Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Cinquième partie. Les liégeois et leurs voisins : le poids de l'extérieur sur la politique urbaine

Chapitre II. La mainmise franco-bourguignonne sur Liège au xve siècle

Texte intégral

1Du point de vue liégeois, quels facteurs extérieurs à la principauté conduisirent, à terme, la ville à la capitulation de novembre 1467, puis au sac, un an plus tard ?

  • 1 Ces rapports, aux développements complexes et qui dépassent le cadre de notre travail, ont déjà fa (...)

2Avant de poursuivre, une réserve s’impose. Présenter une analyse des arcanes de la politique menée entre Liège-France et Bourgogne est hors de question. C’est un sujet complexe, dépassant largement le cadre de notre recherche et pour lequel existent déjà diverses synthèses1. Notre propos sera plus modeste et portera sur les faits qui touchent plus directement notre propos : les jeux de relations et d’influences qui s’établirent dans les années 1400 entre Bruxelles, Paris et Liège.

1. Des évêques, agents de l’extérieur

3Apparaître comme des agents de l’extérieur semble une caractéristique commune aux quatre prélats qui se succèdent sur le siège de Saint-Lambert entre 1390 et 1482 : Jean de Bavière, Jean de Walenrode, Jean de Heinsberg et Louis de Bourbon. Comment se manifeste cette inféodation ? Quelles sont les conséquences perceptibles pour la cité mosane ?

  • 2 1402, p. 415. — J. de S. lat., p. 95. — J. d’O. ab, p. 227. — C. de Zantfliet, col. 337–338. — En  (...)

4Dans un chapitre précédent, nous avons souligné l’importance des entrées solennelles dans le jeu politique médiéval et les occasions de démonstration de force partisane que ces cérémonies offrent. Le 10 juillet 1390, Jean de Bavière effectue sa Joyeuse Entrée à Liège. Son père, le comte de Hainaut-Hollande Albert de Bavière, son frère aîné, Guillaume d’Ostrevant, héritier présomptif des territoires, des vassaux de ces deux princes l’accompagnent. Albert a minutieusement réglé le programme des fêtes organisées pour saluer l’avènement du nouvel Élu. En plus du cortège d’entrée, un banquet somptueux est offert. Le lendemain, en clôture des festivités, Albert relève le fief de Hainaut des mains de son fils. En soi, ce geste ne peut nous surprendre : depuis la fin du xie siècle, le comté de Hainaut est entré dans la mouvance de l’Église de Liège2. Néanmoins, inscrit cette fois dans le cadre des cérémonies d’intronisation du jeune Élu, il paraît chargé d’un relief tout particulier. Comment en effet ne pas y voir la volonté d’Albert de Bavière de rappeler l’existence de liens privilégiés entre Mons et Liège ainsi que d’affirmer son droit de regard sur le gouvernement que dirigera son fils ? Car le code féodal sert ici les intérêts du comte de Hainaut. En sa qualité de vassal, Albert devra l’auxilium et le consilium à Jean de Bavière devenu son suzerain. Ainsi, par ce programme de fêtes, la parentèle du nouvel Élu semble avoir proclamé son intention de s’emparer des leviers de commande liégeois.

  • 3 Voir ci-dessus partie 3, Évolution des Partis.
  • 4 Art. 6 de la Paix de Caster (ROPL, p. 373–374).
  • 5 Jean de Bavière conservait de fréquents contacts avec sa parentèle. Ainsi, des comptes montais dat (...)

5Pendant les dix premières années du règne de Jean de Bavière, la commune poursuit le mouvement qui s’est amorcé sous Arnould de Homes : elle dirige le pays et tient la dragée haute à son seigneur. Nombre de résolutions qui sont alors prises, émanent en premier lieu des autorités communales. Bon gré, mal gré, l’Élu doit s’y rallier par après. Quels sont les sentiments d’Albert de Bavière et de son fils aîné Guillaume d’Ostrevant face à ce manque de fermeté ? L’affaire du « ban de Seraing » permet d’apporter un élément de réponse à cette interrogation. En 1395 survient le premier grave accrochage entre les Liégeois et Jean de Bavière3. Albert et Guillaume de Bavière participent au dénouement de la crise. La paix de Caster, qui met un terme à cette première alerte, prévoit une intervention de la parentèle de Jean dans la recherche d’une solution au conflit et au rétablissement de la paix. Une commission de trente-deux membres est créée pour aplanir les litiges. Sur les huit commissaires chargés de représenter les intérêts épiscopaux, quatre sont désignés par le comte de Hainaut et son fils aîné4. Apparemment donc au cours de cette période, la famille de Jean de Bavière surveille de loin le déroulement des événements, se réservant le droit d’intervenir en cas de dérapage5.

  • 6 Sur la bataille d’Othée et les effectifs en lice : cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 312–320. (...)
  • 7 C. de Zantfliet, col. 381 Seul cet auteur impute la responsabilité de la capture à Jean Sans Peur. (...)
  • 8 Détail de la lettre de rémission octroyée le 25 août 1404 par Charles VI au bailli de Vitry qui a (...)

6Durant l’été 1403, le premier soulèvement hédroit paraît s’être résolu dans les limites de la principauté. Il est vrai qu’au sein même de la population liégeoise, les insurgés se sont heurtés à une résistance importante, qui a contribué à l’extinction rapide du mouvement de rébellion. En septembre 1408, en revanche, la répression du second soulèvement prend une tout autre ampleur. Une coalition de seigneurs français, hennuyers, bourguignons et hollandais s’ébranle et provoque l’affrontement final. Les maîtres d’œuvre de cette sanglante remise au pas sont Guillaume IV, à présent comte de Hainaut, et son beau-frère Jean, duc de Bourgogne, époux de Marguerite de Bavière6. Dès avant la bataille d’Othée, celui-ci s’était montré attentif aux troubles qui secouaient la principauté. Jusqu’alors, l’action du duc de Bourgogne dans la politique liégeoise s’était bornée à quelques interventions discrètes mais pleines d’efficacité. Par exemple, il était à l’origine de l’arrestation à Langres de Jacques Baddut, cet émissaire hédroit envoyé, au printemps 1407, au pape Benoît XIII7. Plus tôt déjà, en 1404, il avait également favorisé la capture de Laurent Lamborde, meneur hédroit banni à l’issue du premier soulèvement et réfugié à Mouzon, dans le Nord de la France. Le duc livra ensuite ce captif à Jean de Bavière qui le fit exécuter8. La bataille d’Othée et ses prolongements constituèrent donc sa première prise de position directe dans ces tensions.

  • 9 Le 3 octobre 1408, la commune de Liège s’engage à respecter la sentence que prononceront le duc de (...)
  • 10 Cf. lettre envoyée par un percepteur de l’amende à un conseiller du duc de Bourgogne en décembre 1 (...)
  • 11 À partir de 1409, introduction à l’échevinage liégeois de Maastrichtois (Arnould de Here, Antoine (...)
  • 12 Cf. l’étude de A. Dirsch-Weigand (Stadt und Fürst, p. 113–114, 126) portant sur l’image de Jean de (...)

7Ces événements permettent d’apprécier les rapports de Jean de Bavière avec ses parents. À l’instar de ses sujets, souvent manipulés par plus forts qu’eux, l’Élu de Liège ne semble pas maîtriser complètement les enjeux de la politique qu’il mène. À partir de 1408, divers indices permettent de conclure à une appropriation par Guillaume IV et Jean sans Peur de l’autorité sur la principauté ainsi qu’à une relégation de Jean de Bavière à l’arrière-plan de la scène. On constate notamment qu’après la victoire d’Othée, la paix se négocie à Mons et à Lille, entre le comte de Hainaut et le duc de Bourgogne9. C’est à leur profit exclusif que s’organise le prélèvement de l’amende infligée aux vaincus10. De même, au cours des années ultérieures, des charges officielles épiscopales liégeoises sont confiées à des gens originaires de Hainaut ou de Hollande11. L’examen de chroniques étrangères enfin paraît significative de la répartition des responsabilités et du rôle mineur dévolu à l'Élu Jean dans le règlement du conflit. Les auteurs non liégeois insistent en effet sur le rôle du duc de Bourgogne et du comte de Hainaut et rejettent Jean de Bavière dans un rôle accessoire12.

  • 13 J. de S. lat. p. 133. — Sur Jean de Walenrode et le concile : W. Moye, Johann von Wallenrod, p. 1, (...)
  • 14 Après le désastre d’Azincourt, Sigismond se détache de la France et se rappproche du roi Henri V d (...)

8En 1417, le décès de Guillaume IV sans autre héritière que sa fille Jacqueline ouvre d’alléchantes perspectives à Jean de Bavière. Il abandonne alors son évêché mosan et s’en va disputer le comté de Hollande à sa nièce. Les chroniqueurs liégeois ne révèlent pas grand chose des conditions de l’élection de son successeur. Seul, Jean de Stavelot lève un coin du voile et fournit quelques détails : « À Constance, précise ce chroniqueur, Jean de Walenrode, docteur en droit, originaire de Franconie [...] est transféré par le pape Martin V de l’Église de Riga vers celle de Liège »... C’est effectivement dans les couloirs du concile de Constance que se règle le choix du futur évêque de Liège. Davantage que celle du pape, la désignation du nouveau prélat pourrait-elle être l’œuvre de l’empereur Sigismond, l’inspirateur du concile ? La question se pose en effet. C’est à un conseiller de Sigismond, et par ailleurs figure éminente parmi les pères conciliaires : Jean de Walenrode, ancien archevêque de Riga, depuis peu transféré à la tête du diocèse de Coire13 qu’échoit le diocèse mosan. La nomination d’un nouveau titulaire pour l’Église de Liège coïncide aussi avec l’amorce d’une politique d’alliances entre l’Empire, l’Angleterre et la Bourgogne14. Dans ces circonstances, ne peut-on estimer que le choix du nouveau prélat se soit fait avec l’aval de Jean Sans Peur ? Le duc de Bourgogne pouvait difficilement rester indifférent à l’évolution de la politique en bord de Meuse. Il est donc possible que Sigismond ait veillé à doter le diocèse de Liège d’un homme sûr, choisi parmi ses proches, et satisfaisant pour le duc de Bourgogne.

  • 15 Cf. J. de S. fr, p. 166. — J. de S. lat., p. 133–4. — C. de Zantfliet, col. 409–410. — En 1418, J (...)
  • 16 A. de Géradon, L’étrange carrière du chanoine Gilain de Sart, p. 130. Gilain hérite de la biblioth (...)
  • 17 J. de S. fr, p. 165–166.
  • 18 J. de S. fr, p. 168 : Wathieu et Guilaume Datin, Englebert le Polain de Herstal, bgm en 1420 avec (...)

