Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Première partie. Accession au pouvoir

Chapitre 2. Les avènements épiscopaux liégeois des xiiie et xive siècles

Texte intégral

Si contingeret quod venerabilis frater noster. Lingonensis episcopus postulationi Leodiensis ecclesie de se facte minime consentiret, labores et studeas diligenter quod talis ecclesie preficiatur eidem, qui tanto congruit oneri et honori, et sedi apostolice sit devotus.Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 298. — Reusens, Saint-Lambert, p. 188.

Hugues de Pierrepont

  • 1 Sur ce prélat, cfr Kupper, Series episcoporum, p. 83. — Id., Liège et l’Église impériale, p. 500, (...)
  • 2 Cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 167–190. — Gebhardt, Handbuch, p. 429–437 (pour l’ensemble du (...)
  • 3 De jure, il ne l’était pas : Frédéric avait été élu roi des Romains à la fin de l’année 1196 et so (...)
  • 4 R. 1198–† 1208.
  • 5 Sur ce personnage, cfr, en dernier lieu, Parisse, Henri le Lion, spéc. la bibl. p. 69 n. 2.
  • 6 jordan, Allemagne et Italie, p. 184–186. Innocent III (1198–1216).
  • 7 Sur l’avènement d’Hugues de Pierrepont, les sources utilisées sont : Renier de Saint-Jacques, Anna (...)

1Premier épisode concerné par notre analyse : la succession de l’évêque Albert de Cuyck1. Son décès, le 2 février 1200, se produisit alors que l’empire germanique connaissait depuis quelque temps une situation politique des plus troublées2. À sa mort, en 1197, l’empereur Henri VI laissait pour unique héritier un enfant de trois ans : le futur Frédéric II. De facto, le trône impérial était donc vacant3. Très rapidement, la lutte pour celui-ci se cristallisa autour de deux princes, tous deux élus roi des Romains : le Staufen Philippe de Souabe4, frère de l’empereur défunt, et le Guelfe Otton de Brunswick, fils d’Henri le Lion5, l’un des plus farouches opposants à la dynastie des Hohenstaufen. Leur rivalité allait connaître un terme juridique tout provisoire. En effet, le 3 juillet 1201, Otton fut reconnu officiellement roi par le pape Innocent III6. C’est dans le cadre de ces querelles dynastiques, et, nous allons le voir, à coup sûr influencé par elles, que s’inscrit l’avènement d’Hugues de Pierrepont7, successeur d’Albert de Cuyck.

  • 8 Strubbe-Voet, De chronologie, p. 282, Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii et Kupper, Hug (...)
  • 9 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 62. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. — B.F., p. 61, no 212b.
  • 10 Contrairement à Gilles d’Orval, Gesta, p. 117, d’après lequel l’élection se fit à l’unanimité, Aub (...)
  • 11 Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. Sur Baudouin VI de Hainaut (IX en Flandre et Ier comme empereur de (...)
  • 12 Contrairement à ce que tente de prouver Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii n. 1. Notre (...)
  • 13 Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. On peut penser que ce sont les mêmes optimates — les membres éminen (...)

2La date de son élection n’est pas connue avec précision8. Nous savons simplement qu’elle eut lieu fin février-début mars 1200, peu avant ou durant le séjour à Liège d’Otton de Brunswick9. À l’image de certains de ses prédécesseurs, Hugues de Pierrepont ne semble pas avoir été élu à l’unanimité. Les suffrages se sont probablement trouvés partagés entre trois candidats10. S’il finit par l’emporter, c’est grâce à l’appui de son cousin, le comte Baudouin de Hainaut-Flandre11, suite à une intervention laïque qui prouve, à l’évidence, que l’élection de 1200 se fit clero et populo12. Dans un laps de temps très court, Hugues fut intronisé à la cathédrale, plébiscité par son peuple, peut-être par acclamation, et pourvu des régales par le roi des Romains, lors de son séjour liégeois. Enfin les optimates du clergé et du peuple lui jurèrent fidélité et remirent châteaux et places fortes de la principauté entre ses mains13.

  • 14 Fils de Clémence (ou Agathe) de Rethel et de Hugues de Pierrepont, Vanault et Montaigu, Hugues des (...)
  • 15 Sur ce personnage, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 181, 343–344. — Id., Raoul de Zähri (...)
  • 16 1167–† 1191. Cfr Id., Raoul de Zähringen. Raoul était parent à la fois d’Albert de Rethel et d’Hug (...)
  • 17 Cfr Id., Liège et l’Église impériale, p. 322–324 et n. 90. En 1193, en compagnie d’autres dignitai (...)
  • 18 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. vii, le dit né en 1165, sans aucune justification. Compte (...)
  • 19 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 186. — Id., Raoul de Zahringen, p. 27–28.
  • 20 Cfr p. 116 n. 17.

3À cet instant précis, l’avènement d’Hugues de Pierrepont semblait devoir se dérouler dans une relative sérénité. Il est vrai qu’aux yeux de pas mal d’électeurs, il devait passer pour le candidat idéal. Issu d’une lignée de haute noblesse voire d’essence royale14 et destiné, comme bon nombre de cadets de famille, à embrasser une carrière prestigieuse dans le clergé, Hugues se dirigea tout naturellement vers le chapitre de Saint-Lambert, où plusieurs membres de sa famille avaient exercé d’importantes fonctions : témoin son oncle Albert de Rethel15, prévôt de Saint-Lambert et candidat malheureux à la succession de l’évêque de Liège Raoul de Zähringen16. Il est difficile de ne pas voir l’influence du prévôt ou celle de l’évêque Albert de Cuyck, qui fut à la fois le compagnon de voyage et le complice d’Hugues de Pierrepont, sinon dans sa promotion à l’épiscopat, du moins dans l’ascension fulgurante qu’il fit au sein du clergé et, en particulier, du chapitre cathédral liégeois17. Chanoine et archidiacre en 1192, alors qu’il était encore très jeune, il devint abbé de Notre-Dame-aux-Fonts et prévôt de Saint-Lambert dès 119618. Qu’il accède à cette dernière dignité est loin d’être indifférent. Depuis plusieurs décennies, en effet, la prévôté de Saint-Lambert était de fait l’antichambre de l’épiscopat. En clair, quiconque était prévôt avait toutes les chances de succéder à l’évêque du moment, d’autant que, lors de l’élection, le prévôt détenait également la prima vox19. Ayant en outre fait montre d’une personnalité déterminée et opiniâtre au cours de sa carrière de chanoine20, Hugues présentait dès lors toutes les qualités requises pour devenir évêque de Liège.

  • 21 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 63 : Henri de Jauche, Raoul de Comblain, un archidiacre qui p (...)
  • 22 En embrassant le parti des Guelfe, Baudouin VI de Hainaut renonçait aux options de son père, qui a (...)

4Et pourtant, nous l’avons vu, il n’obtint pas la totalité des suffrages. Bien plus, l’opposition, probablement muselée au cours de l’élection, réapparut immédiatement après celle-ci. Sa désignation fut en effet contestée par plusieurs chanoines et la cause fut déférée en cour de Rome. Si les sources narratives ne s’accordent guère sur le nom des factieux, elles les présentent néanmoins comme bénéficiant tous du soutien de Philippe de Souabe21. Face à eux, un élu qui tient ses régales d’Otton de Brunswick et qui doit son élection à un partisan acharné du même Otton : le comte de Hainaut-Flandre22. La situation est donc on ne peut plus limpide. L’avènement d’Hugues de Pierrepont n’est rien de moins que l’expression liégeoise de la lutte pour l’Empire qui met aux prises les Guelfe et les Staufen.

  • 23 Les sources permettent difficilement de préciser la chronologie des divers allers retours entre Ro (...)
  • 24 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 63–64 : Heinricus de lacia et Rodulphus de Combien a Roma rev (...)
  • 25 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 64 : Rodulphus de Combien praepositus sancti Pauli sanctique (...)
  • 26 ld., p. 63–64. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. — B.F., p. 1072, no 5750.
  • 27 Gilles d’Orval, Gesta, p. 117 : Hugo electus committit episcopatum Leodiensem Flandrie comiti Bald (...)
  • 28 France, dép. Hérault.
  • 29 Sur ce cardinal, † 1228, cfr Maleczek, Papst und Kardinalskolleg, p. 133–134. — Zimmermann, Papstl (...)
  • 30 Cfr supra, n. 26.
  • 31 Comme en témoigne la lettre envoyée par Innocent III au légat en avril 1201 ( ?) et qui déclare qu (...)

5À plusieurs reprises, les ennemis d’Hugues de Pierrepont, déterminés à précipiter sa chute en arguant de certains crimes qui lui étaient imputés23, allèrent plaider leur cause devant Innocent III. Ce dernier prit immédiatement diverses mesures hostiles à l’élu de Liège. Il remit à ses adversaires des litterae sufficientes24 contre lui, accorda à l’un d’eux le pouvoir de conférer tous les dona ecclesiastica venant à vaquer25, et, bien entendu, ordonna à Hugues de se présenter à Rome au plus tard le 8 avril 1201, afin de répondre aux accusations portées contre lui26. Dès lors, l’élu confia la gestion temporelle de la principauté à son cousin Baudouin et prit le chemin de Rome27. À peine arrivé à Montpellier28, il rencontra le cardinal Guy de Palestrina, légat du Saint-Siège29. Celui-ci le dissuada de poursuivre sa route et Hugues regagna nos régions en sa compagnie30. Ainsi donc, l’élu de Liège, qui n’était guère en crédit auprès d’innocent III31, n’hésita pas à suivre le légat et donc à braver les injonctions pontificales.

  • 32 Cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 184–186.
  • 33 Nous ne connaissons en effet aucun acte pontifical par lequel Innocent III, courroucé, sommerait à (...)
  • 34 Il prit de tels engagements le 8 juin 1201 à Neuss. Pour le détail, cfr Ibid.
  • 35 Plusieurs lettres envoyées par Otton à Innocent III incitent ce dernier à soutenir celui qu’il pré (...)
  • 36 Cfr Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 96–97. — Potthast, Regesta pontificum Romanorum, t. 1, p. 1 (...)

6Comment expliquer ce comportement pour le moins risqué ? À notre avis, si Hugues de Pierrepont a agi de la sorte, c’est qu’au préalable il avait obtenu du légat de solides garanties quant à son impunité. Que Guy de Palestrina se soit cru autorisé à les lui fournir n’a somme toute rien d’étonnant si l’on prend en compte le but de sa légation. Elle visait en effet à officialiser dans l’Empire, une décision prise en consistoire fin 1200–début 1201, à savoir la reconnaissance pontificale d’Otton de Brunswick comme roi des Romains et futur empereur32. Aux yeux du légat, le pape ne pouvait être à la fois favorable à Otton et défavorable au protégé de celui-ci : Hugues de Pierrepont. Reste que cette opinion ne cadre guère avec les atermoiements successifs d’innocent III, qui ne confirme pas l’élu de Liège mais ne le destitue pas non plus, qui n’éconduit pas les rebelles liégeois mais ne leur donne pas non plus entière satisfaction. En fait, Innocent donne l’impression d’hésiter. Les crimes dont Hugues est accusé sont-ils de nature à faire douter le pape du bien-fondé de sa nomination ? C’est possible mais sûrement pas déterminant33. Selon nous, il est même peu probable qu’innocent ait jamais envisagé de destituer l’homme de confiance de « son » candidat à l’Empire pour promouvoir un partisan de celui qu’il entendait rejeter. En fait, nous pensons qu’il faut voir dans l’attitude d’innocent III envers Hugues de Pierrepont, la réplique exacte de celle qu’il adopta envers Otton. Dès fin 1200-début 1201, le pape a pris la décision de soutenir Otton. Toutefois, les lettres de reconnaissance ne sont datées que du 1er mars 1201 et ne seront rendues publiques que quatre mois plus tard, le 3 juillet. Entre-temps, Otton aura dû s’acquitter de ce qu’innocent considérait à coup sûr comme une condition sine qua non : prendre des engagements solennels en faveur du Saint-Siège34. Aussi Innocent attendit-il probablement d’être sûr des intentions d’Otton avant de donner son aval à une nomination épiscopale déjà reconnue au temporel par le Guelfe, à un homme qu’il savait soutenu par le roi, de l’aveu même d’Otton35. Innocent reprochera d’ailleurs au cardinal de Palestrina son attitude unilatéralement favorable à Hugues de Pierrepont mais le réalisme politique finit toujours par reprendre ses droits : le pape approuvera en fin de compte la conduite de son émissaire36.

  • 37 Plusieurs raisons peuvent expliquer ce retard. Il y a tout d’abord les possibles déplacements du l (...)
  • 38 Signalons pour mémoire que la confirmation est une sorte de visa accordé par l’archevêque, voire p (...)
  • 39 Remarquons que du point de vue strictement légal, la vacance du pouvoir consécutive à la mort d’Al (...)
  • 40 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 65–66. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117.

7Ce n’est finalement qu’en 1202 que le destin d’Hugues de Pierrepont sera définitivement scellé37. Le 10 avril, à Cologne, il se disculpa des crimes qui lui étaient reprochés au cours d’une cojuration à la septième main et fut immédiatement confirmé par Guy de Palestrina. Trois jours plus tard, il fut ordonné prêtre avant d’être consacré38 le 21 avril, toujours par le légat39. 11 revint alors à Liège où il fut à nouveau accueilli par le clergé et par le peuple. Toute opposition à sa personne se solda donc par un échec. Quelques irréductibles mis à part, ses ennemis se réconcilièrent avec lui dans l’année40.

  • 41 Il suivra d’ailleurs les méandres de la politique impériale du pape. Ainsi, il rompit avec Otton I (...)

8Nous dirons en conclusion qu’aidé par d’efficaces attaches familiales, par son caractère combatif et par sa position idéale au sein du chapitre de Saint-Lambert, Hugues de Pierrepont est devenu évêque de Liège parce que, du point de vue de la course à l’Empire, il était, à l’époque de sa nomination, en complète adéquation avec le Saint-Siège41.

Jean d’Eppes

  • 42 Les sources utilisées sont : Renier de Saint-jacques, Annales, p. 145. — Gilles d’Orval, Gesta, p. (...)

9À l’instar de celle d’Hugues de Pierrepont, l’arrivée au pouvoir de Jean d’Eppes, son successeur, ne fut pas non plus une affaire strictement liégeoise42. Nous le verrons une fois les faits établis.

  • 43 Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Huy.
  • 44 Cfr supra, n. 42. Pour de plus amples développements, cfr Id., Prélude à l’éternité.

10Hugues de Pierrepont mourut le 12 avril 1229 au château de Huy43. Le 16 avril, sa dépouille, acheminée à Liège par bateau, fut ensevelie, contre sa volonté, à la cathédrale44.

  • 45 Les termes de Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 146, sont très clairs : […] ab universo clero, (...)

11Après un peu plus d’un mois de vacance du pouvoir, le 24 mai, le nouveau successeur de saint Lambert fut désigné au cours d’une élection clero et populo45. Une fois n’est pas coutume, Jean d’Eppes fut élu à l’unanimité et, somme toute, sans surprise. En fait, son avènement avait été tellement bien préparé, Jean d’Eppes disposait de tellement d’atouts pour prétendre à l’épiscopat, que son nom s’imposa très probablement comme une évidence à l’esprit de la plupart des électeurs, notamment ecclésiastiques.

  • 46 Cfr tabl. généal., annexe II. Les actes où il le qualifie de dilectus et fidelis abondent. Cfr Pon (...)
  • 47 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 324 et n. 90, souligne, exemples à l’appui, combien les co (...)
  • 48 O.S.L., éd. Marchandisse, p. 60. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 73. — Schoolmeesters, P (...)
  • 49 Cfr supra, p. 110 n. 7.
  • 50 La veille de sa mort, Hugues de Pierrepont le chargeait encore d’assurer l’établissement à Liège d (...)
  • 51 Cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 141–142, 148. — Id., Vicaires généraux, p. 3 et n. 3.

12La moindre des qualités de l’élu n’était sans doute pas d’être le neveu d’Hugues de Pierrepont. Celui-ci était manifestement très attaché au second fils de sa sœur46 et il n’est pas douteux que Jean lui ait dû l’essentiel de sa brillante carrière liégeoise47. Dès 1202, Jean fut mis en quelque sorte sur la voie de l’épiscopat en devenant prévôt de Saint-Lambert48. En 1215, avant de se rendre à Rome pour assister au quatrième concile de Latran49, Hugues signifia à tous, de façon explicite, que Jean d’Eppes était bien son homme de confiance50. Il fit en effet de lui un vice-évêque, un vice gerens chargé de gouverner la principauté durant son absence51. Ce faisant, il lui donnait également l’occasion de tâter par lui-même de son futur métier d’évêque.

  • 52 Les chanoines de Saint-Lambert adressèrent à Innocent III une lettre truffée d’accusations de tout (...)
  • 53 Dans l’acte du 20 décembre 1211, le chapitre cathédral reproche notamment à Hugues de le priver de (...)
  • 54 Cette concession fait l’objet d’un acte portant pour toute date le millésime 1229. Il a donc été r (...)
  • 55 Cfr sa notice dans l’O.S.L., éd. Marchandisse, p. 49 et n. 295, et ici-même, annexe I. Hugues de P (...)

13Il est très probable qu’Hugues ait émis le vœu de voir son neveu et favori lui succéder, mais, pour cela, encore fallait-il qu’il le fasse admettre par les électeurs, en particulier par le clergé. Or, nous savons que jusqu’à l’extrême fin de sa vie, les rapports entre l’évêque et le chapitre cathédral, notamment, furent particulièrement mauvais52. Bien entendu, cela ne pouvait que nuire à ses projets de succession. C’est la raison pour laquelle, in extremis, Hugues prit diverses mesures de nature à lui concilier le clergé. Ainsi, alors qu’il s’y était obstinément opposé durant tout son règne53, amorçant par là un rapprochement qui ressemble fort à du donnant-donnant, il reconnut au chapitre de Saint-Lambert le droit d’excommunier tous ceux qui lui faisaient du tort et de juger en appel les causes qui lui étaient soumises par les chapitres collégiaux54. Plus largement, Hugues fit montre d’une générosité exceptionnelle à l’égard de nombreuses églises du diocèse, envers tout ce clerus qui risquait de participer à la prochaine élection. Nous signalerons en particulier qu’il fit des fondations-obituaires dans au moins dix-sept communautés religieuses55.

  • 56 Sur ces événements, cfr Closon, Les événements politiques, p. 137–140 et ici-même, p. 481–482.

14À l’évidence, Hugues ne ménagea pas ses efforts pour qu’à défaut d’unanimité, au moins une majorité d’électeurs accordent leurs voix à son neveu. Fort heureusement pour lui, les événements servirent au mieux ses projets. Un mois de vacance épiscopale avait suffi pour susciter de graves troubles dans la principauté56. Celle-ci avait besoin d’un chef, et ce dans les plus brefs délais. Jean d’Eppes fut donc élu, sans attendre et sans problème.

  • 57 Élu en 1220-R.1222-D.1235.
  • 58 Jordan, Allemagne et Italie, p. 215.
  • 59 En ce sens, la parenté existant entre Jean d’Eppes et les Staufen (cfr tabl. généal., annexe II), (...)
  • 60 C.S.L., t. 1, p. 254–256. — R.O.P.L., p. 37. — R.C.L., t. 1, p. 16. Bien évidemment, dès que Jean (...)
  • 61 Sur ce cardinal (1227–† 1250/1) et sa légation allemande, dont l’un des buts était de galvaniser l (...)
  • 62 Gilles d’Orval, Gesta, p. 123. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 205–206. — Annales Laubienses (...)
  • 63 Thuin (Belgique, pr. Hainaut, arr. et comm. Thuin).
  • 64 Gautier de Marvis (1219/20–1252), qui fut légat pontifical. Cfr Pycke, Gautier de Marvis. — Decler (...)
  • 65 Henri II de Dreux (1227–1240). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 297. Lecomte, Regestes Jean d’ (...)
  • 66 Godefroid de Fontaine et Gautier de Marvis. Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 265 et ici-même, (...)

15Les difficultés devaient apparaître après l’élection. Jean d’Eppes se trouvait alors dans une situation particulièrement embarrassante. En effet, il n’était encore qu’élu de Liège. Pour devenir prince-évêque au plein sens du terme, il fallait qu’il soit confirmé, consacré et investi. Il avait donc besoin et du pape, et de l’empereur. Or, en mai 1229, le Sacerdoce et l’Empire sont à couteaux tirés. L’empereur Frédéric II et, dans son sillage, son fils le roi des Romains Henri (VII)57, étaient excommuniés depuis octobre 122758. Jean ne pouvait donc s’adresser à l’un sans avoir l’air de prendre son parti et, par suite, sans provoquer la colère de l’autre. En outre, dans cette partie de bras de fer mettant aux prises Rome et l’Empire, il savait très bien que, sous peine d’être tenu pour un membre de la faction impériale, un évêque de Liège n’avait d’autre alternative que de prendre le parti du pape59. Aussi l’élu joua-t-il finement. Il se montra tout d’abord favorable à l’empereur et à son fils, le temps d’obtenir d’eux les régales et leur appui dans sa lutte contre les villes rebelles de la principauté (13 décembre 1229)60 puis fit volte-face et choisit définitivement son camp. Après s’être enfui de Liège, en complète ébullition, Jean se réfugia à Huy. Le 13 février, il y reçut le nouveau légat pontifical, Otton, cardinal-diacre au titre de Saint-Nicolas in carcere Tulliano, qui avait été expulsé de Liège61. En faisant bon accueil au représentant du pape, Jean faisait du même coup allégeance au Saint-Siège. Profitant de la présence du nonce, il sollicita de lui tout ce qui lui manquait encore pour pouvoir exercer pleinement sa charge épiscopale. Il fut ordonné prêtre le 23 mars 123062, au château de Thuin63, par l’évêque de Tournai64 et fut consacré le lendemain par l’archevêque de Reims65, probablement en présence des évêques de Cambrai et de Tournai66

16Élu selon une procédure dont nous ne savons pratiquement rien, Jean d’Eppes fut en quelque sorte coopté par son oncle et prédécesseur dans un cadre strictement liégeois. Ce n’est pourtant que grâce à de subtils revirements politiques, dans le contexte européen de la lutte entre le pape et l’empereur, qu’il a pu acquérir la plénitude des pouvoirs épiscopaux.

Guillaume de Savoie

  • 67 Sur ce sujet, cfr Kirsch, Lütticher Schisma. — Thorau, Territorialpolitik. — Cox, Savoy, p. 69–71, (...)
  • 68 Les sources utilisées sont : Gilles d’Orval, Gesta, p. 125–127. — Aubry de Troisfontaines, Chronic (...)

17La succession de Jean d’Eppes allait donner lieu à ce qu’il est convenu d’appeler « le schisme de 123867 ». Le plus simple est de présenter tout d’abord un exposé succinct des faits avant d’essayer de répondre aux questions multiples et complexes que ces événements ont suscitées68.

  • 69 Fils puîné de Waléran III, duc de Limbourg († 1226). Sur ce personnage, qui fut maréchal de l’évêc (...)
  • 70 Thomas II, fils du comte de Savoie Thomas Ier († 1233), comte de Hainaut-Flandre par son mariage, (...)
  • 71 Sur le siège de Poilvache (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Yvoir), cfr Lahaye, Poilvache, (...)
  • 72 L’évêque y possédait une résidence (Belgique, pr. Namur, arr. et comm. Dinant). Cfr p. 468 n. 34.
  • 73 Cfr liste chronologique des évêques de Liège des xiiie et xive siècles, annexe I. C’est le comte d (...)

18Dans le courant de l’année 1237, Waléran, seigneur de Fauquemont et de Poilvache69, commit de nombreux méfaits à l’encontre de Jean d’Eppes. Aux environs du 2 février 1238, ce dernier rassembla une copieuse armée comptant notamment dans ses rangs le comte de Hainaut-Flandre Thomas de Savoie70. Le but de cette mobilisation était d’assiéger la forteresse de Poilvache71. Au cours de cette expédition, Jean d’Eppes tomba malade et fut emmené au château de Dinant72. Il y mourut entre le 30 avril et le 2 mai 123873.

  • 74 La première date est donnée par Gilles d’Orval, Gesta, p. 126, la seconde, par Aubry de Troisfonta (...)
  • 75 Les événements nous sont connus dans le détail par une bulle pontificale du 18 novembre 1238 (Reus (...)
  • 76 […] presentibus omnibus, qui debuerunt, voluerunt et potuerunt commode interesse […] (cfr supra, n (...)
  • 77 Sur cet archidiacre, cfr Poull, Lorraine, p. 55, et plus largement, p. 51–72. — Arveiler-Ferry, Ca (...)
  • 78 Prévôt de Notre-Dame d’Aix (1218–1238 ; (1242 ?) 1243–1270) et de Saint-Servais de Maastricht dès (...)
  • 79 Archidiacre de 1230 à 1251, il quitta le clergé pour succéder à ses frères à la tête du comté de R (...)
  • 80 Sur Guillaume, frère cadet de Thomas, cfr Cox, Savoy, p. 8, 15, 22, 34–51, 55, 59–61, 66–80, 96. —(...)
  • 81 À son propos, cfr p. 124 n. 61. Sur le soutien du légat, cfr Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. (...)
  • 82 R.1216–† 1272.
  • 83 Depuis 1225. Cfr Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 542. — Mugnier, Savoyards, p. 172–173, et s (...)
  • 84 La définition de cette notion, destinée, dans le cadre d’une élection partagée, à apporter un corr (...)
  • 85 Cfr p. 126 n. 75.
  • 86 1227–1241.
  • 87 Cfr p. 126 n. 75. Aix-la-Chapelle (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).

19Aux environs de la Saint-Jean, peut-être le 25 juin74, on procéda à l’élection du successeur de Jean d’Eppes75. Tous ceux qui avaient quelque intérêt dans l’élection étaient présents76. Après des discussions de toutes sortes furent désignés trois scrutateurs qui s’enquirent secrètement du choix de chacun. Les suffrages ayant été relevés et mis par écrit, les résultats furent proclamés et il apparut immédiatement que les voix des chanoines s’étaient réparties entre deux personnes. Les uns, groupés autour de Jacques de Lorraine, prévôt de Saint-Lambert77, avaient désigné Otton d’Everstein78, chanoine de la cathédrale ; les autres, autour de l’archidiacre Gaucher de Rethel79, avaient élu le frère du comte de Hainaut, Guillaume de Savoie80. Ce dernier avait reçu, dès avant l’élection, l’appui, signifié par lettre au chapitre cathédral, d’Otton, cardinal-diacre au titre de Saint-Nicolas in carcere Tulliano81, légat pontifical (février 1237—juin 1241) auprès du roi d’Angleterre Henri III82. Interjetant appel auprès du Saint-Siège pour élection non canonique, les chanoines cathédraux qui venaient d’élire Guillaume de Savoie, alors élu de Valence83, entendaient représenter la sanio pars84 du chapitre de Saint-Lambert et, eu égard aux mérites de leur candidat et à leurs qualités propres, prétendaient détenir tota eligendi potestas85, un pouvoir que le parti d’Otton usurpait nécessairement en portant son choix sur un personnage indigne. Les partisans du Savoyard ne se firent pas faute de justifier leur position auprès de Grégoire IX86, opposant les défauts du prévôt d’Aix — mauvaise réputation, absence d’instruction, cumul de bénéfices avec charge d’âmes sans dispense apostolique, etc. — aux qualités de leur élu, seul à pouvoir enrayer le déclin temporel et spirituel de l’église de Liège87.

  • 88 Cfr une bulle du 4 juin 1239 : […] attendens quod in discordia fureat electus, et per appellatione (...)
  • 89 Sur Conrad, cfr les récents articles de Groten, K. v. Hochstaden (et bibl.) et surtout Werner, Prä (...)
  • 90 R.E.K., t. 3,1, p. 135–137, no907–908. — Groten, K. v. Hochstaden, col. 1351.
  • 91 Chronica regia Coloniensis, p. 273. — B.F., p. 477, no 2375b. — R.E.K., t. 3,1, p. 138, no 916, 92 (...)
  • 92 Cfr supra, p. 109 et n. 5.
  • 93 Cfr l’exposé de R.E.K., t. 3,1, p. 138, no 920. Cfr également Chronica regia Coloniensis, p. 273.

20Durant presque un an, l’élection de l’évêque de Liège fut pendante en cour de Rome et du seul ressort de Grégoire IX. La procédure devait rester en suspens tant qu’il n’avait pas confirmé l’un des élus ou désigné un troisième larron88. Néanmoins, aussitôt la cérémonie d’élection terminée, Otton d’Everstein décida de rencontrer Frédéric II afin d’obtenir les régales. Parti peu après la Saint-Jean, en compagnie de Conrad de Hochstaden89, élu au siège de Cologne le 30 avril 123890, Otton se rendit auprès de l’empereur qui, à cette époque (août 1238), assiégeait Brescia91. Alors qu’en 1213, il s’était résolu à ne plus faire intrusion dans les élections épiscopales92, Frédéric II oublia son engagement et remit les régales aux deux élus. Otton fut alors confirmé par Conrad de Hochstaden93. En sollicitant l’investiture impériale et donc, en bravant la dévolution pontificale, Otton d’Everstein précipita sa fin.

  • 94 Henri II de Dreux (1227–1240) et Guy de Laon (1237–1248). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 265 (...)
  • 95 Cfrp. 126 n. 75.
  • 96 Cfr p. 126 n. 75. Grégoire IX insistera à plusieurs reprises sur ce fait (les 23 janvier et 29 mai (...)
  • 97 Reusens, Saint-Lambert, p. 174. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 2, col. 1184— 1185.
  • 98 Id., t. 2, col. 1208–1209. — Reusens, Saint-Lambert, p. 175–176.

21Le 18 novembre 1238, Grégoire IX chargea l’archevêque de Reims et l’évêque de Cambrai94 de procéder à une enquête minutieuse au sujet de l’élection liégeoise, de lui transmettre ensuite un rapport détaillé et enfin de convoquer à Rome les deux partis en présence. Guillaume pouvait se faire représenter par des procurateurs95. Otton, quant à lui, investi au temporel sans avoir été confirmé sinon par un élu de Cologne lui-même non confirmé96, devait comparaître en personne. Manifestement hostile à Otton, Grégoire IX multiplia les bulles à son encontre. Le 8 décembre, il ordonna à l’archevêque de Reims de faire en sorte que les châteaux de la principauté ne soient pas remis entre ses mains et, au besoin en punissant tous ceux qui mépriseraient sa volonté, de maintenir le statu quo à Liège tant que sa décision n’était pas prise97. Un mois et demi plus tard, le pape chargea le même archevêque de déclarer nuls les serments de fidélité prêtés à Otton, les sentences d’excommunication et de suspence promulguées contre les laïcs et les clercs qui refusaient de lui obéir et les collations de bénéfices faites indûment par lui. Toute administration temporelle et spirituelle étant interdite au prévôt d’Aix, il devait restituer les forteresses de l’évêché qui étaient occupées en son nom98.

  • 99 Le 24 mars 1239. Cfr B.F., p. 1237–1238, no 7225a-7226a.
  • 100 Reusens, Saint-Lambert, p. 176–178. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 47–48.

22Dans le courant des premiers mois de 1239, Otton et Guillaume se présentèrent devant le pape, le premier sans grande illusion. Il est vrai qu’aux yeux de Grégoire IX, tout plaidait contre lui : une formation insuffisante, une élection dans la discorde, une confirmation qui n’en était pas une, qui plus est après obtention des régales des mains d’un empereur qui, entretemps, avait été excommunié99, enfin, une intrusion illicite dans les affaires de la principauté témoignant, si besoin était, de son mépris pour l’autorité romaine. Sans surprise, Otton fut destitué et le 29 mai 1239, Grégoire IX annonçait au chapitre de Saint-Lambert qu’il confirmait Guillaume de Savoie100.

  • 101 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Chronica regia Colon (...)
  • 102 Id., t. 3, col. 49–51, 52, 57, 109–111. — Reusens, Saint-Lambert, p. 178–185.
  • 103 Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 944. — Historia monasterii (...)
  • 104 Cfr liste chronologique des évêques de Liège des xiiie–xive siècles, annexe I.

23Exprimée officiellement en mai, la décision pontificale était déjà arrêtée en avril. À cette date, en effet, Grégoire subordonnait la confirmation de l’élu de Cologne à un soutien efficace de sa part à Guillaume de Savoie101. Reste que, malgré ce ralliement tardif, rien n’était réglé à Liège même si, dès les premiers jours de juin, Grégoire multiplia les bulles en faveur de Guillaume102. La principauté, toujours aux mains d’Otton d’Everstein, était alors le théâtre d’affrontements entre les partisans de l’élu destitué et ceux de l’évêque confirmé. Soutenu par le souverain anglais, Thomas, comte de Flandre, menait la lutte pour le compte de son frère contre l’usurpateur, secondé notamment par le duc de Brabant103, à la demande de l’empereur. Guillaume n’apporta pas les secours escomptés par les Liégeois. Il mourut, probablement le 1er novembre 1239, sur le chemin de Liège104.

  • 105 Kirsch, Lütticher Schisma.
  • 106 Thorau, Territorialpolitik.

24Nous ne sommes évidemment pas le premier à nous pencher sur ces événements. J.P. Kirsch les a étudiés au siècle dernier105 et ils viennent d’être repris, tout récemment, par P. Thorau106. Pourtant, nous pensons devoir y revenir tout d’abord parce que ces études ne nous semblent pas avoir fait toute la lumière sur cette élection, ensuite parce que celle-ci s’inscrit dans toute une continuité d’arrivées au pouvoir que nous avons entrepris d’étudier en bloc.

  • 107 Kirsch, Lütticher Schisma, p. 179. Cette opinion a encore été récemment exprimée par Ganzer, Papst (...)
  • 108 Cfr p. 130 n. 106.

25Dans le récent article qu’il a consacré au schisme de 1238, P. Thorau s’est efforcé de battre en brèche l’une des idées-forces de J.P. Kirsch107, qui voyait dans la double élection de 1238, l’opposition, au sein du chapitre de Saint-Lambert, entre deux tendances, l’une favorable à l’empereur, l’autre au pape. Thorau explique les choses différemment. Selon lui, le soutien apporté à Guillaume de Savoie par Otton de Saint-Nicolas est à mettre en rapport avec la politique d’expansion qu’Henri III Plantagenêt entendait mener sur le continent. Grégoire IX ne peut être tenu pour responsable d’un choix hostile à Frédéric II avec lequel il n’était pas, à ce moment, en guerre ouverte. Il n’avait aucune raison de favoriser Guillaume qui était alors en route vers l’Italie, à la tête des forces anglaises venues prêter main-forte à l’empereur. P. Thorau estime que les interventions pontificale et impériale sont postérieures à l’élection, les soubresauts que connut celle-ci trouvant plutôt leur explication dans le danger que représentait la noblesse du Bas-Rhin. Ainsi, Conrad de Hochstaden a-t-il soutenu Otton parce que, confronté à des voisins remuants, il avait besoin d’un suffragant liégeois de poids mais peu impliqué dans la politique territoriale du Bas-Rhin, d’un homme fidèle qui, le cas échéant, pouvait lui assurer l’appui des Staufen. En revanche, s’ils détenaient à la fois Liège, Hainaut et Flandre, Guillaume et sa parentèle représentaient une menace pour lui. De la même façon, si l’évêché de Liège était dévolu à un Savoie, Henri II de Brabant se trouvait pris dans un étau formé par Liège, le Hainaut et la Flandre. Telles sont les thèses défendues par Thorau108. Selon nous, toutes ces idées méritent d’être réexaminées car, même si elles comportent une grande part d’exactitude, elles n’emportent pas notre entière conviction. Reprenons donc la thèse de Kirsch et posons à nouveau la question : l’influence de Frédéric II et celle du pape se sont-elles, oui ou non, fait sentir dès l’élection de 1238 ? Il sera sans doute plus aisé de répondre à cette question à la lumière d’une part d’une analyse précise des attaches familiales et politiques de chacun des protagonistes, d’autre part, de la composition du chapitre de Saint-Lambert.

  • 109 Frédéric et Otton descendent tous deux d’Agnès, fille de l’empereur Henri IV, tandis que la premiè (...)
  • 110 Sur tout ceci, cfr Id., p. 64–75. Maastricht (Pays-Bas, Limbourg).
  • 111 Cfr tabl. généal., annexe II.
  • 112 Cfr tabl. généal., annexe II. Humbert III, comte de Savoie et grand-père de Guillaume, avait épous (...)
  • 113 R.1226– †1270.
  • 114 R.1257–†1272.

26Qui sont Otton et Guillaume ? Fils du comte Albert III d’Everstein et d’Agnès, comtesse palatine de Bavière, Otton avait des liens de parenté réels mais somme toute assez éloignés avec les Staufen109. Cela ne l’empêcha pas d’être un membre assidu de la cour impériale ou de celle d’Henri (VII), roi des Romains. Il profita d’ailleurs souvent de sa présence à la cour pour soutirer aux souverains quelque diplôme en faveur de Notre-Dame d’Aix ou de Saint-Servais de Maastricht. De fait, durant les années précédant l’élection liégeoise, Otton incarnait en quelque sorte le parti des Staufen110. Guillaume de Savoie, quant à lui, appartenait à une famille d’envergure européenne. Fils et frère de comtes de Savoie111, parent éloigné de Jean d’Eppes112, Guillaume était non seulement, nous l’avons vu, le frère du comte de Hainaut-Flandre mais aussi le beau-frère de Raymond Bérenger, comte de Provence, l’oncle de ses filles et accessoirement l’oncle par alliance de ses gendres, les rois de France et d’Angleterre Louis IX113 et Henri III ainsi que Richard de Cornouailles, futur roi des Romains114. Voilà donc les deux rivaux, campés à grands traits : d’un côté un prévôt manifestement à la solde des Staufen, de l’autre, un élu lié à une pléiade de souverains européens.

  • 115 Il était le fils du duc de Lorraine Ferry II (1206–1213) et le frère de Thibaut Ier (1213–1220) et (...)
  • 116 Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 82. Sa qualité de chanoine de Saint-Lambert reste néan (...)
  • 117 Sur ce personnage, cfr O.S.L., éd. Marchandasse, p. 27. — Vannérus, Salm, p. 64–67, et ici-même, p (...)
  • 118 Conrad et Herman descendent tous deux de Frédéric de Vianden, comte de Salm (Id., p. 64) ; Herman (...)
  • 119 Chanoine de Saint-Lambert de 1215 à 1254, apparenté aux Jauche et aux Dongelberg (Chot-Stassart, C (...)
  • 120 Chanoine de Saint-Lambert de 1227 à 1245, il est le fils de Leonius, châtelain de Bruxelles (1210– (...)
  • 121 Chanoine de Saint-Lambert entre 1224 et 1250. En 1249, il est mentionné en compagnie d’Otton d’Eve (...)
  • 122 Cfr Thorau, Territorialpolitik, p. 530. Henri II, duc de Brabant (1235–1248). Cfr Strubbe-Voet, De (...)
  • 123 Cfr supra, p. 123–124.
  • 124 Cfr p. 127 n. 79 et tabl. généal., annexe II.
  • 125 Archidiacre de Brabant de 1236 à 1281 (Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 73. — O.S.L., éd. M (...)
  • 126 Chanoine de Saint-Lambert dès 1234 (Renardy, Répertoire, p. 450–451, et ici-même, p. 344 et n. 210 (...)
  • 127 Également collecteur apostolique, cité dès 1233, chanoine de Saint-Lambert et présent à Liège dès (...)
  • 128 Archidiacre de Hesbaye dès le 12 mars 1237, protégé d’innocent IV, d’Alexandre IV et de Grégoire X (...)
  • 129 Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 94. Il a accompagné Otton en Angleterre ainsi qu (...)
  • 130 Compte tenu de la réelle importance, à l’époque, d’une élection épiscopale, il est fort probable q (...)
  • 131 Il appartenait à une famille de Plaisance tout à fait hostile à l’empereur. Légat pontifical en 12 (...)
  • 132 Cfr p. 129 n. 102.
  • 133 Il maintint d’ailleurs Guillaume à la tête de l’évêché de Valence (Reusens, SaintLambert, p. 183–1 (...)

27Venons-en à présent aux tendances politiques du chapitre de Saint-Lambert. Pouvait-il être animé de sentiments politiques antagonistes ? Il nous semble bien que oui. Que constatons-nous en effet ? Tout d’abord qu’Otton d’Everstein a reçu le soutien inconditionnel de Jacques de Lorraine, membre d’une famille particulièrement fidèle à la cause des Hohenstaufen115. Outre cette figure de proue, le chapitre cathédral comptait encore dans ses rangs, un certain nombre de prébendiers assurément disposés à favoriser l’empereur. Parmi eux, Conrad de Hochstaden, lui-même, membre du parti de l’empereur jusqu’en avril 1239116, et ses partisans, Herman de Salm117, cousin de Conrad, chapelain d’Henri (VII) et ambassadeur d’Hugues de Pierrepont auprès de Frédéric II118, Gérard de Bornai119, Gilles de Bruxelles120, Jacques de Jauche121, issus de familles originaires du Brabant, terre dont le prince, Henri II, était favorable à Frédéric II et à Otton122. Que tous ces chanoines aient été de tendance impériale ne nous semble pas douteux. Quant à Guillaume, il incarnait en quelque sorte la continuité par rapport à Jean d’Eppes, dont il est le parent éloigné et qui a toujours calqué son attitude vis-à-vis de l’empereur sur celle du pape123. Il n’y a dès lors rien d’étonnant à ce que le leader du parti savoyard lors du scrutin de 1238 ait été un très proche cousin de l’évêque défunt : l’archidiacre Gaucher de Rethel124. On peut penser que celui-ci rassembla autour de lui les suffrages des parents et conseillers de Jean tel son neveu, l’archidiacre du même nom125, ou Thierry, son médecin-secrétaire126, ainsi que de pontificaux convaincus comme Philippe d’Assise127, secrétaire de Grégoire IX, ou Marcuald de Modène128, membre de la familia d’Otton de Saint-Nicolas129 et futur chapelain apostolique130. Selon nous, que Guillaume ait été porté par un courant pontifical n’est pas sujet à contestation. Dès lors qu’il était soutenu par le légat, il ne pouvait d’ailleurs en être autrement car, même si l’appui qu’il apporte à Guillaume fut décidé de concert avec le roi d’Angleterre, l’émissaire du pape ne pouvait décemment soutenir un homme susceptible de déplaire à Grégoire IX. À ceux qui ne voulaient pas d’un évêque inféodé à l’empereur, au propre comme au figuré, Otton, hostile aux Staufen131, souffla un nom, celui d’un clerc qui ne pouvait être perçu que comme le candidat du pape, celui d’un homme auquel Grégoire donnerait nécessairement son plein aval. Aussi bien Guillaume de Savoie ne devait-il susciter aucune opposition de la part de Grégoire IX. Toutes les bulles que le pape lui adressera lui seront tout à fait favorables132. Ainsi donc, alors qu’il aurait pu invalider l’élection et désigner un évêque de son choix, Grégoire IX a maintenu Guillaume à son poste. C’est clair : ce dernier lui convenait parfaitement133.

  • 134 Thorau, Territorialpolitik, p. 530–531.
  • 135 Il n’est pas exclu que Guillaume se soit trouvé à Liège au moment de l’élection. En effet, un pass (...)
  • 136 Il fut notamment à la tête d’une armée anglaise envoyée par Henri III à l’empereur, son beau-frère (...)
  • 137 Cfr p. 134 n. 134.
  • 138 Cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 221–250. En 1238, notamment, Frédéric chercha à s’emparer de l (...)
  • 139 Thorau, Territorialpolitik, p. 531–532.
  • 140 Grégoire IX le répétera chaque fois qu’il en aura l’occasion. Cfr p. 128 n. 96.

