Version classiqueVersion mobile

Études de morphologie iranienne. I. Les Composés de l’Avesta

 | 
Jacques Duchesne-Guillemin

Troisième partie. Fonction des composés dans l’Avesta

Texte intégral

1Notre travail s’est borné jusqu’à présent à étudier les composés dans la langue avestique, en considérant cette langue d’un point de vue strictement grammatical et abstraction faite de leur utilisation dans le texte. Cette restriction répond à une exigence de méthode, mais elle est toute provisoire : car, s’il est vrai qu’il ne peut y avoir de linguistique sans grammaire, il est non moins vrai que la linguistique ne peut légitimement se contenter d’étudier dans l’abstrait les formes dont une langue dispose, sans considérer ensuite à quels usages ces ressources ont été employées. Il appartient au présent travail de faire voir, dans la mesure du possible, comment les composés reconnus et classés en avestique fonctionnent dans 1’Avesta : après la morphologie des composés, leur physiologie.

I. DVANDVAS.

2§ 259. Le dvandva ou la locution duelle étaient aptes en premier lieu à désigner d’une manière synthétique des couples divins ou des groupes binaires de divinités. Les gâthâs, comme l’Avesta récent, disposaient de locutions duelles telles que g. ahurō ašā, Y. 51. 3 « Ahura et Arta » (voc. du.), j. miθra ahura, mét. Yt. 10. 113, en ordre inverse dans les passages récents pour la raison exposée § 72. L’Avesta récent se borne à des locutions de ce genre ; les g. offrent bien, en outre, mazdå...ahurånhō « M. et les A. » Y. 31. 4, mais ce groupe, qui paraît un dvanda proprement dit, n’est pas autre chose, en somme, que la juxtaposition d’un sg. et d’un plur. construits en asyndeton.

3§ 260. Le dvandva et la locution duelle servent aussi à désigner d’autres couples de notions. Ceux qui figurent dans les gâthâs diffèrent d’une manière significative de ceux que l’on trouve dans l’Avesta récent. On sait que les gâthâs sont presque entièrement bâties à l’aide de notions abstraites : ce sont de telles notions qui apparaissent accouplées, dans les locutions g. haurvātā aməratātā, təvīšī utayūitī, ašičā ārmaitī, xvitičā ənəθitī. Au contraire, la spéculation paraît avoir été entièrement étrangère à la rédaction de l’Avesta récent : aussi, ces textes se contentent d’accoupler des objets qui vont de pair dans la réalité, ex. āpa urvaire, xšviδa āzūiti, pasu vīra, aspa.vīra˚, aēša ×yugō.səmi. Le seul dvandva proprement dit, ×yugō.= səmi, est dans ce cas.

4Ainsi, les noms divins mis à part, le caractère d’abstraction particulier aux gâthâs s’affirme dans le choix des notions qui y sont exprimées par des dvandvas ou par des locutions duelles.

5§ 261. De plus, l’Avesta récent est seul à offrir un dvandva proprement dit, ×yugō.səmi. On a vu, § 71, que ce composé est un héritage indo-iranien ; sa présence est toute naturelle dans un texte qui ne fait que répéter une tradition indo-iranienne. Les gâthâs, au contraire, sont le fruit d’une spéculation originale d’époque iranienne ; les notions qu’elles font connaître sont nouvelles et pour les désigner on ne pouvait recourir à des expressions toutes faites, héritées. Par conséquent, le dvandva n’aurait figuré dans les gâthâs que s’il avait été, à l’époque de la mise en formules de ces notions, encore vivant ; d’autre part, il est peu vraisemblable que, si le procédé avait été utilisable, on ne l’eût pas employé pour rendre d’une manière fortement synthétique les couples d’idées qui ont été exprimés, faute de mieux, par les locutions haurvātā amərətātā, etc.

6Le dvandva proprement dit n’est plus en iranien, dès l’époque gâthique, qu’une survivance, ce qui confirme la conclusion du chap. II, A.

7On a pu remarquer par ce qui précède, qu’entre deux textes de date différente, le plus récent peut porter témoignage sur un état de langue plus ancien : il suffit qu’il soit rédigé dans un esprit plus conservateur.