9Plus concrètement, peut-on trouver trace de liens entre Jean Sans Peur et Jean de Walenrode, un prélat que tous les chroniqueurs liégeois s’accordèrent du reste à reconnaître comme vertueux et débonnaire ? Son règne dans la cité mosane fut malheureusement bref, un an à peine. Il est difficile de juger les orientations d’une politique en un si court laps de temps. Les sources révèlent essentiellement qu’il favorisa le rétablissement des anciennes institutions municipales supprimées après Othée et qu’en matière de gouvernement il laissa aux Liégeois la bride sur le cou15. C’est surtout par son entourage que l’on pourrait déceler des traces de rapprochement avec la cour de Bruxelles. Ainsi, Jean de Walenrode introduit dans son conseil privé un chanoine de Saint-Denis, Gilain de Sart, que l’on retrouvera plus tard à la tête de la chancellerie de Brabant16. Le lignage Datin constitue peut-être un autre trait d’union entre l’éphémère évêque de Liège et les ducs de Bourgogne. En 1418, sans même laisser à Jean de Walenrode le temps d’entrer à Liège, Wathieu Datin se porte à sa rencontre et, à Maastricht déjà, obtient l’entretien qu’il sollicite17. C’est encore durant ce bref épiscopat que les Datin consolident leur emprise sur le pouvoir communal et scabinal liégeois. Or, nous le verrons bientôt, les Datin ne sont pas dépourvus d’appuis auprès de la cour de Bourgogne. La dispersion des biens de Jean de Walenrode après son décès constitue enfin un ultime indice. C’est en effet à des Datin — partisans ou membres de la famille —, ainsi qu’à Gilain de Sart qu’échoient les biens de ce prélat, mort intestat18. Nous ne disposons là que d’un ensemble de coïncidences. Quelques rapprochements peuvent être établis. Mais rien en réalité ne prouve formellement l’existence de relations officielles entre Liège et Bmxelles durant l’épiscopat de Jean de Walenrode.

  • 19 Cf. M. Josse, Jean de Heinsberg. — J. Lejeune, Liège et Bourgogne, introd. au cat. de l’exposition (...)
  • 20 Conclue le 3 juin 1421, pour la durée de vie des deux contractants (éd. P. Harsin, Liège, p. 243–4 (...)

10L’influence de Bruxelles qui n’apparaissait qu’en pointillé sous Jean de Walenrode devient manifeste dès l’avènement de son successeur. En 1419, Philippe le Bon intervint-il directement dans la désignation de Jean de Heinsberg ? Rien ne permet de l’affirmer. Comme diverses études l’ont montré, cette élection s’est traitée à l’échelon local, entre le chapitre et le lignage de Heinsberg, apparemment sans intervention extérieure19. Mais, sitôt consacré, le fils du seigneur de Heinsberg a senti peser sur lui l’emprise de Bourgogne. Dès août 1421, Philippe le Bon convainquit son voisin d’une alliance20. Le texte de ce pacte doit retenir notre attention. La disproportion entre les engagements pris par chacun des contractants y est flagrante. Dans le contexte très tendu de la guerre franco-anglaise, le duc obtient de son interlocuteur l’assurance qu’il ne soutiendra pas le Dauphin Charles et qu’en outre, il interdira à ses sujets d’adopter une position différente de la sienne. Philippe apparaît donc comme le grand bénéficiaire de l’accord : Jean de Heinsberg s’engage à soutenir désormais sa politique étrangère, sans guère devoir consentir de contrepartie.

  • 21 Par ex. le traité du 2 juin 1434 conclu entre Philippe le Bon et Jean de Heinsberg et destiné à se (...)
  • 22 En l’absence d’une étude détaillée sur le sujet, retenons notamment des séjours en 1430, 1434, 143 (...)
  • 23 J. de Theux, op. cit., 2, p. 186–187.
  • 24 A. d’O., p. 36. — Sur les efforts du duc pour introduire son neveu au chapitre, cf. P. Bonenfant, (...)
  • 25 Sur la résiliation de Jean de Heinsberg et l’avènement de Louis de Bourbon : A. d’O., p. 44–46. —C (...)

11L’emprise acquise dès 1421 sur Jean de Heinsberg, Philippe la conserva tout au long des trente-six années de règne de l’évêque liégeois. Divers éléments permettent de mesurer son intensité. Parmi ceux-ci figure notamment la signature d’autres traités renforçant le principe d’une aide mutuelle entre le duc et l’évêque21. En outre, durant cette période, Jean séjourne souvent à la cour ducale22. Quelques personnalités affermissent enfin les liens entre la cour de Jean de Heinsberg et celle de Philippe le Bon. Nous avons déjà évoqué le chancelier Gilain de Sart. Mentionnons encore un autre conseiller de Brabant, Henri Goethals, gradué de l’université de Louvain, qui est doyen du chapitre cathédral entre 1416 et 143323. En 1455 enfin, ultime marque de mainmise, Philippe force l’évêque à abdiquer pour laisser le siège épiscopal à son neveu, Louis de Bourbon. Les étapes de cette laborieuse passation de pouvoir sont bien connues. Dès 1452, le duc demande à Jean de Heinsberg d’introduire son neveu au sein du chapitre cathédral24. L’évêque ne peut y parvenir. En 1455, en désespoir de cause, après deux tentatives infructueuses, Jean offre sa propre démission et se retire. Le siège épiscopal échoit alors à Louis de Bourbon25.

  • 26 A. d’O., p. 7 « quia Leodienses aliqui malam suspectionem habebant de domino Leodiensi, propter ma (...)

12L’ascendant exercé par Philippe le Bon sur Jean de Heinsberg tout au long de son règne résulte probablement de la conjugaison de plusieurs facteurs majeurs. Sans doute, l’évêque perçut-il très vite la grande faiblesse politique du pays de Liège et sa vulnérabilité, face à la puissance bourguignonne. À cette conscience d’une évidente disproportion des forces, s’ajouta peut-être un élément plus subjectif : la fascination. Car entre ces deux personnages, le contraste était grand. Quels ont pu être en effet les sentiments éprouvés par Jean de Heinsberg, petit noble bas-allemand, seigneur d’un pays exigu et, politiquement en perte de vitesse, en face du duc Philippe le Bon, prince prestigieux issu de la maison de France, maître de vastes territoires et centre d’une cour au raffinement éblouissant, mais aussi voisin redoutable, aux appétits effrénés ? Pour leur part, les Liégeois n’appréciaient pas l’empire de Philippe le Bon sur leur prélat. Aux dires d’Adrien d’Oudenbosch, cette situation leur déplut même rapidement. Dès 1430 déjà certains d’entre eux expriment leur désapprobation et leur inquiétude face à une proximité qui confine à l’inféodation. L’abdication de Jean de Heinsberg porta leur exaspération à son paroxysme26.

  • 27 Cf. P. Bonenfant, Philippe le Bon, p. 87–88.

13Parvenu en fin de règne, dans les années 1450, Philippe, qui veille à assurer un pouvoir stable à son héritier, accentue sa politique interventionniste. Il installe des gens sûrs, voire des parents, à la tête des évêchés limitrophes de ses terres. Par exemple, David, son fils naturel, reçoit ainsi Utrecht27 et Louis de Bourbon, fils de sa sœur Agnès de Bourgogne, se voit confier l’évêché de Liège. Éduqué à la cour de Bourgogne depuis l’âge de sept ans, le jeune Louis est installé sur le siège liégeois onze ans plus tard pour y pratiquer une politique conforme aux vues de son oncle. Il ne faillit pas à sa mission. Les contacts du nouvel Élu avec le duc de Bourgogne, paraissent d’emblée très étroits. Cette influence qui s’exerce à titre personnel, se répercute sur les relations de l’État liégeois avec son voisin de Bourgogne. Par contrecoup, Liège subit l’emprise de Bruxelles.

  • 28 A. d’O., p. 46.
  • 29 A. d’O., p. 46–47. — Jean de Bourgogne, évêque de Cambrai, est un frère bâtard du duc Philippe (J. (...)

14Contrairement au comte de Hainaut qui, en 1390, accompagnait son fils lors de son entrée solennelle, le 13 juillet 1456, Philippe le Bon n’assista pas aux cérémonies d’intronisation de son neveu. Ceci ne signifie pas que le pouvoir bourguignon se soit maintenu en retrait de tous ces événements. Ainsi, lors d’une vacance du siège épiscopal, l’habitude voulait qu’un mambour soit désigné par le chapitre pour assurer l’intérim. Pour cette fois, les chanoines dérogèrent à la coutume. Après le départ de Jean de Heinsberg, personne ne fut investi de la juridiction temporelle du pays. Malgré les protestations populaires, les chanoines se rangèrent à l’avis du duc qui jugeait que sa présence dans les parages rendait cette nomination superflue28. Lors de l’entrée solennelle proprement dite, les évêques de Cambrai et d’Arras entourent le nouveau prélat. Et ces hommes sont des dignitaires de l’Église bourguignonne. Jean de Heinsberg, procureur de Louis auprès du chapitre devait également paraître dans l’escorte, mais la crainte d’une réaction hostile dans la foule le fit renoncer au dernier moment à ce projet29.

  • 30 A. d’O., p. 50–51.
  • 31 A. d’O., p. 83–86 (avril-mai 1462).
  • 32 Sur ces personnages : J. Bartier, Légistes et gens de finances, p. 126n2 (Jean Milet), Guillaume F (...)
  • 33 A. d’O., p. 145 (25 août 1466).
  • 34 Ainsi, en septembre 1461, de retour d’ambassade à Paris où une scission s’est produite entre son c (...)
  • 35 A. d’O., p. 88–89 (janvier 1463) À l’issue d’une conférence à Maastricht entre Liégeois, un ambass (...)

15Les premières années de règne témoignent de l’importante dépendance de Louis vis-à-vis de Philippe le Bon. À Liège, des membres du clergé apparaissent dans l’entourage épiscopal. Ainsi, par exemple, Louis s’adjoint Jean Milet, évêque de Soissons, comme évêque auxiliaire30. En 1462, Guillaume Fillastre, évêque de Tournai, reçoit mission de dénouer la crise politique qui fait rage, et prêche aux citadins la modération à l’égard de l’Élu31. Le choix de ces hommes ne peut surprendre. Tous deux sont des proches du pouvoir bourguignon et appartiennent au conseil ducal32. En outre, sur un plan personnel, les liens entre Louis de Bourbon et son oncle paraissent étroits. Ils surpassent tout sentiment de fidélité ou d’attachement que Louis aurait pu contracter avec le pays qu’il gouverne. Ainsi, en août 1466, dans les jours qui précèdent la prise de Dinant par les troupes bourguignonnes, Louis de Bourbon, qui a eu vent de l’intention manifestée par les Liégeois de secourir les Dinantais, en avise aussitôt Philippe, déjouant ainsi le plan de ses sujets33. En outre comme son prédécesseur, Louis séjourne fréquemment à la cour de Bourgogne. Lorsqu’il est en difficulté dans ses États, c’est là où il se réfugie le plus volontiers34. De même, quand des tensions surgissent entre lui et ses sujets, c’est encore à l’avis de son oncle qu’il s’en remet35.

