Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Deuxième partie. Exercice du pouvoir

Chapitre premier. Les instruments du pouvoir

Texte intégral

1Lorsqu’après un maximum de péripéties, un clerc, celui qui, aux yeux des potentes de la société médiévale, est apparu comme l’homme de la situation, se trouve enfin installé sur le trône de saint Lambert, il est alors prêt à remplir la tâche pour laquelle il a été désigné : l’exercice d’un pouvoir déterminé. C’est à celui-ci, à ses fondements, à ses moyens d’action, à son étendue et, bien entendu, à ses limites qu’il convient à présent de nous intéresser.

  • 1 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 164.
  • 2 Cfr p. 307–414. Prenant pour objet d’étude le Hainaut au xve siècle, Cauchies, Le prince territori (...)

2Dans ce premier chapitre, notre propos portera sur les instruments du pouvoir épiscopal, ceux sans lesquels aucune autorité médiévale ne pouvait survivre ou, tout au moins, s’exprimer pleinement. La terre tout d’abord, la mense épiscopale et tout ce domaine dont l’on a parfois sous-estimé l’impact sur la puissance des princes1. Ensuite l’argent, un problème véritablement crucial pour le prélat liégeois qui détient l’un des plus riches diocèses de la chrétienté et qui, paradoxalement, ne semble jamais avoir un sou vaillant. Il y a aussi l’armée, la force à propos de laquelle il n’est pas exagéré de dire qu’elle est consubstantielle à la société médiévale. Et puis les instruments du pouvoir, ce sont encore toute une série de paramètres dont il est souvent difficile de mesurer l’influence, mais qui, à n’en pas douter, jouèrent un rôle essentiel dans l’exercice de l’autorité épiscopale : la personnalité des évêques, les insignes et la symbolique du pouvoir de même que des procédures comme l’excommunication et l’interdit, ces mesures radicales et souvent efficaces qui conférèrent à l’évêque de Liège une supériorité certaine sur les princes laïques. Il est enfin un véritable pilier que nous ne pourrons, ni ne voulons d’ailleurs, passer sous silence. Ce sont ces individualités et, plus largement, ces quelques catégories de personnes, qui sont étroitement associées au pouvoir épiscopal, qui l’approchent de très près sans pour autant, nous le verrons, en détenir une véritable parcelle, et qui le relayent, le traduisent dans les faits. Toute cette population que nous appellerons les auxiliaires de l’évêque a une importance telle que, tout en l’incluant dans les instruments du pouvoir, nous lui consacrerons un chapitre entier2. Mais étudions tout d’abord le domaine épiscopal.

A. La terre

Eodem anno decessit Godefridus unigenitus domini de Heinsberge adolescens ex sorore nostri epis copi, in cujus favorem comitatum Losensem ad suam ecclesiam pertinentem non curare presequi dicebatur. Quo sic defuncto, requiritur episcopus ut vel nunc quod dudum perfunctorie ceperat efficacius reassumat. Verba tunc, verba nunc palcra respondit ; sed mihi videtur

Qui non est hodie, cras minus aptus erit.

Quod fiet, postmodum apparebit.Jean de Hocsem, Chronicon, p. 309.

  • 3 Sur la mense épiscopale avant 1200, cfr ID., Liège et l’Église impériale, p. 434–435.

3Cadre de vie, milieu géographique et assise économique, la terre de l’évêque qui, à l’instar de chaque évêché, est officiellement désignée sous l’appellation de mense épiscopale, forme avec l’ensemble des terres réservées au chapitre cathédral — la mensa capitulons — le patrimoine foncier de l’Église de Liège. La scission de celui-ci en deux entités destinées à fournir des fonds en suffisance aux deux principaux acteurs de la vie politique liégeoise se produisit dans le courant du ixe siècle. Un tiers des terres revint au chapitre cathédral, les deux autres à l’évêque, l’un d’eux étant distribué sous forme de fiefs aux vassaux du prélat3.

  • 4 Id., p. 422–434.
  • 5 Outre l’approche scientifique de Id., p. 422–448, pour le haut moyen âge, on ne dispose pour l’heu (...)
  • 6 Une précision importante doit être apportée ici. Les sources nous enseignent que les transactions (...)

4Tout au long du haut moyen âge, ce patrimoine connut un enrichissement aussi rapide que spectaculaire grâce aux multiples donations dont le gratifièrent souverains, princes et nobles du temps4. Mais à partir de 1200, la source se tarit, les années fastes ont vécu et les contours de la principauté s’affermissent progressivement. Cela ne signifie pas pour autant que le territoire liégeois — et en particulier la mense épiscopale — est définitivement figé. En effet, à basse époque et tout particulièrement au xiiie siècle, cette dernière bénéficia encore de quelques accroissements territoriaux de taille. C’est à ceux-ci qu’est consacré principalement le premier paragraphe de cette deuxième partie. On l’aura compris, notre but n’est pas ici de dresser un inventaire, parcelle par parcelle, de la mense épiscopale. En fait, une telle étude5, ô combien souhaitable mais titanesque, pourrait, à elle seule, faire l’objet d’un ouvrage tout entier. Aussi nos ambitions sont-elles bien plus modestes. Les quelques pages qui suivent visent tout simplement à décrire les principales acquisitions et pertes foncières de l’évêque de Liège au cours des xiiie et xive siècles6 et, plus précisément, de montrer en quoi certaines terres furent véritablement, pour lui, des instruments de son pouvoir, des moyens d’affirmation de celui-ci, souvent, nous le verrons, envers et contre tous.

1. Acquisitions

  • 7 Processus décrit par Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ?, p. 192–195.
  • 8 Godding, Le droit privé, p. 154.Suttor, Seigneurs et seigneuries, p. 203 n. 8.
  • 9 Montenaken (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Gingelom) ; Brustem (Belgique, pr. Limbour (...)
  • 10 Ruremonde (Pays-Bas, Limbourg).
  • 11 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 10–12. — C.S.L., t. 1, p. 130–132. — Renier de Saint-Jacqu (...)
  • 12 C.S.L., t. 1, p. 148–149, 249. — Gesta abbreviata, p. 133 (sur cette chronique, cfr p. 299–300 n. (...)
  • 13 C.S.L., t. 1, p. 377–380. Les auteurs du relief sont Ermesinde, comtesse de Luxembourg (1198—† 124 (...)
  • 14 Guy de Dampierre. Cfr p. 156 n. 262.
  • 15 Id., t. 2, p. 137–146. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 149–150. — Delescluse-Brouwers, Catal (...)
  • 16 Id., t. 1, p. 153–160. — Walraet, Actes Philippe le Noble, p. 38, 41, 141–144, 174. Le fief de Sam (...)
  • 17 Guillaume IV, comte de Juliers († 1278) (cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 187) et Jean I (...)
  • 18 C.S.L., t. 2, p. 124–126. Siersdorf (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).
  • 19 Id., t. 2, p. 362. — Marchant, Pairs de Saint-Lambert, p. 65–66. Hakendover (Belgique, pr. Brabant (...)

5L’enrichissement des terres épiscopales s’effectua selon des modalités diverses qu’il convient de passer en revue. Premier mode d’acquisition territoriale : la féodalisation d’alleux ou, en d’autres termes, la rétrocession d’alleux en fiefs de reprise7. D’une manière générale, il en est fait un usage intensif à partir de 1170 environ8 et, à Liège, c’est aussi, de loin, le procédé le plus souvent mentionné dans les sources. La féodalisation d’alleux mérite donc d’être évoquée ici même si, bien entendu, elle n’entraîne pas l’incorporation de nouvelles terres à la mense épiscopale et ne fait qu’accroître — mais de façon massive — l’espace relevant en fief de l’évêque de Liège. De très nombreux dynastes — tous ceux qui détiennent les terres formant l’actuelle Belgique — se virent restituer en fief quelque bien propre de leur domaine. En 1203 et 1204, ce sont les terres et châteaux de Montenaken, Brustem, Hasselt, Tessenderlo et Lummen9 ainsi que toute la terre située entre Maastricht et Ruremonde10 qui sont concédés respectivement par les comtes de Looz11 et de Gueldre12. En 1237, contre une somme de 600 marcs liégeois, à acquitter par chaque nouvel évêque, les comtes de Luxembourg relèvent leurs biens de Natoye, Hotton et Melreux13. Quant au comte de Namur-Flandre14, il fait de même en 1263 pour ses alleux de Grammont et Bornem ainsi que pour le château de Samson15, féodalisé dès 1209 par Philippe le Noble16. Signalons enfin les comte de Juliers et duc de Brabant17 qui reprennent en fief, l’un plusieurs de ses alleux, dont Siersdorf (1261)18, l’autre sa terre de Hakendover (1283)19.

  • 20 Le premier devoir du vassal est, comme chacun sait, de ne pas nuire à son seigneur. La féodalisati (...)
  • 21 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 68–69. — 1402, p. 147. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 118. — Math (...)
  • 22 Hugues de Pierrepont apporta son aide au comte de Looz, notamment dans le cadre de l’action menée (...)

6Nous l’avons dit, toutes ces terres n’amplifiaient pas véritablement la mense épiscopale. Toutefois, en faisant de ces princes ses feudataires, l’évêque réduisait le nombre de ses ennemis20 et se ménageait quelques guerriers de poids, susceptibles de lui apporter une aide militaire vitale. Quant aux nouveaux hommes de saint Lambert, ils recevaient en même temps leur ancien alleu devenu fief et la certitude d’être soutenus militairement par l’évêque de Liège et ses vassaux. C’est probablement dans cette protection épiscopale — contrepartie alléchante et signe évident de la puissance militaire du prélat — que le phénomène de féodalisation trouve sa raison d’être et ce fut à coup sûr l’objet des transactions de 1203–1204 signalées plus haut. Les comtes de Looz et de Gueldre connaissaient l’un et l’autre de graves difficultés avec le duc de Brabant21 et le secours des forces épiscopales pouvait leur être précieux, ce qui, en fin de compte, s’avéra exact, tout au moins pour le comte de Looz22.

  • 23 Moha (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Wanze).
  • 24 Sur cette question, cfr Parisse, Albert, comte de Dabo. — Wégnez, Comtes de Dasbourg, p. 116–130 ( (...)
  • 25 Albert est le fils du comte Hugues II († ca 1178–1180) et de Liutgarde de Sulzbach († ap. 1162), v (...)
  • 26 Les Waleffes (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Faimes).
  • 27 C.S.L., t. 1, p. 146–147, 151–152. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 71. — Triumphus Steppes,(...)
  • 28 Seul Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 71, évoque cette somme de 50 000 marcs. Elle est netteme (...)
  • 29 C.S.L., t. 1, p. 120.
  • 30 Triumphus Steppes, p. 174.
  • 31 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 73, déclare qu’Albert de Moha donationem [...] infregit, et ea (...)
  • 32 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 73.
  • 33 C.S.L., t. 1, p. 168–169 : résolution du différend entre Hugues de Pierrepont et les ducs de Lorra (...)
  • 34 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 141. — Gilles d’orval, Gesta, p. 119–120. — Aubry de Troisfont (...)
  • 35 C.S.L., t. 1, p. 218–221.

7Avant de passer aux donations stricto sensu, il importe de consacrer quelques lignes au comté de Moha23, incorporé à la mense épiscopale au terme d’un processus hybride qui tient à la fois du legs, de la féodalisation et de la vente24. Rappelons brièvement les faits. En 1204, Albert III de Dasbourg-Moha25, possessionné à la fois en Alsace, en Lorraine et dans la principauté de Liège, concède ses alleux de Moha et Waleffes26 à l’Église de Liège27. Il y met plusieurs conditions : il conservera l’usufruit de sa terre ; l’évêque lui versera la somme de 50 000 marcs28 et ses héritiers éventuels recevront cette terre en fief. Les libéralités d’Albert de Moha empoisonnèrent véritablement tout le règne d’Hugues de Pierrepont. Tout d’abord, Henri Ier de Brabant, neveu d’Albert de Moha, vit dans cette transaction l’anéantissement d’un accord scellé en 1197, accord par lequel Moha avait été partagé entre le comte de Looz et lui-même29. Il en conçut à l’égard d’Hugues de Pierrepont une vive animosité encore exacerbée par le fait qu’à la mort d’Albert de Moha (1211), le prélat ne renonça pas aux biens du défunt30. Or, entretemps, ce dernier s’était détourné de Liège au profit du duc31, tout cela parce qu’Hugues s’était empressé de dépenser pour son compte personne] les 50 000 marcs affectés à l’achat de Moha par le chapitre de Saint-Lambert. Et celui-ci de conclure, à bon droit, que le sac de Liège (1212) et le carnage de Steppes (1213) trouvent leur origine dans l’intempérance de l’évêque de Liège32. Ce dernier eut en outre à endiguer l’irritation des ducs de Lorraine et du comte de Champagne33, époux successifs de Gertrude, la fille unique d’Albert de Moha, née en 1204. Ils finirent par reconnaître la féodalisation des deux alleux et dès 1225, à la mort de Gertrude, qui ne laissait aucune descendance, ces terres furent désormais détenues en alleu par l’évêque de Liège34, l’incorporation étant confirmée en 1226, à la fois par l’empereur Frédéric II et par son fils, le roi des Romains Henri (VII)35. À la fois féodalisés et vendus, ces biens firent en fin de compte l’objet d’une donation puisque, vraisemblablement, le prélat liégeois n’acquitta pas la somme réclamée en vain par le défunt comte de Moha.

  • 36 Id., t. 1, p. 364–365, 371. Jeneffe (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Donceel).
  • 37 Id.,t. 2, p. 338–339 ; t. 6, p. 34.
  • 38 Id., t. 2, p. 565–566. Halloy [Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Ciney (Braibant)].
  • 39 Id., t. 3, p. 444–445, 498–499, 597–598.
  • 40 Bertholet, Histoire du duché de Luxembourg, t. 6, Preuves, p. lvii, lx, lxiii. — Verkooren, Invent (...)
  • 41 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 157–158. — C.S.L., t. 1, p. 129, 182, 441, 451 ; t. 6, p. (...)
  • 42 Id., t. 1, p. 442, 540. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 12–13, 164–166. — Ve (...)
  • 43 Id., t. 1, p. 323–324. Hoeselt (Belgique, pr. Limbourg, arr. Tongres, comm. Hoeselt) et non Oreye, (...)
  • 44 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 439–442. — Id., Episcopus advocatus. Sur l’exercice du pou (...)

8Donations et achats de terres et d’édifices ne furent pas très nombreux au cours des xiiie et xive siècles. Des premières, il n’y a lieu de retenir que deux alleux situés à Jeneffe36. Quant aux seconds, ils sont sporadiques — un village et quelques biens sous Jean de Flandre37, le château de Halloy sous Hugues de Chalon38 et diverses terres sous Adolphe de la Marck39 — ou temporaires. En effet, en un an tout au plus, Jean l’Aveugle, roi de Bohême et comte de Luxembourg, vendit et racheta à l’évêque de Liège un nombre appréciable de terres, de forteresses et de villes40. En fin de compte, ce sont surtout les avoueries qui, plus que tout autre bien, firent l’objet de donations et d’achats, tout spécialement durant la première moitié du xiiie siècle. Durant cette période, en effet, l’évêque de Liège acquit pas moins de dix avoueries, soit qu’elles lui furent données [Villers-l’Évêque (1218), Ouffet (1229), Assesse et Mettet (1243), Ans (avant 1246)]41 ou vendues [Bure (1243) et Hougaerde (1248)]42, soit qu’elles furent féodalisées. Ce fut notamment le cas en 1234 pour les avoueries de Tongres, Alken et Hoeselt43. Ce processus de restitution est bien connu et n’est pas propre au xiiie siècle. Il se situe en fait dans le droit fil de la politique épiscopale menée au xiie siècle afin de lutter contre les excès des avoués. Parmi les moyens mis en oeuvre par l’évêque : l’accaparement d’un maximum des avoueries de son diocèse avec, en apothéose, la sentence impériale de 1180, qui lui permit de récupérer et de conserver pour lui toutes celles vacantes44. Ceci étant, nous pensons, pour notre part, qu’appliquée à la première moitié du xiiie siècle, cette concentration d’avoueries entre les mains du seul évêque de Liège, n’est en fait que l’un des nombreux aspects d’un phénomène de centralisation du pouvoir qui se fait jour sous le règne d’Hugues de Pierrepont. Nous le verrons plus tard, il trouve, sous ce règne, plusieurs autres moyens d’expression, notamment dans l’affaiblissement du rôle dévolu à l’avoué de l’Église de Liège (ou avoué de Hesbaye) et aux officiers auliques, dans la décadence des synodes mixtes ainsi que dans l’institution de l’officialité, du maréchalat et de la fonction baillivale.

  • 45 C.S.L., t. 1, p. 568–570. Marchienne-au-Pont (Belgique, pr. Hainaut, arr. Charleroi, comm. Charler (...)
  • 46 Id., t. 2, p. 429–430, 436. Jupille (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Liège) ; Amay (Belgiqu (...)
  • 47 C.S.L., t. 6, p. 74, 314–317. Hannêche (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Burdinne) ; Moxhe (Be (...)
  • 48 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 144–145. — G.A.T., t. 2, p. 187. — Aubry de Troisfontaines, C (...)
  • 49 Le terme est employé par Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 920.
  • 50 Sur le partage des pouvoirs à Saint-Trond, cfr Charles, Saint-Trond, p. 331–346.
  • 51 France, dép. Meurthe-et-Moselle.
  • 52 À Saint-Trond s’ajouta l’abbaye de Waulsort-Hastière qui, comme Saint-Trond, dépendait au spiritue (...)
  • 53 C.S.L., t. 1, p. 221–224, 227–229.
  • 54 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 920. — Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 263–264.

9Dernier procédé employé par l’évêque pour accroître son territoire, procédé cette fois-ci véritablement porteur d’avantages pour le prélat : l’échange. Celui-ci lui permit d’acquérir, à moindres frais, la ville de Marchienneau-Pont (1250)45, puis Jupille, cédé par le chapitre cathédral en contrepartie du bien épiscopal d’Amay (1288)46, de même que la hauteur et la justice des seigneuries capitulaires de Hannêche, Moxhe et Evegnée (1332)47. Ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres et ce n’est également que broutille face à la principale acquisition territoriale obtenue par échange : Saint-Trond48. Le pouvoir temporel sur la ville était réparti entre l’abbé de Saint-Trond et l’évêque de Metz. Quant à la christianitas49, elle appartenait depuis toujours à l’évêque de Liège et pesait à la fois sur l’abbaye et sur la cité50. Aux yeux d’Hugues de Pierrepont, détenir les pleins pouvoirs sur Saint-Trond ne pouvait que servir ses intérêts. Aussi, en 1227, concéda-t-il la terre de Maidières51 en Lorraine ainsi qu’une forte somme d’argent à l’évêque de Metz ; en contrepartie, il reçut ce qu’il convoitait52. Cet échange fut diversement apprécié à l’étranger. S’il fit l’objet d’une multitude de confirmations53, il suscita également la colère du comte de Bar qui détenait l’avouerie de Maidières54. Toutefois, au bout du compte, Saint-Trond ne quitta jamais la mense épiscopale. Voilà qui termine momentanément l’étude des acquisitions territoriales. Voyons à présent ce qu’il en est des pertes.

2. Pertes

  • 55 Gaudemet, Gouvernement, p. 127 n. 83, 141. — Girardot, Le droit canon et les franchises. L’évêque (...)
  • 56 Cfr Id., t. 3, p. 443–444, 446 : deux actes (1334) signalent qu’Henri de Gueldre n’a pas hésité à (...)
  • 57 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26–27, 34, 43. — 1402, p. 189–190, 203–204, 211. — Lévold de Northof (...)
  • 58 1402, p. 242–244. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 83. — C.S.L., t. 2, p. 589–590. — Gachard, Col (...)
  • 59 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 104–105, 111. — C.S.L., t. 6, p. 30–31, 266. — Poncelet (...)
  • 60 Jean Dehocsem, Chronicon, p. 207. — 1402, p. 300. — C.S.L., t. 3, p. 310.
  • 61 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 145. — 1402, p. 268–269. — Devillers, Monuments, t. 3, p. 656–657. —(...)
  • 62 Sur les rapports entre Liège et Malines, cfr Lejeune, Liège et son Pays, p. 103 n. 37, 104. — Van (...)

10Disons d’emblée que le patrimoine foncier de l’évêché était protégé par le principe canonique de l’inaliénabilité. Ainsi donc, l’évêque, dépositaire, gérant d’une terre reçue à titre viager et qu’il fallait maintenir intacte pour les générations futures, ne pouvait aliéner aucune parcelle de ses terres, tout au moins sans l’accord du chapitre cathédral55. Bien entendu, avec ou sans l’assentiment capitulaire, le prélat brava l’interdit et multiplia les aliénations, en particulier les engagères56. Il n’en agit pas pour autant à l’aveuglette, tant s’en faut. Considérons en effet les principales transactions. En 1255, Henri de Gueldre engage Hougaerde, Beauvechain et Malines au duc de Brabant57. Il en va de même en 1300 pour Hugues de Chalon qui y ajoute simplement Heist-op-den-Berg58. Constamment embourbé dans des emprunts à répétition, Jean de Flandre les gagea très souvent sur la ville et le château de Bouillon59. Quant à Adolphe de la Marck, cédant à d’impérieux besoins d’argent, il engagea à la fois Bouillon et Malines en 13 2 860 et cette dernière localité seulement en 131361. Toutes ces engagères présentent un point commun. Elles concernent des terres enclavées dans d’autres principautés, en l’espèce le duché de Brabant et le comté de Luxembourg. Ainsi donc, après avoir échangé avec l’évêché de Metz une lointaine terre française contre une ville sise à quelques kilomètres de Liège, l’évêque concède en engagère uniquement des biens situés en dehors de la principauté. Ce n’est évidemment pas le fruit du hasard. Au vrai, nous pensons que tout cela participe d’un même processus de concentration territoriale. D’une part, le prélat s’efforce d’arrondir ses Etats en y intégrant un bien géographiquement très proche. D’autre part, il refuse de subordonner l’assise foncière centrale de la principauté à ses difficultés financières et à ses carences militaires. En effet, afin de la protéger, il engage uniquement des terres qui, si elles venaient à être perdues, ne la tronqueront pas, et même qui, le cas échéant, ôteront le prélat d’un souci constant. Cette dernière réflexion vaut particulièrement pour Malines dont nous allons avoir à parler plus longuement62.

3. Deux cas particuliers : Malines et Looz

  • 63 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 423 et n. 8.
  • 64 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 43. — 1402, p. 211. — Lévold de Northof, Chronica, p. 42.
  • 65 1307 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 125. — Tongerlo, p. 61. En 1305, Thibaut de Bar avait refusé (...)
  • 66 C.S.L., t. 3, p. 421 (juin 1333). Cfr encore Id., p. 417–418. Tout ceci indépendamment des difficu (...)
  • 67 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 223–224. — 1402, p. 320. — G.A.T., t. 2, p. 273. — Lévold de Northof (...)
  • 68 Louis de Nevers, comte de Flandre (1322–† 1346). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 394.
  • 69 Cfr n. 67. Cfr encore C.S.L., t. 3, p. 428–429, 431–433.
  • 70 Id.,t. 3, p. 421–422.
  • 71 Cfr p. 231 et n. 64, collusion entre Malines et Louvain. — Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 699– (...)
  • 72 À plusieurs reprises, Louis de Nevers établit des contacts avec Edouard III, roi d’Angleterre, et (...)
  • 73 Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 691–692, 697–701, 709, 719–720, 738–739, 742–743, 748–749 (docu (...)
  • 74 Fierens, Lettres Benoît XII, p. 89–90, 112–113. Benoît XII (1334–1342).
  • 75 Id., p. 89–90.
  • 76 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 227, 230, 231, 233, 234, 339. — 1402, p. 320–321, 323–324. — Levold (...)
  • 77 Berlière-van Isacker, Lettres Clément VI, p. 677–680, 682–683, 708–710. — Martens, Politique de Cl (...)
  • 78 Cfr p. 383.
  • 79 Les paiements se succédèrent à termes réguliers (C.S.L., t. 3, p. 425–426 ; t. 6, p. 76–77, 84. — (...)
  • 80 Lévold de Northof, Chronica, p. 78. En outre, le comte de Flandre rentrera en possession de Maline (...)

11Déjà détenue par l’évêque en 98063, Malines ne lui a jamais valu que des ennuis. À certains moments, en 1267 par exemple, lorsqu’elle fut récupérée par Henri de Gueldre après avoir été engagée, Malines épousa la cause brabançonne et se détourna de son seigneur légitime au profit du duc de Brabant64. En d’autres circonstances, elle revint sur ses erreurs et enjoignit l’évêque — Thibaut de Bar, en l’occurrence — de tout faire pour la récupérer65. Quoi qu’il en soit, en tout temps, c’est Adolphe de la Marck qui le dit, il dut déplorer inobedientia incolarum et rebellio contra nos et ecclesiam nostram66. Seul moyen pour mettre un terme définitif à ces tracasseries permanentes : vendre Malines. C’est finalement ce à quoi il se résolut en mai 1333, en plein accord avec le chapitre cathédral67. La ville fut cédée au comte de Flandre Louis de Nevers68, à charge pour lui de la tenir en fief inaliénable et indivisible de l’évêque de Liège et moyennant une somme de 100 000 livres tournois69. La répartition de ces fonds énormes mérite d’être relevée. Quatre-vingts pour cents seront dévolus à l’évêque et consacrés à l’achat de terres pour la mense épiscopale ; 10 000 livres permettront de racheter droits et revenus mis en engagère et serviront à la conservation et à la restauration des fortifications. Quant aux 10 000 livres restantes, elles seront du ressort du chapitre cathédral70. La vente de Malines à la Flandre ne fut pas du goût de tout le monde. Le duc de Brabant, qui convoitait cette ville, ne pouvait que haïr celui qui l’en privait, qu’il soit liégeois ou fla mand71. Le roi de France Philippe de Valois n’était guère satisfait, lui non plus, à l’idée de voir son vassal flamand accroître sa puissance territoriale72. Quant aux papes, dépositaires des récriminations des uns et des autres, ils désapprouvèrent le projet mais à mots couverts. Jean XXII multiplia les prières émollientes73 et Benoît XII se refusa durant longtemps à trancher le conflit74. Le roi de France avait pourtant à l’esprit une idée bien précise. II souhaitait un retour au statu quo ante bellum avec, en priorité, le remboursement, par Adolphe, des sommes avancées par le comte de Flandre75. C’est précisément là que réside, à notre avis, toute la saveur de l’attitude épiscopale. Pressé de toutes parts, ne rencontrant qu’hostilité auprès des puissances supérieures, Adolphe résiste. On pourrait croire qu’il ne sortira pas vainqueur de cette lutte puisque, au bout du compte, la transaction entre Liège et la Flandre tomba à l’eau et que Malines fut finalement adjugée au duc héritier de Brabant76. Selon nous, il n’en est rien, bien au contraire. Certes, dans les décennies qui suivirent, au terme de péripéties qui importent assez peu ici, Clément VI ne favorisa guère l’évêque dans le règlement de l’affaire malinoise77. Reste que, à n’en pas douter, Adolphe de la Marck et les finances épiscopales purent bénéficier durant très longtemps de ce qui, nous le verrons, fit toujours cruellement défaut aux prélats liégeois : l’argent, en l’espèce les 100 000 livres tournois payées par le comte de Flandre. Les propos de Lévold de Northof, qui fut à la fois l’ami, le conseiller et l’éminence grise d’Adolphe78, propos laconiques, certes, mais de première main, irréfutables et au travers desquels transparaît un brin d’ironie, sont on ne peut plus explicites : cet argent qui fut intégralement versé à l’évêque79, le comte de Flandre postea nunquam rehabuit80.

  • 81 À ce propos, cfr Baerten, Loon, p. 141–150. — Marchandisse, Rupture, p. 60–61, 73. — Lejeune, Lièg (...)
  • 82 Cfr bibl., p. 143–144 n. 185.

12Nous ne voulons pas passer au paragraphe suivant sans évoquer brièvement, in fine, un épisode fameux de l’histoire liégeoise : l’intégration définitive du comté de Looz à la mense épiscopale81. D’aucuns estimeront que le sujet est éculé et que tout a déjà été dit à son propos. À notre avis, rien n’est moins vrai. Il nous semble en effet que l’attitude d’Adolphe de la Marck au cours de cet épisode et, plus largement, les mobiles épiscopaux, n’ont pas été bien mis en lumière. Par ailleurs, il n’a, selon nous, pas été suffisamment tenu compte du témoignage que nous livre Jean de Hocsem, témoin oculaire d’événements dont, à coup sûr, il n’a perdu aucune miette, juriste dont la subtilité intellectuelle était à même de percevoir la roublardise dont fit preuve Adolphe de la Marck dans toute cette affaire82.

  • 83 À toutes fins utiles, signalons qu’à ce jour, la date de féodalisation du comté de Looz n’est pas (...)

13La succession de Looz, au terme de laquelle, après vingt-cinq années de tensions politiques et militaires, la principauté de Liège recueillit l’un des principaux accroissements territoriaux de son histoire83, est particulièrement riche d’enseignements, et pas seulement parce qu’elle éclaire la personnalité d’un évêque d’exception. Elle méritait dès lors quelques développements.

  • 84 Id., t. 1, p. 508, 521.
  • 85 Déclarations du roi des Romains Henri (VII) et de son archichancelier pour l’Allemagne, l’archevêq (...)
  • 86 Cfr p. 125–126 n. 70.
  • 87 Marguerite de Constantinople. Cfr p. 156 n. 258 et 262, 157 n. 268.
  • 88 Malgré les interventions du chapitre de Saint-Lambert auprès de l’empereur (C.S.L., t. 1, p. 478–4 (...)
  • 89 Louis IV, comte de Looz (1323–1336), fils du comte Arnould V (t 1328), auquel il succéda dès 1323. (...)
  • 90 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 248.
  • 91 Thierry de Heinsberg est le fils de Mathilde de Looz, soeur de Louis IV, et de Godefroid III de He (...)
  • 92 Cunégonde. Cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 48 et n. 240, et tabl. généal.
  • 93 Godefroid de Heinsberg († 1342) épousa Mathilde († 1382), fille du duc de Gueldre Renaud II (1326— (...)
  • 94 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 249 : Sed tunc per nos requisitus episcopus in favorem sororii sui d (...)
  • 95 Cfr p. 381–382. L’entourage d’Adolphe regorge de la Marck.
  • 96 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 249–251.
  • 97 Id., p. 250–251.
  • 98 Id., p. 253–254. Sur la politique pontificale durant la succession de Looz, cfr Id., p. 259–262. —(...)
  • 99 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 255 : [...] quo de die in diem nobis cum effectu comitatus Losensisp (...)
  • 100 Id., p. 259.
  • 101 Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême (1310–1346), fils de l’empereur Henri VII de (...)
  • 102 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 267–272, spéc. p. 267 : [...] sed de hoc se asserebat episcopus nichi (...)
  • 103 Id., p. 269.
  • 104 1402, p. 334. — G.A.T., t. 2, p. 278. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 148. — Jean de Ho (...)
  • 105 Id., p. 309 : Verba tunc, verba nuncpulcra respondit ; sed mihi videtur
    Qui non est hodie, cras min (...)
  • 106 Cfr Marchandise, Rupture, p. 59–67.
  • 107 Guillaume II, comte de Hainaut (1337–1345), époux de Jeanne de Brabant, fille de Jean III, duc de (...)
  • 108 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 319–320. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 155.
  • 109 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 320–322. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 155.
  • 110 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 322. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 155.
  • 111 Jean, seigneur de Beaumont († 1356), fils de Jean II d’Avesnes et frère de Guillaume Ier, comtes d (...)
  • 112 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 322. — R.O.P.L., p. 254 n. 1. — Devillers, Cartulaire des comtes de (...)
  • 113 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 322 : Et ipse illos in continenti tradidit comiti Hanonie, in quem c (...)
  • 114 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 323. — R.O.P L., p. 257–258. — C.S.L., t. 4, p. 12–13. Sur la paix d (...)
  • 115 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 323.
  • 116 Fairon, Chartes confisquées, p. 192.
  • 117 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 323–328. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 156.

14Selon le droit de l’Empire, si aliquis sine liberis decesserit feoda tenens ab ecclesia, libere ad ecclesiam eadem feoda revertantur et si vassalus cuiuspiam debitum carnis solverit herede masculo non relicto, sine omni contradictione feodum eius ad dominum suum redit84. Ces sentences furent prononcées en 124685 alors que Jeanne de Constantinople86, comtesse de Hainaut, venait de décéder sans descendance mâle légitime. À cette occasion, le comté de Hainaut, qui aurait dû faire retour à l’évêque de Liège, fut distrait par la soeur de la défunte87 et Robert de Thourotte dut s’incliner88 .Moins de cent ans plus tard, l’Histoire se répète. Le 19 janvier 1336, Louis IV89, comte de Looz, meurt sans héritier. Les réactions sont immédiates. Le chapitre de Saint-Lambert somme l’évêque de Liège d’incorporer le comté de Looz à la principauté90 alors que le neveu du défunt, Thierry de Heinsberg91, vient de s’en emparer. Or, Heinsberg avait épousé la soeur de l’évêque Adolphe92 et le couple avait un fils93 que le prélat affectionnait tout particulièrement94. Il est à peine besoin de préciser qu’Adolphe, pour qui la famille ne fut jamais un vain mot95, multiplia les prétextes afin de ne pas porter préjudice à son beau-frère. Dans un premier temps, il fit la sourde oreille aux objurgations du chapitre cathédral et traînassa, prétendant qu’il avait besoin d’argent et d’un large consensus national pour expulser Heinsberg. Ce n’était là que de piètres excuses. Elles s’effondrèrent rapidement car le chapitre cathédral lui permit d’utiliser une partie des bénéfices issus de la vente de Malines et le prélat obtint le soutien de toutes les factions liégeoises96. Aussi Adolphe fut-il obligé de convoquer l’armée mais, bien évidemment, il s’arrangea pour que tout projet d’expédition militaire avorte et iterato quedam sibi fucata possessio traditur, que inventa est, ut prias, finaliter esse nulla97. Ce ne sont pas les reproches acerbes du pape Benoît XII, qui, avec réticence, avait accepté de régler le conflit, ni l’excom munication fulminée contre le comte de Looz qui modifièrent l’attitude épiscopale98. Chaque jour, il promit de prendre possession du comté mais, au bout du compte, parvint à fuir ses responsabilités en se rendant en Westphalie99. Lorsqu’en juin 1337, Adolphe se voit contraint d’accomplir ce que le pape et le chapitre attendaient de lui depuis un an et demi, Hocsem n’est pas dupe : toturn ficte factum fuit100. De multiples machinations furent ourdies, notamment par le roi de Bohême101, pour qu’en définitive Heinsberg prenne le meilleur sur ses ennemis du chapitre. Adolphe affirme n’être au courant de rien mais tout le monde sait très bien que tout cela l’arrange parfaitement102. D’ailleurs, tout dans son comportement prouve qu’il est de connivence avec le roi : il n’hésite pas à prendre des mesures favorables à Heinsberg, levant, sans autre forme de procès, l’excommunication prononcée par le chapitre à l’encontre du comte103. Ainsi donc, sans avoir l’air d’y toucher, Adolphe parvint-il à traîner la succession de Looz jusqu’en 1342. À cette date, le décès du neveu préféré du prélat104 rendit espoir au chapitre de Saint-Lambert. À tort. Adolphe multiplia les belles paroles mais, comme d’habitude, il ne mit rien en pratique105. L’année 1343 porta véritablement le coup de grâce à tous ceux qui espéraient encore de l’évêque Adolphe de la Marck un rattachement du comté de Looz à la principauté. Confronté à une alliance entre le duc de Brabant et les Hutois, l’évêque dut leur consentir une paix négociée par le comte de Hainaut106. Celui-ci, plutôt favorable au Brabant107, réclama les procès engagés à Avignon contre Thierry de Heinsberg108. L’idée de lier une éventuelle pacification de la principauté à un règlement de la succession de Looz ne suscita guère l’enthousiasme. La noblesse et certains chanoines, en particulier Hocsem, alléguèrent que, pour la question lossaine, la décision souveraine appartenait au pape. Quant au peuple liégeois, il répugnait à céder le comté de Looz à Heinsberg109. En fin de compte, le chapitre de Saint-Lambert, tellement bien « noyauté » par l’évêque, fit peu de cas de l’opinion de Hocsem et remit les procès pontificaux entre les mains d’Adolphe, qui les confia, à son tour, au comte de Hainaut110. Toutefois, en août, alors qu’il acceptait solennellement que Guillaume de Hainaut et son oncle, Jean de Beaumont111, soient les arbitres du différend qui l’opposait aux Hutois112, Adolphe eut soin de préciser qu’en aucun cas, il ne leur reconnaissait le droit de statuer sur la question de Looz113. Guillaume de Hainaut ne tint aucun compte de cette restriction. L’une des clauses de la paix de Duras/Hainaut (8 août 1343) précisa que le comté de Looz revenait à Heinsberg114. À ces mots, le chapitre cathédral l’excommunia de nouveau115. Quant à Adolphe de la Marck, s’il confirma la paix, il eut néanmoins l’intelligence de rejeter les stipulations relatives à la terre de Looz116. Bien plus, il réaffirma son opposition à Heinsberg dans plusieurs missives adressées à Clément VI117. Selon nous, au cours de toute cette période d’hostilités, Adolphe fit preuve d’une clairvoyance politique de tout premier ordre. En effet, il entretint savamment à l’égard de l’épineux contentieux lossain le flou artistique qui fut toujours le principe directeur de sa politique. Rappelons les circonstances qui présidèrent à l’élaboration de la paix de Hainaut. Adolphe accepte la médiation de son vassal hennuyer mais précise qu’il ne devra en aucun cas traiter du comté de Looz. Exclure celui-ci de toute transaction, c’était pour Adolphe la perspective de se concilier, en tout cas, de ne pas s’aliéner la Cité, la noblesse liégeoise, le chapitre de Saint-Lambert mais aussi le pape Clément VI, qui tenait le destin du comté de Looz entre ses mains, et, par delà le souverain pontife, le roi de France qui oeuvrait de concert avec le pape et était également l’allié de toujours de l’évêque de Liège. La paix de Duras ne tient pas compte de la restriction émise par Adolphe ? Qu’à cela ne tienne ! Cette infraction lui donne toute latitude pour ne pas la respecter, si tel est son intérêt. Toutefois, si, en définitive, il se voyait contraint de respecter toutes les clauses de la paix, à quoi accorderait-il son assentiment, sinon à un règlement conforme à ses intentions initiales, c’est-à-dire conclu à l’avantage de son beau-frère, Thierry de Heinsberg ?

  • 118 Lyna, Het standpunt van prins-bisschop Adolf van der Marck. — Finck, Adolphe de la Marck, p. 127–1 (...)
  • 119 Si le but principal d’Adolphe était d’obtenir l’aide militaire de Heinsberg, on ne peut s’empêcher (...)
  • 120 C.S.L., t. 4, p. 47, 51–53 ; t. 6, p. 98, 329–334. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 345–348 (cfr en (...)
  • 121 Godefroid (1361–1362) était le neveu de Thierry, le fils de son frère Jean. Cfr Baerten, Dalenbroe (...)
  • 122 C.S.L., t. 4, p. 344–346 [Englebert excipe d’un diplôme royal du 13 août 1246, acte établi lors de (...)

