Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Quatrième partie. Structures, objectifs et politique des partis liégeois

Chapitre III. Évolution et vie des partis

Texte intégral

1Ensemble d’individualités, les formations politiques, dont nous venons d’examiner les structures et les remous internes, sont aussi des groupements de personnes solidaires dans la poursuite d’un même objectif politique. Ces partis ont une existence propre, dont l’observation du déroulement s’avère également riche d’enseignements pour comprendre la vie politique urbaine. Quelles sont les phases de vie des partis médiévaux liégeois ? quelles étapes se dessinent dans leur évolution ? Pendant combien de temps peut-on suivre la trace des diverses formations politiques ? Telles sont quelques-unes des questions qui se posent à ce sujet. Il importe toutefois de souligner que cette étude n’est possible que pour peu de partis : en particulier pour ceux qui se sont constitués au xve siècle et sur lesquels les informations abondent.

1. Évolution

  • 1 Le lecteur se reportera à liste des bourgmestres publiée par J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 32 (...)

2Au cours de leur existence, différents mouvements traversent les partis : radicalisations, fluctuations dans le personnel, scissions. Pour aborder ces différents thèmes, un détour par l’histoire événementielle est nécessaire. Examinons les temps forts de la vie politique liégeoise entre 1406 et 1467, soit de l’avènement des Perwez, jusqu’à la capitulation de la capitale mosane devant les troupes de Charles le Téméraire, le 11 novembre 1467. Durant cette période, intéressons-nous à la liste des bourgmestres, particulièrement révélatrice des courants politiques prédominants dans la cité de Liège1.

  • 2 J. de S., fr, p. 99. — Des Surlet sont également bourgmestres au moment de l’avènement hédroit : J (...)
  • 3 J. de Bav., p. 161–162. — C. de Zantfliet, col. 367–368.
  • 4 Cf. J. de S. fr, p. 160–161 Accusations portées vers janvier 1417. — Mentionnées aussi dans le réq (...)
  • 5 L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, t. 3, p. 348.

3Dès 1406, deux noms émergent : Jean delle Chaussée et Guillaume Datin, élus en juillet 1406. Avec aussi celui de Surlet2, en l’espace de trois générations, ces noms domineront tout le parcours. Jean delle Chaussée est ouvertement pro-hédroit : c’est d’ailleurs lui qui, au mois d’août 1406, noue les fructueux contacts avec Henri de Perwez et l’amène à accepter la mambournie3. Bourgmestre aux côtés de Jean delle Chaussée, Guillaume Datin penche-il pour autant du côté révolutionnaire ? À vrai dire sa position, comme celle d’autres membres de son lignage, paraît à cette époque fort floue. Les Datin semblent, en effet, chercher à se concilier les deux camps. Fait réel ou calomnies forgées après coup par des Liégeois désireux de noircir au maximum le souvenir des Datin, les sources font état de tractations retorses conclues entre les Datin théoriquement du côté liégeois, et Jean de Bavière entre 1406 et 14084. Comme indices plus concrets de cet éventuel double jeu, on retiendra la présence de Wathieu et Guillaume Datin à Mons le 12 novembre 1408 où, avec d’autres notables, ils convoient les chartes liégeoises réclamées par Guillaume IV de Hainaut et Jean Sans Peur dans la sentence de Lille5.

  • 6 26 mars 1417 : restitution par Sigismond des privilèges aux Liégeois. 30 avril 1417 « Troisième ré (...)
  • 7 C. de Zantfliet, col. 407–408.
  • 8 J. de S. fr, p. 166, 183.

41417. Sur l’inspiration de l’empereur Sigismond, Jean de Bavière rétablit les institutions municipales, abolies neuf ans auparavant6. Les Datin sont là et recueillent l’héritage. En 1417, Wathieu s’empare d’un des postes de bourgmestre, à peine rétablis7. L’année suivante, tandis que lui-même achète la détention définitive de la mairie, il cède à son cousin Guillaume sa charge magistrale8. En 1419 pourtant, les élections communales échappent pour la première fois à ce parti.

  • 9 1420 : Guillaume Datin et Englebert le Polain de Herstal (J. de S. fr, 186). — 1422 : Walter de Fl (...)
  • 10 Éd. ROPL, p. 538–548 (16 juillet 1424).
  • 11 ROPL, p. 543–544. Parmi les anti-Datin : Gérard de Vesquecourt (bourgmestre en 1434), Jean de Bern (...)
  • 12 Nous relevons 12 mandats : Raes de Waroux, Gilbert (2x), Gilles et Alexandre de Seraing, François (...)
  • 13 Guillaume Datin, en 1426 et 1427 (J. de S. fr, p. 235, 239).
  • 14 RCL, 3, p. 228–231 (6 octobre 1424). — Parmi les détenteurs de biens : les Datin, Englebert de Her (...)
  • 15 C. de Zantfliet, col. 426. — A. d’O., p. 12.

5Parcourir la liste des bourgmestres et confronter ses données avec les textes relatifs au coup d’état Datin permettent de situer politiquement les hommes qui se partagent l’avant-plan pendant la période qui s’écoule de 1420 à 1433. Une alternance s’instaure entre les factions. En 1419, 1421 et 1423, les élections sont remportées par les Surlet-delle Chaussée. En revanche, les mandats de 1420 et 1422 échoient à leurs rivaux Datin9. L’année 1424 marque un premier tournant : l’élaboration du « nouveau régiment de Heinsberg » qui a pour objectif de réformer le mode de scrutin à la bourgmaîtrise10. Sur la liste des participants à cette refonte du code électoral, figurent des membres des deux camps11. Quel fut leur poids respectif ? La suite des événements nous incite à estimer que les Datin y furent alors affaiblis. Non qu’ils se soient trouvés totalement écartés des mandats ultérieurs, mais leurs noms apparaissent désormais moins régulièrement. Ainsi, de 1424 à 1431, à l’inverse des Surlet-delle Chaussée qui collectionnent les mandats12, les Datin ne remportent que deux charges magistrales13. En même temps, la faction Surlet-delle Chaussée, qui a le vent en poupe, diversifie son offensive. En plus d’une action contre les détenteurs de biens de Jean de Walenrode — des Datin pour la plupart, nous y reviendrons14 —, elle s’en prend à la mairie, ce bastion tenu par Wathieu. En 1429, celui-ci est banni15.

  • 16 J. de S. fr, p. 284–292, A. d’O., p. 13.
  • 17 J. de S. fr, p. 295–305.
  • 18 J. de S. fr, p. 284.
  • 19 J. de S. fr., p. 311–313 (déposition d’un nommé Colet Blancbarbe).
  • 20 Sur les phases de la répression : J. de S. fr, p. 304–316. — C. de Zantfliet, col. 432.