8On va voir au § suivant les gâthâs prendre place à côté des textes les plus tardifs, en face des parties métriques des Yts.

II. TRAITS COMMUNS A LA LANGUE DES GĀTHĀS ET A CELLE DES MORCEAUX TARDIFS.

9§ 262. On a vu au chap. III les morceaux tardifs s’opposer aux textes métriques par la fréquence avec laquelle certaines formations secondaires y sont représentées : p. ex. les simples en -ti-, les formations en -tr̥- à préverbe, les composés en -t̥-. Sous ce rapport, les gâthâs partagent la caractéristique des textes tardifs : un effet que la corruption de la langue et l’oubli des règles devaient avoir à l’époque tardive, le traitement artificiel de la langue par les rédacteurs zoroastriens l’avait déjà produit sur les gâthâs.

10Les composés déterminatifs à 2d terme adjectif conduisent à la même conclusion : une formation qui n’apparaît pas dans l’Inde avant la langue épique et que l’on trouve dans l’Iran dans un texte tardif, vīspe.mazišta-, figure déjà dans une gâthâ : vīspə.˚.

III. NOMS PROPRES.

11L’Avesta, selon un trait de l’indo-européen, connaît les noms propres composés. U en fait un large usage : la liste de saints personnages honorés au Yt. 13, comme aussi l’ensemble des noms propres cités dans les gâthâs, comportent une majorité de composés.

12§ 263. Les Yts ont maint exemple de noms propres composés qui, unis à une ou plusieurs épithètes, constituent un octosyllabe :

Yt. 5. 58 otaxmam tusam raθaištāram
Yt. 6. 1 ohvarxšaitam amr̥tam rayam

13Un grand nombre de ces formules comporte une épithète composée :

Yt. 5. 37 onaryamanå kr̥sāspō
108 obr̥zidiš kavā vištāspō
112 oaspāyaudō zarīvariš
Yt. 10. 33 ovṛθragnam ahuradātam.

14A un nom propre simple, (aussi bien qu’à un nom commun, ex. Yt. 13. 9 ozām pr̥θwīm ahuradatām) est souvent associée traditionnellement une épithète composée :

Yt. 5. 61 oparvō yō vifrō navāzō
9. 8 oyō yamō xšaitō huvąθwō
10. 3 omiθrō yō varugavyūtiš.

15De telles formules, mises à la suite l’une de l’autre, fournissent des séries de vers :

Yt. 5.
109 tąθryavantam duždainam 113 pr̥tačingam aštakānam
pr̥tanamča daivayasnam humayakam daivayasnam
druvantamča arĵataspam druvantamča arĵataspam.

16§ 264. Les noms propres qui figurent dans la liste du Yt. 13 sont souvent associés pour l’identité d’un de leurs termes :

171er t. identique : 101 ofraša-hamvr̥ta-, ˚kara- ; ātr̥-vanuš-, ˚pāta-, ˚dāta-, ˚čiθra-, ˚hvarnah-, ˚sąvah-, ˚zantu-, ˚dahyu- ; 114 ovahu-namah-, ˚vazdah- ; 116 dahyu-sruta- ˚frādah- ; aša-savah- ˚vraiθa- ; 120 oartam yahya raučah etc.

182d t. identique : 101 ozari-variš, yuxta˚ ; srīra-uxšan-, kr̥sa˚ ; br̥zi-= aršti-, tiži˚, pr̥θ et vaiži˚ ; 102 važa-aspa, habā˚ ; 103 hu-šyauθna-, piši˚ : 108 dārayat-raθa-, frārayat˚, skārayat˚ ; 122 raučas-čaišman-, hvar˚ ; frasrūtāra-, vī˚ ; hu-aspa-, čaθwar˚ ; 141/142 srūtat-fdrī-, vahu˚, r̥dat˚.

19Le § 128 offre l’exemple d’une structure ingénieuse. D’abord, on reprend les deux noms du § 122 : raučas-čaišman-, hvar˚. Par association d’idées, on ajoute 2 cp. à 2d t. ˚hvarnah et dont le 1er t. ne diffère que par un préverbe : frādat-hvarnah-, vīdat˚. La seconde partie du § est formée du couple de cp. à 1er t. identique varu-namah-, ˚savah- ; namah- suggère ensuite uxšyat-namah-, que l’on fait précéder du ср. de 1er t. identique uxšyat-r̥ta-, dont le 2d terme est repris enfin dans astvat-r̥ta-. Le § 136 présente quelque chose d’analogue : pr̥θu-anika- est associé à ˚drafša-, dont le 2d terme à son tour amène r̥dva-drafša- et uzgr̥pta˚.

