Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Première partie. Accession au pouvoir

Chapitre 3. Synthèse

Texte intégral

  • 1 Quelques remarques liminaires doivent être énoncées. On ne trouvera guère de statistiques dans les (...)
  • 2 Phrase citée par B. Guenée, dans la discussion de Autrand, La force de l’âge, p. 220–221. La répon (...)
  • 3 Cfr Tableau I fondé sur les dates proposées à l’annexe I. Il est très rare de rencontrer des âges (...)
  • 4 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. vii (aucune justification). — Lecomte, Regestes Jean d’Epp (...)
  • 5 Lévold De Northof, Chronica, p. 49. — Raoul De Rivo, Gesta, p. 66. — Fierens-Tihon, Lettres Urbain (...)
  • 6 Cfr les exposés de l’annexe I. Bien évidemment, bon nombre d’exemples mentionnés dans la suite de (...)

1Dégager le profil de l’évêque de Liège des xiiie et xive siècles1, c’est tout d’abord tenter de répondre à des questions du genre : « Quot annis es2 ? » En d’autres termes, à quel âge devient-on évêque de Liège ? Quelle est la durée d’un épiscopat ? Le pouvoir épiscopal est-il entre les mains de jeunes enthousiastes ou d’hommes mûrs ? Ce sont là des thèmes de recherches très actuels auxquels nous pensons pouvoir apporter notre contribution. Notre corpus d’évêques présente en effet deux caractéristiques favorisant une réponse circonstanciée à ces questions. D’une part, nous bénéficions d’un ensemble homogène de par la fonction des individus. D’un autre côté, par chance, nous connaissons à peu près les dates de naissance de la plupart des évêques envisagés3. Certains historiens proposent des millésimes qu’il ne nous est pas vraiment possible de vérifier : 1165 pour Hugues de Pierrepont, ca 1188 pour Jean d’Eppes4. Dans d’autres cas, nous disposons d’une date quasi certaine. Adolphe de la Marck est né en août 1288 et Arnould de Hornes en 1339/13405. Ce n’est guère contestable. Dans la majorité des cas, enfin, seule une approximation est possible, celle dégagée grâce à une analyse aléatoire mais minutieuse des données chronologiquement établies. Ainsi pouvons-nous dire que Guillaume de Savoie est né probablement vers 1204–1207 et Jean d’Enghien, entre 1222 et 12276. Le résultat de nos recherches relatives à ces questions d’âge et de longévité politique est rassemblé dans le tableau I. Quelques tendances s’en dégagent.

  • 7 Hugues meurt en février 1312 (Renardy, Répertoire, p. 311).
  • 8 Gaudemet, Gouvernement, p. 56. Alexandre III, 1159–1181. Sur Latran III, cfr Foreville, Latran, p.  (...)
  • 9 Même si ce sont là des caractéristiques de la jeunesse aristocratique du moyen âge (Duby, Les « Je (...)
  • 10 Signalons d’après Gaudemet, Gouvernement, p. 75, que Jean XXII désigna des hommes comme Pierre de (...)
  • 11 Exigence d’innocent III (Id., p. 56).

2Tout d’abord, nous constatons que les chiffres de la colonne relative à la durée des règnes sont particulièrement disparates. Ils vont de 1 à 31. L’hétérogénéité est totale. Cependant, quelques réalités permettent de la tempérer. Signalons tout d’abord que certains évêques sont décédés de mort violente. Leur règne s’en est évidemment trouvé raccourci. Ainsi en est-il de Thibaut de Bar, tué au cours d’un combat dans les rues de Rome. D’autres prélats ont vu leur ministère liégeois définitivement interrompu par décision pontificale. Hugues de Chalon, par exemple, n’a régné que six ans à Liège. Cela ne l’empêcha pas de tenir encore durant onze ans les rênes de l’archevêché de Besançon, auquel il avait été transféré7. Enfin, même s’il n’est pas toujours décisif, un facteur affecte considérablement la durée des épiscopats. C’est évidemment l’âge auquel un clerc devient évêque de Liège. Il est un fait qu’Adolphe de la Marck et Henri de Gueldre, deux des évêques ayant régné le plus longtemps, étaient assez jeunes lorsqu’ils montèrent sur le trône de saint Lambert. Ils avaient respectivement 25 et 22/27 ans. Précisément, pour ce qui est de l’âge auquel les prélats accédèrent à la charge épiscopale, là aussi la disparité règne en maître. Pourtant, rares sont les évêques de Liège qui n’avaient pas, lors de leur avènement, l’âge requis par Alexandre III au troisième concile de Latran (1179), c’est-à-dire 30 ans8. Il n’y a guère qu’Adolphe de la Marck et Henri de Gueldre qui obtinrent l’évêché de Liège avant cet âge. Dans leur cas, c’est la mission dont ils étaient investis ou les puissantes protections dont ils bénéficiaient qui leur permirent de passer outre au droit canonique. Certes, la fougue, l’enthousiasme, ne sont pas l’apanage de la jeunesse9, mais le rôle assigné par Rome à un Henri de Gueldre, à savoir soutenir au mieux Guillaume de Hollande dans sa lutte contre Frédéric II, convenait davantage à un homme dans la force de l’âge qu’à un vieillard égrotant. Remarquons par ailleurs que plusieurs prélats, qui avaient atteint l’âge exigé lorsqu’ils devinrent évêques de Liège, venaient en fait d’un autre siège épiscopal auquel ils avaient accédé bien avant l’âge de trente ans. La norme canonique est donc faite pour être contournée, tant il est vrai que les papes eux-mêmes ne se gênaient pas pour désigner des prélats à peine sortis de l’adolescence10. Nous ajouterons incidemment qu’un autre des prérequis canoniques à l’épiscopat, à savoir la détention des ordres sacrés11, semble avoir été superbement ignoré à Liège, et ce à plusieurs reprises. D’Hugues de Pierrepont et de Jean d’Eppes à Adolphe de la Marck, plusieurs évêques ne recevront les ordres majeurs qu’une fois revêtus des insignes épiscopaux ou en même temps, pratiquement, que ceux-ci leur étaient octroyés.

  • 12 Bloch, La société féodale, p. 116 : « La vieillesse semblait commencer très tôt, dès notre âge mûr. (...)
  • 13 Autrand, La force de l’âge, p. 211–220, qui montre combien un âge avancé est souvent ressenti comme (...)
  • 14 Cfr supra, n. 12.
  • 15 Sur cette question, cfr l’article véritablement novateur de Guenée, L’âge des peronnes authentique (...)