  • 36 A. d’O., p. 86 (mai 1462) : « magistri et consules miserunt ad dominum ducem, rogantes eum, quod f (...)

16Cette situation n’échappe pas aux citadins. À un point tel qu’à l’automne 1462, alors qu’un interdit a été lancé par Louis de Bourbon sur la cité, ils demandent à Philippe le Bon d’intervenir en leur faveur auprès de son neveu36. Sans doute, une telle démarche n’était pas pour déplaire au duc. D’une certaine manière, elle couronnait ses efforts d’implantation dans le pays de Liège. Car dicter sa conduite à Louis de Bourbon, avec l’assentiment des citadins revenait en quelque sorte à contrôler les rapports entre la cité et le pouvoir épiscopal. En un mot, à dominer la politique menée sur les bords de la Meuse, en faisant du pays de Liège un satellite de l’État bourguignon. La suite des événements, on le sait, ne correspondit pas vraiment à ce scénario.

  • 37 ROPL, p. 595–597 n. 1 (12 septembre 1466). Comme Charles l’explique dans une lettre à la commune d (...)
  • 38 J. Lejeune, Liège et Bourgogne, p. 65.
  • 39 RCL, 4, p. 224–225 (29 juillet 1467) Déclaration de Louis de Bourbon : « confians enthierement en (...)

17En 1466, le duc de Bourgogne cède une grande partie du pouvoir à son fils Charles, comte de Charolais. Les implications de cette passation de pouvoir sur l’évolution du pouvoir souverain liégeois se mesurent aisément. Au mois de septembre 1466, les événements se précipitent. Le sac de Dinant a frappé les Liégeois de frayeur. Après une velléité de résistance dans la plaine d’Oleye, ils se soumettent au duc. La paix qui s’ensuit — dite Paix d’Oleye — assure la suprématie de Charles sur le pays de Liège. Le titre de « souverain gardien et avoué des pays de Liège et Looz » dont il se pare alors, le consacre en véritable maître des lieux. Louis de Bourbon ne conserve qu’un pouvoir de principe sur ses États37. L’étape supplémentaire est franchie l’année suivante, après la mort du vieux duc, survenue le 15 juin 1467. Comme Jean Lejeune le fit remarquer, si les rapports de l’oncle et du neveu paraissaient encore empreints d’attachement familial38, Charles promu duc de Bourgogne ne s’embarrassa plus de semblables attendrissements. Dès le 29 juillet suivant, il exigea de son cousin la signature d’un acte qui le délestait de son restant d’autorité sur le pays de Liège. À titre individuel, Louis était placé dans un état de dépendance personnelle : il cessait d’être maître de lui-même, comme de ses États39.

18Les événements de 1468, tels que le légat Onofrius les relate sans complaisance à l’égard de l’évêque, reflètent d’ailleurs cette inféodation. À diverses reprises, en septembre et octobre 1468, le légat décrit l’évêque, inquiet d’obtenir l’assentiment de Charles pour chacune des résolutions qu’il prend. Puis, le temps de l’hésitation entre Liège et Bourgogne passé, Louis rejoint définitivement le camp de son cousin, abandonnant les Liégeois à eux-mêmes.

19En conclusion, on observe une grande dépendance des quatre derniers évêques médiévaux de Liège à l’égard des puissances extérieures. Cette inféodation, qui s’exerce plus ou moins fortement, se fonde sur des relations personnelles : puissance familiale, ou emprise individuelle, et semble principalement tributaire de la personnalité des individus. L’évolution politique d’un État paraît donc étroitement dépendre de la personnalité de celui qui le gouverne. Dans le cas liégeois, la mainmise exercée sur l’évêque se répercute sur le pays lui-même. Notre étude sur les rapports entre les Liégeois et les pouvoirs extérieurs devra également prendre en compte la position des citadins vis-à-vis de leurs prélats, agents de l’étranger.

2. Liégeois et ducs de Bourgogne

  • 40 J. de Haynin, II, p. 86–87.

20De retour à Paris après l’expédition liégeoise de l’automne 1468, si l’on se réfère au témoignage de Jean de Haynin, Louis XI encourut le mécontentement « d’un certain nombre » qui lui reprochaient d’avoir pris les armes contre les Liégeois « vu qu’ils avaient toujours este bon fransois en cœur et en vollenté et tenu son party40 ». De cette remontrance, qui porte probablement sur le tort d’une action trop ostensiblement agressive contre des alliés, ne conservons que le volet liégeois. Les luttes de la première moitié du xve siècle se réduiraient-elles à l’affrontement de Liégeois pro-français et d’évêques totalement acquis aux intérêts de Bourgogne ? Une telle interprétation semble par trop simpliste.

21Entre 1390 et 1468, examinons les courants politiques en vigueur dans la cité mosane et leur retentissement à l’extérieur. Dans les pages qui précèdent, nous avons souligné la présence à Liège de deux partis qui se disputent le gouvernement communal : Datin et Surlet-delle Chaussée. Leur existence paraît attestée dès le règne de Jean de Bavière. Elle se confirme surtout à partir de la restauration de 1417. Ces partis disposent de répondants hors des frontières liégeoises. Examinons d’abord leurs attaches bourguignonnes.

  • 41 J. de THEUX, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 202. — La tentative échoua cependant, en raison d (...)
  • 42 J. de S. fr, p. 285.
  • 43 J. de S. fr, p. 305.

22Faute de documents appropriés, nous hésiterons à affirmer l’existence de liens entre les Datin et Jean de Walenrode, cet évêque peut-être lui-même lié au pouvoir bourguignon ; même s’il paraît assuré que ce prélat favorisa en quelque sorte l’implantation des Datin au pouvoir dans la cité. En revanche, de nombreux indices de l’appui bourguignon existent à l’égard de ce lignage : traces de liens directs ou d’un soutien plus discret, lié entre autres à la complaisance de Jean de Heinsberg à l’égard de cette famille. Ainsi en 1426 l’évêque de Liège s’efforce d’introduire Guilaume, l’un des fils de Wathieu Datin au sein du chapitre cathédral41. Symptôme plus éloquent encore, son comportement équivoque lors des deux soulèvements, en juillet 1432 et janvier 1433. Certes, la première émeute suscitée par Guillaume Datin ne le laisse pas totalement inerte, mais sa réaction manque singulièrement de vigueur. L’évêque paraît seulement soucieux d’apaiser les émeutiers, mais sans envisager de réelle répression de leurs actes42. En janvier suivant, il ne se borne plus à calmer le jeu. Tandis que des insurgés trouvent un asile de fortune à Saint-Lambert, l’évêque protège la retraite de Gérard de Goreux, bailli de Hesbaye dangereusement compromis dans la conjuration43. Dans ces troubles, Jean de Heinsberg semble donc se comporter en allié de Wathieu et Guillaume Datin plutôt qu’en adversaire résolu.

  • 44 J. de S. fr.,p. 317–318.
  • 45 Extrait des comptes de Namur, éd. J. Borgnet, Notes sur l’assassinat, p. 212.

23A diverses reprises, Philippe le Bon intervient également dans l’histoire des Datin. Encourage-t-il leur entreprise séditieuse ? Reportons-nous au texte de Jean de Stavelot. Au lendemain du 6 janvier 1433, le moine de Saint-Laurent évoque la fuite de Wathieu et Guillaume Datin en Brabant, puis leur expulsion de cette retraite, ainsi que la capture d’autres partisans de Wathieu réfugiés dans ce duché44. Quel crédit apporter à ces allégations ? Jean de Stavelot rapporte-t-il des faits exacts ou bien se fait-il l’écho de rumeurs sans fondement, qui furent colportées à Liège en 1433 pour renforcer le prestige du parti vainqueur ? Il est difficile de se prononcer. À vrai dire, que des seconds couteaux aient été capturés en Brabant, permettant aux autorités locales de donner le change aux Liégeois à propos de leurs sentiments à l’égard des conjurés n’aurait rien d’invraisemblable. Mais, on retrouve quelques-uns de ces hommes soi-disant appréhendés en 1433, vivant à Namur, ville bourguignonne, en 1436, sans y être inquiétés45.

  • 46 J. de S. fr., p. 310.
  • 47 H. Pirenne, Histoire de Belgique, I, p. 413 n.55.
  • 48 J. de S. fr., p. 431 (8 mars 1439). — À l’avènement de Louis de Bourbon, Wathieu réclamera une nou (...)
  • 49 Cf. schéma généalogique. — Jean Datin, grand-père de Wathieu avait épousé une R ( ?) de Heetsvelde (...)
  • 50 C. de Borman, Échevins, p. 394. — En 1456, Wathieu rédigea son testament le 10 août 1456 et émit l (...)
  • 51 Testament de Wathieu Datin : biens attribués à Catherine de Rotselaar ainsi qu’à sa fille Agnès né (...)

24Nous disposons de divers indices d’une sympathie bourguignonne à l’égard de la tentative des Datin. Dans sa déposition, un conjuré arrêté par les Liégeois en janvier 1433 n’hésite pas à incriminer l’évêque et « madame de Bourgogne » dans l’affaire46. De manière plus tangible, il est certain que Philippe le Bon témoigna d’une bienveillance durable à l’égard des séditieux Liégeois, — principalement de Wathieu Datin —, même après leur déroute. Ainsi, en 1433, le duc versa à l’ancien maire un subside de deux mille écus47. Sept ans plus tard, en 1439, il tenta auprès des autorités liégeoises une démarche en sa faveur, exigeant l’ouverture d’un procès équitable et la levée du séquestre qui pesait sur les biens de Wathieu48. Cette intercession fut d’ailleurs sans effet. En outre, c’est en Brabant que Wathieu trouva refuge. Il disposait d’attaches familiales au sein de la notabilité bruxelloise49. Cette circonstance favorisa-t-elle son insertion ? En tout cas, il s’installa à Louvain, où il vécut jusqu’à sa mort en 145750 et où il se maria. Sa nouvelle épouse, Catherine de Rotselaar, appartenait à la petite noblesse brabançonne51.