IV. — EMPLOI DES COMPOSÉS DANS LES YAŠTS.

20A. Les composés jouent un rôle essentiel dans les passages de Yašts qui nous ont conservé, sous forme versifiée, des fragments épiques.

21§ 265. Chacune de ces strophes, pour ainsi dire, renferme un composé nettement concret :

Yt. 8.
5 okada xå aspa-stauyahīš ; 6 yam āhat r̥xšō xšviwišuš
7 opari še varu-gavyütiš ; 17 gauš kr̥pa zarnyō-sruvahya
33 ovātō daršiš mazda-dātō ; 38 parandiča ravaraθa
41 oarmaištā fratačartasča.

Yt. 5.
7 oaruša aspa-stauyahīs ; 29 ažis θrizafå dahakō
33 oupa varnam čaθru-gaušam ; 38 gandarwam yam zari-pāšnam
45 or̥zifiyāt pati garait ; 49 ĵafrahya ruva-apahya
50 onava-frāθwr̥sām razurām ; 96 vīspa-vahmam zaranainam
98 oāsu-aspyam nautaryai ; 123 zaranainam patidānam
131 oyō hainyå pr̥θvanikayå.

Yt. 9.
3 osrïrayå mazda-dātayå ; 18 zūra-ĵatahya narahya.

Yt. 10.
2 oavavat ašavaĵačit ; 3 āsu-aspyam dadāti
28 obr̥zi-mitahya nmānahya ; 44 pr̥θu api varu-aštam
47 opr̥θu-safāhō vazanti ; 64 srīrayai pṛθu-frākayai
66 oparandiča ravaraθa ; 67 br̥zi-čaxra fravazati
75 omāda yat nō ugra-bāzauš ; 77 hušitam br̥gmiya-šaitam
88 osrīrō xšaθryō zari-daiθrō ; 99 skarnayå dūraipārayå
101 oubауа aspavīrĵa ; 123 rauxšnāt pati garō-nmānāt
136 oasanasča vīspa-bāmа.

Yt. 13.
9 oраru-vāstrāhō āfantō ; 10 yahya pati orautas-tāčō
14 vātō vånti dunma-frutō.

22§ 266. Semblables composés fournissent le vers tout entier :

Yt. 10.
90 oStr̥-paisaham manyu-tāštam 107 srut-gaušō hazahra-yauxštiš
111 oxvani-saxtam paru-spādam

Yt. 13. 3 = Yt. 10. 90. etc...

23§ 267. Bien plus, chaque fois que le texte s’applique, par une série d’épithètes, à dépeindre un personnage ou un endroit, on voit un composé figurer dans chacun des 3 ou 4 vers occupés par cette description. Il semble assez souvent que ces composés, d’une forte valeur expressive, servent d’armature à ces morceaux : on leur accole des épithètes plates, inutiles au sens, et qui sont là surtout pour faire le vers.

24Ainsi est décrit Yt. 8. 4 Tištrya- :

oafš-čiθram sūram br̥zantam
amavantam dūrai-sūkam
br̥zantam upara-kāryam : on n’hésite pas à répéter l’épithète br̥zant- pour les besoins du vers. Ailleurs, c’est du composé lui-même que l’on tire l’adjectif de remplissage : Yt. 8. 21, D’Apavr̥ta- :

oaspahya kr̥pa sāmahya
karvahya karva-gaušahya
karvahya karva-baršahya
karvahya karva-dūmahya.