3Cette évocation des questions relatives à l’âge des évêques de Liège appelle une dernière remarque, remarque d’importance selon nous. Nous avons constaté que la majeure partie d’entre eux, tout au moins de ceux décédés de mort naturelle et dans l’exercice de leurs fonctions, sont des hommes mûrs voire des personnes âgées, tout au moins pour l’époque12. Ils ont cinquante, soixante ans. Ils ne sont plus de toute première jeunesse mais pour autant cela ne fait pas d’eux de poussives épaves. Nous le verrons, ils resteront jusqu’à leur dernier souffle des hommes de poids, des hommes qui ont l’âge qui sied à leur fonction13. Ceci étant, avec nos évêques sexagénaires, on est loin de cette société médiévale que l’on présente toujours comme un monde de jeunes dominé par des jeunes14. L’exemple liégeois de ces personnes authentiques, de ces hommes « qui comptent dans le monde médiéval », atteste une nouvelle fois, comme le souligne d’ailleurs fort justement B. Guenée, que ce credo verse la plupart du temps dans le contresens et doit, à tout le moins, être nuancé15.

  • 16 Gaudemet, Gouvernement, p. 56 (en 1221, Honorius III annule une élection pour manque de science).
  • 17 Gislebert de Mons, Chronicon, p. 66. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. — 1402, p. 146. — Mathias De (...)
  • 18 Reusens, Saint-Lambert, p. 177–179. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 47–48, 51.
  • 19 Id.,t. 1, col. 112.
  • 20 Annales Floreffienses, p. 627. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 127.
  • 21 Cfr supra, p. 151–152, lorsque nous évoquions les causes de sa déposition et infra, p. 289–293, no (...)
  • 22 Jean d’Enghien, Hugues de Chalon, Jean d’Arckel. Cfr Renardy, Répertoire, p. 341, 310, 326.
  • 23 Jean de Flandre (Bologne), Adolphe de Waldeck (Bologne), Adolphe de la Marck (Bologne, Orléans), E (...)
  • 24 Selon Genicot, Haut clergé, p. 164, peu d’universitaires occupèrent le trône de saint Lambert. Pou (...)
  • 25 Guillemain-Martin, Origines sociales, p. 100.

4Qu’en est-il à présent de la formation des évêques de Liège ? Sont-ils pourvus de cette science que le concile de Latran III exigeait d’eux16 ? Il est clair que oui. Certes, d’Hugues de Pierrepont à Henri de Gueldre, nous ne connaissons rien de précis sur les études suivies par les évêques. Hugues de Pierrepont est cependant un clericus satis litteratus et discretus17. Grégoire IX déclare également à propos de Guillaume de Savoie qu’il est un vir litteratus18. Quant à Robert de Thourotte, il a été privé de l’évêché de Châlons non pas parce qu’il a été dépeint au pape comme in etate pati defectus, nec esse sufficientis scientie, mais pour vice de forme19. Robert est d’ailleurs souvent présenté comme un érudit20. Reste évidemment Henri de Gueldre qui, bien entendu, passe pour un inculte, mais ce uniquement dans des sources sujettes à caution21. À l’inverse des prélats qui précèdent, nous connaissons assez bien le parcours intellectuel de Jean d’Enghien et de ses successeurs. Tous, hormis Thibaut de Bar, ont fréquenté une université. Certains ont opté pour la théologie à Paris22 ; la plupart étudièrent le droit à Bologne ou à Orléans23. Que devons-nous déduire des propos qui précèdent ? Tout d’abord que l’évêque de Liège des xiiie et xive siècles est un homme instruit24. Ce n’est pas le premier venu, bien au contraire. Souvent, il est même un spécialiste du droit, pétri d’argutie juridique, expert en ces matières qui mènent aux honneurs, aux offices municipaux, royaux, apostoliques et, logiquement, à l’épiscopat25. Juriste de formation, l’évêque de Liège est un spécialiste de la chose publique ou un professionnel du pouvoir, en partie grâce aux compétences qu’il a acquises à cette extraordinaire école juridique de Bologne. On ne s’étonnera pas qu’un Adolphe de la Marck ou un Jean de Flandre aient étudié dans une telle université. Pour le chef d’une famille puissante, il importait en effet que ses fils cadets soient préparés au mieux aux difficultés d’une carrière politique et administrative de haut niveau. Aussi bien l’étude du droit et la fréquentation de l’une des meilleures écoles s’imposaient-elles. Quant au pape, auquel nombre d’évêques devront leur trône, de la même façon qu’il préférait sans nul doute des évêques nobles, susceptibles d’être entourés d’une parentèle fournie et belliqueuse, à des roturiers sans attache et donc sans appui, il devait aussi souhaiter un prélat qui, comme lui, sortait d’une université, rompu à des disciplines qui, à coup sûr, amélioreraient une action politique nécessairement favorable au Saint-Siège.

  • 26 En effet, si l’on utilise le critère tout à fait séduisant de Genicot, Haut clergé, p. 143, à savo (...)
  • 27 Hugues de Pierrepont, Jean d’Eppes et Robert de Thourotte. Cfr p. 116 n. 14, 121, 141.
  • 28 Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 141–142. Strasbourg (France, dép. Bas-Rhin).
  • 29 Tenter d’obtenir un maximum de prébendes et un titre épiscopal pour ses cadets est une pratique qu (...)
  • 30 Cfr p. 116–117 et n. 18. Jean d’Eppes fut prévôt de Saint-Lambert dès 1202, abbé de Notre-Dame-aux (...)
  • 31 Rectorat de Reculver (Kent), bénéfices à Saint-Michael’s-on-Wyre (Lancashire) et Bingham (Nottingh (...)
  • 32 Genicot, Haut clergé, p. 150 n. 27, 151, déclare qu’en 1247, Henri de Gueldre n’était pas clerc et (...)
  • 33 Lévold de Northof, Chronica, p. 64. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 132–133, 171. — Re (...)

