Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Cinquième partie. Les liégeois et leurs voisins : le poids de l'extérieur sur la politique urbaine

Chapitre premier. Caractères généraux de l’influence étrangère sur la politique liégeoise

Texte intégral

1. Les autorités supérieures

1Quelle part les deux supérieurs hiérarchiques de l’évêque de Liège, l’empereur et le pape, prirent-ils à la politique liégeoise ?

  • 1 Ainsi, dans la seconde moitié du xiiie siècle et le début du siècle suivant, les évêques Jean d’En (...)
  • 2 Participants à la Bataille de Vottem : C. Gaier, Grandes batailles, p. 110. — Les 26 novembre et 8 (...)
  • 3 N. Reimann, op. cit, p. 50. — Sur Jean l’Aveugle à Crécy : cf. A. Coville, Les premiers Valois, p. (...)

2L’Empire est, à cette époque, un État en crise. Par la force des choses, l’influence impériale tend à se faire discrète dans le pays de Liège. Mais tout en paraissant fortement atténuée par rapport aux temps glorieux de l’Église impériale, l’influence n’y est cependant pas totalement éteinte. On observe toutefois que les relations impériales qui subsistent concernent plutôt l’évêque que la cité1. Elles dépassent, le plus souvent, le cadre de cette étude. Et à l’exception de l’élection de Jean de Walenrode, œuvre de l’empereur Sigismond en 1418, sur laquelle nous reviendrons plus loin, il n’y a pas lieu de les évoquer ici. L’attention de l’Empereur ne se porte en fait que très rarement sur la cité elle-même. Pour l’ensemble de la période que nous étudions, nous ne pouvons véritablement retenir qu’une seule intervention. Englebert de La Marck bénéficie, en effet, du soutien des deux empereurs successifs, Jean l’Aveugle et Charles IV de Luxembourg. En juillet 1346, tous deux participent à la bataille de Vottem que l’évêque livre contre la cité et les villes coalisées2. Englebert de La Marck doit son siège épiscopal au soutien de Philippe VI de Valois. Or, les Luxembourg, qui un mois plus tard combattent à Crécy, sont de fidèles alliés du roi de France. On peut donc estimer que le soutien qu’ils apportent durant cet été à Englebert en lutte contre ses sujets s’inscrit dans une seule et même ligne politique, pro-française3.

  • 4 A. d’O., p. 103 « et fuit per eum nominatus [...] Marcus de Baden frater archiepiscopi Trevirensis (...)
  • 5 A. d’O., p. 129.

3Les Liégeois, pourtant, n’en demeurent pas moins sensibles au prestige de la couronne impériale. Le fait se vérifie surtout au xve siècle. Nous avons déjà souligné l’importance que les Hédroits accordent à la reconnaisance impériale de l’élection de Thierry de Perwez. En 1465 encore, la référence à l’Empire se fait insistante. Les sources nous en fournissent divers témoignages. Ainsi, Marc de Bade était apparenté à l’Empereur Frédéric III. En février 1465, lorsque Raes de Heers dut persuader l’assemblée de s’en remettre au futur régent, le chroniqueur Adrien d’Oudenbosch rapporte quel parti le chef liégeois tira de cette brillante parentèle auprès de ses concitoyens4. De même, à la fin de cette même année, se répandit à Liège la rumeur d’une confirmation de Marc par le pape Paul II. S’y ajoutait une autre nouvelle : Louis XI et l’empereur avaient, disait-on, appuyé auprès du pape la requête introduite par les Liégeois en faveur de leur ancien Régent5. Ces interventions éparses d’un empereur dans les affaires liégeoises indiquent qu’aux xive et xve siècles, le pouvoir impérial resta en définitive fort étranger aux problèmes internes de cette principauté des marges de l’Empire.

  • 6 J. de Hocsem, p. 181–182. — 1402, p. 290. — A. Fayen, Lettres de Jean XXII, 2, p. 587–589 (5 juin (...)
  • 7 J. de S. lat., p. 73–74. — Acte du 18 décembre 1375 (C. Tihon, Lettres de Grégoire XI, 3, p. 229–2 (...)
  • 8 Ambassade liégeoise en 1327 : J. de Hocsem, p. 192—193. — Gesta Abbatum Trudonensium, 2, p. 257–25 (...)

4Au contraire, l’influence papale s’y exerce sans faille. Les dissensions qui surgissent en terre liégeoise trouvent un rapide écho en cour de Rome. L’entremise pontificale, sollicitée par l’un des partis, se concrétise le plus souvent par un arbitrage ou un procès. Au xive siècle, des efforts de médiation ponctuent chaque affrontement. En 1325 et 1346, de telles missions échoient à l’abbé de Saint-Nicaise de Reims ; en 1347, à l’archevêque de Ravenne6. En 1375 enfin le choix se porte sur l’abbé de Saint-Bavon de Gand7. Ces différents arbitres délégués par la papauté pour tenter de calmer les passions qui se déchaînent en bord de Meuse remportent des succès divers. Les Liégeois qui accueillent les légats du pape se rendent aussi à la Curie pour y exposer leurs griefs. En 1327 et 1375, chaque faction délègue ainsi ses émissaires en Avignon8. Mais quelle que soit la nature de la démarche entreprise, les sentences qui clôturent les procédures condamnent invariablement les citadins insurgés.

  • 9 Le 18 mars 1407, Benoît XIII confère la dignité épiscopale à Thierry, successeur d’Eustache Persan (...)

5Le schisme de 1406–1408 modifie considérablement les règles du jeu. La rivalité des deux souverains pontifes offrit en effet des ressources nouvelles aux camps qui s’affontaient. En particulier, il permit à chacun des protagonistes de disposer d’un répondant au niveau pontifical. En 1407, Thierry se tourna donc vers Benoît XIII. Dans le même temps, Grégoire XII laissait à Jean de Bavière toute latitude pour sévir contre l’ensemble des prébendiers et bénéficiers rebelles9.

  • 10 Sans doute, les émissaires étaient-ils porteurs de la demande de suspension de l’interdit, introdu (...)
  • 11 A. d’O., p. 129 : « seminaverunt per Leodium illi qui nolebant pacem, quod Baden ad preces imperat (...)
  • 12 Onofrius, p. 5 : « Pius [II] pontifex, (...) cupiensque votis illustris Philippi Burgundiae ducis a (...)
  • 13 Sentence du 10 septembre 1464 (RCL, 4, p. 89–113).

6Rome intervient à nouveau dans les affaires liégeoises durant les années 1462–1468. En octobre 1464, les Liégeois envoient une mission diplomatique à la Curie. De retour, les émissaires se prétendent porteurs de bons résultats10. À la fin de cette même année, les opposants parlent de la confirmation de Marc de Bade comme d’une chose acquise11. Ces diverses déclarations sur les bonnes dispositions du pape à l’égard des adversaires de Louis de Bourbon ne manquent pas de surprendre. Elles ne paraissent, en tout cas, pas cadrer avec ce que l’on sait de la position de Paul II, dans l’imbroglio mosan. Manifestement, pas plus cette fois qu’auparavant, dans son duel avec l’évêque, la cité ne pesait d’un grand poids aux yeux du pape. De nombreux indices témoignent, en effet, de l’hostilité pontificale à l’égard des rebelles. Aux dires d’Onofrius, en accablant les adversaires de Louis de Bourbon, le pape cherchait à complaire au puissant duc de Bourgogne, qui venait de faire vœu de partir en croisade contre les Turcs. Et, toujours selon l’analyse du légat pontifical, cette promesse constituait une excellente raison de satisfaire Philippe le Bon en condamnant ses ennemis12. Ainsi, en septembre 1464, le légat Pierre Ferrici chargé par Rome d’instruire le procès des Liégeois contre leur évêque rendit un verdict sans appel. Reconnue seule coupable, la cité mosane fut frappée d’interdit et ses dirigeants politiques, reconnus coupables de rébellion, excommuniés13.

  • 14 Éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 542–550. — ROPL, p. 602–607.
  • 15 Onofrius, p. 23–29, et ibid., p. IV (introduction de S. Bormans).

7L’intransigeance papale à l’encontre des citadins culmina avec la promulgation, le 23 décembre 1465, de la bulle dite « La Pauline ». Le souverain pontife y remit en cause jusqu’au principe même de l’autonomie urbaine. Il rétablit l’évêque et l’Église de Liège comme maîtres absolus de la cité et du pays, et replaça entre leurs mains l’intégralité du pouvoir temporel. Toute compétence en matière de gouvernement urbain était désormais déniée à la population14. À partir de Tété 1467, — est-ce à la faveur du décès de Philippe le Bon ? —, il y eut cependant une décrispation. Paul II assouplit sa position et envoya le légat Onofrius à Liège. Celui-ci fut chargé d’enquêter sur les conflits qui avaient secoué le pays, de négocier les conditions d’une paix et d’amnistier les dissidents15.

8En somme, on note que les Liégeois sont soucieux de l’avis des pouvoirs supérieurs sur leurs mouvements politiques : ils réclament leur médiation ou sollicitent leur appui. Dans ce dernier cas, on devine quel rôle ambigu les dirigeants liégeois entendent faire jouer à ces autorités hiérarchiques. Ils en attendent la remise au pas de l’évêque. Mais concouramment, ils espèrent tirer parti de ce soutien extérieur pour améliorer leur propre position vis-à-vis de la population liégeoise. Dans cette optique, les autorités hiérarchiques constituent autant un soutien effectif face à un adversaire plus puissant qu’eux, qu’une caution morale sur le plan local, permettant de renforcer le crédit des chefs auprès de leurs subordonnés.

2. Les influences extérieures « de fait »

A. Les alliances

9Ingérence de l’extérieur dans les affaires locales ou réponse étrangère à une sollicitation liégeoise, les efforts de mainmise des puissances voisines sur le pays s’observent tout au long de la période que nous envisageons, et sous des aspects multiples.

  • 16 CSL, 2, p. 203. — RCL, 1, p. 72–73 (27 novembre 1270). — Sur l’avouerie accordée à Jean Ier en 127 (...)

10Au nord-ouest du pays de Liège, les ducs qui se succèdent à la tête du duché de Brabant paraissent des témoins attentifs des turbulences qui affectent le pouvoir liégeois. Tout au long des siècles que nous étudions, le duc de Brabant, dont une partie des territoires se trouve sous juridiction spirituelle de l’évêque de Liège, s’immisce dans les conflits liégeois, s’alliant à l’un des partis aux prises, indifféremment, suivant sa meilleure convenance. Entre 1250 et 1312, les ducs apportent leur concours tantôt à l’évêque (en 1254–1255, 1283, 1300 et 1307), tantôt aux Grands contre le « commun » (1307), enfin, au « commun » contre les Grands en 1300. Au cours de cette période, plus particulièrement lors d’une alliance contractée avec la cité en 1270, le duc Jean Ier se voit offrir l’avouerie du pays liégeois, un titre qui l’élève aux fonctions de chef temporel du pays, et cela, au mépris des droits de l’élu Henri de Gueldre16.

