Version classiqueVersion mobile

Études de morphologie iranienne. I. Les Composés de l’Avesta

 | 
Jacques Duchesne-Guillemin

Introduction

Texte intégral

1Les chefs héréditaires qui se transmettaient, avec leurs privilèges, la langue indo-européenne, devaient naturellement affectionner un procédé d’expression où s’accentuait le caractère abstrait et synthétique de leur langue, et par lequel l’état de culture et de société qu’ils entendaient maintenir se fixait en formules. Mainte épithète traditionnelle d’Homère, telle μεγάθυμος, maint nom de chef, tel, Eὐρμέδων sont, à cet égard, les héritiers directs de l’époque indoeuropéenne. On peut dire, en gros, qu’à chaque type de composés du grec répond un type skr. équivalent ; νυχθήμερον est un dvandva, ἱππόδαμος est un déterminatif à 2d terme verbal régissant, δεσπότης un tatpuruşa, χαλκοχίτων un bahuvrīhi, φερέπονος un comp. à 1er terme régissant. — Le système des composés, dont le sort a varié suivant les langues, était constitué dès l’origine, du moins dans ses grands traits ; à tel point que celle des langues qui, précisément, a le plus développé le procédé, jusqu’à en faire un substitut de toute syntaxe, n’a eu qu’à appliquer avec prodigalité des règles toutes faites, comme si les ressources et les possibilités de l’indo-européen avaient été, dès la période commune, entièrement reconnues. Sur un seul point, décisif, il est vrai, pour l’extension de l’usage, le skr. a innové gravement, postérieurement à l’époque védique. Soit le composé rājaputráḥ : anciennement, il signifie « le fils de roi, le prince »; à partir de l’épopée, au contraire, il désigne soit « le prince », soit « le fils du roi, de tel roi dont nous parlons » : dès lors, il est prêt à rendre les services qui étaient assurés jusque là par la flexion et la syntaxe : rājñáḥ putráh. Ces dernières peuvent lui céder la place sans inconvénient, et c’est ce qui se produit en skr. épique et classique. — Entre ce sanskrit-là et l’indo-européen, deux étapes ont été franchies : l’indo-iranien et le védique. Le védique reflète encore si bien l’usage ancien, malgré des différences notables, qu’on peut dire que l’épopée homérique et le Veda se ressemblent comme frère et sœur. Les différences que l’on relève entre eux sont le fait de trois innovations survenues du côté asiatique et qui remontent à l’étape indo-iranienne : 1°) emploi de thèmes spéciaux pour le féminin d’adjectifs qui n’avaient jadis qu’une seule forme pour le féminin et pour le masc.-neutre; 2°) emploi de participes en -ant- en 1er terme; 3°) création de dvandvas à partir de locutions duelles. La première de ces innovations signifie que le type représenté en grec par ῥοδοδάχτυλος a cessé en indo-iranien de valoir pour tous les genres. Une fois cette faculté disparue, l’iranien en reste privé aussi bien que l’indien ; la position des deux langues est la même; la seconde innovation fournissait une variété nouvelle, qui s’est répandue dans les deux langues avec une abondance sensiblement égale; il n’en est pas de même des dvandvas substantifs, dont la fortune a été très différente dans l’Inde et dans l’Iran. Dans l’Inde, ils se sont richement développés; l’Iran s’est presque entièrement désintéressé du procédé. On voit qu’au total, dès l’époque du Veda et de l’Avesta, l’Inde prend une avance sur son voisin de l’Ouest.