5Évoquons à présent l’origine sociale et la carrière bénéficiale de nos prélats. Nous pouvons affirmer sans aucun risque d’erreur que la totalité des évêques de Liège sont d’origine noble. Bon nombre d’entre eux sont même de famille comtale (7/8 pour le xiiie siècle26, 5/6 pour le xive siècle), voire d’essence royale27. L’évêché de Liège est en cela l’exacte réplique de plusieurs sièges épiscopaux de l’Empire. Au même titre que Cologne (18/18 archevêques sont nobles), Mayence (13/15) ou Strasbourg (13/16), Liège est assurément un évêché important, riche, de grand renom28. Il est donc fort logiquement convoité par tous ceux qui sont en mal de pouvoir. Parmi eux, de nombreux cadets de famille. Pratiquement tous les évêques de Liège font partie de cette catégorie29. Seul Adolphe de Waldeck se singularise. Héritier du comté de Waldeck, il préféra renoncer à ce titre pour faire carrière dans le clergé et arriver en fin de compte sur le trône de saint Lambert. Adolphe mis à part, les évêques sont tous des fils puînés de familles nobles, des hommes qui trouvent dans l’Église ce que leur père n’est à même d’assurer qu’à leur frère aîné : pouvoir, richesse et prestige. Quant au chef de famille, il voit assurément dans l’épiscopat liégeois, un moyen souvent très efficace de placer un maximum de membres de sa parentèle à des postes clés du monde politico-religieux. Cette volonté de s’imposer à tout prix dans la société, elle apparaît déjà de façon bien visible dans une chasse aux prébendes véritablement effrénée que mènent les fils de bonne famille avant leur accession à l’épiscopat. Bien qu’interdit, le cumul est de mise et plus la famille d’un clerc est de haute lignée, plus sa panoplie bénéficiale est étoffée et cosmopolite. Une nette distinction doit être faite entre les évêques choisis dans ses rangs par le chapitre cathédral — Hugues de Pierrepont, Jean d’Eppes — et ceux qui furent nommés par le pape, les plus nombreux. Les premiers détinrent surtout des prébendes régionales voire locales. Un archidiaconat, la prévôté de la cathédrale ou d’une des collégiales liégeoises30, telles sont les dignités qu’ils engrangèrent, dignités au premier rang desquelles se trouvait sans nul doute la prévôté de Saint-Lambert qui, dans le prolongement de la tradition liégeoise du XIIe siècle, était alors la dernière marche d’une échelle qui menait inexorablement à l’épiscopat. Quant aux évêques pontificaux, leurs bénéfices sont multiples et situés partout en Europe. Guillaume de Savoie doit ses diverses charges anglaises à l’amitié entre la Savoie et Henri III Plantagenêt31. Henri de Gueldre n’est encore qu’un adolescent pour ne pas dire un enfant et pourtant, il détient à lui seul quatre prévôtés (deux à Utrecht plus Xanten et Deventer) et une chapellenie pontificale32. Adolphe de la Marck est prévôt à Worms et à Cologne ainsi que chantre à Münster33.

  • 34 Cfr p. 176 n. 383. Lincoln (Grande-Bretagne, Lincolnshire) ; Troyes (France, dép. Aube) ; Toul (Fr (...)
  • 35 Bruges dès 1262 (à 12 ans !), Tournai dès 1265, Lille dès 1268 et Metz en 1279–1280. La chanceller (...)
  • 36 En septembre 1272, Marguerite de Constantinople remercie Grégoire X super gratia in Insulensi eccl (...)
  • 37 Cologne paie 10 000 florins de services communs mais Besançon seulement 1 000 florins. Pour rappel (...)
  • 38 L’évêque de Liège acquiert des qualités intellectuelles et devient un carriériste ; cela ne l’empê (...)

6Quant à Thibaut de Bar, il truste véritablement les prébendes. On le trouve possessionné à Reims, Paris, Lincoln, Liège, Beauvais, Troyes, Verdun, Toul, Metz, Le Mans, Évreux et Pagham34. Nous signalerons enfin Jean de Flandre, qui fut trésorier à Notre-Dame de Tournai, prévôt de Saint-Donatien de Bruges, chancelier du comte de Flandre. Il finira par joindre à sa collection de dignités la prévôté de Saint-Pierre de Lille et l’évêché de Metz35. En fait, Guy de Dampierre, son père, et Marguerite de Constantinople, sa grand-mère, n’ont pas ménagé leurs peines afin d’obtenir le meilleur pour leur fils et petit-fils36. Voilà donc des chanoines richement pourvus. Pourtant, à leurs yeux, des canonicats, une prévôté, c’est bien, mais un évêché, c’est mieux, et celui de Liège est extrêmement convoité. Ainsi, pas moins de six prélats quitteront Utrecht, Metz ou Tournai pour Liège. Par contre, quand on est installé sur le trône de saint Lambert, on ne le quitte qu’à regret : seuls deux évêques feront l’objet d’un transfert. Ils obtiendront des sièges archiépiscopaux, postes parfois moins rémunérateurs, certes, mais ô combien prestigieux37. Hugues de Chalon reçut Besançon pour incompatibilité de vues avec ses sujets liégeois ; Englebert fut promu au siège de Cologne. Quant aux autres, ils se satisferont largement de Liège car pour un clerc, être le successeur de saint Lambert, c’est accéder à un poste de premier plan, prestigieux, c’est à la fois le luxe et la pompe, c’est aussi le bruit des armes, souvenir de jeunesse et réalité quotidienne pour un fils de famille noble, guerrière, qui, dans le cadre de sa charge, est constamment amené à manier en alternance et avec un égal bonheur, la crosse et l’épée ; c’est enfin jouer les diplomates, côtoyer les grands de ce monde et se trouver dans le cénacle du pouvoir suprême, fût-ce parfois en simple spectateur38. Sans doute est-ce tout cela que souhaite celui qui, avec acharnement, lutte pour obtenir l’évêché de Liège ou pour le voir attribuer à l’un de ses fils. L’Eglise, cette formidable machine politique, ce corps social à l’influence tentaculaire, constitue l’une des rares filières permettant aux plus chanceux de se faire une place au faîte de la société médiévale ; c’est aussi probablement la seule véritablement efficace.

  • 39 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 176–183, 185. — Id., Raoul de Zahringen, p. 170–180. — Id., (...)
  • 40 Guillemain-Martin, Origines sociales, spéc. les p. 92–93, 102–103. — Gaudemet, Recherches sur l’épi (...)

