Version classiqueVersion mobile

La fonction épiscopale à Liège au XIIIe et XIVe siècles

 | 
Alain Marchandisse

Introduction

Texte intégral

  • 1 T. 20-21, Bruxelles, 1969-1970.

1La thèse qui sous-tend ce livre est née d’un mouvement d’étonnement, celui suscité par la lecture d’un ouvrage, excellent au demeurant, et, plus particulièrement, par une carence parmi les multiples contributions qui le composent. Le livre en question, c’est le volume des Recueils de la Société Jean Bodin qui traite de la Monocratie1, et l’article dont l’absence nous a étonné de prime abord, c’est celui qui, selon nous, aurait dû être consacré à la principauté épiscopale d’Empire au bas moyen âge, une contribution pour laquelle, à tout prendre, la terre de Liège aurait constitué la matière idéale.

  • 2 Gilissen, Étude comparative monocratie.
  • 3 Id., p. 19-29, spéc. p. 21.
  • 4 Id., p. 58-61, spéc. p. 58. Il s’agit donc de l’exacte antithèse d’un État caractérisé par la divi (...)

2De fait, à la lecture de la brillante synthèse rédigée par J. Gilissen sur la monocratie à travers les âges2, il nous a semblé que le pouvoir épiscopal liégeois répondait parfaitement aux critères qui définissent la monocratie, pratiquement le seul régime politique qu’ait connu l’époque médiévale3. Un pouvoir appartenant à un organe unique, sans la moindre division, un organe constitué non d’un groupe mais d’une seule personne, cette dernière représentant le gouvernant, celui qui, dans la solitude de sa conscience, prend toutes les décisions, telle est la définition de la monocratie4 et telle est également l’image que, tout naturellement et indépendamment de toute recherche préalable, faisait germer dans notre esprit quelque évêque de Liège, tels Henri de Gueldre ou Adolphe de la Marck.

  • 5 Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 199-200.

3Cependant, que la principauté de Liège n’ait pas été tenue pour l’un des parangons de la monocratie n’a en somme rien de vraiment surprenant. En effet, une telle conception de la fonction épiscopale liégeoise constitue l’exacte antithèse des idées véhiculées par plusieurs décennies d’historiographie liégeoise, y compris sous la plume du meilleur médiéviste que la Belgique ait engendré : Henri Pirenne. Que l’on en juge plutôt à la lecture des quelques lignes qui suivent. Selon Pirenne, « comparée à la Flandre, au Brabant et même au Hainaut, le pays de Liège se distingue [après 1200] tout d’abord par la faiblesse du prince », par l’absence d’un pouvoir central digne de ce nom, celui d’un véritable monarque. À Liège, l’évêque règne mais ne gouverne pas. À l’inverse, la réalité du pouvoir est détenue par le chapitre de la cathédrale Saint-Lambert, qui monopolise l’élection du prélat, une procédure qui lui est garantie par la papauté et dont sont exclus empereurs et princes laïques, le tout dans le cadre d’une république ecclésiastique que les tréfonciers surplombent de leur pouvoir corporatif et dans laquelle l’influence des trois états — que l’on nomme à Liège le Sens de pays — est incomparablement supérieure à tout ce qui apparaît ailleurs5.

  • 6 Closon, Les événements politiques, p. 147-148. — Paquay, Patrimoine, p. 6.
  • 7 Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 12. — Gilissen, Régime représentatif, p. 56-58, spéc. p. 56.
  • 8 Cfr ci-dessus n. 5, 6. — Lejeune, Liège et son Pays, dans son ensemble, spéc. p. 233-236, cette œu (...)

4Bien loin d’être isolée, l’opinion de Pirenne, que nous venons de synthétiser, est partagée par bon nombre de ses contemporains et de ses épigones. Dès lors, il n’est guère d’ouvrages consacrés, de près ou de loin, à l’histoire liégeoise, où l’on ne puisse lire que la principauté de Liège des xiiie-xive siècles est une monarchie constitutionnelle6, un État parlementaire et représentatif7, dont le chef — et bien sûr la fonction à la fois laïque et ecclésiastique qu’il assume —, systématiquement discrédité et vilipendé, voit son pouvoir strictement limité, en particulier par celui qui est généralement présenté comme un coseigneur8 : le chapitre de Saint-Lambert.

