Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Conclusions générales

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir aussi J.L. Kupper, Le village, p. 63–64.

1Les derniers siècles du Moyen Âge liégeois offrent le spectacle paradoxal d’une législation qui se démocratise, tout en maintenant le pouvoir aux mains d’une élite socio-économique1. Plusieurs groupes constituent cette aristocratie. Aux côtés d’anciennes familles scabinales qui, au xve siècle, continuent d’occuper le devant de la scène liégeoise, on constate la présence de nombreux nouveaux venus : lignages d’origine noble, ou gens enrichis. L’accaparement par ces familles des divers organismes détenteurs du pouvoir politique, comme l’échevinage et d’autres offices épiscopaux, les magistratures municipales ou la haute cléricature liégeoise, leur confère un droit de regard sur chacun des niveaux de décision. Cette société qui s’empare des charges apparaît aussi comme un des moteurs de la vie politique liégeoise.

  • 2 Expressions que nous empruntons à différents ouvrages de G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meil (...)

2Un monde « grumeleux », fondé sur un « entrelacement de solidarités multiples2 ». Ainsi a-t-on pu dépeindre la société médiévale : agrégat de petites cellules sociales, hiérarchisées et organisées autour d’une figure éminente, d’un personnage de premier plan. Sans doute, ce modèle peut-il s’appliquer au milieu dirigeant liégeois des xiiie, xive et xve siècles. Quelles sont les caractéristiques de ce système social et ses implications en ce qui concerne la conduite de l’action politique ?

3Autour d’un homme en vue, d’un « homme politique », gravitent d’autres personnages, qui forment comme des cercles de fidèles. Les liens qui unissent ceux-ci à leur chef sont divers et plus ou moins étroits : parenté, domesticité et clientèle, voisinage, métier, etc. Le réseau ainsi constitué est fort composite. Ses ramifications touchent des gens aux statuts sociaux et économiques variés. Un puissant sentiment d’une nécessaire entraide anime le groupe et assure sa cohésion. À l’intérieur d’une cellule, les relations se conçoivent comme un échange de services entre un supérieur et ses subordonnés : le groupe d’inférieurs socialement ou économiquement épaulent leur patron, unissent leurs efforts afin d’assurer son succès. En contrepartie, celui-ci rémunère leurs services de multiples manières : contre le vivre et le couvert, l’obtention d’un avancement social ou, plus fondamentalement, contre sa bienveillance et sa protection. L’entourage de certains grands leaders du xve siècle est bien connu. On y perçoit l’existence de hiérarchies très fortes ainsi qu’une stricte répartition des tâches, par rang social.

4Ces rapports inégalitaires sont dits « verticaux ». Un tel système insère l’individu dans une structure et fait de lui le maillon d’une chaîne. Les exemples des groupements constitués autour de Wathieu Datin ou de Raes de Heers, pour nous en tenir à ces personnalités de premier plan, montrent la complexité et l’ampleur que peuvent prendre de tels rassemblements d’hommes. De leur côté, ces chefs politiques, au cœur de ligues locales, servent eux-mêmes les intérêts d’autrui. En même temps qu’ils dominent la politique liégeoise, ils gravitent à la périphérie d’autres réseaux, incomparablement plus vastes et plus importants, dont ils ne constituent qu’un élément parmi d’autres. Raes de Heers et « sa sequelle », Wathieu Datin et ses sectateurs relaient tous deux dans la cité mosane les visées politiques de Philippe le Bon et de Louis XI, leurs patrons respectifs. Toutefois, ces cas ne doivent pas nous leurrer. Et voir dans chaque chef liégeois, noyau d’un réseau local, une pièce d’un autre ensemble, de plus grande envergure, serait sans conteste erroné.

5Ces relations d’entraide se répercutent sur les adhésions politiques, conduisant des individus à s’engager dans l’action politique au côté de tel ou tel leader. Un regard sur la répartition socio-géographique de positions politiques (largement polarisées sur l’antagonisme cité-évêque) montre d’autre part une importante convergence entre position politique personnelle et appartenance à un milieu social ou géographique donné. Sommairement, les communautés urbaines ou villageoises ont alors tendance à rejoindre le camp liégeois, tandis que les nobles et le haut clergé se rapprochent plus volontiers du pouvoir épiscopal.