25L’entente entre Philippe le Bon et Wathieu Datin suscite des questions. Ce dernier fut-il une créature du duc Philippe ? À quand remontèrent les premiers contacts ? Philippe le Bon se contenta-t-il d’exploiter à son profit un mouvement amorcé en dehors de son influence ? On ne sait. Toujours est-il que Wathieu bénéficia d’un soutien ducal solide, — de plus de vingt ans — et qu’il put se fondre dans la société louvaniste, par le biais d’une union matrimoniale dans le patriciat local.

  • 52 Cf serment exigé le 30 juin 1436 des anciens datinistes amnistiés après 3 ans d’exil (RCL, 3, p. 3 (...)
  • 53 Citons Henri Scatter (J. de Theux, op. cit., 2, p. 183–184. — De 1434–1453 : Jean Boent ou de Bout (...)

26À Liège, la défaite de Wathieu Datin et de ses principaux lieutenants suivie de leur bannissement définitif porta sans conteste un coup sévère à l’influence bourguignonne dans les sphères dirigeantes du gouvernement. Au terme de trois ans d’exil et du paiement d’une amende, le retour en ville des sympathisants les moins compromis de Wathieu fut toléré. Mais la réintégration de ces amnistiés fut assortie de conditions strictes, qui visèrent à leur musellement complet52. En fait, à partir de 1433, le pouvoir communal liégeois est entièrement passé sous le contrôle du parti hostile aux Datin. Philippe le Bon ne paraît plus conserver d’autre relais dans la cité mosane que l’évêque et certains membres du chapitre de Saint-Lambert. En ce qui concerne ce dernier groupe, les données répertoriées par J. de Theux permettent d’y deviner une forte influence brabançonne. Nombreux en effet sont les chanoines qui paraissent frappés de l’empreinte bourguignonne : chancelier de Brabant, conseillers ducaux, ou encore personnalités dont la carrière paraît intimement liée à l’université de Louvain, fondée par le duc Philippe, tous sont titulaires d’une stalle à Saint-Lambert53.

  • 54 Jean de Lalaing cède en 1443 sa prébende à son frère Antoine (prévôt en 1450), puis à Arnold de La (...)
  • 55 Antoine Hanneron, prévôt de Saint-Donat de Bruges, membre de l’entourage de Charles le Téméraire, (...)

27L’implantation brabançonne se poursuit et même, s’intensifie pendant l’épiscopat de Louis de Bourbon. Se détachent alors parmi les chanoines quelques figures marquantes de l’entourage bourguignon, tels des membres des lignées de Lalaing, de Lannoy ou de Cray54 ; ou encore un personnage comme Antoine Haneron, précepteur puis conseiller de Charles le Téméraire et qui joue dans les premières années du règne de Louis de Bourbon un rôle comparable auprès de lui55.

  • 56 A. d’O., p. 21–22. — C. de Zantfliet, col. 449. — J. de S. fr., p. 526. — Henri Scatter, doyen du (...)

28La bienveillance du chapitre aux intérêts bourguignons pallia-t-elle les carences de plus en plus évidentes de Jean de Heinsberg en ce domaine ? Dans les années qui suivent la défaite des Datin, l’évêque apparut de plus en plus manifestement ballotté entre deux volontés politiques antagonistes : celle de Philippe le Bon et celle des dirigeants communaux, que nous verrons bientôt tout dévoués aux intérêts de la cour de France. Certes en 1434, le prélat renouvelle le pacte d’alliance conclu treize ans plus tôt avec le duc de Bourgogne. De même, c’est à des chanoines d’origine brabançonne — Guillaume de Gavre, dit de Liedekercke et le doyen Henri Scatter — qu’il confia la gestion temporaire du diocèse en 1444, quand il entreprit un pèlerinage en Terre Sainte56. Mais, visiblement à partir des années 1430, Jean de Heinsberg subit aussi l’emprise des dirigeants communaux. En quoi la politique du parti Surlet-delle Chaussée, désormais dominant à Liège, défiait-elle le duc Philippe ?

  • 57 J. de S. fr., p. 383. Le texte de cette convention est malheureusement perdu. Selon Jean de Stavel (...)
  • 58 Ainsi, en 1445, Jean de Heinsberg appelle des Dinantais devant l’Anneau du Palais. Ceux-ci font ap (...)
  • 59 A. d’O., p. 21 (1443). — J. de S. fr., p. 588–589 (1446). — En 1449 : C. de Zantfliet, col. 459–46 (...)
  • 60 C. de Zantfliet, col. 444.
  • 61 Sur ce pèlerinage : J. de S. fr., p. 525–526. — C. de Zantfliet, col. 449. — A. d’O., p. 21–22.
  • 62 C. de Zantfliet, col. 488 « Johannes de Heinsberg (...) quo tactus instinctu, an sponte vel coacte (...)

29Le danger représenté par les Datin éliminé, les Liégeois utilisent leur évêque comme instrument de leur politique. En 1437, ils l’entraînent dans une coalition avec le roi Charles VU, et même si la Paix d’Arras (1435) a détendu la situation internationale, ils le conduisent ainsi à violer les intérêts de son patron bruxellois57. Plusieurs indices montrent, en outre, qu’à partir de ces années, Jean de Heinsberg ne se sent plus à l’aise à Liège. Dans la cité, au nom de la solidarité professionnelle, les métiers se dressent fréquemment contre des décisions épiscopales ou contestent sa politique58. Dans le pays de Looz, en 1443 et 1445, mouvements analogues, des révoltes éclatent59. Ces différentes explosions de colère affaiblissent son autorité. Ce climat tendu contribue sans doute à expliquer certains traits du comportement de Jean de Heinsberg au cours de ces années et particulièrement ses deux dérobades de 1438 et 1444. À deux reprises en effet, Jean s’éloigna de ses turbulents sujets. En 1438, c’était pour assurer l’intérim de l’archevêché de Trèves vacant60. La seconde fois, en 1444, ce fut pour une singulière équipée. Brusquement, Jean informa les métiers d’un vœu qu’il avait jadis formulé d’effectuer un pèlerinage à Jérusalem et de son intention de l’accomplir à présent. Il partit le 26 janvier 1444, puis, au moment d’embarquer à Venise se ravisa et, ayant rebroussé chemin, il regagna la cité61. Les circonstances de son abdication constituent un ultime signe de son malaise. Lorsqu’il cède les rênes du pouvoir à Louis de Bourbon, Jean de Heinsberg manifeste sa lassitude. Le chroniqueur Corneille de Zantfliet, qui s’interroge sur les raisons de cette décision prise « an sponte vel coacte », rapporte les explications alléguées par l’évêque lui-même. Celui-ci aurait invoqué son dégoût pour les charges inhérentes à la fonction épiscopale et le dépit que lui inspirait la continuelle indocilité de ses sujets62.

  • 63 Sur cette affaire : cf. M. Yans, Le destin diplomatique de Herstal-Wandre, p. 493. — voir aussi L. (...)
  • 64 A. d’O., p. 167 (le village de Bolland dans le duché de Limbourg est également remis au comte de N (...)

30Au moment où les Liégeois se dressent contre Jean de Heinsberg, ils s’employent également à contrecarrer les plans de Philippe le Bon et à freiner ses ambitions sur le pays. Ce travail de sape revêt de multiples formes. Nous ne retiendrons qu’un exemple. En dépit de sa situation géographique aux portes de Liège, la seigneurie de Herstal dépend du duché de Brabant. En 1435 après le décès d’Adam d’Oupeye détenteur de la terre sans héritier mâle, Philippe le Bon cherche à attribuer le village à un membre du lignage de Cray, famille dont on connaît l’attachement à la cause bourguignonne. Face à ce projet, les Liégeois soutiennent la revendication d’un autre prétendant à la seigneurie : Henri de Grondsvelt, gendre d’Adam d’Oupeye63. Plus tard, d’ailleurs, en 1467, ils accentueront cette position et remettront ce village entre les mains de Louis XI64.

31On assiste en fait à l’affrontement de diverses forces : duc de Bourgogne, évêque de Liège et Commune. Depuis l’élimination de l’opposition Datin, les autorités municipales, débarrassées de toute résistance à l’intérieur de la cité, paraissent également représenter les intérêts externes de la principauté. C’est à cette facette de la politque du parti Surlet-delle Chaussée qu’il convient à présent de s’intéresser.

3. Le poids de la monarchie française à Liège au xve siècle

32L’alliance conclue en 1437 entre les Liégeois, leur évêque et le roi de France introduira ce dernier point de notre exposé. Au moment où cet accord fut signé, en juillet 1437, l’amitié franco-liégeoise n’en était plus à ses prémices. Tandis que le parti Datin paraît un relais bourguignon en terre liégeoise, son adversaire Surlet-delle Chaussée semble investi d’une mission analogue, pour le compte du roi de France.

  • 65 1402, p. 440–441. — J. de S. lat., p. 102,. — J. d’O. ab., p. 235–236. — J. de Bav., p. 148–149. — (...)
  • 66 M. Maillard–Luypaert (une lettre d’innocent VII, p. 54) indique que Jean de Bavière adhéra à la so (...)
  • 67 éd. RCL, 3, p. 57 (Paris, 5 août 1399)

33Une filiation existe entre les mouvements hédroit et anti-Datin. Or, ces groupements politiques paraissent trouver une part de leur puissance dans le soutien que la couronne de France leur accorde. Quels furent les temps forts et les traits dominants de cet appui ? Il convient en premier lieu de citer la soustraction d’obédience, sous le règne de Jean de Bavière. Sur inspiration de Charles VI, cette mesure fut prêchée à Liège, en 1399, par Pierre Plaoul un théologien liégeois officiant à Paris65. En soi, la décision d’adhérer à la soustraction d’obédience ne lésait pas vraiment les intérêts de Jean de Bavière. Elle ne risquait en tout cas pas de détériorer ses relations avec ses amis politiques, qui l’approuvaient également66. Il n’empêche qu’en prêtant audience aux arguments de Pierre Plaoul, et en prenant Jean de Bavière de vitesse, la commune remporta une victoire sur lui. Au passage, elle gagna une sauvegarde royale — scellée le 5 août 1399 —, qui renforçait ainsi sa position internationale67.

  • 68 1402, p. 440–441. — J. d’O. ab, p. 235–236. — Baudoin de Montjardin signalé par J. Lejeune (Liège (...)
  • 69 En décembre 1404, les Liégeois contractent une nouvelle alliance interurbaine. Suivant les termes (...)