5Pour trancher l’antagonisme existant, par delà les années, entre quelques grands noms de l’École historique liégeoise et nous-même, la solution était à la fois simple et unique : il convenait d’analyser avec toute la précision requise le pouvoir de l’évêque de Liège et la fonction dont il est investi. Aussi le présent ouvrage a-t-il été élaboré dans cette perspective.

6Bien sûr, un tel objet d’étude supposait l’établissement de termini, au sein d’un bas moyen âge liégeois qui, globalement, couvre trois siècles d’Histoire. De même, il nous fallait sélectionner les sources adéquates et définir une méthode de recherche ainsi que les divers axes de celle-ci.

  • 9 Gaussin, Conseillers de Charles VII, p. 67 et n. 1, participe de la même discipline que celle à la (...)
  • 10 Cfr, par exemple, pour l’époque contemporaine : Haag, Politologie et histoire.
  • 11 Les définitions usuelles de la science politologique, par exemple celle de Robert, Dictionnaire, t (...)
  • 12 Galbraith, Anatomie du pouvoir. Molitor, Fonction royale en Belgique. — STENGERS, L’Action du Ro (...)
  • 13 Guenée, Tendances actuelles de l’histoire politique, spéc. p. 69.
  • 14 Cfr Id., p. 47-50. — Genet, Prosopographie. — Autrand, Prosopographie, spéc. p. 14. — Demurger, Pr (...)

7Cette dernière exigence fut assez facile à rencontrer. En effet, pour saisir le pouvoir du prince dans toutes ses nuances et dans toutes ses implications, nous avons tout simplement choisi de le suivre pas à pas, tout au long de sa carrière épiscopale. De cette phase initiale que constitue l’avènement du prélat jusqu’à cet instant ultime où il quitte son poste et le cède à son successeur, nous avons consacré l’essentiel de notre propos à l’exercice du pouvoir épiscopal, aux divers instruments de celui-ci, à son ampleur et aux limites éventuelles qu’il comportait. Ce faisant, nous nous sommes efforcé de faire œuvre de politologue, d’appliquer à l’époque médiévale cette façon globale d’appréhender la notion d’État et de ressusciter le passé politique qui n’est pas encore véritablement parvenu à se distancier totalement de la recherche en histoire contemporaine. Bien entendu, de la même façon qu’il existe une différence très accusée entre géographie et géographie historique, il convient d’établir une distinction entre la politologie, cette discipline à l’élaboration de laquelle ont participé, d’une manière ou d’une autre, de grands noms comme M. Weber, Ch. Tilly ou R. Aron, et la politologie historique9 telle que nous souhaitons la pratiquer. Le but poursuivi dans notre ouvrage n’est évidemment pas de théoriser, d’appréhender quelque modèle idéal d’Etat médiéval10. Il vise tout simplement à étudier la composante première et fondamentale du système politique liégeois au moyen âge, en l’espèce la fonction épiscopale et le pouvoir dont elle est l’incarnation11. En ce sens, une bonne part de la perspective assignée à notre travail trouve son origine dans quelques ouvrages-clés : l’Anatomie du pouvoir de J.K. Galbraith et surtout les deux études consacrées à la fonction royale en Belgique par A. Molitor et J. Stengers12. D’un autre côté, même si, à certains égards, nous ne sommes guère dans la note lorsque nous nous intéressons à l’élite du pouvoir et non aux bases de la pyramide politique13, nous avons tenté, dans notre étude des auxiliaires de l’évêque de Liège, d’utiliser au mieux la célèbre méthode prosopographique, cette accumulation de portraits individuels visant à établir une biographie collective — dans notre cas celle d’un groupe socio-politique14 —, une méthode prosopographique grâce à laquelle, après des années de désaffection, l’histoire politique connaît aujourd’hui un nouveau souffle.

  • 15 Pour leur critique, cfr, dans l’ensemble, BALAU, Sources. — ALEXANDRE, Climat.Id., Climat moyen (...)