6C’est dans ce contexte tendu que s’inscrit le premier soulèvement Datin16 : tentative désespérée de Guillaume pour renverser le mouvement. Son objectif est double : dans un premier temps, enrayer ce processus d’élections municipales pro-Surlet afin de reconquérir la bourgmaîtrise ; ensuite, rappeler dans la cité Wathieu exilé dans ses terres de la banlieue liégeoise17. Cette première insurrection est un succès. Le retour à l’ancien mode de scrutin, conjugué à un intense travail de la population par des agitateurs, restitue à Guillaume son siège magistral18. Il a désormais les mains libres pour faire revenir son cousin. Comme un conjuré arrêté peu après le après le second soulèvement l’avouera d’ailleurs, faciliter ce retour constituait effectivement l’un des objectifs de l’émeute de l’Épiphanie 143319 ; celle-ci vigoureusement contrée par les Fèvres et le parti adverse. Une répression impitoyable s’abat alors sur Wathieu et ses gens20. Le parti Surlet-delle Chaussée règne désormais sans partage.

  • 21 J. de S. fr p. 336–605... — A. d’O., p. 40–63.... — J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 322.
  • 22 J. de S. fr, p. 485 (7 janvier 1442).

7À partir de 1433 et jusqu’au début du règne de Louis de Bourbon, les noms de Surlet, delle Chaussée ainsi que ceux de leurs principaux acolytes se retrouvent honorés chaque 25 juillet. Au fil des ans, une nouvelle génération de politiciens accède peu à peu au premier plan, à leurs côtés et sans doute dans leur mouvance21. Dans ce contexte politique encore, on ne peut s’empêcher de considérer le mariage, en 1442, de Fastré II Baré Surlet avec Marie delle Chaussée comme une désignation de Dauphin par Henri delle Chaussée, le père de cette dernière22.

  • 23 La Lettre des Offices (13 août 1371) interdit d’officier à la commune deux années successives, mêm (...)

8Tirons déjà quelques enseignements de notre relation. La politique communale est incontestablement aux mains de partis, ou plus exactement, aux mains de deux, — puis d’un seul parti — qui accaparent les magistratures communales. La fermeture s’effectue d’ailleurs à deux niveaux car, au sein des partis, les charges circulent entre quelques personnes seulement. Ainsi, entre 1417 et 1433, en 17 ans, on distribue trente-neuf charges de bourgmestres. Vingt personnes seulement se les partagent. Cette mainmise apparaîtra mieux encore en déduisant du total les seize mandats cumulés pendant cette période par Fastré Baré Ier Surlet, Guillaume Datin et François de Bierset allié de Fastré Baré. Ce résultat est d’autant plus remarquable qu’un délai minimum pour obtenir deux mandats successifs existait23. Il est certain aussi que connaître la composition du conseil permettrait sans doute d’approfondir encore la portée de cette conclusion. La vie politique dominée par les partis fait, en outre, apparaître certains moments charnières au cours desquels le mouvement s’accélère. Le Nouveau Régiment et le premier soulèvement Datin constituent des impulsions nouvelles données par un parti pour conforter sa position, ou la redresser. Elles activent le cours des événements et rompent l’équilibre qui s’était établi jusque-là.

  • 24 Cf. surtout A. d’O., p. 47–59.
  • 25 A. d’O., p. 51–52.

9L’avènement de Louis de Bourbon bouleverse ces données. Nous avons déjà évoqué les premiers temps de cet épiscopat, marqué notamment par les multiples inimitiés que le jeune prélat s’attire d’emblée : échevins, églises, chapitre, villes qui, sans pour autant former un front, mènent chacun de son côté une opposition plus ou moins vive à sa politique24. Parmi ces groupes, le plus entreprenant et le plus uni paraît sans conteste être celui qu’emmènent Guillaume de La Violette, Gilet Poncin et Jean Rigaut, Fèvres liégeois25. Même si la situation semble alors plus confuse qu’au début de l’antagonisme Surlet-delle Chaussée contre Datin, jusqu’aux élections de 1463, la commune se partage entre partisans de Fastré Baré Surlet et groupement emmené par les Fèvres. Les deux tendances coexistent et envoient leurs représentants aux magistratures communales.

  • 26 Références : je renvoie à mon article, Raes de Heers, p. 417–421.
  • 27 A. d’O., p. 93 « Qui statim cum buccinis ducti sunt ad S. Jacobum, sicut fuit de more, sed non sol (...)
  • 28 A. d’O., p. 113–115 (23 mai 1465).
  • 29 A. d’O., p. 126 (30 septembre 1465).

10L’entrée de Raes de Heers dans le jeu communal entraîne une première rupture de rythme. Sur bien des plans, la politique liégeoise va désormais se confondre avec celle du tribun. Rappelons seulement les faits26. Dès le 25 juillet 1463, jour où il est élu, le seigneur de Heers impose ses propres conceptions de la fonction magistrale. L’adjonction de trompettes au cérémonial d’intronisation des bourgmestres rend la nouvelle valeur donnée à cette charge immédiatement perceptible27. Plus tard, l’accélération imprimée par Raes se traduit par un raidissement des positions de la ville contre Louis de Bourbon : des accords avec des princes germaniques sont conclus et décision est prise de poursuivre le procès intenté contre l’Élu devant le tribunal ecclésiastique. Plusieurs indices montrent alors une phase ascendante dans l’empreinte de Raes, chef de son parti, sur la commune. Son influence culmine dans les premiers mois de 1465 : Fastré Baré Surlet entre dans son obédience ; il arrache aux États leur assentiment à la désignation du mambour de son choix et enfin, malgré de multiples réticences, Raes impose à l’assemblée le principe d’une alliance avec Louis XI28. Les péripéties de la désastreuse expédition contre le duché de Limbourg brisent cet élan. Comme nous l’avons rappelé, à la fin d’août 1465, le départ précipité des Vignerons en guerre bafoue son autorité, tandis que la fuite des Bade le discrédite aux yeux de ses amis. S’ensuit la contestation de Gérard le Changeur qui, à la fin septembre, contrarie son projet de campagne en Brabant en proposant un nouveau plan d’expédition limbourgeoise29. Cette première contestation d’autorité n’est pourtant qu’une alerte.

  • 30 ROPL, p. 590–601. — L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 285–304 (22 décembre 1465). La version (...)
  • 31 Éd. RCL, 4, p. 184–188 (23 mars 1466).
  • 32 Plutôt qu’un traité de paix, nous disposons de trois textes qui établissent l’implantation bourgui (...)
  • 33 RCL, 4, p. 204–206 (12 septembre 1466) La cité reçoit Humbercourt comme lieutenant du duc, avoué d (...)