15L’analyse qui précède présente deux caractéristiques. Tout d’abord, elle illustre parfaitement, pensons-nous, l’indépendance dont pouvait faire preuve le maître de Liège. Quelle que soit l’origine des pressions, Adolphe résista et, louvoyant à souhait, il montra à tous que son pouvoir l’emportait sur tout autre. Lorsqu’il mourut, en 1344, Adolphe de la Marck avait gagné son pari. Depuis 1331, le pape et le peuple liégeois dans son ensemble — en particulier le chapitre cathédral — ne cessent de s’élever contre Heinsberg et ses manigances visant à usurper le comté de Looz. Et pourtant, treize ans plus tard, il est toujours là. Adolphe a su le maintenir à son poste. Par ailleurs, notre interprétation fait la part belle au sens de la famille et au népotisme. Cette vision des choses n’a pas rencontré une adhésion unanime, certains voyant plutôt dans l’attitude d’Adolphe le souci de conserver, le cas échéant, l’appui militaire du comte de Looz lors des conflits avec le duc de Brabant118. Dépourvue de connotations familiales et affectives, une telle interprétation ne nous semble pas recouvrir parfaitement les faits119. En somme, si l’évêque de Liège n’avait vu en son vassal de Looz qu’un appui militaire, l’attitude du prélat à son égard ne se serait pas modifiée avec le décès de Thierry de Heinsberg. Or, c’est tout le contraire qui se produit. A l’image de son oncle, Englebert de la Marck se montra plein de sollicitude envers Heinsberg. Il le libéra de l’excommunication et malgré de nouvelles protestations de la part du chapitre, lui permit de relever le comté120. En revanche, à la mort de Thierry (1361), Englebert ne prit pas la peine de ménager celui qui se prétendait son successeur : Godefroid de Dalenbroek121. Ce dernier n’est pas un la Marck et Englebert ne se sent nullement obligé de le soutenir. Le 5 avril 1361, il réunit le comté à son évêché et promit de ne plus jamais l’aliéner122. À notre avis, les attitudes diamétralement opposées qu’adopta Englebert, dans les mêmes circonstances politiques, à l’égard d’un comte de Looz appartenant à sa parentèle, et envers son successeur, qui lui était parfaitement étranger, témoignent à suffisance du fait que, dans toute cette histoire, la famille fut le catalyseur principal du comportement épiscopal.

***

16Avant de parler des rapports tumultueux entre l’évêque de Liège et l’argent, concluons en disant que le prélat appliqua tous les moyens à sa disposition pour accroître son potentiel foncier, pour étendre un territoire qui lui fournira dans une large mesure l’argent qu’il n’a jamais en suffisance et les vassaux nécessaires à une activité militaire quasi quotidienne. Par ailleurs, à travers certaines de ses acquisitions territoriales et aussi, curieusement, certaines pertes, nous voyons se dessiner les contours d’un pouvoir politique placé au centre d’un important réseau d’influences à la fois internes et externes à ses États. De celles-ci, manifestement, il n’en a cure. Fût-il obligé d’agir par ruse plutôt qu’en usant de la force, le prélat atteint son but, celui qu’il s’est fixé, pas celui qu’on veut lui fixer. C’est quelque part l’image d’une certaine solitude du pouvoir suprême mais dans le cas présent, cette solitude, l’évêque se l’est forgée et il la maîtrise, envers et contre tous.

***

B. L’argent

Theobaldus igitur episcopus, frater prefati comitis de Barro, magnis in curia romana debitis obligatus, recedere non poterat nisi se prias a creditoribus liberasset ; [...]. Jean de Hocsem, Chronicon, p. 116–1 17.

  • 123 Cfr les informations données par Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 453, pour la période anté (...)
  • 124 Cfr, par exemple, le paragraphe consacré infra aux multiples emprunts contractés par les évêques. (...)
  • 125 Ce n’est évidemment pas toujours le cas. Hugues de Pierrepont, par exemple, laissa quelque 32 000 (...)
  • 126 Cfr Mugnier, Savoyards, p. 196.
  • 127 Guy de Dampierre se plaignit beaucoup de cet endettement et fit le maximum pour récupérer l’argent (...)
  • 128 Cfr p. 194–195 n.513.
  • 129 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330. Renard de Schônau, futur favori d’Englebert de la Marck, soutin (...)

17L’Église de Liège a toujours été opulente123. Ce n’est d’ailleurs pas la moindre des raisons pour lesquelles son siège épiscopal fut toujours tellement convoité. Et pourtant, bien loin de rouler sur l’or, l’évêque de Liège apparaît souvent comme un homme criblé de dettes124, au bord du gouffre financier, véritablement aux abois. Il n’est pas rare qu’à sa mort, il laisse un monceau de dettes125. Ce fut le cas notamment pour Guillaume de Savoie126, pour Jean de Flandre127 et également pour Arnould de Hornes128. Quant à Adolphe de la Marck, sa succession est tellement obérée que ses exécuteurs testamentaires refusèrent d’assumer la charge qui leur avait été dévolue129. Il y a donc ici un paradoxe tout à fait singulier, auquel il convient d’accorder toute notre attention. Certes, nous ne parviendrons pas à l’expliquer de façon péremptoire, faute de documents comptables décrivant avec précision le budget épiscopal. Toutefois, en analysant les principales sources de revenus de l’évêque et les motifs de ses dépenses, sans doute nous sera-t-il possible de voir un peu plus clair dans ses finances et d’émettre quelques hypothèses à propos de leur déséquilibre chronique. Voyons tout d’abord les recettes.

1. Recettes

  • 130 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 163–164, 179–180.
  • 131 Gaudemet, Gouvernement, p. 70. — Berlière, Libri obligationum, p. VII–XVII. — Kurth, Liège et la c (...)
  • 132 Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, p. 68, 374.
  • 133 « On peut tenir pour riches les évêques qui payent plus de 1 000 florins pour les « services commu (...)
  • 134 Gaudemet, Gouvernement, p. 70 n. 104. — Berlière, Libri obligationum, p. IX. Albi (France, dép. Ta (...)

18D’ordinaire, il est assez malaisé de se faire une idée exacte des revenus d’un prince médiéval130. Toutefois, dans notre cas, si l’on prend pour base le montant des services communs imposés à l’évêque de Liège — en substance, le prix à payer pour que la papauté daigne lui concéder le trône de saint Lambert —, le rendement de celui-ci peut être évalué sans grande difficulté. En effet, traditionnellement, ces services représentent le tiers des revenus annuels de la charge pour laquelle ils sont acquittés131. Or, durant tout le xive siècle, l’évêque de Liège versa quelque 7 200 florins de services communs132. Ses revenus devaient donc atteindre théoriquement la somme considérable de 21 600 florins133. Ceci étant, pour notre part, nous n’accordons pas une importance excessive à ce chiffre. En effet, au mieux, il ne représente jamais que le montant des revenus officiels de l’évêque et n’englobe pas les quantités d’argent que le prélat amassera, on le verra plus loin, par des moyens détournés voire irréguliers. Par ailleurs, il est très probable que les recettes épiscopales, telles qu’elles apparaissaient aux yeux de la papauté, aient été parfois surestimées, pour tout un ensemble de raisons qui vont des conditions climatiques défavorables aux conséquences des guerres, et que, à un moment ou à un autre, le montant des services communs aurait dû être rajusté. On ne peut que signaler à cet égard l’exemple de l’évêché d’Albi qui payait 11 000 florins de services communs en 1308 et seulement 2 000, trois ans plus tard134. De toute façon, quelle que soit l’ampleur de ses revenus, il est clair que le prélat liégeois détenait quantité de moyens pour faire de l’argent. C’est par eux que nous entamerons l’étude des finances épiscopales.

  • 135 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 453–455.
  • 136 Certaines pratiques ne peuvent être qualifiées autrement même si, à coup sûr, elles étaient dans l (...)

19Dans son analyse des recettes pour la période antérieure à 1200, J.L. Kupper a établi une distinction assez nette entre celles d’origine publique, domaniale, et celles inhérentes à la fonction épiscopale135. Bien entendu, cette répartition vaut également pour les deux siècles couverts par notre étude. Toutefois, au regard des xie et xiie siècles, il semble bien que l’évêque de Liège du bas moyen âge ait découvert des sources de profit originales, inédites, ou tout au moins négligées par le passé. Bien entendu, ce fut pour lui une véritable aubaine qu’il exploita de manière intensive. Nous pensons ne pas trahir la vérité en disant que le prélat trouva dans le commerce de l’argent, dans la violence, dans l’arbitraire voire dans le détournement de fonds136, les sommes que ses sources traditionnelles de revenus n’étaient peut-être plus à même de lui fournir en suffisance.

  • 137 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 434–435. Cfr p. 222–223.
  • 138 Rentes gagées sur biens, revenus (C.S.L., t. 2, p. 333–335. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont (...)
  • 139 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 434–435.
  • 140 F.A.M., p. 14, 441 : deux dîmes sont relevées pour un denier d’or (1315), un moulin pour la somme (...)
  • 141 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 434–435.
  • 142 Pour Hugues de Pierrepont, il s’agit de biens situés à Bruyères-et-Montbérault (France, dép. Aisne (...)

20Évoquons tout d’abord les principales recettes d’origine publique. Celles issues de la mense épiscopale doivent bien entendu être mentionnées en premier lieu. Si l’on prend en considération le fait qu’en théorie, elle représentait un tiers des alleux de l’Église de Liège137, la mense devait normalement rapporter un maximum d’argent, quel que soit le type de faire-valoir employé. Il convient cependant de nuancer cette conclusion car les sources nous enseignent que nombre de terres épiscopales faisaient l’objet d’aliénations en tous genres138. D’un autre côté, un deuxième tiers des mêmes alleux fut consacré, primitivement, à l’inféodation139. Or, qui dit fief dit relief et perception d’une taxe appliquée à celui-ci. Nous ne possédons guère d’informations à ce propos mais il est certain cependant qu’un droit de relief était perçu140. L’ensemble de ces taxes devait à coup sûr représenter l’un des revenus majeurs de l’évêque, d’autant que la totalité des terres féodales relevait exclusivement de lui141. Ajoutons que le prélat liégeois pouvait en outre tirer quelque argent des biens lui appartenant en propre, d’origine familiale ou patrimoniale, souvent situés en dehors du territoire liégeois. Ce sont par exemple les terres détenues par Hugues de Pierrepont dans le Laonnais ou encore les revenus dont disposait Thibaut de Bar dans le Barrois en vertu du testament de son père142.

  • 143 Sur toutes ces questions, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 454. — Frère, Droit de monna (...)
  • 144 En 1307, Thibaut de Bar détruisit un château appartenant à Thibaut II, duc de Lorraine, parce qu’i (...)
  • 145 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 454. — Frère, Le droit de monnaie, p. 82. — Kupper, Otbert (...)
  • 146 Pour le détail de ces tonlieux, sur lesquels pesaient nombre de rentes et de fiefs-rentes, cfr Fan (...)
  • 147 Étal (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 265. — Joris, Ville de Huy, p. 275–276) ; mortemain (...)
  • 148 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 109 (cfr De Borman, Échevins, t. 1, p. 17–18). — R.O.P.L., p. 85 (...)

21L’évêque trouvait encore un revenu très appréciable dans l’exercice de ses droits régaliens, dans ces parcelles de l’autorité suprême dont l’empereur lui faisait don par les régales. Parmi celles-ci, on trouve l’ensemble des prérogatives liées au ius monetae, en particulier les amendes encourues pour atteinte à ce droit et surtout les revenus de la frappe de la monnaie143. Détenant, selon les époques, une quinzaine d’ateliers monétaires, le prélat percevait le seigneuriage, cette forme d’impôt qui représente en fait la différence entre le cours de la monnaie et son prix de revient. Les bénéfices réalisés sur la frappe devaient être substantiels car l’évêque se la réserva toujours jalousement et n’hésita pas à prendre des mesures drastiques contre ceux qui cherchaient à briser ce monopole épiscopal144. À la monnaie est traditionnellement et intimement liée l’exploitation des marchés et des tonlieux145. Le nombre de ces derniers s’accrut au cours des xiiie et xive siècles146. Toutefois, la perception de ces taxes indirectes sur la circulation et la vente des marchandises ainsi que les amendes y afférentes, ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres impôts et amendes que l’évêque était en droit de réclamer. Du droit d’étal à celui de mortemain et de dépouille, des cens au mensuragium, droits et impôts sont innombrables147 et il en va de même des amendes : l’évêque perçoit deux puis un tiers des amendes scabinales liégeoises, un autre de celles punissant toute infraction aux statuts criminels de la Cité de Liège, une moitié de celles encourues à Dinant pour atteinte au règlement des batteurs de cuivre148, etc. La liste est longue ; il n’y a pas lieu de l’égrener ici.

  • 149 Entre autres Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 61–62, 242–243, 272. — Id., Chartes Oignies,(...)
  • 150 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 455.
  • 151 Ibid. Munsters, Het « Cathedraticum », p. 17–20. — Lalmant, Cathedraticum, col. 1436–1437.
  • 152 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 9–10, 17–18, 39–40, 46–47, 53–54, 58–59, 77–80, 136–137, 1 (...)
  • 153 Lévold de Northof, Chronica, p. 4–5, 61–62 (citations à la p. 403). Au xive siècle, la juridiction (...)

22Venons-en à présent aux revenus liés à la fonction épiscopale. Outre la dîme dont il est encore largement question dans les sources même si elle est souvent inféodée149, l’évêque lève les synodalia ou jura episcopalia, terme générique désignant toutes les taxes liées à la juridiction synodale de l’évêque et dont les plus importantes sont 1’obsonium et le cathedraticum. Le premier est le droit de gîte dont bénéficie l’autorité épiscopale ou archidiaconale lors de la visite du diocèse150 ; le second désigne le tribut payé par chaque église paroissiale à son évêque en signe de sujétion et afin qu’il puisse subvenir aux besoins de sa charge151. Le montant de cette dernière contribution a toujours été strictement limité. Pourtant, en toute circonstance, qu’il exécute ou confirme le transfert d’un droit de patronat, qu’il incorpore un établissement ecclésiastique à un autre, qu’il lui concède un bien ou opère tout autre acte de cette nature, l’évêque ne manque jamais de rappeler qu’en aucune façon, il ne doit y avoir de modification dans la perception du cathedraticum, ni une quelconque réduction de celui-ci152. Tout ceci prouve combien cet impôt était important à ses yeux, tout d’abord parce qu’il était la marque de son autorité, mais aussi sans doute parce que, multiplié par le nombre d’églises y assujetties, il devait constituer une jolie somme, ceci pour autant qu’il soit levé, au même titre d’ailleurs que toutes les autres taxes et redevances, par des fonctionnaires différents de ceux dont Lévold de Northof brosse le portrait dans sa chronique, des officiers qui se paient directement sur les profits des charges qui leur sont confiées153.

  • 154 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 89–90, 129 (1217 : In Leodio nulla certa moneta), 135 (1219 :(...)
  • 155 Jean de Hocsem, Chronica, p. 93 : Hugo [...] monetam ere commixtam paulatim diminuens fabricavit [ (...)
  • 156 Cfr C.S.L., t. 1, p. 165–168 ; t. 2, p. 566–567. — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 44– (...)
  • 157 Id., col. 1404 : Per quam monetam vestram redditus nostri et ecclesiae nostrae existentes in denar (...)
  • 158 En 1210, Hugues de Pierrepont a peut-être eu besoin de fonds pour régler définitivement la questio (...)
  • 159 Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 92. — 1402, p. 235, chroniques selon lesquelles le prix des céré (...)

23Nous évoquerons pour terminer des revenus que nous hésitons à qualifier d’extraordinaires tant, l’un dans l’autre, ils semblent avoir considérablement amélioré l’ordinaire du budget épiscopal. Il apparaît tout d’abord que l’évêque de Liège n’hésita pas à opérer des mutations monétaires. Deux au moins sont avérées : l’une sous Hugues de Pierrepont154, l’autre sous Hugues de Chalon155. Le premier est accusé d’avoir fabriqué de la falsa moneta. Quant au second, il aurait modifié le titre de certaines monnaies. Dans les deux cas, le chapitre de Saint-Lambert s’insurgea156, ce qui n’a rien que de très normal car cette altération de l’aloi entraînait inévitablement le remboursement des emprunts et le paiement des cens au moyen d’une monnaie affaiblie, donc une perte sèche pour les crédirentiers, au premier rang desquels figuraient les chanoines cathédraux. Quant à l’évêque, qu’il joue sur la loi, la taille ou la valeur de la monnaie, il augmente son seigneuriage et est largement gagnant, à court terme tout au moins157. En l’occurrence, peutêtre est-ce dans un urgent besoin d’argent qu’il faut chercher l’explication des mutations monétaires de 1210 et 12971158, à moins que l’évêque n’y ait vu une solution à une hausse éventuelle du coût de la vie, ce que connut en tout cas l’année 1296159.

  • 160 L’évêque de Liège reçut des fiefs de Philippe le Bel en 1304 (Kern, Acta Imperii, p. 99. — Limbrée (...)
  • 161 Prébendes : Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 583 ; t. 2, p. 26 ; t. 3, p. 327. — Reusens, S (...)
  • 162 De Chestret, Police des vivres, p. 218–266 et spéc. p. 228–238.
  • 163 1238, pour le siège de Poilvache (C.S.L., t. 1, p. 401) ; 1352, pour permettre à Englebert de la M (...)
  • 164 R.O.P.L., p. 224–225. — Bormans, Cartuiaires Saint-Denis, p. 104–105 (1332, subsides gratuits allo (...)
  • 165 De Chestret, Police des vivres, p. 229–231.
  • 166 R.C.L., t. l, p. 45–47.

24Deuxième source de profits tout à fait essentiels pour l’évêque : les complaisances liégeoises et étrangères. Celles du roi de France tout d’abord. De Philippe le Bel à Philippe de Valois, ils accordèrent fiefs, fiefs-rentes et fiefs de bourse confortables au prélat160. Les papes, quant à eux, ne déboursent jamais mais laissent toute latitude à l’évêque pour se procurer de l’argent sans difficulté. Tantôt ils l’autorisent à percevoir les revenus des bénéfices vacants, à contracter un emprunt ou à percevoir une taxe sur les clercs du diocèse, tantôt, afin de permettre aux Liégeois de rembourser les sommes dues à l’évêque, ils les autorisent à lever une fermeté161, cet impôt indirect pesant sur certains biens de consommation et destiné, à l’origine, aux fortifications162. Un mot enfin du clergé du diocèse qui, de temps à autre, fit de généreuses libéralités à son évêque, notamment à l’occasion d’un gros achat ou d’un conflit163. Parfois l’évêque dut s’engager à ne pas transformer en un impôt légal un don gratuit, occasionnel et exceptionnel164, une contribution volontaire qui fut souvent financée par une fermeté. En ce sens, l’évêque profita donc également de cette taxe dont la perception a constamment pourri le climat politique liégeois, honnie qu’elle était par le clergé et par le « peuple ». Très souvent le prélat accepta avec complaisance la levée de cet impôt165. En bénéficia-t-il largement ? Sans aucun doute : certains allèrent jusqu’à le payer pour qu’une fermeté ne leur soit pas imposée166.

  • 167 Cfr C.S.L., t. 3, p. 185–186 (levée d’une excommunication encourue pour non-payement de dettes). —(...)
  • 168 C.S.L., t. 1, p. 466–467, 490–491, 517 (Robert de Thourotte) ; t. 2, p. 124–126. — Delescluse-Brou (...)
  • 169 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 108–109. — 1402, p. 247. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 86. — Ton (...)
  • 170 Bigwood, Régime, t. 1, p. 82. — Joris, Ville de Huy, p. 445 n. 218 (Reg. Cl. V, t. 1, p. 72). Adol (...)
  • 171 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103–105, 110, 111, 160, 163, 172, 175, 178–180, 18 (...)
  • 172 Robert de Thourotte fit appel à des bourgeois d’Arras (cfr p. 249 n. 168), Jean de Flandre, notamm (...)
  • 173 Marchands et banquiers originaires de Sienne, Lucques, Florence, Rome ainsi que des Lombards (cfr (...)
  • 174 Id., p. 100, 103, 110, 172, 175, 180, 182. — C.S.L, t. 6, p. 280–282. — Vredius, Genealogiae Preuv (...)
  • 175 de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 104–105, 110, 111. — Gaillard, Inventaire, p. 65.
  • 176 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103, 104–105, 110, 111, 179, 180, 518. — C.S.L., t (...)
  • 177 Cfr supra, p. 231–233.

25Parfois véritablement acculé, l’évêque de Liège se vit obligé de faire un usage intensif de l’emprunt. Certes, par les fonds qu’il lui apportait séance tenante, le commerce de l’argent permit à l’évêque de reporter ses difficultés financières à plus tard mais il ne les résolut jamais, à moins que l’évêque ne se soit arrangé pour ne pas honorer ses engagements. Il semble en effet qu’à certains moments, il fallut user de menaces pour l’obliger à rembourser ses dettes167. De Robert de Thourotte à Eustache Persan de Rochefort, pratiquement tous les prélats liégeois sollicitèrent des prêts168, y compris Adol phe de Waldeck qui, paré de ses ornements pontificaux, chassa les usuriers lombards de la Cité de Liège169, mais n’hésita pas à se faire rembourser par un prêteur romain une lourde amende imposée à la ville de Huy, la créance étant alors transférée du prélat au marchand italien170. Parmi tous les évêques de Liège, c’est sans nul doute Jean de Flandre qui recourut le plus souvent à l’emprunt171. Aussi bien les multiples documents relatifs à ses opérations financières nous permettent-ils de préciser le système en vigueur dans la principauté. Le prélat fit appel à plusieurs catégories de prêteurs. Amis et parents proches furent très souvent mis à contribution ainsi que des fonctionnaires, des seigneurs locaux ou des bourgeois, prêteurs occasionnels ou professionnels172. Toutefois, ce sont les marchands et banquiers italiens qui le plus souvent sauvèrent l’évêque de la faillite173. La plupart du temps, l’objet de la créance n’est pas mentionné mais il semble que ce soit surtout les frais d’interrègne, de défense du territoire liégeois et ceux dits de fonctionnement du pouvoir épiscopal qui motivèrent les emprunts de Jean de Flandre174. En ce qui concerne les modalités des prêts, tous furent assortis d’une sûreté, personnelle — Guy de Dampierre cautionna bon nombre d’emprunts contractés par son fils175 —, mobilière ou immobilière. C’est surtout cette dernière, qui consiste à remettre au créancier un bien productif de revenus pouvant éventuellement servir à diminuer la dette — en somme, une engagère — qui fut la plus employée176. Nous avons évoqué engagères et ventes au paragraphe précédent. Il est clair que l’évêque de Liège en retira énormément d’argent, l’affaire la plus lucrative étant à coup sûr, nous l’avons vu, la vente de Malines, qui rapporta pratiquement 100 000 livres tournois à l’évêque177.

  • 178 R.O.P.L., p. 201–203. — C.S.L., t. 3, p. 338–342. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 310–312. / Jean (...)
  • 179 Englebert de la Marck réduisit de moitié (45 000 puis 40 000 puis 25 000 écus) le montant de l’ame (...)

26Autre source de recettes particulièrement rentable : les amendes exigées par l’évêque à titre de dommages de guerre. Innombrables et toujours très lourdes, elles touchèrent essentiellement les bonnes villes de la principauté signe de leur richesse — et spécialement les cités liégeoise et hutoise. Si, pour nous en tenir à quelques exemples, les 57 000 livres de petits tournois exigées lors de la paix de Flône (1330), les 30 000 florins d’or consentis par le duc de Brabant en 1334 et les 16 000 écus payés en 13761178, furent entièrement acquittés, il ne fait aucun doute que l’évêque ait trouvé dans cette fortune le moyen de renflouer ses caisses, de payer les dépenses occasionnées par la guerre, voire quelque motivation pour en entreprendre de nouvelles. Reste que, parfois, l’évêque restreignit ses exigences179. Sans doute préférait-il obtenir tout de suite une somme d’argent plus modeste plutôt que d’attendre, peut-être ad vitam aeternam, le moment où les villes seraient enfin en mesure de faire face à une amende exorbitante.

  • 180 Sur cette question, on se reportera à Arnould, L’origine historique des pots-de-vin et Demoulin, V (...)
  • 181 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 23 : electus [Henri de Gueldre][...] petit exercitum a scabinis, qui (...)
  • 182 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 156 : en 1314, Henri de Hermalle a obtenu cette charge contre un « p (...)
  • 183 G.A.T., t. 2, p. 248–249. En outre, contre rétribution, il lève une sentence d’excommunication de (...)
  • 184 En 1339, à Dinant, plusieurs actions judiciaires sont éteintes ou aplanies grâce aux pots-de-vin v (...)
  • 185 En 1343–1344, ce sont les pots-de-vin extorqués par des conseillers épiscopaux — plus précisément (...)
  • 186 1235 : l’évêque doit conférer les échevinats gratuitement, destituer ceux qui les ont achetés et p (...)

27Une dernière filière permit à l’évêque de Liège de se remplir les poches tout au long des xiiie et xive siècles : ce sont les multiples pots-de-vin qu’il accepta sans vergogne180. Avec de l’argent ou des troupes, on pouvait tout obtenir de l’évêque : des prébendes181, une charge de maréchal182, l’instauration d’une commune183, la condamnation d’un ennemi ou, inversement, la levée d’une peine184, etc. Bien évidemment, les sujets de l’évêque ne pouvaient rester insensibles à une corruption en quelque sorte institutionnalisée à la tête de l’État. Celle-ci, pourtant largement répandue dans la société médiévale, fut ressentie comme illicite185. Aussi s’efforcèrent-ils de la combattre par tout un ensemble de mesures soutirées à l’évêque. En pure perte, semble-t-il. Sans cesse contournées, les dispositions anti-corruption furent plusieurs fois remises en question186, signe de leur inefficacité et d’un profond enracinement du fléau.

28Après ce rapide tour d’horizon des sources de recettes épiscopales, venons-en à présent aux principaux motifs de ses dépenses.

2. Dépenses

  • 187 À ces services communs venaient s’ajouter tout un ensemble de taxes (menus services, sacra, subdia (...)
  • 188 Cfr p. 189–190. — Berlière, Libri obligationum, p. X—XI.
  • 189 Id., p. XIII.
  • 190 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 116–117, qui dit de lui que recedere non poterat nisi se prius a cre (...)
  • 191 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 330 ; t. 3, col. 714, 736, 756–757. — Sauerland, Vatik (...)
  • 192 Cfr p. 231 et n. 61. Guillaume Ier, comte de Hainaut-Hollande (1304–1337), fils de Jean II d’Avesn (...)
  • 193 Sept quittances de paiement entre 1315 et 1317 sont connues (Berlière, Libri obligationum, p. 4–5) (...)
  • 194 Sur les décimes, cfr Folz, Deuxième concile de Lyon et Allemagne, p. 463–472. — Berlière, Décimes (...)

29Nous avons vu plus haut qu’à l’aube de son règne, le prélat liégeois se trouvait déjà considérablement endetté. Il est en effet obligé de payer à la papauté des services communs d’un montant de 7 200 florins187, charge considérable à laquelle il ne lui est guère possible d’échapper car très souvent, le pape s’arrange pour conférer l’évêché de Liège à un clerc présent à la cour pontificale. Il l’a ainsi sous la main et peut le retenir, l’empêcher de gagner son diocèse tant qu’il n’a pas promis de payer son dû188. L’évêque entame donc son règne avec un passif on ne peut plus embarrassant, avec une charge d’autant plus lourde qu’il doit éventuellement acquitter en sus le solde débiteur de son ou de ses prédécesseurs189 et qu’il a probablement été amené à soudoyer plus d’un membre de l’entourage pontifical afin de promouvoir son nom et sa candidature auprès du souverain pontife. Comme à ce moment, il n’a pas encore touché le moindre copé des revenus de sa charge, sa situation financière est pour le moins délicate. Ainsi, par exemple, Thibaut de Bar fut-il retenu très longtemps dans la Ville éternelle190. Tout comme Hugues de Chalon avant lui, il ne parvint à se sortir des griffes de Boniface VIII qu’en contractant un emprunt191, la papauté se montrant pour l’occasion des plus complaisantes puisqu’il s’agissait pour elle de rentrer dans ses fonds. Quant à Adolphe de la Marck, il résidait encore dans les États pontificaux lorsque, pour pouvoir régler ses dettes, il engagea Malines au comte de Hainaut192. Malgré la somme considérable qu’il retira de cette transaction, il ne remboursa son dû qu’avec peine et à des termes aussi nombreux qu’irréguliers193. Cela dit, une fois les divers services encaissés, la papauté ne renonçait pas pour autant à toute ponction sur les revenus épiscopaux et, plus largement, sur ceux de l’Église liégeoise. À l’ordre du jour en permanence et sans cesse ajournée, la croisade sera toujours un excellent prétexte pour lever des subsides sur les bénéfices ecclésiastiques, ces lourdes décimes qui, à des termes très rapprochés, jalonnèrent les xiiie et xive siècles194.

  • 195 Pour l’ensemble de ce paragraphe, cfr également les p. 475–485.
  • 196 Cfr C.S.L., t. 2, p. 354–355 ; t. 6, p. 34, 273 (ici, fructus et obventiones quoscumque sigilli cu (...)
  • 197 Id., t. 4, p. 28–29 (un pseudo-receveur pille la mense épiscopale durant la vacance du pouvoir con (...)
  • 198 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 66. — R.C.L., t. l, p. 128–131.
  • 199 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103, 110. — C.S.L., t. 6, p. 29–30, 40.
  • 200 Par exemple, durant les deux périodes de mambournie que connut Liège, dans les années 1372/3–1375. (...)

30Après en avoir fini avec le pape et la curie pontificale, l’évêque pouvait enfin gagner son diocèse. À son arrivée à Liège, il ne devait pas souvent trouver une situation financière très florissante. Quelles qu’en soient la durée et les raisons — la désignation du nouveau prélat qui traîne en longueur, ses difficultés en cour de Rome... —, la vacance du pouvoir est tout sauf propice au remplissage des coffres épiscopaux. Au pire — et c’est, faut-il le dire, le cas le plus fréquent —, la principauté vient de connaître des tensions de toutes sortes195. Conséquences inévitables : un certain laxisme dans la perception des revenus épiscopaux, l’anéantissement probable de certains d’entre eux (récoltes, bâtiments...), voire tout simplement des pillages en tous genres. Si, par chance, le désordre a été contenu, le chapitre de SaintLambert s’efforcera de conserver les revenus engrangés en sa qualité de chef d’État sede vacante196. Quant au mambour, qui dispose de la régence temporelle de la principauté durant l’interrègne, si par bonheur il n’a pas profité de sa charge pour vider les caisses de l’État — et pour autant que d’autres ne s’en soient pas chargés à sa place197 —, il ne les remplira pas non plus car il a le droit de disposer légalement des revenus épiscopaux, et ce durant toute la durée de sa mission198. Il semble bien cependant que cela ne lui ait pas suffi car à plusieurs reprises, l’évêque fut amené, dès son entrée en fonction, à lui signer des reconnaissances de dettes ou à lui rembourser les frais supportés dans l’exercice de ses fonctions199. Lorsque nous aurons dit que tout ce processus pouvait se répéter chaque fois que l’évêque, en désaccord avec ses sujets, abandonnait temporairement son trône et qu’un mambour exerçait le pouvoir ad interim200, on comprendra aisément que toute vacance de pouvoir, si brève soit-elle, ait eu des conséquences néfastes sur les finances épiscopales.

  • 201 En 1347, Englebert délègue tous ses pouvoirs au chapitre de Saint-Lambert afin qu’il puisse l’aide (...)
  • 202 Cfr p. 398–403.

31Ceci étant, quel que soit l’état du trésor épiscopal à l’arrivée du nouveau prélat, ce dernier devait consentir, à longueur d’année et durant tout son règne, de multiples et constantes dépenses. Il y a tout d’abord ce que nous appellerons les frais de fonctionnement du pouvoir épiscopal c’est-à-dire les dépenses nécessaires au vivre et au couvert de l’évêque et de son proche entourage201. Ces dépenses ne doivent pas être de peu d’importance. L’évêque en est d’ailleurs tout à fait conscient. Pourtant, nous le verrons lorsque nous étudierons les auxiliaires du pouvoir, il ne semble pas que l’évêque soit intervenu outre mesure dans la rétribution de ses conseillers et de ses officiers202.

  • 203 Cfr p. 465–466.
  • 204 Cfr p. 144, 150–151, 189–190,464.
  • 205 On aura une bonne idée des dépenses que peut engendrer un long voyage dans Badel, Un évêque à la D (...)

32Viennent ensuite les frais dus au caractère itinérant de la monarchie épiscopale liégeoise. Le prélat ne tient pas en place. La plupart du temps, il arpente ses terres de long en large, changeant constamment de domicile203, le tout entouré d’une escorte, dont il est rarement possible de mesurer l’ampleur. À côté de ces déplacements quasi quotidiens, il lui arrive aussi parfois d’entreprendre des voyages à très longue distance. Au cours de leur règne, la plupart des évêques de Liège firent au moins une fois l’aller-retour entre Liège et Rome (ou Avignon). Robert de Thourotte se rendit au concile de Lyon I, Jean d’Enghien et Henri de Gueldre à celui de Lyon II. Ce dernier franchit la Manche afin de décider Richard de Cornouailles à ceindre la couronne germanique204. Proches ou lointains, quotidiens ou intermittents, ces déplacements suscitèrent nécessairement d’onéreux frais de transport et de séjour205.

  • 206 Cfr Gaier, Analysis of military forces, p. 212–213. — Poncelet, Introduction, t. 3, p. clxv–clxvi.
  • 207 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 111–112. — Triumphus Steppes, p. 185. — Gaier, Art et organis (...)
  • 208 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 286 : sed episcopus novus perpendens munitissimum fortalit (...)
  • 209 1402, p. 353. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 16. — C.S.L., t. 4, p. 421–423.
  • 210 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 100–101. — 1402, p. 243. — Joris, Émeutes démocratiques, p. 250. Au (...)
  • 211 Le tout, donc, contre un engagement brabançon et 20 000 livres tournois (R.C.L., t. 1, p. 183–188. (...)

33Autre motif de dépenses répétitives : la guerre, les expéditions militaires dont l’évêque de Liège fut toujours tellement friand. Elles coûtent très chers et l’évêque le sait très bien, lui qui rémunère ses soldats et est tenu de prendre en charge une partie des frais occasionnés par les guerres à ceux qui combattent sous sa bannière206. Ce n’est pas pour rien qu’après la bataille de Steppes (1213), Hugues de Pierrepont décida de « vendre la paix » au duc de Brabant. Continuer la lutte, c’était maintenir une mobilisation générale avec toutes les dépenses que cela impliquait inévitablement207. Jean d’Arckel n’eut, lui non plus, aucun mal à évaluer le coût d’une offensive visant à récupérer définitivement le comté de Looz (1366). Aussi préconisa-t-il, dans un premier temps, un règlement diplomatique du conflit208. Lorsqu’en fin de compte, celui-ci s’avéra impossible, il entama des préparatifs de guerre et fut forcé d’emprunter au receveur de Looz, une somme de 2 000 florins, gagée sur la future recette du comté209. Il semble clair qu’à certains moments, l’évêque de Liège eut des difficultés pour soutenir financièrement une expédition militaire d’envergure. En outre, il ne suffit pas d’entamer une guerre, encore faut-il la gagner. Pour ce faire, il arriva plus d’une fois que l’évêque fasse appel à des mercenaires — les fameux bidarii d’Hugues de Chalon210 —, qu’il promette de grosses sommes d’argent ou qu’il engage des terres et des droits afin d’obtenir de la part des seigneurs voisins un secours tout à fait vital. Ainsi, par exemple, en 1315, Adolphe de la Marck paya-t-il de ses droits sur Maastricht l’aide que lui apporta Jean III de Brabant dans sa lutte contre les bonnes villes de la principauté211.

  • 212 1402, p. 201.
  • 213 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 79. — 1402, p. 229–230. — Tongerlo, p. 40. — Mathias de Lewis, Chron (...)
  • 214 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. LIII-LIV, 6–7, 64–65, 93, 137, 155–156, 161, 248–249, 270 (...)
  • 215 Cfr p. 223–225.
  • 216 C.S.L., t. 4, p. 115–123, 129–130. Le château de Durbuy (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Marche-en-F (...)

34Restent nombre d’occasions de dépenses plus pacifiques. Civiques ou personnelles, elles ne manquent pas d’engloutir des torrents d’argent. Il y a tout d’abord le financement de ce que l’on appelle de nos jours les travaux publics, par exemple la fortification de la porte Sainte-Walburge à Liège par Henri de Gueldre212 ou le développement castral de Huy et d’Anhaive sous Jean de Flandre213. Par ailleurs, montrant par là que toute préoccupation religieuse ne l’a pas complètement abandonné, l’évêque de Liège ne répugne pas à faire des donations qui, pour lui, sont autant de revenus dont il ne bénéficiera plus. Les multiples concessions visant, dans le premier tiers du xiiie siècle, à la fondation et au développement de l’abbaye du Val-SaintLambert sont, à cet égard, particulièrement éloquentes214. Enfin, premier propriétaire foncier de l’État liégeois et détenteur de multiples droits et revenus, l’évêque consacrera de fortes sommes d’argent à l’extension géo graphique de son pouvoir, concédant de lourdes rentes aux princes voisins afin d’obtenir en contrepartie la féodalisation de certains de leurs alleux215 et engloutissant des fortunes dans l’achat de biens mobiliers et immobiliers. Témoin ce château de Durbuy, qu’il paya 20 000 florins en 1349216 !

***

  • 217 Les quelques exemples qui suivent montrent bien que la situation pécuniaire du prélat liégeois tie (...)

35Les quelques pages qui précèdent, où nous ne faisons pourtant qu’évoquer la question complexe des rapports entre l’évêque de Liège et l’argent, interpellent inévitablement. Pour notre part, nous aurions aimé pouvoir expliquer avec précision pourquoi l’évêque de Liège qui, manifestement, brasse beaucoup d’argent, semble toujours à ce point en manquer. Trop de dépenses ? Des recettes insuffisantes ? Les deux ensemble, très certainement. Sans doute trouvera-t-on une ébauche d’explication à ce déséquilibre chronique des finances épiscopales dans le faisceau d’hypothèses posées plus haut : des ressources épiscopales surestimées par la papauté, un probable dysfonctionnement dans la perception des amendes et des impôts, des terres et des revenus frappés d’incapacités diverses, les conséquences néfastes des guerres, une absence manifeste de plan, de budget véritable, condition sine qua non d’une gestion saine et rationnelle, toutes ces raisons et bien d’autres encore, probablement, permettent de mieux saisir la situation financière du prélat liégeois, situation qui est finalement fort proche de celle de beaucoup d’autres princes de l’époque et qui subit, à coup sûr, l’effet de la tendance économique générale217. Tout se passe comme si les moyens traditionnels de financement ne répondaient plus aux exigences croissantes d’un prélat désormais forcé de recourir à des expédients, comme si les structures de l’État médiéval, moribond, étaient anachroniques, en porte-àfaux par rapport aux besoins d’un État moderne en devenir. Ceci étant, il convient de garder de l’évêque l’image d’un homme qui, certes, n’est pas le seul, dans ses États, à produire de la richesse mais qui, néanmoins, a entre les mains pratiquement toutes les ficelles connues à ce jour pour faire de l’argent ; un homme qui manifestement vit et se doit de vivre au-dessus de ses moyens — majesté épiscopale ne rime guère avec parcimonie ! —, qui est confronté à une banqueroute perpétuelle, lutte pied à pied avec les créanciers et n’hésite pas à verser dans l’arbitraire pour redorer son blason ; un homme qui, cependant, tout auréolé de son prestige, traversera deux siècles de problèmes financiers sans jamais être inquiété, sans jamais avoir ni à se justifier, ni à acquitter le prix qu’il paierait, de nos jours, pour les libertés qu’il prit parfois avec l’intégrité.

***

C. La force

Dicitur autem comuniter quod episcopus habuerit plures equites in adjutorio suo quant rex Angliae quando regem Francie invasit [...]. Jean de Hocsem, Chronicon, p. 344.

Hoc anno post Pasca Leodienses literas confederationis inter bonas villas apud Feh Hoyum remiserunt, quia, sicut asserebant nuntii, male servassent eis pacta que continentur in illis, nam fovebant dominum contra ipsos et malefactores qui ambassiatores eorum ceperant ire per villam libere permittebant. Illis se excusantibus non admissis, nuncii literas in contione coram omnibus lacerarunt et reddentes dicebant quod Leodienses Hoyenses habebant pro capitalibus inimicis. Id., p. 197.