  • 17 J. d’O., Myreur, VI, p. 295.
  • 18 Éd. RCL, 1, p. 253–255.
  • 19 J. de Hocsem p. 165 : mention de la constitution d’une pension pour Adolphe de La Marck par le roi (...)
  • 20 É. Fairon, Chartes, p. 57 (23 juillet 1370).

11À partir du règne d’Adolphe de La Marck et jusqu’à l’installation de Philippe le Bon à la tête du duché de Brabant, les Liégeois continuent de solliciter l’aide bruxelloise. Les années 1326–1328, 1370–1373 et 1406–1408 se caractérisent par une intensification des relations avec le Brabant. Les premières de ces dates renvoient au conflit contre Adolphe de La Marck. En 1326, Jean Hanozéal, Jean de Lardier, Pierre Andricas et Guillaume de Geneffe qui dirigent l’opposition à Liège se rendent en ambassade auprès de Jean III, pour le prier de ne plus soutenir l’évêque mais de rejoindre leur camp17. Renonçant à ses engagements pro-épiscopaux antérieurs (1315 et 1318), Jean III accède aux souhaits de ses hôtes. Le 26 juillet 1328, une alliance avec la cité mosane est scellée au détriment d’Adolphe de La Marck18. L’accord satisfait pleinement le parti Awans-Liégeois. Pour le duc, cette politique s’inscrit dans une optique plus large de lutte contre le roi de France dont Adolphe est, aux marches de l'Empire, un fidèle allié19. En 1370, un nouveau traité est conclu entre la cité et les souverains brabançons : la duchesse Jeanne et son mari Wenceslas de Luxembourg20. Trois ans plus tard, cette amitié se concrétise par une intervention ducale dans un conflit qui met aux prises l’évêque Jean d’Arckel et ses sujets.

  • 21 Éd. RCL, 1, p. 423–426 ([oct.-nov.] 1373). — Mention de cette mission d’arbitrage du duc Wenceslas (...)
  • 22 F. Quicke, Les Pays-Bas, p. 243–244.

12Les Liégeois sont en effet entrés en guerre contre le prélat, à qui ils reprochent notamment d’avoir fait assassiner le bourgmestre de Thuin, Jean d’Harchies, et d’accaparer les offices au profit de sa parentèle. Ces différents griefs sont rassemblés dans un mémorandum présenté au duc Wenceslas de Brabant en 1373. Le détail des réponses qui furent alors fournies permet de conclure que le duc abonda complètement dans le sens de ses interlocuteurs. Son verdict contre Jean d’Arckel fut sans appel21. Et, comme l’historien F. Quicke put s’en étonner dans son étude sur les Pays Bas à la veille de la période bourguignonne, le duc sembla approuver chez ses voisins des revendications dont il ne tolérait pas la formulation par les villes brabançonnes, ses propres sujettes22. Pourtant, cette attitude est-elle aussi contradictoire qu’elle le paraît ? Elle semble surtout symptomatique de l’intention de Wenceslas de récupérer, à son profit, le vide de pouvoir que le conflit politique avait momentanément créé à Liège. En se conciliant les rebelles, le duc ne s’efforçait-il pas de prendre pied dans la cité mosane et d’y faire peser sa présence ?

  • 23 H. Pirenne, Histoire de Belgique, 1, p. 362–366.
  • 24 Reconnaissance de Thierry de Perwez implicite dans la titulature donnée par Antoine à Thierry « mo (...)
  • 25 Sur le rôle d’Antoine de Bourgogne dans ce conflit, cf. M. Tourneur, art. cit., p. 302–314. — On s (...)
  • 26 Jean de Perwez commandait un détachement de gens de Tongres. (J. de Bav. p. 200. — C. de Zantfliet(...)
  • 27 Ainsi, le sénéchal du comté de Looz, Godenoul d’Elderen est réfugié en Brabant (J. de S., fr, p. 1 (...)
  • 28 J. de Bav., p. 170–175. — J. de S. fr., p. 111–112. — C. de Zantfliet, col. 384–385.

13C’est au cours du conflit hédroit que les Liégeois tentent une dernière fois de se concilier le pouvoir brabançon. Les conditions de l’accord sont cette fois particulières, en raison de la personnalité du duc de Brabant et des multiples attaches — familiales, féodales et politiques — qui l’unissent aux deux partis affrontés. Au début du xve siècle, un frère cadet du duc Jean Sans Peur règne à Bruxelles23. Mais Antoine de Bourgogne, le nouveau duc de Brabant, est également le suzerain des seigneurs de Perwez pour leurs terres patrimoniales. Et détail non négligeable, ce duc soutient le pape d’Avignon. À tous égards, durant les deux années du conflit liégeois, sa position se ressent de l’enchevêtrement de son réseau de solidarités. Antoine de Bourgogne n’est pas libre de ses mouvements et oscille constamment entre les deux camps24. Ainsi, il reconnaît l’autorité des Perwez sur l’état liégeois et conclut l’alliance que ceux-ci sollicitent25 ; puis après le désastre d’Othée, il accueille en Brabant Jean de Perwez, le fils cadet du mambour liégeois26. Mais en même temps qu’il s’allie aux Perwez, Antoine donne asile à de nombreux partisans de Jean de Bavière en fuite devant l’implantation des Hédroits27. Et en 1407, au grand dam des Liégeois, il entre pacifiquement à Maastricht, dont il est co-seigneur, nonobstant le soutien que cette ville apporte à Jean de Bavière et ses amis28.

  • 29 Sur la position de Cologne par rapport aux Bourguignons, cf. J. Bartier, Charles le Téméraire, p.  (...)
  • 30 A. d’O., p. 81–82 (conférence à Maastricht le 15 janvier 1462 présence de juristes colonais venus (...)
  • 31 Demande d’aide financière de 3 000 florins introduite le 3 août par les autorités communales liége (...)
  • 32 Cf. lettres de la ville de Cologne des 7 décembre 1467, 4 avril 1469, 7 et 16 septembre 1471 (RCL, (...)

14En quête d’appuis extérieurs, les Liégeois se tournent vers tous les partenaires possibles. Durant la période bourguignonne, les liens semblent étroits avec l’Allemagne, ou plus précisément, avec la communauté de Cologne, et le lignage de Bavière. Au début des années 1460, les autorités communales liégeoises nouent ainsi des contacts avec ces interlocuteurs et concluent plusieurs ententes avec eux. La communauté colonaise est elle-même en butte à l’expansionnisme bourguignon29. Jusqu’en 1468, elle se révèle pour la cité mosane une partenaire privilégiée et un auxiliaire précieux. Ce sont notamment des juristes colonais qui plaident l’invalidité des sanctions ecclésiastiques promulguées par Louis de Bourbon et la cour de Rome, contre la cité, réfutant dès lors l’argumentation des légistes de Philippe le Bon30. D’un autre côté, Cologne finance la résistance liégeoise. En 1464, la commune consent à la cité de Liège un important prêt d’argent dont, soit dit en passant, elle réclamera vainement le remboursement au cours des années ultérieures31. Après la défaite liégeoise, l’aide des Colonais aux Liégeois prend un tour plus humanitaire. À partir de l’automne 1467, de nombreux exilés trouvent refuge dans la cité rhénane. Charles le Téméraire parvint à en déloger la plupart, la ville refusant pourtant d’expulser les plus infortunés d’entre eux, notamment des femmes et des enfants réduits à la mendicité32.

  • 33 A. d’O., p. 72 (en 1461, voyage de Raes à Cologne auprès des juristes pour obtenir une définition (...)
  • 34 Suffridus Petri, p. 139–140. Cet auteur situe les entretiens de Raes et des frères de Bade aux lend (...)
  • 35 Éd. RCL, 4, p. 74–76 et 76–79. — T. Lacomblet, Urkundenbuch, IV, p. 401–403.
  • 36 Le 28 juin 1464, les Liégeois demandent aux Colonais de subvenir au ravitaillement de l’expédition (...)

15Le rôle de Raes de Heers dans les interventions allemandes n’est pas négligeable, tant en ce qui concerne les relations avec la communauté colonaise ou le lignage de Bavière que le choix du Régent au pays de Bade. C’est notamment lui qui prend contact avec les juristes colonais en 1461 et 146233. Puis, en 1464, il rencontre à Cologne, le margrave Charles de Bade et son frère Marc34. Ses démarches ne se bornent pas à la recherche d’un régent. Pendant son année de bourgmaîtrise, il conclut des alliances avec l’Élu de Cologne Robert de Bavière et son frère Frédéric, comte palatin. Les traités, signés en novembre 1463, matérialisent des ententes économiques et, d’un point de vue militaire, des alliances défensives35. Au printemps suivant, Raes de Heers ordonne l’expédition contre la forteresse de Reydt, et à cette occasion renforce encore les liens de la cité avec la cité rhénane et les frères de Bavière36.

  • 37 Sur la position politique des frères de Bavière, cf. J. Bartier, op. cit., p. 163–164.
  • 38 IL. Kupper, Marc de Bade, p. 71 évoque des tensions entre les Bade et le Comte palatin. Elles ne f (...)

16À vrai dire, le choix de ces derniers partenaires laisse perplexe. Pourquoi, en effet, avoir opté pour des gens réputés proches du pouvoir bourguignon37 ? Nous ne pourrons résoudre cette énigme. Certes, à cette époque, quoiqu’ils soient un peu cahotiques, des rapports existent entre les lignages de Bavière et de Bade. Le margrave Charles de Bade est d’ailleurs un vassal du comte palatin38. On s’interrogera dès lors sur les lignes directrices de la politique menée par Raes en Allemagne, dès l’automne 1463. Ses démarches s’inscrivent-elles vraiment dans une optique anti-bourguignonne ? Ne visent-elles pas surtout à faire entrer Liège dans la mouvance des lignages de Bade et de Bavière, indépendamment des données du conflit bourguignon laissé en retrait ? Faute de renseignements plus précis, le mystère reste entier. Le cas des Bade qui furent introduits dans la cité mosane par l’entremise d’un dirigeant politique local nous conduit à évoquer un deuxième type d’influence fréquemment illustré par nos sources.

B. Relations de Liégeois avec des souverains étrangers

  • 39 J. d’O., Myreur, VI, p. 117–119, 122–124. — Sur ces conflits, cf. J. Vannerus, Documents relatifs, (...)