25§ 268. Quelquefois, la suite de vers à épithètes composées se continue d’une strophe à l’autre. Tel est le cas pour la description D’Anāhitā- et de son diadème, Yt. 5. 126, 127, 128 :

oyā hištāte fravaidamnā
ardvī sūrā anāhitā
kaninō kr̥pa srīrayå
aš-amayå hu-raodoyå
(5) uskāt yāstayå r̥zvaθyå
raivat čiθram āzātayå
fra-zušam adkam vahānam
paru-paxštam zaranainam.
bād yaθa-mām barsma-zastā
(10) frā gaušāvara sīspamnā
čaθru-karana zаrаіnі
minum barat hu-āzātā
ardvī sūrā anāhitā
upa tām srīrām manauθrīm.
(15) hā he madyam nyāzata
yaθača hu-kr̥pta fštāna
upari pusām bandayat
ardvī sūrā anāhitā
(20) sata-strahām zaranainīm
ašta-kauždām raθa-karyām
drafšakavatīm srīrām
anupiθwatīm hu-kr̥ptām.

26Ainsi sont décrits, au même Yt., 101 et 102 la maison et la couche, 130 le grand royaume ; au Yt. 9. 2 sont énumérées des épithètes de Druva-aspa- ; le Yt. 8. 8 décrit le lac Varu-karta- ; le Yt. 10 décrit Mithra aux § 7, 24, 25, 26, 35, 61, 102 ; plus particulièrement son lever : 11, son coucher : 95 et sq. ; son avatar sous forme de sanglier : 70 ; la foudre fait l’objet du § 132, les chevaux, du § 125, la flèche, du 39, la maison et le char, du 124, les bœufs des parjures, du 38. Le Yt. 13 présente au § 2 une description du ciel. Et ainsi de suite.

27§ 269. Inversement, des épithètes composées peuvent être à volonté empruntées au formulaire et attribuées aux termes d’une série d’objets concrets : Yt. 8. 35 :

odūrai-vraisām pati pantām
baga-baxtam pati yaunam
fra-θwarštam pati āfantam.

28cf. Yt. 10. 97, 109, etc.

29B. Ce dernier procédé intervient de façon courante dans les morceaux dénués de caractère épique, mais traitant de choses concrètes.

30§ 270. Tel est le cas de Yt. 8. 36 :

oyam yār-čaršō martiyahya
ahurača xratu-gūtō
arunača gari-šačō
siždrača ravas-čarātō
uzyārantam hispāsantam.

31Au contraire, là où l’hymne a un caractère nettement didactique, en particulier zoroastrien, et où la description n’intervient pas, les composés, du même coup, sont absents. On est proche du cas des gâthâs ; p. ex. Yt. 8. 44 :

oyam ratum patidayamča
vīspaisām stārām fradaθat
yaθa narām zaraθuštram.
yam nait mranktai ahra manyuš
nait yātavo parikasča
nait yātavo martiyānām
naida vīspai haθra daiva
markaθāi upadaržnvanti.

32C. Des formules toutes faites, constituant par elles-mêmes un ou plusieurs vers, permettaient, à peu de frais, de conférer à un morceau une allure ancienne.

33§ 271. Tel est le cas de Yt. 8. 22 :

oθri-ayaram θri-xšaparam
ibid. 61 opančasagnāi satagnāišča etc.

34D. On peut commodément opposer l’un à l’autre des composés qui ne diffèrent que par un terme ;

35§ 272. Ainsi, Yt. 8. 29 : aš.dānunąmča yavanąm / kasu.danunąmča vāstranąm. Etc...

36§ 273. De la même manière, dans des passages métriques ou non, on tire parti de composés concrets pour obtenir des énumérations d’objets : un composé étant donné, il suffit de faire varier l’un de ses termes pour obtenir un second composé ; p. ex. Yt. 8. 48 aδairi-zəma- : uраiri.zəma- ; upāpa- : upasma-. La variation peut être double, comme ci-dessus, ou bien triple, comme Yt. 8. 55 : bibdāišča θribdāišča... vīspabdāišča ; quadruple Yt. 10. 91 :

oaisma-zastō barsma-zastō
gau-zastō havana-zastō.

37Le Y. 62. 4 étudié § 113 présente un type à la fois binaire et ternaire ; cf. Yt. 10. 106. Ces dernières énumérations sont par hasard métriques ; il en est de même de Yt. 8. 31, où l’on voit trois verbes munis successivement des préverbes ā et vī ; cf. au Yt. 5. 18 trois verbes avec anu. Etc...

38E. Si un composé de caractère liturgique ou cultuel et, d’une façon générale, technique, apparaît dans un Yt., c’est dans un passage non métrique.