7Il convient enfin de formuler quelques remarques à propos de l’origine géographique des évêques de Liège. Si nous nous en tenions à une analyse superficielle, nous dirions qu’il y a telle proportion de Français, tel nombre d’évêques originaires des régions germaniques, etc. Et pourtant, peut-on dire de Guillaume de Savoie dont la famille était européenne et qui passa l’essentiel de son temps à la cour d’Angleterre, qu’il était simplement un Savoyard ? Adolphe de la Marck n’a-t-il pas adopté une autre culture que celle spécifiquement germanique lorsqu’il vécut en France et en Italie, dans ces pays à la sensibilité propre où il étudia le droit dès l’âge de douze ans ? Enfin, on sait très bien qu’Hugues de Pierrepont ou Jean d’Eppes avaient un père originaire des terres « françaises ». Cela ne suffit pourtant pas à faire d’eux des évêques « français ». Ils furent au contraire les deux derniers représentants d’une famille épiscopale de nos régions, qui exerça son emprise sur l’évêché de Liège durant près d’un siècle39. Par ailleurs, nous avons vu plus haut que la désignation d’un évêque de Liège est davantage une question d’obédience que de nationalité. Ainsi, c’est parce qu’il soutiendra un roi des Romains pontifical, plus que pour toute autre raison, qu’Henri de Gueldre fut nommé. Adolphe et Englebert de la Marck doivent leur trône à l’appui qu’ils trouvèrent auprès du roi de France, pas à leurs origines germaniques. Quant à Hugues de Pierrepont, qui, nous venons de le dire, n’est français que par le hasard de la géographie, c’est parce qu’il appartient à une famille favorable au candidat à l’Empire soutenu par le pape qu’il succéda à Albert de Cuyck. On le voit, une répartition des évêques de Liège selon leur origine géographique n’est pas souhaitable. Elle ne conduit qu’à des jugements inexacts et à des erreurs d’interprétation. Tout au plus signalerons-nous que seuls les évêques désignés par élection — Hugues de Pierrepont et Jean d’Eppes — ont fait toute leur carrière de chanoine dans le diocèse de Liège et doivent être assimilés à des hommes du cru. Lorsqu’ils sont désignés par le pape c’est-à-dire dans la majorité des cas, ils sont tous étrangers au diocèse. L’évêque liégeois diffère donc considérablement de son homologue français qui, souvent, provient du diocèse qu’il gouverne ou du moins de la province à laquelle ce dernier appartient40.

  • 41 Cfr l’étude classique de Benson, The bishop-elect.

8Venons-en à présent à la procédure au terme de laquelle un homme s’intitule episcopus Leodiensis. Quelle est, parmi les étapes du processus, celle qui a la plus grande valeur juridique, celle qui fixe le moment où l’autorité épiscopale, temporelle et spirituelle, commence à s’exercer41 ? Qu’est-ce qui importe le plus aux yeux de l’évêque en devenir et à ceux de ses futurs sujets ? Voilà des questions auxquelles il est bien difficile de répondre.

  • 42 Sur tout ce qui précède, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 66–67. — Le Bras, Institutions ecclésiasti (...)

9Théoriquement, l’élu tire son autorité de la confirmation. On peut la définir comme le contrôle, notamment par le pape, de la régularité des procédures de désignation et des titres de l’élu. Néanmoins, c’est la consécration qui donne à celui-ci la plenitudo potestatis, l’autorité spirituelle, le pouvoir inamissible de conférer les sacrements, notamment l’ordre et la confirmation. Quant à son autorité temporelle, elle lui est reconnue par l’investiture laïque, par ces régales que lui remet l’empereur dès avant la consécration42.

  • 43 Id., Gouvernement, p. 66.
  • 44 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84 et 1402, p. 231, placent ces actes épiscopaux l’un avant l’investi (...)
  • 45 1402, p. 232.

10Première question à se poser : quelle est, parmi ces trois phases, celle grâce à laquelle l’évêque peut exercer l’ensemble de ses prérogatives ? À cette question, nos sources, lacuneuses, ne permettent pas de donner une réponse précise. Souvent elles ne fixent pas les diverses cérémonies dans le temps. Souvent aussi les actes dans lesquels le futur évêque se qualifie d’élu nous font défaut, des documents qui, bien entendu, nous permettraient de voir ce qui relève de l’élu et ce que l’évêque peut accomplir de plus. Ceci étant, nous constatons néanmoins qu’aucune des étapes traditionnelles d’un avènement épiscopal complet ne tombe en désuétude. Ainsi en est-il par exemple de la confirmation. Tant qu’il ne l’a pas reçue, un élu ne peut, théoriquement, s’immiscer dans la gestion temporelle et spirituelle de son évêché43 et à Liège, il semble bien que cette règle ait été suivie à la lettre. Otton d’Everstein et Guy de Hainaut sont des exemples tout à fait flagrants. Le premier eut beau être investi au temporel et soi-disant consacré, il ne devint jamais évêque de Liège. C’est Guillaume de Savoie, favori du pape et confirmé par lui, qui l’emporta. Guy de Hainaut, quant à lui, fut confirmé par l’archevêque de Cologne et obtint les régales du roi des Romains. Il occupa châteaux et bonnes villes, administra les domaines, rendit la justice, désigna chanoines et échevins, mena des actions militaires et prit même des décisions de nature religieuse44, le tout sans avoir reçu la confirmation pontificale. Certes, il se rendit plusieurs fois à Rome pour l’obtenir, montrant par là qu’il la tenait pour nécessaire. Reste qu’en jouant les évêques de Liège, lui qui non ad episcopium esset admissus neque confirmatus, que res postmodum ei multum nocuit in curia Romana45, l’évêché de Liège lui échappa. À l’évidence, la confirmation pontificale était primordiale aux yeux de tous, du souverain pontife comme de l’élu non confirmé. Aussi tous les évêques de Liège la reçurent-ils, implicitement ou explicitement (tableau II). Aucun élu ne survécut politiquement à une carence de confirmation.

  • 46 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 63 : le 13 avril 1201, à Werden, Leodiensis sedes suo carebat (...)
  • 47 Notamment des membres de sa famille comme Godefroid de Gueldre. Cfr p. 372.

11La consécration n’était pas moins essentielle. Ainsi Hugues de Pierrepont, élu de Liège, non consacré — et non confirmé —, ne bénit-il pas Thierry, abbé de Saint-Jacques, et fut remplacé dans cette tâche par l’archevêque de Cologne46. Certains élus, Henri de Gueldre par exemple, crurent pouvoir se passer de la consécration. Durant longtemps, il exerça tous les pouvoirs d’un évêque, hormis ceux spécifiquement religieux qu’il délégua à des collaborateurs de valeur47. Sa parenté avec le roi de Romains lui assura les bonnes grâces du Saint-Siège, qui se montra volontairement laxiste sur le chapitre de sa consécration. Il parvint constamment à la reporter sine die. Toutefois, au bout de quinze ans d’attente et à la mort du roi, le chapitre de Saint-Lambert et le peuple liégeois qui, manifestement, n’appréciait que modérément les demi-mesures et voulait un évêque au plein sens du terme, pas un simple élu, exigèrent d’Henri qu’il se fasse consacrer. Il fut bien obligé de se soumettre. La consécration est donc bien une cérémonie dont un évêque de Liège ne peut faire l’économie.

  • 48 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 62–65.
  • 49 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 63, 65, 67.

