Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Quatrième partie. Structures, objectifs et politique des partis liégeois

Chapitre V. Le parti au pouvoir : aspects de sa politique

Texte intégral

1. Victoire du parti et prise du pouvoir

1Quels sont les facteurs qui propulsent un parti au pouvoir ? De manière éparse, cette question a déjà été envisagée dans cette étude. Reprenons-là plus synthétiquement. La plupart de nos renseignements portent sur les conflits du xve siècle. Plus tôt, les sources sont moins riches. Elles nous fourniront cependant quelques informations sur la faction hostile à Adolphe de La Marck, sur les partisans d’Arnold de Hornes et sur ceux, moins heureux, d’Eustache Persand de Rochefort.

  • 1 Éd. L. Douet-D’Arcq, Choix de pièces, 1, p. 265.
  • 2 J. de S. fr., p. 18.
  • 3 J. Stiennon, op. cit, p. 322.

2Les accessions partisanes au pouvoir reposent sur une base légale ou résultent d’un coup de force. Dans un premier temps, examinons les conditions permettant à un groupement politique de s’imposer en toute légalité dans la commune de Liège. « Moult grant et notable office et tel que quelconque personne qui ait ledit office il a en partie le gouvernement de tout le pais de l’eveschie de Liège ». Ainsi s’exprime en 1404 un conseiller du roi Charles VI à propos de l’assassinat de Laurent Lamborde, un bourgmestre hédroit exilé en France depuis la répression d’octobre 14031. La bourgmaîtrise est une charge importante et constitue souvent un maillon essentiel dans un processus d’accession au pouvoir. Nous l’avons vu. Concrètement, qu’attendait-on d’une victoire au scrutin du 25 juillet ? Les faits enseignent que la bourgmaîtrise fournit au parti une impulsion nouvelle. En 1402, Jacques Baddut, sympathisant hédroit est élu. Moins d’un an plus tard, sous ses auspices, ses amis émergent de l’obscurité, s’imposent puis confortent leur position par la conquête de deux nouveaux sièges magistraux à la Saint-Jacques suivante2. En 1417, l’élection de Wathieu Datin, conjuguée il est vrai à la mairie dont ce dernier s’empare peu après, s’interprète dans un sens analogue : en termes de résultat d’un travail patient effectué dans l’ombre et d’assise légale pour une mainmise jusque-là sans support effectif. Encore que le manque d’informations relatives aux années 1320 interdise la formulation de conclusions trop hardies, on constatera pourtant la coïncidence de l’élection de Colin Samson et Jean Hanozéal — de futures figures de l’opposition à l’évêque, entre 1322 et 1324, et de l’émergence d’un mouvement hostile à Adolphe de La Marck3. L’élection aurait-elle déjà joué ce rôle de propulseur d’un mouvement partisan ?

  • 4 J. de Bav., p. 157.
  • 5 J. de S. fr, p. 236.

3Clef d’accès au pouvoir, la bourgmaîtrise est aussi un moyen efficace d’avaliser une situation obtenue de fait et de donner un vernis de légalité à une autorité issue d’un coup de force. Ainsi en octobre 1403, l’éviction des Hédroits s’accompagne du remplacement des deux bourgmestres issus de ce parti par d’autres hommes, dont la position politique s’accorde mieux avec celle que Jean de Bavière entend remettre à l’honneur4. De même après l’échec des Datin, dès janvier 1433, Fastré Baré Surlet succède à Guillaume Datin à la tête de la commune. Cette substitution témoigne éloquemment du renversement politique qui vient de se produire ; elle constitue en outre le coup d’envoi de la répression des conjurés. Le scrutin de juillet suivant, dont Fastré Baré et un autre membre du lignage Surlet sortent vainqueurs, confère une assise légale à ce qui, jusque-là, s’apparentait fort à une politique du fait accompli5.

4Comme ces deux derniers exemples le laissent pressentir, d’autres voies s’ouvrent devant ceux qui convoitent le pouvoir liégeois, notamment celles du coup de force. Les régimes mis en place durant les guerres civiles de 1346 et 1372–1376 ; le conflit de 1378–1379 qui porta Arnold de Flornes et ses sectateurs au pouvoir ; la reprise en main du pays par les Fugitifs en 1468 ; les deux tentatives de soulèvement dues, l’une aux partisans d’Eustache Persand en 1382, l’autre, au reliquat de parti Hédroit en 1409, en sont autant d’exemples. Il conviendra en outre d’ajouter à notre inventaire les deux périodes de pouvoir personnel de Raes de Heers : en 1465, sous la régence de Marc de Bade, dirigeant de façade, puis deux ans plus tard, en son nom propre.

5Pourquoi un mouvement s’impose-t-il ? Pour aborder cette question, arrêtons-nous aux raisons de l’échec de certains soulèvements étouffés dans l’œuf ou immédiatement écrasés, comme le furent les deux résurgences clémentine de 1382–1383 et pro-Hédroits de 1409, ou d’autres dont le succès ne fut qu’éphémère, tels le premier soulèvement hédroit et celui des Fugitifs. Ces insurgés se heurtèrent à des pouvoirs légitimes solidement implantés, qui réagirent très vite et de façon cohérente. À l’inverse d’autres mouvements, ils ne purent ni sortir de la clandestinité ni se ménager des intelligences dans le milieu dirigeant. L’étude des positions politiques a mis en évidence l’importance pour les partis d’opposition de disposer de répondants aux échelons supérieurs de l’une ou l’autre branche du pouvoir en place : chapitre cathédral, officiers, échevinage, commune. Ces notables sociaux et politiques, soit impliqués dans la faction dès sa fondation et trahissant dès lors les intérêts qu’ils étaient sensés représenter, soit ralliés de fraîche date, confèrent au mouvement insurrectionnel une prise sur la société et les corps dirigeants. Cette implantation semble avoir fait défaut aux insurgés de 1382 ou 1409 et peut expliquer leur immédiate mise en déroute.

  • 6 J. de S. fr, p. 125.— J. de Bav., p. 203.
  • 7 Paix de Tongres (28 août 1403) ROPL, p. 380. — J. de Bav., p. 157.

6Le premier soulèvement hédroit fit long feu. Son échec tient sans doute à sa précocité ainsi qu’au maintien en ville d’une faction pro-bavaroise toujours vigoureuse. Certes, dès 1401, le répertoire des bourgmestres permet de déceler une progressive mainmise de la faction sur les rouages de la commune (élection de Baudoin delle Roche). Concurremment, pourtant les partisans de Jean de Bavière restent puissants, forts entre autres du soutien des chanoines de Saint-Lambert. Lorsque survient le soulèvement, les Hédroits ne parviennent pas à étouffer ce foyer potentiel d’opposition. Et dès la fin juillet 1403, un habile travail de l’assemblée permet aux partisans de Jean de Bavière de retourner l’opinion liégeoise à leur avantage. Les conséquences sont bientôt perceptibles. Des pourparlers s’ouvrent avec Jean de Bavière. La commune y délègue Guillaume de Horion, pro-bavarois notoire, Gilles Surlet, présenté par la suite comme un adversaire des Hédroits6, enfin les deux futurs bourgmestres de la restauration pro-bavaroise d’octobre suivant : Gilles de Bierset et Louis de Yernau7. La condamnation des insurgés et la mise sur pied d’une surveillance anti-hédroise dans la ville parachèvent le dispositif de reprise en main.

7C’est en revanche à l’étranger que nous rechercherons les causes de la débacle finale encourue par les Fugitifs. Les faits sont bien connus : la disproportion évidente des forces en présence après le revirement de Péronne et la duplicité de Louis XI... L’éventail des facteurs qui se conjuguèrent alors pour anéantir le rêve des Liégeois est large. La riposte fut féroce. Devons-nous la mesurer à la frayeur qu’éprouva le duc Charles face à ce regain de vitalité liégeois et à la menace que cette résurgence avait constitué pour son propre pouvoir ?

8En somme, les principales causes d’échec d’un parti paraissent dues à une implantation imparfaite dans le tissu social, à trop de précipitation dans la réalisation des projets ou à une mauvaise évaluation des capacités de résistance de l’adversaire. S’il a su éviter ces pièges, et qu’il s’est installé au pouvoir, quelle politique le parti entreprend-il de mener ?

2. Gestion de la victoire et gouvernement

9Avant d’aller plus loin, deux remarques d’ordre méthodologique s’imposent. Notre exposé repose presqu’exclusivement sur les données relatives aux gouvernements issus de mouvements insurrectionnels, les seuls à avoir attiré l’attention des chroniqueurs sur leurs agissements. Sans doute, beaucoup de traits soulignés ici trouveraient-ils leur équivalent dans le comportement du parti « légitime », lorsque c’est lui qui tient les commandes. Le caractère insurrectionnel de ces pouvoirs attire sur eux l’attention des chroniqueurs et provoque l’éclairage exclusif et souvent arbitraire dont ils sont inondés. Nous établirons d’autre part une première distinction entre les manœuvres qui visent à asseoir le parti au pouvoir et celles qui caractérisent les rapports du parti avec le reste de la société dans laquelle il évolue : ses alliés, ses adversaires, le reste de la population.

A. En quête de légitimité et de normalité

10Se doter d’un chef, puis obtenir sa légitimation et, par voie de conséquence, celle du régime paraissent un des premiers soucis auxquels la faction qui s’empare de l’autorité liégeoise cherche à parer. Plus simplement donc, les insurgés se préoccupent de rendre le régime conforme aux normes en vigueur.

