Version classiqueVersion mobile

Études de morphologie iranienne. I. Les Composés de l’Avesta

 | 
Jacques Duchesne-Guillemin

Addenda et corrigenda

Texte intégral

1— p. X, après 1. 5, ajouter : Suffixales -th- im Indogermanischen, Göteborg, 1936.

2— p. 12, 1. 20. J. Kurylowicz, Et. I.-eur., I, p. 47, apprécie de la même façon v.-p. haxāmaniš, qu’il rapproche de véd. kavā-sakhá-, en face d’un kavi-vr̥dhá- qui paraît plus récent. — On peut préciser, grâce à l’av. kavārasman- (et kavāta-), que le cp. à 1er terme en і- est une innovation indienne par rapport aux cp. indo-iraniens à 1er terme en a-.

3— p. 32, 1. 7 du bas (§ 55). Ajouter dušərəθrīš, selon l’interprétation donnée par Lommel, NGGW, 1935, p. 140.

4— p. 37, 1. 3 (§ 60). Ajouter: xxvā-draona-.

5— p. 38, 1. 8 du bas (§ 61), ajouter: M. Frisk, consulté à Copenhague, a reconnu la régularité de l’athématique upa.pad- et l’ambiguïté pure et simple d’aēvō.pāδәm.

6— p. 52, 1. 12 (§ 75). Ajouter: xšvaēwa- est agent en simple et dans le composé āsu.˚ « s’élançant rapidement ».

7— p. 55, 1. 2 (§ 80). L’emploi comme substantif de draoga- et de ses correspondants ou synonymes des autres langues i.-e. a été remarqué et étudié par Hj. Frisk, « Wahrheit » und Lüge in den idg. Sprachen, Göteborg, 1935.

8— p. 57, 1. 25 (§ 83). Ajouter: hu-fraourvaēsa- « qui fait bien avancer ».

9— p. 74, 1. 10. Il faut préciser qu’oāgə est pour oāgr̥ comme oātrə est pour oātr̥ ainsi qu’on l’a montré § 30.

10— p. 94, 1. 4 du bas (§ 116). Ajouter: raθwyō.varštay- « action modérée ».

11— p. 97, 1. 13 (§ 121) ajouter: l’interprétation traditionnelle du nоm de maladie sārastay- par « fièvre froide », litt. « fait d’être froid(ement) », offre toutes garanties : identité de structure avec aγō.stay-, premier terme adjectif tiré par vr̥ddhi et suffixe -a- du substantif *sar- « le froid » (ce dernier postulé par le dérivé sarəta et attesté en 1er t. de sarə-δā-, cf. Bthl., sub verbis).

12— p. 115, après 1. 21 (§ 145). Ajouter 1sak « comprendre » : a-sixšant- « n’apprenant pas ».

13— p. 121, après 1. 2 (§ 148). Ajouter : ašava.fraθwaršta- « produit par les justes ».

14— p. 122 après 1. 2 (§ 148). Ajouter: (bdā) : an-abdāta- « non vêtu (de la chemise) ».

15— p. 123, 1. 14 (§ 148). Dans sa récente étude Suffixales -th- im indogermanischen, Göteborg, 1936, M. Hj. Frisk a montré (p. 10 sq.) qu’en face d’un uxta- employé comme adjectif, uxδa- est spécialisé comme substantif non seulement dans les cas reconnus par Bthl. (notamment dans uxδa-šnan-, anapyūxδa- et gūšayat̤.uxδa-, q. v.), mais aussi dans hizuxδa-, dont on obtient ainsi pour la première fois une interprétation satisfaisante : « ayant les énoncés sur la langue » (à ranger à côté de tanu.mąθra-, § 196), et dans uxδo.vačah-, à interpréter, pour la symétrie, comme uxδa-šnan- auquel il est joint: « qui prononce les uxδa- » et à ranger § 137, p. 103, 1. 22. A côté de ces cp. où uxδa- est sûrement substantif, M. Frisk en reconnaît encore deux où il l’est peut-être: g. ərəž-uxžδa-, j. arš-uxδa- et mazdaoxδa-; de même, de la rac. draog, aiwi-draoxδa- et an-aiwi.= druxδa-,

16— p. 146, 1. 22. M. Benveniste me fait remarquer que yad n’a pas de nuance péjorative en v.-p.: les Achéménides l’emploient pour le culte d’Ahuramazda; quant à la valeur d’āyadana-, il ne faut pas perdre de vue que l’auteur de l’inscription de Bis. n’est pas Gaumāta, mais Darius. — Il est bien entendu que la valeur péjorative n’a pu exister que dans l’esprit des réformés. Il n’en fallait pas davantage pour que soit créé, par ces mêmes réformés, un kayaδa-.

17Il y a sans doute hardiesse à retrouver une forme perse dans l’Avesta. Mais c’est là une éventualité qu’il n’est pas permis d’exclure, sous peine de laisser sans explication des faits tels qu’av. arəzatō.piθ- etc. (Bthl. Grdr., § 282), dont le θ représente un traitement perse.