28Et pourtant, P. Thorau le signale à bon droit134, dans les semaines qui suivirent la double élection de 1238135, Guillaume était dans le nord de l’Italie, participant à diverses expéditions militaires impériales136. Cet auteur souligne en outre que les relations entre Rome et l’Empire n’ayant pas encore été rompues à ce moment, Grégoire IX n’avait aucune raison spécifique de se montrer hostile à l’empereur137. Remarquons toutefois que même s’il n’est excommunié que quelques mois plus tard, Frédéric le sera alors pour la deuxième fois. Depuis octobre 1227, Grégoire IX sait très bien à quoi s’en tenir et toute la période allant de la première absolution de l’empereur à sa deuxième excommunication est émaillée d’incidents détériorant progressivement les rapports germano-pontificaux138. Il est clair que l’élection de Liège ne pouvait laisser Grégoire IX indifférent. Mais alors, pourquoi a-t-il confirmé quelqu’un qui, au moment de son élection, combattait sous la bannière ennemie ? Ce paradoxe se reproduit exactement du côté de Frédéric II. Alors que pour les régales, il avait le choix entre deux élus qui lui étaient favorables, il prend directement position en faveur d’Otton et écarte Guillaume. Comment expliquer ces contradictions ? Selon P. Thorau, l’attitude de Frédéric II vise au respect du droit canonique. Seul Otton pouvait être investi ; Guillaume, déjà élu de Valence, ne pouvait prétendre à un autre évêché139. Raisonner ainsi, c’est, nous semble-t-il, prêter hâtivement à Frédéric II un souci qui n’était sans doute pas le sien : respecter le droit canonique à la lettre. Il est à peine besoin de rappeler qu’en investissant Otton, il prenait position en faveur d’un élu de Liège confirmé par Conrad de Hochstaden. Or, aux yeux de l’Église et donc du droit canonique, cet élu de Cologne n’en avait pas le pouvoir puisque lui-même n’avait pas été confirmé140. En outre, prêter à un chef d’État, le respect absolu du Droit dont il est censé être le garant n’est qu’utopie. La raison d’État, quand ce n’est pas la raison du plus fort, l’emporte souvent sur l’état de droit.

  • 141 Les termes de Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 622–623, sont on ne peut plus éloquents. Cfr tout (...)
  • 142 Cfr Id., t. 3, p. 335, 362–363, 387–388, 486. — Id., Historia, t. 2, p. 388, 395–396. — Id., Abbre (...)
  • 143 Matthieu Paris, Historia, t. 2, p. 409–410. — Id., Chronica, t. 3, p. 493. L’évêché de Winchester (...)
  • 144 Il s’agit de Marguerite de Provence (cfr supra), Sur tout ceci, cfr Demotz, Politique internationa (...)
  • 145 Selon Matthieu Paris, Chronica, t. 4, p. 19–22, dès 1240, après la confirmation de Guillaume, le c (...)
  • 146 Selon Id., p. 944, Frédéric II aurait accordé les régales à Guillaume pour tout évêché de l’Empire (...)
  • 147 Dans cette perspective, les propos de Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 539, 623, selon lesquels (...)

29Il nous faut donc trouver d’autres raisons aux attitudes respectives de Frédéric II et de Grégoire IX. Sans doute doivent-elles être mises en rapport avec la parentèle de Guillaume. Ce dernier, nous l’avons dit, était lié à la Savoie bien sûr mais aussi et surtout à la France, à la Flandre et au Hainaut ainsi qu’à la Provence et à l’Angleterre. Ses rapports avec son neveu par alliance, Henri III Plantagenêt, étaient particulièrement étroits141. Arrivé en Angleterre avec sa nièce, fiancée du roi, il devint rapidement un conseiller très écouté du souverain142. Ce dernier déploya d’ailleurs beaucoup d’énergie et d’argent pour lui obtenir l’évêché de Winchester143. Plus largement, durant les xiiie et xive siècles, les princes européens, notamment les souverains anglais et allemands, ont tout fait pour se concilier les Savoie. Quelle que soit la fidélité — solide ou chancelante — dont ils firent montre envers elle, la papauté, tout particulièrement, veilla à ne jamais contrecarrer leur politique. Seule la France eut de mauvaises relations avec la Savoie, hormis à l’époque de Louis IX, bien entendu grâce à l’influence de son épouse, nièce de Guillaume144. Les Savoie formaient donc un bloc très soudé. Aussi Frédéric a-t-il dû considérer avec inquiétude cette puissance en devenir, la possible formation d’un immense espace comprenant Savoie, Angleterre, Provence, Hainaut, Flandre, Liège et France, et l’alliance de tous ces princes qu’il pourrait peut-être se concilier durant quelque temps mais qui, à tout moment, risquaient de se dresser contre lui145. Plus spécifiquement, Frédéric ne pouvait pas se permettre de placer un Savoie à la tête d’une puissante principauté relevant en fief de l’Empire, sachant que deux autres comtés importants de la région étaient déjà entre leurs mains. C’est probablement la raison pour laquelle il jugea préférable de conférer les régales à Otton en qui il avait toute confiance quitte à ne laisser que des miettes à Guillaume146. Inversement, c’est sûrement ce soutien potentiel d’une grande partie de l’ouest européen et les milliers de combattants qu’il pouvait fournir, au besoin, qui décidèrent Grégoire IX à accorder son appui à Guillaume. Sans doute voyait-il dans cet évêque qui lui devait son trône et qui était un peu l’oncle de l’Europe, celui qui parviendrait à convaincre tous et chacun de soutenir le Sacerdoce dans sa lutte contre l’Empire147.

  • 148 Mansi, Sacrorum Conciliorum, t. 22, col. 1011 et 1014. — Foreville, Latran, p. 359. — Gaudemet, Él (...)
  • 149 Gilles d’Orval, Gesta, p. 126.
  • 150 Cfr liste chronologique des évêques de Liège des xiiie et xive siècles, annexe I.

30Quelques mots, avant de passer au successeur de Guillaume, sur la procédure employée en juin 1238. Pour autant que les détails mentionnés dans la bulle du 18 novembre 1238 soient exacts, l’élection semble s’inscrire parfaitement dans le canon 24 du concile de Latran IV148. Elle s’est faite par scrutin, les suffrages ayant été relevés par trois scrutateurs avant que la cause ne soit déférée en cour de Rome par les électeurs de Guillaume, lesquels se présentèrent comme la sanior pars du chapitre. Confirmé et peut-être également consacré149 par Grégoire IX en mai 1239, Guillaume ne put être ni investi, ni intronisé puisqu’il mourut, peut-être empoisonné, alors qu’il venait prendre possession de son évêché150.

Robert de Thourotte

  • 151 Les sources utilisées sont : Id., p. 127. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 944, 948. — Auvr (...)

31Le processus d’accession au pouvoir de Guillaume de Savoie fut tronqué ; celui de son successeur, le français Robert de Thourotte, allait, lui aussi, mais pour des raisons différentes, être amputé de certaines de ses phases. Reprenons brièvement les faits151.

  • 152 Cfr annexe I.
  • 153 Élu en 1237–R.1250–† 1254.
  • 154 Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 947. — Historia monasterii (...)
  • 155 Cfr supra, p. 129–130.
  • 156 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948.
  • 157 Selon Gilles d’Orval, Gesta, p. 127, l’élection eut lieu aux alentours du 1er novembre 1240. Cela (...)
  • 158 Sur ce cardinal, promu en 1231 et † en 1244, cfr Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. (...)
  • 159 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948. — Schoolmeesters, Rege (...)
  • 160 Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 301–303. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 127. Le doyen de Sa (...)

32Le 1er novembre 1239 ne vit pas seulement la mort de Guillaume de Savoie152 : c’est également le jour que choisit le roi des Romains Conrad IV153, fils de Frédéric II, pour « introniser » Otton d’Everstein à Saint-Lambert. Sommés de prêter hommage à Otton, les Liégeois répondirent avec prudence qu’ils n’accorderaient leur fidélité qu’à l’évêque soutenu par Rome154. Quoi qu’il en soit, les effets conjugués du décès de l’évêque légitime et de l’intronisation d’un intrus ne firent qu’accentuer l’anarchie qui, nous l’avons dit155, régnait alors dans la principauté. Celle-ci demeura sans chef durant plus d’un an. En effet, le nouveau prélat ne fit son entrée à Huy que le 23 décembre 1240156. Pourtant, au début du mois d’août, la procédure de désignation était déjà bien avancée157. Une nouvelle fois, celle-ci n’allait pas se dérouler dans le strict respect du droit canonique. Le nouveau légat pontifical, le cardinal-évêque de Palestrina Jacques de Pecoraria158, restreignit en effet de façon drastique le choix des chanoines de Saint-Lambert. En fait, ceux-ci ne pouvaient désigner le prélat sine consilio suo et assensu159. La manœuvre est claire : tout autre candidat que celui agréant parfaitement au légat serait impitoyablement rejeté. Aussi, après avoir arrêté sa décision, le chapitre cathédral délégua-t-il certains de ces membres auprès du nonce afin de discuter avec lui la pertinence de son choix160.

  • 161 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127 (1–2-3). — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948 (1–3-2).
  • 162 Chanoine de Beauvais (1226), de Laon (1227), de Reims (1227–1228), archidiacre de Beauvais (1229), (...)
  • 163 Gaufroid de Grandpré, prévôt de l’église de Montfaucon, ne devint évêque de Châlons que le 15 avri (...)
  • 164 Il s’agit soit de Boniface, détenteur des sièges de Belley et de Valence puis primat de Cantorbéry (...)
  • 165 Cfr p. 138 n. 151.
  • 166 Il est clair que ce que recherchait le pape, c’était bien un évêque qui lui soit tout dévoué. Le 2 (...)
  • 167 Fils du roi de France Louis VIII et de Blanche de Castille, † 1250. Cfr tabl. généal., annexe II.
  • 168 Chronica regia Coloniensis, p. 273–274. — Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 624–625, 626–627. — A (...)
  • 169 Noyon (France, dép. Oise) ; Thourotte (Id.). Cfr tabl. généal., annexe II.
  • 170 La cour des pairs de France est composée de douze très hauts vassaux, six laïques (trois ducs et t (...)
  • 171 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 944. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Mathias de Lewis, Ch (...)
  • 172 Cfr Miesen, Robert de Thourotte, p. 81–84. — Simon-Aubert, Boniface de Bruxelles, p. 160. — Braun,(...)
  • 173 À son propos, cfr p. 329, 369.
  • 174 Cfr Auvray, Registres Grégoire IX, t. 2, col. 414. Thibaut IV ou V, selon les ouvrages, comte de C (...)
  • 175 Cfr Newman, Nesle, t. 1, p. 214–215. — Morret, Stand und Herkunft, p. 109–110. Verdun (France, dép (...)
  • 176 Newman, Nesle, t. 1, p. 212.
  • 177 Henri de Dreux était le fils de Robert II, comte de Dreux († 1218), demi-frère d’Adèle de Dreux (g (...)
  • 178 Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 302–303.

33Les sources divergent quant à l’identité de la ou des personnes retenues. D’après les chroniques161, une liste de trois noms, dressée par ordre décroissant de préférence, fut présentée au cardinal. Étaient pressentis : Robert de Thourotte, évêque de Langres162, Gaufroid, élu de Châlons-sur-Marne163, et l’un des frères du défunt Guillaume de Savoie164. D’après une bulle du 3 août 1240165, les négociations entre le légat et la délégation liégeoise ne portèrent que sur un seul nom, celui de l’évêque de Langres. Aucun élément ne nous permet de privilégier les sources narratives au détriment du bref pontifical ou inversement. L’essentiel n’est d’ailleurs pas là. Il réside plutôt dans le fait que chapitre et légat se rencontrèrent sur le nom du successeur de Guillaume : Robert de Thourotte. Que son nom ait été préalablement suggéré au chapitre de Saint-Lambert par l’émissaire pontifical n’est bien entendu pas prouvé. Cela reste tout de même très probable car force est de constater qu’en 1240, Robert avait toutes les qualités requises166 pour devenir évêque de Liège, aux yeux de Grégoire IX, tout au moins. Le climat international est alors on ne peut plus tendu. Frédéric II a été excommunié et Jacques de Pecoraria envoyé en France pour lui chercher un remplaçant. Il sollicita peut-être le roi de France ou son frère, Robert d’Artois167, mais, tout comme d’autres, ceux-ci refusèrent. Néanmoins, qu’ils aient été contactés par Grégoire IX prouve qu’à ce moment, le pape était bien décidé à jouer la carte capétienne168. Or, Robert de Thourotte s’inscrivait parfaitement dans cette perspective. Huitième enfant de Jean II, châtelain de Noyon et de Thourotte169, Robert est le parent, certes éloigné, mais néanmoins en ligne directe, de Louis IX. Tous deux descendent en effet du roi Louis VI et d’Adélaïde de Savoie. S’il est probable que Grégoire IX ne maîtrisait pas tous les méandres de l’arbre généalogique capétien, il ne pouvait en tout cas ignorer les liens politiques qui unissaient Louis IX et Robert de Thourotte. Évêque de Langres depuis 1232, Robert était, à ce titre, l’un des douze pairs du royaume170. En outre, il fut chargé par le roi de France d’une mission de très haute importance. En effet, en 1239, à l’heure où les relations germanopontificales ne paraissent pas encore irrémédiablement rompues, Louis IX décida de tenter un rapprochement entre les deux antagonistes. Aussi députa-t-il deux émissaires auprès du pape et de l’empereur171. L’un d’eux était l’évêque de Langres, lequel était également un homme du pape puisque dès 1236, ce dernier l’avait chargé de régler la succession de Boniface de Bruxelles, évêque de Lausanne démissionnaire172, futur suffragant et ami de Robert de Thourotte173. La même année, sur ordre de Grégoire IX, Robert intervint afin de ramener la paix entre Louis IX et le comte de Champagne auquel le pape était favorable174. Élevé à la dignité d’évêque de Liège, Robert présentait en outre l’avantage d’entraîner dans son sillage plusieurs membres de sa famille, qui détenaient de hautes responsabilités politiques. Il y avait tout d’abord ses frères Raoul, évêque de Verdun de 1227 à 1245175, et Jean III de Noyon-Thourotte, bouteiller et vice-régent de Champagne entre 1236 et 1253 pour le compte de Thibaut V176. Quant à l’archevêque de Reims, Henri de Dreux, ce partisan du pape qui avait consacré Jean d’Eppes et enquêté pour Grégoire IX dans le cadre de la double élection liégeoise de 1238, il est le cousin de Robert, qui lui doit d’ailleurs une partie de sa carrière ecclésiastique à Reims et à Beauvais177. Ainsi donc, accorder sa confiance à Robert, c’était gagner du même coup à sa cause l’archevêché de Reims, l’évêché de Verdun ainsi que le comté de Champagne. Nul doute, dans ces conditions, que Grégoire ait vu dans cet homme de confiance de Louis IX et exécutant occasionnel de missions pontificales, l’homme idéal pour les plans qu’il échafaudait. C’est assurément parce qu’elle allait à leur encontre que Grégoire IX ne donna pas suite à l’une des revendications de Robert. Ce dernier souhaitait en effet cumuler les évêchés de Liège et de Langres. Grégoire s’y opposa pour diverses raisons. Deux d’entre elles semblent primordiales. Le pape ne voulait pas mécontenter Louis IX en lui imposant un évêque de Langres, pair de France, qui soit en même temps évêque de Liège, prince d’Empire et vassal de Frédéric II. Par ailleurs, lorsque le pape déclare que Langres a besoin d’un évêque à plein temps178, sa remarque vaut également pour Liège. À coup sûr attendait-il de « son » évêque de Liège un soutien efficace et de tous les instants contre l’empereur.

  • 179 Parmi les nobles étaient notamment présents les comtes de Flandre (cfr p. 137 n. 145) et de Saint- (...)
  • 180 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948 : […] et in die sancti Stephani processionaliter, sicut (...)

34Arrivé la veille, Robert fit son entrée à Huy le 24 décembre 1240 et durant deux jours (les 24 et 25) présida un synode mixte auquel participèrent nombre de clercs et de laïcs179. Ceux-ci l’escortèrent jusqu’à Liège et il fut intronisé à la cathédrale180.

  • 181 Ibid.
  • 182 En 1242, le château d’Aigremont, détenu par Otton d’Everstein, est assiégé par les milices hutoise (...)
  • 183 Ainsi, le 10 mai 1240, le conseil de la Cité de Liège auquel s’était joint le mayeur, fonctionnair (...)

35Robert de Thourotte pâtit à l’évidence de son statut d’évêque pontifical. S’il fut confirmé par Jacques de Palestrina181 et consacré à Langres, nous n’avons aucune information à propos de son investiture laïque. Robert ne reçut jamais les régales. Il s’en passa, certes, mais cette carence resta pour lui un handicap. Ainsi en 1242182 — et finalement durant tout son règne183 — lutta-t-il contre Otton d’Everstein et ses partisans, qui refusaient de lui obéir tant qu’il n’avait pas obtenu la reconnaissance impériale. Certes, contrairement à Robert, Otton n’était pas en grâce à la cour pontificale. Reste que, muni des régales depuis 1238, il devait apparaître aux yeux de certains comme disposant d’un avantage réel sur son rival liégeois.

Henri de Gueldre

  • 184 À ce propos, cfr annexe I.
  • 185 C’est la date proposée par les sources narratives relatant l’avènement d’Henri de Gueldre : Gilles (...)
  • 186 Sur Innocent IV (1243–1254), champion de la théocratie pontificale, cfr Pacaut, Théocratie, p. 160 (...)
  • 187 Il s’agit du concile de Lyon I, qui se déroula en juin-juillet 1245. Cfr Wolter-Holstein, Lyon I e (...)
  • 188 Sur l’évolution des relations germano-pontificales, cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 252–299. —(...)
  • 189 Cfr Potthast, Regesta pontificum Romanorum, t. 2, p. 997, no 11733. — Schoolmeesters, Regestes Rob (...)
  • 190 Créé cardinal dès le 27 septembre 1244 par Innocent IV, † en 1259. Cfr Paravicini-Bagliani, Cardin (...)
  • 191 Cfr Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 224–230 et spéc., p. 230, no XX : Volumus et (...)

36Le règne de Robert de Thourotte, qui fut en parfaite harmonie avec les options pontificales, prit fin à la mi-octobre 1246184. Une fois de plus, la principauté allait être privée de chef durant presque un an, exactement jusqu’au 26 septembre 1247185 et l’avènement d’Henri de Gueldre. Dès avant la mort de Robert et durant la vacance du pouvoir épiscopal, les hostilités entre Rome et l’Empire entrèrent dans une phase nouvelle, cruciale, totalement irréversible, et ce d’autant plus que le 25 juin 1243 montait sur le trône de saint Pierre, l’un des plus ardents représentants de la théocratie pontificale : Innocent IV186. Le 26 juin 1245, le pape ouvrait à Lyon un concile187 dont le but principal était ni plus, ni moins, de procéder à la déposition de Frédéric IL Celle-ci fut prononcée le 17 juillet 1245188. Parmi les rares prélats germaniques qui scellèrent l’acte officiel : Robert de Thourotte, évêque de Liège189. Frédéric II déchu, le trône impérial était vacant, du moins aux yeux du Saint-Siège. Aussi bien Innocent IV se mit-il immédiatement en quête d’un prince tout dévoué à la cause romaine. Il le trouva manifestement en la personne d’Henri Rapse, élu roi par une assemblée purement épiscopale, le 22 mai 1246. Quelque huit mois plus tard, tout était à refaire : le roi mourut le 16 février 1247. Innocent IV confia alors une double mission à son légat, Pierre Capocci190, cardinal-diacre de Saint-Georges-au-Vélabre. Ce dernier était non seulement chargé de trouver un roi des Romains valable mais devait, en outre, enrôler sous la bannière pontificale un maximum d’évêchés et d’établissements ecclésiastiques, la papauté franchissant ainsi une étape décisive dans l’appropriation pure et simple de la désignation aux sièges épiscopaux191.

37Bien évidemment, la succession de Robert de Thourotte, concomitante à la légation, ne pouvait que répondre aux exigences pontificales. Effectivement, Henri de Gueldre dut son trône à Pierre Capocci et indirectement à Innocent IV. En fait, pour être plus précis, nous dirons que son avènement bénéficia de la conjonction de trois facteurs : la longueur de la vacance consécutive au décès de Robert de Thourotte, la présence du légat et surtout l’élection du nouveau roi des Romains. Voyons ce qu’il en est exactement.

  • 192 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 4 (propter discordiam electorum). 1402, p. 169 (quia electores dis (...)
  • 193 R. 1247 (couronné en 1248)–† 1256.
  • 194 Florent ou Floris IV (1222–† 1234), comte de Hollande, fils de Guillaume Ier († 1222) et de 1) Ali (...)
  • 195 Gérard IV, comte de Gueldre (1208–† 1229), avait épousé Marguerite († 1230), fille d’Henri Ier de (...)
  • 196 Tous les dynastes marcheront d’ailleurs souvent de concert. Cfr notamment, le 20 novembre 1248 : H (...)
  • 197 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 4–5 : Unde prudenter considerons ad propositum posse suum pervenire (...)
  • 198 Les chroniqueurs sont unanimes à signaler, implicitement ou non, l’intervention, en faveur d’Henri (...)

38Il est difficile d’établir de façon précise ce qui se passa à la mort de Robert de Thourotte. Le chapitre cathédral procéda-t-il à une élection de laquelle jaillirent plusieurs élus ? Est-ce qu’au contraire, il se souvint de l’injonction, six ans auparavant, du légat pontifical, qui leur avait interdit de choisir leur pasteur sans l’en avoir informé au préalable ? Nous serions plutôt tenté d’admettre la seconde hypothèse192. Quoi qu’il en soit, les choses tramèrent en longueur si bien qu’en septembre 1247, on était toujours au point mort. En faisant coïncider chronologiquement la succession au trône de saint Lambert avec celle à l’Empire, ce très long retard profita sans nul doute tant à Henri de Gueldre qu’au nouveau roi des Romains, Guillaume de Hollande193, chacun d’eux ne prenant toute son importance aux yeux du légat que l’un par rapport à l’autre ou, mieux, l’un en complément de l’autre. Pris isolément, Guillaume de Hollande, petit dynaste rhénan, n’avait en effet aucun poids politique et, partant, ne présentait aucune garantie pour le Saint-Siège. En revanche, replacé dans son contexte familial, Guillaume apparaissait nettement plus à son avantage. Il était en effet le fils de Florent IV de Hollande et de Mathilde de Brabant, fille, sœur et tante des ducs Henri Ier, Henri II et Henri III de Brabant. Neveu d’Henri II de Brabant et beau-frère de Jean Ier d’Avesnes, comte de Hainaut194, Guillaume se trouvait être également le cousin des enfants de la comtesse de Gueldre, autre fille d’Henri Ier de Brabant et sœur de Mathilde, sa mère : Otton II, comte de Gueldre, Marguerite, comtesse de Juliers et… Henri de Gueldre, le futur évêque de Liège195. Ainsi donc, bien loin de n’être qu’un infime seigneur local, Guillaume de Hollande, roi des Romains, ralliait non seulement la Hollande mais encore et surtout les duché et comtés de Brabant, Hainaut, Gueldre et Juliers196. Il répondait alors parfaitement aux critères fixés par Innocent IV qui exigeait pour roi un homme rassemblant un maximum de forces aux alentours du lieu de son élection, Aix-la-Chapelle197. Restait Liège, dont heureusement le siège épiscopal était libre et qui pouvait, dès lors qu’il était attribué à un homme de confiance, tomber fort à propos dans une escarcelle à la fois pontificale et royale. Pour ce faire, il fallait un homme qui soit en relation étroite tant avec le pape qu’avec le roi. Le choix dut se faire très rapidement198 : Henri de Gueldre avait exactement le profil requis.

  • 199 Classen, Das Erzbistum Köln, Archidiakonat von Xanten, p. 86. — 1402, p. 169. — Tongerlo, p. 31. X (...)
  • 200 Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 363–364, 480. Utrecht (Pays-Bas, Utrecht).
  • 201 Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 239. — Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 440–441, 4 (...)
  • 202 Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 239.
  • 203 Id., p. 236, 246. Trèves (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat) ; Mayence (id.).
  • 204 Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 440–441, 483–484. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, (...)
  • 205 Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 182–183. — Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2 (...)

39Clerc richement possessionné, cousin du roi et inséré dans le même schéma familial que lui, Henri était également un homme du pape. Prévôt de Xanten dès décembre 1238199, prévôt de Saint-Sauveur d’Utrecht dès juin 1242200 et chapelain apostolique dès octobre 1245201, Henri reçut de très nombreuses faveurs d’innocent IV. En 1245, ce dernier déclare que durant cinq ans il ne peut être porté de sentence contre Henri sans mandement exprès du Saint-Père202 et lui permet d’acquérir des bénéfices dans les provinces de Trèves et de Mayence. En outre, il le confirme dans toutes ses charges et dignités et lui permet d’en acquérir d’autres203. En 1246, le pape prend radicalement le parti d’Henri de Gueldre en lui confirmant la cession, par l’archevêque de Cologne, des charges de prévôt-archidiacre de la cathédrale d’Utrecht et de prévôt de Saint-Lebuin de Deventer, dignités dont les propriétaires du moment avaient été privés204. Il lui confirme en outre la prévôté de Xanten. Enfin, il lui accorde que le légat contra quoslibet iniuriatores capellani predicti exhibeas auctoritate nostra iustitie complementum205.

  • 206 Diplomata… Wilhelmi de Hollandia, p. 104, 152–153, 213–214, 221–222. — Delescluse-Brouwers, Catalo (...)
  • 207 Lévold de Northof, Chronica, p. 36. — Matthieu Paris, Chronica, t. 4, p. 654 ; t. 5,p. 25–26.
  • 208 Diplomata… Wilhelmi de Hollandia, p. 30–31, 165–166. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gue (...)
  • 209 Le 19 novembre 1247, Innocent IV écrit un ensemble de lettres adressées notamment aux archevêques (...)

40Les quelques lignes qui précèdent prouvent à suffisance combien Henri de Gueldre était bien en cour auprès d’innocent IV. Sa connivence avec Guillaume de Hollande était tout aussi manifeste. Ainsi le roi concéda-t-il nombre de faveurs à l’élu de Liège et assista-t-il en personne à d’importantes cérémonies dans la Cité de Liège206. Pour sa part, Henri de Gueldre participa notamment au siège qu’entreprit le roi contre les Aixois, partisans de Frédéric II, dans le but de se faire couronner roi des Romains à NotreDame d’Aix207. Il souscrivit en outre de multiples actes émanés de en son nom et en sa faveur208. À l’évidence, l’élu de Liège s’acquitta parfaitement de la mission qu’innocent IV lui confia, à savoir soutenir de son mieux le compétiteur de Frédéric II à l’Empire. Par ailleurs, il ne fait absolument aucun doute que Guillaume et Henri aient été placés sur leur trône respectif l’un parce que sa parentèle — et l’évêque de Liège en particulier — devait lui apporter le soutien nécessaire pour pouvoir servir efficacement la papauté, l’autre parce qu’il serait un allié de poids, et pour le roi, et pour le pape à qui Henri devait toute sa carrière ecclésiastique209.

  • 210 Gilles d’Orval, Gesta, p. 129 : […] quem prefecit Petrus dictus Caputius, […]. Jean de Hocsem, C (...)
  • 211 Selon 1402, p. 170, tout comme pour Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 85 (à son propos, cfr (...)
  • 212 1402, p. 170. Il les reçut probablement lors de l’élection de Guillaume de Hollande, le 3 octobre (...)
  • 213 Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 325–326. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, (...)
  • 214 Bourel de la Roncière, Registres Alexandre IV, t. 1, p. 314 ; t. 2, p. 598. — C.S.L., t. 6, p. 18.
  • 215 1254–1261.
  • 216 Il n’y a aucune raison d’affirmer avec Pirenne, Henri de Gueldre, col. 194, qu’Henri de Gueldre fu (...)
  • 217 Barbier, Cartulaire Malonne, p. 25–26. Pour ce qui est des copies, Henri de Gueldre apparaît encor (...)
  • 218 C.S.L., t. 2, p. 117. Pour ce qui est des copies, Henri de Gueldre apparaît déjà comme évêque le 1 (...)
  • 219 Sa présence à Cologne est attestée les 28 février, 29 mars et 15 avril 1260. Cfr R.E.K., t. 3,1, p (...)

41Venons-en enfin aux étapes successives de l’avènement d’Henri de Gueldre. Les informations que nous fournissent les sources à propos du cheminement suivi sont sensiblement divergentes. Certains parlent d’une élection, d’autres évoquent une nomination d’autorité par le légat210. Nous serions tenté de privilégier cette dernière procédure, d’une part parce qu’elle nous est rapportée par Gilles d’Orval, seul chroniqueur contemporain des faits, d’autre part parce qu’elle cadre mieux avec les circonstances mêmes de l’avènement d’Henri et qu’elle peut en outre recouvrir un simulacre d’élection, en fait une sorte de plébiscite accordé sans autre alternative par le chapitre cathédral liégeois à l’individu que lui « suggérait » le légat. Confirmé probablement par Conrad de Hochstaden211 et investi au temporel par le roi des Romains212, Henri repoussa aussi longtemps que possible son ordination et sa consécration, jouissant de toutes les prérogatives épiscopales alors qu’il n’était que simple élu, ceci, il est vrai, avec l’appui non dissimulé du Saint-Siège. Ainsi, le 15 novembre 1247, Innocent IV lui accorda-t-il le privilège de ne pouvoir être obligé de recevoir les ordres majeurs sans mandat apostolique spécial213. Dix ans plus tard, les 3 janvier 1256 et 1er juin 1257214, Alexandre IV215 lui permettait, après intervention de Pierre Capocci, de différer son ordination et sa consécration, d’abord jusqu’en septembre 1256 puis jusqu’au 13 décembre 1257. Si les sources narratives déclarent de façon quasi unanime qu’Henri de Gueldre fut consacré en 1258216, cette date est infirmée par les documents diplomatiques. En effet, c’est toujours comme simple élu qu’Henri souscrit un original le 28 février 1260217 mais, signalé comme tel dans un autre original, Henri était en tout cas consacré le 4 juin 1260218. Compte tenu du fait que nous ne connaissons rien de son itinéraire durant la période allant du 28 février 1260 au 4 juin 1260 et qu’à cette époque, l’archevêque de Cologne Conrad de Hochstaden résidait dans sa capitale219, nous pouvons simplement affirmer que sa consécration a eu lieu entre les deux dates proposées, probablement des œuvres de son métropolitain.

Jean d’Enghien

  • 220 La date est donnée par Franchi, Concilio II di Lione, p. 84, 111. Sur le concile de Lyon II, qui s (...)
  • 221 Les principales sources utilisées sont : 1402, p. 214–216. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 58. — G (...)
  • 222 1271–1276.
  • 223 Cfr les sources mentionnées p. 150 n. 222. Néanmoins, Henri de Gueldre n’est pas signalé parmi les (...)
  • 224 Cfr p. 150 n. 222.
  • 225 Guiraud, Registres Grégoire X, p. 143.
  • 226 Closon, Jean d’Enghien, p. 48.

42La fin du règne d’Henri de Gueldre sera à l’image de son parcours épiscopal : hors du commun. Le 3 juillet 1274, lors du concile de Lyon II220, il fut en effet « invité » à abdiquer221 par le pape Grégoire X222. Convoqué personnellement au concile223, il préféra remettre son anneau au pape plutôt que de subir l’humiliation de la déposition. Le 28 juillet 1274, Grégoire promut alors l’évêque de Tournai Jean d’Enghien224 au siège de saint Lambert225. Il importe évidemment de nous interroger sur les motifs de ce qui apparaît comme une déposition camouflée et, partant, sur ceux de l’avènement de Jean d’Enghien. C’est ce à quoi s’est attelé J. Closon dans la seule véritable étude consacrée à ce prélat, article dans lequel il s’efforce surtout d’éclairer les circonstances de son transfert de Tournai à Liège et laisse somme toute dans l’ombre la fin du règne d’Henri de Gueldre226.

  • 227 La démonstration de cette thèse a été ébauchée par Detroux, Henri de Gueldre, p. 171 n. 6. — Renar (...)
  • 228 Sur la carrière liégeoise de Grégoire X, cfr Id., p. 448–450. — Gatto, Gregorio X, p. 34–61.

43Il est certain qu’aux yeux de Closon, de longs développements n’étaient pas nécessaires. Henri avait été déposé à cause de sa conduite indigne : une bulle pontificale en faisait foi. Il n’entre pas dans nos intentions de nous étendre longuement sur ce propos dans cette première partie. Nous y reviendrons lorsque nous envisagerons la personnalité des prélats. Il suffira en fait de signaler ici que cette bulle, attribuée traditionnellement au pape Grégoire X et au dire de laquelle Henri de Gueldre cumulait les qualités peu ragoûtantes de l’ignare, du pervers et de la fripouille, est probablement un faux227. Quoi qu’il en soit, ce sont assurément de tels crimes qu’alléguèrent devant Grégoire X la délégation liégeoise venue réclamer des sanctions contre son prince. Par ailleurs, il ne fait également aucun doute que Grégoire ait tiré prétexte de ces accusations pour évincer définitivement l’évêque de Liège. Toutefois, qu’Henri de Gueldre ait été ou non l’être immonde que l’on s’est plu à décrire — et nous verrons plus tard que, selon nous, il n’y a guère de raisons valables de faire de ce prélat le mouton noir des évêques de Liège — cela n’a guère d’importance de notre point de vue car nous ne pensons pas que c’est dans les éventuelles turpitudes d’Henri de Gueldre que résident les raisons de sa déposition, mais plutôt dans un antagonisme à la fois profond et de longue date, en clair, un règlement de compte, entre le prélat liégeois et celui qui devint pape sous le nom de Grégoire X, après avoir été archidiacre de Hainaut de 1246 à 1271228.

  • 229 Sur ce cardinal, promu en 1244 et t en 1253, cfr Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 34, 447. —B (...)
  • 230 Schoolmeesters, Jugement arbitral, p. 85–88. Albano : titre cardinalice suburbicaire.
  • 231 G.A.T., t. 2, p. 214 : Palmo suo ilium ad maxillam percutiendo. Jean de Hocsem, Chronicon, p. 48 (...)
  • 232 Guiraud, Registres Grégoire X, p. 38–39.
  • 233 C.S.L., t. 2, p. 205–208, spéc. p. 206 (III prodome ou V doient estre pris, ki verront ou messires (...)
  • 234 Cfr le jugement porté par le peuple liégeois sur Jean d’Enghien dans 1402, p. 219 : O domina Hawid (...)
  • 235 Jean d’Enghien et Thibaut Visconti étudièrent tous deux la théologie à Paris, le premier avant de (...)
  • 236 Jean d’Enghien, fils cadet de Siger Ier d’Enghien et d’Alice de Zottegem, appartenait à une import (...)
  • 237 Sur Jean d’Enghien, évêque de Tournai dès 1267, cfr Pycke, Répertoire, p. 298–299.

44Ainsi, dès 1250, le légat pontifical Pierre, cardinal-évêque d’Albano229, se voyait obligé d’arbitrer un conflit de juridiction entre Henri de Gueldre et Thibaut Visconti, le futur Grégoire X, qui estimait être lésé dans ses attributions et ses droits d’archidiacre230. Par la suite, les rapports entre les deux hommes se sont envenimés : Henri de Gueldre ne fit rien de moins qu’assener un crochet magistral à son subordonné du moment231. Ce sont des choses que l’on n’oublie pas, surtout lorsque l’on appartient à l’altière famille des Visconti. Devenu pape, Grégoire X révoquera encore, le 27 novembre 1272, l’autorisation concédée par Henri à ses créanciers, les dynastes voisins, de se rembourser en saisissant les biens des marchands232. Il s’agissait d’une pratique assez courante mais contraire à la toute récente paix de Huy (1271)233, une entorse à la loi que Grégoire X s’empressa de réprimer. On le voit, les relations pour le moins houleuses entre l’évêque et le pape justifient, nous semble-t-il, les mesures radicales prises par ce dernier à l’encontre du Liégeois. Maintenir Henri de Gueldre à Liège, c’était à coup sûr favoriser la friction permanente entre deux caractères bien trempés. En le déposant, le pape se ménageait l’opportunité de placer sur le trône liégeois un homme à la fois docile et malléable. C’est bien là tout le portrait de l’amorphe Jean d’Enghien234, un homme que l’ancien archidiacre de Hainaut avait dû très bien connaître, d’abord peut-être comme condisciple à l’Université de Paris235, ensuite comme membre de la noblesse des régions normalement visitées par l’archidiacre236, enfin comme évêque de Tournai237.

  • 238 Closon, Jean d’Enghien, p. 49–61.
  • 239 Le grand-père de Jean, Englebert IV d’Enghien, a peut-être épousé une d’Avesnes (Goffin, Généalogi (...)
  • 240 R. 1273–† 1291.
  • 241 Sur la question de l’élection de Rodolphe de Habsbourg, cfr les synthèses de Jordan, Allemagne et (...)
  • 242 Sur les bonnes relations entre les d’Avesnes et l’Empire et, partant, sur leur hostilité à l’égard (...)
  • 243 R.1270–† 1285. Sur la candidature de Philippe le Hardi à la couronne impériale et sur ses liens av (...)
  • 244 En 1263, Guy de Dampierre acquérait le comté de Namur, contrairement à un engagement pris le 22 no (...)
  • 245 Cfr supra et p. 145–146 n. 194–195.
  • 246 En 1247, Henri notifie que Jean Ier d’Avesnes lui a fait hommage pour le Hainaut, demande à ses ha (...)
  • 247 Cfrp. 145–146 n. 194–195.
  • 248 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 22–23. — 1402, p. 182. Sur Henri de Dinant et les désordres dont il (...)
  • 249 Cfr relevé dans Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, p. 1–4 (rapports souvent bons). — B.R., p.  (...)
  • 250 Closon, Jean d’Enghien, p. 53–56 et spéc. p. 56, voit dans la promotion d’André de Rode, une inter (...)

45Cela dit, même si le conflit entre Henri et Grégoire X fut pour beaucoup dans la déposition du premier et partant, dans l’avènement de Jean d’Enghien, cela ne signifie pas que, pour ce dernier événement, des intérêts plus spécifiquement politiques, d’ailleurs très bien mis en exergue par Closon238, ne sont pas entrés en ligne de compte. En fait, nous pensons que le drame qui s’est joué au concile de Lyon II ne trouve sa pleine explication que dans la conjugaison de facteurs politiques et passionnels. Il est en effet très possible qu’en désignant Jean d’Enghien, membre d’une famille apparentée et dévouée à la Maison d’Avesnes239, Grégoire X ait voulu favoriser le parti germano-hennuyer — le roi des Romains Rodophe de Habsbourg240, reconnu par Grégoire X241 et soutien des d’Avesnes242 — au détriment d’une alliance formée du roi de France Philippe III243, évincé du trône impérial, et de la famille de Dampierre, qui menait une active politique expansionniste aux frontières de la principauté de Liège244. Reste que, dans une telle perspective politique, Henri de Gueldre ne s’intégrait après tout pas si mal. Vaguement apparenté aux d’Avesnes245, Henri avait fait montre, au début de son règne, de sentiments favorables à cette famille246. C’est d’ailleurs son désir de porter secours à Jean Ier d’Avesnes247, son principal vassal, dans sa lutte contre les Dampierre et leurs alliés, qui provoqua la première rupture entre l’élu de Liège et Henri de Dinant, l’un des meneurs de la Cité de Liège248. Par ailleurs, il semble qu’Henri de Gueldre ait été, immédiatement après l’élection de Rodolphe de Habsbourg (2 avril 1272), un membre assidu de la cour royale. Il assista au couronnement du roi des Romains, souscrivit plusieurs de ses diplômes249 et accorda même de larges faveurs à André de Rode, l’un des protégés du roi, ce pour quoi il fut d’ailleurs chaleureusement remercié par ce dernier250. Ainsi donc, dans un schéma de pensée politique favorisant Rodolphe de Habsbourg et les d’Avesnes, Henri de Gueldre s’inscrivait somme toute assez bien. Pour que Grégoire X décidât de le supprimer politiquement et de le remplacer par un autre partisan, et des d’Avesnes, et du roi des Romains, encore fallait-il au pape d’autres raisons, cette fois plus personnelles : une rancune tenace, consécutive à de graves démêlés politico-religieux entre deux politiques jaloux de leur pouvoir.

  • 251 Id., p. 12–14. — B.R., p. 125–126, no 440–442.
  • 252 1402, p. 215–216. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 58.

46Il y a peu à dire sur les diverses étapes de l’avènement de Jean d’Enghien. Transféré d’autorité par Grégoire X du siège de Tournai à celui de Liège, il détenait déjà bien évidemment les ordres majeurs, la confirmation et la consécration épiscopale. Reste l’investiture laïque à propos de laquelle nous n’avons aucune information. Il l’a peut-être reçue du roi des Romains lors de leur entrevue à Lausanne en octobre 1275251. Enfin, Jean d’Enghien fit son entrée à Liège le 31 octobre 1274, entouré d’une noble et nombreuse assistance252.

47Au delà de toutes les péripéties que nous venons d’évoquer, une constatation s’impose : depuis trois quarts de siècle, aucun clerc n’est devenu évêque de Liège sans que le pape ne s’en soit mêlé, peu ou prou. Cette tendance ne fera que s’accentuer par la suite même si, durant son séjour à Avignon, la papauté passera sous tutelle française. Quant au traditionnel clerus et populus liégeois, le rôle électif du premier connaît un déclin irrémédiable ; du second, il en est de moins en moins question.

Jean de Flandre

  • 253 Abbaye prémontrée à Opheylissem (Belgique, pr. Brabant wallon, arr. Nivelles, comm. Hélécine).
  • 254 Venu à Hougaerde afin de discuter avec l’ancien évêque de Liège, qui lui réclamait une forte somme (...)

48C’est dans la violence que s’acheva le règne de Jean d’Enghien. Il succomba devant la porte de l’abbaye d’Heylissem253, le 24 août 1281, victime de la vengeance d’Henri de Gueldre et… de son embonpoint254.

  • 255 Les sources utilisées sont : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 68–69. — 1402, p. 223. — G.A.T., t. 2, (...)

49La désignation de son successeur, Jean de Flandre, mérite de retenir toute notre attention car voilà bien le paradigme des avènements épiscopaux liégeois, une nomination qui, à notre avis, se déroule dans un cadre largement européen et qui a toujours été expliquée par une banale rivalité entre deux lignages locaux255.

  • 256 C’est ce que nous apprend un acte du chapitre de Saint-Lambert (C.S.L., t. 2, p. 348–352), daté du(...)
  • 257 Il était le troisième fils du comte de Hainaut Jean Ier d’Avesnes († 1257) et d’Alix († 1284), fil (...)
  • 258 Membre de la famille comtale d’Auvergne, Guillaume est chanoine de Saint-Lambert en 1262 et archid (...)
  • 259 Selon 1402, p. 223, seul Bouchard fut élu mais quidam ex electoribus, instinctu Guidonis comitis N (...)
  • 260 Cfr supra, p. 110.
  • 261 Guy de Dampierre, comte de Flandre en même temps que sa mère puis seul de 1278 à 1305, comte de Na (...)
  • 262 Qu’il ait agi par messagers interposés (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 68. — 1402, p. 223) ou perso (...)
  • 263 Sur Jean de Flandre, évêque de Metz, cfr Morret, Stand und Herkunft, p. 38. Metz (France, dép. Mos (...)
  • 264 1281–1285.
  • 265 Cfr supra, p. 155–156 n. 257.

