud) de Ghore, chanoine de Boppard en 1329472, peut-être a-t-il connu Adolphe par l’intermédiaire de Lévold, qui fut également chanoine de cette ville dès 13 1 0473. Quoi qu’il en soit, conseiller de l’évêque, tour à tour clerc, arbitre, lieutenant ou chargé de mission474, Renier sera, de 1330 à 1359, le collaborateur le plus actif des deux la Marck. Son action fut cependant interrompue par un épisode révélateur de l’intimité qui caractérisait ses relations avec le souverain liégeois ou... de sa malhonnêteté — à chacun son point de vue. En effet, appréhendé quelques jours seulement après le décès d’Adolphe, il fut découvert en possession de l’un des sceaux épiscopaux. Pour ce qui fut tenu pour un crime, Renier faillit être brûlé vif475 ; il n’en poursuivit pas moins sa brillante carrière sous le règne d’Englebert. À ce trio de clercs fait pendant un autre, constitué de laïcs de grand format. Signalons tout d’abord le chambrier Érembert Westphaling476, déjà évoqué plus haut, et Conrad d’Altena, ce brillant chevalier qui combattit pour le roi de France Philippe de Valois en compagnie d’Adolphe de la Marck477 : il mena de front une double carrière de « cuisinier » épiscopal et de bailli de Moha478. Reste Coune de Lontzen, personnage trop peu connu, dont le parcours professionnel s’étend sur trois règnes successifs. De retour de Rome où il avait suivi Thibaut de Bar479, cet homme d’armes participa à ce truculent voyage à Francfort au cours duquel Adolphe fut mis en possession de ses régales480. À la mort de ce dernier, il accompagna également Englebert à Avignon et fut chargé par le nouvel évêque d’annoncer son avènement aux Liégeois et d’exercer la mambournie jusqu’à son retour481. Famulus (1330), varlet (1334), conseiller de l’évêque (133 8)482, Coune bénéficia, au sein de l’entourage épiscopal, d’un crédit comparable à celui d’un Lévold ou d’un Renier de Ghore.

  • 483 Sur ces personnages, cfr Renardy, Répertoire, p. 218–219, 175–176, 253–254, 209–210.
  • 484 Arbitre de l’évêque lors des paix de Wihogne (1328) et de Flône (1330), et lors d’un accord entre (...)
  • 485 Chargé de défendre la position épiscopale devant Benoît XII alors que le duc de Brabant sollicitai (...)
  • 486 Gilles-Benjamin de Waudrechée : Consiliarius en 1359, alors qu’il accompagne l’évêque dans la visi (...)

112Troisième et dernier critère de sélection utilisé par les deux prélats germaniques, eux-mêmes juristes éminents, formés à Bologne et à Orléans : la présomption de compétence que constituent les grades universitaires. Dans cette catégorie des maîtres, outre Lévold et Englebert François, nous ne pouvons passer sous silence quatre proches collaborateurs des deux la Marck, parmi lesquels trois juristes : François Médicis de Milan, Antoine de Biella et Gilles-Benjamin de Waudrechée, auxquels s’ajoute Elbert de Bettincourt483. Leurs activités ne permettent guère de les différencier. Qu’ils soient proidommes, délégués ou arbitres d’Adolphe comme François de Médicis484, fondés de pouvoir et procurateurs comme Antoine485, ou, tels les deux derniers, spécialisés dans la visite du diocèse, les enquêtes épiscopales et la résolution des conflits religieux486, ces quatre gradués se rejoignent, par delà leur action personnelle, dans un même dynamisme et un inlassable dévouement à la cause du prélat liégeois.

113Après ce bref tour d’horizon des personnalités souvent exceptionnelles dont fut constitué l’entourage des la Marck, il importe à présent de souligner quelques principes généraux régissant l’organisation de ce microcosme politique, et ce, à n’en pas douter, sur l’initiative des prélats eux-mêmes.

  • 487 Sur ce lignage, cfr Scholten, Urkundliches über Moyland. de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 310.
  • 488 À leur propos, cfr Ibid, et ici-même, p. 359 n. 300.
  • 489 Conseiller du prélat en 1315 (R.C.L., t. 1, p. 187–189), il est chargé (commissarius) de régler un (...)
  • 490 Cfrp. 349 et n. 243.
  • 491 Cfr p. 352 et n. 262.
  • 492 Sur cette famille et sur ses possessions, cfr, faute de mieux, Ulens, Seigneuries lossaines. — Dar (...)
  • 493 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 171. — 1402, p. 277, 285. Arbitre lors de la paix de Hanzinelle (131 (...)
  • 494 R.O.P.L., p. 154 n. 1. — C.S.L., t. 3, p. 160. —/R.O.P.L., p. 177, 195.— / Id., p. 200. — C.S.L., (...)
  • 495 Conseiller (1342–1347) (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 329. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée,(...)
  • 496 Cfr p. 317, 359–361.

114Il apparaît tout d’abord que l’environnement humain de l’évêque n’est pas formé uniquement de quelques individualités sans attaches. Il existe au contraire de véritables familles d’auxiliaires épiscopaux. Les Moylant et les Langdris en sont des exemples on ne peut plus significatifs. Pour ce qui est des premiers, lignage allemand importé à Liège par les la Marck487, cinq de ses membres, au moins, ont exercé d’importantes responsabilités à la tête de l’État liégeois. En effet, outre Jacques II, échevin de Liège (1351–1361) et Thierry II de Moylant, également échevin (1362–1381) et châtelain de Franchimont sous l’évêque Adolphe488, trois membres de cette famille se distinguèrent sous les la Marck : Jacques Ier, archidiacre, conseiller, arbitre et commissaire de l’évêque489 ; son frère Thierry Ier, échevin de Liège et cham bellan d’Adolphe490, ainsi qu’Helmic, receveur général de l’évêché, chargé à l’occasion de fixer quelque peine épiscopale491. La famille de Langdris est, elle aussi, particulièrement bien représentée au sein de l’entourage épiscopal492 : Jean, mayeur de Liège (1304), summus ejus consiliarius, arbitre pour le prélat, en 1314–1315493. Son frère cadet, Libert, rédigea la paix de Fexhe (1316) au nom de l’évêque et représenta ses intérêts lors des compromis et paix de Wihogne ainsi que lors de la paix de Flône494. Quant à son fils aîné, il n’est autre que Jean de Langdris, consiliarius et maréchal de l’évêque, lieutenant de celui-ci pour le comté de Looz, et l’une des figures marquantes des expéditions militaires épiscopales495. À l’évidence, Jean forme avec les autres membres de sa famille, un de ces clans qui se sont efforcés de s’accaparer un maximum de ces postes de choix, prestigieux et sans doute lucratifs. Ainsi donc, à une « concentration verticale » des charges — plusieurs membres d’une même famille se succédant à la tête de postes importants —, comportement politique existant déjà au xiiie siècle496, s’ajoute une « concentration horizontale », soit un contrôle exercé simultanément par les membres d’une même famille sur les principaux postes-clés de l’État liégeois, ce processus de professionnalisation des fonctions paraépiscopales atteignant son summum, tout au moins pour la période envisagée ici, sous les règnes successifs des la Marck.

  • 497 Plusieurs fois chargé de résoudre des différends entre évêque et dynastes voisins (1338–1355) (Ver (...)
  • 498 Il appartient à la commission qui remplace Adolphe en 1330 (Barbier, Géronsart, p. 310–311), fait (...)
  • 499 Il accompagne Renard en 1347 (cfr n. précédente) et enquête pour Englebert en 1347 (Poncelet, Inve (...)
  • 500 Pirlot de Horion est chargé par l’évêque de rédiger la lettre des XX (1324) (R.O.P.L., p. 173) ; i (...)
  • 501 Le premier est chargé de fixer les peines à infliger aux habitants du comté de Namur (C.S.L., t. 6 (...)
  • 502 Les quatre premiers sont conseillers épiscopaux en 1315 (R.C.L., t. 1, p. 187–189). Nicolas Payen (...)
  • 503 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 320.
  • 504 Englebert de la Marck, Renier de Ghore, Elbert de Bettincourt (cfr p. 382 et n. 463, 383–384 et n. (...)
  • 505 À ceux mentionnés à la n. précédente s’ajoutent notamment Lévold de Northof (cfr p. 383 et n. 471) (...)
  • 506 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 315.
  • 507 Id., p. 306.
  • 508 Id., p. 319.
  • 509 Cfr p. 433, 436.

115Une seconde spécificité de l’entourage épiscopal, durant les deux premiers tiers du xive siècle, réside, à l’évidence, dans sa diversité sociale. En effet, de façon bien plus marquée que sous les règnes précédents, les familiers des évêques Adolphe et Englebert sont désormais choisis au sein des trois ordres traditionnels de la société médiévale et non plus seulement dans l’un d’eux. Noblesse, peuple et clergé, en particulier le chapitre de Saint-Lambert, sont représentés. Du premier groupe, Thierry de Haneffe497, Renard de Bernaw498 et Wauthier de Warfusée499 sont certainement les figures les plus représentatives. Tous trois remplissent, sous les deux règnes, de nombreuses missions d’arbitre, de député ou d’enquêteur épiscopal. Trois autres personnages se sont aussi particulièrement illustrés à l’époque des la Marck : un Hutois, Pirlot de Horion, et deux Liégeois, Jacques Chabot et Jean Polarde. Pirlot agit fréquemment en homme de confiance d’Adolphe de la Marck, comme son émissaire ou son délégué500, et les activités des deux autres, qui furent également baillis épiscopaux, ne sont pas foncièrement différentes501. Ces trois hommes ressortissent à ce statut social que nous avons appelé le peuple. Toutefois, nous nous devons d’émettre immédiatement une restriction. Il serait en effet tout à fait erroné de voir en ces trois bourgeois des membres du « petit peuple » et en Adolphe de la Marck un démocrate avant la lettre. Pirlot comme Jacques Chabot appartiennent en fait à cette catégorie sociale opulente, à cette aristocratie du commerce et de l’argent qu’étaient les patriciats hutois et liégeois. Reste un prestigieux collège, qui est au clergé liégeois ce que le patriciat est à la bourgeoisie, et qui fournira une bonne part de l’entourage épiscopal, en cette première moitié du xive siècle : le chapitre de Saint-Lambert. Représenté notamment par Gilles et Godefroid de Daules, Frédéric de Wickerode, Jean de Borclo, Nicolas Payen...502, ce collège nous permet peut-être de déceler les motivations véritables d’un politique avisé comme Adolphe de la Marck, lorsque celui-ci se plaît à diversifier socialement son entourage. En s’attachant étroitement quelques chevaliers, l’un ou l’autre patricien et une majorité de chanoines cathédraux, il est clair que l’évêque de Liège, soucieux de conserver une complète indépendance dans la conduite des affaires liégeoises, poursuit une double but : infiltrer au mieux et donc neutraliser les divers milieux susceptibles de contrarier la politique qu’il entend mener et se constituer un parti tout dévoué à sa cause, tout prêt à le seconder dans son action. Bien loin d’être une simple vue de l’esprit, ce double mobile prêté au prélat liégeois nous semble être cautionné par les sources. Ainsi, lorsqu’en 1343 Jean de Hocsem détaille la composition du chapitre de Saint-Lambert503, alors qu’Adolphe et ses chanoines cathédraux s’affrontent pour la énième fois à propos de la succession de Looz, nous constatons que parmi les onze chanoines (sur les quinze présents) qui prennent le parti de l’évêque, cinq au moins sont intimement liés à Adolphe504 et la proportion s’accroît encore s’il est tenu compte des chanoines excusés pour maladie, absents du chapitre ou de Liège505. Ces prébendiers inféodés à l’évêque mais aussi l’un ou l’autre noble, Hocsem les appelle sui sequaces de capitulo506, fautores sui de capitulo, quibus prebendas — et aussi d’autres marques d’une confiance intéressée — contulerat, ipsum in errore fovebant507, des hommes qui sont tous tanquam mures in decipula capti508. Dans de telles conditions, en 1343 mais aussi plus largement, lors des séances des états qui, notons-le dès maintenant, se réunissent en présence du prince et où le vote se fait par ordre509, il devait être sensiblement plus aisé, pour l’évêque, d’imposer sa volonté politique.

  • 510 Cfr p. 348–349 et n. 235, 245.
  • 511 En Flandre et dans le comté de Namur, les conseillers comtaux sont parfois qualifiés de valets (Bo (...)
  • 512 Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 64 (Gossuin de Gossoncourt).
  • 513 Sur ces personnages, cfr p. 349, 384–385.
  • 514 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 192. — 1402, p. 292–293. — Lévold de Northof, Chronica, p. 71.

116L’entourage des la Marck se distingue enfin par une complète nouveauté. Nous l’avons déjà évoqué : il s’agit de l’importance capitale accordée par les évêques à leurs varlets. Certes, le titre que porte un Herman de Revel ou un Guillaume Proest de Millen510 suggère de nos jours une position subalterne. Cependant, leur activité témoigne à suffisance de la position élevée qui est la leur au sein de l’élite liégeoise. De toute évidence, ces hommes sont des conseillers intimes du prélat, installés de plein pied dans le cénacle du pouvoir511. Ils forment un hôtel épiscopal dont certains seront les maîtres, une petite cellule à laquelle sont confiées les missions les plus délicates. C’est à l’un d’eux que revient la lieutenance de la principauté lors d’une absence épiscopale en 1362512 et c’est encore trois d’entre eux — Coune de Lontzen, Gossuin de Gossoncourt et Conrad d’Altena513 — qu’Adolphe désigne lorsqu’il s’agit d’intercepter, dans le plus grand secret, une ambassade liégeoise chargée de porter plainte contre l’évêque, auprès du pape Jean XXII514.

  • 515 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 284 : « Les progrès de l’État, à la fin du Moyen Âg (...)

117On le voit bien — et nous conclurons ainsi —, par sa spécificité, par les mobiles politiques qui président à sa désignation, eu égard aussi à cet hôtel épiscopal dont les contours se précisent, l’entourage des la Marck est irréductible à celui de leurs prédécesseurs. Plus jamais, depuis le règne de Jean d’Eppes, il n’avait été question explicitement de conciliarius et voilà que sous Adolphe, le terme se répand. De la même façon, ce processus au gré duquel les fonctionnaires épiscopaux, plus nombreux, mieux connus, plus actifs aussi, plus présents, se font carriéristes et les offices épiscopaux deviennent lignagers à défaut d’être officiellement héréditaires, ce processus atteint sa pleine maturité dans la première moitié du xive siècle. Quant à la chancellerie, elle connaît alors un certain essor. Même si l’on est encore loin d’une administration épiscopale ramifiée et structurée, le règne des la Marck constitue, à n’en pas douter, une étape décisive dans l’histoire liégeoise. Une certaine inertie fait place aux prémices d’une organisation, la principauté médiévale à celles d’un État moderne515.

5. Jean d’Arckel et Arnould de Homes

118Avec les deux derniers prélats du xive siècle ne s’amorce pas, à proprement parler, une révolution, en ce qui concerne le recrutement de l’entourage épiscopal. La politique suivie, en cette matière, par Jean d’Arckel présente, en effet, bon nombre de similitudes avec celle menée par les la Marck.

  • 516 Pour le premier, cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469, 504. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p (...)
  • 517 Selon les chroniqueurs, quatuor ex ministris suis aulicis rétablirent dans leurs fonctions des éch (...)
  • 518 Il est conseiller en 1371–1372 (formules de chancellerie) (C.S.L., t. 6, p. 126, 130). Pour ses ac (...)

119Nous constatons tout d’abord que cet ancien évêque d’Utrecht réserva un rôle prépondérant à sa famille. Ses consanguinei Gérard de Veno et Gérard de Bronchorst seront, le premier, conseiller, vicaire général et scelleur et, le second, secrétaire du prélat516. Quant à son fils naturel, Jean de Rijnensteijn, et Robert de Renswoude, son neveu, ils iront jusqu’à accomplir les basses oeuvres de l’évêque517, le second étant en plus son conseiller et son receveur518.

  • 519 Licencié en décrets, il fut doyen (1363–1366) puis prévôt de Sainte-Croix (1366–1372) et chanoine (...)
  • 520 Maître, chanoine de Saint-Lambert en 1362 et écolâtre dès 1366. Conseiller épiscopal en 1369 (cfr (...)
  • 521 Licencié en droit, official à Liège (1366, 1371–1378) (C.S.L., t. 4, p. 540. — Flerens, Suppliques (...)
  • 522 Maître (Renardy, Répertoire, p. 438–439, qui expose sa carrière bénéficiale), il est conseiller ép (...)
  • 523 Sur sa carrière, cfr Poncelet, Introduction, p. XII—XXI. Il est membre du conseil épiscopal (Jacqu (...)

120L’accent sera également mis, chez Jean d’Arckel comme chez Arnould de Hornes, sur la formation. Formation universitaire tout d’abord avec un ensemble particulièrement fourni de gradués, tels Jean Huweneal de Huy519, Thomas de Hemricourt520, Gislebert et Hugues Voestinc521 ainsi que Siger van den Nieuwensteen522. Formation plus empirique également pour le chroniqueur Jacques de Hemricourt, qui, grâce aux multiples fonctions civiles qu’il exerça, s’ouvrit aux arcanes de l’administration liégeoise, avant de gagner le conseil d’Arnould de Hornes523.

  • 524 Sur Gossuin, cfr p. 348 n. 233.
  • 525 Cfr infra, p. 406.
  • 526 Cfr F.J.A., spéc. p. 150 (sénéchal, 1374), 173 (porte-parole, 1375), 313. — F.A.H., p. 178. — C.S. (...)
  • 527 En 1378, en compagnie de Gislebert Voestinc (cfr supra, n. 521) et de Rasse de Waroux (cfr p. 396– (...)
  • 528 Pour ses fonctions baillivales, cfr p. 360–361 et n. 307, 309. Outre qu’il fait partie du quatuor (...)
  • 529 C’est sur l’avis de ce chanoine de Saint-Lambert qu’une somme d’argent indûment perçue pour financ (...)

121Trois autres identités entre les divers entourages épiscopaux du xive siècle doivent encore être mises en exergue. Il y a tout d’abord cette diversité sociale, qui apparaît très clairement tout au long de cet alinéa. Soulignons ensuite ce rôle prépondérant, en 1313 comme en 1389, de ce que nous avons appelé le personnel de proximité. Avec Gossuin de Wissche524, nous constatons qu’il déploie toujours une activité incessante aux côtés du prélat. Enfin, l’encrage des fonctions auxiliaires au sein de quelques familles privilégiées ne s’est pas évanoui avec le départ d’Englebert de la Marck pour Cologne. Nous serons amené à parler ailleurs525 de Guillaume Proest de Millen, fils du maître d’hôtel des la Marck, sénéchal de Looz, conseiller et porte-parole de l’évêque526. Nous pourrions également développer les exemples de Jacques de Langdris, chanoine de Saint-Lambert, conseiller épiscopal en 137 8527, dont le patronyme nous est à présent familier, ou celui de Gilles Chabot, conseiller de Jean d’Arckel et d’Arnould de Hornes, bailli d’Entre-Sambre-et-Meuse sous le premier et prévôt de Bouillon sous le second528. Il est le fils de Jacques Chabot, celui-là même que nous incluions dans l’entourage des la Marck. Enfin, un homme comme Gauthier de Charneux, conseiller en 1366 et en 1376, fils, petit-fils et frère de mayeurs et d’échevins liégeois529, illustre parfaitement l’emprise redoutable que peuvent exercer quelques lignages influents sur les choix épiscopaux. Arrêtons ici l’énumération. Il est clair que du point de vue des critères de sélection, Arckel et Homes observèrent une politique similaire à celle élaborée par les la Marck, probablement pour les mêmes raisons : la recherche d’une efficience immédiate et maximale.

122Ceci étant, au delà de cette continuité dans l’action épiscopale, les entourages des deux derniers prélats du xive siècles présentent à notre avis une double originalité, à laquelle il convient certainement de nous arrêter quelques instants.

  • 530 Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469, 589–590, 677 (domesticus, familiaris, secretarius, capel (...)
  • 531 Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 611, 919. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 254–255.
  • 532 Cfr p. 349 et n. 247. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 273–274, 278.
  • 533 Fierens, Suppliques Urbain V, p. 467, 959. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 9, 19, 55, 115, (...)
  • 534 Ainsi Nicolas Oem et Antoine del Wetringhe (cfr F.J.A., p. 86, 129, 131, 132, 136, 137, 141, 147, (...)
  • 535 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 125 : [...] episcopus, [...] posuit in majoribus suis officiis quo (...)
  • 536 La première paix des XXII (1373) lui impose de désigner conseillers et officiers parmi les bonnes (...)

123Force nous est de constater, tout d’abord, que Jean d’Arckel, qui avait renoncé à sa principauté du Nord pour monter sur le trône de saint Lambert, s’est purement et simplement déplacé à Liège avec la quasi-totalité de l’hôtel qu’il s’était constitué à Utrecht. De Libert Bolle, secrétaire de l’évêque530, à Jean Salomonis, familiaris et notaire531, en passant par Herbert de Donck, son maître d’hôtel532, ou Gislebert de Walemborch, autre secrétaire et conseiller533, il n’est guère de membre du proche entourage de Jean d’Arckel qui ne soit pas richement pourvu en prébendes dans l’ensemble des Pays-Bas actuels et qui n’ait exercé quelque fonction de premier plan aux côtés de celui qui était alors évêque d’Utrecht. Le déplacement de population ne se limite d’ailleurs pas à ses conseillers d’antan : certains laïcs534 — les échevins liégeois de demain — seront généreusement accueillis dans les rangs du personnel épiscopal. On ne manquera pas de reprocher au prélat les faveurs outrancières qu’il accordait à ses compatriotes535 et des mesures contraignantes furent décidées afin qu’il renonce à ses habitudes détestables536.

  • 537 Cfr l’ensemble de suppliques qu’il adresse en leur faveur au pape Clément VII (Hanquet, Suppliques (...)
  • 538 Conseiller d’Arnould de Hornes en 1379 (témoin à des sentences mettant un terme à un différend ent (...)
  • 539 Cfr Mathias de Lewis, Chronicon, p. 127. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 303.
  • 540 Maître, juriste, procureur d’Englebert en 1353 dans les différends entre Liège et Hainaut (C.S.L.,(...)
  • 541 Juriste choisi par Englebert pour arbitrer un contentieux entre lui-même et le comte de Namur (135 (...)
  • 542 Bailli de Hesbaye (1359–1371) (F.E.M., p. 636, 646. — C.S.L., t. 6, p. 114, 126), il fut chargé pa (...)
  • 543 Maréchal en 1356–1357 et en 1367–1374, il est chargé par Englebert de régler un différend entre l’ (...)
  • 544 Scelleur, conseiller d’Englebert de la Marck et lieutenant de la principauté durant son absence (1 (...)
  • 545 Sur Gilles Chabot, cfr p. 393–394 et n. 528. Nommé mayeur et échevin de Liège par Jean d’Arckel (d (...)
  • 546 Cfr références p. 345 n. 216. Cfr surtout Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 72–73. — Nélis, Su (...)
  • 547 Receveur sous Englebert (1353–1360), ce dernier le délègue pour recevoir un serment du comte de Na (...)

124Face à cette invasion d’hommes du Nord, l’attitude d’Arnould de Hornes apparaît, quant à elle, tout à fait paradoxale. Rappelons-nous en effet qu’Arnould, successeur à Liège de Jean d’Arckel, venait lui aussi d’Utrecht où il s’était bien entendu entouré d’un certain nombre de familiers, dont nous connaissons d’ailleurs très bien l’identité537. Et pourtant, Arnould n’adoptera pas le comportement de son prédécesseur : aucun de ses anciens conseillers ne semble avoir fait le voyage jusque Liège. C’est au contraire à un Hesbignon de vieille souche, Jean de Bernalmont538, que l’évêque accordera l’essentiel de sa confiance ainsi qu’à plusieurs membres liégeois de la curia539 de Jean d’Arckel. Il illustre ainsi ce qui, selon nous, constitue la seconde caractéristique de l’entourage des deux prélats néerlandais, à savoir une étonnante continuité, d’Englebert de la Marck à Arnould de Hornes, en ce qui concerne les figures placées aux avant-postes du pouvoir. Ainsi voyons-nous certaines personnalités oeuvrer à la fois sous Englebert et sous Jean d’Arckel : les chanoines Guillaume d’Heure540 et Guillaume Boileau de Mons541, Humbert Corbeau de Hognoul, chargé de mission par les deux évêques542, Lambert d’Oupeye543, ou encore Baudouin de Montenaken, remplaçant d’Englebert, absent, et conseiller de son successeur544. D’autres, en poste sous Jean d’Arckel, poursuivront leur carrière sous Arnould de Hornes. C’est le cas notamment pour le bailli Gilles Chabot ou l’échevin Rasse de Waroux545, l’un et l’autre conseillers sous les deux prélats ; ce l’est encore pour Alard de Limbourg, clerc épiscopal, qui, après avoir servi Arckel, se tourna vers le parti clémentin d’Eustache Persan de Rochefort, avant de revenir à Arnould de Hornes et aux urbanistes546. Nous retiendrons enfin le nom de l’échevin Rasse de Haccourt. Receveur et délégué d’Englebert, conseiller sous ses deux successeurs, sa carrière politique s’étend sur quelque trente années d’histoire épiscopale547.

125En somme, par la constance dont ils font preuve en conservant leur confiance aux hommes de leur prédécesseur et en en choisissant de nouveaux sur la base de critères éprouvés par des décennies d’expérience, une constance qui peut paraître étonnante dans un État dépourvu de continuité dynastique mais qui devient pleinement logique si l’on considère l’évêque de Liège comme un politique soucieux de s’entourer au mieux, les prélats de la fin du xive siècle constituent en quelque sorte les pendants de ceux qui, d’Hugues de Pierrepont à Robert de Thourotte, se sont succédé à l’aube du xiiie siècle. Ils n’en sont pas moins les dignes successeurs des la Marck. Le processus au terme duquel naîtra une véritable administration épiscopale connaîtra en effet une réelle amplification à la fin du xive siècle.

126Avec le proche entourage des deux derniers prélats du xive siècle se termine notre analyse des diverses composantes du personnel épiscopal liégeois. Nous allons à présent évoquer quelques problèmes liés à la gestion et à l’organisation de celui-ci.

***

C. La gestion d’un groupe humain

1. Rétribution de l’administration épiscopale

  • 548 Poncelet, Maréchaux, p. 221. — F.J.A., p. 77.
  • 549 C.S.L., t. 4, p. 68.
  • 550 Cfr p. 241–259.

127S’il est une question que nous avons soigneusement éludée dans ce chapitre, c’est bien celle des émoluments consentis par l’évêque de Liège à tous ceux qui détenaient quelque responsabilité au sein de son administration. En cette matière, il est vrai, nous sommes loin de pouvoir aligner les certitudes. En effet, jusqu’à présent, nous n’avons découvert aucun document nous permettant d’affirmer que l’évêque de Liège versait un quelconque traitement à son official, à son receveur, au personnel de sa chancellerie ou à tout autre de ses conseillers. Le seul acte de nomination qui nous soit parvenu — il concerne celle de Lambert d’Oupeye, comme maréchal de l’évêché (1367) — est tout à fait muet sur ce point548. Tout au plus pouvons-nous avancer qu’en 1347, le prélat liégeois consacrait congrua portio pro vite nostre et familiarium nostrorum necessariis549. Quel est, dans la bouche de l’évêque, le sens exact du terme familiaris ? Là est évidemment toute la question. Évoque-t-il seulement les quelques intimes du prince ? Concerne-t-il un entourage plus large ? À notre avis, c’est la première solution qui doit être retenue. Seule une minorité devait donc bénéficier du soutien pécuniaire du prélat. Restent tous les autres, assurément le plus grand nombre. À leur propos se pose une question délicate : comment l’évêque de Liège parvenait-il à rétribuer leurs services, lui qui, nous l’avons vu, était sans cesse en banqueroute550 ?

  • 551 Propriété et rétribution représentent l’une des trois sources et l’un des trois instruments du pou (...)

128Là comme ailleurs, le prélat liégeois usa de tous les expédients que lui offrait son double statut de souverain laïque et ecclésiastique. À défaut d’argent, il concéda à ses collaborateurs des moyens pour faire de l’argent, toutes ces sources de revenus qu’il pouvait répandre à profusion sans obérer davantage des finances épiscopales déjà vacillantes : des fiefs, des charges et des prébendes. C’est bien là que réside l’essentiel de ce que l’on appellera son pouvoir rétributif551.

  • 552 Cfr supra, p. 388–389.
  • 553 Signalons, par exemple, que le maréchal GérardIer de Berloz possédait des bois à Héron (Belgique, (...)
  • 554 C.S.L., t. 3, p. 416–417.
  • 555 Id., p. 599. Sur ce personnage, cfr p. 384–385 et n. 478.
  • 556 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 148–150. Sur Lambert, cfr Poncelet, Maréchaux,(...)
  • 557 F.A.M., p. 145, 346. Sur ce personnage, cfr p. 385 et n. 479–482.
  • 558 F.E.M., p. 293, 294, 550–551, 636–637. Sur ce personnage, cfr p. 396 et n. 542.
  • 559 F.A.M., p. 360, 448–449. — F.E.M., p. 118, 307–308, 353–354, 582, 627–628, 655. Pour donner une id (...)
  • 560 Id., p. 598, 622, 645, 682. — C.S.L., t. 4, p. 265. [3 marcs de cens par an, une avouerie et ses m (...)
  • 561 Id., t. 4, p. 447 n. 1 ; t. 6, p. 129. — F.J.A., p. 48, 49 et n. 2, 64–65, 88, 110, 114 n. 1, 128– (...)

129Bien évidemment, les fiefs étaient surtout destinés aux collaborateurs laïques du prélat. Rappelons-nous en effet que lorsqu’un homme accède au maréchalat ou à des fonctions baillivales, il reste avant tout membre de l’opulent patriciat urbain ou d’un lignage552 détenteur d’une certaine richesse foncière553. Aussi devait-il être satisfait de voir ses services rétribués sous la forme de terres, de fiefs-rentes ou de fiefs de bourse, lesquels accroissaient considérablement ses avoirs fonciers et pécuniaires. C’est sans doute la raison pour laquelle l’évêque de Liège usa et abusa de ce type de gages. À un chevalier qui l’avait aidé à défendre la châtellenie de Franchimont554 comme à Conrad d’Altena555, l’un de ses principaux conseillers, Adolphe de la Marck concéda des moulins. Henri de Gueldre, quant à lui, se borne à vendre une terre à Lambert du Solier, son maréchal, mais il précise immédiatement qu’il le dispense de payer le cens durant cinq ans556. Par ailleurs, quelles que soient les fonctions qu’ils exercent, rares sont les collaborateurs épiscopaux qui ne relèvent pas quelque bien devant la cour féodale. De Coune de Lontzen557 à Humbert Corbeau de Hognoul558, les exemples abondent. Entre 1331 et 1361, Guillaume Proest de Millen, maître de l’hôtel d’Englebert de la Marck, opéra pas moins de huit reliefs559. Rasse de Haccourt, conseiller sous les trois derniers évêques du xive siècle, obtiendra quantité de terres et de fiefs de bourse du second la Marck560, et il en va de même pour Robert de Renswoude561, de la part de son oncle, Jean d’Arckel.