  • 218 Gaier, Analysis of military forces. — Id., Art et organisation militaires. Notre brève évocation d (...)

36Qui dit force pense inévitablement à l’armée et, de fait, c’est du potentiel militaire liégeois qu’il sera question dans ce troisième paragraphe. Bien entendu, notre intention n’est pas de décrire par le menu toutes les composantes des armées épiscopales. Cela s’avère d’ailleurs tout à fait superflu : des études récentes ont fait toute la lumière sur ces questions218. Pour notre part, nous souhaiterions simplement répondre aux deux questions suivantes : sur qui l’évêque de Liège peut-il compter aux xiiie et xive siècles ? Qu’en est-il exactement du soutien des villes liégeoises à leur prince ? Mais parlons tout d’abord des effectifs militaires au service de l’évêque.

  • 219 Rappelons ici le recours occasionnel à des mercenaires efficaces mais coûteux (cfr p. 256–257 et n (...)
  • 220 Lévold de Northof, Chronica, p. 84 : qualis nunquam fuit visus in istis partibus. Jean le Bel, Ch (...)

37Globalement, on peut dire que l’évêque de Liège disposait d’une armée intermittente composée de tous les habitants mâles de la principauté, âgés de 16 à 60 ans environ, et, en particulier, de la noblesse féodale. Cette dernière représentait grosso modo 500 à 600 combattants à cheval, chiffre qui grimpa à 800 après l’annexion définitive du comté de Looz à l’État liégeois (1366). À cette cavalerie féodale s’ajoutaient quelque 15 000 fantassins fournis par les communautés urbaines et une milice rurale dont il est difficile de mesurer l’exacte importance. On l’aura compris, les forces épiscopales étaient considérables219. Les contemporains ne s’y sont d’ailleurs pas trompés220. Toutefois, Cl. Gaier le précise fort à propos, cette revue des troupes reste tout à fait théorique. La réalité est tout autre, et ce pour diverses raisons. Elles sont principalement de deux ordres. Économiques et matérielles tout d’abord. Difficultés d’obtention et de conservation d’un armement pour le roturier, problèmes d’approvisionnement du contingent, simultanéité entre l’époque des combats et celle des travaux des champs : la levée de larges corps d’armée n’est favorisée en rien. Par ailleurs, celle-ci est encore entravée par des obstacles à la fois politiques et institutionnels. Au premier groupe ressortissent les divergences d’intérêts au sein d’une armée hétérogène, les divisions en factions, la propagande subversive, des facteurs qui atténuent voire annihilent les effets de l’appel ; le second comprend l’absence d’une réelle mobilisation générale et le laxisme dans le contrôle de l’application des ordres, ce qui entraîne absences, exemptions et désertions en cascade. Ainsi sont décrites en quelques mots les deux faces d’une même médaille. D’un côté une armée aussi idyllique qu’irréelle, de l’autre une réalité plus contrastée, nettement moins favorable. Entre ces deux extrêmes, une question s’imposait : que peut-on dire des forces armées à la disposition de l’évêque durant les xiiie et xive siècles ?

  • 221 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 100–101, 105. — Triumphus Steppes, p. 181–182. — Gaier, Art e (...)
  • 222 1402, p. 270–271. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 147–148.
  • 223 Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 166, 169. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 292 (...)
  • 224 Cfr notamment Poncelet, Extinction de la « familia » militaire.
  • 225 Sur cette guerre privée, qui déchira une bonne part du xive siècle liégeois, cfr, faute de mieux, (...)

38En ce qui concerne la noblesse de la principauté, dont, nous venons de le dire, l’évêque de Liège était en droit d’attendre le soutien, on est parfois assez loin du compte. Quelques exemples suffiront à le montrer. En 1213, alors que va s’engager à Steppes l’une des batailles les plus mémorables de l’histoire liégeoise, Hugues de Pierrepont peut se prévaloir d’une cavalerie comportant tout au plus une trentaine de membres221. Certains sont au service d’un autre dynaste ; un lignage entier — la puissante famille de Dommartin — fait défection. À son retour d’Avignon, Adolphe de la Marck découvre une noblesse hesbignonne alliée aux rebelles hutois222. Lors de la bataille de Vottem (1346), qui oppose Englebert de la Marck à une coalition urbaine, plusieurs vassaux se sont intégrés aux ennemis de l’évêque. De même, au cours des mois précédant la bataille de Tourinne (1347), une partie des forces féodales du prélat adopte la cause d’une nouvelle confédération de bonnes villes de la principauté223. Les motifs du décalage entre armée idéale et armée réelle, que nous avons exposés plus haut, sont autant d’explications à une certaine désaffection de la noblesse liégeoise à l’égard du service militaire dû à l’évêque. Le déclin de la familia militaire liégeoise a déjà été maintes fois souligné224. La fameuse querelle des Awans et des Waroux225 et les scissions qui en résultèrent au sein de la noblesse n’y ont sans doute pas peu contribué. Ceci étant, peut-être doit-on se demander si ce fléchissement de l’assiduité militaire de la noblesse n’est pas le propre des Etats qui, comme Liège aux xiiie et xive siècles, sont en train de connaître leur pleine maturité avant d’amorcer un certain déclin. Peut-être cette trajectoire parabolique inéluctable se double-t-elle d’un essoufflement de l’enthousiasme fondateur, celui de la période de formation et de gestation de l’État liégeois ?

  • 226 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 104.
  • 227 Id., p. 133. Le passage comporte encore les propos suivants : Iste est qui in inevitabili necessit (...)
  • 228 Sur le comte de Looz, vassal de l’évêque de Liège, cfr p. 234 et n. 83.
  • 229 Les propos de la p. 262 n. 226 et 227 concernent la bataille de Steppes.
  • 230 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 942.
  • 231 1255 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26. — 1402, p. 189./1267 : Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p (...)
  • 232 C.S.L., t. 2, p. 586–587 ; t. 3, p. 246–248, 262–264, 287–289, 307–308, 412–415 ; t. 4, p. 51–53.
  • 233 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 147–148, 159. — 1402, p. 267, 276–277. — Fairon, Chartes confisquées (...)
  • 234 Le duc de Brabant était en outre vassal de l’évêque de Liège pour quelques fiefs. À ce propos et s (...)
  • 235 Le duc de Brabant détient des droits depuis le début du xiiie siècle. Sur ce point et sur les conf (...)
  • 236 Cfr études mentionnées p. 261 n. 221.
  • 237 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83. — Tongerlo, p. 40.
  • 238 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 263–264. — Laurent, Actes et Documents Vienne, p. 121–122. — C.S.L.,(...)
  • 239 1256 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 32, 34–35. — 1402, p. 203–207. — G.A.T., t. 2, p. 202–206. — (...)
  • 240 Cfr p. 236 et n. 106, 271 et n. 280.
  • 241 Cfr p. 231–232 et n. 64.
  • 242 R.C.L., t. l, p. 108–111.
  • 243 1301 : C.S.L., t. 3, p. 8–11 [également choisi comme mambour par le chapitre de SaintLambert (R.C. (...)
  • 244 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 59–61, en part. p. 60. — 1402, p. 216–219. — Annales Floreffienses, (...)
  • 245 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 42. — C.S.L., t. 1, p. 479–481 ; t. 2, p. 406–408 ; t. 6, p. 57 (...)
  • 246 Cfr Fairon, Démembrement. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 223.
  • 247 Cfr p. 230 et n. 57,58.
  • 248 Pour l’alliance d’octobre 1315, il Brabantie ducem tunc juvenem adiit consiliarios ejus sibi benef (...)
  • 249 Cfr p. 257 et n. 211.
  • 250 Lévold de Northof, Chronica, p. 85, déclare que le duc ne veut pas aider Englebert de la Marck si (...)
  • 251 Oppositions : C.S.L., t. 2, p. 467–468, 472–474 ; t. 4, p. 344 ; t. 6, p. 41, 118. — Piot, Inventa (...)
  • 252 Vache, cfr p. 264 n. 244 ; Jean de Hocsem, Chronicon, p. 166–167. — 1402, p. 281— 282. — Lévold de (...)
  • 253 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 265–266, 344. — Annales Floreffienses, p. 629. — Notae Leodienses, p (...)
  • 254 Cfr p. 254 et n. 192.
  • 255 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 93. — Triumphus Steppes, p. 174–175, 179. — Walraet, Actes Ph (...)
  • 256 Vache, cfr p. 264 n. 244./ C.S.L., t. 2, p. 582–586 (22 novembre et non 23 août 1300, selon Bovess (...)

39Les quelques réflexions qui précèdent concernent, pour l’essentiel, les familles nobles résidant dans la principauté. Cependant, la vassalité épiscopale ne se circonscrit pas aux seules « frontières » de l’État liégeois. Nous l’avons vu, au sommet de celle-ci, on trouve la quasi-totalité des dynastes dont les terres étaient réparties sur le territoire de l’actuelle Belgique. À nouveau, cette fidélité à laquelle, il faut bien le dire, on ne s’attend pas vraiment, n’est pas au rendez-vous. Il n’est pas un de ces princes sur lequel l’évêque puisse compter à coup sûr et à tout moment. Certes, certains sont plus fiables que d’autres. Renier de Saint-Jacques dira du comte de Looz qu’il est, pour l’évêque, specialis et fidelis eius filius226, que iste erat tam episcopo quam Leodiensibus in omni necessitate indeficiens clipeus227 et, de fait, le comte de Looz fit souvent partie des alliés épiscopaux228, que ce soit par exemple à Steppes229, au siège de Poilvache230 ou lors des querelles qui opposèrent l’évêque de Liège aux bonnes villes de ses États (1255, 1267, 1300, 1307, fin des années 1320, 1346–1347231). Les pactes qui les unissent sont nombreux et durables232, parfois scellés par une transaction foncière. Cela ne les empêcha pas, toutefois, de connaître des heurts voire d’appartenir à des partis antagonistes. Il en est ainsi lors de la bataille de Hanzinelle (1314) et des événements qui suivirent, ou sous le règne de Thierry de Heinsberg, qui profita largement de la mansuétude d’Adolphe de la Marck mais s’allia aussi régulièrement au duc de Brabant233. Exacte antithèse d’un comte de Looz souvent très proche du prélat liégeois : le duc de Brabant. Ses rapports avec l’évêque furent la plupart du temps conflictuels. Il est clair qu’il ne supporta jamais qu’une bonne part de ses terres fasse partie intégrante du diocèse de Liège et tombe sous le coup des diverses juridictions épiscopales234. Quant à partager avec l’évêque le pouvoir sur des villes comme Maastricht, il ne le fit jamais qu’à contrecœur235. Si certaines querelles débouchèrent sur des conflits armés [le sac de Liège (1212), la bataille de Steppes236, le coup de main brabançon sur la forteresse de Cornillon (1291)237 et tous ces démêlés qui aboutirent à la paix de Montenaken (133 8)238), l’hostilité du Brabançon se manifesta le plus souvent par une alliance systématique avec les ennemis de l’évêque, princes voisins ou sujets révoltés contre leur chef d’Etat. Ainsi se lia-t-il à plusieurs reprises avec Saint-Trond (1256, 1347–1348)239, Huy (1343–1344)240, Malines (1267)241, Liège (1286)242, les bonnes villes de la principauté dans leur ensemble (1301, 1328, 1347, 1370)243 ou les adversaires princiers de l’évêque, lors de la guerre de la Vache de Ciney, par exemple244. Considéré comme l’ennemi héréditaire de l’Église de Liège, le duc de Brabant n’apporta jamais un soutien sincère et désintéressé au prélat liégeois. Les quelques alliances qu’ils scellèrent245 furent, semble-t-il, de pure forme et elles n’ont manifestement jamais rien donné de bien concret. Par ailleurs, en sollicitant du pape le démembrement du diocèse de Liège (1332, 1336)246, le duc n’hésita pas à porter atteinte aux fondements mêmes de l’État liégeois, et, lorsqu’il lui apporta une aide militaire, il ne manqua jamais de la négocier. Seules des terres en engagère (1255, 1300)247, des bénéfices ecclésiastiques (1315)248, de l’argent249 ou la reconnaissance de certains droits (1347)250 permirent à l’évêque de lui arracher des promesses que le duc était prêt à oublier à la première occasion. Entre ces deux extrêmes — un comte de Looz plutôt favorable à l’évêque et un duc de Brabant en qui il ne pouvait guère avoir confiance — quelques moyens termes : les comtes de Flandre, Luxembourg, Hainaut et Namur. Malgré certains désaccords, nous pouvons dire que le premier fut globalement favorable à l’évêque, même si, à coup sûr, en défendant les intérêts de l’évêque, à Steppes ou lors de la vente de Malines (1333), c’était avant tout les siens qu’il protégeait251 Pour ce qui est du comte de Luxembourg, ses rapports avec l’évêque connurent des hauts et des bas. Lui aussi prit le parti du comte de Namur lors de la guerre de la Vache et, à plusieurs reprises, il mena des actions contre l’évêque de Liège252. Il fut néanmoins un soutien militaire d’envergure, en particulier pour les la Marck, notamment lors des démêlés que connut Adolphe avec le duc de Brabant (1338) ou au cours de la bataille de Vottem253. D’un soutien du comte de Hainaut, vassal si l’en est du prélat liégeois, il n’est plus guère question. Tout au plus le voit-on procurer des fonds à Adolphe de la Marck afin qu’il puisse rembourser ses dettes, mais l’engagère de Malines était à la clé254. Quelques mots enfin à propos du comte de Namur. Dans l’ensemble, son attitude à l’égard de l’évêque fut mitigée. Il fut certes un allié précieux avant la bataille de Steppes, également en 1347, alors qu’Adolphe rencontrait des difficultés avec les bonnes villes, au cours de la bataille de Tourinne et lors de la guerre de succession de Brabant255. Cependant, en 1300, le comte de Namur, jadis principal adversaire de l’évêque lors de l’épisode de la Vache, prit également fait et cause pour les villes de la principauté, alors dressées contre l’évêque256. Voilà donc, exposés schématiquement, les comportements qu’adoptèrent toute une série de dynastes, à la fois voisins directs et vassaux de l’évêque, durant deux siècles d’histoire liégeoise. Le bilan n’est guère brillant. Mis à part le comte de Looz, aucun d’entre eux ne fut véritablement loyal. Du même coup, la féodalité semble avoir vécu, tout au moins au sommet de la pyramide. Les engagères qui, à plusieurs reprises, conditionnèrent l’intervention militaire de l’un de ces princes, en sont la preuve. Ceux-ci ne sont plus les vassaux d’un seigneur auquel, par nature, ils devaient le service d’ost. Ils agissent désormais en princes territoriaux qui, dans le réseau des rapports de force internationaux et en fonction de la position épiscopale en son sein, négocient et monnaient leur appui auprès d’un autre prince territorial : l’évêque.

  • 257 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 95. — Triumphus Steppes, p. 179.
  • 258 De Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 109. — C.S.L., t. 6, p. 35. Cfr encore p. 264 n. 237.
  • 259 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26–27. — 1402, p. 186, 189, 191. — Lévold de Northof, Chronica, p. 4 (...)
  • 260 Thier d’Erbonne (nom d’un raidillon situé à Huy) et Waremme : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 199. —(...)
  • 261 Le comte Thierry VIII de Clèves (1305–1347) épousa successivement une Gueldre puis une Juliers ; J (...)

40Fort heureusement, les dynastes du territoire belge actuel n’étaient pas les seuls susceptibles d’apporter leur aide au maître de la principauté. Lors du sac de Liège, Hugues de Pierrepont qui, rappelons-le, n’était « français » que d’origine mais dont la famille avait probablement conservé nombre d’attaches dans le Laonnais, trouva un appui auprès de chevaliers français257. Jean de Flandre, quant à lui, bénéficia du même avantage auprès de Guy de Dampierre. Dans ce cas bien précis, le comte de Flandre profita de son statut de père plus que de sa dignité comtale pour éclipser l’évêque, sous prétexte de l’aider et pour s’approprier les rênes de l’État liégeois258. Enfin, les règnes d’Henri de Gueldre et des la Marck furent particulièrement propices aux interventions de princes rhénans. Lors des insurrections urbaines de 1255, Henri de Gueldre fut épaulé par ses frère et beau-frère, les comtes de Gueldre et de Juliers259. Quant aux la Marck, ils virent s’adjoindre régulièrement à leur armée les comtes de Gueldre, Berg, Clèves, Juliers et plusieurs membres du clan la Marck, le comte en tête. Ainsi en est-il notamment au cours des batailles du thier d’Erbonne (27 mai 1328), de Waremme (2 juin 1328), de Hoeselt (25 septembre 1328), de Vottem et de Tourinne, lors des démêlés entre Dinant et Bouvignes (1321) et au siège de Stockem (1361)260. Or, à bien observer les arbres généalogiques de ces maisons souveraines rhénanes, il apparaît très clairement que toutes ces familles contractèrent bon nombre de mariages endogamiques261. Les princes qui les composent avaient par conséquent des liens de parenté très proches. C’est donc dans leur propre famille que les évêques, en particulier les la Marck, trouvèrent le plus ferme soutien de leur action militaire. La conclusion s’impose d’ellemême : dans les alliances politico-militaires comme dans les tractations qui président à l’accession au pouvoir épiscopal ou aux destinées d’une terre, la famille est, plus que jamais, un facteur déterminant.

  • 262 Joris, Huy et sa charte de franchise, p. 23. — Id., Ville de Huy, p. 482. — Id. Clauses militaires (...)
  • 263 Pour la charte d’Albert de Cuyck, cfr Kurth, Origines de la commune de Liège, p. 304–305. Sur cett (...)
  • 264 R.O.P.L., p. 199. — C.S.L., t. 3, p. 324.
  • 265 Bormans, Cartulaire Couvin, p. 21, 40. — C.S.L., t. 3, p. 574–575. Couvin (Belgique, pr. Namur, ar (...)
  • 266 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 221–224. — R.O.P.L., p. 168–169. — Borgnet, Cartulaire Ciney, p. 7–9 (...)

41Reste enfin la question des milices urbaines, qui nous permet d’amorcer le second et dernier aspect de notre réflexion. La participation de celles-ci aux expéditions militaires de l’évêque fit l’objet de stipulations précises et fort anciennes. Ainsi, selon le privilège accordé aux Hutois par l’évêque de Liège en 1066, ceux-ci sont tenus de se mettre en campagne à la suite des Liégeois et pour autant que les droits et la sécurité de l’Église de Liège soient menacés262. Au cours de la période qui nous occupe dans ce travail, le devoir d’ost assigné aux milices urbaines fut maintes fois spécifié, l’accent étant souvent mis, cependant, sur le fait que les expéditions militaires auxquelles elles sont susceptibles de participer doivent concerner explicitement la défense de l’État liégeois, non les intérêts personnels ou féodaux du prélat, sauf en cas d’accord des intéressés. C’est notamment ce que précisent, pour Liège, la « charte d’Albert de Cuyck, confirmée en 1208 par Philippe de Souabe » et la paix de Huy263, pour Saint-Trond, la paix de Nieuwenhoven (1329)264 et, pour Couvin, les records des droits épiscopaux rédigés en 1340 et 1377265. Souvent limité dans son application, le service militaire fut aussi parfois exigé en toute circonstance, que ce soit des Hutois en 1301 ou de Ciney en 1321266. Voilà pour la théorie définie par les actes. Venons-en à présent à la pratique.

  • 267 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 105. — Triumphus Steppes, p. 182. — Gaier, Art et organisatio (...)
  • 268 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 22–23. — 1402, p. 182. — Joris, Clauses militaires, p. 311 et bibl. (...)
  • 269 R.O.P.L., p. 49–50. — C.S.L., t. 2, p. 64–65.
  • 270 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 109–110. — 1402, p. 247–248. — Tongerlo, p. 55–56. Thuin (Belgique, (...)

42Certains événements très exceptionnels justifièrent une mobilisation générale des forces urbaines. Le conflit avec le duc de Brabant qui atteignit son paroxysme à Steppes en 1213 fut de ceux-là. À cette occasion, l’évêque Hugues de Pierrepont obtint le soutien inconditionnel des milices de Liège, Huy, Dinant, Fosses, Thuin et Châtelet, celles-ci ayant d’ailleurs été les principaux artisans de l’éclatante victoire liégeoise267. Néanmoins, le prélat ne bénéficia pas en toute circonstance de l’élan d’enthousiasme déployé à Steppes et la solidarité urbaine ne se manifesta pas chaque fois que l’infanterie urbaine fut sollicitée. Deux exemples suffiront à expliciter notre propos. En 1253, alors qu’Henri de Gueldre convoque les milices liégeoises afin de porter secours à son vassal, le comte de Hainaut, aux prises avec sa mère, l’évêque se voit opposé une fin de non-recevoir de la part de la Cité. Il sera en définitive débouté de sa requête malgré l’avis favorable des échevins et l’appui du roi de Romains268. Ce dernier estima en effet que la Cité était dans l’obligation d’aider le prélat à promouvoir la position de son vassal de Hainaut269, décret que, bien entendu, le peuple liégeois rejeta, l’estimant contraire aux stipulations de la charte d’Albert de Cuyck. Second exemple : il montre combien la solidarité urbaine pouvait être battue en brèche lors de certaines expéditions militaires. En 1301, Adolphe de Waldeck éprouve les pires difficultés à faire respecter ses ordres et sa personne par les bourgeois de Fosses. Aussi bien appela-t-il à la rescousse les Hutois qui n’hésitèrent pas à piller la cité fossoise. Au cours de la même expédition, les Hutois permirent également à l’évêque de déloger par la force les oppidains de Thuin, qui refusaient de restituer la forteresse de cette localité à l’évêque270.

  • 271 Cfr p. 123–124 et n. 56, 482.
  • 272 Il sera question de ces événements qui doivent être mis en rapport avec la réglementation pesant s (...)
  • 273 Ces questions ont été traitées notamment par Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 179–215 ; t. 2, p. 4–4 (...)
  • 274 Cfr p. 264 et n. 239–243.
  • 275 Cfr p. 269 et n. 270.
  • 276 Henri de Gueldre met ici en pratique la maxime « diviser pour régner » : il s’efforce de briser un (...)
  • 277 Cfr p. 123–124 et n. 56,482.
  • 278 1285 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 74–75. — 1402, p. 225–226. — C.S.L., t. 2, p. 384–385./1255 :(...)
  • 279 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 197.
  • 280 On trouvera de larges développements sur ces questions dans : Joris, Ville de Huy, p. 461–468. — I (...)

43Les deux épisodes que nous venons tout juste d’évoquer succinctement nous incitent à dépasser l’étude du rôle des milices urbaines dans le paysage militaire liégeois et à repenser de manière plus large d’importantes questions concernant, d’une part, les rapports entre l’évêque de Liège et les villes de ses Etats et, d’autre part, les liens qui les unissent entre elles. En ce qui concerne la première de ces questions, selon nous, les sources ne laissent planer aucun doute : tout au long des xiiie et xive siècles, les villes entretinrent des rapports pour le moins houleux avec leur prince. Cette hostilité se manifesta principalement par deux types d’actions politiques : des confédérations urbaines et des pactes avec les dynastes étrangers. Les premières sont nombreuses. De l’union qui tira parti de l’interrègne consécutif à la mort d’Hugues de Pierrepont271 à la collusion que provoquèrent, sous Jean d’Arckel, certaines atteintes aux droits de la cité de Thuin, de la part des officiers épiscopaux272, l’évêque se heurta à nombre de coalitions urbaines, qu’elles soient tacites ou consacrées par des actes. Celles que connut Henri de Gueldre tout au long de son règne, ou Adolphe de la Marck dans le premier tiers du xive siècle, ou encore Englebert dès son retour d’Avignon (1345), figurent assurément parmi les plus virulentes273. À côté et souvent en plus de ces confédérations, nombre d’alliances furent scellées par les villes liégeoises avec un prince étranger, tout spécialement avec le duc de Brabant. De telles ententes, conclues par les bonnes villes dans leur ensemble ou par certaines d’entre elles en particulier274, furent autant d’atteintes au pouvoir central liégeois et constituèrent, aux yeux du prélat, une trahison à répétition parfaitement inadmissible. Ceci étant, il serait erroné de croire que toutes ces cités ont préservé une cohésion à toute épreuve dans la partie de bras-de-fer qui les opposa au chef de l’État liégeois. Nous avons signalé plus haut le rôle essentiel que jouèrent les Hutois lorsqu’il s’est agit pour Adolphe de Waldeck de mâter les bourgeois de Fosses275. Nous pourrions évoquer également les paix séparées qui mirent fin aux graves démêlés ayant opposé Henri de Gueldre à son pays (1255)276. Chacune d’elles (successivement avec Saint-Trond, Huy, Liège et Dinant) détruisit progressivement une communauté d’intérêts que l’on aurait pu croire inaltérable. Enfin, nous pouvons mentionner à la suite d’A. Joris, le cas tout à fait exemplaire de la ville de Huy. Celle-ci alterne avec un égal bonheur les positions pro et contra, accordant ses faveurs tantôt à l’évêque, tantôt aux autres villes de la principauté. Partie intégrante de l’alliance urbaine de 1229–1231, elle n’en accueille pas moins Jean d’Eppes lorsqu’il s’enfuit de Liège277. En 1284, elle fait de même avec Jean de Flandre, en conflit avec la Cité, après avoir pourtant soutenu ses consoeurs en 1255 et 1269 et oeuvré, comme elles, à la destitution d’Henri de Gueldre278. À la fin du xiiie siècle, Hugues de Chalon et le peuple hutois font cause commune contre la principauté tout entière et spécialement contre le patriciat hutois, qui refuse d’entendre parler de répartition plus équitable des responsabilités politiques et de la richesse. La première moitié du xive siècle ne sera qu’une succession d’alliances temporaires et de brouilles avec Liège et avec son évêque. À la fin des années 1320, entre Huy, ferme soutien d’un évêque indésirable à Liège, et cette Cité qui tient les Hutois pro capitalibus inimicis279, la rupture est totale. Elle le sera également en 1343–1344 mais cette fois, c’est avec Adolphe. Un sommet est atteint : Huy répudie son prince, qui a violé ses franchises et ses libertés, et s’offre à l’ennemi traditionnel du peuple liégeois : le duc de Brabant. Ce n’est que sous le règne d’Englebert que les relations entre les deux cités mosanes se normaliseront enfin280.

  • 281 Lejeune, Liège et son Pays, p. 471.
  • 282 Id., p. 474.
  • 283 Par ex. Lot, La naissance et le développement d’un sentiment national. Propos plus nuancés dans R. (...)
  • 284 Par les propos qu’il tient dans Ville de Huy, p. 461–468, A. Joris donne à penser, en filigrane, q (...)
  • 285 C’est également l’impression que nous donnent les propos qu’il tient dans Lejeune, Les Van Eyck, à (...)
  • 286 Il s’agit de la protection de ses intérêts politiques et économiques et l’accession à une certaine (...)
  • 287 Une chose est de se référer aux écrits de quelques littérateurs, souvent peu représentatifs de la (...)
  • 288 Il semble que ce soit seulement dans la seconde moitié du xive siècle que s’exprime l’adhésion de (...)
  • 289 Deux exemples tirés de l’histoire belge contemporaine. Durant la première guerre mondiale, le roi (...)

44À rédiger ces quelques lignes, nous ne pouvons nous empêcher de penser aux propos que tient J. Lejeune dans Liège et son Pays, l’un de ses ouvrages les plus célèbres. Nous les reproduisons ici : « [...] la formation et la stabilisation des principautés territoriales n’ont pas laissé de donner aux Liégeois le sentiment d’appartenir à une communauté distincte. Quel que soit leur attachement à leur ville, à leur lignage, à leur métier et si différents qu’ils puissent être par l’origine et l’intérêt, ceux qui sont nés entre les frontières du pays de Liège ne sont ni Brabançons, ni Namurois, ni Luxembourgeois »281. Et il ajoute : « [...] Fossois, Dinantais, Couvinois ou Liégeois ont pris conscience d’avoir des intérêts communs [...] »282. Ces quelques phrases illustrent assez bien le but que poursuit l’érudit liégeois dans cet ouvrage merveilleusement écrit : démontrer que les xiiie et xive siècles virent éclore une patrie liégeoise. Cette opinion a été encensée avec ferveur283. Nul ne s’est avisé de la mettre en doute, sinon timidement284. Peut-être le temps est il venu de dire que cette idée que nous ressentons comme un a priori érigé en thèse sans avoir connu au préalable le stade de l’hypothèse285, est erronée. Il manque au moins deux choses à l’association des villes liégeoises pour constituer une véritable patrie. La première : une complicité de tous les instants entre les diverses composantes du concert urbain. Lorsque la ville de Huy prend le parti de l’évêque contre l’ensemble des autres cités de la principauté, lorsqu’au même titre que Liège, Saint-Trond, Malines ou Maastricht, elle s’allie au duc de Brabant, lorsque, d’une manière plus générale, elle mène une politique singulière, dont le seul but est d’atteindre les objectifs286 qu’elle s’est fixés au mépris des aspirations ou des besoins de ses consoeurs, lorsque, enfin, plusieurs cités acceptent l’une après l’autre de signer des paix séparées avec l’évêque et d’abandonner le combat commun, quoi qu’en dise J. Lejeune287, cette complicité, « la conscience d’avoir des intérêts communs », « le sentiment d’appartenir à une communauté distincte » n’existent pas288. Il est par ailleurs un sentiment très souvent absent de la mentalité urbaine liégeoise des xiiie et xive siècles, sentiment qui est pourtant souvent magnifié lorsqu’un vent de patriotisme souffle sur un peuple : c’est l’obéissance, le respect, l’attachement envers celui qui est l’incarnation de l’État auquel on appartient. L’Histoire nous enseigne que dans ces circonstances dramatiques et exceptionnelles où le sentiment patriotique est le plus fort, un peuple tout entier voit en lui un refuge, un espoir, un salut289. Dans une principauté comme celle de Liège, où les villes saisissent la moindre occasion pour se heurter à l’évêque, où elles vont jusqu’à commettre l’acte antipatriotique par excellence, qui est de s’allier et de collaborer avec un pouvoir étranger afin de porter préjudice à son prince légitime, dans ces cités qui, manifestement ne prennent en compte que leurs seuls intérêts et dans lesquelles, constamment, l’évêque de Liège doit remettre sa souveraineté sur le métier, sentiment national et conscience patriotique relèvent davantage de l’illusion que de la réalité.

***

  • 290 Telle est la conclusion à laquelle nous sommes arrivé dans Rupture, p. 75, tout comme, avant nous, (...)
  • 291 Cfr p. 362–397.

45En ce qui concerne la personne épiscopale, que retenir, en définitive, de tout ce qui précède ? Répondre à cette question revient, selon nous, à s’enquérir auprès de l’évêque des sentiments qui l’agitent lorsqu’une situation conflictuelle semble se faire jour. Nous pensons ne pas trahir la vérité en disant que le prélat devait connaître, consciemment ou non, une impression d’insécurité, celle que l’on ressent nécessairement lorsque l’on ne sait pas vraiment de quoi sera fait le lendemain. Car, en fin de compte, l’évêque ne devait jamais avoir qu’une idée très approximative du nombre de ceux sur lesquels il pouvait compter le cas échéant. La noblesse féodale ? Elle répondra sans doute présent mais en quelle proportion, elle qui rechigne de plus en plus à exercer un rôle sans lequel elle n’avait jadis aucune raison d’être ? Les dynastes voisins, vassaux de l’Église de Liège ? Leur intervention éventuelle n’a plus guère de rapport avec la féodalité. Elle fait désormais l’objet de contrats dans lesquels les maîtres-mots sont « profits en tous genres ». Les milices octroyées par les villes ? Quoi qu’on en ait dit, la conscience patriotique de ces dernières n’en est encore qu’à un stade embryonnaire. Ni le sentiment d’appartenance à une même collectivité, à une communauté d’intérêts, ni la volonté de se rassembler derrière un même chef n’ont encore véritablement percé les esprits. Aux xiiie et xive siècles, la patrie liégeoise reste un leurre et les villes ne sont, pour l’évêque, que des alliées potentielles qui doivent être séduites en permanence et dont il doit sans cesse reconquérir l’appui290, ce soutien à la fois politique et militaire qu’elles ne concèdent jamais qu’à très court terme. Reste un petit nombre d’hommes de confiance, souvent proches parents du prélat. Sur eux, celui-ci peut tabler et il le sait très bien. Aussi n’est-ce pas par hasard si, comme nous le verrons, il intègre certains d’entre eux parmi ses conseillers les plus proches, à son entourage, au sein de son personnel politique291. Famille, confiance, effectif limité, voilà des termes qui, parmi d’autres, s’appliquent assez bien au petit groupe d’hommes en qui l’évêque de Liège trouve des relais pour la gestion de ses États.

***

D. Le charisme épiscopal

Ecce decus vere fidei, flos Martis, Adulphus, Cuius Marca genus progenerosa fuit, Ecclesie pastor devotus Leodiensis, Exponens animam pro grege sepe suam, In fornace probus persepe probat us ut aurum, Ad mortem constans, cuncta fidelis agens. Qui pugil ecclesie, alter Iudas Machabeus Invictus pugnans, victor ubique potens, Ut Gedeon, Samuel, Sanson, David ac Mathathyas Ecclesiam scuto protegit, ense iuvat. Hugues de Liège, Peregrinarius, p. 38.

Ce qui fait l’homme, vraiment, ce n’est pas le succès du moment où se rue d’instinct la tourbe des moindres... c’est une hauteur d’émotivité hardiment poussée jusqu’aux parties de déséquilibre nécessaires pour le déclenchement des plus belles envolées d’énergie. — G. Clemenceau, Au soir de la pensée, t. 2, Paris, 1927, p. 490, cité par Renouvin-Duroselle, Introduction, p. 298.

  • 292 Stengers, L’Action du Roi, p. 21, montre bien toute l’importance de la personnalité du souverain : (...)
  • 293 Précisons d’emblée que les évêques ne seront pas évoqués chronologiquement mais par affinités et s (...)

46Les quelques mots par lesquels nous avons intitulé ce quatrième paragraphe peuvent paraître sibyllins. Ce sont pourtant, selon nous, les termes les plus adéquats pour désigner des instruments de pouvoir qui, certes, échappent à toute quantification mais qui, au même titre que la terre, l’argent ou l’armée, sinon davantage, servirent l’autorité épiscopale. Le charisme des évêques, c’est tout d’abord leur personnalité, un paramètre qui, est-il besoin de le souligner, pèse lourdement sur le bilan de chaque règne, que le prélat soit une chiffe molle ou un être d’exception292. Il y a ensuite l’excommunication et l’interdit, ces sentences que seul un ecclésiastique est en droit de prononcer. Sans doute doit-t-on tenter de mesurer l’impact que cette capacité coercitive a pu avoir sur le pouvoir d’un clerc qui se doublait d’un chef d’État. Reste une dernière manifestation de l’autorité dont il n’est plus guère possible aujourd’hui de faire l’économie : c’est la symbolique du pouvoir, tous ces signes et ces symboles qui sont autant d’expressions d’une autorité qui, pour être obéie, se doit de frapper les esprits. Mais voyons tout d’abord le caractère des évêques293.

1. Personnalités épiscopales

  • 294 Jean d’Outremeuse ou Hugues de Liège, par exemple (cfr bibl.).
  • 295 Elles ne se prêtent pas à l’usage des sources diplomatiques que fait Bautier dans Critique diploma (...)
  • 296 Tel est le rapprochement que fait Jean de Hocsem, Chronicon, p. 198, à propos d’Adolphe de la Marc (...)

47Préciser la personnalité des prélats liégeois n’est pas chose facile. Tout d’abord, les sources narratives répondent rarement à notre attente. Nombre de chroniqueurs sont avares de confidences ; ils rendent d’autant plus suspecte la prolixité de certains autres294. Par ailleurs, parmi les informations que nous présentent les uns et les autres, encore faut-il faire la part des choses entre ce qui semble réel, vécu, observé, et ce qui relève du stéréotype, du lieu commun, de l’expression toute faite. Les sources diplomatiques, avec toute la sécheresse qui les caractérise, ne nous sont, en outre, guère plus utiles295, de sorte que les jugements que nous sommes amené à porter sur les différentes individualités épiscopales sont, pour l’essentiel, le fruit d’une évaluation, celle de leur règne, de ses lignes de force, de ses principaux acquis. En procédant de la sorte, plusieurs périls nous guettent. L’un d’eux pourrait résider dans une présentation quelque peu manichéenne de leur action. Emporté par les événements, nous pourrions en effet être tenté de décrire la majorité des évêques de Liège sous les traits d’un Hector ou d’un Achille296. Même si, à coup sûr, cette métaphore peut être appliquée à plusieurs de nos personnages, ce serait néanmoins dénaturer complètement les faits car, il convient de le rappeler, le prélat liégeois est à la fois prince et évêque. Représentant d’un empereur et descendant des Apôtres, ses responsabilités sont autant laïques qu’ecclésiastiques, spirituelles que temporelles et, nous le verrons, ici et dans un troisième chapitre, chaque évêque assuma — ou tenta d’assumer —, à sa manière et dans la mesure de ses possibilités, les deux aspects de sa fonction, même si ce fut parfois sans grand succès. Et cependant, à peine venons-nous de signaler l’ambivalence de son action qu’il nous faut déjà nous reprendre et, au risque de paraître paradoxal, répéter avec force qu’un évêque de Liège représente bien plus qu’un simple dignitaire ecclésiastique. C’est aussi un leader politique situé dans un ordre temporel et, qu’on le veuille ou non, ses fonctions de chef d’Etat motivèrent une bonne part de ses activités. Ceci étant, en insistant par trop sur cette vérité qui, de notre point de vue, s’avère irréfutable puisque fondée sur les sources, nous risquons d’être incompris voire contredit par quelque érudi tion étrangère, qui, par exemple, ne retrouvera guère dans un évêque impérial comme Hugues de Pierrepont ou Adolphe de la Marck, un évêque tout court, celui dont les deux activités principales devraient être la prédication et la visite de son diocèse. Reste un dernier écueil : il réside dans l’inévitable fossé qui existe entre l’historien imprégné d’histoire liégeoise, de ses contradictions, de ses particularités et qui fonde sa réflexion sur un examen critique des sources, et le profane qui, souvent, ne saura se départir ni de la tradition, parfois séculaire, toujours prégnante, ni de ses opinions d’homme contemporain. Là où, par exemple, le premier, scrutant froidement les aléas d’une existence et évaluant minutieusement les qualités d’un prélat à l’aune de son règne, brossera, peut-être, un portrait flatteur d’un homme systématiquement vilipendé, le second, conditionné par l’opinion des générations antérieures, ne verra probablement qu’un ignoble individu, aussi peu conforme que possible à l’idée que chacun se fait d’un évêque et dépourvu des qualités élémentaires qu’il est supposé présenter à notre époque. Le cas de l’évêque Henri de Gueldre, auquel nous nous attacherons plus particulièrement, est à cet égard tout à fait représentatif.

  • 297 Pour la bibl. relative à ces deux évêques (1229–1238 et 1240–1246), cfr les études mentionnées aux (...)
  • 298 Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 199, de préférence à Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. xv(...)
  • 299 Cfr p. 123–124.
  • 300 Gilles d’Orval, Gesta, p. 123. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 942.
  • 301 Cfr les alliances urbaines des années 1229–1231 [dont nous aurons à reparler dans le chapitre cons (...)
  • 302 Dimier, Trois évêques de Liège, p. 319–320. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. XI, 3, 44, 67, 86 (...)
  • 303 Gilles d’Orval, qui termine sa chronique ca 1251, a vécu sous le règne de Robert de Thourotte (cfr(...)
  • 304 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127.
  • 305 Annales Floreffienses, p. 627 ([...] vir honorandus tam preclaro sanguine quam scientia et moribus(...)
  • 306 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127–128.
  • 307 Sur son attitude à l’égard des abbayes cisterciennes (Aulne, Paix-Dieu, notamment), des franciscai (...)
  • 308 Baix, Première célébration de la Fête-Dieu, p. 158–159. Sur ces questions, cfr, en dernier lieu Co (...)
  • 309 Gilles D’orval, Gesta, p. 127 (cfr encore Mathias de Lewis, Chronicon, p. 74. — Jean d’Outremeuse,(...)