6Nous parlons ici d’options préférentielles. Il est en effet indispensable de distinguer l’attitude d’un groupe donné de celle de ses différents membres. Au sein des différents corps sociaux observés, l’existence de dissidences est en effet avérée. De même, certaines communautés adoptent des positions qui divergent par rapport à celles prises par la majorité. En outre, à l’époque qui nous intéresse, entre les partenaires, parents, clients, collègues, les devoirs d’entraide et de solidarité ne sont pas de vains mots. Il n’empêche que, pour vifs qu’ils paraissent, ces sentiments ne s’imposent pas — ou ne s’imposent plus — aux gens comme des réalités imparables. Ainsi, on observe de véritables manquements à l’éthique lignagère ; signe que ce comportement social d’appui aux membres de la parentèle ne s’impose plus comme une obligation et a parfois tendance à s’effacer derrière d’autres motivations plus fortes. Ce constat vaut pour les différents corps sociaux : le chapitre cathédral ou les collèges canoniaux, l’échevinage, la communauté urbaine ou villageoise, etc. Lorsqu’elle subsiste, la fidélité au groupe d’origine résulte par conséquent d’un choix. Celui-ci semble dicté par de multiples mobiles, desquels émerge souvent l’opportunisme. Ce dernier prend de multiples visages. On parlera au mieux de l’espoir d’un succès partagé, au pire, de la crainte d’une débâcle commune.

7Les « partis », volet politique de la sociabilité médiévale, résultent de ces prises de position politiques communes. Cette notion, servie dans nos sources par une terminologie, pour une bonne part héritée de l’Antiquité classique, est fermement établie dans l’esprit des témoins dont nous avons étudié les écrits.

8Les mobiles qui conduisent un individu ou un groupe dans un parti sont multiples : fréquemment, il s’agira de l’adhésion à un projet mûri en commun ou d’une identité de vues avec la cellule sociale à laquelle on appartient. D’autres facteurs, d’ordre plus psychologique, peuvent également entrer en ligne de compte : jeux d’influences, rapports de force, pressions et mesures d’intimidation, ou au contraire, séduction et promesses diverses. Quelle que soit leur composition, lorsqu’ils entendent mener à bien un projet politique, — souvent ce sera triompher de l’évêque —, ces différents groupements se constituent discrètement, dans la clandestinité, puis surgissent de l’ombre, structurés, hiérarchisés, pourvu d’un programme, et même parfois dotés d’emblèmes, reflets de l’image qu’ils entendent donner d’eux-mêmes et de leurs intentions. À leur sommet, quelques hommes qui s’imposent d’emblée à l’ensemble et s’entourent d’une équipe de fidèles. La hiérarchie de ces formations n’est cependant pas immuable. De nombreux tiraillements agitent les sphères dirigeantes. En outre, des degrés s’observent dans l’intensité de l’engagement partisan. Au-delà d’un noyau sûr, indéfectible, on relève la présence d’un cercle de gens moins fermement impliqués, aux convictions éventuellement plus floues et au comportement, par conséquent, plus fluctuant.

9Le parti tend à l’exercice du pouvoir. Une part de son activité consiste à s’emparer des leviers de commande, puis, ce premier but atteint, à assurer sa légitimité et organiser sa survie ; le tout en évinçant un autre groupe, forcément concurrent. Rien d’étonnant, dès lors, que la guerre apparaisse comme l’une des activités majeures des factions briguant le pouvoir : la guerre civile, dans laquelle la faction à peine parvenue au pouvoir s’efforce d’élargir sa base, de se gagner des adeptes dans les rangs adverses et, impitoyablement, élimine ceux qui ne se laissent pas assimiler. Le parti est en effet totalitaire et ne tolère aucune tiédeur à l’égard de ses objectifs. La longévité des factions au pouvoir fut plus ou moins longue. Mais, face à l’évêque, l’issue des luttes liégeoises fut toujours la même : le maintien au sommet quelque temps avant le renversement et le retour en force du prélat. Cette reprise en main nécessitant souvent l’appoint de renforts extérieurs. Le parti défait et ses zélateurs condamnés à l’exil, voire mis à mort, la victoire se solde par une redistribution des cartes : rétablissement des partisans de l’évêque aux postes de commande, et mise en place d’un appareil législatif répressif à l’égard des anciens rebelles dont les autorités revenues au pouvoir continuent de se méfier. Tels sont, ainsi brièvement synthétisés, quelques-uns des traits principaux des ligues liégeoises à finalité politique de la fin du Moyen Âge.