  • 8 16 déc. 1378 : Arnould de Hornes mambour (RCL, 1, p. 465–469). — É. Schoolmeesters, l’élection, p. (...)
  • 9 J. de Bav., p. 161–162. —C. de Zantfliet, col. 367–368.
  • 10 A. d’O., p. 103–104 (fin janv. mars 1465).
  • 11 Suffridus Pétri, p. 139–140. — Sur cette chronique, cf. J. Chapeaville, introduction à l’édition du (...)

11Ainsi, on constate qu’Arnold de Homes, Thierry de Perwez et Marc de Bade sont portés au pouvoir dans les premiers temps de la domination de leur parti. Dès le 13 décembre 1378, soit moins d’un mois après la défection d’Eustache Persand survenue le 19 novembre précédent, les Liégeois appellent officiellement Arnould de Hornes à leur tête8. Les témoignages montrent bien que la démarche de Jean delle Chaussée auprès d’Henri de Perwez (été 1406) constitue une étape essentielle dans la progression du mouvement hédroit vers le pouvoir9. En ce qui concerne Marc de Bade, en revanche, la chronologie paraît de prime abord moins probante et le moment de son avènement moins décisif. L’excommunication des adversaires de Louis de Bourbon par le légat Pierre Ferrici survient le 10 septembre 1464. Ce n’est qu’au début de l’année suivante que l’on perçoit une riposte. En janvier 1465, Raes propose de franchir un pas supplémentaire vers la rupture avec l’Élu, en lui substituant un régent10. Ce retard n’est pourtant qu’apparent. Un chroniqueur frison nous indique en effet qu’au moment où Raes dévoile son projet à l’assemblée, celui-ci mûrissait dans son esprit depuis quelques mois déjà. Nous apprenons ainsi que c’est au cours de l’été 1464 que les premiers contacts ont été noués11. Le procès devant la cour ecclésiastique, la notification de la sentence pontificale et l’option pour un mambour, futur évêque, s’en trouvent donc considérablement rapprochés dans le temps.

  • 12 Voir plus loin, 5e partie.
  • 13 Thierry de la Marck, fils d’Adolphe II de la Marck et neveu de l’évêque Englebert de La Marck. Cha (...)
  • 14 Voir plus loin, 5e partie.

12Se faire reconnaître et approuver comme pouvoir légitime par les autorités supérieures à la principauté — soit la papauté et l’Empire — de même que par les corps constitués locaux apparaît comme un autre souci majeur. Les appels au pape jalonnent les différents conflits des Liégeois contre leurs évêques. Et que ces démarches se concluent invariablement par des verdicts de culpabilité liégeoise n’enlève rien à leur valeur symbolique12. Le schisme de 1378 ouvre en revanche de nouvelles perspectives de reconnaissance. La mort de Jean d’Arckel survient au même moment que celle du pape Grégoire XI. Le successeur désigné de l’évêque, Eustache Persand de Rochefort, se rallie à Clément VIL Sa mésentente avec son frère Walter, choisi comme mambour par les citadins, tourne à l’avantage de ce dernier et, portant au pouvoir Arnould de Homes, partisan d’Urbain VI, fait basculer le pays de Liège dans le camp romain. Après le décès de ce prélat en 1389, Thierry de La Marck, éphémère postulé du chapitre13, puis Jean de Bavière sont tous deux confirmés par Rome14.

  • 15 J. de S. fr., p. 103–104. — J. de S. lat., p. 109. — C. de Zantfliet, col. 381. — RCL, 3, p. 96–99 (...)
  • 16 A. d'O., p. 140–141 (juin 1466).

13En revanche, les Hédroits de 1406, en quête d’une légitimité se tournent vers Avignon. Trois mois à peine après leur avènement, en janvier 1407, Jacques Baddut se rend à la cour de Benoît XIII qui accorde à Thierry de Perwez sa confirmation comme successeur d’Eustache Persand, décédé en 139715. Soixante ans plus tard, on retrouve cette recherche d’une caution pontificale à propos de Marc de Bade. Le serment exigé du régent comporte une clause relative à sa prochaine consécration épiscopale. Mais en outre, il n’est pas indifférent de songer que, même après sa fuite d’où son image est sortie fortement ternie, la simple rumeur d’une confirmation pontificale suffit à raviver l’enthousiasme populaire à son égard16.

  • 17 É. Schoolmeesters, l’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 224–237.
  • 18 Cf. J.L. Kupper, Marc de Bade, p. 69, 73.
  • 19 A. d’O., p. 103–104 : « Domini magni de Alemannia bene auderent se sociare eis [...] Razo procurav (...)

14Dans la hiérarchie, l’Empire est l’autre pôle du pouvoir supérieur liégeois. Cette puissance, pourtant elle-même déliquescente aux xive et xve siècles semble encore propre à légitimer un pouvoir. Un ensemble d’actes publiés par Émile Schoolmeesters permet en effet de suivre le détail des demandes d’investiture introduites par Eustache Persand puis par Arnold de Hornes auprès de l’empereur Wenceslas entre juillet 1378 et le 27 mai 1380 et d’observer quel prix les Liégeois attachaient à cet aval17. En 1400, Wenceslas fut déposé au profit de son frère Sigismond mais conserva des alliés. Cette péripétie permet de comprendre pourquoi les Hédroits, en quête d’une investiture pour Thierry, se tournèrent vers l’ex-empereur qui avait pourtant, en son temps, confirmé Jean de Bavière. En 1465, le prestige impérial fascine toujours les Liégeois18. Et lorsque Raes de Heers présente son projet de régence devant l’assemblée, il insiste sur la parenté de Marc de Bade avec l’empereur Frédéric III19, estimant sans doute que ce lien lignager pèsera lourd sur la décision finale.

  • 20 J. de Hocsem, p. 209–210.
  • 21 C. de Zantfliet, col. 361–2, 369, 380. — J. de S. lat., p. 105, 107 — J. de Bav. p. 152. — J. de S (...)
  • 22 J. de Bav., p. 166. — J. de S., fr., p. 100. — Le 20 déc. 1408, condamnation par Jean de Bavière d (...)
  • 23 J. de Bav. p. 165–166. — J. de S. lat. p. 107, 109–110. — J. de S. fr p. 105–106.
  • 24 J. de S. lat., p. 110. —J. de S. fr., p. 106–107 (mars 1407). — A. d’O., p. 109–110.
  • 25 Cf. par ex. 1465 (A. d’O., p. 109–112) pressions contre le clergé et contre les laïcs menacés d’êt (...)

15Sur le plan intérieur, les partis qui s’imposent de fait cherchent à obtenir des différents corps constitués liégeois leur reconnaissance et l’approbation de leur politique. Cette attitude paraît une constante. En 1328, les chanoines restés à Liège s’érigent en chapitre, en réaction contre leurs confrères qui ont suivi l’évêque à Huy20. En 1403 et en 1406 de même, les « putschistes » forcent le chapitre à ratifier l’élection des Perwez21. C’est en 1406 cependant que la nécessité d’une légitimité à tout prix aboutit aux mesures les plus extrêmes. Beaucoup de chanoines ont fui l’avènement des Hédroits. Et l’impossibilité d’atteindre le quorum entraîne la nomination de chanoines aussitôt habilités à entériner la désignation de Thierry22. Chacun à son échelle, le bas-clergé et les Églises secondaires sont également invités à reconnaître l’autorité du nouveau chef de l’Église liégeoise23. La volonté de se faire reconnaître est encore très perceptible au travers de l’attitude des nouveaux venus à l’égard des corps laïcs. Nos sources font état de pressions exercées sur l’échevinage à diverses reprises, en 1406 ou 1465 notamment, quand les membres de ce collège sont sommés de faire allégeance aux nouvelles autorités24. On agit encore de même vis-à-vis des détenteurs de fiefs, ainsi qu’à l’égard des diverses villes du pays. Comme les chroniqueurs se plaisent à le souligner, cette recherche fébrile de la légitimité s’accompagne souvent de mesures coercitives, de pressions exercées sur tous ceux dont on espère obtenir la caution25.

  • 26 J. de Hocsem, p. 176 (année 1325). — ibid., p. 357 : 4 mai 1346 scission au sein du chapitre. Dépa (...)
  • 27 Épisode relaté dans la Relatio Schismatis, p. 19.

16L’aspiration à la normalité se traduit aussi par des mesures plus symboliques. À cet égard, nous envisagerons la dispute autour du sceau capitulaire et les cérémonies d’entrées. Représentatif de la personnalité juridique de l’État, le sceau est un enjeu. En 1328, les chanoines demeurés à Liège continuent de sceller leurs documents du sceau que leurs confrères, exilés à Huy, viennent d’annuler et de remplacer par une nouvelle empreinte26. En 1406, procédure analogue, un orfèvre gagné aux nouvelles autorités contrefait la matrice du sceau capitulaire, dont les chanoines en fuite ont emporté l’exemplaire original27.

  • 28 Sur le sujet, cf. B. Guénée-F. Lehoux, les entrées royales françaises. — C. de Mérindol, Mouvement (...)
  • 29 Les entrées dans les sources liégeoises : 1402, p. 249–51 (réception de Thibaut de Bar, par le cha (...)