50Étudions tout d’abord les maigres éléments que nous apportent les sources. Le chapitre cathédral liégeois fixa le jour de l’élection au 30 septembre 1281256. Les suffrages se répartirent entre deux de ses membres : Bouchard d’Avesnes, prévôt de Saint-Lambert257, et Guillaume d’Auvergne258, archidiacre de Famenne259. Bien évidemment, les deux élus en appelèrent au Saint-Siège, auquel, de fait, la désignation de l’évêque de Liège incombait puisque l’élection avait donné lieu à contestations260. Dans le même temps, Guy de Dampierre, comte de Flandre261, sollicita l’évêché de Liège262 pour son fils cadet maître Jean de Flandre, évêque de Metz depuis 1279/1280263. Le comte fit tant et si bien que le pape Martin IV264 se prononça en faveur de l’évêque de Metz et le transféra à Liège le 9 juin 1282265. Bouchard d’Avesnes fut le seul à recevoir des compensations. Il fut en effet promu à l’évêché de Metz, laissé vacant par Jean de Flandre.

  • 266 Cfr, par exemple, de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 181, qui inclut dans cette (...)
  • 267 Sur cette querelle, cfr l’ouvrage classique de Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre. Sur Marguer (...)

51On n’a évidemment pas manqué de voir dans la désignation de ce dernier au détriment de Bouchard d’Avesnes, l’un des nombreux épisodes de la fameuse querelle des d’Avesnes et des Dampierre266, cette guerre véritable qui mit aux prises, tout au long du xiiie siècle, les descendants des deux unions de la comtesse de Hainaut-Flandre, Marguerite de Constantinople267.

  • 268 Rappelons que, de surcroît, Martin IV concède à Bouchard le droit de conserver en même temps que s (...)

52Pourtant, cette explication ne nous paraît pas satisfaisante tout d’abord parce que, simplement, elle ne cadre pas avec les faits. Après tout, Bouchard et Jean ont tous deux obtenu un siège épiscopal. Certes, l’évêché de Liège s’avère à la fois plus riche, plus prestigieux et plus puissant que celui de Metz — c’est d’ailleurs probablement la raison pour laquelle Guy de Dampierre le convoitait pour l’un des membres de sa famille. Reste que l’un et l’autre, un d’Avesnes et un Dampierre, se retrouvèrent, ensemble, à la tête d’une principauté épiscopale268. D’autre part, outre qu’elle est erronée, une telle vision des choses nous semble également réduire à des proportions strictement locales une question relevant incontestablement de la politique internationale.

  • 269 Registres Martin IV, p. 63, 65 (9 juin 1282).
  • 270 Cette décision finale est précédée d’une succession d’actes visant, de la part du roi des Romains, (...)

53Revoyons les faits de plus près. Le 9 juin 1282, le pape Martin IV place Jean de Flandre sur le trône de saint Lambert, préférant ce dernier à Bouchard d’Avesnes, l’un de ses chapelains apostoliques269. De la sorte, le pape rencontre les aspirations de Guy de Dampierre, qui avait plaidé la cause de son fils devant lui, et lui accorde une réelle faveur. Martin IV, ne craignit donc pas d’agir au bénéfice du comte de Flandre, un homme qui, six jours plus tard, le 15 juin exactement, sera mis au ban de l’Empire et condamné par le légat pontifical270. Il convient d’expliquer ce paradoxe et, au delà, l’intérêt que le pape porta au comte, en prenant en considération d’une part, les personnalités des divers protagonistes et d’autre part, les circonstances dans lesquelles s’inscrit l’avènement de Jean de Flandre. Voyons tout d’abord les acteurs.

  • 271 Les terres mouvant de l’Empire étaient la Zélande, à l’ouest de l’Escaut oriental ; les Quatres-Mé (...)
  • 272 Nowé, Guy de Dampierre, col. 431, signale quelques faits significatifs : Guy participa à l’expédit (...)
  • 273 R. 1270–† 1285.
  • 274 Sur Philippe le Hardi, l’ouvrage de base reste Langlois, Philippe III le Hardi ; en particulier, p (...)
  • 275 Sur cette guerre qui trouve son origine en 1276 dans l’inféodation au comte de Namur, donc à Guy d (...)
  • 276 R. 1285–† 1314.
  • 277 À ce propos, cfr Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 97–349. — Marchandise, « Tout appa (...)

54Guy de Dampierre, comte de Flandre, était à la fois le vassal du roi de France, dont relevait l’essentiel de son fief (Flandre sous la couronne), et de l’empereur, auquel il faisait hommage pour la Flandre impériale271. Le 15 juin 1282, nous venons de le voir, le comte est mis au ban de l’Empire par le roi des Romains qui admettait difficilement l’influence croissante du souverain français dans le comté de Flandre. De fait, Guy de Dampierre entretint constamment des relations véritablement idylliques avec le roi de France272, Philippe III le Hardi273. Durant tout son règne, celui-ci accorda de larges faveurs au comte de Flandre274. Il joua notamment les médiateurs en toute occasion, que ce soit au cours de la guerre de la Vache de Ciney qui opposa Guy de Dampierre à Jean d’Enghien275, dans divers conflits l’opposant au comte de Hainaut ou encore dans de multiples altercations entre le comte de Flandre et les opulentes cités de ses États. En contrepartie, Guy fut contraint à reconnaître les prérogatives capétiennes en Flandre et d’accepter une intrusion envahissante de la monarchie française dans les affaires flamandes, une ingérence qui deviendra insupportable sous Philippe le Bel276 et qui mettra un terme aux excellentes relations franco-flamandes277. Quoi qu’il en soit, il n’est pas excessif de dire que Guy de Dampierre et Philippe le Hardi se sont toujours entendus à merveille.

  • 278 Sur Simon de Brion-Martin IV et sur ce qui suit, cfr Backes, Kardinal Simon de Brion (Papst Martin (...)
  • 279 1261–1264.
  • 280 Simon fut l’un de ceux qui s’efforcèrent de promouvoir l’élection à l’Empire de Philippe le Hardi, (...)
  • 281 Sur Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile (1266–† 1285), fils cadet du roi de France Louis VIII et de (...)

55Face à une telle paire, nous découvrons un pape qui, à l’évidence, la complétait on ne peut mieux. Avant d’adopter ce nom, Martin IV s’appelait Simon de Brion278. Issu d’une famille tourangelle, il fut non seulement cardinal sous Urbain IV (1261)279 et légat pontifical en France (1274), mais surtout chancelier et garde du grand sceau de saint Louis dès 1260, et l’un des membres les plus appréciés de l’immédiat entourage de Philippe le Hardi280. On ne s’étonnera pas dès lors que son accession au souverain pontificat ait été l’œuvre exclusive des Capétiens. C’est en effet l’oncle de Philippe le Hardi, Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile et l’un des hommes d’État les plus puissants de cette fin de siècle, qui le fit élire à Viterbe le 22 février 128 1281.

  • 282 Sur ces questions, cfr bibl. aux n. 279 et 281, p. 159–160. Cfr encore Fawtier, L’Europe occidenta (...)
  • 283 La couronne de Navarre était convoitée par la Castille alors que la veuve du roi de Navarre (†1274 (...)
  • 284 Pierre III d’Aragon (1276–† 1285) avait épousé Constance, fille de Manfred, roi de Sicile (1258–12 (...)

56Évoquons à présent les événements qui se produisirent durant la période 1280-1285. Deux traits mémorables marqueront ces cinq années : les Vêpres siciliennes et la croisade contre le royaume d’Aragon282. Dès la fin des années 1270, en effet, pour divers motifs, notamment les successions de Navarre et de Castille283, les relations entre les couronnes de France et d’Aragon se tendirent progressivement. De la même façon, Charles d’Anjou, souverain guelfe de Sicile, et le gibelin Pierre III d’Aragon, qui avait épousé la fille du dernier Hohenstaufen de Sicile284, se détestaient cordialement. La haine nourrie par Pierre III à l’égard des Capétiens de France et de Sicile finit par déboucher sur une véritable croisade contre l’Aragon. Son coup d’envoi militaire fut donné par les célèbres Vêpres siciliennes, nom donné au massacre des Angevins de Sicile à l’heure des Vêpres du jour de Pâques 1282.

  • 285 Martin IV accorda la décime dite d’Aragon à Philippe le Hardi, impôt qui devait être perçu durant (...)
  • 286 Langlois, Philippe III le Hardi, p. 124, 127, 136, 143–149. — Leclère, Rapports papauté-France, p. (...)

57Bien entendu, durant toute cette période d’hostilités, le pape ne resta pas inactif. En bonne créature capétienne qu’il était, Martin IV mit véritablement toutes les ressources de la papauté au service de ceux dont il était davantage le jouet que l’allié. Aide pécuniaire285, soutien religieux, excommunication et déposition du roi d’Aragon, promotion à ce trône de Charles de Valois, second fils de Philippe le Hardi, tous les moyens à la disposition du pape furent employés pour favoriser la victoire des Capétiens286. Ce fut en vain. La croisade contre l’Aragon fut un désastre complet pour le roi de France qui y laissa d’ailleurs la vie, le 5 octobre 1285.

  • 287 Jaime II, roi de Majorque (1276–1312), était le frère de Pierre III d’Aragon, dont il avait abando (...)
  • 288 Martin IV lui concéda des fonds parce que, possesseur du Roussillon, il pouvait être un allié util (...)
  • 289 Nous vous mandons et prions [aux échevins et communautés de Bruges, Ypres etc.] que […] vous fachi (...)
  • 290 Le 8 août 1278, Simon de Brion, cardinal-prêtre au titre de Sainte-Cécile et légat pontifical, pra (...)

58Résumons la situation : le transfert à Liège de Jean de Flandre a lieu durant le conflit franco-aragonais. Il est l’œuvre d’un pape français et a été ordonné sur les instances du comte de Flandre, deux hommes qui furent de fidèles alliés de Philippe le Hardi et de la puissance capétienne. Selon nous, le doute n’est pas permis. Si Martin IV accepta de nommer évêque de Liège un Jean de Flandre qui n’était même pas postulé, il devait nécessairement y voir un avantage. Dans le climat instable du moment, le pape escomptait tout naturellement, de la Flandre et de la Principauté, en quelque sorte un juste retour des choses c’est-à-dire des secours de tous ordres pour son « patron », le roi de France. Bien loin d’être farfelue, notre opinion est confortée au moins à trois reprises. Tout d’abord, nous savons que Martin IV agit exactement de la même façon avec le roi de Majorque287 qu’avec Guy de Dampierre : il lui fit des concessions — pécuniaires, dans le cas du roi de Majorque — dans le but clairement avoué de le rallier à la cause française288. Deuxièmement, qu’il s’agisse ou non d’un effet des manigances pontificales, Guy de Dampierre s’efforça effectivement d’aider au mieux Philippe le Hardi dans sa lutte contre le roi d’Aragon. Il s’employa en effet à lui faire remettre d’importants fonds par les villes de son comté289. Enfin, lorsque Martin IV accorda au roi de France une décime destinée à soutenir financièrement l’expédition aragonaise, il l’étendit à plusieurs diocèses impériaux parmi lesquels celui de Liège. Qui donc pouvait se montrer plus favorable à la levée de subsides dans son diocèse qu’un évêque de Liège complètement acquis, par son père, à la cause française, un clerc que Martin IV connaissait par ailleurs, tout au moins de vue290 ?

59En conclusion, nous dirons que l’avènement de Jean de Flandre n’a que des rapports très éloignés avec la querelle d’Avesnes-Dampierre. Elle est en fait l’expression liégeoise d’un conflit européen, qui met aux prises la France, la Sicile et l’Aragon, et, plus largement, de la lutte ancestrale entre Guelfe et Gibelin.

  • 291 B.R., p. 318, no 1299.
  • 292 1402, p. 223. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 69. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 120.

60Nous n’avons que peu d’informations sur les diverses phases de l’avènement liégeois de Jean de Flandre. Il est vrai que, déjà évêque d’Empire, il devait avoir reçu à Metz les ordres majeurs, la confirmation et la consécration ; il obtint les régales en mai 1281291. Nous savons simplement qu’il fit son entrée à Liège le 30 octobre 1282, accompagné d’une abondante escorte292.

  • 293 C.S.L., t. 2, p. 348–352, et les remarques supra, p. 155–156 n. 257.

61Nous ne pouvons terminer ce paragraphe sans signaler que c’est peut-être à Jean de Flandre que le chapitre de Saint-Lambert imposa, pour la première fois, une capitulation. Un acte daté vraisemblablement du 18 septembre 1281 est en effet explicite sur ce point293. Le chapitre entend obtenir de l’évêque, qui sera désigné le 30 septembre 1281, un serment lui garantissant la protection de plusieurs privilèges parmi lesquels l’exemption, pour le clergé et son personnel, de toute justice séculière et de tout impôt. De plus, le futur évêque s’engagera à ne pas désigner de maires ou d’échevins excommuniés ou usuriers, à respecter certains critères dans la désignation des châtelains de la principauté et à exiger de tout mayeur qui entrera en charge, un strict respect des privilèges du clergé.

  • 294 Le premier résumé conservé date de 1345. Cfr Lejeune, Liège et son Pays, p. 234–235. — Harsin, Cap (...)

62Nous ne savons pas si Jean de Flandre jura cette capitulation, qui apparaît comme une conquête du chapitre cathédral à la faveur d’une longue vacance épiscopale. Le cas échéant, il conviendrait de reculer d’une soixantaine d’années la date traditionnellement attribuée à la première capitulation d’un évêque de Liège294.

Hugues de Chalon, Adolphe de Waldeck et Thibaut de Bar

  • 295 Longs développements à ce propos dans Poncelet, Guy de Hainaut, p. 501–504 et Jean de Hocsem, Chro (...)
  • 296 Sur ces prélats, cfr 1) Paris, Hugues de Chalon. — Renardy, Répertoire, p. 310–312. — Schoolmeeste (...)
  • 297 1294–1303.
  • 298 R. 1272–†1307.
  • 299 Sur ce personnage, cfr supra et p. 156 n. 262.
  • 300 Cfr Favier, Philippe le Bel, p. 206–367. — Fawtier, L’Europe occidentale, lre part., 1270–1328, p. (...)

63Durant la décennie qui suivit le décès de Jean de Flandre (14 octobre 1291295), trois évêques de Liège se succédèrent à des termes très rapprochés : Hugues de Chalon, Adolphe de Waldeck et Thibaut de Bar296. Ces désignations prennent place au cours d’une période marquée par une intense activité militaire et diplomatique ainsi que par quelques personnalités d’envergure : le pape Boniface VIII297, les rois de France et d’Angleterre Philippe IV le Bel et Édouard Ier298, le comte de Flandre Guy de Dampierre299. Ce sont les relations pour le moins chaotiques entre ces divers chefs d’États qui, pour une bonne part, expliquent les événements liégeois. Aussi nous a-t-il semblé judicieux d’envisager ces trois avènements épiscopaux dans une même perspective et tout d’abord de retracer, succinctement mais avec la précision requise, le contexte politique dans lequel ils s’inscrivent300.

  • 301 Celui (1152), au sens impropre du terme, du roi de France Louis VII (R.1137–†1180) et d’Aliénor d’ (...)
  • 302 Sur tout ce qui concerne les rapports franco-flamands, cfr Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. (...)

64Outre le célèbre affrontement entre le pape et le roi de France, les années qui nous occupent connurent deux conflits majeurs : l’un en Flandre, l’autre en Guyenne. Détenant ce dernier duché, le roi d’Angleterre Édouard Ier se trouvait être, au hasard d’un divorce301 et de la féodalité, le vassal du roi de France. Si cet état de choses était difficilement conciliable avec l’orgueil du souverain britannique, le roi de France ne devait guère apprécier, lui non plus, la présence sur le continent d’une tête de pont anglaise. Aussi n’eut-il de cesse d’accaparer une fois pour toutes cet attirant fief anglais. Dans le même temps, Philippe le Bel menait une discrète mais efficace politique d’opposition au comte de Flandre Guy de Dampierre. Il favorisait en effet les adversaires de celui-ci, notamment les Léliaerts, ces patriciens des villes flamandes partisans de la bannière fleurdelisée. Agacé par cette insidieuse intrusion dans ses Etats, Guy de Dampierre ne pouvait que s’entendre avec le roi d’Angleterre. Aussi bien scellèrent-ils leur alliance par le traité de Lierre conclu le 31 août 1294 et reconduit le 7 janvier 1297302. En vertu de ce pacte, les souverains anglais et flamand d’une part, et le roi de France d’autre part, entraient dans une véritable logique de guerre. Il importait dès lors comme d’habitude, pour chacun des acteurs du litige, de se constituer une force de frappe suffisante et donc de s’associer un maximum d’alliés.

  • 303 Sur Jean II d’Avesnes, comte de Hainaut (1257/1280-† 1304), de Hollande et de Zélande (1299–1304), (...)
  • 304 Cfr référence à la note précédente et Delcambre, Relations France-Hainaut, p. 172— 205. — B.S., p. (...)

65Du côté français, il convient surtout de retenir, parmi bien d’autres, l’ennemi juré des Dampierre : le comte de Hainaut Jean II d’Avesnes303, qui, après avoir été l’adversaire acharné de Philippe le Bel, finit par se rallier à sa cause. L’alliance franco-hennuyère fut officiellement conclue fin mai 1297 mais le rapprochement était déjà perceptible dès l’été 1295304.

  • 305 Jean II de Brabant (1294–† 1312), fils et successeur du duc Jean Ier de Brabant (1267— † 1294) et (...)
  • 306 Henri III (1291–† 1302), fds du comte Thibaut II de Bar (1239–† 1291) et de 2) Jeanne de Toucy, ép (...)
  • 307 Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 473–509. — Parisse, Philippe le Bel et le Barrois mouvant, (...)
  • 308 de Sturler, Paiement à Bruxelles, p. 18–37. — Funck-Brentano, Philippe le Bel et la noblesse, p. 7 (...)
  • 309 Sur ce personnage et sa politique, cfr Stauffenegger, Le gouvernement d’Othon IV.
  • 310 Jean, comte de Chalon, baron d’Arlay (né 1257 ( ?)-† 1315), est le fils de Jean le Sage ou l’Antiq (...)

66Quant à Édouard d’Angleterre, c’est par deux procédés toujours très efficaces — des torrents de livres répandus un peu partout sur le continent et de séduisants mariages — qu’il se concilia notamment le duc de Brabant Jean II, qu’il avait en quelque sorte façonné à son image305, et Henri III, comte de Bar306, sans doute le plus fidèle et le plus combatif des alliés du roi d’Angleterre307. Édouard parvint en outre à passer un accord avec une large coalition de seigneurs franc-comtois308. Unie, dès février 1294, dans une hostilité croissante envers Otton IV309, souverain de la Comté de Bourgogne qui, par les traités d’Évreux et de Vincennes (1291 et 1295), avait abdiqué et cédé ses terres, fiefs d’Empire, à Philippe le Bel, toute cette noblesse de l’Est de la France ne demandait qu’à verser dans le camps anglais, d’autant qu’il y avait une grosse somme d’argent à la clé. C’est chose faite le 10 mai 1297. Parmi ces coalisés, un homme faisait assurément figure de leader : le bouillant Jean de Chalon-Arlay310, un homme dont nous aurons à reparler bientôt.

  • 311 Surtout ce qui précède, cfr bibl. p. 163 n. 301, 164 n. 303.
  • 312 R.1292–† 1298.
  • 313 On aura une bonne idée d’ensemble des relations entre l’Empire et les autres États européens dans (...)
  • 314 Cfr p. 164–165 et n. 308. — Parisse, Philippe le Bel et le Barrois mouvant, p. 240–241.
  • 315 France, dép. Pas-de-Calais.
  • 316 Belgique, pr. Flandre occidentale, arr. et comm. Bruges.

67Une telle course aux alliances déboucha inexorablement sur un conflit armé. Dès 1294, Philippe le Bel confisquait la Guyenne. En 1296, elle était occupée par les troupes françaises. Aux prises avec des soulèvements en Angleterre, Édouard Ier ne put débarquer en Flandre qu’en août 1297. Entretemps, dès le mois de juin, Guy de Dampierre, qui avait renié son suzerain français, voyait son comté envahi et occupé aux trois quarts par le roi de France. Édouard Ier ne lui fut donc d’aucun secours311. Quant au roi des Romains, Adolphe de Nassau312, qui était toujours plein de bonnes intentions mais était aussi atteint d’indécision et de cupidité chroniques, il fut plus un poids qu’un allié pour l’alliance anglo-flamande313. Seul le comte de Bar fit preuve de velléités combatives contre le roi de France mais en vain314. Les traités de Montreuil315 (19 juin 1299) et de Paris (20 mai 1303) mirent un terme au conflit qui opposait les souverains français et anglais. Ils ne devaient plus s’affronter dans les années qui suivirent. Par le traité de Bruges316 (1301), le comte de Bar rentra dans le rang et prêta hommage à Philippe le Bel pour la partie de son domaine mouvant de la couronne de France. Quant à Guy de Dampierre, il fut sacrifié. Dépourvu du moindre soutien, il finit par se constituer prisonnier du roi de France, début mai 1300.

  • 317 Afin d’éviter une accumulation excessive de références, nous renvoyons à nouveau à la bibl. citée (...)

68Philippe le Bel crut peut-être s’imposer sans difficulté dans une Flandre privée de son chef : c’était mésestimer le poids des luttes sociales entre les alliées urbaines du roi, qui l’abandonnèrent d’ailleurs progressivement, et le peuple flamand, proche de la famille comtale. Il y connut d’humiliantes défaites connues sous les noms célèbres de Matines brugeoises (18 mai 1302) et de Bataille des Éperons d’Or (11 juillet 1302). Fin 1303, une trêve fut enfin conclue tandis que Guy de Dampierre était remis en liberté. Voilà donc, à l’aube de nouvelles batailles, la situation en 1303—1304, sur le terrain proprement politique317.

  • 318 Sur tout ce qui suit, cfr l’ouvrage classique de Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège. Cfr sp (...)

69Mouvementées sur le plan politico-militaire, ces années le furent également pour Philippe le Bel dans ses rapports avec la papauté318.

  • 319 Italie, Latium, pr. Frosinone.

70Le roi de France eut toujours besoin d’énormément d’argent, notamment pour financer ses expéditions militaires en Flandre et en Guyenne. Pour s’en procurer, il fallait user de tous les expédients et imposer le clergé s’avérait à coup sûr une filière des plus efficaces. Ce moyen présentait en effet le triple avantage de lui apporter une partie des fonds qui lui étaient nécessaires, d’asseoir son pouvoir sur l’ensemble du peuple français en n’offrant pas de traitement de faveur à certains de ses sujets, et enfin de prendre ses distances à l’égard de la papauté en lui montrant combien la royauté capétienne était puissante. Philippe n’hésita donc pas : dès 1294, il obtint du clergé français une décime qui devait être levée durant deux ans. En janvier 1296, il décida de frapper son peuple d’un nouvel impôt qui, pour le clergé, s’ajoutait à la précédente décime. Celui-ci n’eut alors d’autre solution que de protester auprès du siège apostolique auquel avait accédé, le 24 décembre 1294, sans doute l’un des plus purs produits de la théocratie pontificale : Boniface VIII. Ce dernier réagit tout d’abord avec fermeté, déclarant par la bulle Clericis laicos (24 février 1296) que toute levée d’impôts sur le clergé devait être subordonnée au consentement pontifical. Bien entendu, les rapports entre Philippe le Bel et Boniface VIII s’envenimèrent rapidement. Pourtant, pris à la gorge par ses propres difficultés — et notamment ses problèmes financiers —, le pape finit par réfréner sa rancoeur et, dans le courant de 1297, rencontra le roi sur l’essentiel de ses revendications. Toutefois, un politique de la trempe de Boniface VIII ne pouvait admettre bien longtemps de se voir complètement ridiculisé partout en Europe par un simple souverain temporel : sensible à l’escalade de l’impudence française, nuisible à l’Église romaine, le pape prononça le 5 décembre 1301 une véritable déclaration de guerre à Philippe le Bel en lui adressant la bulle Ausculta Fili. Celle-ci décidait notamment de mettre le gouvernement capétien en accusation au cours d’un concile français qui devait se tenir à Rome à la Toussaint 1302. Profitant des défaites flamandes de Philippe le Bel, ce concile fut l’occasion pour le pape de publier, le 18 novembre, un véritable manifeste de la théocratie pontificale : la célèbre bulle Unam Sanctam. Boniface VIII croyait ainsi en avoir fini avec le roi de France. Pourtant, bien loin de constituer une fin, cette bulle ne fut en fait que le premier acte d’un drame qui allait connaître son paroxysme à Anagni319 quelques mois plus tard.

  • 320 Les sources utilisées sont 1402, p. 231–232, 234–235. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 83–92. — Ton (...)

71Voilà donc, dépouillés d’un flot de détails superflus, les faits dans lesquels s’insèrent les avènements liégeois des années 1291-1303. Ceux-ci, précédés d’une longue série de désignations à caractère politique et immergés dans un contexte international des plus houleux, ne pouvaient être, à notre avis, de simples affaires liégeoises. Voyons ce qu’il en est exacte ment320.

  • 321 Jean de Flandre meurt le 14 octobre 1291 (cfr p. 163 n. 296). Le 20 novembre 1291, le comte de Hai (...)
  • 322 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 206 : […] dilecti filii prepositus et capitulum — tres (...)
  • 323 Sur ce clerc, qui appartenait à un puissant lignage patricien liégeois et qui fut à la fois l’un d (...)
  • 324 Fils de Gauthier Berthout, seigneur de Malines, il fut archidiacre de Hesbaye de 1283 à 1296 et év (...)
  • 325 Frère de Jean II d’Avesnes (cfr p. 164 n. 304), il fut archidiacre de Brabant en 1280, puis de Hai (...)
  • 326 Guy de Hainaut obtint la major pars avec 19 voix contre 9 à Guillaume, sur 31 chanoines présents [ (...)
  • 327 Id., t. 1, col. 206–207. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84. L’archevêque de Cologne préféra sans (...)
  • 328 R.F.A., L. Hesse.
  • 329 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 85–86. — B.S., p. 135, no 407.
  • 330 1288–1292.
  • 331 Le successeur de Nicolas IV (†4 avril 1292), Célestin V, ne fut élu que le 5 juillet 1294. Il abdi (...)
  • 332 Kervyn de Lettenhove, Codex Dunensis, p. 468–470. Cette lettre n’est pas datée mais est envoyée pa (...)
  • 333 Cfr p. 168 et n. 324.
  • 334 Certaines sources (1402, p. 231. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 483) déclarent que Guillaum (...)
  • 335 Cfr C.S.L., t. 2, p. 516–523. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 520–521. Le légat devait être Jean Bo (...)
  • 336 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 206–207.
  • 337 Id., col. 314–315.
  • 338 Cfr supra, n. 337.
  • 339 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 91.
  • 340 Canon 4 du concile de Lyon II (Gaudemet, Gouvernement, p. 66).
  • 341 Il avait également désigné des mambours afin de pouvoir se rendre à Rome pro suo negocio (1402, p. (...)
  • 342 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84–85, déclare que temporalia spiritualibus anteponens, il a reçu le (...)
  • 343 Ceci ne laissa pas d’irriter Boniface VIII : Guido […] electionem celebratam de ipso auctoritate v (...)
  • 344 En 1300 également, lorsque Guy tenta de recueillir la succession de l’archevêque de Trèves, Bohémo (...)
  • 345 Ce sont en effet les deux frères cadets de Jean II et de Guy d’Avesnes, Bouchard (1282–† 29 novemb (...)
  • 346 Utrecht est situé aux confins du comté de Hollande qui, en 1299, échoit à Jean II de Hainaut, dern (...)
  • 347 Hugues est issu du même mariage que Jean de Chalon (cfr p. 165 n. 311).
  • 348 C’est l’opinion de Joris, Hugues de Chalon, col. 204 et de Boermans, Hugues de Chalon, p. 52. De f (...)
  • 349 C’est ce que semble dire Ptolémée de Lucques, Annales, p. 232 (sur ce dernier auteur, cfr, en dern (...)

72À peine un mois et demi après le décès de Jean de Flandre, entre le 20 novembre et le 12 décembre 1291321, le chapitre de Saint-Lambert se réunit afin de lui trouver un successeur. Il partagea ses suffrages, transmis à trois scrutateurs, entre deux chanoines cathédraux322. D’un côté, élu sous la pression du doyen Jean des Canges323, Guillaume Berthout324, universitaire de haute lignée, archidiacre de Hesbaye et prévôt de Saint-Pierre de Louvain ; de l’autre, Guy d’Avesnes325, archidiacre de Hesbaye et frère du comte Jean II de Hainaut326. Guy fut immédiatement confirmé par l’archevêque de Cologne, Siegfried de Westerburg327. Bien évidemment, devant une nouvelle élection partagée, Guillaume Berthout en appela au Saint-Siège. La cause était donc désormais pendante en cour de Rome et la procédure devait être interrompue. Pourtant, Guy de Hainaut parvint à se faire reconnaître comme chef légitime de la principauté et exerça d’autant plus facilement l’ensemble des prérogatives épiscopales qu’il put présenter au chapitre de Saint-Lambert et aux villes de la principauté les preuves écrites de son investiture temporelle. Le 20 juin 1294, à Wetzlar328, il avait en effet reçu les régales des mains d’Adolphe de Nassau, roi des Romains329. Ce dernier le dit élu et confirmé. Certes, Guy se rendit à plusieurs reprises à Rome et ne ménagea pas ses peines afin d’obtenir la confirmation pontificale. Cependant, il revint toujours bredouille car le siège apostolique connut lui aussi, dès le décès du pape Nicolas IV330, une très longue vacance de pouvoir331. Avec l’avènement de Boniface VIII, la cause allait enfin être entendue. Celui-ci était à coup sûr déjà bien informé sur cette affaire puisque, dès avant son élection, le pape avait reçu une longue lettre du comte de Flandre Guy de Dampierre332 qui, par le biais d’un homme de paille, le doyen Jean des Canges333, avait œuvré à l’élection de Guillaume Berthout334. Aussi dressait-il dans cette lettre le panégyrique de ce dernier et un long réquisitoire contre l’élu de Hainaut, nepote nostro. À Liège également, certaines protestations commençaient à se faire jour contre les pouvoirs religieux que l’élu usurpait en quelque sorte puisqu’il n’avait pas encore été reconnu par le pape. Celui-ci envoya, semble-t-il, un légat qui prit plus ou moins position en faveur de Guy de Hainaut335. On pouvait donc s’attendre à ce que Boniface VIII suive son émissaire, déboute Guillaume de ses prétentions et fasse de Guy le successeur officiel de Jean de Flandre. Contre toute attente, il n’en fut rien, bien au contraire. Le 12 décembre 1295, les deux élus renoncèrent l’un et l’autre à leur élection336. Guillaume reçut peu après l’évêché d’Utrecht337. Hugues de Chalon, un Franc-comtois, fut promu au siège de saint Lambert338. Quant à Guy d’Avesnes, dont les actes politiques conservèrent néanmoins leur pleine valeur juridique339, il n’obtint rien. On a souvent dit qu’il payait de la sorte son mépris des règles et des convenances. Certes, les canons du concile de Lyon II interdisaient à un élu de s’ingérer dans l’administration temporelle et spirituelle de son diocèse avant d’avoir été confirmé340. Guy de Hainaut les avait enfreints341. Par ailleurs, il avait manifestement privilégié le temporel au détriment du spirituel puisqu’il avait reçu les régales avant la confirmation pontificale342. Enfin, il avait en quelque sorte forcé la main de Boniface VIII en exerçant la totalité des pouvoirs épiscopaux et donc en préjugeant de la décision papale343. De fait, Guy de Hainaut commit toutes ces erreurs mais rappelons-nous que dans les mois qui suivirent l’avènement de Boniface, celui-ci se montra somme toute assez favorable au Hennuyer. Alors pourquoi un tel revirement en l’espace de quelques mois ? En fait, nous pensons que le principal défaut de Guy fut d’être un d’Avesnes à un moment où cette famille n’était plus guère appréciée par le pape344. De fait, nous l’avons vu, les d’Avesnes, traditionnellement ennemis du roi de France, inversèrent leur position vers le milieu de l’année 1295. Dans ces conditions, Boniface VIII ne pouvait légitimement promouvoir un allié de celui avec lequel les frictions n’allaient que croître. Régissant la principauté de Liège, Guy de Hainaut venait s’ajouter aux d’Avesnes déjà à la tête du Hainaut et des sièges épiscopaux de Metz et de Cambrai345. Guy expulsé de Liège et Guillaume Berthout propulsé à Utrecht, c’était un allié du Capétien de moins à contrer, un partisan de plus sur un siège épiscopal qui allait devenir sensible346 et une satisfaction pour le comte de Flandre qui voyait son favori récompensé par un évêché, même si ce n’était pas celui de Liège. Restait enfin à pourvoir ce siège épiscopal, si possible d’un autre partisan de la papauté. Il ne fait pas le moindre doute que c’est cette intention qui anima Boniface VIII lorsqu’il établit Hugues de Chalon comme successeur de Jean de Flandre. Le patronyme de l’évêque a déjà été évoqué plus haut. Il n’était rien de moins que le frère cadet du chef de cette fameuse coalition comtoise qui signa un pacte avec le roi d’Angleterre contre Philippe le Bel347. Or, depuis 1294, Jean de Chalon-Arlay était vicaire impérial en Toscane. Est-ce sous la pression de celui-ci que Boniface VIII nomma Hugues évêque de Liège348 ou le pape a-t-il voulu par ce moyen se débarrasser plus tôt ou plus facilement d’un homme qui commençait à devenir encombrant ? Peut-être a-t-il voulu également lui donner des compensations349 ? Difficile de trancher. Reste qu’avec un Chalon, avec un membre d’une famille appartenant à l’alliance anglo-flamande sur le trône de saint Lambert, Boniface était sûr de pouvoir compter sur quelqu’un qui, sans nul doute, suivrait le droit fil de sa politique.

  • 350 Cfr Marchandisse, « Tout apparoillié ».

73Hugues de Chalon n’a pas laissé de nombreux témoignages de ses options politiques francophobes. Nous pensons cependant avoir démontré ailleurs que telles étaient bien ses conceptions profondes puisqu’il entretint une correspondance nourrie et obséquieuse avec le Plantagenêt350.

  • 351 Cfr p. 169 n. 337.
  • 352 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 207.
  • 353 Sur ce cardinal (né ca 1237–† 1302), légat et cardinal en 1288, cfr Emmen, Matthaüs v. Acquasparta (...)
  • 354 Nous n’avons pas d’information sur son investiture par le roi des Romains.

74Nommé le 12 décembre 1295351 et consacré le 2 janvier suivant352 par Mathieu d’Acquasparta, cardinal-évêque de Porto et Sainte-Rufine353, Hugues arriva à Liège aux alentours du 24 août 1296 et fut reçu honorabiliter par son peuple354.

  • 355 Joris, Émeutes démocratiques, p. 239–253. — Id., Recherches sur le patriciat, p. 142— 143. — Id., (...)
  • 356 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 44–45.
  • 357 Id., t. 3, col. 214–216. Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 259, qui signale la promotion hiérarchique (...)
  • 358 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 169 : […] per liberam resignationem Hugonis de Cabillo (...)
  • 359 Nous évoquerons sa personnalité dans la deuxième partie de ce travail, p. 282.

75Celui-ci allait rapidement perdre ses illusions. Manquant manifestement d’un minimum de doigté, Hugues de Chalon parvint à se quereller avec toute sa principauté ou presque355. Les plaintes contre l’évêque affluèrent à Rome et le 28 février 1301356, Boniface VIII dut bien se résoudre à exiger la comparution devant lui de cet évêque que l’on accusait de tous les maux et qui refusait de s’amender. Hugues de Chalon se présenta devant Boniface. Dès qu’il entrevit la situation inextricable dans laquelle l’évêque de Liège s’était enlisé, le pape préféra lui retirer un siège épiscopal qu’il ne maîtrisait de toute façon plus et lui confier, le 11 décembre 1301, un autre poste de confiance : l’archevêché de Besançon357. Hugues ne fut pas véritablement déposé. En fait, il renonça au trône liégeois et le1er septembre 1301, le pape lui substitua un homme neuf : Adolphe de Waldeck358. Ceci étant, changer d’homme, cela ne voulait pas dire changer de politique internationale. Certes, en septembre 1301, la tourmente franco-pontificale ne s’est pas encore à nouveau levée. Néanmoins, depuis 1294, Boniface a eu largement le temps d’apprécier la conduite du roi de France. L’être humain a peut-être la faculté d’oublier mais la rancune est souvent tenace. D’autre part, il n’y a de politique digne de ce nom que celle envisagée dans le long terme. Aussi Boniface VIII ne pouvait-il négliger aucun soutien en prévision du combat qu’il allait devoir livrer contre Philippe le Bel. Nous manquons d’informations précises à propos d’Adolphe de Waldeck et bien qu’il ait fait montre d’un caractère extrêmement énergique359, son règne est trop bref pour que nous puissions apprécier si le prélat se coula parfaitement dans le moule pontifical. Néanmoins, les maigres éléments dont nous disposons nous incitent à penser qu’il présentait des caractéristiques propres à enthousiasmer Boniface VIII.

  • 360 Adolphe, qui succéda à son grand-père Adolphe Ier († 1270), était le fils d’Henri (III) de Waldeck (...)
  • 361 Joris, Adolphe de Waldeck, col. 751. — Renardy, Répertoire, p. 167–168. Florent V de Hollande († 1 (...)
  • 362 Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 373–374.
  • 363 Favier, Philippe le Bel, p. 213, 218, 220. — Obreen, Floris V, graaf van Holland, p. 100–111, 147– (...)
  • 364 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103. — 1402, p. 246. — G.A.T., t. 2, p. 230. Le motif de sa présence (...)

76Héritier d’un comté situé dans la Hesse actuelle, Adolphe appartenait à une famille somme toute assez éloignée géographiquement de la couronne de France360. Il renonça finalement au comté pour faire carrière dans les ordres et dans la diplomatie. Chapelain du pape, il fut également conseiller du comte de Hollande Florent V361. Ce personnage n’est pas un inconnu. C’est en effet par son intermédiaire qu’avait été conclue, le 10 août 1294, une alliance entre le souverain britannique et le roi des Romains, dont il était le représentant362. La fidélité du comte de Hollande virevolta de Philippe le Bel à Édouard d’Angleterre et inversement. Il conserva néanmoins des liens constants avec Édouard Ier puisqu’il fit d’Adolphe de Waldeck son plénipotentiaire auprès du roi363. Il est évident que ces contacts prolongés et rapprochés entre Adolphe et le souverain anglais pouvaient, le cas échéant, servir la politique de Boniface VIII. Ces maigres informations à propos du futur évêque de Liège, Boniface les connaissait à coup sûr car, au moment de l’abdication d’Hugues de Chalon, Adolphe se trouvait justement à la cour pontificale où il était venu briguer la succession de Guillaume Berthout364. Nul doute que le pape ait sondé celui qui était son chapelain et ait trouvé en lui le digne successeur d’un Chalon.

  • 365 1402, p. 246, déclare qu’il revint dans l’année, donc nécessairement après le 1er septembre 1301. (...)
  • 366 À ce propos, cfr annexe I.

77Quand Adolphe fut-il consacré et par qui ? À quelle date précise a-t-il été accueilli à Liège ? A-t-il reçu les régales ? Nous ne le savons pas avec précision365. Toujours est-il qu’après un an de règne, il mourut, le 13 décembre 1302366, victime de la bonne chère et du bon vin à moins qu’il ne s’agisse du poison lombard.

  • 367 Par exemple Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 4 (« il est le seul évêque de Liège entre 1274 et (...)

78Ce décès ayant eu lieu à Liège, la désignation du nouvel évêque échut pour une fois au chapitre de Saint-Lambert. Il n’est pas rare que l’on présente Thibaut de Bar comme le seul prélat élu canoniquement au cours des xiiie et xive siècles367. Ce constat, qui s’en tient à la lettre des textes, nous semble une nouvelle fois masquer une réalité bien plus complexe qu’il n’y paraît. Voyons ce qu’il en est de cette élection.

  • 368 Les sources utilisées sont 1402, p. 248–249. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 110–112, 116–117. — T (...)
  • 369 Englebert de Hornes est mentionné comme chanoine de Saint-Lambert de 1299 à 1302 (Chot-Stassart, C (...)
  • 370 Prévôt de Saint-Lambert de 1291 à 1312. Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 61. — O.S.L., (...)
  • 371 Cfr infra, p. 176.
  • 372 Thibaut a donc reçu Liège des mains de Boniface VIII († 11 octobre 1303) et non de Benoît XI, comm (...)
  • 373 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 712–713.
  • 374 C’est ce que laisse entendre Jean de Hocsem, Chronicon, p. 112. Il l’était en tout cas le 25 avril(...)
  • 375 Nous évoquerons cette question dans la deuxième partie de ce travail, lorsqu’il sera question des (...)
  • 376 Le 1er novembre selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 118. — 1402, p. 251. — Tongerlo, p. 59 ; le 6 (...)

79La succession d’Adolphe de Waldeck368 fit l’objet des convoitises d’au moins trois chanoines de Saint-Lambert : les frères Thierry et Englebert de Hornes369 et Arnould de Blankenheim370, prévôt de Saint-Lambert. Finalement, leur rivalité tourna court et c’est l’archidiacre de Condroz Guillaume d’Arras371 qui fut désigné par compromis, mais celui-ci, s’estimant socialement indigne d’accéder au trône de saint Lambert, le refusa. Une nouvelle élection par compromis fut alors organisée par un comité restreint comprenant notamment Guillaume d’Arras. Il désigna Thibaut de Bar, qui était alors à Rome et fut confirmé par le pape le 13 mars 1303372, sur rapport favorable d’une commission de cardinaux373. Il fut probablement consacré au même moment374. Retenu à Rome parce qu’il devait y acquitter tous les droits que suppose l’accession à un siège épiscopal375, Thibaut ne fit son entrée à Liège, entouré d’une riche et noble escorte et accueilli par une foule enthousiaste, qu’au début de novembre 1303376.

  • 377 Dlgard, Philippe le Bel et le Saint-Siège, t. 1, p. 236–237, 313, 324–335.

80Une première question d’importance se pose : Boniface VIII aurait-il accordé sa confiance à un homme élu au moment où, presque jour pour jour, il déclarait une « guerre intellectuelle » à Philippe le Bel, si Thibaut ne lui avait pas politiquement convenu ? Nous en doutons. D’ailleurs, il y a toujours motif à contestation. Dans le cas présent, plusieurs chanoines avaient tout d’abord brigué la succession d’Adolphe de Waldeck ; ensuite, la première élection avait avorté. Après tout, on en était à douter de la canonicité de l’abdication du pape Célestin V377 : ne pouvait-il en être de même pour celle de Guillaume d’Arras ? Selon nous, il est peu probable que, dans les circonstances du moment, Boniface VIII se fût contenté d’un évêque complètement hostile ou à moitié favorable à la cause pontificale. Si Boniface confirma Thibaut de Bar, sans doute faut-il en déduire que celui-ci détenait tous les atouts nécessaires pour séduire le pape.

  • 378 Cfr supra, p. 164–165.
  • 379 Cfr Renardy, Monde des maîtres, p. 289. — Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 505–506. — Kern, (...)
  • 380 Rymer, Foedera, vol. 1, 2e part., p. 863 et également p. 944. — Sauerland, Vatikanische Urkunden, (...)
  • 381 Cfr n. précédente et Id., t. 2, col. 901–903 (15 janvier 1301).
  • 382 Outre Pagham, Thibaut disposait de canonicats et de prébendes notamment dans les églises de Paris, (...)
  • 383 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 111–112. — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 712–713.
  • 384 Sur ce personnage et ce qui suit, cfr Renardy, Répertoire, p. 270–271. — Berlère, Archidiacres xiv(...)
  • 385 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 346.
  • 386 Favier, Philippe le Bel, p. 358.
  • 387 Nous avions déjà laissé entendre que les circonstances de l’avènement de Thibaut de Bar devaient ê (...)