17Jean d’Outremeuse rapporte qu’en 1305, à l’occasion d’une campagne de la jeune armée communale liégeoise contre le comté de Hainaut, le vinier Jean du Pont, bourgmestre élu par les métiers, se laissa corrompre par Philippine, comtesse de Hainaut et, à son instigation, tenta de décourager la poursuite de l’expédition entreprise39. Dans les dernières années du xive siècle, des affaires similaires se reproduisent. À nouveau, des accusations de corruption frappent les élites communales liégeoises. En 1383, c’est une défaite électorale au scrutin du mois de juillet qui entraîne la révélation de malversations. Malgré la promesse d’appui faite par le tanneur Henri Frérard, Jean le Coq qui briguait un mandat de bourgmestre a été battu. Pour se venger, Jean le Coq divulgue une affaire de corruption dont il a connaissance, impliquant la cour de Bruxelles et Henri Frérard, l’allié défaillant.

  • 40 J. d’O. ab., p. 217. — J. de S. lat., p. 86. — C. de Zantfliet, col. 323.
  • 41 J. de Bav., p. 148. — 1402, p. 435–436. — J. de S. lat. p. 100–101. — Sur les guerres de Brabant c (...)

18Une enquête s’ensuit, qui aboutit au bannissement de ce Henri40. Quinze ans plus tard, en 1397, les bourgmestres Jean le Coq et Baudoin delle Roche sont convaincus de s’être laissé soudoyer par un émissaire venu à Liège demander le soutien de la cité dans une guerre que livre la duchesse Jeanne de Brabant contre le duché de Gueldre41. De telles accusations étaient-elles toujours fondées, comme cela semble ici le cas ? Peu importe pour notre propos. Il n’empêche que ces diverses dénonciations témoignent de certaines facettes de la politique liégeoise au xive siècle. Les pratiques douteuses n’y semblent pas rares, et certainement fréquentes assez pour rendre plausibles à la population des accusations de connivence entre les dirigeants de la cité et des souverains des régions environnantes. Sur le plan de la politique intérieure, en outre, elles montrent le développement au sein de la cité d’un climat de suspicion et de délation.

19Les sources révèlent d’autres types d’ententes. Dans les cas les mieux documentés, elles se concrétisent par la constitution d’une pension ou l’octroi d’une charge. La question des bénéficiaires de ces largesses est difficile à résoudre dans l’état actuel de notre documentation. Quelques conclusions sont néanmoins possibles. Elles permettent notamment de cerner la personnalité de ceux que des souverains s’efforcent ainsi de faire entrer dans leur jeu.

  • 42 Jean de Warnant, p. 41. — Sur Arnould d’Harduemont, cf. É. Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 182 (...)
  • 43 Emprunts contractés en novembre 1288 (éd. des doc. C. Wyffels, Deux emprunts, p. 266–268).
  • 44 Avènement de Guy d’Avesnes, frère du comte de Hainaut à la mort de Jean de Flandre (cf. É. Poncele (...)
  • 45 En 1295, contre une rente annuelle de 20 livrées sur la halle aux draps de Namur (le comte de Flan (...)

20À la fin du xiiie siècle, le comte Guy de Dampierre avait solidement pris pied dans la cité mosane. À la mort de Jean d’Enghien, en 1282, il obtint du pape le transfert de son fils Jean de l’évêché de Metz vers celui de Liège. Dans le pays, Guy de Dampierre se choisit un maréchal d’armée issu de la chevalerie du pays : Jean d’Harduemont42 et contracte des emprunts auprès de notables liégeois. Aux côtés d’un autre Harduemont — Arnold, frère de Jean —, présent lors de ces transactions, des Solier, Lardier, Boveal, le Rosti ou Fontaine apparaissent ainsi dans son orbite43. Après le décès de Jean de Flandre, le pouvoir épiscopal glisse du parti Dampierre vers celui d’Avesnes44. L’emprise du comte de Flandre se transforme et se fait plus clandestine. C’est alors, par exemple, qu’il achète les services d’un échevin liégeois, Jacques de Coir45.

  • 46 Parmi eux citons : Guillaume d’Arras (ca 1290–1304) (J. de Theux, op. cit., 1, p. 324. — C. Renard (...)
  • 47 Sur ce personnage, C. Renardy, Le Monde, p. 258. — Sur l’intronisation de Godefroid de Fontaines a (...)

21Durant l’épiscopat de son fils, Guy de Dampierre s’était constitué un important réseau de clients, dont les ramifications s’étendent jusqu’au sein du chapitre de Saint-Lambert : Guillaume d’Arras, Guillaume Berthout ou peut-être Guillaume de Juliers s’y avèrent autant de voix favorables aux intérêts du comte. Quelques dignitaires liégeois figurent aussi parmi ces fidèles, tel le doyen Jean delle Cange, réputé homme de confiance de Jean de Flandre et stipendié par son père46. À ce petit cénacle de chanoines proflamands, il conviendrait peut-être d’associer le théologien Godefroid de Fontaines, introduit dans le chapitre sous le règne de Jean de Flandre. Plusieurs indices portent en effet à l’inclure dans ce groupe. En 1303, Godefroid de Fontaine s’insurge au nom des chanoines contre le comte de Hainaut, Jean d’Avesnes. Puis, deux ans plus tard, en 1305, il se dresse contre l’évêque Thibaut, désormais rallié à la cause de Philippe le Bel47. Ces quelques exemples paraissent très significatifs. Ecarté du pouvoir, Guy a conservé des intelligences dans la ville et, grâce à ses créatures placées aux leviers de commande, il continue d’infiltrer les structures du gouvernement.

  • 48 Cf. A. Uyttebrouck, Le gouvernement, t. 2, p. 732–733.
  • 49 C. de Borman, op. cit., p. 195–196.
  • 50 A. Verkooren, Inventaire, m, actes datés de 1357 (p. 105–106), 1358 (p. 209), 1360 (p. 334). — t.  (...)

22Durant le xive siècle, le rôle d’agent de liaison avec l’extérieur paraît dévolu à quelques lignages en vue. Retenons d’abord le lignage de Charneux, dont plusieurs membres sont en relation avec le duché de Brabant. Au début du règne d’Englebert de La Marck, en 1345, Renard de Schonaü, dont on connaît par ailleurs le rôle à la cour de Bruxelles48, obtient un siège scabinal à Liège. Un an à peine après son entrée en charge, il cède cette charge à un membre de la lignée de Charneux : à Arnold de Charneux, qui siège jusqu’en 13 6649. Ultérieurement, des documents des archives brabançonnes confirment la permanence de liens entre ce lignage et la cour bruxelloise. L’un de ces textes éclaire en outre les attentes des souverains étrangers envers leurs collaborateurs locaux. Le 9 décembre 1376, Gilles de Charneux s’engage, — sans doute moyennant finances mais le détail n’est pas précisé — à s’abstenir de participer à toute action militaire, organisée par le pays ou l’évêque de Liège, contre Wenceslas de Luxembourg, duc de Brabant. Il promet aussi d’informer le duc de tout ce qui, à Liège, pourrait nuire aux intérêts brabançons50.

  • 51 C. de Zantfliet, col. 337. — Gilles Chabot : échevin de 1372–1386, épouse une fille de d’Albert Tu (...)
  • 52 Gilles, Arnold et Albert Chabot obtiennent des prébendes à Saint-Lambert, mentionnés à partir de 1 (...)
  • 53 Échevin de 1398 à 1405. Choisi comme maire en 1410. (C. de Borman, op. cit., p. 308–309).

23Au tournant du xve siècle, d’autre part, le lignage Chabot joue un rôle de charnière entre le pays de Liège et le comte de Hainaut. L’ancien bailli de Thuin, Gilles Chabot, sert de relais liégeois à la politique d’implantation de la famille de Wittelsbach dans la principauté. Par son mariage contracté dans les milieux de la noblesse hennuyère, ce notable liégeois est entré dans la sphère d’influence du comte Albert de Bavière. À Liège, il prépare le terrain pour son fils Jean, dont il favorise ainsi l’avènement51. En récompense de cette entremise, Gilles obtient bientôt de Jean de Bavière des prébendes à Saint-Lambert pour trois de ses fils52. En 1398, Jacques, le quatrième, reçoit un siège scabinal, en remerciement pour sa participation à une expédition militaire aux côtés de Guillaume de Bavière, comte d’Ostrevant53, frère de l’Élu de Liège.

24On notera tout d’abord l’intérêt manifesté par les seigneurs étrangers pour les affaires liégeoises. Au-delà de cette constatation, on observera la présence des dirigeants politiques liégeois dans le sillage des cours extérieures et leur intégration dans des réseaux de clientélisme. Un regard sur les noms de familles de nos intermédiaires montre que ces rôles sont dévolus, non seulement à des notables locaux, mais plus précisément, à des représentants des familles patriciennes, celles qui, au xiiie siècle, détenaient la haute-main sur l’échevinage, ou au siècle suivant, aux rejetons de ces lignages. L’état actuel de la documentation ne permet pas de préciser l’ampleur du phénomène de clientélisme liégeois à l’égard de l’étranger. Nous devons nous en tenir à une observation de cas ponctuels.

  • 54 « Domino Johanni de Avennis (...) quem verum reputamus comitem Hannoniensem » (acte de nov. 1252 p (...)
  • 55 1402, p. 182. — J. de Hocsem, p. 23.
  • 56 1402, p. 202. — J. d’O., Myreur, V, p. 339–341 (suivant qui, Henri aurait même été promu conseille (...)

25À deux siècles de distance, deux figures prépondérantes de la politique liégeoise, Henri de Dinant et Raes de Heers, paraissent également en relation avec des souverains étrangers. L’analyse des rapports entretenus par ces chefs politiques locaux avec l’extérieur offre un intéressant point de vue sur le phénomène du clientélisme. Elle permet d’en saisir certaines articulations et met en évidence les répercussions éventuelles que ces liens extérieurs, parfois clandestins, peuvent entraîner sur les orientations politiques prises dans la cité même. Tandis qu’il dirige les Liégeois soulevés, en 1254, Henri de Dinant est amené à prendre position dans le conflit d’Avesnes — Dampierre, qui connaît alors ses premiers développements. Il opte pour le camp de Marguerite de Constantinople, mère du comte Guy de Dampierre. Examinons les faits. En novembre 1252, comme suzerain du comte de Hainaut, Henri de Gueldre reconnaît la légitimité des prétentions de Jean d’Avesnes sur ce fief54. Deux ans plus tard, dans la ligne de cette reconnaissance, l’Élu de Liège répond favorablement à une demande d’aide militaire formulée par Jean d’Avesnes, aux prises avec ses rivaux Dampierre : Marguerite de Constantinople et son allié Charles d’Anjou, frère du roi Louis IX. Engagés par Henri de Gueldre à accéder à cette requête au nom de la cité, les échevins de Liège se heurtent à un écueil de taille. Henri de Dinant qui est à ce moment occupé à leur ravir la prépondérance sur les métiers, s’oppose au départ des milices55. Ce refus le pose en allié de la comtesse de Flandre. Deux ans plus tard, définitivement écarté du jeu politique liégeois et condamné à l’exil, Henri se réfugie dans un premier temps à Namur. Puis, débusqué de cette retraite par des officiers de Henri de Gueldre, il s’éloigne du pays. C’est à Valenciennes qu’il trouve définitivement refuge, plus précisément à la cour de Marguerite de Constantinople, où des documents récemment mis au jour attestent qu’il joua encore un rôle actif56.

