Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Première partie. Accession au pouvoir

Chapitre premier. Introduction

Texte intégral

1Quelle que soit la fonction que l’on est amené à remplir dans la société, il est, dans toute carrière et dans la vie, un moment véritablement crucial : celui de la nomination, de la désignation à titre définitif. Bien souvent, le bref entretien ou l’insignifiante feuille de papier notifiant que l’on fait désormais partie d’une collectivité au sein de laquelle on travaillera sa vie durant fera passer l’individu, à tout le moins de l’incertitude à la sécurité, au mieux, s’il bénéficie d’une promotion, d’une position moindre à un surcroît de responsabilités.

2L’évêque du moyen âge n’échappe pas à cette évidence intemporelle : le moment ou plutôt, dans le cas présent, la période au cours de laquelle un clerc parvient à accéder à la charge épiscopale revêt sans nul doute une importance capitale à ses yeux. Elle est d’ailleurs valorisée dans cette société médiévale qui assouvit son besoin de concret notamment dans l’élaboration de cérémoniaux souvent très complexes. Au vrai, bien loin d’être anodine, la désignation d’un évêque consiste en une succession de phases, de cérémonies, de gestes sacralisés au terme de laquelle il acquiert la plénitude de son autorité. Cela dit, l’avènement d’un prélat médiéval, investi d’une mission spirituelle, certes, mais aussi détenteur de responsabilités temporelles, laïques, s’inscrit dans un contexte à la fois religieux et politique et, à chacune des étapes qui le mettent un peu plus en possession de son autorité, interviennent, avec plus ou moins d’influence, plusieurs types et niveaux de pouvoir : le chapitre cathédral, le métropolitain, le roi, le pape.

3Dans le cas liégeois, qui nous intéresse plus particulièrement ici, il est clair que les intérêts de chacun de ces pouvoirs, conjugués aux qualités propres des candidats à l’épiscopat et de leur famille, influent considérablement, nous le verrons, sur les diverses phases de la désignation d’un évêque et, tout spécialement, sur le choix de celui-ci.

4Aussi la première partie de notre travail sera-t-elle consacrée d’une part aux circonstances qui entourent l’avènement des évêques inscrits dans la période que couvre ce livre et, d’autre part, à ses diverses phases, phases au terme desquelles un homme accède au plein exercice d’un pouvoir dont il nous appartiendra de définir l’ampleur, phases d’un processus qui doit nécessairement être considéré comme l’étape première d’un règne.

5Nous avons décidé de scinder notre propos en trois parties. Dans un premier temps, nous dresserons un bref bilan de la question à Liège avant 1200, puis nous évoquerons l’évolution des procédures d’accession au pouvoir épiscopal, dans l’ensemble de la chrétienté et durant les xiiie et xive siècles. Dans une deuxième partie, nous étudierons, au cas par cas, bien entendu sur la base et dans les limites de nos sources et de nos connaissances, chaque avènement épiscopal liégeois entre 1200 et 1389. Cette étude de cas nous permettra de répondre, dans une troisième partie, à quelques questions simples mais, à notre avis, fondamentales : quelle fut l’évolution, à Liège, de la procédure électorale ? Le cas liégeois cadre-t-il avec le contexte généra] de la chrétienté ou au contraire s’en différencie-t-il ? Quelles sont, pour un prétendant au trône de saint Lambert, les diverses étapes à franchir pour accéder à l’autorité épiscopale et quelles sont celles qui importent le plus aux yeux du futur évêque, de ses futurs sujets, des puissances supérieures ? Enfin, quel est le profil de l’évêque de Liège des xiiie et xive siècles ? Pourquoi tel homme à tel moment, celui-ci plutôt qu’un autre ?

  • 1 Cette introduction doit beaucoup aux ouvrages suivants : Kupper, Liège et l’Église impériale.Id(...)