2Dans ces conditions, on n’est pas peu surpris de voir la linguistique iranienne, représentée par le Grundriss et par le Wörterbuch de Bartholomae, attribuer à l’Avesta des variétés de composés ignorées du Veda ; principalement, des composés à nominatif singulier en 1er terme, et des tatpuruṣas à 2d t. substantif et à 1er t. adjectif. — A l’inverse, on ne peut tenir le suffixe -a- de bahuvrīhis pour une particularité indienne avant d’avoir examiné si Bthl. est fondé à en ignorer l’existence en avestique. Une revision complète était donc nécessaire. Elle conduit à cette conclusion que l’Avesta et le Veda sont partout d’accord, et que partout où l’on a pu croire que l’Avesta innovait, c’est par une erreur qui portait soit sur la lecture, soit sur l’interprétation du texte. Ce contrôle a été entrepris, en ce qui concerne le suffixe -a- de bahuvrīhis, par M. Hjalmar Frisk, qui en a publié le résultat tandis que le présent travail était sur le métier. Quoique les relevés de M. Frisk soient incomplets et son interprétation quelquefois maladroite, il a réussi à ruiner définitivement la position de Bthl. Sur ce point, nous nous contentons de reprendre son travail en le complétant et en l’amendant.

3Une exégèse attentive ramène ainsi la langue de l’Avesta aux normes indo-iraniennes. Dès lors, il se recommande d’adopter pour un exposé des composés avestiques l’ordre suivi par M. Wackernagel quand il a traité des composés sanskrits, dans le vol. II, 1 de sa magistrale Altindische Grammatik. C’est la disposition du présent ouvrage. En confrontant constamment les deux exposés, on obtiendra deux tableaux parallèles, et l’on pourra rendre proprement comparative une étude qui n’a voulu l’être que dans la mesure où l’est, par la nature même du sujet, tout travail de linguistique iranienne.

4La grammaire de MM. Meillet-Benveniste enseigne tout ce que l’on sait des composés du vieux-perse. C’est peu de chose, et la pauvreté des textes interdit de jamais tirer argument de leur silence ; ainsi, l’absence de dvandvas peut y être accidentelle ; en revanche, il est intéressant de constater qu’il n’y a pas un composé v.-p. qui ne s’explique par l’un des types du skr. ou de l’av.

5Pour un seul chapitre, on a rompu absolument avec l’ordre suivi par M. W. dans sa grammaire, parce que les travaux publiés depuis, tant par lui-même que par d’autres linguistes, ont changé la position du problème; il s’agit des composés à 2d terme verbal : la question est de savoir dans quelle mesure certaines formations ont été réservées à servir de 2ds termes ; de voir si, en revanche, d’autres n’étaient pas impropres à entrer en composition. En fait, il paraît bien que chaque racine se soit constitué un système de simples et de composés, de noms d’agent et de noms d’action, qui se répondent deux à deux : en général, un nom-racine exprimant l’agent en composition et l’action en simple, un abstrait en ti- réservé à la composition, un agent en t r̥ - réservé au simple. Ce schéma a été troublé dès l’époque indo-européenne, et davantage dans la suite. Il importait de s’en rendre compte dans le détail. Ce n’est donc pas sans de bonnes raisons que l’on s’est écarté de l’ordre de M. Wackernagel.

6En-dehors de cet important chapitre, il y a trois points où, nécessairement, les deux ouvrages ne pouvaient se correspondre. L’absence de toute donnée sur l’accent iranien laisse les différentes pages de M. W. traitant de l’accentuation sans écho dans notre travail. — Inversement, les conditions de graphie dans lesquelles nous est transmis l’Avesta posent certains problèmes qui n’ont pas leur réplique dans l’Inde : principalement, celui de la finale du 1er terme. — Enfin, les conditions de rédaction et de compilation propres à l’Avesta donnent lieu à une étude stylistique que M. W. a pas entreprise pour la littérature sanskrite 1er terme. — Enfin, les conditions de rédaction et de compilation propres à l'Avesta donnent lieu à une étude stylistique que M. W. n'a pas entreprise pour la littérature sanskrite.

PLAN.