26Que dans cette circonstance, Henri de Dinant ait trouvé auprès des Dampierre une sorte de rémunération au service qu’il leur avait rendu deux ans plus tôt en retenant l’armée, n’est pas douteux. Ce que l’on aimerait également pouvoir établir, c’est l’origine de cette entente de fait entre une étoile montante de la politique liégeoise et la mère du comte de Flandre. Le tribun ne fut peut-être que l’initiateur d’une révolte locale, dirigée entre autres par les échevins. Le contexte dans lequel ces graves événements s’inscrivirent leur conféra un relief au départ imprévisible. Les circonstances permirent à Henri de se poser en agent anti-Avesnes ; une position politique dont il put apprécier les heureux effets après son bannissement de Liège. Une autre solution peut pourtant être également envisagée. Des contacts ont-ils eu lieu entre Henri de Dinant et Marguerite de Constantinople pendant le soulèvement liégeois, voire avant ? En d’autres termes, Henri de Dinant était-il un agent pro-Dampierre qui fomenta des troubles à Liège pour servir les vues de ses patrons ? Ses patrons, dont Henri de Gueldre venait justement de prendre le contre-pied, en minant les prétentions sur le comté de Hainaut ?

  • 57 J.L. Kupper, Henri de Dinant, p. 345.
  • 58 J. d’O., Myreur, V, p. 316.
  • 59 Cité comme chanoine de Saint-Lambert à partir de 1247. (C. Renardy, Le monde, p. 181).

27Plusieurs indices plaident en faveur de cette hypothèse. Des raisons économiques ont ainsi pu guider son action. Henri de Dinant, appartenant au milieu des halliers de Liège, percevait la nécessité de maintenir des contacts avec la Flandre, essentielle pour le commerce liégeois du drap57. En faveur encore de cette interprétation, il convient de rapprocher l’hostilité d’une partie du chapitre à l’encontre de Henri de Gueldre de la présence au sein de ce corps de partisans de la comtesse. Jean d’Outremeuse mentionne un J[Jean ?] de Valenciennes parmi les chanoines de la cathédrale qui refusent de suivre l’Élu à Huy en 125458. Plus sûrement, nous connaissons aussi un chanoine de Saint-Lambert, Arnould de Gand qui, la même année 1254, représenta à Rome les intérêts de Marguerite de Constantinople59. Mais rappelons encore combien il est hasardeux de trancher entre ces deux possibilités.

28Le problème des inféodations successives de Raes de Heers vis-à-vis de princes étrangers se pose en termes différents. Nous avons déjà souligné la complexité des rapports qui s’établissent entre le chef liégeois et Marc de Bade, durant son séjour à Liège, d’avril à septembre 1465. Mais avant la venue du régent dans la cité, de quelle nature avaient été leurs relations politiques ? Quel ordre hiérarchique régissait les contacts noués par les futurs partenaires ? Dès la fin de l’expédition de Reydt, en juin 1465, sans en souffler mot à la population liégeoise, Raes de Heers entame à Cologne, des pourparlers avec les Bade. Il négocie personnellement. Puis, de retour à Liège, il signifie à l’assemblée des métiers l’opportunité qui s’offre à elle d’écarter Louis de Bourbon du siège épiscopal et de le remplacer par un mambour, avec qui il entretient déjà des relations. Il brosse un portrait sommaire du personnage : un prince allemand et de haut parage, mais il se garde de dévoiler son identité.

  • 60 Ainsi, dans les premiers mois de 1465, Fastré Baré Surlet se rend à Metz, ville dont Georges de Ba (...)

29Pourquoi ce silence ? En fait, Raes attend l’assentiment des Liégeois à sa proposition avant de leur révéler le nom de leur nouveau seigneur. Nous avons déjà souligné combien cette exigence paraît révélatrice de l’emprise du chef liégeois sur l’assemblée des métiers. Allons plus loin. Raes de Heers agit-il lui-même en toute indépendance ? Ce mutisme ne lui est-il pas imposé par les Bade ? On peut en effet penser que Marc et son lignage, — car l’affaire se traite en famille60 —, exigent la discrétion de leur interlocuteur pour éviter de se compromettre en cas d’un refus des Liégeois. Il est également possible de voir dans cette recommandation une sorte de test imposé à Raes lui-même afin d’éprouver sa capacité à dominer la foule. Isolés dans un pays étranger, les Bade auraient alors songé à assurer leur propre position, en veillant à s’appuyer sur un homme réellement fort dans sa ville et dans son parti.

  • 61 Cf. Lettre de Charles de Bade datée de Liège, 24 avril 1465 à Liège (éd. A. Krieger, Die Markgrafe (...)

30Entre mai et août 1465, tout se passa bien. L’expédition en Limbourg, du 28 août au 5 septembre, marqua le point de rupture. Tandis que l’armée assiégeait la place de Fauquemont, Marc et son frère le margrave Charles de Bade faussèrent compagnie aux Liégeois pour regagner, en toute hâte, leurs terres. La fuite des Bade au cours de la campagne militaire s’expliquerait sans trop de peine. Le brusque départ des Vignerons, à l’improviste et sans aucun ordre des dirigeants, entraîna la mise en route des milices. Cet incident était propre à convaincre les deux princes de Bade de la fragilité de l’autorité des chefs liégeois sur leurs troupes. Raes n’était-il qu’un colosse aux pieds d’argile ? Ses hôtes jugèrent en tout cas leur propre sécurité désormais compromise et choisirent de décamper. Les relations entre le chef liégeois et ses créatures paraissent par conséquent ambiguës. Dans un tel scénario, chacun des partenaires paraît un instrument entre les mains de l’autre. Raes de Heers compte sur les Bade pour dominer la cité, tout comme eux-mêmes entendent s’appuyer sur leur partenaire liégeois pour restaurer leur propre assise politique. À cette époque en effet, la famille de Bade connaît des difficultés et, comme il s’en explique dans une lettre d’avril 1465, Charles de Bade attend un nouvel essor de son aventure liégeoise. En particulier, il espère profiter des bons contacts que la ville mosane entretient depuis longtemps déjà avec la maison de France61. La tournure des événements put le convaincre de l’inanité de ces attentes. Et d’ailleurs, peu de temps après ces péripéties, le lignage de Bade rallia le camp de Bourgogne.

  • 62 A. d’O., p. 157 (« optima nova ») Jean de Looz (p. 45) relate également le fait et souligne la pro (...)
  • 63 J de Looz, p. 45 : « Raso de Heers (...) de rege de Franciae optata et bona nova praenuntiare quib (...)
  • 64 A. d’O., p. 180.

31À partir de 1466, Raes de Heers représente le maillon essentiel d’une autre chaîne : celle qui unit la cité de Liège au roi Louis XI. Tenu en échec dans la cité depuis la Paix d’Oleye, en janvier 1467, Raes reçoit de « bonnes nouvelles » de France et les divulgue dans la population62. Parallèlement, il amorce un spectaculaire redressement politique. Plusieurs années plus tard, commentant ces événements, Jean de Looz constate la coïncidence et ne doute pas de l’heureuse influence que les contacts français eurent alors sur cette vigoureuse reprise en main63. Les relations entretenues par Raes de Heers et le roi de France entre 1466 et 1477 sont bien connues. Des éléments de la correspondance qu’ils échangèrent ont en effet été conservés. En outre, peu de temps avant son départ de la cité en novembre 1467, Raes évoqua devant l’assemblée la teneur de certaines propositions du roi et son regret de les avoir, en leur temps, repoussées64.

  • 65 A. d’O., p. 114.
  • 66 Lettre de Raes de Heers à Louis XI du 15 janvier 1467, en réponse à la proposition du roi de novem (...)
  • 67 Lettre du 15 janvier 1467 (éd. P. Harsin, Liège, p. 247–248) Raes compte sur son messager à la cou (...)
  • 68 On retiendra en particulier la demande formulée par Louis XI à Raes de Heers « d’envoyer devers no (...)
  • 69 Le 6 mai 1467, Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, écrit à Raes de Heers et le charge de pou (...)
  • 70 Dès 1469, Raes de Heers est titulaire d’une pension annuelle de 600 livres parfois augmentée d’une (...)

32À quand remontaient les contacts entre le souverain et son correspondant liégeois ? La signature de l’alliance franco-liégeoise de juin 1465 constitue, dans nos sources, la première prise de position ferme de Raes de Heers en faveur de Louis XI. Dans le contexte de la guerre du Bien Public, Raes arrache à l’assemblée, a priori réticente, son assentiment pour la conclusion d’une alliance offensive souhaitée par le roi, contre Philippe le Bon65. En revanche, les traces de contacts personnels entre le roi et le seigneur de Heers ne semblent pas remonter au-delà du mois de novembre 1466. En tout cas, l’échange régulier d’informations s’échelonne entre ce mois de novembre et octobre 1467. Parmi les faits marquants de cette entente, nous retiendrons d’abord une invitation à la cour faite par Louis XI à l’adresse de Raes de Heers et de son jeune fils Dieudonné66. L’offre est formulée dès le 8 novembre 1466 et renouvelée au mois suivant. Raes cependant la décline : la situation liégeoise requiert sa présence sur place, il ne peut s’éloigner. Tout au long de l’année 1467, à Liège, Raes de Heers sert de relais à Louis XI. Les sources le montrent en effet informant le roi de l’évolution politique67, lui envoyant des émissaires68 ou recevant ceux que Louis XI délègue dans la cité mosane69. Après la capitulation liégeoise de novembre 1467, Louis XI ne se montra pas ingrat à l’égard de son agent. Exilé de Liège, Raes put en effet se réfugier avec sa famille à la cour de France. Il y vécut dix ans, jusqu’à la mort de Charles le Téméraire, et bénéficia durant ces années d’une pension annuelle allouée par le souverain70.

