Version classiqueVersion mobile

Études de morphologie iranienne. I. Les Composés de l’Avesta

 | 
Jacques Duchesne-Guillemin

Première partie. Propriétés générales des composés étude générale du 1er terme, du 2nd terme

Texte intégral

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES DES COMPOSÉS

1I. Caractères formels de la, composition. (W. 8). Un composé avestique se reconnaît aux mêmes caractères formels qu’un composé skr. (moins l’accent, naturellement). Ce sont :

  1. les phénomènes de sandhi à la jonction des termes (§ 63 sq.) ;
  2. l’emploi comme 1er terme (§ 10) ou comme 2d terme (§ 74 sq.) d’un thème qui n’apparaît pas en simple ;
  3. un thème nominal pur en 1er terme (§ 22 sq.) ;
  4. le fait que le groupe considéré fait lui-même fonction de 1er terme de composé (§ 251).

2II. Remplacement d’un groupe syntactique par un composé.

3§ 1 a) Deux noms indépendants se sont soudés en composé à l’intérieur même de l’Avesta : ainsi nairya- saŋha- en nairyō.saŋha-§ 170 ; de même astvat̤.әrәta-, ayō-xšusta-, asmō.xvanvant- et hvarәxšaēta-.

4b) Des avyayībhāvas (W. 10 a α) se transforment en des adjectifs composés : en face de skr. pratīpám, on a l’av. paitipa-. Un avyayībhāva sert de 1er terme à yaθanāstaitya.

5III. Indépendance des termes d’un composé. La langue sent ses composés comme tels. Aussi l’indépendance de leurs termes est-elle souvent manifeste. En iranien, comme en indien, elle se remarque à trois genres d’indices :

  • 1 On a pu partir, comme le suggère W., p. 45, Rem., de la forme du gén. sg. xšaθrõ.nafәδrō, où les 2 (...)

6§ 2. Les termes sont séparés. Ce fait se produit : a) dans les dvandvas ou les locutions duelles, p. ex. mazdåsčā ahuråŋhō, xvītičā әnәitī, § 69. — b) dans les verbes composés, notamment dans tous les verbes à 2d terme dā, § 253. — с) dans des bahuvrīhis ou des tatpuruṣas. Ce dernier cas ne se présente que dans des textes non métriques et semble résulter de simples maladresses : ainsi pəšō.sāra- « à la tête condamnée » est attesté métriquement sans tmèse, Y. 11. 3 pəšō.sārəm et pәšō.sārō ; on lui fait subir la tmèse dans un passage non métr., pour intercaler un mot atone : Yt. 14. 46 pəšәmčit̤ sārәm. Il est visible que l’on a été embarrassé devant des *pəšō.sārəmčit̤ *pəšō.čit̤.sārəm : on a préféré traiter le bahuvrīhi comme un juxtaposé, dont on a décliné les deux termes. — xšaθrō. = naptar- « petit-fils du pouvoir » subit la tmèse au Y. 17.11, nm. : xšaθrәm nafәδrәm : on oublie que xšaθrō représente dans le composé un génitif, et on le met à l’accus, comme nafәδrem1. La même méconnaissance du rapport des termes s’accuse dans le traitement infligé à *daēvō.t̤baēšah- « hostilité des démons », *mašyō.t̤baēšah- « hostilité des hommes » : on les traite, eux aussi, sans égard à la fonction de génitif de leur 1er terme : Y. 58. 2 daēvāat̤ča t̤baēšaŋhat̤ masyāat̤ča (t̤baēšaŋhat̤) ; de même encore *daēvō.haota- et *mašyō.= haota- « race des dēvs, des hommes » cf. Bthl.

7§ 3. Quand plusieurs composés ont un terme commun, on évite de le répéter pour chacun d’eux. Les exemples sont donnés par Bthl. s. v. (vərəzi.)sraoθra-. Il faut ajouter à sa liste, selon nous, (tā) t̤kaēša- posé § 205. — E. Schwyzer, ZII, VII, p. 97, conteste qu’une préposition ā puisse être sous-entendue devant maiδyōi.= paitištāna-. Son seul argument est que la même chose ne serait pas tolérée en allemand ! Rien n’oblige donc à supposer avec lui que l’ā ait été prononcé et qu’il faille lire, sous une graphie défectueuse,oā- m˚.

8§ 4. Enfin, il arrive que l’un des termes soit, indépendamment du composé dont il fait partie, en relation avec un autre mot de la phrase, a) (W. 12 d) dans la phrase maxši. kәhrpa frašnaoš etc., frašnaoš et les épithètes qui suivent qualifient le 1er terme maxši de maxši. kəһrра. b) (W. 12 c α) les premiers termes de 2 composés à 1er terme relatif sont en corrélation l’un avec l’autre, dans la phrase oyā-varna....tā-varna, cf. § 205.

9IV. Il a dû arriver que des membres de composés se séparent pour devenir des mots indépendants. Seulement, il est difficile de prouver le fait en particulier. Un nom verbal employé comme nom propre a chance d’avoir été anciennement 2d terme de composé, ex. 2zaoša- N., 2savah- N., d’où il aura gardé son sens d’agent. Si 2zaoša- et 2savah- étaient depuis toujours des simples, ils auraient plus probablement le sens de noms d’action, et ne pourraient guère servir à désigner des personnes. — Plus sûrement, des noms propres tels que stipay- et spitay- sont des hypocoristiques, étant formellement caractérisés comme 1ers termes.

10V. Genre et nombre des composés. Le genre des composés sans mutation est celui du 2d terme ; les collectifs sont du neutre. — Le nombre se conforme aux mêmes règles qu’en skr. (W. 16).

ÉTUDE GÉNÉRALE DU 1er TERME.

11L’étude du 1er terme se divise naturellement en deux parties, selon que ce 1er terme est un nom (au sens le plus large du mot) ou qu’il est un indéclinable.

12La première partie étudie successivement I) la fréquence ou la rareté d’emploi de certaines espèces de noms ; II) la forme casuelle revêtue occasionnellement par un nom en 1er terme ; III) le sort des thèmes féminins ; IV) l’opposition de thème en simple et en 1er terme ; V) l’élargissement subi par certains thèmes du fait qu’ils figurent en 1er terme ; VI) les thèmes nominaux employés adverbialement.

13La seconde partie étudie d’une part les 1ers termes « préverbes », de l’autre la forme des préfixes a-, hu- et duš-.

ÉTUDE DES PREMIERS TERMES NOMINAUX.

I. Fréquence et rareté d’emploi de certaines espèces de noms.

14A) M. Wackernagel enseigne, 18 b, que les participes proprement dits, actifs ou moyens, sont rarement employés, en skr., comme 1ers termes, à la différence des verbaux en -ta-, -na-.

15§ 5. En ce qui concerne les participes moyens, la règle se vérifie : du type dadr̥çāná-pavi- « à la jante visible », rare en skr., l’av. ne présente qu’un seul exemple, vazәmnō.arštay- (cf. § 213 bis).

16Au contraire, en ce qui concerne les participes actifs en -ant-, la règle de M. W. s’applique tout au plus au skr. En effet :

17§ 6. Si les banuvrīhis à 1er terme participe en -ant-, type bhrắjad-r̥ṣṭi - « aux lances étincelantes » sont rares en skr., l’avestique n’en connaît pas moins de 7 ou 8 exemples, fraoθat̤.aspa- « aux chevaux ronflants » etc. ; et, sur les 7 qui sont sûrs, 5 sont attestés métriquement : le type est donc relativement fourni.

18§ 7. L’indo-iranien possède une classe de composés à 1er terme en at- : av. isat̤.vāstra- « qui recherche les prés », skr. kṣayád-vīra- »dominant les hommes ». M. W., p. 319, y voit « une innovation indo-iranienne destinée à remplacer les composés à 1er terme verbal sans -t, répandus en indo-européen, mais rares dans les langues indo-iraniennes ». Le même savant donne de cette substitution l’explication suivante : « l’ancien type en a- a été abandonné parce que les premiers termes y faisaient figure de thèmes nominaux en a- et les composés, de bahuvrīhis, sans en avoir la signification ». Dès que l’on s’est rendu compte qu’il n’y a pas moins de bahuvrīhis à 1er terme en at- (ci-dessus, § 6) qu’à 1er terme en a-, l’explication tombe d’elle-même et M. Wackernagel y renonce volontiers.

19§ 8. Au contraire, rien ne s’oppose à ce qu’on voie dans le 1er t. des cp. du type isat̤.vāstra-, kṣayád-vīra- un participe en ant- : que ce participe ne soit pas impropre à figurer en 1er t. de ср., c’est ce dont témoigne la classe des banuvrīhis bhrắjad-r̥ṣṭi-, fraoθat̤.aspa-. De plus, comme le remarque M. W., p. 320, la langue avestique a senti ces 1ers termes comme participes : on en a la preuve dans ses créations analogiques à 1er t. participe parfait : vīduš.aša- etc.

20§ 9. Si le type de kṣayád-vīra- a été peu productif en skr. (observation de M. L. Renou), il est suffisamment représenté en védique pour s’inscrire en faux (dès qu’on l’interprète comme contenant un 1er terme participe en -ant-) contre la règle de M. Wackernagel ; en avestique également, il ne fournit pas moins d’une trentaine d’exemples, cf. § 239.

21Bref, rien n’autorise à dire que les participes aient été, en védique pas plus qu’en avestique, spécialement évités en 1er terme. Si, dans l’ensemble, le participe en –m(ā)na- est moins fréquent en 1er terme que le participe en -ant-, à son tour plus rare que le verbal en -ta-, -na-, cette proportion reflète simplement la fréquence relative avec laquelle chacune de ces 3 catégories de mots apparaît dans l’usage général de la langue.

22B) Certains noms qui figurent en 1ers termes ne sont jamais attestés en simples.

23§ 10. Tel est le cas de skr. çrut-, av. srut̤- qui paraît en 1er terme dans skr. çrút-karṇa-, av. srut̤.gaoša- « dont les oreilles entendent » et aussi en 2d terme, cf. § 214, mais jamais en simple.

II. Premier terme à désinence casuelle. (W. 19).

24С’est seulement dans une minorité de cas que le 1er terme comporte une désinence casuelle. Cette désinence est :

  1. la même que celle du 2d terme : ainsi dans les āmreḍitas, § 66, dans les locutions duelles et dans les anciens types de dvandvas, cf. § 67 ; accidentellement en cas de tmèse, cf. § 2 ;
  2. la désinence qu’exige le rapport syntactique des deux termes : l’accusatif, le locatif, le génitif et le datif devant un 2d terme verbal. § 150 ; le génitif dans les tatpuruṣas, § 169 ; le génitif, l’instrumental, le locatif et même, en avestique, l’ablatif, dans les bahuvrīhis, § 188 sq., ainsi que là où le 1er terme fait fonction d’adverbe.

25§ 11. Le nominatif ne se présente en 1er terme que dans des conditions bien déterminées : 1. dans les locutions duelles quand elles sont au nominatif, ex. oharvatā amr̥tātā et dans la dvandva mazdå ahuråŋhō ; 2. dans les karmadhārayas constitués par amalgame : vīspe.ratu.θwa- et vīspe.aire.razurā, § 176 ; 3. dans le réciproque anyō.anya- « l’un l’autre », où la lecture de l’ō du 1er t. est garantie par le correspondant skr. anyo nya-.

26Outre ces conditions, l’emploi du nominatif se justifie au duel et au pluriel par l’intention d’exprimer formellement de quel nombre est le 1er terme. Cet usage est commun au skr. (W. 19 f) et à l’av. : nom. plur. dans vīspe.mazišta- « le plus grand de tous », nom. duel dans uši.darәθra- « acte de comprendre avec l’entendement », srvī.stāy- « ayant deux cornes pour arrêts », probablement dans bāzu.staoyah « plus fort qu’un embrassement » (où le duel, imposé par le sens, ne se distingue pas formellement du thème pur) et dans zastā-išta-, ˚maršta- « signe des deux mains ( ?) », « conclu par poignée de main(s) » (toutefois, l’ā peut s’expliquer autrement cf. § 17, que par le duel, qui n’est pas absolument exigé par le sens).

27Au contraire, le nominatif singulier n’est justifié par rien.

