Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Quatrième partie. Structures, objectifs et politique des partis liégeois

Conclusion

Texte intégral

1Le parti constitue sans doute le volet politique de la sociabilité durant la fin du Moyen Âge. À l’instar d’autres associations de personnes, il se dote parfois de signaux de reconnaissance, de symboles visuels ou auditifs, par lesquels il manifeste son existence. Il se présente comme une structure corporative de même que comme un ensemble d’individualités. Ces deux aspects des formations politiques se répercutent sur leur fonctionnement. Parmi les caractères principaux de la structure des partis, il convient de retenir l’existence d’une hiérarchie très forte, avec en son sommet un petit noyau de décideurs, ainsi qu’une répartition stricte des rôles suivant les rangs. Une hiérarchie très forte mais qui ne paraît pas immuable régit l’ensemble. Tiraillements, remises en question des rôles et des rangs émaillent la vie du parti, bouleversent parfois sa physionomie. Cette dispute apparaît souvent comme le corollaire d’une fluctuation de la conjoncture. La structure du parti montre encore la coexistence dans le groupe d’un noyau de fidèles et d’un personnel politique plus mouvant, aux attitudes plus fluctuantes, prêt aux défections, aux brusques changements de cap, suivant les caprices de la conjoncture. En tant que corps, le parti connaît aussi une évolution, une vie. Ces tribulations se caractérisent par des périodes d’existence clandestine et d’activité au grand jour, des radicalisations dans ses positions, des scissions.

2Loin d’être de simples agrégats d’individus, dénués d’autres desseins que la domination conquise pour elle-même, les partis médiévaux se fixent des objectifs. Des points sont récurrents au cours des deux cents années examinées. Périodiquement, en effet, les partisans remettent en cause l’équilibre des pouvoirs dans la cité ou réclament plus d’autonomie dans la gestions urbaine. Au xive et xve siècles, s’y ajoutent des débats relatifs à la souveraineté épiscopale. De la question d’une définition des enjeux par le parti à celle de la mise en œuvre de son programme, il n’y a qu’un pas. Envisager de concrétiser ses objectifs, implique au préalable de s’emparer du pouvoir. Celui-ci s’arrache de haute lutte. Les rivalités de partis telles qu’elles s’observent durant le xve siècle notamment apparaissent comme la compétition de deux formations concurrentes qui coexistent jusqu’à ce que l’une, par un coup de main quelconque, prenne l’autre de vitesse et s’efforce de l’évincer.

3Que révèlent les premières décisions d’une formation politique s’imposant au gouvernement de la cité ? L’exemple des Hédroits, bien éclairé par la documentation permet de répondre à cette interrogation. On décèle dans leurs toutes premières initiatives la volonté de se faire reconnaître et admettre comme pouvoir légitime, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et de donner au nouveau régime l’assise la plus solide possible. Pour cela, le parti investit les rouages de l’État et s’efforce de rallier aux nouvelles structures la masse de la population et — si possible — le personnel de l’ancien appareil. De chacun, partisan ou simple citoyen, il exige une adhésion sans faille, toute velléité d’opposition étant, du moins en principe, impitoyablement réprimée.

4Trait commun aux pouvoirs issus d’insurrections contre l’évêque, ils sont incapables de se maintenir durablement aux commandes. Et c’est de l’étranger que vient souvent le salut du prélat : des principautés rhénanes pour les évêques de la Marck, des domaines bourguignons au xve siècle. Il importe donc, pour clore notre étude, de nous intéresser aux influences étrangères qui s’exercent sur la politique des partis de la principauté.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search