33Que conclure ? Tout comme Henri de Dinant deux siècles avant lui, Raes de Heers est un leader politique local, pourvu d’un rapport noué avec l’étranger. Les parcours de ces hommes présentent quelques traits de similitude : ils ont dominé la politique liégeoise dans un contexe perturbé, avant de se voir réduits à l’exil. L’un comme l’autre se réfugient à la cour de leur répondant extérieur. Étayé par une documentation riche, le cas de Raes de Heers offre en outre un bon point de vue sur l’importance des contacts personnels dans le jeu politique. En 1467, c’est lui qui, à titre personnel, traite des affaires publiques avec le roi de France et qui après la déroute trouve asile à la cour.

34Nous achèverons notre analyse par une observation sur les effets de ces liens de clientélisme. Ce système contribue à introduire un nouvel échelon dans les hiérarchies politiques dont nous avons tenté de démonter les mécanismes. Ils imposent d’ajouter un maillon à la chaîne des dépendances. Certains leaders liégeois tout puissants chez eux, deviennent les subordonnés d’autres hommes dont l’envergure est incomparablement plus large que la leur. Moyennant rémunération, ceux-ci les emploient comme courroies de transmission à l’intérieur d’un État où ils souhaitent intervenir ou exercer un contrôle. À l’échelon local, les retombées de ces relations sont importantes. Ainsi, il est notamment certain qu’en 1467 Raes usa de ses bonnes relations avec Louis XI pour rehausser son prestige à Liège et y raffermir son autorité. Pourra-t-on affirmer que son pouvoir, cette année, se fonda uniquement sur l’impact de ses importantes relations internationales ? Et que les Liégeois ne virent plus en lui qu’un fondé de pouvoir de Louis XI en terre mosane ? C’est un pas que nos sources ne permettent cependant pas de franchir.

  • 71 Nous n’insisterons pas sur l’intégration fréquente des évêques dans des réseaux de clientèle inter (...)

35Si nous élargissons à présent le champs de nos conclusions nous observons que le clientélisme liégeois, vis-à-vis de l’étranger présente diverses facettes71 :

  • Les seigneurs qui se soucient de se gagner des sympathisants dans le pays liégeois sont de plus ou moins grands seigneurs, voisins de la principauté : roi de France, duc de Brabant, comte de Flandres, comte de Hainaut bientôt aussi duc de Bourgogne, margrave de Bade, lignage de Bavière.
  • Deux motivations semblent prédominer : le désir d’ingérence dans les affaires de la cité qui paraît très vif chez certains souverains ; l’utilisation des Liégeois à leur propre usage, en vue de leurs seuls intérêts.
  • Parmi les moyens en usage pour tisser des liens et s’attacher des fidélités, il convient de citer le versement de pensions ou l’octroi de charges, sans négliger les pratiques liées aux faits de corruption.
  • Les Liégeois invités à entrer dans de semblables réseaux, appartiennent évidemment au milieu dirigeant, à l’élite socio-politique et proviennent souvent des lignages les plus anciens de la cité, et donc les plus prestigieux.

3. Volets locaux de conflits internationaux

36Il convient pour clore ce chapitre d’envisager un dernier type d’influence étrangère, moins tangible que les précédents, qui s’exerça également dans la principauté : les retombées locales d’affrontements internationaux. Certains événements internationaux eurent un retentissement considérable à Liège. Et de leur côté, il arriva que les Liégeois perçoivent une analogie entre les combats qu’ils engageaient et ceux que d’autres livraient au même moment. Ce sentiment prit tantôt le visage d’un adversaire commun, tantôt porta sur une identité des revendications.

  • 72 J. de Hocsem, p. 106. — J. d’O., Myreur, VI, p. 1. — Sur cette vague de soulèvements, entre 1270 e (...)

37Quand ils relatent les tensions politiques et sociales liégeoises de la décennie 1302–1312, Jean de Hocsem et Jean d’Outremeuse établissent un parallèle entre ces dissensions locales et la vague de révoltes qui secoue les régions voisines au même moment. Les métiers qui se soulevaient à Liège avaient-ils pleinement conscience de s’inscrire dans un mouvement insurrectionnel de plus vaste ampleur ? Cela semble probable dans la mesure où des contacts existaient entre Liège et les pays voisins72.

  • 73 J. d’O., ab., p. 177.
  • 74 Raoul de Rivo, p. 46. Plus loin, cet auteur ajoute que Leodienses Rotomagenses Parisii et aliae pl (...)

38Une telle prise de conscience, peut-être diffuse au seuil du xive siècle, paraît cependant plus assurée lors d’affrontements ultérieurs. Ainsi, c’est notamment le cas à l’occasion de la bataille livrée à Tourinne dans la campagne hutoise, en 1347. Se dressant contre leur évêque protégé du roi de France, les révoltés liégeois adoptent les couleurs anglaises, comme signe de ralliement73. Le choix paraît significatif d’une transposition à l’échelon local de l’antagonisme franco-anglais, enjeu majeur de ce milieu de siècle. Plus tard encore, en 1380, d’accord avec d’autres villes — celles de Bruxelles, Paris et Reims, selon Raoul de Rivo —, les Liégeois appuyent le soulèvement gantois contre le comte Louis de Maele. Suivant ce choniqueur encore, les Liégeois se sont joints aux Gantois parce qu’ils se sentaient solidaires de leur effort pour préserver leurs « vieilles lois et la liberté » (pro veteribus legibus et libertate74).

  • 75 Voir plus haut, signes distinctifs des partis.
  • 76 J.de Haynin, II, p. 66–67 rapporte le témoignage d’un émissaire envoyé par les Liégeois au roi et (...)

39Le sentiment qu’une analogie existe entre une lutte de portée purement locale et un conflit extérieur resurgit encore durant les années 1460. Durant cette guerre, les Liégeois arborent des insignes et adoptent des dénominations qui paraissent empruntés à l’emblématique de la révolte anglaise de 1381. La référence à ce mouvement social semble se confiner au plan symbolique. Car plus concrètement, c’est sous l’étendard du roi de France qu’en 1468, les Fugitifs regagnent leur cité75, plaçant délibérément leur retour sous l’égide de Louis XI. Or, au moment de cette reconquête, en août — septembre 1468, les hostilités franco-bourguignonnes viennent de se raviver. Le choix de la bannière fleurdelisée prend toute sa valeur, les insurgés inscrivant résolument leur soulèvement dans le cadre de la guerre qui se rallume. Mieux, leur action semble même conçue comme un appoint de forces apporté au monarque contre Charles Le Téméraire76.

40D’une manière cependant plus générale, quelle part revient au contexte international dans le déclenchement de semblables dissensions locales ? Celles-ci ne constituent-elles qu’un simple écho d’événements extérieurs ? Au contraire doit-on les considérer comme le résultat de tensions qui, restées un temps en latence dans le pays, surgissent soudainement sous la pression d’une conjoncture internationale qui s’est subitement dégradée ? À cet égard, l’exemple de l’antagonisme des frères de Rochefort éclatant en 1378, tandis que débute le Grand Schisme de Rome et Avignon s’impose naturellement à l’esprit.

  • 77 J. Favier, Philippe le Bel, p. 347–348.
  • 78 Paix de Bierset (17 oct. 1255). Désignation d’arbitres pour évaluer les dommages, ils travailleron (...)
  • 79 1402, p. 193–194. — J. de Hocsem, p. 29. — Guillaume, roi des Romains envoie les Liégeois en guerr (...)
  • 80 Jugement rendu le 24 septembre 1256 (J. Richard, Saint-Louis, p. 333).

41Les troubles liégeois du tournant du xive siècle et leurs éventuels rapports avec la lutte d’Avesnes (comté de Hainaut) et Dampierre (comté de Flandre) suscitent d’ailleurs des interrogations comparables. En arrière-plan de cette dissension, il importe de rappeler la position des rois de France, accordant leur soutien d’abord aux Dampierre puis à leurs rivaux, après que Jean d’Avesnes eut prêté hommage à Philippe le Bel, en 129377. Déjà, la révolte liégeoise des années 1253–1256 était marquée par cette rivalité. Nous avons rappelé ici même le rôle joué par Henri de Dinant auprès de la comtesse de Flandre. Dans le camp adverse, Jean d’Avesnes participe au règlement du conflit. C’est lui, notamment, qui fixe le montant de l’amende infligée à la ville de Dinant qui s’est soulevée78. La chronique de 1402 nous apprend encore qu’après le bannissement de Henri de Dinant, ses amis envisagent d’introduire un recours « auprès du roi ». On croira difficilement que le souverain ainsi désigné puisse être l’empereur Guillaume de Hollande : dans le litige Avesnes-Dampierre, ses vues concordent avec celles de l’Élu de Liège79. Ne pourrait-il, en revanche, s’agir de Saint Louis qui, en 1256, rendit dans cette controverse Avesnes-Dampierre, une sentence favorable à ce dernier lignage80 ? En ce qui concerne Henri de Dinant, l’affaire ne paraît pas avoir dépassé ce stade de la simple intention. Il est donc difficile de conclure.

  • 81 Sur le récit des faits de ce conflit qui se poursuit de 1275 à 1278 (avec prolongements jusqu’en 1 (...)
  • 82 Jean d’Enghien est le deuxième fils de Siger d’Enghien apparenté à la maison d’Avesnes (J. Closon,(...)
  • 83 Arnould de Blanckenheim, issu de la famille des seigneurs de Blanckenheim dans l’Eiffel, prévôt du (...)
  • 84 C. Limbrée, Thibaut de Bar, col. 707.

42Dans la deuxième moitié du siècle, l’antagonisme Flandre-Hainaut en terre liégeoise persiste. Il se traduit de diverses manières. Nous avons évoqué la clientèle entretenue par Guy de Dampierre dans les milieux dirigeants Liégeois. Une guerre féodale81 suscitée par ce même comte éclate peu après l’avènement au siège épiscopal de Jean d’Enghien, prélat issu d’un lignage vassal des Avesnes82. Plus généralement, on observe durant ces années une succession d’élections épiscopales âprement disputées. Chacune des tendances dispose de représentants au chapitre et soutient ses candidats. A Liège même, le second temps fort de ce combat des chefs se situe au tournant des années 1300, au moment du grand affrontement franco-flamand de Courtrai (1302) et de Mons-en-Pévèle (1305). À la mort de l’évêque Adolphe de Waldeck en janvier 1303, plusieurs chanoines de Saint-Lambert se présentent pour lui succéder. Parmi les candidats, se trouvent le prévôt du chapitre Arnold de Blanckenheim dont les positions politiques ne sont malheureusement pas attestées dans nos documents, les frères Englebert et Thierry de Hornes, tous deux d’obédience Avesnes, enfin Guillaume d’Arras, un ancien collaborateur de Jean de Flandres83. Boniface VIII tranche le débat en désignant Thibaut de Bar dont il attend la poursuite d’une politique hostile au roi de France84.