81Il convient de préciser tout d’abord que Thibaut était le frère du comte Henri III de Bar, gendre du roi d’Angleterre, celui-là même qui avait été, nous l’avons dit, le seul membre de la coalition anglo-flamande à avoir entamé une action militaire contre le Capétien378. Thibaut lui-même ne devait guère porter Philippe le Bel dans son coeur, lui qui l’avait évincé de la régence du comté de Bar à la mort d’Henri III379. On peut ajouter à cela que Thibaut avait des liens très étroits avec le souverain anglais. Ce dernier fit en effet le maximum pour favoriser sa carrière ecclésiastique. Il le recommanda au pape pour la succession de l’évêque de Metz Bouchard d’Avesnes et lui conféra une église paroissiale anglaise380, ceci avec la bénédiction du pape. Lui-même se montra d’une générosité débordante envers Thibaut de Bar. Il lui permit tout d’abord de prendre possession du bénéfice anglais alors qu’il n’était que sous-diacre et prit ensuite parti pour Thibaut, somme toute au bas de l’échelle du clergé, contre l’archevêque de Cantorbéry qui voulait le priver de cette église381. En outre, le pape ferma les yeux sur le fait que Thibaut cumulait une quantité impressionnante de prébendes. Qui plus est, il lui en conféra quelques-unes supplémentaires382. Un dernier élément mérite enfin d’être signalé. Parmi les dignitaires liégeois qui élurent Thibaut par compromis, nous constatons la présence du précédent élu, ce clerc qui se jugea indigne d’accéder à la charge épiscopale : Guillaume d’Arras. Les sources narratives ne font pas mystère du rôle essentiel que joua cet homme dans la désignation de Thibaut de Bar383. Or, sa biographie est très bien connue. Archidiacre de Condroz depuis 1289384, il fut l’un des collaborateurs les plus proches de Jean de Flandre et fit partie de tous ces gens qui prêtèrent de grosses quantités d’argent à l’impécunieux évêque de Liège. A la mort de celui-ci, c’est Guy de Dampierre qui remboursa les créances de son fils à l’archidiacre, qui, le 1er mai 1296, sera chargé par Boniface VIII d’installer Guillaume Berthout, le protégé de Guy de Dampierre, à la tête de l’évêché d’Utrecht385. Faut-il déduire de tout ceci que Guillaume d’Arras fut l’instrument, lors de l’élection liégeoise de Thibaut de Bar, du comte de Flandre qui allait justement être libéré par Philippe le Bel ? Était-il l’homme du pape Boniface VIII ? Cette question reste posée. Nous ne pouvons y apporter de réponse péremptoire. Toujours est-il que de tout ce qui précède, une nette impression se dégage : Thibaut de Bar est, d’une manière ou d’une autre, lié au comte de Bar, soutenu, protégé par le comte de Flandre, le roi d’Angleterre et le souverain pontife. À peu de choses près, on retrouve l’alliance anglo-flamande des années précédant 1300. Est-ce le fruit du hasard ? Nous ne le pensons pas. Que Boniface VIII ait vu en Thibaut de Bar un homme susceptible de créer une chaîne de solidarités forte et efficiente en sa faveur nous semble très probable. N’oublions pas qu’au cours de l’année 1302, Philippe le Bel subissait en Flandre deux revers cinglants. Comme le dit très justement J. Favier : « L’heure de la revanche sonnait et le pape allait pouvoir fédérer les haines que valaient à la France cinq années de demi-succès mal consolidés386. » Aussi est-ce sans doute la raison pour laquelle il ne souleva aucune objection à l’élection de Thibaut de Bar387.

  • 388 Favier, Philippe le Bel, p. 299.
  • 389 Lejeune, Liège et son Pays, p. 67 et n. 26.

82Si telle fut l’option pontificale, force est de constater que Boniface VIII se trompa du tout au tout. Le roi d’Angleterre n’eut plus aucun heurt avec Philippe le Bel. Le comte de Bar s’en tint à l’esprit du traité de Bruges même si, dans la suite, il combattit en Sicile, notamment pour le compte du pape388. Quant à Thibaut de Bar, il trouva dans un rapprochement avec Philippe le Bel, des avantages financiers intéressants389. Il négligea donc Boniface VIII, qui mourut d’ailleurs quelques mois après la confirmation du prélat liégeois sans avoir pu mettre en œuvre une véritable politique antifrançaise.

83Puisque nous ne disposons d’aucun élément à propos de l’investiture de Thibaut de Bar, passons directement à sa succession.

Adolphe et Englebert de la Marck, Jean d’Arckel

84Si les trois désignations épiscopales que nous venons de détailler avaient pour principal objet de créer un front hostile à Philippe le Bel, front comprenant l’évêque, sa parentèle et tout un réseau d’alliés potentiels que celle-ci pouvait éventuellement drainer, force est de constater que les deux successeurs de Thibaut de Bar, à l’inverse, ont été nommés au bénéfice du roi de France, à son initiative personnelle et, paradoxe des paradoxes, alors qu’ils n’étaient même pas ses sujets. En effet, les deux la Marck, l’oncle et le neveu, Adolphe et Englebert, appartenaient à une famille relevant de l’Empire, westphalienne, pour être plus précis. Le retournement de situation est de taille et mérite que l’on s’y arrête plus qu’un instant.

  • 390 Sur la date de son décès, cfr annexe I.
  • 391 Sur la Romfahrt d’Henri VII (R.1308-couronné 1309—E. 1312–† 1313) et la participation à celui-ci d (...)
  • 392 Cfr supra, p. 110.
  • 393 1402, p. 262 : « […] pronoscens donum episcopatus in manu pape cecidisse cum episcopus trans Alpes (...)
  • 394 1305–1314.
  • 395 Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 190–191.
  • 396 Les sources utilisées sont : 1402, p. 261–264, 269–270, 274. — Lévold de Northof, Chronica, p. 64– (...)
  • 397 Englebert II, comte de la Marck († 1328) et Adolphe, son frère cadet, sont les deux fils d’Évrard/ (...)
  • 398 1402, p. 268.
  • 399 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 144 : […] aptumque tempus promotioni sue considerons […].
  • 400 Nevers (France, dép. Nièvre) ; Avignon (France, dép. Vaucluse).
  • 401 Ibid. : […] querit amicos et procuratis per illos regis Francie Philippi Formosi literis papam Cle (...)
  • 402 Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 410–411. Sur le plan de la réserve bénéfic (...)
  • 403 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 145. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 186. Le 16 avril, Clément (...)
  • 404 Frère d’agents épiscopaux (Simon le Polain, châtelain de Franchimont, bailli de Condroz ; Winand, (...)
  • 405 À propos de ce cardinal (1312–† 1321), cfr Guillemain, Cour pontificale, p. 210, 220, 221, 240, 24 (...)
  • 406 Sur ce cardinal (1305–† 1323), cfr Id., p. 192 n. 68, 207, 210, 218 n. 186, 220, 223, 234, 236, 23 (...)
  • 407 Sur les diverses dates, cfr les sources mentionnées supra, n. 404.

85Thibaut de Bar mourut à Rome à la fin du mois de mai 1312390. Le roi des Romains, Henri de Luxembourg, avait gagné la Ville éternelle afin de se faire couronner empereur par les représentants du pape. Son cousin Thibaut l’accompagnait dans sa Romfahrt et tomba, victime de ces combats de rues qui accompagnèrent le couronnement impérial, de rixes entre les factions romaines guelfe et gibeline391. Thibaut étant décédé à Rome, la désignation de son successeur appartenait de droit au pape392. Le chapitre cathédral liégeois ne s’y trompa pas393 et effectivement Clément V394 se réserva la succession liégeoise395. Adolphe396, le frère du comte de la Marck397, un clerc, un noble et un maître universitaire, mais avant tout un homme audacieux et entreprenant398, jugea que le moment était venu pour lui de sortir de l’anonymat399. Séjournant alors à Nevers, il gagna sans difficulté Avignon400, le nouveau siège de la papauté, et présenta au pape les lettres de recommandation que lui avait accordées le roi Philippe le Bel, par l’entremise de divers parents et amis401. Clément V, dont la complaisance à l’égard du roi de France n’est plus à démontrer402, n’hésita guère et promut Adolphe de la Marck au trône de saint Lambert. C’était chose faite le 4 avril 1313403. La résistance qu’était censé lui opposer Guillaume de Julémont404, le candidat pressenti par les milieux liégeois, fut tout à fait vaine. Le 8 avril 1313, Clément V conféra le sous-diaconat à Adolphe. Les 14 avril et 9 juin, Guillaume de Mandagout, cardinal-évêque de Palestrina405, l’ordonna diacre puis prêtre et, le lendemain, Bérenger Frédol l’Ancien406, cardinal-évêque de Tusculum, le consacra évêque de Liège407.

  • 408 Nous évoquerons cette question dans le premier chapitre de la IIe partie, p. 254.
  • 409 Datée du 16 avril 1313 (Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 190–191. — Reg. Cl. V, t. 7, p. (...)
  • 410 Adolphe n’avait pas de prébende à Saint-Lambert, ni dans le diocèse de Liège d’ailleurs.
  • 411 Les chroniqueurs ne sont pas unanimes à propos de la date de son retour : 24 décembre pour Lévold (...)
  • 412 Adolphe IX, comte de Berg (1308–1348), fils d’Henri, seigneur de Windeck-Berg et d’Agnès, fille d’ (...)
  • 413 Cfr les sources p. 179 n. 412. Si l’on en croit Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 525, contraire (...)

86Nommé par le pape, à l’instance du roi de France, Adolphe de la Marck accède donc à l’un des plus riches évêchés de l’Empire, et ce sans l’ombre d’une difficulté. Celles-ci n’apparurent somme toute qu’après sa nomination. Ce sont les habituels soucis causés par le paiement des frais d’élection qui entravèrent le retour d’Adolphe dans sa nouvelle patrie408. Enfin, après avoir obtenu l’acte officiel de sa nomination409, cet homme, qui ne connaissait pas Liège et que Liège ne connaissait pas410, y fit son entrée à la Noël 1313411, accompagné notamment de ses frère et cousin, les comtes de la Marck et de Berg412, et fut accueilli dans l’allégresse par le peuple liégeois. Il inaugura son règne par une messe à la cathédrale puis par un grand banquet dans l’enceinte du palais épiscopal413.

  • 414 Les sources utilisées sont 1402, p. 336. — Lévold de Northof, Chronica, p. 83. — Jean de Hocsem, C (...)
  • 415 Cfr annexe I.
  • 416 Belgique, prov. Liège, arr. Huy, comm. Engis.
  • 417 1342–1352.
  • 418 Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 483. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 3, p. 156
  • 419 Fils du comte Englebert II de la Marck (cfr p. 178 n. 398).
  • 420 Promu motu proprio par le pape Jean XXII (Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 577).
  • 421 Les sources narratives [Lévold de Northof, Chronica, p. 83 et 1402, p. 336 : Ad preces regis Franc (...)
  • 422 Cfr Id. (23 janvier 1345).
  • 423 Id., p. 506 (Englebert est seulement sous-diacre à ce moment). — 1402, p. 336. — Jean de Hocsem, C (...)
  • 424 Le 28 février, Clément VI lui permet notamment de regagner Liège, dans la mesure où les nobiles et (...)
  • 425 Ne serait-ce qu’à Liège même, certaines nominations capitulaires jugées arbitraires avaient provoq (...)
  • 426 Le tout par l’archevêque de son choix, dans un délai maximum de neuf mois après le terme légal d’u (...)
  • 427 Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 3, p. 164. — Von Rlezler, Vatikanische Akten, p. 798.
  • 428 1402, p. 336. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 334–335. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 113.

87Le scénario de l’accession au pouvoir d’Englebert de la Marck414 ressemblerait à s’y méprendre au parcours que suivit Adolphe si les acteurs n’avaient complètement changé. Adolphe de la Marck s’éteignit dans la tourmente le 3 novembre 1344415, à Clermont-sous-Huy416. Comme en 1313, mais cette fois sans réel fondement juridique, le pape Clément, sixième du nom417, s’appropria à nouveau la succession liégeoise (18 novembre 1344418.) C’est une nouvelle fois un la Marck qui fut désigné : Englebert419, neveu d’Adolphe, prévôt de Saint-Lambert depuis 1332420 et donc bien connu à Liège. Chaudement recommandé au pape par le roi de France Philippe VI de Valois421, Englebert crut probablement pouvoir recueillir la succession de son oncle sans se rendre à Avignon. Le roi de France avait d’ailleurs sollicité cette dispense du pape, mais Clément VI s’y opposa catégoriquement. D’ailleurs, il hésitait. Englebert avait certes les faveurs du roi ; Adolphe lui-même avait plaidé la cause de son neveu. Pourtant, Clément VI tergiverse. Il se demande s’il n’y aurait pas lieu de nommer, certes, un favori de Philippe VI, mais quelqu’un d’autre qu’Englebert de la Marck qui — il le sait de source sûre — est haï par la quasitotalité de son peuple422. Voyant le trône liégeois s’éloigner de lui, Englebert se précipita à Avignon. Clément VI prit alors des décisions aussi rapides que déconcertantes compte tenu de ses atermoiements antérieurs. En effet, il se prononça incontinent en faveur d’Englebert (23 février423) et lui donna toute latitude pour ne pas s’attarder à Avignon424. Il est vrai que la situation politique liégeoise était alors assez tendue et le nouvel élu de Liège devait à tout prix rentrer séance tenante425. Aussi Englebert sera-t-il autorisé à recevoir les ordres majeurs et la consécration plus tard, fût-ce bien longtemps après le terme canonique426. Le temps de prononcer son serment de fidélité au pape, le 2 mars427, Englebert regagna nos régions. Le 12 avril 1345, il pénétra à Liège, qui le reçut honorifice, et il offrit lui aussi une fête à l’occasion de son avènement428.

  • 429 Le lendemain selon Mathias de Lewis, Chronicon, p. 114 et Jean de Brusthem, Chronique, p. 86, comp (...)
  • 430 Le texte s’applique à Englebert mais c’est manifestement un formulaire-type (R.O.P.L., p. 261–262) (...)
  • 431 Cfr cependant p. 162–163.
  • 432 Il sera question de la paix de Fexhe (18 juin 1316) ainsi que des deux derniers principes — inalié (...)

88Englebert ne devint prêtre que le 17 décembre 1345 et fut consacré dans le même temps429. Entre-temps, il dut jurer, probablement dès son arrivée à Liège, ce qui est traditionnellement considéré comme la première capitulation épiscopale de l’histoire liégeoise, la seule en tout cas dont nous possédions le texte officiel430 pour la période couverte par notre livre431. Probablement échaudé par le comportement souvent violent d’Adolphe de la Marck, le chapitre exigea en effet qu’Englebert s’engage à défendre la terre, la patrie et le clergé liégeois, à conserver les statuts, privilèges et coutumes en usage et à observer la paix de Fexhe. Il jura en outre qu’il avait acquis l’épiscopat de façon canonique, promit de préserver l’intégrité du territoire liégeois et de récupérer par tous les moyens les biens aliénés. Enfin, il s’engagea à ne pas vendre les offices à sa collation, notamment les échevinats, les charges de châtelains et les diverses juridictions relevant de lui432. Voici qui met un terme provisoire à notre exposé relatif aux avènements des la Marck.

  • 433 Reimann, Grafen von der Mark.
  • 434 Id., p. 18–23, 49–54.
  • 435 Cfr Mollat, Les papes d’Avignon, p. 85–86 et n. 6, 394–397. — Cazelles, Philippe de Valois, p. 70, (...)

89Un bon ouvrage a été consacré par N. Reimann à la famille des la Marck433. Il y évoque, dans le détail, les arrivées au pouvoir d’Adolphe et d’Englebert434. Toutefois, même si, de ce fait, nous n’y consacrerons pas de très longs développements, il nous a semblé indispensable de revenir sur ces problèmes, tout d’abord parce que les éviter serait tronquer notre propos, ensuite parce que, d’une part, Reimann ne fait pas toujours usage de l’ensemble des sources locales et que, d’autre part, il ne semble pas interpellé par plusieurs questions que nous tenons, nous, pour essentielles : pourquoi Philippe le Bel a-t-il soutenu la nomination d’Adolphe de la Marck ? Pourquoi Philippe de Valois s’est-il comporté de la même façon avec Englebert ? Pourquoi enfin Clément VI qui passe pour un relais de la politique royale française435, a-t-il tant hésité à nommer le protégé du roi de France, avant de prendre une décision certes favorable à Englebert et à Philippe de Valois, mais à la fois tardive et impromptue. À ces diverses interrogations, nous n’apporterons pas de réponses solidement étayées. Rien ne peut nous empêcher cependant d’avancer quelques hypothèses que nous dicte la situation politique européenne du moment.

  • 436 Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 753.
  • 437 Florent Berthout (* dernier quart du xiiie siècle-† 1331), seigneur de Malines à partir de 1310, f (...)
  • 438 Difficile d’étayer cette hypothèse : Jean II de Brabant (cfr p. 164 n. 306) meurt en octobre 1312 (...)
  • 439 Favier, Philippe le Bel, p. 407–425. — Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 377 (...)
  • 440 Mollat, Collation des bénéfices, p. 201, 209.
  • 441 Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1075–1076 (18 juillet 1313).
  • 442 R.1327–† 1377. Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 289. — Viard, Journaux du trésor de Philippe VI, (...)

90À la première question relative aux motivations qui guidèrent Philippe le Bel dans sa volonté de promouvoir la candidature d’Adolphe à la succession de Thibaut de Bar, Reimann apporte une réponse qui, selon nous, n’en est pas une. Il se borne en effet à mettre en exergue le rôle d’intermédiaire que jouèrent, entre le roi de France et le futur évêque de Liège, certains parents et amis de ce dernier. Et Reimann de signaler, fort à propos, un acte du 6 mars 1313436, par lequel Florent Berthout, seigneur de Malines et oncle par alliance d’Adolphe de la Marck437 rend le duc Jean III de Brabant attentif aux avantages qu’il retirerait immanquablement de l’arrivée de son neveu sur le trône liégeois. Il s’engage même à lui payer une forte amende si l’évêque ne se comporte pas en ami fidèle du duc. De fait, on peut penser à bon droit que Florent Berthout, voire le duc de Brabant lui-même438, furent de ceux qui plaidèrent la cause d’Adolphe auprès de Philippe le Bel. Reste que, selon nous, ce constat logique ne résout absolument rien car, quand bien même Adolphe eût été soutenu par une cohorte de princes, nous ne pensons pas que le roi de France lui aurait donné son aval si lui-même, qui mena invariablement une action politique réfléchie, opportuniste, dont l’unique but était d’accroître la grandeur de la France, n’y avait vu quelque profit personnel. Quel pouvait bien être son intérêt dans toute cette affaire, là est toute la question. Peut-être faut-il chercher des éléments de réponse dans les rapports qu’entretint Philippe le Bel avec Henri VII de Luxembourg, roi des Romains puis empereur, un homme qui avait été élevé à la cour de France439. En 1308, ce dernier mit fin aux espoirs du Capétien de voir l’un des siens accéder à l’Empire. Pourtant, les rapports entre les deux souverains étaient alors cordiaux. Un traité réglant leurs différends fut d’ailleurs conclu le 26 juin 1310. Il ne fut cependant jamais ratifié. Philippe le Bel fit intrusion à plusieurs reprises dans les terres impériales et se mit à intriguer en Italie contre le futur empereur. Quant à ce dernier, venu dans la péninsule afin de recevoir la couronne impériale, il se montra hostile aux dirigeants napolitains qui n’étaient autres que des Capétiens. Il est clair que seule la mort prématurée d’Henri VII empêcha la rupture entre les deux alliés d’hier. Compte tenu du climat politique qui prévalait alors, on peut légitimement se demander si, en favorisant l’avènement à Liège d’Adolphe de la Marck, Philippe le Bel n’a pas voulu se ménager un allié de poids, placer un homme de confiance à la tête d’une principauté qui aurait été à la fois une sorte d’état-tampon et de poste avancé dans les terres de celui qui apparaissait de plus en plus comme l’ennemi du Capétien. Les décès quasiment simultanés des deux souverains ne nous permettent pas de vérifier la pertinence de cette hypothèse. Toujours est-il que ce n’était pas la première fois que Clément V plaçait des hommes dévoués à Philippe sur des sièges germaniques, que ce soit pour favoriser ses visées sur l’Empire ou y étendre son influence440. D’un autre côté, lorsque Adolphe sollicita les régales d’Henri VII de Luxembourg, celui-ci lui opposa une fin de non-recevoir pour des motifs tout à fait futiles441. Il n’avait donc pas bonne réputation auprès de l’empereur qu’il avait pourtant tenté de séduire avec une bourse remplie d’argent. Inversement, Adolphe fut véritablement choyé par le roi de France, surtout par Philippe de Valois qui n’hésita pas à lui accorder d’importantes sommes d’argent afin de s’assurer l’assistance militaire de l’évêque dans sa lutte contre le roi d’Angleterre Edouard III442. Que Philippe le Bel, le premier, ait cru trouver en Adolphe l’homme d’une situation qui, du point de vue de ses rapports avec Henri VII, se dégradait jour après jour, nous semble tout à fait vraisemblable.

91De la même façon, c’est probablement le digne successeur de son oncle que Philippe de Valois vit en Englebert de la Marck, un homme dont Adolphe avait de toute évidence favorisé la carrière et façonné la personnalité avant en quelque sorte de le coopter et de lui assurer sa succession. Tout cela constituait à coup sûr une présomption d’excellence aux yeux de Philippe VI et sans doute est-ce pour cette raison qu’il soutint Englebert auprès du pape.

  • 443 R.1314–E.1328–† 1347.
  • 444 1316–1334.
  • 445 R. 11 juillet 1346–couronné le 26 novembre 1346–E. 1355-† 1378.
  • 446 Sur tout ce qui précède, cfr Gebhardt, Handbuch, p. 518–549. — Moraw, Das Reich im spaten Mittelal (...)
  • 447 Le 17 juin 1345, Louis de Bavière ordonna aux habitants de la Cité et du diocèse de Liège d’obéir (...)
  • 448 Les 2 janvier et 2 février 1346. Cfr Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 654–655 (il fait (...)
  • 449 Berlière, Suppliques Clément VI, p. 201–202.
  • 450 C.S.L., t. 4, p. 55–56, également p. 56–58.
  • 451 Id., t. 4, p. 58–60. Nous ne sommes pas parvenu à préciser davantage le lien de parenté.
  • 452 On peut à bon droit considérer comme essentiel le rôle de Clément VI dans l’avènement d’Englebert (...)

92Reste l’attitude de Clément VI qui paraît pour le moins versatile. Après s’être montré réticent à l’égard d’Englebert, il finit par lui accorder l’évêché sur un coup de tête. Il n’est pas facile de dégager les raisons d’un tel comportement. Peut-être faut-il les chercher dans les rapports triangulaires entre la France, l’Empire et le Saint-Siège. Revenons quelque peu en arrière. À la mort d’Henri VII, c’est Louis de Bavière443 qui s’imposa à la tête de l’Empire. Le règne de celui-ci ne fut qu’une succession ininterrompue de conflits, en particulier avec la France et la papauté d’Avignon. Le spectaculaire antagonisme entre l’empereur et le pape Jean XXII444 est dans toutes les mémoires. Cependant, dès la fin de l’année 1340, Philippe de Valois opéra un rapprochement des plus significatifs avec Louis de Bavière. Plusieurs textes, notamment le traité de Vincennes (15 mars 1341), consacrèrent une certaine réconciliation. Les préoccupations de la papauté furent cependant loin d’être similaires. Auteur d’expéditions militaires en Lombardie, Louis était et restait un ennemi aux yeux de Clément VI et il fallait à tout prix s’en débarrasser. Pour ce faire, le pape suscita et soutint la candidature à l’Empire du petit-fils du défunt empereur Henri VII : le futur Charles IV445. Début 1345, Philippe de Valois renouvela son intervention en faveur du Bavarois mais en vain446. En avril 1346, ce dernier était excommunié et son destin, scellé. Selon nous, il n’est pas impossible que l’attitude de Clément VI, en fin de compte favorable à Englebert mais après des mois d’hésitation, trouve son origine dans les relations entre l’élu de Liège et l’Empire. Englebert n’eut guère de rapports avec Louis de Bavière. Ce dernier s’efforça bien entendu de le rallier à sa cause447 et Englebert tarda même à le condamner fermement. Cette négligence lui fut d’ailleurs plusieurs fois reprochée par le pape448 mais il eût été malvenu pour l’évêque de prendre brutalement le contre-pied de la politique menée par Philippe de Valois, son protecteur. Cela ne l’empêcha pas en fin de compte de se conformer aux vues de Clément VI. En effet, il ne prit pas la peine de demander les régales au Bavarois et, déclarant que nullus ad presens imperator vel rex Romanorum existit, il s’adressa au pape, qui s’empressa de les lui donner449. Elles lui furent à nouveau conférées, cette fois officiellement, le 26 novembre 1346, par le roi des Romains Charles de Luxembourg450, un roi avec lequel Englebert eut globalement de bons rapports, un roi qui ne manque jamais de signaler qu’Englebert est son consanguineus451. Peut-être est-ce cette dernière caractéristique qui décida Clément VI à lui conférer finalement la mitre liégeoise. Englebert pouvait, somme toute, constituer un utile trait d’union entre Charles, son parent, et le pape452.

  • 453 R.1314–† 1330.
  • 454 Cfr Gebhardt, Handbuch, p. 518–521.
  • 455 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 153. — 1402, p. 274. — Lévold de Northof, Chronica, p. 66.
  • 456 Cfr n. précédente.
  • 457 Cfr Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 5, p. 26 (9 mai 1314).
  • 458 Reg. Cl. V, t. 7, p. 331, 337.
  • 459 R.F.A., L. Hesse.
  • 460 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 63–64 : « Et veriteit est que, quant ilh n’at emperreur ou roy e (...)
  • 461 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 153–154. — 1402, p. 274. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 1 (...)

93Nous venons d’évoquer l’investiture temporelle d’Englebert de la Marck. Avant de passer à la succession de celui-ci, il importe que nous consacrions quelques développements à celle d’Adolphe, son oncle. Ce dernier, nous l’avons vu, fut nommé évêque de Liège peu avant la mort d’Henri VII et la guerre de succession qui la suivit. Deux hommes s’opposèrent : Louis de Bavière, dont nous venons de parler, et Frédéric le Beau453, un Habsbourg. C’est le premier qui finalement sortit vainqueur de cette rivalité454. Les chroniques liégeoises le soulignent avec perspicacité : il n’était pas possible de résister à un homme qui avait été couronné roi à Aix455. Toutefois, cela n’empêcha pas l’évêque de Liège de prendre fait et cause, dès le début du conflit, pour Frédéric le Beau456. Celui-ci s’était d’ailleurs engagé à lui accorder les régales dont Henri VII l’avait privé457. Avec la défaite de Frédéric, Adolphe se trouvait privé de régales et du moyen de les obtenir, obstiné qu’il était et resta dans son attitude hostile au Bavarois. Certes, le 23 octobre 1313, Clément V lui avait concédé les pouvoirs temporels sur l’État liégeois458, mais il devait être clair aux yeux de tous que ces régales, c’était l’empereur et personne d’autre qui devait les conférer. Il se souvint alors d’un vieux principe de droit selon lequel lorsque le roi résidait au delà du Main, les échevins de Francfort459 étaient habilités à concéder des « régales temporaires » aux évêques des régions situées en deçà du Main, ce qui, bien entendu, ne devait pas les dispenser de solliciter une investiture laïque officielle entre les mains de l’empereur dès que cela devenait géographiquement possible. Fort de cette règle de droit encore signalée par Jacques de Hemricourt à la fin du xive siècle460, Adolphe entama alors une expédition tout à fait rocambolesque (1315)461. Il se présenta en effet à Francfort, revêtu d’un déguisement, et subrepticement se fit remettre les régales par deux échevins qu’il avait au préalable soudoyés. À peine avait-il quitté la ville que la supercherie fut découverte mais cela ne porta pas à conséquence. Durant tout son pontificat, Adolphe exerça ses prérogatives temporelles sur la base d’une investiture obtenue dans des conditions pour le moins douteuses, mais ces régales, elles lui venaient tout de même de l’empereur, un empereur trompé, subjugué, un empereur au pouvoir en constante déliquescence, mais un empereur malgré tout, et aux yeux de tous.

  • 462 Le futur Adolphe III, évêque de Münster et archevêque de Cologne puis comte de Clèves et de la Mar (...)
  • 463 Raoul de Rivo, Gesta, p. 12. Sur cet auteur, cfr Balau, Sources, p. 527–532. — Mohlberg, Radulph d (...)
  • 464 1362–1370.
  • 465 Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 469–470.
  • 466 Schoolmeesters, Recueil de lettres adressées aux papes et aux cardinaux, p. 43.
  • 467 Ferry de Bar, fils d’Isabelle de Lorraine [fille du duc de Lorraine Thibaut II († 1312)] et d’Erar (...)
  • 468 Chanoine de Saint-Lambert de 1339 à 1362, de Verdun et de Sainte-Waudru de Mons en 1342, vice-doye (...)
  • 469 Schoolmeesters, Recueil de lettres adressées aux papes et aux cardinaux, p. 44. Le nom du roi de F (...)
  • 470 Les sources utilisées sont : 1402, p. 250–352. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 12–15. — Jean de Stavelo (...)
  • 471 Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 469–471.
  • 472 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285. Il les avait en quelque sorte obtenues de Charles IV, (...)
  • 473 Strubbe-Voet, De chronologie, p. 313. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 20–24.
  • 474 Le jour assigné à la Joyeuse Entrée de Jean d’Arckel varie une nouvelle fois d’une chronique à l’a (...)

94En 1364, Englebert de la Marck brigua le siège archiépiscopal de Cologne que son neveu462 laissait vacant afin de pouvoir retourner à la vie laïque. L’argent proposé par l’évêque de Liège eut raison du pape463 : Urbain V464 le transféra le 15 avril 1364465. La succession au trône de saint Lambert revint une nouvelle fois à la papauté, et ce de plein droit. Cela dit, même si la décision finale appartenait au pape, rien n’empêchait tout un chacun de lui proposer des noms voire de l’inciter fortement à suivre les conseils qui lui étaient donnés. Ainsi, peut-être déjà avant le transfert d’Englebert à Cologne, le chapitre de Saint-Lambert suggéra-t-il au pape de désigner Ferry de Bar466, l’un des siens467. Peu après, les chanoines apprirent que le roi de France souhaitait voir nommer un autre tréfoncier liégeois : Renaud de Barbençon468. Ils renoncèrent donc à leur candidat et se rallièrent à la proposition française, qu’ils soutinrent devant le pape469. Celui-ci ne désigna ni l’un ni l’autre : il porta son choix sur l’évêque d’Utrecht, maître Jean d’Arckel, qui était présent à la cour pontificale470. Il transféra Englebert et Jean le même jour, soit le 15 avril 1364471. Investi au temporel par l’empereur Charles IV472, Jean d’Arckel, qui avait déjà reçu les ordres majeurs et la consécration à Utrecht entre le 20 novembre 1342 et le 8 mai 1343473, arriva à Liège dans les derniers jours de juillet 1364, accompagné par nombre de ses amis. Reçu dans la joie par le peuple liégeois, il prononça les serments habituels et offrit la fête désormais liée, par tradition, à l’avènement épiscopal474.

  • 475 Ibid. 1402, p. 352. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285. — Rutgers, Jan van Arkel, p.  (...)
  • 476 Sur mambournie et vacance du pouvoir épiscopal, cfr p. 475–485.
  • 477 Cfr p. 171–174, 178, 181.
  • 478 Beruère, Libri obligationum, p. 1. Le premier document où la somme à payer est mentionnée par l’év (...)
  • 479 Berlière, Libri obligationum, p. 4, 21 (l’acte relatif aux services communs d’Adolphe de Waldeck n (...)
  • 480 Renardy, Monde des maîtres, p. 289.
  • 481 Berlière, Libri obligationum, p. 68.

95Comme pour les autres prélats liégeois, nous n’avons pas manqué de nous interroger sur les raisons qui ont pu pousser Urbain V à négliger les clercs qui lui étaient suggérés au profit de Jean d’Arckel. Malheureusement, force nous est d’avouer que nous n’avons pas trouvé de raison politique péremptoire à cette nomination. Peut-être n’y en a-t-il pas, tout simplement. Peut-être aussi cette décision pontificale fut-elle motivée non par la grande politique internationale mais par d’autres considérations, plus matérielles. Quoi qu’il en soit, les remarques qui suivent méritent, selon nous, d’être formulées. Signalons tout d’abord qu’à l’époque où il devint évêque de Liège, Jean d’Arckel connaissait à Utrecht des démêlés avec son chapitre cathédral, dont il était d’ailleurs venu se plaindre à Avignon475. Ainsi donc, en le transférant à Liège — il ne devait pas y avoir beaucoup d’évêchés vacants à ce moment précis, — le pape faisait en quelque sorte « d’une pierre deux coups » : il réglait le contentieux hollandais et apportait une solution rapide aux graves troubles qu’avait une nouvelle fois permis la vacance du siège épiscopal liégeois476. Ceci étant, une autre raison dut peser très lourd, à notre avis, dans le départ vers Liège de Jean d’Arckel : sa présence à Avignon, à l’heure même de sa nomination. Lorsque nous reprenons la liste des prélats qui se sont succédé à Liège entre 1200 et 1364, nous constatons qu’à partir d’Hugues de Chalon (1295), tous les évêques de Liège, sans exception, se trouvaient dans la capitale des États pontificaux lorsqu’ils furent désignés par le pape477. Or, Hugues est également le premier prélat pour lequel nous possédons un acte où il s’engage à payer à Rome les services communs et les menus services, c’est-à-dire les frais de son élection478. Dans la suite, aucun évêque de Liège ne parvint à se soustraire à cette forme d’impôt qui, nous le verrons, eut des conséquences désastreuses sur les finances épiscopales liégeoises479. Chr. Renardy signalait déjà, à propos de Thibaut de Bar, que sa présence à la curie avait joué en sa faveur dans la course à l’évêché de Liège. « On pouvait en effet espérer que cela faciliterait la tâche […] de récolter les fonds dus pour la confirmation pontificale […] »480. Nous pensons, pour notre part, que, dans la désignation de Thibaut, ses qualités proprement politiques l’emportèrent sur des considérations pécuniaires. À notre avis, celles-ci ne furent jamais qu’adventices. Toutefois, dans le cas de Jean d’Arckel, dont le transfert à Liège ne semble pas motivé par des critères politiques décisifs, il est très probable que celui-ci fit l’objet d’une transaction tacite : le séduisant trône de saint Lambert contre la promesse d’acquitter les services communs dans les plus brefs délais. Jean d’Arckel s’engagea d’ailleurs à effectuer ce paiement moins de deux semaines après la déclaration officielle de sa nomination, le 27 avril481.

Arnould de Hornes

  • 482 On aura une bonne idée de la question et un état de la bibliographie dans Bautier, Aspects politiq (...)
  • 483 Sur la succession de Jean d’Arckel, les sources utilisées sont : 1402, p. 373–383. — Raoul de Rivo (...)

96Le dernier avènement épiscopal inscrit dans les termini que nous avons assignés à ce travail fut peut-être le plus tumultueux car il constitue l’une des nombreuses manifestations du grand Schisme d’Occident482, cette déchirure sans précédent que connut l’Église à partir de 1378 et durant des décennies. En deux mots, précisons d’emblée les quelques faits permettant de mieux cerner l’épisode liégeois des années 137R 1380483.

  • 484 1378–389.
  • 485 1378–1394.

97Le 8 avril 1378, Urbain VI484 était élu par le conclave à la tête d’une papauté redevenue romaine depuis peu. Cinq mois plus tard, la rupture est consommée entre le pape et le collège des cardinaux. Le 18 septembre, celui-ci désigne un nouveau pape : Clément VII485.

  • 486 À propos de cette date controversée, cfr annexe I.
  • 487 La scission est très nette à la mi-juillet, mais il y a déjà une grande tension entre Urbain VI et (...)

98La mort de Jean d’Arckel, le 1er juillet 1378486, quinze jours seulement avant que l’Église ne commence à s’embraser487, survint à point nommé pour précipiter la principauté de Liège dans la guerre civile, reflet de celle qui agitait la chrétienté. Les événements sont particulièrement complexes. Aussi avons-nous décidé d’en présenter un schéma clair plutôt qu’exhaustif, de mettre l’accent sur certains aspects et de tenter de répondre aux quelques questions qui nous ont guidé tout au long de nos propos relatifs aux avènements épiscopaux.

  • 488 Le peuple réclame un évêque mais n’exige pas explicitement Eustache Persan de Rochefort comme le s (...)

99Cinq jours après le décès de Jean d’Arckel, le chapitre procéda à l’élection de son successeur, sur les instances répétées du peuple liégeois488.

  • 489 Schoolmeesters, Élection, p. 228. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 534. — Corneille de Zantfl (...)
  • 490 Schoolmeesters, Élection, p. 193, définit ce type d’élection de façon erronée. Cfr p. 110.
  • 491 Ses trois frères occupèrent des postes importants. Gilles, protégé d’Englebert de la Marck, fut ar (...)
  • 492 Cfr acte par lequel l’empereur recommande Eustache consanguineus noster dilectus à Urbain VI (Scho (...)

100Proclamant par avance que le futur élu devait renoncer au trône si le pape ne validait pas sa désignation, trente-deux chanoines cathédraux se réunirent489 et élirent per viam Sancti Spiritus490, c’est-à-dire dans un accord spontané et unanime, Eustache Persan de Rochefort, un chanoine de Saint-Lambert, membre d’une famille très en vue à Liège491 et parent de la Maison de Luxembourg, qui était alors à la tête de l’Empire492. Il fut aussitôt acclamé par son peuple.

  • 493 Schoolmeesters, Élection, p. 222–224. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 528–530. — C.S.L., t.  (...)
  • 494 Frédéric III de Saarwerden (1370–† 1414). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 274. — Neidiger, F. (...)
  • 495 Schoolmeesters, Élection, p. 223, 226. — Von Droste, Die Diôzese Lüttich, p. 529, 532. — 1402, p.  (...)
  • 496 Belgique, pr. Namur, arr. et comm. Dinant.
  • 497 Ibid. Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 77.

101Les étapes traditionnelles de l’avènement épiscopal se succédèrent alors très rapidement et sans difficulté. L’empereur Charles IV lui accorda les régales puis, au même titre que la Cité de Liège, pria Urbain VI, le seul pape alors en fonction, de confirmer Eustache ainsi qu’il allait lui être demandé par une députation envoyée à Rome à cet effet493. Pendant ce temps, l’élu reçut la confirmation de l’archevêque de Cologne494 et lui demanda la permission de recevoir les ordres majeurs495. Il fit ensuite son entrée à Dinant496 et y prononça les serments traditionnels497.

  • 498 Schoolmeestrs, Élection, p. 224–225. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 530–532.
  • 499 Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxvi—xxvii, pense que les émissaires d’Eustache Persan de Roch (...)
  • 500 Gastout, Suppliques Urbain VI, p. 64–66, qui précise les fourchettes chronologiques données par Ha (...)
  • 501 Italie, Latium, pr. Latina.
  • 502 Hanquet, Supplique Clément VII, p. 26.

102Dans les semaines qui suivirent, Eustache apprit que l’élection d’Urbain VI faisait l’objet de contestations. Il résolut alors de scinder la délégation en route pour Rome. Deux émissaires se rendraient auprès d’Urbain VI ; les deux autres seraient tenus en réserve pour le cas où un second pape serait élu498. Arrivés à Rome499, les plénipotentiaires liégeois apprirent le 22 septembre que le pape refusait de reconnaître leur élu et en désignait un second : l’évêque d’Utrecht Arnould de Hornes500. Au lieu de regagner Liège et de faire allégeance au prélat choisi par le pape, ainsi que le chapitre de Saint-Lambert l’avait prescrit, ils gagnèrent Fondi501 où Clément VII avait été élu deux jours plus tôt. Bien évidemment, ce dernier ne laissa pas passer l’occasion de faire de Liège l’un des bastions de la cause clémentine. Il confirma Eustache le 8 novembre502.

  • 503 Wenceslas de Luxembourg († 1383), fils de Jean l’Aveugle, roi de Bohême et comte de Luxembourg († (...)
  • 504 Ces événements, que nous n’avons pas jugé utile de détailler ici, font l’objet de très longs dével (...)
  • 505 1402, p. 377. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 41. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78.
  • 506 Ibid. : les Liégeois errantes velut grex sine pastore […].
  • 507 On conserve une longue et éloquente série de suppliques qu’adressa les 22 et 27 septembre 1378 à C (...)
  • 508 Cfr p. 193 n. 499.
  • 509 Les sources narratives (1402, p. 378–379. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78. — Raoul de (...)
  • 510 1402, p. 378, évoque une date ultérieure à la Sainte-Lucie (13 décembre) ; Raoul de Rivo, Gesta, p (...)
  • 511 Il est nommé ce jour par l’ensemble de la population de la principauté. Cfr R.C.L., t. 1, p. 465–4 (...)
  • 512 1402, p. 380, le signale très explicitement. C’est également l’avis du chroniqueur utrechtois cité (...)
  • 513 1402, p. 382. — Valois, Grand Schisme en Allemagne, p. 117–122, 152–153. Cfr encore Pierre de Here (...)
  • 514 1402, p. 383. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 43. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 214.

103Dans l’intervalle, la position liégeoise d’Eustache était devenue pour le moins vacillante. Comme souvent en de telles circonstances, le duc de Brabant503 avait profité de la vacance du pouvoir épiscopal pour s’en prendre aux marches de la principauté. Eustache essaya bien de résister au duc mais, mieux accueilli par celui-ci qu’il n’était soutenu par ses propres sujets, il finit par se rallier au parti adverse504. C’était assurément commettre l’irréparable. Adhérer au successeur de l’ennemi par excellence, de l’auteur du sac de Liège (1212), c’était l’injure suprême aux yeux des Liégeois, tant des clercs que des laïcs. Eustache fut déchu de tous ses droits (21 décembre)505 et le peuple, atterré à l’idée d’être privé d’évêque506, appela Arnould de Hornes à la rescousse. Celui-ci ne faillit pas à son devoir mais refusa durant longtemps d’abandonner Utrecht et d’opter définitivement pour Liège. Au vrai, il cultivait le paradoxe : appelé à Liège par Urbain VI, il s’efforçait de conserver des liens cordiaux avec Clément VII507. En fait, Arnould ne procéda pas différemment d’Eustache, qui s’était ménagé la possibilité d’être confirmé par celui qui, des deux papes en fonction, serait finalement reconnu par l’ensemble de la chrétienté508. Arnould, quant à lui, savait très bien que monter sur le trône de saint Lambert, c’était renoncer à un évêché dont la possession ne pouvait lui être contestée, en accepter un autre, de la main d’un pape qui pouvait, à tout moment, être déposé, et s’aliéner définitivement Clément VII. Le pari était risqué. Aussi préféra-t-il jouer sur les deux tableaux jusqu’à ce que la situation se soit décantée509. Arrivé à Liège à la mi-décembre510, Arnould se borna, le 16 décembre511, à accepter la mambournie, sorte de demi-mesure qui lui donnait l’opportunité de s’arroger les revenus des deux évêchés512 et de se tenir à l’écart des affaires liégeoises grâce à de très longs séjours à Utrecht. Le peuple liégeois qui, fait exceptionnel, avait préféré un mambour, un demi-évêque en quelque sorte, à un évêque clémentin complet mais passé à l’ennemi brabançon, ce peuple en eut vite assez d’Arnould qui se montrait par trop indifférent aux affaires liégeoises. Il ne fut cependant pas nécessaire de le destituer ainsi qu’on l’en menaça. En février puis en septembre 1379513, une bonne part de l’Empire, dont la principauté de Liège, bascula officiellement dans le camp urbaniste. Arnould fut alors intronisé à la cathédrale le 24 octobre puis fit sa Joyeuse Entrée dans les autres villes de ses États514.