39§ 274. Yt. 8. 23 aoxtō.nāman-, Yt. 5. 9 zavanō.sāsta-, huyaštatara-, 82 t̤baēšō.paršta-, 91 parštō.vačah-, paiti.partšō.sravah-,92 a-srāvayat̥.== gāθā-, vitərətō.tanū-.

40C’est dans te tels passages que se rencontrent des composés d’une longueur ou d’une complication insolites, p. ex. Yt. 8. 51 paityaogət̤.= t̤baēšahya-.

V. — EMPLOI DES COMPOSÉS DANS LES GĀTHĀS.

41Les rédacteurs des gâthâs ont employé la composition à de tout autres usages que n’ont fait ceux de l’Avesta récent. C’est qu’ils ne décrivent pas, ils prêchent.

42§ 275. Les composés qui figurent dans les gâthâs désignent en grand nombre des notions morales, au moyen des indéclinables hu et duš- ou des adverbes r̥š- et miθah-. Il s’est ainsi constitué de véritables systèmes de composés complémentaires : duš.xratav- : hu-˚ ; duš.manah- : hu-˚ ; duš.šyaoθna- : hu-˚ ; de même miθah-vačah- : ərəš-vačah-, dont on doit rapprocher әrəžuxδа- et ərəžəĵī-.

43Avec d’autres adverbes en 1er terme, ont trouve arəm.piθwā-, kudō.zāta-, parāhva-, yavaē-ĵī-, yavaē-sū- ; vasasə˚, vasō.˚.

44On trouve aussi, naturellement, le préfixe a-, a-gušta-, et différents préverbes, +aipī.ząθa-.

45§ 276. Il reste un petit nombre de composés descriptifs ; encore figurent-ils en grande partie dans les gâthâs sans valeur concrète et simplement comme noms propres. Ces noms propres désignent soit des personnes : dəĵāmāsva-, dəĵit̤.arta-, pouručistā-, fərašaoštra-, maidyōi.måŋha-, zaraθuštra-, ˚tray-, haēčat̤.aspa- ˚āna- ; soit des entités religieuses : mazdāh-, vərəθrəm.gan-, pārənday-, ārmatay-. Les gâthâs ont usé de ce procédé pour désigner des notions ou des entités religieuses propres à la Réforme : tarə-matay-, +tušnā.matay-.

46Pour tout l’ensemble des textes gâthiques, il n’y a pas plus d’une quarantaine de noms communs composés.

47§ 277. De ce nombre, il faut encore mettre à part : a) deux composés qui ont en 1er terme un pronom et n’ont rien de pittoresque : xvāpaiθya- et yā.šyaoθna- ; b) quelques-uns se rapportent à des notions ou à des opérations mentales et n’ont comme tels aucun caractère descriptif : mazdāθa-, mazdā-, +zrazdā, mən..daidyāi, hātā.marānay-.

48§ 278. Les strophes des Yts font appel aux composés quand il s’agit de dépeindre. Dans les gâthâs, au contraire, il semble que le composé sert à donner un tour abstrait à l’expression : ainsi Y. 29.2 : okaθa tai gavai ratuš / hyat him dāta xšayantō hada vāstrā gaudāyō θwaxšō «...pour que vous lui donniez (au bœuf) en même temps que le fourrage, le zèle soigne-bœuf » au lieu de la tournure moins elliptique, mais plus naturelle « que vous lui donniez du fourrage et le soigniez avec zèle » ; au Y. 29. 9 : oyō anaišam xšanmanai rādam / vāčam nr̥š asūrahya yam ā vasmi īša-xšaθryam « que je doive accepter pour protecteur la voix impuissante d’un homme faible, lequel je souhaite commandant-avec-puissance », le composé final répond, d’une manière synthétique, par son 1er terme à oanaišam, par son 2d à orādam ; au Y. 34. 4 : oātram...usmahi...stai rapantai čiθra-avaham / at dvišyantai...dr̥šta-ainaham « nous désirons que le feu procure au fidèle un plaisir manifeste, mais à l’ennemi une peine visible », l’écart entre cette traduction et le mot-à-mot, qui serait « soit pour le fidèle manifestement-plaisant, mais pour l’ennemi, procurant-une peine visible » montre bien le caractère elliptique de la tournure employée ; de même au Y. 46. 19 : omanah-vistaiš mat vispaiš « avec toit ce qu’il désire », mot-à-mot « avec toutes les choses qui-se-trouvent-dans-son-âme » ; au Y. 50. 2, orž-ĵīš...ākā-==stān...nišąsyā dāθam dāhva « ceux qui vivent droitement, s’ils se tiennent dans la révélation, je leur ferai atteindre les demeures des intelligents », oākā-stān tient la place d’une proposition conditionnelle ; au Y. 50.11 ; oardat...haθya-vr̥štām hyat... « qu’il fasse réussir la réalisation (selon le bien) de ce que... », ainsi qu’au Y. 32. 4 : ovaxšantai daiva-zušta « ils deviennent des favoris-des-dëvs » et enfin au Y. 43. 8 : ohaθya-dvaiša...drugvatai...hyām « que je sois, pour le méchant, animé-d’une-haine-sincère » il s’agissait d’introduire dans le texte trois termes techniques : d’où la tournure nominale, de caractère nettement abstrait.