11Premier texte établissant un protectorat bourguignon sur le pays de Liège, la paix de Saint-Trond corrode le potentiel de confiance dont Raes jouissait encore30. À Liège, la défaveur se traduit par la querelle sur la question des otages à livrer au duc, rejetée par les uns, admise par les autres. Par un processus dont nous chercherons plus loin à démonter les mécanismes, Raes et Fastré Baré redressent une deuxième fois la situation. Certes, ils ne peuvent empêcher la scission du parti et la perte de quelques précieux alliés, en revanche, dans les premiers mois de 1466, en exigeant de leurs partisans un serment d’allégeance — les « Lettres d’alliance » —, ils raffermissent leur autorité et leur contrôle sur eux31. Le sac de Dinant et la menace bourguignonne qui se précise sur la cité portent un nouveau coup à la faction. La paix d’Oleye32 et l’instauration effective d’un pouvoir bourguignon sur la ville, — incarné par la figure de Guy de Humbercourt33 —, ouvrent une grave crise dans le parti anti-bourguignon. Fastré Baré et une partie de la notabilité proche de cette opposition se détachent de Raes, amorçant un retour vers l’évêque.

  • 34 Jean le Ruitte mène les ultimes négociations, avec le duc, avant la capitulation. Les Liégeois se (...)

12En janvier 1467, l’annonce par Raes de contacts fructueux avec la France met fin à ce temps d’étiage politique. L’instauration d’un pouvoir quasi discrétionnaire sur le pays et le retour vers le chef lossain des notables qui s’étaient détachés de lui concrétisent ce ressaisissement. Hormis quelques mouvements d’humeur des uns ou des autres, cette autorité ne connaît plus de crise grave, jusqu’à la défaite de novembre 1467. Pour Raes, cet ultime rétablissement fut en effet de courte durée : ruiné par la défaite de Brusthem et la capitulation de la cité, il se retira. À Liège, son départ n’entraîna toutefois pas de vide du pouvoir. Immédiatement, Jean delle Boverie et d’autres meneurs tels Guillaume de Berloz prirent le relais, s’emparant du potentiel de pouvoir abandonné par le tribun34.

  • 35 1402, p. 293–294. — J. De Hocsem, p. 202–204.

13Ce survol, — parfois presqu’au jour le jour — de la carrière de Raes de Heers et du parti qu’il emmène permet de mettre en relief une succession de cycles que l’on schématisera de la manière suivante : phase ascensionnelle, apogée, déclin suivi d’un passage à vide et ressaisissement. Cette évolution paraît tributaire de la conjoncture. Les variations observées se traduisent de diverses manières. Parmi ses manifestations, retenons l’apparition de dissensions consécutives à la déstabilisation du chef en titre et des phénomènes de radicalisation, étroitement liés eux aussi à un revers politique. En 1466, la crispation se traduisit principalement par l’allégeance aux « lettres d’alliance » que l’on imposa aux partisans et qui marque une accentuation du contrôle des dirigeants sur les membres du parti. Dans d’autres conflits, l’accroissement de la pression donna lieu à d’autres initiatives telles que, par exemple, l’instauration de nouveaux impôts dans une cité désorientée et financièrement affaiblie par la capture de ses ambassadeurs, en 132835. Mais, le cas échéant, elle se traduira également par un renforcement de l’emprise du parti sur l’une ou l’autre catégorie sociale, contrainte de prendre position en sa faveur ; le clergé faisant souvent les frais de ces raidissements.

  • 36 Situation comparable, par ex. aux lendemains du traité d’Athis (1305), quand la foule flamande se (...)
  • 37 A. d’O., p. 204 (1er oct. 1468).

14Un mot enfin, sur les scissions. Plusieurs ruptures paraissent particulièrement significatives des tensions qui se développent au sein des groupements politiques. Nous avons relaté plus haut les dissensions de décembre 1465, à propos de la livraison d’otages à Charles le Téméraire. Elles mirent aux prises les négociateurs du traité, défenseurs du projet devant l’assemblée, face à Raes et Fastré Baré hostiles à cette clause qui, leur semblait-il, les visait. La mésentente déboucha sur une rupture au sein de l’opposition. Les « lettres d’alliance », élaborées en mars suivant, s’attardent d’ailleurs longuement sur les manquements dont les émissaires liégeois se sont rendus coupables lors des débats préalables à la Paix de Saint-Trond et qui justifient la rigueur avec laquelle on les traite désormais36. Nos sources fournissent encore d’autres témoignages. En 1468, Onofrius évoque des frictions au sommet de la hiérarchie liégeoise, après le rétablissement des Fugitifs au pouvoir. Parler dans ce contexte de « divergence idéologique » paraîtra peut-être excessif et quelque peu anachronique. Mais pourtant comment qualifier autrement la scission relatée par le légat pontifical Onofrius dans son mémoire sur les événements liégeois de 1468 ? Le 1er octobre, en quête d’une solution au conflit, Onofrius confia les rènes du gouvernement urbain à Gilles de Lens et Ameil de Velroux, qu’il jugeait « apud populum magne auctoritatis et ad pacem inclinati ». Or à cette époque, Gilles et Ameil disputaient en effet la prédominance sur la cité mosane à d’autres chefs qui, à la tête de bandes armées, semaient le trouble en ville. Nul doute qu’en agissant de la sorte, en légitimant leur autorité, Onofrius eut conscience d’opter pour des hommes et leur conception du pouvoir, face à leurs compétiteurs37.

  • 38 1402, p. 200, 203. — J. de Hocsem, p. 33. — J. d’O., Myreur, V, p. 366. — VI, p. 483–484.

15Avant ces années cruciales, que savons-nous des scissions partisanes ? Au xiiie siècle comme au début du xive siècle, Henri de Dinant et Pierre Andricas connurent une mésaventure fort comparable. Après un premier revers, l’un comme l’autre tentèrent une rébellion de la dernière chance. Et, à cette occasion, tous deux se virent également lâchés par leurs anciens alliés : trahison en ce qui concerne Henri de Dinant et abandon pour Pierre Andricas38. Plus tard dans le xive siècle, le parti liégeois et ses chefs issus de la maison de Rochefort vivent des fractures analogues. Nous avons déjà fait allusion aux dissensions qui affectent les relations de Walter de Rochefort avec les bourgmestres liégeois. En 1378, l’entente se disloque pour de bon. La querelle porte cette fois sur l’autorité temporelle dans le pays et met aux prises les frères de Rochefort, Walter et Eustache Persand, respectivement mambour et postulé du chapitre. En fin de course, elle débouche sur l’avènement d’Arnould de Hornes.

16Cette brève revue indique que les scissions affectent fréquemment les partis. On les rencontre les premiers temps que nous étudions, coïncidant avec des moments où le groupement vit des heures sombres. Elles surgissent probablement pour des questions de personnes autant que sous l’influence de courants d’opinion devenus inconciliables. Soit que ceux qui les provoquent cherchent à s’affranchir d’une emprise devenue pesante, soit qu’ils se désolidarisent des objectifs que le parti s’était jusqu’alors assignés.