  • 562 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 90, 92, 93, 99–103, 105–110.
  • 563 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 192–193. — 1402, p. 292–293. — Lévold de Northof, Chronica, p. 71.
  • 564 Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 174. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 174–176, 389–390.
  • 565 Cfr p. 349 et n. 244. — F.E.M., p. 23. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 203–204.
  • 566 Cfr p. 388–389 et n. 501. — de Borman-Poncelet, Codex, p. 48. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 191– (...)
  • 567 Cfr p. 360 n. 305. Également échevin de Liège de 1366 à 1371 et maire de Huy de 1360 à 1362. Cfr L (...)

130Pour ce qui est, à présent, des charges répandues par le prélat liégeois, elles sont multiples et diverses. Cependant, ce sont surtout les mandats scabinaux et mayoraux liégeois qui firent recette. Certes, les détenteurs de ceux-ci n’obtenaient pas le moindre salaire de l’évêque mais nous savons parfaitement, grâce notamment à Hemricourt et à son Patron de la Temporalité, que les revenus constitués par les amendes, taxes, redevances et autres cadeaux exigés des justiciables, étaient considérables562. Ces charges étaient dès lors particulièrement recherchées et l’évêque profita allègrement de l’aubaine. Satisfait des services de Coune de Lontzen, qui venait de s’emparer, en 1328, d’une ambassade liégeoise hostile au prélat563, Adolphe de la Marck le récompensa en le nommant échevin et mayeur de Liège en 13 2 9564. Par ailleurs, il est fréquent qu’un laïc soit auxiliaire épiscopal et échevin-mayeur dans la principauté, simultanément ou successivement, comme s’il y avait là quelque compensation. Ainsi Herbert de Pré, receveur en 1345, bailli de Hesbaye en 1348 et conseiller épiscopal en 1350, devint-il échevin de Liège en 1350565. Jean Polarde, membre assidu de l’entourage épiscopal entre 1343 et 1366, détient respectivement de 1337 à 1366 et de 1337 à 1344 un échevinat et le mayorat liégeois566. Quant à Arnould de Warnant, sa carrière de bailli (1345–1354) est tout entière inscrite dans la période au cours de laquelle il fut échevin de Huy (1336–1371)567.

  • 568 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 316–319.
  • 569 Dubois, Chapitre cathédral LiègeXVIIe siècle, p. 7.
  • 570 Durant l’épiscopat d’Adolphe de la Marck, la papauté avignonnaise a conféré une moyenne annuelle d (...)
  • 571 Il semble qu’au xiiie siècle, il y ait eu coopération entre l’évêque et le chapitre dans l’admissi (...)
  • 572 Cfr p. 121–122 et n. 48, 314 et n. 29, 323 et n. 75, 364 et n. 324.
  • 573 Peut-être écolâtre de Saint-Lambert en 1259, archidiacre de 1260 à 1281, prévôt de Saint-Barthélem (...)
  • 574 Cfr p. 384 et n. 474. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 32 n. 186. — Berlière, Suppliques Clément VI,(...)
  • 575 [...] l’originalité du système pontifical doit être notée. D’autres doivent payer leurs ambassadeu (...)
  • 576 Berlière, Suppliques Clément VI, p. 385–386, 407–408 [suppliques en faveur de Menric Gallus, son s (...)
  • 577 Jean d’Arckel obtient du pape le droit de conférer des canonicats, des prébendes et des bénéfices (...)

131Dernier type de « salaire » versé par l’évêque : les prébendes canoniales. Nous rappellerons ici qu’au haut moyen âge568, tout comme à l’époque moderne569 d’ailleurs, l'évêque de Liège avait la haute main sur la majorité des charges canoniales et des dignités de son diocèse. Certes, au xiiie et surtout au xive siècle, les provisions apostoliques et la réserve pontificale, contraignantes et envahissantes, restreignent considérablement sa marge de manoeuvre570. Cependant, tout porte à croire que l’évêque conserva une certaine liberté d’action, spécialement au xiiie siècle mais aussi, semble-t-il. au xive571, aidé en cela par les pontifes avignonnais, toujours prêts à répondre favorablement aux suppliques des prélats qui leur étaient dévoués. Ces dernières nous apportent d’ailleurs des certitudes quant à la rétribution des auxiliaires épiscopaux par le biais de prébendes canoniales. Certes, au xiiie siècle, le principal conseiller d’Hugues de Pierrepont, son neveu Jean d’Eppes572, détient à la fois la prévôté de Saint-Lambert, celle de Saint-Paul, l’archidiaconat de Liège et l’abbatiat de Notre-Dame-aux-Fonts. Englebcrt d’Isembourg, parent et collaborateur d’Henri de Gueldre multiplie, lui aussi, les prébendes liégeoises573. Quant à Renier de Ghore, ami intime des la Marck, il fut chanoine de Boppard, de Saint-Lambert, de Saint-Martin, de Notre-Dame d’Aix et de Cologne, chanoine et écolâtre de Saint-Jean, prévôt de Notre-Dame de Huy et de Saint-Denis, et également côutre de Walcourt574. Que de telles accumulations de prébendes relèvent de l'initiative épiscopale, cela ne fait guère de doute. Cependant, les suppliques adressées au pape par les souverains liégeois de la seconde moitié du xive siècle lèvent toute ambiguïté. À l’évidence, Englebert de la Marck comme Jean d’Arckel, qui ne font en somme que copier le système employé avec succès par Avignon575, n’ont de cesse de voir leurs proches collaborateurs dotés d’un maximum de prébendes et, partant, d’un revenu n’émargeant pas à leur cassette. Englebert adressera plusieurs requêtes à Clément VI en faveur d’Elbert de Bettincourt, de ses procurateurs, de membres de la famille de Moylant576... Quant à Jean d’Arckel, dès son arrivée à Liège, il obtiendra du siège apostolique toutes les prébendes qu’il convoitait pour son personnel utrechtois, celui qui l’avait suivi à Liège577.

  • 578 C’est le cas pour Henri de Hermalle (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 156). Cfr p. 252 et n. 182. Cfr (...)
  • 579 Cfr p. 317 n. 56.
  • 580 Il remplace en effet souvent l’évêque dans ce type d’activité. Cfr p. 324 et n. 86. — Gaudemet, Go (...)
  • 581 Cfr p. 333 et n. 142.
  • 582 Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 450 (il s’agit de Guillaume Ier Proest de Millen, cfr p. 349 et (...)
  • 583 Lévold de Northof, Chronica, p. 62. Arnould, L’origine historique des pots-de-vin, p. 220–221, a s (...)

132En conférant fiefs, canonicats et échevinats, l’évêque de Liège mit sur pied un système de rétribution qui, certes, relevait du bricolage, mais n’en fonctionnait pas moins parfaitement. De toute évidence, chacun y trouve son compte : le prince dont l’entourage ne pèse guère sur des finances qui, de toute façon, n’auraient pas pu le supporter, et les conseillers, qui se pressent en grand nombre aux côtés du prélat. Sans doute est-ce là, en définitive, que réside l’essentiel, dans cette volonté, pour le plus grand nombre, d’appartenir au personnel épiscopal, de détenir un archidiaconat ou de devenir maréchal. Certains iront même jusqu’à payer pour obtenir cette dernière charge578. Peut-être cette avidité tient-elle aux concessions épiscopales. Peut-être également est-elle motivée par les revenus fournis par certaines fonctions. N’oublions pas en effet qu’en rassemblant toutes les taxes qu’il était en droit de percevoir, un archidiacre liégeois touchait, en 1365, la somme considérable de 1 000 livres tournois par an579. De même, les vicaires généraux qui assurent la visite du diocèse au nom de l’évêque reçoivent de leurs administrés les procurationes, c’est-à-dire des frais de déplacement et de logement580. Quant à l’official, il retirait probablement pas mal d’argent de sa juridiction gracieuse et des amendes perçues pour infraction à ses sentences581. Cependant, ce n’est sans doute pas uniquement avec les revenus officiels de leur fonction que tel maître de l’hôtel épiscopal devint uns riches escuwirs582, mais grâce à l’abus de pouvoir, celui de l’officier qui recherche un profit maximum et qui, en conséquence, ne se préoccupe ni de l’intérêt du prélat liégeois, trop loin, trop occupé pour s’interposer efficacement, peut-être complice aussi, ni, a fortiori, de ses administrés. Hec autem, que de predicto Rutgero milite scribo et que de domino Ludolpho de Boynen superius premisi, ad hunc finem duxi scrihenda, ut officiati tam episcopatus Leodiensis quam comitatus de Marka, qui ad presens sunt et qui fuerunt, attendant : illi scilicet, qui officia sibi cupiunt assumere, non ut honorem et profectum dominorum fideliter procurent, sed ut insaciabiliter lucra querant et se ditent ; qui dominorum possessiones et iura conservare et defensare non curant, sed suas possessiones satagunt ampliare, qui fortalicia et domos sibi construunt et castra dominorum ruere et perire permittunt ; qui computaciones suas confingere et cumulare quanto possunt ampliores ad hoc, ut factis computacionibus domini ipsis in magnis summis maneant obligati, ut sic tanto diucius in officiis permaneant, quando domini magnas pecuniarum summas solvendi quandoque facultatem non habent. Sans doute le constat dressé par Lévold de Northof à propos du milieu politique liégeois est-il sévère, certes, mais, de la main d’un homme qui était orfèvre en matière d’entourage princier, il a sans nul doute tous les accents de la lucidité583.

2. Répression des exactions des officiers épiscopaux

  • 584 Bouchat, Tribunal des XXII, p. 53–73. Cfr encore, accessoirement, Jacob, Action de menée hors loi.

133La conscience collective liégeoise a été véritablement hantée par la lutte contre les abus des officiers épiscopaux, de l’arbitraire à la prévarication en passant par le déni de justice. Elle élabora à cet effet un ensemble foisonnant de procédures, qui ont déjà fait l’objet d’une analyse de qualité584. Aussi ne doit-on pas considérer les quelques pages qui suivent comme une révision du sujet mais plutôt comme une synthèse visant à éclairer d’un jour nouveau deux questions importantes : l’attitude de l’évêque face à la mise en jugement de ses officiers et le degré d’efficacité de cette volonté séculaire de répression des exactions.

  • 585 R.O.P.L., p. 154–157, 173–176.
  • 586 ld., p. 156–157, 175.
  • 587 Cfr p. 430–438.
  • 588 Id., p. 175.

134Globalement, nous dirons que la première phase de la politique menée à l’encontre des officiers véreux se situe entre 1316 et 1343. Probablement motivées par une expérience de chaque jour, les diverses mesures prises au cours de cette période, incluses dans la paix de Fexhe (1316) et dans la lettre des XX (13 24)585, sont très clairement caractérisées par une défiance totale à l’égard du prince. Manifestement, personne ne croit à une politique sincère, de la part de l’évêque, en faveur de l’équité. Les procédures établies en 1324 sont certes plus complexes que celles prévues en 1316, mais toutes aboutissent au même résultat : le justicium, c’est-à-dire une suspension de la justice, ordonnée par le chapitre de Saint-Lambert, si, en présence d’une plainte, l’évêque tergiverse ou refuse d’exiger réparation de la part de son officier586. Il est en outre décidé, en 1324, qu’après un mois de suspension, des mesures seront prises par les états587 pour contraindre l’évêque à respecter le droit588.

  • 589 Cfr Id., p. 216–220, spéc. p. 219, no 13. — Vercauteren, Luttes sociales, p. 89–90. — Kupper, Le v (...)

135Ceci étant, quelques années plus tard est élaborée l’une des expressions les plus impérieuses de l’autoritarisme princier, cette réformation d’Adolphe ou loi de Murmure (1331)589, d’après laquelle la moindre réflexion fait figure de sédition et est sévèrement châtiée. Aussi est-il logique de supposer que, dans de telles circonstances, la lutte contre les abus ait été mise en veilleuse.

  • 590 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 312–315. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 147–150. — Lévol (...)
  • 591 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 315–316. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 154. — Marchandi (...)
  • 592 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 316. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 151–155. — Piot, Car (...)
  • 593 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 328–329. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 156–157. — Mathi (...)
  • 594 L’article 13 de la lettre aux articles du 15 novembre 1361, suscrite par Englebert de la Marck, se (...)

136Toutefois, en 1343, Adolphe n’est plus en position de force. Il a besoin du soutien financier et militaire de la Cité de Liège contre une alliance formée des Hutois et du duc de Brabant590. Or, la Cité vient justement de découvrir la prévarication de plusieurs conseillers épiscopaux591 et exige des sanctions drastiques. En conséquence, Adolphe se voit obligé d’accepter une institution nouvelle et tout à fait originale : le tribunal des XXII. Formé en majorité de représentants des bonnes villes de la principauté, ce collège statue, de façon péremptoire, sans contrôle et sans appel, sur des plaintes introduites pour déni de justice ou menée hors loi592. Même s’il parvint à introduire certains de ses hommes — Jean de Langdris, peut-être également Jean Polarde — dans cette cour souveraine, il est clair qu’Adolphe n’apprécia que très modérément le fait d’être restreint dans son pouvoir par les garde-fous appliqués à celui de ses officiers. Aussi, manoeuvrant avec une habileté consommée, Adolphe parvint-il à anéantir les XXII593 et la répression de l’arbitraire connut à nouveau une longue éclipse594.

  • 595 Cfr p. 392 n. 517.
  • 596 Première paix des XXII (2 décembre 1373). Id., p. 328–331.
  • 597 Jean d’Arckel avait accepté qu’une peine prononcée contre un Saintronnaire soit rachetée par celui (...)
  • 598 Paix de Caster ou troisième paix des XXII (14 juin 1376) : R.O.P.L., p. 336.
  • 599 Quatrième paix des XXII : Id., p. 338.

137En 1373, l’assassinat de l’un des bourgmestres de Thuin par les sbires du prélat595 força ce dernier à accepter le rétablissement des XXII596. Jean d’Arckel ne fut pas long à s’apercevoir qu’il s’était laissé berné, surtout lorsque les XXII décidèrent de le condamner pour extorsion de fonds597 ! De la longue lutte qui opposa alors l’évêque à ses états, c’est le premier qui finalement sortit vainqueur. Les XXII ne furent pas supprimés mais le prince n’en fut plus justiciable598, ce qui, de droit, consacrait sa complète irresponsabilité. Entre 1376 et 1378, la quatrième paix des XXII posait un dernier jalon dans toute cette législation visant à préserver ou à rétablir la justice. Exprimant à la fois un état de fait et la volonté de lutter contre celui-ci, elle déclare que désormais l’évêque ne pourra plus endosser la responsabilité des actes de ses officiers et, partant, leur éviter les sentences des XXII599.

138Quels enseignements pouvons-nous tirer de l’exposé qui précède ? Selon nous, ils sont de deux ordres.

  • 600 Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 331 (28 novembre 1386) : [...] pour les griefs plaintes sour ce sou (...)
  • 601 Ibid. : [...] en prendant lowiers et extordant pour argent et grand bienfait, en vendant la loi de (...)
  • 602 Sur cet épisode, cfr 1402, p. 399–404. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 88–89. — Jean D’ou (...)
  • 603 Cfr p. 393 et n. 526.
  • 604 C’est Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 220, qui le dit, mais il parle en connaissance de c (...)

139Tout d’abord, ces mesures sans cesse revues, amendées, nuancées, constituent à l’évidence une double preuve, celle de l’acuité du problème qu’elles s’efforcent d’enrayer, et aussi, faut-il le dire, celle de l’échec total de la lutte menée contre les atteintes au droit. Une dernière anecdote exprime d’ailleurs parfaitement la faillite de cet idéal. En 1386, en désespoir de cause600, semble-t-il, Arnould de Hornes accepte que les échevins liégeois soient punis pour les crimes qu’ils ont commis601. Encore s’arrangea-t-il pour les soustraire au tribunal des XXII en les soumettant à l’Anneau du Palais, juridiction d’exception relevant du haut domaine épiscopal et donc entièrement acquise au prélat. Malgré tout, treize échevins seront condamnés602. Un seul échappe au châtiment. Il s’agit de Guillaume Proest de Millen, deuxième du nom, l’un des plus proches collaborateurs de l’évêque603. Bien entendu, les chroniqueurs ne sont pas dupes : la protection épiscopale est bien plus forte que la justice604.

140D’un autre côté, tous ces épisodes nous fournissent une nouvelle illustration de la position déterminante qu’occupe l’évêque dans le paysage politique liégeois. Foncièrement opposé à la restriction des pouvoirs de ses auxiliaires, l’évêque mettra tout en oeuvre pour l’entraver et il y parviendra sans peine. En fait, lorsque le prélat semble accepter de bonne grâce le tribunal des XXII pour le supprimer avec d’autant plus de violence par la suite, quand il prend à son compte les excès de ses hommes afin de les protéger au maximum des foudres de la justice, c’est sans conteste toute la rouerie et l’intelligence politique d’un Adolphe de la Marck ou d’un Jean d’Arckel qui apparaît en pleine lumière.

3. Élaboration et transmission de la décision épiscopale

141Un travail comme le nôtre se devait, nous semble-t-il, de comporter une analyse ou, tout au moins, vu les lacunes habituelles de notre documentation, un essai d’analyse du cheminement que suit habituellement l’action politique épiscopale. Celle-ci requérant les compétences et la disponibilité de certains auxiliaires du pouvoir, c’est tout naturellement à la fin du chapitre qui leur est consacré que cette étude doit prendre place.

  • 605 À ce propos, cfr Cauchies, Processus de décision politique.
  • 606 Cfr notamment le paragraphe relatif aux officiers épiscopaux.

142D’emblée, nous dirons que le processus décisionnel605 comporte invariablement trois phases distinctes : deux périodes plus ou moins longues, consacrées d’une part à la préparation de l’acte politique, d’autre part à sa transmission et à son application, et, créant une scission entre les deux, un laps de temps souvent très bref, celui du choix, de la prise de décision. Nous nous sommes efforcé, précédemment, d’établir l’identité de ceux qui appliquent la décision épiscopale606. Aussi, dans les pages qui suivent, notre propos portera-t-il plutôt sur les autres composantes du mécanisme politique.

  • 607 Cfr p. 310 n. 12.

143Qui dit préparation, gestation de la décision épiscopale, pense immédiatement conseil et conseillers du prélat. De fait, c’est dans la confrontation des avis que, normalement, l’évêque devait forger son opinion. Cependant, s’ils agissent fréquemment comme arbitres, témoins, fondés de pouvoir ou délégués du prélat, en revanche, ses familiers n’apparaissent que très rarement dans l’exercice de ce qui est censé être leur tâche première, à savoir conseiller l’évêque. Nombre de questions restent dès lors sans réponse. Quelle était l’organisation du conseil épiscopal ? Se réunissait-il à intervalles réguliers ou bien au gré des circonstances ? Y avait-il en son sein une certaine spécialisation ? Nous ne le savons pas. Une chose est cependant certaine, c’est qu’à maintes reprises, l’évêque prend ses décisions de concilia bonorum virorum607.

  • 608 De jurisperitorum consilio (R.O.P.L., p. 123) ; Prehabita cum jurisperitis deliberatione matura (R (...)
  • 609 Remplaçant le prévôt de Saint-Lambert, absent, Englebert de la Marck demande à son ameit fiaule, T (...)
  • 610 Nos, qui sommes plainement enfourmeis par certaines lettres saiellées de nos devantrens ou prédice (...)
  • 611 Sur le synode, lieu d’information pour le prélat et de transmission de ses décisions, cfr Gaudemet (...)
  • 612 Nous avons vu qu’au xive siècle, nombre d’archidiacres, curialistes italiens ou avignonnais, n’exe (...)
  • 613 Aux xiiie—xive siècles, cette procédure judiciaire est banale et les exemples sont multiples. Cfr (...)
  • 614 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 2, p. 78–80 (1301).
  • 615 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 193. — Barbier, Moustier-sur-Sambre, p. 128–13 (...)
  • 616 C.S.L., t. 1, p. 412–413.
  • 617 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 125–132. Sur Godescalc, abbé de Vlierbeek [Bel (...)
  • 618 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 2, p. 362–363.
  • 619 Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 306–307.
  • 620 Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 510–512.
  • 621 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 3, p. 370.

144Ceci étant, indépendamment de son entourage et avant même son intervention, pour fonder sa conviction, l’évêque devait disposer d’un minimum d’informations, tant sur la nature des problèmes qui se posaient à lui que sur la procédure à suivre pour les résoudre. Pour ce faire, il n’hésita pas à recourir à des spécialistes du droit608 ou des coutumes liégeoises609, ainsi qu’à l’expérience de ses prédécesseurs, par la consultation de leurs actes610. Ses informations, sans doute pouvait-il également les glaner auprès des participants au synode611, originaires de l’ensemble du diocèse, ou des membres itinérants de sa curia, ces archidiacres, vicaires généraux et évêques auxiliaires, qui constituaient d’utiles sources d’information, pour autant qu’ils remplissent eux-mêmes la mission qui leur avait été confiée612. Enfin, il semble que l’évêque ait souvent sollicité des enquêtes, non seulement comme préalable à une décision de justice613, mais aussi, tout simplement, nos plenius informare cupiens614. Aussi nombre de décisions seront-elles prises suite au rapport de quelques personnes dignes de foi615. C’est par ce moyen que Robert de Thourotte parvint à évaluer l’étendue des pouvoirs de l’avoué de Liège616. De même, Henri de Gueldre put juger de l’opportunité de scinder les revenus de diverses prébendes et chapellenies suite à une enquête réalisée par l’abbé de Vlierbeek617. Enfin, Adolphe de la Marck procédera de la même façon pour savoir s’il y a lieu de réunir deux paroisses618, de saisir les revenus d’une dignité vacante619, de confirmer des privilèges620 ou d’établir des fonts baptismaux621.

  • 622 L’expression « colloque secret » est tout spécialement employée pour désigner les conversations en (...)
  • 623 Nous pourrions faire nôtres les propos tenus par Favier, Entourage politique, p. 6 : « Le roi déci (...)

145L’évêque est informé. Il peut à présent agir en connaissance de cause. Se laisse-t-il influencer ? Quels sont les paramètres qu’il prend en considération ? Difficile à dire. Il ne nous est guère possible, en effet, de percer le colloque622 entre le prélat et son entourage, et encore moins l’intellect épiscopal. Toutefois, d’après ce que nous savons de la personnalité d’un Henri de Gueldre ou d’un Adolphe de la Marck, il y a tout lieu de penser que le prince ne retenait des informations et des conseils qui lui étaient fournis que ce qui lui convenait, et prenait seul une décision destinée avant tout à lui être favorable623.

  • 624 Sur la transmission des ordres, qui est en fait également celle des nouvelles, nous nous bornerons (...)
  • 625 J. Chapeaville, Gesta, t. 2, p. 646–648. — Vita B. Julianae, p. 461. — Baix-Lambot, Dévotion à l’e (...)
  • 626 Schoolmeesters, Statuts synodaux, p. vi, 3, 54, 75.
  • 627 R.O.P.L., p. 244.
  • 628 C.S.L., t. 6, p. 118.
  • 629 R.O.P.L., p. 254–260. — C.S.L., t. 4, p. 9–16. — Yans, Texte hutois. — Yans, Texte namurois.
  • 630 Cfr p. 298 et n. 433.
  • 631 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 173.

146Une fois arrêtés, les choix épiscopaux doivent être communiqués à la population. L’évêque dispose à cet effet de plusieurs voies de transmission, écrites ou orales624. Les premières ne seront pas négligées. En 1246, Robert de Thourotte fait réaliser des copies du mandement par lequel il instaure la Fête-Dieu et de l’office de cette solennité, copies destinées à être répandues dans le diocèse625. En 1288, les statuts synodaux de Jean de Flandre comportent également plusieurs clauses relatives à leur diffusion. Ils stipulent en effet que les doyens de chrétienté quitteront Liège en possession d’un exemplaire du texte et l’expliqueront à tous les prêtres de leur doyenné. Ces derniers disposeront, eux aussi, d’une copie, qu’ils doivent publier, sous peine de suspence, et exposer à leurs paroissiens, en langue vulgaire626. Enfin, en 1337, Adolphe de la Marck déclare que l’acte par lequel il réforme le tribunal de l’officialité doit parvenir en copie, infra mensem post publicationem, à tous ceux qui sont concernés et tout spécialement aux doyens et aux prêtres627. Les paix et les textes spécifiquement politiques feront également l’objet d’une diffusion écrite. Ainsi quatre chartes de la même teneur, annonçant qu’Englebert de la Marck a réuni le comté de Looz à la principauté, seront adressées aux villes de Thuin, Saint-Trond, Couvin et Fosses628. La paix de Hainaut/Duras (1343) fera, elle aussi, l’objet de plusieurs rédactions, destinées aux diverses villes impliquées dans le conflit qui l’avait fait naître629. Deux procédés permettront encore de communiquer par écrit une décision épiscopale. Il s’agit du placard et de la lettre transmise anonymement. Nous avons évoqué le premier lorsque nous traitions de la symbolique du pouvoir. Rappelons qu’Adolphe se fit portraiturer sur une lettre d’indulgences destinée, manifestement, à être affichée630. Enfin, en 1324, c’est par un pli abandonné à Saint-Lambert que le même Adolphe annonça qu’il plaçait Liège sous interdit631.

  • 632 Par exemple, en 1343, Guillaume d’Heure, conseiller du prince (Jean d’Outremeuse, Chronique abrégé (...)
  • 633 Ce sont les assemblées synodales tenues par les archidiacres, au cours de la visite — très sporadi (...)
  • 634 Cfr p. 430–438.
  • 635 Cette expression désigne une publication faite au nom de l’autorité princière ou scabinale, devant (...)
  • 636 Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 278. Cette paix mettait en présence l’évêque et les patriciens liég (...)
  • 637 Dessain, Perrons, p. 56–57 et n. 21, 30. En 1386, annonce par cri du perron de la condamnation de (...)
  • 638 R.O.P.L., p. 289 n. 4–290. — de Chestret, Foire de Liège, p. 48–50. Sur cette foire, cfr de Spiege (...)
  • 639 Discry, Nundinae, p. 259–261. — Joris, Renaissance vie urbaine, p. 29–30.

147Dans une société où l’écrit n’eut que très progressivement droit de cité, la diffusion des nouvelles par voie orale se devait également d’être valorisée. Aussi est-ce sans doute de la sorte que l’évêque, qui, par ailleurs, disposait parfois d’un porte-parole632, transmettait l’essentiel de ses ordres, tant à ses familiers qu’à ses officiers. Par ailleurs, certaines réunions, comme les synodes et leurs correspondants à des niveaux inférieurs — conciles généraux et conseils de chrétienté633 —, étaient tout indiquées pour la communication des décisions. Les dispositions discutées et arrêtées dans le cadre des états — ou Sens de pays634 — pouvaient, quant à elles, être répercutées par les participants à l’assemblée, dans les localités dont ils étaient originaires. Peut-être ces dispositions faisaient-elles l’objet de cris du perron635 ? C’est en tout cas par cette voie que fut annoncée la paix de Seraing (1307)636 et plusieurs décisions de justice d’inspiration épiscopale637. De même, les modalités de la franche foire de Liège638 ou de celle du Neufmoustier639, à Huy, placées sous le patronage de l’évêque, étaient, elles aussi, communiquées par cris du perron.

  • 640 Aux travaux signalés p. 409 n. 624, on joindra l’étude-type de Cauchies, Messageries et messagers, (...)
  • 641 Sur ce personnage, cfr p. 388 et n. 500.
  • 642 Piot, Inventaire Namur, p. 197.
  • 643 Idonei responsales, ainsi sont qualifiés les envoyés d’Hugues de Pierrepont à la cour de Philippe (...)
  • 644 Herman de Salm, chanoine de Saint-Lambert, nuncius (cfr p. 132 et n. 117–1 18).
  • 645 Georges de Cathéna, procurator nuncius seu specialis excusator (C.S.L., t. 4, p. 386–387). Sur ce (...)
  • 646 À son propos, cfr p. 344 n. 215.
  • 647 Berlière, Libri obligationum, p. 4 ; 25 ; 73, 75 ; 70, 79, 80, révèle les noms de plusieurs membre (...)
  • 648 Cfr Berlière, Libri obligationum, p. 4, 5. — C.S.L, t. 3, p. 165 (procurator). — Devillers, Monume (...)
  • 649 Cfr TIHON, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 180 (et t. 1, p. 195 ; t. 3, p. 370). — Chot-Stassart, Ch (...)

148Pour transmettre ordres et décisions, l’évêque disposait enfin d’un organe permettant de combiner oral et écrit : les messagers, indissociablement liés à ces émissaires agissant dans le cadre plus large des relations internationales, les procurateurs et les ambassadeurs640. Soyons clair : en de telles matières, le prélat s’est toujours bien gardé de faire appel au premier venu. C’est en effet l’un de ses fidèles, l’échevin Pirlot de Horion641, qu’Adolphe de la Marck charge de communiquer ses ordres au bailli d’Entre-Sambre-et-Meuse642. De même, Hugues de Pierrepont et Englebert de la Marck se firent représenter auprès du souverain germanique par des personnes idoines643. Dans le premier cas, il s’agissait d’un proche de l’empereur644, dans le second, du secrétaire de l’évêque645. Plus largement, mis à part les proches du prince — les Menric Gallus646 et autres — et les marchands italiens, tout spécialement chargés de payer les services à la papauté647, le chef de l’État liégeois recruta l’essentiel de ses émissaires parmi les maîtres universitaires. Il trouvait assurément chez un Arnould de Dorslon648 ou un Jacques Onéal649, auprès de ces personnes instruites, souvent spécialisées en droit, les intermédiaires les plus qualifiés pour remplir des missions souvent délicates et pour dénouer les fils des intrigues les plus complexes.

149Il est temps à présent de rassembler en quelques lignes de synthèse les principaux acquis de ce chapitre.

***

D. Synthèse

150Du chapitre que nous achevons ici, une constante se dégage irrésistiblement : l’évêque de Liège exerce une emprise totale sur l’appareil institutionnel qui l’assiste dans la gestion de la principauté et du diocèse de Liège.

151Qu’il désigne un maréchal, un receveur ou un official, lorsqu’il porte son choix prioritairement sur les membres de sa famille, sur des gradués, sur des compatriotes, sur des personnes s’exprimant dans la même langue que lui ou sur ses propres amis, la nomination des hommes qui comptent aux yeux du prélat lui incombe totalement et, à l’évidence, dans son esprit, tout critère de sélection est subordonné à une exigence première qui est de rassembler autour de lui les hommes les mieux à même de le servir, de lui apporter un concours compétent et immédiat. Dans une telle perspective, placés au service de l’efficacité en même temps que des intérêts personnels, familiaux, du prélat — ne soyons pas dupe —, les divers types de népotisme dont l’évêque se rend coupable trouvent une certaine justification.

152La création de son environnement humain, le choix de ses hommes, l’évêque les assumera au mieux : il leur donnera les moyens de s’enrichir, sans doute à son détriment, et refusera d’être condamné à travers eux.

153Deux hommes sont l’expression parfaite de la mainmise du prélat sur l’État liégeois et sur son destin : Hugues de Pierrepont et Adolphe de la Marck. Le premier révolutionne l’entourage épiscopal pour mieux le mettre sous sa coupe et permet à Liège de pénétrer dans une ère nouvelle, celle des principautés territoriales. Avec le second, l’administration épiscopale connaît la première phase véritable de son développement et se dirige inexorablement vers les conceptions modernes de l’État.

154Bien évidemment, il s’agit là de deux figures d’exception. Pourtant, aux xiiie et xive siècles, l’épiscopat liégeois s’efforcera, dans son ensemble, de rassembler un groupe d’hommes efficients et solidaires, dont les capacités sont très souvent reconnues et utilisées sous plusieurs règnes successifs.