6Avant de formuler quelques éléments de réponse à ces questions, commençons par évoquer, en quelques lignes, les caractères de l’avènement épiscopal à Liège dans les décennies qui précèdent l’élection d’Hugues de Pierrepont (1200) et l’évolution générale des procédures d’accession à l’épiscopat durant l’époque classique, spécialement aux xiiie et xive siècles1.

  • 2 La première exercée en tant que roi et la seconde tenant au fait que les églises étaient considéré (...)
  • 3 Seule l’élection de l’évêque Baldéric Ier (955) se fit contre la volonté royale. Cfr Id., p. 141.
  • 4 Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 69, 140–142.— De Moreau, Histoire de l’Église en Belgique,(...)

7Aux xie et xiie siècles, Liège appartenait à l’Église impériale. Cette appellation désigne un système mis en place dès l’époque ottonienne par les empereurs germaniques dans le but d’assurer à la fonction impériale une prééminence incontestée dans le concert des seigneurs européens. Alors qu’il exerçait déjà une domination pesante sur l’église germanique, tant par une souveraineté de droit public que par une seigneurie de droit privé2, l’empereur eut l’idée de renforcer encore son emprise en accordant aux évêchés et aux abbayes d’immenses domaines et des droits souverains. Investis de moyens considérables, les prélats, en particulier les évêques, devenus de véritables serviteurs royaux, étaient désormais capables de prêter un concours efficace au roi, qui, évidemment, ne risquait pas de perdre sa mise puisque toute descendance épiscopale légitime est par définition exclue. Néanmoins, pour qu’une telle organisation fonctionne parfaitement, encore fallait-il que chaque prélat réponde en tout point aux exigences du souverain. Aussi l’Église impériale supposait-elle la mainmise intégrale de l’empereur sur la désignation et sur l’investiture des évêques. C’est bien ce qui se produisit. À Liège notamment, elle s’exerça de façon quasi absolue au cours des xe et xie siècles3, plus particulièrement jusqu’au Concordat de Worms (1122), qui modifia sensiblement les modalités de l’accession canonique au pouvoir épiscopal. Avant 1122, elle se faisait en théorie par une élection clero et populo. Toutefois, de facto, celle-ci se réduisait la plupart du temps à une simple acclamation de l’individu désigné par le roi. On a coutume de dire qu’avec le concordat de Worms, l’élection de l’évêque échappa complètement au roi et fut désormais concentrée entre les mains du seul chapitre cathédral4. Rien n’est moins vrai, à Liège tout au moins.

  • 5 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 182. — Id., Raoul de Zähringen, p. 23. Henri VI (E.1191—† (...)

8Jusqu’à la fin du xiie siècle, voire plus tard encore, nous le verrons, l’élection d’un évêque de Liège est le fait d’une assemblée formée progressivement des seuls notables du clergé et du peuple de la principauté, ce qu’il est convenu d’appeler le synode mixte. Pour ce qui est de l’intervention impériale, elle se limita en théorie au droit de trancher, dans le cas d’une élection partagée, en faveur, non pas du candidat de la majorité (major pars), mais de celui des meilleurs, des plus sages (sanior pars), et de conférer les régales à l’élu, en clair le temporel de son église, les pouvoirs temporels sur celle-ci. Dans la pratique, ces derniers dont l’octroi dépendait exclusivement du bon vouloir royal assurèrent au souverain, pourvu qu’il soit de haute stature, une faculté d’immixtion dans les nominations épiscopales (régales concédées avant consécration, octroi d’un évêché à une tierce personne dans le cas d’une élection double). Largement exploitée par l’empereur Henri VI, cette capacité d’intrusion fut finalement abandonnée officiellement par le roi des Romains Otton IV de Brunswick en 1209 puis par Frédéric II en 12135. Le principe électoral pourra désormais s’exprimer pleinement, à l’avantage du chapitre cathédral, qui conquiert progressivement le monopole de l’élection.