17Le cérémonial d’entrée solennelle des nouveaux dirigeants s’avère aussi riche de symboles. Ces manifestations devenues si importantes dans l’effort de mise en représentation du pouvoir souverain à la fin du Moyen Âge jouent ici un grand rôle28. En ce qui concerne le cas liégeois, notre information sur ces cérémonies est de qualité inégale. Mais ce qu’il importe surtout de constater, c’est le prix que les pouvoirs insurrectionnels accordent à ces manifestations, et le soin qu’ils mettent à imiter le pouvoir légitime saluant l’avènement d’un nouveau prélat29.

  • 30 A. d’O., p. 108–110.

18Pouvoir légitime et régime d’origine insurrectionnelle accueillent donc leurs princes suivant un cérémonial analogue. Comme les Liégeois se rendent ordinairement à la rencontre de leurs évêques, des délégations communales se portent au-devant de Thierry de Perwez et de Marc de Bade, puis formant cortège avec la suite propre de ces princes, les escortent en grande pompe à la cathédrale. La cérémonie est en outre une démonstration de force partisane. À l’instar des évêques qui paradent au milieu de leur entourage, Thierry de Perwez entre ainsi dans la cité, entouré de son père le nouveau mambour, et des Hédroits. Soixante ans plus tard, le fait est encore plus remarquable. Tout au long des cérémonies d’intronisation de Marc de Bade, qui se déroulent à Liège et dans les autres villes, on voit le cheval de Raes de Heers caracoler aux côtés de ceux des nouveaux arrivants Marc et son frère le margrave Charles de Bade, également du voyage. Et de même, le dimanche qui suit l’arrivée du régent à Liège, lors de la messe à la cathédrale Saint-Lambert, Raes de Heers joue auprès de Marc de Bade un rôle prépondérant. Il l’escorte en effet à l’office, le conduit dans le chœur et l’installe sur le siège réservé à l’évêque, sous un dais30.

  • 31 J. de S.fr., p. 117.

19Accédant au gouvernement, le parti cherche à se confondre avec le pays et assimile ses ennemis à ceux de l’État lui-même. Cette attitude s’observe fréquemment. Nous la percevons par exemple chez les Hédroits comme au travers des mesures décrétées après janvier 1433 par les vainqueurs des Datin. La mise en place d’une nouvelle administration témoigne de plusieurs intentions : favoriser des partisans promus à des postes prestigieux, combler les vides laissés par les adversaires du nouveau régime en fuite et répondre ainsi à cette permanente aspiration à la légitimité dont il était question plus haut. Cet état d’esprit anima, par exemple, les Hédroits lorsqu’en 1406–1407 ils peuplèrent d’« intrus » les différents collèges canoniaux du diocèse ou lorsqu’ils s’efforcèrent de reconstituer une cour scabinale complète, après la défection des échevins titulaires. Sur le plan individuel, Sandre le Moine de Rosmel et Éverard de la Marck prennent la tête des châtellenies de Franchimont et Bouillon après la mise à l’écart de leurs titulaires pro-Bavière, tandis que Thuin revient à Bothier de Fexhe31.

  • 32 J. d’O. ab., p. 201.
  • 33 J. de S. fr, p. 289.
  • 34 C. de Borman, Échevins, p. 393–394. — J. de S. fr, p. 108 (Henri delle Chaussée maire en 1407). — (...)
  • 35 A. d’O., p. 112–113

20Une telle procédure n’est pas propre aux Hédroits. Signe de sa banalité, les textes nous en présentent des exemples se rapportant à la plupart des gouvernements de parti. Ainsi, entre 1372 et 1376, Gilles de Rochefort, frère du mambour Walter succède à Gilles Chabot, farouche partisan de Jean d’Arckel à la direction du baillage de Thuin32. En 1432, quand il reconquiert la bourgmaîtrise, Guillaume Datin décharge les partisans delle Chaussée des offices communaux qu’ils détiennent, au profit de ses propres agents33. Charge prestigieuse et clef d’une mainmise épiscopale sur la cité, la mairie passe également de main en main, suivant les régimes. De 1405 à 1410, elle échoit successivement à Henri Coen, pro-Bavière, puis à Henri Ier delle Chaussée — Hédroit —, enfin à Thierry de Malberthingen, l’un des défenseurs de Maastricht lors du siège de la ville en 140834. En 1465, Fastré Baré II Surlet recueille cette charge délaissée par Gilles de Huy, depuis peu rangé sous la bannière épiscopale35.

  • 36 Relatio Schismatis, p. 16. — C. de Zantfliet, col. 369. — J. de S. fr. p. 105. — Sur Jean Yswin : (...)
  • 37 J. de Hocsem, p. 187, 342. — 1402, p. 300 (1328). — J. d’O. ab., p. 165 (1346)

21Les juridictions spirituelles sont l’objet des mêmes procédures. En témoignent notamment le choix par Thierry de Perwez d’un clémentin notoire Jean Yswin, comme évêque auxiliaire ou la promotion de Henri de Loen, en 1406, et celle d’Alard de Buren chanoine de Saint-Lambert, en 1465, à la présidence de l’officialité36. On pallie la défection des uns par l’installation d’autres à leur place. En 1328 et 1346 enfin, cette pratique se chargea d’un fort accent de dérision et confina à la provocation sacrilège, lorsqu’elle conduisit à loger des mercenaires recrutés par la cité, dans les encloîtres désertés par leurs occupants habituels37.

  • 38 Sur cette succession d’événements : J. de S. fr. p. 97–100 — J. de S. lat. p. 107–109. — J. de Bav (...)

22La célérité avec laquelle s’opèrent ces différents transferts de compétence, qui rappelle l’empressement des factions à se doter de chefs légitimes, semble liée au désir d’abréger au maximum la période d’instabilité et de vulnérabilité du régime. La mise en place du pouvoir hédroit semble à cet égard des plus évocatrices. Les mesures décrites par Jean de Stavelot se succèdent à un rythme soutenu, frisant la précipitation : élection de Thierry de Perwez le 26 septembre, suivie de sa réception en ville le 27 ; le 28 septembre absolution et rappel des Hédroits bannis trois ans plus tôt ; le lendemain, abolition des appels à l’Anneau du Palais, tribunal discrétionnaire de Jean de Bavière ; le 5 octobre, exigence du serment des chanoines et choix d’un nouvel official. Le 31 octobre enfin, premier départ des Liégeois en campagne contre quelques bastions pro-Bavière qui subsistent38.

23Au travers de ces diverses mesures, on sent le parti impatient de se faire reconnaître comme autorité légitime le plus rapidement possible et par le plus de monde possible, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Ces résolutions montrent encore nos insurgés soucieux de se couler le mieux possible dans le moule institutionnel préexistant. Ils ne cherchent donc pas à inventer une nouvelle forme de pouvoir mais témoignent plutôt de leur volonté de reprendre le flambeau, de relayer les hommes renversés. Pour atteindre cet objectif, ils ne lésinent sur aucun moyen et arrachent de force ce qui ne leur est pas octroyé de bon gré. Comme nous l’avons souligné, ils peuplent l’appareil d’État de leurs gens, récompensent leurs fidèles et substituent leur propre personnel à celui installé par le régime renversé. Dans le même temps, ils s’efforcent d’obtenir la reconnaissance de représentants du pouvoir déchu — des échevins, des membres du chapitre... — de façon à légitimer leur présence aux commandes urbaines ainsi qu’à élargir l’assise du parti parmi la population.

B. La course aux alliances

  • 39 CSL, 4, p. 67–69 (25 mai 1347). — J. de Hocsem, p. 180–181.
  • 40 RCL, 3, p. 89 et 90 (14 et 16 juillet 1406).

24Suivant les époques et les circonstances, on s’aperçoit que, lors de troubles politiques et sociaux toutes les composantes de la société sont à un moment ou l’autre sollicitées par les parties en présence : villes, Eglise, corps sociaux (féodaux, échevinages, métiers). Même si nos sources témoignent surtout des démarches introduites par le parti insurgé auprès de ses alliés potentiels, on relève aussi quelques traces d’invitations analogues, lancées par l’autorité légitime. Quelles offres, par exemple, sont ainsi adressées au chapitre ? En 1347, Englebert de La Marck qui s’est retiré de sa capitale en ébullition, propose aux chanoines de Saint-Lambert de bénéficier de la mense épiscopale. Ne faudrait-il pas interpréter cette générosité subite comme une demande implicite de soutien face aux Liégeois ? Sous Adolphe de La Marck déjà, l’évêque et ses adversaires s’étaient de la sorte disputé la précieuse et prestigieuse alliance capitulaire, chacun d’eux manœuvrant afin d’attirer les chanoines liégeois dans son camp39. Mais il n’y a pas que les Églises que l’on s’arrache. En 1406 à l’annonce de la rébellion, Jean de Bavière lance à ses officiers ainsi qu’aux villes non encore soulevées un appel à la loyauté40.

  • 41 J. de S. fr. p. 104–105.
  • 42 Sur cette juridiction sous le règne de Jean de Bavière, F. Vrancken, Aspects institutionnels du po (...)
  • 43 10 avril 1407, É. Fairon, Chartes, p. 267, 275. — J. de Bav. p. 164 : le 29 sept. 1406 abolition d (...)
  • 44 20 avril 1407, É. Fairon, Chartes, p. 155. — Le 5 mai 1407, les drapiers, tisserands et foulons fo (...)