28Le skr. n’en a que deux exemples, dont l’un tardif (W. 19 f). L’avestique semble, sur ce point, vu l’abondance de ses exemples, s’écarter gravement du skr. C’est que l’Avesta nous est transmis dans des conditions de graphie particulières, dont il est indispensable que le linguiste tienne compte.

29Dans les pages qui suivent, la critique de la graphie avestique élimine de la grammaire, comme purs fantômes graphiques, les prétendus premiers termes au nominatif singulier.

EFFET DE LA COUPURE GRAPHIQUE DES COMPOSÉS SUR LA FINALE DE LEUR PREMIER TERME.

30Dans son étude du Grdr., p. 148 sq., sur les 1ers termes de composés, Bthl. admet, à côté des composés nominaux à 1er t. au thème pur, un groupe formé de ceux où ce thème a été remplacé par le Nsg. : p. ex. daēvō.dāta- en face de daēva-yasna-. Selon Bthl., ce remplacement s’est produit réellement dans la langue, et à date ancienne. Il résulte d’une analogie à partie des classes de noms où le thème et le Nsg. (le N-Acc. s’il s’agit d’un neutre) sont identiques. Il faut reprendre aujourd’hui la question en tenant compte des procédés de graphie des transcripteurs de l’Avesta : ici, pas plus qu’en rien de ce qui touche l’Avesta, il n’est permis de prendre le texte, tel qu’il est, comme un témoignage immédiat et fidèle sur la langue.

31Les scribes de l’Avesta se sont donné pour règle d’écrire en deux termes séparés les mots qu’ils considèrent comme des composés. Mais, dans l’application de cette règle, leur sentiment linguistique défaillant les conduit à de multiples incohérences.

32§ 12. Divers cas se présentent :

331er cas. Un composé, n’étant pas senti comme tel, est écrit en un seul mot : daēvayasna-, ratunaya- ; ×aēvagan- (aēvō.gan- de Bthl. est une corr. de Geiger ; les mss. ont a).

342e cas. a) A l’opposé, un mot qui n’est pas composé est considéré comme tel et, par suite, coupé : baēšazyō.tara-.

35b) Un composé est coupé, mais la coupure est mal mise : ratuš. = mәrәt-, pančā.sadvara-.

363e cas. Un composé est coupé correctement : daēvō.dāta-, hātā.= marānay-, hazaŋra.gaoša-, daiŋ’huš.aiwištar-.

37Dans le 1er cas, le 1er terme n’est sujet à aucune cause d’altération particulière. Or, sa finale est toujours a et n’apparaît jamais sous la forme ō ou ā ; ou bien u et jamais , etc.

38Dans le 2d cas, la coupure altère la finale de ce que le scribe considère comme le 1er terme : c’est la seule explication possible de l’ō ou de l’ā de baēšazyō.tara- et pančā.sadvara-, qui n’ont aucune justification linguistique.

39Dans le 3e cas, le composé peut rester inaltéré : hazaŋra.gaoša-, vouru.gaoyaotay- ; ou bien, si le 1er t. est d’un thème en a-, ce 1er t. prend une forme différente de celle du 1er cas, et l’altération qu’il subit est la même que celle qui se présente au 2d cas : daēvō.dāta- a un 1er t. différent de celui de daēvayasna-, et l’altération qu’il subit est la même que celle de baēšazyō.tara-, etc.

40Il y a lieu, par conséquent, de rechercher si l’ō de daēvō.dāta- et l’ā de hātā.marānay- ne sont pas tout aussi dépourvus de réalité linguistique que l’ō de baěšazyō.tara- et que l’ā de pančā.sadvara-.

41Après quoi, on examine la valeur du š qui apparaît en finale de 1ers termes de thèmes en і-, u-, consonne.

I. Nom de thème en a- en 1er terme.

42§ 13. 1er cas. Quand le composé n’est pas coupé, le 1er t. se présente, sans exception, au thème pur : daēva-yasna-, g. ustāna = zasta- ; ərədυa-fšna- (en face de ərəδwō.zənga-) ; éventuellement contracté, dans yuxtāspa-, hitāspa-, aravaoštra-. Jamais on ne rencontre, p. ex., un *daēvōyasna ou un *daēvāyasna-. Il semble bien, par conséquent, que les finales ō ou ā sont purement graphiques. Pour le démontrer, il suffit de faire voir qu’elles apparaissent mécaniquement devant la coupure, même si celle-ci est injustifée.

43§ 14. 2e cas. Dans tous les mots, quels qu’ils soient, où une coupure a été faite abusivement, un a qui la précède immédiatement est noté ō ou ā. Ainsi, a) devant suffixe ou désinence : baēšazyō.= tara-, baēšazyō.tәma-, ūθō.tās, +gaδō.tus, g. karapō.tåsča, g. drәgvō.= dәbyō ; b) en cas de coupure mal mise : hvō.urušaēibyo (pour ohu-= hūršabyō), mazdåŋhō-dūm (pour omazdāhadvam), vīmanō.hya- (pour ovi-manahya-), rānyō.skərətay- (pour orānyas-kr̥tay-), parō.kәvid-(pour oparaka-vid-), pančā-sadvara- (pour opančasa-dvara-) etc., cf. Bthl., Grdr.

44§ 15. 3e cas. Finale ō. Un ō peut apparaître même en finale de lers termes qui ne sont pas de thème masculin en a- et où il ne peut, par conséquent, être le signe du Nsg. Ce phénomène se produit :

  1. pour un thème en a-, mais du neutre : hazaŋrō.gaoša- « aux mille oreilles », à côté de la lecture fidèle hazaŋra.gaoša- ; әrәzatō.piθ- « orné d’argent », etc., xšaθrō.dā- « donnant le pouvoir », etc. ;
  2. pour un thème en a- : ×daēnō.disa- « qui enseigne la religion », urvarō.baēšaza- « soignant au moyen de plantes », aspәrәzō.dātəma- »qui donne le plus de soins », sāsnō.gūš- « qui écoute les doctrines » ;
  3. pour un thème en an- : zrvō.dāta- « créé par le temps », spō.bәrәta- « apporté par des chiens », barәsmō.zasta- « ayant du B. à la main », etc. M. Benveniste, BSL, XXXIV, p. 22. sq., avait pensé trouver dans ces mots l’explication dernière des génitifs « du soleil » et zrū « du temps » (à lire huvō, zruvō). Mais cet ō final de 1er t. de thème en -an- ne saurait être lui-même utilisé sans critique. Or, il ne peut être autre chose qu’une pure graphie d’a représentant le degré réduit *n̥ de la finale du thème. Car, on ne voit pas le moyen d’en rendre compte linguistiquement ; et, quand par hasard le composé n’a pas été coupé par les transcripteurs, l’a subsiste tel quel ; ou bien, quand le mot figure dans les gâthâs, la coupure amène une graphie ā (cf. § 17) : le contraste entre les différents traitements graphiques de rāman- dans rāma-šayana-, rāmā.dāh-, rāmō.dātay- est instructif ; même devant le point, l’a peut subsister sans altération : apišman- donne ×apišma.xvara-, nąman- donne nąma.azbātay- à côté de nąmō.xšaθra-. Dès lors que cet ō final de 1er terme est purement graphique, il ne peut être invoqué pour expliquer des formes aussi anciennes que ozruvō, odruvō. C’est ce qu’a reconnu M. Benveniste lui-même, Origines, I, p. 65, où est fournie l’explication définitive.
  4. même pour un invariable de finale a : hupō.busta- (pour ohu-upa-busta), haδō.gaēθa- « ayant même maison », haδō.zāta- « né ensemble », à côté de la lecture fidèle haδa.aēsma- « muni de bois à brûler », etc. ; haptō.karšvairī- « à sept régions », à côté de hapta-ŋhātay- « à sept H. » ; aštō.kāna- « à huit trous ». (2)

45Il est ainsi démontré que l’ō n’est qu’un substitut graphique de l’a. Encore faut-il expliquer pourquoi cette substitution s’est faite. Un thème ne peut figurer dans la phrase à l’état de mot indépendant, et la forme fondamentale d’un nom, en iranien aussi bien qu’en latin ou en grec, est le Nominatif singulier. Du moment que les 1ers termes, ou ce qui passait pour tel, étaient traités comme mots séparés, les scribes, chaque fois qu’ils en rencontraient finissant par a, ont pu croire qu’ils avaient affaire à une graphie incomplète : ils étaient tentés de compléter cette graphie et ils le faisaient en donnant à ces mots ou pseudo-mots terminés par a la forme fondamentale des noms de thème en a-, c’est-à-dire une finale ō.

46Ils ont dû être fortement encouragés dans cette pratique, (selon une suggestion de MM. Pagliaro et Messina) par la forme même que devait avoir le signe de terminaison de mot dans l’exemplaire arsacide. Ce signe ne devait pas, en effet, selon toute logique, avoir une forme différente de celle que nous lui voyons dans nos livres pehlevis : celle d’un petit trait vertical. Or, ce signe vaut également w. Les scribes ont donc pu prendre un a suivi de ce signe pour la graphie aw du son ō.

47Quelle que soit l’importance relative de chacune de ces deux causes et quel que soit le terminus post quem du remplacement d’a par ō, celui-ci a dû se produire à une époque où des mots pouvaient encore se terminer, sous leur forme fondamentale, par cette syllabe, c’est-à-dire avant la chute des finales dont on constate l’effet en pehlevi. Il était chose faite lors de la rédaction des textes pehlevis que nous possédons, puisque ceux-ci en portent témoignage dans leurs transcriptions daēvōdāt, etc.

48Finale ā. La finale d’un mot de thème en a- se présente, en 1er t. d’un assez grand nombre de composés, non pas sous l’aspect d’un ō, mais d’un ā. Dans quels cas cet ā existe dans la langue et dans quels cas il est purement graphique, c’est ce que l’examen de tous les faits permet de décider.

49§ 16. Dans une série de cas, l’ ā existe linguistiquement :

50a) on a régulièrement ā devant une initiale v du 2d terme : g. mazdāvara-, g. haiθyā.varəštā-, j. aγā-vәrәz-, haiθyā-varәz-, haiθyā.vәrәzya- etc., ×frašā-vaxša-, daēnā-vazah-, yā-varana-. Le fait est indo-iranien. En effet, le skr. répond par annắ-vr̥dh- etc., W. 56 a. Le même ā apparaît en skr., devant v, en augment, āvidhyat, et devant les suffixes en v, r̥tắ-van-. En outre, la correspondance de gr. ἠƑείδη, xοτήεις rend probable qu’on a affaire à un phénomène de sandhi non seulement indo-iranien, mais indo-européen (W. ibid.).

51b) en finale du 1er t. de vәrәθra-gan-, a et ā alternent pour une raison rythmique (W. 56 a β) : ā figure en syllabe antépénultième : vәrәθrāĵana en face de vәrәθraĵå. — j. ×usmānara- « aux hommes respectueux » doit sans doute son ā à la même règle rythmique.

52c) g. zastā-ištа- et j. zastā-maršta- ont probablement en 1er t. le N-Acc. Duel zastā « les deux mains ».

53d) l’adj. vīspa- « tout » a toujours en 1er t. la forme vīspā : le skr. a toujours viçvā˚, W., p. 131. Les gâthâs donnent vīspā.hišat- « s’apercevant de tout », repris au Yt. 1 sous la forme vīspa.hišat-, sans autorité ; g. +vīspā.vaŋhav- est lu à tort en deux mots par Geldner : son sens, « qui possède ou octroie tout bien », confirmé par les trad. pehl. et skr., montre que l’on a affaire à un composé, de type bahuvrīhi. C’est du reste l’équivalent exact de skr. viçvā-vasu-.

54Les 1ers termes de 4 dernières séries d’exemples ne sont pas de thème en a- ; nous les mentionnons ici, cependant, pour réunir tous les cas de 1er t. à finale ā.

55e) mązā˚ dans g. mazā.rayay- et mazā.xšaθra- « aux grandes richesses, aux grands pouvoirs » est la forme que prend mazant- en composition et qui répond à skr. mahā˚ (W. 23 f).

56f) spā˚ dans spā.bәrәz- « haut d’un chien » et spā.fraθah- « large d’un chien » répond à skr. çvā˚ expliqué par W. 56 c.

57g) g. +tušnā.matay- « pensée en silence » contient le locatif adverbial de tušnay-, comparable à l’acc. adv. skr. tūṣṇīìm. C’est à tort que Bthl. pose un adj. *tušna-.