  • 6 La France connaît le monopole capitulaire dès la deuxième moitié du xiie siècle. A Trèves, les laï (...)
  • 7 Mansi, Sacrorum Conciliorum, t. 22, col. 1011 et 1014. — Foreville, Latran, p. 358–360. — Gaudemet (...)

9L’évolution, à l’époque classique, des procédures de désignation épiscopale ne se fera pas au bénéfice des chapitres cathédraux. Certes, ces derniers, dont la prépondérance s’est peut-être affirmée plus tôt et davantage dans l’ensemble de la chrétienté que dans le diocèse de Liège6, se virent accorder par le quatrième concile de Latran (1215) un rôle exclusif dans l’élection des évêques. Latran IV précise d’ailleurs très nettement les modalités des diverses élections capitulaires. L’élu peut être désigné par compromis ou par inspiration divine selon que les chanoines électeurs chargent certains d’entre eux de procéder au choix ou s’accordent spontanément et unanimement sur un candidat. Reste l’élection par scrutin, la plus fréquente, celle grâce à laquelle l’élu émerge d’une maior et sanior pars des suffrages confiés secrètement par les électeurs à des scrutateurs7.

  • 8 Sur l’évolution de cette théorie, dont les effets se font particulièrement sentir à Liège, nous le (...)
  • 9 Sur ces questions, cfr spécialement Gaudemet, Gouvernement, p. 71–76. — Ganzer, Papsttum, spéc. le (...)

10L’élection capitulaire règne enfin en maître. Toutefois, à peine parvient-il à s’imposer que le chapitre cathédral connaît déjà un déclin inexorable, évincé par l’autorité religieuse suprême : la papauté. Les occasions d’intervention ne manqueront pas. Elle va les multiplier sciemment surtout à partir du règne d’innocent IV et au départ de cette Allemagne dirigée par un prince hostile au pape : Frédéric II. Que ce soit pour abréger des vacances de pouvoir trop longues, pour arbitrer des conflits électoraux ou, plus prosaïquement, pour accroître les profits du Saint-Siège et sa centralisation monarchique ou pour assurer la montée sur les trônes épiscopaux d’hommes dévoués au souverain pontife, la théocratie pontificale fait son œuvre8 et la papauté affirme sa primauté. Parfois, certes, par exemple dans les cas de résignation ou d’appel à la suite d’une élection contestée, la papauté n’enraye pas complètement le principe de l’élection, sinon de façon détournée. En fait, ce sont essentiellement la dévolution et plus encore la réserve qui permettront à Rome de mettre la main sur les sièges épiscopaux9.

11Par la première procédure, les désignations reviennent progressivement au pape dans les cas de négligence d’un collège électoral, de défaillance d’un métropolitain auquel l’une ou l’autre élection avait été dévolue ou d’élection cassée par le pape dans le cadre d’une contestation.

  • 10 Clément IV (1265-1268) ; Boniface VIII (1294–1303) ; Nicolas III (1277–1280) ; Clément V (1305–131 (...)

12La réserve, quant à elle, permettra purement et simplement à la papauté d’accaparer sous des formes légales la totalité des bénéfices majeurs. Rappelons les étapes saillantes de cette évolution. En 1265, une constitution de Clément IV, réactivée et amplifiée par Boniface VIII, en 1295, réserve au pape la nomination à tout bénéfice venant à vaquer en cour de Rome, sauf les évêchés et les abbayes dont le souverain pontife assura son appropriation potentielle par le principe de plenitudo potestatis, magnifié dès les débuts du xiiie siècle. En 1273, Nicolas III consacre l’intervention pontificale, notamment dans les cas d’élection contestée, de translation, de résignation, de suspension et de dégradation. C’est la papauté d’Avignon qui mènera le processus d’asservissement à son paroxysme. Clément V prononce la réserve des bénéfices dont les titulaires ont reçu ou recevront la consécration auprès du Saint-Siège. Jean XXII l’étendra aux charges des prélats démissionnaires, destitués, transférés, promus à la pourpre ou dont le premier titulaire avait été nommé par le pape. Enfin, Urbain V et Grégoire XI édictèrent la réserve intégrale des patriarcats, des archiépiscopats, des épiscopats et des charges abbatiales, et ce pour l’ensemble du monde chrétien10.