***

10La recherche à laquelle nous avons procédé visait à décrire et analyser des comportements sociaux, dans un cadre politique. Chemin faisant, notre enquête nous a permis d’entrevoir d’autres pistes, qu’à ce stade de l’enquête, nous ne pouvions aborder, mais qui mériteraient d’être, à leur tour, explorées. Il serait notamment intéressant d’ouvrir le débat sur la question des idéologies et de leur corollaire, les techniques de propagande, dont les sources nous dévoilent quelques aspects.

  • 3 Éd. É. Schoolmeesters, Notices, p. 28–31. — Sur l'aristotélisme médiéval : cf. G. de Lagarde, La n (...)
  • 4 Cf. B. Guenée, Un meurtre, p. 232–264.

11Certaines déclarations d’intention partisanes, qui paraissent nettement inspirées de la philosophie aristotélicienne, devraient de même retenir notre attention. Prenons la lettre d’intronisation de Thierry de Perwez3. La référence à la « nature du pays », dont le nouvel Élu est originaire, les exigences explicites d’une soumission du chef de l’État à la Loi ou l’allusion au droit pour la communauté d’élire son chef sont autant de stipulations particulièrement significatives de ce courant de pensée. Les Hédroits, de qui émane ce document, discutent encore d’autres questions : du pouvoir souverain, de son étendue ou des modalités de son application. Enfin, le rejet de Jean de Bavière, qui se fonde sur son refus d’accéder à l’épiscopat, pose le problème du sort à réserver au prince jugé illégitime. Ne faut-il pas voir dans cette mise à l’écart une forme édulcorée de la question du tyrannicide qui se posera avec plus d’acuité en France quelques temps plus tard4 ? Que penser de ce substrat idéologique ? S’agit-il de simples relents de théories dont les échos sont parvenus jusqu’aux oreilles de nos insurgés, sans être forcément bien compris par eux ? Au contraire, et compte tenu du fait que l’un des inspirateurs de cette politique — Lambert Grégoire — est un gradué, doit-on penser que le discours des Hédroits se fonde consciemment sur le mouvement philosophique dont il véhicule certains thèmes ? Assurément tous ces points vaudraient la peine d’être examinés.

12D’autre part, les recherches sur les contacts avec l’extérieur n’ont été qu’ébauchées. Elles ouvrent également d’intéressantes perspectives. Il serait par exemple opportun de mener des investigations vers les ressorts étrangers de certaines orientations politiques locales. La politique impériale au xve siècle, dont l’examen n’a été ici qu’amorcé devrait retenir l’attention. En particulier, en ce qui concerne les liens unissant Jean de Walenrode, l’éphémère évêque liégeois, à l’empereur Sigismond qui l’a fait élire. On évoquera de même les rapports qui paraissent étroits entre les maisons de Bade et de Bavière avec le chef liégeois Raes de Heers et soulèvent également bien des interrogations. Nous formulerons enfin une remarque analogue à propos des relations souvent tendues entre les partis liégeois et la papauté. On perçoit à de multiples reprises la complexité de ces relations, durant les xive et xve siècles, sans pour autant disposer des clefs permettant d’éclaircir les nombreux points qui demeurent obscurs.

13Mais sans doute est-ce là le propre d’une recherche de ce type : en tentant de résoudre une question, en susciter de multiples.

Notes

1 Sur ce point, voir aussi J.L. Kupper, Le village, p. 63–64.

2 Expressions que nous empruntons à différents ouvrages de G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, rééd. Paris, 1986, p. 93 (Gallimard, coll. Folio) et du même auteur, Le dimanche de Bouvines, rééd. Paris, 1985, p. 50 (Gallimard, coll. Folio).

3 Éd. É. Schoolmeesters, Notices, p. 28–31. — Sur l'aristotélisme médiéval : cf. G. de Lagarde, La naissance, II secteur social, passim.

4 Cf. B. Guenée, Un meurtre, p. 232–264.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search