58h) kavārasman- N. litt. « aux phalanges de Kavis » et kavāta-N. = *kava-vāta- « favori des К. » sont interprétés par Bthl. comme contenant un Nsg. au 1er t. — Bthl. leur compare v.-p. haxāmaniš. Remarquons tout de suite que nous avons affaire à des noms propres, dont le sens est toujours contestable, et par suite aussi l’étymologie ; que haxāmaniš est lui-même loin d’être clair, étant traité comme un thème en --. On peut admettre cependant que ces trois composés contiennent bien en 1er t. le mot kavay-, resp. haxay-. Ces mots ne sont pas des thèmes en ay-, dont la forme kavā, resp. haxā, représenterait le Nsg. Ce sont des mots à thèmes alternants et à déclinaison spéciale : -ā n’est pas exclusivement le Nsg., c’est l’un des deux thèmes, et c’est ce thème, tout simplement, qui figure en 1er t. de composé. — (voir aux Addenda).

59§ 17. Dans le reste des cas, l’ā est purement graphique pour a,.

  1. au V. 13. 50 on a les mots +naštā.zәmanasča pairištā.xšudrasča « qui a perdu son gain et dont la semence est épuisée » : nastā peut passer pour un Nsg. fém. s’accordant avec zәmanā, par attraction, mais l’explication ne vaut pas pour pairištā, puisque xšudra- est neutre. Les leçons des mss. pour le 1er cp. fournissent la solution suivante : pairištā s’explique comme pari + stā ; l’autre ср. avait un 1er t. našta : cette forme a été diversement altérée d’après pairištā, soit en ništa K1a, soit en ništā Jp1, Mf2, soit enfin en naštā L 4. 1. 2, Br 1, M 2.
  2. g. kamnā-nā « qui a peu d’hommes » possède un ā analogique de ×usmānara-, où cet ā est rythmique.
  3. ā est une simple graphie d’a devant la coupure dans hazaŋrā.= yaoxštay- en face de hazaŋra-˚ « aux milles habiletés », hazaŋrā.= gaoša- en face de hazaŋra˚ et hazaŋrō˚. « aux mille oreilles ».
  4. en gâthique, en particulier, ā figue en finale de 1er t. dans yā-šyaoθna- « ayant quels actes » ašā.aoĵah- « qui tient sa force d’A. » en face de j. aša.˚ ; čiθrā.avah- « manifestement plaisant » en face de la citation d’un Ny. : čiθrā.avah- et de g. čiθrō. ; dәrәštā.= aēnah- « exerçant une violence visible », +myastrā.barana- « societa-tem praebens », hātā.marānay- « meriti memor » et +īšā.xšaθrya-. MM. Andreas-W., 1ste, 2e g., p. 324, ont cru devoir séparer hātā= marānay- en deux mots indépendants, à cause précisément de la finale longue de hātā, impossible, d’après eux, en 1er t. de cp. Pour condamner leur procédé, il suffit d’en montrer une conséquence absurde : il conduit à lire en deux mots des banuvrīhis tels que уā.šуаоθәnа- et ašā.aoĵah- ; on doit joindre à ceux-ci +īšā.= xšaθrya-, où il est impossible de voir deux mots séparés, — car un īšā isolé ne donnerait pas de sens satisfaisant, — et qui ne peut être qu’un bahuvrīhi *īša. xšaθra- « au pouvoir fort » augmenté du suffixe -ya- de composition (3).
  • 4 M. Wackernagel, consulté à ce sujet, s’est rangé à notre façon de voir, Cf. maintenant Lommel, NGG (...)

60On a donc bien affaire à sept composés. L’ā final de leur 1er t. trouve son explication dans une habitude graphique particulière aux gâthâs. On sait qu’un mot gâthique ne se termine jamais par le signe d’une brève : un cp. oīšā-xšaθrya-, dès lors que l’on en séparait les termes, devait donner dans les gâthâs, non pas *iša.= xšaθrya-, mais īšā.xšaθrya- ; de même, ya.šyaoθәna- n’est que la transcription de oya-šyauθna-, etc. (4). C’est de la même façon que l’i final de pati est noté ī en 1er t. de g. paitī.vyādā-, paitī.sәnđa- etc. Quant à l’ā des composés rangés ci-dessus, sous c), sans doute faut-il y voir une influence gâthique ; ou bien est-ce un pur accident ?

II. Nom de thème en і-, u-, consonne en 1er terme.

61L’ō ou l’ā final d’un ler t. de thème en a- est, la plupart du temps, une altération purement graphique. Le š qui apparaît parfois à la fin d’un 1er t. de thème en і-, u, consonne est, au contraire, réel et explicable linguistiquement. Mais ce n’est jamais, pas plus que l’ā ou l’ô, le signe d’un nominatif sing. — M. Hertel, Beitr., p. 4, a donné une liste, d’ailleurs incomplète, de cp. à 1er t. en -, -, où le š, d’après lui, prouve que le 1er t. était considéré, du moins par les transcripteurs, comme un nominatif. Pour quelques-uns de ces composés, Bthl. admettait déjà un nominatif, auquel il prêtait, comme toujours, une réalité linguistique.

62Aucun de ces prétendus nominatifs ne résiste à l’examen. Tantôt le š n’appartient pas en réalité au 1er t. et résulte d’un sandhi ancien. Tantôt, il appartient au 1er t., mais il y est le signe d’un autre cas que le Nsg., soit de l’Acc, plur., soit d’un Acc. sg., soit d’un Gén. sg. ; ou, enfin, il est douteux, mais à coup sûr étranger au Nsg.

63§ 18. Le š résulte d’un sandhi ancien :

  1. dans ratuš-mәrәt- et paiti.šmuxta-, le š est expliqué par Bthl. comme représentant, après i, u, l’s de la racine indo-européenne. En effet, ratuš n’apparaît que devant mәrәt- : on a ratu partout ailleurs, dans ratu-xšaθra-, ratu-frī-, ratu-fritay-, ratu-naya-. De même, paiti.š ne figure que devant muxta- ; ailleurs, on a toujours paiti. (Ici M. H. est obligé de négliger le fait que le š suit le point de séparation, fait qui prouve qu’il n’appartient pas au 1er t., même dans l’imagination du transcripteur). L’explication de Bthl. rend seule compte de la stricte coïncidence du š avec une racine commençant par un ancien *sm.
  2. dans pasuš.haurva-, pasuš.hasta-, ˚hastay-, ˚xvarәna-, Bthl. explique encore le š par un effet de sandhi conservé en composition (§ 304, II, 45) : c’est, encore une fois, la seule manière de rendre compte du fait que š n’apparaît que devant h et non pas dans pasu.maza-, pasu.vastra-, La forme pouruš.xvāθra- s’explique de la même façon. Ce qui confirme que cette forme représente un état ancien, c’est qu’elle seule apparaît dans un texte métrique, Y. 68. 11, Yt. 10. 108 et 19. 34, tandis que pouru.xvāθra- n’est jamais métrique. — mainyuš.xvarәθa- et ašiš.hak- ont également en 2đ terme une ancienne racine à *s initiale. — De même viš.huška-.
  3. Bthl. n’a pas vu que viš.haurva- « qui garde la maison » contient un š qui s’explique, lui aussi, par le sandhi : on part d’un *vik-sarva- qui a donné un -- d’où un š ; 1’h a été restituée, comme ci-dessus, à l’initiale du 2d t. d’après le simple. De même dans viš.harəzana- « où il y a abandon de maisons », à partir de *vik-sarg1hana-.

64§ 19. Le š appartient au 1er terme :

  1. dans +nasuš.avabәrәta-, onasūš est le régime d’avabәrәta- et se met à l’Acc, (plur.) comme au V. 6. 42 ; le cp. s’interprète « apporté à des cadavres », cf. § 150. — daiŋ’ huš.aiwištar- du V. 1. 17 et 19 est écrit ˚hәuš par 5 mss. Ce sont là deux graphies distinctes d’une même désinence ūš d’Accus, plur. : l’Ace, est postulé par la construction du verbe avi + stā « s’introduire dans » ; le pluriel l’est par la trad. pehl. dēhān. Le cp. se traduit littéralement « qui fait irruption dans les pays (aryens) », cf. § 132 et 150.
  2. dans kərəfš.xvar- « qui mange le cadavre », le 1er t. fait fonction d’Acc. : or, kərəfš est non seulement la forme du Nsg., mais sert aussi pour l’Acc, V. 3. 20 (voir la note de Bthl.).
  3. druxš.manah- « possédé de l’esprit de la D. » contieni en 1er terme autre chose qu’un Nominatif ; c’est une forme polyvalente, attestée en fonction d’Acc, au V. 10.1, de Voc, Sr. В. et V. 18. 30, et enfin de Gén., V. 19. 46. La relation des deux termes entre eux assigne au 1er la fonction d’un Génitif : druxš représente donc, pour la forme comme pour le sens, un Génitif. — vāxš.bәrәtay- »fait de proférer une prière » et draoyō.vāxš.-draoĵišta-, le 1er du F., l’autre une fabrication tardive, cf. § 155., contiennent tous deux la forme polyvalente vāxš, qui tient lieu ici d’un Gén., comme au Y. 8.1.
  4. faut-il voir dans le 1er t. de bāzuš.aoĵah- « aux bras forts ; fort par les bras » un Nsg., seul de son espèce ? M. Benveniste me suggère d’admettre un thème bāzuš- alternant avec bāzaυ - comme tanuš- avec tanaυ-. A l’appui de cette interprétation, on peut faire remarquer que les mots « bras » et « corps » appartiennent à la même sphère sémantique. L’alternance qui existerait pour l’un, tanuš- / tanaυ- aurait pu facilement se transmettre à l’autre, bāzuš- / bāzaυ-. Malheureusement, le thème tanuš-, sur lequel repose toute l’explication, n’a lui-même qu’un support fragile. Skr, tanuṣ n’est pas védique ; et, surtout, l’unique attestation d’av. tanuš-, Y. 43. 7, sous la forme tanuši, n’est pas sûre. Bthl. remarque déjà qu’on attendrait un pluriel ; Markwart, op. cit., p. 67, suivi par Lommei, NGGW, 1934, p. 74 sq., s’autorise de la syntaxe et de l’absence de parallèle védique pour lire otanušu, LPI. du thème tanu-. Il sera donc prudent de se ménager une explication du 1er t. de bāzuš.aoĵah- par autre chose qu’un thème *bāzuš-. On y verra, soit une graphie d’un obăzvis, parallèle à celle de yātuš pour oyātυiš etc., cf. Wb. 1284, avec une désinence - qui sert ailleurs pour le Nom., l’Acc, ou l’Instr. Pl., et qui servirait ici pour l’Instr. Du. : le cp. se comprendrait littéralement : « fort par les bras » (type étudié § 152) ; soit une graphie d’un bāzauš, GSg., ce qui donne au cp. le sens littéral de « qui tient sa force de son bras » (§ 191).
  5. dans le 1er t. de θriš.urυarā- « à trois plantes », Bthl. voyait soit l’adverbe θriš soit un substitut de θri dû à l’influence des cp. à 1er t. terminé par š. Ce peut être l’un ou l’autre : le mot n’est que du N. et toutes les corruptions y sont admissibles. Mais, ce que θriš n’est certainement pas, c’est un Nominatif : le Nom. du nombre 3 est θrayō.

65§ 20. Traitons ici de nasuspačya-, que Bthl. coupe nasu + spačya-, en prenant le 2d terme comme issu d’une forme alternante de la racine pak « cuire ». Mais, cette forme à initiale s serait absolument singulière. M. Hertel coupe nasus + pačya-, avec un 1er t. au Nsg, dit-il, oubliant que le Nsg. de nasaυ- ne peut être que nasuš. Que si M. H. allègue que le passage de s à š a été arrêté par la présence du p, on répond que, dans ce cas, le ler t. n’était donc pas écrit séparément ? Ce qui est contraire à l’hypothèse même de M. H. — L’examen du texte fournit la solution correcte. Au V. 1.12, on lit la formule ауа аnарәrәθа šyaoθna yā nasuspaya « un crime inexpiable, l’inhumation des morts ». Cette formule est répétée un peu plus loin, mot pour mot, sauf le dernier, qui devait être primitivement *nasu-pačya- et qui a subi, à cause de l’identité des phrases, la contagion de nasuspaya : d’où le pur accident nasuspačya.