2. Durée de vie

17Traversé par toutes ces turbulences, combien de temps un parti se maintient-il en vie ? Cette question s’étudiera à partir de données liées à des membres du parti, comme à la formation elle-même. Elle englobera le temps de maintien au pouvoir mais se montrera autant attentive aux prémices des formations politiques, qu’à leurs derniers soubresauts. Par ordre chronologique, nos sources concernent les mouvements suivants : les partis favorables à Eustache Persand de Rochefort et Arnould de Homes, le mouvement des Hédroits, le parti Datin, enfin, les opposants à Louis de Bourbon.

  • 39 Sur ce point, cf. ci-dessus : positions politiques.
  • 40 Raoul de Rivo, p. 49–50. — J. d’O. ab., p. 216–217. — J. de S lat, p. 85–86.
  • 41 On signalera toutefois la tentative d’un frère mineur du diocèse de Cambrai, Rombaut de Malines, d (...)

18En novembre 1378, la rupture entre Walter de Rochefort et son frère Eustache Persand se traduisit par l’appel à Liège d’Arnould de Hornes, d’obédience urbaniste et la fuite d’Eustache, à la cour de Clément VII. Une mouvance clémentine subsista néanmoins à Liège, y compris au chapitre cathédral39. En latence durant quelques années, elle se ranima durant l’hiver 1382–1383. De retour d’Avignon où il avait pu rencontrer Eustache, Jean de Sprimont, chanoine de Saint-Barthélemy, rassembla quelques sympathisants du candidat évincé au siège épiscopal. Avec eux, il fomenta un coup de force destiné à permettre le retour à Liège du concurrent d’Arnold de Hornes et sa réinstallation à la tête du diocèse. L’affaire s’ébruita. Henri Frérard, à cette époque bourgmestre, lança la riposte. Des perquisitions permirent la découverte d’armes dans les encloîtres de Sainte-Croix ; la chasse à l’homme s’engagea. La tentative des Persandins avait échoué. Tous ceux qui s’y étaient compromis furent condamnés40. Apparemment, cet incident fut le seul véritable essai, en tout cas tenté par des Liégeois, de rétablir Eustache sur le siège épiscopal et de faire basculer l’évêché de Liège dans l’obédience avignonnaise41. Le parti emmené par Arnould de Homes resta désormais seul maître à bord.

  • 42 G. Kurth, l’origine, p. 497–504. — Sur cette affaire : J. d’O., ab, p. 230. — J. de S. lat., p. 98 (...)
  • 43 Éd. ROPL, p. 373–375 (29 décembre 1395).
  • 44 J. d’O. ab., p. 231. — C. de Zantfliet, col. 345–346.

19Le mouvement Hédroit constitue le second objet de notre enquête. L’hostilité liégeoise à l’encontre de Jean de Bavière culmina durant deux ans, du 26 septembre 1406 au 23 septembre 1408. À y regarder de près, une sourde hostilité traverse pourtant l’ensemble du règne liégeois de ce prince, entre 1395 et 1415. S’agit-il d’un seul et même mouvement qui survit durant quelque vingt années ? Nous n’oserions l’affirmer. Des indices d’une certaine parenté entre les phases successives existent cependant. Ainsi, dans un article paru en 1908, Godefroid Kurth assimilait une contestation qui éclata en 1395 entre l’élu et les habitants du village de Seraing, au premier acte de la guerre contre Jean de Bavière42. Au cours de ce conflit, dont la portée n’était que locale, les Sérésiens en appelèrent aux Liégeois contre l’Élu. Ce premier accrochage se solda par une sorte de statu-quo entre les deux camps. La Paix de Caster, conclue alors, ne scella en fait qu’une trêve43. Le climat politique était dégradé. Dès janvier 1396, des routiers, qui envahissent Visé, sont soupçonnés par certains milieux Liégeois, d’être à la solde de Jean de Bavière44.

  • 45 J. de S fr., p. 18. —J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 322.
  • 46 Piron le Robeur bourgmestre en 1395, Jean le Robeur bourgmestre en 1405–1406 (J. Stiennon, Histoir (...)
  • 47 J. de Bav., p. 157. —J. Stiennon, op. cit., p. 322.

20Il faut pourtant attendre le printemps 1403 pour assister à la véritable réactivation de l’opposition anti-bavaroise. Le mouvement hédroit surgit alors dans nos textes. Dès son apparition, il se présente comme un groupe solidement structuré, animé d’objectifs bien définis et déterminé à mettre son programme d’action en œuvre. Parmi ses leaders, figurent Baudoin delle Roche et Jacques Baddut. Le répertoire des bourgmestres nous apprend que les noms de ces hommes étaient déjà sortis des urnes en juillet 1401 et 140245. Cette indication laisse deviner une action préalable des Hédroits sur l’électorat, une action souterraine menée depuis un certain temps déjà, avant la naissance proprement dite du parti comme candidat au pouvoir. Les Hédroits sont-ils, dès lors, les héritiers des insurgés liégeois de 1395 et des responsables de la rumeur d’implication épiscopale dans l’attaque de Visé ? À vrai dire, en 1403, on retrouve des protagonistes de ces deux affaires dans les deux camps. La famille Robeur ou Baudouin de Montjardin notamment se montrent fidèles à une ligne de conduite anti-bavaroise, durant ce laps de temps46. Mais à l’inverse, en 1403, Henri de Perwez comme Baudoin delle Roche sont des transfuges du camp bavarois. Enfin, Gilles de Bierset, bourgmestre en 1395–1396, apparaît huit ans plus tard comme un proche de l’Élu. Sa désignation à la bourgmaîtrise, en octobre 1403, en remplacement des magistrats dissidents l’atteste47.

  • 48 J. de Bav., p. 159–160. — C. de Zantfliet, col. p. 366–367.

21L’échec du premier soulèvement hédroit entraîna une vague de bannissements du pays. Cette réaction était néanmoins limitée puisqu’elle ne frappa que les meneurs du conflit. Des sympathisants hédroits, que leur rôle ultérieur nous incite à classer parmi la notabilité citadine, échappèrent ainsi à l’exil. En 1404—1405, atout précieux, le mouvement conserva donc une voix à l’assemblée. Au cours de cette période, ces partisans travaillèrent à obtenir la réinsertion de leurs partenaires dans la ville48. Leur entreprise aboutit en 1406.

  • 49 RCL, 3, p. 128–129 (s. d., [déc. 1408]).
  • 50 J. de S. fr, p. 145. — J. de S. lat., p. 127. — C. de Zantfliet, col. 397.
  • 51 L. Devillers, Documents, p. 101–102 (9–10 septembre 1409). — On trouvera notamment des indications (...)
  • 52 J. de Bav., p. 205 (sur ce pers. L. Lahaye, Saint-Jean, I, p. LXI (1395–1407)
  • 53 Sur ce pers., J. de Bav. p. 205 (parenté avec Henri de Perwez : cousins issus de germains). — Voir (...)
  • 54 C. de Zantfliet, col. 402. — J. de S. fr, p. 151–152.