  • 515 Strubbe-Voet, De chronologie, p. 313.
  • 516 Fils de Charles IV, roi de 1376 à 1400, année au cours de laquelle il fut déposé. Cfr Von Isenburg (...)
  • 517 R.C.L., t. 1, p. 474. — C.S.L., t. 6, p. 140.
  • 518 Raoul de Rivo, Gesta, p. 43–44. — Pierre de Herenthals, Secundo Vita Clementis VII, p. 523, 529. —(...)
  • 519 C.S.L., t. 6, p. 141. Le même jour, Arnould, le chapitre de Saint-Lambert et le peuple liégeois dé (...)
  • 520 Schoolmeesters, Élection, p. 237. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 537. — C.S.L., t. 6, p. 14 (...)

104Nous n’avons aucune information à propos de sa consécration liégeoise. Il est vrai cependant qu’il l’avait déjà reçue à Utrecht en 1371515. Quant à son investiture temporelle, elle se fit, semble-t-il, en trois étapes. Dans un premier temps, le roi des Romains, Wenceslas de Luxembourg516, la lui accorda par un acte daté du 1er septembre 1379517, document par lequel Arnould se fit d’ailleurs reconnaître officiellement par le chapitre cathédral518. Deux mois plus tard, le 9 novembre, Arnould se rendit à Aix où l’archevêque de Cologne lui remit les régales au nom du roi519. Enfin, le 27 mai 1380520, celui-ci, en personne, les lui conféra officiellement et solennellement.

105Ainsi se termina, à l’avantage du second, la rivalité entre Eustache Persan de Rochefort et Arnould de Hornes. À l’aube d’un schisme dont l’issue était incertaine, ils s’efforcèrent, l’un et l’autre, de ménager Rome et Avignon. Ce qui les différencia, en définitive, ce fut une simple question de choix. L’un fit le bon, l’autre le mauvais.

106La lutte pour la succession de Jean d’Arckel fut l’occasion, pour plusieurs forces politiques, de quitter cet anonymat dans lequel elles s’étaient progressivement enfoncées durant les décennies précédentes.

  • 521 Il n’y eut que cinq jours entre la mort de Jean d’Arckel et l’élection de son successeur mais, con (...)
  • 522 Cfr supra, p. 111.

107Le chapitre de Saint-Lambert, tout d’abord. Même s’il y mit les formes, il n’hésita pas, en effet, à choisir lui-même son évêque. Sa décision fut d’ailleurs on ne peut plus rapide521, comme s’il s’agissait de prendre les devants, de tout régler au plus vite, avant que le pape ne proclame sa réserve. Ce redressement capitulaire ne manque pas de signification, à l’heure où, certes, Urbain V et Grégoire XI ont porté le principe de réserve à son sommet522, mais aussi au moment où l’autorité pontificale va connaître une crise dramatique.

  • 523 Cet aspect de la crise liégeoise et les démêlés entre l’élu et le mambour, Eustache et Wauthier de (...)

108Second corps politique à sortir de l’ombre : le peuple liégeois. Nous le voyons réclamer un évêque avec anxiété, acclamer l’élu, imposer un mambour au chapitre cathédral523, faire grise mine à Eustache Persan de Rochefort puis le rayer de la liste des évêques et brûler ses armoiries en place publique. Ce sont ensuite l’appel pressant à Arnould de Hornes et les menaces contre le même Arnould qui ne répond pas à leur attente. Le contraste est saisissant avec cette masse liégeoise longtemps amorphe, complètement mise à l’écart de tout avènement épiscopal par une papauté alors triomphante.

109Ces deux nouveautés mises en exergue, une dernière question doit, selon nous, être éclairée : pourquoi Urbain VI, deux jours après l’élection de Clément VII, a-t-il révoqué Eustache Persan de Rochefort et pourquoi, dans le même temps, a-t-il porté son choix sur l’évêque d’Utrecht ? En quoi ce dernier rencontrait-il les souhaits du pape ? Les quelques remarques qui suivent apporteront peut-être un début de réponse.

  • 524 Cfr p. 110–111.
  • 525 Avant son avènement, il détenait deux églises paroissiales, Bois-le-Duc et Orthen, dans le diocèse (...)
  • 526 Jean T’Serclaes, chanoine de Saint-Lambert dès 1355, fut confirmé le 5 novembre 1378, tandis qu’Ar (...)
  • 527 Chanoine et doyen de Saint-Lambert dès 1363, encore chanoine en 1379, mentionné comme familier du (...)
  • 528 Outre Simon, prévôt de 1374 à 1381 (Id., Archidiacres xive siècle, p. 144. — Tihon, Lettres Grégoi (...)
  • 529 La présence d’Arnould à Rome est attestée par Raoul de Rivo, Gesta, p. 40. Cfr encore supra, p. 18 (...)
  • 530 Cfr Valois, Grand Schisme en Allemagne.
  • 531 Id., p. 113–122, 152–164.
  • 532 Id., p. 131–136. Il est difficile de cerner exactement la position de Quicke, Pays-Bas à la veille (...)
  • 533 Valois, Grand Schisme en Allemagne, p. 136–137. Englebert III de la Marck (1347– 1391) est le fils (...)
  • 534 Élisabeth, mère d’Arnould, est la fille de Thierry VII comte de Clèves (1275–†1305). Cfr Id., tabl (...)
  • 535 Cfr tabl. généal. en annexe II, qui rendra plus explicites ces liens de parenté particulièrement c (...)

110De prime abord, il semble bien qu’il était préférable pour Urbain VI de désigner lui-même un évêque de Liège plutôt que d’accepter celui qui lui était proposé par d’autres. Mieux valait susciter la gratitude et, partant, la probable fidélité d’un évêque pontifical, que de permettre à un homme de se sentir l’élu d’un chapitre, fût-il confirmé par le pape. D’un autre côté, Eustache Persan de Rochefort, un Liégeois élu par un collège électoral liégeois, ne devait pas présenter énormément de qualités aux yeux d’Urbain VI. Tout d’abord, il avait été élu au mépris des dispositions existantes en matière de réserve524. Ensuite, Eustache appartenait à un diocèse où Clément VII avait eu des bénéfices525 : il devait donc y être connu, voire même y avoir noué des contacts. Tout porte à le croire, en effet, puisque, parmi les chanoines de Saint-Lambert susceptibles d’avoir participé à l’élection d’Eustache ou, en tout cas, d’avoir influé sur celle-ci, pas moins d’une quinzaine de tréfonciers se prononcèrent plus ou moins rapidement pour Clément VII. Jean T’Serclaes526, évêque de Cambrai confirmé par Clément VII et auquel Urbain VI opposa Arnould de Hornes, fut l’un d’eux. Bien plus, parmi les dignitaires du chapitre, le doyen Jean Blanckard527, chapelain de Clément VII en 1378, et cinq des huit archidiacres, dont le prévôt Simon de Borsano, appartiennent à la faction clémentine, au plus tard en novembre 1378528. C’est dire combien Eustache, élu par tous ces clémentins en puissance ou sous l’influence de ceux-ci, devait susciter la méfiance d’Urbain VI. En revanche, Arnould de Hornes présentait sûrement à ses yeux des atouts bien plus décisifs, le moindre d’entre eux n’étant pas d’être sur place, à Rome, tout prêt à payer ses services communs ou, du moins, à s’y engager529. C’est cependant sur le plan politico-religieux qu’Arnould de Hornes pouvait servir au mieux les intérêts d’Urbain VI. Rappelons brièvement la position de l’Empire face au schisme530. Certes, l’empereur et le roi des Romains avaient rapidement et très nettement affirmé leur appartenance à l’Église de Rome, suivis en cela par les quatre électeurs rhénans531. Néanmoins, dans la mosaïque politique que constituait l’Empire, Clément VII avait également de très nombreux partisans. Parmi d’autres, il pouvait compter sur le duc de Brabant, sur le régent de Hainaut, Hollande, Zélande et Frise532 ainsi que sur les comtes de la Marck et de Clèves533. Face à tous ces ennemis de la vraie foi, il importait pour Urbain de nommer un évêque qui fasse pièce à tous ces princes, qui ne vienne pas grossir un parti clémentin déjà trop puissant, mais qui s’efforce, au contraire, d’œuvrer à la victoire des Urbanistes. Or, par sa mère, fille d’un comte de Clèves534, Arnould de Hornes se trouvait apparenté, à des degrés divers mais souvent très proches, à bon nombre de familles nobles allemandes, par exemple celles de Gueldre, de Berg, de Clèves et de la Marck535. Les chefs de ces deux dernières Maisons, nous venons de le voir, reconnaissaient le pape d’Avignon, mais pour combien de temps encore ? Face à toute cette puissance clémentine dans l’Empire, Urbain VI n’a-t-il pas vu en Arnould, celui qui serait le mieux à même de relayer sa cause, celui qui, doté d’un pouvoir à la fois temporel et spirituel, pourrait tout naturellement user de son influence sur tous ces schismatiques et réunir une majorité de princes allemands derrière le pape de Rome ? Rien ne nous permet de le prouver mais nous pensons que cette hypothèse mérite d’être prise en considération.

  • 536 Sur cette date, cfr annexe I.
  • 537 Ce dernier souhaitait donc, semble-t-il, un évêque de Liège situé dans la mouvance de toutes ces f (...)
  • 538 1389–1404.
  • 539 Pour cet avènement, cfr 1402, p. 410, 413–414. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 65. — Jean d’Outremeuse,(...)
  • 540 À ce propos, cfr Lejeune, Principauté 1390–1482. — Id., Liège-Bourgogne. Introduction historique.
  • 541 Gaudemet, Gouvernement, p. 79.

111La succession d’Arnould de Homes, décédé le 8 mars 1389536, ne nous concerne plus. Thierry de la Marck, élu par le chapitre et confirmé par Urbain VI537, refusa l’évêché de Liège. Boniface IX538 se tourna alors vers Jean de Bavière539. Avec lui et ses successeurs arrive sur la scène politique liégeoise une famille qui connaîtra le destin politique que l’on sait : la Maison de Bourgogne. Celle-ci placera progressivement la principauté sous protectorat et le pouvoir épiscopal, dans toutes ses phases et dans tous ses aspects, y perdra beaucoup de sa spécificité, celle que nous analyserons dans la suite de ce travail540. Mais le moment est venu, à présent, de rassembler les multiples informations répandues dans les pages qui précèdent et de développer les réflexions et les commentaires que les faits nous inspirent. Nous commencerons tout d’abord par ce qu’il est convenu d’appeler, selon l’expression de J. Gaudemet, la sociologie541 de l’épiscopat liégeois des xiiie et xive siècles.

***

Notes

1 Sur ce prélat, cfr Kupper, Series episcoporum, p. 83. — Id., Liège et l’Église impériale, p. 500, 507 et passim.Id., Raoul de Zähringen, p. 176–178.

2 Cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 167–190. — Gebhardt, Handbuch, p. 429–437 (pour l’ensemble du conflit entre Guelfe et Staufen), et les récents développements de Hucker, Kaiser Otto IV.

3 De jure, il ne l’était pas : Frédéric avait été élu roi des Romains à la fin de l’année 1196 et son élection fut confirmée en 1198 par les princes allemands revenus de Terre sainte. Toutefois, son éloignement géographique et son jeune âge, entre autres raisons, rendaient caduc son statut d’héritier présomptif de la couronne impériale (cfr B.F., p. 154, no 511e. — Jordan, Allemagne et Italie, p. 162–164, 173–175, 180–181).

4 R. 1198–† 1208.

5 Sur ce personnage, cfr, en dernier lieu, Parisse, Henri le Lion, spéc. la bibl. p. 69 n. 2.

6 jordan, Allemagne et Italie, p. 184–186. Innocent III (1198–1216).

7 Sur l’avènement d’Hugues de Pierrepont, les sources utilisées sont : Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 62–66. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 878. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117 [sur ces trois sources, cfr Balau, Sources, p. 426–428, 451–461, 466–475. — Stiennon, Saint-Jacques, p. 179–180. — Silvestre, Chronicon Sancti Laurentii, p. 330–334. — Schmidt-Chazan, Aubri de Trois-Fontaines, et infra, n. 8 (sur Gilles d’Orval)]. — Annales S. Jac., p. 22. — Annales Laubienses, p. 26. — Annales Fossenses, p. 32. — Annales Florejfienses, p. 626. — Annales Parcenses, p. 607 (sur ces diverses annales, cfr Balau, Sources, p. 256–258, 260–263, 426–428. — Potthast, Repertorium, t. 2, p. 281. — Stiennon, Saint-Jacques, p. 71–76, 179–180). Sur cette élection, cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii-ix. — Kupper, Raoul de Zähringen, p. 156. — Id., Liège et l’Église impériale, p. 182. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 130–132. Cfr encore les récentes mises au point de Kupper, Hugues de Pierre-pont et Id., Évêché de Liège Bouvines. Il est par ailleurs question, incidemment, des diverses élections épiscopales dans Lejeune, Liège et son Pays.

8 Strubbe-Voet, De chronologie, p. 282, Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii et Kupper, Hugues de Pierrepont, col. 266, avancent une date précise : le 3 mars, date qui s’inscrit parfaitement dans la fourchette chronologique que nous établissons. É. Poncelet, qui ne cite pas ses sources, a probablement reconstitué cette date sur la base des données chronologiques proposées par Gilles d’Orval, Gesta, p. 117, lequel déclare qu’Hugues de Pierrepont sedit annis 29 [et sex septimanis], les trois derniers mots étant donc une interpolation (n. l : add. A. in loc. vac. inter columnas). La date proposée par Poncelet est exacte si l’on adopte le raisonnement suivant : Hugues de Pierrepont est élu le 3 mars 1200 (hypothèse). Il a donc vingt-neuf ans de règne le 2 mars 1229 à minuit. Si l’on ajoute à cette date six semaines soit quarante-deux jours et pour autant que l’on inclue le 2 mars dans le calcul (inclusif), on obtient le 12 avril 1229, jour du décès d’Hugues de Pierrepont. Reste à savoir, à présent, s’il convient d’ajouter foi aux informations apportées par Gilles d’Orval. J.L. Kupper [qui a attiré notre attention sur ce membre de phrase permettant d’assigner une date précise à l’avènement d’Hugues de Pierrepont, ce dont nous lui savons gré], Une « conventio » inédite, p. 2–4 et n. 2, a souligné, preuves à l’appui, qu’il ne fallait pas se défier systématiquement des dates proposées par Gilles d’Orval, qui a pu tirer parti de documents aujourd’hui perdus. Ceci étant, dans le cas présent, nous ne sommes guère tenté de suivre Gilles d’Orval lorsqu’il affirme que le règne d’Hugues de Pierrepont dura six semaines au delà de vingt-neuf ans. Tout d’abord, l’indication « six semaines » est une interpolation. Ensuite, les informations présentées à propos de la chronologie des règnes suivants, ceux les plus proches de la date de rédaction de la chronique (milieu du xiiie siècle), sont soit imprécises, soit erronées. Ainsi est-il déclaré, p. 123, que Jean d’Eppes rexit eclesiam annis [octo. (…)]. Or, Jean d’Eppes, élu le 24 mai 1229 et décédé entre le 30 avril et le 2 mai 1238 (cfr infra, p. 126), régna huit ans et entre 341 et 343 jours. À défaut de dire que Jean d’Eppes régna neuf ans, pourquoi n’a-t-il pas été signalé, en jours ou en semaines, l’année quasi complète au cours de laquelle Jean d’Eppes exerça le pouvoir, au delà de huit ans, tout comme il a été fait pour Hugues de Pierrepont ? D’un autre côté, lorsque Gilles d’Orval précise, p. 127, que l’élection de l’évêque Robert de Thourotte eut lieu aux environs du 1er novembre 1240, ses propos ne nous semblent pas conformes à la réalité exprimée par les sources diplomatiques. En effet, la nomination de Robert était déjà entrée dans sa phase finale au début du mois d’août 1240 (cfr infra, p. 140). Compte tenu de tout ce qui précède et à défaut d’informations nouvelles, nous continuerons donc, pour notre part, à placer l’élection d’Hugues de Pierrepont peu avant ou à l’époque du séjour à Liège d’Otton de Brunswick, soit fin février-début mars 1200.

9 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 62. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. — B.F., p. 61, no 212b.

10 Contrairement à Gilles d’Orval, Gesta, p. 117, d’après lequel l’élection se fit à l’unanimité, Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 878, déclare qu’il y eut partage des suffrages entre trois personnages : Hugues, Conrad d’Urach — son élection est également signalée dans Chronica Villariensis monasterii, p. 198 (sur cette chronique, cfr Balau, Sources, p. 478–484. — Potthast, Repertorium, t. 3, p. 468–469) — et Henri de Jauche. Il sera abondamment question de ce dernier p. 117 n. 21. Sur Conrad d’Urach, doyen de Saint-Lambert (1195–1197), abbé de Villers (1209), Clairvaux (1214), Cîteaux (1217), cardinal (1219) et légat pontifical, † 1227, cfr Neininger, Konrad von Urach. Kupper, Politique des ducs de Zähringen, p. 458–463 (avec bibl. à la n. 90). — Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 12 et bibl. — de Moreau, L’abbaye de Villers en Brabant, p. 51–54. Compte tenu de l’hostilité que rencontra Hugues après son élection, une opposition venant notamment de chanoines cathédraux, nous tenons l’élection partagée pour probable. Nous préparons, pour l’heure, une large étude sur le chapitre de Saint-Lambert au moyen âge. Bien évidemment, les informations que nous proposons en note sur chanoines et dignitaires de la cathédrale de Liège devront être réévaluées en conséquence.

11 Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. Sur Baudouin VI de Hainaut (IX en Flandre et Ier comme empereur de Constantinople), cfr Prevener, B. I. — Id., Boudewijn IX (VI) (et la bibl.). Pour ses liens de parenté avec Hugues de Pierrepont, cfr tabl. généal., annexe II.

12 Contrairement à ce que tente de prouver Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii n. 1. Notre avis est partagé par Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 197. — Id., Raoul de Zähringen, p. 20–21.

13 Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. On peut penser que ce sont les mêmes optimates — les membres éminents du clergé et du peuple — qui procédèrent à l’élection clero et populo.

14 Fils de Clémence (ou Agathe) de Rethel et de Hugues de Pierrepont, Vanault et Montaigu, Hugues descendait, par sa mère, du comte Albert III de Namur (1063/4–† 1102), qui engendra à Liège une véritable « famille épiscopale » (l’expression est de Gaudemet, Recherches sur l’épiscopat médiéval, p. 142–143), mais aussi du roi de France Louis IV d’Outremer (R. 936–954), dont Albert III était l’arrière-petit-fils. Le grand-père paternel d’Hugues était, pour sa part, très en vue à la cour du comte Thibaut II de Champagne. On a pu dire de lui qu’il était « un parvenu de la ministérialité comtale de Champagne, qu’un heureux brigandage sur les terres de l’Église mit en position d’épouser l’une des plus riches héritières du Laonnois » [cfr Bur, Champagne, p. 326 n. 28, 411–412, 457 (nombreuses informations sur l’ascendance paternelle d’Hugues de Pierrepont). — Id., Inventaire des sites, p. 98–101 (généalogie sommaire de la famille de Vanault ; généalogie des sires de Vanault)]. Cfr également Gislebert de Mons, Chronicon, p. 66 (sur ce chroniqueur, cfr notamment Vercauteren, Gislebert de Mons. — Id., Note sur Gislebert de Mons. — Prevenier, Style de Noël. — Wynans, « Per manum Gilleberti ») et tabl. généal., annexe II.

15 Sur ce personnage, cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 181, 343–344. — Id., Raoul de Zähringen, p. 28, 40–41, 154, 156–157, 169–173.

16 1167–† 1191. Cfr Id., Raoul de Zähringen. Raoul était parent à la fois d’Albert de Rethel et d’Hugues de Pierrepont (cfr tabl. généal., annexe II).

17 Cfr Id., Liège et l’Église impériale, p. 322–324 et n. 90. En 1193, en compagnie d’autres dignitaires de la cathédrale, dont le prévôt Albert de Rethel et l’archidiacre Albert de Cuyck, Hugues se rendit à Rome pour signifier à Célestin III son opposition à Simon de Limbourg, le successeur très controversé de l’évêque Albert de Louvain. Ils reviendront à Liège en septembre 1194 après avoir obtenu la destitution de l’élu et reçu le pouvoir d’élire un évêque de leur choix. Cfr Gislebert de Mons, Chronicon, p. 288–289, 297. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 114. — Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 49–50. — Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 181 n. 392. — Id., Raoul de Zähringen, p. 176.

18 Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. vii, le dit né en 1165, sans aucune justification. Compte tenu de cette date, Hugues aurait été archidiacre à 27 ans et chanoine plus jeune encore. À la tête de la paroisse primitive de Liège, l’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts était dignitaire de Saint-Lambert, premier abbé du diocèse et détenteur du pouvoir archidiaconal sur la Cité de Liège (cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 317 et n. 33. — Schoolmeesters, Archiprêtres, p. 61–69 et spéc. p. 65). Outre ces divers offices, Hugues détenait également les prévôtés de Huy et de Tongres (1197) ainsi que l’abbatiat de Notre-Dame de Dinant (1199). Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 326 et n. 200. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 458–461. — Genicot, Chanoines de Huy, p. 69. — Paquay, Prévôts Tongres, p. 18. — Schoolmeesters, Prévôts Saint-Lambert, p. 98. — Id., Archidiacres xiie siècle, p. 142–143.

19 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 186. — Id., Raoul de Zahringen, p. 27–28.

20 Cfr p. 116 n. 17.

21 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 63 : Henri de Jauche, Raoul de Comblain, un archidiacre qui prêta un serment hypocrite [à Hugues de Pierrepont], et Henri de Caux : Hugoni electo se opponunt, et ad curiam Romanam cum gratia Philippi Suevi Hugonem accusaturi procedunt ; Gilles d’Orval, Gesta, p. 117, mentionne les deux premiers : Henricus favore ducis Suevorum Ph. animatus Romam petit ad Hugonis electionem cassandam […] ; Mathias de Lewis, Chronicon, p. 62 : seul le premier est cité (sur cette chronique, cfr Balau, Sources, p. 538–546. — Avonds, Politieke propaganda). Les trois clercs mentionnés furent probablement parmi ceux qui soutinrent l’évêque Albert de Cuyck, partisan des Staufen et adversaire déterminé d’Otton de Brunswick, dans sa résistance à l’archevêque de Cologne, qui était du parti d’Otton (Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 179, 479 n. 39. — Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 85–87, 91). Henri de Jauche, chanoine de Saint-Lambert en 1200, archidiacre de Brabant de 1203 à 1224, prévôt de Saint-Denis et de Saint-Martin (1208–1214) (Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 85–86. — O.S.L., éd. Marchandise, p. 101–102. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 462–465 ; t. 26, p. 387–388 ; t. 31, p. 120. — Despy, Campagnes du roman pays, p. 14. — Schoolmeesters, Archidiacres xiiie siècle, p. 4. — Id., Prévôts Saint-Denis, p. 2 – Id., Prévôts Saint-Martin, p. 32. Henri de Caux est chanoine de Saint-Lambert en 1200 et en 1205 (cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 65. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii, 48). Raoul de Comblain, de la famille des Pré, ministeriales liégeois, fut à la fois prévôt de Saint-Paul (1196–1208) et de Saint-Jean (1197–1205). Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 320 et n. 60, le dit décédé ca 1207. Quoi qu’il en soit, il est certain que, contrairement à ce qu’affirme Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 63, Raoul n’a jamais été archidiacre de Condroz. Cfr, à ce propos, p. 318 n. 58. Cfr également Chot-Stassart, Chapitre cathéral A, p. 29 (erroné). — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 461 ; t. 26, p. 387 ; t. 31, p. 119–120. — Schoolmeesters, Prévôts Saint-Paul, p. 50. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. xxii.

22 En embrassant le parti des Guelfe, Baudouin VI de Hainaut renonçait aux options de son père, qui avait mené une politique favorable aux Staufen. Cfr Kupper, Liège et l’Eglise impériale, p. 179 n. 384, 182 n. 394. — Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 85–87.

23 Les sources permettent difficilement de préciser la chronologie des divers allers retours entre Rome et Liège des opposants à l’élu de Liège. Pour ce qui est du crime dans lequel Hugues aurait trempé, on pense qu’il pourrait bien s’agir de l’assassinat de l’évêque Albert de Louvain, en 1192. Cfr, à ce propos, Kupper, Saint Albert de Louvain, p. 2. — Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. viii. À ce jour, rien ne permet encore de prouver de façon irréfutable cette accusation portée contre Hugues de Pierrepont.

24 Renier de Saint-jacques, Annales, p. 63–64 : Heinricus de lacia et Rodulphus de Combien a Roma revertuntur, litteras sufficientes referunt. Gilles d’Orval, Gesta, p. 117, parle de litterae contra Hugonem.

25 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 64 : Rodulphus de Combien praepositus sancti Pauli sanctique lohannis, quia summo pontifici iuraverat, et in mandatis acceperat, omnia dona ecclesiastica ad episcopum pertinentia quotiescumque vacaverunt contulit […].

26 ld., p. 63–64. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117. — B.F., p. 1072, no 5750.

27 Gilles d’Orval, Gesta, p. 117 : Hugo electus committit episcopatum Leodiensem Flandrie comiti Balduino, pro tempore rebus ordinatis, et ipse Romam iter aggreditur.

28 France, dép. Hérault.

29 Sur ce cardinal, † 1228, cfr Maleczek, Papst und Kardinalskolleg, p. 133–134. — Zimmermann, Papstliche Legation, p. 32–33. — Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 12. Nous ne savons pas quand Hugues a quitté Liège. Il était en tout cas rentré le 29 juin 1201 puisqu’à cette date, Guy de Palestrina, qu’accompagnait Hugues, est signalé à Cologne. Cfr B.F., p. 1515, no 997 ld. Palestrina : titre cardinalice suburbicaire.

30 Cfr supra, n. 26.

31 Comme en témoigne la lettre envoyée par Innocent III au légat en avril 1201 ( ?) et qui déclare que l’élu de Liège doit se présenter à Rome pour se disculper de crimes qui le rendent indigne de la mission pour laquelle il a été choisi. Cfr B.F., p. 1072, no 5750.

32 Cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 184–186.

33 Nous ne connaissons en effet aucun acte pontifical par lequel Innocent III, courroucé, sommerait à nouveau Hugues de Pierrepont de venir à Rome, après avoir négligé le rendez-vous du 8 avril 1201, ou le condamnant pour cette raison.

34 Il prit de tels engagements le 8 juin 1201 à Neuss. Pour le détail, cfr Ibid.

35 Plusieurs lettres envoyées par Otton à Innocent III incitent ce dernier à soutenir celui qu’il présente comme son allié (Kempf, Regestum Innocenta III papae, p. 54–59 [ca mai 1200], 143–144 [août-septembre 1201]).

36 Cfr Smets, Henri I, duc de Brabant, p. 96–97. — Potthast, Regesta pontificum Romanorum, t. 1, p. 133, no 1506.

37 Plusieurs raisons peuvent expliquer ce retard. Il y a tout d’abord les possibles déplacements du légat — on n’en connaît pas le détail (B.F., p. 1515–1517) — visant à répandre partout en Allemagne les lettres pontificales reconnaissant officiellement Otton de Brunswick. Deuxièmement, Innocent III a peut-être voulu vérifier si la conduite d’Otton était conforme à ses promesses avant d’accepter officiellement la nomination à Liège de l’un de ses partisans. Enfin, il y avait toujours les accusations portées contre Hugues de Pierrepont ( ?) : on a peut-être attendu que les choses se tassent avant de les enrayer définitivement par une cojuration.

38 Signalons pour mémoire que la confirmation est une sorte de visa accordé par l’archevêque, voire par le pape, après vérification de la pertinence de l’élection (validité de la procédure, des qualités de l’élu). La consécration, quant à elle, met celui qu’elle crée évêque en possession du pouvoir sacramentel (cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 66–67. — Le Bras, Institutions ecclésiastiques, p. 373. — Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 198–205).

39 Remarquons que du point de vue strictement légal, la vacance du pouvoir consécutive à la mort d’Albert de Cuyck ne s’achève que le 21 avril 1202, jour de la consécration d’Hugues de Pierrepont. De jure, elle a donc duré plus de deux ans. La papauté estimait d’ailleurs qu’Hugues ne disposait pas, comme élu, des pouvoirs religieux inhérents à la fonction épiscopale puisqu’elle avait concédé à un partisan d’Henri de Jauche le droit de pourvoir aux bénéfices vacants, ce à quoi le légat s’était opposé ! Cfr p. 114 et n. 7, 118 et n. 25. Cologne (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).

40 Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 65–66. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 117.

41 Il suivra d’ailleurs les méandres de la politique impériale du pape. Ainsi, il rompit avec Otton IV, amorça un rapprochement avec Philippe de Souabe puis se tourna résolument vers Frédéric II, le tout à l’image d’innocent III. Cfr Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 74, 76, 120, 123. — B.F., p. 189, 190, 201–202, 251, 253–254, 703, 718, 719, 734, no743i, 814, 1102, 1115, 3866a, 3877–3879, 4038. — Jordan, Allemagne et Italie, p. 188–197.

42 Les sources utilisées sont : Renier de Saint-jacques, Annales, p. 145. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 122–124. — Aubry de Troisfontaines, Chronicon, p. 923–924. — Annales S. Jac., p. 22. — Annales Laubienses, p. 26. — Annales Fossenses, p. 32. — Annales Floreffienses, p. 626. — Annales Parchenses, p. 607. Cfr également Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. viii–x. — de Moreau, Histoire de l’Eglise en Belgique, t. 3, p. 140–143. — Marchandisse, Jean II d’Eppes.

43 Belgique, pr. Liège, arr. Huy, comm. Huy.

44 Cfr supra, n. 42. Pour de plus amples développements, cfr Id., Prélude à l’éternité.

45 Les termes de Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 146, sont très clairs : […] ab universo clero, a ducibus et comitibus et nobilibus, a militibus et plebeiis, absque ullius contradictione eligitur in episcopum Leodiensem domnus Johannes, maior prepositus (Gilles d’Orval, Gesta, p. 123, reproduit Renier). Cfr encore Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 204–205 (sur Jean d’Outremeuse et son œuvre, cfr Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 7. — Kurth, Étude critique. — Balau, Sources, p. 559–574. — Id., Comment Jean d’Outremeuse écrit l’histoire. — Vercauteren, Luttes sociales, p. 114–115). Les propos de Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. ix, à propos d’une élection par le seul chapitre cathédral, sont donc erronés. Cfr d’ailleurs Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 197. — Id., Raoul de Zähringen, p. 23.

46 Cfr tabl. généal., annexe II. Les actes où il le qualifie de dilectus et fidelis abondent. Cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 204–205, 248–249.

47 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 324 et n. 90, souligne, exemples à l’appui, combien les couples oncle-neveu étaient nombreux dans le clergé liégeois. Le népotisme apparaît donc comme une filière tout à fait normale pour le recrutement des chapitres canoniaux.

48 O.S.L., éd. Marchandisse, p. 60. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 73. — Schoolmeesters, Prévôts Saint-Lambert, p. 98. — De Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 461–466. Il fut également prévôt de Saint-Paul (1207) et abbé de Notre-Dame-aux-Fonts (1209). Cfr Schoolmeesters, Prévôts Saint-Paul, p. 50. — Id., Archiprêtres, p. 65. Pour la prévôté de Saint-Lambert, tremplin de l’épiscopat, cfr supra, p. 117.

49 Cfr supra, p. 110 n. 7.

50 La veille de sa mort, Hugues de Pierrepont le chargeait encore d’assurer l’établissement à Liège d’un couvent de Frères Prêcheurs (Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 250), ce dont il s’acquittera d’ailleurs le 6 août 1229. Il s’agit là du premier acte de son règne (Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 1).

51 Cfr Poncelet, Actes Hugues de Pierrepont, p. 141–142, 148. — Id., Vicaires généraux, p. 3 et n. 3.

52 Les chanoines de Saint-Lambert adressèrent à Innocent III une lettre truffée d’accusations de toutes sortes contre Hugues de Pierrepont. À la suite de cette lettre, trois clercs de Cologne furent chargés par le pape, le 20 décembre 1211, d’enquêter sur cette affaire. Cfr C.S.L., t. l, p. 165–168.

53 Dans l’acte du 20 décembre 1211, le chapitre cathédral reproche notamment à Hugues de le priver de ses prérogatives judiciaires. Cfr n. précédente.

54 Cette concession fait l’objet d’un acte portant pour toute date le millésime 1229. Il a donc été rédigé dans les trois derniers mois de la vie du prélat. Cfr Id., t. 1, p. 252–253.

55 Cfr sa notice dans l’O.S.L., éd. Marchandisse, p. 49 et n. 295, et ici-même, annexe I. Hugues de Pierrepont est l’évêque rencontré le plus grand nombre de fois dans les documents nécrologiques du diocèse. Cfr également les multiples démonstrations de générosité ou… de repentir, Hugues passant régulièrement pour un avare durant tout son règne (cfr infra, p. 241 n. 125, 243 n. 136, 286–287), notamment en faveur des abbayes d’Aulne, du Val-Saint-Lambert, de Cornelimunster, du chapitre de Fosses, etc. (Renier de Saint-Jacques, Annales, p. 145. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 122. — Devillers, Cartulaire Aulne, p. 16–18. — Barbier, Sclayn, p. 239–240. — Poncelet, Actes Hugues de Pierre-pont, p. 270–271. — Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. 4. — Brouette, Une fondation posthume, p. 5–7. — Id., Les biens du Val-Saint-Lambert, p. 18–21. — Baix, Première célébration de la Fête-Dieu, p. 164, 179–180).

56 Sur ces événements, cfr Closon, Les événements politiques, p. 137–140 et ici-même, p. 481–482.

57 Élu en 1220-R.1222-D.1235.

58 Jordan, Allemagne et Italie, p. 215.

59 En ce sens, la parenté existant entre Jean d’Eppes et les Staufen (cfr tabl. généal., annexe II), bien loin d’être un avantage (Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. ix), aurait pu constituer une entrave à son élection.

60 C.S.L., t. 1, p. 254–256. — R.O.P.L., p. 37. — R.C.L., t. 1, p. 16. Bien évidemment, dès que Jean d’Eppes quitta le parti des Staufen, ces derniers multiplièrent les mesures favorables aux ennemis de l’élu : les villes coalisées de la principauté (Id., t. 1, p. 16–17, 18–20. — R.O.P.L., p. 37–38). Après le 28 août 1230, date de la levée de l’excommunication frappant Frédéric II (Jordan, Allemagne et Italie, p. 218) et alors qu’un rapprochement avec l’évêque de Liège est désormais possible, les Staufen privilégièrent à nouveau Jean d’Eppes au détriment des villes liégeoises (C.S.L., t. 1, p. 276–280. — R.O.P.L., p. 38. — R.C.L., t. l, p. 20–21).

61 Sur ce cardinal (1227–† 1250/1) et sa légation allemande, dont l’un des buts était de galvaniser les princes d’Empire contre Henri (VII) et de lui trouver un remplaçant [Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 926. — Chronica regia Coloniensis, p. 260–261 (sur cette chronique, cfr Potthast, Repertorium, t. 3, p. 315) — date erronée], cfr Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 76–97. — Zimmermann, Päpstliche Legation, p. 107–108, 111–112. — Schirrmacher, Die Mission Ottos des Cardinaldiacons von St. Nicolaus in carcere Tulliano. — Winkelmann, Die Legation des Kardinaldiakons Otto von S. Nicolaus. Les événements de ce début d’année 1231 sont des plus confus (cfr d’ailleurs B.F., p. 1534–1535, no 10098, qui le signale également). Selon Gilles d’Orval, Gesta, p. 123–124, l’arrivée du légat a lieu le 26 janvier 1230 et avait pour intention de gagner Jean d’Eppes à la cause pontificale. Il y aurait également eu un contentieux entre légat et chapitre cathédral, ce qui semble peu probable compte tenu du fait que, dans un premier temps, réfugié à Huy et après avoir jeté l’interdit sur la Cité (Chronica regia Coloniensis, p. 261. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 926), il demandera au clergé de quitter Liège. Trois mois plus tard, il prendra le parti du chapitre en annulant les collations de bénéfices faites sede vacante dans le diocèse de Liège par l’archevêque de Cologne (C.S.L., t. 1, p. 266–267). Il est vrai que tous les propos relatifs au contentieux sont reproduits à partir de la Vita Odiliae, ce qui n’est pas le meilleur gage d’exactitude (cfr Balau, Sources, p. 445–448). B.F., p. 1535, signale en outre les difficultés que suscite un acte d’Henri (VII) daté du 24 novembre 1231, qui doit nécessairement être ramené à 1230 et qui prive Jean d’Eppes de ses régales. Un document rédigé au même endroit et à la même date prend des mesures plutôt mitigées à l’égard de Jean d’Eppes (R.C.L., t. 1, p. 18–20), mais rien d’aussi hostile que ce que signale B.F. Cela dit, la soustraction des régales trouve curieusement un écho dans 1402, p. 160. Enfin, que les Liégeois aient expulsé le légat, allié présomptif de leurs ennemis du moment, l’évêque et le chapitre cathédral, n’a rien d’étonnant. Pour la date de réception à Huy, cfr Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 926.

62 Gilles d’Orval, Gesta, p. 123. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 205–206. — Annales Laubienses, p. 26.

63 Thuin (Belgique, pr. Hainaut, arr. et comm. Thuin).

64 Gautier de Marvis (1219/20–1252), qui fut légat pontifical. Cfr Pycke, Gautier de Marvis. — Declerck, Walter van Marvis. Tournai (Belgique, pr. Hainaut, arr. et comm. Tournai).

65 Henri II de Dreux (1227–1240). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 297. Lecomte, Regestes Jean d’Eppes, p. x n. 25, et de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 140 n. 3, signalent que la consécration de Jean par l’archevêque de Reims est curieuse, le consécrateur de l’évêque de Liège étant d’ordinaire l’archevêque de Cologne. Remarquons tout d’abord que ce n’est pas la première fois que le prélat rémois est pris comme remplaçant de son homologue colonais. Célestin III l’avait déjà préconisé, fort à propos d’ailleurs, pour la consécration d’Albert de Louvain (cfr Kupper, Raoul de Zähringen, p. 174). Dans le cas présent, il y avait probablement des dissensions entre l’évêque de Liège et son métropolitain (cfr p. 124 n. 61). De toute façon, dans le cas de Jean d’Eppes, quelle qu’ait été la tendance politique de l’archevêque de Cologne du moment, il n’était guère prudent de quitter la principauté et de circuler en Allemagne, sur les terres du roi des Romains qu’il venait de trahir. Jean a donc été consacré par l’archevêque de Reims, qui était un homme de confiance du pape Grégoire IX puisque c’est également lui que le pape chargera d’enquêter à Liège au moment du schisme de 1238 (cfr infra, p. 128). Reims (France, dép. Marne).

66 Godefroid de Fontaine et Gautier de Marvis. Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 265 et ici-même, p. 124 n. 64. Cambrai (France, dép. Nord).

67 Sur ce sujet, cfr Kirsch, Lütticher Schisma. — Thorau, Territorialpolitik. — Cox, Savoy, p. 69–71, 74–76, 96 (exposé ne manquant pas de pertinence et de précision mais ignorant totalement nombre de sources continentales). — Lejeune, Liège et son Pays, p. 34–35. — Miessen, Robert de Thourotte, p. 21–35. Quelques remarques encore dans Werner, Prälatenschulden und hohe Politik.

68 Les sources utilisées sont : Gilles d’Orval, Gesta, p. 125–127. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 942–944. — Chronica regia Coloniensis, p. 273–275. — Annales S. Jac., p. 22. — Annales Laubienses, p. 26. — Annales Fossenses, p. 32. — Annales Floreffienses, p. 627. — Philippe Mouskes, Historia, p. 810–811, v. 29795–29854. Sur cette dernière œuvre, cfr Potthast, Bibliotheca, t. 2, p. 797. — Nothomb, La date de la chronique rimée de Philippe Mousket. — Pirenne, Mousket, Philippe. — Id., Philippe Mus.

69 Fils puîné de Waléran III, duc de Limbourg († 1226). Sur ce personnage, qui fut maréchal de l’évêché, cfr Poncelet, Maréchaux, p. 21–24.

70 Thomas II, fils du comte de Savoie Thomas Ier († 1233), comte de Hainaut-Flandre par son mariage, en premières noces (1237), avec Jeanne de Constantinople († 1244), fille du comte Baudouin IX (VI en Hainaut). Il épousa en secondes noces Béatrice Fieschi († 1283), nièce du pape Innocent IV. Cfr Previte-Orton, Savoy, p. 417–419. — Cox, Savoy, p. 56–60, 69–70, 75, 77, 95–105, 117, 154–155, 275–277. — Mugnier, Savoyards, p. 163–179. — Luykx, Johanna van Constantinopel, p. 365–425 et spéc. p. 378–380. — Marie-José de Savoie, La Maison de Savoie. Les origines, p. 40. Cfr également tabl. généal., annexe II.

71 Sur le siège de Poilvache (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Yvoir), cfr Lahaye, Poilvache, p. 132–135.

72 L’évêque y possédait une résidence (Belgique, pr. Namur, arr. et comm. Dinant). Cfr p. 468 n. 34.

73 Cfr liste chronologique des évêques de Liège des xiiie et xive siècles, annexe I. C’est le comte de Hainaut qui poursuivit le combat contre Waléran et s’empara momentanément de la forteresse. Cfr Philippe Mouskes, Historia, p. 809–810, v. 29622–29790. Cfr également Lahaye, Poilvache, p. 133–134.

74 La première date est donnée par Gilles d’Orval, Gesta, p. 126, la seconde, par Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943.

75 Les événements nous sont connus dans le détail par une bulle pontificale du 18 novembre 1238 (Reusens, Saint-Lambert, p. 172–173. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 2, col. 1164–1165). Toutefois, elle n’est jamais que l’interprétation, par la chancellerie pontificale, d’un exposé des faits adressé au pape ou prononcé devant lui. Les détails qui suivent doivent donc être appréciés en conséquence avec certaines réserves.

76 […] presentibus omnibus, qui debuerunt, voluerunt et potuerunt commode interesse […] (cfr supra, n. 75). Peut-être cette expression sous-entend-elle la présence de laïcs, fûtce pour une simple approbation du choix (les élections d’Hugues de Pierrepont et de Jean d’Eppes se sont faites clero et populo). Selon la Chronica regia Coloniensis, p. 273 et Philippe Mouskes, Historia, p. 810, v. 29796, le collège électoral était uniquement composé des chanoines cathédraux. Pour sa part, Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 230, signale la présence de nobles : on pense inévitablement au comte de Hainaut-Flandre, frère de l’un des futurs élus.

77 Sur cet archidiacre, cfr Poull, Lorraine, p. 55, et plus largement, p. 51–72. — Arveiler-Ferry, Catalogue des actes de Jacques de Lorraine, p. 1–21. — Chotstassart, Chapitre cathédral A, p. 92.

78 Prévôt de Notre-Dame d’Aix (1218–1238 ; (1242 ?) 1243–1270) et de Saint-Servais de Maastricht dès le 30 mars 1218. Cfr Meuthen, Aachener Prôpste, p. 60–84. — Teichmann, Aachen in Philipp Mouskets Reimchronik.

79 Archidiacre de 1230 à 1251, il quitta le clergé pour succéder à ses frères à la tête du comté de Rethel (1251), son prédécesseur immédiat, son frère Jean, étant décédé dès juin 1251. Ce dernier était marié à la nièce du successeur de Guillaume, Robert de Thourotte. Cfr Marlot, Metropolis, t. 1, p. 188–191 (seule généalogie dont nous disposions). — Newman, Nesle, t. 1, p. 205. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 102. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 31, p. 122–125. — Saige-Lacaille, Trésor des chartes du comté de Réthel, t. 1, p. 105–106, 179, 189–190, 199 ; t. 4 (L.H. Labande, Appendices et table générale des noms), p. 13–14, 18–19, 22–23, 28–30, 31, 37, 40, 213, 215, 216. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 160, et tabl. généal., annexe II.