66Conclusion. Pas plus dans la langue même que dans la pensée des scribes de l’Avesta, il n’y a eu de Nsg. en 1er t. de composés. L’avestique se trouve d’accord avec le skr

III. Sort des lers termes féminins (W. 21).

67§ 21. a) Comme en skr., les noms fém. en 1er terme conservent leur finale féminine 1°) en principe, s’ils sont unis copulativement au 1er terme, dans les dvandvas : il n’y en pas d’ex, av. ; 2°) quand ils sont en relation casuelle avec le 2d terme xšapā.yaona- « qui chemine dans la nuit », de xšapā- f. « nuit ».

68b) Comme en skr. également, un 1er terme qui sert d’attribut à un 2d terme féminin n’a pas de finale caractéristique du féminin, parce que son genre est suffisamment clair, ne pouvant être différent de celui du mot dont il est l’attribut, ex. υītәrәtō.tanū- « au corps emporté » et non pas *υītr̥tā-tanū- ; de aiwi.δātō.tarštay- et non *aiwiδātā.˚, etc.

69Le skr. et l’av. continuent un usage indo-européen (W. 21 b).

IV. Thème pur en 1er terme.

70En simple et en 1er terme de composé, un mot ne se présente pas toujours au même thème. En particulier, quand un mot est d’un type de déclinaison à alternance, le thème qui sert en 1er t. est au degré vocalique des cas faibles ; secondement, quand un adjectif est susceptible de plusieurs suffixes, dont l’un est le suffixe -і-, c’est toujours avec ce dernier qu’il figure en 1er terme.

71A. Les thèmes à alternance apparaissent en 1er terme au degré vocalique des cas faibles (W. 22).

72§ 22. avah-/awž- « eau » fournit awž-dāta- « placé dans l’eau », awždānυan- « qui a des cours d’eau », awəž-dāna- « qui est un récipient à eau », afš.čiθra- « qui contient l’origine des eaux » ; manah- « esprit » fournit ×mązdā- « mémoire », etc. ; pasu- « bétail » donne fšü-šan- « possesseur de b. ».

73§ 23. le participe parfait actif en -υah-/-- fournit vīduš.aša- « qui connaît l’A », υīduš.gāθā- « qui connaît les g. » ˚yasna- « qui connaît le Y. » et yaētuš.gaυ- « qui prend soin du bovin » ; le participe présent actif en -ant- fournit le groupe fraoθat̤.aspa- « aux chevaux ronflants » et suivants, § 213 ; c’est ce même participe en -ant- qu’il faut reconnaître, sous la même forme faible, en 1er terme des cp. isat̤.vāstra- et suiv., § 239, comme nous pensons l’avoir démontré § 7.

74§ 24. A côté de ses thèmes de simple čaθwar-/čatur-, l’Avesta a une forme spéciale čaθru (le skr. n’a que la forme ordinaire catuṣ) qui sert en composition a) devant un autre nom de nombre, čaθrudasa- « 14e » ; b) devant un 2d terme nominal, dans tous les exemples attestés métriquement : čaθru.gaoša- « à 4 oreilles », Yt. 5. 33, et čaθru.karana- « à 4 côtés », Yt. 5.127, ainsi que dans čaθru.čašman- etc., cf. § 215 с ; au contraire, la forme forte čaθwar ne figure que dans les composés de passages n.m. : čaθwarə.aspa-est du F., čaθwarәspa- du N. ; čaθwarә.zangra- est de Y. 9.18 et de V. 18. 38, non mét. ; čaθwarә.paitištāna- est de la str. 131 du Yt. 5, qui est altérée presque à chaque ligne, et d’autres passages n.m.

75B. Un thème en -і- en 1er terme s’oppose à un thème de simple différent. M. Wackernagel, § 24, a traité la question, après d’autres savants, d’une manière qui laisse peu de chose à ajouter à son exposé. Le phénomène est indo-iranien. Nous reprenons les exemples avestiques :

76§ 25. -і- en 1er t. : -ra- en simple, xšviwi.išav- « à la flèche rapide » : xšviwra- « rapide », tiži.arštay- « à la lance pointue » : tiγra- « pointu », dәrәzi.raθa- « au char solide » : dәrәzrа- « solide » ; ĵaiwi˚ dans ĵaiwi.vafra- « à la neige profonde » s’oppose, avec amuissement intervocalique, à jafra- « profond » ; nąmy.ąsav- « aux pousses tendres » est attesté métriquement ; au contraire, dans le tardif +namravak-, du F., « aux paroles respectueuses » namra- est repris du simple, non attesté en av., mais dans skr. namrá- et pers. närm (Bthl., s.v.) Le nom pr. gaēvanay-, litt. « au désir vif », a un 1er t. qui s’oppose au s. ĵīra-. — Pour une série de composés avestiques, à 1er terme en -і-, le simple en -ra- n’est attesté qu’en skr. : gәrәδi-xava- et +gәrәδу-аоха- (2d t. obscur) : skr. gr̥dhra- « avare » ; stūi.baxəδra- « où l’on obtient de fortes portions », stvi.kaofa- « à la bosse ferme », stvī.manaoθrī- « à la nuque ferme » : skr. sthūrá- « épais » ; spityura- N., litt. « aux moutons blancs », spiti.dōiθra- « à la prunelle blanche », spitay-, hypocoristique : skr. çvitrá- ; xvaini-saxta- « au bel instrument », xvaini.starәta- « à la belle couverture », ˚starətav- « id. » : skr. sundara- « beau » (si de sun-ra) ; vaežy-arštay- « à la lance aiguisée » : skr. vigrá- « vif » ; sāi-muži- et sāyuždrī- (cf. § 55) : skr. çāra- « bigarré », xrvī.drav- « à la massue sanglante » : skr. krūrá- « s. » ; būĵi.sravah- N., litt. « à portée de voix du sauveur » : skr. būjra- ; pour une série de composés, il n’y a de simple en -ra- (resp. -ri-) qu’en-dehors de l’indo-iranien, viδi-sravah- N., litt. « à portée de voix du sage » et vindi-xvarәnah- « qui obtient le H. » : gr. ἴδρις ; zaini.paršta- « demandé par le savant » : lat. gnārus ; stipay-, hypocor. : lit. stipras « puissant, fort ».

  • 5 Contrairement à une remarque de M. Wackernagel (24 a, Rem.) qui réservait la possibilité d’interpr (...)

77ərəzi-fya- « aigle », s’il signifie « qui tombe droit » (skr. r̥ji-pyá-) correspond à un simple skr. r̥jú- « droit » et non à r̥jrá- « rougeâtre » et est à écarter de la liste d’alternances i:ra. (5). D’autre part, un 1er terme en -ra- apparaît dans le composé ərəzrāspa- N., litt. « aux chevaux rougeâtres », que sa correspondance avec skr. r̥jrāìçva- ne permet pas de considérer comme une création tardive de l’Avesta. orzi- « droit » et orzra- « rougeâtre » sont deux adjectifs entièrement distincts, non deux thèmes alternants d’un même adjectif. Au contraire, là où il y a possibilité d’alternance entre un thème en -i-et un thème en -ra-, le cp. av. à 1er t. en -i- est seul ancien : en face de nąmy-ąsav-, métrique, +namravak- est du F ; de même, en face de xšvim.išav-, métrique, + xšviwrāspa- N., litt. « aux chevaux rapides », n’est pas attesté métriquement, pas plus que le patronymique xšviwrāspana-. A la date où ont été rédigés les textes non métriques, l’alternance des thèmes ne jouait plus.

78§ 26. 1er terme en -i- : simple en ant- : bәrәzi.gāθra- « au chant élevé », ˚čaxra- « aux roues id. » opad- « au pied id. » ; ˚δāy- « de haute intelligence », ˚šnav- N., litt. « aux genoux élevés », ˚stūna- « aux hautes colonnes », bәrәzyarštay- « à la lance élevée », ˚savah- « au profit élevé », bәrәzi-mita- « bâti haut », +bәrәzi.yāsta- « ceinturé haut », bәrәzi-rāz « qui règne sur la hauteur », bәrәzу-= aogət̤ « à voix haute » : bərəzant- « haut ». — On peut voir dans le n. pr. xvaniraθa- un 1er t. s’opposant à celui de xvanat̤.čaxra-. Enfin, le 1er t. de ozari-gan- s’oppose à celui de zaraθuštra-.

79§ 27. 1er terme en simple en -i : simple en -nu-. A darši.kairya- « à l’action hardie » et darši.drav- « à la forte massue » répond skr. dhṛṣṇú-.

80§ 28. Le 1er terme de tači.āp- « à eau courante » n’a rien à voir avec taxma- « fortis » (comme l’a bien vu Bthl., contre Caland) : ainsi tombe le seul exemple que l’on eût d’alternance i:ma. — Quand l’adjectif taxma- figure en 1er terme, ce n’est pas sous une forme tači, mais sous la forme otaxra- : +ə-vītō.xraδāy- « à l’intelligence impuissante » oa-vītaxra-dāy-. — Peut-être le 1er t. de piši.= šyaoθna- s’oppose-t-il à pišman-.

81§ 29. Enfin, +mәrәzišmya- et mәrәzyumna- semblent avoir un 1er t. s’opposant respectivement à marәza- et à skr. ˚mṛgra- ; sičidāva- est rapproché de skr. çikvá-.

V. Premier terme à thème élargi.

82§ 30. Il arrive en avestique comme en skr. qu’à un simple athématique réponde un 1er terme thématique. Seulement l’exemple de W. 25 a γ est mal choisi : gava- n’existe pas en 1er terme. On a toujours gav-, dans gav-ašayana- et gav-ašitay- « habitat des bœufs », dans gavāstrya- etc., dans gav-āza- « aiguillon » et enfin dans gav-āzista- (dont l’a long n’est pas plus surprenant, quoi qu’en dise Bthl., que celui de stāvišta-, nąmišta-, vāzišta- = skr. Vāìhiṣṭa-) ; ātrә- dans ātrә-kәrәt-, ˚čarana- etc. et ātra- dans ātra-vaxš- ne peuvent se lire que oātṛ-, car un thématique oātṛ-a- aurait donné āθra- qui eût été écrit tel quel ou bien āθrә-. Il faut dire qu’ātra-, ātrә- et ātәrә- sont 3 graphies de oātṛ-. — Sur un prétendu gavō.stāna-, cf. Wb., s.v. +gao.stāna-. — Mais, l’Avesta offre des exemples de cette alternance, išva.vasman- « trajectoire de flèche » répond au simple išav- « flèche » ; à un simple frapad- athématique répond le thématique frabda- en 1er t. de frabdō.drāĵah- n. « longueur d’un f. » (ou adj. « qui a la long, d’un f. », où il est absurde de supposer un GSg., que le sens du cp. ne justifie pas ; apaoša-, à lire oapa-vṛta- « qui écarte l’eau », contient ap- « eau » élargi de la voyelle thématique. Dans ces exemples, la voyelle thématique est destinée, semble-t-il, à éviter des rencontres de sons qui rendraient les cp. méconnaissables. Il en va de même dans aravaoštra-, en face de raγav- et dans ravō.vačah-, mais non pas dans ravō.fraoθman-, ˚manah- et ˚šyaoθna, dont le 1er t. est repris à ces deux premiers cp. Quant à rao-raθa-, il semble contenir, comme l’a vu Markwart, Prov. Cap., p. 45, la forme athématique ra(γ)u- du simple (cf. Meillet, JAs, 1920, I, p. 195) : ainsi s’expliquerait la différence de graphie entre rao- et ravō-. Car il est arbitraire de considérer ravō- également comme athématique. L’existence du 1er t. thématique ressort avec une quasi-certitude du cp. aravaoštra- : la tentative de Markwart pour éliminer cette forme gênante, en l’expliquant par *aravat-uštra- est monstrueuse, car t aurait subsisté, comme le prouve aurvat̤.aspa-. — Enfin, l’athématique ayah- « fer » apparaît en 1er t. tantôt sous la même forme, dans ayō.aγra- « à la pointe de fer », etc., § 30, tantôt pourvu de la voyelle thématique, dans ayaŋhō.ĵyā- « aux tendons de fer », etc., ibid.

VI. Premier terme adverbial.

83Un adjectif qui fait fonction d’adverbe en 1er terme peut s’y présenter soit au thème pur, soit muni de la désinence casuelle qu’il aurait en simple.