25L’éventail des moyens mis en œuvre dans cette politique de ralliements est large. À côté de la conclusion en bonne et due forme de traités, la palette va de l’attraction à la contrainte. Le récit de Jean de Stavelot illustre cet état de fait : les Hédroits « attraient oussi pluseurs borgois del citeit et d’autres lieu, tant par maneches com par promesses et faveurs, qu’il furent enssi de leur conselhe ». Avec d’autres, cependant, ils agissent avec plus de brusquerie « et y faisoit-ons tant par fourche comme par doubtanche d’estre greveis en corps et en biens41 ». Le traitement varie en fonction de la qualité de celui dont l’alliance est espérée. Des exemples précis permettent de cerner davantage ces assertions. C’est le cas du tribunal de l’Anneau du Palais. À l’aube du xve siècle, la plupart des villes du pays sont encore passibles de cette juridiction épiscopale. Contesté à Liège, Jean de Bavière riposte en appelant les communautés devant cette cour42. Geste hautement symbolique, pour se gagner leur alliance, les Hédroits offrent aux villes l’affranchissement de ce tribunal. De même, Saint-Trond obtient de nouveaux privilèges43. Dans un domaine voisin, on notera l’octroi aux Boulangers d’une nouvelle règlementation plus souple que celle édictée sous Jean de Bavière. Cette mesure relève d’une volonté analogue de privilégier une catégorie sociale dont la complaisance à l’égard des autorités issues de l’insurrection a été remarquée44.

  • 45 Sur ce point cf. plus haut : positions politiques.
  • 46 É. Fairon, Chartes, p. xxxvi.
  • 47 J. de Hocsem, p. 339.
  • 48 A. d’O., p. 99.

26Des démarches plus diplomatiques sont également entreprises auprès de ceux que l’on souhaite s’adjoindre. Nos sources témoignent de la conclusion de traités dès les années 127045. Le plus souvent, il s’agit de coalitions d’individus ou de groupes organisant une entraide et un soutien mutuels face à un adversaire commun. « Pièces à charge prouvant les excès et les abus de pouvoir des vaincus46 », comme le soulignait Émile Fairon, la plupart de ces pactes, conservés dans les archives communales, furent livrés aux commissaires bourguignons et détruits en 1408. Sans doute ces pièces n’étaient-elles que la confirmation écrite de promesses verbales, affermies par serment. Les alliances se contractent quelques fois de fait. Par exemple, en 1346, c’est la démolition par les Hutois de la maison de justice de l’évêque qui consacre l’entrée de Huy dans l’alliance contre Englebert de La Marck47. Il en va à peu près de même en 1465, quand les Dinantais scellent leur ralliement à la cause liégeoise par l’attaque du château de Jean de Lavaux, partisan de Louis de Bourbon48.

  • 49 Cf. ci-dessus, positions politiques.
  • 50 Mathias de Lewis, p. 130–133. — J. de S. lat, p. 74. — 1402, p. 360–361, Raoul de Rivo, p. 26–27. (...)
  • 51 J. de S. lat. p. 105. — C. de Zantfliet, col. 361–362. — J. de Bav. p. 152. — A. d’O., p. 111, 112 (...)

27Le recours à la violence pour placer un partenaire potentiel dans son camp est également fréquent. Il prend diverses formes. En 1395, Henri de Perwez, alors officier de l’évêque, s’empare de la place d’Eyck et, de force, la range dans le camp épiscopal. À l’automne 1406, les milices communales sont enrôlées dans des expéditions organisées par le parti hédroit, vers Saint-Trond et d’autres places pro-bavaroises que l’on fait ainsi tomber dans l’escarcelle des Perwez. En 1465 et 1467, il en sera de même vis-à-vis de Huy49. En fait de telles pressions sont monnaie courante et ne suscitent guère de commentaires. Le clergé fait souvent les frais de telles mesures coercitives. Ainsi, le chroniqueur Mathias de Léwis, chanoine de Sainte-Croix, se souvient de sa frayeur quand, en 1376, les Liégeois séquestrèrent les membres des collèges canoniaux pour les contraindre à financer leur guerre50. Séquestrer des clercs pour arracher leur adhésion à une politique s’avère en fait une procédure courante : la ratification de l’élection de Henri de Perwez comme mambour en 1403, la confirmation de Marc de Bade et le rejet de l’interdit pontifical en 1465 entraînèrent le recours à ces pratiques musclées51.

  • 52 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 62–63 (23 janv. 1326) demande d’aide du clergé resté à Liège à (...)

28Des promesses de protection à l’adresse d’alliés potentiels témoignent également de la violence qui se déchaîne à l’encontre des indécis ou des tièdes et du prix que l’on se montre prêt à payer pour se gagner les faveurs de tel ou tel. Des décisions de la cité ou des « cris du perron » (sortes d’édits communaux) prononcés pendant les guerres contre Jean d’Arckel et Louis de Bourbon constituent de bons témoignages. Par ces textes, la commune tente de protéger les membres du clergé qui la soutiendront, tant contre les « empêchements et violence » du parti épiscopal, que contre d’éventuelles atteintes de la foule liégeoise52.

  • 53 Sur Gilles de Lavoir : 1402, p. 399–400. — J. de S. lat. p. 88–90. — J. d’O. ab. p. 219–220.
  • 54 Raoul de Rivo, p. 23–24. — 1402, p. 365. — Mathias de Lewis, p. 125–126. — J. d’O. ab p. 197. Peut (...)
  • 55 1402, p. 186. — J. de Hocsem, p. 25.

29Le facteur émotionnel joue enfin un grand rôle dans le ralliement partisan. L’exemple le plus fameux est sans conteste fourni par l’épopée des Fugitifs, la ferveur qu’ils éveillent dans les campagnes et l’accueil qu’ils reçoivent à Liège. Les sources rendent compte d’autres réactions d’indignation ou d’enthousiasme. Des harangues ou des démarches percutantes les provoquent. Ainsi, en 1386, Gilles de Lavoir ameute les populations de Liège et du pays, par une fougueuse diatribe anti-scabinale et remportant partout le même succès, suscite un soulèvement contre ce collège53. En 1372, les habitants de Thuin emportent le corps de leur bourgmestre assassiné sur ordre de Jean d’Arckel et, l’exhibant de ville en ville, le transportent à Liège54. Partout, le macabre cortège provoque la même indignation et conduit à la révolte. Toutes ces démarches présentent une analogie avec le périple qu’accomplit Henri de Dinant en 1254 dans les villes de Huy, Dinant et Saint-Trond pour y prêcher l’insurrection contre Henri de Gueldre55.

30Quant aux intentions qui sous-tendent ces diverses initiatives, nous les devinons multiples. Certaines se perçoivent aisément : élargir le cercle des alliés, souder le groupe des partisans, ranimer les énergies. Les méthodes sont tantôt attractives, tantôt coercitives, en fonction du degré d’égards que l’on témoigne à ceux dont le soutien est sollicité, ainsi qu’au rôle que l’on pense leur confier : légitimation de pouvoir, partenariat, ou simple appoint de forces.

C. Le parti face à ses adversaires

  • 56 J. de S., fr., p. 104. — J. de Bav., p. 168, 169 (16 nov. 1406 exécution d'un homme responsable d’ (...)
  • 57 A. d’O., p. 143.
  • 58 A. d’O., p. 157 (18 janv. 1467).

31Tout au long de leur carrière au pouvoir, les partis se heurtent à des obstacles. Les partis qui aspirent à rallier l’ensemble de la communauté à leurs objectifs n’y parviennent qu’imparfaitement. Les adversaires sont donc nombreux et plusieurs exemples nous prouvent que l’unanimité de vues fait défaut, même là où le parti domine. Ainsi à Liège entre 1406 et 1408, Jean de Stavelot évoque la hantise de la trahison ou du double-jeu qui habite constamment les Hédroits et, pour preuve, relate l’exécution d’un homme seulement soupçonné de contre-propagande56. De même, à l’approche du scrutin communal de juillet 1466, Adrien d’Oudenbosch rapporte les craintes de Raes de Heers d’assister à l’élection de bourgmestres, qui appartiendraient à la faction adverse57. En janvier suivant, le chroniqueur fait écho à un tract que le tribun eut la désagréable surprise de découvrir un matin au siège du conseil. Ce texte intitulé « Coyar le chevalier », dont le contenu nous échappe un peu mais dont Raes saisit sûrement toutes les nuances, émanait probablement de la faction favorable à la Paix de Saint-Trond, apparue à Liège dans les premiers jours de Tannée 1466. Après s’être fait l’aiguillon d’une résistance anti-bourguignonne à outrance, Raes envisagerait de fuir la ville après sa chute. Tel en était globalement le sens58. Un parti ne s’impose qu’au détriment d’un autre. Et risquant constamment d’être renversé, il se tient sur le qui-vive. Le climat est donc tendu, la crainte de l’éviction, permanente.

32Qui sont les adversaires ? Ce sont d’abord tous ceux qui se rangent d’emblée dans l’autre parti. Ce sont encore d’autres qui, à un moment donné, jouent les transfuges et rejoignent le camp de leurs ennemis d’hier, puis en fin de course, c’est le tout venant de la population quand la répression se fait aveugle et frappe indistinctement.