  • 85 J. de Hocsem, p. 106–107 : (année 1303) « Decanus vero quamvis esset de majorum genere procreatus, (...)
  • 86 Le 29 avril 1303 : promesse d’aide du chapitre aux métiers contre la levée de la fermeté projetée (...)
  • 87 Cf. supra 3e partie, ch. 1 : positions politiques du clergé

43Pendant que ces tractations se déroulent, au sein de la société liégeoise, les tensions socio-politiques endémiques depuis le milieu du xiiie siècle s’intensifient. En quête de souveraineté sur le sol urbain, l’échevinage entreprend de lever un impôt à l’intérieur de la franchise sur les métiers et les collèges canoniaux85. Partageant une égale aversion envers cette décision, chanoines et gens de métiers se coalisent contre l’échevinage86. De prime abord, une telle alliance surprend car en réalité peu de choses paraissaient devoir rapprocher ces partenaires du moment. Socialement, un fossé profond sépare les chanoines de Saint-Lambert des hommes des métiers. Même si, comme nous l’avons rappelé plus haut, des courants de pensée favorables à l’émancipation politique des métiers avaient pu se faire jour dans les rangs du chapitre cathédral et inciter les chanoines à favoriser leurs revendications87. D’autres mobiles plus prosaïques se sont peut-être combinées avec ces vues généreuses.

  • 88 1402, p. 250. — J. de Hocsem, p. 136. — J.d’O, Myreur, VI, p. 159.
  • 89 Sur ce pers. : C. Renardy, Le Monde, p. 334–335
  • 90 Issu d’un lignage apparenté aux Heinsberg. Prévôt de 1291 à 1312 (É. Schoolmeesters, Prévôts de Sa (...)
  • 91 J. Favier, Philippe le Bel, p. 348. — La chronique de 1402 (p. 250) nous apprend qu’en 1303, la co (...)
  • 92 éd. de l’alliance de 1307 et de textes s’y rapportant : RCL, 1, p. 160–163. — C.S.L., 3, p. 73. — (...)
  • 93 On se souviendra aussi que les adversaires de Guy de Dampierre en Flandre se surnommaient « Leliae (...)

44Intéressons-nous en effet aux protagonistes de cette affaire. Entre 1303 et 1312, qui figure dans les rangs de la commune et du chapitre ? Plusieurs indices tendent à montrer une sympathie des métiers liégeois pour la cause du comte de Flandres. En 1403, par exemple, ils s’assemblent sous la bannière de Jean d’Harduemont et de son frère Arnold, l’ancien maréchal d’armée du comte Guy. Deux ans plus tard, ces mêmes milices communales marchent sous la conduite du bourgmestre Jean de Pont contre le comté de Hainaut. Sept ans plus tard, Jean de Pont, personnage retors, trahit les intérêts de la commune pour rallier le camp des Grands88. Au sein du chapitre, le fer de lance de la résistance aux menées des échevins est le doyen Jean del Cange, un ancien collaborateur de l’évêque Jean de Flandre, pourvu d’une pension par le comte Guy de Dampierre89. Quant au prévôt Arnould de Blanckenheim, également impliqué dans ces troubles, il fut élevé à cette importante dignité sous le règne de Jean de Flandre et semblait en outre un proche du doyen del Cange90. Parmi les figures de proue du camp adverse, nous mentionnerons l’évêque Thibaut de Bar. Depuis 1304 en effet, cette créature de Boniface VIII a délaissé les intérêts pontificaux pour s’allier à Philippe IV le Bel91. En 1307, il conclut un pacte avec les Grands de Liège92, dont les fils, voici quelques temps déjà, s’étaient proclamés « Enfants de France » et sont donc fort perméables à l’influence royale93. Les événements liégeois s’inscrivent donc sur un arrière-plan fortement imprégné de la guerre France-Avesnes contre Dampierre.

45Dans ce contexte, l’alliance des métiers et des chanoines ne correspondit-elle pas à une tentative du chapitre de freiner l’emprise Avesnes-Philippe le Bel sur Liège ? En favorisant les aspirations politiques des gens de métiers, le chapitre et ses éléments pro-Dampierre, trouvaient également la parade susceptible de brider les échevins jusque-là détenteurs du pouvoir communal. En même temps, ils contrariaient aussi les influences françaises qui s’exercent sur la cité, par l’intermédiaire des Grands. Dans cette optique, le rôle des métiers se réduit alors à celui d’un instrument entre les mains des chanoines. Si tel était le cas, en admettant que notre hypothèse soit correcte, une interrogation se poserait encore. Quelle conscience les Liégeois ont-ils pu avoir de la portée réelle de leur combat ? Se sont-ils doutés de toutes ses implications ? Probablement, beaucoup d’entre eux ont-ils ignoré l’existence de ces rouages compliqués. Mais parmi les enjeux qui sous-tendirent ces luttes, certains étaient spécifiquement liégeois, intimement liés à la conjoncture locale, et par conséquent, parfaitement perçus par l’ensemble des insurgés.

  • 94 J. Lejeune, Liège et son Pays, p. 104 et sqq.

46Les questions des ressorts étrangers ou des récupérations extérieures observables au moment des troubles du début du xive siècle resurgissent lors de conflits ultérieurs. Parmi les interventions des ducs de Brabant, revenons à celles de Wenceslas de Luxembourg en 1373 et d’Antoine de Bourgogne entre 1406–1408. Les réponses complaisantes formulées par Wenceslas au mémorandum des Liégeois en guerre contre Jean d’Arckel comme l’alliance accordée trente ans plus tard par Antoine aux Perwez semblent répondre à une même motivation. Elles paraissent s’inscrire dans le cadre d’une politique brabançonne d’expansion vers le sud-est et d’intervention dans les affaires du pays de Liège, qui fut commune aux différents ducs de Brabant de la maison de Louvain ; une tendance que l’historien Jean Lejeune qualifia de « Drang nach Osten brabançon94 ». Il est vrai que les exemples d’une récupération des conflits liégeois par une puissance extérieure abondent. Et, trait commun à ces diverses manœuvres : jusqu’à quel point, les Liégeois furent-ils dupes du jeu dans lequel on les faisait entrer mais dont l’essentiel se tramait au-dessus d’eux ?

47Le poids de l’extérieur sur la politique et les partis liégeois paraît important et multiforme. Il est le fait de voisins du pays qui cherchent à prendre pied dans la capitale mosane. Cette implantation apparaît dès le début de l’époque que nous étudions. La tentative de mainmise, plus ou moins violente, prend divers visages. Tantôt elle découle d’une sollicitation liégeoise — essentiellement par la conclusion d’alliances — et implique alors la totalité de la communauté dans la convention qui se noue, tantôt elle résulte de l’initiative d’un prince lui-même, établissant une relation de dépendance avec un notable liégeois devenu son agent dans la ville, et prend dès lors un caractère plus personnel.

48À côté de ses manifestations les plus concrètes, ingérences ou retombées matérielles analogues à l’obtention de la révision des traités de 1331, d’autres influences paraissent plus floues : volets locaux de conflits plus vastes mais dont les Liégeois se sentent solidaires, contamination par d’autres conflits aux effets contagieux, ou enfin facteurs plus personnels sur lesquels nous allons du reste revenir. Les cas de figure sont diversifiés.

49Ces différents traits de l’influence étrangère sur la politique des partis liégeois, que nous avons observés ici au travers d’une documentation disparate, se distinguent d’une manière beaucoup plus nette lorsque l’on examine les données du conflit Liège-Bourgogne durant le xve siècle.

Notes

1 Ainsi, dans la seconde moitié du xiiie siècle et le début du siècle suivant, les évêques Jean d’Enghien, Hugues de Chalon, Adolphe de Waldeck et Thibaut de Bar ont été choisis par Rome, pour mener une politique pro-impériale, contre les intérêts de la France (notices de J. Closon, Un évêque de Liège... Jean d’Enghien, p. 48). — A. Joris, Adolphe de Waldeck, col 754. — C. Limbrée, Thibaut de Bar, col 706–707. — Au xive siècle, un pan de la politique d’Adolphe de La Marck concerne l’Empire. Dans la querelle pour le siège impérial, l’évêque de Liège soutient Frédéric de Habsbourg contre Louis de Bavière, sorti victorieux du débat (N. Reimann, Die Grafen, p. 39–43).

2 Participants à la Bataille de Vottem : C. Gaier, Grandes batailles, p. 110. — Les 26 novembre et 8 décembre 1346, Charles IV promulgue des injonctions aux échevins, aux officiers épiscopaux liégeois, aux citadins et aux villes, sur l’obligation d’obéir à Englebert de La Marck, dans le respect des franchises (CSL, 4, p. 55–59).

3 N. Reimann, op. cit, p. 50. — Sur Jean l’Aveugle à Crécy : cf. A. Coville, Les premiers Valois, p. 62–63.

4 A. d’O., p. 103 « et fuit per eum nominatus [...] Marcus de Baden frater archiepiscopi Trevirensis, et frater episcopi Metensi, quorum frater Marchio de Baden haberet sororem imperatoris in uxorem ; unde bene gaudere deberent ».

5 A. d’O., p. 129.

6 J. de Hocsem, p. 181–182. — 1402, p. 290. — A. Fayen, Lettres de Jean XXII, 2, p. 587–589 (5 juin 1325). — Absolution accordée aux Liégeois le 30 juin 1325 par le légat, Philippe la Coque, abbé de saint-Nicaise de Reims (É. Fairon, Chartes, p. 98–99). — En juin 1346, nouvel arbitrage de l’abbé de Saint-Nicaise (J. de Hocsem, p. 340–341). — En juillet 1347 mission de l’archevêque de Ravenne (J. de Hocsem, p. 358, 360). — (Nicolas Canali archevêque de Ravenne avait reçu cette mission le 22 avril précédent).

7 J. de S. lat., p. 73–74. — Acte du 18 décembre 1375 (C. Tihon, Lettres de Grégoire XI, 3, p. 229–231).

8 Ambassade liégeoise en 1327 : J. de Hocsem, p. 192—193. — Gesta Abbatum Trudonensium, 2, p. 257–258. — 1402, p. 292–293. — en 1375 : 1402, p. 367. — C. de Zantfliet, col. 303.

9 Le 18 mars 1407, Benoît XIII confère la dignité épiscopale à Thierry, successeur d’Eustache Persand de Rochefort (RCL, 3, p. 96–99). Le 15 octobre suivant, il l’autorise à conférer des prébendes et des charges abbatiales (éd. de la demande introduite auprès du pape : P. Briegleb, Suppliques de Benoît XIII, 1, p. 814. — autorisation éd. MJ. Titsdieuaide, lettres de Benoît XIII, 2, p. 209). — Le 11 avril 1407, Grégoire XII donne à Jean de Bavière toute liberté pour sévir contre les ecclésiastiques hédroits (M. Soenen, Lettres de Grégoire XII, p. 56–61. — É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 174–181).