84§ 31. En avestique, le thème pur d’un nom en a-, і-, u-, ne se distingue pas formellement de l’Isg. Il n’est pas possible d’affirmer, à l’aide des seuls faits avestiques, que la langue a connu effectivement des thèmes purs. C’est l’existence d’une catégorie skr. à thème pur, satya-yáj- « sacrifiant authentiquement », W. 27, qui engage à admettre la même en avestique.

85Les exemples, nombreux, sont cités au chapitre des composés à 2d terme verbal. Le plus typique est g. darәgō.ĵyātay- « acte de vivre longtemps », j. darәγō.ĵītay-, où le sens adverbial du 1er terme ressort nettement de la forme voisine darәγәm.ĵītay- « id ».

86§ 32. L’adverbe se présente avec sa désinence casuelle, à savoir :

  1. d’accusatif, dans darәγәm.ĵītay -, cité ci-dessus, аkaranәm.- driway- « ayant partout des taches », paitinąm.gaodana- et ˚xvarәθa- »mangeant de différents plats », et « différents repas » ;
  2. de locatif, dans armaē-šad- « assis tranquillement » et d’autres cp. en ˚šad-, cf. § 84 ; amaē.nigan- et amaē.niγna- « qui abat dans l’assaut », § 96 et 104 ; dans le groupe de bahuvrīhis aγraēraθa- « dont le char vient en tête », etc. étudié § 194 ; dans les bahuv. à 1er t. tiré de dūra-, § 203 ; dans +tušnā.matay- « pensée en silence » et dans ušta.xvarәnah-.
  3. d’instrumental, comme indiqué § 31 et en outre, certainement, dans la série aδara.naēmāt̤ etc. étudiée § 218. ;
  4. d’ablatif dans dūrāt̤.sūka- « dont la vue porte loin ».

87§ 33. Quand le 1er terme est un adverbe qui n’est pas une forme casuelle figée, il est de forme identique à celle du simple ; ex. g. әrәš.ratav- « le véritablement juge » : g. әrәš ; nanarāstay- « arrangeant çà et là » ; išarә.stāitya « dans le plus court délai » ; g. arәm.= piθwā- et les autres bahuv. étudiés § 233.

ÉTUDE DES PREMIERS TERMES INDÉCLINABLES.

88Les composés à premier terme indéclinable se divisent en trois classes, selon que ce 1er terme est un adverbe ; un préverbe ; un préfixe inséparable. Seules les deux dernières donnent lieu à des remarques générales.

A) « Préverbes » en 1er terme.

89Certains mots, généralement appelés « préverbes » ou « prépositions », ont la faculté de jouer dans la phrase un triple rôle : celui d’adverbe, de préverbe ou de préposition. Ils peuvent prendre en composition chacune de ces trois valeurs.

90§ 34. Avec une valeur d’adverbe, ils s’unissent à des 2ds termes nominaux pour former soit des tatp., ex. aδairi.naēma- litt. « moitié qui est en-dessous » § 179, soit des bahuvrīhis ex. apa-kava- « qui a une bosse par derrière » § 225.

91§ 35. Avec une valeur de préverbe, ils s’unissent à des 2ds termes verbaux, § 149, ou à des verbes conjugués, Chap. XII, II.

92§ 36. Avec une valeur de préposition, ils s’unissent à des substantifs qu’ils régissent, ex. aδairi.dah’yav- « qui est sous le pays », etc., § 234.

93Ce qui est intéressant, c’est qu’un certain nombre de ces « préverbes » ne présentent ces valeurs qu’en composition. Ainsi : apa n’est jamais adverbe dans la phrase, mais il l’est en composition ex. dans ара-kava- « bosse par derrière » et « qui a une bosse par derrière ».

94On voit que les composés de l’Avesta complètent d’heureuse façon le témoignage fourni par la phrase avestique sur l’usage des « préverbes ». Si nous n’avions pas le composé ара-kava-, nous ne saurions pas que le préverbe apa pouvait, à un moment donné de la langue, servir d’adverbe, etc… Il est utile d’énumérer l’ensemble de ces témoignages.

95§ 37. « Préverbes » qui n’apparaissent comme adverbes qu’en composition : apa, dans la phrase, préverbe seulement ; en composition, adverbe également, dans ара-kava- « bosse par derrière » et « qui a une bosse par derrière » — aδairi dans aδairi.naēma-, cf. ci-dessus. — aiwi, adverbe dans aiwi.aoĵah- etc., § 159 et aiwi.xvarәnah-, cf. § 225. — us, adverbe dans us-аγа- « excessivement mauvais » etc., § 159 et uspąsnav- N. etc., § 225 — fra, adv. dans frabāzu- « brasse » etc., § 217 et frafšu-tā- etc., § 225. — vi, adv. dans vī-bāzav- « brasse » etc., et vī.āpō.tәma- « le plus privé d’eau » etc., § 225. — haδa, adverbe dans haδa.dāta- « loi accessoire », etc., § 181 et haδa.čiθā-§ 232.

96§ 38. « Préverbes » qui n’apparaissent comme préverbes proprement dits qu’en composition : ana, prév. dans anamana- § 106, si les étymologies proposées sont exactes. — para « avant », prév. dans раrō.dәrәs- « qui voit d’abord », 1para-dāta- « fiancé ». — haθra, prév. dans haθra-ĵatay- « acte de tuer d’un coup », haθra.tarštay- « peur soudaine », ˚nivātay- « victoire décisive », ˚vana- « qui vainc d’un coup », ˚vanant- « id. », ˚vanya- « id. », ˚vāta- « victoire remportée d’un coup ».

97§ 39. « Préverbes » qui n’apparaissent comme prépositions qu’en composition : us, prépos. dans +us.hәndava- « qui est au-delà de l’Inde » ou « de l’Indus ». — para « outre », prépos. dans para. = daxšta- « qui a dépassé les règles ». — fra, prépos. dans g. fraidivā « longtemps » et frā.āpәm « devant l’eau ». — ni, prépos. dans ni-zәnga- « depuis la cheville en descendant » et nisma- « qui descend sous la terre ». — En outre, vi dans vīdaēva- « contre les dēvs » etc., § 225, haδa dans haδa.aēsma- « muni de bois à brûler » etc., § 232 et hąm.nasav- N., litt. « qui est avec la N. », si l’on considère ces composés, non comme bahuvrîhis, mais comme prépositionnels, ce qui est toujours possible.

98§ 40. Comme en skr., un préverbe en 1er t. de cp. peut présenter, en avestique, l’allongement de sa syllabe initiale : ānuš.hak- « qui va de l’un à l’autre » répond exactement à skr. ānuṣak adv. « selon l’ordre » ; cf. en outre +pāiti.šmuxta- « chaussé », pāirivāza- et pāitivāka-.

В. Préfixe a-, hu-, (duš-).

991°. La négation se marque toujours en composition par le préfixe a-, an-, jamais par l’adverbe nōit̤, si ce n’est dans le tardif et incertain nōit̤.kudat̤.šāitīm, § 233.

100§ 41. La forme régulière du préfixe de négation est a- devant consonne, ex. g. a-gušta- « que l’on n’entend pas », an- devant voyelle, ex. g. an-aēša- « impuissant ».

101Devant le préverbe ā, écrit aussi a, on obtient un début de mot ana : ana-marәždika- « impitoyable » s’analyse an-āmar˚, le préverbe ā étant garanti par pers. āmurzīdän ; ana-šita- « inhabitable » s’analyse en an-āšita-, l’emploi de šay « habiter » avec le préverbe ā étant attesté Y. 43.3 ; ana-zaąθa- « non né » s’analyse an-āz˚, l’emploi de 1zan « naître » étant, de même, attesté avec prév. ā au Y. 9. 22 ; ana-saxta- « qui n’a pas atteint le temps régulier », en an-āsaxta-, 2sak « atteindre » étant normal avec un préverbe qui marque l’arrivée au but, et cet emploi étant effectivement attesté dans une cit. de la trad. en pehl. de V. 1. 3 ; ana.xvarәθa- « sans nourriture », en an-āxvar˚, l’emploi de xvar « manger » étant attesté avec le préverbe ā (et un 2d prév., fra) dans l’A. Tous ces exemples se comprennent de la même façon que an-ahaxta- « non justifié », que Bthl. a analysé correctement en an-ā-haxta-.

102§ 42. Il reste un seul cas où ana ne contient pas sûrement le préverbe ā : ana.xvāsta- « non cuit ». Il faut, pour l’expliquer autrement, comprendre que la graphie ana des composés en oаn-ā- énumérés ci-dessus devait porter les transcripteurs ou les rédacteurs tardifs de l’Avesta à croire à l’existence d’une forme ana du préfixe an-. C’est sur ce modèle qu’ils ont fabriqué ana.xvāsta- qui ne figure, ce qui est bien caractéristique, que dans le N. — Il est possible que quelques-uns des composés cités ci-dessus doivent s’expliquer de la même façon. En tout état de cause, la forme ana du préfixe de négation, que Bthl. admet dans son dictionnaire, n’a jamais eu de réalité linguistique.

1032° Un problème analogue se pose pour le préfixe hu-. On sait que la forme régulière de ce préfixe est hu- devant consonne, ex. hu-θaxta- »bien lancé », hu- devant la voyelle, ex. hv.āpah- « bienfaisant ».

104§ 43. Devant prév. ā on obtient un début de mot hva avec ā ou ǎ, qui a fait croire à plusieurs savants que hva était une forme alternante de hu-. En réalité, dans la plus grande partie des cas, le préverbe ā est garanti ; dans les autres l’a qui suit hv- est, soit une simple graphie, soit le résultat d’une action analogique à partir des composés à 1er t. hva- « soi-même ».

105Le préverbe ā est garanti dans hvā-marždika- « compatissant » pour la même raison que dans ana-marәždika-, ci-dessus, et de plus, les deux analyses se confirment mutuellement ; hvā-frita- « très aimé » s’analyse en hv-āfrita-, puisque frāy « satisfaire » s’emploie couramment avec le préverbe ā ; de même, xvā.bairya- « bonne récolte » s’analyse hv-ābairya-, bar « porter » s’employant couramment avec ā, et cet emploi s’accordant particulièrement avec le sens de « récolte » ; de même encore xvā-stātay- « qui est dans une bonne situation », l’emploi de stā « se tenir » avec le préverbe ā étant bien attesté ; enfin xvā-tačina- « aux bonnes pentes » s’analyse hv-ātačina-, tak « courir » étant attesté avec préverbe ā ; et hvā-yaozda- est formé de hv- et du verbe yaoz « s’agiter » avec le préverbe ā, comme Y. 65. 4 et Yt. 8. 31.

106§ 44. Dans deux autres composés, le préverbe ā est presque aussi sûr : si son emploi avec la racine verbale n’est pas attesté, il est cependant probable et normal, vu le sens de mouvement de la racine. Ce sont xvā-θaxta- « bien lancé », qu’il faut comprendre, avec Geldner, Stud. z. Av., p. 160, hu-āθaxta-. Zubatý, KZ, XXI, p. 53, prétend que cette analyse est fausse, parce que, dit-il, hu devant voyelle initiale de 2d terme s’écrit toujours hv, jamais xv et que, par conséquent, la voyelle fait ici partie du préfixe. C’est là invoquer comme argument la thèse qu’il s’agit précisément de démontrer : comment savoir en effet, par quels signes, éventuellement distincts, s’écrivent hv-a et hva, avant d’avoir établi dans quels exemples l’a fait partie du 1er terme, et dans lesquels, du préfixe ? — xvā-θaxta- est formé de hu + - ā-θaxta- comme hu-θaxta- de hu + θaxta-. — Le 2d composé est hvā-yaona- qui fait, de la même façon, couple avec hu-yaona. Depuis que M. Benveniste a établi pour yaona- le sens de « cheminement » à partir d’une racine yav, on ne s’étonnera pas que cette racine, vu son sens, soit pourvue du préverbe ā. Le même 2d terme ā-yaona- qu’il faut supposer dans hvā-уаопа- apparaît, du reste, à ce qu’il semble, dans ×barәm-āуаоnа- « qui chemine vers le rut », selon l’étymologie proposée § 196.

107§ 45. L ‘ā de hvārәt- s’explique comme celui des autres cp. terminés en ārәt- : il s’agit, comme l’ont vu Andreas-W., 4° g., p. 13, d’une mater lectionis destinée à marquer le syllabisme ohu(v)ṛt-, en arsacide h w (w) ‛ r t, et prise à tort par les transcripteurs pour le signe de la longue.