  • 59 A. d’O., p. 216–217. — J de Haynin, 2, p. 82–88. — Ph. de Commynes, p. 164–168. — Après 1468 (RCL, (...)
  • 60 C. de Zantfliet, col. 380–381

33À bien des égards, étudier l’histoire des relations du parti avec ses adversaires revient à mener une enquête sur la répression politique. A l’exception des événements de 1468, au cours desquels les troupes de Charles le Téméraire et de Louis XI livrent à la population du pays liégeois une chasse impitoyable, n’épargnant personne, manifestant une volonté avouée de débusquer les gens de tous leurs refuges, puis incendient la ville59, en général, la répression se fait sélective et, en définitive, moins rigoureuse qu’il n’y paraît de prime abord. Il importe de ne pas exagérer la portée des mesures prises par les gouvernements de parti. Pour les adversaires, en effet, la fuite est fréquente et, semble-t-il, relativement aisée. Ainsi, sous les Hédroits, assiste-t-on au départ hors de Liège de nobles, d’hommes de fiefs, de chanoines, ou encore d’échevins. Le passage de Saint-Trond sous l’autorité de Henri de Perwez s’accompagne de la garantie d’une retraite possible hors des frontières accordée aux partisans de l’Élu, alors réfugiés dans cette ville. Il en est de même lors de la prise de Bouillon60. En outre, il convient de constater que durant ces périodes troublées, pour un homme mis à mort par un pouvoir partisan, beaucoup d’autres, même condamnés, échappent aux mailles du filet et s’en vont parfois gonfler les rangs adverses. Sur la quarantaine de bannis après le coup de main tenté par Pierre Andricas contre l’échevinage en 1331, un seul est capturé et supplicié. En 1403, de même. Les vingt condamnations à l’exil prononcées contre les Hédroits ne se soldent que par une seule exécution.

  • 61 J. de Hocsem, p. 214–215. — C. de Zantfliet, col. 364. — J. de S. fr, p. 308–313

34Au terme de la répression Datin, enfin, Jean de Stavelot ne relate à nouveau que quelques exécutions61.

  • 62 J. de Hocsem p. 173 (1325). — 1402, p. 286. — É. Fairon, Chartes, p. 98–99 (30 juin 1325). — J. de (...)
  • 63 É. Fairon, Chartes, p. 98–99 (30 juin 1325). — Bulle de Grégoire XII (M. Soenen, Lettre de Grégoir (...)
  • 64 Sur ces différents affrontements, cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 276–348. — Id., Grandes ba (...)

35Quelles sont les formes de la répression ? Dans le camp épiscopal, on observe au cours des siècles étudiés deux modes principaux d’action. Le chef de l’État liégeois, se souvenant qu’il est homme d’Église, use à l’endroit de ses sujets « contraires et rebelles » et « commoveurs de peuple », comme il est dit dans la sentence de Lille, des sanctions canoniques. Aux premiers remous urbains, répondent les mesures répressives ecclésiastiques. Dès 1325, sous Adolphe de La Marck, puis en 1346, 1372, 1395, de même que pendant le soulèvement hédroit et durant l’épiscopat de Louis de Bourbon, à partir de 1461, la ville de Liège est mise sous interdit62. Cette sentence dont les citadins s’accommodent, à vrai dire, sans trop de difficultés aboutit en théorie à paralyser toute l’activité de la cité. Car, si on ne célèbre plus les offices, dans cette ville où l’échevinage sert de chambre notariale comme de cour pénale, on cesse également d’enregistrer les dispositions matrimoniales ou testamentaires et de réprimer toute une série de délits. Des sentences d’excommunication s’abattent en outre sur les principaux responsables des troubles63. Plusieurs exemples tendent à démontrer que ces mesures se doublent, dans un deuxième temps, d’une réaction plus énergique : guerre d’escarmouches entre partisans de l’évêque et gens soutenant le parti communal, ou batailles rangées (en 1328, 1346, 1347, 1408, 1467, 1468) qui, à une exception près — l’affrontement de Vottem en 1346 —, se soldent toutes par la déroute des troupes liégeoises64.

  • 65 C. de Zantfliet, col. 388. — J. de Bav., p. 187
  • 66 J. de Hocsem, p. 197–198, 200. — J. de Bav. p. 200–201. C. de Zantfliet, col 306–307.

36Le discours officiel ne fournit que peu de traces de la violence épiscopale. Hormis la mutilation de prisonniers liégeois ordonnée par Jean de Bavière en juin 1408 après un rejet effronté de son offre de paix, dont la trace est conservée, les chroniqueurs veillent généralement dans leurs récits à tempérer ce que des brutalités pourraient avoir d’intolérable, de la part d’un homme d’Église65. Ils insistent au contraire sur la mansuétude du prélat. Au soir d’Airbonne, suivant Jean de Hocsem, Adolphe de La Marck ordonne d’arrêter le massacre des citadins. En 1376, Jean d’Arckel recommande à ses troupes d’épargner « ses sujets, mêmes rebelles ». Et trente-deux ans plus tard, à Othée, Jean de Bavière contemple d’un œil compatissant le sol jonché des corps de ses sujets tués à la bataille66.

  • 67 J. de Hocsem, p. 195–196. — 1402, p. 289.
  • 68 Gesta Abbatum Trudonensium, 2, p. 286–289. — J. d’O. ab. p. 178.
  • 69 Mathias de Lewis, p. 129. — É. Fairon, Chartes, p. 7, 187–188.

37Face à cette discrétion nos auteurs, peu enclins à ménager les adversaires de l’évêque, s’attardent complaisamment sur les mesures prises à l’encontre de ses partisans. Il s’ensuit une disproportion dans le regard porté sur cette répression. Rapidement, parcourons nos sources, véritable catalogue des moyens de la violence politique des opposants à l’évêque. Durant l’automne 1327–1328, Pierre Andricas emmène les forces liégeoises en expédition contre les demeures hesbignonnes d’adversaires de son patron de Geneffe. Un peu plus tard le nouveau maréchal d’Adolphe de la Marck, Walter de Momalle tombe dans une embuscade à Tongres avant d’être incarcéré à Liège67. En 1347, durant la guerre contre Englebert de La Marck, la cité assiège le château d’Argenteau dont le seigneur, Renard d’Argenteau mène contre elle une rude opposition68. Pendant la guerre contre Jean d’Arckel, la cité prononce une sentence de bannissement à l’encontre de quatre proches du pouvoir épiscopal : Gilles Chabot, bailli de Thuin, son collègue Jean de Denvilhe, bailli de Condroz, ainsi que deux parents de l’évêque69. Sous Henri de Perwez, comme sous Louis de Bourbon ou Jean de Heinsberg durant la répression anti-Datin, les Liégeois livrent au pillage des maisons d’adversaires — chanoines ou échevins en fuite — et confisquent des biens. Faut-il enfin rappeler les diverses exécutions auxquelles nous avons déjà fait allusion dans ces pages ?

38Nous trouvons ici un éventail de l’arsenal répressif des Liégeois, dont les maîtres-mots sont bannissement, confiscations et mesures contre les biens, procès sommaires et sentences de mort. Ceux que visent ces attaques appartiennent à la fraction éminente du parti adverse. Les raisons de sévir sont variées. On veut évidemment se débarrasser d’un adversaire dangereux ou se venger de lui. Mais d’autres mobiles se dessinent également en arrière-plan de cette rigueur. Condamner un adversaire permet de décourager une éventuelle épidémie de défections dans ses propres effectifs partisans et, sur un autre plan, c’est un moyen de se procurer des ressources financières par le biais des confiscations.

  • 70 A. d'O., p. 77 (5 oct. 1461 dénonciation de la trahison d’Alexandre), 80 (7 janv. 1462 bannisement (...)
  • 71 A. d’O., p. 112.
  • 72 A. d’O., p. 126 (26 sept. 65 : les Bade déclarés traîtres).

39Peut-on approfondir ces premières conclusions ? Sous Louis de Bourbon, les sources s’étoffent et permettent de serrer les événements au plus près. Deux constatations s’imposent. On assiste alors, d’une part, à la mise en place d’un système de répression immédiatement consécutif à toute défection et d’autre part à la désignation fréquente d’un homme à abattre, cible à atteindre afin d’opérer son propre redressement. Ainsi, en septembre 1461 durant l’ambassade organisée par Liège auprès de Louis XI, Alexandre Bérard, ancien conseiller de Jean de Heinsberg et tombé un moment en disgrâce auprès de son successeur, opte définitivement pour la cause de Bourbon. À Liège, la riposte ne tarde pas. Dès le 5 octobre, Guillaume de la Violette prononce le bannissement et la confiscation des possessions liégeoises du traître70. D’autres cas similaires apparaissent ultérieurement dans les textes. En 1465, le maire Gilles de Huy, qui vient de refuser de siéger à l’échevinage à la semonce de l’avoué, est aussitôt banni71. Les suites de la fuite de Marc de Bade sont également significatives. Rentrés en ville le 5 septembre après leur piteuse équipée, les Liégeois se ressaisissent. Avant la fin septembre Raes de Heers, lui-même un instant déstabilisé par le départ de ses créatures, reconquiert une part de son crédit en ordonnant le séquestre de leurs biens et en les déclarant ennemis du pays72. Il a donc opéré son propre redressement en désignant un bouc-émissaire et en canalisant sur lui la fureur populaire.

  • 73 A. d’O., p. 130–132, 137. — Chefs d’accusations contre les négociateurs de la paix et attendus du (...)
  • 74 A. d’O., p. 156 (1er janvier 1467. Effigies de Jean de Seraing, Gérard le Pannetier, Mathieu Hawea (...)
  • 75 Cf. désignation des délégués par l’assemblée les 23 novembre 1465 (P.F.X. De Ram, Documents, p. 53 (...)