34Nous évoquons les « Liégeois » ou la « commune ». Peut-être, faudrait-il s’interroger sur l’identité des protagonistes de cette tractation, à Liège lors des pourparlers ainsi qu’à Paris où le traité fut ratifié. Parmi eux, on découvre Jean Surlet de Lardier, père de Fastré Baré Ier Surlet, Baudoin de Montjardin68, plus tard ralliés aux Hédroits et Gilles Surlet qui, en revanche, montra beaucoup de réticence à l’égard de ce mouvement politique. Déjà se perçoit un lien entre les futurs adversaires de Jean de Bavière et la cour de France. Des alliances conclues par les Liégeois avec le duc de Gueldre et Wenceslas, duc de Luxembourg, tous deux alliés du duc Louis d’Orléans, affermissent bientôt cette entente69.

  • 70 J. de Bav. p. 194–196 : En septembre 1408, sur les instances de Henri de Perwez, Charles VI fit ma (...)
  • 71 J. de S lat. p. 106 précise que Jean de Bavière se rendit à Paris en 1405, auprès du duc de Bourgo (...)

35L’amitié entre le parti Hédroit et Louis d’Orléans se confirme lors du second soulèvement hédroit et l’investiture de Thierry de Perwez par Wenceslas. Entre 1406 et 1408, en outre, quelques initiatives témoignent des efforts français en faveur des insurgés mosans. À la veille d’Othée, Charles VI tente en vain une ultime manœuvre pour retenir le duc de Bourgogne à Paris70. À ce premier fait, s’ajoute une intervention de Louis d’Orléans, durant l’été 1407. De retour d’Avignon où il a obtenu du pape la confirmation de Thierry de Perwez, Jacques Baddut tombe aux mains de Jean Sans Peur qui le fait incarcérer. Sur les instances de Henri de Perwez, au mois d’août 1407, le frère de Charles VI intercède auprès du Parlement de Paris en faveur du captif et le fait libérer. Le service rendu aux Liégeois n’était pas, on le sait, dépourvu d’arrière-pensée. Extraire Jacques Baddut de sa prison parisienne constitua pour Louis d’Orléans une occasion de nuire à Jean de Bavière, allié de Jean Sans Peur contre lui71.

  • 72 P. Harsin, Liège, p. 213 no 78, 215–216.
  • 73 J. de S. fr., p. 382–383 (14 juillet 1437).
  • 74 J. de S. fr., p. 357.
  • 75 J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 258–259. — Jean Bureau est un fils de Jean Bureau (...)

36L’arrière-plan français demeure important sous les règnes de Jean de Heinsberg et Louis de Bourbon. D’un point de vue individuel, deux hommes semblent de significatifs traits d’union entre la cour de Charles VII et le parti Surlet-delle Chaussée dans la capitale mosane. Ce sont respectivement Jean de Floyon et Jean Bureau. Dans sa chronique, Enguerrand de Monstrelet évoque, vers 1430, la présence de quelques Liégeois dans l’entourage du Dauphin Charles. Entre autres, il cite Jean de Floyon72. Ce personnage peut aisément être raccroché aux cercles dirigeants citadins, anti-datin. On le retrouve en effet à Liège dans les années 1430. Aux côtés de Henri delle Chaussée, il participe en 1437 à une mission diplomatique à la cour impériale, au cours de laquelle il s’efforce d’obtenir de Sigismond l’attribution définitive à la commune, des biens confisqués aux Datin73. Jean de Stavelot signale en outre la présence d’un autre membre de cette famille dans l’orbite du gouvernement liégeois : Gilles de Floyon, clerc de la cité en 143474. L’introduction de Jean Bureau, fils du conseiller de Charles VII au sein du chapitre constitua un autre fait sensible de relations étroites entre la cour de France et le parti dirigeant liégeois. C’est en effet sous la caution financière d’Henri delle Chaussée alors bourgmestre, de Gérard de Bierset et de Henri Rosséal qu’en 1452, ce protégé du roi Charles VII obtient une intronisation anticipée au sein du chapitre de Saint-Lambert75.

  • 76 Sur cette ambassade : J. de S. fr, p. 547–548. — Le lieutenant, chargé des affaires temporelles du (...)
  • 77 A. d’O., p. 41–42 (1454, le projet n’aboutit pas). — A. d’O., p. 56 (1458 Jean Le Ruitte se rend a (...)

37Ainsi, le roi de France apparaît comme le partenaire extérieur attitré des dirigeants communaux liégeois, qui signent des traités et délèguent plusieurs ambassades. À partir de 1437, quand est conclu un premier pacte avec Charles VII, et durant les trente années qui suivent, les contacts diplomatiques et les alliances se multiplient entre Liège et la cour de France. La démarche de 1437 fut en effet repétée sept ans plus tard, en 1444, mais cette fois, sans l’assentiment de Jean de Heinsberg, qui accomplissait son pèlerinage. Le pouvoir épiscopal ne fut cependant pas complètement absent de cette nouvelle mission diplomatique : un lieutenant du prélat, qui accompagna la délégation auprès du souverain et participa aux entretiens, fut alors gratifié de pensions et d’une charge honorifique de chambellan par Charles VII76. Après 1445, d’autres ambassades liégeoises furent encore envisagées et certaines effectuées, notamment en 1454, 1458 et avril 146077.

  • 78 éd. P. Harsin, Liège, p. 244–245. — P.F.X. De Ram, Documents, p. 482–484 (17 avril 1460).
  • 79 RCL, 4, p. 152–153 (18 août 1465).

38Cette dernière mission revêt une importance considérable. Le 17 avril 1460, la délégation liégeoise conclut avec le souverain français un pacte dont il importe d’examiner la teneur : à la demande des Liégeois, ainsi que le stipule le texte, Charles VII s’engage à prendre sous « sa garde et protection » les citadins de Liège et les villes du pays qui en exprimeront le souhait. Il institue les baillis de Vitry et Vermandois « pour les garder et deffendre de tous ceux qui indeuement ou de fait les vouldroient molester, travailler ou opprimer en aucune maniere en leurs libertez, franchises, privilèges78 ». Cette déclaration d’intention royale semble bien devoir correspondre à l’établissement d’un protectorat sur la cité et le pays de Liège. De la part des Liégeois, il s’agit d’un placement sous tutelle, d’une mise sous dépendance librement consentie, voire même sollicitée. Cinq ans plus tard, en août 1465, dans le contexte de la guerre du Bien Public, les Liégeois défient le duc de Bourgogne. Le libellé de ce défi fait, en quelque sorte, pendant à ce texte. On y relève en particulier ce vibrant credo adressé à Philippe le Bon « aymons mieulx maistre royal que vous79 ». En tenant cependant compte de la nature de ce dernier document qui implique une formulation sans équivoque et autorise tous les excès, nous observons à nouveau la reconnaissance d’un état de sujétion à l’égard du roi de France.

  • 80 A. d’O., p. 74–77. — Accord économique conclu le 23 sept. 1461 (RCL, 4, p. 32–35), renouvellement (...)
  • 81 En janvier 1463 : conférence à Maastricht des Liégeois contre l’élu. Arbitrage d’émissaires de Lou (...)

39Après la mort de Charles VII, l’avènement de Louis XI n’altéra pas la qualité des contacts établis entre Paris et Liège. Un moment, les citadins avaient craint que les bonnes relations qu’ils avaient entretenues avec Charles VII ne déplaisent à Louis XI, brouillé avec son père. Il n’en fut rien, ou du moins, celui-ci n’en laissa rien paraître. Feignant habilement la colère pour les accords autrefois conclus, en septembre 1461 il convoqua les Liégeois à sa cour et les accueillit fastueusement. Les alliances — dont celle du 17 avril 1460 — furent renouvelées et les Liégeois, comblés, regagnèrent la cité, charmés de l’accueil qu’ils venaient de recevoir80. Dans les années qui suivirent, les interventions royales dans les affaires liégeoises se poursuivent. Elles constituent un véritable contrepoids à l’influence bourguignonne. C’est principalement par l’échange régulier d’émissaires et des demandes d’arbitrages lors des multiples dissensions qui émaillent la politique liégeoise de ces années qu’elles se concrétisent81.

  • 82 Sur cette bataille (20 octobre 1465) : cf. C. Gaier, Art et organisation, p. 335–342.
  • 83 Traités de Conflans et de Saint-Maur mettant fin à la guerre dite du Bien Public (cf. C. Petit-Dut (...)
  • 84 Le 27 janvier 1466 : remise à Philippe le Bon de l’acte d’alliance conclu le 17 juin 1465 (RCL, 4, (...)

40En point d’orgue, une alliance militaire contre le duc Philippe et les adversaires de Louis XI fut élaborée au moment de la guerre du Bien Public. Cette entente, signée en juin 1465, s’avère très contraignante pour les Liégeois. Ils abandonnent en effet à leur partenaire toute liberté de convenir des modalités de leur propre participation au conflit. En échange, compensation sans doute illusoire, Louis XI promet son appui auprès de Paul II, pour obtenir la confirmation de l’élection de Marc de Bade en cour de Rome. Dans ce contrat, les Liégeois n’offraient-ils pas beaucoup plus qu’ils ne pouvaient espérer recevoir ? Les conséquences de cette alliance furent en tout cas dramatiques. Après la désastreuse offensive contre le duché de Limbourg au mois de septembre et la cinglante riposte de Philippe le Bon, incendiant la place de Montenaeken et décimant les rangs adverses82, la paix conclue le 1er octobre entre Charles de Charolais et le roi de France laisse les Liégeois à l’écart83. Ceux-ci, contraints de demander l’ouverture de négociations avec Bruxelles, doivent accepter les conditions de la Paix de Saint-Trond. Les contacts entre Louis XI et ses alliés parurent alors s’interrompre. Le traité signé le 22 décembre à Saint-Trond, obligeait, il est vrai, les Liégeois à renoncer à toutes leurs alliances extérieures. Et, dès janvier 1466, ceux-ci obéirent en dénonçant les traités conclus avec le roi84.

  • 85 Ph. de Commynes, Mémoires, 1, p. 94.
  • 86 A. d’O., p. 161 : 8 mars 1467, ambassade de Louis Raguier, évêque de Troyes à Liège. — J de Looz, (...)
  • 87 A. d’O., p. 164 : mai 1467, le clerc de la cité revient de Paris avec une promesse d’aide militair (...)