80 Sur Guillaume, frère cadet de Thomas, cfr Cox, Savoy, p. 8, 15, 22, 34–51, 55, 59–61, 66–80, 96. — Previte-Orton, Savoy, p. 417–419. — Mugnier, Savoyards, p. 163–179. — Galland, Deux archevêchés entre France et Empire, p. 119–122, 137, 140, 145, 170, 233, 235, 253, 290, 706. — Bigwood, Gallerani, t. 2, p. 182, et tabl. généal., annexe II. Pour réunir une bibliographie suffisante sur ce personnage, nous avons bénéficié de l’aide précieuse de MM. A. Barbero (Université de Rome), G. de Reyff [Bibliothèque cantonale et Universitaire-Université de Fribourg (Suisse)] et Chr. Guillère (Université de Savoie). Nous les en remercions chaleureusement.

81 À son propos, cfr p. 124 n. 61. Sur le soutien du légat, cfr Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943.

82 R.1216–† 1272.

83 Depuis 1225. Cfr Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 542. — Mugnier, Savoyards, p. 172–173, et supra, n. 80. Valence (France, dép. Drôme).

84 La définition de cette notion, destinée, dans le cadre d’une élection partagée, à apporter un correctif qualitatif aux aspects arbitraires de l’élection majoritaire, a fait l’objet de débats passionnés. Dans le cas présent, les chanoines qui veulent faire agréer leur choix en se présentant comme la sanior pars, définissent celle-ci par référence à leurs qualités propres et à celles de l’élu. À ce propos, cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 64–66. — Id., Élections, p. 188–190 (et leurs bibl. respectives). — Moulin, Sanior et maior pars.

85 Cfr p. 126 n. 75.

86 1227–1241.

87 Cfr p. 126 n. 75. Aix-la-Chapelle (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).

88 Cfr une bulle du 4 juin 1239 : […] attendens quod in discordia fureat electus, et per appellationem propter hoc ad sedem apostolicam interpositam totum ad nos extitit electionis negotium devolutum (Reusens, Saint-Lambert, p. 181. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 50–51).

89 Sur Conrad, cfr les récents articles de Groten, K. v. Hochstaden (et bibl.) et surtout Werner, Prälatenschulden und hohe Politik, avec bibl. notamment p. 511 n. 2. Il est par ailleurs abondamment question de lui dans Bader, Geschichte der Grafen von Are.

90 R.E.K., t. 3,1, p. 135–137, no907–908. — Groten, K. v. Hochstaden, col. 1351.

91 Chronica regia Coloniensis, p. 273. — B.F., p. 477, no 2375b. — R.E.K., t. 3,1, p. 138, no 916, 920. Cfr encore B.F., p. 477, no 2378. Brescia (Italie, Lombardie, pr. Brescia).

92 Cfr supra, p. 109 et n. 5.

93 Cfr l’exposé de R.E.K., t. 3,1, p. 138, no 920. Cfr également Chronica regia Coloniensis, p. 273.

94 Henri II de Dreux (1227–1240) et Guy de Laon (1237–1248). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 265, 297. Sur Henri, cfr encore p. 124–125 n. 65, 142 n. 177.

95 Cfrp. 126 n. 75.

96 Cfr p. 126 n. 75. Grégoire IX insistera à plusieurs reprises sur ce fait (les 23 janvier et 29 mai 1239). Cfr p. 129 n. 98 et 100. Cfr encore R.E.K., t. 3,1, p. 138, no 920.

97 Reusens, Saint-Lambert, p. 174. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 2, col. 1184— 1185.

98 Id., t. 2, col. 1208–1209. — Reusens, Saint-Lambert, p. 175–176.

99 Le 24 mars 1239. Cfr B.F., p. 1237–1238, no 7225a-7226a.

100 Reusens, Saint-Lambert, p. 176–178. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 47–48.

101 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Chronica regia Coloniensis, p. 274. — R.E.K., t. 3,1, p. 141–143, no 936, 945. — Reusens, Saint-Lambert, p. 180–181. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 51.

102 Id., t. 3, col. 49–51, 52, 57, 109–111. — Reusens, Saint-Lambert, p. 178–185.

103 Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 944. — Historia monasterii Sancti Laurentii, col. 1099 (sur cette chronique, cfr Balau, Sources, p. 343–346, 625–626). — Matthieu Paris, Chronica, t. 4, p. 20–22. Jusqu’à l’année 1235, la Chronica majora de Matthieu Paris est une copie avec additions, spécialement après 1213, des Flores historiarum de Roger de Wendover, qui se terminent en 1235. La chronique de Matthieu Paris devient une œuvre originale à partir de cette date jusqu’à son terme, en 1259. L’Historia Anglorum est, pour l’essentiel, une version abrégée et focalisée sur l’Angleterre de la Chronica. La paternité de 1’Abbreviatio chronicorum Angliae (1000–1255) semble aujourd’hui reconnue à Matthieu Paris qui fut, à la suite de Roger de Wendover, historiographe de l’abbaye de Saint—Albans. Cfr Graves, Bihliography of English history to 1485, p. 395, 441–442 (« Mattheuw Paris is commonly regarded as England’s greatest medieval historian »), 451–452. Sur l’œuvre de Matthieu Paris, cfr Vaughan, Matthew Paris, spéc. les p. 119, 120, 122, 138, 149, pour son opinion sur l’un des membres de la famille de Savoie : Boniface, archevêque de Cantorbéry (« His especial bêtes noires were Boniface de Savoy […] »), et les ouvrages mentionnés par Guenee, Histoire et culture historique, p. 401, 433 et passim. Henri II, duc de Brabant (1235–1248) (cfr strubbevoet, De chronologie, p. 358).

104 Cfr liste chronologique des évêques de Liège des xiiie–xive siècles, annexe I.

105 Kirsch, Lütticher Schisma.

106 Thorau, Territorialpolitik.

107 Kirsch, Lütticher Schisma, p. 179. Cette opinion a encore été récemment exprimée par Ganzer, Papsttum, p. 111.

108 Cfr p. 130 n. 106.

109 Frédéric et Otton descendent tous deux d’Agnès, fille de l’empereur Henri IV, tandis que la première épouse de Frédéric, Constance, et l’élu de Liège ont une grand-mère commune, également petite-fille d’Agnès. Cfr Meuthen, Aachener Pröpste, p. 62. — Tabl. généal., annexe II.

110 Sur tout ceci, cfr Id., p. 64–75. Maastricht (Pays-Bas, Limbourg).

111 Cfr tabl. généal., annexe II.

112 Cfr tabl. généal., annexe II. Humbert III, comte de Savoie et grand-père de Guillaume, avait épousé en troisièmes noces (1165) Clémence de Zahringen, sœur de Raoul, l’évêque de Liège. Leur mère, Clémence, et Béatrice, arrière-grand-mère de Jean d’Eppes, étaient sœurs.

113 R.1226– †1270.

114 R.1257–†1272.

115 Il était le fils du duc de Lorraine Ferry II (1206–1213) et le frère de Thibaut Ier (1213–1220) et de Mathieu II (1220–1251). Le premier et le troisième furent des plus attachés à Frédéric II Cfr Poull, Lorraine, p. 51–72. Alors qu’il accède au siège épiscopal de Metz, les relations de Jacques avec Grégoire IX sont particulièrement tendues. Il est en effet excommunié pour des raisons pécuniaires. En revanche, il ne prendra position contre Frédéric II qu’en 1245, après la déposition de l’empereur au concile de Lyon I. Il entraînera par la suite son frère Mathieu dans son sillage mais il semble que celui-ci ne se soit exécuté que de très mauvaise grâce et le couteau sur la gorge (cfr Arveiler-Ferry, Catalogue des actes de Jacques de Lorraine, p. 10, 14. — Poull, Lorraine, p. 65). Remarquons, par ailleurs, que le chapitre de Saint-Lambert pouvait difficilement ne pas connaître les rapports étroits qui existaient entre Otton et la famille impériale : Otton fut à plusieurs reprises émissaire d’Henri (VII), envoyé à Liège pour régler certains différends ou notifier les décisions royales, d’ailleurs favorables au chapitre de Saint-Lambert. Cfr C.S.L., t. 1, p. 218–219, 290, 295, 296.

116 Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 82. Sa qualité de chanoine de Saint-Lambert reste néanmoins sujette à caution (cfr p. 128 n. 89).

117 Sur ce personnage, cfr O.S.L., éd. Marchandasse, p. 27. — Vannérus, Salm, p. 64–67, et ici-même, p. 411 et n. 644.

118 Conrad et Herman descendent tous deux de Frédéric de Vianden, comte de Salm (Id., p. 64) ; Herman est qualifié de capellanus par Henri (VII) le 17 décembre 1231 (C.S.L., t. 1, p. 289) ; il est ambassadeur d’Hugues de Pierrepont en novembre 1226 (Id., t. 1, p. 218–219, 220–221). Chanoine de Saint-Lambert dès 1226, il mourut le 22 février 1257 (cfr supra, n. 117).

119 Chanoine de Saint-Lambert de 1215 à 1254, apparenté aux Jauche et aux Dongelberg (Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 62. — O.S.L., éd. Marchandise, p. 150).

120 Chanoine de Saint-Lambert de 1227 à 1245, il est le fils de Leonius, châtelain de Bruxelles (1210–1235), membre de l’entourage ministerial du duc de Brabant (noble en 1251). Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 63. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 38. — Ganshof, Ministeriales, p. 121–124.

121 Chanoine de Saint-Lambert entre 1224 et 1250. En 1249, il est mentionné en compagnie d’Otton d’Everstein et d’Herman de Salm (C.S.L., t. 1, p. 544) ! La famille de Jauche est une importante famille noble du Brabant (cfr Bonenfant-Despy, Noblesse en Brabant, p. 64. — Despy, Campagnes du roman pays, p. 9–22). Rappelons qu’en 1200, un autre Jauche s’était déjà dressé contre Hugues de Pierrepont et Otton de Brunswick, pour le compte du Staufen, Philippe de Souabe (cfr supra, p. 117).

122 Cfr Thorau, Territorialpolitik, p. 530. Henri II, duc de Brabant (1235–1248). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 358.

123 Cfr supra, p. 123–124.

124 Cfr p. 127 n. 79 et tabl. généal., annexe II.

125 Archidiacre de Brabant de 1236 à 1281 (Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 73. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 60, et ici-même, p. 314).

126 Chanoine de Saint-Lambert dès 1234 (Renardy, Répertoire, p. 450–451, et ici-même, p. 344 et n. 210, 368).

127 Également collecteur apostolique, cité dès 1233, chanoine de Saint-Lambert et présent à Liège dès le 15 décembre 1237 (Id., p. 405–406).

128 Archidiacre de Hesbaye dès le 12 mars 1237, protégé d’innocent IV, d’Alexandre IV et de Grégoire X (Id., p. 390–391).

129 Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 94. Il a accompagné Otton en Angleterre ainsi qu’en témoigne un acte du 28 décembrel240 (Id., p. 94 n. 2). Il est cependant mentionné dans le diocèse de Liège le 6 décembre de la même année (Paquay, Regesta Marcuald de Modène, p. 207). De deux choses l’une : ou il s’est rendu en Angleterre après le 6 décembre, ou il a fait des séjours sur le continent durant la légation anglaise. Dans les deux cas, il peut très bien s’être trouvé à Liège pour participer à une élection ressentie comme très importante par le légat, son « patron ». Il ne peut être tiré argument contra du fait qu’il n’est signalé dans aucun acte entre le 12 mars 1237 et le 6 décembre 1240. Il en va en effet de même pour la période allant du 6 décembre 1240 au 20 septembre 1243 (Id., p. 207–208). Cfr encore ici-même, p. 370 et n. 362, 372 et n. 381.

130 Compte tenu de la réelle importance, à l’époque, d’une élection épiscopale, il est fort probable que la majorité des chanoines mentionnés supra aient participé au scrutin.

131 Il appartenait à une famille de Plaisance tout à fait hostile à l’empereur. Légat pontifical en 1230, sa mission consistait notamment à faire connaître dans l’empire, la première excommunication de Frédéric II. Cfr supra, p. 124 n. 61.

132 Cfr p. 129 n. 102.

133 Il maintint d’ailleurs Guillaume à la tête de l’évêché de Valence (Reusens, SaintLambert, p. 183–184. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 51–52, 110–111), siège d’ailleurs dévolu à d’autres Savoie en 1239 et 1242 (cfr Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 542). Selon Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 622–623, il aurait également obtenu Winchester. Ce ne fut probablement pas le cas (cfr Fryde-Greenway-Porter-Roy, Handbook of British chronology, p. 276. — Cox, Savoy, p. 70, 74). On pourrait nous objecter qu’en août 1235, Grégoire IX n’avait pas voulu de Guillaume comme archevêque de Lyon (cfr notamment Auvray, Registres Grégoire IX, t. 1, col. 1088 ; t. 2, col. 136. — Galland, Philippe de Savoie, p. 34). Seulement, en 1235, Guillaume ne ralliait pas encore la moitié de l’Europe : Eléonore n’avait pas encore épousé Henri III Plantagenêt (20 janvier 1236 — Fryde-Greenway-Porter-Roy, Handbook of British chronology, p. 38). De même pour Thomas de Savoie avec Jeanne de Flandre (1237). Il est par ailleurs très possible que Grégoire ait préféré à ce moment faire de Guillaume une sorte de poste pontifical avancé en Angleterre (en août 1236, Grégoire IX déclare à l’élu de Valence que puisque sa présence est des plus précieuses au roi d’Angleterre, il n’élèvera aucune objection à ce qu’il poursuive sa mission outre-Manche, même s’il est très éloigné de son évêché de Valence (cfr Cox, Savoy, p. 50). Peut-être a-t-il aussi préféré maintenir un Savoie à Valence (cfr supra) ou placer un autre partisan à Lyon (Raoul de la Roche-Aymon, à partir du 9 août 1235 ?, cfr Galland, Deux archevêchés entre France et Empire, p. 715), quitte à garder Guillaume en réserve pour un évêché lui permettant de l’aider davantage dans sa lutte contre Frédéric II : Liège.

134 Thorau, Territorialpolitik, p. 530–531.

135 Il n’est pas exclu que Guillaume se soit trouvé à Liège au moment de l’élection. En effet, un passage curieux de Jean le Long d’Ypres, Chronica monasterii Sancti Bertini, p. 841 (sur cette chronique, cfr Potthast, Repertorium, t. 6, p. 351–352), daté de 1238, et placé entre le 29 juin et le 26 août 1238 par B.F., p. 1660, no 11219b, signale des démêlés entre Waléran de Fauquemont et Guillaume de Savoie episcopus Leodiensis, que secourut le comte de Flandre. Peut-être cette chronique transfère-t-elle à Guillaume le contentieux relatif à Jean d’Eppes ?

136 Il fut notamment à la tête d’une armée anglaise envoyée par Henri III à l’empereur, son beau-frère (Isabelle, † 1241, la sœur du Plantagenêt, fut la troisième épouse de Frédéric II). Cfr Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 486, 491. — Id., Historia, t. 2, p. 408. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 943. Cfr encore B.F., p. 478–479, 481, 1907, no 2383a, 2389–2391, 2400, 13265a. Cfr Mugner, Savoyards, p. 175–176. — Cox, Savoy, p. 64–69.

137 Cfr p. 134 n. 134.

138 Cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 221–250. En 1238, notamment, Frédéric chercha à s’emparer de la Sardaigne, terre sur laquelle la papauté avait des prétentions anciennes, confirmées par Frédéric, et que Grégoire IX venait juste de faire reconnaître, avec difficultés, par les rois sardes (Id., p. 245–246). Signalons par ailleurs que, même si la rupture n’a pas encore eu lieu, cela n’empêche pas Grégoire de prendre, dès novembre 1238 (cfr p. 129 n. 97, 98), des mesures ouvertement hostiles à Otton d’Everstein, partisan de Frédéric II, voire à l’empereur lui-même : le 7 mars 1238, une alliance entre le duc de Bavière, le duc d’Autriche et le roi de Bohême contre Frédéric II s’est faite à l’instigation du pape (Id., p. 283).

139 Thorau, Territorialpolitik, p. 531–532.

140 Grégoire IX le répétera chaque fois qu’il en aura l’occasion. Cfr p. 128 n. 96.

141 Les termes de Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 622–623, sont on ne peut plus éloquents. Cfr toutefois ici-même p. 129–130 n. 103, 279 n. 309.

142 Cfr Id., t. 3, p. 335, 362–363, 387–388, 486. — Id., Historia, t. 2, p. 388, 395–396. — Id., Abbreviatio, p. 273. — Richard de Morins, Annales prioratus de Dunstaplia, p. 145— 146 (sur cette source, considérée comme de première importance, cfr Graves, Bibliography of English history to 1485, p. 438–439). Sur les rapports entre la Savoie et l’Angleterre au xiiie siècle, cfr Mugnier, Savoyards, spéc. les p. 163–199. — Cox, Savoy, p. 46–51, 59–61, 77. —- Chapuisat, À propos des relations entre la Savoie et l’Angleterre au xiiie siècle, p. 429–434. — Demotz, Politique internationale, p. 50–51. — Marchandise, « Tout apparoillié », p. 59 et n. 93. — Perret, Organes, p. 346, 359–360.

143 Matthieu Paris, Historia, t. 2, p. 409–410. — Id., Chronica, t. 3, p. 493. L’évêché de Winchester avec ses 12 000 florins de services communs (un tiers des revenus annuels de l’évêché représentant la contribution financière versée par les évêques en cas de nomination directe, de confirmation d’élection, de translation ou de consécration — cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 70) rapportait davantage que le primatiat de Cantorbéry (10 000). Il est d’ailleurs l’évêché le plus riche de toute la chrétienté au xive siècle. Pour comparaison, Liège = 7 200 fl. et Valence = 4 500 fl. (cfr Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, p. 28, 68, 128, 133, 374, et ici-même, p. 242–243). Winchester (Grande-Bretagne, Hampshire).

144 Il s’agit de Marguerite de Provence (cfr supra), Sur tout ceci, cfr Demotz, Politique internationale, p. 45–46, 48–52. Cfr encore Id., État savoyard et papauté, p. 51–52.

145 Selon Matthieu Paris, Chronica, t. 4, p. 19–22, dès 1240, après la confirmation de Guillaume, le comte de Provence se montrait déjà récalcitrant face aux exigences de Frédéric II. Il finit pourtant par se soumettre. Jordan, Allemagne et Italie, p. 276, signale qu’Amédée IV et Thomas de Savoie furent bien moins fidèles à Frédéric II que leur père Thomas Ier, en partie parce que leurs frères, membres du clergé, avaient besoin de la bienveillance pontificale. Soulignons en effet que Thomas, bien évidemment partisan de son frère Guillaume face à Otton d’Everstein, et ce d’autant plus qu’il lui devait peut-être son mariage avec la comtesse de Flandre (Richard de Morins, Annales prioratus de Dunstaplia, p. 146 ; cfr également Cox, Savoy, p. 70), sera également l’un des rares nobles à assister au premier synode célébré à Huy par le successeur de Guillaume, Robert de Thourotte, à la Nöel 1240. Or, même si c’est par des chemins détournés, Robert a été placé sur le trône liégeois par Grégoire IX et est bien un évêque pontifical (cfr Aubry de Trois-fontaines, Chronica, p. 948 et ici-même, p. 140–142). Par ailleurs, Thomas épousa en secondes noces la propre nièce d’innocent IV (cfr supra, p. 125–126 n. 70).

146 Selon Id., p. 944, Frédéric II aurait accordé les régales à Guillaume pour tout évêché de l’Empire (excepté Liège). Par ailleurs, en novembre 1238, Frédéric II investit Guillaume, procurateur ou élu de Valence, de omnibus regalibus, castris, munitionibus et universis possessionibus civitatis Valentie et totius episcopatus plenissime (Huillard-Breholles, Historia Friderici, vol. 5, p. 261–265. — B.F., p. 482, no 2404). Ces deux faits — pour autant que le premier soit exact — bien loin de s’opposer à notre théorie, s’y inscrivent parfaitement. Frédéric II ne veut pas de Guillaume à Liège, c’est clair, mais il ne peut tout de même pas s’offrir le luxe d’irriter les Savoie. Aussi concède-t-il à Guillaume des privilèges importants mais… au loin. Son credo semble être : tout ce qu’on veut pour Guillaume, mais loin de Liège.

147 Dans cette perspective, les propos de Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 539, 623, selon lesquels Grégoire IX voulait conférer à Guillaume la direction de son armée, destinée à combattre l’empereur, gardent toute leur valeur.

148 Mansi, Sacrorum Conciliorum, t. 22, col. 1011 et 1014. — Foreville, Latran, p. 359. — Gaudemet, Élections, p. 184.

149 Gilles d’Orval, Gesta, p. 126.

150 Cfr liste chronologique des évêques de Liège des xiiie et xive siècles, annexe I.

151 Les sources utilisées sont : Id., p. 127. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 944, 948. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 301–303 (bulle du 3 août 1240, reproduite dans Leodium, t. 1, 1902, p. 14–15). —Annales S. Jac., p. 22. —Annales Lau bienses, p. 26–27. — Annales Fossenses, p. 32. — Annales Floreffienses, p. 627. Sur l’arrivée au pouvoir de Robert, cfr Thorau, Territorialpolitik, p. 535–536. — Ganzer, Papsttum, p. 122–123. — Miessen, Robert de Thourotte, p. 84–89 (la partie de ce mémoire relative aux avènements de la première moitié du xiiie siècle comporte nombre d’éléments de grand intérêt, que l’auteur n’a malheureusement pas toujours su mettre en valeur). — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 146–147. — Schoolmeesters, Une élection épiscopale à Liège au xiiie siècle. — Id., Regestes Robert de Thourotte, p. 7–9, 14–16.

152 Cfr annexe I.

153 Élu en 1237–R.1250–† 1254.

154 Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 947. — Historia monasterii Sancti Laurentii, col. 1099–1100. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 73. — B.F., p. 801–802, no 4406a. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 12. Conrad apportera encore son aide par la suite à Otton (Chronica regia Coloniensis, p. 283. — B.F., p. 811, no 4452a-c). L’évêque en question était bien évidemment Guillaume de Savoie, qui mourut ce même jour.

155 Cfr supra, p. 129–130.

156 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948.

157 Selon Gilles d’Orval, Gesta, p. 127, l’élection eut lieu aux alentours du 1er novembre 1240. Cela semble très improbable compte tenu de la bulle du 3 août 1240, dont il est question ci-après. Cfr également B.F., p. 1544, no 10165a, qui pense exactement comme nous.

158 Sur ce cardinal, promu en 1231 et † en 1244, cfr Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 114–123. — Zimmermann, Papstliche Legation, p. 112–114.

159 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 14. Cette exigence précède de quelque six années une autre, tout à fait identique, imposée par Innocent IV, notamment dans les diocèses allemands. Cfr Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 226–230. — Gaudemet, Gouvernement, p. 69. Remarquons également qu’à cette date assez précoce, le décès plus ou moins proche de Rome de Guillaume de Savoie était « de nature à fonder une réserve papale » (même constatation pour Cantorbéry en 1229 de Foreville, Élection de Boniface de Savoie, p. 438–439).

160 Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 301–303. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 127. Le doyen de Saint-Lambert qui menait la délégation liégeoise n’est pas Jean de Rumigny (Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 7. — Miessen, Robert de Thourotte, p. 86. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 146), qui n’a d’ailleurs jamais été doyen, mais Jean de Moregny (cfr p. 315 n. 32). Sur la confusion des deux personnages, cfr O.S.L., éd. Marchandisse, p. 148 et n. 946.

161 Gilles d’Orval, Gesta, p. 127 (1–2-3). — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948 (1–3-2).

162 Chanoine de Beauvais (1226), de Laon (1227), de Reims (1227–1228), archidiacre de Beauvais (1229), Robert fut élu évêque de Châlons-sur-Marne en 1227 sans obtenir en fin de compte l’évêché puis devint évêque de Langres. « Il fut sacré entre le 16 août et novembre 1232 » (Auvray, Registres Grégoire IX, t. 1, col. 77–78, 111–114. — Newman, Nesle, t. 1, p. 214–215, 255. — Mlessen, Robert de Thourotte, p. 60–61). Il fut également chanoine de Saint-Lambert et abbé de Notre-Dame-aux-Fonts (Gilles d’Orval, Gesta, p. 127. — C.S.L., t. 1, p. 267. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 107. — Schoolmeesters, Archiprêtres, p. 65). Langres (France, dép. Haute-Marne).

163 Gaufroid de Grandpré, prévôt de l’église de Montfaucon, ne devint évêque de Châlons que le 15 avril 1241 (Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 182), mais succède à Philippe II de Nemours, t 1228, avec, entre les deux, semble-t-il, une élection contestée. À propos des divergences entre sources narratives et bulle pontificale, peut-être faut-il voir chez Gilles d’Orval [sa chronique a été utlisée par Aubry de Troisfontaines (cfr BALAU, Sources, p. 466)], une altération de la vérité connue, par ailleurs, grâce à la bulle du 3 août 1240, altération consécutive à son manque d’esprit critique (Id., p. 453–454). Châlons-sur-Marne (France, dép. Marne).

164 Il s’agit soit de Boniface, détenteur des sièges de Belley et de Valence puis primat de Cantorbéry (1241–1270), soit de Philippe, doyen de Metz à partir de 1239, prévôt de SaintDonatien de Bruges, doyen de Vienne à la mort de Guillaume de Savoie, puis élu de Valence (en mai 1240) (cfr Foreville, Élection de Boniface de Savoie, p. 435. — Galland, Philippe de Savoie, spéc. p. 34–35. — Cox, Savoy, p. 8, 9, 15–19, 40, 43, 59, 66, 76–77, 87–94, 110–111, 121–127, 135, 138–141, 144–145, 173–179, 189–192, 199, 207, 232–238, 268, 269, 272, 293, 309, 347–348, 355–392, 397–398. — Fryde-Greenway-Porter-Roy, Handbook of British chronology, p. 233. — Wilshire, Boniface of Savoy, p. 20–40. — Mugnier, Savoyards, p. 186–187, 194, 198–199. — Marchandisse, « Tout apparoillié », p. 59 n. 93. — Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 134, 648, 168). D’après Cox, Savoy, p. 77, c’est probablement afin de promouvoir Philippe que le comte de Hainaut-Flandre poursuivit la lutte contre les partisans de l’empereur. Quoi qu’il en soit, que l’un ou l’autre de ces clercs n’ait pas connu la même fortune à Liège que son frère Guillaume, en 1238–1239, ne s’explique pas de façon péremptoire. Sans doute Robert fut-il privilégié parce que, plus que tout autre, il apparaissait à ce moment comme l’homme de la situation. En ce qui concerne l’ordre dans la liste présentée au légat, seul Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948, précise : tali pacto, ut si primus recusaret, secundus reciperet, et si ille nollet, tandem tertius haberet.

165 Cfr p. 138 n. 151.

166 Il est clair que ce que recherchait le pape, c’était bien un évêque qui lui soit tout dévoué. Le 2 août 1240, n’écrit-il pas au légat que si Robert venait à refuser le siège de Liège, labores et studeas diligenter quod talis ecclesie preficiatur eidem, qui tanto congruit oneri et honori, et sedi apostolice sit devotus ? Cfr Reusens, Saint-Lambert, p. 187–188. — Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 298.

167 Fils du roi de France Louis VIII et de Blanche de Castille, † 1250. Cfr tabl. généal., annexe II.

168 Chronica regia Coloniensis, p. 273–274. — Matthieu Paris, Chronica, t. 3, p. 624–625, 626–627. — Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 949. — Huillard-Breholles, Historia Friderici, vol. 5, p. 1086–1087.

169 Noyon (France, dép. Oise) ; Thourotte (Id.). Cfr tabl. généal., annexe II.

170 La cour des pairs de France est composée de douze très hauts vassaux, six laïques (trois ducs et trois comtes) et six ecclésiastiques (trois ducs et trois comtes). Il s’agit des ducs de Normandie, de Bourgogne, d’Aquitaine, des comtes de Flandre, de Champagne et de Toulouse, du duc-archevêque de Reims, des ducs-évêques de Langres et de Laon, des comtes-évêques de Beauvais, Noyon et Châlons-sur-Marne (cfr Lemarignier, La France médiévale, p. 325–326. — Claudon, Un « condominium » ecclésiastique). Peut-être est-ce à ce même titre de pair de France que l’élu de Châlons fut également pressenti pour succéder à Guillaume de Savoie ?

171 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 944. — Gilles d’Orval, Gesta, p. 126. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 73.

172 Cfr Miesen, Robert de Thourotte, p. 81–84. — Simon-Aubert, Boniface de Bruxelles, p. 160. — Braun, Diocèse de Lausanne, p. 119. Lausanne (Suisse, cant. Vaud).

173 À son propos, cfr p. 329, 369.

174 Cfr Auvray, Registres Grégoire IX, t. 2, col. 414. Thibaut IV ou V, selon les ouvrages, comte de Champagne (1201–1253). Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 42.

175 Cfr Newman, Nesle, t. 1, p. 214–215. — Morret, Stand und Herkunft, p. 109–110. Verdun (France, dép. Meuse).

176 Newman, Nesle, t. 1, p. 212.

177 Henri de Dreux était le fils de Robert II, comte de Dreux († 1218), demi-frère d’Adèle de Dreux (grand-mère de Robert de Thourotte), et de Yolande de Coucy († 1222) ; il est le frère de Pierre, duc de Bretagne († 1250) et de Jean, comte de Mâcon († 1239). Il mourut en juillet 1240 alors que la nomination de Robert était imminente. Cfr Teuscher, Das Prämonstratenserkloster Saint-Yved in Braine, tabl. généal. — Strubbe-Voet, De chronologie, p. 297. — Newman, Nesle, t. 1, p. 227, 260. — Miessen, Robert de Thourotte, p. 60–61. Beauvais (France, dép. Oise).

178 Auvray, Registres Grégoire IX, t. 3, col. 302–303.

179 Parmi les nobles étaient notamment présents les comtes de Flandre (cfr p. 137 n. 145) et de Saint-Pol. Ce dernier, Hugues V, t 1248, était, au même titre que Robert, l’un des petit-fils d’Adèle de Dreux (cfr Newman, Nesle, t. 1, p. 204–205, 207).

180 Aubry de Troisfontaines, Chronica, p. 948 : […] et in die sancti Stephani processionaliter, sicut mos est, a Leodiensibus recipitur et in cathedra decenter locatur ; presentibus omnibus supra dictis comitibus, nobilibus et ignobilibus.

181 Ibid.

182 En 1242, le château d’Aigremont, détenu par Otton d’Everstein, est assiégé par les milices hutoises (Annales Fossenses, p. 32. — Joris, Ville de Huy, p. 451).

183 Ainsi, le 10 mai 1240, le conseil de la Cité de Liège auquel s’était joint le mayeur, fonctionnaire épiscopal ( !), déclarait que l’évêque ne pouvait battre monnaie ou solliciter des services tant qu’il n’avait pas obtenu les régales (R.C.L., t. 1, p. 31–32. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 263). Le 31 janvier 1245, Innocent IV ordonna aux feudataires de l’église de Liège de rendre à Robert debita homagia et alia servitia consueta même s’il n’a pas reçu les régales (Reusens, Saint-Lambert, p. 192–193. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 172. — B.F., p. 1274, no 7506).

184 À ce propos, cfr annexe I.

185 C’est la date proposée par les sources narratives relatant l’avènement d’Henri de Gueldre : Gilles d’Orval, Gesta, p. 129. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 5. — Tongerlo, p. 30–31. — Annales S. Jac., p. 22. — Annales Floreffienses, p. 627. — Annales Parchenses, p. 607. Selon 1402, p. 169, il s’agirait toutefois du1er octobre. Cette date est invalidée par un acte (copie) daté du 26 septembre 1247 (anno Domini MCCXLVII, die Jovis proxima ante festum beati Michaëlis), acte par lequel Henri episcopus ( !) de Liège fait savoir que JeanIer d’Avesnes lui a fait hommage pour le comté de Hainaut (Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre, t. 2, p. 184. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 1. — B.F., p. 1701, no 11523). Cependant, une bulle pontificale semble également devoir infirmer la date du 26 septembre 1247. Elle est datée du 31 juillet 1247 (Il kalendas augusti pontificatus nostri anno quinto) et est adressé à l’évêque de Liège. Toutefois, 1) cette bulle n’existe que sous forme de copie reproduite dans un acte original d’Henri de Gueldre du1er juillet 1248 et peut donc comporter une erreur de date ; 2) elle n’est pas signalée dans Berger, Registres Innocent IV ; 3) la bulle n’est pas adressée explicitement à Henri de Gueldre et pas à un élu (ce qu’était alors Henri de Gueldre) mais à un évêque, ce qui donne à penser que le pape s’adresse en fait à l’évêque présent et à venir (cfr Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 138–140. — Vekooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 39). Jusqu’à preuve du contraire, nous retiendrons donc la date du 26 septembre 1247, qui est d’ailleurs celle proposée par Gilles d’Orval, qui acheva sa chronique quatre ans après les faits (Balau, Sources, p. 451). Sur Henri de Gueldre et son avènement, cfr Detroux, Henri de Gueldre, spéc. les p. 17–46. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 148–157. — Pirenne, Henri de Gueldre. — de Spiegeler, Henri de Gueldre. Sur Hocsem, cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. xxxvii-lxiii. — Balau, Sources, p. 499–513. — Feenstra, Flores utriusque iuris, spéc. p. 487–499. — Avonds, Jan van Hocsem. — Van Caenegem, Hocsem. — Renardy, Répertoire, p. 349–351. — Vercauteren, Gilles de la Marcelle, p. 429–431 ; sur 1402, cfr Balau, Sources, p. 533–538. — Lejeune, « Chronique liégeoise de 1402 », p. 413–432. — Id., À propos de l’art mosan, p. 3–27 et spéc. p. 11–15. — Id., L’enlèvement de Jean de Flandre, p. 71–89 et spéc. p. 71–74. — Kupper, Henri de Dinant, p. 339–349 ; sur Tongerlo, cfr Lejeune, Jean d’Outremeuse, p. 522 n. 3. — Joris, Politique monétaire, p. 195 et n. 7. — Balau, Sources, p. 532–533.

186 Sur Innocent IV (1243–1254), champion de la théocratie pontificale, cfr Pacaut, Théocratie, p. 160–162.

187 Il s’agit du concile de Lyon I, qui se déroula en juin-juillet 1245. Cfr Wolter-Holstein, Lyon I et Lyon II, p. 9–128. Lyon (France, dép. Rhône).

188 Sur l’évolution des relations germano-pontificales, cfr Jordan, Allemagne et Italie, p. 252–299. — Gebhardt, Handbuch, p. 466–470.

189 Cfr Potthast, Regesta pontificum Romanorum, t. 2, p. 997, no 11733. — Schoolmeesters, Regestes Robert de Thourotte, p. 67–68, no 192, 194–197.

190 Créé cardinal dès le 27 septembre 1244 par Innocent IV, † en 1259. Cfr Paravicini-Bagliani, Cardinali di Curia, t. 1, p. 300–313.

191 Cfr Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 224–230 et spéc., p. 230, no XX : Volumus et presentium tibi auctoritate mandamus, quatinus universis tam cathedralium quam aliarum, sive sint regulares sive seculares, ecclesiarum tue legationis capitulis seu conventibus districte auctoritate nostra specialiter vel generaliter inhibere procures, ne ipsis ecclesiis, cum eas vacare contigerit, de pastoribus seu prelatis absque tuo consiliet assensu providere presumant, decernens, si secus egerint, irritum et inane. Le 9 septembre 1246, Innocent IV faisait déjà les mêmes recommandations au précédent légat apostolique, Philippe Fontana, élu de Ferrare (Id., p. 180–181).

192 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 4 (propter discordiam electorum). 1402, p. 169 (quia electores discordes ad invicem facti surit). Mathias de Lewis, Chronicon, p. 75. Toutefois, Gilles d’Orval, Gesta, p. 129, qui achève son œuvre en 1251, n’évoque aucune élection. Enfin, selon Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 276, le jour de l’élection, il y eut douze élus. Le lendemain, il ne restait plus qu’Henri de Gueldre et un certain Eustache de Rethel, cousin d’Hugues de Pierrepont, complètement inconnu. Il serait hasardeux d’ajouter foi à de tels propos.

193 R. 1247 (couronné en 1248)–† 1256.

194 Florent ou Floris IV (1222–† 1234), comte de Hollande, fils de Guillaume Ier († 1222) et de 1) Alix († 1218), fille d’Otton Ier, comte de Gueldre. Il épousa 2) Mathilde († 1267), fille d’Henri Ier de Brabant (1190–† 1235), sœur d’Henri II, son fils (1235–† 1248) et tante d’Henri III, fils du précédent (1248–† 1261). Jean Ier d’Avesnes, comte de Hainaut (1246-† 1257), fils de Marguerite de Constantinople, comtesse de Hainaut-Flandre (1244–† 1280) et de 1) Bouchard d’Avesnes († 1244), épousa 1) Alix († 1284), fille de Florent IV de Hollande et sœur du roi des Romains Guillaume. Sur tous ces personnages, cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 4, 10. — Strubbe-Voet, De chronologie, p. 358, 366, 369, et ici-même, tabl. généal., annexe II.

195 Gérard IV, comte de Gueldre (1208–† 1229), avait épousé Marguerite († 1230), fille d’Henri Ier de Brabant. Otton II (1229–† 1271) épousa 1) Marguerite († 1251), fille de Thierry V, comte de Clèves. Ses sœurs, Marguerite et Richarde, épousèrent l’une après l’autre Guillaume IV, comte de Juliers († 1278). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 360. — Obreen, Gerhard. — Verbeek, Otto II., spéc. p. 88–94. L’ouvrage de Jappe Alberts, Geschiedenis van Gelderland, ne nous a guère été utile.

196 Tous les dynastes marcheront d’ailleurs souvent de concert. Cfr notamment, le 20 novembre 1248 : Henri de Gueldre, le duc de Brabant, les comtes de Gueldre et de Looz concluent une alliance à Walsbergen (Wolters, Codex diplomaticus Lossensis, p. 125. — Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,1, p. 41–42. — C.S.L., t. 6, p. 15. — B.F., p. 1705, no 11554) ; le 29 avril 1248 : bulle d’innocent IV en faveur du comte de Juliers, à la requête de l’élu de Liège (Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 385. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 581). Cfr encore Pirenne, Henri de Gueldre, col. 195, 198.

197 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 4–5 : Unde prudenter considerons ad propositum posse suum pervenire facilius si circa locum ad eligendum reges antiqua consuetudine deputatum auxilia compararet, […].

198 Les chroniqueurs sont unanimes à signaler, implicitement ou non, l’intervention, en faveur d’Henri de Gueldre, de sa parentèle, notamment du roi des Romains et du duc de Brabant (Id., p. 5. — 1402, p. 169–170. — Lévold de Northof, Chronica, p. 36. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 75. — Tongerlo, p. 30. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 277). Il est par ailleurs très probable qu’au cours de ses discussions avec Innocent IV à propos de la succession de Robert de Thourotte, l’archevêque de Cologne, Conrad de Hochstaden, qui connaissait parfaitement Henri de Gueldre (cfr infra, p. 147), plaida sa cause devant le pape (Chronica regia Coloniensis, p. 290 : Post mortem Henrici regis Coloniensis archiepiscopus Lugdunum adit, locuturus cum papa de ordinatione episcopatus Leodiensis, tunc [temporis] vacantis.). Sur Lévold de Northof, cfr Lévold de Northof, Chronica, p. ix–xlvii. — Stinissen, Levoldi de Northof, p. 148–187. — Balau, Sources, p. 524–527. — Renardy, Répertoire, p. 384–386.

199 Classen, Das Erzbistum Köln, Archidiakonat von Xanten, p. 86. — 1402, p. 169. — Tongerlo, p. 31. Xanten (R.F.A., L. Rhénanie-Westphalie).

200 Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 363–364, 480. Utrecht (Pays-Bas, Utrecht).

201 Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 239. — Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 440–441, 443 (17 août et 13 septembre 1246). — Pertz-rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 182–183 (27 septembre 1246).

202 Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 239.

203 Id., p. 236, 246. Trèves (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat) ; Mayence (id.).

204 Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 440–441, 483–484. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 308–309. Deventer (Pays-Bas, Overijsel).

205 Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 182–183. — Heeringa, Oorkondenboek Utrecht, t. 2, p. 444.

206 Diplomata… Wilhelmi de Hollandia, p. 104, 152–153, 213–214, 221–222. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 21. — R.O.P L., p. 43–44, 49–50. — C.S.L., t. 2, p. 13, 64–65. — R.C.L., t. 1, p. 51.

207 Lévold de Northof, Chronica, p. 36. — Matthieu Paris, Chronica, t. 4, p. 654 ; t. 5,p. 25–26.

208 Diplomata… Wilhelmi de Hollandia, p. 30–31, 165–166. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 1–2, 24, 26–27.

209 Le 19 novembre 1247, Innocent IV écrit un ensemble de lettres adressées notamment aux archevêques de Mayence, Trèves, Brême, Cologne, à leurs suffragants — et donc à Henri de Gueldre —, au duc de Brabant, aux comtes de Gueldre et de Looz, pour les remercier d’avoir soutenu l’élection de Guillaume de Hollande à la royauté des Romains. Il leur demande en outre de lui prêter un concours efficace (Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 331–332). Le 15 novembre 1247, il concède diverses faveurs à Henri afin qu’il puisse s’occuper plus librement des intérêts de l’Église dans l’Empire (cfr p. 149 n. 214) : Hinc est quod, cum ad negotiorum promotionem, que in Alamannie partibus Ecclesie imminere noscuntur te sollicite oporteat et efficaciter laborare […].

210 Gilles d’Orval, Gesta, p. 129 : […] quem prefecit Petrus dictus Caputius, […]. Jean de Hocsem, Chronicon, p. 5 : Unde promotionibus horum per dominum Petrum Caputii […], procuratoris, Henrici hujus per Conradum Coloniensem archiepiscopum electio confirmatur […]. 1402, p. 169–170 : […] ipso Petro instigante, Henricus […] electus est in episcopum Leodiensem […] Tongerlo, p. 30–31 : Henricus […] est electus in Leodiensem episcopum […] ; et introductus et admissus in corporalem possessionem nostri episcopii […] per dominum Petrum Caputium […] et per Conrardum Coloniensem archiepiscopum.Mathias de Lewis, Chronicon, p. 75 : Hunc prefecit Petrus Caputius […], electum favore Guillelmi novi electi in regem Alemannie, nec non Henrici ducis Brabantie, per capitulum […].

211 Selon 1402, p. 170, tout comme pour Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 85 (à son propos, cfr Balau, Sources, p. 605–619), il a été confirmé par le légat tandis que pour Jean de Hocsem, Chronicon, p. 5, c’est par l’archevêque de Cologne. Évidemment, on peut toujours conjecturer qu’Hocsem confond confirmation et consécration. Tongerlo, p. 30–31, évoque une double action du légat et de l’archevêque, sans doute pour confirmation et consécration. Cfr n. précédente.

212 1402, p. 170. Il les reçut probablement lors de l’élection de Guillaume de Hollande, le 3 octobre 1247.

213 Pertz-Rodenberg, Epistolae saeculi XIII, t. 2, p. 325–326. — Berger, Registres Innocent IV, t. 1, p. 520. — Reusens, Saint-Lambert, p. 203–204.

214 Bourel de la Roncière, Registres Alexandre IV, t. 1, p. 314 ; t. 2, p. 598. — C.S.L., t. 6, p. 18.

215 1254–1261.