40Désigner à la foule un coupable, un homme à abattre. Voilà un procédé souvent employé pour parer une menace et se préserver soi-même. On relève d’autres cas d’une semblable réorientation de la colère liégeoise. La Paix de Saint-Trond notamment entraîne ce type de réaction. En rejetant le protocole du traité sous prétexte qu’il lèse les intérêts liégeois et en accusant ceux qui ont mené les pourparlers d’avoir failli à leur tâche, Raes et Baré endiguent le courant hostile qui se développe contre eux. En 1466, le procès de Gilles de Metz s’inscrit parfaitement dans cette optique73. La précipitation avec laquelle sont conduits, par Fastré Baré Surlet, l’enquête et le procès débouchant sur un prévisible verdict de culpabilité sont, à tous égards, significatifs. Un responsable sur qui lâcher la foule est désigné. L’exécution de Gilles de Metz a lieu le 1er mars 1466, soit deux mois à peine après la signature de la Paix et la scission du parti. En janvier puis en août 1467, à deux reprises, on renouvelle la procédure. Des panneaux peints, qui représentent des effigies d’hommes pendus, sont placardés en ville. Comment ne pas suspecter Raes de Heers d’une quelconque responsabilité dans cette artistique initiative74 ? Les Liégeois désignés sur ces tableaux sont ses adversaires. Ils ont négocié la Paix de Saint-Trond ou sont des transfuges du parti après la Paix d’Oleye75. Quant au moment de ces affichages, il ne résulte pas non plus du hasard. Ces incidents surviennent durant deux périodes de faiblesse politique du chef lossain : dans le sillage de la défection de nombreux amis politiques après Oleye, puis aux lendemains d’une vive contestation à l’assemblée.

  • 76 En 1331, au lendemain de l’attentat de Pierre Andricas contre les échevins, l’évêque Adolphe décrè (...)
  • 77 Les art. 5, 8 et 10 de la Sentence de Lille démantèlent les institutions communales et corporative (...)

41Sous Louis de Bourbon, la lutte des opposants à l’Élu contre les gens du camp adverse revêt divers caractères : elle est prompte, sournoise et exploite judicieusement la colère populaire, histoire pour ces hommes d’assurer leur propre sauvegarde. En outre, on observe souvent deux étapes dans la répression, les résurgences des mouvements suscitant une riposte plus sévère que les mesures appliquées après les premières manifestations d’hostilité76. Pour le mouvement hédroit la gradation est évidente. Tandis que les condamnations d’octobre 1403 ne concernent que les vingt meneurs du mouvement, la sentence de Lille frappe d’amende toute la population des régions gagnées à l’opposition77. Sous les Datin, une constatation analogue s’impose. Au bannissement du seul Wathieu, succède une vague répressive touchant, à des degrés divers, l’ensemble des gens qui se sont compromis et leur famille. Dans un premier temps, ces mesures visent à l’élimination des adversaires, à la vengeance. On leur reconnaîtra, en outre une sorte de vertu prophylactique : il s’agit de se prémunir contre des gens dont un retour en force est redouté ; en d’autres termes, elles tendent à l’éradication d’un mouvement.

  • 78 1402, p. 200.
  • 79 Sur le récit du supplice des Hédroits et de leur chef : J. de S. lat., p. 127. — J. de S. fr, p. 1 (...)
  • 80 Répression politique en 1467 : A. d’O., p. 160–165, 169. — La sentence du 26 nov. 1467 mentionne l (...)
  • 81 Cf. aussi l’exécution à Liège de Maastrichtois captifs en 1407 (J. de Bav. p. 185–186. — J. de S. (...)

42D’autres motivations apparaissent encore. Les dirigeants politiques semblent en effet assigner à certaines formes de répression une véritable mission éducative. Ils cherchent à frapper les imaginations, à décourager les tentations de révolte en impressionnant les gens pour asseoir leur autorité. Ainsi, dans leur esprit, certains supplices particulièrement spectaculaires ou retentissants par la personnalité de la victime prennent valeur d’exempla. En 1256, après son infructueux retour, les échevins décidés à éliminer Henri de Dinant et ses comparses ordonnent, peine quasi rituelle, la démolition de sa maison. En outre, ils utilisent des poutres de la charpente en guise de gibet pour deux de ses sympathisants, ce qui accentue le symbole de déchéance78. En 1409, Jean de Spauwen, le chef des Hédroits capturé à Herck est exécuté à Liège dans des conditions atroces ; en 1448, c’est au tour d’un boulanger coupable d’avoir proféré des propos favorables aux Datin de connaître un tout aussi triste sort79. Enfin, quelques mois avant sa capitulation, la cité mosane connaît une vague d’exécutions capitales, dont Jean Carpentier et un de ses collègues, bourgmestre de Thuin apparaissent comme les victimes les plus illustres80. Cette terreur d’État ne survient pas n’importe quand. Elle met fin à des résurgences de mouvements une première fois écrasés. Elles constituent une démonstration de vitalité du pouvoir en place, et reçoivent enfin une valeur d’avertissement81.

  • 82 J. de S. fr, p. 316–318. — A. d’O., p. 13–14. Fête communale et des échevins. — Fête encore attest (...)

43L’ancrage dans les esprits de la victoire du parti et de sa toute-puissance emprunte aussi d’autres canaux. Ainsi, après la victoire de janvier 1433 sur les Datin, les Surlet-delle Chaussée prennent une série de mesures destinées à manifester toute l’ampleur qu’ils confèrent à leur succès et à le graver dans les mémoires. Ils instituent une fête commémorative dont les modalités sont soigneusement réglées. Chaque année, le 6 janvier, des réjouissances se dérouleront au Marché. Ce sera une fête communale à laquelle prendront part les métiers et les autorités de la ville. Tout dans le déroulement de la journée est conçu pour fixer le souvenir, rappeler l’effort des Datin pour s’emparer du pouvoir et leur effondrement devant la coalition emmenée par les Fèvres. Lecture sera faite par un membre de cette corporation de la « lettre d’alliance » des métiers contre les instigateurs du complot. Autre temps fort, des feux seront allumés en ville, le combustible provenant des domaines confisqués aux Datin : houille extraite de leurs mines et bois coupés dans le domaine forestier de leur seigneurie de Jehay, près de Huy. Il est décidé enfin qu’un banquet réunissant les métiers et les autorités communales sera le point d’orgue des réjouissances82.

  • 83 RCL, 3, p. 330–332 (30 juin 1436) engagement à ne pas susciter d’insurrection, ne rien tenter en f (...)
  • 84 Fondation le 16 déc. 1435 (RCL, 3, p. 320–327). — J. de S. fr, p. 441 (affectation des biens et in (...)

44Les Surlet fixent aussi la teneur d’un serment de rejet des Datin que prêtera à son entrée en fonction, tout magistrat ou officier de la commune et qui sera aussi exigé des anciens partisans de Wathieu Datin réadmis dans la cité, au terme de leurs années d’exil83. La faction victorieuse ne s’arrête pas là. La cour communale dite « des Absentis » reçoit pour mission d’administrer les biens confisqués aux vaincus. Qu’attend-on de la publication annuelle de ses comptes ? Au-delà d’une hypothétique volonté de « transparence » dans la gestion des biens, ce rappel annuel du complot des Datin et de ses désastreux effets, représente une occasion supplémentaire de mettre la population en garde contre les dangers d’une éventuelle rébellion84.

  • 85 Paix de Caster (1395), ROPL, p. 373 (art. 5). — J. de Bav., p. 202–203. — C. de Zantfliet, col. 39 (...)
  • 86 Ph. de Commynes, 1, p. 117.

45Toutes proportions gardées, un parallèle s’impose entre ces dispositions et certaines manifestations des victoires bourguignonnes de 1408 et 1467, elles aussi destinées à fixer dans la mémoire des Liégeois le souvenir de leur soulèvement et de ses funestes conséquences. À quelles motivations autres qu’éducatives, faire en effet correspondre diverses parties des rituels de soumission imposés par les ducs de Bourgogne aux Liégeois : la descente du « perron » de son socle, cette colonne élevée au Marché et qui symbolise les libertés (1467), l’abattage des murailles (1467), la livraison des chartes suivie de leur destruction (1408), sans oublier les entrées solennelles, les cérémonies d’amende honorable dont les textes développent longuement le protocole ? Ces dernières, véritables mises en scène de l’humiliation subie par la communauté, sont décrites pour 1395, 1408 et 1467. Plus ou moins développé, le cérémonial comporte diverses parties comme la remise des clefs (1408, 1467), l’exécution de prisonniers (1408, 1467), la procession pénitentielle de notables ou de gens des métiers devant les vainqueurs (1408)85, enfin, le défilé triomphal des troupes entrées en ville par une brèche taillée dans l’enceinte, sous le regard impuissant de la population et du clergé rangés le long du parcours, comme le rapporte Philippe de Commynes en 146786. Dans ces manifestations, tout concourt à inculquer aux Liégeois la conviction de leur défaite et, en les atteignant moralement, à miner chez eux toute velléité de révolte. Au delà de la simple volonté de sévir contre ceux qui ont battu l’autorité légitime en brèche, on brise le sentiment qu’ils peuvent avoir de disposer d’un gouvernement autonome.

Notes

1 Éd. L. Douet-D’Arcq, Choix de pièces, 1, p. 265.