8Pour ce qui est à présent des fondements heuristiques de cette étude, ils sont constitués des sources narratives traditionnelles de l’histoire liégeoise15, dont, à chaque occasion, nous faisons la critique dans le corps de notre récit, et de l’ensemble le plus large possible de documents diplomatiques édités, les sources manuscrites liégeoises étant fort peu nombreuses, soit qu’elles aient disparu, notamment au cours des guerres du xve siècle, soit qu’elles n’aient jamais existé — la complète absence de comptes épiscopaux et autres documents financiers est incontestablement préjudiciable à notre travail —, et de toute façon d’un apport extrêmement restreint, ainsi que de larges sondages dans les archives liégeoises nous ont permis de le constater.

  • 16 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 12-13.
  • 17 Pour l’influence des ducs de Bourgogne, sur l’élu Jean de Bavière, notamment, cfr, dans l’ensemble (...)

9Restaient les termini. L’année 1200, au début de laquelle s’ouvre l’épiscopat d’Hugues de Pierrepont, constitue le terminus ad quem de la thèse de J.L. Kupper16, un ouvrage dans le prolongement duquel notre livre veut se situer et qui, d’ailleurs — le lecteur l’aura très vite perçu —, a profondément influencé celui-ci. Aussi le début du xiiie siècle qui, nous le verrons, fut également un moment-clé de l’histoire liégeoise, s’avérait-il un terminus a quo tout à fait idéal. Quant au terminus ad quem, notre intention étant de privilégier la longue durée et l’observation de phénomènes itératifs, nous avons cru bon de le fixer à l’année 1389. En effet, c’est en cette année que meurt l’évêque Arnould de Homes et, avec le règne de son successeur, le tristement célèbre Jean de Bavière, la fonction épiscopale et la vie politique liégeoises vont entrer dans une ère nouvelle, celle au cours de laquelle s’affirme sans cesse davantage l’influence d’une famille dont le destin fut exceptionnel : la Maison de Bourgogne17.

***

10Ce livre, tout d’abord présenté comme dissertation doctorale à l’Université de Liège, le 14 février 1995, a été examiné par un jury composé de Messieurs Cl. Gaier, Directeur du Musée d’Armes (Liège), A. Joris, Professeur honoraire aux Universités de Liège et de Luxembourg, Membre de la Commission royale d’Histoire de Belgique, J.L. Kupper, Professeur ordinaire aux Universités de Liège et de Luxembourg, Membre de la Commission royale d’Histoire de Belgique, W. Paravicini, Directeur de l’Institut historique allemand (Paris), Professeur à l’Université de Kiel, et G. Trausch, Professeur à l’Université de Liège et Directeur du Centre d’Études R. Schumann (Luxembourg). Nous nous sommes efforcé de tirer parti au mieux des remarques et suggestions qu’ils nous ont faites à l’occasion de la soutenance de cette thèse et leur sommes profondément reconnaissant pour la bienveillante attention qu’ils lui ont accordée.

11Ceci étant, nous adressons nos plus vifs remerciements à Monsieur M. Suttor, Maître de Conférence à l’Université d’Artois (Arras), dont le soutien ne nous fit jamais défaut, à Monsieur A.J.A. Bijsterveld, Docteur en Histoire (Nimègue), qui, à plusieurs reprises, nous a transmis de précieuses informations, ainsi qu’à Monsieur J. Devaux, Docteur en Philosophie et Lettres, qui a franchi en même temps que nous l’épreuve du doctorat et en a subi, lui aussi, les affres.

12Nous avons une pensée toute particulière pour Monsieur G. Dony qui, dans les coulisses, a toujours eu foi en nous et a apporté une pierre proprement inestimable à l’édifice.

13Notre reconnaissance la plus profonde va également au Professeur A. Joris qui, depuis de longues années déjà, ne cesse de soutenir notre travail et de nous honorer de sa confiance et de son amitié.

14Notre dette à l’égard du Professeur J.L. Kupper est on ne peut plus grande. Avec l’efficacité et la sollicitude qui lui sont partout reconnues, il a assuré la direction scientifique de cette thèse et n’a ménagé ni son temps, ni sa patience, lorsqu’il s’est agi d’endiguer les vagues déferlantes de nos questions ou tout simplement d’apporter un étai moral à un doctorant chancelant. Il ne fait aucun doute que, sans lui, ce travail ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui et n’aurait même jamais vu le jour. Notre gratitude et notre fidélité lui sont définitivement acquises.