48La principauté de Liège souffre, pour certaines périodes de son histoire, d’une extrême indigence en sources narratives. C’est notamment le cas pour le second quart du xiiie siècle. Aussi bien notre connaissance des règnes et des personnalités de Jean d’Eppes et de Robert de Thourotte297 se trouve-telle considérablement réduite. Pour ce qui est du premier de ces prélats, sans doute H. Pirenne avait-il raison de le classer parmi les évêques de seconde zone298. Même s’il convient de lui reconnaître une certaine finesse lorsqu’il s’est agi pour lui d’obtenir, à l’aube de son règne, l’appui simultané du pape et de l’empereur, deux hommes séparés par une haine tenace299, Jean d’Eppes, que l’on nous dit honnête, chaste et courageux300, ne nous dévoile guère que deux facettes de sa personnalité : celle d’un homme combatif, souvent aux prises avec ses sujets et avec l’Empire, qui multiplie les expéditions militaires301, et celle d’un clerc particulièrement bienveillant envers les cisterciens, qui leur manifeste sa générosité en toute circonstance302. De Robert de Thourotte, Gilles d’Orval, dont le témoignage fait autorité303, nous livre un portrait nettement plus nuancé, tout en contrastes. Certes, il nous est décrit comme un homme in lege divina satis eruditus, ingenio sagax, astutus in verbis, multis bonis decoratus moribus, et tamquam decoris domus Dei dilector ardentissimus in precipuis et preciosis ecclesie ornamentis multum curiosus304, mais ce jugement laudatif, partagé — ou reproduit — par d’autres narrateurs305 et que le moine d’Orval parachève en soulignant que l’évêque dirigea l’évêché in magna securitatis et pacis tranquillitate et mourut in contritione maxima et devotione laudabili306, doit être amendé. Robert, dont le sens religieux fut loué et qui, de fait, manifesta beaucoup de sollicitude envers les ordres religieux établis dans son diocèse307, se montra quelque peu tiède et hésitant lorsque l’instauration d’une fête en l’honneur du Saint-Sacrement lui fut réclamée par celle dont le nom restera attaché à cette célébration d’origine liégeoise : sainte Julienne de Cornillon308. Par ailleurs, Gilles d’Orval l’atteste de même que l’attitude de l’évêque lorsqu’à l’aube de son règne liégeois, il sollicita du pape le cumul des évêchés de Liège et de Langres, une ambition démesurée contribua à estomper sa gloire. Convoitant le siège archiépiscopal de Reims, Robert n’hésita pas, semble-t-il, à brader les biens épiscopaux, à soutirer des fonds à ses sujets et à s’enliser dans les dettes, manoeuvres tout à fait inutiles, au demeurant, puisqu’en fin de compte, l’objet de ses espérances lui échappa309.

  • 310 Pour la bibl. relative à Jean d’Enghien (1274–1281), cfr études mentionnées p. 150 n. 222.
  • 311 C.S.L., t. 2, p. 355–356. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 65.
  • 312 Vache, cfr p. 264 n. 244. — Poncelet, Nouveaux documents Vache, p. 503–506.
  • 313 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 58. — 1402, p. 221–222. — Jean de Thilrode, Chronicon, p. 573. — Bau (...)
  • 314 Cfr p. 155 n. 255.
  • 315 1402, p. 219.
  • 316 Pour la bibl. relative à Jean de Flandre (1282–1291), cfr études mentionnées p. 155 n. 256, 263 n. (...)
  • 317 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 69. — 1402, p. 223. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 80.
  • 318 Cette attitude effacée n’empêcha pas Jean de Flandre de manifester, à de rares occasions, une de c (...)
  • 319 Cfr p. 250–251.
  • 320 7402, p. 230.
  • 321 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83 : Sic effrenata cupiditas in pernitiem sepe vertitur ambientis (...)
  • 322 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83.
  • 323 Cfr Lejeune, L’enlèvement de Jean de Flandre, et ici-même, p. 473.
  • 324 Cfr Kupper, Herzog Johann I. und das Fürstentum, p. 87, 91–93, 97. — Baerten, Bataille de Worringe (...)
  • 325 Cfr Schoolmeesters, Statuts synodaux. Lavoye, Texte original. — Delville, Les statuts synodaux, (...)
  • 326 Pour la bibl. relative à Hugues de Chalon — et à Adolphe de Waldeck, son successeur — (1295–1301 e (...)
  • 327 1402, p. 245. — Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 258.
  • 328 Cfr p. 170–171.
  • 329 Schoolmeesters, Hugues de Châlon, p. 47. Cfr encore Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 21 (...)
  • 330 Sur les rapports entre les frères de Chalon, cfr p. 378–379.
  • 331 Dans l’ensemble du diocèse de Liège, seule la collégiale Notre-Dame de Huy célébrait le souvenir d (...)
  • 332 Cfr p. 172.
  • 333 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103. — Tongerlo, p. 54. Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 142, (...)
  • 334 Il mena par exemple une politique diamétralement opposée à celle d’Hugues de Chalon en ce qui conc (...)
  • 335 Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 184–193,216–240.
  • 336 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 108–109. — 1402, p. 247. — Tongerlo, p. 55.

49À l’image de ceux des décennies 1230–1240, les évêques de la fin du xiiie siècle pâtissent de l’extrême laconisme des sources narratives. Nonobstant, rares sont les évêques de Liège dont le règne laisse une impression de vanité et de vacuité aussi grande que celui de Jean d’Enghien310. Son nom n’est en effet mentionné qu’à deux reprises au cours des événements qui marquèrent son épiscopat : à propos d’une querelle entre le chapitre de Saint-Lambert et la Cité de Liège — Jean prit le parti de cette dernière et s’aliéna les chanoines cathédraux311 — et lors de la célèbre guerre de la Vache de Ciney. Durant ce conflit qui opposa l’évêque à Guy de Dampierre, comte de Namur, on ne le vit guère intervenir si ce n’est pour faire de mauvais choix. Il confiera en effet le règlement du conflit au principal allié de son ennemi : le roi de France Philippe IIP312. Présenté par les chroniqueurs comme un être doux, humble, juste, honnête, pieux, innocent313 — des qualités dont, plus que tout autre, un évêque de Liège n’avait, semble-t-il, que faire — Jean d’Enghien laissera avant tout l’image d’une victime et le souvenir d’un échec : celle d’un homme laissé pour mort, à demi nu, sur les marches de l’abbaye d’Heylissem, les séides d’Henri de Gueldre et leur violence ayant eu raison de sa corpulence314 ; celui d’un clerc d’une très grande faiblesse, médiocre et manifestement inapte au métier de prince, sinon à celui d’évêque. Aussi les Liégeois ne se priveront-ils pas de le fustiger en s’écriant : O Domina Hawidis, ad quid venisti nostram patriam regere ? Non debuisses esse episcopus sed monachus. Ve nabis315. Le règne de Jean de Flandre316 ne sera guère plus glorieux que celui de son infortuné prédécesseur, du point de vue politique tout au moins. Affublé des mêmes clichés — humilité et honnêteté317 —, Jean de Flandre fut avant tout un évêque sous influence, celle de son père le comte de Flandre Guy de Dampierre318. Durant tout son règne liégeois, celui qui restera le prélat le plus impécunieux des xiiie et xive siècles319, recourut sans cesse aux largesses de son père, à une sollicitude qui permit à ce dernier — peut-être l’évêque n’en eut-il pas conscience — de s’immiscer en permanence dans les affaires de la principauté, en particulier à la fin de la vie du prélat. Ce dernier, morbo calculi irretitus320, decumbens, le comte de Flandre gouverna la principauté, quasi mamburnus321, ce qui, au dire d’Hocsem, porta un préjudice énorme à l’État liégeois322. Kidnappé et retenu prisonnier durant plusieurs mois323, mystifié à l’occasion par le duc de Brabant324, Jean de Flandre n’attacha son nom à aucune oeuvre politique majeure. Ce spécialiste du droit passera néanmoins à la postérité car c’est sous son règne que fut promulguée, notamment, la première et l’une des rares codifications des statuts synodaux liégeois (12 8 8)325. À propos de son successeur, Hugues de Chalon326, il est souvent question de chemises maculées de sang et jetées aux pieds de Boniface VIII, celles de ses sujets « massacrés sur son ordre »327. Ce ne sont là que des images d’Épinal. Il y a en fait assez peu à retenir du règne très bref d’un homme propulsé à Liège par le pape, non pour ses qualités humaines, mais pour ses options politiques328. Boniface VIII a beau le prétendre ad personam tuam litterarum utique scientia preditam, generis nobilitate preclaram, morum honestate conspicuam, virtutum insignitam et titulis, atque aliis probitatis multiplicis mentis decoratam nostre considerationis intuitum dirigentis329, la vérité semble tout autre. Trop enclin, sans doute, à suivre les conseils peu avisés de son impétueux frère330, Hugues manqua de clairvoyance politique, de ce bon sens qui aurait dû lui souffler qu’un chef d’État doit à tout prix éviter de s’aliéner la totalité de son peuple, sous peine de se voir rapidement renversé. C’est finalement ce qui lui arriva : accusé de fauxmonnayage, d’assassinat et de démembrement illicite du patrimoine de saint Lambert, par tous ses sujets — hormis par le peuple hutois qui restera toujours son allié331 —, Hugues de Chalon dut céder sa place à Adolphe de Waldeck332. Le règne de celui-ci fut trop bref pour qu’il puisse donner la pleine mesure de sa personnalité. Nul doute cependant que cet homme justus, zelator justifie, ebriosus, iracondus333, était d’une trempe peu commune. Son sens de la justice, il le manifesta à l’égard des villes334, qu’il réduisit à sa merci sans le moindre excès. Quant à son irascibilité, il la déploiera dans ses rapports orageux avec le Hainaut335 et dans sa lutte farouche contre les usuriers lombards installés à Liège336.

  • 337 Sur leur règne (1364–1378 et 1378–1389), cfr les études mentionnées p. 191 n. 484.
  • 338 Raoul de Rivo, Gesta, p. 15.
  • 339 Il serait l’auteur d’une oeuvre intitulée Li Ars d’Amour, de Vertu et de Boneurté, spéc. t. 1, p. (...)
  • 340 Les chroniqueurs s’accordent sur le caractère de l’évêque : 1402, p. 352. — Raoul de Rivo, Gesta, (...)
  • 341 Sur cette première affaire, au cours de laquelle le corps de la victime fut promené et exposé de b (...)
  • 342 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 307–308. — 1402, p. 369–372. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 26 (...)

50Jean d’Arckel et Arnould de Hornes337, évêques de transition entre les grandes figures des xive et xve siècles, présentent plusieurs points communs avec leurs prédécesseurs du xiiie siècle. À l’égard du premier, les chroniqueurs ne tarissent pas d’éloges. Ils le présentent unanimement comme un clerc sage et vertueux, animi corporisque dotibus338, d’une grande finesse d’esprit, brillant écrivain339, servi par l’expérience acquise à la tête de l’évêché d’Utrecht, lequel n’aurait eu qu’à se féliciter de son ministère. Seule ombre au tableau : Jean d’Arckel est bellicosus340, un trait de caractère qui le tiendra très longtemps éloigné de sa capitale. Ceci étant, Jean d’Arckel exprimera dans son action militaire tout ce que peut présenter parfois d’antithétique l’attitude d’un être qui, pour être chef d’État, n’en est pas moins homme. À l’image d’Hugues de Chalon et par deux fois, Jean d’Arckel se heurta violemment à la quasi-totalité de son peuple. À cela comme à l’intégration définitive du comté de Looz à l’État liégeois, une seule raison : répondre aux exigences de l’État. Tantôt il fait assassiner un opposant qui lui fait de l’ombre, le critique, voire menace de déstabiliser la principauté, tantôt le prince tout-puissant se veut au-dessus des lois et n’accepte aucun frein à son pouvoir, aucune mise en cause de celui-ci341. Cette omniprésence de la majesté épiscopale provoquera, nous l’avons dit, un double soulèvement des forces vives de la principauté. La lutte sera âpre, particulièrement du côté de l’évêque. Et pourtant, au plus fort de la lutte, comme pour donner raison aux chroniqueurs, Jean d’Arckel exprime à plusieurs reprises son désappointement face à la destruction de sa terre et l’assassinat de son peuple. C’est d’ailleurs par des paroles de regret qu’il scellera sa réconciliation avec le peuple liégeois342.

  • 343 Raoul de Rivo, Gesta, p. 40. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 76. — Corneille de Zantfliet (...)
  • 344 Conflit avec un seigneur pillard (1402, p. 384–385. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 44. — Jean de Stave (...)
  • 345 Cfr p. 194–195, 241.

51Les onze années du règne de son successeur, Arnould de Hornes, ne laissèrent pas un souvenir impérissable. Sans doute cet évêque ne manqua-til pas de qualités. Cependant, celles qui lui sont généralement attribuées semblent relever du stéréotype. De haute stature physique et morale, bon connaisseur du droit et de la chose militaire, à la fois belliqueux et vir quietus et quarens pacem patriae suae343, ainsi est-il décrit, mais au delà de ce portrait par trop laudatif, nous ne pouvons nous empêcher de voir en cet amateur d’expéditions militaires344, un opportuniste qui, pour ne pas tout perdre dans l’aventure, se refuse à accepter l’évêché de Liège tant qu’il n’a pas été trouvé de solution satisfaisante au grand Schisme et qui, par ailleurs, voit dans le cumul momentané des évêchés d’Utrecht et de Liège une source de profit345 non négligeable, voire tout à fait vitale pour un homme qui, à l’instar de Jean de Flandre était, semble-t-il, couvert de dettes.

  • 346 Pour la bibl. relative à Thibaut de Bar (1303–1313), cfr p. 163 n. 297.
  • 347 1402, p. 249. — Tongerlo, p. 57. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87. — Voeux de l’épervier (cfr (...)
  • 348 Cfr p. 253–254.
  • 349 Destruction du château du seigneur de Florennes (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 125. — Tongerlo, p. (...)
  • 350 Cfr Bowsky, Henry VII in Italy, spéc. p. 55, 101, 166, 229 n. 24, 248 n. 26.
  • 351 Cfr sources mentionnées aux annexes I.
  • 352 Un auteur lorrain, Jacques de Longuyon, écrivit pour Thibaut, ca 1310–1312 (en tout cas avant le 9 (...)
  • 353 Thibaut est représenté dans une chronique illustrée, conservée dans le t. 1 des Balduineen (R.F.A. (...)
  • 354 Thibaut de Bar est l’un des deux interlocuteurs de la pièce 171 de 1’Unica du chansonnier d’Oxford (...)
  • 355 Les voeux de l’épervier, rédigés à la suite de ceux du paon, peut-être par Simon de Marville, trés (...)

52Le règne de Thibaut de Bar346, successeur d’Adolphe de Waldeck, ne sera pas grandiose, mais pourtant le personnage ne laisse pas de fasciner. Au travers de cet homme de haute naissance, c’est le chevalier des romans courtois qui transparaît. Téméraire et loyal mais aussi prudentissimus, audax, multum interspiciens et bien entendu nobilis genere et corde purus347 : les qualificatifs ne manquent pas pour traduire ses qualités de soldat et son ardeur au combat. De sa fougue et de son enthousiasme, qui riment avec oubli du lendemain et endettement chronique348, Thibaut en fera montre lors des quelques campagnes qui jalonnèrent son règne349, mais la grande affaire de sa vie, ce sera avant toute la Romfahrt d’Henri VII de Luxembourg, ce voyage entrepris par le roi des Romains afin de recevoir la couronne impériale à Saint-Pierre de Rome350. Thibaut abandonnera tout pour le suivre. Tour à tour mercenaire, diplomate, conseiller, confident, il sacrifiera les dernières années de son existence à son seigneur et cousin, jusqu’à mourir pour lui, au cours de combats dans les rues de la Ville éternelle351. Un tel destin, hors du commun, se devait d’inspirer des oeuvres littéraires. Mécène à ses heures352 et héros sublimé de Bilderzyklus353, de jeu-parti354 et autre poème épique355, Thibaut de Bar s’est trompé de carrière : l’armure lui seyait bien mieux que la chasuble.

  • 356 Pour la bibl. relative à Englebert de la Marck (1345–1364), cfr p. 180 n. 415, spéc. Reimann, Graf (...)
  • 357 Ainsi Englebert préféra-t-il refuser les 120 000 écus que lui proposaient les Liégeois plutôt que (...)
  • 358 Cfr p. 261–262 et n. 223.
  • 359 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 114 : [...] episcopus considerans, quod ubicumque pax et concordia (...)
  • 360 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 360. — 1402, p. 340. — G.A.T., t. 2, p. 209. — Raoul de Rivo, Gesta,(...)
  • 361 Id, p. 3.
  • 362 Cfr p. 251 et n. 179.
  • 363 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 398. — 1402, p. 341. — C.S.L., t. 4, p. 87 (et R.C.L., t. 1, p. 365– (...)
  • 364 C’est ce que semblent dire 1402, p. 351 et Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285.
  • 365 Cfr p. 313–397.
  • 366 Cfr p. 239.
  • 367 Visite canonique à Tongres (Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 434–450) ; statuts conférés à la (...)

53Il n’est pas facile de cerner la personnalité d’Englebert de la Marck356, non qu’à l’image d’un Jean d’Enghien ou d’un Jean de Flandre, il n’ait pris aucune initiative personnelle ou qu’il ait subi quelque emprise extérieure paralysante, mais le fait est qu’Englebert ne multiplia pas ces coups d’éclat politiques et militaires qui, nous le verrons, firent la réputation d’Adolphe de la Marck, son oncle, et cela même si, sur l’essentiel — la toute-puissance épiscopale —, leurs opinions furent convergentes357. Ceci étant, Englebert eut, lui aussi, à lutter très souvent contre des coalitions urbaines. S’il leur répondit parfois par la force (à Vottem et à Tourinne358), l’évêque fut avant tout un partisan de la paix et de la concorde. Là où elles sont vigoureuses, clergé et peuple vivent et respirent avec joie359. Telle est l’opinion que Mathias de Lewis prête à l’évêque et les faits lui donnent raison. Il prit en effet très souvent des mesures visant à l’apaisement et se montra des plus magnanimes voire sensibles. Ainsi, à plusieurs reprises, il manifesta son chagrin devant la destruction massive des biens de ses sujets révoltés360, se réconcilia en pleurs avec eux361 et allégea leurs charges en réduisant le montant des amendes362 ou en réglant, à leur avantage, une situation monétaire houleuse363. Lorsqu’il s’en alla prendre possession de l’archevêché de Cologne, peut-être regretta-t-il un peuple dont il avait su se faire apprécier364. Deux traits de caractère méritent encore d’être soulignés chez cet homme qui, manifestement, ne manquait pas d’humanité. Signalons tout d’abord cette tendance au népotisme, cette volonté constante de favoriser sa famille qui, nous le verrons bientôt, sont communes à tous les évêques de Liège365. C’est à coup sûr ce sentiment qui anime l’évêque lorsque, dans un premier temps, il maintient Heinsberg dans une possession, illicite aux yeux de certains, du comté de Looz puis, à sa mort, tient tous les prétendants à sa succession pour quantité négligeable et rattache définitivement cette terre à ses États366. Enfin, lorsqu’il fait la visite des abbayes de son diocèse et confère statuts et règlements, quel est le souci d’Englebert sinon celui d’assumer au mieux ses responsabilités épiscopales367.

54Terminons en évoquant les trois personnages qui, à nos yeux, furent les principales figures épiscopales des xiiie et xive siècles : Hugues de Pierrepont, Adolphe de la Marck et Henri de Gueldre.

  • 368 Cfr p. 257 et n. 214.
  • 369 C.S.L., t. 1, p. 165.
  • 370 Id., p. 165–168. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 73. Cfr encore supra, p. 243 n. 136.
  • 371 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 878, 923. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 145. — Gill (...)
  • 372 Ibid.
  • 373 Cfr Kupper, Soulèvement des Hutois, spéc. p. 174, à propos des droits (mensuragium) dont Hugues de (...)
  • 374 Plutôt que de détruire Louvain et d’exploiter au maximum la victoire de Steppes, Hugues de Pierrep (...)
  • 375 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 112. — Triumphus Steppes, p. 185 (paroles mises dans la bouch (...)
  • 376 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 67.

55Le premier n’a pas échappé aux critiques de tous ordres. Lui qui se montra particulièrement favorable aux cisterciens368 fut accusé, notamment par son chapitre cathédral, de manquer d’assiduité en matière religieuse369. En outre, associé aux chroniqueurs, celui-ci se fit un devoir de présenter l’évêque comme un homme cupide, dont l’avaritia fut à l’origine de la plupart des malheurs liégeois370. En fait, plus que de cupidité, c’est d’égoïsme qu’Hugues de Pierrepont fit montre dans plusieurs transactions financières. Il préféra en effet dépenser pour son bien-être personnel l’argent destiné à celui de son pays. Outre son avidité pécuniaire, les sources mettent enfin en exergue son caractère licencieux, débauché, mais s’empressent, cependant, de déclarer qu’Hugues s’amenda et que son règne fut en fin de compte bienfaisant et digne de louanges371. Peut-être les contemporains du prélat se sont-ils mépris sur les raisons exactes de ce changement d’attitude, surtout perceptible à la fin de sa vie. Nous avons vu en effet que la générosité aussi soudaine que déferlante dont il fit preuve envers les établissements religieux de ses États fut moins motivée par le remords que par l’intérêt politique, celui de voir Jean d’Eppes lui succéder372. Sens de l’État et opportunisme politique expliquent donc certains de ses actes. Reste qu’Hugues de Pierrepont fut avant tout l’homme d’une bataille, d’une victoire, celle de Steppes. Jaloux de son pouvoir373, Hugues de Pierrepont montrera là-bas jusqu’où un homme peut aller pour protéger sa souveraineté. Même s’il renonça à certaines actions parfaitement pensées pour suivre les avis intéressés de certains de ses alliés374 et s’il accepta de vendre la paix à son adversaire alors qu’il était en mesure de lui porter le coup fatal — ce qui lui fut d’ailleurs reproché par le chapitre cathédral375 — Hugues eut au moins la distinction suprême de remporter cette bataille et le 13 octobre 1213 fit certainement davantage pour sa gloire que les trente années de son règne réunies. Corneille de Zantfliet, qui résume en quelques phrases lapidaires les principaux acquis du règne d’Hugues de Pierrepont, ne s’y est d’ailleurs pas trompé, lui qui déclare : patriam suam in multis promovit et dilatavit, ducemque Brabantie viriliter publico marte superavit apud custodiam de Steppes376.

56Adolphe de la Marck, quant à lui, n’a pas eu la Warde de Steppes pour forger sa gloire. Du point de vue de son tempérament et sur le plan de ses qualités d’homme d’Etat, il n’en reste pas moins l’une des personnalités les plus remarquables qu’ait connu le moyen âge liégeois.

  • 377 Cfr p. 178.
  • 378 Jean de Hocsem, p. 176, déclare à Jean XXII : [...] quod in armis inclitus hostes manu propria deb (...)
  • 379 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 146.
  • 380 Id., p. 210. — 1402, p. 300.
  • 381 Cfr p. 231–239. À cette dernière occasion, nous avons signalé (Marchandisse, Rupture, p. 70) combi (...)
  • 382 Exemple récapitulatif : Dès son retour d’Avignon, Adolphe pardonne aux Liégeois leur participation (...)

57Plus que tout autre, Adolphe était prédestiné à devenir l’un des hommes les plus autoritaires de son temps. Issu d’une importante famille westphalienne, soucieuse avant tout de donner une extension géographique maximale à sa puissance, il fit des études de droit canon à Bologne et de droit romain à Orléans ainsi qu’à Nevers, en France, dans un pays où il se découvrit un protecteur, un suzerain et probablement aussi un mentor, un maître à penser, en la personne de Philippe le Bel. Celui qui fut l’un des rois de France les plus impérieux et les plus inflexibles exerça très certainement une grande influence sur le caractère et les opinions du jeune clerc plein de fougue qu’était alors Adolphe de la Marck377. Devenu évêque de Liège avec l’appui du Capétien, Adolphe manifesta immédiatement devant ses sujets un tempérament agressif, belliqueux, dont il ne devait jamais se départir, une attitude que le pape Jean XXII excusa et même admira, Adolphe ayant adopté un tel comportement pour mieux défendre les intérêts de son Église378. L’historiographie liégeoise n’a pas manqué de souligner cet aspect de son caractère. Elle insiste à souhait sur les circonstances qui entourèrent son arrivée à Liège. Rappelons que le cheval de l’évêque se cabra et que, bien loin d’être désarçonné, Adolphe sauta prestement sur le sol, ce qui, bien entendu, frappa vivement l’assistance379. Moins célèbre mais tout aussi révélateur est l’épisode de la bataille de Hoeselt où, constatant la défection de son allié de Gueldre, Adolphe quasi furibundus ascenso dextrario, vix armis aptatis corpori, cum paucis in hostes irruit, quicquid habens obviam detruncando. Un prélat à moitié habillé, qui enfourche sa monture pour aller pourfendre l’ennemi, voilà l’image, assurément saisissante, que l’on nous présente habituellement à propos d’Adolphe380. Cela dit, ce n’est pas la première fois que nous avons l’occasion de le surprendre en pleine action politique. Nous l’avons vu plus haut atteindre son but à plusieurs reprises, que ce soit au moment de la vente de Malines ou lors de la succession de Looz381. Selon nous, c’est dans ce genre de situation, tout comme lors de ses expéditions militaires d’ailleurs, que le prélat révèle les aspects les plus fascinants de sa personnalité. Adolphe est sans conteste un homme opiniâtre, dont la volonté est inébranlable et irrésistible, qui sait parfaitement où il veut aller et qui poursuit sa route, coûte que coûte, sans se préoccuper des obstacles et bien entendu en méprisant l’opinion d’autrui. Pour arriver à ses fins en toute circonstance, Adolphe se devait de maîtriser parfaitement toutes les méthodes, toutes les techniques du pouvoir. La patience, l’attente du moment propice pour abattre l’ennemi, le blocus économique, la politique de la balance, celle qui consiste à diviser ses ennemis pour mieux les anéantir, mais aussi le pardon, la négociation, l’arbitrage, le système des alliances et, bien entendu, l’absence de parole, le chantage, la prévarication, le péculat382, tout cela, toute cette panoplie très complète du parfait homme politique, Adolphe sut en user avec un égal bonheur, avant tout pour son bien propre, parfois pour celui de ses sujets. À notre avis, c’est là, dans ses qualités intrinsèques de leader politique, que résident sa grande force et les raisons de la puissance, du rayonnement qui émanent incontestablement de sa personne.

58Dernier prélat dont la personnalité mérite quelque développement : Henri de Gueldre.

59Il est des poncifs qui ont la vie dure. Qui dit César, Néron ou Napoléon pense inévitablement Guerre des Gaules, massacres des chrétiens et bataille de Waterloo. De la même façon, depuis des siècles, la simple évocation du nom d’Henri de Gueldre suffit à susciter chez tout un chacun des images de débauche en tous genres. Aussi bien d’aucuns verront-ils quelque impertinence au fait que nous avons choisi de l’évoquer en dernier lieu, de lui réserver en quelque sorte la place d’honneur. Qu’importe ! Nous sommes d’avis, pour notre part, que le procès d’intention fait à cet évêque est largement injustifié et qu’il convient de rétablir quelque peu la vérité. Tel est l’objet des quelques lignes qui suivent.

  • 383 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 48. — 1402, p. 169–170. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 77–78. — C (...)
  • 384 Jean D’outremeuse, Myreur, t. 5, p. 276. — Plrenne, Henri de Gueldre, col. 193— 194.
  • 385 En 1467, le jour-anniversaire de la bataille de Steppes est choisi pour exposer l’étendard de Sain (...)
  • 386 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 49–58. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 388–395 (seul à précise (...)
  • 387 Detroux, Henri de Gueldre, p. 171 n. 6. Cfr également ici-même p. 151 n. 228.
  • 388 Potthast, Regesta pontificum Romanorum, t. 2, p. 1651–1671. Orvieto (Italie, Ombrie, pr. Terni).
  • 389 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 48.
  • 390 1402, p. 214 : [...] tamen bene liberavit et tenait patriam a marchisis suis vicinis, nec aliquis (...)
  • 391 Signalons en effet qu’à Sainte-Croix, Henri de Gueldre est signalé le 7 novembre comme Henri de Mo (...)
  • 392 Cfr p. 243 n. 136.
  • 393 Deux au moins. Richarde, dame d’Atrive et de Braives, et Godefroid, moine à SaintTrond. Cfr C.S.L. (...)
  • 394 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 41–42. Sur Clément IV, cfr notamment Dossat, Gui Foucois (Clément IV (...)
  • 395 Groesbeek, Heren van Arkel, col. 212 (Jean de Rijnensteijn, Margriet et Cunégonde).
  • 396 Cfr p. 149 et n. 217.
  • 397 Carolus-Barré, Pères du IIe concile de Lyon, p. 381.
  • 398 Cfr p. 243 n. 136.
  • 399 Gaudemet, Gouvernement, p. 70.
  • 400 Sur cette question, cfr p. 154 n. 249.
  • 401 Annales Parchenses, p. 607. — Pirenne, Henri de Gueldre, col. 197–198.
  • 402 (1248–1261). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 358.
  • 403 Lambot-Fransen, Office de la Fête-Dieu, p. 100–101.
  • 404 Cfr infra, p. 370–374.

60Henri de Gueldre a véritablement fait l’unanimité contre lui. Des chroniqueurs du moyen âge à l’historiographie moderne et contemporaine383, il n’est guère question à son propos que de prostitution de l’épiscopat, de bâtards, de sérail et autre acte de luxure. Sans doute Jean d’Outremeuse exprime-t-il une réalité lorqu’il déclare que les contemporains d’Henri ne pouvaient souffrir un évêque dont les ancêtres avaient trahi les Liégeois à Steppes384. À peine trente ans plus tard, le souvenir de cet épisode majeur de l’histoire liégeoise devait être encore profondément ancré dans les esprits et, de toute façon, le Triomphe de Steppes, cette fête célébrée le 13 octobre de chaque année, était là pour raviver les mémoires chancelantes385. Cela dit, les condamnations unanimes portées à l’encontre d’Henri de Gueldre trouvent leur origine principale, pour ne pas dire exclusive, dans un acte rapporté par la chronique de Jean de Hocsem et par le Myreur de Jean d’Outremeuse, oeuvres sans lesquelles ce texte serait tout à fait inconnu386. Il s’agit d’une bulle rédigée à Rome et datée du 28 janvier 1273. Le moindre des mérites de nos devanciers n’est pas d’avoir signalé387 qu’à cette date, le pape Grégoire X, auteur de l’acte, n’était pas à Rome. Il réside en effet à Orvieto du 5 juillet 1272 au 5 juin 127 3388. De là à conclure que cette bulle est un faux, il n’y a qu’un pas qui ne pourra être franchi qu’au terme d’une analyse diplomatique précise. Quoi qu’il en soit, les présomptions sont pour le moins défavorables d’autant que le corps de l’acte ne donne également aucun gage de véracité, voire même de vraisemblance. Qu’on en juge plutôt. Grégoire X, qui ne craint pas de faire passer ses propos pour un ramassis de ragots, commence par opposer aux qualités que se doit de posséder un prélat évangélique, les turpitudes de l’évêque de Liège, infamies dont il dresse le catalogue avec faconde et avec complaisance. Henri est accusé de dilapider les biens de son Église, de se moquer des collations de bénéfices faites par Rome, de pactiser avec la racaille, de vivre dans un luxe répugnant, dans l’ignorance et dans un mépris total des exigences du culte. Toutefois, ces reproches gravissimes, ramassés pêle-mêle en un salmigondis verbeux, ne sont manifestement que broutille aux yeux de Grégoire X. C’est dans la lubricité du prélat que réside la principale admonestation du pape. Aucun débordement sexuel n’est épargné à Henri : luxure, procréations tous azimuts, népotisme envers ses bâtards, proxénétisme, viol de religieuses, bref, au dire de Grégoire X, Henri de Gueldre représente l’ordure dans toute sa splendeur. De tels propos, des accusations aussi précises, qui vont jusqu’à inventorier les conquêtes féminines du prélat liégeois étonnent. Ce n’est là ni le ton ni la matière et encore moins le style de la chancellerie pontificale, celui que l’on s’attend à trouver dans une bulle pontificale censée rapporter les paroles d’un pape. Dès lors, nous ne pensons pas nous avancer outre mesure en disant que ce texte est pour le moins suspect et qu’il y a tout lieu de réviser les jugements portés sur la personnalité du prélat, jugements qui, rappelons-le, reposent exclusivement ou presque sur la bulle de Grégoire X. Pour ce faire, nous pouvons nous appuyer sur les opinions émises par les chroniqueurs, indépendamment de la bulle pontificale, sur l’attitude des divers chapitres canoniaux liégeois face au décès d’Henri de Gueldre et sur notre connaissance de son règne, sur son évolution et sur ses acquis. Curieusement, l’unanimité — dans la condamnation — que nous rencontrons chez les chroniqueurs dès lors qu’il est question des rapports entre Henri et Grégoire X, nous la retrouvons également, dans une certaine mesure, lorsqu’ils dressent un bilan du règne du prélat, mais cette fois dans un sens positif. Hocsem signale que per probos tamen et literatos viros spiritualia gubernabat et patriam ab hostibus viriliter defendebat389 et les propos tenus par la Chronique de 1402 sont encore plus laudatifs390. Quant aux chapitres de Saint-Lambert et de Sainte-Croix, ils n’hésitent pas à consigner la commémoration du décès de l’ancien évêque de Liège dans leurs livres des morts respectifs391. Reste l’impression que nous donne le règne d’Henri de Gueldre. En cette matière, il ne faut pas perdre le sens de la mesure et verser dans un révisionnisme à outrance. Henri n’était pas un saint, tant s’en faut. Nous avons évoqué ailleurs l’une ou l’autre de ses exactions392. Des bâtards, il en a eu393, cela ne fait pas de doute, mais il ne fut pas le seul dans le cas. Clément IV avait des enfants lorsqu’il accéda au souverain pontificat. Cela n’empêche pas Hocsem de rédiger à son propos un portrait dithyrambique394. Quant à Jean d’Arckel, il eut au moins trois enfants naturels395 et personne ne songe à le lui reprocher. Henri ne s’est pas montré très empressé pour recevoir les ordres majeurs et la consécration396 ? Certes, mais Grégoire X, qui le juge et le condamne, n’était pas prêtre lorsqu’il fut élu pape397. Henri a-t-il autorisé un racket auprès de ses sujets398 ? Certes, mais l’attitude de Clément IV qui déclare, le 9 février 1267, qu’il rougit à l’idée des sommes prélevées [services communs] sur les diocèses, est-elle vraiment différente399 ? Tout cela mis à part, que reste-t-il ? Un homme qui a lutté avec acharnement pour maintenir le régime politique qu’il incarnait et qu’Henri de Dinant menaçait de jeter à bas400 ; un prince qui a étendu ses États, qui est parvenu, non sans mal mais avec succès, à maintenir ses voisins en dehors de ses frontières et qui, quant à lui — H. Pirenne le signale à bon droit401 —, parvint à étendre son influence sur nombre de principautés étrangères, à l’époque où il détenait la tutelle des enfants mineurs du défunt Henri III, duc de Brabant402 ; un évêque qui eut à cœur d’instaurer la FêteDieu403 ; enfin, un politique conscient de ses faiblesses intellectuelles et qui les pallia en appelant à ses côtés des personnalités de grande envergure404, des gradués dont la valeur fut unanimement reconnue par les plus hautes instances politiques et religieuses. Savoir s’entourer, peut-être est-ce le critère intemporel qui permet le mieux de différencier les hommes politiques de valeur de ceux qui leur servent de faire-valoir, peut-être est-ce aussi la qualité du prélat qui, plus que toute autre, nous incite à affirmer avec force que, quelque que soit la valeur intrinsèque de la bulle du 28 janvier 1273 — et nous sommes intimement persuadé qu’il s’agit d’un faux — Henri de Gueldre était un homme tout à fait hors du commun.

***

61Que dire, en conclusion, à propos de la personnalité des évêques ? Nous venons de voir que, parmi les quatorze prélats qui se sont succédé sur le trône de saint Lambert entre 1200 et 1389, trois seulement sortent véritablement de l’ordinaire. À chacun d’eux peut être accolé un déterminant. A Hugues de Pierrepont la gloire, à Adolphe de la Marck la puissance, à Henri de Gueldre le scandale. Sans doute chacune de ces abstractions fait-elle partie intégrante de la politique. Sans doute aussi différencient-elles les prélats charismatiques de ceux qui laissent indifférents. Une chose est en tout cas certaine : si la principauté de Liège parvint à survivre aux multiples turbulences qu’elle connut durant les xiiie et xive siècles, elle le doit en grande partie à ces trois prélats exceptionnels, trois véritables guerriers, trois hommes ayant une vraie stature d’homme politique qui, leurs règnes réunis, présidèrent à ses destinées durant près d’un siècle.

62Venons-en à présent à deux importantes sanctions ecclésiastiques : l’excommunication et l’interdit.

2. Excommunication et interdit

  • 405 Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 456–457. Sur l’interdit, cfr Bongert, Interdit. Sur l’ (...)
  • 406 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 11–14. — 1402, p. 171–172, 178–179, 181.
  • 407 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 22–24. — 1402, p. 182–187.
  • 408 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 155 et n. 1. — 1402, p. 275.
  • 409 Cfr par ex. p. 280 n. 318.
  • 410 Triumphus Steppes, p. 183.
  • 411 Cfr Gaier, Reliques et étendard, p. 236–240. Sur les batailles en question, cfr Id., Art et organi (...)
  • 412 Cfr Id., Reliques et étendard, p. 240–245, 249.

63Comme l’a très bien montré J.L. Kupper pour le haut moyen âge, l’évêque de Liège ne s’est pas privé d’user et d’abuser, avec des fortunes diverses405, de ces mesures drastiques que constituent excommunication et interdit. Il est très difficile cependant de mesurer le degré d’efficience de ces sentences. Tout au plus pouvons-nous dire qu’à certaines occasions, elles permirent un règlement rapide des conflits. Ce fut notamment le cas sous Henri de Gueldre406. Toutefois, le même prélat, qui jeta l’anathème sur la Cité de Liège parce que celle-ci refusait de lui accorder des troupes, finit par lever la sentence sans obtenir pour autant l’aide militaire exigée407. De la même façon, Adolphe de la Marck prononça contre les Hutois un interdit qui se prolongea durant seize semaines et se termina, non sur une capitulation hutoise mais sur une paix négociée408 ! Ainsi donc, l’excommunication et l’interdit, qui, en certaines circonstances, furent parfois levées par la papauté ou allégées à sa demande409, n’offraient pas toutes les garanties en terme d’efficacité. Cela dit, ces sentences épiscopales ne constituent que l’un des nombreux avantages que procure à l’évêque son appartenance à l’Église. Car, faut-il le souligner, le prélat liegeois, qui est le lieutenant de Dieu dans le diocèse de Liège et qui a été confirmé par le Vicaire du Christ, pourra à coup sûr compter sur Dieu en toute circonstance. Ce dernier sera nécessairement de son côté et soutiendra la cause de l’Église de Liège. Aussi Hugues de Pierrepont s’empressera-t-il d’engager une action de grâce alors que, dans la plaine de Steppes, ses armées étaient sur le point de livrer une bataille tout à fait décisive pour l’avenir de la principauté. L’évêque leur présente celle-ci comme une pénitence, comme la clé du bonheur éternel, et les incite à prier la Vierge et saint Lambert410. Précisément, en ce qui concerne l’évêque martyr, lui aussi est systématiquement mis à contribution dès lors qu’une situation conflictuelle se fait jour. Certes, à Steppes, les reliques du saint ne sont plus présentes comme cela avait été le cas à Bouillon (1141) et à Andenne (1151)411. Toutefois, à l’instar de ces deux batailles célèbres, l’épisode retentissant de 1213 sera assimilé au triomphe de saint Lambert et sa présence à la Warde de Steppes fut bien réelle : il était en effet matérialisé par un gonfalon, un étendard acheminé sur le champ de bataille par l’avoué de Hesbaye, chef des milices urbaines, qui l’avait reçu au terme d’une cérémonie éminemment religieuse412. Cet étendard constitue une excellente transition : nous allons nous attacher à présent à l’étude globale de la symbolique du pouvoir de l’évêque de Liège.