49§ 279. Tandis que les Yts recourent à des épithètes probablement héritées et traditionnelles, à en juger par la facilité avec laquelle elles reparaissent d’un passage à l’autre, les gâthâs cherchent visiblement, en fabriquant des composés nouveaux, à ramasser sous une forme elliptique, comme en des résumés de dogmes, les notions nouvelles qu’elles veulent faire prévaloir : les termes rencontrés ci-dessus caractérisent des objets, activités ou personnes de l’univers bon : ogau-dāyah-, īša-xšaθrya-. čiθra-avah-, ākā-stā-, haθуа-dvaišah-, haθуа-vr̥štā- ; de l’univers méchant : odr̥šta-ainah-, daiva-zušta- ; de l’univers mental : manah-vista-.

50Si un composé descriptif, ustāna-zasta-, « qui étend les mains », dont le caractère hérité est assuré par l’équivalent véd. uttāná-hasta-, est employé dans les gâthâs, ce n’est pas au sens vulgaire ni dans une intention purement descriptive, mais à une fin spéciale et avec une signification précise : la strophe Y. 50. 2, où il figure, est un abrégé de liturgie : l’office rituel (vers 1) comporte geste (ustāna-== zastō, v. 2), parole (ardrahya namaha, v. 3), pensée (vahauš manahō hunartātā, v. 4) ; le composé est employé dans les mêmes conditions, quoique avec moins de détail, au Y. 28. 1 : oyāsā namaha ustāna-== zastō rafθrahya « je veux prier en étendant les mains pour la prière de protection » : ustāna-zasta-, désignant le seul acte matériel admis dans le culte Réformé, résume, en quelque sorte, une doctrine à lui seul.

51§ 280. Quand les gâthâs accolent une épithète à un objet, c’est moins souvent pour le dépeindre que pour le caractériser d’une manière essentielle, propre à justifier la relation que l’objet soutient avec le reste de la phrase, comme le ferait une proposition causale, explicative ou conditionnelle. Ainsi, Y. 43. 4 : oarta-auĵahō « qui tient sa force d’A. » caractérise le feu sans le décrire et est amené par oartavnaiča du vers précédent ; Y. 46. 2 : okamnā-fšvā et kamnā-nā donnent les raisons essentielles de l’impuissance de Z. (anaišō du v. préc.) ; de même Y. 43. 12 : omązā.rayay- « aux grandes richesses » annonce et justifie le vers suivant « qui partagera, en guise de rétribution, le profit et le dommage » ; au Y. 49. 10 : omązā-xšaθra- »à la grande puissance, au grand domaine » répond à la fois à l’idée du vers (force d’activité) et à celle de toute la strophe (empire de M.) ; il n’est pas jusqu’à omyastra-barana de Y. 30. 9 qui ne paraisse préciser d’une manière essentielle la notion d’unité dans la cohorte divine qu’exprime omazdåsča ahurāhō...artāča. Au 44. 16, ovr̥θram-ĵā « brisant la défense » indique quelle qualité est nécessaire au protecteur de la loi de Mazdāh : le secours de la force ; au Y. 50. 2, déjà étudié ci-dessus, oākā-stān donne la condition à laquelle les justes jouiront de la contemplation : s’ils ont la foi. Au Y. 53. 6, oĵīt-artabyo « qui méprisent le Droit » fait comprendre pour quelle raison les sectateurs de la Druj seront privés du paradis ; au Y. 53. 9, oĵīt-arta et pr̥ta-tanuvō « au corps condamné » s’opposent respectivement à oartava et ahurō du vers suivant : ces quatre termes, insérés entre la proposition otai... désignant les coupables et la proposition oyō... désignant le châtiment, expriment sous une forme ramassée comment l’acte d’abaisser les gens de bien, traité comme crime (pr̥ta-t˚) et offense au Droit (ĵīt-a˚), appelle l’intervention d’un juge (artava) et justicier (ahurō yō...).