12Quant aux régales, qui mettent l’évêque en possession du temporel de son église, elles ne sont peut-être pas tout-à-fait indispensables mais elles restent tout de même très utiles. Elles furent d’ailleurs vivement recherchées. Quelques exemples suffiront à le prouver. Robert de Thourotte n’obtint jamais les régales mais il éprouva les pires difficultés à se faire obéir par ses sujets, qui, précisément, lui reprochaient de ne pas avoir été investi. Le pape intervint en sa faveur mais sans grande efficacité. On ne manquera pas de se rappeler également les dangers qu’affronta Adolphe de la Marck et les ruses qu’il déploya pour obtenir ses régales. Eût-il élaboré tout ce scénario si elles ne lui avaient pas été précieuses ? Signalons encore les cas d’Englebert de la Marck et d’Arnould de Hornes. Le premier reçoit son investiture du pape Clément VI mais, manifestement, ne s’en satisfait pas puisqu’il l’obtient une nouvelle fois de Charles IV. Quant au second, après avoir reçu par deux fois des régales par procuration, il vient devant le roi afin que ce dernier les lui remette officiellement. Ainsi donc, l’obtention des régales est constamment valorisée tout au long de la période que nous avons étudiée. Aussi bien Liège vogue-t-elle à contre-courant de l’histoire. En effet, au cours des xiiie et xive siècles, l’Empire est un vaste État artificiel qui s’effondre. Il tombe dans les mains de pâles figures et est déchiré par les luttes fratricides des prétendants à la couronne. Pourtant, il est clair que l’évêque de Liège continue à voir en lui la source de son pouvoir temporel. Bien plus, à la fin du xive siècle, dans la foulée de ses propos sur Liège fief impérial, Jacques de Hemricourt décrit avec force détails, quelque peu surannés sans doute mais néanmoins révélateurs, les règles régissant l’investiture laïque d’un évêque de Liège et son incidence sur l’exercice du pouvoir épiscopal dans tous les cas de figures48. Comme le dit fort bien B. Guenée, « au début du xive siècle — et à la fin également, nous venons de le voir —, l’Empire n’est peut-être plus en fait grand chose, mais il occupe toujours une grande place dans les esprits : on y croit, on le désire ou on le craint encore »49.

  • 50 Les textes relatifs à la Joyeuse Entrée n’apparaissent qu’aux xve et xvie siècles. Cfr Schoolmeest (...)
  • 51 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 53. Cfr encore 1402, p. 264, qui déclare, alors que vient d’être (...)

13Nous dirons en conclusion que chacune des étapes de la désignation épiscopale conserve toute sa valeur durant la période étudiée. Certes, la capitulation, qui apparaît tardivement, l’acclamation populaire et l’intronisation à propos desquelles nous n’avons guère d’informations, la Joyeuse Entrée dont le cérémonial n’est encore qu’embryonnaire50, n’ont pas l’importance que l’on pouvait escompter. Il en va différemment des phases principales : toutes conservent leur vigueur primitive. La population liégeoise dans son ensemble n’eût probablement jamais accepté leur suppression. Avoir un évêque à part entière, voilà bien l’une de ses principales préoccupations. Une autre fut peut-être plus prégnante encore : celle d’avoir tout simplement un chef d’État. Le vide politique est probablement l’une des craintes majeures de la conscience collective liégeoise. C’est encore Jacques de Hemricourt qui déclare, avec de l’urgence dans la plume : « Et veions, par experienche, que nuls palis ne soie puet, en tranquilliteit, governeir, ne en fait de guere, sens aulcun sangnour ou soverain, nient plus que ly corps sens chief51. »

  • 52 Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 141–144. Guillemain-Martin, Origines sociales, (...)
  • 53 Spire, Strasbourg et Cologne, qui compte cinq archevêques de la famille des Berg aux xiie et xiiie(...)
  • 54 Genicot, Haut clergé, p. 150, considère que Hugues de Pierrepont, Jean d’Eppes et Robert de Thourot (...)

14Reste à évoquer l’épineuse question de l’élection. Le tableau III montre très bien, nous semble-t-il, qu’après Jean d’Eppes, le processus électoral n’a plus cours à Liège sinon sporadiquement et encore est-il plus ou moins muselé. Bien plus, les deux seules élections des xiiie et xive siècles sont bien moins franches et pures qu’il n’y paraît de prime abord. Les désignations d’Hugues de Pierrepont et de Jean d’Eppes tiennent davantage de la cooptation que de l’élection véritable. L’un et l’autre ont en effet largement bénéficié du soutien de leurs aînés, soit au chapitre de Saint-Lambert, soit parmi les laïcs qui participèrent à leur élection. Par ailleurs, au même titre que les deux la Marck, dans un contexte différent, ils constituent des témoignages particulièrement explicites de l’existence, au moyen âge, de véritables familles épiscopales et de l’importance des couples oncle-neveu dans l’épiscopat52. Ils ne diffèrent en rien, là non plus, de l’ensemble de l’épiscopat rhénan53. À partir de 1238, toutes les désignations épiscopales liégeoises sont des nominations et le rôle principal est tenu par le pape. Officiellement, il arbitre des élections contestées, il exerce son droit de réserve dans des cas de transfert, de déposition, de décès à la périphérie ou dans les murs de Rome, ou justifie son intervention par sa plenitudo potestatis. En réalité, les décisions pontificales sont éminemment politiques. Lorsque le pape nomme un évêque de Liège, c’est que l’heureux élu s’intègre parfaitement dans les plans de la figure qui est alors politiquement dominante : le pape lui-même, l’empereur, le roi de France, parfois deux d’entre eux en combinaison. Certes, l’évêque de Liège n’est alors qu’un maillon dans une chaîne d’alliances, qu’un pion sur un vaste échiquier. Il en est néanmoins une pièce maîtresse. Il n’est rien de moins qu’un chef d’Etat avec des hommes, de l’argent, une puissance, un prestige, une fortune. Bref, c’est un allié potentiel, un prince sur lequel on espère pouvoir compter le moment venu. Son règne, bon ou mauvais selon les points de vue, affectera au premier chef ses pairs, dynastes en tous genres, et il n’aura souvent pour terme que la mort. Aussi importe-t-il que l’évêque de Liège soit désigné avec discernement. De là les subtils calculs d’une papauté qui veut préserver sa puissance ou celle d’un tiers. De là les tractations souvent acharnées des princes souverains qui s’efforcent d’obtenir un évêque conforme à leurs vues. Parmi eux, l’empereur, dont l’influence se fait plus discrète, et le roi de France, qui n’intervient que tardivement mais de façon décisive et envahissante54.

  • 55 Cfr Marchandise, « Tout apparoillié », p. 61.