22Venons-en au déclin de l’opposition anti-bavaroise. La défaite d’Othée porte un rude coup au pays liégeois et à son opposition : démantèlement du parti par la mort ou l’arrestation de nombreux dirigeants, affaiblissement politique et institutionnel par les conditions de paix draconiennes, atteinte financière par le calcul d’une lourde amende. L’esprit de révolte était-il pour autant anéanti ? Les commissaires bourguignons, chargés de récolter l’argent de l’imposition semblent en douter : « Les gens de ce pays, se plaint l’un d’eux en décembre 1408, muez de leur nature et condition sont maintenant aussi obéissant que l’on veult, ne scavons combien ceste maniere durera49 ». La suite des événements confirme que cette apparente prostration dura peu. Septembre 1409 fut en effet marqué par une violente résurgence hédroise, qui éclata simultanément à Herck en pays de Looz et dans la ville de Huy50. Une note conservée dans les comptes communaux de Mons indique qu’au début du mois de septembre 1409, les bourgeois de cette ville furent prévenus de ce sursaut partisan et la vigilance, recommandée dans le comté de Hainaut51. Nous y verrons une preuve de la vigueur du mouvement qui se ranimait soudain et des craintes que suscitait l’éventualité de sa propagation. En fait, le soulèvement sauvagement réprimé fut bientôt étouffé. Son instigateur était Eustache de Burdinne, un ancien chanoine de Saint-Jean, dépouillé de sa prébende en raison de ses sympathies hédroises52 et qui agissait ici pour le compte d’un parent de Henri de Perwez, Arnould de Clèves53. Il y eut encore plus tard d’autres insurrections contre Jean de Bavière, notamment un attentat contre sa personne ainsi qu’une réapparition subreptice de Lambert Grégoire à la cour épiscopale. Ces deux incidents survinrent en 1415 154. Sont-ils liés ? Faut-il les considérer comme les ultimes soubresauts du mouvement écrasé six ans auparavant ? La personnalité de Lambert Grégoire, l’une des têtes pensantes de l’ancien parti, inciterait à répondre à la seconde interrogation par l’affirmative. En revanche, notre documentation sur l’attentat et les douze exécutions qui s’ensuivirent est trop peu précise pour permettre des commentaires ou l’établissement d’une quelconque filiation.

  • 55 Au moment de se retirer de Liège, en décembre 1467, Charles avait jugé prudent d’y maintenir une g (...)
  • 56 Nombreux récits des événements, cf par ex. J. Lejeune, Introd au cat. Liège et Bourgogne, p. 79–89 (...)

23On ne peut s’empêcher d’établir un parallèle entre la résurgence hédroise de 1409 restée sans lendemains et l’aventure des « Fugitifs » de l’automne 1468. Dès le mois d’août, les bannis de novembre 146755 se rassemblent aux confins du pays. Puis, sous la conduite de nobles, comme eux condamnés à l’exil, ils entament une marche sur Liège. Le 9 septembre 1468, ils reprennent la ville. On connaît les temps forts de leur pathétique épopée : la troupe qui s’avance vers Liège et au fur et à mesure de sa progression, se gonfle de villageois enthousiastes ; l’accueil par la population citadine et la reprise en main du gouvernement communal, dont les anciennes structures sont aussitôt rétablies ; la protestation de loyauté envers Louis de Bourbon ; enfin, la marche de l’armée bourguignonne et la résistance désespérée des Liégeois, elles-mêmes suivies du sac et de l’incendie de la ville qui vouèrent les uns à la mort et replongèrent les autres dans la fuite et la clandestinité56.

24Comment expliquer l’échec complet des Hédroits et le succès — relatif — des Fugitifs ? On observe un point commun entre ces deux tentatives. Tous ces bannis conservèrent des contacts entre eux. Mais alors que les premiers paraissent finalement peu nombreux, mal encadrés et incapables de nouer des contacts utiles dans la ville, les Fugitifs semblent disposer de conditions plus favorables. Ils bénéficient ainsi de l’avantage du nombre et d’un commandement solide. Sans trop de peine, ils parviennent à se gagner des amitiés au sein des différentes couches de la population et même à s’attirer les bonnes grâces du légat pontifical. Onofrius en effet ne cache sa sympathie ni envers leur entreprise, ni envers certains de leurs chefs. Le contexte dans lequel s’inscrit leur retour paraît également plus propice : à la reprise en main musclée de Jean de Bavière et de ses alliés, on opposera l’insignifiance politique de Louis de Bourbon conjuguée à l’absence sur place d’Humbercourt, bientôt rappelé à Bruxelles par Charles le Téméraire. Sur le plan international enfin, la reprise des hostilités entre Louis XI et le duc mobilise ailleurs les forces bourguignonnes. Il s’ensuit un climat très différent et en tout cas, beaucoup plus favorable à une tentative de cet ordre. Il n’y a pas lieu ici d’insister sur les causes finales de l’échec.

  • 57 Cf. généalogie en annexe, tableau no 6.
  • 58 Terres appartenant à Wathieu Datin mentionnées sur son testament (Éd. P.F.X. De ram, Documents, p. (...)
  • 59 M. Ponthir, Histoire de Montegnée : p. 65, 67, 268, 411–412 Mention de vignobles à Berleur, à Mont (...)

25Que penser enfin des Datin et de leur entreprise ? Nous avons évoqué déjà l’attitude complexe qui fut la leur durant les années 1406–1408. Cette famille, ou ce parti à base familiale, apparut dans les textes dans la deuxième moitié du xive siècle. À partir de quand et durant combien de temps poursuivit-elle son ambition de mainmise sur Liège et le pays ? Les sources donnent une idée assez précise de la manière avec laquelle les Datin, en deux ou trois générations57, se construisirent un nom et une fortune. Par l’achat de terres et de seigneuries ils se constituent un patrimoine foncier58. En outre, ils investissent dans divers secteurs industriels. Leur puissance économique se caractérise par sa concentration sur un espace géographique réduit (Montegnée et les alentours) qui fait d’eux de véritables potentats locaux, et sa diversification dans plusieurs domaines : les vignobles, la brasserie, l’immobilier et surtout l’extraction houillère59. Complémentairement, ils se forgent un réseau d’alliances matrimoniales et de clientélisme au sein de l’élite socio-politique liégeoise.

  • 60 M. Ponthir, art. cit., p. 120 (entre 1390–1394, puis de 1397–98 : Jean Datin, en 1415 : Guillaume (...)
  • 61 1re mention d’élection à la bourgmaîtrise à Liège : Guillaume Datin en 1394 (C. de Borman, Échevin (...)