15Enfin, je ne veux pas mettre un point final à ce livre sans souligner l’ampleur des sacrifices consentis par mes parents pour que ma thèse de doctorat devienne réalité. Sans leur appui de tous les instants, rien n’eût été possible. Je ne les en remercierai jamais assez.

16Amay, le 1er décembre 1995

Notes

1 T. 20-21, Bruxelles, 1969-1970.

2 Gilissen, Étude comparative monocratie.

3 Id., p. 19-29, spéc. p. 21.

4 Id., p. 58-61, spéc. p. 58. Il s’agit donc de l’exacte antithèse d’un État caractérisé par la division des pouvoirs, cher aux Philosophes du xviiie siècle.

5 Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 199-200.

6 Closon, Les événements politiques, p. 147-148. — Paquay, Patrimoine, p. 6.

7 Kurth, Cité de Liège, t. 2, p. 12. — Gilissen, Régime représentatif, p. 56-58, spéc. p. 56.

8 Cfr ci-dessus n. 5, 6. — Lejeune, Liège et son Pays, dans son ensemble, spéc. p. 233-236, cette œuvre étant tout entière un hymne célébrant la naissance du pays de Liège, dans le courant des xiiie et xive siècles, pays qui, dans l’optique de l’auteur, ne pouvait avoir qu’un effet négatif sur le pouvoir du prince.

9 Gaussin, Conseillers de Charles VII, p. 67 et n. 1, participe de la même discipline que celle à laquelle nous entendons apporter notre contribution lorsqu’il préconise d’appliquer, dans son étude, « les méthodes de politologie, science toute récente, qui se propose d’étudier le jeu des forces politiques dans la société, à des périodes historiques anciennes », et dès lors qu’il se réfère à l’ouvrage à vocation très pratique de Antoni, Ministres de la Ve République.

10 Cfr, par exemple, pour l’époque contemporaine : Haag, Politologie et histoire.

11 Les définitions usuelles de la science politologique, par exemple celle de Robert, Dictionnaire, t. 5, p. 319 (« la politologie est la connaissance systématique et ordonnée des phénomènes touchant l’État ») ou du Trésor de la Langue française, t. 13, p. 723 (« la politologie est la science qui étudie tous les phénomènes politiques, tous les aspects des institutions et de la vie de l’État, y compris les comportements individuels »), conviennent assez bien à notre vision personnelle de la politologie historique.

12 Galbraith, Anatomie du pouvoir. Molitor, Fonction royale en Belgique. — STENGERS, L’Action du Roi.

13 Guenée, Tendances actuelles de l’histoire politique, spéc. p. 69.

14 Cfr Id., p. 47-50. — Genet, Prosopographie. — Autrand, Prosopographie, spéc. p. 14. — Demurger, Prosopographie mécanismes des pouvoirs. — Blockmans, Nouvelle histoire politique, p. 114-116. Cfr encore MEHNE-ALTHOFF-SCHMID, Prosopographie als Sozialgeschichte.

15 Pour leur critique, cfr, dans l’ensemble, BALAU, Sources. — ALEXANDRE, Climat.Id., Climat moyen âge.

16 Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 12-13.

17 Pour l’influence des ducs de Bourgogne, sur l’élu Jean de Bavière, notamment, cfr, dans l’ensemble, Lejeune, Principauté 1390-1482, p. 135-148. — Id., Liège-Bourgogne. Introduction historique, p. 15-44. — Harsin, Liège entre France et Bourgogne, p. 195— 210. — Schneider, Johann von Baiern. Marchandise, Hornes (Thierry de). Notre intention est de poursuivre, dans un très proche avenir, l’analyse politologique du pouvoir épiscopal entamée ici, et ce pour la période allant de 1389 à 1482. Sans doute serons-nous dès lors amené à décrire l’influence exercée par les Bourguignons sur les souverains liégeois.

© Presses universitaires de Liège, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search