15Les propos que nous venons de développer nous inspirent deux réflexions finales. Tout d’abord, nous pensons avoir démontré de façon explicite qu’envisagée dans un espace liégeois parfaitement clos, la désignation d’un évêque de Liège ne peut être expliquée que de façon tronquée, partielle et donc erronée. Disons les choses clairement : aux xiiie et xive siècles, l’avènement d’un évêque de Liège n’a jamais été une simple question de politique liégeoise. C’est au contraire une décision qui se discute dans les hautes sphères de la politique internationale. Cette réalité, nous la pressentions déjà ailleurs55. En outre, il est clair que dans toutes ces manœuvres, dans toutes ces négociations au plus haut niveau politique, il n’y a guère de place pour tout autre que les grands du monde médiéval. Le processus de l’élection que l’on pouvait croire promis à un bel avenir avec le Concordat de Worms a fait long feu et tous ceux dont il consacrait l’influence se sont effondrés avec lui. Le clerus, voire le sommet de sa pyramide, le chapitre de Saint-Lambert, voit son pouvoir électoral lui échapper progressivement à la faveur d’une théocratie pontificale qui s’affirme chaque jour davantage et, plus largement, d’une réalité politique qui devient toujours plus prépondérante et qui occulte progressivement toute référence religieuse. Quant au populus, qui était déjà le parent pauvre du collège électoral, son influence est très rapidement réduite à néant. Certes, le feu couve sous la cendre. Que les Etats perdent de leur puissance, que la papauté voie sa cohérence et son charisme s’amenuiser et les pouvoirs locaux tenteront de récupérer, un à un, les compétences qui leur ont été ôtées. C’est ainsi qu’à la faveur d’une papauté divisée par le grand Schisme, peuple et chapitre cathédral liégeois feront à nouveau entendre leur voix lors de l’avènement d’Arnould de Hornes, dernier évêque du xive siècle. Reste que, nous n’y insisterons jamais assez, pour l’essentiel de la période étudiée dans cet ouvrage, la désignation de l’évêque de Liège n’est pas le fait du chapitre, encore moins celui du peuple. Il est de la responsabilité de quelques puissants qui s’ingénient à procurer une place de choix à leur protégé. Ce caractère complètement effacé des groupes sociaux liégeois dans le cadre de la désignation épiscopale et toute cette énergie dépensée par quelques personnalités d’envergure afin d’obtenir un évêque de Liège à la mesure de leur ambition ou de leur intérêt, n’est-ce pas là l’indice d’une certaine marginalité du peuple liégeois dans l’ensemble de la vie politique de sa principauté ? N’est-ce pas également la reconnaissance implicite et de l’importance de la principauté sur l’échiquier européen, et du rôle politique de premier plan, majeur, voire exclusif du prince-évêque ? La seconde partie de ce travail n’a pas d’autre raison d’être que de répondre à ces deux questions essentielles.

Âge lors de l’accession à l’épiscopat liégeois

Âge au sortir de l’épiscopat liégeois

Termini

Durée des règnes (globale)

Hugues de Pierrepont

35

64

1200–1229

29

Jean d’Eppes

41

50

1229–1238

9

Guillaume de Savoie

31–34(18–21)

32–35

1238–1239

1

Robert de Thourotte

28–39(20–31)

34–45

1240–1246

6

Henri de Gueldre

22–27

54–59

1247–1274

27

Jean d’Enghien

47–52(40–45)

54–59

1274–1281

7

Jean de Flandre

32 (29–30)

41

1282–1291

9

Hugues de Chalon

ca 35

ca 41

1295–1301

6

Adolphe de Waldeck

au moins 46

au moins 47

1301–1302

1

Thibaut de Bar

37–39 ?

47–49 ?

1302–1312

10

Adolphe de la Marck

25

56

1313–1344

31

Englebert de la Marck

40

59

1345–1364

19

Jean d’Arckel

50 (28)

64

1364–1378

14

Arnould de Hornes

38 (31)

49

1378–1389

11

Tableau I

Transféré à Liège

Intervention dominante dans la désignation au siège liégeois

Motif

Transféréailleurs

Hugues de Pierrepont

-

chapitre

élection

-

Jean d’Eppes

-

chapitre

élection

-

Guillaume de Savoie

oui

pape

nomination suite à une élection contestée

-

Robert de Thourotte

oui

pape

réserve détournée

-

Henri de Gueldre

-

pape

réserve détournée

-

Jean d’Enghien

oui

pape

réserve suite à la déposition d’Henri de Gueldre

-

Jean de Flandre

oui

pape

nomination suite à une élection contestée

-

Hugues de Chalon

-

pape

nomination suite à une élection contestée

oui

Adolphe de Waldeck

-

pape

réserve suite au transfert d’Hugues de Chalon

-

Thibaut de Bar

-

chapitre/pape

élection mais acceptée par le pape car favorable à sa cause

-

Adolphe de la Marck

-

pape

réserve suite à la mort de Thibaut de Bar à Rome

-

Englebert de la Marck

-

pape

réserve

oui

Jean d’Arckel

oui

pape

réserve suite au transfert d’Englebert de la Marck

-

Arnould de Homes

oui

pape

nomination suite à une élection contestée

-

Tableau III

Note pour l’interprétation des tableaux I et II

1. Tableau I

16lre colonne : entre parenthèses, âge auquel le prélat accéda au siège épiscopal qu’il occupa avant d’être transféré à Liège.

2. Tableau II

17lre colonne : évêque pourvu ou non des ordres majeurs lorsqu’il accède au siège épiscopal liégeois.

182e colonne, 2e ligne : autorité qui assura la confirmation.

193e colonne, 2e ligne : autorité qui assura la consécration.

Notes

1 Quelques remarques liminaires doivent être énoncées. On ne trouvera guère de statistiques dans les pages qui suivent, et ce pour deux raisons. Tout d’abord, il est clair qu’établir des pourcentages, des moyennes et autres écarts types sur la base d’une population de quatorze unités frise le ridicule. Par ailleurs, l’une des principales caractéristiques des statistiques, outre qu’elles prêtent souvent le flanc à la critique, réside dans le fait qu’elles traduisent de façon quantitative des réalités qui, selon nous, relèvent du qualitatif ou qui ne peuvent être appréhendées de façon nuancée que qualitativement. D’autre part, on ne s’étonnera pas de trouver dans les pages qui suivent une révision de l’étude classique de Genicot, Haut clergé. Notre travail s’efforce en effet de présenter une approche plus réaliste et plus proche des sources que celle du regretté L. Genicot, qui a le mérite de jeter les bases d’une problématique et d’interpeller, mais qui présente aussi nombre de principes et d’idées dogmatiques, hâtifs et peu nuancés (dans ses propos relatifs aux évêques de Liège des xiiie et xive siècles, tout au moins).