3. Symbolique du pouvoir

  • 413 Ce thème de recherches vient encore de se voir consacré un colloque tout entier, qui s’est tenu (n (...)
  • 414 Lecoq, Symbolique de l’État, p. 145, rappelle la pensée de P.E. Schramm : pour connaître la nature (...)
  • 415 Forgeur, Sources et travaux, p. 54. Pour les sources précisant les lieux de sépulture, on voudra b (...)
  • 416 L’abbaye cistercienne du Val-Saint-Lambert (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Seraing), fondé (...)
  • 417 Dans un premier temps, le corps de Robert fut enterré à l’abbaye cistercienne d’Aulne (Belgique, p (...)
  • 418 France, dép. Nord, comm. Flines-lès-Raches. Jean de Flandre était enterré en compagnie d’un second (...)
  • 419 L’actuelle basilique majeure date des xviexviiie siècles. Sur la mort de Thibaut de Bar, cfr Limb (...)
  • 420 Cfr Klaversma, Geschlachten van Altena en Home, p. 47–49. Cfr encore, pour information, Van Genech (...)
  • 421 À ce propos, cfr Haslinghuis-peeters, Dom van Utrecht, p. 243–249. — Roggen, Doornikse grafplastie (...)
  • 422 France, dép. Savoie, comm. Saint-Pierre-de-Curtille. Cfr Blanchard, Histoire de l’abbaye d’Hauteco (...)
  • 423 Sur cette tombe, cfr Haslinghuis-Peeters, Dom van Utrecht, p. 249–258, 367–368. — Roggen, Doorniks (...)
  • 424 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 302–307. Cfr Beaune, Sanctuaires royaux.
  • 425 Cfr p. 122 n. 48. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 164.

64Si nous avons décidé de consacrer quelques pages à cette problématique historique en plein essor qu’est la symbolique du pouvoir413, c’est avant tout dans le but d’être le plus complet possible et d’affiner, autant que faire se peut, notre perception du pouvoir épiscopal liégeois414, certainement pas parce que celui-ci constitue, en cette matière, un terrain de recherches privilégié. Au vrai, la moisson s’est avérée on ne peut plus maigre. À cela, une raison principale : une absence quasi totale des sources qui constituent la matière habituelle de tous ceux qui étudient les manifestations symboliques et emblématiques de l’autorité. Tout d’abord, nous sommes complètement dépourvu de ces sources riches en symboles que sont les sépultures ainsi que des reproductions de celles-ci — tableaux, dessins et autres gravures. Les tombes des évêques de Liège inhumés dans le presbyterium de la cathédrale de Liège (Hugues de Pierrepont, Jean d’Enghien, Adolphe de Waldeck et Adolphe de la Marck) ont été détruites en 1740415. Le sépulcre de Jean d’Eppes, à l’abbaye du Val-Saint-Lambert, a connu le même sort416. Quant aux sépultures situées en dehors de l’ancienne principauté de Liège, elles ont, elles aussi, disparu. Ainsi en est-il de celles de Robert de Thourotte et de Jean de Flandre aux abbayes de Clairvaux417 et de Flines418, de Thibaut de Bar dans la basilique Saint-Pierre de Rome419 et d’Arnould de Homes dans la nécropole familiale de Keizerbosch420. Que nous reste-t-il en définitive ? En ce qui concerne les prélats qui devinrent évêque de Liège conformément aux normes canoniques et qui le restèrent toute leur vie, il ne subsiste que très peu de chose : des fragments — inutilisables — du tombeau de Jean d’Arckel, à la cathédrale d’Utrecht421, et celui de Guillaume de Savoie, à l’abbaye d’Hautecombe422. On pourrait être tenté d’affirmer qu’au moins deux sépultures de prélats liégeois ont été conservées intactes. Elles ne peuvent malheureusement être prises en considération car ces deux tombes, situées dans les cathédrales d’Utrecht et de Cologne, concernent l’une un éphémère élu de Liège, qui devint évêque d’Utrecht, l’autre un évêque de Liège qui mourut archevêque de Cologne. Il s’agit de Guy de Hainaut423 et d’Englebert de la Marck. On le voit, les sépultures des évêques de Liège ne sont pas riches d’enseignements. Nous signalerons simplement qu’aux xiiie et xive siècles tout comme au haut moyen âge424, la cathédrale de SaintLambert n’est pas la nécropole des évêques de Liège. En effet, seuls quatre prélats sur onze y furent inhumés. D’un autre côté, l’évêque ne devait pas nécessairement être chanoine de Saint-Lambert pour être enseveli auprès des reliques du saint patron de Liège et ceux qui occupèrent une stalle à la cathédrale ne le furent pas systématiquement. Ainsi Jean d’Eppes et Arnould de Homes, qui détinrent tous deux un canonicat à Saint-Lambert425 avant leur nomination, l’un à Liège, l’autre à Utrecht, n’élurent pas sépulture à Saint-Lambert, tandis que Jean d’Enghien, enterré dans la cathédrale, ne fit jamais partie de ce collège. En somme, dans le choix du lieu de leur inhumation, soit les évêques restèrent fidèles à leur première idée (Robert de Thourotte à Clairvaux) ou à leur premier poste épiscopal (Jean d’Arckel à Utrecht), soit ils privilégièrent le panthéon de leur famille (Hautecombe, Flines et Keizerbosch pour Guillaume de Savoie, Jean de Flandre et Arnould de Homes) ou leur église préférée (l’abbaye du Val-Saint-Lambert pour Jean d’Eppes), à moins d’être enterré au loin, par la force des choses (Thibaut de Bar, tué et enterré à Rome).

  • 426 Boniver, Armoiries des princes-évêques, p. 24–77.
  • 427 Cfr, par ex., Popoff, Signes du pouvoir dans les armoiries.

65Contrairement aux sépultures, le détail des blasons épiscopaux nous est parfaitement connu426. Toutefois, ceux-ci ne constituent pas à proprement parler les armes des évêques mais plutôt celles de leur famille. Nous ne pouvons dès lors tenir compte de ces sources, dont il est parfois possible, pourtant, de tirer grand profit427.

  • 428 Ce sont en fait celles que nos dépouillements nous ont permis de découvrir. Il est cependant possi (...)
  • 429 Antoine de Succa, Mémoriaux, Belgique, Bibliothèque Royale Albert Ier (Bruxelles), Département des (...)
  • 430 Belgique, Bibliothèque Royale Albert Ier (Bruxelles), Département des Manuscrits, ms. IV.684 (olim(...)
  • 431 R.F.A., Archives de L’état à Coblence, Abt 1 C no 1 (Balduineum I), f° 22 b. — Heyen, Kaiser Heinr (...)
  • 432 Cette mêlée n’est pas sans rappeler la bataille de San-Romano de Paollo Ucello. Cette bataille, qu (...)
  • 433 Italie, Archives de L’état à Florence, Diplomatico Custodie, S. Croce di Firence, 23 mai 1315. Éd. (...)
  • 434 Essai d’identification dans Grunzweig, Lettre d’indulgence, p. 146–148.
  • 435 Henri de Virneburg (1306–1332). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 274.

66L’iconographie des évêques de Liège ne nous sera guère plus utile : elle est pratiquement inexistante. Seules quatre représentations d’évêques peuvent être mentionnées ici428. On doit la première à Antoine de Succa, qui, sur l’ordre des archiducs Albert et Isabelle, dessina, dans ses célèbres Mémoriaux, les principaux monuments des Pays-Bas espagnols. Dans le troisième volume est conservé un portrait de Jean de Flandre. Il s’agit d’un dessin au crayon, réalisé à partir d’un tableau datant du xve ou du xvie siècle, jadis conservé à l’abbaye de Flines. Ce portrait ne présente rien d’exceptionnel. Le prélat figuré est un homme jeune ; il tient la crosse à la main, porte une mitre chargée de pierreries ainsi qu’un amict brodé, dressé en forme de collet droit429. Dans un même ordre d’idées, nous possédons également, dans un manuscrit datant du début du xve siècle430, un portrait de l’élu Henri de Gueldre. Ce dernier apparaît à cheval, coiffé de la mitre et vêtu d’une chape. Toutefois, sous ces vêtements religieux, on aperçoit une armure et une épée. Troisièmement, on trouvera, dans une chronique illustrée décrivant la Romfahrt d’Henri VII de Luxembourg, une miniature représentant l’un des combats auxquels participa l’évêque de Liège Thibaut de Bar431. Malheureusement, il est pratiquement impossible de distinguer le prélat, qui est véritablement noyé dans un enchevêtrement de lances, d’épées, de chevaux et de chevaliers432. Reste un portrait en pied de l’évêque Adolphe de la Marck. Il se trouve à l’intérieur de l’initiale ornée d’une affiche d’indulgence enluminée qu’octroya le prélat433 au marchand florentin Donato di Niccolô Biliotti da Vichio434, document garantissant l’authenticité d’une relique des Onze Mille Vierges, qui avait été conférée à Donato par l’archevêque de Cologne435. Sur cette miniature, Adolphe apparaît crossé et mitré, vêtu d’une dalmatique gris-argent, assis sur un siège brun-rouge à l’intérieur d’une petite église multicolore, le tout sur un fond gaufré d’or. Pour exceptionnel qu’il soit, du point de vue artistique notamment, ce document iconographique, au même titre que les trois précédents, ne présente guère d’intérêt pour la symbolique du pouvoir. Nous retiendrons simplement que l’évêque porte à chaque fois les insignes de son pouvoir religieux même s’ils recouvrent parfois armure et épée.

  • 436 Nous ne disposons pas de récits de Joyeuses Entrées pour les xiiie et xive siècles et les informat (...)
  • 437 Cfr Pastoureau, Sceaux, p. 62–76, spéc. p. 64–66. — Id., Traité d héraldique, p 230–233. Id., État (...)
  • 438 Dumas, Trône des rois de France, p. 231 : « Les monnaies, documents officiels auxquels il convient (...)
  • 439 Gesta abbreviata, p. 134. Cette chronique, qui aurait été rédigée ca 1250, n’est connue, dans sa v (...)
  • 440 Sur ce concile, cfr p. 110 n. 7.
  • 441 Sur la symbolique du rouge et du vert, cfr Pastoureau, Ceci est mon sang. — Id., Couleurs médiéval (...)
  • 442 À ce propos, cfr Vrancken, Aspects institutionnels, et nos propos, p. 425–426.
  • 443 Kupper, dans Vrancken, Aspects institutionnels, p. 56, interroge le conférencier à ce propos et lu (...)
  • 444 R.C.L., t. 1, p. 370–371 (1er décembre 1348).
  • 445 Cfr Frère, Introduction à la numismatique liégeoise, p. 289–290. — Id., Monnaies de l’évêque Huy-S (...)

67Sépultures, héraldique et iconographie évacuées, que nous reste-t-il en définitive pour entamer une étude de la symbolique du pouvoir épiscopal ? Bien peu de chose, en vérité436. Outre les données, rares et éparses, que nous fournissent les sources, principalement les chroniques, nous disposons, en tout et pour tout, des sceaux, sources d’information inépuisables437, et, dans une moindre mesure, des monnaies épiscopales438. Encore faut-il se montrer prudent avec ces divers matériaux. En ce qui concerne les chroniques, deux écueils sont à éviter : chercher à tout prix de la symbolique là où il n’y en a pas et rattacher à un élément éminemment symbolique quelque chose qui n’a absolument aucun rapport avec lui. Deux exemples permettront au lecteur de mieux comprendre notre pensée. Un passage des Gesta abbreviata439 nous décrit les diverses tenues portées par Hugues de Pierrepont alors qu’il participait aux trois sessions du concile de Latran IV (1215)440. Le premier jour, il ressemblait à un comte, en habits laïcs, vêtu d’un manteau, d’une tunique écarlate et coiffé d’un bonnet vert. Lors de la deuxième session, tel un duc, il portait une cape verte, pourvue de longues manches. Le troisième jour enfin, c’est un évêque mitré qui fit son entrée au Latran. Cet extrait des Gesta abbreviata suscite immanquablement une question. Dans la foulée de toutes ces recherches menées un peu partout sur la symbolique des couleurs, faut-il tenter à tout prix de découvrir une valeur particulière aux coloris des vêtements arborés par Hugues de Pierrepont441 ? Deuxième exemple : il explicite le second danger évoqué plus haut. On n’a pas manqué de rapprocher l’appellation « anneau du palais », qui désigne un tribunal d’exception liégeois442 et, nous le verrons, l’une des manifestations de ce que l’on appelle la « hauteur », le haut pouvoir de l’évêque, on n’a pas manqué de le rapprocher, disions-nous, de l’anneau épiscopal, symbole s’il en est de la fonction qu’exerce le prélat443. Pour logique qu’elle soit, cette suggestion ne nous semble pas rigoureusement exacte. Il est en effet tout à fait certain que l’anneau dont il est question n’est rien d’autre que portam seu anulum porte palatii nostri leodiensis444. Au même titre que celle des sources narratives, l’étude des monnaies peut conduire à des aberrations gênantes. Ainsi sera-ton peut-être tenté de découvrir un sens caché à la présence d’un édifice, d’une clé, d’une étoile ou d’une rosette sur l’une ou l’autre monnaie épiscopale, à des motifs qui ne sont peut-être en fin de compte que la marque du lieu de fabrication ou le sigle du graveur de la monnaie445. Tous ces exemples démontrent à suffisance combien il convient d’être prudent en matière d’analyse symbolique.

68Quoi qu’il en soit, à travers notre maigre documentation et sans réelle prétention à l’originalité, nous pensons pouvoir détecter trois grands principes dans la symbolique du pouvoir épiscopal liégeois.

  • 446 Ainsi lors du sac de Liège (1212) où il est fait un appel pressant à Hugues de Pierrepont, qui rés (...)
  • 447 Cfr p. 191–192, 194.
  • 448 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 108.
  • 449 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 125. — Mathias de Lewis, Ch (...)

69Première principe : le rôle déterminant, l’importance tout à fait prépondérante de l’évêque en tant que chef, comme premier responsable de l’Etat liégeois. Il n’est rien qui ne tourne autour de sa personne. Dans les chroniques, il n’est pratiquement question que de lui. Il en est le personnage principal, central ; le reste n’est qu’accessoire, que faire-valoir du prélat. Sur les sceaux, expressions on ne peut plus intimes du souverain, on ne voit que lui. Sa silhouette, sa personne occupe tout l’espace disponible. Par ailleurs, lorsque tout va mal, lorsqu’une catastrophe s’annonce ou simplement lorsqu’une difficulté doit être aplanie sans délai, ses sujets n’hésitent pas à partir à sa recherche, à s’avancer à sa rencontre, à venir le consulter là où il réside, à l’étranger si nécessaire446. Nous avons vu plus haut combien la hantise de l’interrègne et le désir d’avoir un nouvel évêque sont prégnants447. Il en va de même pour la crainte et le chagrin suscités par la mort prochaine ou présente du prélat. Ainsi, lors de la bataille de Steppes, d’après une rumeur répandue par le duc de Limbourg, Hugues de Pierrepont a été capturé par l’ennemi et le comte de Looz tué. Immédiatement, les Lossains s’enfuient448. De la même façon, lors du siège de Poilvache, Jean d’Eppes, agonisant, quitte le lieu du combat et vient mourir à Dinant. Un seul mot d’ordre est lancé : ne pas ébruiter la nouvelle. C’est de nuit et dans le plus grand secret que l’évêque est acheminé vers sa dernière demeure. Il faut éviter à tout prix que les Liégeois n’apprennent la triste vérité car celle-ci risque de leur faire perdre toute rage de vaincre. La précaution n’était pas inutile. Sitôt la nouvelle connue par les Liégeois — leurs ennemis se sont bien entendu empressés de les mettre au courant449 —, ils s’effondrent et le seigneur de Poilvache est bien prêt de remporter la victoire. Point n’est besoin d’insister davantage : il est manifeste qu’en toute circonstance, l’évêque est la référence principale, pour ne pas dire unique.

  • 450 Dumas, Trône des rois de France, p. 231–236. — De La Perrière, Ornements royaux dans la numismatiq (...)
  • 451 L’aigle héraldique est du genre féminin.
  • 452 Sur l’aigle, cfr Dictionnaire des symboles, p. 7–8. — Pastoureau, Quel est le roi des animaux, p.  (...)
  • 453 Le contre-sceau de Jean d’Enghien, évêque de Tournai, comporte déjà une aigle (Vleeschouwers-Van M (...)
  • 454 Le contre-sceau de Robert de Thourotte représente un évêque en prière ; celui de Jean de Flandre c (...)
  • 455 Cfr p. 187.
  • 456 Ce dernier rapprochement nous semble plus valable que les identités aigle/Empire et lion/France. N (...)
  • 457 Cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 121 et n. 38. On la trouve sur les sceaux des élus de Liège Jean d’ (...)
  • 458 Id., p. 121, 123, 125–126, 129–130, 131, 155–156, planches VIII–X, XII–XIII, no 156, 168, 175–178, (...)
  • 459 Sur le perron, on se reportera essentiellement à l’étude de Dessaint, Perrons et aux deux exposés (...)
  • 460 Cfr Dessaint, Perrons, p. 30, 32, 33, 38–41. Gaier, Analysis of military forces, fig. 4, définit l (...)

70Seconde constatation, non moins importante : dans toutes les sources qui véhiculent une image du pouvoir épiscopal, un accent tout particulier est mis sur la puissance et sur la majesté épiscopales. Ainsi sur les sceaux dont, nous venons de le dire, l’évêque constitue le « motif » par excellence, le prélat est représenté en majesté, dans la plénitude de sa fonction régalienne. Il trône sur une cathèdre, symbole de souveraineté et de prééminence, dotée de protomés de lions, qui rappellent le trône de Salomon décrit dans le livre des Rois450. La majesté de l’évêque est encore exprimée par cette aigle essorante ou éployée451 qui apparaît sur les contre-sceaux et sur quantité de monnaies épiscopales. On a vu en cet oiseau l’aigle de Patmos, attribut principal de saint Jean l’Évangéliste, lequel était le patron de Jean d’Eppes. L’aigle présente cependant bien d’autres significations. Elle est l’oiseau solitaire, souverain par excellence, hôte des cimes célestes, symbole de puissance offensive et défensive. Elle est encore et surtout l’animal de l’empereur, de ses partisans, de ses fonctionnaires, et l’adversaire du lion, compagnon des ennemis du souverain452. Dans une telle perspective, les particularités des contre-sceaux et des monnaies liégeois méritent évidemment d’être analysées avec précision. L’aigle apparaît pour la première fois sur un contre-sceau épiscopal au plus tard sous le règne de Jean d’Enghien, sans doute déjà sous Hugues de Pierrepont et sous Jean d’Eppes453. On la trouve encore présente sur celui d’Adolphe de Waldeck et sur toutes les monnaies épiscopales, d’Hugues de Pierrepont à Englebert de la Marck inclus. Toutefois, l’aigle est moins présente chez Robert de Thourotte et est même absente sous Jean de Flandre, concurrencée qu’elle est par le lion454. Peutêtre faut-il voir dans cet état de choses une signification politique. De la même façon que le lion — celui des Flandres, notamment — est signalé chez des prélats pro-français, la présence massive de l’aigle sous tous les autres règnes, témoigne peut-être de la dépendance de l’évêque de Liège à l’égard de l’Empire, ou plus largement et plus probablement présente une signification identique à celle que revêt le déplacement rocambolesque d’Adolphe de la Marck à Francfort455, à savoir la volonté de se rattacher, d’une manière ou d’une autre, à un Empire en pleine déliquescence, certes, mais toujours prestigieux, et au titulaire de celui-ci, suzerain ancestral de la principauté, de détenir des parcelles de la souveraineté et de la majesté impériales456. Outre la virga correctionis, dont se sert le justicier pour frapper les coupables457, nous signalerons, pour terminer, la présence, sur quelques monnaies458, d’un perron, cette construction typiquement mosane, formée habituellement de quelques marches, d’une colonne surmontée d’une sphère ou d’une pomme de pin et d’une croix459. Lié à la justice des échevins, c’est-à-dire à celle des représentants de l’évêque, le perron est donc, entre autres significations, un symbole de l’autorité épiscopale460.

  • 461 Frère, Monnaies de l’évêque Huy-Statte, p. 118.
  • 462 De Chestret, Numismatique, p. 171–172, planche XV, no 270. Cfr ici-même ill. 16.
  • 463 Sur le vêtement religieux et sa représentation sur les sceaux, cfr Demay, Costume d’après les scea (...)
  • 464 Gaudemet, Gouvernement, p. 120. — de Turckheim, Pouvoir temporel des papes, p. 532. Bibl. : Sirch,(...)
  • 465 Gaudemet, Gouvernement, p. 120–121. — Dictionnaire des symboles, p. 35–36. — Chevalier-Gheerbrant,(...)
  • 466 Cfr Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 164–166, 168–169, planches 13–16, 18–20. — De Chestret, (...)
  • 467 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 47 : annulum resignavit. 1402, p. 215 : baculum et annulum in manu (...)
  • 468 Cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 120–121. — Amanieu, Anneau, col. 537–539. Bibl. : Labhart, Rechtssy (...)

71Troisième et dernier principe régissant, selon nous, la symbolique du pouvoir épiscopal liégeois : la représentation du prélat, tant sur les sceaux que sur les monnaies, sous les seuls traits d’un clerc. Cela peut surprendre : le prince-évêque de Liège détient un pouvoir à la fois temporel et spirituel, nous l’avons déjà dit, et on pourrait s’attendre à ce qu’il apparaisse tantôt en armure, tantôt revêtu de la dalmatique. Certes, on découvrira une épée sur un esterlin de Jean de Flandre frappé à Huy461 tandis qu’une autre monnaie représente Arnould de Hornes en pied, en chape et en mitre, paré d’une somptueuse armure, tenant d’une main l’épée haute, de l’autre un écu écartelé de Hornes et d’un lion462. Ce ne sont pourtant là que deux très rares exceptions. Tant sur les sceaux que sur les monnaies, l’évêque endosse constamment les vêtements traditionnels de l’officiant à savoir l’amict, l’aube, la dalmatique, la chasuble et l’étole463. En outre, quatre insignes dont la signification est entièrement religieuse, qui attestent la dignité et l’autorité de l’évêque, complètent sa parure. Il est tout d’abord coiffé de la mitre qui, contrairement à la tiare, signum imperii, est une coiffure exclusivement liturgique, un signutti pontificis464. Il tient également à la main la crosse, évolution ultime du bâton de berger. Emblème de la consécration, elle symbolise la juridiction pastorale, celle du guide-pasteur appuyé sur son bâton465. Il arrive également très souvent que le prélat présente aux yeux du monde un livre ouvert. Attribut des évangélistes, des apôtres et des pères de l’Église, symbole de science et de sagesse, sans doute représente-t-il également le livre de la vérité révélée, les Évangiles ou le Liber mundi, qui contient l’ensemble des lois qui ont présidé à la création de l’univers466. Reste enfin l’anneau, trop infime pour être perceptible sur les sceaux et sur les monnaies, mais qui n’en est pas moins d’une importance capitale. Les chroniqueurs ne manquent pas de signaler qu’en abandonnant le trône de saint Lambert, Henri de Gueldre résigna son anneau, l’ôta et le remit au pape467. Expression matérielle de la consécration, lui aussi, de la noblesse et de l’autorité épiscopales, l’anneau est symbole de lien, de mariage mystique avec son église, de fidélité à une mission, d’engagement envers une charge et une communauté468.

***

  • 469 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 108–109. — 1402, p. 247. — Tongerlo, p. 55.
  • 470 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 219–220. — Lévold de Northof, Chronica, p. 76. —1402, p. 315.

72On le voit bien, tant par le vêtement qu’il arbore que par les objets qui l’accompagnent, l’évêque de Liège souhaite donner à ses sujets l’image d’un homme d’Église. Dans toutes ces circonstances susceptibles de frapper les esprits, c’est la fonction religieuse qui est magnifiée. Ainsi, lorsqu’Adolphe de Waldeck décide de chasser les usuriers lombards de la Cité de Liège, il s’arme de ses pontificalia, usant symboliquement de la crosse comme d’une épée469. De la même façon, en 1332, alors qu’il vient de rentrer à Liège après plusieurs années de luttes fratricides avec son peuple, Adolphe de la Marck revêt ses vêtements liturgiques et célèbre une messe solennelle à Saint-Lambert, en présence de son peuple, qui était venu l’accueillir avec croix et étendards470.

  • 471 Sur cette question, cfr Lejeune, Notions de « patria », p. 13–19.

73Il semble bien, en définitive, que l’évêque de Liège, qui détient des responsabilités à la fois laïques et ecclésiastiques, mais qui prend très souvent des attitudes de prince, n’est pas homme à renier son statut de représentant du Christ dans le diocèse de Liège, ni à négliger les pouvoirs et les symboles que lui confèrent ses fonctions cléricales : ils lui offrent en effet une supériorité indiscutable471 sur ses concurrents directs que sont les princes voisins.

***

74Pour conclure ce premier chapitre, nous dirons que l’évêque de Liège avait à sa disposition plusieurs instruments de pouvoir d’efficacité variable : une terre étendue, dont il s’efforcera de tirer parti au mieux de ses intérêts, de multiples moyens pour faire de l’argent et une solide armée que, potentiellement, il est le seul à pouvoir rassembler. Certes, le prélat a souvent besoin de plus d’argent qu’il n’en dispose et qu’il n’est en mesure de fabriquer. De la même façon, il éprouve très souvent pas mal de difficultés à obtenir le service militaire qui lui est dû. Reste qu’en dépit de tous ces accrocs, l’évêque de Liège détient une réelle puissance qu’il exprime symboliquement à travers sceaux et monnaies et grâce à laquelle, s’il sait en user à bon escient, il lui est possible de se démarquer, de se distinguer avantageusement de ses prédécesseurs et de ses successeurs. Ce pouvoir sera-t-il suffisant, aura-t-il assez de rayonnement pour contrôler tous les domaines de la vie publique ? Telle est la question que nous examinerons dans un chapitre ultérieur. En attendant, il convient avant tout que nous accordions de larges développements à un dernier instrument du pouvoir, à tous ces hommes sans lesquels aucun évêque de Liège ne pouvait ni appréhender la totalité des problèmes qui se posent inévitablement à un chef d’Etat, ni tenter de leur apporter des solutions adéquates : les auxiliaires du pouvoir.

***

Notes

1 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 164.

2 Cfr p. 307–414. Prenant pour objet d’étude le Hainaut au xve siècle, Cauchies, Le prince territorial au bas moyen âge, p. 42–44, fait de la législation un mode d’action du pouvoir. Selon nous, il n’y a pas lieu de l’intégrer dans les instruments du pouvoir épiscopal liégeois. En effet, elle n’existe pas vraiment à Liège aux xiiie et xive siècles car qui dit législation, dit textes appliqués à des ensembles géographiques assez étendus et visant à une certaine pérennité. Or, à Liège, les ordonnances sont, pour la plupart, des paix conclues entre le prince et les villes de ses Etats ou concernant uniquement celles-ci, et elles font souvent l’objet de révisions, de mutations diverses. Seuls de rares textes comme les statuts synodaux de 1288 (Schoolmeesters, Statuts synodaux) peuvent être considérés comme un embryon de législation. En revanche, pour le haut moyen âge, la décision instaurant la Paix de Dieu, à Liège, le 27 mars 1081, ainsi que le mandement de l’évêque Raoul de Zähringen contre les incendiaires [1168–1186], sont manifestement des textes législatifs de portée générale (à leur propos, cfr Joris, Trêve de Dieu. — Id., Le plus ancien verdict. — Kupper, Raoul de Zähringen, p. 200–210). Nous reviendrons sur la question de la Paix, non dans ce chapitre 1, mais dans celui consacré aux divers pouvoirs de l’évêque de Liège (II, 3, A, p. 422–425).

3 Sur la mense épiscopale avant 1200, cfr ID., Liège et l’Église impériale, p. 434–435.

4 Id., p. 422–434.

5 Outre l’approche scientifique de Id., p. 422–448, pour le haut moyen âge, on ne dispose pour l’heure, à propos du territoire liégeois, que de deux études pour le moins approximatives : Paquay, Patrimoine et Daris, Origine et formation de la principauté. Ce dernier article, pourtant dépourvu de la moindre réflexion critique, doit encore être préféré à la contribution de Paquay, qui embrouille tout à force de vouloir nuancer, qui opère de fâcheux amalgames entre mense épiscopale et mense capitulaire, et englobe dans une même vision erronée moyen âge et époque moderne. On évitera de comparer les données de ce dernier article avec celles que nous présentons ici. Elles divergent sensiblement dans la mesure où Paquay n’établit aucune distinction entre les acquisitions territoriales de l’évêque, celles du chapitre de Saint-Lambert et celles des collèges secondaires de la cathédrale, les chapitres de Saint-Materne et de la Petite-Table.

6 Une précision importante doit être apportée ici. Les sources nous enseignent que les transactions (achats, échanges, donations...) concernent soit l’évêque, soit le chapitre cathédral, soit l’Église de Liège (souvent en combinaison avec le prélat). Même si nous pouvons difficilement étayer notre conviction, nous pensons pouvoir dire que toute concession faite explicitement à l’Église de Liège concerne en réalité celui qui est sa seule incarnation, ce nouveau saint Lambert qui en assume la gestion à la fois viagère et temporaire : l’évêque. En d’autres termes, l’Église de Liège est une entité abstraite et symbolique dont la personnalité physique est assumée par l’évêque. Dans cette perspective, nous ne pouvons suivre Frère, Droit de monnaie, p. 83 et Baerten, Les droits des empereurs, p. 51, lorsqu’ils mettent l’accent, exagérément selon nous, sur le fait que le droit de monnaie est dévolu par l’autorité royale, non à l’évêque mais à « l’institution fondée en l’honneur de saint Lambert ».

7 Processus décrit par Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ?, p. 192–195.

8 Godding, Le droit privé, p. 154.Suttor, Seigneurs et seigneuries, p. 203 n. 8.

9 Montenaken (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Gingelom) ; Brustem (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Saint-Trond) ; Hasselt (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Hasselt) ; Tessenderlo (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Tessenderlo) ; Lummen (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Lummen).

10 Ruremonde (Pays-Bas, Limbourg).

11 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 10–12. — C.S.L., t. 1, p. 130–132. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 67–68. — Gilles d’orval, Gesta, p. 118. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 62. — 1402, p. 147. Le comte de Looz en question est Louis II (1197—† 1218). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 377.

12 C.S.L., t. 1, p. 148–149, 249. — Gesta abbreviata, p. 133 (sur cette chronique, cfr p. 299–300 n. 439). — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 64–65. Le comte de Gueldre concerné est Otton Ier (1184 ?—† 1207). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 360.

13 C.S.L., t. 1, p. 377–380. Les auteurs du relief sont Ermesinde, comtesse de Luxembourg (1198—† 1247) et son fils Henri le Blondel (1247—† 1281). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 380. Même relief par les mêmes princes en 1242–1243 (C.S.L., t. 1, p. 423–424, 438, 452–454. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 28, 33–34, 42, 43) et, semble-t-il, en 1333 par le comte Jean l’Aveugle [(1310—† 1346), cfr Strubbevoet, De chronologie, p. 3801(Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 158. — C.S.L., t. 3, p. 484). Natoye (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Hamois) ; HottonMelreux (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Marche-en-Famenne, comm. Hotton).

14 Guy de Dampierre. Cfr p. 156 n. 262.

15 Id., t. 2, p. 137–146. — de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 149–150. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 83. Grammont (Geraardsbergen) (Belgique, pr. Flandre orientale, arr. Alost, comm. Grammont) ; Bornem (Belgique, pr. Anvers, arr. Malines, comm. Bornem) ; Samson [Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comm. Andenne (Thon)]. Relief en 1333 (C.S.L., t. 3, p. 431–432) et 1356 (Id., t. 4, p. 226–231).

16 Id., t. 1, p. 153–160. — Walraet, Actes Philippe le Noble, p. 38, 41, 141–144, 174. Le fief de Samson est encore signalé en 1297 (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 297298. — C.S.L., t. 6, p. 41. — Piot, Inventaire Namur, p. 84). Philippe le Noble, comte de Namur (1195—† 1212) (cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 385).

17 Guillaume IV, comte de Juliers († 1278) (cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 187) et Jean Ier, duc de Brabant (1267-† 1294) (cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 358).

18 C.S.L., t. 2, p. 124–126. Siersdorf (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).

19 Id., t. 2, p. 362. — Marchant, Pairs de Saint-Lambert, p. 65–66. Hakendover (Belgique, pr. Brabant flamand, arr. Louvain, comm. Tirlemont). Autres féodalisations de moindre importance : C.S.L., t. 1, p. 128–129 (1202–1212), 236–237 (1227), 265 (1230), 308 (1233), 328–329 (1234), 353 (1235), 381 (1237), 458–459 (1243), 513–514 (1246) ; t. 2, p. 276–277 (1277), 426–428 (1287). — Wampach, Urkunden, t. 3, p. 345–346 (1260).

20 Le premier devoir du vassal est, comme chacun sait, de ne pas nuire à son seigneur. La féodalisation du comté de Hainaut en 1071 est un cas exemplaire de neutralisation de l’ennemi. Certes, la dépendance du Hainaut à l’égard de l’évêque de Liège ne fut jamais vraiment effective. Néanmoins, grâce à ce processus, celui-ci gagna, à la lisière occidentale de ses États, une zone de sécurité accrue (cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 426–427).

21 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 68–69. — 1402, p. 147. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 118. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 62, 64–65. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 4, p. 577–578. — Gesta abbreviata, p. 133. Cfr Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 97–111. — Baerten, Loon, p. 74.

22 Hugues de Pierrepont apporta son aide au comte de Looz, notamment dans le cadre de l’action menée par Henri Ier de Brabant contre Saint-Trond et lors de la succession du comté de Hollande (1203–1204). Cfr n. précédente.

23 Moha (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Wanze).

24 Sur cette question, cfr Parisse, Albert, comte de Dabo. — Wégnez, Comtes de Dasbourg, p. 116–130 (à consulter avec prudence). — Lejeune, Liège et son Pays, p. 97–98. — Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 111–112, 132–133, 183–185. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. xxi—xxii. — Deprez, Politique castrale, p. 517 n. 57. — Daris, Comté de Moha, p. 262–265. — Tihon, Généalogie des comtes de Moha, p. 445–456. — Id., Histoire du château et du comté, p. 178–203. — Id. Les derniers comtes de Moha, ces quatre derniers titres étant à utiliser avec prudence.

25 Albert est le fils du comte Hugues II († ca 1178–1180) et de Liutgarde de Sulzbach († ap. 1162), veuve du duc Godefroid II de Brabant († 1142). Il était donc le demi-frère du duc Godefroid III (f 1190), fils de Godefroid II, et l’oncle du duc Henri Ier. Il était également le cousin de Louis II de Looz : son grand-père, le comte Hugues Ier de Moha, et Mathilde, arrière-grand-mère du comte de Looz, étaient frère et soeur. Cfr Parisse, Albert, comte de Dabo, p. 162. — Baerten, Loon, p. 71–72 (tabl. généal., p. 72 n. 1). — Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 8.

26 Les Waleffes (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Faimes).

27 C.S.L., t. 1, p. 146–147, 151–152. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 71. — Triumphus Steppes, p. 172 (sur cette oeuvre et son auteur, cfr Balau, Sources, p. 443–444. — Kurth, Archidiacre Hervard, spéc. p. 138–160. — Renardy, Répertoire, p. 307–308).

28 Seul Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 71, évoque cette somme de 50 000 marcs. Elle est nettement plus élevée que les 15 000 marcs réclamés à une date indéterminée par Albert de Moha en contrepartie d’une importante donation faite au duc de Brabant, donation comprenant également les alleux de Moha et Waleffes [Butkens, Trophées, t. 1, p. 234. — Aders, Regesten Brabant, p. 21, no 4. — Tihon, Les derniers comtes de Moha, p. 25–26 (éd.)]. Toutefois, la disproportion entre les deux sommes ne constitue pas une raison suffisante pour rejeter, a priori, l’assertion de Renier de Saint-Jacques (comme le fait Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 111 n. 3).

29 C.S.L., t. 1, p. 120.

30 Triumphus Steppes, p. 174.

31 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 73, déclare qu’Albert de Moha donationem [...] infregit, et eandem donationem cognato suo Lovaniensi duci tradidit (1204). L’acte relatif à une importante donation au duc de Brabant, document évoqué supra, n. 28 est peutêtre le pendant diplomatique des propos de Renier de Saint-Jacques. Cela reste tout de même très conjectural car l’acte ne comporte aucun élément chronologique et ne peut donc être daté avec précision (cfr d’ailleurs Parisse, Albert, comte de Dabo, p. 163, et également p. 164, où cet auteur explique de façon plausible l’évolution des idées politiques d’Albert de Moha).

32 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 73.

33 C.S.L., t. 1, p. 168–169 : résolution du différend entre Hugues de Pierrepont et les ducs de Lorraine, Ferry II et son fils Thibaut (futur duc Thibaut Ier) (cfr p. 132 n. 115), époux de Gertrude, à propos de Moha et Waleffes. Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 137 : le comte de Champagne Thibaut IV/V (1201–1253) (cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 42) prête hommage à l’évêque de Liège pour Moha. Cfr Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 132–133, 183–185.

34 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 141. — Gilles d’orval, Gesta, p. 119–120. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 916. — Annales Floreffienses, p. 626.

35 C.S.L., t. 1, p. 218–221.

36 Id., t. 1, p. 364–365, 371. Jeneffe (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Donceel).

37 Id.,t. 2, p. 338–339 ; t. 6, p. 34.

38 Id., t. 2, p. 565–566. Halloy [Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Ciney (Braibant)].

39 Id., t. 3, p. 444–445, 498–499, 597–598.

40 Bertholet, Histoire du duché de Luxembourg, t. 6, Preuves, p. lvii, lx, lxiii. — Verkooren, Inventaire Luxembourg, t. 2, p. 299–300 (1343–1344).

41 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 157–158. — C.S.L., t. 1, p. 129, 182, 441, 451 ; t. 6, p. 14. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 122–123. Villersl’Évêque (Belgique pr. Liège, arr. Liège, comm. Awans) ; Ouffet (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Ouffet) ; Assesse (Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comra. Assesse) ; Mettet (Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comm. Mettet) ; Ans (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Ans). Autres donations d’avouerie : Ciney, en 1281 (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Ciney), cfr C.S.L., t. 2, p. 333–335 ; Faimes, Celles-lez-Waremme et Termogne (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Faimes), cfr Id., t. 2, p. 391–393.

42 Id., t. 1, p. 442, 540. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 12–13, 164–166. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 42. Bure (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Neufchâteau, comm. Tellin) ; Hougaerde (Belgique, pr. Brabant flamand, arr. Louvain, comm. Hougaerde). Autre vente d’avouerie : Awans et Loncin, en 1330. Loncin (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Ans). Cfr C.S.L., t. 3, p. 329–331.

43 Id., t. 1, p. 323–324. Hoeselt (Belgique, pr. Limbourg, arr. Tongres, comm. Hoeselt) et non Oreye, comme le pense Id., p. 124–126 (forme Hurle, évoquée par Herbillon, Toponymes hesbignons, B.T.D., t. 45, p. 124 n. 2) ; Alken (Belgique, pr. Limbourg, arr. Tongres, comm. Alken) ; Tongres (Belgique, pr. Limbourg, arr. Tongres, comm. Tongres). Manifestement, l’évêque de Liège les considéra comme siennes car en 1284, le comte de Looz lui reprocha de ne jamais avoir pu en jouir. Cfr C.S.L., t. 2, p. 365–367.