  • 650 Selon le titre de l’ouvrage de Élias. Curia est la seule appellation que l’on retrouve à toutes le (...)
  • 651 « Un dernier caractère doit être souligné, c’est l’imprécision naturelle des attributions des memb (...)

155Cette équipe fut d’abord familia, entourage avant de se muer en conseil, au sein duquel quelques familles s’installent à demeure ; elle restera toujours et avant tout une société de cour650. Ses membres détiennent assurément des postes-clés, en amont et en aval de la décision politique. Certes, ils occupent le devant de la scène. Pourtant, ils ne seront jamais qu’à la lisière du pouvoir, à sa périphérie. D’ailleurs, pour nombre d’entre eux, pour tous ceux qui n’ont pas une fonction spécifique, à laquelle certaines responsabilités puissent être rattachées, les choses restent la plupart du temps très floues651. Cela s’avère tout particulièrement vrai pour les conseillers de l’évêque, ceux-là même dont on souhaiterait préciser le rôle et l’activité. Sans doute est-ce là l’indice de ce que nous tenterons de démontrer dans le chapitre suivant, à savoir que l’action politique au plus haut niveau de l’État liégeois n’a jamais eu qu’un seul et unique meneur de jeu, un seul maître : l’évêque.

Notes

1 Gautier Map, Contes pour les gens de cour, p. 79. Sur cet auteur, cfr l’introduction de Id., p. 5–76 et la bibl., p. 333–339. Les impressions de cet écrivain anglais sont également mises en exergue par Baldwin, Entourage de Philippe Auguste, p. 59.

2 Rappelons quelques enseignements du chapitre précédent. Nous avons tout d’abord constaté l’absence d’un véritable budget épiscopal, strictement élaboré, et d’une gestion rationnelle de celui-ci, par un organisme créé à cet effet. Nous avons également mis l’accent sur les difficultés que rencontre parfois l’évêque de Liège lorsqu’il doit rassembler des forces militaires (pas d’armée de métier). Nous le verrons plus loin, pour l’essentiel de la période qui nous occupe, il semble également que la chancellerie épiscopale liégeoise soit encore bien rudimentaire.

3 À ce propos, on se reportera, entre autres, à Bovesse, Personnel administratif Namur. — Baerten, Institutions du comté de Looz. — Uyttebrouck, Considérations gouvernement du duché de Brabant. — Genicot, « Curia » de Hainaut. — Histoire des institutions, t. 1, p. 343–426. — Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. 2, 1950, p. 134–179. — Lemarignier, La France médiévale, p. 319–337. Cfr encore les observations très générales mais particulièrement éclairantes de Favier, Entourage politique, et les deux importantes études de Verger, Entourage Pierre de Monteruc et surtout Heers, Cour de Mahaut d’Artois, qui regrette, p. 7, que « peu d’auteurs se soient intéressés aux cours plus modestes, celles des petits princes ou des grands seigneurs, celles des évêques ».

4 Il convient donc d’appliquer exclusivement à l’extrême fin du moyen âge et même plutôt à l’époque moderne uniquement les quelques lignes consacrées au conseil privé du prélat liégeois par Hansotte, Institutions politiques et judiciaires, spéc. p. 81–92. — Id., Inventaire des archives Conseil privé, p. 5–17. — Harsin, Études critiques, t. 1, p. 32–35, 41, 204, 303–315 ; t. 2, p. 9, 125–163, 221–229. — Polain, Ernest de Bavière, t. 2, p. 701–707.

5 Il faut attendre les xviexviie siècles pour voir se développer une législation véritable à cet égard. Les textes du xve siècle ne font que préciser l’importance numérique maximale de chaque groupe social au sein du conseil épiscopal. Cfr Hansotte, Inventaire des archives Conseil privé, p. 5. — Id., Institutions politiques et judiciaires, p. 81–83. — Harsin, Études critiques, t. 2, p. 204.

6 R.C.L., t. 1, p. 137–138. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 313–314.

7 R.O.P.L., p. 330.

8 Cfr p. 391–392, 394–395 et passim.

9 Cfr n. 7.

10 Cfr Hansotte, Inventaire des archives Conseil privé, p. 18–22. — Fairon, Inventaire Chambre des comptes, p. 7, 9. Seules les archives de la cour féodale où sont consignés les reliefs de fiefs, en présence de l’évêque et de ceux qui l’accompagnent dans ses pérégrinations quotidiennes, auraient pu nous être utiles. Toutefois, ces registres ne sont conservés que pour la période débutant en 1313 et ont été édités pour les règnes d’Adolphe et d’Englebert de la Marck (F.A.M. et F.E.M.). Les reliefs des fiefs du comté de Looz — rattaché à l’Église de Liège en 1361 — sous Englebert de la Marck, Jean d’Arckel et Arnould de Hornes ont également été édités (F.E.M.L. — l’éd. Hansay, ne reproduisant pas les noms des témoins des différents reliefs, est pratiquement inutile — F.J.A. et F.A.H.). D’autre part, de larges sondages dans les reliefs liégeois de ces deux derniers prélats (Archives de l’État à Liège, Cour féodale, no 41 et 42) nous ont permis de constater qu’ils ne fournissent guère de noms de conseillers supposés du prélat qui ne soient pas connus par ailleurs.

11 Il ne faut pas s’attendre à trouver dans les pages qui suivent des études comparables à celle, magistrale et... frustrante, de Guillemain, Cour pontificale ou encore Gaussin, Conseillers de Charles VII — Id., Conseillers de Louis XI. Ces deux dernières contributions font la part belle aux statistiques. Comme nous l’avons dit plus haut, il ne nous semble pas souhaitable d’en faire un usage intensif dans notre travail. Illustrons notre pensée par un exemple. Nous verrons plus loin que les évêques du xiiie siècle désignèrent souvent des membres de leur famille aux divers postes archidiaconaux. Cette affirmation touche 14 archidiacres sur 54, soit un peu plus de 25 %. Ce pourcentage est très moyen au regard de la statistique. Qualitativement parlant, il dénote cependant une tendance bien réelle qui serait probablement confirmée dans bien d’autres cas si nous possédions davantage d’informations sur les personnages étudiés. Conséquence : il ne nous semble pas erroné d’affirmer qu’au delà des statistiques, la famille est un facteur prépondérant dans les choix épiscopaux.

12 Si parfois la terminologie se fait très précise, par exemple lorsque Lévold de Northof, Chronica, p. 71–72, déclare, à propos du chanoine Jean Gillard des Canges, de consilio domini episcopi erat et eius officialis et de robis suis, c’est-à-dire revêtu de sa livrée (cfr Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 885, S. v° rauba), combien de fois ne rencontrons-nous pas des expressions du genre : [Hugues de Pierrepont], se ipsum culpans quod malo usus esset consilio (Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 111) ou de consilio bonorum virorum (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 250) ?

13 Ce constat est fait par Guillemain, Cour pontificale, p. 240–241, à propos de grandes figures cardinalices avignonnaises. Que dire en conséquence d’un obscur clerc liégeois ? Ceci étant et compte tenu du caractère on ne peut plus empirique de notre recherche, nous ne pouvons nous empêcher de trouver quelque peu utopiques la méthode prosopographique proposée par Contamine, Mécanisme du pouvoir, p. 63–68, ainsi que la notice biographique élaborée par le C.N.R.S. (UA 1004 — Informatique et Politique) et explicitée, encore récemment, par Millet, Cardinal Gilles des Champs, tout au moins lorsqu’elles sont appliquées à des objets d’étude comparables au nôtre (la société politique liégeoise des xiiiexive siècles).

14 En cette matière, le règne d’Hugues de Pierrepont semble constituer un terme. Sur les 280 actes de cet évêque, émis durant les 29 ans de son règne, 25 seulement sont pourvus d’une liste de témoins mentionnés nominalement (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. lxxiv). Pour Jean d’Eppes, le chiffre tombe à 12 pour 242 actes et 9 années de règne (Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. xxvi).

15 Cfr les études désormais classiques de Lemarignier, Gouvernement royal (987–1108). Bournazel, Gouvernement capétien (1108–1180).Guillot, Comte d’Anjou et entourage. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 211–289 (chap. II : l’entourage épiscopal et l’« administration centrale »).

16 Les listes de témoins des xiiiexive siècles doivent être utilisées avec prudence car ne peuvent être considérés comme des familiers de la cour épiscopale que « les souscripteurs de chartes qui souscrivent souvent » (Id., p. 211). Il ne peut être tiré pareille conclusion, par exemple, à propos d’un personnage qui n’apparaîtrait que comme témoin et serait mentionné à cinq reprises durant un même règne, dans des listes de témoins élaborées, chacune, à trois ans d’intervalle !

17 Il ne sera pas ici question des douze pairs de Saint-Lambert, dont le rôle de conseiller épiscopal que leur assigne Jacques de Hemricourt, Patron, p. 145–146, n’est pas attesté et qui, d’ailleurs, à son époque, semblent avoir disparu (Ibid. : tout est anynchileit par faulte d’usaige). Marchand, Pairs de Saint-Lambert, a fait le point sur cette institution [p. 64, première mention des pairs le 1er avril 1236, au plus tard (C.S.L., t. 1, p. 355–357), et non le 20 février 1250, des pairs qui sont également parium ecclesie beati Lamberti, qualification qui apparaît donc un siècle avant le premier exemple proposé par Éd. Poncelet dans F.A.M., p. xxxiv. — p. 79–88, accent mis, à juste titre, semble-t-il, sur leurs fonctions judiciaires. — p. 91, imprécision habituelle à propos du processus de désignation épiscopale. — p. 93, naïveté : « pour celui-ci [le prince], c’est un grand honneur d’être assisté par de tels seigneurs [les pairs] » !]. Cfr encore F.A.M., p. xxxiii–xxxiv. Nous n’envisagerons pas non plus le problème de l’escorte épiscopale. Pour le xiiie siècle, en effet, les informations sont relativement rares tandis que pour le xive siècle, en revanche, dans le flot de noms consignés dans les livres des fiefs (cfr p. 309 n. 10), il n’est pas toujours possible de faire la part des choses entre escorte habituelle, entourage occasionnel et témoins autochtones. Personnel diplomatique et émissaires, à propos desquels, une nouvelle fois, notre information est pour le moins lacuneuse, seront évoqués en même temps que la transmission de la décision politique épiscopale (p. 411–412). Quatre catégories d’auxiliaires épiscopaux ne seront envisagés qu’incidemment : mayeur et échevins de Liège, doyens de chrétienté et recteurs de paroisses. Le mayeur de Liège, bien étudié par de Borman, Échevins, t. 1, p. 2–4, 379–383, est, certes, à la tête du collège scabinal le plus puissant et le plus prestigieux de la principauté et est, lui-même, un fonctionnaire très important, mais maire et échevins liégeois ne constituent somme toute qu’un collège parmi tous ceux désignés par l’évêque de Liège. Avec les deux dernières catégories, véritables relais de l’autorité religieuse du prélat, ces émanations du pouvoir judiciaire épiscopal constituent une population beaucoup trop foisonnante et dispersée pour donner lieu à une analyse détaillée dans le travail de synthèse que nous entreprenons.

18 Ce titre est emprunté à l’excellent ouvrage de Molitor, Fonction royale en Belgique, p. 157 (titre du chap. 7 de la troisième partie). Il connaît pour l’heure un grand succès — cfr Türk, Nugae curialium, p. 8 (les hommes du roi [Henri II Plantagenêt]). — Partner, The Pope’s men ; on parle des « hommes du Président », etc.

19 La brève introduction qui suit se fonde sur Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 211–289.

20 Ce processus trouve une expression originale dans 1’O.S.L., éd. Marchandisse, p. lxii, où, aux commémorations des souverains et grands seigneurs, relevant de la couche primitive du document, qui est antérieure à 1164, succèdent, aux xiiie–xive siècles, celles des seuls chanoines cathédraux.

21 Sur l’archidiaconat en général et sur le cas liégeois en particulier, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 312–318. — Amanieu, Archidiacre. — Le Bras, Institutions ecclésiastiques, p. 391–394. — Histoire des institutions, t. 3, p. 352–355. — Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 332–340. — Schoolmeesters, Archidiacres xiiie siècle. — Berlière, Archidiacres xive siècle. — Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres. — ID., Fonctions et prérogatives des archidiacres. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 324–328.

22 Wampach, Urkunden, t. 4, p. 411–412, 414.

23 Sur ces deux archidiacres d’Ardenne, cfr Renardy, Répertoire, p. 190, 193.

24 À leur propos, cfr p. 152 et n. 229 (Thibaut Visconti de Plaisance, le futur Grégoire X) et infra, p. 372, Marcuald étant un membre assidu de l’entourage d’Henri de Gueldre.

25 Voir plus loin Englebert François, Robert de Deutz, Jacques de Moylant, Henri Suderman, désignés par les la Marck.

26 Fayen, Lettres Jean XXII, t. 1, p. 429 (Renaud Orsini) ; t. 2, p. 295–296, 413, 577 (Waléran de Juliers, André de Velletre, Englebert de la Marck). — Berlière, Suppliques Clément VI, p. 108, 194, 471, 547, 563 (Nicolas de Besse, Bertrand de Déaux, Étienne Aubert, Guillaume de Bénévent, Jean Roger). — Id., Suppliques Innocent VI, p. 30–31, 79, 263 (Audouin et Arnaud Aubert, Pierre de Monteruc). — Despy, Lettres Innocent VI, p. 85, 284, 310 (Audouin, Hugues et Étienne Aubert). — Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 373–374, 825 (Pierre Ithier, Jean de Sèbres). — Id., Lettres Urbain V, t. 2, p. 71, 266, 354–356 [Guillaume d’Aigrefeuille, Étienne de Poissy (Paris), Pierre Beghon], — Id., Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 430–431, 626, 666, 694 (Martial Fabri, Simon de Borsano, Aymar de la Roche, Robert de Freta). — Nélis, Suppliques-Lettres Clément VII, p. 137, 142, 437 (Robert de Flandre, Jean de la Grange, Amédée de Saluces). — Gastout, Suppliques Urbain VI, p. 30 n. 2 (Guillaume de Salvarville). — Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 145–146, 150–152, 182 (Jean Gilles, Robert de Deutz, Pierre Corsini).

27 Gilles de Rochefort reçut sa prébende à Saint-Lambert des mains d’Englebert de la Marck, son parent (ID., Suppliques Clément VI, p. 458), mais la collation à ce clerc de l’archidiaconat d’Ardenne ne fut pas confirmée par Avignon. Il était le frère de Wauthier (maréchal et mambour) et d’Eustache Persan de Rochefort (élu clémentin) (cfr Roland, Rochefort, p. 395, 410). Quant à Sèbres, il reçut d’Urbain V, en 1366, la confirmation de l’archidiaconat liégeois (cfr supra, n. 26). Sur le conflit entre les deux hommes, cfr Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 152–153. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 236, 418 n. 2.

28 de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 461. Sur cet archidiacre (1196–1215), cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 42. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 460–464 ; t. 26, p. 388 ; t. 31, p. 20.

29 Sur les deux premiers (1202–1229 et 1236–1238/1245–1279), cfr p. 121–122 et n. 48, 133 et n. 125. Pour leur parenté, cfr Quix, Geschichte der Stadt Aachen. Codex, t. 1, p. 79. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 60–61. Sur Henri d’Eppes (1212–1219), cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 73. En 1218, Henri d’Eppes est dit cognatus d’Hugues de Pierrepont (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 162).

30 Sur le second, cfr p. 127 et n. 79. Sur Simon (1222–1233), cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 103. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 464–467 ; t. 31, p. 121–122.

31 1196-av. novembre 1207 et 1203–1227. Cfr Renardy, Répertoire, p. 268, 286. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 45. — Schoolmeesters, Archidiacres xiiie siècle, p. 4–5.

32 1224–1225/1241–1244. Il est dit clericus consanguineus episcopi, le 16 mai 1225, par Honorius III (Pressutti, Regesta Honorii III, t. 2, p. 339). À son propos, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 95–96. — Schoolmeesters, Jean de Moregny confraternité et Id., Jean de Moregny, doyen.

33 Il sera plus particulièrement question de ce personnage, fils d’Otton II, comte de Gueldre et frère de l’évêque, vicaire général et collaborateur de ce dernier, aux p. 323, 372.

34 Les archidiacres de Campine et de Condroz Gérard (1262–1313) et Jean de Nassau (1262–1265) sont les fils du comte Henri II de Laurenburg et de Nassau (*1190–† 1251), et de Mathilde, fille d’Othon Ier, comte de Gueldre (t ap. 1247), et tante de l’évêque Henri de Gueldre. Tous deux sont donc les cousins de ce dernier. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 107. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 96–97. — Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 164–167.

35 Les archidiacres de Condroz et de Hainaut Waléran (1277–1279) et Otton de Juliers (1274–1282) sont les fils de Guillaume IV, comte de Juliers († 1278), et de Richarde, soeur d’Henri de Gueldre. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 187. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 87–88.

36 Globalement 1260–1281. Consanguineus d’Henri de Gueldre, il scelle en 1277 un acte du prélat déposé (Wolters, Montfort, p. 51–52).

37 Bernard de Garvo (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 141. — Guillemain, Cour pontificale, p. 188, 193, 195, 210, 222, 289). Pour la désignation de tous ces dignitaires, cfr p. 314 et n. 26.

38 Arnaud, Hugues, Étienne et Audouin sont les fils de ses deux frères ; Pierre de Monteruc, celui de sa soeur. À leur propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 176–177, 186, 214. — Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 142–143, 202–205. — Verger, Entourage Pierre de Monteruc. — Guillemain, Cour pontificale, p. 161 n. 356 (arbre généal.).

39 Jean Roger (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 200–201. — Guillemain, Cour pontificale, p. 159 n. 345).

40 Nicolas de Besse et Guillaume d’Aigrefeuille (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 163, 179–181. — Guillemain, Cour pontificale, p. 159 n. 345, 194).

41 Guy de Malesset et Aymar de la Roche (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 171— 172, 187. — Guillemain, Cour pontificale, p. 195).

42 Amédée de Saluces (Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 172. — Verger, Noblesse et savoir, p. 308 n. 4, 311 n. 2 et 3).

43 Hainaut, 1207–1227. Cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6. — Barbier, Documents Waulsort-Hastières, p. 47. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 56. Laon (Fr., dép. Aisne).

44 Famenne, 1192–1207. Cfr Renardy, Répertoire, p. 122–124, spéc. p. 122. Chauvency (France, dép. Meuse).

45 Campine/Brabant, 1220–1221/1225–1234. Cfr Id., p. 194. Vaux-sous-Laon (France, dép. Aisne).

46 Campine, 1243–1247. Cfr Id., p. 320–321, spéc. p. 320.

47 Le second détient une expectative de prébende à Saint-Lambert à la demande d’Adolphe de la Marck (Fierens, Lettres Benoît XII, p. 57). Il sera question des deux derniers aux p. 386–387,383. Cfr cependant Berlière, Archidiacres XIVe siècle, p. 150–152, 183–185. — Renardy, Répertoire, p. 211–212, 305–306.

48 Sur ceux-ci (deux Orsini pour la Campine, auxquels s’ajoute un troisième, archidiacre de Famenne ; deux Velletre pour l’Ardenne et deux Carreto pour la Hesbaye), cfr Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 148–149, 157–158, 168–171, 182. — Renardy, Répertoire, p. 395–396.

49 Quelques exemples parmi d’autres : (1) Bertrand de Déaux, (2) Étienne de Poissy (Paris), (3) Martial Fabri et (4) Pierre Ithier étaient cardinaux ; le premier était également légat pontifical ; (5) Jean Gilles était auditeur du palais apostolique, (6) Robert de Flandre, familier de Clément VII, (7) Pierre Gascon, notaire du pape de même que (8) Napoléon Orsini, notaire de Benoît XI, Clément V et Jean XXII, etc. (cfr Id., p. (1) 197–198 ; (8) 395–396. — (2 à 4) Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 143, 144, 162. — (5) Ob. SaintMaterne, éd. Marchandisse, p. 74 n. 223. — (6) Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 2. — (7) Gastout, Suppliques Urbain VI, p. 269–274 et n. 81).

50 Ardenne, 1274–1281. Cfr C.S.L., t. 2, p. 339. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 89. Werner est mentionné dès le 2 juin 1274 (Petit, Inventaire Trinitaires, p. 117–118). Il ne peut donc avoir été désigné que par Henri de Gueldre, déposé seulement en juillet 1274 au concile de Lyon II et non par Jean d’Enghien qui n’arrive à Liège que fin octobre 1274 (cfr p. 155). En la circonstance, l’évêque a donc fait montre d’autant de complaisance envers Werner qu’à l’égard d’André de Rode, autre protégé du souverain. Cfr p. 154 et n. 251.

51 Brabant, 1299–1324. Cfr Renardy, Répertoire, p. 211.

52 Famenne, 1288–1294. Cfr Id., p. 355.

53 Cfr les démarches entreprises par Guy de Dampierre pour assurer la succession de son fils à Berthout. Elles sont évoquées p. 168–169 et n. 324, 333.

54 Cfr p. 314–315 n. 29, 34, 30, 31, 35. Aux deux derniers s’ajoutent, au xive siècle, deux autres Juliers : Guillaume (Hainaut, 1301–1303) et Waléran (Liège, 1329–1332), cousins et tous deux neveux d’Otton et de Waléran (xiiie siècle) (cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 187. — Renardy, Répertoire, p. 278–279, 457–458).

55 Cfr p. 316 et n. 48, 315 et n. 38.

56 Sur l’ampleur des revenus potentiels d’un archidiacre liégeois, rentrées qui, manifestement, devaient suffire à constituer son « traitement », cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 314. — Paquay, Juridiction, droits et prérogatives des archidiacres, p. 107–116. — C.S.L., t. 6, p. 276–277. Signalons qu’en 1365, prébende et archidiaconat liégeois représentent quelque 1 000 florins par an (Fierens, Suppliques Urbain V, p. 601–602). Rappelons qu’un évêque ayant 3 000 florins de revenus annuels doit être considéré comme riche (cfr p. 242 n. 133).

57 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 339–340.

58 Cfr les archidiacres Jean d’Eppes, Barthélemy, Jean, Henri de Jauche, RaoulIer et II de Neumagen, Henri d’Eppes, Henri [archidiacre de Condroz (1203–1207), inconnu jusqu’à présent et qui prend la place de Raoul de Comblain, lequel n’a pas pu détenir d’archidiaconat ; Raoul de Comblain, prévôt de Saint-Paul et de Saint-Jean, est en effet mentionné de 1197 à 1209, en même temps que l’archidiacre Raoul qu’il est censé être (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 47 et 70, également p. 6, 11, 16. — de Borman-Poncelet, Codex, p. 2. — C.S.L., t. 1, p. 127. — Yans, Cartulaire Saint-Laurent, p. 104. — Schoolmeesters, Prévôts Saint-Paul, p. 50)], Thomas de Hemricourt, Jacques d’Atrive, Ludolphe, Gauthier de Chauvency. Cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 2, 5, 6, 9–11, 14, 16, 20, 28, 32, 35, 47, 48, 55–56, 66, 68, 70, 77, 84, 87, 89, 109, 116, 121–122, 129, 137, 141, 146, 163, 169, 171, 179, 193, 206, 214, 239. — Yans, Cartulaire Saint-Laurent, p. 90, 104. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 30–31. — Berlière, Documents inédits, p. 30–31. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 50–51. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 10.

59 Par exemple, Englebert de Fauquemont, Jacques de Lorraine et Guillaume Berthout quittent des archidiaconats liégeois, respectivement pour l’archevêché de Cologne, l’évêché de Metz et celui d’Utrecht. Pour le premier, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 74. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 473–475 ; t. 26, p. 390–391 ; t. 31, p. 124–126, et pour les deux autres, p. 126 et n. 77, 168 et n. 325. Exemples de longévité archidiaconale : Jean de Condé, archidiacre de Liège de janvier 1244 au 14 juillet 1279 au plus tôt ; Gérard de Nassau de 1262 à 1313, respectivement sous trois et sept évêques ! À leur propos, cfr Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 164–167. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 68, 96. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 470–479 ; t. 26, p. 390–392 ; t. 31, p. 123–127.

60 Lahaye, Chartes Brogne, p. 684. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 30–31. — Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 135–136, 138 ; t. 2, p. 417, 422, 425–426 ; t. 4, p. 136–137, 169–172, 210–213. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 50–51, 69, 104, 114–115. — Reusens, Documents Heylissem, A.H.E.B., t. 25, p. 329–330. — Despy-Uyttebrouck, Inventaire La Ramée, t. 1, p. 192. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 117–118. — Vander Linden, Rapport Berlin, p. 382–383. — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 10, p. 491. — Franquinet, Inventaris St. Gerlach, p. 22–23. — Delesclusebrouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 418–421. — Schoonbroodt, Inventaire ValSaint-Lambert, t. 1, p. 251, 273. — de Chestret, Reckheim, p. 77. — Barbier, Floreffe, t. 2, p. 161–162, 198, 201, 202, 204–205, 234. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 415. — Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 85–86, 122. — Bormans, Cartulaires Saint-Denis, p. 90–91, 117. — Evrard, Documents Flâne, p. 169–177, 194–195, 197, 239. — Barbier, Documents Floreffe, A.H.E.B., t. 10, p. 281. — C.S.L., t. 2, p. 225. — Misson, Andenne, p. 530. — Despy, Inventaire Villers, p. 133–134. — Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 410. — Id., Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 24–25, 96, 256–257, 293. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 56–57. — Id., Regesta Marcuald de Modène, p. 223–223, 231–232, 235–237, 238, 266–268, 279–282. — Id., Supplément Marcuald de Modène, p. 396–397. — Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 144–145. — Simenon, Notes Saint-Trond, p. 99–100. — Quix, Burtscheid, p. 307–312. — Poswick, Fallais, p. 406, 427. — Bormans, Cartulaire van den Berch, p. 311. — Yans, Cartulaire Saint-Laurent, p. 91. — Petit, Inventaire Trinitaires, p. 102–105, 130, 132–134. — Id., Inventaire Houffalize, p. 98–99, 110, 114, 115–116. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 461, 558.

61 Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 30–31, 195, 220–221. — Uyttebrouck, Inventaire Terbank, p. 128. — Reusens, Documents Heylissem, A.H.E.B., t. 25, p. 307, 329–330. — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 10, p. 479, 492 ; t. 11, p. 24–25. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 50–51, 58, 130, 230, 270–271. — Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 11. — Bormans, Cartulaires Saint-Denis, p. 49, 92, 93, 107 et n. 1, 127–128. — Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 28. — Herbillon, Un acte inédit, p. 34–42. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 112–113. — Id., Inventaire Saint-Barthélemy, p. 138–139. — A.H.E.B., t. 2, p. 112. — Bets, Tirlemont, t. 2, p. 230. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 430. — Miraeus-Foppens, Opera diplomatica, t. 3, p. 731 ; t. 4, p. 603. — Simenon, Notes Saint-Trond, p. 36. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 199. — Despy, Inventaire Villers, p. 169. — Evrard, Documents Flâne, p. 192–193, 227–229, 236. — Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 87 ; t. 2, p. 180–181 ; t. 3, p. 17–19 ; t. 4, p. 83–84. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 78, 238, 273. — Laenen, Documents Desschel, p. 427–428. — Barbier, Floreffe, t. 2, p. 153— 154. — Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 29. — C.S.L., t. 1, p. 298 ; t. 3, p. 69–71, 137, 553, 554 n. 1. — Juten, Breda, p. 295. — Habets, Archiven Thorn, t. 1, p. 140–141. — Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 168–171. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 2, p. 567–572. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 32, 46–47, 109, 311–313. — Id., Inventaire Saint-Pierre, p. 12, 20. — Daris, Saint-Laurent, p. 157. — Barbier, Documents Waulsort-Hastières, p. 47. — Id., Documents Saint-Aubain, A.H.E.B., t. 9, p. 495–497. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 158, 199–200, 204–205. — Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 208, 210–213, 231–232, 234, 240–241, 246–248, 250–253, 265–266, 266–268. — Id., Supplément Marcuald de Modène, p. 392–394, 398. — Domken, Othée, p. 196. — Habets, Meerssen, p. 106–111. — Daris, Notices, t. 2, p. 173–174 ; t. 6, p. 89. — Yans, Urbanisme et vie religieuse, p. 31–36. — Van Neuss, Actes Hasselt, p. 200–203. — Quix, Burtscheid, p. 313–315. — Petit, Inventaires Trinitaires, p. 128–129.

62 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 129, 265–266 ; t. 2, p. 160–161. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 9 n. 1. — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 10, p. 197–198 ; t. 11, p. 104. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 69, 75, 96, 100, 123–124, 130. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 91, 93, 95, 117, 131, 251. — Paquay, Inventaire Saint-Barthélemy, p. 115, 132, 172. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 253, 418–421. — Evrard, Documents Flâne, p. 112, 134, 191–192. — Simenon, Notes Saint-Trond, p. 36, 99–100. — Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 50. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 193, 271–272, 295–297. — Tellier, Inventaire dames blanches, t. 1, p. 60. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 39–40. — Barbier, Floreffe, t. 2, p. 101–102, 121, 153–154, 159, 205–206, 251–255. — Petit, Inventaire Houffalize, p. 79–80. — Franquinet, Inventaris St. Gerlach, p. 22–23. — ID., Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 35. — Wolters, Thorn, p. 108–109. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 14–15, 32, 93. — Poswick, Fallais, p. 411. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 94–95, 163. — de Marneffe, Cartulaire Afflighem, p. 336, 622–623. — Barbier, Documents Saint-Aubain, A.H.E.B., t. 6, p. 184 ; t. 11, p. 109–110. — Petit, Inventaire Trinitaires, p. 96. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 31 n. 1. — Barbier, Documents Fosses, A.H.E.B., t. 13, p. 371–372, 492. — Misson, Andenne, p. 531. — Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 207, 231, 237, 238, 265–266, 270, 279–280. — ID., Supplément Marcuald de Modène, p. 392–396. — Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 81, 144–145. — Roland, Chartes namuroises inédites, A.S.A.N., t. 30, p. 284–285. — Id., Ossogne, p. 188, 213–215. — Petit, Inventaire Houffalize, p. 69, 88–89. — Uyttebrouck, Inventaire Terbank, p. 148–149. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 473. Remarquons que les actes signalés dans les n. 60, 61 et 62, sont assez interchangeables. Nombre d’entre eux sont des confirmations d’actes relatifs à des collations ou à des modifications de l’organisation paroissiale.

63 Sauf si les multiples institutions de recteurs, chapelains, bénéficiers... se font dans ce cadre.

64 En 1226, l’archidiacre de Brabant fait connaître une renonciation à tout droit sur une dîme, de la part de laïcs, in synodo Diestensi. Cfr Erens, Oorkonden Tongerloo, t 1, p. 137–138.

65 À propos de ces devoirs archidiaconaux, signalons simplement deux actes relatifs à des visites archidiaconales dans Habets, Houthem Sint-Gerlach, p. 207–213.

66 Cfr Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 436–437 et Barbier, Floreffe, t. 2, p. 172, où il est question d’excommunication.

67 Cfr infra, p. 383, 386, 387.

68 Emmanuel Fieschi quitte l’archidiaconat de Condroz pour l’évêché de Verceil, Waléran de Juliers la prévôté de Saint-Lambert pour l’archevêché de Cologne (1332) et Etienne Aubert devient pape sous le nom d’innocent VI en 1352 (cfr Renardy, Répertoire, p. 210–211, 214, 457–458).