41En 1466, cette renonciation solennelle mise à part, nos renseignements concernant d’éventuelles relations avec Louis XI sont ténus. Philippe de Commynes signale une tentative du roi pour détourner le duc de son dessein de prendre la ville de Dinant et de la mettre à sac85. Mais, on ne sait en fait rien de très précis à ce sujet. Une autre difficulté provient de la situation politique liégeoise, elle-même fort confuse pendant cette année. Peut-être, faut-il donc imaginer le roi attendant une clarification de la position des uns et des autres, avant de se choisir le meilleur intermédiaire. Si tel fut le cas, il semble que Louis XI ne trouva cet oiseau rare qu’à l’automne, au lendemain de la paix d’Oleye, puisque d’après nos sources, ce n’est qu’à partir de novembre 1466 que des contacts reprennent. Le roi s’adresse alors à Raes de Heers et recourt à ses services comme à ceux d’un fondé de pouvoir dans la principauté. Raes prend alors une position prépondérante dans les relations franco-liégeoises. Les autorités communales officielles liégeoises ne sont pas pour autant mises totalement à l’écart. Parallèlement aux contacts avec Raes de Heers, Louis XI maintient des liens directs avec elles, notamment par l’entremise d’ambassadeurs86 et par l’envoi de renforts militaires87.

  • 88 Onofrius, p. 104–105, 119, 130.
  • 89 Onofrius, p. 161–163 : Les 25–26 oct. Marche des deux armées sur Liège. — A. d’O., p. 218–219. — Su (...)

42La capitulation liégeoise de novembre 1467 et le départ en exil de nombreux opposants n’entamèrent aucunement la ferveur populaire pour le roi. En 1468, au moment du retour des Fugitifs en ville, les Liégeois entendent inscrire leur révolte dans la reprise de la guerre franco-bourguignonne. Dans un premier temps, ils attendent une aide effective de Louis XI. Puis, quand s’amenuisent les chances de voir le roi venir à la rescousse, ils réduisent leurs prétentions à l’espoir d’une fructueuse médiation de sa part88. On sait qu’il n’en fut rien. Au moment de la marche bourguignonne sur la cité, en octobre 1468, les témoins ont décrit l’ambiguïté de son attitude et le cynisme avec lequel il acquiesça à la prise de la ville, comme à sa destruction89. Louis XI ne pouvait manifester plus clairement quels étaient les ressorts de sa politique et le prix que le sort de la cité ou celui de ses habitants représentait à ses yeux.

***

43Terre située aux confins de la France et de l’Empire et carrefour d’influences diverses, le pays de Liège est devenu une sorte de terrain de manœuvres pour les puissances avoisinantes et rivales. La fidélité des Liégeois ou, tout au moins, d’une partie d’entre eux (le parti Hédroit puis les delle Chaussées-Surlet) au roi de France témoigne de la recherche d’un contrepoids à l’influence toujours plus effective de la maison de Bougogne sur le pays. À cet égard, l’acte émis en avril 1460 par Charles VII représente une sorte de point culminant dans cette conjonction d’intérêts entre le roi de France et le parti, hostile au duc de Bourgogne, au pouvoir à Liège.

44Pareillement à l’ascendant que Philippe le Bon pouvait détenir sur l’évêque de Liège, aux mobiles politiques des alliances avec la couronne de France, sans doute faut-il ajouter un important facteur psychologique. Car souvent, les ambassadeurs liégeois reviennent de Paris éblouis de l’accueil que le roi leur a réservé et on ne peut mieux disposés à son égard. La politique est donc fort tributaire des relations personnelles et des jeux d’influences qui peuvent s’exercer sur les individus.

45Ce second chapitre laisse apparaître, au travers de l’évolution franco-bourguignonne dans la principauté, la permanence des caractères mis en évidence sur un plan plus général : l’impossibilité de dissocier l’histoire des partis liégeois de leur arrière-plan international. Celle-ci se traduit par la présence influente d’agents de l’étranger dans les sphères dirigeantes locales, l’adjonction d’un maillon supplémentaire dans les chaînes de hiérarchies locales qui subordonnenent des leaders ou des partis liégeois à des intérêts de l’extérieur, la définition de la politique liégeoise comme volet local des débats plus larges, enfin l’utilisation par des puissances environnantes des conflits urbains.

46Plus fondamentalement sans doute, c’est la place du pays de Liège sur l’échiquier international et la conscience que les Liégeois ont pu acquérir de la portée exacte d’événements dans lesquels on les impliquait, que ces faits portent au jour.

Notes

1 Ces rapports, aux développements complexes et qui dépassent le cadre de notre travail, ont déjà fait l’objet d’études détaillées. Nous y renvoyons le lecteur : surtout P. Harsin, Liège entre France et Bourgogne. — L’étude de J. Dabin, La politique française à Liège au xve siècle, est vieillie et sera utilisée avec prudence. — Cf. aussi J. Lejeune, Liège et Bourgogne. Introduction historique.

2 1402, p. 415. — J. de S. lat., p. 95. — J. d’O. ab, p. 227. — C. de Zantfliet, col. 337–338. — En 1071, le Hainaut est inféodé à l’Église de Liège (cf. J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 426–427).

3 Voir ci-dessus partie 3, Évolution des Partis.

4 Art. 6 de la Paix de Caster (ROPL, p. 373–374).

5 Jean de Bavière conservait de fréquents contacts avec sa parentèle. Ainsi, des comptes montais datant des premières années du xve s. (éd. L. Devillers, La guerre, p. 197, 233) montrent notamment qu’il séjournait régulièrement à la cour de Hainaut-Hollande (mentions en août 1404 à la Haye auprès de son père et de son frère ; à Mons en 1405, à son retour de Paris).

6 Sur la bataille d’Othée et les effectifs en lice : cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 312–320. — ID., Grandes Batailles, p. 135–146. — Y. Charlier, La bataille d’Othée, p. 177–202.

7 C. de Zantfliet, col. 381 Seul cet auteur impute la responsabilité de la capture à Jean Sans Peur. — Cf. aussi N. Valois, La France, 4, p. 66–67.

8 Détail de la lettre de rémission octroyée le 25 août 1404 par Charles VI au bailli de Vitry qui a laissé arrêter Laurent Lamborde sur son territoire (éd. L. Douet D’arcq, Recueil de documents, 1, p. 266).

9 Le 3 octobre 1408, la commune de Liège s’engage à respecter la sentence que prononceront le duc de Bourgogne et le comte de Hainaut (ROPL, p. 420). Cette dernière est rendue à Lille le 24 octobre suivant (ROPL, p. 420–429). — C’est à Mons que, le 12 novembre, les chartes confiquées aux Liégeois sont apportées aux vainqueurs (ROPL, p. 422–423n). — Quelques mois plus tard, l’Élu et le chapitre sollicitent de Guillaume de Hainaut et Jean Sans Peur la modération de certaines dispositions de la sentence de Lille. Ils obtiennent satisfaction le 9 août 1409 (ROPL, p. 429–430 et 445–449).

10 Cf. lettre envoyée par un percepteur de l’amende à un conseiller du duc de Bourgogne en décembre 1408, relative aux difficultés liées à ce prélèvement (RCL, 3, p. 128–129). — En mars 1412, le duc de Bourgogne et le comte de Hainaut donnent quittance à l’élu, au chapitre et au pays de la totalité de la somme perçue (RCL, 3, p. 166–169).

11 À partir de 1409, introduction à l’échevinage liégeois de Maastrichtois (Arnould de Here, Antoine Yserman), de Hollandais (Henri d’Oudewater, en 1415 ; ce personnage devient sénéchal du comté de Looz). Les armoiries de ce personnage, estime C. de Borman, pourraient indiquer qu’il appartient à une famille issue par bâtardise de la maison de Hainaut (C. de Borman, Échevins, p. 313–316). — Parmi les chanoines : mention de Jean de Caterna de Gand investi du décanat de Saint-Paul par Jean Sans Peur. Il eut toutefois quelque peine à exercer sa charge et fut contraint d’y renoncer en 1414. Il fut alors remplacé par un autre pro-bourguignon Grégoire Marescalli, cité à Liège de 1417 à 1430 (É. Schoolmeesters, Doyens de Saint-Paul, p. 351–352). Au chapitre cathédral, on observe l’entrée de Guillaume de Gavre ou de Liedekerke, apparenté au bailli de Brabant (J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 186–187). — Transfert de fiefs de Liégeois rebelles vers des seigneurs hennuyers : 8 avril 1409 relief par Jean de Berlaymont sgr de Floyon de la seigneurie de Hautepenne, confisquée à Marguerite de Waroux (S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 116). — 3 oct. 1410 attribution par Jean de Bavière de la seigneurie de Barse, confisquée à Guillaume le Bâtard de Bavière (ibid., p. 168).

12 Cf. l’étude de A. Dirsch-Weigand (Stadt und Fürst, p. 113–114, 126) portant sur l’image de Jean de Bavière dans deux sources non liégeoises — française et bavaroise — intéressées par ces événements l’une, parce qu’ils ont un rapport avec les événements français contemporains, l’autre parce qu’ils concernent le lignage de Wittelsbach. La chronique de Michel Pintoin, dit le Religieux de Saint-Denis et celle de André de Ratisbonne laisssent Jean de Bavière en retrait de ses deux alliés et accentuent les rôles de Guillaume IV et de Jean Sans Peur, intervenus pour le premier auteur en qualité de vassaux, pour le second en raison des liens de solidarité.

13 J. de S. lat. p. 133. — Sur Jean de Walenrode et le concile : W. Moye, Johann von Wallenrod, p. 1, 44—45, 68. — N. Valois, La France, t. 4, p. 380 : insiste sur le rôle de Jean de Walenrode au concile et auprès de Sigismond.

14 Après le désastre d’Azincourt, Sigismond se détache de la France et se rappproche du roi Henri V d’Angleterre et de Jean sans Peur. Premiers contacts fructueux en oct. 1416. Conclusion d’une alliance entre Sigismond et Jean Sans Peur le 29 avril 1417 (F. Quicke, Les relations, p. 194–195, 227–233).

15 Cf. J. de S. fr, p. 166. — J. de S. lat., p. 133–4. — C. de Zantfliet, col. 409–410. — En 1418, J de Walenrode rétablit les métiers (éd. G. Kurth, Cité, 3, p. 358–359 [s.d.]. — J. de S. lat. p. 133.

16 A. de Géradon, L’étrange carrière du chanoine Gilain de Sart, p. 130. Gilain hérite de la bibliothèque de Jean de Walenrode (ibid., p. 129). — Sur ce pers. voir aussi P. Renoz, La Chancellerie, p. 21–22.