44 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 439–442. — Id., Episcopus advocatus. Sur l’exercice du pouvoir épiscopal dans l’ancien évêché de Liège, Cahiers du Centre de Recherches en Histoire du Droit et des Institutions, t. 7, La souveraineté, 1997, p. 13–25.

45 C.S.L., t. 1, p. 568–570. Marchienne-au-Pont (Belgique, pr. Hainaut, arr. Charleroi, comm. Charleroi).

46 Id., t. 2, p. 429–430, 436. Jupille (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Liège) ; Amay (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Amay). 1310 : échange évêque/chapitre de Saint-Lambert de la justice d’Amay/justice de Visé (Id., t. 3, p. 107. — R.O.P.L., p. 140–141).

47 C.S.L., t. 6, p. 74, 314–317. Hannêche (Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Burdinne) ; Moxhe (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Hannut) ; Evegnée (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Soumagne). Autres échanges : Id., t. 1, p. 312–313 (1233), 499–500 (1245) ; t. 2, p. 432–439 (1288).

48 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 144–145. — G.A.T., t. 2, p. 187. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 920. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 71. — Annales Floreffienses, p. 626. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 232. — C.S.L., t. 1, p. 225–226, 230. — R.O.P.L., p. 35–36. Cfr Charles, Saint-Trond, p. 402–404.

49 Le terme est employé par Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 920.

50 Sur le partage des pouvoirs à Saint-Trond, cfr Charles, Saint-Trond, p. 331–346.

51 France, dép. Meurthe-et-Moselle.

52 À Saint-Trond s’ajouta l’abbaye de Waulsort-Hastière qui, comme Saint-Trond, dépendait au spirituel de Liège et au temporel de Metz (Id., p. 402 n. 18). Pour cet échange qui occasionna en outre à Hugues de Pierrepont une dépense de 2 000 livres de Metz, l’évêque reçut des subsides de la Cité de Liège (R.C.L., t. 1, p. 15–16, 29. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. XLIV. — Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 128).

53 C.S.L., t. 1, p. 221–224, 227–229.

54 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 920. — Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 263–264.

55 Gaudemet, Gouvernement, p. 127 n. 83, 141. — Girardot, Le droit canon et les franchises. L’évêque s’y engage en prononçant le serment constitutionnel appelé capitulation (R.O.P.L., p. 261–262). Il le reconnaît par ailleurs implicitement à l’une ou l’autre occasion 11248, avec l’accord du chapitre cathédral, Henri de Gueldre a cédé sa maison de Cologne aux frères mineurs de cette ville mais s’engage à fournir 200 marcs à l’Église de Liège pour en acheter une autre ([...] nos indempnitati ipsius ecclesie et episcopatus nostri cavere volentes [...]) ; 1250, le même promet d’acheter pour une certaine somme d’argent des biens qui resteront toujours dans la mense épiscopale ; 1289, Jean de Flandre déclare qu’il n’est pas permis d’aliéner ou d’hypothéquer les villes fermées du pays sans l’autorisation du chapitre (C.S.L., t. 1, p. 538–540, 576 ; t. 2, p. 453–454)].

56 Cfr Id., t. 3, p. 443–444, 446 : deux actes (1334) signalent qu’Henri de Gueldre n’a pas hésité à offrir en dot à sa fille naturelle le château et le village de Braives, alleux de l’évêque, et ce sans l’autorisation du chapitre de Saint-Lambert. Toute aliénation non approuvée au préalable ou non autorisée par le chapitre eut des conséquences fâcheuses pour l’évêque [Hugues de Chalon engagea des terres au duc de Brabant, ce dont le chapitre se plaignit au pape et ce qui justifia en partie la démission du prélat liégeois (1402, p. 242–244 et ici-même, p. 172 et n. 357)] et pour celui qui acceptait une engagère illicite [ainsi le duc de Brabant excommunié pour cette raison en 1255 (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26–27. — 1402, p. 189–190)].

57 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26–27, 34, 43. — 1402, p. 189–190, 203–204, 211. — Lévold de Northof, Chronica, p. 42. — Delescluse-brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 54. Hougaerde (cfr p. 228 n. 42) ; Beauvechain (Belgique, pr. Brabant wallon, arr. Nivelles, comm. Beauvechain) ; Malines (Belgique, pr. Anvers, arr. Malines, comm. Malines).

58 1402, p. 242–244. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 83. — C.S.L., t. 2, p. 589–590. — Gachard, Collection de documents, t. 2, p. 35. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 132 (également accroissement du fief du comte de Looz : C.S.L., t. 2, p. 586–587). Heist-op-den-Berg (Belgique, pr. Anvers, arr. Malines, comm. Heist-op-den-Berg).

59 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 104–105, 111. — C.S.L., t. 6, p. 30–31, 266. — Poncelet, Droits de Liège sur Bouillon, p. 133–134.

60 Jean Dehocsem, Chronicon, p. 207. — 1402, p. 300. — C.S.L., t. 3, p. 310.

61 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 145. — 1402, p. 268–269. — Devillers, Monuments, t. 3, p. 656–657. — C.S.L., t. 3, p. 179–180. — Wauters, Table, t. 8, p. 537. Bouillon (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Neufchâteau, comm. Bouillon).

62 Sur les rapports entre Liège et Malines, cfr Lejeune, Liège et son Pays, p. 103 n. 37, 104. — Van Den Wijngaert, De groei van het bezit der luikse kerk. — Kempeneer, Aliénations de Malines. — Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 7–8.

63 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 423 et n. 8.

64 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 43. — 1402, p. 211. — Lévold de Northof, Chronica, p. 42.

65 1307 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 125. — Tongerlo, p. 61. En 1305, Thibaut de Bar avait refusé de ratifier l’engagère de Malines qu’avait faite Hugues de Chalon en 1300 (C.S.L., t. 3, p. 56–60. — R.O.P.L., p. 138–140).

66 C.S.L., t. 3, p. 421 (juin 1333). Cfr encore Id., p. 417–418. Tout ceci indépendamment des difficultés que connut l’évêque de Liège avec les Berthout, avoués de la ville de Malines. Cfr Luykx, Hendrik III van Gelre, prins-elect van Luik tegen Wouter (VI) Berthout.

67 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 223–224. — 1402, p. 320. — G.A.T., t. 2, p. 273. — Lévold de Northof, Chronica, p. 78. — C.S.L., t. 3, p. 417–420 ; t. 6, p. 75, 77. Renouvellement et confirmation : Id., t. 6, p. 77.

68 Louis de Nevers, comte de Flandre (1322–† 1346). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 394.

69 Cfr n. 67. Cfr encore C.S.L., t. 3, p. 428–429, 431–433.

70 Id.,t. 3, p. 421–422.

71 Cfr p. 231 et n. 64, collusion entre Malines et Louvain. — Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 699–701.

72 À plusieurs reprises, Louis de Nevers établit des contacts avec Edouard III, roi d’Angleterre, et ne fut jamais un allié très sûr pour Philippe de Valois. Quant au duc de Brabant, il ne fut pas non plus toujours très ferme dans ses opinions mais en 1332 comme en 1347, le roi de France trouva en lui « une confirmation de son bon droit, de sa légitimité ». Cfr Cazelles, Philippe de Valois, p. 88, 101, 104, 133–134, 209, 211–212.

73 Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 691–692, 697–701, 709, 719–720, 738–739, 742–743, 748–749 (document daté non de 1329 comme le dit C.S.L., t. 6, p. 68, ce qui a engendré certaines méprises — Finck, Adolphe de la Marck, p. 141 — mais du 20 juillet 1334 — rectification de Von Riezler, Vatikanische Akten, p. 423, dans Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 748 n. 1.

74 Fierens, Lettres Benoît XII, p. 89–90, 112–113. Benoît XII (1334–1342).

75 Id., p. 89–90.

76 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 227, 230, 231, 233, 234, 339. — 1402, p. 320–321, 323–324. — Levold De Northof, Chronica, p. 78, 84–86. — Willems, Codex diplomaticus,, t. 2, p. 441–454, 461–467. — C.S.L., t. 3, p. 448–449 ; t. 4, p. 40–43, 45–46 ; t. 6, p. 85–86. —- Laurent, Conventions de Saint-Quentin. Cfr également n. suivante.

77 Berlière-van Isacker, Lettres Clément VI, p. 677–680, 682–683, 708–710. — Martens, Politique de Clément VI, p. 10–15. — Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 8.

78 Cfr p. 383.

79 Les paiements se succédèrent à termes réguliers (C.S.L., t. 3, p. 425–426 ; t. 6, p. 76–77, 84. — De Saint-génois, Inventaire Rupelmonde, p. 478), le dernier (10 000 livres) étant effectué le 12 mai 1337 (C.S.L., t. 3, p. 510–511).

80 Lévold de Northof, Chronica, p. 78. En outre, le comte de Flandre rentrera en possession de Malines, à la faveur de la guerre de succession de Brabant (1356–1357). Cfr Lévold de Northof, Chronica, p. 89–91. — C.S.L., t. 4, p. 226–233, 243–246. — F.E.M., p. 5.

81 À ce propos, cfr Baerten, Loon, p. 141–150. — Marchandisse, Rupture, p. 60–61, 73. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 123–134. — Finck, Adolphe de la Marck, p. 127–135. — Lyna, Het standpunt van prins-bisschop Adolf van der Marck. — Daris, Looz, t. 1, p. 536–554. Il semblerait que les problèmes de droit féodal existant entre les comtes de Looz et l’évêque de Liège aient suscité un consilium (272), un avis, de la part d’Oldrado da Ponte (mentionné pour la première fois en 1297 – † ca 1335), l’un des plus grand conciliatores italiens du temps (Schmidt, Konsilien des Oldrado da Ponte, spéc. p. 58). Nous reviendrons plus tard sur cette intéressante question, ignorée, semble-t-il, jusqu’à présent, par l’historiographie liégeoise.

82 Cfr bibl., p. 143–144 n. 185.

83 À toutes fins utiles, signalons qu’à ce jour, la date de féodalisation du comté de Looz n’est pas connue avec certitude. Deux thèses s’affrontent. L’une soutient que les comtes de Looz appartiennent à la vassalité de l’évêque de Liège depuis la donation du comté de Haspinga — dont le comté de Looz relevait en fief —, en 1040. Elle est défendue par Baerten, A-t-il existé un acte d’inféodation du comté de Looz ?. — ID., De luikse suzereiniteit over het graafschap Loon. — ID., Loon, p. 16–26. — ID., Liège, Looz et l’Empire, et amplifiée par Gorissen, Looz. fief liégeois. La seconde, soutenue par Daris, Comté de Haspinga, p. 277–285, et, en dernier lieu, par Kupper, Raoul de Zähringen, p. 150–151, a fait l’objet de rectifications dans ID., Liège et l’Église impériale, p. 447–448 n. Des deux termini qu’il assignait à l’opération de féodalisation (1155/1190), cet auteur ne retient plus le second qu’avec un maximum de prudence. Il n’y a pas lieu de prendre parti ici dans une querelle qui ne sera jamais éteinte en l’absence d’éléments nouveaux et qui, somme toute, ne nous concerne guère. Il est en effet certain qu’au moment où se produisirent les événements évoqués plus bas, soit durant la période 1336–1361, le comte de Looz était vassal de l’évêque de Liège, et ce depuis 1323, au plus tard (Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, p. 223–224. — C.S.L., t. 3, p. 262–265 ; t. 6, p. 305–310).

84 Id., t. 1, p. 508, 521.

85 Déclarations du roi des Romains Henri (VII) et de son archichancelier pour l’Allemagne, l’archevêque de Mayence Séfroid. Cfr n. précédente.

86 Cfr p. 125–126 n. 70.

87 Marguerite de Constantinople. Cfr p. 156 n. 258 et 262, 157 n. 268.

88 Malgré les interventions du chapitre de Saint-Lambert auprès de l’empereur (C.S.L., t. 1, p. 478–479) et des archevêques de Cologne et de Trêves auprès d’innocent IV (Id., t. 1, p. 505–506). En juillet 1245, Frédéric II accorde à Marguerite l’investiture de ces fiefs relevant de l’Empire (Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre, t. 1, p. 130–131 ; t. 2, 112–113).

89 Louis IV, comte de Looz (1323–1336), fils du comte Arnould V (t 1328), auquel il succéda dès 1323. Cfr Strubbe-voet, De chronologie, p. 377. — Baerten, Lodewijk IV.

90 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 248.

91 Thierry de Heinsberg est le fils de Mathilde de Looz, soeur de Louis IV, et de Godefroid III de Heinsberg, Blankenberg et Wassenberg. Cfr Strubbe-voet, De chronologie, p. 377. — Baerten, Diederik van Heinsberg. — Id., Loon, p. 253. Cfr encore p. 233 n. 81.

92 Cunégonde. Cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 48 et n. 240, et tabl. généal.

93 Godefroid de Heinsberg († 1342) épousa Mathilde († 1382), fille du duc de Gueldre Renaud II (1326—† 1343), et de Sophie, fille de Florent Berthout, lequel avait épousé la tante d’Adolphe de la Marck. La parenté entre l’évêque et le fils de Thierry est donc double. Godefroid est le neveu de l’évêque et sa femme est une cousine proche. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 2. — Reimann, Grafen von der Mark, tabl. généal. Cfr encore p. 183 n. 438. — Strubbe-voet, De chronologie, p. 361.

94 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 249 : Sed tunc per nos requisitus episcopus in favorem sororii sui domini de Heinsberg [...] et ejus uxoris, sororis ejusdem episcopi ac ejus nepotis ex ea, quem plurimum diligebat, jam occupaverat comitatum, requisitioni hujusmodi clausit aures.

95 Cfr p. 381–382. L’entourage d’Adolphe regorge de la Marck.

96 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 249–251.

97 Id., p. 250–251.

98 Id., p. 253–254. Sur la politique pontificale durant la succession de Looz, cfr Id., p. 259–262. — Fierens, Lettres Benoît XII, p. 189–191, 437–439. — C.S.L., t. 3, p. 511— 519. — Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, p. 280. — Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 8–10. — Martens, Politique de Clément VI, p. 16.

99 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 255 : [...] quo de die in diem nobis cum effectu comitatus Losensispossessionem apprehenderepromittebat, [...].

100 Id., p. 259.

101 Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême (1310–1346), fils de l’empereur Henri VII de Luxembourg. Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 381. — Trausch, Luxembourg, p. 91–93 et n. 25–27 (avec bibl. antérieure).

102 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 267–272, spéc. p. 267 : [...] sed de hoc se asserebat episcopus nichil scire ; communis tamen erat opinio quod episcopus aliud non querebat.

103 Id., p. 269.

104 1402, p. 334. — G.A.T., t. 2, p. 278. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 148. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 309 : [...] in cujus favorem comitatum Losensem ad suam ecclesiam pertinentem non curare prosequi dicebatur.

105 Id., p. 309 : Verba tunc, verba nuncpulcra respondit ; sed mihi videtur
Qui non est hodie, cras minus aptus erit
Quod fiet, postmodum apparebit, p. 311 : Sed totum evanuit quia dicebatur episcopus non curare.

106 Cfr Marchandise, Rupture, p. 59–67.

107 Guillaume II, comte de Hainaut (1337–1345), époux de Jeanne de Brabant, fille de Jean III, duc de Brabant. Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 367, 370. L’attitude de tous ces princes est à replacer dans le contexte politique international du temps, qui est celui des débuts de la Guerre de Cent Ans. Si Adolphe de la Marck est l’indéfectible allié du roi de France Philippe de Valois, tant le duc de Brabant que le comte de Hainaut appartiennent, quant à eux, au parti anglo-allemand. Guillaume de Hainaut a d’ailleurs des liens familiaux très étroits avec les souverains anglais et allemands. En effet, ses deux soeurs, Philippine et Marguerite, avaient épousé respectivement Édouard III d’Angleterre et l’empereur Louis de Bavière. Cfr Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 270–271, 312–314, 344. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 68–73.

108 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 319–320. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 155.

109 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 320–322. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 155.

110 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 322. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 155.

111 Jean, seigneur de Beaumont († 1356), fils de Jean II d’Avesnes et frère de Guillaume Ier, comtes de Hainaut. Cfr Waller Zeper, Jan van Henegouwen, heer van Beaumont.

112 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 322. — R.O.P.L., p. 254 n. 1. — Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, t. 1, p. 205–206.

113 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 322 : Et ipse illos in continenti tradidit comiti Hanonie, in quem compromiserat, et in dominum Johannem avunculum ipsius comitis, excepto negotio comitatus Losensis. — R.O.P L., p. 254–255 n. 1 : nous sommes compromis et compromettons [...] en nobles hommes monseigneur Guilheame, conte de Haynault, [...], corne en arbitres arbitrateurs ou amiables compositeurs, de tous les debatz qui esmeuz sont entre nous [...], hormis le debat de la conté de Looz.

114 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 323. — R.O.P L., p. 257–258. — C.S.L., t. 4, p. 12–13. Sur la paix de Hainaut/Duras, cfr Yans, Texte hutois. — Id., Texte namurois.

115 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 323.

116 Fairon, Chartes confisquées, p. 192.

117 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 323–328. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 156.

118 Lyna, Het standpunt van prins-bisschop Adolf van der Marck. — Finck, Adolphe de la Marck, p. 127–135.

119 Si le but principal d’Adolphe était d’obtenir l’aide militaire de Heinsberg, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi il a maintenu une politique dont il a nécessairement dû constater, au fil du temps et sur cet aspect particulier de l’alliance militaire, la faillite totale, Heinsberg s’alliant régulièrement au duc de Brabant (Lejeune, Liège et son Pays, p. 125–126). Seul l’élément familial permet d’expliquer l’attitude de l’évêque, unilatéralement favorable à son beau-frère, quelle que soit la politique menée par ce dernier.

120 C.S.L., t. 4, p. 47, 51–53 ; t. 6, p. 98, 329–334. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 345–348 (cfr encore Id., p. 340–341. — 1402, p. 337. — Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 164. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 115–118).

121 Godefroid (1361–1362) était le neveu de Thierry, le fils de son frère Jean. Cfr Baerten, Dalenbroek, Godfried van. — Id., Loon, p. 253. Thierry décéda sans descendance mâle. Par delà la parenthèse de son règne, le comté devait une nouvelle fois faire retour à l’évêque de Liège.

122 C.S.L., t. 4, p. 344–346 [Englebert excipe d’un diplôme royal du 13 août 1246, acte établi lors de la succession du comté de Hainaut consécutive à la mort de Jeanne de Constantinople (cfr supra, p. 234 et n. 85)] ; t. 6, p. 118. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 347–350. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 10–12. —Annales Floreffienses, p. 629.

123 Cfr les informations données par Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 453, pour la période antérieure à 1200.

124 Cfr, par exemple, le paragraphe consacré infra aux multiples emprunts contractés par les évêques. En outre, au dire de Jean de Hocsem, Chronicon, p. 171. — 1402, p. 307, 317, ils sont souvent endettés jusqu’au cou. D’ailleurs, Englebert de la Marck déclare luimême en 1347 : « occasione premissorum simus mole debitorum oppressi » (C.S.L., t. 4, p. 67). Cfr encore, entre autres, Hardy, Supplément Henri de Gueldre, no 62. — C.S.L., t. 3, p. 185–186, 188–189, 310. — Berlière, Suppliques Clément VI, p. 396–399. — Id., Suppliques Innocent VI, p. 384.

125 Ce n’est évidemment pas toujours le cas. Hugues de Pierrepont, par exemple, laissa quelque 32 000 marcs (notamment en joyaux) destinés à la réparation de ses fautes et à diverses aumônes. Cfr Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 145–146. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 924 (72 000 marcs, selon lui). — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 249, 270–271. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 16, 18. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 24. Cfr encore, ici-même, p. 122–123 n. 55.

126 Cfr Mugnier, Savoyards, p. 196.

127 Guy de Dampierre se plaignit beaucoup de cet endettement et fit le maximum pour récupérer l’argent qu’il avait prêté à son fils. Cfr Tongerlo, p. 41, 44. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 86. — De Saint-genois, Inventaire Rupelmonde, p. 189–190.

128 Cfr p. 194–195 n.513.

129 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330. Renard de Schônau, futur favori d’Englebert de la Marck, soutint Adolphe financièrement. Le 6 janvier 1346, il renonça à toute prétention sur sa succession, à quelques exceptions près (C.S.L., t. 4, p. 37. — De Chestret, Renard de Schônau, p. 17–18). Sur Renard, cfr encore Irsigler, Reinhard von Schônau —ID., Reinhard von Schônau — financier gentilhomme.

130 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 163–164, 179–180.

131 Gaudemet, Gouvernement, p. 70. — Berlière, Libri obligationum, p. VII–XVII. — Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 15–18.

132 Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, p. 68, 374.

133 « On peut tenir pour riches les évêques qui payent plus de 1 000 florins pour les « services communs », ce qui suppose un revenu annuel d’au moins 3 000 florins » (Gaudemet, Gouvernement, p. 70 n. 104). Les services communs rapportaient 26 617 florins d’or à la papauté en 1321 (Id., p. 70). À la fin du xive siècle, la papauté dispose de 180 000 florins de recettes, soit 1/15 de celles de la France. Toutefois, en 1250, les revenus français étaient dix fois moindres (Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 180). Signalons qu’il n’est guère possible de vérifier si le chiffre de 21 600 florins est réellement atteint par les revenus épiscopaux.

134 Gaudemet, Gouvernement, p. 70 n. 104. — Berlière, Libri obligationum, p. IX. Albi (France, dép. Tarn).

135 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 453–455.

136 Certaines pratiques ne peuvent être qualifiées autrement même si, à coup sûr, elles étaient dans l’air du temps. Signalons en vrac quelques cas typiques, à prendre avec un maximum de prudence car sans doute sont-ils empreints d’un brin de malveillance et d’un parfum de ragot. Hugues de Pierrepont employa pour son usage personnel une grosse somme d’argent affectée par le comte Baudouin V de Hainaut à la réfection de la cathédrale de Liège (C.S.L., t. 1, p. 166. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. xxxv–xxxvi) et procéda de la même manière avec l’argent offert par le chapitre cathédral pour l’obtention du comté de Moha (cfr supra, p. 225–227). De même, Robert de Thourotte finança son élection à l’archevêché de Reims — en vain — avec des fonds liégeois, en particulier avec l’argent extorqué à ses sujets (Gilles D’orval, Gesta, p. 127. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 74. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 247) (détournements de fonds). Henri de Gueldre permit à ses créanciers de spolier les biens de ses sujets si luimême ne parvenait pas à rembourser ses dettes, ce à quoi bien entendu Grégoire X s’opposa (Guiraud, Registres Grégoire X, p. 38–39) (racket). Plusieurs prélats furent accusés de pillage (1402, p. 244, 290. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 585–588. — Reusens, Saint-Lambert, p. 208–209) et de détournement de revenus de bénéfices ecclésiastiques (Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 80–81. — Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 41. — Bormans, Cartulaires Saint-Denis, p. 105. — Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 306–307). Quant à Jean d’Arckel, contre une confortable rétribution obtenue de la duchesse de Brabant, il promit d’oeuvrer à la libération de son époux, emprisonné à l’issue de la bataille de Bäsweiler, tâche dont bien entendu il ne s’acquitta pas (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 298, 300. — Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, p. 189–191) (escroquerie).

137 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 434–435. Cfr p. 222–223.

138 Rentes gagées sur biens, revenus (C.S.L., t. 2, p. 333–335. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 15–16, 28. — Piot, Inventaire Namur, p. 84. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 40) et droits, par exemple sur les tonlieux (cfr infra, p. 245) (C.S.L, t. 1, p. 153–157, 568–570, 574–576 ; t. 3, p. 46–50), dans des acquisitions, des féodalisations d’alleux, des réceptions en rendage, des paiements d’officiers, etc. ; exemptions diverses (Id., t. 3, p. 99 ; t. 6, p. 83. — Despy, Inventaire Villers, p. 88) ; donations en rendage (C.S.L, t. 1, p. 445–446) ; ventes ; engagères (cfr supra, p. 230–231), etc. Cfr infra, p. 253–258, nos propos relatifs aux dépenses épiscopales.

139 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 434–435.

140 F.A.M., p. 14, 441 : deux dîmes sont relevées pour un denier d’or (1315), un moulin pour la somme de deux cents francs (?) (1338). Cfr encore paix de Flône (1330) : divers vassaux de l’évêque doivent relever une seconde fois leur fief mais il est précisé que cela n’occasionnera pas de frais, donc pas de nouveau droit de relief à payer (C.S.L, t. 3, p. 348) ; loi nouvelle ou modération de la paix de Waroux (1355) : si un homme tient un fief d’un autre et que ce dernier le vend à un tiers, il y a relief de la part du vassal devant son nouveau seigneur mais pas de droit à payer tant que seigneur et vassal sont en vie (R.O.P.L., p. 293). Cfr F.E.M., p. 13.

141 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 434–435.

142 Pour Hugues de Pierrepont, il s’agit de biens situés à Bruyères-et-Montbérault (France, dép. Aisne) (Brouette, Une fondation posthume, p. 5–7. — Id., Les biens du Val-SaintLambert, p. 18–21. — Van Derveeghde, Domaine Val-Saint-Lambert, p. 66), pour Thibaut de Bar, de revenus sur les terres de Condé, Génicourt, Vavincourt, Sarney, Laheycourt, Auzécourt, Sommeilles (France, dép. Meuse) (Grosdidier ²² Matons, Comté de Bar, p. 462–463. — Limbrée, Thibaut de Bar, p. 4–5).

143 Sur toutes ces questions, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 454. — Frère, Droit de monnaie, p. 70–88, spéc. p. 70–73, 82–85, 88. — Id., Introduction à la numismatique liégeoise, p. 285–286. — Baerten, Les droits des empereurs, p. 49–59. — Kupper, Otbert, p. 353–385, spéc. p. 355.

144 En 1307, Thibaut de Bar détruisit un château appartenant à Thibaut II, duc de Lorraine, parce qu’il avait battu monnaie dans la seigneurie de Florennes, que ce dernier tenait en fief de l’évêché (C.S.L., t. 3, p. 74–76. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 125. — 1402, p. 254. — Tongerlo, p. 61. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87). En 1298, le seigneur de Durbuy renonça à frapper de la monnaie dans cette localité suite à des réclamations, notamment de la part de l’évêque de Liège (C.S.L., t. 2, p. 554–555).

145 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 454. — Frère, Le droit de monnaie, p. 82. — Kupper, Otbert, p. 370.

146 Pour le détail de ces tonlieux, sur lesquels pesaient nombre de rentes et de fiefs-rentes, cfr Fanchamps, Étude sur les tonlieux, p. 205–263 et spéc. p. 232–239. — Suttor, Seigneurs et seigneuries, p. 213–214. Pour information, cfr Despy-Rouwez, Tonlieu de Couvin. — Zoller, Tonlieu de Visé. — Despy, Tonlieu et marché à Fosses-la-Ville.

147 Étal (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 265. — Joris, Ville de Huy, p. 275–276) ; mortemain/dépouille (Hardy, Supplément Henri de Gueldre, no 5. — Borgnet, Cartulaire Ciney, p. 7–9. — Barbier, Floreffe, t. 2, p. 273–274) ; cens divers (à titre indicatif, cfr C.S.L., t. 1, p. 342–343 ; t. 3, p. 305–306. — PIOT, Cartulaire Eename, p. 237. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 148–150, 172–173, 390–391. — R.C.L., t. 1, p. 74–75, etc.) ; mensuragium : par exemple, l’évêque renonce au mesurage des blés à Huy (1205), après un conflit avec les habitants de cette ville (1203) (Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 67. — Fairon, Chartes confisquées, p. 170. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 262 et n. 1. — Kupper, Soulèvement des Hutois, p. 165— 177 et spéc. p. 169–170).

148 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 109 (cfr De Borman, Échevins, t. 1, p. 17–18). — R.O.P.L., p. 85. — C.S.L., t. 1, p. 81. Dresser une liste, même sommaire, des amendes perçues en tout ou en partie par le prélat s’avère pratiquement impossible tant elles sont multiples. Ajoutons cependant que l’évêque recevait également le prix du rachat de certains châtiments comme l’arsin — destruction par le feu de la demeure de certains criminels — (cfr p. 422) (cfr Jacques de Hemricourt, Patron, p. 84. — C.S.L., t. 4, p. 262. — R.O.P.L., p. 333). Dinant (Belgique, pr. Namur, arr. et comm. Dinant).

149 Entre autres Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 61–62, 242–243, 272. — Id., Chartes Oignies, t. 1, p. 165. — C.S.L., t. 1, p. 346 ; t. 3, p. 129–131. — Renardy, Influence des juridictions sur le mouvement de restitution des dîmes, p. 347.

150 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 455.

151 Ibid. Munsters, Het « Cathedraticum », p. 17–20. — Lalmant, Cathedraticum, col. 1436–1437.

152 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 9–10, 17–18, 39–40, 46–47, 53–54, 58–59, 77–80, 136–137, 142–143, 204–205. — Yans, Cartulaire Saint-Laurent, p. 116–117. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 87–89. — Poncelet, Chartes Oignies, t. 1, p. 68. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 20, 92. — Coppens, Cartularium Affligemense, p. 6. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 155–158, 190–191, 193–195, 199–201, 209–211, 242–245, 276–277. — Barbier, Documents Floreffe, A.H.E.B., t. 8, p. 367–368. — C.S.L., t. 1, p. 542–543. — Piot, Cartulaire SaintTrond, t. 1, p. 248–249. — Daris, Beaurepart, p. 356–357. — Barbier, Géronsart, p. 279–280. — Petit, Inventaire Houffalize, p. 105. — Id., Inventaire Trinitaires, p. 128— 129. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 473–474.

153 Lévold de Northof, Chronica, p. 4–5, 61–62 (citations à la p. 403). Au xive siècle, la juridiction spirituelle de l’évêque lui rapporte plus de 4 000 florins par an (Fairon, Démembrement, p. 152, 180).

154 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 89–90, 129 (1217 : In Leodio nulla certa moneta), 135 (1219 : Nova moneta, pauperibus gravissima)[nom ne disposons pas d’informations plus précises à propos de ces deux épisodes. Peut-être évoquent-ils simplement les conséquences de la mutation de 1210, à moins qu’il n’y ait eu réellement une nouvelle monnaie en 1219]. — C.S.L., t. 1, p. 166. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. xxxiv–xxxv, lxii–lxiii. — Kupper, Otbert, p. 364. — De Chestret, Numismatique, p. 119.

155 Jean de Hocsem, Chronica, p. 93 : Hugo [...] monetam ere commixtam paulatim diminuens fabricavit [...]. 1402, p. 240. Les travaux ne sont guère concordants à propos de cet épisode, notamment sur le nom et la nature de la monnaie trafiquée. Cfr Marchandisse, Rupture, p. 54–57. — de Chestret, Numismatique, p. 141–146. — Id., La question monétaire, p. 285–289. — Frère, Monnaies de l’évêque Huy-Statte, p. 122–137. — Id., Bourgeois, p. 92–93. — Lecomte, Atelier monétaire Fosses, p. 40. — Grunzweig, Incidences, p. 129–131.

156 Cfr C.S.L., t. 1, p. 165–168 ; t. 2, p. 566–567. — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 44–45. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 124–125. — Martènedurand, Amplissima Collectio, t. 1, col. 1402–1404.

157 Id., col. 1404 : Per quam monetam vestram redditus nostri et ecclesiae nostrae existentes in denariis, jam sunt ultra dimidium diminuti et in victualibus vitae necessariis occasione dictae monetae laedimur plurimum et gravamur. Réactions identiques des crédiren brabançons aux xiiie-xive siècles (de Vroede-wangermée, « Moneta communiter in bursa currens », p. 102–106). L’évêque de Liège, quant à lui, bénéficie d’une augmentation du seigneuriage mais, à terme, connaîtra également une baisse de ses revenus en raison de la réduction du volume des cens. Situation identique sous Otbert (cfr Kupper, Otbert, p. 364, 375, 382).

158 En 1210, Hugues de Pierrepont a peut-être eu besoin de fonds pour régler définitivement la question de Moha (cfr supra, p. 247). Il en allait peut-être de même en 1297 pour Hugues de Chalon, qui était alors en conflit avec la ville de Huy, conflit au cours duquel il employa des mercenaires (Joris, Emeutes démocratiques, p. 239–253), et qui, en outre, connut la même année de sérieuses difficultés avec le duc de Brabant à propos de Maastricht [Marchandisse, « Tout apparoillié », p. 49–53, 57 et p. 50 n. 57 (bibl.)]. Objectif similaire chez Otbert fin xie–début xiie s. (cfr Kupper, Otbert, p. 372–376).

159 Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 92. — 1402, p. 235, chroniques selon lesquelles le prix des céréales et du vin atteignirent, cette année-là, des sommets quod nunquam antea fuit visum, selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 92 [témoignage à nuancer par le fait qu’à partir de 1296, Hocsem réside en France (Balau, Sources, p. 500. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. xii–xiii, xxxvii–xxxviii)], en raison des mauvaises conditions climatiques. Selon Alexandre, Climat, p. 65, 423, cette information n’est pas originale. On ne peut donc lui accorder une confiance excessive mais il ne nous semble pas non plus qu’elle doive être rejetée a priori. En 1210, un hiver rude entraîna l’apparition tardive des blés et la destruction des récoltes par des rats (Renier De Saint-jacques, Annales, p. 89. — Alexandre, Climat, p. 375). Les années 1217 et 1219, à propos desquelles des mutations monétaires sont peut-être signalées (cfr p. 247 n. 154), connurent également des conditions climatiques hivernales très difficiles et de mauvaises récoltes (surtout en 1219) (cfr Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 129–131, 134–136. — Alexandre, Climat, p. 377–378).

160 L’évêque de Liège reçut des fiefs de Philippe le Bel en 1304 (Kern, Acta Imperii, p. 99. — Limbrée, Thibaut de Bar, p. 91–93. — Parisse, Philippe le Bel et le Barrois mouvant, p. 242), 2 000 florins de Philippe V (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 165. — 2 000 livres tournois selon Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 174), 1 000 livres parisis ou 1 600 royaux d’or de Charles IV puis le double de Philippe de Valois (Jean De Hocsem, Chronicon, p. 187, 209). Sur les libéralités de Philippe de Valois, cfr p. 184 et n. 443. Sur cette question, cfr tout spécialement Marchandisse, Entre défiance et amitié, sous presse.

161 Prébendes : Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 583 ; t. 2, p. 26 ; t. 3, p. 327. — Reusens, Saint-Lambert, p. 207–210. — Bourel de la Roncière, Registes Alexandre IV, t. 1, p. 333. — Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 186. — Reg. Cl. V, t. 1, p. 153 ; t. 2, p. 20. — Dessart, Induit, p. 54 ; Taxes : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 34. — 1402, p. 203–204. — Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 336–337, 385. — Brom, Bullarium Trajectense, t. 1, p. 279. — Von Riezler, Vatikanische Akten, p. 137, 432 ; emprunts :Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 297. — Reusens, Saint-Lambert, p. 196–197. — Bourel de la Roncière, Registres Alexandre IV, t. 1, p. 402. — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 330 ; t. 3, col 714. — Reg. Cl. V, t. 7, p. 93, 194, 333. — Sauerland, Vatikanische Urkunden, t. 1, p. 54. — Berlière-von Isacker, Lettres Clément VI, p. 507–509 ; fermeté : C.S.L., t. 3, p. 333–335 ; t. 4, p. 108–111, 215–221. — Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 386–388. — Berlière, Suppliques Clément VI, p. 396–399. —R.C.L., t. 1, p. 372–377.

162 De Chestret, Police des vivres, p. 218–266 et spéc. p. 228–238.

163 1238, pour le siège de Poilvache (C.S.L., t. 1, p. 401) ; 1352, pour permettre à Englebert de la Marck d’éponger ses dettes (Wotquenne, Documents Lobbes, p. 39). Cfr encore n. 164. Il arrive parfois que le don soit exigé par l’évêque (1362 : Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 368–369).

164 R.O.P.L., p. 224–225. — Bormans, Cartuiaires Saint-Denis, p. 104–105 (1332, subsides gratuits alloués à l’évêque par le clergé liégeois pour l’aider à rembourser ses dettes).

165 De Chestret, Police des vivres, p. 229–231.

166 R.C.L., t. l, p. 45–47.

167 Cfr C.S.L., t. 3, p. 185–186 (levée d’une excommunication encourue pour non-payement de dettes). — Devillers, Monuments, t. 3, p. 680–681 (protestation notariée visant à forcer l’évêque à rembourser un emprunt). — Berlière, Suppliques Innocent VI, p. 384. — Despy, Lettres Innocent VI, p. 303, 406–407 (plaintes auprès du pape de la part d’un archidiacre liégeois, notamment super quibusdam pecuniarum summis).

168 C.S.L., t. 1, p. 466–467, 490–491, 517 (Robert de Thourotte) ; t. 2, p. 124–126. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 99 (Henri de Gueldre). — (Jean de Flandre, cfr infra). — De Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 56–57 (Hugues de Chalon). — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 736, 756–757. — Sauerland, Vatikanische Urkunden, t. 1, p. 55–56 ; t. 2, p. 281. — Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1192 (Thibaut de Bar). — Devillers, Monuments, t. 3, p. 680–681. — C.S.L., t. 3, p. 179–180. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 194–195. — Bigwood, Régime, t. 1, p. 82 (Adolphe de la Marck). — Berlière-van Isacker, Lettres Clément VI, p. 507–509 (Englebert de la Marck). — C.S.L., t. 4, p. 546–547 ; t. 6, p. 137–139. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,7, p. 290. — Lahaye, Un acte d’Eustache Persan, p. 91–92 (Eustache Persan de Rochefort). — Lahaye, Cartulaire Walcourt, p. XL (Arnould de Hornes). Cfr encore Blgwood, Régime, t. 1, p. 11–13, 32, 38, 66–67, 82, 466, 475, 526, 532, 545, 579–580, 585 ; t. 2, p. 53–55. — Id., Gallerani, t. 2, p. 60–61. Cfr encore p. 248–249 n. 161 (emprunts).

169 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 108–109. — 1402, p. 247. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 86. — Tongerlo, p. 55.

170 Bigwood, Régime, t. 1, p. 82. — Joris, Ville de Huy, p. 445 n. 218 (Reg. Cl. V, t. 1, p. 72). Adolphe de Waldeck adopte des comportements antinomiques dans des circonstances différentes, certes, mais tout de même étroitement apparentées.

171 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103–105, 110, 111, 160, 163, 172, 175, 178–180, 182, 183, 518. — C.S.L., t. 2, p. 406–408, 456 ; t. 6, p. 29–31, 33, 37, 266, 280–282. — Poncelet, Maréchaux, p. 202–203. — Vredius, Genealogiae Preuves, p. 24. — Des Marez, Lettre de foire, p. 195. — Espinas, Vie urbaine de Douai, t. 3, p. 530–531. — Brouwers, Comté de Namur. Chartes, t. 1, p. 231–232. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 503 et n. 2, 3–504, 528–530. — Gaillard, Inventaire, p. 65. — Blgwood, Commerce de l’argent, t. 1, p. 12, 13, 32, 38, 66–67, 94. — Id., Gallerani, t. 2, p. 60 et n. 4–61. — Poncelet, Droits de Liège sur Bouillon, p. 133–134. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 169 n. 89, 173, 403 n. 115, 451 n. 4L Pour de plus amples développements sur les finances de ce prélat, cfr Marchandisse, Un prince en faillite.

172 Robert de Thourotte fit appel à des bourgeois d’Arras (cfr p. 249 n. 168), Jean de Flandre, notamment à son cousin Nicolas de Condé, à Guillaume d’Arras, son ami et son archidiacre (cfr p. 176 et n. 385), et surtout à Guy de Dampierre, son père, Hugues de Chalon, au comte de Namur, qu’il présente comme son cousin (de Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 56–57). Hormis sous la forme de prêts et de pièges, nous n’avons relevé aucune forme d’assistance financière à l’évêque de la part des membres de son lignage.