69 Henri de Culant (Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 511–512) ; Nicolas de Besse (Berlière, Archidiacres XIVe siècle, p. 179–181. — Id., Suppliques Clément VI, p. 412, 465, 484–485) ; Pierre Beghon (Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 109) ; Pierre Corsini (Id., t. 1, p. 151) ; Mathieu de Longhi (Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 147. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 2, p. 30. — Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 111. — Berlière-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 532. — Despy, Lettres Innocent VI, p. 255–256. — Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 795. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 263–264. — Id., Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 248 ; t. 2, p. 118, 134, 571 ; t. 3, p. 196, 515) ; Nicolas Orsini (Grandjean, Registre Benoît XI, p. 147) ; Henri Suderman (Berlière-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 532. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 795. — Id., Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 82 ; t. 3, p. 108–109) ; Guy de Malesset (Id., p. 495–496).

70 Conflits et accords entre Henri de Gueldre et Thibaut Visconti (cfr p. 152 et n. 231) ; entre Jean de Flandre et Jacques de Castagne (C.S.L., t. 6, p. 34, 274–278) ; entre Adolphe de la Marck et Barthélemy de Calamandrana d’une part (Id., t. 6, p. 80, 320–321), Jean de Nucerio, d’autre part (Id., t. 6, p. 94). D’un point de vue plus général, cfr Mollat, Conflits archidiacres-évêques.

71 Poncelet, Vicaires généraux.

72 Sur cette fonction, cfr, outre l’étude mentionnée à la n. précédente : Fournier, Vicaire général, p. 283–365. — Naz, Vicaire général. — Gaudemet, Gouvernement, p. 171. — le Bras, Institutions ecclésiastiques, p. 400–401. — Histoires des institutions, t. 3, p. 356. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 328–330.

73 Poncelet, Vicaires généraux, p. 9–13.

74 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 252–255 : ils sont les remplaçants de l’évêque absent.

75 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 141–142, 148.

76 Renardy, Répertoire, p. 260–262. — Poncelet, Vicaires généraux, p. 85. — Paquay, Catalogue des actes de Godefroid de Gueldre.

77 Baudouin, évêque de Semgallen (Lettonie) remplit les fonctions de suffragant mais avec le titre de procurator, provisor, vices, curam gerens ou administrator spiritualium ou in spiritualibus de l’évêque (Hermans, Annales canonicorum regularium, t. 2, p. 72. — Paquay, Regesta Renier de Tongres, p. 44–45. — Quix, Burtscheid, p. 241, 245. — Eltester-Goerz, Urkundenbuch... mittelrheinischen Territorien, t. 3, p. 765, 862. — Laenen, Consécration des autels Villers, p. 95–96). Il s’agit donc d’un vicaire général qui détenait la potestas ordinis et qui, de fait, fit office de suffragant.

78 Renardy, Répertoire, p. 426–427. — Paquay, Regesta Renier de Tongres. — Bouchat, Justice privée par arbitrage, p. 473.

79 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 194–197. — Id., Regesta Renier de Tongres, p. 43–44, 194–197.

80 Gaudemet, Gouvernement, p. 317 et n. 64, est également sceptique quant à la véracité de cette théorie.

81 Sur ce personnage, cfr Poncelet, Vicaires généraux, p. 86–87. — Renardy, Répertoire, p. 246, 250–251 (qui consacre deux notices à un seul et même personnage ; les propos tenus à propos du second, maître Francon, sont erronés de même que ceux de la p. 462, relatifs à maître B., lié à Francon).

82 C.S.L., t. 2, p. 550. Ils furent au nombre de quatre (et non trois comme le prétend Renardy, Monde des maîtres, p. 237).

83 Arnould de Blankenheim fut tué au cours du célèbre épisode du Mal Saint-Martin (cfr p. 482) ; Jean des Canges, issu d’un des plus puissants lignages patriciens liégeois, jeta l’interdit sur la Cité en 1303, afin de protéger les intérêts du clergé liégeois, et s’allia même au petit peuple (cfr Renardy, Répertoire, p. 333–334 et, en dernier lieu, Kupper, Le village était devenu une cité, p. 54–55, qui parle d’un « chanoine de choc »).

84 Conrad de Riest et Wéry de Ducellis (Poncelet, Vicaires généraux, p. 88–89). Le second était un parent de Thibaut de Bar (Reg. Cl. V, t. 6, p. 178).

85 Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 3, p. 189. Sur ce personnage, cfr Monasticon, t. 6, p. 50. Englebert François, dont nous avons déjà parlé, signalé par Poncelet, Vicaires généraux, p. 89–90, n’eut jamais aucune activité réelle de vicaire général, malgré ce que nous dit G.A.T., t. 2, p. 254 et Renardy, Monde des maîtres, p. 236–237, non confirmé, d’ailleurs, par Id., Répertoire, p. 211–212.

86 Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 337–339, 347–349. — Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 35–37. — Paquay, Supplément Renier de Tongres, p. 400–402, 420. — Berlière, Visitationsrecesse, p. 598. — Habets, Archiven Thorn, t. 1, p. 23–25. — Paquay, Encore quelques actes de Henri de Gueldre, p. 94–95. — Daris, Notices, t. 10, p. 95.

87 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 79. — de Marneffe, Cartae Parchenses, p. 83–84. — C.S.L., t. 2, p. 109, 111. — Reusens, Documents Herckenrode, p. 263–265. — Habets, Archiven Thorn, t. 1, p. 20–23, 26. — Daris, Notices, t. 1, p. 458–459. — Id., Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 10, p. 488–489 ; t. 11, p. 39. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 339–341, 344–345. — Barbier, Documents Floreffe, A.H.E.B., t. 11, p. 231–232. — Goetschalckx, Cartularium S.-Michiels Antwerpen, p. 342. — Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 29–32. — Daris, Beaurepart, p. 358. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 74. — Herbillon, Un acte inédit. — Laenen, Documents Desscheel, p. 426–427. — Limbrée, Thibaut de Bar, p. 34.

88 Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 290–292. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 277–278. — Daris, Notices, t. 10, p. 187, 190. — Delvaux, Inventaris Oplinter, p. 115–116. — Habets, Archiven Thorn, t. 1, p. 27–28. — Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 192–194, 270–272. — Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 200–201. — Daris, Saint-Laurent, p. 154. — Roland, Chartes Gembloux, p. 157–158.

89 Poncelet, Vicaires généraux, p. 25–52. Cfr encore de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 337.

90 Ibid., propos repris tels quels par Renardy, Monde des maîtres, p. 238–239.

91 Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 378–379. Sur Gérard de Veno, cfr p. 391–392.

92 Poncelet, Vicaires généraux, p. 95, 96. — Id., Sceaux et chancelleries, p. 93–94. — Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 290–293. — Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 63–65. — Berlière, Instrumenta miscellanea, p. 85. — R.C.L., t. 1, p. 427–432, 442–447. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 311.

93 Id., Vicaires généraux, p. 20–21, 52–57.

94 Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 504. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134–135 et l’acte signalé p. 325 n. 91. En outre, 1) Wéry, scelleur, et Wéry de Ducellis, vicaire général, contemporains, ne représentent peut-être qu’une seule et même personne ; 2) Jacques Wolff, scelleur, est peut-être également mentionné comme vicaire général (Evrard, Documents Flâne, p. 244–246).

95 Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 290–293. Signalons en outre les apparitions intermittentes de Wéry en 1294, le 31 août 1305 et le 7 août 1313, et de B. ou Baudouin en mai et juillet 1305 ainsi que le 7 juin 1310 (cfr Ibid. Poncelet, Vicaires généraux, p. 96. — Id., Sceaux et chancelleries, p. 93–94. — Renardy, Répertoire, p. 458–459).

96 Ibid.

97 Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469, 504. — Tlhon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134— 135.

98 Le premier avait des liens très étroits avec Tongres. Cfr Renardy, Répertoire, p. 346–347. — Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 362, 887. — Berlière, Documents concernant Raoul de Rivo.

99 Cfr tableau relatif aux vicaires généraux et aux scelleurs dans Renardy, Monde des maîtres, p. 236–239. — Id., Répertoire, p. 376–377. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 80.

100 Poncelet, Vicaires généraux, p. 98–99. — C.S.L., t. 4, p. 45 ; t. 6, p. 76, 77. — Wlllems, Codex diplomaticus, t. 2, p. 466. — de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 430.

101 Sur ce personnage, cfr p. 396.

102 C’est en tout cas l’une des deux versions proposées par les éditeurs de Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 337, 359. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 160, 480, 481. Une autre (Poncelet, Vicaires généraux, p. 160), sur base du Néc. Munsterbilsen, éd. Weale-de Borman-Bormans, p. 34–35, le déclare fils de Gisbert de Montenaken et d’Aleyde.

103 Cfr, par exemple, Francon et Lieduin, respectivement évêques de Verzprim (Hongrie) et de Bi(c)har (Hongrie/Roumanie) auXIe siècle. Cfr, à leur propos, O.S.L., éd. Marchandisse, p. lxx, 34 et n. 196, 158 et n. 1004, 213–214 et la bibl. les concernant. Pour ce paragraphe, nous avons, à des titres divers, des obligations envers MM. Fr. Benninghoven, M.H. Gelting (Archives du royaume de Danemark, Copenhague), Th. Hill (Université de Kiel), W. Lenz (Archives de l’État à Coblence), T. Nyberg (Centre Sainte-Brigitte de Suède/Farfa-Université d’Odense), W. Paravicini (Institut historique allemand de Paris-Université de Kiel). Nous tenons à les remercier très chaleureusement.

104 Il y en eut cinq sous son règne (Berlière, Évêques auxiliaires Liège, p. 6–10). Signalons que les évêques auxiliaires ne sont pas liés à un seul évêque de Liège. L’évêque de Courlande (Lettonie) Émon de Werd exerça son ministère sous Henri de Gueldre, Jean d’Enghien et Jean de Flandre ; Guy, évêque d’Hélos (Grèce), sous les trois successeurs de ce dernier (Id., p. 27–30, 34–36).

105 de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 322–324. Sur les évêques auxiliaires, outre Berlière, Évêques auxiliaires Liège et Id., Évêques auxiliaires Cambrai, cfr Rousseau, Expansion wallonne, p. 187–188. — Gaudemet, Gouvernement, p. 163–166 et la récente et pénétrante étude de Rapp, Évêques auxiliaires Constance, Bâle, Strasbourg, Spire.

106 Id., p. 109–110.

107 Berlière, Évêques auxiliaires Liège, passim.Laenen, Consécration des autels Villers, p. 91–92, 94–109, 111. — Borgnet, Cartulaire Bouvignes, t. 1, p. 4–5. — Uyttebrouck, Inventaire Terbank, p. 125. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 122. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 146. — de Marneffe, Cartulaire Afflighem, p. 559–560. — Quix, Burtscheid, p. 255. — Habets, Archiven Thorn, t. 1, p. 32. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 209. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 95–97. — Barbier, Géronsart, p. 302–304. — Id., Cartulaire Malonne, p. 46–47. — Reusens, Documents Mont Saint-Jean-Baptiste Zeehlem, p. 321. — Bacha, Chartes Val-Dieu, p. 282. — Hermans, Annales canonicorum regularium, t. 2, p. 72, 104–105. — Franquinet, Inventaris Kloosterrade, p. 259–261. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 486–487. — Tellier, Inventaire dames blanches, t. 1, p. 58. — Franquinet, Inventaris St. Gerlach, p. 56–57. — Discry, Frairie hutoise, p. 6. — G.A.T., t. 2, p. 244. Cfr encore, dans l’ensemble, Monasticon, t. 1, p. 66, 116, 145, 151, 452 n. ; t. 2, p. 13, 409, 466 ; t. 4, p. 798, 800, 834, 896, 1355 ; t. 6, p. 186, 300.

108 Roland, Chartes Gembloux, p. 190–191. — G.A.T., t. 2, p. 243, 307–308. — Berlière, Instrumenta miscellanea, p. 23–24. — Id., Évêques auxiliaires Liège, p. 39–40, 42–44. — Monasticon, t. 2, p. 228.

109 Berlière, Évêques auxiliaires Liège, passim. Laenen, Consécration des autels Villers, p. 97. — Quix, Burtscheid, p. 402–403. — Stallaert, Chartes Diest, p. 188. — Vannérus, Documents concernant les Bégards de Malines, p. 245–246.

110 Certains eurent une action plus politique. Témoins l’évêque d’Hélos, Guy, qui s’efforça d’apaiser les révoltes hutoises de la fin du xiiie siècle (1402, p. 236) ou Herman, titulaire du même siège, qui, avec Lévold de Northof, représenta Adolphe de la Marck au concile provincial de Cologne, en 1322 (Berlière, Évêques auxilaires Cambrai, p. 28–29).

111 Rapp, Évêques auxiliaires Constance, Bâle, Strasbourg, Spire, p. 111.

112 En dépit de certaines erreurs ou imprécisions d’identification [par exemple, les deux évêques mentionnés supra, n. 110 sont tous deux évêques d’Hélos (Grèce) et non d’Olénus ou d’Henna (Fedalto, Chiesa latina in Oriente, p. 128–129. — Berlière, Évêques auxiliaires Liège, p. 34–36)], l’image de la situation que donne ce dernier est exacte.

113 Cfr notamment Weijling, Wijbisschoppen van Utrecht, p. 99, 104–106, 109, 116–120, 126–128, 144–145, 160–163, 169–171. — Berlière, Évêques auxiliaires Cambrai, p. 21–24, 27–29, 49–50.

114 Boniface VIII range la nomination des auxiliaires parmi les maiores causae réservées au pape (Gaudemet, Gouvernement, p. 165).

115 Werner, Teilnehmerliste des Laterankonzils, p. 589. — Krabbo, Deutschen Bischöfe auf dem vierten Laterankonzil, p. 296.

116 Cfr Renardy, Répertoire, p. 137–139 (il était originaire de Vitry-en-Perthois, selon BUR, Champagne, p. 326 n. 28, 457).

117 Cfr Berlière, Baudouin d’Aulne. Il faisait également partie de la suite du légat Otton de Saint-Nicolas, accueilli à Huy par Jean d’Eppes (cfr Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, p. 93, et ici-même, p. 124).

118 Cfr Berlière, Évêques auxiliaires Liège, p. 37–38. — Renardy, Répertoire, p. 369.

119 Cfr p. 141.

120 Nous avons déjà eu plusieurs fois l’occasion de signaler combien l’ordre de Cîteaux fut privilégié par l’épiscopat liégeois.

121 Rapp, Évêques auxiliaires Constance, Bâle, Strasbourg, Spire, p. 113.

122 Le mémoire de Rigo, Actes de l’officialité, a donné lieu à Plusieurs publications : Pieyns-Rigo, Notaires d’officialité. — Id., Juridiction épiscopale. On y ajoutera School-Meesters, Officiaux des évêques de Liège. — Brouette, Additions à la liste. — Brouette-Pieyns, Regestes des officiaux. — Brouette, Examen des anciennes chartes de l’officialité. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 330–337. Plus généralement, l’ouvrage de base reste Fournier, Officialités, auquel on joindra : Naz, Official. — Gaudemet, Gouvernement, p. 166–171. — Le Bras, Institutions ecclésiastiques, p. 398–400. — Histoire des institutions, t. 3, p. 357–360.

123 L’organisation du tribunal de l’official et son personnel subalterne, comprenant notamment des officiaux forains, constituent un sujet de recherches à part entière. Dès lors, c’est dans le cadre d’une telle étude que les statuts donnés en 1337, par Adolphe de la Marck, à la cour de l’officialité (R.o.p.l., p. 233–244) — qui apportent peu sur le rôle de l’official lui-même — doivent être envisagés.

124 L’évêque de Liège ne délègue pas à son official les juridictions relevant de son haut domaine — la Paix et l’Anneau du Palais (cfr p. 423–426).

125 Cfr p. 330 n. 122. L’action de l’official liégeois a donné lieu à une multitude d’actes, dont la simple liste couvrirait plusieurs pages. La répartition de ses activités n’ayant, somme toute, rien que de très normal, nous nous contenterons de renvoyer pour ce qui suit à Brouette-Pieyns, Regestes des officiaux et Rigo, Actes de l’officialité, t. 2, qui couvrent la période 1200–1337 et prennent en compte l’ensemble de la documentation, éditée ou non.

126 Cfr n. 125. Ajouter Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 154–155, 265–266. — Despy-Uyttebrouck, Inventaire La Ramée, t. 1, p. 201, 207. — Evrard, Documents Flône, p. 208. — Lahaye, Cartulaire Andenne, t. 1, p. 41. — Piot, Inventaire Namur, p. 192, 217, 226–227. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 169, 194, 283–284. — C.S.L., t. 4, p. 494–495. — Van Neuss, Inventaire Munsterbilsen, p. 123. — Paquay, Inventaire Saint Barthélemy, p. 171.

127 Cfr n. 125. Ajouter Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 21–23, 405–407. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 118, 157, 269. — Id., Inventaire Saint-Martin, p. 42–44, 48, 49, 51, 52, 54, 57, 59, 60, 74, 77, 78. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 87–88, 90, 94–96, 100–101, 104, 105, 109, 110, 114–115, 118–122, 139, 148, 150, 265, 271–272, 300. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 133–135, 155–156, 162–163, 170, 176, 177, 184 n. 1, 187–188. — C.S.L., t. 3, p. 155–156 ; t. 4, p. 18, 134–136, 195–196 ; t. 6, p. 53–54, 57, 101–103, 129. — Brouwers, Comté de Namur. Chartes, t. 2, p. 164–169. — Vandricken, Horion-Hozémont, p. 88. — Uyttebrouck, Inventaire Terbank, p. 173. — PIOT, Inventaire Namur, p. 217, 264. — Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 531–538. — Hansotte, Inventaire Neufmoustier, t. 1, p. 131. — Devillers, Inventaire Saint-Jean de Jérusalem, p. 7. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,2, p. 289.

128 Renardy, Répertoire, p. 178.

129 Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 162 n. 1. — Schoolmeesters, Doyens Saint-Denis, p. 95.

130 Official de 1270 à 1274. Cfr p. 313 et n. 23.

131 Cfrp. 392 et n. 521.

132 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6, 44, 109. — Berlière, Documents inédits, p. 30–31. — Yans, Cartulaire Saint-Laurent, p. 90.

133 C.S.L., t. 1, p. 286–288. — Renardy, Répertoire, p. 459–460. — Id., Monde des maîtres, p. 241.

134 C.S.L., t. 1, p. 539. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 98–99. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 177–178.

135 Pycke, Répertoire, p. 362–363.

136 Renardy, Répertoire, p. 355.

137 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 434, 435, 443, 444, 451,452.

138 Renardy, Monde des maîtres, p. 230–232.

139 Francon de Gembloux (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 594. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. cxx), Jean de Vieuxville (Renardy, Répertoire, p. 375- 376), Gilles de Panbroek (cfr p. 332 et n. 137), Henri de Furno (Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. cxix, 244. — Fierens, Suppliques Urbain V, p. 155–156. — Renardy, Répertoire, p. 295), Antoine de Fize (par ex. C.S.L., t. 4, p. 427. — Gilissen, Légistes en Flandre, p. 209), Gisleberl Voestinc (C.S.L., t. 4, p. 540. — Fierens, Suppliques Urbain V, p. 682), Edmond Boest (Id., p. 734), Gilles de Vinalmont (cfr p. 332 et n. 129. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 226. — Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 989. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 480, 524, 592).

140 Pieyns-Rigo, Juridiction épiscopale, p. 191–192.

141 Id., p. 201.

142 Cfr les actes mentionnés p. 330 n. 123, dans lesquels est établi un véritable barême des tarifs en vigueur, et ce pour chaque fonctionnaire de l’officialité.

143 Brouette, Examen des anciennes chartes de l’officialité, p. 21–22. Sur ces deux officiaux, cfr Renardy, Répertoire, p. 148, 154–155. Il y eut deux officiaux à Liège jusqu’en 1224 (C.S.L., t. 1, p. 210–211) et non 1218 (Pieyns-Rigo, Juridiction épiscopale, p. 191).

144 Id., p. 188. — Naz, Official, col. 1106. — Gaudemet, Gouvernement, p. 167. — Joris, Droit savant, spéc. les p. 185–195. — Vercauteren, Renonciation aux exceptions de droit romain, p. 332–334.

145 Cfr p. 318.

146 Pieyns-Rigo, Juridiction épiscopale, p. 187–188 (Cambrai = 1180). — Gaudemet, Gouvernement, p. 167–168 (Arras = 1206). — Naz, Official, col. 1106 (Arras = 1210, Cambrai = 1212). Thérouanne et Arras (France, dép. Pas-de-Calais).

147 Cfr p. 208–209.

148 Gaudemet, Gouvernement, p. 168 : Strasbourg, Genève = milieu xiiie siècle ; Bâle, Cologne, Lausanne, Worms = ca 1260 ; diocèses rhénans = ap. 1260.

149 Sur les officiers auliques, cfr surtout Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235–237. Sur l’avoué, cfr Godefroid, Avoué de Hesbaye.Id., Avouerie de la cathédrale Saint-Lambert. Utiles d’un point de vue généalogique, les articles récents de Stinissen, Heren van Lummen en Peer vóór 1350 et Id., Heren van Peer en Lummen. 1351 tot ca. 1500, apportent peu à la connaissance de la fonction d’avoué de Hesbaye. Sur le maréchal, cfr Poncelet, Maréchaux, qui est, à notre avis, le meilleur de ses articles prosopographiques, même si, par exemple, le paragraphe relatif aux prérogatives du maréchal, p. 14–15, ne s’appuie sur rien de vraiment tangible.

150 Id., p. 18–20. La naissance du maréchalat est donc tardive par rapport à d’autres principautés comme la Flandre ou la Champagne, où un maréchal est signalé dès la fin du XIe siècle (cfr Histoire des institutions, t. 1, p. 129, 379). La situation liégeoise s’explique par ce qui suit.

151 Poncelet, Maréchaux, p. 6–9.

152 Id., p. 4.

153 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 115–116, 120–121 (De familia nostra... Godefridus marescalcus), 171, 193. — C.S.L., t. 1, p. 186–188, 236–237 (hominum etiam case Dei [...] Godefridi de Scoves marescalci domini episcopi). — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 11, p. 63. L’entêtement de Poncelet est également dénoncé, à juste titre, par Ganshof, Ministeriales, p. 156. Sur l’expression employée ici, cfr Id., « Homines de casa Dei ».

154 Cfr Jacques de Hemricourt, Patron, p. 68, 85 et l’acte de nomination de Lambert d’Oupeye (Poncelet, Maréchaux, p. 221). Un lieutenant peut être désigné par l’évêque lorsque celui-ci s’absente ou réside à l’étranger. À la question de savoir si le mambour sede vacante avait la possibilité de désigner un maréchal, il semble qu’il faille répondre positivement. Wauthier de Rochefort est désigné par son frère, le mambour Jean Ier de Rochefort (Id., p. 136–137). Il en va de même pour Arnould de Diest, nommé par son frère Gérard, mambour (Id., p. 95–97).

155 Pluriel car l’avoueric se transmit par les femmes à plusieurs reprises. Cfr tabl. généal. dans Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 510. — Stinissen, Heren van Lummen en Peer vóór 1350, p. 194, 198, 205, 209. Louis de Lummen (1163–1207), fils de l’avoué Eustache (1139–1159), est le petit-fils du comte Otton II de Chiny et de la fille d’Albert III, comte de Namur. Son gendre et successeur, Frédéric de Limbourg (1207–1211) est le fils d’Henri III de Limbourg.

156 Sur tout ceci, cfr Godeeroid, Avouerie de la cathédrale Saint-Lambert, p. 388–391. — Gaer, Reliques et étendard, p. 241–245. Cfr encore Leclère, Rôle militaire des avoués liégeois, p. 401–405.

157 Cfr supra, n. 155. Il est mentionné plusieurs fois comme témoin dans des actes d’Hugues de Pierrepont (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 32, 41,48, 70).

158 Cfr supra, n. 155. On ne conserve qu’une seule mention de cet avoué : il est témoin dans un acte d’Hugues de Pierrepont (Id., p. 67–68). À sa mort, il laisse deux filles en basâge (Triumphus Steppes, p. 175).

159 Ibid.

160 Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 11, p. 63. Quelques remarques s’imposent. 1) Il est question d’une avouerie tenue en fief de l’avoué de Hesbaye en 1218 (C.S.L., t. 1, p. 182), ce qui ne signifie pas pour autant que la fonction était alors exercée. 2) Les filles de Frédéric de Limbourg ont certainement atteint l’âge nubile bien avant 1241 de sorte que, si l’avoué avait encore eu une quelconque importance, il eût été mentionné avant cette date. 3) Preuves du discrédit qui frappe cette fonction : en 1261, elle est remplie par une femme, Mathilde de Limbourg, veuve de Louis d’Audenarde (de Borman-Poncelet, Codex, p. 17–18) ; elle peut être concédée en douaire (Id., p. 38–40) et, en 1315, elle fait l’objet d’un relief (F.A.M., p. 166) : elle est donc devenue un simple fief convoité pour l’argent qu’il rapporte ; ses attributions militaires relèvent désormais de la tradition et du symbole. 4) Il faut attendre 1332 pour trouver à nouveau une mention certaine d’un avoué conduisant les milices urbaines au combat (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 220. — Lévold de Northof, Chronica, p. 76). C’est donc sous le règne des la Marck que l’avoué de Hesbaye récupère une partie de son pouvoir. Il est vrai que la fonction est alors exercée par un parent de l’évêque (Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186) — il fait établir le record de ses droits en 1321 (C.S.L., t. 3, p. 229–232) — et, parmi ses successeurs, on trouve deux la Marck (cfr p. 382).

161 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 87.

162 Sur la fonction et la famille de Nivelle qui l’assuma, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 312, 458. — Poncelet, Introduction, p. cxxxix, cxlii—cxliii. — Debouxhtay, Nivelle-sur-Meuse, p. 108–109. — Ganshof, Ministeriales, p. 160 et n. 2.

163 C.S.L., t. 6, p. 110. — Poncelet, Introduction, p. cxliii.

164 Sur la fonction, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235. — Poncelet, Introduction, p. xxxvi, cxli—cxlii. — Id., Sénéchaux.

165 Id., Actes Hugues de Pierrepont, p. 121.

166 Sur cette famille, cfr DE Borman-Poncelet, Tableaux, p. 336–337, 466–471. — Ganshof, Ministe riales, p. 139–144. — Poncelet, Sénéchaux.

167 de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 470 n. 2.

168 Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 253. — Poncelet, Sénéchaux, p. 319–320 n. 3.

169 F.A.M., p. 77, 227. À noter, d’une part, la persistance, sans doute toute théorique, de certaines prérogatives du sénéchal en matière d’administration des pêcheries épiscopales et de juridiction sur celles-ci, sous le règne de Jean d’Arckel (1365) (C.S.L., t. 4, p. 408–413. — Poncelet, Sénéchaux, p. 324–325), d’autre part, l’existence d’un Henri de Fexhe, sénéchal de l’évêque de Liège le 12 mai 1275 (Despy-Uyttebrouck, Inventaire La Ramée, t. 1, p. 193. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 201). Quelle est sa fonction ? Nous ne pouvons le dire.

170 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 77.

171 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 98.

172 Sur la famille et la fonction qu’elle assume, cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 365. — Poncelet, Introduction, p. cxliv—cxlv.

173 Ainsi en 1345. Cfr F.E.M., p. 11, 135.

174 Sur cette fonction, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 235–236. — Poncelet, Introduction, p. cxlv—cxlvi.

175 Id., Actes Hugues de Pierrepont, p. 121–122. B. Valin, chambrier d’Hugues de Pierrepont, n’est pas signalé à une date précise du règne de ce dernier, tout au moins accompagné de son titre. Il n’est donc pas nécessairement chambrier entre 1200 et 1230 comme le dit Id., Introduction, p. cxlv. Sa maison est simplement mentionnée en 1255 (Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 96 n. 1). Cela dit, d’autres Valin sont cités en 1211, 1220 et 1224 (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 92, 186–187, 210) et on peut par ailleurs se demander si B. Valin et l’archidiacre Baudouin de Vaux ne sont pas une seule et même personne (sur ce dernier personnage, cfr Renardy, Répertoire, p. 194).

176 Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1179. Cependant, cette fonction revêtira une grande importance auXIVe siècle. Cfr infra, p. 348–349.

177 La tendance au déclin des charges auliques semble générale. C’est notamment le cas dans l’évêché de Metz, en Flandre et en France (cfr Schneider, Bourgeois et officiers épiscopaux, p. 9–14. — Histoire des institutions, t. 1, p. 381. — Lemarignier, La France médiévale, p. 322–323). Toutefois, à Liège, le processus est beaucoup plus précoce qu’ailleurs, ce que n’a pas vu, semble-t-il, Poncelet, Sénéchaux, p. 316–317, 319.

178 Cfr p. 228–229, 327.

179 On dénombre seulement huit sessions mixtes pour vingt-neuf années de règne. Cfr Davenne, Synodes, p. 251–252.

180 Cfr p. 356.

181 Sur cette question, cfr Kupper, Avouerie de la cité de Liège, spéc. p. 107–108, article qui remplace l’étude, décevante, de Poncelet, Avouerie de la cité de Liège.

182 Kupper, Avouerie de la cité de Liège, p. 113.

183 C’est également durant les années 1212–1216 que Renouard, 1212–1216, situe la mise en place des « traits durables de l’Europe occidentale moderne ».

184 Ceci prouve, si besoin était, que, bien loin d’être pauvres, ainsi que l’affirme un peu à la légère Xhayet, Solidarités privées, p. 206–207, les sources de la première moitié du xiiie siècle se révèlent d’une grande richesse pour peu que l’on se donne la peine de quitter une analyse superficielle pour une étude approfondie, synchronique et diachronique.

185 À ce propos, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 228–234.

186 Cfr C.S.L., t. 2, p. 529–531. — Ganshof, Ministériales, p. 151–152. — Id., « Homines de casa Dei », p. 309, qui signale un second exemple péremptoire.

187 Sur ce maréchal comme sur tous ceux mentionnés nominalement dans ce paragraphe, cfr, une fois pour toutes, les notices biographiques de Poncelet, Maréchaux, dans le cas présent, p. 64–67.

188 Faimes (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Faimes) ; Jeneffe (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Donceel) ; Warfusée, hameau de Saint-Georges-sur-Meuse (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Saint-Georges-sur-Meuse) (Rasse de Jemeppe — 1365–1367 — était un membre de ce lignage) ; Hozémont = Horion-Hozémont (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Grâce-Hollogne) ; Harduémont, dépendance de Verlaine (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Verlaine). Cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 199, 266, 397, 241.

189 Signalons par exemple que sous le règne d’Adolphe de la Marck, le choix du maréchal est largement influencé par les rapports du moment entre l’évêque et les deux lignages des Awans et des Waroux, ainsi que par leurs positions respectives dans les conflits qui opposent fréquemment le prélat aux divers groupes sociaux de ses États. Ainsi Adolphe désignera-t-il Wauthier de Warfusée (1327–1329), un Waroux, pour faire obstacle à Guillaume de Jeneffe, du lignage d’Awans, prédécesseur de Wauthier à la tête du maréchalat (1322— 1324). Ce dernier avait été nommé, quant à lui, suite à un rapprochement temporaire entre Adolphe et les Awans. Sur la querelle des Awans et des Waroux, cfr p. 262 n. 225.

190 Sur cette famille, cfr le bon article de de Fossa, Looz-Agimont et Berlo, p. 326–332, 343–344, 350.

191 Son père était le frère de Wauthier de Warfusée et le beau-frère de Jean de Langdris, sa femme, la tante — par alliance — de Rasse de Laminne et de Guillaume de Horion, sa soeur, l’épouse de Hugues de Bassine et sa fille, celle d’Amel de Warnant. Cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 260, 275, 397.