17 J. de S. fr, p. 165–166.

18 J. de S. fr, p. 168 : Wathieu et Guilaume Datin, Englebert le Polain de Herstal, bgm en 1420 avec Guillaume Datin (J. de S. fr., p. 186), Gilain de Sart (cf. supra n. 16) et Jean de Serrazin qui, en 1424 fut délégué de l’évêque à la commission chargée d’élaborer le Nouveau Régiment de Heinsberg (ROPL, p. 543–544)

19 Cf. M. Josse, Jean de Heinsberg. — J. Lejeune, Liège et Bourgogne, introd. au cat. de l’exposition, p. 45–46.

20 Conclue le 3 juin 1421, pour la durée de vie des deux contractants (éd. P. Harsin, Liège, p. 243–4).

21 Par ex. le traité du 2 juin 1434 conclu entre Philippe le Bon et Jean de Heinsberg et destiné à se prémunir contre une éventuelle rébellion du pays de Liège. On observera que ce traité est conclu après la mise hors course des Datin (RCL, 3, p. 293–300).

22 En l’absence d’une étude détaillée sur le sujet, retenons notamment des séjours en 1430, 1434, 1437 et 1439 attestés, en 1430 par une mention de J. de S. fr, p. 243 (l’évêque assiste à des joutes à la cour de Bourgogne à Bruxelles), en 1434 par la signature à Malines du traité évoqué ci-dessus, en 1437, il se trouve à la cour de Philippe à Arras (extrait des comptes de Namur, éd. J. Borgnet, Notes, p. 213) en 1438—1439, Philippe le Bon écrit aux Liégeois et parle dans sa lettre de propos dont l’évêque vient de lui faire part (J. de S. fr, p. 431). On ajoutera que Jean de Heinsberg s’est retiré à Diest en Brabant après son abdication (M. Josse, Jean de Heinsberg). Enfin, argument plus spécieux peut-être, on se demandera si les sarcasmes (« Karole, Karole bastarde de Heinsberg ubi est tua potentia » H. de Mérica, p. 248) qui valurent en 1465 aux Dinantais d’être exclus de la Paix de SaintTrond n’étaient pas un rappel ironique de l’assiduité du prélat à la cour de Bourgogne.

23 J. de Theux, op. cit., 2, p. 186–187.

24 A. d’O., p. 36. — Sur les efforts du duc pour introduire son neveu au chapitre, cf. P. Bonenfant, Philippe le Bon, p. 87.

25 Sur la résiliation de Jean de Heinsberg et l’avènement de Louis de Bourbon : A. d’O., p. 44–46. —C. de Zantfliet, col. 488–489.

26 A. d’O., p. 7 « quia Leodienses aliqui malam suspectionem habebant de domino Leodiensi, propter magnam familiaritatem quam habebat cum domino duce Burgundiae ». Au moment de l’abdication, Adrien (p. 43–44) rapporte que les Liégeois échangeaient des propos tels que « Quid vultis quod faciamus ? Episcopus noster non curat de nobis, et dimisit nos, dimittamus eum et efficiamur omnes Burgundiones ».

27 Cf. P. Bonenfant, Philippe le Bon, p. 87–88.

28 A. d’O., p. 46.

29 A. d’O., p. 46–47. — Jean de Bourgogne, évêque de Cambrai, est un frère bâtard du duc Philippe (J. Bartier, légistes, p. 317). — En 1456, l’évêché d’Arras est aux mains de Jacques de Portugal. — Le diocèse d’Arras : aux mains de pro-bourguignons de 1392 à 1502 (ibid., p. 125).

30 A. d’O., p. 50–51.

31 A. d’O., p. 83–86 (avril-mai 1462).

32 Sur ces personnages : J. Bartier, Légistes et gens de finances, p. 126n2 (Jean Milet), Guillaume Filastre évêque de Tournai, chef du conseil, p. 125 et passim.

33 A. d’O., p. 145 (25 août 1466).

34 Ainsi, en septembre 1461, de retour d’ambassade à Paris où une scission s’est produite entre son camp et celui de la cité, Louis de Bourbon et ses partisans prennent la route de Bruxelles tandis que les Liégeois regagnent la cité, (A. d’O., p. 77).

35 A. d’O., p. 88–89 (janvier 1463) À l’issue d’une conférence à Maastricht entre Liégeois, un ambassadeur de Louis XI, Louis de Bourbon, et des délégués de Philippe le Bon, la cité accepte la décision d’un arbitrage qui est prise, mais Louis de Bourbon éprouve la nécessité d’en référer à Bruxelles.

36 A. d’O., p. 86 (mai 1462) : « magistri et consules miserunt ad dominum ducem, rogantes eum, quod facere dignaretur ut dominus Leodiensis rediret in civitatem suam ».

37 ROPL, p. 595–597 n. 1 (12 septembre 1466). Comme Charles l’explique dans une lettre à la commune de Malines, les Liégeois se sont soumis le 10 septembre 1466, et, conformément à l’article 9 du traité de Saint-Trond, l’acceptent pour avoué (RCL, 4, p. 202–203). La vieille titulature dont les ducs de Brabant, en quête de pouvoir sur le pays de Liège se paraient, est remise à l’ordre du jour.

38 J. Lejeune, Liège et Bourgogne, p. 65.

39 RCL, 4, p. 224–225 (29 juillet 1467) Déclaration de Louis de Bourbon : « confians enthierement en la singuliere amour et affection que a envers nous très hault, très excellent et très puissant prince [Charles Le Téméraire] (...) ainsi que par Teffect l’avons cogneu et apperceu, considerant aussi que son moyen et ayde nous est necessaire et prouffitable, tant pour la segurte de nostre personne comme pour nostre entretenement et joyssance paisible de nos pays et seignouies (...) nous sommes soumis et submectons par ces présentes à nostre dit seigneur frère et cousin de tous et singuleirs debatz questions, querelles et differents que avons et paons avoir à l’encontre de nostre cite de Liege et pays dudit Liège et de Loz, nos subgetz et de l’execucion de la sentence que avons obtenue à l’encontre d’eulx et promettons, de bonne foy et en parole de prince et de prelat avoir ferme, estable et agreable tout ce que par nostre dit seigneur frère et cousin sera fait conclud ordonne et determine es choses dessus dites et leurs dépendances nous oy et veuz nos lettres tiltres, sentences et aultres munimens servant à nostre fait et tout ce que par nostre dit seigneur et frère sera fait, dit, ordonné appointié, sentencié et détermine, soit par assentement, par expedient, par provision ou aultrement, tenir et entretenir a tousjours sans jamais aler à l’encontre en aulcunne manière »...

40 J. de Haynin, II, p. 86–87.

41 J. de THEUX, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 202. — La tentative échoua cependant, en raison d’une règlementation qui venait d’être promulguée, réservant l’accès au chapitre cathédral aux seuls nobles ou gradués. En compensation, Guillaume Datin obtint une prébende à la collégiale de Saint-Jean qu’il détint jusqu’à sa mort (ca 1452) (L. Lahaye, Saint-Jean, p. LUI). —-Notons qu’un autre fils de Wathieu, Lambert Datin détenait une prébende à Saint-Lambert (J. de Theux, op. cit., p. 197–198).

42 J. de S. fr, p. 285.

43 J. de S. fr, p. 305.

44 J. de S. fr.,p. 317–318.

45 Extrait des comptes de Namur, éd. J. Borgnet, Notes sur l’assassinat, p. 212.

46 J. de S. fr., p. 310.

47 H. Pirenne, Histoire de Belgique, I, p. 413 n.55.

48 J. de S. fr., p. 431 (8 mars 1439). — À l’avènement de Louis de Bourbon, Wathieu réclamera une nouvelle fois la jouissance de ses biens, arguant d’une confiscation effectuée au terme d’une procédure d’exception, intentée par ses adversaires politiques, à leur profit, et à celui de l’évêque (éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 423–425).

49 Cf. schéma généalogique. — Jean Datin, grand-père de Wathieu avait épousé une R ( ?) de Heetsvelde (cf H. Van Den Berch, Recueil, t. 1, p. 79, t. 2, p. 169n). — Les Heetsvelde appartiennent au patriciat bruxellois. La famille est cependant tombée dans une sorte de disgrâce au début du xve siècle (cf. F. Favresse, L’avènement, p. 161–165, 171).

50 C. de Borman, Échevins, p. 394. — En 1456, Wathieu rédigea son testament le 10 août 1456 et émit le souhait d’être enterré à Saint-Pierre de Louvain (éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 426–434).

51 Testament de Wathieu Datin : biens attribués à Catherine de Rotselaar ainsi qu’à sa fille Agnès née de cette union (P.F.X. De Ram, Documents, p. 429–430). — Sur les Rotselaar : mention d’un Jean de Rotselaar, chevalier, conseiller de Jeanne de Brabant (H. Laurent–F. Quicke, L’accession, p. 82. — F. Quicke, Les Pays-Bas, passim).

52 Cf serment exigé le 30 juin 1436 des anciens datinistes amnistiés après 3 ans d’exil (RCL, 3, p. 330–332).

53 Citons Henri Scatter (J. de Theux, op. cit., 2, p. 183–184. — De 1434–1453 : Jean Boent ou de Bout, chancelier de Brabant (ibid., 2, p. 232–233), Guillaume de Coster dit de Bout, neveu du précédent, 1436–1454, conseiller de Philippe le Bon, lié à l’université de Louvain (ibid., 2, p. 232–233), Henri de Diest, 1439–1440, (ibid., p. 239), recteur de l’université de Louvain ; Jean de Lalaing, fils de Guillaume de Lalaing bailli de Hainaut, gouverneur de Hollande, prévôt du chapitre en 1443 (1440–1443) ibid., p. 239–240)

54 Jean de Lalaing cède en 1443 sa prébende à son frère Antoine (prévôt en 1450), puis à Arnold de Lalaing. Antoine abandonne ensuite la prévôté à son frère Arnold pour suivre les campagnes militaires de Charles le Téméraire (J. de Theux, 2, p. 239–240, 252). — En 1464, attribution d’une prébende à Jacques de Croy (J. de Theux, op. cit., 2, p. 277–279). — Hugues de Lannoy, chanoine de 1455 à 1483 (J. de Theux, 2, p. 269. — Sur ces différents lignages, cf. J. Bartier, Légistes, p. 48 no 5 et passim).

55 Antoine Hanneron, prévôt de Saint-Donat de Bruges, membre de l’entourage de Charles le Téméraire, recteur de l’université de Louvain, précepteur de Charles le Témé¬ raire et de Louis de Bourbon à Louvain. Il conseille l’Élu lors des démêlés de 1462 et 1467. Prébendier de 1461 à 1490 (J. de Theux, op. cit., 2, p. 274–275. — Sur ce personnage et son rôle auprès de Louis de Bourbon : J. Bartier, Les agents de Charles le Téméraire, p. 160).