173 Marchands et banquiers originaires de Sienne, Lucques, Florence, Rome ainsi que des Lombards (cfr de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 105, 110, 163, 518. — Des Marez, Lettre de foire, p. 195. — Bigwood, Commerce de l’argent, t. 1, p. 66–67, et icimême p. 248–249 n. 161, 249–250 n. 168 (Thibaut de Bar et Adolphe de la Marck).

174 Id., p. 100, 103, 110, 172, 175, 180, 182. — C.S.L, t. 6, p. 280–282. — Vredius, Genealogiae Preuves, p. 24. Peut-être faut-il encore y ajouter les multiples travaux engagés dans la principauté par l’évêque (cfr p. 257 et n. 213) et la rançon payée à ses kidnappeurs (cfr p. 281 et n. 323,473).

175 de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 104–105, 110, 111. — Gaillard, Inventaire, p. 65.

176 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103, 104–105, 110, 111, 179, 180, 518. — C.S.L., t. 6, p. 29–31, 266.

177 Cfr supra, p. 231–233.

178 R.O.P.L., p. 201–203. — C.S.L., t. 3, p. 338–342. — Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 310–312. / Jean de Hocsem, Chronicon, p. 233. — 1402, p. 323–324. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 275. —/R.O.P.L., p. 336–337. — 1402, p. 372. Cfr encore Joris, Ville de Huy, p. 445 et n. 217, qui dresse une liste sommaire des amendes payées par Huy et souligne combien elles devaient peser sur les finances urbaines.

179 Englebert de la Marck réduisit de moitié (45 000 puis 40 000 puis 25 000 écus) le montant de l’amende de 100 000 écus qui lui était due en vertu de la paix de Waroux (C.S.L., t. 4, p. 215–223. — R.O.P.L., p. 279–280 n. 1). Englebert semble en outre avoir été enclin à une certaine clémence (cfr p. 286).

180 Sur cette question, on se reportera à Arnould, L’origine historique des pots-de-vin et Demoulin, Vénalité, brigue et concussion dans les villes mosanes (et la bibl., notamment les travaux de M. Boone et A. Derville).

181 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 23 : electus [Henri de Gueldre][...] petit exercitum a scabinis, qui spe prebendarum pro natis suis suffragium sibi spondent [...] (1253). En clair, soit Henri de Gueldre les a « embobinés », soit la concession des milices fut troquée par les échevins contre des prébendes pour leurs enfants (Kurth dans Jean de Hocsem, Chronicon, p. 23 n. 5, n’accorde aucune créance aux propos d’Hocsem, contrairement à Joris, Clauses militaires, p. 311). Il n’est pas exclu qu’en 1220–1221, Hugues de Pierrepont ait accepté de l’argent d’un couple de juifs pour les autoriser à récupérer leur fille qui venait de se convertir et s’était réfugiée au couvent de Parc-les-Dames, ce pour quoi Hugues fut d’ailleurs réprimandé par l’archevêque de Cologne (Brouette, Cistercienne Catherine, p. 84–91).

182 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 156 : en 1314, Henri de Hermalle a obtenu cette charge contre un « prêt » consenti à Adolphe de la Marck. Sur ce maréchal, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 97–103.

183 G.A.T., t. 2, p. 248–249. En outre, contre rétribution, il lève une sentence d’excommunication de l’official (cfr Charles, Saint-Trond, p. 303–305).

184 En 1339, à Dinant, plusieurs actions judiciaires sont éteintes ou aplanies grâce aux pots-de-vin versés à Adolphe de la Marck. Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 288. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 608–610, 614–617.

185 En 1343–1344, ce sont les pots-de-vin extorqués par des conseillers épiscopaux — plus précisément ceux qu’ils exigèrent en plus des 12 000 florins proposés par les Hutois à Adolphe de la Marck afin de lui acheter la paix ! — qui suscitèrent la colère des Hutois et provoquèrent leur alliance avec le duc de Brabant. Cfr Marchandisse, Rupture, p. 58–60.

186 1235 : l’évêque doit conférer les échevinats gratuitement, destituer ceux qui les ont achetés et prendre des mesures pour mettre un terme à ces pratiques (C.S.L., t. 1, p. 337–339) ; 1271 : les échevins doivent jurer qu’ils n’ont pas acheté leur charge (paix de Huy, R.O.P.L., p. 59. — C.S.L., t. 2, p. 206) ; 1324 : officiers et échevins ne peuvent consentir des prêts à l’évêque, que ce soit pour obtenir une charge ou dans le cadre de celle-ci, sous peine de se voir privés de tout office liégeois. Pour sa part, l’évêque doit rembourser les prêts qui sont en fait des pots-de-vin déguisés (lettre des XX, R.O.P.L., p. 175–176), ce qui prouve que depuis 1235, on s’est toujours efforcé de contourner les réglementations ; 1345 : l’évêque doit jurer qu’il ne vendra pas les charges scabinales (Id., p. 261–262).

187 À ces services communs venaient s’ajouter tout un ensemble de taxes (menus services, sacra, subdiaconum, annates) décrites dans Gaudemet, Gouvernement, p. 70. Promesses et quittances de paiement des services dans Berlière, Libri obligationum, p. 1,4, 5, 21–23, 25, 68–70, 72, 73, 75, 78–80, 103, 104. Il est probable que Jordan, Registres Clément IV, p. 304. — Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 295, se rapportent aussi à des arriérés de services.

188 Cfr p. 189–190. — Berlière, Libri obligationum, p. X—XI.

189 Id., p. XIII.

190 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 116–117, qui dit de lui que recedere non poterat nisi se prius a creditoribus liberasset, commenté p. 117 n. 1 par Kurth, qui évoque, fort à propos, nous semble-t-il, « les dettes contractées pour se rendre favorables les principaux personnages de la cour pontificale [...] ». — Tongerlo, p. 58.

191 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 330 ; t. 3, col. 714, 736, 756–757. — Sauerland, Vatikanische Urkunden, t. 1, p. 54–56. Thibaut de Bar employa tous les moyens pour se procurer un maximum d’argent. Il réclama celui d’une amende non payée par les Hutois (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 118. — Tongerlo, p. 59) et engagea ses revenus personnels (Limbrée, Thibaut de Bar, p. 40). Pourtant, il semble que la papauté et la chambre apostolique ne furent jamais payées des services dus par l’évêque (Reg. Cl. V, t. 1, p. 52 ; t. 6, p. 332 ; t. 7, p. 394. — Doppler, Verzameling Sint-Servaas, P.S.A.H.L., t. 67, p. 295).

192 Cfr p. 231 et n. 61. Guillaume Ier, comte de Hainaut-Hollande (1304–1337), fils de Jean II d’Avesnes († 1304). Cfr Strubbe-voet, De chronologie, p. 367, 370. — Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 5.

193 Sept quittances de paiement entre 1315 et 1317 sont connues (Berlière, Libri obligationum, p. 4–5). La situation financière d’Adolphe n’était probablement pas brillante au début de son règne : outre ses propres services, il devait rembourser les dettes de Thibaut de Bar envers la papauté (cfr supra n. 191).

194 Sur les décimes, cfr Folz, Deuxième concile de Lyon et Allemagne, p. 463–472. — Berlière, Décimes pontificales. Signalons que la lutte entre Frédéric II et la papauté fut également l’occasion, pour cette dernière, d’assujettir les évêques à l’un ou l’autre impôt. Témoin en mai 1244 [Emon, Mencon, Chronicon, p. 537 (sur cette chronique, cfr Potthast, Bibliotheca, t. 1, p. 404–405. — ID., Repertorium, t. 4, p. 317). — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 51].

195 Pour l’ensemble de ce paragraphe, cfr également les p. 475–485.

196 Cfr C.S.L., t. 2, p. 354–355 ; t. 6, p. 34, 273 (ici, fructus et obventiones quoscumque sigilli curiae leodiensis [officialité] sede vacante [...] ad nos tunc pertinet).

197 Id., t. 4, p. 28–29 (un pseudo-receveur pille la mense épiscopale durant la vacance du pouvoir consécutive à la mort d’Adolphe de la Marck), 33 (au cours du même interrègne, l’avoué de Thuin s’empara de revenus appartenant à la mense épiscopale).

198 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 66. — R.C.L., t. l, p. 128–131.

199 De Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 100, 103, 110. — C.S.L., t. 6, p. 29–30, 40.

200 Par exemple, durant les deux périodes de mambournie que connut Liège, dans les années 1372/3–1375. Cfr p. 474 et Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 326–328, où il est clairement indiqué que durant l’absence de l’évêque, ses revenus échoient au mambour. La paix mettant un terme aux heurts entre Jean d’Arckel et son peuple confirmera cette disposition (R.O.P.L., p. 337).

201 En 1347, Englebert délègue tous ses pouvoirs au chapitre de Saint-Lambert afin qu’il puisse l’aider efficacement dans sa lutte contre les bonnes villes. C’est lui qui gérera les finances épiscopales et Englebert demande seulement reservata nobis solum [...] congrua portione pro vite nostre et familiarium nostrorum necessariis (C.S.L., t. 4, p. 67–69).

202 Cfr p. 398–403.

203 Cfr p. 465–466.

204 Cfr p. 144, 150–151, 189–190,464.

205 On aura une bonne idée des dépenses que peut engendrer un long voyage dans Badel, Un évêque à la Diète, p. 9–15, 25–33 et l’éd. du compte, p. 156–216.

206 Cfr Gaier, Analysis of military forces, p. 212–213. — Poncelet, Introduction, t. 3, p. clxv–clxvi.

207 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 111–112. — Triumphus Steppes, p. 185. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 259.

208 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 286 : sed episcopus novus perpendens munitissimum fortalitium absque sanguinis effusione et expensis gravibus non posse oppugnari, aliquanto tempore protelabat negotium, experiri volens utrum pacem tractare posset cum hostibus an non. Mathias de Lewis, Chronicon, p. 123–124.

209 1402, p. 353. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 16. — C.S.L., t. 4, p. 421–423.

210 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 100–101. — 1402, p. 243. — Joris, Émeutes démocratiques, p. 250. Au cours des expéditions militaires qu’il mena contre son peuple, Jean d’Arckel fit lui aussi appel à des mercenaires et [...] episcopus pertaesus de sumtibus sti pendiariorum quos eum necessitas urgebat sustentare [...] (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 308). Joris, Émeutes démocratiques, p. 250 n. 52, d’après Ducange, donne au terme bidarii le sens de « voltigeurs spécialistes des raids rapides contre l’ennemi ». Peut-être faut-il également rapprocher ce substantif du mot bidardus (bidaldus, bidaudus), désignant un fantassin armé de deux dards (Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, p. 98).

211 Le tout, donc, contre un engagement brabançon et 20 000 livres tournois (R.C.L., t. 1, p. 183–188. — C.S.L., t. 6, p. 52–53. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 182— 183. — Piot, Inventaire Namur, p. 121). Cfr encore Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. xviii, 112–113. — C.S.L., t. 1, p. 173–174 (1213, biens contre une aide militaire ou, à tout le moins, la neutralité de Waléran, fils du duc de Limbourg). — Id., t. 2, p. 589–590 (1300, revenus de la mense épiscopale contre une aide pécuniaire brabançonne dans le cadre d’une guerre civile) ; R.C.L., t. 1, p. 160–161. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 158–159. — C.S.L., t. 6, p. 46 (1307, promesse de remboursement des frais brabançons subits par le duc en secourant l’évêque) ; Jean de Hocsem, Chronicon, p. 358 (1347, en cas d’aide brabançonne à l’évêque, promesse d’argent si tamen eam recuperaret a suis inimicis).

212 1402, p. 201.

213 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 79. — 1402, p. 229–230. — Tongerlo, p. 40. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 81. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 124. Autres exemples : 1402, p. 256. — Corneele de Zantfliet, Chronicon, col. 304. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 89. — C.S.L., t. 3, p. 74–76. — R.O.P.L., p. 57–58. — Borgnet, Cartulaire Fosses, p. 13–15 (éventuel), etc.

214 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. LIII-LIV, 6–7, 64–65, 93, 137, 155–156, 161, 248–249, 270. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 2, 12, 64–65, 92. — Van Derveeghde, Domaine Val-Saint-Lambert, p. 30, 31, 42, 48, 49, 51, 54, 61, 66, 70, 74, 75, 90, 155, 157, 159, 161, 163, 165, 169. — Dimier, Trois évêques de Liège, p. 316–320. Cfr encore p. 122–123.

215 Cfr p. 223–225.

216 C.S.L., t. 4, p. 115–123, 129–130. Le château de Durbuy (Belgique, pr. Luxembourg, arr. Marche-en-Famenne, comm. Durbuy) fut finalement racheté par le duc de Luxembourg en 1354 (Id., t. 4, p. 190–191). Signalons que l’évêque consacra également pas mal d’argent à l’acquisition d’engagères. Hugues de Pierrepont obtint une avouerie de la sorte en 1228 (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 244–246).

217 Les quelques exemples qui suivent montrent bien que la situation pécuniaire du prélat liégeois tient du phénomène général : en 1404, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, n’aurait pu être enterré dignement sans un prêt ; en 1473, l’empereur Frédéric III ne peut quitter Augsbourg : ses chevaux sont retenus par ses créanciers ; en 1518, enfin, sans l’argent fourni par les Fugger, Maximilien n’aurait « rien eu à manger » (exemples proposés par Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 176–179). Pour ce qui est de la tendance générale, le xiiie siècle connut quelques signes de malaise avant que le moyen âge tardif ne soit marqué par de furieuses secousses (Contamine-Bompaire-Lebecq-Sarrazin, L’économie médiévale, p. 409).

218 Gaier, Analysis of military forces. — Id., Art et organisation militaires. Notre brève évocation de la situation militaire qui prévaut à Liège à l’époque médiévale est largement redevable à ces deux publications, notamment aux synthèses situées respectivement aux p. 256–259 et 61–66. Pour la problématique générale, cfr Contamine, Guerre, État et Société.

219 Rappelons ici le recours occasionnel à des mercenaires efficaces mais coûteux (cfr p. 256–257 et n. 210). Par ailleurs, le prélat liégeois peut parfois compter sur des effectifs concédés par l’empereur. Ainsi en 1300, le roi des Romains, Albert d’Autriche, promet une armée de 100 hommes à Hugues de Chalon (C.S.L., t. 2, p. 591–592).

220 Lévold de Northof, Chronica, p. 84 : qualis nunquam fuit visus in istis partibus. Jean le Bel, Chronique, t. 2, p. 140 (sur ce chroniqueur, cfr Potthast, Repertorium, t. 6, p. 520. — Coville, Jean le Bel. — Tyson, Jean le Bel et la récente étude de Chareyron, Jean le Bel). Jean de Hocsem, Chronicon, p. 344 : Dicitur autan comuniter quod episcopus habuerit plures equites in adjutorio suo quam rex Anglie quando regem Francie invasit [...]. Cfr Gaier, Art et organisation militaires, p. 290–291. — Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 449.

221 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 100–101, 105. — Triumphus Steppes, p. 181–182. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 254–262, spéc. p. 257. — Id., Grandes batailles, p. 57–69, en part. p. 61. Steppes (Belgique, pr. Limbourg, arr. Hasselt, comm. Gingelom).

222 1402, p. 270–271. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 147–148.

223 Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 166, 169. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 292, 298. Sur les batailles de Vottem (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Herstal) et de Tourinne (Belgique, pr. Liège, arr. Waremme, comm. Braives), cfr Id., p. 289–306. — Id., Grandes batailles, p. 101–117, 121–131. — Gaier, Armes et combats, p. 27–37.

224 Cfr notamment Poncelet, Extinction de la « familia » militaire.

225 Sur cette guerre privée, qui déchira une bonne part du xive siècle liégeois, cfr, faute de mieux, Van Zuylen, Awans contre Waroux.Fairon, Abolition des guerres privées. — De Borman, Le tribunal des douze lignages. Cfr encore, tout récemment, Xhayet, Guerre des Awans et des Waroux.

226 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 104.

227 Id., p. 133. Le passage comporte encore les propos suivants : Iste est qui in inevitabili necessitate episcopo et Leodiensibus fut necessarius, quando dux Brabantinus Heinricus, qui Leodium ceperat, per eum est maxime et per suos de bello fugere coactus, et maiore et potentiore parte suorum in bello de Steppes cadente in perpetuo privatus est. [...] cuius mors totum episcopatum ad lacrimas commovit.

228 Sur le comte de Looz, vassal de l’évêque de Liège, cfr p. 234 et n. 83.

229 Les propos de la p. 262 n. 226 et 227 concernent la bataille de Steppes.

230 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 942.

231 1255 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26. — 1402, p. 189./1267 : Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 372 et Jean de Brusthem, Chronique, p. 50, le soutiennent./1300 : 1402, p. 242, 244. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 83. — C.S.L., t. 2, p. 586–587./1307 : ld., t. 3, p. 73./ 1402, p. 289. — C.S.L., t. 3, p. 287–289./1346–1347 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 344. — Jean le Bel, Chronique, t. 2, p. 142. — Récits Valenciennes, p. 210. — Jean de Klerk, Brabantsche Yeesten, t. 1, p. 571 (sur ces chroniques, cfr Halsberghe, Étude historiographique des Récits. — Potthast, Repertorium, t. 6, p. 509). — Jean D’outremeuse, Chronique abrégée, p. 168. — 1402, p. 340. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 1. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 85. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 88.

232 C.S.L., t. 2, p. 586–587 ; t. 3, p. 246–248, 262–264, 287–289, 307–308, 412–415 ; t. 4, p. 51–53.

233 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 147–148, 159. — 1402, p. 267, 276–277. — Fairon, Chartes confisquées, p. 60, 211–212, 282–283. — Baerten, Politique liégeoise Arnoul V, p. 500–503. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 268–269 (sur la bataille d’Hanzinelle, p. 268–272). Cfr encore n. suivante. Hanzinelle (Belgique, pr. Namur, arr. Philippeville, comin. Florennes). Sur les rapports entre Thierry de Heinsberg et Adolphe, cfr p. 235–239. Cfr encore Id., Analysis of military forces, p. 215 et n. 13 (réflexions sur les rapports Liège/Looz).

234 Le duc de Brabant était en outre vassal de l’évêque de Liège pour quelques fiefs. À ce propos et sur les conflits territoriaux et de juridiction entre Liège et Brabant, cfr ici-même, p. 225 et n. 19. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 96–119, en part., p. 112. — Avonds, Polilieke propaganda, p. 94–100. — Marchandisse, Rupture, p. 72 et n. 96. Sur les juridictions épiscopales qui concernent le duc, notamment la Paix et la justice spirituelle diocésaine, cfr p. 419, 425.

235 Le duc de Brabant détient des droits depuis le début du xiiie siècle. Sur ce point et sur les conflits entre Liège et Brabant à propos de Maastricht, cfr la synthèse de Kupper, Herzog Johann I. von Brabant und Lüttich, p. 90 et la bibl. aux n. 17 et 18, l’important article de Wouters, De politieke betrekkingen et, en dernier lieu, Marchandisse, « Tout apparoillié », p. 49–58.

236 Cfr études mentionnées p. 261 n. 221.

237 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83. — Tongerlo, p. 40.

238 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 263–264. — Laurent, Actes et Documents Vienne, p. 121–122. — C.S.L., t. 3, p. 532–534.

239 1256 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 32, 34–35. — 1402, p. 203–207. — G.A.T., t. 2, p. 202–206. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 270–273. — Charles, SaintTrond, p. 297–298, 415./1348, le duc avait en tout cas des partisans : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 398. — G.A.T., t. 2, p. 300–301. — C.S.L., t. 4, p. 95–96. — Charles, Saint-Trond, p. 310, 417, qui signale, p. 413, le rôle « trouble » que joua Saint-Trond dans les rapports entre Liège et Bruxelles.

240 Cfr p. 236 et n. 106, 271 et n. 280.

241 Cfr p. 231–232 et n. 64.

242 R.C.L., t. l, p. 108–111.

243 1301 : C.S.L., t. 3, p. 8–11 [également choisi comme mambour par le chapitre de SaintLambert (R.C.L., t. 1, p. 149)]. / 1328 : Id., t. 1, p. 253–255./1347 : C.S.L., t. 4, p. 70–72. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 362./1370 : Fairon, Chartes confisquées, p. 57–59.

244 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 59–61, en part. p. 60. — 1402, p. 216–219. — Annales Floreffienses, p. 628. — Poncelet, Vache. — ID., Nouveaux documents Vache. — Genicot, Nouveaux documents.

245 Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 42. — C.S.L., t. 1, p. 479–481 ; t. 2, p. 406–408 ; t. 6, p. 57. — R.C.L., t. 1, p. 141–144. Signalons une alliance entre Englebert et le duc contre les villes en février 1347, ce qui témoigne du peu de fiabilité de la parole ducale (Id., t. 1, p. 353–355).

246 Cfr Fairon, Démembrement. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 223.

247 Cfr p. 230 et n. 57,58.

248 Pour l’alliance d’octobre 1315, il Brabantie ducem tunc juvenem adiit consiliarios ejus sibi beneficiis attrahens. En achetant les conseillers, il faisait de même avec le duc [Jean de Hocsem, Chronicon, p. 161–162. — R.C.L., t. 1, p. 189–192 (l’alliance inclut le règlement de différends toujours en suspens)]. Contre 20 000 livres tournois, Adolphe livre également au duc ses droits sur Maastricht (Id., t. 1, p. 183–188).

249 Cfr p. 257 et n. 211.

250 Lévold de Northof, Chronica, p. 85, déclare que le duc ne veut pas aider Englebert de la Marck si celui-ci n’inféode pas Malines à son fils aîné.

251 Oppositions : C.S.L., t. 2, p. 467–468, 472–474 ; t. 4, p. 344 ; t. 6, p. 41, 118. — Piot, Inventaire Namur, p. 235. — De Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 29–30 ; ententes : Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 942–943. Cfr encore p. 264 et n. 237, 266 et n. 257. Sur Malines dont il était l’acheteur, cfr p. 231–233. Les princes de Flandre, Namur, Hainaut, Luxembourg, sont des vassaux épiscopaux suite à la féodalisation de certains de leurs alleux (cfr p. 224–225).

252 Vache, cfr p. 264 n. 244 ; Jean de Hocsem, Chronicon, p. 166–167. — 1402, p. 281— 282. — Lévold de Northof, Chronica, p. 67. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 92.

253 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 265–266, 344. — Annales Floreffienses, p. 629. — Notae Leodienses, p. 601. — Matthias von Neuenburg, Chronik, p. 202. — Werner de Bonn, Vita Clementis VI, p. 546 (sur ces oeuvres, cfr Potthast, Bibliotheca, t. 2, p. 780–781, 1111). — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 167–168. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 88.

254 Cfr p. 254 et n. 192.

255 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 93. — Triumphus Steppes, p. 174–175, 179. — Walraet, Actes Philippe le Noble, p. 66./ Jean de Hocsem, Chronicon, p. 357 n. 3, 400. — C.S.L., t. 4, p. 66–67. — Récits Valenciennes, p. 210. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 168. — Chronique normande du xive siècle, p. 77, 273–274. — Chronographia regum Francorum, t. 2, p. 226 (sur ces chroniques, cfr Lambert, Chronicles of Flanders, p. 85–93. — de Médeiros, Jacques et Chroniqueurs, p. 132–149. — Potthast, Repertorium, t. 3, p. 394–395 ; 478)./ C.S.L., t. 6, p. 109. — PIOT, Inventaire Namur, p. 237.

256 Vache, cfr p. 264 n. 244./ C.S.L., t. 2, p. 582–586 (22 novembre et non 23 août 1300, selon Bovesse, Maison de Namur, spéc. p. 124–133). Également opposition Liège-Namur, par exemple, dans le conflit Dinant-Bouvignes (1319–1320) : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 167–169. — 1402, p. 282–283. — Lévold de Northof, Chronica, p. 68 ; dans le conflit entre Adolphe et Huy (1343–1344) : Marchandisse, Rupture, p. 61 et n. 39 (après une alliance le 2 mai 1342 ! = C.S.L., t. 6, p. 93. — Piot, Inventaire Namur, p. 193). Rappelons que durant toute la seconde moitié du xive siècle, les rapports entre les princes de Liège et de Namur furent particulièrement tendus en raison d’une querelle territoriale connue sous le nom de conflit des dix-sept villes. À ce propos, cfr Tihon, Conflit des dixsept villes.

257 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 95. — Triumphus Steppes, p. 179.

258 De Reiffenberg, Monuments, t. 1, p. 109. — C.S.L., t. 6, p. 35. Cfr encore p. 264 n. 237.

259 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26–27. — 1402, p. 186, 189, 191. — Lévold de Northof, Chronica, p. 41. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 50. Cfr encore Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 619. — Delescluse-brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 58.

260 Thier d’Erbonne (nom d’un raidillon situé à Huy) et Waremme : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 199. — 1402, p. 298. — Lévold de Northof, Chronica, p. 72. — G.A.T., t. 2, p. 259 (Conrad de la Marck, frère de l’évêque). Sur ces batailles et sur celle de Hoesselt, qui suit, cfr Gaier, Art et organisation militaires, p. 277–285./Hoesselt : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 207, 210–213. — 1402, p. 300–302. — Lévold de Northof, Chronica, p. 72. — G.A.T., t. 2, p. 261–262 (comtes de Gueldre, Juliers, la Marck, Berg)./Vottem et Tourinne : outre les chroniques mentionnées p. 265–266 n. 253 et 255, cfr Id., t. 2, p. 282–283, 286–287. — Annales Floreffienses, p. 629. — Jean le Bel, Chronique, t. 2, p. 142–144. — Matthias Von Neuenburg, Chronik, p. 202, 226–227. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 1. — 1402, p. 340. — Edmond de Dynter, Chronica, t. 2, p. 644 (sur cette chronique, cfr Potthast, Repertorium, t. 4, p. 279–280) (comtes de Juliers, Berg, Gueldre, la Marck, Clèves)./1321 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 168. — Lévold de Northof, Chronica, p. 68 (comte de Berg)./1361 : lutte contre le seigneur de Dalenbroek qui se voulait le successeur de Thierry de Heinsberg : Raoul de Rivo, Gesta, p. 10. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 190 (comtes de la Marck et Clèves).

261 Le comte Thierry VIII de Clèves (1305–1347) épousa successivement une Gueldre puis une Juliers ; Jean de Clèves (1347–1368), une Gueldre ; Adolphe IX de Berg (1308— 1348), une Clèves. Chez les la Marck, qui descendent d’Adolphe IV de Berg, la mère d’Adolphe — l’évêque de Liège — est une Berg ; son frère, Conrad, épousa une Clèves et les comtes Englebert III (1347—† 1391) et Adolphe III (1380—† 1394), tous deux une Juliers. Cfr tabl. généal. des la Marck, Berg, Clèves, Juliers, Gueldre, dans Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 185–187, 189 ; t. 2, tabl. 2.

262 Joris, Huy et sa charte de franchise, p. 23. — Id., Ville de Huy, p. 482. — Id. Clauses militaires, p. 298–304 et en part. p. 301.

263 Pour la charte d’Albert de Cuyck, cfr Kurth, Origines de la commune de Liège, p. 304–305. Sur cette charte fameuse, les doutes qui ont été émis sur son existence même, sur la véracité de la confirmation royale de 1208, et sur les arguments relatifs à une éventuelle rédaction de la charte d’Albert de Cuyck en 1230, cfr Despy, Charte d’Albert de Cuyck. Pour la paix de Huy, cfr C.S.L., t. 2, p. 206 : Cilh de Liege doient aidier le veske, le chapitre et le glise mon signeur saint Lambert encontre tos hommes a defendre le veschie et l’iretage sain Lambert, et a vengir lor honte et lor vilonie se point lor en faisoit om. Sur cette paix, cfr Favauge, Deux confédérations liégeoises et paix de 1271, p. 45–46.

264 R.O.P.L., p. 199. — C.S.L., t. 3, p. 324.

265 Bormans, Cartulaire Couvin, p. 21, 40. — C.S.L., t. 3, p. 574–575. Couvin (Belgique, pr. Namur, arr. Philippeville, comm. Couvin).

266 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 221–224. — R.O.P.L., p. 168–169. — Borgnet, Cartulaire Ciney, p. 7–9. Ciney (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Ciney).

267 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 105. — Triumphus Steppes, p. 182. — Gaier, Art et organisation militaires, p. 257, 259–262. Fosses (Belgique, pr. Namur, arr. Namur, comm. Fosses-la-Ville) ; Châtelet (Belgique, pr. Hainaut, arr. Charleroi, comm. Châtelet).

268 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 22–23. — 1402, p. 182. — Joris, Clauses militaires, p. 311 et bibl. n. 1,312.

269 R.O.P.L., p. 49–50. — C.S.L., t. 2, p. 64–65.

270 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 109–110. — 1402, p. 247–248. — Tongerlo, p. 55–56. Thuin (Belgique, pr. Hainaut, arr. Thuin, comm. Thuin).

271 Cfr p. 123–124 et n. 56, 482.

272 Il sera question de ces événements qui doivent être mis en rapport avec la réglementation pesant sur les officiers épiscopaux p. 405. Cfr également p. 474.

273 Ces questions ont été traitées notamment par Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 179–215 ; t. 2, p. 4–44, 73–88. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 283–285, 330–363, 369–378. Cfr encore les divers épisodes évoqués dans ce paragraphe et les n. y relatives.

274 Cfr p. 264 et n. 239–243.

275 Cfr p. 269 et n. 270.

276 Henri de Gueldre met ici en pratique la maxime « diviser pour régner » : il s’efforce de briser une ligue des villes puissante en obligeant chacune d’elles à traiter avec lui. Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 27–30. — 1402, p. 190–195. — G.A.T., t. 2, p. 202. — R.O.P.L., p. 50–51 (paix de Bierset), 51–53. — C.S.L., t. 2, p. 83–85. Après la bataille de Hoeselt (25 septembre 1328), un ralliement progressif des bonnes villes (Dinant, Tongres, Saint-Trond, Fosses) est évoqué par 1402, p. 305.

277 Cfr p. 123–124 et n. 56,482.

278 1285 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 74–75. — 1402, p. 225–226. — C.S.L., t. 2, p. 384–385./1255 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 26–30. — 1402, p. 187–195./1269 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 45. — Tongerlo, p. 34. — 1402, p. 213–214./1274 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 47. — Tongerlo, p. 35.

279 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 197.

280 On trouvera de larges développements sur ces questions dans : Joris, Ville de Huy, p. 461–468. — Id., Émeutes démocratiques. — Id., Huy et les premiers conflits liégeois. — Marchandasse, Rupture. Charles, Saint-Trond, p. 418, signale que ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIVe siècle que politiquement les bourgeois de Saint-Trond auraient adhéré sans restriction à la cause liégeoise.

281 Lejeune, Liège et son Pays, p. 471.

282 Id., p. 474.

283 Par ex. Lot, La naissance et le développement d’un sentiment national. Propos plus nuancés dans R.B.P.H., t. 28, 1950, p. 1261–1265 (É. Perroy).

284 Par les propos qu’il tient dans Ville de Huy, p. 461–468, A. Joris donne à penser, en filigrane, qu’il n’adhère pas aux opinions de J. Lejeune, le thème de ses recherches allant en effet radicalement à leur encontre. Quant à Cl. Gaier, il déclare dans Art et organisation militaires, p. 63, parlant de « l’indifférence de la plupart des gens du Moyen Âge pour les guerres entreprises au nom d’intérêts qui n’étaient pas les leurs » : « N’oublions pas que les faits étudiés se situent chronologiquement avant l’apparition de principes modernes, — celui des nationalités, du patriotisme, — [...] ».

285 C’est également l’impression que nous donnent les propos qu’il tient dans Lejeune, Les Van Eyck, à propos de plusieurs oeuvres des Van Eyck, la Vierge du chancelier Rolin (Paris, Louvre), la Vierge dans une église (Berlin-Dalhem, Staatliche Museen, Gemaldegalerie, prochainement à la Neue Gemaldegalerie, près du Kulturforum) et l’Homme à l’oeillet, que l’on doit à un épigone des Van Eyck (id.), théories aujourd’hui souvent rejetées ou citées à titre de curiosité. Cfr Dhanens, Van Eyck., p. 325, 355, 371. — Forgeur, Sources et travaux, p. 46–51 et bibl. aux n. 54, 55. On peut penser que Liège et son Pays, conçu dans la tourmente de la guerre et publié seulement trois ans après la Libération, a été fortement influencé par l’enthousiasme patriotique qui, comme la joie populaire, succède toujours à plusieurs années de guerre. Nombre de comptes rendus de Liège et son Pays mettent l’accent sur les circonstances de son élaboration [cfr supra n. 283. — Annales É.S.C., t. 5, 1950, p. 408–409 (L. Febvre). — R.H.E., t. 43, 1948, p. 581–585 (É. Lousse)].

286 Il s’agit de la protection de ses intérêts politiques et économiques et l’accession à une certaine autonomie. Cfr études signalées p. 271 n. 280.

287 Une chose est de se référer aux écrits de quelques littérateurs, souvent peu représentatifs de la masse, et de ratiociner sur les termes qu’ils utilisent, une autre est, par delà leurs propos, leurs approximations, leurs erreurs, leurs mensonges, de déterminer les attitudes et les opinions exactes des divers protagonistes de l’histoire liégeoise, seuls à avoir de l’importance, en fin de compte. Telles sont les réflexions que nous inspire un article comme Lejeune, Notions de « patria ».

288 Il semble que ce soit seulement dans la seconde moitié du xive siècle que s’exprime l’adhésion de Huy et de Saint-Trond à la Cité de Liège. Cfr supra, p. 271 et n. 280.

289 Deux exemples tirés de l’histoire belge contemporaine. Durant la première guerre mondiale, le roi Albert de Belgique retranché derrière l’Yser avec l’armée belge, incarna vaillamment la résistance à l’envahisseur allemand. Le Roi-Chevalier rentra triomphalement à Bruxelles le 22 novembre 1918, acclamé par une foule délirante (Dorchy, Histoire des Belges, p. 170–171). Autre exemple : les exceptionnels mouvements de foule et les témoignages, innombrables, d’adhésion au principe monarchique qui suivirent le décès de Baudouin, cinquième roi des Belges (août 1993), sont on ne peut plus révélateurs. Durant une brève période, les querelles communautaires furent pratiquement oblitérées (tout au moins chez tous ceux qui n’ont pas de rapports directs avec ce qui alimente les conflits à origine linguistique : la politique). Seule subsista la communauté des Belges, partageant un même chagrin et appelant de ses voeux le maintien d’une Belgique unie, au travers d’un monarque dont le rôle de ferment de l’unité nationale n’a manifestement été perçu qu’à l’heure de sa mort. Pour ce qui est de la principauté de Liège au moyen âge, il y a tout lieu de méditer cette réflexion d’Alfred de Vigny : « Sous la monarchie absolue, l’idée de patrie n’existait qu’à peine. Le roi était la nation. Jean II ou François Ier prisonniers, la patrie était près du roi » (A. de Vigny, Journal poète, 1846, p. 1236, cité par Trésor de la langue française, t. 12, p. 1189, s.v° patrie).

290 Telle est la conclusion à laquelle nous sommes arrivé dans Rupture, p. 75, tout comme, avant nous, Kupper, Soulèvement des Hutois, p. 176, à propos d’événements séparés par 150 années (1203 et 1343–1344).

291 Cfr p. 362–397.

292 Stengers, L’Action du Roi, p. 21, montre bien toute l’importance de la personnalité du souverain : « Caractère des souverains : ceci ne relève en aucune manière de la petite histoire, car toute l’action d’un homme peut-être marquée par certains traits de caractère et aussi, d’ailleurs, par sa capacité politique ». Cfr encore les pages particulièrement éclairantes de Renouvin-Duroselle, Introduction, p. 284–313.

293 Précisons d’emblée que les évêques ne seront pas évoqués chronologiquement mais par affinités et selon une progression qualitative, de ceux qui, à nos yeux — avec tout ceque ce classement peut avoir de subjectif —, ne furent pas à la hauteur de leur tâche ou ne laissèrent qu’un vague souvenir, aux prélats de grande envergure ou les plus représentatifs de la fonction épiscopale liégeoise au bas moyen âge.

294 Jean d’Outremeuse ou Hugues de Liège, par exemple (cfr bibl.).

295 Elles ne se prêtent pas à l’usage des sources diplomatiques que fait Bautier dans Critique diplomatique, commandement des actes et psychologie des souverains et dans Diplomatique et histoire politique.

296 Tel est le rapprochement que fait Jean de Hocsem, Chronicon, p. 198, à propos d’Adolphe de la Marck, qui, ascenso dextrario, non sacerdotis sed Hectoris representons ymaginem vel Achillis, ad montent Arbone properat.

297 Pour la bibl. relative à ces deux évêques (1229–1238 et 1240–1246), cfr les études mentionnées aux p. 121 n. 42 et 138 n. 151.

298 Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 199, de préférence à Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. xv, qui éprouve beaucoup trop de sympathie pour le sujet de son ouvrage.

299 Cfr p. 123–124.

300 Gilles d’Orval, Gesta, p. 123. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 942.

301 Cfr les alliances urbaines des années 1229–1231 [dont nous aurons à reparler dans le chapitre consacré aux interrègnes (p. 482)] et le siège de Poilvache, épisodes évoqués aux p. 123–124, 125–126.

302 Dimier, Trois évêques de Liège, p. 319–320. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. XI, 3, 44, 67, 86, 93 (l’abbaye du Val-Saint-Lambert fit tout spécialement l’objet de sa sollicitude).

303 Gilles d’Orval, qui termine sa chronique ca 1251, a vécu sous le règne de Robert de Thourotte (cfr Balau, Sources, p. 451). Son témoignage est encore valorisé par le fait qu’il n’oblitère pas les aspects négatifs de la personnalité du prélat, tout en ayant, avec lui, des sympathies communes pour l’ordre cistercien, auquel le chroniqueur appartenait. Il va sans dire que dans ce quatrième paragraphe, seule la personnalité dont les évêques firent montre dans le cadre de leurs activités liégeoises est envisagée. Dans le cas de Robert de Thourotte, par exemple, nous ne tenons pas compte de ses années passées à la tête de l’église de Langres, Certes, une personnalité, même si elle tend à se modifier au fil des années et selon les circonstances, forme un tout indivisible et nous en sommes conscient. Toutefois, pour étudier valablement l’épiscopat messin de Jean de Flandre, les années passées à Valence par Guillaume de Savoie ou à la tête de l’archevêché de Cologne par Englebert de la Marck, il convient impérativement de recourir aux sources, en particulier aux chroniques relatives à ces régions, travail qui dépasse largement le cadre de ce livre.

304 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127.

305 Annales Floreffienses, p. 627 ([...] vir honorandus tam preclaro sanguine quam scientia et moribus [...]). — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 73–74 (litteratus, sagax et morosus et in ornamentis ecclesie curiosus).

306 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127–128.

307 Sur son attitude à l’égard des abbayes cisterciennes (Aulne, Paix-Dieu, notamment), des franciscains et des dominicains, cfr Dimier, Trois évêques de Liège, p. 320–322. — Miessen, Robert de Thourotte, p. 95–100. Nous n’avons pas pu consulter Mehren, Robert von Thourotte, Lüttich und seine Beziehungen zu den Cisterziensern.

308 Baix, Première célébration de la Fête-Dieu, p. 158–159. Sur ces questions, cfr, en dernier lieu Cottiaux-delville, Fête-Dieu.