26Sur le plan politique, dès la fin du xive s, les Datin exercent des fonctions d’officiers domaniaux, en particulier, ils président la petite cour scabinale de Montegnée, dépendante du chapitre cathédral60. Dans le même temps, ils se propulsent sur l’avant-scène liégeoise, se font élire bourgmestres et briguent des mandats échevinaux61. Pendant la guerre de 1406–1408, nous l’avons dit, ils manœuvrent adroitement, louvoyant entre l’élu et les Hédroits. Ces agissements leur permettent de se maintenir au premier plan durant cette période, mais apparemment aussi dans les années qui suivent la défaite d’Othée. Leur ascension politique reprend avec une intensité renouvelée à partir de 1417. Aux premiers mandats communaux dont ils s’emparent, ils ajoutent bientôt la mairie. Cette mainmise sur l’échevinage leur assure, à vie, la haute main sur les transactions civiles et certaines affaires criminelles liégeoises, donc aussi sur la population qui, dans bien des circonstances, dépend de leur bon vouloir. Politiquement pourtant, ce bel édifice est fragile. Comme les Hédroits en 1403, les Datin se heurtent à la résistance d’un parti adverse puissant qui mine leurs efforts. Fortement ébranlé par l’exil définitif de Wathieu en 1430, ils s’effondrent après l’échec du 6 janvier 1433. Le parti s’éteint-il alors ?

  • 62 Parmi lesquelles, nous citerons : condamnation de Wathieu et de ses complices prononcée par les au (...)
  • 63 J. Borgnet, Note sur l’assassinat de Guillaume Datin, p. 211–213.
  • 64 Serment d’ex-datinistes à leur retour d’exil : engagement à ne pas aider les Datin ni à fomenter d (...)
  • 65 J. de S. fr, p. 600. — Sans doute, cet infortuné Gilles Moréal était-il apparenté au chanoine de S (...)
  • 66 Éd. P.F.X. De Ram, op. cit.„ p. 423–425. — Ce n’est qu’au début du xvie siècle que le petit-fils d (...)

27Vainqueurs, les Fèvres et les dirigeants du parti Surlet-delle Chaussée promulguent un ensemble de mesures qui visent à l’éradication du « datinisme politique » de l’univers liégeois62. Mais ailleurs, hors frontières, les Datin survivent à ces atteintes. Ainsi, on retrouve leur trace à Namur où certains chefs, qui forment toujours un groupe soudé, vivent réfugiés en 1436 et où Fastré Baré fait assassiner Guillaume Datin en 143863. La modulation des peines infligées aux partisans de Wathieu Datin avait été établie selon le degré d’implication dans le mouvement. Aussi les Liégeois permirent-ils à de nombreux bannis de regagner la cité après trois ans d’exil. Cette rémission fut cependant assortie de dispositions légales visant à prévenir toute velléité de résurgence partisane64. En 1448 d’ailleurs, un boulanger nommé Gilles Moréal fut encore exécuté pour avoir annoncé un retour en force des Datin, dans un proche avenir65. À l’avènement de Louis de Bourbon enfin, dernier signe de vie du groupe structuré, Wathieu Datin demanda au nouvel élu la levée du séquestre qui pesait sur ses biens et ceux de quelques-uns de ses anciens complices, dont Gérard de Goreux, bailli de Hesbaye à l’époque des faits66. En 1456, Wathieu attendait-il de Louis de Bourbon davantage que la restitution de ses biens ? Il est difficile de le préciser. Nous constaterons seulement que vingt-trois ans encore après son élimination, un fragment de ce parti subsistait toujours aux portes du pays. Sans doute était-il désormais inoffensif et sans grand risque de se ranimer. Néanmoins, il avait constitué longtemps une menace potentielle aux yeux des dirigeants de la cité, et cette crainte avait sous-tendu tout un pan de leur politique. L’aventure des Datin avait duré une cinquantaine d’années durant lesquelles ils avaient tenu le haut du pavé à Liège. Les signes les plus manifestes de leur brigue du pouvoir étaient apparus dès la restauration des institutions municipales et l’avènement de Jean de Walenrode.

  • 67 Lambert Grégoire est l’initiateur du projet. J. de S. fr, p. 103–104. — lat., p. 109. — C. de Zant (...)

28Une articulation entre le mouvement hédroit et le soulèvement de 1395 est probable. Peut-être même pourrait-on parler d’une forme de filiation entre ces deux insurrections. Irons-nous plus loin dans l’établissement de rapprochements entre les divers mouvements politiques liégeois ? Des liens analogues existent-ils entre d’autres groupements que nous étudions entre 1370 et 1468 ? À vrai dire, les sources rendent peu compte de telles relations. Le seul parti qui revendique ouvertement un lien de filiation avec une faction antérieure est le parti hédroit. En 1407, les Hédroits avançent la candidature de Thierry de Perwez à la succession d’Eustache Persand de Rochefort, mort à Avignon onze ans plus tôt, et ce faisant, choisissent de s’inscrire dans la lignée des Clémentins67. Héritiers étonnants en vérité, si l’on songe au rôle joué par Henri de Perwez, neveu d’Arnold de Hornes, dans la lutte contre la résurgence des Persandins, dans les années 1382–1383 ! Cette revendication ressemble fort à un prétexte forgé après coup.

  • 68 J. de S. fr, p. 382.
  • 69 J. de S. fr, p. 537.
  • 70 J. de S. fr, p. 140 (Jean Sordeil privé de son abbatiat). — Sur ce pers., cf. U. Berlière, L’abbay (...)
  • 71 Devenus bourgmestres l’un — Gilles de Metz — en 1435 (1er mandat), l’autre — Jean de Streel — en 1 (...)

29Des indices plus probants tendraient en revanche à faire voir dans la résistance des adversaires des Datin une héritière de ce mouvement hédroit dont il vient justement d’être question. Sans même s’aventurer ici dans les arrière-plans internationaux des partis, il est possible de rapprocher l’attitude de certains opposants aux Datin de celle qu’eux-mêmes, ou des membres de leur famille, avaient affichée quelque vingt ans plus tôt, contre Jean de Bavière. Henri delle Chaussée, neveu du bourgmestre Jean delle Chaussée, des Surlet, des membres du lignage de Seraing sont d’incontestables preuves de ce passage du témoin. Nous pourrions ajouter d’autres personnages à cette liste, mais ce serait alors avec moins de certitude. Ainsi, Jean Michelot, bourgmestre en 143768 et donc présumé opposé aux amis de Wathieu Datin est le fils de ce Michelot de la Préalle qui, en son temps, avait fait arrêter Guillaume de Horion. Henri Sordeil, bourgmestre en 1444–144569 est apparenté à l’abbé hédroit de Saint-Jacques, Jean Sordeil70. Mais soulignons encore combien ces deux exemples relèvent de la conjecture. C’est enfin dans le creuset anti-datin, resté sans concurrence à Liège après le soulèvement de 1433, que se constitue le premier fonds de dirigeants de l’opposition à Louis de Bourbon. Gilles de Metz ou Jean de Streel font en effet leurs premières armes politiques aux alentours des années 1435–1440, à une époque où, dans la cité mosane, le souvenir des Datin et de leur conjuration était encore vif71.