108L’exemple xvā-paθana- « offrant de bons chemins » est à première vue embarrassant, a ne peut y être préverbe, paθana- étant substantif. Mais l’on remarquera, d’une part, que son état d’altération est trop grave pour qu’il fasse autorité (malgré H., Mithra, p. 79), de l’autre, que l’ā y peut fort bien résulter de l’action analogique du cp. de sens et d’emploi tout voisins ohv-āyauna- étudié ci-dessus.

109§ 46. Il reste deux exemples, xvāxšaθra- N. et xvādaēna- N., que leur qualité de noms propres ne permet pas d’interpréter exactement. Le 1re t. est probablement le pronom hva-, mais rien n’y distingue l’initiale xvā de celle des composés où elle s’analyse hu + ā. On conçoit que cette même ambiguïté qui fait hésiter l’exégète ait pu être dans la langue, ou du moins dans la pensée des transcripteurs, une source de confusion : on a pu prendre, d’après des composés ambigus comme ceux-là, un hva pronom pour une forme du préfixe hu. С ‘est ainsi que sont nés, probablement les xvā.saoka- « accordant un bon profit » et les hvā-vaēγa- « à la bonne attaque ». Mais cette forme hvā est un pur accident. Elle n’est pas une vieille forme d’alternance de hu-, datant de l’indo-européen et dont on avait cru retrouver témoignage en skr. et dans deux langues germaniques (Bugge, KZ, XX, p. 34).

110§ 47. Des conditions graphiques particulières ont défiguré le préfixe hu- dans les composés suivants :

  1. xva-wrīra- « fécond », litt. « ayant bonne coupe, bonne récolte », attesté métr. Yt. 13. 55 (biffer ) urvaranąm xvawrīranąm ; xva est la transcription d’un hv accompagné d’une mater lectionis destinée, dans le texte arsacide, à noter le syllabisme ohu-wrīra- : sans cette m. l., on aurait pu lire un inintelligible *hvrīra-.
  2. hvō.aiwišak- « se tournant volontiers vers quelqu’un », mét. Y. 52.1, pentasyll. hvō.aiwišačim. Un ohu-(v) -abišak- était noté par les signes h w w ‛ ˚ etc., qui ont été transcrits hvō˚ etc.
  3. g. +hvō-γžaθa- « où l’on nage bien » semble avoir un ō purement graphique.
  4. sur g. hvō.gva- N., j. hvōva- et son féminin hvōvī-, cf. § 229. Pour ces quatre exemples, il est possible que, tout au moins dans la transcription, l’analogie des composés à 1er t. pronominal hva-, invoquée ci-dessus, ait joué un rôle.

ÉTUDE GÉNÉRALE DU 2d TERME.

111Remarque préliminaire. Le 2d terme étant toujours un thème nominal, son étude, à la différence de celle du 1er, ne comprend qu’une partie. En y suivant le même ordre que dans celle des 1ere termes nominaux, on y traite successivement : I. de la fréquence et de la rareté d’emploi de certaines espèces de noms ; II. du sort des 2ds termes féminins ; de la forme féminine des composés ; III. de l’opposition entre un thème de simple et un de 2d terme ; IV. des suffixes de composition.

I. Fréquence et rareté d’emploi de certaines espèces de noms.

  1. (W. 36 a) Beaucoup de noms verbaux, en particulier les participes, n’apparaissent en composition qu’après indéclinable, cf. § 145.
  2. A l’inverse, certains thèmes de noms verbaux n’apparaissent qu’en 2d terme, jamais en simple, cf. § 74 sq.

II. A. Sort des 2ds termes féminins.

112§ 48. On sait que, dans les bahuvrīhis et dans les composés à 1er terme régissant, le genre du 2d terme s’efface devant celui qu’impose au composé sa fonction dans la phrase : ainsi daēnā- »religion » est du fém., mais le bahuvr. aγa-daēnā- adj. « mécréant » est tour à tour masc, neut. ou fém., selon le genre du substantif auquel il se rapporte. Ce 2d terme, qui perd le genre féminin, en perd aussi la caractéristique formelle, sauf au féminin du composé : le masc.-neut. du bahuv. cité est aγa.daēna-, en face du fém. aγa-daenā. Le thème qui en prend la place au masc.-neutre est, soit, 1°) un thème en a- quand le simple était un féminin en a-, soit, 2°) un thème en i-quand le simple était un féminin en ī-. Du cas 1°, on a une masse d’attestations, où nous prenons au hasard les suivantes : aγa.daēnā- »mécréant » est attesté sous la forme aγa.daēna ; tiži.dātā- « à la morsure aiguë » sous la forme tiži.dātahe ; ˚dārā- « id. » sous la forme ˚rəm ; tiži.srvā- « aux cornes pointues » : ˚srvahe ; pərəθu.= vaēδayanā- « se trouvant sur un large guet » : ˚nəm ; pouru.sarəδā- »aux nombreuses espèces » : ˚ō ; a-zrazdā « sans foi » : ˚dāi (Dat. masc.) ; pairi.gaéθa- est un neutre substantivé à partir de l’adj. formé de opari et du féminin ogaiθā-, — La règle étant absolument générale, il est inutile d’énumérer tous les cas.

1132°) en face d’un simple en ī-, le composé est en ī : stvī.manaoθ- « à la nuque solide » est attesté au Nsg. masc. sous la forme ˚riš ; hąm.nairī- « avec son épouse » est attesté au Gpl. masc. sous la forme ˚rinąm. — Les génitifs dawrāmaēšōiš, etc. peuvent s’interpréter de deux manières, qui sont exposées au IV.

114B. En indo-européen, un composé à 2d t. en *-o- gardait ce thème au féminin. Le grec reste fidèle à l’état ancien avec son type ῥοδοδάτλος. Ni le skr., ni l’av. n’ont conservé ce type.

115§ 49. Le skr. (W. 38 a) remplace le thème en a- par un thème en ā-. L’avestique fait de même : drvāspā- N. fém. « aux chevaux sains », duγδō.vā- N. fém. « qui trait les vaches », pančā.sadvarā- adj. au fém. « aux 500 portes », oaspa-kṛpā- adj. fém. « à la forme de cheval », apuθ- adj. fém. « enceinte » ; hutaosā- N. fém. « aux belles cuisses », etc.

116§ 50. Quand le 2d terme était en ˚tar-, il prend au féminin du composé la forme ˚θ-. Ainsi hufəδrī- est le féminin de l’adj. hu-ptar- »au bon père » ; avec le même 2d terme, on a les N. fém. vaŋhu.= fəδrī-, әrəδat̤-fəδrī- et srutat̤.fəδrī. — Le même ī s’est employé pour le fém. de composés à 2d terme en ˚θra- : ex. hudoīθ- adj. fém. en face des masc. en ˚θra-. Cet ī s’est enfin étendu librement à des fém. de composés à 2d t. en a- quels qu’ils fussent : xvaētvadaθa- »au mariage endogamique » a ainsi deux fém., dont l’un xvaētvadaθā- suit la règle et dont l’autre, xvaētvadaθī-, est analogique ; de même, le fém. de hazaŋrō.huna- est (à l’Asg.) ˚hunąm, mais avec la variante ˚hunīm. Enfin, hvō.gva-, hvōva- fait au fém. hvōvī-.

III. Opposition entre un thème de simple et un thème de 2d t.

117§ 51. Quand le thème du 2d terme a une déclinaison alternante, r/n, une opposition se manifeste entre la forme adoptée en composition et celle qui s’est généralisée au simple : dans le cas de zafar-/ zafan-, zafan- (doublé de zafah-) sert en composition, ex. θrizafan- « aux trois gueules », zafar- se généralise au simple ; cf. pourtant zaranyō.zafar- ; en face du simple baēvar- « 10.000 », on a le cp. pouru.baēvan- « aux nombreuses dizaines de mille » ; enfin, du thème alternant karšvar-/ karšvan-, le simple garde les deux formes ; la 1re figure en comp, dans le dvigu plur. haptō.karšvan- ; le bahuvrīhi *haptō.karšvan- « aux sept parties » a pour fém. ˚karšvairī- selon l’opposition ašāvan- : ašāvairī-. — tarō.dənan- paraît s’opposer à danar- « portion ».

118Des couples xšapar-/xšapan- et ayar-/ayan-, au contraire, c’est le thème en -r- qui figure en composition : ×nava.xšapara-, ×θri.ayara-.

119§ 52. Quand le 2d terme est tout entier capable de différents degrés, le degré qui figure en composition est souvent le plus faible. Ainsi, pasav- prend en 2d terme la forme fšav- : haurva-fšav- « au bétail indemne », frādat̤.fšav « qui augmente le bétail » ; en face de la racine dā(y) « prendre soin de », on a le cp. à 2d t. réduit gaoiδya- (ogau-dya-) « qui soigne le bovin » ; fštāna- prend en 2d terme la forme fšna- : ərədva-fšna- « aux seins dressés ». En face de skr. ghaná- « destructeur, destruction », le skr. et l’av. sont d’accord pour présenter en 2d terme de composé le degré zéro de la voyelle radicale : skr. áhi-ghna- etc., av. vārəγna-, vәrəθraγna- etc. cf. § 96. De même, en face de skr. deça- « région », l’av. a le cp. ×daēnō. = disa- ; en face du skr. jána- « homme » (= né), l’av. a le cp. ā-sna- »inné ». En face de *mana-, on a le skr. su-mná- « bien intentionné, etc. » et l’av. oana-mna- « qui pense selon », cf. § 106. — Après le préfixe a-, un degré faible est bien attesté dans a-hąxšta- « innombrable » en face de *xšāta-, mais on a ici non seulement a-, mais aussi ham-. Quand a- est seul, un degré faible n’est jamais attesté sûrement : pour a-δaoyamna- « qu’on ne peut tromper », la métrique garantit même le degré fort : oa-dabyamna- (tétrasyll.) ; a-xšyamna-est trisyll. ou tétrasyll., de sorte que la métr. ne décide rien ; (+a-ĵiδyamna- « qui n’est pas invoqué » est pentas., ce qui donne oa-ĵadiyamnāi) ; +a-xšyant- « impuissant » n’est qu’une variante ďaxšayant- : c’est sans aucune preuve que Bthl., invoquant une prétendue fréquence du degré faible après a-, adopte la leçon + a-xšyant-de préférence à l’autre. Bien mieux, dans le cp. pančō.hya- « aux 5 caractères », c’est à tort qu’on lit un 2d terme hya-, interprété comme forme faible du simple haya- : le mètre, Yt. 13.10, exige un pentasyllabe opanša-hayayå. Ainsi, le mot haya- garde en 2d terme sa forme du simple. — En revanche, bixəδra- paraît contenir un ˚gətra- s’opposant à skr. gātra- « membre », et les noms propres ōiγmatastura-, pairištūra- et baēšatastura- un ˚stura- s’opposant au simple staora- « gros bétail » et aux cp. en ˚staora-.

120§ 53. Le degré faible figure notamment en 2d terme élargi du suffixe de composition -a- (W. 52 a) : hvō.gva- N., hvōva- et aētava-N., litt. « aux bons bœufs ; aux bœufs luisants » en face du simple gav-. paitipa- « qui va contre l’eau », dvaēpa- « île » en face du spl. ap-. ohvasč(u)va- en face du spl. asčav-, cf. § 228. Mais il est loin d’y être de règle, car, en face des composés ci-dessus, on a par exemple un ×tat̤.āpa- etc., cf. § 213.