309 Gilles D’orval, Gesta, p. 127 (cfr encore Mathias de Lewis, Chronicon, p. 74. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 247). — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 302–303. Entre Jean d’Eppes et Robert de Thourotte se situe le règne très bref de Guillaume de Savoie. Ce dernier n’ayant pas eu d’activités proprement liégeoises, nous devons le laisser de côté, à regret d’ailleurs car ce personnage, systématiquement oublié par l’historiographie liégeoise, mériterait une étude consacrée entièrement à sa personne. Malgré tout, signalons que ce personnage ne laissa personne indifférent. Au pape qui voit en lui l’évêque de Liège idéal et qui, partant, le décrit comme un homme litteratus, probate vite ac conversationis honeste (Reusens, Saint-Lambert, p. 177–178. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 48, 51), suivi en cela par plusieurs auteurs liégeois (Gilles D’orval, Gesta, p. 126. —Annales Floreffienses, p. 627. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 46), Matthieu Paris, qui ne pouvait le souffrir, rétorque qu’il est quasi monstrum spirituale et belua multorum capitum (Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 623). Matthieu concédera bien qu’il est un homme praeclarus et elegans (Id., p. 335), mais il le sait également ad stragem strenuus, ad caedem pronus, ad incendia protervus (Id., p. 623). Lui qui tamen vir sanguinum esse dicebatur (Id., p. 493), qui a perpétré des homicides (Id., p. 539), plus de materialibus quam spiritualibus armis noverat (Id., p. 491). Il y a plusieurs raisons au fait que Matthieu Paris détesta à ce point Guillaume de Savoie. Tout d’abord, ce dernier occupa aux côtés d’Henri III une place qui, selon Matthieu, revenait de droit à un Anglais. Ensuite, Paris, bénédictin, est on ne peut plus hostile aux franciscains, que soutiennent les membres de la famille de Savoie. Enfin, le moine de Saint-Albans ne devait guère apprécier que des chapitres comme celui de Hereford soient véritablement envahis par les Savoyards [entre 1265 et 1275, ils détiennent jusqu’à 14 canonicats sur 32 et toutes les dignités (cfr Chapuisat, À propos des relations entre la Savoie et l’Angleterre au xiiie siècle, p. 430–431 et n. 3)]. Cfr encore p. 129–130 n. 103.

310 Pour la bibl. relative à Jean d’Enghien (1274–1281), cfr études mentionnées p. 150 n. 222.

311 C.S.L., t. 2, p. 355–356. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 65.

312 Vache, cfr p. 264 n. 244. — Poncelet, Nouveaux documents Vache, p. 503–506.

313 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 58. — 1402, p. 221–222. — Jean de Thilrode, Chronicon, p. 573. — Baudouin de Ninove, Chronicon, p. 545. — Gilles li Muisis, Chronique et Annales, p. 23 (sur cet auteur et ses oeuvres, cfr Lambert, Chronicles of Flanders, p. 57–68. — Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 87–124, 456–461. — Devaux, Gilles li Muisis). — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 79–80.

314 Cfr p. 155 n. 255.

315 1402, p. 219.

316 Pour la bibl. relative à Jean de Flandre (1282–1291), cfr études mentionnées p. 155 n. 256, 263 n. 235 (Kupper).

317 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 69. — 1402, p. 223. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 80.

318 Cette attitude effacée n’empêcha pas Jean de Flandre de manifester, à de rares occasions, une de ces colères terribles, propres à ceux qui maîtrisent leurs sentiments en toute circonstance. Ainsi, en 1286, le pape Honorius IV fut obligé de tempérer les sentences ecclésiastiques draconiennes que l’évêque de Liège avaient infligées à son peuple. Cfr C.S.L., t. 2, p. 400–402. — R.C.L., t. 1, p. 111–113. — Prou, Registres Honorius IV, col. 501–502. Pour le détail de l’action du comte de Flandre aux côtés de son fils, cfr p. 376–378.

319 Cfr p. 250–251.

320 7402, p. 230.

321 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83 : Sic effrenata cupiditas in pernitiem sepe vertitur ambientis, non sine magno reipublice frequenter seu principis detrimento ; unde summopere decet attendere principem quo zelo collaterales ejus dum sibi consulunt moveantur. Tongerlo, p. 40–41.

322 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 82–83.

323 Cfr Lejeune, L’enlèvement de Jean de Flandre, et ici-même, p. 473.

324 Cfr Kupper, Herzog Johann I. und das Fürstentum, p. 87, 91–93, 97. — Baerten, Bataille de Worringen, p. 83.

325 Cfr Schoolmeesters, Statuts synodaux. Lavoye, Texte original. — Delville, Les statuts synodaux, p. 41–74. Il fut également à l’origine de la paix des Clercs (7 août 1287), qui scelle un accord entre le clergé et la ville de Liège, et des lois muées des 8 août et 9 octobre 1287, textes de droit pénal (R.O.P.L., p. 64–85. — C.S.L., t. 2, p. 409–426).

326 Pour la bibl. relative à Hugues de Chalon — et à Adolphe de Waldeck, son successeur — (1295–1301 et 1301–1302), cfr p. 163 n. 297.

327 1402, p. 245. — Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 258.

328 Cfr p. 170–171.

329 Schoolmeesters, Hugues de Châlon, p. 47. Cfr encore Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 215. 1402, p. 240, qui le décrit comme un homme mitis et humanus sepe in suis capellis in sua persona missam canebat. Le codicille de son testament témoigne en outre de préoccupations pastorales puisqu’il fonda, entre autres, une collégiale à Roche-lesBeaupré (Fiétier, La Cité de Besançon, t. 2, p. 916).

330 Sur les rapports entre les frères de Chalon, cfr p. 378–379.

331 Dans l’ensemble du diocèse de Liège, seule la collégiale Notre-Dame de Huy célébrait le souvenir de sa mort (Ob. N.-D. Huy, éd. Deckers-Renardy, p. xxv, 55).

332 Cfr p. 172.

333 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103. — Tongerlo, p. 54. Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 142, le dit in corpore dispicabili et gibboso, sed zelatori justitiae permaximo.

334 Il mena par exemple une politique diamétralement opposée à celle d’Hugues de Chalon en ce qui concerne la ville de Huy. Aussi bien lui imposa-t-il une correction sévère mais dénuée de violence (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 104. — 1402, p. 246. — Tongerlo, p. 54. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 84–85). Cfr encore son attitude ferme et musclée à l’égard de Fosses et de Thuin, p. 269.

335 Vannérus, Documents conflits Hainaut-Liège, p. 184–193,216–240.

336 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 108–109. — 1402, p. 247. — Tongerlo, p. 55.

337 Sur leur règne (1364–1378 et 1378–1389), cfr les études mentionnées p. 191 n. 484.

338 Raoul de Rivo, Gesta, p. 15.

339 Il serait l’auteur d’une oeuvre intitulée Li Ars d’Amour, de Vertu et de Boneurté, spéc. t. 1, p. xi—xii, xvii, xix—xxxvi.

340 Les chroniqueurs s’accordent sur le caractère de l’évêque : 1402, p. 352. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 15. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 69. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285. Leurs propos sont confirmés par les récits relatifs à son épiscopat utrechtois, par exemple par Guillaume Heda, Historia, p. 242.

341 Sur cette première affaire, au cours de laquelle le corps de la victime fut promené et exposé de bonne ville en bonne ville — ce qui rappelle les chemises ensanglantées d’Hugues de Chalon — et sur celle qui lui fait suite, cfr p. 405, notamment le paragraphe relatif aux mesures visant à empêcher tout excès des officiers épiscopaux, p. 474. L’opposition entre l’évêque et son peuple trouve en effet son origine dans un refus catégorique, de la part de l’évêque, de se soumettre aux mêmes lois et aux mêmes tribunaux que son personnel politique.

342 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 307–308. — 1402, p. 369–372. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 26, 28.

343 Raoul de Rivo, Gesta, p. 40. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 76. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 335. Même description chez Jean de Beka, Chronographia, p. 121 (bellicosus, et semper magis armis, quam libris sive Sacre Scripturae intentus ac sollicitus) et Guillaume Heda, Historia, p. 257 (vir literatus forma egregius, comis atque affabilis, non detrectans arma). Sur ces deux chroniqueurs, cfr Potthast, Repertorium, t. 5, p. 396 ; t. 6, p. 286–287.

344 Conflit avec un seigneur pillard (1402, p. 384–385. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 44. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 81. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 214–215. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 316–317, 332) ; siège du château de Reifferscheid (1402, p. 398. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 328) et lutte contre le seigneur de cette terre (1402, p. 405. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 62. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 90–91. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 335. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 222). Même intérêt pour les expéditions militaires, même gratuites, à Utrecht (Tihon, Arnoul de Hornes, col. 606).

345 Cfr p. 194–195, 241.

346 Pour la bibl. relative à Thibaut de Bar (1303–1313), cfr p. 163 n. 297.

347 1402, p. 249. — Tongerlo, p. 57. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87. — Voeux de l’épervier (cfr p. 285 n. 355), p. 198–199, 218–219, v. 71–72, 460–461 (qui le dit également borgne, p. 200–201, v. 114). — Thomas, Jacques de Longuyon, p. 2 (cfr infra, n. 352). — Lodewijk Van Velthem, Spiegel Historiael, t. 2, p. 438, v. 5292–5293 ; t. 3, p. 80, v. 2077–2084 (sur cette œuvre, cfr Potthast, Bibliotheca, t. 1, p. 744–745). Cfr Limbrée, Thibaut de Bar, p. 162–165.

348 Cfr p. 253–254.

349 Destruction du château du seigneur de Florennes (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 125. — Tongerlo, p. 61. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87), du château d’Agimont et de la terre de Givet (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 126. — 1402, p. 284. — Tongerlo, p. 61. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87), etc.

350 Cfr Bowsky, Henry VII in Italy, spéc. p. 55, 101, 166, 229 n. 24, 248 n. 26.

351 Cfr sources mentionnées aux annexes I.

352 Un auteur lorrain, Jacques de Longuyon, écrivit pour Thibaut, ca 1310–1312 (en tout cas avant le 9 septembre 1313), Les vœux du paon, oeuvre romanesque et épique qui prit place dans le cycle d’Alexandre et connut un immense succès. À son propos, cfr RhinMeuse, p. 85 (art. V.21 dû à R. Lejeune) et la bibl., en part. Thomas, Jacques de Longuyon, p. 1–35. Cfr encore Collignon, Vœux du Paon, spéc. p. 1–7. Thibaut était purus rethoricus in eloquentia (Tongerlo, p. 57. — 1402, p. 249).

353 Thibaut est représenté dans une chronique illustrée, conservée dans le t. 1 des Balduineen (R.F.A., Archives de l’État à Coblence, Abt. 1 C no 1), nom donné à 4 vol, où ont été copiées les chartes des archives archiépiscopales de Trêves sur l’ordre de l’archevêque Baudouin de Luxembourg, frère d’Henri VII. Ce Bilderzyklus illustre certains aspects de la vie du prélat, en particulier l’expédition romaine, et vise à assurer la pérennité de l’empereur et la sienne propre. À ce propos, cfr Heyen, Kaiser Heinrichs Romfahrt. RhinMeuse, p. 85, 395–396 (art. V.21 et P. 12, dus à R. Lejeune et J.M. Plotzek, qui datent l’oeuvre, respectivement, de la première moitié du xive siècle et de ca 1340) et la bibl. Sur les Balduineen, cfr tout spécialement Mötsch, Balduineen.

354 Thibaut de Bar est l’un des deux interlocuteurs de la pièce 171 de 1’Unica du chansonnier d’Oxford. Dilemme courtois que celui qui se pose à Thibaut : doit-il suivre son seigneur à Rome ou rester auprès de sa dame ? Il incline à la première solution : un homme doit tenir sa promesse et se couvrir de gloire. Cfr Langfors, Jeux-partis, t. 1, p. liv–lviii ; t. 2, p. 265–268.

355 Les voeux de l’épervier, rédigés à la suite de ceux du paon, peut-être par Simon de Marville, trésorier de la cathédrale de Metz et clerc d’Henri VII, après le décès de celui-ci (1313). Thibaut de Bar en est le véritable héros. Cfr Voeux de l’épervier, p. 198–201, 208–209, 214–215, 218–219, 228, 231, 234–235, 242. Sur tout ce qui précède, cfr encore les quelques bonnes pages consacrées aux rapports entre l’évêque et la littérature, par Limbrée, Thibaut de Bar, p. 150–161, 166–168.

356 Pour la bibl. relative à Englebert de la Marck (1345–1364), cfr p. 180 n. 415, spéc. Reimann, Grafen von der Mark, p. 49–65, auquel nous ajoutons Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 73–96. — De Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 4, p. 240–243.

357 Ainsi Englebert préféra-t-il refuser les 120 000 écus que lui proposaient les Liégeois plutôt que de remplacer un échevinage viager et choisi par lui par un collège annuel toujours à sa collation mais inter consiliarios ville (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 355–356).

358 Cfr p. 261–262 et n. 223.

359 Mathias de Lewis, Chronicon, p. 114 : [...] episcopus considerans, quod ubicumque pax et concordia vigent ibi clerus et populus cum gaudio respirant [...]. Cfr encore Raoul de Rivo, Gesta, p. 4, qui le dit turbarum osor.

360 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 360. — 1402, p. 340. — G.A.T., t. 2, p. 209. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 2.

361 Id, p. 3.

362 Cfr p. 251 et n. 179.

363 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 398. — 1402, p. 341. — C.S.L., t. 4, p. 87 (et R.C.L., t. 1, p. 365–366. —- Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 318–320).

364 C’est ce que semblent dire 1402, p. 351 et Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285.

365 Cfr p. 313–397.

366 Cfr p. 239.

367 Visite canonique à Tongres (Paquay, Cartulaire Tongres, t. 1, p. 434–450) ; statuts conférés à la collégiale de Looz (Daris, Looz, t. 2, p. 27–36) ; approbation donnée aux statuts publiés par les églises de Liège (Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. 228).

368 Cfr p. 257 et n. 214.

369 C.S.L., t. 1, p. 165.

370 Id., p. 165–168. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 73. Cfr encore supra, p. 243 n. 136.

371 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 878, 923. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 145. — Gilles D’orval, Gesta, p. 122. Cfr encore p. 122–123 et n. 55.

372 Ibid.

373 Cfr Kupper, Soulèvement des Hutois, spéc. p. 174, à propos des droits (mensuragium) dont Hugues de Pierrepont exigeait le payement par les Hutois.

374 Plutôt que de détruire Louvain et d’exploiter au maximum la victoire de Steppes, Hugues de Pierrepont sacrifie ses intérêts à ceux du comte de Looz et détruit la ville de Léau. Cfr Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 110. — Triumphus Steppes, p. 184. — Gaier, Léau, p. 191–192. — Id., Art et organisation militaires, p. 258–259.

375 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 112. — Triumphus Steppes, p. 185 (paroles mises dans la bouche des chanoines de Saint-Lambert : Claudite ei fores ecclesie, qui ductus pecunia nobis a Deo Patroni nostri meritis collatam victoriam noluit adimplere).

376 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 67.

377 Cfr p. 178.

378 Jean de Hocsem, p. 176, déclare à Jean XXII : [...] quod in armis inclitus hostes manu propria debellabat, oppugnando inimicorum castra, clipeo lapides excipiens et sagittas, ce à quoi la pape rétorque : Certe pro ecclesia sua bene licebat ei, [...]. Clément V le décrit également comme litterarum scientia preditus, generis nobilitate preclarus, morum honestate decorus, discretionis et consilii maturitate conspicuus, in spiritualibus providus et temporalibus circumspectus et aliis virtutum donis multipliciter insignitus (Ficker, Reichs-Archives zu Pisa, p. 99), mais Adolphe est la personne que le pape a choisi pour succéder à Thibaut de Bar. Son choix ne pouvait être qu’excellent.

379 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 146.

380 Id., p. 210. — 1402, p. 300.

381 Cfr p. 231–239. À cette dernière occasion, nous avons signalé (Marchandisse, Rupture, p. 70) combien le portrait brossé par Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 62–63, selon lequel Adolphe souffrait d’une maladie qui « minait cette nature énergique et brisait sa force de résistance », bref était alors un vieillard moribond, sénile et égrotant, est erroné.

382 Exemple récapitulatif : Dès son retour d’Avignon, Adolphe pardonne aux Liégeois leur participation au Mal Saint-Martin (cfr p. 482) mais décide de s’attaquer aux Hutois et à la noblesse... en vain. Attendant un moment plus favorable, il poste des vespiliones et satellites, notamment au château de Moha, lesquels entravent l’accès des marchands à la ville de Huy et causent beaucoup de difficultés aux nobles de Hesbaye et du Condroz. Ceux-ci se désolidarisent des Hutois et se rallient à Adolphe. Au terme de cette guerre, celui-ci devra négocier avec les Hutois (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 146. — 1402, p. 268–274 ; l’attitude d’Adolphe de la Marck, qui s’adapte au gré des circonstances, est très bien mise en valeur par JORIS, Huy et les premiers conflits liégeois, p. 144–150). À plusieurs reprises, le prélat s’appuya alternativement sur les Awans et sur les Waroux (dès 1314 : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 148–149, 156) et fit cause commune avec une ville (en particulier Huy) contre toutes les autres (cfr p. 271). En conflit avec son peuple, Adolphe accepte parfois de subir un arbitrage et de s’amender si celui-ci lui est défavorable (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 160). Exemple de chantage : en 1314, l’évêque menace les Hutois, alliés de la Cité, de leur enlever leurs fiefs s’ils persistent dans leur attitude hostile à sa personne (Ibid). Pour la prévarication, cfr p. 252. L’attitude d’Adolphe au cours de la succession de Looz est une forme de péculat.

383 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 48. — 1402, p. 169–170. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 77–78. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 113–114. — Baudouin de Ninove, Chronicon, p. 545. — Jean D’outremeuse, Myreur, t. 5, passim, qui, bien entendu, s’en donne à cœur joie. — Fisen, Sancta Legia, 2e part., p. 19–20. — Foullon, Historia Leodiensis, t. 1, p. 358–359. — Bouille, Histoire de Liège, t. 1, p. 296–297. — Henoul, Annales du Pays de Liège, p. 118–119. — Polain, Histoire de Liège, t. 1, p. 397–414. — Gérimont, Histoire des Liégeois, p. 79–80. — Chauny, Histoire de Liège, p. 26–27. — Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 223. — Pirenne, Henri de Gueldre, col. 200–201. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 82–83.

384 Jean D’outremeuse, Myreur, t. 5, p. 276. — Plrenne, Henri de Gueldre, col. 193— 194.

385 En 1467, le jour-anniversaire de la bataille de Steppes est choisi pour exposer l’étendard de Saint-Lambert, bannière officielle de la principauté, alors qu’une bataille va s’engager contre le duc de Bourgogne (Gaier, Reliques et étendard, p. 242).

386 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 49–58. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 388–395 (seul à préciser la date de la bulle). Nous n’en trouvons aucune trace dans Guiraud, Registres Grégoire X. Même si la tradition manuscrite de ladite bulle n’est pas exemplaire, signalons que certains textes importants et vrais en connaissent de plus exécrables encore. Tel est notamment le cas pour la Charte de Huy de 1066 et pour la Paix de Dieu de 1081 (sur ces textes, cfr bibl. aux n. 262 et 21, p. 268 et 221–222).

387 Detroux, Henri de Gueldre, p. 171 n. 6. Cfr également ici-même p. 151 n. 228.

388 Potthast, Regesta pontificum Romanorum, t. 2, p. 1651–1671. Orvieto (Italie, Ombrie, pr. Terni).

389 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 48.

390 1402, p. 214 : [...] tamen bene liberavit et tenait patriam a marchisis suis vicinis, nec aliquis ipsorum suis temporibus violenter apposuit pedem, nisi forte dux Brabantie, cui ipsemet dedit facultatem ratione guerre inter ipsum et bonas villas mote, 219.

391 Signalons en effet qu’à Sainte-Croix, Henri de Gueldre est signalé le 7 novembre comme Henri de Montfort, jadis évêque de Liège (Ob. Sainte-Croix, no 101, non folioté ; no 102, f° 82 r°. — Poncelet, Inventaire Sainte-Croix, t. 1, p. clxvi), tandis qu’à SaintLambert, la notice de ce même personnage (Commemoratio domini Henrici nostri episcopi pro quo habemus V solidos au 2 novembre, appartient à la couche intermédiaire de l’obituaire, probablement contemporaine du décès d’Henri (O.S.L., éd. Marchandisse, p. 152).

392 Cfr p. 243 n. 136.

393 Deux au moins. Richarde, dame d’Atrive et de Braives, et Godefroid, moine à SaintTrond. Cfr C.S.L., t. 3, p. 443–444, 446. — Poncelet, Introduction, p. cxvii n. 6. — G.A.T., t. 2, p. 212.

394 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 41–42. Sur Clément IV, cfr notamment Dossat, Gui Foucois (Clément IV).

395 Groesbeek, Heren van Arkel, col. 212 (Jean de Rijnensteijn, Margriet et Cunégonde).

396 Cfr p. 149 et n. 217.

397 Carolus-Barré, Pères du IIe concile de Lyon, p. 381.

398 Cfr p. 243 n. 136.

399 Gaudemet, Gouvernement, p. 70.

400 Sur cette question, cfr p. 154 n. 249.

401 Annales Parchenses, p. 607. — Pirenne, Henri de Gueldre, col. 197–198.

402 (1248–1261). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 358.

403 Lambot-Fransen, Office de la Fête-Dieu, p. 100–101.

404 Cfr infra, p. 370–374.

405 Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 456–457. Sur l’interdit, cfr Bongert, Interdit. Sur l’excommunication, cfr la synthèse récente de Vodola, Excommunication in the Middle Ages, consacrée essentiellement aux aspects juridiques de la question.

406 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 11–14. — 1402, p. 171–172, 178–179, 181.

407 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 22–24. — 1402, p. 182–187.

408 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 155 et n. 1. — 1402, p. 275.

409 Cfr par ex. p. 280 n. 318.

410 Triumphus Steppes, p. 183.

411 Cfr Gaier, Reliques et étendard, p. 236–240. Sur les batailles en question, cfr Id., Art et organisation militaires, p. 240–254. — Id., Grandes batailles, p. 37–45, 49–54.

412 Cfr Id., Reliques et étendard, p. 240–245, 249.

413 Ce thème de recherches vient encore de se voir consacré un colloque tout entier, qui s’est tenu (novembre 1992) à l’Université de Lausanne (Héraldique et emblématique de la Maison de Savoie). Cfr également, parmi bien d’autres contributions, Lecoq, Symbolique de l’État. — Pastoureau, État et image emblématique. Sur la symbolique du pouvoir épiscopal, cfr les quelques pages toujours très éclairantes de Gaudemet, Gouvernement, p. 120–121.

414 Lecoq, Symbolique de l’État, p. 145, rappelle la pensée de P.E. Schramm : pour connaître la nature d’un État que le roi représente, il faut examiner les signes du pouvoir ainsi que les gestes et usages par lesquels les rois ont rendu sensible ce qu’ils étaient et voulaient être. Dans la même perspective, la citation suivante, que nous a fait connaître M. J.L. Kupper, est particulièrement pénétrante : « Les pompes ont leurs raisons d’être. Une société sans théocratie, aristocratie et apparat proportionné à ces (sic) institutions, est une société qui meurt » (Louise de Belgique, Autour des trônes que j’ai vus tomber, p. 209).

415 Forgeur, Sources et travaux, p. 54. Pour les sources précisant les lieux de sépulture, on voudra bien se reporter à l’annexe I de notre travail. Signalons en outre que les épitaphes de ces évêques, détachées de leur contexte, ne sont pas d’une grande utilité (cfr Naveaupoullet, Recueil d’épitaphes, t. 1, p. 1–2. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 67).

416 L’abbaye cistercienne du Val-Saint-Lambert (Belgique, pr. Liège, arr. Liège, comm. Seraing), fondée au début du xiiie siècle, a connu de nombreuses vicissitudes (cfr Monasticon, t. 2, p. 172).

417 Dans un premier temps, le corps de Robert fut enterré à l’abbaye cistercienne d’Aulne (Belgique, pr. Hainaut, arr. Thuin, comm. Gozée), incendiée en 1794, puis fut transporté à l’abbaye de Clairvaux (France, dép. Aube, comm. Ville-sous-la-Ferté), également de l’ordre de Cîteaux et dont l’église disparut en 1819 (Canivez, Aulne, col. 667–668. — Id., Clairvaux, col. 1058–1059). Son cœur resta, semble-t-il, à Aulne. Cfr Gilles d’Orval, Gesta, p. 128. Miessen, Robert de Thourotte, p. 130–131, évoque la sépulture de Robert et la disparition de celle-ci, sur la base de Migne, Patrologie latine, t. 185, col. 1555, 1693— 1695, 1699–1700.

418 France, dép. Nord, comm. Flines-lès-Raches. Jean de Flandre était enterré en compagnie d’un second Dampierre, devant le grand autel du choeur de l’église abbatiale de Flines (ordre de Cîteaux), nécropole des comtes de Flandre de la Maison de Dampierre (démolie en 1794). À ce propos, cfr Hautcœur, Flines, p. 80–81, 414–415. — Comblen-sonkes, Van Den Bergen-pantens, Mémoriaux de Succa, t. 1, p. 105 ; t. 2, f° 7 r°. — Blanpain, Flines, col. 492–494.

419 L’actuelle basilique majeure date des xviexviiie siècles. Sur la mort de Thibaut de Bar, cfr Limbrée, Thibaut de Bar, p. 143–148, et l’annexe I de notre travail.

420 Cfr Klaversma, Geschlachten van Altena en Home, p. 47–49. Cfr encore, pour information, Van Genechten, Wederwaardigheden rond de reformatie... Keizerbos.

421 À ce propos, cfr Haslinghuis-peeters, Dom van Utrecht, p. 243–249. — Roggen, Doornikse grafplastiek. — Tummers, Recente vondsten (bibl. que nous a aimablement conseillée M. H. Tummers, Université catholique de Nimègue).

422 France, dép. Savoie, comm. Saint-Pierre-de-Curtille. Cfr Blanchard, Histoire de l’abbaye d’Hautecombe, p. 140–141. — Pérouse, Hautecombe, p. 60–61. — Perret, Abbaye d’Hautecombe et chroniques de Savoie, p. 671–672. Cfr encore les récents travaux de Demotz, Hautecombe et surtout Pollini, La Mort du Prince. Pour les illustrations relatives à Hautecombe (ill. 3 et 4), que l’on trouvera à la fin de notre livre, nous avons reçu l’aide de MM. R. Clair, O.S.B (Abbaye N.-D. de Ganagobie, Peyruis), D. Misonne, OS.B. (Abbaye de Maredsous), et de la Communauté du Chemin neuf-Abbaye d’Hautecombe, en la personne de Mlle Claire Gosset. Nous tenons à leur exprimer ici notre gratitude.

423 Sur cette tombe, cfr Haslinghuis-Peeters, Dom van Utrecht, p. 249–258, 367–368. — Roggen, Doornikse grafplastiek. — Tummers, Recente vondsten. Cfr ill. 10 et 13, 14 (Englebert de la Marck). Pas de sépulture conservée d’Hugues de Chalon, archevêque de Besançon (aimable communication du R.P. B. DE Vrégdlle, Institut des Sources chrétiennes, Lyon, que nous remercions).

424 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 302–307. Cfr Beaune, Sanctuaires royaux.

425 Cfr p. 122 n. 48. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 164.

426 Boniver, Armoiries des princes-évêques, p. 24–77.

427 Cfr, par ex., Popoff, Signes du pouvoir dans les armoiries.

428 Ce sont en fait celles que nos dépouillements nous ont permis de découvrir. Il est cependant possible qu’en consultant, par exemple, tous les manuscrits des multiples chroniques qui ont relaté la bataille de Vottem ou encore certains combats de Philippe de Valois, aux côtés duquel Adolphe de la Marck combattit, nous en trouverions d’autres. Ceci étant, qu’en est-il exactement des portraits épiscopaux véhiculés par les sceaux et les monnaies ? Faut-il y voir les traits réels du personnage ou l’expression archétypique de sa fonction ? La question est controversée. À Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 116–117 et Lejeune, Liège et son Pays, p. 81–82, qui y voient l’exacte physionomie du scelleur, Pastoureau, Sceau médiéval, p. 84, répond que « jusqu’au début du xive siècle, aucun souci de réalisme ne préside à la représentation de la personne humaine », tandis que de la Perrière, Ornements royaux dans la numismatique, p. 274, déclare que l’on ne peut reconnaître un roi — ses traits physiques — sur une monnaie, avant le règne du roi de France Louis XII (1498— 1515).

429 Antoine de Succa, Mémoriaux, Belgique, Bibliothèque Royale Albert Ier (Bruxelles), Département des Manuscrits, ms. II 1862, t. 2, f° 13 r° (cfr ill. 9). — Comblen-Sonkes, Van den Bergen-Pantens, Mémoriaux de Succa, t. 1, p. 105, 109 ; t. 2, f° 13 v°. Sur l’amict, cfr Demay, Costume d’après les sceaux, p. 268–270.

430 Belgique, Bibliothèque Royale Albert Ier (Bruxelles), Département des Manuscrits, ms. IV.684 (olim Belgique, Archives Générales du Royaume (Bruxelles), Manuscrits divers, 876), f° 39 r°. La miniature est reproduite dans Luyks, Hendrik III van Gelre, prins-elect van Luik tegen Wouter (VI) Berthout, p. 51. Cfr ill. 6. À propos du conflit entre Liège et Malines, qui est illustré par cette miniature, cfr p. 231–232 et n. 62, 66. Sur Jean van Heelu, cfr Potthast, Repertorium, t. 6, p. 331–332.

431 R.F.A., Archives de L’état à Coblence, Abt 1 C no 1 (Balduineum I), f° 22 b. — Heyen, Kaiser Heinrichs Romfahrt, p. 96. Cfr ici-même ill. 11. Cfr encore p. 285 n. 353.

432 Cette mêlée n’est pas sans rappeler la bataille de San-Romano de Paollo Ucello. Cette bataille, qui opposa en 1432 les Florentins aux Siennois, fit l’objet de trois panneaux qui décoraient une salle du rez-de-chaussée du nouveau palais des Médicis à Florence, achevé en 1451. Ils sont conservés à Florence, Offices, Paris, Louvre et Londres, National Gallery.

433 Italie, Archives de L’état à Florence, Diplomatico Custodie, S. Croce di Firence, 23 mai 1315. Éd. dans Grunzweig, Lettre d’indulgence. Cfr encore Fournier, Affiches d’indulgence, p. 116–121. Cfr ill. 12.

434 Essai d’identification dans Grunzweig, Lettre d’indulgence, p. 146–148.

435 Henri de Virneburg (1306–1332). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 274.

436 Nous ne disposons pas de récits de Joyeuses Entrées pour les xiiie et xive siècles et les informations données à ce propos par les sources narratives sont très fragmentaires. Il en va de même pour les relations des funérailles épiscopales. Nous nous proposons de revenir en détail sur ce dernier point dans une étude en préparation relative aux sépultures et funérailles des évêques de Liège, des origines à la fin du moyen âge (Marchandisse, Prélude à l’éternité). En outre, nous avons évoqué plus haut la teneur de la capitulation prononcée par les prélats liégeois à partir d’Englebert de la Marck, au plus tard (cfr p. 181–182). Enfin, les titres portés par les évêques de Liège dans les sources diplomatiques sont figés et, partant, ne nous aident guère dans notre étude de la symbolique du pouvoir (Brassinne, Titre des souverains liégeois. — Philippe, Titres nation liégeoise).

437 Cfr Pastoureau, Sceaux, p. 62–76, spéc. p. 64–66. — Id., Traité d héraldique, p 230–233. Id., État et image emblématique, p. 61–63. — Bedos, Signes et insignes du pouvoir : témoignage des sceaux, p. 47–48, 52, 54–55, 57, 62. — Id., Idéologie royale d’après le témoignage des sceaux (et bibl., p. 483–484 n. 2) (articles fondamentaux pour une bonne compréhension du rôle du sceau en tant que support d’étude de la symbolique du pouvoir). Tous les sceaux épiscopaux liégeois sont reproduits dans Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 164–179 et planches 13–38.

438 Dumas, Trône des rois de France, p. 231 : « Les monnaies, documents officiels auxquels il convient d’attacher de ce fait un intérêt particulier ». Cfr cependant supra, p. 297–298 n. 428. Cfr encore les divers titres mentionnés à la bibl., aux noms de la Perrière, de Turckheim et Dumas. Nombre de monnaies épiscopales sont reproduites dans de Chestret, Numismatique, p. 118–174 et planches VIII–XV.

439 Gesta abbreviata, p. 134. Cette chronique, qui aurait été rédigée ca 1250, n’est connue, dans sa version complète, que par un ms. du xvie siècle (cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 470 n. 29). Ce texte doit dès lors être manié avec beaucoup de prudence.

440 Sur ce concile, cfr p. 110 n. 7.

441 Sur la symbolique du rouge et du vert, cfr Pastoureau, Ceci est mon sang. — Id., Couleurs médiévales. — De Mérindol, Couleur, étoffe et politique, p. 222, 224–226, 230–231. — Id., Signes de hiérarchie sociale, p. 195–200, 202. — Pastoureau, Couleurs de la mort, p. 105–107. Cfr encore l’étude récente de Page, Vêtir le prince, p. 61–110. Signalons que Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 469–470, voit à juste titre dans l’habillement d’Hugues de Pierrepont une expression du double pouvoir de l’évêque, temporel et spirituel.

442 À ce propos, cfr Vrancken, Aspects institutionnels, et nos propos, p. 425–426.

443 Kupper, dans Vrancken, Aspects institutionnels, p. 56, interroge le conférencier à ce propos et lui fait cette suggestion. Manifestement, ce dernier n’avait pas réfléchi à la question.

444 R.C.L., t. 1, p. 370–371 (1er décembre 1348).

445 Cfr Frère, Introduction à la numismatique liégeoise, p. 289–290. — Id., Monnaies de l’évêque Huy-Statte, p. 115–116.

446 Ainsi lors du sac de Liège (1212) où il est fait un appel pressant à Hugues de Pierrepont, qui résidait alors à Huy (Triumphus Steppes, p. 175). Cfr encore Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 109–110, qui signale l’un ou l’autre exemple significatif.

447 Cfr p. 191–192, 194.

448 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 108.

449 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 125. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 72.

450 Dumas, Trône des rois de France, p. 231–236. — De La Perrière, Ornements royaux dans la numismatique, p. 283. Cfr ill. 1, 15.

451 L’aigle héraldique est du genre féminin.

452 Sur l’aigle, cfr Dictionnaire des symboles, p. 7–8. — Pastoureau, Quel est le roi des animaux, p. 166–168 et Boureau, L’Aigle, intéressant ouvrage, où il est malheureusement fait usage d’un jargon irritant, qui nuit à la clarté des propos développés.

453 Le contre-sceau de Jean d’Enghien, évêque de Tournai, comporte déjà une aigle (Vleeschouwers-Van Melkebeek, Le rôle de l’entourage des évêques de Tournai (1146–1300) dans la chancellerie épiscopale, p. 65). Cfr ici-même ill. 7. Sur son contresceau liégeois, cfr Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 170 et planche 21. Si, en fin de compte, c’est sur le contre-sceau de cet évêque qu’est représentée pour la première fois une aigle, cet événement est à peu près concomitant à la réapparition de l’aigle comme figuration officielle de l’Empire, notamment sur les sceaux d’Alphonse X de Castille (1257— 1284) et Rodolphe de Habsbourg, rois des Romains (Boureau, L’Aigle, p. 92). Toutefois, compte tenu des rapports étroits entre Jean d’Eppes et saint Jean-l’Évangéliste, on peut penser que l’oiseau essorant du contre-sceau de l’évêque en question (de même que celui représenté sur celui d’Hugues de Pierrepont, qui lui ressemble) est bien une aigle (cfr Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 164–167 et planches 13–14, 16. — De Chestret, Numismastique, p. 119–130, planches IX—X, no 150–193). Cfr encore ici-même ill. 2.

454 Le contre-sceau de Robert de Thourotte représente un évêque en prière ; celui de Jean de Flandre comporte un écu à un lion surchargé d’une crosse posée en bande le tout dans un sextilobe (Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 167, 170, planches 17 et 22). Cfr icimême ill. 8. Cfr également de Chestret, Numismatique, p. 131–133, 139, planches X—XI, no 194–204, 208.

455 Cfr p. 187.

456 Ce dernier rapprochement nous semble plus valable que les identités aigle/Empire et lion/France. Nous constatons en effet que, chez un même prélat voire sur un même sceau, aigle et lion coexistent parfois (Robert de Thourotte — Id., p. 131–133, planche X, no 194— 204 — et Englebert de la Marck — Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 176, planches 30 et 31 —, par exemple).

457 Cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 121 et n. 38. On la trouve sur les sceaux des élus de Liège Jean d’Eppes et Henri de Gueldre (Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 166, 168, planches 15, 18, 19) ainsi que sur les monnaies d’Hugues de Pierrepont et d’Henri de Gueldre (de Chestret, Numismatique, p. 119, 136–137, planches VIII, X, no 150, 205, 206).

458 Id., p. 121, 123, 125–126, 129–130, 131, 155–156, planches VIII–X, XII–XIII, no 156, 168, 175–178, 190–193, 196, 197, 235, 239.

459 Sur le perron, on se reportera essentiellement à l’étude de Dessaint, Perrons et aux deux exposés de Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 139–144, 162–163 et de Pirenne, Conflit liégeois-bourguignon. Quant au récent article de Jourdan, Perron de chevalerie, il laisse perplexe. Dans la bibliographie signalée à la n. 1, on ne trouve mentionnés que des articles fantaisistes, tendancieux, dépassés ou politiquement orientés. En revanche, les contributions de G. Kurth et d’H. Plrenne, qui sont assurément les meilleures, ne sont pas citées. Cfr ici-même, ill. 5.

460 Cfr Dessaint, Perrons, p. 30, 32, 33, 38–41. Gaier, Analysis of military forces, fig. 4, définit le perron comme le symbole de la justice princière, de la liberté de la Cité et de la liberté nationale (principauté face aux pays étrangers). C’est également le symbole de certaines villes comme Huy (Frère, Monnaies de l’évêque Huy-Statte, p. 115–116) et, selon Bribosia, Iconographie de saint Lambert, p. 134, un attribut du saint protecteur de Liège ( ?).

461 Frère, Monnaies de l’évêque Huy-Statte, p. 118.

462 De Chestret, Numismatique, p. 171–172, planche XV, no 270. Cfr ici-même ill. 16.

463 Sur le vêtement religieux et sa représentation sur les sceaux, cfr Demay, Costume d’après les sceaux, p. 267–305. Cfr encore Salmon, Insignes du pontife, qui décrit l’évolution des episcopalia et des pontificalia, des origines au xixe siècle. Contrairement à ce que nous dit Bribosia, Iconographie de saint Lambert, p. 136, il ne semble pas que le rational ou superhuméral, attribut de l’évêque martyr, ait été représenté sur les sceaux épiscopaux liégeois. Id., p. 135, voit dans les vêtements sacerdotaux un attribut du saint.

464 Gaudemet, Gouvernement, p. 120. — de Turckheim, Pouvoir temporel des papes, p. 532. Bibl. : Sirch, Mitra und Tiara.

465 Gaudemet, Gouvernement, p. 120–121. — Dictionnaire des symboles, p. 35–36. — Chevalier-Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, t. 2, p. 155.

466 Cfr Poncelet, Sceaux et chancelleries, p. 164–166, 168–169, planches 13–16, 18–20. — De Chestret, Numismatique, p. 119, 120, 122–130, 136, planches VIII—X, no 150, 155, 163–169, 175–185, 187–188, 192, 193, 205. — Dictionnaire des symboles, p. 188–189. — Chevalier-gheerbrant, Dictionnaire des symboles, t. 3, p. 138–139.

467 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 47 : annulum resignavit. 1402, p. 215 : baculum et annulum in manus dicti pape reportavit. G.A.T., t. 2, p. 215. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 78. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 113–114, qui par le de ce geste comme d’une esfestucatio.

468 Cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 120–121. — Amanieu, Anneau, col. 537–539. Bibl. : Labhart, Rechtssymbolik des Bischofsring.

469 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 108–109. — 1402, p. 247. — Tongerlo, p. 55.

470 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 219–220. — Lévold de Northof, Chronica, p. 76. —1402, p. 315.

471 Sur cette question, cfr Lejeune, Notions de « patria », p. 13–19.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search