192 Poncelet, Maréchaux, p. 172–177.

193 Id., p. 46, 68.

194 C’est le cas pour Fastré de Faimes (1261–1277), Nicolas de la Heid de Flémalle (1269, 1285), Robert de Faimes (1273–1276), Renier de Visé (1280–1281, 1288).

195 De Godefroid de Skeuvre à Guillaume de Tongres, pas moins de quatorze maréchaux sur dix-neuf ne connurent aucune expédition militaire.

196 Témoin : Id., Actes Hugues de Pierrepont, p. 120–121, 193. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 46–47. — Evrard, Documents Flâne, p. 82. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 79. — Id., Maréchaux, p. 176–177, 180–184, 190–191, 195–196, 200–201, 212. — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 11, p. 78. — C.S.L., t. 2, p. 146, 432–436. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 318. — Schoon-Broodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 116, 128–129. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 365–368. Sentences et arbitrages : Poncelet, Maréchaux, p. 162–165, 167— 176, 185–189, 203–207. — C.S.L., t. 2, p. 72, 123–124, 188, 190–191. — Schoon-Broodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 50, 91. — Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 12. — Bormans, Cartulaires Saint-Denis, p. 78. Justice : Poncelet, Maréchaux, p. 54, 196–199.

197 C.S.L., t. 3, p. 74–76 (Alard de Pesches). — Poncelet, Maréchaux, p. 101 (Jean de Harduémont). — 1402, p. 301 (Rasse de Grez). — Poncelet, Maréchaux, p. 119–120. — C.S.L., t. 4, p. 53 (Jean de Langdris). — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 80. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 195 et n. 2, 300. — de Chestret, Renard de Schönau, p. 20 et n. 2, 21 et n. 2 (Renard de Schonau et Jean de Hamal). — Raoul de Rivo, Gesta, p. 7. — G.A.T., t. 2, p. 314. — Corneille de Zantflet, Chronicon, col. 291. — Poncelet, Maréchaux, p. 133–134 (Lambert d’Oupeye). — Corneile de Zantflet, Chronicon, col. 289 (Rasse de Jemeppe).

198 Cfr p. 380, 387, 396.

199 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 250.

200 Henri de Hermalle exécute un chevalier (Id., p. 158. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 208).

201 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 249 et n. 217.

202 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. xvii—xxxiv. — Hardy, Étude diplomatique Henri de Gueldre. Édition des actes épiscopaux antérieurs à 1200 en préparation (M. J.L. Kupper). Pour notre part, nous nous proposons de poursuivre le relevé des actes épiscopaux liégeois, et ce pour les années 1238–1482.

203 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 249–252.

204 Stiennon, Écriture diplomatique, p. 354–357.

205 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 250. — Reusens, Chancelleries inférieures, p. 182.

206 Jean de Heinsberg (1419–1455). Sur Gilain, cfr de Géradon, Gilain de Sart. Cfr encore Hansotte, Chanceliers aux temps modernes.

207 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 145–146.

208 Cfr Evrard, Documents Flâne, p. 77, 82. Scriptor = scribe, copiste (Stiennon, Paléographie du moyen âge, p. 340. — Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 948).

209 ld., p. 191, s.v°, no 7.

210 Cfr supra, n. 208. — Renardy, Répertoire, p. 450–451. — Verger, Médecins, p. 86.

211 Cfr source n. 208, indications auxquelles s’ajoutent les p. 73, 75. — C.S.L., t. 1, p. 325–326. L’action de ces chapelains — et des clercs, d’ailleurs — n’est jamais décrite. Sans doute sont-ils les successeurs des chapelains épiscopaux du haut moyen âge (Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 237–238). Difficile cependant d’entamer, dans ces conditions, une comparaison avec d’autres chapelains, ailleurs et en d’autres temps. Sur ces fonctions, cfr Haider, Kapellanat.Burgart, Familia archiepiscopi, p. 13–332.

212 C.S.L., t. 1, p. 539 ; t. 2, p. 11. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 163, 175, 233, 423. — Grauwels, Regestenlijst Kommanderijen, t. 1, p. 9. — Berger, Registres Innocent IV, t. 3, p. 244. — Bourel de la Roncière, Registres Alexandre IV, t. 1, p. 402. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 69. — Yans, Actes Henri de Gueldre, p. 29, 31. — Renardy, Répertoire, p. 208.

213 C.S.L., t. l,p. 179.

214 Berlière, Suppliques Innocent VI, p. 658–659. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57. — F.E.M., p. 74. — C.S.L., t. 6, p. 359. — Piot, Inventaire Namur, p. 260. — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 97. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 282–283, 311. — Doppler, Dekenen, p. 237–239.

215 On la retrouve pour Elbert de Bettincourt (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 385–386, 407–408), Menric Gallus (Id., p. 234, 249, 252, 407), Godefroid de Northof (ID., Suppliques Innocent VI, p. 407–408), Gérard de Veno (Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469), Libert Bolle (Id., p. 469, 589–590, 677), Gislebert de Walemborch (Id., p. 467) et Alard de Limbourg (R.C.L., t. 1, p. 428).

216 Cfr p. 344 n. 214. Cfr encore, dans l’ensemble, Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 95–99 et pour 1) C.S.L., t. 3, p. 188, 431 ; t. 6, p. 87. — R.C.L., t. 1, p. 95. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 237 ; 2) C.S.L., t. 4, p. 386 ; t. 6, p. 115, 122. — F.E.M., p. 72–74. Piot, Inventaire Namur, p. 260. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57 ; 3) R.O.P.L., p. 282. — C.S.L., t. 6, p. 99, 102, 104. — F.E.M., p. 72–73, 342, 398. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 3, p. 9–10. — Brouwers, Sinnich, p. 127. — R.C.L., t. 1, p. 367–368 ; 4) C.S.L., t. 6, p. 122, 123, 126, 127, 129, 130, 134. — Poncelet, Introduction, p. XVI. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 359. — Hansotte, Inventaire Neufmoustier, t. 1, p. 131. — F.J.A., p. 83, 225. — R.C.L., t. 1, p. 428, 492. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 370. — Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 133. — Wolters, Herckenrode, p. 88–90.

217 Par exemple, Thierry Cromphuet, clerc et secrétaire de 1358 à 1370, ou Georges de Cathena, mentionné de 1346 à 1366, sous Englebert et Jean d’Arckel. Cfr n. précédente et p. 344 n. 214.

218 Cfr p. 116 et n. 15.

219 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 117. — Renardy, Répertoire, p. 139–140, 396 et n. 5.

220 Elbert (cfr p. 344 et n. 212) ; Mathieu de Tongres, clerc (Guiraud, Registres Urbain IV, t. 3, p. 407) ; Jean le Rouge de Maastricht, clerc (Ibid. Renardy, Répertoire, p. 357–358. — Bourel de la Roncière, Registres Alexandre IV, t. 2, p. 835). Il est fort probable que la dernière source mentionnée entre parenthèses concerne bien Jean de Maastricht. Contrairement à ce que dit Renardy, Répertoire, p. 338–339, ce clerc n’y est pas signalé comme physicus et il n’y a dès lors aucune raison de l’identifier à Jean dit Crassawe.

221 Signalons Nicolas de Neuss, notarius, capellanus, servitor et procurator d’Adolphe (Id., p. 401), Jean Volchwini de Brunsheim, clerc (Leduc, Sainte-Croix, t. 2, p. 266–267) ou Godefroid de Northof (cfr p. 344 et n. 215).

222 Étienne de Harchicourt, chapelain (de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 105. — Hautcoeur, Cartulaire Saint-Pierre de Lille, t. 1, p. 530, 532, 535–537, 541, 544, 549, 550, 553, 559, 561, 562. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 127. — Gaillard, Inventaire, p. 14, 45, 47, 55–56, 91, 100, 111, 113, 114), Hilkin (Hellin) de Hellemmes (Hautcœur, Cartulaire Saint-Pierre de Lille, t. 1, p. 534, 563. — Langlois, Registres Nicolas IV, p. 460. — de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 163) et Gérard de Ferlin (Id., p. 172, 175, 199, 244, 245, 256, 333–334, 352–353, 375. — Hautcoeur, Cartulaire Saint-Pierre de Lille, t. 1, p. 557–558, 563. — Kitell, From ad hoc to routine, p. 79. — Renardy, Répertoire, p. 240, qui ne connaît pas les mentions importantes de de Saint-Genois. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 508, 528, 530). Nous ne savons pas d’où est issu le clerc épiscopal Grégoire (de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 180. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 247. — Renardy, Répertoire, p. 267). Jean de Flandre est prévôt de Saint-Pierre de Lille dès 1272 et cumula cette charge avec l’évêché de Metz (Id., p. 342). Lille (France, dép. Nord).

223 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 125.

224 Gérard de Veno (cfr p. 326 et n. 97), Gérard de Bronchorst, clerc de l’évêque (Fierens, Suppliques Urbain V, p. 610. — Berlière, Libri obligationum, p. 78), lequel reste en même temps le chapelain d’Arnould de Hornes, évêque d’Utrecht (Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 511), Libert Bolle (cfr p. 344 n. 215), Jean Salomonis, notaire et familier de l’évêque (Id., p. 611. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 254–255), Gislebert de Walemborch (cfr p. 344 n. 215. — Berlière, Suppliques Clément VI, p. 271–272. — Id., Suppliques Innocent VI, p. 72), Gilles de Oestkerke (Fierens, Suppliques Urbain V, p. 471) et Jean de Ongheleghe, chapelains de l’évêque (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 647). Nous profitons de ce paragraphe consacré, principalement, à un personnel religieux, pour signaler les rares directeurs de conscience des évêques de Liège. Guillaume de Humain, abbé du Neufmoustier, est mentionné en 1378 comme pénitencier de Jean d’Arckel (Id., Lettres Clément VII, p. 27–28). Par ailleurs, Guillaume des Champs, prieur des Guillemins, était son pater spiritualis (Naveau-Poullet, Recueil d’épitaphes, t. 2, p. 71–76. — Lejeune, Jean de Mandeville, p. 422. — Van der Made, Inventaire Guillemins, p. 10, 61, 63–65, 69, 79). Ils ne semblent pas avoir eu un rôle important. À Utrecht, Arnould de Hornes avait un elemosinarius (Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 512). Sur Baudouin de Barbençon, pénitencier de Jean d’Eppes, cfr p. 367 et n. 337–338. Sur le confesseur en général, nous renverrons à Mollat, Aumônier du roi de France, Minois, Confesseur du roi et surtout le récent et excellent de la Selle, Service des âmes.

225 Adonyas, chapelain en 1246 (Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 124–125) et Arnould Digant, clerc en 1244 (Id., p. 115. — Renardy, Répertoire, p. 181).

226 Cfr p. 343 n. 204.

227 Tribolet (sous Thibaut de Bar) (Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1179), Adolphe Wimpelmez et Évrard (Englebert de la Marck) (F.E.M., p. 144, 147, 555). Cfr également p. 384.

228 Sous Adolphe de la Marck, Henri de Loncin (F.A.M., p. 58) et Guillaume (C.S.L., t. 3, p. 562–563).

229 Étienne (Englebert de la Marck) (F.E.M., p. 530).

230 Henri (Adolphe de la Marck) (F.A.M., p. 161, 400, 403, 406, 471, 472. — F.E.M., p. 419, 651).

231 Lambert de Boecstele (Jean d’Arckel) (F.J.A., p. 57, 78, 84, 125, 135, 139, 140, 166). Kuringen (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Hasselt), résidence lossaine de l’évêque, comte de Looz.

232 Cfr p. 384.

233 Cfr déjà p. 338 n. 175–176. Godefroid et Henri, hostiarii (Hugues de Pierrepont) (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 120–121), Kokar (Thibaut de Bar) (Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1179) ; sous Adolphe de la Marck, Anselme de Xhoris (F.A.M., p. 6, 10, 151), Gérard le Chevriers (Id., p. 389), Paul (Id., p. 377. — C.S.L., t. 3, p. 468), Olivier de la Chambre (F.A.M., p. 78, 266, 272, 275, 278, 299, 308, 309, 340, 363, 377), Nicolas de Rudinghes (Id., p. 356), Nicolas de Charneux (Id., p. 31, 151, 152), Jean de Mont (Id., p. 359, 395), Herman Hinxt (DARIS, Beaurepart, p. 367–368. — C.S.L., t. 3, p. 431) et les n. 236–240 ; Gossuin de Wissche (Jean d’Arckel) (F.J.A., p. 125, 129, 137, 145, 189. — C.S.L., t. 6, p. 129. — Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 68, p. 258–259) et Guillaume (Arnould de Hornes) [Néc. Chap. St.-Servais (Maastricht), éd. Doppler, p. 94 et n. 2]. Arnould de Hornes avait, à Utrecht, un cubicularius, terme que nous ne rencontrons pas à Liège (Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 511). Bien entendu, le chambellan étudié ici n’a aucun rapport avec l’officium virge portande (F.E.M., p. 100–101), fief que Poncelet qualifie dans F.A.M., p. Lrv-LV, de fief de chambellenie. Cfr également, à ce propos, Poncelet, Introduction, p. CXLVI.

234 Cfr p. 348–349 n. 235, 239–247.

235 C.S.L., t. 3,.p. 561, 562 ; t. 4, p. 3. — Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 830–831. — Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 149. — Marchandisse, Rupture, p. 59 et n. 26.

236 Poncelet, Sénéchaux, p. 317 et n. 1.

237 Cfr p. 336–338.

238 Une ordonnance du 8 octobre 1386 déclare que le chambrelain de l’évêque détenait certaines fonctions à la cour féodale, compétente pour tout question mettant en oeuvre des fiefs liégeois (R.O.P.L., p. 357. — F.A.M., p. xxviii).

239 Id., p. 345, 396–402, 404–411, 463, 465–479. — F.E.M., p. 918 (ici comme dans la suite de notre texte, lorsque les mentions du personnage dans F.A.M., F.E.M. ou F.J.A. sont innombrables, nous renvoyons à la p. de l’index). — Reimann, Grafen von der Mark, p. 37.

240 F.A.M., p. 686. — C.S.L., t. 3, p. 264, 335–337, 360 ; t. 6, p. 129, 309. — Poncelet, Maréchaux, p. 217. — Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, p. 223–224. —Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 95–96.

241 F.E.M., p. 837. — C.S.L., t. 4, p. 191–192, 313–314.

242 F.E.M., p. 758. — C.S.L., t. 4, p. 289. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 544 (familiaris).

243 F.A.M., p. 404, 413–416, 418, 420, 423, 425–430, 432, 435–448, 450–453, 460–462. — C.S.L., t. 3, p. 468, 482, 483. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 154, 157. — Id. Sceaux et chancelleries, p. 96. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 190. Cfr également p. 386–387.

244 Également receveur de l’évêque (1345), bailli de Hesbaye (1348), conseiller (1350), échevin de Liège (1350–1352). Cfr Id., Receveurs, p. 138 et ici-même, infra. F.E.M., p. 871, et tout spéc. les p. 23, 72, 252. — C.S.L., t. 4, p. 33. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 203–204.

245 Également bailli sous Adolphe de la Marck (1332), échevin de Liège (1349–1370) et substitut de l’évêque durant une absence d’Englebert de la Marck (1362). Cfr Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 450. — PIOT, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 543. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 624. — F.A.M., p. 386. — F.E.M., p. 72 et passim. Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57. — Borgnet-bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 64. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 199–200.

246 Id., t. 1, p. 222–223. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 475 et n. 34.

247 Fierens, Suppliques Urbain V, p. 604–605, 682. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 3, p. 219 et n. 3. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 360. — R.C.L., t. 1, p. 449. — Miraeus-Foppens, Opera diplomatica, t. 3, p. 618.

248 Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 161 (n°419). — R.C.L., t. 1, p. 386, 396. — Hansotte, Institutions politiques et judiciaires, p. 93–94. Seul de Borman, Receveurs, semble ne pas faire cette confusion.

249 R.C.L., t. 1, p. 295–297 (1336).

250 C.S.L., t. 3, p. 493–494, 495–497, 499 (1336). À son propos, cfr Id., p. 468, 532–534, 574. — Daris, Beaurepart, p. 367–368. — F.A.M., p. 690. — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 84 n. 6. — DE Borman, Échevins, t. 1, p. 180–181. Cfr encore, pour son action auprès du comte de Luxembourg, Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 268–269. — Piot, Inventaire Namur, p. 426.

251 1326, selon Genicot, Chanoines de Huy, p. 78 (?). Il était chanoine et écolâtre de Saint-Jean ainsi que chanoine de la Notre-Dame de Huy. Cfr F.A.M., p. 555. — C.S.L., t. 3, p. 235–237 ; t. 6, p. 51. — Ob. N.-D. Huy, éd. Deckers-Renardy, p. 243. — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 94. — de Borman, Receveurs, p. 136–137.

252 F.A.M., p. 164. Cfr de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 243.

253 Id., Codex, p. 40. — de Borman, Receveurs, p. 137.

254 Le 4 mars 1345, Jacquemin de Binche est présenté comme cellérier de la Cité sede vacante (R.C.L., t. 1, p. 345). C’est une exception : ailleurs, il est toujours cellérier épiscopal. Cfr p. 350 n. 249. — R.C.L., t. 1, p. 299–302, 343, 383, 386–387, 396–397, 404, 496–498. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 161, 167, 260. — Kunziger, Manuscrits liégeois de Trèves, p. 135–137. — C.S.L., t. 4, p. 409 ; t. 6, p. 124.

255 Cfr n. précédente.

256 C’est le cas pour les cellériers évoqués plus haut ainsi que pour Gilles et Alexandre de Lexhy. En dehors de ceux du règne d’Hugues de Pierrepont et Jean d’Eppes (Sefroid en 1214 et 1224 — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 120–121, 213 — et Wéry, décédé avant 1257 — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 248–249), le premier cellérier est Macaire de Mierle (1336).

257 Tonloyer de Liège (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 15–16), receveur de la halle de Liège (C.S.L., t. 1, p. 515), id. à Huy (Id., p. 519. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 43–44), receveurs de la mense épiscopale à Huy (Hardy, Supplément Henri de Gueldre, no 4), tonloyer à Dinant (Bormans, Cartulaire Dinant, t. 1, p. 64–67), cellerarius, firmarius seu procurator [...] ad colligendum thelonea in Leodio, sancto Trudone et Tungris, seu proventus halle Tungris [...] (C.S.L., t. 1, p. 570), etc.

258 En 1344, durant l’interrègne consécutif à la mort d’Adolphe de la Marck, un chanoine de Saint-Paul jura ecclesie nostre invadendo contra ecclesiam nostram assumpserit officium receptorie bonorum mense episcopalis seu yconomatus, ponendo subreceptores seu levatores reddituum dicte mense episcopalis et exigendo redditus ipsos contra voluntatem nostram (Id., t. 4, p. 28–29).

259 Hormis Jacques Chabot, dont il ne nous est pas possible, malgré ce que dit de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 427 ; t. 3, p. 244, de préciser s’il était receveur ou cellérier en 1291 (de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 180), le premier receveur connu est Jean de Thuin (Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 335) (1309) (recivour delle eveskeit de Liege).

260 Cfr p. 350 et n. 251.

261 Receveur en 1353–1360, échevin en 1354–1385, délégué d’Englebert de la Marck (1360), conseiller de Jean d’Arckel (1369, 1374) et d’Arnould de Hornes (1380). Cfr F.E.M., p. 487, 491, 559, 583, 622. — C.S.L., t. 6, p. 117. — Piot, Inventaire Namur, p. 257. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 280. — R.C.L., t. 1, p. 427–432. — Poncelet, Introduction, p. xvi. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 208. Pour les deux autres, cfr p. 349 et n. 244, 350 et n. 250.

262 Helmic de Moylant : F.E.M., p. 81, 120, 146, 165, 177, 187, 194. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 56. — Piot, Inventaire Namur, p. 251. — Id., Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 544 (familiaris, 1357). — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 310. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 186 ; Jean de Schönau est le neveu du maréchal Renard de Schônau et le cousin de Jean de Lavaux, maître d’hôtel de Jean d’Arckel (de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 281, 362–363). Sur le receveur, cfr C.S.L., t. 4, p. 408–413. — F.J.A., p. 78. — Néc. Chap. St.-Servais (Maastricht), éd. Doppler, p. 1, 31, 46, 59, 76, 90, 103, 118, 136, 155, 175. — Berlière, Suppliques Innocent VI, p. 243 et n. 1.

263 Bâtard de son frère, Robert († 1347). Cfr Groesbeek, Heren van Arkel, col. 212. Cfr encore C.S.L., t. 6, p. 126, 129, 130. — F.J.A., p. 112, 114, 115, 117. — de Borman, Receveurs, p. 138.

264 Trois remarques encore. 1) Suite au rattachement effectif du comté de Looz à la principauté, l’évêque de Liège désigna également un receveur pour le comté, fonctionnaire auquel il eut parfois recours lorsqu’il avait des dettes (cfr p. 256 et n. 209). Fastré de Rommershoven, qui exerça cette fonction pratiquement durant tout le règne de Jean d’Arckel, est mentionné à de multiples reprises dans l’entourage du prélat. Cfr F.J.A., p. 314. — C.S.L., t. 4, p. 421–423. 2) Contrairement à ce que nous écrivions dans Rupture, p. 59 n. 26, Gérard Gréven, chanoine de Saint-Denis et receveur de l’évêque, mentionné en 1343–1344 par Fisen, Sancta Legia, p. 98, est attesté comme tel, en 1341, sous le nom de Gérard de Grey (Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 359–365). 3) L’évêque de Liège nommait également, dans un registre proche de celui des receveurs, les monnayeurs, qui dirigeaient les divers ateliers et dont le travail était contrôlé par le changeur, autre membre du personnel épiscopal. Quelques monnayeurs sont signalés par Frère, Introduction à la numismatique liégeoise, p. 286–287. — Josris, Politique monétaire, p. 196–198, 204. — Frère, Monnaies de l’évêque Huy-Statte, p. 116–117 et n. 14.

265 Cfr Bovesse, Baillis, receveurs, châtelains namurois. — Id., Personnel administratif Namur, p. 444–454. — Smolar-Meynart, Souverain bailli. — Bruwier, Baillis et prévôts de Hainaut. — Cullus, Officiers de justice Hainaut. — Histoire des institutions, t. 1, p. 384–385, 394–406. Pour la France, cfr Lemarignier, La France médiévale, p. 338–342. — Baldwin, Philippe Auguste, p. 285–332. — Carolus-Barré, Baillis de Philippe III le Hardi.

266 Hormis quelques notes dans Hansotte, Institutions politiques et judiciaires, p. 78, 99 (pour l’époque moderne uniquement) et dans Poullet, Droit criminel, p. 63, 64, 68, 70, 75, 79, 313, et les quelques bonnes pages de Satinet, Thuin, p. 111–115, sur le bailli de Thuin, les baillis n’ont jamais été étudiés. Sur les prévôts et les châtelains de Bouillon, cfr la liste établie par Poncelet, Droits de Liège sur Bouillon, p. 254–261. Les châtelains ont été évoqués incidemment par Deprez dans un excellent mémoire (Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 287–302) ; l’article Id., Politique castrale, n’en est qu’un bref extrait. Cfr encore, mêlant moyen âge et époque moderne, de Limbourg, Châtelains de Franchimont et, très accessoirement, Den Doven, Franchimont, p. 101–154.

267 Les quelques lignes consacrées aux baillis par Daris, Notices, t. 9, p. 73–74, mentionnent cinq bailliages (« anciennement »). Peut-être faut-il ajouter aux quatre que nous signalons celui du Pont d’Amercoeur ou de Jupille, le domaine de ce nom relevant de la mense épiscopale seulement à partir de 1297. Toutefois, ce bailliage, dont nous ne savons rien sinon que, d’après son appellation, il ne devait pas être très étendu, doit-il être placé sur le même pied que les quatre autres ? Par ailleurs, contrairement aux autres baillis épiscopaux qui, nous le verrons, sont très souvent des proches de l’évêque, les baillis de Jupille ou du Pont d’Amercoeur, sont, pour la plupart, assez méconnus [Wautoule de Jupille, en place dès 1291 et encore signalé en 1305 (de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 179. — (C.S.L., t. 3, p. 43–44. — Marchandisse, Un prince en faillite, p. 14 et n. 75, 67) ; Wéry de Chênée (C.S.L., t. 3, p. 235–237. — F.A.M., p. 273, 295. — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 279 et n. 3, 288 et n. 6. — de Borman-Poncelet, Codex, p. 42. — IdTableaux, p. 179, 269, 428, 470), etc.]. Cfr, à ce propos, Yans, Pénétration liégeoise Limbourg, p. 952–954, 957, 962. En revanche, le bailli de Herstal tout comme la terre dont il relève n’ont jamais dépendu proprio jure de la principauté de Liège. Cfr Id., Herstal-Wandre, p. 489–492. Sur le problème de Herstal, cfr encore Uyttebrouck, Gouvernement duché de Brabant, t. 1, p. 60–61 et bibl. p. 60 n. 93.

268 Signalons Antoine de Jemeppe, bailli de Couvin et de Thuin en 1288 (Barbier, Floreffe, t. 2, p. 187–188), Hugues de Marbais et Robert de Trognée, baillis de Fosses, Thuin et Couvin, respectivement en 1340 et 1343 (C.S.L., t. 3, p. 574. — Piot, Inventaire Namur, p. 197) et Jacques Chabot, bailli de Fosses et de Florennes en 1345 (C.S.L., t. 4, p. 30). Manifestement, tous sont titulaires du même bailliage : jamais ils ne sont mentionnés simultanément. Couvin (Belgique, pr. Namur, arr. Philippeville, comm. Couvin) ; Florennes (Belgique, pr. Namur, arr. Philippeville, comm. Florennes).

269 Roger de Chimay, châtelain de Couvin, déclare en 1218 :[...] notumfacio quod ego et heredes mei jure hereditario castellaniam de Covinio debemus perpetuo possidere [...] (Bormans, Cartulaire Couvin, p. 6. — C.S.L., t. 1, p. 185).

270 Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 436–437. — Deprez, Politique castrale, spéc. les p. 508–512, 515–519, 526–528, 532–535. — Leclère, Rôle militaire des avoués liégeois, p. 394–396.

271 Sitôt qu’il eut reçu les régales, Hugues de Pierrepont optimatum utriusque ordinis fidem accepit atque juramentum, et tradita sunt castella in manu eius [...] (Gilles d’Orval, Gesta, p. 117). Quant à Grégoire IX, alors qu’il s’apprête à placer Guillaume de Savoie à la tête de l’évêché de Liège, il oblige son concurrent, Otton d’Everstein, à restituer les châteaux de l’évêché occupés en son nom (Auvray, Registres Grégoire IX, t. 2, col. 1208–1209. — Reusens, Saint-Lambert, p. 175–176). Cfr p. 115 et 129.

272 Deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 295–297 (ses exemples ne nous semblent pas vraiment convaincants sur ce point). Ceci étant, la paix de Fexhe (1316) déclare notamment que l’évêque devra obtenir de ses officiers temporels et en particulier des châtelains un serment, celui de mener chacun par loi et par jugement, ce qui suppose une compétence judiciaire de leur part (R.O.P.L., p. 156). En Flandre, les châtelains ont des fonctions militaires, judiciaires, administratives et de police (Histoire des institutions, t. 1, p. 400). Dans le comté de Namur, ce sont des gouverneurs de forteresse, chargés d’assurer la défense et la sécurité du territoire (Bovesse, Personnel administratif Namur, p. 452–454). Les châtelains lossains ont des compétences intermédiaires, entre celles de leurs homologues flamands et namurois, essentiellement militaires et de police (Baerten, Institutions du comté de Looz, p. 463).

273 C’est notamment le cas pour les châtelains de Couvin et de Thuin. Il est vraisemblable qu’ils remplissaient cette fonction au titre de châtelain et non d’avoué du lieu, fonction qui connaît un déclin généralisé dès la fin du xiie siècle (cfr p. 356 et n. 281). Cfr Bormans, Cartulaire Couvin, p. 40. — Wauters, Chartes Thuin, p. 337. — Deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 296. — Satinet, Thuin, p. 97, 114. — Weyn, Avoués de Thuin, p. 86.

274 Deprez, Châteaux, tours et maisons fortifiées, p. 242, 243, 293 (contradictions entre les pages), mentionne les châtelains d’Aigremont, Dinant, Fosses, Mirwart et Waremme, Couvin, Moha et Bouillon. Cfr, par exemple, les listes des châtelains de Couvin (Bormans, Cartulaire Couvin, p. cxxv-cxxviii) et de Moha (de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 277), où l’hérédité de la fonction apparaît de manière très nette. Sur ces derniers, cfr encore Wégnez, Comtes de Dasbourg, p. 154–156.

275 Pour Franchimont, cfr liste dans les ouvrages signalés p. 353 n. 266. L’office de châtelain a été héréditaire dès avant le 24 juillet 1335, et ce jusqu’en 1339 (C.S.L., t. 3, p. 480–483, 561–563). Il est déclaré dans la première paix des XXII (1373) que l’évêque nomme le châtelain de Stockem (R.O.P.L., p. 330), détenteur d’une forteresse qui ne dépend de Liège qu’à partir de 1361 (C.S.L., t. 6, p. 357–359. — 1402, p. 347–348). Stockem (Belgique, pr. Limbourg, arr. Maaseik, comm. Dilsen) ; Franchimont (Belgique, pr. Liège, arr. Verviers, comm. Theux).

276 Cfr p. 252–253 et n. 186. — C.S.L., t. 1, p. 259, 337–339 ; t. 2, p. 351, 453–454. — R.C.L., t. 1, p. 427–432. — R.O.P.L., p. 261–262. — Deprez, Politique castrale, p. 524–525.

277 Bormans, Cartulaire Couvin, p. 6. — C.S.L., t. 1, p. 185.

278 de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 277 (sans référence). Baudouin est bailli de Moha. Il y a donc territorialisation immédiate des bailliages. Un bailli de Fosses est également signalé dans un acte de 1246 (Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 125–126). Les premiers baillis de Hainaut, de Flandre, de Namur et du roi de France sont mentionnés respectivement en 1172 (Bruwier, Baillis et prévôts de Hainaut, p. 95, 123), 1169–1170 (Histoire des institutions, t. 1, p. 404), 1219 (Bovesse, Baillis, receveurs, châtelains namurois, p. 446) et 1186 (Baldwin, Philippe Auguste, p. 664).

279 Cfr p. 335–339.

280 Cfr p. 228–229.

281 Sur le déclin des avoueries, cfr, par exemple, Joris, Ville de Huy, p. 403–408, spéc. p. 408. — Pirenne, Dinant, p. 16–17, et ici-même, p. 228–229. Le maire ou mayeur, désigné par l’évêque, révocable à tout moment, détient de nombreuses responsabilités (il préside et semonce le tribunal des échevins, il exécute ses sentences), parmi lesquelles un important pouvoir judiciaire et de police, ce qui fait dire à de Borman, Échevins, t. 1, p. 3, que le mayeur de Liège exerce dans cette ville le même office que le bailli. Cfr p. 311 n. 17.

282 Cfr R.O.P.L., p. 331–332. — Barber, Floreffe, t. 2, p. 242. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 192. — C.S.L., t. 2, p. 453–454. Bovesse, Baillis, receveurs, châtelains namurois, p. 118, parle des baillis namurois et flamands comme des principaux auxiliaires du prince, sans lesquels les administrations comtales se seraient effondrées.

283 Évocation imagée du rôle de l’archidiacre (Gaudemet, Gouvernement, p. 314).

284 C.S.L., t. 3, p. 360.

285 Id., t. 6, p. 114.

286 Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 241–242. — Evrard, Documents Flâne, p. 195–196. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 185. — Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 41.