30Quel que soit leur sort ou leur devenir, les partis connaissent donc une survie plus ou moins longue. Leur durée d’existence, clandestine comme au grand jour, s’avère très variable. D’où provient cette diversité ? Sans doute ne peut-on la dissocier de contextes politiques qui favorisent leur éclosion et leur développement, ou au contraire, entravent leurs chances de survie. Si les chroniqueurs reflètent la société dans laquelle ils vivent, au travers de leur surprise face à la découverte d’un nouveau groupe, on perçoit la stupeur des contemporains et leur absence de réaction lorsque de nouvelles formations surgissent sur la scène, au terme d’une maturation qui s’est opérée à l’abri de leur regard. À l’autre terme de l’évolution, du moins lorsqu’il s’agit de partis vaincus, on perçoit les difficultés qu’éprouve une faction victorieuse à éteindre tout ferment d’opposition. On suit en effet les traces d’une survivance parfois longue d’un groupe politique dans l’ombre, à Liège, ou ailleurs, et le risque prolongé d’une réanimation soudaine de sa part.

Notes

1 Le lecteur se reportera à liste des bourgmestres publiée par J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 321–323.

2 J. de S., fr, p. 99. — Des Surlet sont également bourgmestres au moment de l’avènement hédroit : Jean Surlet en 1402 avec Jacques Baddut et Thibaut Surlet en 1405 avec Jean le Robeur (Cf. liste J. Stiennon, op. cit., p. 322).

3 J. de Bav., p. 161–162. — C. de Zantfliet, col. 367–368.

4 Cf. J. de S. fr, p. 160–161 Accusations portées vers janvier 1417. — Mentionnées aussi dans le réquisitoire ouvrant l’alliance des métiers contre les Datin que Ton fit jurer à tous les Liégeois après l’éviction de ce parti (15 avril 1433 éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 392.) — Sur les manœuvres des Datin sous Jean de Bavière et leur conflit contre les de Bernalmont, cf. aussi Th. Gobert, Liège à travers les âges, III, p. 366.

5 L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, t. 3, p. 348.

6 26 mars 1417 : restitution par Sigismond des privilèges aux Liégeois. 30 avril 1417 « Troisième régiment de Bavière » rétablissant les institutions communales : bourgmaîtrise, conseil, métiers » (ROPL, p. 502–504, 505–508).

7 C. de Zantfliet, col. 407–408.

8 J. de S. fr, p. 166, 183.

9 1420 : Guillaume Datin et Englebert le Polain de Herstal (J. de S. fr, 186). — 1422 : Walter de Fléron (présent à la remise des chartes en 1408) et Guillaume Datin (ibid., p. 195).

10 Éd. ROPL, p. 538–548 (16 juillet 1424).

11 ROPL, p. 543–544. Parmi les anti-Datin : Gérard de Vesquecourt (bourgmestre en 1434), Jean de Bernalmont, André de Haccourt : tous deux désignés parmi les hommes à abattre en 1433 (J. de S. fr, p. 290–315). — Ponchin le Fèvre (sans doute apparenté à Gilles Poncin, meneur Fèvre sous Louis de Bourbon), Gilles de Metz qui deviendra bourgmestre sous les anti-Datin. — Du côté Datin — ou supposé tel — : Henri Danéal (présent à la remise des chartes), Jean de Serrasin : un des hommes qui recueillirent les biens de Jean de Walenrode, souvent proches des Datin, Rennekin Urbain (P.F.X. De Ram, Documents, p. 389), plus tard condamné comme datiniste.

12 Nous relevons 12 mandats : Raes de Waroux, Gilbert (2x), Gilles et Alexandre de Seraing, François (2x) et Gilles de Bierset, Fastré I Baré Surlet, Henri delle Chaussée (2x), Claes delle Chièvre (J. de S. fr, p. 214–284 passim).

13 Guillaume Datin, en 1426 et 1427 (J. de S. fr, p. 235, 239).

14 RCL, 3, p. 228–231 (6 octobre 1424). — Parmi les détenteurs de biens : les Datin, Englebert de Herstal bourgmestre avec Guillaume Datin en 1420 (J. de S. fr, p. 168). — Sur cette affaire, voir plus loin, 5e partie.

15 C. de Zantfliet, col. 426. — A. d’O., p. 12.

16 J. de S. fr, p. 284–292, A. d’O., p. 13.

17 J. de S. fr, p. 295–305.

18 J. de S. fr, p. 284.

19 J. de S. fr., p. 311–313 (déposition d’un nommé Colet Blancbarbe).

20 Sur les phases de la répression : J. de S. fr, p. 304–316. — C. de Zantfliet, col. 432.

21 J. de S. fr p. 336–605... — A. d’O., p. 40–63.... — J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 322.

22 J. de S. fr, p. 485 (7 janvier 1442).

23 La Lettre des Offices (13 août 1371) interdit d’officier à la commune deux années successives, même moyennant un changement de charge (ROPL, p. 421).

24 Cf. surtout A. d’O., p. 47–59.

25 A. d’O., p. 51–52.

26 Références : je renvoie à mon article, Raes de Heers, p. 417–421.

27 A. d’O., p. 93 « Qui statim cum buccinis ducti sunt ad S. Jacobum, sicut fuit de more, sed non solebat fieri cum buccinis ». — Apparemment, cette adjonction est précoce à Liège. La première mention de ces instruments lors d’une entrée royale se situe précisément en 1463, à l’occasion de l’entrée de Louis XI à Brives, cf B. Guénée–F. Lehoux, Les entrées royales, p. 23.

28 A. d’O., p. 113–115 (23 mai 1465).

29 A. d’O., p. 126 (30 septembre 1465).

30 ROPL, p. 590–601. — L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 285–304 (22 décembre 1465). La version publiée du texte ne comporte pas la clause relative aux otages mais le montant de la dette de guerre est plus élevé que prévu. Comme le pense J. Stengers, nous nous trouvons, en fait en présence du texte amendé en janvier et anti-daté au 22 déc. 1465 (J. Stengers, Les traités, p. 741–748).

31 Éd. RCL, 4, p. 184–188 (23 mars 1466).

32 Plutôt qu’un traité de paix, nous disposons de trois textes qui établissent l’implantation bourguignonne sur le pays : livraison d’otages, installation de Charles le Téméraire comme avoué héréditaire de la cité et du pays, engagement des Liégeois au versement d’une rente au duc (RCL, 4, p. 202–203, ROPL, p. 595–597, 10 et 12 septembre 1466).

33 RCL, 4, p. 204–206 (12 septembre 1466) La cité reçoit Humbercourt comme lieutenant du duc, avoué de la cité et du pays. — Sur ce personnage et son rôle à Liège : cf. les travaux de W. Paravicini, Gui de Brimeu. Der burgundische Staat et Id., Gui de Brimeu seigneur d’Humbercourt.