18— p. 149, 1. 20 (§ 168) : spāra.dāšta-, selon une remarque de M. Benveniste, se comprend sans correction: « par qui le succès est obtenu ». — Ainsi interprété, le cp. présente l’ordre de termes inversé, comme les 3 exemples relevés § 210. On y verrait plus volontiers un cp. d’un type plus fréquent, étudié § 148. En fait, c’est à ce type que ramène l’interprétation la plus probable du 1er terme spāra-, qui a plus de chance, vu sa formation, d’être un adjectif « prospère, fort, etc. », qu’un substantif « succès »: il semble formé à partir de spā- comme l’adjectif sūra- à partir de ˚sū- (cf. une formation voisine dans le skr. çvātrá- « prospère, fort ». Le cp. signifie alors « obtenu par les prospères ». Entre cette interprétation et celle de M. Benveniste, également possibles, le contexte ne permet pas de décider.

19Le skr. cl. sphāra- « grand, abondant » (Frisk, Zur i.-ir. Nom., p. 8 et 37) donne plus de crédit à l’interprétation d’av. spāra-comme un adjectif, surtout si les deux langues continuent un même * sphāra-, et même autrement ; car, s’il s’agit de créations indépendantes, elles sont parallèles, puisque la racine iranienne spā de spāra- recouvre non seulement skr. çv-ā, mais en même temps sphā de sphāra-.

20— p. 150, 1. 22 (§ 189). Ajouter: aša.šyaoθna- N., litt. « dont les actes sont d’A. ».

21— p. 159, 1. 8 (§ 201). La lecture ruva-ара- proposée ici se trouve corroborée par le fait que M. Bailey y est arrivé indépendamment (au cours d’un entretien avec M. Barr, sept. 1936). Concernant le sens du 1er terme, ce savant s’écarte à la fois de Darmesteter et de l’opinion courante en voyant là une formation thématique à degré radical zéro (cf. le plus récemment Debrunner, BSOS, VIII, p. 491) de la racine *rav- (doublet de srav-) qu’on trouve dans v.-p. rautah- « fleuve », 2urvant- « strömend », m.-ir. patrōtan (Nyberg, Hilfsbuch, II, p. 182), peut-être aussi dans auruna- « sauvage, fougueux » (Walde, Vergl. Wb. der iđg. Spr., p. 141). Cette interprétation a sur celle de Darmesteter l’avantage de faire appel à une racine attestée en iranien. — Elle peut être étendue à urunyō.vāiδimiδkā-, que l’on comprendrait « qui a des sources d’eau bouillonnante ».

22— p. 168, 1. 20 (§ 203, c). Dans un article récent des Philological Society’s Transactions, 1936, p. 95 sq., M. H. W. Bailey explique directement la forme védique par un 1er t. *durá- « fuyant », qui serait à *dvarati (attesté en iranien) comme turá- est à tvarati. Ainsi interprété, le cp. se comprend litt. : « ayant la mort fuyante » et est à ranger au § 214.

23Cette solution évite le recours à une étymologie populaire et marque un progrès évident. — Elle oblige, semble-t-il, sous peine de séparer le mot védique du mot avestique, à négliger — avec M. Bailey — 1’ū avestique, auquel il est pourtant difficile de refuser tout crédit. En réalité, il paraît possible d’échapper à ce dernier parti en posant non pas un seul mot indo-iranien, ni non plus un mot avestique et un mot védique sans rapport l’un avec l’autre, mais deux mots indo-iraniens de formation et de signification très voisines et constituant une sorte de doublet: *durauša-, conservé en védique et à expliquer comme le fait M. Bailey, et *dūrauša-, dont la graphie ū et dont l’interprétation par dūra-, toutes deux transmises par la tradtion iranienne, se trouveraient ainsi sauvegardées.

24— p. 174, 1. 23 (§ 213). Ajouter: tačat̤.vohunī- « ayant du sang qui coule ».

25— p. 174, fin (§ 213). Une discussion complète du nom de Z. devrait tenir compte des formes attestées en dehors de l’Avesta. L’interprétation proposée de la forme avestique ne doit donc être accueillie qu’à titre de suggestion.

26— p. 183, 1. 2 du bas (§ 223). Ajouter: hapta˚.

27— p. 186, 1. 6 du bas (§ 225). Hj. Frisk, Suffixales -th–, p. 12 sq., note la possibilité de comprendre de la même façon han-kərəθa-qu’on traduirait: « pourvu de la perfection ». Cette remarque oblige à réexaminer ham-әrəθa-. On s’aperçoit alors qu’əreθа- ne signifie pas plus « acte de rencontrer » que kərəθа- ne veut dire « perfection ». ham ne peut donc avoir, dans aucun des deux composés, le sens de « pourvu de », mais seulement celui d’un préverbe modifiant le sens de la racine verbale. Il s’agit, en dernière analyse, de verbaux à préverbe où le suffixe -θa- semble bien équivaloir à -ta-.

28— p. 192, 1. 18 (§ 230). L’étude des formes non avestiques de dužaka- a conduit M. Benveniste (Studia Indo-iranica, p. 221 sq.) à poser un prototype iranien *ĵuĵaka– (avec ŭ ou ū), qui exclut l’interprétation par un composé.

© Presses universitaires de Liège, 1937

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search