52Cet emploi prémédité, aussi bien que la constitution de composés-dogmes, témoigne d’un travail original, qui caractérise les gâthâs dans l’ensemble de l’Avesta. Qu’il s’agisse bien là d’un produit philosophique et littéraire, non d’un trait de langue, c’est ce que montre l’étude du Y. Haptahāti.

53§ 281. Ce morceau, dont 6 chapitres sur 7 sont en langue gâthique, mais dont la pensée et la forme littéraire sont également éloignées des gâthâs, en diffère aussi par le mode d’emploi des composés. On n’y trouve pas, comme dans les gâthâs, d’épithètes uniques, solidement articulées au reste de la phrase, mais des séries d’épithètes. Ainsi figurent dans des strophes d’octosyllabes, à côté d’autres adjectifs, mazdā.vara-, aša-činah- ahmā.rafənah- (ahmaibyā faisant le vers, comme dans Yt. 8. 21) ; en prose, dans les mêmes conditions : drəgu.dāyah-, vispō.pitay- et aša-ŋhak-. Quand l’épithète est isolée, elle est volontiers imagée : darəgō.bāzav- aussi pittoresque que les épithètes des eaux drəgu.dāyah- et vīspō.pitay-.

54Il reste les trois exceptions, exprimant des notions morales : ašō.īš-vispā.vaŋhav- et vaŋhu-dāh-.

55§ 282. C’est de propos délibéré que les rédacteurs des gâthâs se cantonnent généralement dans l’expression dogmatique, car ils ne sont pas incapables de description imagée. Leur langue le leur permet, comme il ressort de l’examen du Haptahāti. Ils s’y laissent aller de temps à autre dans les gâthâs, dont tout pittoresque n’est pas exclus : Y. 32. 12 urvāxš.uxti fait allusion, précisément, à ce que la réforme zoroastrienne retient de plus concret des cultes qui l’ont précédée ; Y. 53. 6 vayū.bərədubyō dépeint l’infidèle. Mais c’est à l’univers bon que se rapportent zastā-ištа- et vouru.čašānay- qui caractérisent l’omnipotence et l’omniscience de Mazdāh d’une manière pittoresque et frappante, et enfin xvəng.darəsa-, épithète concrète du xšaθra.

56C’est à quoi se limite le nombre de ces composés pittoresques, car ce caractère n’apparaît pas, du moins aussi nettement, dans ce qui reste d’épithètes pour que soit terminée notre revue des composés gâthiques, à savoir : +ahūm.biš, ˚ratav-, darəgāyav-, ranyō.skərətay-, rāmō.dā-, vīspə.mazišta- et vīspā.hišat-.

VI. — CARACTÈRE ABSTRAIT DE LA COMPOSITION.

57On a vu comme les composés se prêtent à la description de choses concrètes et quel large usage les Yts en ont fait à cette fin. Cette constatation met en évidence, d’un côté, le caractère volontiers concret des composés, mais elle comporte un 2d aspect, inverse du premier : du moment que la langue, chaque fois qu’elle veut exprimer des choses concrètes, recourt à la composition, elle simplifie sa syntaxe et tend vers un type d’expression semblable à ce qui est devenu celui du skr. épique, classique et savant, c’est-à-dire à un type éminemment abstrait.