10 Sans doute, les émissaires étaient-ils porteurs de la demande de suspension de l’interdit, introduite par le clergé liégeois en octobre 1464 (éd. RCL, 4, p. 113–118). À leur retour, le 12 avril 1465, les délégués affirment être en possession de « plus (...) quam Leodienses eis commiserant » (A. d’O., p. 105).

11 A. d’O., p. 129 : « seminaverunt per Leodium illi qui nolebant pacem, quod Baden ad preces imperatoris et regis Franciae esset confirmatus, et imperator cum rege poneret eum in possessione episcopatus Leodiensis, et similia ».

12 Onofrius, p. 5 : « Pius [II] pontifex, (...) cupiensque votis illustris Philippi Burgundiae ducis annuere (qui personaliter iturus tunc, cum grandi maritimo et terrestri exercitu, in favorem catholice fidei expeditionem preparabat in Thurcos), (...) reverendum patrem dominum Petrum Ferrici ».

13 Sentence du 10 septembre 1464 (RCL, 4, p. 89–113).

14 Éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 542–550. — ROPL, p. 602–607.

15 Onofrius, p. 23–29, et ibid., p. IV (introduction de S. Bormans).

16 CSL, 2, p. 203. — RCL, 1, p. 72–73 (27 novembre 1270). — Sur l’avouerie accordée à Jean Ier en 1270, cf. J. Lejeune, Liège et son pays, p. 103. — A. Wauters, Le duc Jean Ier p. 77–79 — Sur les relations entre Brabant et Liège aux xiie-xive siècles, J. Lejeune, op. cit., p. 96–123.

17 J. d’O., Myreur, VI, p. 295.

18 Éd. RCL, 1, p. 253–255.

19 J. de Hocsem p. 165 : mention de la constitution d’une pension pour Adolphe de La Marck par le roi Philippe V qui brigue l’Empire et estime que l’évêque lui sera très utile dans sa politique impériale. — En 1328, à l’avènement de Philippe VI de Valois, renforcement de l’alliance franco-épiscopale (J. de Hocsem, p. 209). Cf. aussi N. Reimann, op. cit., p. 38, 43–44, 46–47.

20 É. Fairon, Chartes, p. 57 (23 juillet 1370).

21 Éd. RCL, 1, p. 423–426 ([oct.-nov.] 1373). — Mention de cette mission d’arbitrage du duc Wenceslas dans 1402, p. 365.

22 F. Quicke, Les Pays-Bas, p. 243–244.

23 H. Pirenne, Histoire de Belgique, 1, p. 362–366.

24 Reconnaissance de Thierry de Perwez implicite dans la titulature donnée par Antoine à Thierry « monseigneur de Liège » (A. Verkooren, III, t. 3, p. 125–128 passim actes de 1408). — Mentions de l’alliance ; J. de S. fr. p. 105. — A. Verkooren, III, t. 3, p. 112(1er oct. 1407 : demande d’alliance avec Antoine de Brabant par les Liégeois). — ibid., p. 146 (ca 1408 : promulgation d’une interdiction de causer des dommages dans le pays de Liège-Looz par Antoine de Brabant). — Cf. aussi M. Tourneur, Antoine de Bourgogne, p. 308.

25 Sur le rôle d’Antoine de Bourgogne dans ce conflit, cf. M. Tourneur, art. cit., p. 302–314. — On se reportera également à N. Valois, La France, 4, p. 70.

26 Jean de Perwez commandait un détachement de gens de Tongres. (J. de Bav. p. 200. — C. de Zantfliet, col. 391.)

27 Ainsi, le sénéchal du comté de Looz, Godenoul d’Elderen est réfugié en Brabant (J. de S., fr, p. 105), tout comme des échevins (J. de S., lat., p. 110), des « probi viri » (J. de S. lat., p. 112–113), ou des chanoines de Saint-Lambert (J. de Bav. p. 167–168). Le rédacteur de la chronique du règne de Jean de Bavière déclare qu’il fut délégué par les chanoines pour mener les démarches en vue de l’installation des chanoines à Louvain.

28 J. de Bav., p. 170–175. — J. de S. fr., p. 111–112. — C. de Zantfliet, col. 384–385.

29 Sur la position de Cologne par rapport aux Bourguignons, cf. J. Bartier, Charles le Téméraire, p. 162–165.

30 A. d’O., p. 81–82 (conférence à Maastricht le 15 janvier 1462 présence de juristes colonais venus soutenir le point de vue liégeois de la nullité de l’interdit). — RCL, 4, p. 48–50 (21 septembre 1462) Demande de consultation de la cité de Liège aux juristes de l’université de Cologne, à propos de la confirmation de l’interdit par Rome. — RCL, 4, p. 492–193 (17 mai 1464) : les Liégeois demandent une aide juridique à Cologne pour plaider contre Louis de Bourbon, lors du procès devant le légat pontifical.

31 Demande d’aide financière de 3 000 florins introduite le 3 août par les autorités communales liégeoises auprès des Colonais. Emprunt motivé par les frais du procès devant la Curie, l’expédition de Reydt. Accord de Cologne donné le 9 septembre suivant (RCL, 4, p. 494–496). 2 500 florins seront versés les 12 et 13 octobre 1464 (RCL, 4, p. 118). — Entre le 28 avril 1466 et le 3 août 1467, la ville rhénane réclamera régulièrement et avec de plus en plus d’énergie le remboursement de la dette (RCL, 4, p. 189–228 passim). — Du 7 décembre 1467 au 17 août 1468, la cité qui a changé de maîtres refuse désormais d’acquitter la dette, contractée par les rebelles (RCL, 4, p. 256–296 passim).

32 Cf. lettres de la ville de Cologne des 7 décembre 1467, 4 avril 1469, 7 et 16 septembre 1471 (RCL, 4, p. 256–258, 324–325, 355).

33 A. d’O., p. 72 (en 1461, voyage de Raes à Cologne auprès des juristes pour obtenir une définition des compétences des procureurs fiscaux, à propos du conflit lossain). ibid., 81–82 (Consultation des juristes colonais à l’occasion de la conférence de Maastricht de janvier 1462).

34 Suffridus Petri, p. 139–140. Cet auteur situe les entretiens de Raes et des frères de Bade aux lendemains de l’expédition de Reydt.

35 Éd. RCL, 4, p. 74–76 et 76–79. — T. Lacomblet, Urkundenbuch, IV, p. 401–403.

36 Le 28 juin 1464, les Liégeois demandent aux Colonais de subvenir au ravitaillement de l’expédition (RCL, 4, p. 493–494). — Adrien d’Oudenbosch raconte que, durant le siège de Reydt, les Liégeois reçurent la visite de l’Élu de Cologne, Robert de Bavière, du comte palatin et de quelques autres nobles. Des barriques de vin furent alors offertes aux assiégeants (A. d’O., p. 98).

37 Sur la position politique des frères de Bavière, cf. J. Bartier, op. cit., p. 163–164.

38 IL. Kupper, Marc de Bade, p. 71 évoque des tensions entre les Bade et le Comte palatin. Elles ne furent définitivement aplanies qu’en 1467 (J. Schneider, Un conseiller, p. 313).

39 J. d’O., Myreur, VI, p. 117–119, 122–124. — Sur ces conflits, cf. J. Vannerus, Documents relatifs, p. 181–304.

40 J. d’O. ab., p. 217. — J. de S. lat., p. 86. — C. de Zantfliet, col. 323.

41 J. de Bav., p. 148. — 1402, p. 435–436. — J. de S. lat. p. 100–101. — Sur les guerres de Brabant contre Gueldre, cf. H. Laurent–F. Quicke, L’accession, p. 137–165, 197–255, 370–402. — F. Quicke, op. cit., p. 177–204, 239–256.

42 Jean de Warnant, p. 41. — Sur Arnould d’Harduemont, cf. É. Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 182–184.

43 Emprunts contractés en novembre 1288 (éd. des doc. C. Wyffels, Deux emprunts, p. 266–268).

44 Avènement de Guy d’Avesnes, frère du comte de Hainaut à la mort de Jean de Flandre (cf. É. Poncelet, Guy de Hainaut, p. 510–517).

45 En 1295, contre une rente annuelle de 20 livrées sur la halle aux draps de Namur (le comte de Flandre agit ici, en qualité de comte de Namur), Jacques de Coir et ses héritiers sont tenus de servir et conseiller Guy de Dampierre toutes les fois qu’ils en seront requis (C. de Borman, Échevins, p. 96)

46 Parmi eux citons : Guillaume d’Arras (ca 1290–1304) (J. de Theux, op. cit., 1, p. 324. — C. Renardy, Le monde, 2, p. 270). — Guillaume Berthout († 1302) en 1292, il s’était présenté à l’évêché contre Guy de Hainaut (C. Renardy, ibid. p. 274). — [Guillaume de Juliers, rejeton du lignage Dampierre en ligne maternelle. Participe au soulèvement de la Flandre contre Philippe le Bel]. Sa présence au chapitre n’est toutefois pas certaine (J. de Theux, op. cit., 2, p. 5–6. — C. Renardy, ibid., p. 279). — Sur les chanoines liégeois pro-Dampierre, cf. C. Renardy, Le Monde, p. 336–340.

47 Sur ce personnage, C. Renardy, Le Monde, p. 258. — Sur l’intronisation de Godefroid de Fontaines au chapitre et sa prise de position contre Thibaut de Bar : cf. J. Lejeune, De Godefroid de Fontaines, p. 1231, 1239. — Mention d’une allocation annuelle de 60 livres tournois par le comte Guy à Jean delle Cange (É. Poncelet, Guy de Hainaut, p. 509).

48 Cf. A. Uyttebrouck, Le gouvernement, t. 2, p. 732–733.

49 C. de Borman, op. cit., p. 195–196.

50 A. Verkooren, Inventaire, m, actes datés de 1357 (p. 105–106), 1358 (p. 209), 1360 (p. 334). — t. VII, p. 100.

51 C. de Zantfliet, col. 337. — Gilles Chabot : échevin de 1372–1386, épouse une fille de d’Albert Turck et de N. de Berlaymont de Floyon (C. de Borman, op. cit., p. 219–220).

52 Gilles, Arnold et Albert Chabot obtiennent des prébendes à Saint-Lambert, mentionnés à partir de 1395 (J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 153–154. — S. Chot-Stassart, Le chapitre, 2, p. 138)

53 Échevin de 1398 à 1405. Choisi comme maire en 1410. (C. de Borman, op. cit., p. 308–309).