216 Il n’y a aucune raison d’affirmer avec Pirenne, Henri de Gueldre, col. 194, qu’Henri de Gueldre fut consacré en 1252. À propos de la consécration, cfr Schoolmeesters, Quand Henri de Gueldre a-t-il reçu la consécration épiscopale ?, p. 113–114. L’année 1258 est proposée par Jean de Hocsem, Chronicon, p. 36, sans commentaire, et par 1402, p. 209, chronique selon laquelle le chapitre de Saint-Lambert obligea Henri de Gueldre, qui n’était plus couvert par Guillaume de Hollande, décédé en 1256, à se faire ordonner et consacrer par l’archevêque de Cologne (id. dans Mathias de Lewis, Chronicon, p. 77). Selon Annales Fossenses, p. 33, la cérémonie eut lieu en 1259. Il y a plusieurs explications possibles à cette consécration tardive mais effective. Protégé par Guillaume de Hollande, Henri de Gueldre se montra également chaud partisan de son principal successeur, Richard de Cornouailles, auquel il alla d’ailleurs, entre le 20 mars et le 8 avril 1257, faire hommage en Angleterre, en compagnie de l’archevêque de Cologne (cfr R.E.K., t. 3,1, p. 262, no 1942. — B.F., p. 994, no 5292a, avec références aux diverses sources narratives, surtout anglaises), mais Richard ne sut jamais choisir entre l’Angleterre et l’Empire, faisant de courts séjours en Rhénanie puis rentrant prendre part aux querelles politiques de son pays d’origine (cfr notamment Joris, Richard de Cornouailles). Le chapitre cathédral considéra peut-être qu’Henri était plus vulnérable que sous Guillaume de Hollande et qu’il était temps pour lui de se mettre en ordre avec l’Église. D’un autre côté, on peut se demander si les pressions ne vinrent pas du peuple liégeois tout entier. Nous verrons que lors de certaines vacances du pouvoir, ce dernier craint l’hiatus politique et veut un évêque dans les plus brefs délais. Il ne devait donc pas être pleinement satisfait par un élu, sorte de demi-mesure.

217 Barbier, Cartulaire Malonne, p. 25–26. Pour ce qui est des copies, Henri de Gueldre apparaît encore comme élu le 2 mars 1260 (Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 286–288).

218 C.S.L., t. 2, p. 117. Pour ce qui est des copies, Henri de Gueldre apparaît déjà comme évêque le 11 avril 1260 (Piot, Cartulaire Saint-Trond, t. 1, p. 295–297).

219 Sa présence à Cologne est attestée les 28 février, 29 mars et 15 avril 1260. Cfr R.E.K., t. 3,1, p. 282–283.

220 La date est donnée par Franchi, Concilio II di Lione, p. 84, 111. Sur le concile de Lyon II, qui se tint de mai à juillet 1274, cfr Wolter-Holstein, Lyon I et Lyon II, p. 129–226. — Roberg, Das zweite Konzil von Lyon (il n’y est guère question d’Henri de Gueldre). — les multiples contributions de 1274. Année charnière, en particulier Folz, Deuxième concile de Lyon et Allemagne, p. 449–479, et spéc. p. 454.

221 Les principales sources utilisées sont : 1402, p. 214–216. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 58. — G.A.T., t. 2, p. 215 (à propos de cette source narrative, cfr Balau, Sources, p. 591–594. — Brassinne, Troisième continuation). —Annales Blandinienses, p. 60, 62–63, 65, 66. — Ann. S. Jac., p. 23. — Lévold de Northof, Chronica, p. 42. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 77–79. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 113–114. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 397–400. — Annales Laubienses, p. 27. — Annales Fossenses, p. 33. — Annales Floreffienses, p. 628. — Jean de Thilrode, Chronicon, p. 561, 573. — Baudouin de Ninove, Chronicon, p. 545. — Baudouin d’Avesnes, Chronique, p. 431 (sur ces trois dernières chroniques, cfr la toute récente étude de Lambert, Chronicles of Flanders, p. 19–41. — Potthast, Repertorium, t. 2, p. 440 ; t. 3, p. 280–281 ; t. 6, p. 420). Sur la fin du règne d’Henri de Gueldre et sur son successeur, Jean d’Enghien, cfr Ganzer, Papsttum, p. 304. — Closon, Jean d’Enghien, spéc. p. 41–62. — Renardy, Répertoire, p. 341–342. — Pycke, Répertoire, p. 298–299. — Vleeschouwers-Van Melkebeek, Le rôle de l’entourage des évêques de Tournai (1146–1300) dans la chancellerie épiscopale, p. 64–66. Sur la famille du dernier cité, cfr Matthieu, Histoire d’Enghien, p. 41–58. — Goffin, Généalogies enghiennoises, p. 13–32 (généal. paternelle). — Warlop, De vlaamse adel voor 1300, t. 2,2, p. 609–618 (généal. maternelle).

222 1271–1276.

223 Cfr les sources mentionnées p. 150 n. 222. Néanmoins, Henri de Gueldre n’est pas signalé parmi les personnalités ecclésiastiques et laïques convoquées par la bulle In litteris du 13 avril 1273 ou mentionnées dans la charte de confirmation par les prélats de l’Empire, du décret Ubi periculum (13 juillet 1274). Il est cependant intégré dans la liste nominative des pères du concile élaborée par Carolus-Barre, dans Pères du IIe concile de Lyon, p. 377–421, spéc. p. 379, 390, 397, 413, car sa déposition est mentionnée dans l’Ordinatio concilii generalis Lugdunensis.

224 Cfr p. 150 n. 222.

225 Guiraud, Registres Grégoire X, p. 143.

226 Closon, Jean d’Enghien, p. 48.

227 La démonstration de cette thèse a été ébauchée par Detroux, Henri de Gueldre, p. 171 n. 6. — Renardy, Monde des maîtres, p. 282–285. — Id., Répertoire, p. 449–450. Nous consacrerons de plus longs développements à cette question dans la deuxième partie de ce travail, chap. 1, D, p. 290–291, et dans un article à paraître prochainement, portant exclusivement sur cette passionnante question.

228 Sur la carrière liégeoise de Grégoire X, cfr Id., p. 448–450. — Gatto, Gregorio X, p. 34–61.

229 Sur ce cardinal, promu en 1244 et t en 1253, cfr Eubel, Hierarchia catholica, t. 1, p. 34, 447. —B.F., p. 1555–1556, no 10233d-10251.

230 Schoolmeesters, Jugement arbitral, p. 85–88. Albano : titre cardinalice suburbicaire.

231 G.A.T., t. 2, p. 214 : Palmo suo ilium ad maxillam percutiendo. Jean de Hocsem, Chronicon, p. 48 : Quod ideo, licet non verisimiliter dicebatur quia dudum, cum idem tunc esset Thealdus archidiaconus Leodiensis, occasione quadam in capitulo episcopus pedem levasset ut ejus pectus impingeret vel impegit.

232 Guiraud, Registres Grégoire X, p. 38–39.

233 C.S.L., t. 2, p. 205–208, spéc. p. 206 (III prodome ou V doient estre pris, ki verront ou messires li eveskes aura donneit ses lettres ke on puisse prendre de ses borgois ; et a la plus destroite dette om paera ches doniers desor dis, si com marcheant puissent aleir et venir segurement ; […]). Sur cette paix, cfr Favauge, Deux confédérations liégeoises et paix de 1271, p. 44–45.

234 Cfr le jugement porté par le peuple liégeois sur Jean d’Enghien dans 1402, p. 219 : O domina Hawidis, ad quid venisti nostram patriam regere ? Non debuisses esse episcopus sed monachus. Ve nobis !

235 Jean d’Enghien et Thibaut Visconti étudièrent tous deux la théologie à Paris, le premier avant de devenir évêque de Tournai en 1267, le second, de 1248 à 1252. Cfr Renardy, Répertoire, p. 341, 448.

236 Jean d’Enghien, fils cadet de Siger Ier d’Enghien et d’Alice de Zottegem, appartenait à une importante famille hennuyère. Cfr références à la n. 222, p. 150.

237 Sur Jean d’Enghien, évêque de Tournai dès 1267, cfr Pycke, Répertoire, p. 298–299.

238 Closon, Jean d’Enghien, p. 49–61.

239 Le grand-père de Jean, Englebert IV d’Enghien, a peut-être épousé une d’Avesnes (Goffin, Généalogies enghiennoises, p. 23. — Matthieu, Histoire d’Enghien, p. 49). Par ailleurs, sa mère, Alice de Zottegem, était la cousine de Jean d’Avesnes, selon Pycke, Répertoire, p. 298. Durant toute sa vie, Siger Ier d’Enghien (… 1217–† 1260 ?) apporta une aide substantielle aux d’Avesnes, au détriment des Dampierre (Goffin, Généalogies enghiennoises, p. 25. — Matthieu, Histoire d’Enghien, p. 49, 52–55, 57–58).

240 R. 1273–† 1291.

241 Sur la question de l’élection de Rodolphe de Habsbourg, cfr les synthèses de Jordan, Allemagne et Italie, p. 415–420. — Gebhardt, Handbuch, p. 477–479. — Moraw, DUS Reich im spaten Mittelalter, p. 211–218 et le brillant article de Folz, Deuxième concile de Lyon et Allemagne, p. 449–454, qui renvoie à la bibl. sur la question. Cfr encore Closon, Jean d’Enghien, p. 49–51 et la bibl., qui n’a pas été remplacée.

242 Sur les bonnes relations entre les d’Avesnes et l’Empire et, partant, sur leur hostilité à l’égard du roi de France, cfr Delcambre, Relations France-Hainaut, p. 23–27.

243 R.1270–† 1285. Sur la candidature de Philippe le Hardi à la couronne impériale et sur ses liens avec les Dampierre, cfr la bibl. à la p. 159 n. 275.

244 En 1263, Guy de Dampierre acquérait le comté de Namur, contrairement à un engagement pris le 22 novembre 1257. Cfr acte de vente, daté du 20 mars 1263, dans C.S.L., t. 2, p. 137–138. Informations précises dans Closon, Jean d’Enghien, p. 52.

245 Cfr supra et p. 145–146 n. 194–195.

246 En 1247, Henri notifie que Jean Ier d’Avesnes lui a fait hommage pour le Hainaut, demande à ses habitants de le considérer comme leur comte et de lui obéir. En 1252, il reconnaît à nouveau Jean d’Avesnes pour légitime comte de Hainaut et refuse de bannir ses partisans. En 1254, l’élu demande aux hommes du comté de faire hommage à Jean d’Avesnes, son vassal (Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre, t. 2, p. 184–185, 296, 361–363). Généreux avec les d’Avesnes, l’élu de Liège obtient plus, en revanche, des Dampierre qu’il ne leur concède : il reçoit Guy de Dampierre comme vassal pour le château de Samson et obtient ses alleux de Grammont et Bornem (C.S.L., t. 2, p. 138–143, 145–146).

247 Cfrp. 145–146 n. 194–195.

248 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 22–23. — 1402, p. 182. Sur Henri de Dinant et les désordres dont il fut la cause, cfr en dernier lieu Kupper, Henri de Dinant, p. 339–349 et bibl. à la n. 1 (notamment les art. de G. Kurth et H. Pirenne).

249 Cfr relevé dans Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, p. 1–4 (rapports souvent bons). — B.R., p. 22–23, 37–40, no 15, 18, 21, 100–102, 110, 114. — Delescluse-Brouwers, Catalogue Henri de Gueldre, p. 116–117.

250 Closon, Jean d’Enghien, p. 53–56 et spéc. p. 56, voit dans la promotion d’André de Rode, une intervention du chapitre cathédral alors que c’est très clairement l’élu de Liège qui est en cause. André de Rode défendit d’ailleurs aussi bien les intérêts d’Henri de Gueldre que ceux de son successeur. Sur André de Rode, cfr Renardy, Répertoire, p. 173–174. — Schoolmeesters, Rudolphe de Habsbourg, p. 4–8, 31–37.

251 Id., p. 12–14. — B.R., p. 125–126, no 440–442.

252 1402, p. 215–216. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 58.

253 Abbaye prémontrée à Opheylissem (Belgique, pr. Brabant wallon, arr. Nivelles, comm. Hélécine).

254 Venu à Hougaerde afin de discuter avec l’ancien évêque de Liège, qui lui réclamait une forte somme d’argent pour frais de gestion de l’État liégeois, il fut enlevé par les sbires d’Henri de Gueldre et « bringuebalé » sur une haridelle dans des conditions de confort toutes relatives. Jean d’Enghien, obèse, n’y résista pas. Cfr Id., p. 64–65. — 1402, p. 221–223. — G.A.T., t. 2, p. 218–219. — Annales S. Jac., p. 23. — Baudouin de Ninove, Chronicon, p. 545. — Jean de Thilrode, Chronicon, p. 573. — Tongerlo, p. 36. — Annales Blandinienses, p. 65–66. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 424–426. — Annales Laubienses, p. 27. — Annales Parchenses, p. 608. — Annales Floreffienses, p. 628. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 79. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 116–117. Sur cet épisode, cfr Closon, Jean d’Enghien, p. 79–80. — Detroux, Henri de Gueldre, p. 186–188. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 156–157.

255 Les sources utilisées sont : Jean de Hocsem, Chronicon, p. 68–69. — 1402, p. 223. — G.A.T., t. 2, p. 219–220. — Annales S. Jac., p. 23. — Annales Laubienses, p. 27. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 80. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 119–120. Sur l’avènement de Jean de Flandre, cfr l’exposé uniquement descriptif de Dussart, Jean de Flandre, p. 33–48 et la notice de Renardy, Répertoire, p. 342–343. Cfr encore Marchandisse, Jean IV de Flandre et Id., Un prince en faillite.

256 C’est ce que nous apprend un acte du chapitre de Saint-Lambert (C.S.L., t. 2, p. 348–352), daté du 18 septembre 1282 [in crastimo (sic) beati Lamberti predicto, anno Domini M° ducentesimo octuagesimo secundo]. Ce document, copie du xive siècle, porte manifestement une date erronée puisque dès le 9 juin 1282, le pape Martin IV avait fait connaître la nomination de Jean de Flandre notamment à la Cité et au diocèse de Liège, au chapitre de Saint-Lambert et à l’archevêque de Cologne (Registres Martin IV, p. 63). L’acte doit probablement être ramené au 18 septembre 1281. Les objections émises par G. Kurth (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 68 n. 1), qui modifie la date MCCLXXXI, proposée par le manuscrit, en MCCLXXXII, sont donc non fondées.

257 Il était le troisième fils du comte de Hainaut Jean Ier d’Avesnes († 1257) et d’Alix († 1284), fille de Florent IV, comte de Hollande (cfr p. 145 n. 194). Il était donc également le petit-fils de Marguerite de Constantinople, comtesse de Hainaut-Flandre (t 1280) et de 1) Bouchard d’Avesnes († 1244), de même que le frère du comte de Hainaut Jean II d’Avesnes (1257–† 1304) et de Guy de Hainaut, élu de Liège puis évêque d’Utrecht, dont il sera question à propos de la succession de Jean de Flandre. Peut-être déjà chanoine de Saint-Lambert en 1273, Bouchard fut nommé évêque de Metz le 9 juin 1282 (date attestée par Registres Martin IV, p. 65). Il put en outre garder les prébendes et dignités qu’il possédait à cette date, notamment la prévôté de Saint-Lambert, à laquelle il venait d’être élu et qu’il conserva jusqu’en 1288 (Id., p. 75–76). Nous aurons à reparler de ce personnage qui fut également, à partir de 1293, mambour (lieutenant) de son frère Guy, alors élu de Liège. Sur Bouchard, cfr Parisse, B. (Bouchard d’Avesnes). — Morret, Stand und Herkunft, p. 38–39. — C.S.L., t. 2, p. 361, 375, 382, 388, 392 ; t. 6, p. 29, 39. — Lahaye, Inventaire Saint-Jean, t. 1, p. 111. — Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 35. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 58. — Poncelet, Vicaires généraux, p. 35. — Schoolmeesters, Archidiacres xiiie siècle, p. 4. — Id., Prévôts Saint-Lambert, p. 92.

258 Membre de la famille comtale d’Auvergne, Guillaume est chanoine de Saint-Lambert en 1262 et archidiacre de 1264 à 1282. Cfr C.S.L., t. 2, p. 207 ; t. 6, p. 29. — Daris, Cartulaire Herckenrode, B.I.A.L., t. 11, p. 26. — Roland, Ossogne, p. 188, 213–215. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 58. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 50, 199, 493. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 476–480 ; t. 31, p. 126.

259 Selon 1402, p. 223, seul Bouchard fut élu mais quidam ex electoribus, instinctu Guidonis comitis Namurcensis atque Flandrie obstiterunt sue electioni. Le second membre de la phrase n’est pas exclu mais il est sûr que Guillaume d’Auvergne fut également élu, ainsi que l’affirme Jean de Hocsem, Chronicon, p. 68. En effet, l’analyse de la bulle du 9 juin 1282 (Registres Martin IV, p. 63), signale très explicitement que Bouchard et Guillaume ipsisque partibus omni juri sibi ex electione competenti renunciantibus.

260 Cfr supra, p. 110.

261 Guy de Dampierre, comte de Flandre en même temps que sa mère puis seul de 1278 à 1305, comte de Namur à partir de 1263, était le fils de Marguerite de Constantinople et de 2) Guillaume de Dampierre, † 1231/2. Il était donc le demi-frère du père de Bouchard d’Avesnes. Ce personnage fascinant, véritable « pieuvre politique », nous le verrons, attend toujours son biographe. Pour l’heure, on consultera Vandermaesen, G. III. (et bibl.). — Id., Dampierre (et bibl.). — Id., Vlaanderen en Henegouwen onder het Huis van Dampierre, p. 403–414 et bibl., p. 554–557. — Nowé, Guy de Dampierre, et les propos de Bovesse, dans Jean Ier, comte de Namur, p. 1–2, 11, 12, 18–20, 24, 58.

262 Qu’il ait agi par messagers interposés (Jean de Hocsem, Chronicon, p. 68. — 1402, p. 223) ou personnellement (Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 428. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 80), le résultat reste identique.

263 Sur Jean de Flandre, évêque de Metz, cfr Morret, Stand und Herkunft, p. 38. Metz (France, dép. Moselle).

264 1281–1285.

265 Cfr supra, p. 155–156 n. 257.

266 Cfr, par exemple, de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 181, qui inclut dans cette fameuse querelle les avènements de Jean d’Enghien, Jean de Flandre et Hugues de Chalon. Nous avons constaté qu’appliqués au premier, de tels propos doivent être nuancés. Pour ce qui est de Jean de Flandre, nous allons le voir, ils sont inadéquats. Quant à Hugues de Chalon, son accession au trône liégeois n’est qu’indirectement liée aux démêlés entre d’Avesnes et Dampierre.

267 Sur cette querelle, cfr l’ouvrage classique de Duvivier, Querelle d’Avesnes-Dampierre. Sur Marguerite de Constantinople, cfr Luykx, De grafelijke financiële bestuursinstellingen.

268 Rappelons que, de surcroît, Martin IV concède à Bouchard le droit de conserver en même temps que son évêché messin les diverses prébendes et dignités qu’il détenait avant sa nomination. Cfr p. 156 n. 258. Compte tenu des faveurs accordées par Martin IV à Bouchard d’Avesnes, nous estimons que les éléments avancés par Renardy, Monde des maîtres, p. 290, qui nous replacent dans le cadre de la querelle d’Avesnes-Dampierre, ne sont pas suffisants. Si Martin IV avait nommé Jean de Flandre pour remercier le roi Charles Ier d’Anjou qui, nous le verrons, le fit élire pape et était l’allié inconditionnel de Marguerite de Constantinople contre son fils Jean d’Avesnes, pourquoi avoir fait tant de cas de Bouchard d’Avesnes ? Il eût été plus logique et plus expéditif, dans le cas de figure posé par Chr. Renardy, de débouter complètement et définitivement Bouchard de toute prétention à une carrière épiscopale. Signalons en complément qu’à cette époque, les rapports entre d’Avesnes et Dampierre n’étaient peut-être pas aussi tendus qu’on a bien voulu le dire. En effet, le 26 juin 1283, Guy de Dampierre, qui s’est porté caution pour l’évêque Jean de Flandre, son fils, d’un prêt de 4 000 livres (monnaie de Flandre), reçoit en garantie de ce dernier le château de Bouillon et ses dépendances, château dont la garde est confiée par Guy de Dampierre à Baudouin d’Avesnes, seigneur de Beaumont, demi-frère du comte (C.S.L., t. 6, p. 30. — de Saint-Genois, Inventaire Rupelmonde, p. 104–105. — Marchandisse, Un prince en faillite, p. 45–46). Baudouin, † 1289, est le second fils de Marguerite de Constantinople et de Bouchard d’Avesnes, son premier mari, et le frère cadet de Jean Ier d’Avesnes, comte de Hainaut (cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 10).

269 Registres Martin IV, p. 63, 65 (9 juin 1282).

270 Cette décision finale est précédée d’une succession d’actes visant, de la part du roi des Romains, à favoriser Jean II d’Avesnes au détriment du « français » Guy de Dampierre. On en trouvera le détail dans Delcambre, Relations France-Hainaut, p. 23–24. La condamnation du 15 juin 1282 est notifiée à Guy le 17 juin (Schwalm, Constitutiones et Acta puhlica, t. 3, p. 301–304).

271 Les terres mouvant de l’Empire étaient la Zélande, à l’ouest de l’Escaut oriental ; les Quatres-Métiers d’Axel, Hulst, Boekhoute, Assenede, au nord de Gand ; le comté d’Alost et les seigneuries de Termonde et Bornent ; le Pays de Waas. Cfr Ganshof, Flandre impériale, p. 99 et n. 1, 100. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 41. — Delcambre, Relations France-Hainaut, p. 21. En outre, Isabelle de Luxembourg, fille du comte Henri V (le Blondel) de Luxembourg et seconde épouse de Guy de Dampierre, lui apporta en dot le comté de Namur, sur lequel Guy avait des prétentions depuis 1263. Détenu en fief par le comte de Luxembourg, il relevait du comte de Hainaut et, en dernière analyse, de l’Empire (Id., p. 22 et supra, p. 154 n. 247). Guy de Dampierre fit hommage à saint Louis pour la Flandre dès 1252 (cfr Nowé, Guy de Dampierre, col. 425). Il n’en fut pas de même à l’égard de Rodolphe de Habsbourg pour la Flandre impériale (Lejeune, Liège et son Pays, p. 41).

272 Nowé, Guy de Dampierre, col. 431, signale quelques faits significatifs : Guy participa à l’expédition de Tunis (1270), était prêt à suivre Philippe le Hardi dans une guerre en Castille (1276) et fut choisi (1268) comme parrain du futur Philippe le Bel !

273 R. 1270–† 1285.

274 Sur Philippe le Hardi, l’ouvrage de base reste Langlois, Philippe III le Hardi ; en particulier, pour les rapports franco-flamands sous son règne, cfr les p. 210–213. Cfr encore Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 261–284.

275 Sur cette guerre qui trouve son origine en 1276 dans l’inféodation au comte de Namur, donc à Guy de Dampierre, d’une seigneurie allodiale liégeoise, cfr Poncelet, Vache, p. 275–395. — Id., Nouveaux documents Vache, p. 494–510. — Genicot, Nouveaux documents. Sur la médiation française favorable à Guy de Dampierre, cfr, en particulier, Poncelet, Nouveaux documents Vache, p. 498–499, 503–506. Ciney (Belgique, pr. Namur, arr. Dinant, comm. Ciney).

276 R. 1285–† 1314.

277 À ce propos, cfr Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 97–349. — Marchandise, « Tout apparoillié », p. 43–44.

278 Sur Simon de Brion-Martin IV et sur ce qui suit, cfr Backes, Kardinal Simon de Brion (Papst Martin IV.). Roberg, M. IV. — Schwaiger, Martin IV. et surtout Leclère, Rapports Papauté-France, p. 96–116. — Langlois, Philippe III le Hardi, p. 44, 124–166.

279 1261–1264.

280 Simon fut l’un de ceux qui s’efforcèrent de promouvoir l’élection à l’Empire de Philippe le Hardi, même s’il n’était, en l’occurrence, que le porte-parole de l’oncle du roi, Charles d’Anjou. Cfr Langlois, Philippe III le Hardi, p. 64. — Leclère, Rapports Papauté-France, p. 30–31.

281 Sur Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile (1266–† 1285), fils cadet du roi de France Louis VIII et de Blanche de Castille, frère de saint Louis et oncle de Philippe le Hardi, on se reportera à l’article de Herde, K. I. v. Anjou et à la bibl. des ouvrages de ce spécialiste de la question. Viterbe (Italie, Latium, pr. Viterbe).

282 Sur ces questions, cfr bibl. aux n. 279 et 281, p. 159–160. Cfr encore Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 274–284. — Strayer, The crusade against Aragon, p. 102–113.

283 La couronne de Navarre était convoitée par la Castille alors que la veuve du roi de Navarre (†1274) était la fille de Robert d’Artois, frère de saint Louis. Quant à la succession du roi Alphonse X de Castille († 1284), elle fut détournée, de son vivant, par le futur Sanche IV (1284–† 1296), au détriment des enfants de son frère aîné décédé (1275) et de Blanche, fille de saint Louis et sœur de Philippe III. Cfr Fawtier, L’Europe occidentale, lre part., 1270–1328, p. 266–274. — Langlois, Philippe III le Hardi, p. 96–136. Sur les Vêpres, cfr encore les bibl. de deux art. de dictionnaire dus à Schwaiger, Martin IV. et Schmidinger, Sizilianische Vesper.

284 Pierre III d’Aragon (1276–† 1285) avait épousé Constance, fille de Manfred, roi de Sicile (1258–1266), lui-même fils illégitime de l’empereur Frédéric II. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 5 ; t. 2, tabl. 45. Vue d’ensemble dans Gerbet, Espagne au moyen âge, p. 246–251.

285 Martin IV accorda la décime dite d’Aragon à Philippe le Hardi, impôt qui devait être perçu durant quatre ans. Sur celui-ci et sur les difficultés inextricables que suscita la levée des décimes au xiiie siècle, cfr Folz, Deuxième concile de Lyon et Allemagne, p. 463–472. Cfr encore Langlois, Philippe III le Hardi, p. 143–148. — Leclère, Rapports papauté-France, p. 113. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 63.

286 Langlois, Philippe III le Hardi, p. 124, 127, 136, 143–149. — Leclère, Rapports papauté-France, p. 97–116. Sur Charles de Valois († 1325), cfr Petit, Charles de Valois.

287 Jaime II, roi de Majorque (1276–1312), était le frère de Pierre III d’Aragon, dont il avait abandonné la cause. Cfr tabl. généal. dans Gerbet, Espagne au moyen âge, p. 247.

288 Martin IV lui concéda des fonds parce que, possesseur du Roussillon, il pouvait être un allié utile pour le roi de France (Leclère, Rapports papauté-France, p. 115).

289 Nous vous mandons et prions [aux échevins et communautés de Bruges, Ypres etc.] que […] vous fachiés pour lui si bien et si largement que nostre chiers sires devant dis, et cil Ici a vous vont de par li, se tiegnent pour bien paiiet de vous et de vos responses, par quoi il apere que nous et nostre gent avons ses besongnes à cuer (Paris, février 1285). Cfr Langlois, Philippe III le Hardi, p. 449–450. Plusieurs de ces villes (Bruges, Lille) se conformèrent aux demandes comtales (Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 100–101).

290 Le 8 août 1278, Simon de Brion, cardinal-prêtre au titre de Sainte-Cécile et légat pontifical, praefati praepositi precibus volentes annuere in hac parte, promet à Jean de Lille un canonicat prébendé dans l’église de Bruges, à la demande de Johannes filius comitis Flandriae, cancellarius ejus [prévôt de Bruges] devotus capellanus (du légat ?) (Kervyn de Lettenhove, Codex Dunensis, p. 181–183). Jean de Flandre était en effet à cette date prévôt de Saint-Donatien de Bruges (depuis 1262) et chancelier de Flandre (Pycke, Répertoire, p. 92). Quant à Jean de Lille, il sera l’un des plus proches collaborateurs de Jean de Flandre à Liège. Cfr ici-même, p. 332 et n. 136. Signalons en outre qu’en mai-juin 1282, Jean de Flandre est à Orvieto, à la cour pontificale, où il contracte un emprunt auprès de divers marchands siennois, en faveur de son père. Cfr actes édités dans Marchandisse, Un prince en faillite, p. 34–41.

291 B.R., p. 318, no 1299.

292 1402, p. 223. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 69. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 120.

293 C.S.L., t. 2, p. 348–352, et les remarques supra, p. 155–156 n. 257.

294 Le premier résumé conservé date de 1345. Cfr Lejeune, Liège et son Pays, p. 234–235. — Harsin, Capitulation. À titre de comparaison, cfr plus largement Werckmeister, Les capitulations des évêques de Strasbourg, p. 21–45.

295 Longs développements à ce propos dans Poncelet, Guy de Hainaut, p. 501–504 et Jean de Hocsem, Chronicon, p. 83 n. 7. Cfr également annexe I.

296 Sur ces prélats, cfr 1) Paris, Hugues de Chalon. — Renardy, Répertoire, p. 310–312. — Schoolmeesters, Hugues de Châlon. — Boermans, Hugues de Chalon. Roman d’Amat, Hugues de Chalon ; 2) Renardy, Répertoire, p. 167–168. — Joris, Adolphe de Waldeck ; 3) le très bon mémoire de Limbrée, Thibaut de Bar.Id., Thibaut de Bar. — Parisse, B. (Theobald v.).

297 1294–1303.

298 R. 1272–†1307.

299 Sur ce personnage, cfr supra et p. 156 n. 262.

300 Cfr Favier, Philippe le Bel, p. 206–367. — Fawtier, L’Europe occidentale, lre part., 1270–1328, p. 314–325, 347–352, 367–369, 373–402. — Powicke, The thirteenth century (1216–1307), p. 227–321, 644–669. — Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. 2, 1982, p. 401–419 et passim.Vale, The Anglo-French wars, 1294–1340, p. 15–35.

301 Celui (1152), au sens impropre du terme, du roi de France Louis VII (R.1137–†1180) et d’Aliénor d’Aquitaine († 1204), qui épousa en secondes noces (1154) le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt (R.1154–† 1189) (cfr Sassier, Louis VII, p. 228–243 : « le divorce et ses conséquences ») et lui transmit ses terres, parmi lesquelles l’Aquitaine, également appelée Guyenne en tant que possession anglaise.

302 Sur tout ce qui concerne les rapports franco-flamands, cfr Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 234–241. — Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, p. 97–349. — de Sturler, Deux comptes « enrôlés », p. 561–574. — Bovesse, Documents inédits, p. 279–281. — Id., Le voyage de Jean de Namur en Italie, p. 33–35. Marchandisse, « Tout apparoillié », doit être lu en complément aux p. qui suivent. Lierre/Lier (Belgique, pr. Anvers, arr. Malines, comm. Lierre).

303 Sur Jean II d’Avesnes, comte de Hainaut (1257/1280-† 1304), de Hollande et de Zélande (1299–1304), cfr Cauchies, J. II. v. Avesnes.

304 Cfr référence à la note précédente et Delcambre, Relations France-Hainaut, p. 172— 205. — B.S., p. 290, no 834.

305 Jean II de Brabant (1294–† 1312), fils et successeur du duc Jean Ier de Brabant (1267— † 1294) et de Marguerite (†1285), fille de Guy de Dampierre, épousa (1290) Marguerite († ap. 1333), fille du roi Édouard Ier d’Angleterre et d’Éléonore de Castille. Il fut élevé à la cour d’Angleterre et y vécut sporadiquement. Cfr de Sturler, Relations politiques de l’Angleterre, p. 629–641. — Id., Relations politiques et échanges commerciaux, p. 142–160. — Lyon, Un compte de l’échiquier, p. 70–84.

306 Henri III (1291–† 1302), fds du comte Thibaut II de Bar (1239–† 1291) et de 2) Jeanne de Toucy, épousa (septembre 1294) Éléonore († apr. 8 mai 1304), fille aînée d’Édouard Ier et d’Éléonore de Castille (Poull, Maison de Bar, p. 258. — Frydegreenway-Porter-Roy, Handbook of British chronology, p. 38. — de Sturler, Deux comptes « enrôlés », p. 584 n. 3).

307 Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 473–509. — Parisse, Philippe le Bel et le Barrois mouvant, p. 237–242, spéc. les p. 237–239.

308 de Sturler, Paiement à Bruxelles, p. 18–37. — Funck-Brentano, Philippe le Bel et la noblesse, p. 7–31, 238–242.

309 Sur ce personnage et sa politique, cfr Stauffenegger, Le gouvernement d’Othon IV.

310 Jean, comte de Chalon, baron d’Arlay (né 1257 ( ?)-† 1315), est le fils de Jean le Sage ou l’Antique, comte de Chalon et de Bourgogne († 1267) et de 3) Laure de Commercy († 1276). Oncle du comte Otton IV, Jean de Chalon reçut de nombreuses faveurs des rois des Romains Rodolphe de Habsbourg et Adolphe de Nassau, qui le nomma vicaire impérial en Toscane (1294). Après avoir été le principal ennemi comtois de Philippe le Bel, il devint en 1301 son plus ardent partisan. Cfr Roman d’Amat, Chalon (Jean II de). — Richard, Ch. Jean I. — de Sturler, Paiement à Bruxelles, p. 25 n. 33 et passim. Funck-Brentano, Philippe le Bel et la noblesse, p. 9–12, 19–20, 34–35, 37. — Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège, t. 1, p. 55–56, 188, 215–219, 229. Évreux (France, dép. Eure) ; Vincennes (France, dép. Val-de-Marne).

311 Surtout ce qui précède, cfr bibl. p. 163 n. 301, 164 n. 303.

312 R.1292–† 1298.

313 On aura une bonne idée d’ensemble des relations entre l’Empire et les autres États européens dans Leroux, Relations politiques France-Allemagne, p. 59–96 (vieilli mais encore très utile). — Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 373–375. — Favier, Philippe le Bel, p. 305–306 et passim.

314 Cfr p. 164–165 et n. 308. — Parisse, Philippe le Bel et le Barrois mouvant, p. 240–241.

315 France, dép. Pas-de-Calais.

316 Belgique, pr. Flandre occidentale, arr. et comm. Bruges.

317 Afin d’éviter une accumulation excessive de références, nous renvoyons à nouveau à la bibl. citée aux n. 301, 303 et 308, p. 163–165.

318 Sur tout ce qui suit, cfr l’ouvrage classique de Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège. Cfr spécialement Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 378–407. — Favier, Philippe le Bel, p. 272–288, 342–367. — Pacaut, Théocratie, p. 171–177, 267–271.

319 Italie, Latium, pr. Frosinone.

320 Les sources utilisées sont 1402, p. 231–232, 234–235. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 83–92. — Tongerlo, p. 4L — G.A.T., t. 2, p. 222–223. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 81. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 131–132, 134, 136. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 483–484, 525 (texte conforme de bout en bout aux autres sources). —Annales Laubienses, p. 27. —Annales S. Jac., p. 24.

321 Jean de Flandre meurt le 14 octobre 1291 (cfr p. 163 n. 296). Le 20 novembre 1291, le comte de Hainaut se déclare mambours dele vesquiet de Liege a tens de siege vaghe [C.S.L., t. 2, p. 543–545, acte dont la date erronée (19 novembre 1297) est rectifiée en 20 novembre 1291, dans R.C.L., t. 1, p. 128 et n. 1] et le 12 décembre 1291, Guido Dei gratia Leodiensis electus, autorise les carmes de Liège à entendre des confessions et à prêcher. Il accorde également quarante jours d’indulgences à tous ceux qui assisteront à leurs prédications (Poncelet, Guy de Hainaut, p. 532).

322 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 206 : […] dilecti filii prepositus et capitulum — tres de dicto capitulo fide dignos assumere curaverunt, qui vota sua et singulorum de capitulo ipso diligentius perscrutantes, mox in ipsius capituli presentia publicarunt, et comperto per publicationem hujusmodi — […].

323 Sur ce clerc, qui appartenait à un puissant lignage patricien liégeois et qui fut à la fois l’un des principaux hommes de confiance de Jean de Flandre et l’allié de son père Guy de Dampierre, cfr Renardy, Répertoire, p. 333–334. — Id., Monde des maîtres, p. 247, 249, 251, et ici-même, p. 378.

324 Fils de Gauthier Berthout, seigneur de Malines, il fut archidiacre de Hesbaye de 1283 à 1296 et évêque d’Utrecht dès le 4 février 1296. Il mourut le 4 juillet 1301. Cfr Strubbevoet, De chronologie, p. 312. — Renardy, Répertoire, p. 273–274 (qui le dit † en 1302). Louvain/Leuven (Belgique, pr. Brabant flamand, arr. et comm. Louvain).

325 Frère de Jean II d’Avesnes (cfr p. 164 n. 304), il fut archidiacre de Brabant en 1280, puis de Hainaut et coûtre de Saint-Lambert de 1281 à 1291 ; à nouveau coûtre de 1297 au 18 janvier 1299 au plus tôt et archidiacre en 1301. Il succéda à Guillaume Berthout à la tête de l’évêché d’Utrecht (élu en août 1301, confirmé av. le 15 mars 1302, consacré 20 avril/6 mai 1303) et mourut le 29 mai 1317. Cfr Thomas, Registres Boniface VIII, t. 2, col. 299, 301. — Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 188–189. — de Marneffe, Tableau, A.H.E.B., t. 25, p. 480–485 ; t. 31, p. 128–129. — Poncelet, Guy de Hainaut. — Strubbe-Voet, De chronologie, p. 312.

326 Guy de Hainaut obtint la major pars avec 19 voix contre 9 à Guillaume, sur 31 chanoines présents [abstentions ? Un ou plusieurs autre(s) chanoine(s) postulé(s) ?]. Cfr Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 206.

327 Id., t. 1, col. 206–207. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84. L’archevêque de Cologne préféra sans doute confirmer Guy plutôt que Guillaume, protégé de Guy de Dampierre. Le fils de ce dernier, l’évêque Jean de Flandre, avait contribué à la défaite de l’archevêque à Worringen (1288). Sur Siegfried, cfr Erkens, Siegfried von Westerburg.

328 R.F.A., L. Hesse.

329 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 85–86. — B.S., p. 135, no 407.

330 1288–1292.

331 Le successeur de Nicolas IV (†4 avril 1292), Célestin V, ne fut élu que le 5 juillet 1294. Il abdiqua le 13 décembre 1294 sans avoir exercé réellement son pouvoir. Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 216. — Favier, Philippe le Bel, p. 264–267. — Fawtier, L’Europe occidentale, lre part., 1270–1328, p. 379–380.

332 Kervyn de Lettenhove, Codex Dunensis, p. 468–470. Cette lettre n’est pas datée mais est envoyée par Guy au cardinal Benoît Caetani. Elle est donc antérieure au 24 décembre 1294, date de son accession au souverain pontificat. Poncelet, Guy de Hainaut, p. 516 et C.S.L., t. 6, p. 40 (même auteur) la situent en octobre 1294. Rien ne permet de préciser davantage ce millésime.

333 Cfr p. 168 et n. 324.

334 Certaines sources (1402, p. 231. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 483) déclarent que Guillaume Berthout fut également soutenu par le duc de Brabant Jean Ier. C’est très possible car, dès 1288, le duc était au mieux avec Édouard d’Angleterre (de Sturler, Relations politiques de l’Angleterre, p. 629–633. — Id., Relations politiques et échanges commerciaux, p. 142–146), l’un des pôles de la future alliance entre Angleterre, Brabant et Flandre.

335 Cfr C.S.L., t. 2, p. 516–523. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 520–521. Le légat devait être Jean Boccamazzi, cardinal-évêque de Tusculum (Frascati) († 1309) (cfr Roberg, J. de Tusculo).

336 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 206–207.

337 Id., col. 314–315.

338 Cfr supra, n. 337.

339 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 91.

340 Canon 4 du concile de Lyon II (Gaudemet, Gouvernement, p. 66).

341 Il avait également désigné des mambours afin de pouvoir se rendre à Rome pro suo negocio (1402, p. 234) : ses frères, Jean et Bouchard (Poncelet, Guy de Hainaut, p. 533–535, 544–547. — C.S.L., t. 2, p. 509–510 ; t. 6, p. 38).

342 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 84–85, déclare que temporalia spiritualibus anteponens, il a reçu les régales pueriliter. 1402, p. 232 : […] regebat patriam […], quod erat in prejudicium sue electionis cum non ad episcopium esset admissus neque confirmatus. Que res postmodum ei multum nocuit in curia Romana.

343 Ceci ne laissa pas d’irriter Boniface VIII : Guido […] electionem celebratam de ipso auctoritate venerabilis fratri nostri.. Coloniensis archiepiscopi, loci metropolitani obtinuit confirmari, se hujusmodi confirmationis pretextu administrationi bonorum ejusdem ecclesie Leodiensis — ingerendo ; […] (Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 206–207).

344 En 1300 également, lorsque Guy tenta de recueillir la succession de l’archevêque de Trèves, Bohémond de Warnesberg, il sera écrit à Guy de Dampierre : « Sachez […] que votre neveu Guy de Hainaut eût obtenu l’archevêché de Trèves si l’on n’eût connu l’alliance de son frère avec le roi de France » (Poncelet, Guy de Hainaut, p. 523, qui ne voit pas que les mêmes causes produisent les mêmes effets, en 1295 comme en 1300 !). Les traces de pensions versées par Philippe le Bel à Guy de Hainaut ne manquent pas. Cfr Viard, Journaux du trésor de Philippe IV, p. lvii—lviii et col. 94, 425, 601, 701, 796–797, no 590, 2757, 4101, 4813, 5486.

345 Ce sont en effet les deux frères cadets de Jean II et de Guy d’Avesnes, Bouchard (1282–† 29 novembre 1296) et Guillaume (1286–† 8 août 1296) qui occupaient les sièges de Metz et de Cambrai (cfr p. 156 n. 258 et Pycke, Répertoire, p. 93–94). Les sources mentionnées p. 167 n. 321 ne manquent jamais de le rappeler.

346 Utrecht est situé aux confins du comté de Hollande qui, en 1299, échoit à Jean II de Hainaut, dernier descendant mâle du comte Florent IV († 1234 ; Guillaume, son frère, † 1238 ; Guillaume II, son fils, † 1256 ; Florent V, son petit-fils, † 1296 ; Jean Ier, son arrière-petit-fils, † 1299), fils de sa fille Alix. Cet avènement hâtera la disparition de Guillaume Berthout (t 1301) et Guy lui succédera grâce à l’aide, plus présente qu’ailleurs, de son frère, comte de Hollande. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 4 et 5. — Poncelet, Guy de Hainaut, p. 522–525 et la bibl. signalée par Renardy, Répertoire, p. 273–274, spéc. n. 8.

347 Hugues est issu du même mariage que Jean de Chalon (cfr p. 165 n. 311).

348 C’est l’opinion de Joris, Hugues de Chalon, col. 204 et de Boermans, Hugues de Chalon, p. 52. De fait, il semble que durant un temps, les rapports entre Jean et Boniface furent amicaux (Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège, t. 1, p. 216 n. 1).

349 C’est ce que semble dire Ptolémée de Lucques, Annales, p. 232 (sur ce dernier auteur, cfr, en dernier lieu, Schmugge, Zur Überlieferung der Historia Ecclesiastica Nova), et confirmer diverses bulles de Boniface VIII (Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 315–316 ; t. 3, col. 599–600. — Schoolmeesters, Hugues de Châlon, p. 47). Cfr les longs développements de B.S., p. 148–149, 224–225, no 442, 661.

350 Cfr Marchandisse, « Tout apparoillié ».

351 Cfr p. 169 n. 337.

352 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 207.

353 Sur ce cardinal (né ca 1237–† 1302), légat et cardinal en 1288, cfr Emmen, Matthaüs v. Acquasparta. Porto et Sainte-Rufine : titres cardinalices suburbicaires.

354 Nous n’avons pas d’information sur son investiture par le roi des Romains.

355 Joris, Émeutes démocratiques, p. 239–253. — Id., Recherches sur le patriciat, p. 142— 143. — Id., Ville de Huy, p. 319, 464 et passim.

356 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 44–45.