2 Phrase citée par B. Guenée, dans la discussion de Autrand, La force de l’âge, p. 220–221. La réponse à cette question, issue d’un dialogue entre un Anglais et un Franais, au début du xve siècle, est la suivante : « Annos non habeo, sed mors jam quinquaginta annis mihi pepercit. »

3 Cfr Tableau I fondé sur les dates proposées à l’annexe I. Il est très rare de rencontrer des âges précis et exacts avant 1300. Ils ne manquent plus au xive et se multiplient au xve siècle (cfr Guenée, L’âge des personnes authentiques, p. 255–260).

4 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. vii (aucune justification). — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. vii (avec références à des sources archivistiques françaises).

5 Lévold De Northof, Chronica, p. 49. — Raoul De Rivo, Gesta, p. 66. — Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 170. — Reimann, Grafen von der Mark, p. 16. — Tihon, Arnoul de Hornes, col. 655.

6 Cfr les exposés de l’annexe I. Bien évidemment, bon nombre d’exemples mentionnés dans la suite de ce texte sont explicités dans les pages qui précèdent. Nous y renvoyons le lecteur une fois pour toutes.

7 Hugues meurt en février 1312 (Renardy, Répertoire, p. 311).

8 Gaudemet, Gouvernement, p. 56. Alexandre III, 1159–1181. Sur Latran III, cfr Foreville, Latran, p. 134–158, 161–162.

9 Même si ce sont là des caractéristiques de la jeunesse aristocratique du moyen âge (Duby, Les « Jeunes » dans la société aristocratique, p. 835–846, spéc. les p. 836–837). Propos plus nuancés dans Gauvard, Jeunes à la fin du moyen âge.

10 Signalons d’après Gaudemet, Gouvernement, p. 75, que Jean XXII désigna des hommes comme Pierre de Castelnau ou Élie de Talleyrand Périgord, âgés respectivement de 20 et 21 ans.

11 Exigence d’innocent III (Id., p. 56).

12 Bloch, La société féodale, p. 116 : « La vieillesse semblait commencer très tôt, dès notre âge mûr. Ce monde qui, nous le verrons, se croyait vieux, était en fait dirigé par des hommes jeunes. »

13 Autrand, La force de l’âge, p. 211–220, qui montre combien un âge avancé est souvent ressenti comme un gage de compétence, d’expérience, de sagesse.

14 Cfr supra, n. 12.

15 Sur cette question, cfr l’article véritablement novateur de Guenée, L’âge des peronnes authentiques, p. 249–279, spéc. les p. 249–252, 260–261, 264, 266–267, 275–279.

16 Gaudemet, Gouvernement, p. 56 (en 1221, Honorius III annule une élection pour manque de science).

17 Gislebert de Mons, Chronicon, p. 66. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. — 1402, p. 146. — Mathias De Lewis, Chronicon, p. 61–62.

18 Reusens, Saint-Lambert, p. 177–179. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 47–48, 51.

19 Id.,t. 1, col. 112.

20 Annales Floreffienses, p. 627. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 127.

21 Cfr supra, p. 151–152, lorsque nous évoquions les causes de sa déposition et infra, p. 289–293, nos propos relatifs à sa personnalité.

22 Jean d’Enghien, Hugues de Chalon, Jean d’Arckel. Cfr Renardy, Répertoire, p. 341, 310, 326.

23 Jean de Flandre (Bologne), Adolphe de Waldeck (Bologne), Adolphe de la Marck (Bologne, Orléans), Englebert de la Marck (Orléans), Jean d’Arckel (Bologne). Cfr Id., p. 342, 167, 212, 326. Bologne (Italie, Émilie, pr. Bologne) ; Orléans (France, dép. Loiret).

24 Selon Genicot, Haut clergé, p. 164, peu d’universitaires occupèrent le trône de saint Lambert. Pourtant, au cours de la période 1200–1389, huit évêques sur quatorze fréquentèrent une université. Par ailleurs, s’il y eut baisse du niveau intellectuel et spirituel des prélats liégeois entre 1122 et 1250 (comme le dit Id., p. 150), ce ne fut probablement pas le cas durant la première moitié du xiiie siècle.

25 Guillemain-Martin, Origines sociales, p. 100.

26 En effet, si l’on utilise le critère tout à fait séduisant de Genicot, Haut clergé, p. 143, à savoir choisir l’ascendant le plus honorable dans ces mariages souvent exogamiques pour fixer la condition sociale des prélats, il nous faut inclure parmi ceux d’origine comtale Jean d’Eppes, Robert de Thourotte (qui descend même de Louis VI le Gros, roi de France) et Hugues de Chalon. Bien entendu, Guy de Hainaut et Guillaume Berthout ne doivent pas être pris en considération (d’où notre dénominateur 8 dans le rapport 7/8, au lieu des 5/10 de Id., p. 144, 147). En effet, d’une part, ils ne furent jamais évêques de Liège. D’autre part, s’il faut les intégrer à tout prix dans la recherche, pourquoi alors ne pas y inclure également Otton d’Éverstein, Guillaume d’Auvergne et Bouchard d’Avesnes, entre autres ?

27 Hugues de Pierrepont, Jean d’Eppes et Robert de Thourotte. Cfr p. 116 n. 14, 121, 141.

28 Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 141–142. Strasbourg (France, dép. Bas-Rhin).

29 Tenter d’obtenir un maximum de prébendes et un titre épiscopal pour ses cadets est une pratique quasiment généralisée au moyen âge. Cfr par exemple, pour la noblesse lorraine, la Maison de Bar, Parisse, Noblesse et chevalerie en Lorraine médiévale, p. 235–246, 271 ; pour la famille de Savoie, cfr Perret, Organes, p. 350 ; etc.

30 Cfr p. 116–117 et n. 18. Jean d’Eppes fut prévôt de Saint-Lambert dès 1202, abbé de Notre-Dame-aux-Fonts dès 1209 et prévôt de Saint-Paul dès 1214. Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 73. — De Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 461–466 ; t. 26, p. 387–388 ; t. 31, p. 120. — C.S.L., t. 1, p. 124, 126–128, 141, 142, 150–152, 156, 158, 160, 162, 170, 186, 187, 193, 195, 197, 198, 200, 201, 203, 209, 211, 214, 216, 217, 236, 250. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 14, 47, 68, 70, 77, 87, 109, 116, 121, 122, 129, 141, 142, 148, 170, 182, 193, 204, 206, 209, 213, 234, 239, 248–250, 267, 270, 272–274. — Yans, Cartulaire Saint-Laurent, p. 104, 112–116. — Thimister, Cartulaire Saint-Paul, p. 33–34. — Kurth, Chartes Saint-Hubert, p. 225, 234, 621. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 137, 138, 196, 197. — Bormans-Schoolmeesters, Cartulaire NotreDame Huy, p. 131–132. — Barbier, Documents Waulsort-Hastières, p. 69. — Reusens, Documents Heylissem, A.H.E.B., t. 25, p. 302–304. — Despy, Inventaire Villers, p. 60.