2 J. de S. fr., p. 18.

3 J. Stiennon, op. cit, p. 322.

4 J. de Bav., p. 157.

5 J. de S. fr, p. 236.

6 J. de S. fr, p. 125.— J. de Bav., p. 203.

7 Paix de Tongres (28 août 1403) ROPL, p. 380. — J. de Bav., p. 157.

8 16 déc. 1378 : Arnould de Hornes mambour (RCL, 1, p. 465–469). — É. Schoolmeesters, l’élection, p. 230–235). — 7 janvier 1380 : entrée d’Arnould comme évêque de Liège (1402, p. 382–383).

9 J. de Bav., p. 161–162. —C. de Zantfliet, col. 367–368.

10 A. d’O., p. 103–104 (fin janv. mars 1465).

11 Suffridus Pétri, p. 139–140. — Sur cette chronique, cf. J. Chapeaville, introduction à l’édition du texte, op. cit., t. 3, p. 68. — P. Harsin, La principauté de Liège, t. 1, p. 15–17.

12 Voir plus loin, 5e partie.

13 Thierry de la Marck, fils d’Adolphe II de la Marck et neveu de l’évêque Englebert de La Marck. Chanoine de Saint-Lambert de Liège dès 1353. Postulé évêque par le chapitre cathédral de Liège et confirmé par le pape Urbain VI, il refusa l’évêché. Meurt en 1406 (cf. N. Reimann, Die Grafen, p. 64. — J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 110—111).

14 Voir plus loin, 5e partie.

15 J. de S. fr., p. 103–104. — J. de S. lat., p. 109. — C. de Zantfliet, col. 381. — RCL, 3, p. 96–99 (Benoît XIII confère la dignité épiscopale à Thierry, en remplacement d'Eustache, acte daté de Marseille, le 18 mars, 1407).

16 A. d'O., p. 140–141 (juin 1466).

17 É. Schoolmeesters, l’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 224–237.

18 Cf. J.L. Kupper, Marc de Bade, p. 69, 73.

19 A. d’O., p. 103–104 : « Domini magni de Alemannia bene auderent se sociare eis [...] Razo procuraverat Macum de Baden fratrem archiepiscopi Treverensis et fratrem episcopi Mettensis quorum frater marchio de Baden habuit sororem imperatoris uxorem ».

20 J. de Hocsem, p. 209–210.

21 C. de Zantfliet, col. 361–2, 369, 380. — J. de S. lat., p. 105, 107 — J. de Bav. p. 152. — J. de S. fr., p. 97–98.

22 J. de Bav., p. 166. — J. de S., fr., p. 100. — Le 20 déc. 1408, condamnation par Jean de Bavière des chanoines et désservants de paroisses compromis dans la rébellion de Th. de Perwez (éd. É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux doc., p. 185–191).

23 J. de Bav. p. 165–166. — J. de S. lat. p. 107, 109–110. — J. de S. fr p. 105–106.

24 J. de S. lat., p. 110. —J. de S. fr., p. 106–107 (mars 1407). — A. d’O., p. 109–110.

25 Cf. par ex. 1465 (A. d’O., p. 109–112) pressions contre le clergé et contre les laïcs menacés d’être considérés comme ennemis du pays.

26 J. de Hocsem, p. 176 (année 1325). — ibid., p. 357 : 4 mai 1346 scission au sein du chapitre. Départ de 5 chanoines, emportant le grand sceau. — Sur le sceau capitulaire à l’effigie de Saint-Lambert : cf. J. Philippe, La cathédrale, p. 131–134. — Sur la valeur de représentation du sceau, cf. M. Pastoureau, « L’État et son image emblématique », p. 145–147.

27 Épisode relaté dans la Relatio Schismatis, p. 19.

28 Sur le sujet, cf. B. Guénée-F. Lehoux, les entrées royales françaises. — C. de Mérindol, Mouvements, p. 287–288.

29 Les entrées dans les sources liégeoises : 1402, p. 249–51 (réception de Thibaut de Bar, par le chapitre et les « citadins »). — 1402, p. 382–3 : réception de Arnold de Homes (bourgmestres et chapitre + des cavaliers liégeois vont à sa rencontre, l’évêque entouré de sa parentèle). — Raoul de Rivo, p. 43–44 : Arnold de Hornes entouré de sa parentèle, dont son beau-frère sgr de Diest (É. Schoolmeesters, l’élection, p. 216, 294 oct. 1379). — Id., en ce qui concerne Jean de Bavière également accompagné de ses parents (1402, p. 415— 416. Cette chronique évoque la réception donnée à cette occasion : dont un banquet offert par Albert de Bavière) — J. de Bav. p. 163 Thierry de Perwez escorté de Hédroits. — C. de Zantfliet col. 337–338 entrée de Jean de Bavière entouré de sa parentèle. — J. de S. lat., p. 133 : entrée de Jean de Walenrode entouré de ses nobles. — A. d’O., p. 107–110 : Marc de Bade (détails fournis : Raes est allé le chercher à Visé, fête populaire avec musiciens et danses, cérémonies à Saint-Lambert en présence des métiers mais sans l’accueil des chanoines. Refus du chapitre de prêter le dais habituel et utilisation d’un dais d’emprunt, participation du parti à la cérémonie religieuse). — Lettres de Charles de Bade et d’un membre de sa suite rapportant l’entrée de Marc, éd A. Krieger, « Die Marckgrafen », p. 466–468 (détails fournis : mention d’une escorte venue jusqu’à Aix-la-Chapelle, liesse populaire, déploiement de bannières aux armes de Bade partout en ville et peintes sur les vêtements des Liégeois, organisation d’un banquet). — Relation anonyme de l’entrée de Louis de Bourbon 13 juif 1456 (De Ram, Documents, p. 417–420) résumé :escorte de son entourage et des autorités communales en grand apparat (livrées etc.), accueil par le chapitre sur le parvis de Saint-Lambert, étape du cortège à la maison des échevins, réception à la cathédrale, serment accoutumé, installation dans le chœur, sonnerie de la cloche du ban par le nouvel élu. — On notera encore des entrées après des troubles : A. d’O. p. 92–93 (entrée solennelle de Louis de Bourbon après un interdit le 5 juin 1463 : accueilli par l’Église et le seul échevinage, la commune ne le reçoit pas). — Retour d’Adolphe de La Marck en avril 1331 accompagné des princes ses alliés, contre le duc de Brabant, le clergé vient à la rencontre de l’évêque avec croix, étendard et le conduit en cortège de la porte Sainte-Walburge, vers la cathédrale (J. de Hocsem, p. 220). — Retour d’Englebert de La Marck (1347) réception par les bourgmestres et le peuple en liesse (Raoul de RIVO, p. 1–2).

30 A. d’O., p. 108–110.

31 J. de S.fr., p. 117.

32 J. d’O. ab., p. 201.

33 J. de S. fr, p. 289.

34 C. de Borman, Échevins, p. 393–394. — J. de S. fr, p. 108 (Henri delle Chaussée maire en 1407). — J. de Bav. p. 172 (Th. de Malberthingen).

35 A. d’O., p. 112–113

36 Relatio Schismatis, p. 16. — C. de Zantfliet, col. 369. — J. de S. fr. p. 105. — Sur Jean Yswin : U. Berlière, Les évêques auxiliaires, p. 54.

37 J. de Hocsem, p. 187, 342. — 1402, p. 300 (1328). — J. d’O. ab., p. 165 (1346)

38 Sur cette succession d’événements : J. de S. fr. p. 97–100 — J. de S. lat. p. 107–109. — J. de Bav. p. 163–167.

39 CSL, 4, p. 67–69 (25 mai 1347). — J. de Hocsem, p. 180–181.

40 RCL, 3, p. 89 et 90 (14 et 16 juillet 1406).

41 J. de S. fr. p. 104–105.

42 Sur cette juridiction sous le règne de Jean de Bavière, F. Vrancken, Aspects institutionnels du pouvoir souverain, p. 47–48. — Affranchissement des villes : avril 1406 (Saint-Trond, Thuin, Huy, Tongres, Couvin, Fosses, Looz, Bilsen, Herck), É. Fairon, Chartes, p. 264–65, 13, 17–19, 162, 238).

43 10 avril 1407, É. Fairon, Chartes, p. 267, 275. — J. de Bav. p. 164 : le 29 sept. 1406 abolition des appels au tribunal de l’Anneau du palais

44 20 avril 1407, É. Fairon, Chartes, p. 155. — Le 5 mai 1407, les drapiers, tisserands et foulons font acte d’allégeance à Thierry. À la suite de dispositions analogues ? (ibid, p. 138).

45 Sur ce point cf. plus haut : positions politiques.

46 É. Fairon, Chartes, p. xxxvi.

47 J. de Hocsem, p. 339.

48 A. d’O., p. 99.

49 Cf. ci-dessus, positions politiques.

50 Mathias de Lewis, p. 130–133. — J. de S. lat, p. 74. — 1402, p. 360–361, Raoul de Rivo, p. 26–27. — J. d’O. ab„ p. 202–208. — C. de Zantfliet, col. 307. — Sur les contributions financières exigées du clergé au cours des différents conflits, on se rapportera à la brève chronique de la collégiale de Saint-Martin, publiée par J. Brassinne, Notes relatives, p. 36 (année 1407–1408).

51 J. de S. lat. p. 105. — C. de Zantfliet, col. 361–362. — J. de Bav. p. 152. — A. d’O., p. 111, 112, 116–117, 118. — P.F.X. De Ram, Documents, p. 517–524.