357 Id., t. 3, col. 214–216. Kurth, Cité de Liège, t. 1, p. 259, qui signale la promotion hiérarchique, mais parle néanmoins d’une « incontestable diminution » en s’appuyant sur Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103. Besançon ne payait en effet que 1 000 florins de services communs (Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, p. 21). Nous pensons néanmoins que dans l’esprit d’Hugues de Chalon, l’accession à un siège archiépiscopal, qui plus est dans son bastion familial, devait importer davantage que l’ampleur de ses revenus. Cfr d’ailleurs p. 167 n. 37. Quoi qu’il en soit, l’attribution de Besançon à un Chalon répondait à un calcul politique de Boniface VIII, comme l’a très bien montré Flétier, La cité de Besançon, t. 2, p. 914–917 ; t. 3, p. 1529 et passim. Cfr encore Joris, Hugues de Chalon, col. 204–205. Hugues prit d’ailleurs la place de quelqu’un dont l’élection avait été régulière (Roman d’Amat, Hugues de Chalon, col. 217). Besançon (France, dép. Doubs).

358 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 169 : […] per liberam resignationem Hugonis de Cabillone […]. Les sources utilisées sont 1402, p. 245–246. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 102–103. — Tongerlo, p. 53. — Lévold de Northof, Chronica, p. 57. — G.A.T., t. 2, p. 230. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 83 (selon lequel Adolphe fut nommé le 24 juin 1301). — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 141–143. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 570–571, 574–575 (selon lui, Adolphe pénétra à Liège le 24 juin 1301). —Annales S. Jac., p. 24–25. —Annales Fossenses, p. 33.

359 Nous évoquerons sa personnalité dans la deuxième partie de ce travail, p. 282.

360 Adolphe, qui succéda à son grand-père Adolphe Ier († 1270), était le fils d’Henri (III) de Waldeck († 1267) et de Mathilde d’Arnsberg († ap. 13 août 1298). Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 136 et Joris, Adolphe de Waldeck, col. 751. Nous n’avons pas pu consulter Hoffmeister, Waldeck..

361 Joris, Adolphe de Waldeck, col. 751. — Renardy, Répertoire, p. 167–168. Florent V de Hollande († 1296) avait épousé Béatrice (†1291), fille de Guy de Dampierre. Quant à Jean Ier (†1299), leur fils, il épousa (1297) Elizabeth, cinquième fille d’Édouard Ier d’Angleterre (Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 4).

362 Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 373–374.

363 Favier, Philippe le Bel, p. 213, 218, 220. — Obreen, Floris V, graaf van Holland, p. 100–111, 147–161. — Joris, Adolphe de Waldeck, col. 751. — Renardy, Répertoire, p. 167–168.

364 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 103. — 1402, p. 246. — G.A.T., t. 2, p. 230. Le motif de sa présence à Rome est évoqué par Joris, Adolphe de Waldeck, col. 752. — Renardy, Répertoire, p. 168.

365 1402, p. 246, déclare qu’il revint dans l’année, donc nécessairement après le 1er septembre 1301. Selon JORIS, Adolphe de Waldeck, col. 752, ce serait à la Noël 1301. Il place sa consécration vers cette époque.

366 À ce propos, cfr annexe I.

367 Par exemple Kurth, Liège et la cour de Rome, p. 4 (« il est le seul évêque de Liège entre 1274 et 1390 qui devait sa crosse au libre choix du chapitre »).

368 Les sources utilisées sont 1402, p. 248–249. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 110–112, 116–117. — Tongerlo, p. 57–58. — Lévold de Northof, Chronica, p. 58–59. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 147–148. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 62–63 (à son propos, cfr Balau, Jean de Brusthem). — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 12, 13, 28–34,43–45.

369 Englebert de Hornes est mentionné comme chanoine de Saint-Lambert de 1299 à 1302 (Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 83). Thierry, son frère, est chanoine dès 1295 et archidiacre en 1303 (Ibid. Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 147. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 39. — C.S.L., t. 2, p. 517, 519).

370 Prévôt de Saint-Lambert de 1291 à 1312. Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 61. — O.S.L., éd. Marchandisse, p. 106. — Berlière, Archidiacres xive siècle, p. 140–141, et ici-même, p. 479 et n. 25.

371 Cfr infra, p. 176.

372 Thibaut a donc reçu Liège des mains de Boniface VIII († 11 octobre 1303) et non de Benoît XI, comme le disent 1402, p. 249. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 87. — Tongerlo, p. 58.

373 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 712–713.

374 C’est ce que laisse entendre Jean de Hocsem, Chronicon, p. 112. Il l’était en tout cas le 25 avril (Sauerland, Vatikanische Urkunden, t. 1, p. 55).

375 Nous évoquerons cette question dans la deuxième partie de ce travail, lorsqu’il sera question des rapports entre l’évêque de Liège et l’argent, aux p. 253–254.

376 Le 1er novembre selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 118. — 1402, p. 251. — Tongerlo, p. 59 ; le 6 selon Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 44. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 63.

377 Dlgard, Philippe le Bel et le Saint-Siège, t. 1, p. 236–237, 313, 324–335.

378 Cfr supra, p. 164–165.

379 Cfr Renardy, Monde des maîtres, p. 289. — Grosdidier de Matons, Comté de Bar, p. 505–506. — Kern, Anfange, p. 241–244, 334–341.

380 Rymer, Foedera, vol. 1, 2e part., p. 863 et également p. 944. — Sauerland, Vatikanische Urkunden, t. 1, p. 21–22. — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col., 743–744 (8 juillet 1297). Il s’agit de l’église de Pagham (Grand-Bretagne, Sussex).

381 Cfr n. précédente et Id., t. 2, col. 901–903 (15 janvier 1301).

382 Outre Pagham, Thibaut disposait de canonicats et de prébendes notamment dans les églises de Paris, Reims, Langres, Liège, Beauvais, Troyes, Verdun, Lincoln, Toul, Metz, Le Mans (cfr supra n. 381 et 382). Le 18 juillet 1297, Boniface VIII lui confère un canonicat, une prébende et la trésorerie de l’église d’Evreux et le 17 janvier 1301, une prébende à Metz — où il n’avait auparavant que des droits — (Id., t. 1, col. 743 ; t. 2, col. 898–899). Remarquons que Thibaut sera mis en possession d’Evreux par Aymon de Quart, émissaire personnel d’Edouard Ier d’Angleterre auprès d’Hugues de Chalon lors des démêlés francoanglo-flamands d’avant 1300 (cfr Marchandisse, « Tout apparoillié », p. 58–61).

383 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 111–112. — Thomas, Registres Boniface VIII, t. 3, col. 712–713.

384 Sur ce personnage et ce qui suit, cfr Renardy, Répertoire, p. 270–271. — Berlère, Archidiacres xive siècle, p. 173–174 et surtout ici-même, p. 378. Signalons que Thibaut de Bar avait des rapports familiaux indirects avec Guy de Dampierre puisque la première épouse de son père, Thibaut II (1239–† 1291), était Jeanne de Flandre, la sœur de Guy de Dampierre (cfr tabl. généal., annexe II).

385 Thomas, Registres Boniface VIII, t. 1, col. 346.

386 Favier, Philippe le Bel, p. 358.

387 Nous avions déjà laissé entendre que les circonstances de l’avènement de Thibaut de Bar devaient être réexaminées en ce sens, dans Marchandisse, « Tout apparoillié », p. 61 n. 100.

388 Favier, Philippe le Bel, p. 299.

389 Lejeune, Liège et son Pays, p. 67 et n. 26.

390 Sur la date de son décès, cfr annexe I.

391 Sur la Romfahrt d’Henri VII (R.1308-couronné 1309—E. 1312–† 1313) et la participation à celui-ci de Thibaut de Bar, cfr Gebhardt, Handbuch, p. 509–512. — Bowsky, Henry VII in Italy, spéc. les p. 55,70, 101, 166. — Llmbrée, Thibaut de Bar, p. 120–149.

392 Cfr supra, p. 110.

393 1402, p. 262 : « […] pronoscens donum episcopatus in manu pape cecidisse cum episcopus trans Alpes occubuisset, […] ». Il n’est pas question, dans cette première partie, des événements violents, connus sous le nom de « Mal Saint-Martin », qui marquèrent l’interrègne entre Thibaut et Adolphe comme la plupart des autres vacances épiscopales d’ailleurs. Rappelons en effet que le problème du sede vacante et celui de la mambournie (régence temporelle) qui lui est directement lié font l’objet d’une étude particulière, p. 475–485.

394 1305–1314.

395 Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 190–191.

396 Les sources utilisées sont : 1402, p. 261–264, 269–270, 274. — Lévold de Northof, Chronica, p. 64–66. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 132–138, 144–146, 153–154. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 89. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 162–165, 168–169. — G.A.T., t. 2, p. 242, 248. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 152, 155–157, 185–189, 202–204. — Annales Laubienses, p. 27. Sur Adolphe de la Marck et les péripéties de son avènement, cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 11, 15–49, 50, 53, 54, 62–67, 72, 75, 84–87, 93, 94, 121–128. — Renardy, Répertoire, p. 167. — Finck, Adolphe de la Marck, spéc. les p. 29–40. — Bastin, La politique intérieure et extérieure.

397 Englebert II, comte de la Marck († 1328) et Adolphe, son frère cadet, sont les deux fils d’Évrard/Eberhard II, comte de la Marck († 1308) et d’Ermengarde, fille du comte Adolphe VII de Berg. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 189. — Reimann, Grafen von der Mark, p. 11, 13, 25, 28, 35, 38–39, 42, 60, 61, 84, 93, 122, 127, 128. — de Chestret, Histoire de la Maison de la Marck, p. 25–26.

398 1402, p. 268.

399 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 144 : […] aptumque tempus promotioni sue considerons […].

400 Nevers (France, dép. Nièvre) ; Avignon (France, dép. Vaucluse).

401 Ibid. : […] querit amicos et procuratis per illos regis Francie Philippi Formosi literis papam Clementem quintum ejus visitando curiam salutavit […]. Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 186, sources narratives confirmées par Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 190–191. Cfr encore Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 165, qui déclare qu’Adolphe subornat amicos, ce qui serait bien dans ses habitudes.

402 Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 410–411. Sur le plan de la réserve bénéficiale, cfr Mollat, Collation des bénéfices, p. 200–202, 209.

403 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 145. — Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 186. Le 16 avril, Clément V fait savoir à Henri, roi des Romains, qu’il a choisi Adolphe de la Marck (Ficker, Reichs-Archives zu Pisa, p. 98–99. — C.S.L., t. 6, p. 50–51).

404 Frère d’agents épiscopaux (Simon le Polain, châtelain de Franchimont, bailli de Condroz ; Winand, mayeur de Liège), chanoine de Saint-Lambert entre 1312 et 1314. Cfr Renardy, Répertoire, p. 167. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 167.

405 À propos de ce cardinal (1312–† 1321), cfr Guillemain, Cour pontificale, p. 210, 220, 221, 240, 242, 271.

406 Sur ce cardinal (1305–† 1323), cfr Id., p. 192 n. 68, 207, 210, 218 n. 186, 220, 223, 234, 236, 238, 239, 269, 332, 333, 337, 379 n. 150. — Tamburini, La penitenzieria apostolica durante il papato Avignonese, p. 254–256, 264.

407 Sur les diverses dates, cfr les sources mentionnées supra, n. 404.

408 Nous évoquerons cette question dans le premier chapitre de la IIe partie, p. 254.

409 Datée du 16 avril 1313 (Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 1, p. 190–191. — Reg. Cl. V, t. 7, p. 162).

410 Adolphe n’avait pas de prébende à Saint-Lambert, ni dans le diocèse de Liège d’ailleurs.

411 Les chroniqueurs ne sont pas unanimes à propos de la date de son retour : 24 décembre pour Lévold de Northof, Chronica, p. 66 (réception le 25) ; 25 décembre pour 1402, p. 270 ; 26 décembre selon Jean de Hocsem, Chronicon, p. 152.

412 Adolphe IX, comte de Berg (1308–1348), fils d’Henri, seigneur de Windeck-Berg et d’Agnès, fille d’Englebert Ier de la Marck. Cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 11, 23-26, 38, 42, 46, 55, 66, 84. — de Chestret, Histoire de la Maison de la Marck, p. 12, 17. — Dahm, Adolf VI. (VIII.).

413 Cfr les sources p. 179 n. 412. Si l’on en croit Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 5, p. 525, contrairement à ce que pense Reimann, Grafen von der Mark, p. 23 n. 70, cette fête n’est pas la première du genre. Il y en aurait déjà eu une sous Hugues de Chalon.

414 Les sources utilisées sont 1402, p. 336. — Lévold de Northof, Chronica, p. 83. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330–335. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 112–113. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 239. — G.A.T., t. 2, p. 279. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 160–162. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 84–85. — Annales Laubienses, p. 27. Sur Englebert et son avènement liégeois, cfr Renardy, Répertoire, p. 212–213. — Reimann, Grafen von der Mark, spéc. les p. 27–30, 49–65,93–119.

415 Cfr annexe I.

416 Belgique, prov. Liège, arr. Huy, comm. Engis.

417 1342–1352.

418 Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 483. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 3, p. 156.

419 Fils du comte Englebert II de la Marck (cfr p. 178 n. 398).

420 Promu motu proprio par le pape Jean XXII (Fayen, Lettres Jean XXII, t. 2, p. 577).

421 Les sources narratives [Lévold de Northof, Chronica, p. 83 et 1402, p. 336 : Ad preces regis Francie, perpapam Clementum sextum episcopus eligitur […] (répercutées par Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 239. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 43. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 161. — Jean de Brusthem, Chronique, p. 84)] sont confirmées par Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 496.

422 Cfr Id. (23 janvier 1345).

423 Id., p. 506 (Englebert est seulement sous-diacre à ce moment). — 1402, p. 336. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 334.

424 Le 28 février, Clément VI lui permet notamment de regagner Liège, dans la mesure où les nobiles et potentes convicini de l’église de Liège essaient de capter les biens et les droits de celle-ci. Cfr Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 509. — Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 3, p. 164. — Von Riezler, Vatikanische Akten, p. 798.

425 Ne serait-ce qu’à Liège même, certaines nominations capitulaires jugées arbitraires avaient provoqué des frictions entre chapitre cathédral et Cité de Liège, heurts renforcés par l’action coupable du receveur de la mense épiscopale nommé illégalement par le mambour. Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 330–334. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 160. — C.S.L., t. 4, p. 28–29 (13 décembre 1344).

426 Le tout par l’archevêque de son choix, dans un délai maximum de neuf mois après le terme légal d’une consécration. Cfr Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 509–510 (28 février 1345).

427 Sauerland, Urkunden und Regesten, t. 3, p. 164. — Von Rlezler, Vatikanische Akten, p. 798.

428 1402, p. 336. — Jean de Hocsem, Chronicon, p. 334–335. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 113.

429 Le lendemain selon Mathias de Lewis, Chronicon, p. 114 et Jean de Brusthem, Chronique, p. 86, compilateurs très tardifs, tout au moins en ce qui concerne le dernier cité. Les indications chronologiques de type liturgique, signalées à l’année 1346, ne concordent que si elles sont ramenées à l’année 1345. Si le doute est permis sur le jour exact de ces cérémonies, il est néanmoins sûr que la consécration eut lieu le 14, le 16 ou le 17 décembre. Jean de Hocsem, Chronicon, p. 338, signale en effet qu’Englebert célèbre une fête au château de Huy, le jour de Noël 1345, qui precedente festo quatuor temporum fuerat in episcopum consecratus, c’est-à-dire soit le mercredi, le jeudi ou le samedi suivant la Sainte-Luce (13 décembre), soit les 14, 16 ou 17 décembre 1345. Ces dates ne sont pas invalidées par les sources diplomatiques puisque, dans les actes épiscopaux, on trouve encore Englebert élu le 28 septembre 1345 (C.S.L., t. 6, p. 97. — Piot, Inventaire Namur, p. 209–210) tandis qu’il est évêque le 5 mai 1346 (Willems, Codex diplomaticus, t. 2, p. 466). Il est encore élu le 6 novembre 1345 et est déjà évêque le 9 février 1346, selon les sources pontificales (Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 639, 664). Au dire des compilateurs mentionnés plus haut, Englebert aurait reçu la prêtrise des mains d’un évêque carme et la consécration par des évêques envoyés par l’archevêque de Cologne. En ce qui concerne les ordres majeurs, on pense tout de suite à l’évêque auxiliaire d’Englebert. L’un d’eux appartint effectivement aux carmes mais n’entra en fonction qu’en 1357. Celui de 1345, Mathieu, évêque d’Ourgentch (Ouzbékistan) était franciscain. Cfr Fedalto, Chiesa latina in Oriente, t. 2, p. 184. — Berlière, Evêques auxiliaires Liège, p. 38–39.

430 Le texte s’applique à Englebert mais c’est manifestement un formulaire-type (R.O.P.L., p. 261–262). Les sources narratives n’évoquent pas cette question. Elles sont généralement discrètes sur ce genre de sujet (contra Reimann, Grafen von der Mark, p. 54).

431 Cfr cependant p. 162–163.

432 Il sera question de la paix de Fexhe (18 juin 1316) ainsi que des deux derniers principes — inaliénabilité de la terre de Saint-Lambert et non-vénalité des charges et offices — dans la deuxième partie de notre travail.

433 Reimann, Grafen von der Mark.

434 Id., p. 18–23, 49–54.

435 Cfr Mollat, Les papes d’Avignon, p. 85–86 et n. 6, 394–397. — Cazelles, Philippe de Valois, p. 70, 109. — Wood, Clement VI, p. 122–141.

436 Willems, Codex diplomaticus, t. 1, p. 753.

437 Florent Berthout (* dernier quart du xiiie siècle-† 1331), seigneur de Malines à partir de 1310, frère de Guillaume Berthout, le compétiteur de Guy de Hainaut à l’évêché de Liège (cfr p. 168 n. 325). Cfr Baerten, Berthout, Floris. — Reimann, Grafen von der Mark, p. 15, 19, 20, 26, et tabl. généal. — Avonds, Brabant tijdens de regering van Hertog Jan III, p. 22–30, 35–37, 43–46, 48–52, 59–61, et passim. Van den Branden de Reeth, Famille des Berthout, p. 154–169. Florent épousa la tante d’Adolphe, Mathilde, sœur de son père (fille d’Englebert Ier et d’Élisabeth de Fauquemont). Malines (Belgique, pr. Anvers, arr. et comm. Malines).

438 Difficile d’étayer cette hypothèse : Jean II de Brabant (cfr p. 164 n. 306) meurt en octobre 1312 et son fils, Jean III (1312–† 1355), n’est guère contemporain de Philippe le Bel († 29 novembre 1314). Signalons néanmoins que Jean II négocia le mariage de son fils avec une princesse française en 1311 et se montra particulièrement favorable aux entreprises de Philippe le Bel contre les Templiers (1307). Cfr Favier, Philippe le Bel, p. 439. — Wauters, Jean III, col. 237.

439 Favier, Philippe le Bel, p. 407–425. — Fawtier, L’Europe occidentale, 1re part., 1270–1328, p. 377. — Gebhardt, Handbuch, p. 505–514.

440 Mollat, Collation des bénéfices, p. 201, 209.

441 Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 4,2, p. 1075–1076 (18 juillet 1313).

442 R.1327–† 1377. Cfr Jean de Hocsem, Chronicon, p. 289. — Viard, Journaux du trésor de Philippe VI, p. 878, 903–904, 926, no 5331, 5598, 5896. — Gaier, Analysis of military forces, p. 260–261. — C.S.L., t. 6, p. 86. — Finck, Adolphe de la Marck, p. 109. — Vlard, La France sous Philippe VI de Valois, p. 386 et n. 4. — Leroux, Relations politiques France-Allemagne, p. 204 — Marchandisse, Entre défiance et amitié, sous presse.

443 R.1314–E.1328–† 1347.

444 1316–1334.

445 R. 11 juillet 1346–couronné le 26 novembre 1346–E. 1355-† 1378.

446 Sur tout ce qui précède, cfr Gebhardt, Handbuch, p. 518–549. — Moraw, Das Reich im spaten Mittelalter, p. 229–239. — Cazelles, Philippe de Valois, p. 212. — Martens, Politique de Clément VI, p. 11–12. — Leroux, Relations politiques FranceAllemagne, p. 225–239 et, d’un point de vue plus général, Wood, Clément VI, p. 142–176.

447 Le 17 juin 1345, Louis de Bavière ordonna aux habitants de la Cité et du diocèse de Liège d’obéir à Englebert de la Marck bien qu’il n’ait pas encore reçu ses régales (C.S.L., t. 4, p. 34–35).

448 Les 2 janvier et 2 février 1346. Cfr Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 654–655 (il fait connaître les faits reprochés à Louis, lui recommande à nouveau de publier les sentences d’excommunication, lui signale que Louis est déchu de ses titres et entraîne ses partisans dans la condamnation pontificale), 661–662, 703.

449 Berlière, Suppliques Clément VI, p. 201–202.

450 C.S.L., t. 4, p. 55–56, également p. 56–58.

451 Id., t. 4, p. 58–60. Nous ne sommes pas parvenu à préciser davantage le lien de parenté.

452 On peut à bon droit considérer comme essentiel le rôle de Clément VI dans l’avènement d’Englebert de la Marck (Reimann, Grafen von der Mark, p. 54) mais avec une bonne raison à la base : le pape aurait pu tout aussi bien refuser de suivre Philippe de Valois, dans la nomination d’Englebert comme dans sa politique de rapprochement avec l’empereur.

453 R.1314–† 1330.

454 Cfr Gebhardt, Handbuch, p. 518–521.

455 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 153. — 1402, p. 274. — Lévold de Northof, Chronica, p. 66.

456 Cfr n. précédente.

457 Cfr Schwalm, Constitutiones et Acta publica, t. 5, p. 26 (9 mai 1314).

458 Reg. Cl. V, t. 7, p. 331, 337.

459 R.F.A., L. Hesse.

460 Jacques de Hemricourt, Patron, p. 63–64 : « Et veriteit est que, quant ilh n’at emperreur ou roy en Allemangne, ou que ly emperreur ou roy est par dela le Mule, que, adonc, en cely cas, puet ly evesque alleir à Frankevort, par devant le maieur et les esquevins de lieu, demandeir licens et congier, por l’absenche de roy ou del emperreur, de useir de sa temporaliteit jusqu’à tant que ly roy ou l’emperreur seroit par decha le Mule et releveit auroit de luy, ou qu’ilh aroit en Allemangne roy ou emperreur, se nul n’y avoit à cely temps ». Cet usage est déjà attesté sous Robert de Thourotte qui, lui non plus, n’avait pas reçu les régales (cfr p. 143 n. 183). Sur Hemricourt et son œuvre, cfr Poncelet, Introduction, p. i–lxxvi. — Balau, Sources, p. 546–559. — Cuvelier, Jacques de Hemricourt.

461 Jean de Hocsem, Chronicon, p. 153–154. — 1402, p. 274. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 169. Jean d’Outremeuse, Myreur, t. 6, p. 202–204, ajoute quelques détails personnels à l’histoire. Il signale notamment qu’Adolphe dut payer une somme d’argent à l’empereur, celle traditionnellement due pour obtenir les régales.

462 Le futur Adolphe III, évêque de Münster et archevêque de Cologne puis comte de Clèves et de la Marck (1368/1380–† 1394). Cfr Reimann, Grafen von der Mark, p. 57, 66–79, 80, 82, 95,97–108, 109–113, 117, 122, 125, 127–131. — de Chestret, Histoire de la Maison de la Marck, p. 34–37.

463 Raoul de Rivo, Gesta, p. 12. Sur cet auteur, cfr Balau, Sources, p. 527–532. — Mohlberg, Radulph de Rivo, p. 3–62.

464 1362–1370.

465 Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 469–470.

466 Schoolmeesters, Recueil de lettres adressées aux papes et aux cardinaux, p. 43.

467 Ferry de Bar, fils d’Isabelle de Lorraine [fille du duc de Lorraine Thibaut II († 1312)] et d’Erard de Bar († 1337) — et donc neveu de l’évêque de Liège, Thibaut de Bar, frère d’Erard — chanoine sous expectative de prébende à Saint-Lambert, à Cambrai et à Reims en 1323, chanoine de Saint-Lambert en 1341 et en 1363, chanoine et prévôt de Nivelles, chanoine de Verdun et de Saint-Maxe de Bar, f av. novembre 1368. Cfr Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 121. — Tihon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 174, 181, 216, 217. — Poull, Lorraine, p. 93–94. — Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 13. — Poull, Maison Bar, p. 398–399. — Fayen, Lettres Jean XXII, t. 1, p. 422, 436. — Sauerland, Vatikanische Urkunden, t. 1, p. 187, 192.

468 Chanoine de Saint-Lambert de 1339 à 1362, de Verdun et de Sainte-Waudru de Mons en 1342, vice-doyen de Saint-Lambert en 1346, f avant le 3 avril 1367 (en mars). Il fut également chanoine de la cathédrale de Paris, ce qui lui valut probablement d’être remarqué par le roi de France. Cfr O.S.L., éd. Marchandisse, p. 39. — C.S.L., t. 4, p. 46, 361, 362. — Berlière, Suppliques Clément VI, p. 26, 185. — Berliere-Van Isacker, Lettres Clément VI, p. 93, 153, 253. — Tlhon, Lettres Urbain V, t. 2, p. 53.

469 Schoolmeesters, Recueil de lettres adressées aux papes et aux cardinaux, p. 44. Le nom du roi de France est manifestement erroné. La lettre est indiscutablement de 1364 puisque le transfert d’Englebert à Cologne y est mentionné. Il ne peut donc être question d’un Philippus […] rex (Philippe VI meurt en 1350). Il est difficile de préciser qui a recommandé Renaud. Jean II le Bon (R.1350) séjourne en Angleterre de janvier 1364 à sa mort, le 9 avril 1364. Il peut toutefois l’avoir fait avant 1364, lors d’une précédente tentative d’Englebert afin d’obtenir l’archevêché de Cologne, à moins qu’il ne s’agisse de Charles V (R.1364–† 1380), qui n’apprend le décès de son père que le 17 avril et n’est sacré que le 19 mai, mais était régent durant le séjour anglais de son père (cfr Cazelles, Société politique sous Jean le Bon et Charles V, p. 447–466). Même si, globalement, Urbain V fut tout acquis à Jean le Bon puis à Charles V au cours de la période qui nous intéresse, nous constatons que sa bienveillance à l’égard de la France ne l’empêcha pas de prendre certaines décisions contraires aux Valois (cfr Prou, Relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V, p. 7–39).

470 Les sources utilisées sont : 1402, p. 250–352. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 12–15. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 284–286. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 191–192. — Mathias de Lewis, Chronicon, p. 122–123. — Annales Laubienses, p. 28. Sur Jean d’Arckel, cfr Rutgers, Jan van Arkel. Renardy, Répertoire, p. 325–326. — Groesbeek, Heren van Arkel, col. 173–176, 211–212. Sur Jean de Stavelot, cfr Balau, Sources, p. 595–597, 600–604. — Goosse, Jean de Stavelot, p. 99–106 et bibl. n. 1, 8, 9, 11. — Vantuch, Croisade contre hussites Jean de Stavelot. Sur la chronique abrégée, cfr Lejeune, Jean d’Outremeuse. — Id., Une source méconnue. — Goosse, « Chronique abrégée ».

471 Fierens-Tihon, Lettres Urbain V, t. 1, p. 469–471.

472 Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285. Il les avait en quelque sorte obtenues de Charles IV, le 11 août 1349, pour Utrecht. Cfr B.H., p. 90, no 1117. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 64.

473 Strubbe-Voet, De chronologie, p. 313. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 20–24.

474 Le jour assigné à la Joyeuse Entrée de Jean d’Arckel varie une nouvelle fois d’une chronique à l’autre : 29 juillet (Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 192), 30 juillet (Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285) ou 31 juillet (1402, p. 352. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 15).

475 Ibid. 1402, p. 352. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 285. — Rutgers, Jan van Arkel, p. 157–161.

476 Sur mambournie et vacance du pouvoir épiscopal, cfr p. 475–485.

477 Cfr p. 171–174, 178, 181.

478 Beruère, Libri obligationum, p. 1. Le premier document où la somme à payer est mentionnée par l’évêque de Liège date du 28 avril 1303 (Ibid.) mais, dès 1296, Hugues de Chalon faisait une promesse de payement sans préciser le montant de sa dette. Cfr Hoberg, Taxae pro communibus servitiis, p. 68, qui ne le signale pas pour cette raison.

479 Berlière, Libri obligationum, p. 4, 21 (l’acte relatif aux services communs d’Adolphe de Waldeck n’est pas mentionné mais il ne fait aucun doute qu’il dut, lui aussi, se soumettre à cette exigence).

480 Renardy, Monde des maîtres, p. 289.

481 Berlière, Libri obligationum, p. 68.

482 On aura une bonne idée de la question et un état de la bibliographie dans Bautier, Aspects politiques du grand Schisme, auquel on se reportera pour notre évocation rapide du schisme.

483 Sur la succession de Jean d’Arckel, les sources utilisées sont : 1402, p. 373–383. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 40–46. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 75–80. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 211–214. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 313–315. — Pierre de Herenthals, Secunda Vita Clementis VII, p. 522–525, 529 (sur cette chronique, cfr Potthast, Bibliotheca, t. 2, p. 917). — Annales Laubienses p. 28. Sur le schisme liégeois, sur Arnould de Hornes et sur son avènement, cfr Brom, De tegenpaus Clemens VII en het bisdom Utrecht, p. 13–23. — Van Asseldonck, De Nederlanden en het Westers Schisma, p. 16–23, 39–43. — Klaversma, De heren van Home, Altena, Weert en Kortessem (1345–1433) (vervolg), p. 40–45 et n. — Tihon, Arnoul de Hornes. — Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, spéc. les p. 252–256, 370–374. — Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxi–xxxiii. — Von Droste, Die Diözese Lüttich. — Schoolmeesters, Élection (ces deux dernières publications sont surtout utiles pour un ensemble d’actes contenant nombre d’informations précieuses sur le schisme liégeois). — Kummer, Die Bischofswahlen in Deutschland zur Zeit des grossen Schismas, p. 25–27. — Valois, France et grand Schisme, t. 1, p. 273–276. — Id., Grand Schisme en Allemagne, p. 124–128. — de Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 4, p. 21–22. À manier avec un maximum de prudence : Goethals, Histoire généalogique de la Maison de Hornes, p. 100–103. — Wolters, Hornes, p. 37.

484 1378–389.

485 1378–1394.

486 À propos de cette date controversée, cfr annexe I.

487 La scission est très nette à la mi-juillet, mais il y a déjà une grande tension entre Urbain VI et les cardinaux français à la mi-juin (cfr Bautier, Aspects politiques du grand Schisme, p. 457), voire en mai, selon Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxv n. 3.

488 Le peuple réclame un évêque mais n’exige pas explicitement Eustache Persan de Rochefort comme le sous-entend Id., p. xxii et n. 2, et le dit Schoolmeesters, Élection, p. 193, en raison d’une interprétation abusive de 1402, p. 373. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 76. — Schoolmeesters, Élection, p. 222–223. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 528–529 (les magistrats de Liège recommandent Eustache Persan de Rochefort à Charles IV, mais après son élection). Les sources donnent plutôt l’impression que les Liégeois veulent simplement un évêque au plus vite, quelqu’un qui mette fin au vide politique, mais ils n’ont pas de nom spécifique à proposer (1402, p. 373 : […] magistri civitatis suggesserunt et supplicaverunt capitulo ut eligerent novum episcopum).

489 Schoolmeesters, Élection, p. 228. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 534. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 314.

490 Schoolmeesters, Élection, p. 193, définit ce type d’élection de façon erronée. Cfr p. 110.

491 Ses trois frères occupèrent des postes importants. Gilles, protégé d’Englebert de la Marck, fut archidiacre d’Ardenne en 1365–1366 (Berlère, Archidiacres xive siècle, p. 152. — Id., Suppliques Clément VI, p. 458) ; Jean fut mambour en 1364 et employa durant sa mission les services de ses frères Eustache et Wauthier, le dernier étant d’ailleurs nommé maréchal par le mambour. Wauthier fut également lui-même trois fois mambour, notamment en 1378, juste après l’élection de son frère avec lequel il eut de graves démêlés (cfr Jacques de Hemricourt, Miroir, p. 131, 132 et n. 2, 134 et n. 4, 135, 158, 160. — De Borman-Poncelet, Codex, p. 122. — Id., Tableaux, p. 293, 354. — Roland, Rochefort, p. 394–400). Il sera évidemment question de ces personnages aux p. 314, 474, 480.

492 Cfr acte par lequel l’empereur recommande Eustache consanguineus noster dilectus à Urbain VI (Schoolmeesters, Élection, p. 224. — Von Droste, Die Diôzese Lüttich, p. 530).

493 Schoolmeesters, Élection, p. 222–224. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 528–530. — C.S.L., t. 6, p. 136–137. — R.C.L., t. 1, p. 459. La majeure partie de ces actes ne sont pas datés. Aussi est-il difficile d’en préciser la chronologie avec précision.

494 Frédéric III de Saarwerden (1370–† 1414). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 274. — Neidiger, F. III. v. Saarwerden.

495 Schoolmeesters, Élection, p. 223, 226. — Von Droste, Die Diôzese Lüttich, p. 529, 532. — 1402, p. 374.

496 Belgique, pr. Namur, arr. et comm. Dinant.

497 Ibid. Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 77.

498 Schoolmeestrs, Élection, p. 224–225. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 530–532.

499 Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxvi—xxvii, pense que les émissaires d’Eustache Persan de Rochefort n’ont jamais gagné Rome. Les sources narratives (1402, p. 374. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 77. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 40. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 213) semblent affirmer le contraire, hormis peut-être celle quHanquet appelle l’Inédit du Vatican, à laquelle, a priori, nous ne pouvons faire une confiance absolue, cette source n’ayant jamais fait l’objet, à notre connaissance, de recherches critiques.

500 Gastout, Suppliques Urbain VI, p. 64–66, qui précise les fourchettes chronologiques données par Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxviii n. 1 et Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, p. 371.

501 Italie, Latium, pr. Latina.

502 Hanquet, Supplique Clément VII, p. 26.

503 Wenceslas de Luxembourg († 1383), fils de Jean l’Aveugle, roi de Bohême et comte de Luxembourg († 1346) et de Béatrice de Bourbon († 1383), demi-frère de l’empereur Charles IV, épousa en 1354 Jeanne de Brabant († 1406), fille du duc Jean III (1312— † 1355). Il fut duc de Brabant, de par sa femme, et comte de Luxembourg. Cfr Strubbevoet, De chronologie, p. 358. — Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 25 ; t. 2, tabl. 8.

504 Ces événements, que nous n’avons pas jugé utile de détailler ici, font l’objet de très longs développements dans les sources mentionnées, p. 191 n. 484. Cfr encore Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, p. 252–256.

505 1402, p. 377. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 41. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78.

506 Ibid. : les Liégeois errantes velut grex sine pastore […].

507 On conserve une longue et éloquente série de suppliques qu’adressa les 22 et 27 septembre 1378 à Clément VII, Sanctitati Vestre humilis creatura vestra A., episcopus Trajectensis, soit pour lui-même, soit pour les membres de son entourage, dont certains feront également partie de ses proches à Liège. Les demandes énoncées dans ces suppliques seront bien entendu rencontrées. Cfr Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 277, 510–512.

508 Cfr p. 193 n. 499.

509 Les sources narratives (1402, p. 378–379. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 40–41. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 315) montrent Arnould de Hornes animé de tels sentiments, craignant inter duas sedes corrueret (Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 78).

510 1402, p. 378, évoque une date ultérieure à la Sainte-Lucie (13 décembre) ; Raoul de Rivo, Gesta, p. 40, parle d’avant la Noël et Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 315, mentionne le jour de Noël, cette dernière date étant exclue (cfr n. suivante).

511 Il est nommé ce jour par l’ensemble de la population de la principauté. Cfr R.C.L., t. 1, p. 465–469. — C.S.L., t. 6, p. 138–139. — Schoolmeesters, Élection, p. 230–235.

512 1402, p. 380, le signale très explicitement. C’est également l’avis du chroniqueur utrechtois cité par Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxix n. 2. Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, p. 372, explique les réticences de l’évêque d’Utrecht à accepter le siège épiscopal liégeois par d’autres raisons (situation confuse dans la principauté suite aux attaques brabançonnes, conflits internes). Cela dit, compte tenu des dettes qu’il laissa à sa mort [5850 florins, soit 80 % de ses services communs n’avaient pas été payés à Rome ; c’est la raison pour laquelle son successeur, Thierry de la Marck, engagea une procédure contre ses exécuteurs testamentaires (Favier, Les finances pontificales à l’époque du grand Schisme, p. 325)], il devait avoir de son vivant de gros besoins d’argent et il est probable qu’il ne négligea aucun moyen pour s’en procurer, fût-ce en cumulant les revenus de deux évêchés.

513 1402, p. 382. — Valois, Grand Schisme en Allemagne, p. 117–122, 152–153. Cfr encore Pierre de Herenthals, Secundo Vita Clementis VII, p. 525.

514 1402, p. 383. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 43. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 214.

515 Strubbe-Voet, De chronologie, p. 313.

516 Fils de Charles IV, roi de 1376 à 1400, année au cours de laquelle il fut déposé. Cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 6 et 25. — Strubbe-Voet, De chronologie, p. 330.

517 R.C.L., t. 1, p. 474. — C.S.L., t. 6, p. 140.

518 Raoul de Rivo, Gesta, p. 43–44. — Pierre de Herenthals, Secundo Vita Clementis VII, p. 523, 529. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 77, 80. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 214.

519 C.S.L., t. 6, p. 141. Le même jour, Arnould, le chapitre de Saint-Lambert et le peuple liégeois déclarèrent adhérer à Urbain VI avec le roi et les électeurs de l’Empire (Ibid.). Ils avaient déjà agi en ce sens en mai (Pierre de Herenthals, Secundo Vita Clementis VII, p. 525).

520 Schoolmeesters, Élection, p. 237. — Von Droste, Die Diözese Lüttich, p. 537. — C.S.L., t. 6, p. 142.

521 Il n’y eut que cinq jours entre la mort de Jean d’Arckel et l’élection de son successeur mais, contrairement à ce que pense Hanquet, Suppliques Clément VII, p. xxii n. 1, Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 76, dit vrai lorsqu’il parie d’une longue vacance de pouvoir. Elle ne se termine en fait officiellement qu’avec la Joyeuse Entrée d’Arnould de Hornes, le 24 octobre 1379.

522 Cfr supra, p. 111.

523 Cet aspect de la crise liégeoise et les démêlés entre l’élu et le mambour, Eustache et Wauthier de Rochefort, marginaux pour nos présents propos, seront évoqués infra, p. 474, 480.

524 Cfr p. 110–111.

525 Avant son avènement, il détenait deux églises paroissiales, Bois-le-Duc et Orthen, dans le diocèse de Liège. Cfr Valois, Grand Schisme en Allemagne, p. 121. — Schoolmeesters, Élection, p. 202.

526 Jean T’Serclaes, chanoine de Saint-Lambert dès 1355, fut confirmé le 5 novembre 1378, tandis qu’Arnould de Hornes était nommé évêque commendataire le 8 mars 1381 ou peu auparavant. Cfr Berlière, Jean T’Serclaes, p. 245–257. — Gastout, Suppliques Urbain VI, p. xviii. — Chot-Stassart, Chapitre cathédral A, p. 209.

527 Chanoine et doyen de Saint-Lambert dès 1363, encore chanoine en 1379, mentionné comme familier du pape le 3 novembre 1378. Cfr Id., p. 127–128. — Fierens, Suppliques Urbain V, p. 204, 205, 239. — Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 1, 2, 260–261, 358, 615, 619. — Berlière, Lettres Clément VII, p. 7, 195–196, 205, 209, 215.

528 Outre Simon, prévôt de 1374 à 1381 (Id., Archidiacres xive siècle, p. 144. — Tihon, Lettres Grégoire XI, t. 2, p. 392, 565, 566, 596, 626, 627, 629, 707 ; t. 3, p. 62, 63, 105, 198, 206, 253, 254. — Berlière, Lettres Clément VII, p. 53), signalons Robert de Freta, Guy de Malesset, Pierre de Monteruc et Guillaume d’Aigrefeuille (cfr Id., Archidiacres xive siècle, p. 154, 163, 187, 202–205. — Hanquet, Suppliques Clément VII, p. 209, 380. — Berlière, Lettres Clément VII, p. 36–38, 44, 47, 48). C’est ce dernier qui apprit à Eustache, le 11 novembre 1378, que Clément VII l’avait confirmé (Schoolmeesters, Élection, p. 229–230. — C.S.L., t. 6, p. 138. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 79).

529 La présence d’Arnould à Rome est attestée par Raoul de Rivo, Gesta, p. 40. Cfr encore supra, p. 189–190, l’application de cette idée au cas de Jean d’Arckel.

530 Cfr Valois, Grand Schisme en Allemagne.

531 Id., p. 113–122, 152–164.

532 Id., p. 131–136. Il est difficile de cerner exactement la position de Quicke, Pays-Bas à la veille de la période bourguignonne, p. 379–384. Il n’est pas d’accord, semble-t-il, avec Valois, mais n’apporte pas d’argument décisif pour le contrer, ses propos allant même plutôt, selon nous, dans le sens de l’historien français. Sur le duc de Brabant, cfr p. 193 n. 504. Signalons ici que le 2 octobre 1378, le duc ordonne à l’un de ses proches de recommander à ses amis français d’intercéder auprès de Clément VII en faveur de son cousin Rochefort et de lui délivrer l’argent qui lui est nécessaire (Verkooren, Inventaire Brabant, t. 1,7, p. 290. — C.S.L., t. 6, p. 137). À propos de la régence hollandaise, Albert de Bavière, fils de l’empereur Louis de Bavière († 1347) et de Marguerite († 1356), fille de Guillaume Ier de Hainaut (III, en Hollande) († 1337), exerça le pouvoir sur ces diverses terres, d’abord pour son frère, le comte Guillaume III (V, en Hollande), dément († 1389), puis pour son propre compte (1389–1404). Cfr Strubbe-Voet, De chronologie, p. 367. — Von Isenburg, Stammtafeln, t. 2, tabl. 5.

533 Valois, Grand Schisme en Allemagne, p. 136–137. Englebert III de la Marck (1347– 1391) est le fils d’Adolphe II (†1347) et de Marguerite de Clèves, et le cousin d’Arnould de Hornes (sa mère et le père de Marguerite, Thierry VIII de Clèves, sont frère et sœur). Adolphe Ier de Clèves — successeur de Jean de Clèves (t 1368), frère de la mère d’Arnould de Hornes —, tel était le nom, dans la succession des comtes de Clèves, d’Adolphe III, comte de la Marck (1380–† 1394), auquel Englebert de la Marck avait succédé sur le siège archiépiscopal de Cologne (cfr Von Isenburg, Stammtafeln, t. 1, tabl. 185, 188, 189).

534 Élisabeth, mère d’Arnould, est la fille de Thierry VII comte de Clèves (1275–†1305). Cfr Id., tabl. 185.

535 Cfr tabl. généal. en annexe II, qui rendra plus explicites ces liens de parenté particulièrement complexes.

536 Sur cette date, cfr annexe I.

537 Ce dernier souhaitait donc, semble-t-il, un évêque de Liège situé dans la mouvance de toutes ces familles germaniques (la Marck, Clèves, Berg, Juliers etc.).

538 1389–1404.

539 Pour cet avènement, cfr 1402, p. 410, 413–414. — Raoul de Rivo, Gesta, p. 65. — Jean d’Outremeuse, Chronique abrégée, p. 223–226. — Jean de Stavelot, Chronique latine, p. 94. — Corneille de Zantfliet, Chronicon, col. 335–337.

540 À ce propos, cfr Lejeune, Principauté 1390–1482. — Id., Liège-Bourgogne. Introduction historique.

541 Gaudemet, Gouvernement, p. 79.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search