287 Quix, Burtscheid, p. 272–273.

288 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 198, 330. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 159 (Marchandisse, Rupture, p. 69 et n. 85–86). — Raoul de Rivo, Gesta, p. 7.

289 Poncelet, Maréchaux, p. 215–216.

290 Evrard, Documents Flâne, p. 166–167, 184.

291 Évoquant à tort le maréchal au lieu du bailli de Condroz (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 242. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 115), Jean de Hocsem, Chronicon, p. 338–339, parle du justiciarius de l’évêque. Cfr encore C.S.L., t. 3, p. 305–307 ; t. 4, p. 634 ; t. 6, p. 107. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 188. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 232–233. — R.C.L., t. 1, p. 433–434. — Piot, Inventaire Namur, p. 211–212. — Barbier, Floreffe, t. 2, p. 242. — Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 82.

292 Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 187–188. — C.S.L., t. 4, p. 260–263, 505–506. — Piot, Inventaire Namur, p. 236–237, 2451246. Sur l’arsin, cfr Gessler, Droit d’arsin, et ici-même, p. 422.

293 À la mort d’Adolphe de la Marck, le chapitre de Saint-Lambert est forcé de rappeler les officiers, notamment les baillis, désignés par lui sede vacante, parce que les états n’ont pas été consultés (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330). Signalons encore que le mambour sede vacante peut nommer tous offichiens por executeir tous cas de haulteure, ce qu’est habilité à faire le bailli (Jacques de Hemricourt, Patron, p. 66, et ici-même, p. 421–423), et que les baillis de Fosses/Florennes, Hesbaye, Condroz et le châtelain de Franchimont sont mentionnés dans des actes de 1345 sede vacante, dont l’un est suscrit par le mambour (C.S.L., t. 4, p. 29–30, 33). Ces officiers étant mentionnés pour la première fois avec le titre évoqué supra, il n’est pas possible de déterminer si c’est le mambour qui les a désignés ou s’il s’est contenté de proroger des nominations faites par l’évêque, avant son décès.

294 Même si chacun a sa spécificité, les baillis liégeois, flamands, hennuyers et namurois remplissent des fonctions fort comparables (Histoire des institutions, t. 1, p. 405–406. — Bovesse, Personnel administratif Namur, p. 445–451. — Bruwier, Baillis et prévôts de Hainaut, p. 123). Peut-être n’est-il pas inutile de signaler ici l’existence d’un sénéchal ou drossard épiscopal pour le comté de Looz, dès que cette terre est rattachée à la principauté (1361). Nous n’avons aucune information sur les compétences de cet auxiliaire épiscopal qui, manifestement, n’a plus aucun rapport avec le sénéchal comtal (Baerten, Institution du comté de Looz, p. 462). Toutefois, si l’on en juge par l’identité du personnage — cette charge fut détenue, sous Jean d’Arckel, par son propre fils, Jean de Rijnensteijn (F.J.A., p. 132. — Groesbeek, Heren van Arkel, col. 212) et compte tenu de l’attitude du même Jean d’Arckel à l’égard d’un prétendant au titre comtal de Looz — il lui proposa la sénéchalerie de Looz à vie contre l’abandon de toutes ses prétentions (1402, p. 353), il est clair que le sénéchal de Looz devait être un très haut fonctionnaire épiscopal.

295 Devillers, Monuments, t. 3, p. 537. Pour la liste des baillis, cfr p. 353 n. 266.

296 C.S.L., t. 3, p. 310 ; t. 6, p. 266. — Devillers, Monuments, t. 3, p. 531–532, 537. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 441–443, 445–446, 572, 574, 575. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 1, p. 374–375. Bouillon (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Neufchâteau, comm. Bouillon).

297 C.S.L., t. 2, p. 117–118, 123–124. Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 42–44. Sur la tour fortifiée de Sainte-Walburge (1255–1271), cfr Deprez, Politique castrale, p. 521, 522 n. 75. Awans (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Awans).

298 C.S.L., t. 3, p. 529–531. — Goblet est bailli en 1331 (acte mal daté) : Id., p. 2–5 ; t. 6, p. 69. Sur Coune, cfr p. 385.

299 Cfr p. 355 n. 275. Il s’agit de Renier de Berg. Cfr notice dans Uyttebrouck, Gouvernement duché de Brabant, t. 2, p. 660. — Ceyssens, Renier de Berghe, p. 6–7.

300 Par exemple Arnould de Charneux (C.S.L., t. 4, p. 33, 207. — Raikem-polain, Coutumes, t. 1, p. 147. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,3, p. 334), conseiller de l’évêque (cfr infra) ; Antoine del Wetringhe, un Néerlandais amené à Liège par Jean d’Arckel (de Borman, Échevins, t. 1, p. 221–222. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 475 n. 35. — de Limbourg, Châtelains de Franchimont, p. 123) et un Moylant (Ibid.).

301 Herman Hinxt (Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 527. — F.A.M., p. 59). Cfr p. 348 n. 233.

302 Guillaume de Waroux. Cfr p. 358 n. 295 et p. 350 et n. 252.

303 Jean de Langdris (Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 572, 574, 575) et Lambert d’Oupeye (C.S.L., t. 4, p. 287–289). Cfr p. 387, 396.

304 Bovenistier et Mouhin dépendent tous deux de Waremme (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Waremme). Sur ces deux personnages, cfr F.A.M., p. 296. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 309. —/ C.S.L., t. 3, p. 44. — Evrard, Documents Flâne, p. 183. — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 191 et n. 4. — de Borman-poncelet, Tableaux, p. 247. Denville et Bassine sont des dépendances de Havelange (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Havelange). Sur ces deux personnages, cfr Roland, Denville, p. 441–451. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 280, 283, 284. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 242. — F.J.A., p. 85, 169. — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 270 et n. 3. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 192. — / Tellier, Inventaire dames blanches, t. 1, p. 68. — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 39 et n. 2.

305 Otton (F.A.M., p. 77, 78, 111, 146, 207, 255, 266, 283, 285, 296, 297. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 399, 488, 489. — Piot, Inventaire Namur, p. 247), son frère Amel (Yans, Échevins, p. 38–39. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 399, 489) et Arnould, fils d’Amel (Yans, Échevins, p. 51–53. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 216— 217. — F.E.M., p. 212, 477. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 215, 399, 489) ; Arnould de Saint-Jean de Warnant (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 185–186. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 400, 490), Rigaud de Ladrier (Ibid.) et son neveu Arnould (C.S.L., t. 4, p. 634. — Yans, Échevins, p. 96–97. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 399, 400, 491). Sur ces personnages, cfr Mahy, Warnant, p. 135, 138–140. Sur le bailliage de Moha, cfr encore Wégnez, Comté de Dasbourg, p. 156–158.

306 Par exemple, Englebert de la Marck, demi-frère d’Adolphe (C.S.L., t. 3, p. 330 ; t. 6, p. 76), Jean Polarde (Id., t. 4, p. 208), Jacques et Gilles Chabot (cfr n. suivantes). Cfr encore p. 393–394, 396.

307 Gilles Chabot ne fut jamais accepté par les habitants de Thuin car il refusa de prêter serment devant eux, celui de toujours garder les franchises et les libertés de la ville (Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 195. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 125–126), obligation imposée par Jean d’Arckel le 14 décembre 1373 (R.O.P.L., p. 331–332).

308 Même constatation dans le Hainaut (cfr Cullus, Officiers de justice Hainaut, p. 85).

309 Sur ces personnages, cfr 1) Raoul de Rivo, Gesta, p. 7. — C.S.L., t. 4, p. 30. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 198–199, 391 ; 2) Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 458 n. 8. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 219–220. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 195. — F.J.A., p. 42. — C.S.L., t. 4, p. 477 ; et dans l’ensemble de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 175.

310 À la différence des personnages qui viennent d’être mentionnés, les premiers baillis sont pratiquement inconnus, de même que le nom de leur bailliage. Signalons Tisseman de Tongres (Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 163), Crochon d’Avesnes (Id., p. 422–423) ou Guillaume de Heligeis (C.S.L., t. 2, p. 26–27).

311 Outre que certains personnages apparaissent inévitablement dans les deux paragraphes de notre étude (A et B), on percevra, dans les pages qui suivent, le caractère itératif de certaines données, notamment les critères de sélection des familiers de l’évêque de Liège. Toutefois, plutôt que de globaliser la question, nous avons décidé d’évoquer l’entourage épiscopal règne par règne, même si, en l’occurrence, c’est la troisième fois que nous adoptons une telle présentation. Deux raisons à cela. D’une part, il nous apparaît qu’au delà des généralités communes à tous les évêques, chacun d’eux présente certaines particularités dans le choix de son entourage, une spécificité qui tient à des considérations diverses et, tout spécialement, à sa personnalité, une spécificité qu’aurait inévitablement occultée une évocation générale de l’entourage épiscopal au bas moyen âge. D’autre part, cette dernière approche, outre la confusion qu’elle risquait d’engendrer, ne nous semblait pas propre à faire saisir au lecteur toute la richesse humaine qui se cache derrière des institutions plus ou moins bien établies. De toute évidence, ce sont des personnalités, des caractères, des compétences, des affinités aussi, qui ont séduit les prélats liégeois. Aussi convenait-il de bien faire ressortir ce côté profondément humain de l’entourage de l’évêque de Liège, quitte à reprendre dans une synthèse, comme nous l’avons fait, les lignes générales de la question.

312 Cfr p. 335–339.

313 Gérard de Hozémont, Rigald de Lexhy, Libert de Jeneffe, Fastré de Hemricourt [Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6, 11, 16, 32–33, 68, 70, 87, 116, 121, 129, 171, 179, 193, 210, 214 (témoins dans les actes épiscopaux)]. À leur propos, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 231 n. 95, 239. — Ganshof, Ministeriales, p. 152–153, 156, 148–149.

314 Anselme II de Falmagne et Clarembaud II d’Atrive [Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6, 11, 16, 28, 46, 48, 68, 70, 82, 87, 103, 111, 116, 171 (témoins dans les actes épiscopaux) !. À leur propos, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 278–279, 281 n. 434, 286. — Rousseau, Falmagne, p. 466–467. — Tonglet, Seigneurie indépendante, p. 45–54, 83–88, 230–231.

315 Cfr p. 318 et n. 58.

316 Il fait partie de l’escorte épiscopale lors du concile de Latran IV (Historia monasterii Sancti Laurentii, col. 1097. — Renardy, Synodes, p. 251 et n. 23, 255 et n. 37). Cfr encore Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 28, 47, 163. — Berlière, Documents inédits, p. 30–31 (témoin). À son propos, cfr Monasticon, t. 2, p. 41. Saint-Laurent, abbaye bénédictine liégeoise.

317 Bormans, Cartulaire Dinant, t. 1, p. 32–35, 37–38. — Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 100–102. — Barbier, Floreffe, t. 2, p. 72. Cfr encore, en tant que témoin dans les actes d’Hugues de Pierrepont : Berlière, Documents inédits, p. 30–31. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 5, 41, 47, 117, 162–163, 168 n. 1, 257. Plusieurs abbés furent exécuteurs testamentaires d’Hugues de Pierrepont, qui, nous l’avons vu, protégea l’ordre de Cîteaux (Id., p. 270–271. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 18). Sur les abbés évoqués ici, dans l’ordre, Jean de Huy, Godefroid et Grégoire, cfr Monasticon, t. 1, p. 125 ; t. 4, p. 633–634 ; t. 1, p. 143–144. Leffe, abbaye prémontrée (Belgique, prov. Namur, arr. et comm. Dinant) ; Averbode, id. (Belgique, prov. Brabant flamand, arr. et comm. Louvain) ; Malonne, abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin (Belgique, prov. Namur, arr. et comm. Namur).

318 Doyens des conciles de Jodoigne (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 123— 125. — Brouette, Régeste doyens Jodoigne, p. 30–33. — ID., Doyens chrétienté xiiie s., p. 32. — Nélis, Doyens chrétienté, p. 829), de Gembloux (Brouette, Doyens ruraux Gembloux, p. 19) et de Thuin (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 95, 97–98. — Brouette, Doyens chrétienté xiiie s., p. 36. — Nélis, Doyens chrétienté, p. 831). De même, les doyens de Notre-Dame de Namur et de Notre-Dame de Dinant (Barbier, Géronsart, p. 225. — Id., Floreffe, t. 2, p. 72. — Renardy, Répertoire, p. 107). Cfr encore maître Pierre, infra, p. 369 et n. 349–351.

319 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 51. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 44, 47. — Renardy, Répertoire, p. 148, 407.

320 Cfr p. 116 et n. 15.

321 Jean de Maubeuge : cfr p. 345 et n. 219 ; Gauthier de Saint-Jean, cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 3–4, 150, 186–187. — Barber, Cartulaire Floreffe, p. 30–31 (en compagnie d’Evrard, doyen de Saint-Martin, et de Guillaume, doyen de Saint-Denis — cfr Schoolmeesters, Doyens Saint-Martin, p. 26. — Id., Doyens Saint-Denis, p. 94). À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 124–125, 463, 468–469.

322 Evocation rapide par Id., Monde des maîtres, p. 240–242. Voir les notes où le nom de cet auteur est mentionné. Deux autres magistri : Nicolas, clerc de l’évêque (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 121. — Renardy, Répertoire, p. 396–397) et Garin, judex a domino leodiensi episcopo constitutus (C.S.L., t. 6, p. 246. — Renardy, Répertoire, p. 224).

323 Cfr supra, p. 334 et n. 144. Ici comme partout dans ce chapitre, nous aimerions évidemment pouvoir préciser quelle était la proportion de juristes parmi les conseillers gradués. Renardy, Monde des maîtres, p. 265, ne semble pas pouvoir y parvenir : elle conclut simplement que « dès le début du xiiie siècle, juristes et théologiens ont collaboré de manière active au gouvernement spirituel de l’évêché de Liège ». Il est vrai que sur les quelque 700 gradués des xiiie et xive siècles étudiés par cet auteur dans le cadre géographique du diocèse de Liège, il n’est possible de détecter la matière étudiée que pour 241 d’entre eux, soit un tiers seulement (Id., p. 179). Parmi ceux-ci, 103 (43 %) avaient fait des études juridiques (droit non spécifié : 19 ; droit romain : 44 ; droit canon : 21 ; utriusque iuris : 19), 30 des études théologiques, 50 étudièrent la physica et les études supérieures sont indéterminées pour les seize derniers maîtres. Toutefois, compte tenu du fait que, nous le verrons, les évêques de Liège employèrent bon nombre de leurs familiers et donc de nombreux maîtres comme juges et arbitres, chargés de trancher des contentieux dans lesquels le prélat était soit partie, soit l’autorité judiciaire invoquée, peut-être pourra-t-on avancer qu’une majorité de ces gradués étaient des juristes ou, à tout le moins, quelque peu frottés de droit, ce qui, somme toute, concorderait assez bien avec les caractéristiques de la plupart des entourages politiques du bas moyen âge. Cfr Faver, Service du prince et service des administrés, p. 237–238. — Id., Traits généraux, p. 2–3. — Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 277–278.

324 Cfr p. 121–122 et n. 48, 314 et n. 29, 323 et n. 75. Pour Jean de Moregny, cfr p. 315 et n. 32.

325 Cfr p. 316 et n. 45, et Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 162, 179 (témoin).

326 Cfr n. suivante.

327 C.S.L., t. 1, p. 181. — Ob. Saint-Materne, éd. Marchandise, p. 9–11, 101. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 50–51. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 2, 6, 10–12, 14, 16, 20, 35–36, 47, 70, 140–141, 181–182. — Berlière, Documents inédits, p. 30–31. — Böhmer, Acta, p. 206 (témoin à Cologne, en compagnie d’Hugues de Pierrepont, dans un acte d’Otton IV, roi des Romains). Cfr encore p. 316 et n. 44, 318 n. 58.

328 Ils l’assistent lors de l’érection du chapitre de Saint-Materne (1200–1203) (C.S.L., t. 1, p. 123, 138). Liro = Lierre (Belgique, pr. Anvers, arr. Malines, comm. Lier) ou Liroux [Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comm. Gembloux (Sauvenière)](formes et développements dans Renardy, Répertoire, p. 356 n. 1), plutôt que Liers (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Herstal), toponyme qui ne présente aucune forme approchante de Liro (cfr Herbillon, Toponymes hesbignons, B.T.D., t. 41, p. 45–46).

329 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 888–889. Cfr encore, en tant que témoins dans les actes d’Hugues de Pierrepont, Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 6, 47, 92, 109, 264. Jean de Nivelles avait étudié la théologie. À leur propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 355–357, 361–363. À propos du Neufmoustier (Belgique, pr. Liège, arr. et comm. Huy), de l’ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin, cfr Monasticon, t. 2, p. 283–292, et de sa transformation, de prieuré en abbaye (1208), cfr encore nos remarques sur Pierre de Dinant, infra, p. 367 n. 336.

330 Cfr p. 329 et n. 116, et supra, p. 363 n. 316. Une grande amitié le liait à Jean de Liro et à Jean de Nivelles. En 1226, il est chargé par Hugues d’annoncer aux Rémois que ce dernier refuse l’archevêché de Reims, auquel il venait d’être élu (Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 919). Exécuteur testamentaire et derniers moments du prélat : Renier de Saint-Jacques, Annales , p. 145. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 122. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 249–250.

331 Cfr infra. Le miles Libert d’Othée, dit Grepons, fut également judex a domino [...] episcopo constitutus (1234) (C.S.L., t. 1, p. 330–332. — Domken, Othée, p. 88. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 321. — Renardy, Synodes, p. 260).

332 Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 78. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 79. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 1, 2, 48 (témoin). — C.S.L., t. 1, p. 311 (chargé par Jean d’Eppes de régler un différend entre ce dernier et Gauthier Berthout — 1233).

333 C’est le cas en 1237 pour l’abbé de Floreffe (Lahaye, Cartulaire Andenne, t. 1, p. 7–9), lequel démembre également une paroisse en compagnie du prélat (Balau, Nivelles, p. 75–77). À son propos, cfr Monasticon, t. 1, p. 115–116. Cfr encore Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 80. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 39. Les abbés d’Heylissem et d’Averbode sont chargés par Jean d’Eppes, en 1236, d’examiner l’authenticité de reliques (Monasticon, t. 4, p. 636) et celui de Saint-Laurent/Saint-Trond, l’accompagne la même année à Marbourg (Historia monasterii Sancti Laurentii, col. 1099. — Monasticon, t. 2, p. 41–42).

334 Juridiction gracieuse et contentieuse exercée en son nom à Géronsart et à Andenne par les prévôts de Saint-Pierre de Namur et de Sclayn (1231–1238) (Barbier, Géronsart, p. 233, 235–236. — Lahaye, Cartulaire Andenne, t. 1, p. 7–9) ; visite de l’église de Cortessem par le doyen de Notre-Dame de Tongres (Daris, Notices, t. 10, p. 173–179. — Paquay, Doyens Tongres, p. 137). Cfr encore Pierre, infra, et p. 369 et n. 349–351.

335 Curia : C.S.L., t. 1, p. 323–324. Trois arbitres de Jean d’Eppes : maîtres Yvon de Marbotte, dans un conflit entre l’évêque et le chapitre de Saint-Lambert (1231) (cfr p. 332 et n. 133. — Id., t. 1, p. 286–288), Jean de Chimay, dans le même acte et dans un litige évêque/chapitre de Fosses (Renardy, Répertoire, p. 337. — Barbier, Documents Fosses, A.H.E.B., t. 4, p. 499–501) et Godeffoid, originaire de la région rémoise (Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 44, 48. — Evrard, Documents Flâne, p. 71–72). Exposé bref et général dans Renardy, Monde des maîtres, p. 243.

336 Pour le premier et le troisième, cfr Evrard, Documents Flâne, p. 73. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 80. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 2 (témoin), et icimême, p. 345 et n. 219, et supra, p. 365 et n. 325. Juge pour le compte d’Hugues de Pierrepont (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 150, 186–187. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 74–77), Pierre de Dinant a également incité ce prélat à faire du Neufmoustier une abbaye (cfr Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 888–889) et est témoin sous Jean d’Eppes (Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 2).

337 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 270–271. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 18. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 24.

338 Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 39. — Balau, Nivelles, p. 75–78. — Gaier, Documents domaines hesbignons, p. 197–198. — Cauchie-van Hove, Documents, t. 1, p. 64–71. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 48. Il est penitentiarius en 1233 dans des actes relatifs à des litiges entre Aulne et des particuliers (Devillers, Cartulaire Aulne, p. 36). Sur Baudouin, cfr Renardy, Répertoire, p. 190–192. Signalons l’existence de Gilles de Barbençon, témoin, homme, fidejussor et arbitre au nom de Jean d’Eppes (C.S.L., t. 1, p. 341, 353, 365, 369, 372. — Gaier, Documents domaines hesbignons, p. 197–198. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 80).

339 Balau, Nivelles, p. 75–77, 79. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 19. — Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 21–22. — Barbier, Documents Waulsort-Hastières, p. 131. — Id., Documents Fosses, A.H.E.B., t. 4, p. 499–501. — Lahaye, Cartulaire Andenne, t. 1, p. 7–9. Cfr encore, infra, Pierre et Otton de Jeneffe.

340 Wauters, Libertés communales. Preuves, p. 101. — de Borman, Cartulaire Maastricht, p. 39 (serment prononcé par écoutètes (mayeurs), échevins et citains de Maastricht, de respecter les droits du chapitre de Saint-Servais, mediantibus [...] Hugone, écolâtre de Saint-Paul, specialiter ad hoc ex parte dicti patris nostri delegatis [...]. Sur Hugues, cfr Renardy, Répertoire, p. 308–310.

341 Evrard, Documents Flône, p. 77 (témoins). Cfr encore Id., p. 82.

342 Sur ces personnages, cfr p. 344 et n. 208, 210, 211. Pour Gauthier d’Oignies, cfr encore Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 272. — C.S.L., t. 1, p. 325–326, et, pour Thierry, Petit, Inventaire Trinitaires, p. 96. Sont également mentionnés sous cette appellation les miles Jean de Marchin (références n. 341, auxquelles s’ajoutent Cuvelier, Cartulaire Val-Benoît, p. 78. — C.S.L., t. 1, p. 320, 326. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 46) et Pierre de Thienes (références n. 341).

343 Guillaume eut un règne trop bref pour pouvoir se constituer un « entourage liégeois ».

344 Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 52.

345 Poncelet, Maréchaux, p. 27–31.

346 C.S.L., t. 1, p. 470.

347 Id., t. 1, p. 470, 487, 492. — Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 7–8.

348 C.S.L., t. 1, p. 372. — Evrard, Documents Flâne, p. 80. Sur Lambert de Halloy, cfr Renardy, Répertoire, p. 383–384.

349 Barbier, Géronsart, p. 225–229.

350 Id., p. 226–221, 233, 235–236, 238–240. — Genicot, Noville, p. 219–220. — Brouette, Chartes Salzinnes, p. 67–69. — Lahaye, Cartulaire Andenne, t. 1, p. 7–8.

351 Barbier, Géronsart, p. 244. Sur ce personnage, cfr Renardy, Répertoire, p. 408.

352 Cfr ci-dessus, p. 363 et n. 316.

353 C.S.L., t. 6, p. 9, 246. — Wauters, Libertés communales. Preuves, p. 101.

354 Paquay, Inventaire Saint-Barthélemy, p. 108–109.

355 Hansotte, Inventaire Paix-Dieu, p. 10. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 46–47.

356 Cfr notamment le clericus Arnould Digant, p. 347 n. 225, et les maîtres également employés par Henri de Gueldre, infra. Exposé bref et général dans Renardy, Monde des maîtres, p. 244.

357 Cfr p. 141 et n. 172.

358 Cfr p. 329.

359 R.O.P.L., p. 42. — Simon-Aubert, Boniface de Bruxelles, p. 161.

360 Cfr p. 139 n. 162, 316 et n. 46.

361 Visite de l’abbaye de Vlierbeek, p. 483–486. — Daris, Looz, t. 2, p. 13–14. Cfr encore Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 71, où il confirme un arrangement de speciali mandate (1245).

362 Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 209–210, 246–250. Sur ce personnage, cfr infra et p. 372 et n. 381.

363 Daris, Notices, t. 10, p. 173–179.

364 Thys, Beguinage Tongres, p. 417–419.

365 Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 119–122.

366 Sur tout ceci, cfr p. 145–150.

367 Cfr p. 125–138, 143.

368 Richarde, comtesse de Gueldre, grand-mère d’Henri, et Agnès d’Everstein, mère d’Otton, sont cousines germaines, issues de deux fils du comte palatin Otton de Wittelsbach. Sur Otton d’Everstein, chanoine de Saint-Lambert, et sur sa parentèle, cfr Meuthen, Aachener Pröpste, p. 64, 75 et n. 79, 79 n. 105, 80 n. 112. — Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 2.

369 C.S.L., t. 1, p. 540. — Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 649. — Grauwels, Regestenlijst Kommanderijen, t. 1, p. 9. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 175, 179, 233, 324. — Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre, t. 2, p. 362.

370 C.S.L., t. 1, p. 539. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 51.

371 C.S.L., t. 2, p. 30.

372 Cfr p. 315 et n. 36.

373 Id., t. 1, p. 540 ; t. 2, p. 63, 119, 143. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 163, 175, 225, 279–280, 324, 386. — Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre, t. 2, p. 362. — Evrard, Documents Flône, p. 124. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 366. Saint-Trond (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Saint-Trond).

374 À son propos, cfr Monasticon, t. 6, p. 46–47. — Pirenne, Livre Guillaume de Ryckel, p. v—xxviii, spéc. p. vii—xi.

375 Cfr p. 147–148.

376 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 374–379. — Delanne, « Commune » nivelloise. Cfr encore Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 179. — C.S.L., t. 2, p. 188–190 (Guillaume de Rijkel est surarbitre dans un différend où est engagé Henri de Gueldre). Nivelles (Belgique, pr. Brabant wallon, arr. Nivelles, comm. Nivelles).

377 À ce propos, cfr p. 323–325 et n. 76, 78, 86–88.

378 Dans l’ordre des tâches évoquées, indépendamment de ses fonctions de vicaire général, cfr Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 649–650. — C.S.L., t. 1, p. 540. — / Schoolmeesters, Jugement arbitral. — Paquay, Supplément Renier de Tongres, p. 409. — C.S.L., t. 2, p. 30, 119–120, 133. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 59. — / Wlllems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 658. — / Pour le titre : Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 270–273. En outre, Godefroid de Gueldre est signalé un très grand nombre de fois comme témoin dans les actes du prélat liégeois (Poncelet, Maréchaux, p. 163. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 162, 175, 179, 225, 233, 260, 278. — C.S.L., t. 1, p. 540 ; t. 2, p. 12, 63. — Wlllems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 649. — Grauwels, Regestenlijst Kommanderijen, t. 1, p. 9, 11. — Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre, t. 2, p. 361–363. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 359–360) ou comme fidejussor pour celui-ci (C.S.L., t. 1, p. 538–540. — Halkin-Roland, Chartes Stavelot-Malmedy, t. 2, p. 49–52).

379 En même temps que Godefroid de Gueldre (Berlière, Visitationsrecesse, p. 593–595).

380 Cfr Id., p. 593–597. — Daris, Notices, t. 10, p. 181–185. — ID., Looz, t. 2, p. 15–16. — Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 35–37.

381 Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 214–223, 255. — ID., Actes Aix-la-Chapelle, p. 106–111. — Id., Visite canonique Tongres 1248. Également arbitre et témoin dans un différend et un acte concernant Henri de Gueldre (C.S.L., t. 2, p. 119, 125, 133). Cfr encore Franquinet, Inventaris O.L.V. Maastricht, p. 29–32.

382 Paquay, Regesta Renier de Tongres, p. 53–60. — Berlière, Visitationsrecesse, p. 593–598. — Daris, Notices, t. 10, p. 181–185. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 337–339, 347–349. — Daris, Looz, t. 2, p. 15–16. Il rendit également de nombreuses arbitrales, notamment au nom de l’évêque de Liège (Barbier, Documents Wanze, p. 41. — Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 1, p. 196–198. — Paquay, Regesta Renier de Tongres, p. 60–64. — de Borman, Colmont, p. 153–155. — Daris, Notices, t. 12, p. 167–170).

Voir encore ses activités de vicaire général p. 323.

383 Berger, Registres Innocent IV, t. 4, p. 316. — Renardy, Répertoire, p. 446, qui ne connaît pas l’acte qui précède.

384 Sur les deux premiers, cfr p. 367–368 et n. 339, 340, 347, 348. Lambert est également fidejussor d’Henri de Gueldre (C.S.L., t. 1, p. 539) et Hugues, témoin dans un acte du même évêque (Id., t. 2, p. 63). Gérard de Bohan rend une sentence au nom de Robert de Thourotte en 1243 (Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 98–99) et, hormis les démarches mentionnées supra, est fidejussor d’Henri de Gueldre en 1248 (C.S.L., t. 1, p. 539). Sur ce personnage, cfr Renardy, Répertoire, p. 238–239.

385 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 177–178.

386 Gérard, official, fut chargé par Jean d’Eppes de forcer un chevalier à réparer ses torts envers le chapitre de Saint-Paul (Poncelet, Chartes Cerexhe, p. 34) et apparaît comme fidejussor de Robert de Thourotte (C.S.L., t. 1, p. 487). Il en est de même sous Henri de Gueldre (Id., p. 538–540), à qui il sert également d’arbitre (Id., t. 2, p. 30, 188–190) et de témoin (Id., p. 12, 63. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 324). Sur ce personnage, cfr Renardy, Répertoire, p. 237–238. Cfr encore divers autres maîtres de l’entourage d’Henri de Gueldre, p. 344–345 et n. 212, 220.

387 C.S.L., t. 2, p. 83 (1255). Également plusieurs fois témoin de cet évêque (Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 260, 278, 318. — Evrard, Documents Flâne, p. 124. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 366. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 150–151. — C.S.L., t. 2, p. 143, 146). Son frère Richard et son neveu Henri sont également mentionnés aux côtés d’Henri de Gueldre (Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 225, 249, 324, 402, 447). Sur Jean de Beaufort, qui finira par trahir l’évêque et suscitera la guerre de la Vache de Ciney, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 38–41.

388 C.S.L., t. 2, p. 188–191 (1268). Également de nombreuses fois témoin de cet évêque (Poncelet, Maréchaux, p. 181–183, 195. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 318, 320, 332, 391, 423. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 366. — de Reifeenberg, Monuments, t. 1, p. 150–151. — C.S.L., t. 2, p. 146. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 100, 116, 128–129. — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 11, p. 78. Son frère Gilles est également témoin (Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 324, 391), son fils, maréchal (1273–1276). Cfr Poncelet, Maréchaux, p. 44–47, 58–64.

389 C.S.L., t. 2, p. 140, 188–191. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 343–344. Également témoin d’Henri de Gueldre, de multiples fois (Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 278, 318, 324, 332, 386. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 150–151. — C.S.L, t. 2, p. 143, 146. — Wolters, Milen, p. 67–68).

390 Cfr p. 323 et n. 81.

391 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 423. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 116. Sur ce personnage, cfr Renardy, Répertoire, p. 348–349. — Vercauteren, Médecins, p. 104.

392 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 392–393. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 252–253.

393 Tongerlo, p. 55. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 86./ Jean de Hocsem, Chronicon, p. 109. — 1402, p. 247.

394 C.S.L., t. 2, p. 276–277. Cfr encore Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 191–193. Sur ce personnage, cfr Monasticon, t. 2, p. 160.

395 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 134. Cfr encore Poncelet, Maréchaux, p. 193. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 365–366.