31 Rectorat de Reculver (Kent), bénéfices à Saint-Michael’s-on-Wyre (Lancashire) et Bingham (Nottinghamshire). Cfr Previté-Orton, Savoy, p. 417–418 n. 8. — Cox, Savoy, p. 15.

32 Genicot, Haut clergé, p. 150 n. 27, 151, déclare qu’en 1247, Henri de Gueldre n’était pas clerc et n’avait aucune fonction ecclésiastique lors de sa nomination ! De même pour Thibaut de Bar qui, pourtant, cumula au moins douze charges différentes (cfr p. 207) !

33 Lévold de Northof, Chronica, p. 64. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 132–133, 171. — Renardy, Répertoire, p. 167. — Reimann, Grafen von der Mark, p. 16–18. Worms (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat) ; Munster (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).

34 Cfr p. 176 n. 383. Lincoln (Grande-Bretagne, Lincolnshire) ; Troyes (France, dép. Aube) ; Toul (France, dép. Meurthe-et-Moselle) ; Le Mans (France, dép. Sarthe).

35 Bruges dès 1262 (à 12 ans !), Tournai dès 1265, Lille dès 1268 et Metz en 1279–1280. La chancellerie va de pair avec Bruges. Cfr Pycke, Répertoire, p. 92–93. — Renardy, Répertoire, p. 342. Lille (France, dép. Nord).

36 En septembre 1272, Marguerite de Constantinople remercie Grégoire X super gratia in Insulensi ecclesia Johanni, nepoti nostro, Brugensi praeposito et Flandriae cancellario. Cfr Kervyn de Lettenhove, Codex Dunensis, p. 364.

37 Cologne paie 10 000 florins de services communs mais Besançon seulement 1 000 florins. Pour rappel, Liège = 7 200 florins (Hoberg, Taxae pro cummunibus servitiis, p. 21, 39, 68). Ceci étant, Robert de Thourotte alla jusqu’à voler le peuple liégeois afin d’obtenir l’archevêché de Reims, en vain, d’ailleurs. Or, Reims ne payait au xive siècle que 4 000 florins de services communs, ce qui prouve bien que dans l’esprit d’un homme d’église, le prestige du titre l’emportait sur le chiffre des revenus (cfr Gilles D’orval, Gesta, p. 127. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 74. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 247. — Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, p. 101). Cfr encore Guillemain, Exercice du pouvoir épiscopal, p. 114–115, dont nous partageons l’avis à ce sujet.

38 L’évêque de Liège acquiert des qualités intellectuelles et devient un carriériste ; cela ne l’empêche pas cependant de rester un prélat féodal et guerrier, quelqu’un qui trouve à Liège l’occasion d’exercer son activité privilégiée : la politique (contra, mais, il est vrai, dans le cadre d’une étude relative à l’épiscopat français exclusivement : Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 146, auquel nous nous opposons sur ce point précis).

39 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 176–183, 185. — Id., Raoul de Zahringen, p. 170–180. — Id., Hugues de Pierrepont, col. 267.

40 Guillemain-Martin, Origines sociales, spéc. les p. 92–93, 102–103. — Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 139 n. 1.

41 Cfr l’étude classique de Benson, The bishop-elect.

42 Sur tout ce qui précède, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 66–67. — Le Bras, Institutions ecclésiastiques, p. 372–373. — Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 198–205. — Gaudemet, Régale (droit de), spéc. col. 498–499.

43 Id., Gouvernement, p. 66.

44 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84 et 1402, p. 231, placent ces actes épiscopaux l’un avant l’investiture temporelle par le roi des Romains Adolphe de Nassau, l’autre après. Si l’on s’en tient aux sources diplomatiques, Guy de Hainaut n’a pris des décisions politiques qu’après obtention des régales (Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 39. — Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 398–399), hormis la désignation de son frère comme lieutenant (mambour) (23 janvier 1292) (Poncelet, Guy de Hainaut, p. 533–534). Seul document précédant l’investiture : un acte par lequel Guy autorise les carmes de Liège à entendre les confessions et à prêcher, et accorde quarante jours d’indulgence à ceux qui assisteront à leur prédication (décembre 1291) (Id., p. 532).

45 1402, p. 232.

46 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 63 : le 13 avril 1201, à Werden, Leodiensis sedes suo carebat pastore. Cfr Monasticon, t. 2, p. 13. Adolphe d’Altena, archevêque de Cologne (1193–1205). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 272.

47 Notamment des membres de sa famille comme Godefroid de Gueldre. Cfr p. 372.

48 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 62–65.

49 Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 63, 65, 67.

50 Les textes relatifs à la Joyeuse Entrée n’apparaissent qu’aux xve et xvie siècles. Cfr Schoolmeesters, Entrée de Louis de Bourbon. — Halkin, La joyeuse entrée des princes-évêques.

51 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 53. Cfr encore 1402, p. 264, qui déclare, alors que vient d’être décrit l’épisode du Mal Saint-Martin et que la guerre des Awans et des Waroux s’annonce : post hec itaque patria absque tutore relicta et treugis, facta est horriilis guerra quia nobiles Hasbanorum, una progenies contra alteram, pro suis homicidiis multa mala gesserunt.

52 Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 141–144. Guillemain-Martin, Origines sociales, p. 100–101. Cfr p. 121 n. 47.

53 Spire, Strasbourg et Cologne, qui compte cinq archevêques de la famille des Berg aux xiie et xiiie siècles, sont des exemples révélateurs (Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 143–144).

54 Genicot, Haut clergé, p. 150, considère que Hugues de Pierrepont, Jean d’Eppes et Robert de Thourotte « [ont] dû leur promotion à la prépondérance de la monarchie capétienne en Lotharingie de Philippe-Auguste à saint Louis », avec évidemment à la base l’idée inexacte que tous trois sont des Français. Cette vision des choses ne trouve aucun écho dans les sources. Seule la nomination de Robert de Thourotte laisse supposer une influence française. Plus précisément, Robert a peut-être été désigné par le pape eu égard, en partie tout au moins, à sa situation familiale, proche de Louis IX.

55 Cfr Marchandise, « Tout apparoillié », p. 61.

Table des illustrations

Légende Tableau II
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search