52 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 62–63 (23 janv. 1326) demande d’aide du clergé resté à Liège à la cité contre les chanoines réfugiés à Huy qui leur causent « grief et violences ». — RCL, 1, p. 350 (5 septembre 1346) : la cité promet sa protection aux 30 curés qui bravent l’interdit et de les défendre au besoin contre l’évêque. — M. de Lewis, p. 128—129. — J. d’O., ab. p. 199 (1er sept. 1375) cri du perron des bourgmestres pour protéger les clercs. — 2 avril 1467 interdiction de molester les chanoines qui reviendront à Liège (A. d’O., p. 162–163)

53 Sur Gilles de Lavoir : 1402, p. 399–400. — J. de S. lat. p. 88–90. — J. d’O. ab. p. 219–220.

54 Raoul de Rivo, p. 23–24. — 1402, p. 365. — Mathias de Lewis, p. 125–126. — J. d’O. ab p. 197. Peut-être pourrait-on rapprocher cet étrange cortège des processions et transports de reliques, exposées à la dévotion des fidèles, décrits pour des périodes plus anciennes, il est vrai par P. Sigal, L’homme et le miracle, p. 155–164.

55 1402, p. 186. — J. de Hocsem, p. 25.

56 J. de S., fr., p. 104. — J. de Bav., p. 168, 169 (16 nov. 1406 exécution d'un homme responsable d’écrits hostiles aux Hédroits affichés au palais).

57 A. d’O., p. 143.

58 A. d’O., p. 157 (18 janv. 1467).

59 A. d’O., p. 216–217. — J de Haynin, 2, p. 82–88. — Ph. de Commynes, p. 164–168. — Après 1468 (RCL, 4, p. 324–325) la ville de Cologne s’engage à ne pas protéger les Liégeois réfugiés. Elle demande toutefois au duc de Bourgogne une dérogation pour le vieux seigneur Jean de Buren, des femmes et des enfants réduits à la mendicité. — 9 mars 1469 (RCL, 4, p. 317–318) texte relatif à la perception de l’amende et révélateur de la misère qui sévit dans le pays dévasté, allusion notamment à Visé où ne subsistent que 32 ménages « misérables personnes ». — P. de Barante–L.P. Gachard, Histoire des ducs, 2, p. 727 : entre déc. 1467 et 1470 poursuites contre des Aixois, Stavelotains et gens du ban de Sprimont accusés d’avoir secourus des Liégeois. — Expulsion des Liégeois réfugiés à Namur (éd. J. Borgnet, Analectes namurois, p. 214–215).

60 C. de Zantfliet, col. 380–381

61 J. de Hocsem, p. 214–215. — C. de Zantfliet, col. 364. — J. de S. fr, p. 308–313

62 J. de Hocsem p. 173 (1325). — 1402, p. 286. — É. Fairon, Chartes, p. 98–99 (30 juin 1325). — J. de Hocsem, p. 350, 351–352, 356 (1347). — J. de S. fr. p. 97 (26 sept. 1406). — 29 octobre 1461 (P.F.X. de Ram, Documents, p. 484–491, 19 décembre 1461 : suspension par l’officialité de Cologne). — 1er mai 1462 confirmation de l’interdit par Rome (p. 498–500). — J. de Hocsem, p. 180 évoque les mesures prises par les Liégeois pour pallier les inconvénients de l’interdit.

63 É. Fairon, Chartes, p. 98–99 (30 juin 1325). — Bulle de Grégoire XII (M. Soenen, Lettre de Grégoire XII, p. 56–61). — Sentence de Pierre Ferrici (10 sept. 1464) éd. RCL, 4, p. 89–113. — Parade des Liégeois pour contourner l’interdit en 1325 (J. de Hocsem, p. 155, 178–180, 204–206) : ils font profaner les offices par des prêtres interdits, ou encore se dispensent de leurs services pour les cérémonies (enterrements etc), ou font pression pour obtenir la célébration des offices. — Interdit en 1375 (J. de S. lat., p. 73. — J. d’O. ab, p. 198–9. — 1402 p. 367 (excommunication et interdit).

64 Sur ces différents affrontements, cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 276–348. — Id., Grandes batailles, p. 99–178.

65 C. de Zantfliet, col. 388. — J. de Bav., p. 187

66 J. de Hocsem, p. 197–198, 200. — J. de Bav. p. 200–201. C. de Zantfliet, col 306–307.

67 J. de Hocsem, p. 195–196. — 1402, p. 289.

68 Gesta Abbatum Trudonensium, 2, p. 286–289. — J. d’O. ab. p. 178.

69 Mathias de Lewis, p. 129. — É. Fairon, Chartes, p. 7, 187–188.

70 A. d'O., p. 77 (5 oct. 1461 dénonciation de la trahison d’Alexandre), 80 (7 janv. 1462 bannisement).

71 A. d’O., p. 112.

72 A. d’O., p. 126 (26 sept. 65 : les Bade déclarés traîtres).

73 A. d’O., p. 130–132, 137. — Chefs d’accusations contre les négociateurs de la paix et attendus du procès de Gilles insérés dans le préambule de l’alliance du 23 mars 1466 (éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 560–564). — C. Le Paige, Une suprême tentative pour sauver Gilles de Metz, p. 2–4.

74 A. d’O., p. 156 (1er janvier 1467. Effigies de Jean de Seraing, Gérard le Pannetier, Mathieu Haweal, Jean Heylman). — A. d’O., p. 170 (les mêmes plus Baudoin de Hollogne, Gérard le Changeur, et deux autres personnages dont les rôles exacts restent pour nous énigmatiques : H. Petibon et Hubert delle Vaux, ca 20 août 1467). — La pratique des placards et des pamphlets courante dans la propagande médiévale. On la trouve en usage par exemple à Paris durant les derniers temps de la guerre de Cent ans (cf. Ph. Contamine, Mécanismes, p. 61–62).

75 Cf. désignation des délégués par l’assemblée les 23 novembre 1465 (P.F.X. De Ram, Documents, p. 533–534. — RCL, 4, p. 164–166 (adjonction de Jean Heylman au groupe) et 8 déc. 1465.

76 En 1331, au lendemain de l’attentat de Pierre Andricas contre les échevins, l’évêque Adolphe décrète la loi de « murmure », interdisant tout rassemblement des citadins (G. Kurth, Pierre Andricas, p. 651–673).

77 Les art. 5, 8 et 10 de la Sentence de Lille démantèlent les institutions communales et corporatives à Liège et les différentes villes. Ils interdisent les coalitions. — L’article 25 fixe le montant de l’amende. — La répartition de la dette sur les différentes villes et villages est effectuée par des agents bourguignons et hennuyers (14 déc. 1408 RCL, 3, p. 123–127).

78 1402, p. 200.

79 Sur le récit du supplice des Hédroits et de leur chef : J. de S. lat., p. 127. — J. de S. fr, p. 145. — C. de Zantfliet, col. 397. — Exécution de Gilles Moréal J. de S. fr., p. 600 (11 janv. 1448).

80 Répression politique en 1467 : A. d’O., p. 160–165, 169. — La sentence du 26 nov. 1467 mentionne la mort de Jean Carpentier et la désignation de 12 otages liégeois qui seront mis à mort pour la venger (L.P. Gachard, t. 2, p. 467–468, art. 45). — Exécution de huit Liégeois en représailles (J. de Haynin, I, p. 259).

81 Cf. aussi l’exécution à Liège de Maastrichtois captifs en 1407 (J. de Bav. p. 185–186. — J. de S. lat., p. 115). Et dans le même ordre d’idées, la relation en 1390 (1402, p. 415) de débordements survenus lors des festivités pour l’avènement de Jean de Bavière. En châtiment, un des émeutiers eut la main tranchée en présence de tout le peuple et fut banni pour 100 ans « ad terrorem ceterorum et vindictam ». — C. de Zantfliet rapporte le même incident et conclut : « ut ceteri simili castigarentur et frenos ponerent ori suo » (col. 338). On constate en outre dans l’aggravation de la répression politique une analogie avec les délits de droit commun plus sévèrement sanctionnés lorsqu’il s’agit de récidive (cf. N. Gonthier, Cris de Haine, p. 187–189).

82 J. de S. fr, p. 316–318. — A. d’O., p. 13–14. Fête communale et des échevins. — Fête encore attestée à la fin du xviie s. — R. Van Santbergen, Les bons métiers, p. 394 et note. — Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. 7, p. 482–483. — Sur les fêtes politiques : J. Heers, Les partis, p. 233 signale l’institution d’une fête à Florence en 1346 pour célébrer la défaite de Gautier de Brienne. — Cf. aussi C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 175–187 qui signale de nombreuses commémorations de la défaite anglaise au xve siècle.

83 RCL, 3, p. 330–332 (30 juin 1436) engagement à ne pas susciter d’insurrection, ne rien tenter en faveur des Datin toujours exilés, ne rien tenter contre ceux qui, en 1433, ont combattu les Datin, ne rien tenter contre les dispositions prises contre cette faction.

84 Fondation le 16 déc. 1435 (RCL, 3, p. 320–327). — J. de S. fr, p. 441 (affectation des biens et institution de la publication annuelle en 1441).

85 Paix de Caster (1395), ROPL, p. 373 (art. 5). — J. de Bav., p. 202–203. — C. de Zantfliet, col. 392. — RCL, 4, p. 244 (11 nov. 1467). — Lettre de Charles le Téméraire (16 nov. 1467) RCL, 4, p. 246–247. — On notera qu’en 1408 déjà la descente du perron de son socle avait été projetée (J. de S. fr, p. 122).

86 Ph. de Commynes, 1, p. 117.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search