IV. Suffixes de composition.

A. Les suffixes -ka-, -i- et -ya- sont étudiés en skr. par W. 45, 46,47.

121§ 54. -ka-. Ce suffixe, très fréquent en skr., W. 45, était indoiranien : v.-p. anāmaka- litt. « sans nom » est identique à skr. anāmaka- ; mais il n’a fait fortune que dans l’Inde, et seulement au cours du développement skr. : le RV. n’en contient encore que 2 exemples. L’avestique reflète l’état ancien, avec son exemple unique où -ka- soit sûrement un pur suffixe de composition : humayaka-, n. pr., en face de hu-mayā- adj. « béni ». — Dans арərənāyuka enfant mineur », en face d’a-pərənāyav- « id. », le suffixe est la marque du diminutif : skr. putraká-. Les deux suffixes -ka- sont formellement différenciés en skr. par la place du ton. En revanche, celui de composition se confond, à l’origine, avec le formatif d’adjectifs, dont il semble n’être qu’un cas particulier, que caractériserait seulement l’absence de la forme -ika-. Le matériel est trop réduit pour qu’un tel critère négatif lui soit pratiquement applicable. On hésite donc à se prononcer sur le rôle du suffixe dans les 4 adj. de Yt. 5. 95 : nivayaka nipašnaka apa. = skaraka apa.xraosaka. Seulement, ce n’est sans doute pas un hasard si tous les quatre, ainsi que le féminin ə-vərəzikā- « fainéante » qualifient des êtres démoniaques. Le suffixe -ka- semble donner à ces formations un sens défavorable. Pour Edgerton, k-suffixes, p. 69 sq., cette nuance convient au seul ə-vərəzikā-, tandis que, chez les 4 autres, le suffixe servirait à marquer « une qualité permanente ». Mais, tout invite à réunir ce qu’il sépare : car, outre la similitude d’emploi, la structure est la même dans les 5 cas : ni-vayaka- « terrifiant » et apa.xraosaka- « vociférant » sont immédiatement clairs ; apa.skaraka- est laissé sans traduction par Bthl. et Edgerton ; sans doute doit-il être rapproché de skr. apa-s-kṛ- (ṛ long) « gratter du pied, all. scharren » et signifier : « trépignant », cf. Darmesteter ; ni-pašnaka- ne fait exception qu’en apparence, car il ne contient pas, comme le veut Bthl. (suivi par Edgerton), un nom en -na-, mais, comme les 3 autres mots, un verbal radical thématique : pašna-, en effet, se tire immédiatement du présent 11 thématique ×spašna- ; ə-vərəzikā, comportant un 1er t. indéclinable et un 2d t. verbal radical athématique, est formé comme les 4 précédents. — Sur urunyō.vāiδimiδkā-, cf. § 105.

122§ 55. -і- (W. 46) figure dans avi.miθray- « ennemi de M. » ; hazaŋrô.vāray- « aux mille gouttes de pluie » en face de vār- »pluie » ; xšvaš.ašay- « aux 6 yeux » en face d’- « œil » ; selon W., dans paiti.bišay-. Avec vŗddhi de la 1re syllabe, dans mâzdayasnay- « adorateur de M. » et vārəθraγnay- « qui triomphe de la défense », (v. p. bāgayādi « vénérant les dieux », skr. sāìrathi-, Whitney 1221a, Debrunner, IF, LII, p. 136.).

123Une série de génitifs sing, sont ambigus : dawrāmaéšōiš N., syāvaspōiš N., sāimužōis N., sāyuždrōiš N., avāraoštrōiš N. Deux possibilités se présentent : I. les 2ds termes sont des féminins en raccourcis en composition en і- comme dans le cas de stvī.manaoθriš, hąm.nairinąm. Telle est l’interprétation de Bthl. — II. les 2ds termes sont des masc, en a- pourvus du suffixe de composition -і-, comme dans le cas d’avi.miθray- etc. Cette 2de interprétation, proposée par M. Frisk, Zur Indo-ir... p. 62, se juxtapose à la 1re, sans la détruire. Faute d’aucun moyen de décider entre les deux, il faut les laisser subsister côte à côte et comprendre « aux moutons noirs » ou « aux brebis noires » ; « aux chevaux noirs » ou « aux juments noires » ; « aux ânes tachetés » ou « aux ânesses tachetées » ; « aux chameaux t. » ou « aux chamelles t. » ; enfin « aux chameaux ou aux chamelles — ?— ».

124La même ambiguïté existe au sujet de pouruδāxštay-.

125§ 56. -ya- est, comme en skr., tantôt suffixe de dérivation formant des substantifs à partir d’adjectifs, tantôt suffixe de composition servant à construire des bahuvrīhis.

126Les exemples du 1er cas sont āsu.aspya- « rapidité des chevaux » et les autres étudiés § 204.

127-ya- figure comme suffixe de composition (W. 47) dans les banuvrīhis oīša.xšaθrya- « au pouvoir fort », hupaθmainya- « aux bons chemins », θrivačahya- « comprenant 3 mots », aēvō.māhya- »qui a un mois » et les suivants § 219 ; xvaraiθya- « servant la bonne cause », lire ohuv-arθ-ya-, ×hu-raθya- « au bon char », variante de +hurāθva- « id. ». — Un même composé peut en être muni ou dépourvu : ainsi vīspō.bāma- et vīspō.bāmya- signifient tous deux « qui a beaucoup d’éclat », oparu-fravraisa- et oparu-fravraisya- « aux nombreux prolongements » ; vyarәθa- et vyarәθәya- « incontesté » ; a-xvafna- et a-xvafnya- « sans sommeil ».

B. Outre ces 3 suffixes, étudiés en skr, l’av. connaît -va-, -ra et -an-.

128§ 57. -va- est représenté dans upaošaŋhva- « oriental » = upa + ušah- + va-, dans +hurāθva- « au bon char » et dans +vivārәšva-.

129§ 58. -ra- figure dans snāvarə.bāzura- « qui a des lacets pour bras », ainsi que dans xvāpara- « bienfaisant » et dans +yahmya- = ĵatara-.

130§ 59. -an- apparaît dans aēnō.manaŋhan- « aux intentions de violence » en face du simple manah- ; dans oha-varah-an- en face de ˚varah- ; dans awždānvan- N., litt. « contenant un courant d’eau », en face du s. dānav- ; dans ×vīmītō.dantan- « aux dents difformes » en face du s. dant- (dantan-, du F. exclusivement, est sans doute pris à un cp.) ; dans hvāraoxšan-, cf. § 205, qui n’implique pas de tatpuruṣa *hva-raočah- « lumière propre » et est formé directement comme bahuvr. à l’aide de hva— + raočah- + -an-. Sans le suffixe, on a le bahuvr. skr. svárociṣ-. Ce suffixe fournit des doublets : haosravaŋhan- en face de haosravaŋha- ; əvīspō.xvafnan- « qui n’a pas tout son sommeil » en face de ˚xvafna- « id. » ; kasu.xraθwan-(N.) « à l’intelligence petite » en face de ˚xratav- (V.) « id. ». Sans doute spәntō.frasan- « aux questions sacrées » alternait-il de la même façon avec un *spəntō.frasa- « id. ». — En revanche, ərəžuxδan- posé par Bthl., en face de ərəžuxδa-, n’est pas sûr : Lommel, NGGW, 1934, p. 85, interprète әrәžuxδā du Y. 44. 19 comme l’ISg. d’ərәžuxδa-.

С. Voyelle thématique -a- (W 48).

131§ 60. L’existence de ce suffixe indo-européen en avestique, méconnue par Bthl., a été démontrée par Hj. Frisk, Zur Indoiranischen..., p. 51 sq. — Il nous suffira de reviser et de compléter la liste de ses exemples.

132a) le mot ap- (ā ou ă) « eau » fournit des composés en apa-. Ce sont ×urvāpa- et ×uruyāpa- « aux eaux salées », cf. § 201 ; ×tači.apa- « à l’eau courante » (le sens « eau courante » est certainement secondaire), ×tat̤.āpa- « ayant des eaux tombantes », an-āpa- »sans eau », paitipa- « qui va contre le courant », upāpa- 1. « qui est sous l’eau » et 2. « qui a de l’eau en soi », dvaēpa- « île », litt. « qui est entre deux eaux », vī-āрō.təma- « le plus privé d’eau ». — de tačat̤.āpa N. duel et de frat̤.āpəm Asg., on ne peut dire s’ils sont thématiques ou non.

133b) le mot kəhrp- « corps » fournit des composés en kəhrра-. Ce sont ×aspō.kəhrpa- « au corps de cheval », § 166 et ×maxši.k˚ « au corps de mouche, sous la forme d’une mouche », § 192.

134c) le mot pad- « pied » fournit des composés en a-. Ce sont les dvigus pluriels θri-bda-, bi-bda, vīspa-bda- « 3 liens, 2 liens, tous les liens », § 223 ; en outre, ×ayaŋhō.pāδa- « aux pieds de fer », ×bərəzi-pāδa- « au pied haut », ×zaranyapaxšta.pāδa- « aux pieds ornés d’or » ; ×aēvō.paδa- est un bahuvr., employé ici adverbialement, § 219. — θri-раδəm et nava.paδem, § 219, sont ambigus. — frabda- « cou-de-pied » n’a que des formes ambiguës, mais son caractère thématique est garanti dans frabdō.drāĵō, § 169 et § 217.

135d) le mot yār- n. « année » fournit un tarō-уārәm, § 234, ambigu.

136e) le mot ayar- n. « jour » fournit uzayara- n. « après-midi », frayara- n. « matin ; matinal » ; les adverbes bi-ауаrәm, θri.˚ et vīspō.˚ sont ambigus, cf. § 219. — le mot xšapar- « nuit » fournit ×θri.xšapara-, ×bi.˚ etc., ibid.

137f) aucun des exemples qu’on peut fournir de composés en nar-a- n’est concluant. Il s’agit, en effet, soit de génitifs sg. de la liste du Yt. 13 : usmānarahe, frādat̤.narahe, aošnarahe, ĵannarahe, vanārahe ; soit de formes ambiguës : framәn.narąm framәn.narō.vīrąm (influence possible de la 2de épithète sur la 1re, comme l’admet Bthl.), роuru.narәm. — le seul aošnarō, Nsg, peut être refait sur le pseudogénitif en -ahe. Il n’apparaît que tardivement. — Le seul composé bien attesté qui contienne nar- en 2d t. est athématique : g. kamnā-nā « ayant peu d’hommes » ; cf., sur toute la question, F. Sommer, Ahhijavā, p. 46 sq.

138g) le mot zam- « terre » fournit аδairi.zema- « qui est sous la terre », upairi.zәma- « qui est au-dessus de la terre » ; upasma- »qui est sous la terre » et nisma-×n. « profondeur », litt. « qui descend dans la terre », § 234.

139h) le mot zyam « hiver » fournit les dvigus hazaŋrō.zәmа- « mille hivers », θri.satō˚.’ etc., § 223.

140i) le mot ham- « été » donne ×maiδyōi.šәma- m., N. de divinité, litt. « qui a rapport à l’été en son milieu », § 195.

141— Les composés en ˚vaxša-, ˚varəza- ont un 2d terme verbal. Ce 2d terme est tantôt thématique, tantôt athématique. Il n’y a pas là de suffixe de composition.

142j) le mot dam- « maison » donne le locatif g. hadәmōi qui est ambigu ( arbitrairement athématique chez Bthl.).

143k) le mot māh- « mois, lune » fournit g. maidyōi.måŋha-, j. maiδyōi.måŋha- litt. « qui a rapport au mois en son milieu » ; ×antarә.måŋha- et хрәrәnō. måŋ- § 212 et § 234.

144l) le mot gav- « bovin » fournit, à côté des athématiques dāzgrō.gav- N., litt. « aux bœufs foncés », paršat̤.gav- N., litt. « aux bœufs tachetés », hugav- N., litt. « aux bons bœufs » etc., les thématiques duγδō.vā- N., litt. « qui trait les vaches », aētava-, N., litt. « aux bœufs luisants » et hvō.gva- etc., « aux bons bœufs ». En ce qui concerne ce dernier composé, Bthl. voit dans les deux hvōvō du Yt. 5. 98 (cf. āsu.aspa- § 201) des Nplur. athématiques, en face du Nplur. thématique ˚våŋhō et des autres formes, toutes thématiques. Mais de quel thème ? — Le seul que l’on puisse poser, *hvō.gav-, ne donnerait rien d’autre que *hvō.gāvō (on ne voit pas que la racine doive subir de réduction plus que dans les G.duels ˚gavå de dāzgrō.gav-, paršat̤.gav-). Il faut donc expliquer hvōvō, comme les autres formes, par un thème hvō.gva- : on est réduit à supposer le texte légèrement altéré et à lire ohāuvāhō, comme 4 vers plus haut (écrit hvōvåŋhō).

145Enfin, c’est sur un athématique *hәndav- « Inde, Indus », que repose le cp. +us.hәndava- « qui est au-delà de l’Inde ou de l’Indus ». De même, asčav- « cheville » fournit ×hvasč(u)va- « aux belles chevilles ».