7L'étude de la finale du 1er terme s'insère tout naturellement dans l'Etude du 1er terme, qui, après quelques remarques sur les propriétés générales des composés, constitue le 1er chapitre de cet ouvrage. Du même coup est résolue, par la négative, la question de l'existence de composés à 1er terme au nomin. sg. — A la fin de ce chapitre, on examine les prétendues formes ana- et hva- des préfixes an- et hu- auxquelles de fausses lectures ont fait croire, sauf le cas de certaines analogies.

8L'Etude du 2d terme a pour morceau principal celle du suffixe -a- de bahuvrīhis, où est repris le travail de M. Frisk, qui a démontré l'existence de ce suffixe dans l'Avesta. — A la suite de ces deux chapitres, qui forment la PREMIÈRE PARTIE du travail, on examine les effets de l'ancien sandhi conservés en composition, et divers phénomènes de pure graphie.

9Dans la DEUXIÈME PARTIE, on étudie successivement les différentes catégories de composés.

10L'avestique n'a pas formé de composés āmreditas. — L'étude des dvandvas fait voir comment deux langues, disposant des mêmes matériaux et des mêmes modèles, mettent un empressement très différent à en tirer parti : le type prolifère dans l'Inde tandis qu'il s'atrophie dans l'Iran. — Vient ensuite l'étude des composés à 2d terme verbal, dont il a été question ci-dessus. — Celle des composés à 2d terme adjectif. — Celle des composés déterminatifs à 2d terme substantif : cette dernière classe (tatpuruṣas) est l'objet d'observations importantes. Si l'on examine les tatp. dont le 1er t. est un subst., on remarque que leur nombre est, à date ancienne, très petit : on assiste à leur multiplication au cours du développement de l'Avesta. Quant aux tatpuruṣas à 1er t. adjectif, on s'aperçoit qu'ils n'existent pas : les exemples qu'en donne Bthl. sont en réalité des bahuvrīhis ou bien sont issus, à date récente, de juxtaposés, quand ils ne résultent pas d’interprétations erronées. — Le chapitre suivant traite de l’abondante classe des bahuvrīhis : on y a inséré l’étude des dvigus et celle d’une série de cp. qui se présentent d’abord comme ambigus. — Vient ensuite le chapitre des composés à 1er t. régissant. — La 2e partie de l’ouvrage se termine par l’étude des verbes composés.

11La TROISIÈME PARTIE, intitulée Fonction des composés dans l’Avesta, traite successivement des dvandvas, des traits communs à la langue des gâthâs et à celle des morceaux tardifs, des noms propres, de l’emploi des composés dans les Yašts, de leur emploi dans les gâthâs ; enfin, en guise de conclusion à tout l’ouvrage, du caractère abstrait de la composition.

12N.-B. — Sauf indication contraire, les composés sont cités comme dans le dictionnaire de Bthl. Le signe × indique que l’on s’écarte de ce dictionnaire; le signe o a le même usage que dans les articles de M. Benveniste : indiquer une lecture restituée. On emploie pour les restitutions la notation dont se sert, entre autres, M. Benveniste, et qui vise à rendre aux mots l’aspect qu’ils avaient quand les œuvres ont été composées, en les débarrassant de toutes les altérations phonétiques ou graphiques que la transmission de 1’Avesta leur a fait subir.

13La numérotation continue en chiffres arabes est destinée à faciliter l’usage de l’index ; elle laisse de côté les paragraphes explicatifs où aucun composé n’est cité. Pour éviter les chevauchements, elle s’insère dans le système des divisions logiques par chapitres, lettres majuscules, chiffres ordinaux etc., où elle prend rang immédiatement avant les lettres minuscules.

14L’ouvrage ayant été composé à la linotype, on a dû remplacer six des caractères du Wb. par des équivalents approchés. La seule substitution qui ne soit pas immédiatement claire est celle de ә à ә long.

15On a pu employer, sans risque de confusion, ṇ pour n voyelle ; parfois, ṛ a été par erreur substitué à r̥.

© Presses universitaires de Liège, 1937

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search