56 A. d’O., p. 21–22. — C. de Zantfliet, col. 449. — J. de S. fr., p. 526. — Henri Scatter, doyen du chapitre. Guillaume de Gavre est le frère de Jean de Gavre († 1339), évêque de Cambrai (J. de Theux, op. cit., 2, p. 183–184, 186–187) personnages également liés au milieu louvaniste et brabançon.

57 J. de S. fr., p. 383. Le texte de cette convention est malheureusement perdu. Selon Jean de Stavelot, il s’agit d’une amnistie pour les torts passés et d’un accord économique. Sur la Paix d’Arras signée le 21 septembre 1435, cf. P. Bonenfant, Philippe le Bon, p. 55–64.

58 Ainsi, en 1445, Jean de Heinsberg appelle des Dinantais devant l’Anneau du Palais. Ceux-ci font appel de la décision devant la commune de Liège qui en est « mult perturbee ». Jean de Heinsberg renonce finalement à son assignation « por eskywer le murmur et le fureur de peuple » (J. de S. fr., p. 576). — Autres exemples ici même, à propos des solidarités corporatives.

59 A. d’O., p. 21 (1443). — J. de S. fr., p. 588–589 (1446). — En 1449 : C. de Zantfliet, col. 459–460. — A. d’O., p. 29.

60 C. de Zantfliet, col. 444.

61 Sur ce pèlerinage : J. de S. fr., p. 525–526. — C. de Zantfliet, col. 449. — A. d’O., p. 21–22.

62 C. de Zantfliet, col. 488 « Johannes de Heinsberg (...) quo tactus instinctu, an sponte vel coacte pertaesus ut aiebat, curarum quas in praesulatu sustinebat et quod populus Leodiensis in multis nolebat obtemperare ».

63 Sur cette affaire : cf. M. Yans, Le destin diplomatique de Herstal-Wandre, p. 493. — voir aussi L. Naveau, de Seraing, col. 211–212.

64 A. d’O., p. 167 (le village de Bolland dans le duché de Limbourg est également remis au comte de Nevers pour le roi de France, le 23 juillet 1467).

65 1402, p. 440–441. — J. de S. lat., p. 102,. — J. d’O. ab., p. 235–236. — J. de Bav., p. 148–149. — C. de Zantfliet, col. 354. — sur Pierre Plaoul : B. Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 185–186 et passim.

66 M. Maillard–Luypaert (une lettre d’innocent VII, p. 54) indique que Jean de Bavière adhéra à la soustraction d’obédience sur conseil de son parent Philippe le Hardi. — Le 6 oct. 1399, l’Église de Liège se soustrait à l’obédience du pape Boniface IX (RCL, 3, p. 57–60).

67 éd. RCL, 3, p. 57 (Paris, 5 août 1399)

68 1402, p. 440–441. — J. d’O. ab, p. 235–236. — Baudoin de Montjardin signalé par J. Lejeune (Liège et Bourgogne, p. 21) comme chambellan du roi Charles VI.

69 En décembre 1404, les Liégeois contractent une nouvelle alliance interurbaine. Suivant les termes de ce pacte, ils rejettent toutes leurs anciennes conventions à l’exception de celles qui furent passées avec Wenceslas, duc de Luxembourg. Or, l’empereur déchu est un fidèle du duc d’Orléans, à qui, du reste il vient, de vendre les droits sur le Luxembourg. Maintenir intacts les liens avec l’un, c’est à coup sûr préserver l’entente avec l’autre, cf. A. Minder, La rivalité Orléans-Bourgogne, p. 151–153. — Sur les relations entre Wenceslas et Louis d’Orléans, et Tengagère de Luxembourg, cf. B. Guenée, Un meurtre, p. 139, 154–156. — L’alliance avec le duc de Gueldre est évoquée en 1408, par les notables chargés de déposer les chartes liégeoises à Mons (J.G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Lambert, p. 291–292). — Sur les liens entre le duc de Gueldre et Louis d’Orléans, B. Guenée, op. cit., p. 109.

70 J. de Bav. p. 194–196 : En septembre 1408, sur les instances de Henri de Perwez, Charles VI fit mander Jean Sans Peur auprès de lui pour traiter des « affaires du royaume ». Le duc s’excusa : il ne pouvait se rendre à Paris puisqu’il était en campagne en terre ennemie. — Sur cette intervention avortée : cf. aussi N. Valois, La France, 4, p. 69.

71 J. de S lat. p. 106 précise que Jean de Bavière se rendit à Paris en 1405, auprès du duc de Bourgogne, qui lutte contre le duc d’Orléans. — Cf. aussi N. Valois, op. cit., 4, p. 66–67n. — La libération de Jacques Baddut apparaît donc comme un épiphénomène du grand antagonisme qui opposa à cette époque Louis d’Orléans et Jean Sans Peur (sur ce sujet cf. B. Guenée, Un meurtre, en particulier, p. 152–179. — Pour les aspects liégeois, on se reportera à A. Minder, La rivalité Orléans-Bourgogne, passim.

72 P. Harsin, Liège, p. 213 no 78, 215–216.

73 J. de S. fr., p. 382–383 (14 juillet 1437).

74 J. de S. fr., p. 357.

75 J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 258–259. — Jean Bureau est un fils de Jean Bureau, officier et conseiller de Charles VII. Sur ce personnage : C. Petitdutaillis, Charles VII, p. 253.

76 Sur cette ambassade : J. de S. fr, p. 547–548. — Le lieutenant, chargé des affaires temporelles du pays, qui accompagna la délégation était Gérard, comte de Blanckenheim, neveu de Jean de Heinsberg.

77 A. d’O., p. 41–42 (1454, le projet n’aboutit pas). — A. d’O., p. 56 (1458 Jean Le Ruitte se rend auprès du roi). — A. d’O., p. 63 (ambassade de Gilles de Huy, Mathieu Haweal, Jean le Ruyte et Gilles de Metz du 17 mars au 1er mai 1460. Accueil chaleureux des émissaires liégeois. Gilles de Huy reçoit du roi une gratification de 36 marcs d’argent et la constitution d’une pension. — Cf. aussi : C. de Zantfliet, col.499–500). — En 1459, les Liégeois requièrent l’arbitrage royal lors d’un conflit qui les oppose à Louis de Bourbon (A. d’O., p. 60–61. — C. de Zantfliet, col. 498–499)

78 éd. P. Harsin, Liège, p. 244–245. — P.F.X. De Ram, Documents, p. 482–484 (17 avril 1460).

79 RCL, 4, p. 152–153 (18 août 1465).

80 A. d’O., p. 74–77. — Accord économique conclu le 23 sept. 1461 (RCL, 4, p. 32–35), renouvellement de l’alliance du 17 avril 1460 (éd. P. Harsin, Liège, p. 245–247).

81 En janvier 1463 : conférence à Maastricht des Liégeois contre l’élu. Arbitrage d’émissaires de Louis XI (A. d'O., p. 88–89). — À l’automne 1464, ambassade liégeoise de Guillaume de Berloz et Gilles de Metz à Paris. Louis XI recommande alors de ménager Philippe le Bon. Les Liégeois suivent ce conseil et envoient une délégation à Bruxelles. Une trêve est conclue avec Philippe jusqu’au printemps suivant (A. d’O., p. 100). — Sur les entretiens entre les Liégeois et Philippe le Bon : G. Chastellain, t. 4, p. 468–471 (éd. J.M.B.C. Kervyn De Lettenhove). En mai 1465 ambassade française à Liège. Le 17 juin 1465 conclusion d’un traité ratifié ensuite à Paris (RCL, 4, p. 139–145. — A. d’O., p. 113115, 120).

82 Sur cette bataille (20 octobre 1465) : cf. C. Gaier, Art et organisation, p. 335–342.

83 Traités de Conflans et de Saint-Maur mettant fin à la guerre dite du Bien Public (cf. C. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 371–379). — Le 21 octobre 1465, Louis XI informa les Liégeois de la fin de la guerre et leur conseilla d’entamer, à leur tour, des pourparlers (RCL, 4, p. 156–157).

84 Le 27 janvier 1466 : remise à Philippe le Bon de l’acte d’alliance conclu le 17 juin 1465 (RCL, 4, p. 177).

85 Ph. de Commynes, Mémoires, 1, p. 94.

86 A. d’O., p. 161 : 8 mars 1467, ambassade de Louis Raguier, évêque de Troyes à Liège. — J de Looz, p. 46–47 : rumeur d’une ambassade française à Rome pour plaider contre Louis de Bourbon. — 1er et 10 août 1467, lettres de la commune de Liège aux émissaires de Louis XI (RCL, 4, p. 226–227, 229 : remercient pour lettre reçue le 5 août). — RCL, 4, p. 228–230 : 10 août 1467 contacts entre les bourgmestres et Louis XI. — A. d’O., p. 175, 1er octobre 1467 : arrivée à Huy de l’émissaire français François Royer, bailli de Lyon porteur de nouvelles pour bientôt.

87 A. d’O., p. 164 : mai 1467, le clerc de la cité revient de Paris avec une promesse d’aide militaire. — Cf. aussi lettre d’Antoine de Chabannes à Raes de Heers citée ci-dessus. — fin juillet 1467 : nouvelles des hommes d’armes (A. d’O., p. 168–169. — Cf. aussi lettre de Antoine de Chabannes à Louis XI, du 13 août 1467 éd. P. Harsin, Liège, p. 250–253). — Le 19 août 1467 : demande pressante d’aide des Liégeois au roi (RCL, 4, p. 230–231). — Enfin, on rappellera les craintes de Charles le Téméraire d’assister, après la capitulation de Liège en nov. 1467, à un retour en force des exilés, augmentés de renforts français (J. de Haynin, I, p. 260–261).

88 Onofrius, p. 104–105, 119, 130.

89 Onofrius, p. 161–163 : Les 25–26 oct. Marche des deux armées sur Liège. — A. d’O., p. 218–219. — Sur l’avis de Louis XI à propos du saccage de la ville : « Et cum dux requisivisset ab eo [le roi] quid faceret de Leodio. Rex respondit per parabolam, quod pater suus habuit altam arborem juxta domum suam, in cujus ramis corvi construxerunt sibi nidum, sed quia molesti erant, fecit nidum semel et secundo deponi. Quo non obstante, anno revoluto, corvi redeuntes reincoeperunt iterum nidificare. Pater ait meus pertaesus jussit arborem radicitus evelli, et sic in pace dormivit. Istius parabolae sensum rex deinceps secutus, omnes villas et castras, (...) postea fecit incendi et destrui ut in futurum de ipsis contentio non haberetur »

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search