396 Mathieu dit Matons (Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 191–193). À son propos, cfr encore de Borman, Échevins, t. 1, p. 80–81.

397 Mentionné à trois reprises comme témoin dans des actes de Jean d’Enghien : Ruwet, Cartulaire Val-Dieu, p. 191–193. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 126. — Poncelet, Maréchaux, p. 193.

398 Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 134. — Poncelet, Vache, p. 290.

399 En 1277, Jean d’Enghien imposera l’un de ses anciens condisciples à la faculté de théologie de Paris, Guillaume de Malines, comme abbé de Saint-Trond. Cfr G.A.T., t. 2, p. 216–223. — Renardy, Répertoire, p. 280–281.

400 Poncelet, Vache, p. 293–294, 334. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 316–317.

401 Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 225–226. — Renardy, Répertoire, p. 316. — Pycke, Répertoire, p. 75–76.

402 Cfr p. 332 et n. 136.

403 Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 34–35. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 235.

404 Cfr p. 346 et n. 222.

405 Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 247. — Id., Vache, p. 334. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 253.

406 Il conseille l’évêque (du conseil de) lorsque ce dernier réglemente habit et obligations religieuses des chanoinesses de Moustier-sur-Sambre (1289) (Barbier, Moustier-sur-Sambre, p. 128–131). Cfr Renardy, Répertoire, p. 190.

407 Il tranche un différend avec Gérard d’Alost (Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 34). Cfr Renardy, Répertoire, p. 252.

408 Il est chargé de vérifier la pertinence d’une sentence d’excommunication portée contre le clergé liégeois par Jean d’Enghien (1279) (C.S.L., t. 2, p. 355–356). Cfr Renardy, Répertoire, p. 327–328.

409 Pycke, Répertoire, p. 92–93.

410 Cfr p. 375.

411 Il arbitre des différends survenus entre le chapitre de Saint-Lambert et l’évêque (1283) (C.S.L., t. 2, p. 354–355) ainsi qu’entre ce dernier et le comte de Flandre (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 32–33. — C.S.L., t. 2, p. 472–474), et conseille Jean de Flandre au même titre que Baudouin d’Autre-Église (cfr supra et n. 406).

412 À son propos, cfr p. 156 n. 262. Curia : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 74.

413 Cfr p. 156–157.

414 Cfr p. 250–251.

415 Id., p. 82–83. — Tongerlo, p. 40–41. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 477–479.

416 Cfr n. précédente.

417 Tongerlo, p. 41, 44. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 86. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 132. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 479, 482. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 326.

418 Confirmation par évêque et duc de tous les traités d’alliance entre comte de Namur et évêque de Liège (1290) (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 109. — Poncelet, Vache, p. 391) ; désignation de deux arbitres pour terminer leurs différends à propos de leurs domaines (1290) (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 29–30) ; traité d’alliance entre les deux princes (1290) (Poncelet, Vache, p. 391–393). L’évêque et le chapitre de Saint-Lambert, d’une part, le comte, d’autre part, établissent des arbitres pour faire le partage des biens possédés indivis (1290) (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 32–33). Jean de Flandre promet de respecter une sentence arbitrale dans un différend territorial avec son père (1290) (C.S.L., t. 2, p. 467–468) ; la sentence est prononcée (1290) (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 237–238). L’évêque et le chapitre de Saint-Lambert d’une part, le comte, de l’autre, s’en remettent à des arbitres pour terminer des contestations à propos des limites de leurs États, du côté de Moha et du Condroz (1291) (C.S.L, t. 2, p. 472–474).

419 Cfr p. 346 n. 222.

420 Cfr p. 176 et n. 385. — arbitre dans des différends évêque/chapitre de Saint-Lambert (Id., t. 2, p. 466–467 ; t. 6, p. 272–273), évêque/comte de Flandre (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 32–33. — C.S.L., t. 2, p. 472–474), évêque/comte de Looz (Id., t. 2, p. 469–472). Il est judex seu ordinator datus a reverendo pâtre domino J. episcopo (1285) (Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 231–232) et en 1289, Jean de Flandre imposera Guillaume comme archidiacre au chapitre de Saint-Lambert (C.S.L., t. 2, p. 449–450). Cfr encore Barbier, Moustier-sur-Sambre, p. 128–131.

421 de Saint-genois, Inventaire Rupelmonde, p. 180. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 503–504. Arras était une ville célèbre pour ses changeurs et ses usuriers.

422 Arbitre pour l’évêque (C.S.L., t. 2, p. 365–366), surarbitre dans un différend évêque/archidiacre (Id., t. 6, p. 34, 274–275) et garant du prélat (Poncelet, Maréchaux, p. 202).

423 Brouwers, Comté de Namur. Chartes, t. 1, p. 230. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 239–240. — Poncelet, Vicaires généraux, p. 88. — Id., Guy de Hainaut, p. 509 et n. 2.

424 C.S.L., t. 2, p. 469–472. Il est également plusieurs fois témoin dans des actes de Jean de Flandre (Barbier, Géronsart, p. 300–301. — Poncelet, Maréchaux, p. 200–201).

425 Wyffels, Deux emprunts. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 29, 93. — Bormans, Cartulaire petites communes, p. 27–28. — Piot, Inventaire Namur, p. 46, 49. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 515 n. 1.

426 Cfr p. 165 et n. 311.

427 Cfr trois lettres adressées par Hugues de Chalon à Édouard Ier, roi d’Angleterre, lettres par lesquelles le prélat remercie le souverain anglais pour les bienfaits (des subsides en échange d’une aide militaire massive contre Philippe le Bel) dont il a gratifié son frère. Cfr Marchandisse, « Tout apparoillié ».

428 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 98. Selon G.A.T., t. 2, p. 230, ce sont les excès de Jean, cautionnés par son frère, qui valurent à Hugues de Chalon d’être cité devant Boniface VIII.

429 Les sources narratives (Ibid. Jacques de Hemricourt, Awans, p. 6 — qui le qualifie de mambour. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 545 — qui le dit maréchal de l’évêché. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 83. — 1402, p. 242) évoquent les interventions militaires de Jean de Chalon dans le cadre de la querelle des Awans et des Waroux.

430 Au nom de son frère, Jean proteste contre la frappe de la monnaie par un seigneur, laquelle se fait au préjudice de l’évêque (C.S.L., t. 2, p. 554–555).

431 Traité entre les deux Chalon et le duc de Brabant (1300) : Jean est pleige de son frère et surarbitre (R.C.L., t. 1, p. 141–144). Cfr encore C.S.L., t. 2, p. 592.

432 de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 56–57.

433 C.S.L., t. 2, p. 586–587.

434 Cfr p. 253–254.

435 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 116–117. — 1402, p. 249–250 (1303). — Tongerlo, p. 58. Cfr encore C.S.L., t. 3, p. 35–36. Sur les divers frères de Thibaut, cfr Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 459–467. — Poull, Maison Bar, p. 231–237, 397–398, 406–409.

436 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 117–118. — 1402, p. 250. Sur Pierre de Bar, cfr encore Poncelet, Maréchaux, p. 88–89.

437 À ce propos, cfr Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège. Mirwart (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Neufchâteau, comm. Saint-Hubert).

438 Id., p. 200–201, 249–253. Cfr encore Limbrée, Thibaut de Bar, p. 52, 113.

439 Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 255.

440 Id., p. 202, 256.

441 C.S.L., t. 3, p. 74–76. — Limbrée, Thibaut de Bar, p. 52, 113.

442 Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 89–95. — Villermont, Pesches, p. 7–12.

443 Il appartient à une branche collatérale de la famille de Rumigny tandis que le duc de Lorraine, Thibaut II, avait épousé Isabelle, fille du seigneur Hugues IV de Rumigny. La seigneurie de Pesches est relevée en 1323 par le fils du duc (F.A.M., p. 89). Mathieu, frère du duc, avait épousé Alix, soeur de Thibaut de Bar. De là peut-être les rapports étroits entre Alard et l’évêque de Liège (Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 13).

444 En 1307, le duc déclare ne pas réclamer de dommages à Alard de Pesches (C.S.L., t. 3, p. 74–76).

445 Dès 1307 (Id., t. 3, p. 74–76).

446 Cfr p. 471.

447 Notamment le siège du château d’Agimont (1402, p. 254. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 97. — Tongerlo, p. 61).

448 C.S.L, t. 3, p. 99–101, 104–106.

449 Devillers, Monuments, t. 3, p. 586 n. 2. — C.S.L., t. 6, p. 292. — Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 262–265, 270–289.

450 Enquête pour le remplacement de deux églises par une seule (Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 2, p. 208–209). À son propos, cfr Brouette, Doyens de chrétienté xive siècle, p. 11. Hilvarenbeek (Pays-Bas, Brabant septentrional).

451 Enquête pour l’érection d’une église en collégiale (Juten, Breda, p. 292–295). Également délégué de Thibaut de Bar (Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 90). À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 230–231.

452 Membre de la mesnie de Thibaut de Bar (Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 93–94), il est clerc de l’évêque en 1311 (Id., Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 92) et établit un recensement en 1307 (Teller, Inventaire dames blanches, t. 1, p. 49). À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 409–410.

453 Fait une enquête pour le compte de l’évêque (Petit, Inventaire Houffalize, p. 100) et la visite de l’abbaye de Flône (Evrard, Documents Flâne, p. 185–187). À son propos, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 191–192.

454 Avant son avènement, Adolphe ne disposait pas de prébende liégeoise, contrairement à Englebert, qui fit toute sa carrière à Liège, sous l’aile de son oncle. Cfr p. 382 n. 463.

455 Il est le jumeau de Cunégonde, l’épouse de Thierry de Heinsberg (cfr p. 235). Adolphe lui procura la prévôté de Saint-Martin de Worms et une expectative de prébende ou de dignité à la cathédrale de Cologne (1313) puis, comme évêque de Liège, un canonicat à Saint-Lambert et la prévôté de Tongres. Il quitte le clergé en 1326. À son propos, cfr Reimann, Konrad von der Mark, spéc. p. 170–171. — Id., Grafen von der Mark, p. 27–28.

456 R.C.L., t. 1, p. 187–189. Cfr encore C.S.L., t. 3, p. 185–186, 289, 336, 360 ; t. 6, p. 75. — F.A.M., p. 635.

457 Vices gerens in temporalibus d’Adolphe en 1330 (Barbier, Géronsart, p. 310–311).

458 Jean Dehocsem, Chronicon, p. 199–202, 227. — C.S.L., t. 6, p. 65.

459 Chanoine de Saint-Martin en 1325, il quitte la cléricature en 1327. Cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 30–32.

460 C.S.L., t. 3, p. 574–575 [demande un record des droits épiscopaux à Couvin (1340)]. —/ Id., t. 6, p. 97. — PIOT, Inventaire Namur, p. 209–210 (1345). —/ Id., p. 194 (différend évêque de Liège/comte de Namur). Il est bailli d’Entre-Sambre-et-Meuse en 1330–1333 (C.S.L., t. 3, p. 330 ; t. 6, p. 76). Cfr encore Id., t. 3, p. 431, 533, 562 ; t. 4, p. 50, 79, 207, 229, 231, 235, 288 ; t. 6, p. 117. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 210, 216. — Martens-zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 57. — F.A.M., p. 635. — F.E.M., p. 840–841.

461 En 1326, Évrard récupère les prébendes de Saint-Lambert et de Cologne que détenait son oncle Conrad. Il quitte le clergé en 1348. À son propos, cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 59–62. — Stinissen, Heren van Peer en Lummcn. 1351 tot ca 1500, p. 218–227.

462 Cfr C.S.L., t. 4, p. 137, 192, 207, 229, 231, 235, 266. — Piot, Inventaire Namur, p. 259–260. — F.E.M., p. 841 (essentiellement comme témoin dans les actes de son frère). Dès ca 1351, il devint avoué de Hesbaye par son mariage avec Marie de Looz-Agimont. Cfr supra, n. 460.

463 La carrière bénéficiale d’Englebert, qui comporte des prébendes à la cathédrale de Cologne, à Saint-Lambert, la prévôté de Saint-Martin de Worms, la chantrerie de Cologne, une expectative de prébende à la cathédrale de Trèves et surtout, dès 1332, la prévôté de Saint-Lambert et l’archidiaconat qui lui était annexé, est détaillée par Renardy, Répertoire, p. 212–213. — Reimann, Grafen von der Mark, p. 28–32. Outre qu’il constituait une personnalité importante en sa qualité de prévôt de Saint-Lambert, premier dignitaire du chapitre cathédral, Englebert assista (témoin) Adolphe dans nombre de circonstances importantes. Cfr C.S.L., t. 3, p. 533, 562 ; t. 4, p. 7. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186. — Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 42–43. — F.A.M., p. 404, 407, 409, 410, 416, 427, 428, 435, 436, 439–442, 444, 449, 462, 465–470, 473–475, 477, 478. D’autres membres du lignage de la Marck, présents à Liège mais moins importants à nos yeux, sont signalés par Reimann, Grafen von der Marck, p. 33–34, 62–63.

464 Il n’est pas le fils du comte Englebert Ier de la Marck (1249–1277), mais appartient à une famille westphalienne du nom de François. Cfr Renardy, Répertoire, p. 211–212. — Reimann, Grafen von der Mark, p. 36.

465 Lévold de Northof, Chronica, p. 75.

466 Dans l’ordre de présentation : R.C.L., t. 1, p. 187–189 (1315). — C.S.L., t. 3, p. 185— 186, 188–189. — / Id., p. 175–177. —/ G.A.T., t. 2, p. 251, 254, 268, 269. —/ Ibid. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 449–451 (commissarius de l’évêque dans le cadre du règlement des différends existant entre l’abbé et le clergé de Saint-Trond d’une part, les échevins de cette même ville d’autre part, 1319). — / Poncelet, Vicaires généraux, p. 89–90. Cfr encore, comme témoin dans les actes d’Adolphe : C.S.L., t. 3, p. 247, 263, 288, 330 ; t. 6, p. 309. — F.A.M., p. 568. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 211–212.

467 C.S.L., t. 3, p. 330. — F.A.M., p. 15, 37, 40, 41, 43, 46, 47, 51,52, 53.

468 Pour la bibl., cfr p. 146 n. 198.

469 Lévold de Northof, Chronica, p. 65.

470 Id., p. 66.

471 Conseiller (1315 et 1346) (R.C.L., t. 1, p. 187–189. — Lévold de Northof, Chronica, p. 84) ; un des sept procureurs nommés par évêque et chapitre de Saint-Lambert pour notifier, publier et reconnaître la vente de Malines (1333) (C.S.L., t. 6, p. 77) ; commissaire de l’évêque (voir Englebert François) (PIOT, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 449–451) ; délégué de l’évêque au concile de Cologne (1322) (Wauters, Table, t. 9, p. 69) et pour la réconciliation de deux factions ennemies du clergé liégeois (Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 266–270) ; membre de la commission gérant la principauté durant l’absence de l’évêque (Barbier, Géronsart, p. 310–311), appelé à prêter serment pour Adolphe (de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 470). Cfr encore, comme témoin, Piot, Inventaire Namur, p. 161. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186. — C.S.L., t. 3, p. 336, 415, 421, 445, 483, 533. — F.A.M., p. 657. À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 384–386.

472 Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 329–330. Boppard (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat).

473 Lévold de Northof, Chronica, p. 65.

474 Dans l’ordre de présentation : C.S.L., t. 6, p. 84 (également clerc, intermédiaire entre évêque et comte de Flandre, 1336). — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186. — R.C.L., t. 1, p. 342. — Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 149. — F.E.M., p. 73. — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 97. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 434–455 (consiliarius, 1359). — / membre du conseil épiscopal choisi comme arbitre par les comtes de Namur et de Brabant (1342) (Piot, Inventaire Natnur, p. 194. — Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 830–831). — / lieutenant : Borgnet-Bormans, Cartulaire de Namur, t. 2, p. 63–64. — appelé à prêter serment pour l’évêque (de Saint-génois, Inventaire Rupelmonde, p. 470. —/délégué d’Adolphe (Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 306–307. — C.S.L., t. 3, p. 574–575 (record de Couvin, cfr p. 382 n. 460). Cfr encore Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 544 (familiaris, 1357). Également témoin dans les actes des la Marck. Cfr C.S.L., t. 3, p. 415, 482, 532 ; t. 4, p. 3, 7, 150. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 415–421. — Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 223. — Daris, Beaurepart, p. 367–368. — Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 56–57.

475 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 332. — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 26, 41–42. Il s’agissait d’un sceau d’étain ou de plomb réalisé pour suppléer à la matrice véritable du sceau épiscopal pro quadam necessitate absente sigillo in curia Romana. La copie avait été faite à la demande du prélat et il est très probable qu’il en avait confié la garde à Renier, son plus proche conseiller. Toutefois, les doutes des bourgmestres liégeois quant à l’honnêteté de Renier sont fondés. Il fut en effet condamné pour corruption (cfr p. 404 n. 591).

476 Cfr p. 349 et n. 239.

477 Jean le Bel, Chronique, t. 1, p. 201.

478 Bailli (1330–1345) : F.A.M., p. 357, 358, 392, 393, 410, 454. — F.E.M., p. 81, 116, 155. — C.S.L., t. 3, p. 443, 499, 599. — Piot, Inventaire Namur, p. 245–247. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 154. — Cuisinier (1331–1344) : F.A.M., p. 359, 364, 371, 374, 379, 410, 413, 438, 454. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 204. À son propos, cfr Reimann, Grafen von der Marck, p. 37.

479 Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1162, 1186.

480 Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 204.

481 Id., Chronique abrégée, p. 162.

482 Famulus : C.S.L., t. 3, p. 336 (il fait un relief pour l’évêque). — varlet : Devillers, Monuments, t. 3, p. 343. — Député afin d’obtenir un record des droits épiscopaux (1334) (C.S.L., t. 3, p. 443). — Conseiller : Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186 (1338). Cfr encore les actes où il est témoin à de multiples reprises : Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 181. — C.S.L., t. 3, p. 4, 415, 445, 482, 533. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 512. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 157. — F.A.M., p. 626. — F.E.M., p. 835. Il était bailli de Hesbaye en 1319 (F.A.M., p. 48). Cfr encore infra. À son propos, cfr DE Borman, Échevins, t. 1, p. 389–390.

483 Sur ces personnages, cfr Renardy, Répertoire, p. 218–219, 175–176, 253–254, 209–210.

484 Arbitre de l’évêque lors des paix de Wihogne (1328) et de Flône (1330), et lors d’un accord entre Adolphe et la Cité de Liège (1330) ; délégué de l’évêque afin de trouver un remède à la guerre des Awans et des Waroux (1334) (C.S.L., t. 3, p. 313, 337, 352, 361, 447 ; t. 6, p. 217–220) ; Adolphe lui donne le pouvoir d’absoudre ceux qu’il avait excommuniés (1334) (Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 170).

485 Chargé de défendre la position épiscopale devant Benoît XII alors que le duc de Brabant sollicitait la création d’un nouvel évêché (Fairon, Démembrement, p. 162–163, 188— 192. — C.S.L., t. 6, p. 83–84), il fait partie de la commission qui remplace Adolphe, absent (1330) (Barbier, Géronsart, p. 310–311) et fut son fondé de pouvoir lors de la vente de Malines (C.S.L., t. 6, p. 76–77. — De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 470). En outre, il obtint d’Adolphe le même pouvoir que François Médicis (cfr n. précédente) et est également arbitre pour l’évêque lors de la paix de Flône et de l’accord de 1334 (C.S.L., t. 3, p. 337, 361).

486 Gilles-Benjamin de Waudrechée : Consiliarius en 1359, alors qu’il accompagne l’évêque dans la visite du diocèse (Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 434–455), il oeuvra surtout comme arbitre, pour le compte d’Englebert de la Marck, lors de conflits avec les dynastes voisins ainsi qu’avec l’abbé de Saint-Trond (C.S.L., t. 4, p. 202, 278 ; t. 6, p. 114. — Piot, Inventaire Namur, p. 251. — Id., Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 547). Cfr encore Id., p. 259–261. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 420. — Barbier, Documents Waulsort-Hastières, p. 153. — C.S.L., t. 4, p. 287–289. Elbert de Bettincourt : Consiliarius en 1345–1348 (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 197, 385–386. — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 45–46, 98), familiaris en 1357 (Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 544), il visite les établissements ecclésiastiques du diocèse (Barbier, Documents Saint-Aubain, A.H.E.B., t. 11, p. 489), élabore des réglements comme député d’Englebert (Tellier, Inventaire dames blanches, t. 1, p. 59) et peut modifier ceux établis par le prélat (Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 268–269). Il enquête pour le compte du prélat, en tant qu’ordinaire du lieu (Petit, Inventaire Trinitaires, p. 128–129) ou comme haut-justicier (Martens-Zoete, Regestenlijst Nonnemielen, p. 56). Cfr encore F.E.M., p. 753.

487 Sur ce lignage, cfr Scholten, Urkundliches über Moyland. de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 310.

488 À leur propos, cfr Ibid, et ici-même, p. 359 n. 300.

489 Conseiller du prélat en 1315 (R.C.L., t. 1, p. 187–189), il est chargé (commissarius) de régler un problème d’organisation paroissiale pour Adolphe arduis negotiis occupatus (Habets, Meerssen, p. 106–111) et un différend, à sa demande (Id., Archiven Thorn, t. 1, p. 156). Cfr encore, comme participant à des actes épiscopaux, Piot, Inventaire Namur, p. 61. — C.S.L., t. 3, p. 415, 417, 421. — F.A.M., p. 14, 57, 91, 101, 169, 389. À son propos, cfr Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 183–185.

490 Cfrp. 349 et n. 243.

491 Cfr p. 352 et n. 262.

492 Sur cette famille et sur ses possessions, cfr, faute de mieux, Ulens, Seigneuries lossaines. — Daris, Notices, t. 5, p. 49–54.

493 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 171. — 1402, p. 277, 285. Arbitre lors de la paix de Hanzinelle (1314) et dans un différend entre le comte de Luxembourg et l’évêque de Liège (C.S.L., t. 3, p. 143. — R.O.P.L., p. 152. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 29–30). Cfr encore de Borman, Échevins, t. 1, p. 192–193.

494 R.O.P.L., p. 154 n. 1. — C.S.L., t. 3, p. 160. —/R.O.P.L., p. 177, 195.— / Id., p. 200. — C.S.L., t. 3, p. 337, 361. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 310. Il est conseiller du prélat en 1315 (R.C.L., t. 1, p. 187–189) et témoin dans nombre de ses actes : Bormans, Cartulaires Saint-Denis, p. 99. — DARIS, Beaurepart, p. 366–368. — C.S.L., t. 3, p. 330, 336. À son propos, cfr Chot-stassart, Chapitre cathédral A, p. 169–170.

495 Conseiller (1342–1347) (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 329. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 149. — Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 830–831. —R.C.L., t. 1, p. 385. — Marchandisse, Rupture, p. 59 et n. 26, 68 et n. 82. — / lieutenant : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 250. — / action militaire : G.A.T., t. 2, p. 258. — C.S.L., t. 4, p. 53. Il est également signalé de nombreuses fois en compagnie des évêques de la Marck : Id., t. 4, p. 3, 53, 79. — Poncelet, Maréchaux, p. 219. — Laurent, Actes et documents Vienne, p. 121–122. — F.A.M., p. 616. — F.E.M., p. 827. À son propos, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 118–121. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 192–194.

496 Cfr p. 317, 359–361.

497 Plusieurs fois chargé de résoudre des différends entre évêque et dynastes voisins (1338–1355) (Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 330–332. — Piot, Inventaire Namur, p. 209–210. — C.S.L., t. 3, p. 535 ; t. 4, p. 202–203) et signalé dans le sillage des la Marck (Schoonbroodt, Inventaire Val-Saint-Lambert, t. 1, p. 181. — C.S.L., t. 3, p. 264, 414, 499, 532 ; t. 4, p. 50, 137. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186. — Laurent, Actes et documents Vienne, p. 121–122. Sur ce personnage, cfr DE Chestret, Haneffe, p. 23, 113.

498 Il appartient à la commission qui remplace Adolphe en 1330 (Barbier, Géronsart, p. 310–311), fait un relief pour le même Adolphe en 1330 (C.S.L., t. 3, p. 359–360) et, en 1334, est député par le prélat afin d’obtenir un record des échevins de Wanze et de Moha (Id., t. 3, p. 443–444). Sur ce personnage, cfr DE Borman, Échevins, t. 1, p. 176–177.

499 Il accompagne Renard en 1347 (cfr n. précédente) et enquête pour Englebert en 1347 (Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 174–175). Cfr encore Devillers, Monuments, t. 3, p. 343–344. — Poncelet, Maréchaux, p. 217–218. — C.S.L., t. 3, p. 414, 468, 532 ; t. 4, p. 50. — Laurent, Actes et documents Vienne, p. 121–122. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 158–159, 186. — F.A.M., p. 645–646. Sur ce personnage, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 109–115.

500 Pirlot de Horion est chargé par l’évêque de rédiger la lettre des XX (1324) (R.O.P.L., p. 173) ; il est l’un des délégués sollicitant un record au nom de l’évêque en 1334 (C.S.L., t. 3, p. 443–444), est habilité par Adolphe à trancher certains différends avec le comte de Luxembourg en 1343 (Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 268–269) et transmet les ordres du même Adolphe à l’un des baillis (1343) (Piot, Inventaire Namur, p. 197). Ses liens étroits avec l’évêque (cfr encore C.S.L., t. 3, p. 288, 330, 532. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 186. — Daris, Beaurepart, p. 367. — F.A.M., p. 600) ne l’empêchent pas d’être un vassal fidèle des comtes de Namur et de Luxembourg (Yans, Échevins, p. 39–42, 395).

501 Le premier est chargé de fixer les peines à infliger aux habitants du comté de Namur (C.S.L., t. 6, p. 114) et de recevoir un serment du comte (Piot, Inventaire Namur, p. 257) ; il est signalé dans l’entourage d’Englebert (C.S.L., t. 4, p. 79, 192. — Piot Inventaire Namur, p. 260. — F.E.M., p. 768). Le second intervient surtout dans les différends entre l’évêque et les comtes de Hainaut (C.S.L., t. 6, p. 107), Brabant (Id., t. 4, p. 278, 281) et Namur (Id., t. 6, p. 114. — Piot, Inventaire Namur, p. 257, cfr supra). Il fut peut-être conseiller épiscopal en 1343–1344 (Marchandisse, Rupture, p. 59 et n. 26) et est en tout cas témoin à de nombreuses reprises, en présence du prélat (C.S.L., t. 4, p. 3, 229, 289, 314 ; t. 6, p. 117. — Piot, Inventaire Namur, p. 259–260. — F.E.M., p. 869). Pour les autres fonctions, cfr p. 360–361.

502 Les quatre premiers sont conseillers épiscopaux en 1315 (R.C.L., t. 1, p. 187–189). Nicolas Payen est arbitre de l’évêque en 1314–1315 (cfr p. 387 n. 493). À leur propos, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 69, 130, 221, 193.

503 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 320.

504 Englebert de la Marck, Renier de Ghore, Elbert de Bettincourt (cfr p. 382 et n. 463, 383–384 et n. 474, 386 et n. 486), l’official Raoul de Montenaken (Renardy, Répertoire, p. 421–422) et Jean le Bel (Daris, Beaurepart, p. 367, 368. — C.S.L., t. 3, p. 532–534 ; t. 4, p. 7–8 ; t. 6, p. 114).

505 À ceux mentionnés à la n. précédente s’ajoutent notamment Lévold de Northof (cfr p. 383 et n. 471), Rembold de Vlodorp, chapelain d’Adolphe (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 81–82. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 219), etc.

506 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 315.

507 Id., p. 306.

508 Id., p. 319.

509 Cfr p. 433, 436.

510 Cfr p. 348–349 et n. 235, 245.

511 En Flandre et dans le comté de Namur, les conseillers comtaux sont parfois qualifiés de valets (Bovesse, Personnel administratif Namur, p. 440. — Histoire des institutions, t. 1, p. 388) et Enguerrand de Marigny, l’un des principaux conseillers de Philippe le Bel, n’a jamais porté dans les documents un autre titre que celui de panetier ou de chambellan du roi, selon Favier, Entourage politique, p. 6. Ce dernier auteur définit parfaitement les atouts de l’entourage domestique du prince médiéval : « L’hôtel, c’est un ensemble de services domestiques, mais la direction de ces services garantit une fréquentation quotidienne du prince, de ses proches, des hommes influents. Quelle meilleure situation pour rapporter un projet, inspirer une décision, suggérer une nomination. Dès le xive siècle, les hautes fonctions de l’Hôtel n’ont plus aucun contenu domestique, mais elles ont encore ce que j’appellerais volontiers les prérogatives de la familiarité ».

512 Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 64 (Gossuin de Gossoncourt).

513 Sur ces personnages, cfr p. 349, 384–385.

514 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 192. — 1402, p. 292–293. — Lévold de Northof, Chronica, p. 71.

515 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 284 : « Les progrès de l’État, à la fin du Moyen Âge, ont fait naître un nouveau groupe social qui sert la chose publique et se sert d’elle » ; p. 78 : « le thème le plus général et le plus répandu est que les deux siècles [xive et xve siècles] font partie d’une période de transition où l’État médiéval s’efface peu à peu devant l’État moderne. [...] [Les médiévistes français pensent que ces deux siècles représentent avant tout la fin du moyen âge]. D’autres, au total plus nombreux, parmi lesquels, en particulier, les juristes français, estiment au contraire que vers 1300 commencent vraiment les Temps modernes ».

516 Pour le premier, cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469, 504. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134–135. — C.S.L., t. 4, p. 435. — Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 378–379. Il est conseiller de Jean d’Arckel en 1374 (R.C.L., t. 1, p. 427) après avoir été son vicaire général à Utrecht et détenu de nombreuses prébendes et dignités dans le diocèse d’Utrecht, conférées par Jean d’Arckel. Cfr Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134–135 n. 1. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 2, 81, 99–100, 127, 141 — 142, 175, 191, 200. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 40, 65, 67, 68, 72, 78, 85, 110, 121, 123–126, 130, 133, 137, 147, 157, 170, 176, 190, 202, 224–225, 232, 234, 236, 237, 240, 255. Pour le second, cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 610, 741. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 115, 176–178, 205.

517 Selon les chroniqueurs, quatuor ex ministris suis aulicis rétablirent dans leurs fonctions des échevins proscrits par les habitants de Thuin (Raoul de Rivo, Gesta, p. 23–24) ; les sbires du prélat assassinèrent l’un des bourgmestres de cette même ville parce qu’il était hostile à l’évêque de Liège (1402, p. 365. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 126) ; parmi eux, Jean de Rijnensteijn et Robert de Renswoude (Id., p. 129) ; ils payèrent un habitant de Thuin afin qu’il incendie les alentours (suburbium) du château de cette ville (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 306). Enfin, lors du second exil de Jean d’Arckel (1375–1376), c’est encore son neveu qui sème la terreur dans la principauté (1402, p. 369. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 26). Du point de vue de l’identité des hommes de main du prélat, toutes ces chroniques sont confirmées par la troisième paix des XXII (14 juin 1376) (R.O.P.L., p. 337) dans laquelle Jean de Rijnensteijn et Robert de Renswoude, ainsi que les deux autres membres du commando, Gilles Chabot (cfr p. 393–394 et n. 528) et le bailli Jean de Denville (cfr p. 359 n. 304) sont amnistiés. Sur Jean et sur Robert, cfr encore Rutgers, Jan van Arkel, p. 250–253, 261.

518 Il est conseiller en 1371–1372 (formules de chancellerie) (C.S.L., t. 6, p. 126, 130). Pour ses activités de receveur, cfr p. 352 et n. 263.