13Ainsi donc, la papauté atteignit à une mainmise totale sur les désignations épiscopales. Cela ne veut pas dire cependant que toutes ces nominations pontificales furent décidées ex nihilo, indépendamment de toute influence, de toute pression politique. Les évêques sont des personnages beaucoup trop importants dans la société médiévale pour que les pouvoirs laïcs se désintéressent de leur avènement. Ils influeront donc sur celui-ci, avec plus ou moins de bonheur, soit directement, soit indirectement en incitant le pape, alléché par une alliance politique favorable, à désigner le candidat de leur choix ou même en plaçant le Saint-Siège sous tutelle.

14Les avènements épiscopaux liégeois des xiiie et xive siècles baignent complètement dans ce contexte et participent de toute cette évolution. Il importait dès lors d’évaluer leur adéquation avec le système ambiant ou leurs contrastes par rapport à celui-ci, de mesurer l’influence des uns et des autres et, au delà, d’étudier au cas par cas le processus au terme duquel un homme devient évêque de Liège. Tel est l’objet des pages qui suivent.

***

Notes

1 Cette introduction doit beaucoup aux ouvrages suivants : Kupper, Liège et l’Église impériale.Id., Raoul de Zähringen, p. 20-31, 170-173. — Gaudemet, Gouvernement, p. 55-79. Sur Hugues de Pierrepont, cfr infra.

2 La première exercée en tant que roi et la seconde tenant au fait que les églises étaient considérées comme des églises propres de l’Empire (Reichseigenkirchen). Cfr Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 10–11.

3 Seule l’élection de l’évêque Baldéric Ier (955) se fit contre la volonté royale. Cfr Id., p. 141.

4 Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 69, 140–142.— De Moreau, Histoire de l’Église en Belgique, t. 3, p. 351. — Lejeune, Liège et son Pays, p. 15. Worms (R.F.A., L. Rhénanie-Palatinat).

5 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 182. — Id., Raoul de Zähringen, p. 23. Henri VI (E.1191—† 1197) ; Otton IV (R.l198–† 1218) ; Frédéric II (R.1212–† 1250).

6 La France connaît le monopole capitulaire dès la deuxième moitié du xiie siècle. A Trèves, les laïcs nobles disparaissent de l’élection épiscopale dès 1183. Cfr Gaudemet, Gouvernement, p. 62 n. 48. Sur le problème de l’élection épiscopale, cfr les récents développements de Schimmelpfennig, Papst- und Bischofswahlen seit dem 12. Jahrhundert, p. 188–195.

7 Mansi, Sacrorum Conciliorum, t. 22, col. 1011 et 1014. — Foreville, Latran, p. 358–360. — Gaudemet, Gouvernement, p. 62–63. — Id., Élections, p. 184. Le quatrième concile de Latran se déroula en novembre 1215 (cfr Foreville, Latran, p. 134–158, 161–162).

8 Sur l’évolution de cette théorie, dont les effets se font particulièrement sentir à Liège, nous le verrons plus loin, cfr Pacaut, Théocratie. Innocent IV (1243–1254).

9 Sur ces questions, cfr spécialement Gaudemet, Gouvernement, p. 71–76. — Ganzer, Papsttum, spéc. les p. 111–112, 122-123, 180, 304, 320, 332, 335, 370, 386-387, 396, 403. — Roland, Les chanoines et les élections épiscopales du xie au xive siècle, p. 119–161, 212–220.

10 Clément IV (1265-1268) ; Boniface VIII (1294–1303) ; Nicolas III (1277–1280) ; Clément V (1305–1314) ; Jean XXII (1316–1334) ; Urbain V (1362–1370) ; Grégoire XI (1370–1378).

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search