54 « Domino Johanni de Avennis (...) quem verum reputamus comitem Hannoniensem » (acte de nov. 1252 par lequel Henri de Gueldre reconnaît la légitimité de Jean d’Avesnes éd. C. Duvivier, Les influences, t. 2, p. 296–297).

55 1402, p. 182. — J. de Hocsem, p. 23.

56 1402, p. 202. — J. d’O., Myreur, V, p. 339–341 (suivant qui, Henri aurait même été promu conseiller par la comtesse).

57 J.L. Kupper, Henri de Dinant, p. 345.

58 J. d’O., Myreur, V, p. 316.

59 Cité comme chanoine de Saint-Lambert à partir de 1247. (C. Renardy, Le monde, p. 181).

60 Ainsi, dans les premiers mois de 1465, Fastré Baré Surlet se rend à Metz, ville dont Georges de Bade est évêque pour des entretiens avec le lignage (A. d’O., p. 104–106). — Sur la parentèle de Marc de Bade : J.L. Kupper, Marc de Bade, p. 69.

61 Cf. Lettre de Charles de Bade datée de Liège, 24 avril 1465 à Liège (éd. A. Krieger, Die Markgrafen, p. 466). — C’est surtout à partir de l’échec encouru dans l’entreprise liégeoise que ce lignage cesse de compter sur Louis XI et s’allie définitivement au duc de Bourgogne. En 1467, Georges de Bade, évêque de Metz obtient le titre de « conseiller domestique » du duc : cf. J. Schneider, art. cit., p. 308–314.

62 A. d’O., p. 157 (« optima nova ») Jean de Looz (p. 45) relate également le fait et souligne la provenance de ces nouvelles (« de rege Franciae »).

63 J de Looz, p. 45 : « Raso de Heers (...) de rege de Franciae optata et bona nova praenuntiare quibus auditis seductus populus coepit denuo ad inobedientiam ».

64 A. d’O., p. 180.

65 A. d’O., p. 114.

66 Lettre de Raes de Heers à Louis XI du 15 janvier 1467, en réponse à la proposition du roi de novembre et décembre 1466 (éd. P. Harsin, Liège, p. 247–248).

67 Lettre du 15 janvier 1467 (éd. P. Harsin, Liège, p. 247–248) Raes compte sur son messager à la cour de France pour informer le roi de l’évolution politique à Liège. Le 24 avril 1467 (ibid., p. 248–249) : lettre de Louis XI à Raes. Le roi avise son correspondant de son information à propos de la politique liégeoise.

68 On retiendra en particulier la demande formulée par Louis XI à Raes de Heers « d’envoyer devers nous le sire de Berloz [Guillaume de Berloz] ; si vous prions que vous y tenez la main et trouvez manière qu’il y viengne » (lettre du 24 avril 1467, ibid. p. 249).

69 Le 6 mai 1467, Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, écrit à Raes de Heers et le charge de pourvoir à son hébergement comme à celui de 400 lances que Louis XI fournit à ses alliés et dont il assurera le commandement (lettre du 6 mai 1467, éd. P. Harsin, art. cit. p. 249). — Le 1er octobre 1467, Raes qui se tenait à Huy conquise depuis le 17 septembre, reçut un émissaire de Louis XI à la cité de Liège, en l’occurrence le bailli de Lyon François Royer. Raes regagna Liège en sa compagnie (A. d’O., p. 175).

70 Dès 1469, Raes de Heers est titulaire d’une pension annuelle de 600 livres parfois augmentée d’une gratification (100 livres ou 137 livres 10 sous). En 1478, après sa mort, la pension de 600 livres est versée à son fils Dieudonné (P. Harsin, Liège, p. 243 n 217— 220).

71 Nous n’insisterons pas sur l’intégration fréquente des évêques dans des réseaux de clientèle internationale, qui dépasse le cadre de notre étude. Nous rappellerons seulement que plusieurs prélats durent ainsi leur élection à leur obédience à tel ou tel parti. D’autre part, nous savons que certains évêques furent des stipendiés de l’extérieur. Les évêques de La Marck notamment apparaissent comme des agents des rois de France au pays de Liège. On connaît souvent le montant des pensions qui leur furent attribuées par les rois Philippe V, Charles IV et Philippe VI de Valois.

72 J. de Hocsem, p. 106. — J. d’O., Myreur, VI, p. 1. — Sur cette vague de soulèvements, entre 1270 et 1308 : cf. É. Lalou, Les révoltes, p. 161–163.

73 J. d’O., ab., p. 177.

74 Raoul de Rivo, p. 46. Plus loin, cet auteur ajoute que Leodienses Rotomagenses Parisii et aliae pleraeque civitates gavisae sunt ob Ludovici Comitis cladem et Gandavensium victoriam. Nam et ipsae contra superiam et avaritiam nobilitatis arma sumpserant (ibid., p. 52). — J. de S. lat. p. 84 relate également cet épisode. Il précise qu’une amitié se développa alors entre Liège et Gand et qu’elle se maintint jusqu’en 1430, en dépit de l’hostilité du comte. — A. d’O., p. 36–37 signale qu’en 1453, une révolte gantoise survenue contre le duc Philippe le Bon fut durement réprimée. Le messager porteur de la nouvelle à Liège faillit se faire massacrer par la foule, incrédule face à cette mauvaise nouvelle. — Sur le soulèvement de la Flandre contre Louis de Male : H. Pirenne, Histoire de Belgique, 1, p. 356–362.

75 Voir plus haut, signes distinctifs des partis.

76 J.de Haynin, II, p. 66–67 rapporte le témoignage d’un émissaire envoyé par les Liégeois au roi et capturé par les Bourguignons en 1468.

77 J. Favier, Philippe le Bel, p. 347–348.

78 Paix de Bierset (17 oct. 1255). Désignation d’arbitres pour évaluer les dommages, ils travailleront sous la présidence de Jean d’Avesnes, juge souverain (ROPL, p. 50–51). — Le 16 décembre 1255, Jean d’Avesnes fixe le montant de l’amende infligée aux Dinantais (CSL, 2, p. 83–85).

79 1402, p. 193–194. — J. de Hocsem, p. 29. — Guillaume, roi des Romains envoie les Liégeois en guerre aux côtés de Jean d’Avesnes contre Charles d’Anjou. Jugement rendu en présence de Henri de Gueldre (C. Duvivier, Les influences, 2, p. 359–360 le 8 janvier 1254).

80 Jugement rendu le 24 septembre 1256 (J. Richard, Saint-Louis, p. 333).

81 Sur le récit des faits de ce conflit qui se poursuit de 1275 à 1278 (avec prolongements jusqu’en 1297), cf. É. Poncelet, la guerre dite de la vache de Ciney, p. 275–289.

82 Jean d’Enghien est le deuxième fils de Siger d’Enghien apparenté à la maison d’Avesnes (J. Closon, Un évêque de Liège, p. 43).

83 Arnould de Blanckenheim, issu de la famille des seigneurs de Blanckenheim dans l’Eiffel, prévôt du chapitre entre 1290 et 1312. Tué lors du Mal Saint-Martin (J. de Theux, op. cit., 1, p. 331–333). — Englebert et Thierry de Hornes, fils de Guillaume II seigneur de Hornes et d’Alténa, famille alliée aux Avesnes. Thierry fut prévôt de Saint-Sauveur d’Utrecht et devint chanoine de Saint-Lambert en 1295. Englebert détenait des prébendes à Utrecht et un canonicat à Saint-Lambert. Il quitta apparemment Liège après l’échec de sa candidature à l’évêché (Sur ces personnages : cf. T. Klaversma, De Hornes, p. 19–20. — J. de Theux, op. cit., p. 335–336). — Guillaume d’Arras, chanoine cité de 1285 à 1304, gravitant dans l’orbite du comte Guy de Dampierre. Sur ce pers. : cf. C. Renardy, le monde, p. 270–271).

84 C. Limbrée, Thibaut de Bar, col. 707.

85 J. de Hocsem, p. 106–107 : (année 1303) « Decanus vero quamvis esset de majorum genere procreatus, artium civitatis mechanicarum gubernatores ad se clam convocat, per quos capitulum se plebi confoderat ».

86 Le 29 avril 1303 : promesse d’aide du chapitre aux métiers contre la levée de la fermeté projetée par les échevins (CSL, 3, p. 33). — 15 et 16 mai 1303 : création par les métiers de milices communales qui seront chargées de la défense des « franchises de l’Église et de la cité » (É. Fairon, La Paix d’Angleur, p. 358). — 20 juillet 1303 : les métiers prévoient des mesures spéciales de sauvegarde pour les bourgmestres, jurés et officiers des métiers (ibid., p. 359. — É. Fairon, Chartes, p. 75).— 24 juillet 1303 : Document relatif à la constitution du conseil communal prévoyant la parité du nombre de représentants entre Grands et Petits (CSL, 3, p. 35–36). — Sur ces faits, cf. F. Vercauteren, Luttes sociales, p. 67–73.

87 Cf. supra 3e partie, ch. 1 : positions politiques du clergé

88 1402, p. 250. — J. de Hocsem, p. 136. — J.d’O, Myreur, VI, p. 159.

89 Sur ce pers. : C. Renardy, Le Monde, p. 334–335

90 Issu d’un lignage apparenté aux Heinsberg. Prévôt de 1291 à 1312 (É. Schoolmeesters, Prévôts de Saint-Lambert, p. 97–98). On trouve son nom à côté de celui de Jean del Cange en tête du document d’alliance du chapitre avec les métiers d’avril 1303 (CSL, 3, p. 33). — Sur les rapports entre le chapitre et Godefroid de Fontaines : J. Lejeune, De Godefroid de Fontaines, p. 1248–1250.

91 J. Favier, Philippe le Bel, p. 348. — La chronique de 1402 (p. 250) nous apprend qu’en 1303, la commune de Liège et le chapitre avaient salué l’avènement de Thibaut de Bar, alors adversaire du roi Philippe.

92 éd. de l’alliance de 1307 et de textes s’y rapportant : RCL, 1, p. 160–163. — C.S.L., 3, p. 73. — 1402 (p. 253) ajoute que Thibaut de Bar agissait sur l’inspiration des échevins.

93 On se souviendra aussi que les adversaires de Guy de Dampierre en Flandre se surnommaient « Leliaerts », « gens des Fleurs de Lys », un nom qui se rapproche de nos « Enfants de France » (cf. par ex. J.F. Verbruggen, Pierre de Coning, p. 80).

94 J. Lejeune, Liège et son Pays, p. 104 et sqq.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search