519 Licencié en décrets, il fut doyen (1363–1366) puis prévôt de Sainte-Croix (1366–1372) et chanoine de Saint-Lambert. Mentionné comme conseiller dans un accord entre le chapitre de Sainte-Croix et la famille de Denville à propos de diverses dîmes, accord fait à l’intervention des conseillers du prince (1369) (Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 280). À son propos, cfr Renardy, Répertoire, p. 352.

520 Maître, chanoine de Saint-Lambert en 1362 et écolâtre dès 1366. Conseiller épiscopal en 1369 (cfr n. précédente), il est témoin dans des actes de Jean d’Arckel en 1365 (Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 78) et en 1367, en présence d’autres conseillers (C.S.L., t. 4, p. 447). Il est le cousin du chroniqueur (de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 246). À son propos, cfr Chot-stassart, Chapitre cathédral A, p. 162–163.

521 Licencié en droit, official à Liège (1366, 1371–1378) (C.S.L., t. 4, p. 540. — Flerens, Suppliques Urbain V, p. 682. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 311), après une carrière dans les différents chapitres utrechtois. Il est arbitre pour Jean d’Arckel dans un différend évêque/chapitre Notre-Dame de Huy (1364) (C.S.L., t. 4, p. 402), conseiller dans un accord Liège/Brabant (1378) (R.C.L., t. 1, p. 451. — C.S.L., t. 4, p. 540) et appartient au conseal dans un acte passé en présence de certains de ses membres (1376) (R.C.L., t. 1, p. 443). À son propos, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 219. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 36, 51, 181, 282. Hugues, parent du précédent, licencié in utroque jure, prévôt de Sint-Odiliënburg (1361), chanoine prébende d’Utrecht et de Saint-Lambert (1383–1396), est socius et capellanus suus continuus familiaris domesticus et commensalis dès 1363 (Fierens, Suppliques Urbain V, p. 394–395). À son propos, cfr Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 238 n. 1. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 219–220. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 86–87, 136, 157, 234. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 20, 23, 25, 183, 209, 217, 255.

522 Maître (Renardy, Répertoire, p. 438–439, qui expose sa carrière bénéficiale), il est conseiller épiscopal en 1378 [Miraeus-foppens, Opera diplomatica, t. 3, p. 617. — Néc. chap. St-Servais (Maastricht), éd. Doppler, p. 55].

523 Sur sa carrière, cfr Poncelet, Introduction, p. XII—XXI. Il est membre du conseil épiscopal (Jacques de Hemricourt, Patron, p. 75 : enssi que je le dis à dit evesque com hommes de son conseilh), notamment en 1380 (formules de chancellerie) (Poncelet, Introduction, p. XVI et n. 6, LXXV).

524 Sur Gossuin, cfr p. 348 n. 233.

525 Cfr infra, p. 406.

526 Cfr F.J.A., spéc. p. 150 (sénéchal, 1374), 173 (porte-parole, 1375), 313. — F.A.H., p. 178. — C.S.L., t. 4, p. 559 (témoin, avec le titre de conseiller et de député d’Arnould de Hornes, évêque d’Utrecht, mambour de Liège, lors du prononcé d’une sentence réglant un différend entre l’évêque et le duc de Brabant (1379) (Id., t. 4, p. 559). Cfr ici-même, p. 348, où les rapports très proches entre l’évêque et son familier apparaissent de façon très nette.

527 En 1378, en compagnie de Gislebert Voestinc (cfr supra, n. 521) et de Rasse de Waroux (cfr p. 396–397 n. 545). Sa parenté avec les Langdris évoqués au paragraphe précédent est probable mais difficile à établir (Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 169).

528 Pour ses fonctions baillivales, cfr p. 360–361 et n. 307, 309. Outre qu’il fait partie du quatuor qui accomplit les basses besognes de Jean d’Arckel (cfr p. 392 n. 517), il est nommé échevin de Liège par le même évêque en 1371 (de Borman, Échevins, t. 1, p. 219–220) et est son conseiller en 1378, en même temps que Gislebert Voestinc (cfr p. 392–393 n. 521). Il est signalé, comme témoin, avec trois conseillers d’Arnould de Hornes, dans des actes épiscopaux datés de 1380 (C.S.L., t. 4, p. 591) et 1383 (Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 133).

529 C’est sur l’avis de ce chanoine de Saint-Lambert qu’une somme d’argent indûment perçue pour financer la guerre de succession de Looz est restituée. Il est alors conseiller épiscopal (1366) (Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 74–75) et l’est encore probablement en 1376 (R.C.L., t. 1, p. 449). Sur ce chanoine de Saint-Lambert, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 188. — de Chestret, Tombe Walter de Charneux, et, sur sa parentèle, de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 178. — Poncelet, Seigneurie de Saive, p. 269–273.

530 Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 469, 589–590, 677 (domesticus, familiaris, secretarius, capellanus, 1364–1366), 735. — C.S.L., t. 4, p. 435. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 51, 127–128, 130, 142, 149. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 255.

531 Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 611, 919. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 254–255.

532 Cfr p. 349 et n. 247. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 273–274, 278.

533 Fierens, Suppliques Urbain V, p. 467, 959. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 2, p. 9, 19, 55, 115, 146–147. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 28, 233.

534 Ainsi Nicolas Oem et Antoine del Wetringhe (cfr F.J.A., p. 86, 129, 131, 132, 136, 137, 141, 147, 150. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 221–223. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 475 n. 35).

535 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 125 : [...] episcopus, [...] posuit in majoribus suis officiis quosdam de amicis et consanguineis suis extraneos in patria, qui decebantur sine lege vel judicio, ubique pecuniam extorquere, capitulo etiam remedium non apponente, licet de hoc sepius informatum extitisset, propter nimiam copiam canonicorum de consilio episcipi existentium.

536 La première paix des XXII (1373) lui impose de désigner conseillers et officiers parmi les bonnes gens et saiges, neis et bien ahireteis en pays del evesqueit de Liege et conteit de Looz (R.O.P L., p. 330).

537 Cfr l’ensemble de suppliques qu’il adresse en leur faveur au pape Clément VII (Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 510–512).

538 Conseiller d’Arnould de Hornes en 1379 (témoin à des sentences mettant un terme à un différend entre Arnould, mambour, et le duc de Brabant) (C.S.L., t. 4, p. 555–559, 560–570) et en 1380 (Poncelet, Introduction, p. XVI n. 6), il scelle un acte pour Arnould en 1379 (R.C.L., t. 1, p. 475–476), est le représentant de l’évêque lors de la paix de Saint-Denis (26 mai 1382) (R.O.P.L., p. 339–342) et lors de l’annonce de la condamnation des échevins liégeois en 1386 (Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 88), après avoir fait partie, au nom du prélat, de la commission d’enquête qui aboutit à cette sentence (Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 333). Cfr encore C.S.L., t. 4, p. 583, 591. Sur ce personnage, cfr de Borman, Échevins, t. 1, p. 296, 392. — Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 57, 111, 212, 413–415. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 153, 217. — Franckson, Bourgmestres de Liège, t. 2, p. 32–33.

539 Cfr Mathias de Lewis, Chronicon, p. 127. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 303.

540 Maître, juriste, procureur d’Englebert en 1353 dans les différends entre Liège et Hainaut (C.S.L., t. 6, p. 105) et probablement son conseiller (1358) (Barbier, Documents Waulsort-Hastières, p. 153), il est conseiller de Jean d’Arckel dans les mêmes circonstances que Gauthier de Charneux (cfr p. 394 n. 529) ainsi qu’en 1376 (R.C.L., t. 1, p. 443). Sur ce doyen de Saint-Martin, cfr Renardy, Répertoire, p. 278.

541 Juriste choisi par Englebert pour arbitrer un contentieux entre lui-même et le comte de Namur (1358) (Piot, Inventaire Namur, p. 241), il fit de même pour Jean d’Arckel dans le différend qui l’opposa à Notre-Dame de Namur (C.S.L., t. 4, p. 402). Il est également conseiller en même temps que Jean Huweneal de Huy (cfr p. 392 n. 519). Il est enfin nuntius, procurator et ambaxiator d’Eustache Persan de Rochefort auprès du pape Clément VII (Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 279–280, 555). Sur ce dignitaire ecclésiastique, cfr Berlière, Suppliques Innocent VI, p. 260 n. 4.

542 Bailli de Hesbaye (1359–1371) (F.E.M., p. 636, 646. — C.S.L., t. 6, p. 114, 126), il fut chargé par Englebert et par Jean d’Arckel, de régler des contentieux entre l’évêque de Liège et le comté de Hainaut (1359) (C.S.L., t. 6, p. 114) ainsi qu’entre le duc de Brabant et son duché (Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,5, p. 104–107). Il enquête pour Jean d’Arckel dans une affaire d’homicide (Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 82) et est, par ailleurs, conseiller du prélat en 1374, en même temps que Gérard de Veno (cfr p. 391 n. 516). À son propos, cfr Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 3, 118, 375, 399, 432–434, 473. — de Borman-Poncelet, Tableaux, p. 256, 334, 389.

543 Maréchal en 1356–1357 et en 1367–1374, il est chargé par Englebert de régler un différend entre l’évêque et Saint-Trond en 1357, d’une part (PIOT, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 543–548), entre l’évêque et le duc de Brabant, en 1358, d’autre part (C.S.L., t. 4, p. 277). En 1374, dans un accord intervenu entre le duc de Brabant et ses États, il est le délégué de Jean d’Arckel (Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,5, p. 104–107), dont il fut également le conseiller (1371) (formules de chancellerie) (C.S.L., t. 6, p. 127). À son propos, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 130–135.

544 Scelleur, conseiller d’Englebert de la Marck et lieutenant de la principauté durant son absence (1362), alors qu’un mandement impérial lui est signifié (Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 64), Englebert le chargera de fixer des peines à infliger aux officiers et aux sujets du comte de Namur (C.S.L., t. 6, p. 114) tandis que Jean d’Arckel, dont il sera conseiller en 1376 (R.C.L., t. 1, p. 449), le choisira pour arbitrer un différend avec le chapitre de Huy (1364) (C.S.L., t. 4, p. 402) ; Baudouin sera encore son député en 1374 (R.C.L., t. 1, p. 427). À son propos, cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 183.

545 Sur Gilles Chabot, cfr p. 393–394 et n. 528. Nommé mayeur et échevin de Liège par Jean d’Arckel (de Borman, Échevins, t. 1, p. 224–225), Rasse de Waroux est le représentant du prélat lorsqu’il sollicite un record en 1374 (C.S.L., t. 6, p. 132) et son conseiller en 1374 (avec Gérard de Veno, cfr p. 391 n. 516), 1376 et 1378 (Id., t. 4, p. 540. — R.C.L., t. 1, p. 443, 451 ; cfr Gislebert Voestinc, p. 392 n. 521), tandis qu’en 1380, 1383 et 1388, il est témoin dans des actes épiscopaux, entouré de conseillers avérés d’Arnould de Hornes (C.S.L., t. 4, p. 583, 591. — Borgnet-Bormans, Cartulaire Namur, t. 2, p. 133).

546 Cfr références p. 345 n. 216. Cfr surtout Poncelet, Inventaire Saint-Pierre, p. 72–73. — Nélis, Suppliques-Lettres Clément VII, p. 77–78. — Valois, France et grand Schisme, t. 1, p. 276.

547 Receveur sous Englebert (1353–1360), ce dernier le délègue pour recevoir un serment du comte de Namur (1360) (Piot, Inventaire Namur, p. 257). il est également conseiller de Jean d’Arckel en 1369 (cfr p. 392 n. 519) et en 1374 (cfr p. 391 n. 516), ainsi que celui de l’évêque Arnould de Hornes en 1380 (Poncelet, Introduction, p. xvi n. 6). Cfr encore p. 352 et n. 261.

548 Poncelet, Maréchaux, p. 221. — F.J.A., p. 77.

549 C.S.L., t. 4, p. 68.

550 Cfr p. 241–259.

551 Propriété et rétribution représentent l’une des trois sources et l’un des trois instruments du pouvoir dans le schéma intemporel qu’élabore Galbraith, Anatomie du pouvoir, plus spéc. p. 14–17, 23–31,53–58.

552 Cfr supra, p. 388–389.

553 Signalons, par exemple, que le maréchal GérardIer de Berloz possédait des bois à Héron (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Héron), tenus du comte de Namur, le village de Marilles (Belgique, pr. Brabant wallon, arr. Nivelles, comm. Orp-Jauche), une maison à Sclessin (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Liège) et des biens tenus de l’abbaye de Floreffe. Fastré II Pinkar de Berloz disposait d’un moulin situé à Waremme (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Waremme) et de biens divers, en terres ou en mesures de céréales, à Longchamps (lieu-dit à Waremme), Berloz (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Berloz), Oreye (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Waremme), Pontillas (Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comm. Fernelmont). Cfr de Fossa, Looz-Agimont et Berlo, p. 329, 343.

554 C.S.L., t. 3, p. 416–417.

555 Id., p. 599. Sur ce personnage, cfr p. 384–385 et n. 478.

556 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 148–150. Sur Lambert, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 31–36.

557 F.A.M., p. 145, 346. Sur ce personnage, cfr p. 385 et n. 479–482.

558 F.E.M., p. 293, 294, 550–551, 636–637. Sur ce personnage, cfr p. 396 et n. 542.

559 F.A.M., p. 360, 448–449. — F.E.M., p. 118, 307–308, 353–354, 582, 627–628, 655. Pour donner une idée de l’ampleur des reliefs, précisons que Guillaume Proest de Millen obtint, pour sa part, un « manoir », 64 verges et 2 bonniers de terres, 12 marcs de cens et 16 mesures de céréales.

560 Id., p. 598, 622, 645, 682. — C.S.L., t. 4, p. 265. [3 marcs de cens par an, une avouerie et ses multiples dépendances, diverses terres, un fief près de Ciney, des mines de plomb, d’argent etc. (bail emphytéotique)]. Sur ce personnage, cfr p. 397 et n. 547.

561 Id., t. 4, p. 447 n. 1 ; t. 6, p. 129. — F.J.A., p. 48, 49 et n. 2, 64–65, 88, 110, 114 n. 1, 128–129, 132, 178–179. Sur ce personnage, cfr p. 392 et n. 517–518.

562 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 90, 92, 93, 99–103, 105–110.

563 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 192–193. — 1402, p. 292–293. — Lévold de Northof, Chronica, p. 71.

564 Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 174. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 174–176, 389–390.

565 Cfr p. 349 et n. 244. — F.E.M., p. 23. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 203–204.

566 Cfr p. 388–389 et n. 501. — de Borman-Poncelet, Codex, p. 48. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 191–192. — Marchandisse, Rupture, p. 68 n. 82.

567 Cfr p. 360 n. 305. Également échevin de Liège de 1366 à 1371 et maire de Huy de 1360 à 1362. Cfr Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 179. — Yans, Échevins, p. 51–53, 400. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 216. — Joris, Ville de Huy, p. 284 n. 288, 369, 375, 379 n. 260–261, 437 n. 174. — Marchandisse, Rupture, p. 64 n. 55.

568 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 316–319.

569 Dubois, Chapitre cathédral LiègeXVIIe siècle, p. 7.

570 Durant l’épiscopat d’Adolphe de la Marck, la papauté avignonnaise a conféré une moyenne annuelle de 23 provisions dans le « pays de Liège » (Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 18). Cfr encore Gaudemet, Gouvernement, p. 186–187.

571 Il semble qu’au xiiie siècle, il y ait eu coopération entre l’évêque et le chapitre dans l’admission des chanoines cathédraux et dans la désignation des dignitaires, mais la collation des prébendes reste exclusivement du ressort de l’évêque. Cfr Görres, Lütticher Domkapitel 14., p. 44–46. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral, p. 26–28.

572 Cfr p. 121–122 et n. 48, 314 et n. 29, 323 et n. 75, 364 et n. 324.

573 Peut-être écolâtre de Saint-Lambert en 1259, archidiacre de 1260 à 1281, prévôt de Saint-Barthélemy en 1274, abbé séculier d’Amay et doyen d’Utrecht. Cfr p. 315 et n. 36. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 85. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 475–480 ; t. 26, p. 390–392 ; t. 31, p. 127. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 81 n. 499.

574 Cfr p. 384 et n. 474. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 32 n. 186. — Berlière, Suppliques Clément VI, p. 629 n. 2. — F.A.M., p. 407. — Genicot, Chanoines de Huy, p. 70. Walcourt (Belgique, pr. Namur, arr. Philippeville, comm. Walcourt).

575 [...] l’originalité du système pontifical doit être notée. D’autres doivent payer leurs ambassadeurs. Le pape ne rémunère que fort peu ses légats aux dépens de son trésor. Les bénéfices ecclésiastiques y pourvoient. Le nonce est archidiacre ou il est archevêque. Sa diplomatie ne coûte rien au pape mais elle obère les églises (Favier, Traits généraux, p. 2).

576 Berlière, Suppliques Clément VI, p. 385–386, 407–408 [suppliques en faveur de Menric Gallus, son secrétaire, Helmic de Moylant, Jean-Henri delle Roche etc. (sur ces personnages, cfr p. 344 n. 215, 352 et n. 262, 411 n. 649)]. Déjà Adolphe avait adressé des demandes spécifiques à Jean XXII et à Benoît XII (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 81–82, et ici-même, p. 316 n. 47).

577 Jean d’Arckel obtient du pape le droit de conférer des canonicats, des prébendes et des bénéfices là où il le juge utile, notamment à Hugues Voestinc, Libert Bolle, Gérard de Veno, Gérard de Bronchorst, Jean Salomonis, Gislebert Voestinc, Alard de Limbourg, son neveu Jean de Castro, etc. Cfr Fierens, Suppliques Urbain V, p. 394–395, 469–471, 589, 610, 611, 677, 682–683. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 134–135. — Id., Lettres Grégoire XI, t. 1, p. 210, 214 ; t. 3, p. 481. Cfr encore la série de suppliques adressées par Arnould de Hornes au pape Clément VII en faveur des membres de son entourage utrechtois (cfr p. 395 n. 537). Sur les personnages évoqués plus haut, cfr p. 344, 391–394.

578 C’est le cas pour Henri de Hermalle (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 156). Cfr p. 252 et n. 182. Cfr encore les propos de Lévold de Northof, Chronica, p. 3–13 et spéc. p. 5, sur la vénalité des offices.

579 Cfr p. 317 n. 56.

580 Il remplace en effet souvent l’évêque dans ce type d’activité. Cfr p. 324 et n. 86. — Gaudemet, Gouvernement, p. 130–134. Les procurations font l’objet d’une condamnation unanime de la part de ceux qui souhaitent la suppression de la visite (Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 27, 35, qui cite, p. 27 n. 6, un passage éloquent d’une lettre adressée par le clergé liégeois à Clément VI (Schoolmeesters, Recueil de lettres adressées au pape et aux cardinaux, p. 25–26) : [...] nisi forsitan, ut levando in pecunia numerata procurationes et pastus seu caritativa pabula marsupia ministrorum visitationum hujusmodi repleantur.

581 Cfr p. 333 et n. 142.

582 Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 450 (il s’agit de Guillaume Ier Proest de Millen, cfr p. 349 et n. 245).

583 Lévold de Northof, Chronica, p. 62. Arnould, L’origine historique des pots-de-vin, p. 220–221, a souligné que toutes les formes de corruption trouvaient l’une de leurs origines dans les gages dérisoires des officiers et dans les retards de payement.

584 Bouchat, Tribunal des XXII, p. 53–73. Cfr encore, accessoirement, Jacob, Action de menée hors loi.

585 R.O.P.L., p. 154–157, 173–176.

586 ld., p. 156–157, 175.

587 Cfr p. 430–438.

588 Id., p. 175.

589 Cfr Id., p. 216–220, spéc. p. 219, no 13. — Vercauteren, Luttes sociales, p. 89–90. — Kupper, Le village était devenu une cité, p. 60–61. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 364–365.

590 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 312–315. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 147–150. — Lévold de Northof, Chronica, p. 81–82. — R.C.L., t. 1, p. 334–339 (alliance duc de Brabant/Huy, 8 mai 1343). — Marchandisse, Rupture, p. 58–62.

591 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 315–316. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 154. — Marchandisse, Rupture, p. 62. Les conseillers incriminés sont Jean de Langdris, Renier de Ghore et Herman de Revel, peut-être aussi Jean Polarde et Gérard de Grey (sur ces personnages, cfr p. 387 et n. 495, 384 et n. 474, 348 et n. 235, 388 et n. 501, 352 n. 264).

592 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 316. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 151–155. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 487. — R.O.P.L., p. 247 (acte du 19 juin 1343 présentant des bribes de la Lettre des XXII, perdue, qui instaurait le tribunal du même nom, le 6 juin 1343).

593 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 328–329. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 156–157. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 111–112. — Marchandisse, Rupture, p. 67–68. Cfr également p. 403 n. 584.

594 L’article 13 de la lettre aux articles du 15 novembre 1361, suscrite par Englebert de la Marck, se borne à signaler qu’en matière de plainte déposée contre les officiers épiscopaux, la paix de Fexhe fait autorité (R.O.P.L., p. 304).

595 Cfr p. 392 n. 517.

596 Première paix des XXII (2 décembre 1373). Id., p. 328–331.

597 Jean d’Arckel avait accepté qu’une peine prononcée contre un Saintronnaire soit rachetée par celui-ci, mais au lieu de dire qu’il était absout, il le déclara innocent ce qui ôtait toute légitimité à l’amende, laquelle s’apparentait, dès lors, à une extorsion de fonds (1402, p. 366–372. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 25–27. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 199–210. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 73–74. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 127–133. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 302–308).

598 Paix de Caster ou troisième paix des XXII (14 juin 1376) : R.O.P.L., p. 336.

599 Quatrième paix des XXII : Id., p. 338.

600 Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 331 (28 novembre 1386) : [...] pour les griefs plaintes sour ce souscité que pour l’amotion de nostre comun peuple nous ne le pouvime plus avant dissimuler (!) [...] et plusieurs fois par nos semons et requis de desister et mettre a convenable usaige de Dieu et de raison n’y vouloient de rin obéir [...] (Arnould de Hornes prend diverses mesures pour assurer le bon fonctionnement d’une enquête décidée en septembre 1386).

601 Ibid. : [...] en prendant lowiers et extordant pour argent et grand bienfait, en vendant la loi de notre pays qui a tous devoit et doit estre eternellement juge [...].

602 Sur cet épisode, cfr 1402, p. 399–404. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 88–89. — Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 219–220. — Corneille de Zant-fliet, Chronicon, col. 329–331. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 58–60. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 472–474 [Arnould de Hornes institue une enquête (2 septembre 1386)]. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 331–335 (cfr n. précédente). L’exposé de de Borman, Échevins, t. 1, p. 151–156, ne présente pas toutes les garanties de véracité. Cfr surtout Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 123–126.

603 Cfr p. 393 et n. 526.

604 C’est Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 220, qui le dit, mais il parle en connaissance de cause : il était l’un des quatre représentants de l’évêque lors de l’enquête décidée en septembre 1386 (Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 333). Cfr supra, n. 602.

605 À ce propos, cfr Cauchies, Processus de décision politique.

606 Cfr notamment le paragraphe relatif aux officiers épiscopaux.

607 Cfr p. 310 n. 12.

608 De jurisperitorum consilio (R.O.P.L., p. 123) ; Prehabita cum jurisperitis deliberatione matura (R.O.P.L., p. 238) ; episcopus [...] convocavit legistas et jurisperitos (1402, p. 348).

609 Remplaçant le prévôt de Saint-Lambert, absent, Englebert de la Marck demande à son ameit fiaule, Thibaut de Langdris, de s’informer à propos de la procédure à suivre lorsque se produit le relief d’un bien mouvant de la prévôté de Saint-Lambert (C.S.L., t. 4, p. 136— 138).

610 Nos, qui sommes plainement enfourmeis par certaines lettres saiellées de nos devantrens ou prédicesseurs (Bormans, Cartulaires Saint-Denis, p. 123–124).

611 Sur le synode, lieu d’information pour le prélat et de transmission de ses décisions, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 174–175, 177, 179.

612 Nous avons vu qu’au xive siècle, nombre d’archidiacres, curialistes italiens ou avignonnais, n’exercent pas leurs fonctions liégeoises.

613 Aux xiiie—xive siècles, cette procédure judiciaire est banale et les exemples sont multiples. Cfr d’ailleurs l’étude éclairante de Godding, Inquisitio en Brabant.

614 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 2, p. 78–80 (1301).

615 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 193. — Barbier, Moustier-sur-Sambre, p. 128–131 (Despy, Sécularisation Moustier-sur-Sambre) (1289). — Brouwers, Documents Saint-Christophe, p. 270–272 (de Spegeler, Hôpitaux, p. 78–79) (1296).

616 C.S.L., t. 1, p. 412–413.

617 Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 125–132. Sur Godescalc, abbé de Vlierbeek [Belgique, pr. Brabant flamand, arr. Louvain, comm. Louvain (Kessel-Lo)], cfr Monasticon, t. 4, p. 90–91.

618 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 2, p. 362–363.

619 Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 306–307.

620 Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 510–512.

621 Erens, Oorkonden Tongerloo, t. 3, p. 370.

622 L’expression « colloque secret » est tout spécialement employée pour désigner les conversations entre le souverain belge et ses interlocuteurs (Stengers, L’Action du Roi, p. 14–15).

623 Nous pourrions faire nôtres les propos tenus par Favier, Entourage politique, p. 6 : « Le roi décide “en son conseil”, mais c’est le roi qui décide, non le conseil ».

624 Sur la transmission des ordres, qui est en fait également celle des nouvelles, nous nous bornerons à mentionner l’excellent article de synthèse de Renouard, Information et transmission des nouvelles, et les actes du dernier colloque consacré à cette question (Circulation des nouvelles au moyen âge) ; cfr, tout spécialement, l’étude globale que constitue l’introduction de Ph. Contamine.

625 J. Chapeaville, Gesta, t. 2, p. 646–648. — Vita B. Julianae, p. 461. — Baix-Lambot, Dévotion à l’eucharistie, p. 125–127. — Baix, Première célébration de la Fête-Dieu, p. 160.

626 Schoolmeesters, Statuts synodaux, p. vi, 3, 54, 75.

627 R.O.P.L., p. 244.

628 C.S.L., t. 6, p. 118.

629 R.O.P.L., p. 254–260. — C.S.L., t. 4, p. 9–16. — Yans, Texte hutois. — Yans, Texte namurois.

630 Cfr p. 298 et n. 433.

631 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 173.

632 Par exemple, en 1343, Guillaume d’Heure, conseiller du prince (Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 151). Sur ce personnage, cfr p. 396 et n. 540.

633 Ce sont les assemblées synodales tenues par les archidiacres, au cours de la visite — très sporadique, cfr p. 320 — de leur ressort (Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 435–436) et par les doyens de chrétienté (Gaudemet, Gouvernement, p. 309–312).

634 Cfr p. 430–438.

635 Cette expression désigne une publication faite au nom de l’autorité princière ou scabinale, devant le peuple assemblé auprès du perron de la localité. À ce propos, cfr Dessain, Perrons, p. 54–61. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 141. — de Borman, Échevins, t. 1, p. 11.

636 Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 278. Cette paix mettait en présence l’évêque et les patriciens liégeois d’une part, le petit peuple d’autre part (R.C.L., t. 1, p. 165). Selon Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 286, la paix d’Angleur (R.O.P.L., p. 141–146) fut, elle aussi, proclamée au perron, mais il ne se fonde que sur Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 185. Cfr encore Fairon, Paix d’Angleur, spéc. p. 345 et n. 2.

637 Dessain, Perrons, p. 56–57 et n. 21, 30. En 1386, annonce par cri du perron de la condamnation de treize échevins liégeois par le tribunal épiscopal de l’Anneau du Palais (Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 88–89).

638 R.O.P.L., p. 289 n. 4–290. — de Chestret, Foire de Liège, p. 48–50. Sur cette foire, cfr de Spiegeler, Draperie Liège, p. 65–68.

639 Discry, Nundinae, p. 259–261. — Joris, Renaissance vie urbaine, p. 29–30.

640 Aux travaux signalés p. 409 n. 624, on joindra l’étude-type de Cauchies, Messageries et messagers, et l’ouvrage classique de Ganshof, Le moyen âge (dans Histoire des relations internationales), p. 15–242, tout spéc. les p. 214–216 (récemment réimprimé, malheureusement sans la bibl.), où l’on trouvera d’utiles informations sur les divers types de nuntii. Cfr encore les récents articles de Kanao, Organisation et enregistrement messageries du duc de Bourgogne et Id., Messagers du Duc de Bourgogne.

641 Sur ce personnage, cfr p. 388 et n. 500.

642 Piot, Inventaire Namur, p. 197.

643 Idonei responsales, ainsi sont qualifiés les envoyés d’Hugues de Pierrepont à la cour de Philippe Auguste (Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 102).

644 Herman de Salm, chanoine de Saint-Lambert, nuncius (cfr p. 132 et n. 117–1 18).

645 Georges de Cathéna, procurator nuncius seu specialis excusator (C.S.L., t. 4, p. 386–387). Sur ce personnage, cfr p. 344–345 et n. 216.

646 À son propos, cfr p. 344 n. 215.

647 Berlière, Libri obligationum, p. 4 ; 25 ; 73, 75 ; 70, 79, 80, révèle les noms de plusieurs membres des compagnies Avogadi (Florence) (Bigwood, Régime, t. 1, p. 82) ; Malabayla (Asti) (Id., p. 190, 643) ; Soderini (Florence) (Id., p. 185, 645) et Alberti (Florence) (Id., p. 184,643–644).

648 Cfr Berlière, Libri obligationum, p. 4, 5. — C.S.L, t. 3, p. 165 (procurator). — Devillers, Monuments, t. 3, p. 680–681 (Id.) (1315–1318).

649 Cfr TIHON, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 180 (et t. 1, p. 195 ; t. 3, p. 370). — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 191 (1372). Quelques autres magistri : Jean-Henri delle Roche (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 172–173. — ID., Suppliques Innocent VI, p. 348 n. 4–349. — Renardy, Répertoire, p. 366–367), Jean Bartellus dit de Reims (procurator) (C.S.L., t. 4, p. 40–43. — Renardy, Répertoire, p. 329), Renaud de Barbençon (Id., p. 423), Nicolas de Neuss (Berlière, Suppliques Clément VI, p. 92, 931–932. — Renardy, Répertoire, p. 401), Pierre Brébechon (Berlière, Libri obligationum, p. 25. — Fierens-tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 355, 469–470. — Tlhon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 143. -— Renardy, Répertoire, p. 411–412), Martin Florentii (Berlière, Libri obli-gationum, p. 103–104), Jacques Scriptor de Dinant (Thon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 315). Signalons enfin un dernier moyen humain de transmission des nouvelles : femme et enfant, manifestement tenus pour quantité négligeable par Henri de Gueldre (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26. — 1402, p. 186–187).

650 Selon le titre de l’ouvrage de Élias. Curia est la seule appellation que l’on retrouve à toutes les époques. Cfr p. 367 n. 335, 377 n. 412, 395 n. 539.

651 « Un dernier caractère doit être souligné, c’est l’imprécision naturelle des attributions des membres du conseil. Je dis naturelle, car elle procède de l’origine même de leur pouvoir, qui résulte de la confiance du prince et de sa familiarité. On est appelé pour conseiller le roi ou le duc, et pour le servir, non pour avoir quelque droit sur quelque secteur que ce soit des affaires publiques. La non-spécialisation est de règle, de même que l’anonymat » (Favier, Entourage politique, p. 7).

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search