146m) le mot gav- « main » fournit aēvō.gava- « à une main », darәγō.gava- « à la main longue » ; asəngō.gāum est ambigu.

147Les cp. où le 2d terme est pourvu, au simple, d’un suffixe -ah-, -an-, -і-, -u- ont deux façons d’admettre la voyelle thématique, suivant que celle-ci s’ajoute ou se substitue au suffixe du simple.

148n) des mots en ah- ont été, en 2ds termes, soit 1° pourvus du suffixe -a-, soit 2° déclinés simplement comme des thèmes en -a- :

  1. ×pouru.xvarәnaŋha- « au grand Xv. » ; ×stәhr.paēsaŋha- est ambigu ; (vīspō.paēsah- est athématique) — ×әrәzu.stavaŋha- « qui a l’épaisseur d’un doigt », ×baē.˚ « id. de 2 d. », ×bāzu.˚ « d’un bras » ; ×pәrәsu.masaŋha- « qui a la grosseur d’une côte », ×bi˚ « de deux ». — l’adv. pąstō-fraθaŋhәm suppose un adj. thémat. « qui est dans la largeur du cuir » ; sont de même thématiques zәm.= fraθaŋha-, ×danu.drāĵaŋha- et ×hvarә.barәzaŋha- attestés Y. 60. 4.
  2. un thème en ah- de simple devient en composition un thème en -a- : ×tarō.t̤ baēša- « qui surmonte l’hostilité » en face du spl. t̤baēšah- ; kasu-đraona- « qui reçoit peu de soin » en face de draonah- ; paiti-vara- n. « nuque », en face de varah- « poitrine » ; ×urvī-sara- »dont la tête finit en pointe » en face de sarah- ; vouru.ašta- « aux larges haltes » en face de ×aštah- n. « lieu d’arrêt », В., Inf., p. 39 ; vīspō.paēsa- (à côté de ˚paēsah-) en face du spl. paēsah- (le paēsa-du F. est sans doute tiré d’un ср.).

149o) des noms en -an- sont traités comme les noms en -ah- ci-dessus :

  1. -an- est élargi en -ana- dans ×әrәdvō.åŋhana- « au visage tourné vers le haut » ; vī-zafāna- « à la gueule ouverte ».
  2. une finale de spl. en -man- devient -ma- dans le cp. ×duždāma- ; une finale de spl. en -an-, skr. mūrdhán- « tête », devient -a- dans av. kа-mәrәδа- n. « tête dévique » ; de même, le Nsg. dātō.rāzō suppose non pas un thème en -ah- (Bthl.), mais en -a-, s’opposant au simple rāzan-/rāzar-.

150Quant à čaθru.čašmәm et θri.afsmәm, il s’agit bien, comme le voyait Bthl., du changement purement phonétique de n finale en m. Il faut donc poser avec lui čaθru.čašman- « aux 4 yeux », θriafsman- »à 3 vers ».

151p) en face d’un spl. en -і-, on trouve :

  1. un 2d t. en -aya- dans darəγa.arštaya- « à la longue lance » (à côté de tiži.arštay-) ; gantay- « odeur » fournit le cp. viš.gaintaya- »à l’odeur de poison ».
  2. un 2d t. en -a- dans zairimyaŋura- « tortue », cf. skr. daçāṅgula- : skr. aṅguli- f. « doigt » (W. 51) ; dans ךapā.yaona-, ašā˚, pәrәθu˚. en face du s. attesté dans le skr. yóni-.

152q) en face d’un simple en -u-, on a :

  1. un 2d t. en -va- ou -ava- : dans fra.piθwa-, dāityō.˚ etc., cf. pitav- ; dans xšviwi.išvatəma- à côté de xšviwi.išav-, cf. išav- ; dans aŋrō.mainyava-, spəntō˚. en face d’aŋrō.mainyav-, spəntō. ; dans g. kamna-fšva- en face de pasu- ;
  2. un 2d t. en -a- dans duž-aka- en face d’akav-. Voir en outre ci-dessus, l) et m).

153r) en face d’un simple en -r-, on a un cp. en -ra-, fém. -- : dans pouru.brāθra (épithète de hutaosa) « aux nombreux frères », selon l’interprétation de Wackernagel, Festg. Kaegi, p. 64. Mais, l’explication de Bthl., par un neutre *brāθra- « Brüderschaft », équivalent de skr. bhrātrá-, est également possible.

154§ 61. Ainsi, le suffixe -a- de composition est attesté en avestique aussi bien qu’en sanskrit. Mais cette constatation ne doit pas faire perdre de vue que la grande majorité des banuvrīhis et des composés à 2d terme régi est dépourvue de tout suffixe.

155Pour établir cette majorité, et le rôle restreint du suffixe -a- de composition, on doit écarter d’abord, de la masse des banuvrīhis et des composés à 2d terme régi, les composés à suffixe autre que -a-, ex. avi.miθray- « ennemi de Mithra », au nombre de 27 ; ceux, au nombre de 476, où, le 2d terme étant déjà thématique au simple, la voyelle -a- n’est pas un suffixe de composé, ex. āθravō.puθra- « qui a des prêtres pour fils » ; ceux enfin qui ne sont attestés que sous une forme ambiguë, ex. tačat̤.āра « à l’eau courante » NDuel, au nombre de 12. Parmi les 424 qui restent à considérer, 62 seulement ont un suffixe -a- de composition, ex. ×tat̤.āpa- « ayant des eaux tombantes », contre 362 dépourvus de tout suffixe, tel vouru. = gaoyaotay. « aux larges pâturages ».

156Il n’y a donc aucune raison de considérer, avec M. Frisk, comme suspect ou comme secondaire l’athématique upa.pad-, cf. § 234.

157D’autre part, dans tous les cas où le cp. n’est attesté que sous une forme ambiguë, on n’a aucun moyen de décider s’il est thématique ou athématique. Ici, M. Frisk, en déclarant très vraisemblable le caractère thématique d’aēvō.pāδem, § 219, semble attribuer aux formes thématiques, non pas, il est vrai, l’exclusivité comme ci-dessus, mais encore cependant une prépondérance que contredisent exactement les faits.

158§ 62. Il arrive en skr. qu’un bahuvrīhi soit pourvu, par une sorte de pléonasme, d’un suffixe marquant la possession (W. 53). En avestique, tel est le cas de hvąθwavant-, à côté de hvąθwa- « au bon troupeau », ainsi que de vohvāvant- « pourvu de bon éclat » et de paityaršavant-, cf. § 225. — Tel serait aussi le cas de *hvasču- = vant- posé par M. Hertel. — Mais il n’y a pas d’autre exemple sûr. En effet, dans afrō.urvisvant-, a-fradərəsvant-, c’est a- qui s’est ajouté à un dérivé *frō.urvis-vant-, *fradәrәs-vant- : seule manière d’expliquer le sens négatif des composés. — Quant à nairyąm.= hąmvārәtivant- « ayant une bravoure virile », ce n’est qu’une fabrication (bien qu’attestée métr. Yt. 19. 42) résultant de la combinaison du composé hąmvārətivant- avec l’expression stéréotypée nairyąm hąmvartīm mét. Yt. 13. 39, Y. 32. 5. (hąmvartīm n’était jamais attesté sans cette épithète : d’où le besoin de compléter par elle le composé).

ÉTUDE DE LA JONCTION DES TERMES

159Certains phénomènes se sont produits à la jonction des termes, soit dans la langue, soit seulement dans l’écriture.

160§ 63. L’ancien sandhi a été préservé à la faveur de la composition.

  1. une s initiale de racine, tombée au simple, s’est conservée en composition : dans oratu-šmr̥t- (aussi paitišmarəti) en face de mar et opati-šmuxta- en face de skr. muñcáti, cf. § 18.
  2. une s initiale de racine s’est conservée en simple sous la forme h- et est devenu š- en composition après і, u, k ; l’h du simple a été restituée dans l’écriture, d’où le groupe graphique ˚š.h˚ (ou ˚š.xv˚). On en a vu ci-dessus, § 18, les exemples ašiš.hak- « qui suit l’A », pasuš.haurva- etc., etc. U faut y ajouter g. ānuš.hak- ; huš.hąmbərəta-, ˚bərət-, huš.hąmsāsta-, huš.haxman-, paitiš. hahya-, pairiš.hāvanay- et les exemples de Bthl. § 304, 45.
  3. les autres cas d’ancien sandhi sont signalés par Bthl., ibid. On peut y ajouter, sous 3) : druĵas-kanā-, g. +vasasə.xšaθra- en face de j. vasō.˚ ; sous 5) : vaŋhaz-dāh- ; sous 18) : g. hušəna-.

161§ 64. Le traitement de ərəš et duš mérite une mention spéciale.

  1. M. Meillet, J As. 1917, p. 193 a rendu compte de la variation ərəž-, ərəš - et arš- en 1er t. de cp. L’état ancien présentait ž devant sonore et š devant sourde, g. әrәžuxδan- est ancien. Au contraire g. әrәš.vačah-, j. arš.uxδa-, arš.vačah-, arš.manah- contiennent un š généralisé à partir du spl. or̥š.
  2. La Grammaire du v.-p.2, p. 100, note la généralisation du š dans le cp. v.-p. dušiyāram, pehl. sass. dušyārī, en face d’av. dužyāirya- qui a gardé la même sonore que duž-ita-, skr. duritám. Une extension toute pareille s’est produite en avestique, où g. duš-itay- s’oppose aux deux dernières formes citées ; la langue gâthique est ici en avance sur la langue dite récente.
  3. La même extension s’est produite devant m dans l’Av. récent, où duš-mata-, duš-manah, duš-mainyav- (pehl. dušman) s’opposent au gâthique duž-manah-. Il s’agit, comme l’a montré В., BSL., XXXIV, p. 29, d’un trait de phonétique dialectale : à l’intérieur du mot, à un -zm- gâthique répond un -sm- avestique réc, ex. : g. urvāzman- : j. urvāsman-. Cette répartition n’est pas observée par huškō.zәmanąm, cf. § 64, ˚zәmō.tәma-, aδairi.zәma-, upairi.zәma-. Il faut donc supposer dans ces trois mots des réminiscences de passages gâthiques, ou bien y voir des réfections artificielles à partir du spl. zam-/zm-. — On remarquera que l’innovation s’est produite, pour duš-itay- du côté gâthique, pour duš-manah- du côté « récent ». Cette constatation fait saisir à quel point les faits dialectaux iraniens sont enchevêtrés.

162§ 65. Divers phénomènes de graphie se produisent à la jonction des termes. Le plus important est la substitution d’ō à a. Elle a été étudiée ci-dessus § 12 sq. — Pour le reste, il convient de signaler ceux qui défigurent les composés au point d’en masquer la vraie nature. Ainsi arənat̤.čaēša- présente la graphie étudiée par Bthl. § 302. 5 : il faut lire oarna-čaiša- cf. § 105. oašahunara- doit se lire, pour le mètre et pour le sens, oaš-hunara-, § 227 ; ašta.aurvant- est pour ×aš.taurvant-, cf. § 142bis ; sur ašәmaoγa-, cf. § 75.

Notes

1 On a pu partir, comme le suggère W., p. 45, Rem., de la forme du gén. sg. xšaθrõ.nafәδrō, où les 2 termes semblent au même cas.

2 Inversement, par un jeu d’analogies aisé à concevoir, un a s’est substitué à l’ō réel dans deux composés écrits sans coupure ; ce sont +tara-δāt- (écrit aussi tarә.δāt-) en face de tarō (g. tarə), skr. tiráh, g. tarә.matay-, j. tarō.matay- ; et, de façon moins certaine, 2para- = δāta-, si le 1er t. y répond à skr. puráḥ « avant ».

3 quoi qu’on puisse penser de l’adj. īša- (peut-être (encours) oaiša-) dont la structure est insolite.

4 M. Wackernagel, consulté à ce sujet, s’est rangé à notre façon de voir, Cf. maintenant Lommel, NGGW, 1935, p. 122.

5 Contrairement à une remarque de M. Wackernagel (24 a, Rem.) qui réservait la possibilité d’interpréter r̥jrá- par « qui va droit », M. L. Renou tient pour à peu près sûr que cet adjectif est une désignation de couleur. (Observation de M. Renou, approuvée par M. Wackernagel).

© Presses universitaires de Liège, 1937

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search