58§ 283. Par exemple, la phrase verbale perd du terrain au profit de la phrase nominale : Yt. 10. 39 ašəmnō.viδō bavaiti « elle devient n’atteignant-pas-le-but » pour dire « elle n’atteint pas le but » ; de même Yt. 5. 98 āsu.aspō.təmō bvat̤ pour « il eut les chevaux les plus rapides », 10. 75 mā buyama šōiθrō.iričō pour « nous n’abandonnerons pas les fermes », 5. 82 etc. yat̤ bavāni aiwi.vanyå pour « que je vainque » etc... C’est l’emploi obligé de termes traditionnels qui modifie ainsi le style des Yts ; la volonté d’imposer des termes nouveaux a le même effet sur celui des gâthâs : cf. ci-dessus čiθrā.avah-, daēvō.zušta- et haiθyō..dvaēšah-.

59Le style iranien se trouvait de la sorte engagé dans une voie qu’il lui eût suffi de parcourir jusqu’au bout, si les circonstances de civilisation l’avaient permis, pour reproduire de ce côté-ci de l’Indus l’histoire qui fut celle du skr. entre l’époque védique et l’époque classique.

60§ 284. Si l’évolution amorcée en Iran n’a pas abouti, c’est que la tradition littéraire y a été interrompue : alors que le Veda est le point de départ d’une masse énorme de commentaires, de spéculations, d’abrégés et de paraphrases, les gâthâs et les yašts, qui pouvaient servir de modèles à l’Iran, ont été sans postérité : le fait que le « zend » est en pehlevi et non en avestique montre bien que, dès ce moment, l’avestique était entièrement sorti de l’usage même scolastique. — Si l’avestique avait été cultivé, à l’instar du skr., comme langue savante, on peut juger du style qui aurait été le sien par celui des textes qu’il a servi à rédiger en dernier lieu : abondance croissante du type tatpurusa à 1er terme subst. : xšaθrō.naptar- cf. § 284 ; apparition des tatp. à 1er t. adjectif : astvat̤.ərəta- cf. § 284 ; fabrications dans le genre de tafnu.tafnō.təma- cf. § 155 et de daityō.aēsmi.bav- cf. § 274.

***

61En suivant la destinée du skr., l’avestique eût simplement développé une tendance de l’indo-européen : l’usage qui est fait des noms propres composés et des épithètes traditionnelles composées dans Homère, dans l’Avesta et dans le Veda nous représente l’état de choses qui aurait pu entraîner des trois côtés, moyennant des circonstances favorables, les conséquences qu’il n’a eues que dans l’Inde. — En effet, la prédilection pour les composés et pour le tour nominal s’explique presque entièrement, en sanskrit, par l’usage qui a été fait de la langue, de façon continue et à des fins presque exclusivement religieuses et spéculatives, par des savants nourris de littérature védique. Mais, l’avestique est sorti trop tôt de l’usage pour se développer comme langue savante ; et avant que les tendances qui s’y faisaient jour vers un style du même genre, dans les gâthâs, d’une part, dans les parties tardives, d’autre part, aient pu atteindre, comme dans l’Inde, à leur plein développement, l’avestique est tombé en désuétude et a fait place, dans l’usage religieux, au pehlevi. Le grec d’Homère, de son côté, aurait pu donner naissance à un style fondé sur la prédominance du tour nominal et des composés, si, manié exclusivement par une aristocratie à des fins religieuses, il avait servi d’instrument à une littérature presque uniquement cléricale. Mais, il n’est pas devenu, malgré l’énorme autorité de son texte, la langue savante de la Grèce, parce que les conditions politiques et sociales de ce pays y ont fait naître plusieurs dialectes littéraires concurrents, et des dialectes d’origine non-savante, appropriés aux besoins de démocraties. La spéculation, qui a tant contribué dans l’Inde à accentuer le caractère abstrait de la langue et la vogue des composés, se développe en Grèce en dehors de la religion traditionnelle, et sa langue est, à peu près, la langue de tout le monde. En définitive, ce qui a fait défaut, dans l’Iran comme en Grèce, pour que les composés y prospèrent comme dans l’Inde, c’est que la suprématie religieuse de la noblesse indo-européenne s’y maintienne avec la force et la continuité qu’elle a eues là-bas grâce aux brahmanes.

© Presses universitaires de Liège, 1937

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search