34 Jean le Ruitte mène les ultimes négociations, avec le duc, avant la capitulation. Les Liégeois se rallient à ses décisions. Guillaume de Berlo réclame des garanties pour la population avant de permettre l’entrée des hommes de Charles dans la ville (A. d’O., p. 181–182. — J. de Haynin, 1, p. 240–241).

35 1402, p. 293–294. — J. De Hocsem, p. 202–204.

36 Situation comparable, par ex. aux lendemains du traité d’Athis (1305), quand la foule flamande se déchaîna contre les négociateurs de ce traité jugé néfaste (Cf. A. verbruggen, Pierre de Coning, p. 82).

37 A. d’O., p. 204 (1er oct. 1468).

38 1402, p. 200, 203. — J. de Hocsem, p. 33. — J. d’O., Myreur, V, p. 366. — VI, p. 483–484.

39 Sur ce point, cf. ci-dessus : positions politiques.

40 Raoul de Rivo, p. 49–50. — J. d’O. ab., p. 216–217. — J. de S lat, p. 85–86.

41 On signalera toutefois la tentative d’un frère mineur du diocèse de Cambrai, Rombaut de Malines, de prêcher dans la ville et l’évêché de Liège en 1384, en faveur de l’obédience clémentine (H. Nélis, La collation, p. 59). — En 1390, à la mort d’Urbain VI, il y eut une dernière tentative clémentine pour ramener Liège dans le giron de la papauté avignonnaise mais sans succès (J. d’O., ab, p. 226). D’autre part, Raoul de RIVO (p. 40–41) signale en 1478–1479 la présence à Liège de nombreux factiosi de Clément VII. En 1382, Urbain VI offre aux clémentins de Liège l’absolution, à condition qu’ils rejoignent son camp (M. Gastout, Lettres d’Urbain VI, p. 32–35) Parmi les sectateurs d’Eustache, on pourrait peut-être citer également un membre du lignage de Fize que l’on retrouve employé en juillet 1386 à la cour d’Anjou-Provence (Journal de Jean Le Fèvre, éd. H. Moranville, Paris, 1887, p. 302).

42 G. Kurth, l’origine, p. 497–504. — Sur cette affaire : J. d’O., ab, p. 230. — J. de S. lat., p. 98. — C. de Zantfliet, col. 344–345.

43 Éd. ROPL, p. 373–375 (29 décembre 1395).

44 J. d’O. ab., p. 231. — C. de Zantfliet, col. 345–346.

45 J. de S fr., p. 18. —J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 322.

46 Piron le Robeur bourgmestre en 1395, Jean le Robeur bourgmestre en 1405–1406 (J. Stiennon, Histoire de Liège, p. 322). — Baudoin de Montjardin en 1395 (1402, p. 428), en 1403 (J. de S. lat, p. 105). En 1405, cependant, Baudoin de Montjardin accompagne Jean de Bavière à Paris (J. de Theux, seigneurie de Montjardin, p. 22).

47 J. de Bav., p. 157. —J. Stiennon, op. cit., p. 322.

48 J. de Bav., p. 159–160. — C. de Zantfliet, col. p. 366–367.

49 RCL, 3, p. 128–129 (s. d., [déc. 1408]).

50 J. de S. fr, p. 145. — J. de S. lat., p. 127. — C. de Zantfliet, col. 397.

51 L. Devillers, Documents, p. 101–102 (9–10 septembre 1409). — On trouvera notamment des indications sur la participation hennuyère à la campagne contre les Liégeois de 1408 dans É. Roland, La ville de Braine-le-Comte, p. 69–94.

52 J. de Bav., p. 205 (sur ce pers. L. Lahaye, Saint-Jean, I, p. LXI (1395–1407)

53 Sur ce pers., J. de Bav. p. 205 (parenté avec Henri de Perwez : cousins issus de germains). — Voir aussi plus loin, 5e partie.

54 C. de Zantfliet, col. 402. — J. de S. fr, p. 151–152.

55 Au moment de se retirer de Liège, en décembre 1467, Charles avait jugé prudent d’y maintenir une garnison. Il voulait maintenir la pression et forcer au paiement de l’amende. Mais il redoutait également un soulèvement des Liégeois, une reprise de la ville par les exilés ou par les troupes de Louis XI (J. de Haynin, I, p. 260–261).

56 Nombreux récits des événements, cf par ex. J. Lejeune, Introd au cat. Liège et Bourgogne, p. 79–89. ID., Principauté de Liège de 1390 à 1482, p. 161–164. — Un des temps forts de cette aventure est l’épisode dit des Six cents Franchimontois. Dans la nuit du 29 au 30 octobre 1468, tandis que le duc de Bourgogne se préparait à prendre la ville de Liège, un commando de Liégeois (constitué sans doute de citadins, renforcé d’un contingent venu de Franchimont) tenta un coup de main pour faire échouer son plan, escaladant la colline de Sainte-Walburge et surprenant Charles le Téméraire dans son campement. Ce coup de main manqué relaté par plusieurs chroniqueurs, dont Commynes, a intrigué de nombreux historiens et suscité leurs commentaires. Ceux-ci portent notamment sur le nonbre des assaillants ou sur leur provenance géographique liégeoise ou franchimontoise notamment : cf. par ex. É. Fairon, Les six cents Franchimontois, surt. p. 136–149. — Réponse et réfutation des arguments avancés par J. Coenen, Franchimontois ou Liégeois, p. 254–255. — Question encore récemment reprise par A. Doms, Pourquoi six cents Franchimontois, p. 5–36.

57 Cf. généalogie en annexe, tableau no 6.

58 Terres appartenant à Wathieu Datin mentionnées sur son testament (Éd. P.F.X. De ram, Documents, p. 426–434) : seigneurie de Jehay (achetée à Baudoin sgr de Montjardin en 1428, S. Bormans, seigneuries féod. reliefs, p. 245–246) terres à Boussut près de Jehay, seigneurie de Geneffe et dépendances (achat en 1429 S. Bormans, op. cit., p. 250–251) terres à Malmedy et à Montegnée. — Lors de son mariage en 1425 (contrat publié par C. de Borman, Échevins, p. 321–322), Wathieu apporte 700 muids de revenus. — Terres à Rendeux relevées par Agnès Datin et son frère Guillaume en 1437 (S. Bormans, op. cit., p. 333). — Le 13 juillet 1376 : relief par Jean Datin de terres à Mellin, acquises (le livre des fiefs de Jean d'Arckel, éd. C. de Borman, p. 170–171).

59 M. Ponthir, Histoire de Montegnée : p. 65, 67, 268, 411–412 Mention de vignobles à Berleur, à Montegnée. Brasserie banale à Montegnée, Houillères à Montegnée. Testament de Wathieu : maisons à Montegnée et Liège, Louvain — G. Hansotte, Le domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, p. 189 : mention de houillères tenues à cens par Guillaume Datin en 1392 à Glain.

60 M. Ponthir, art. cit., p. 120 (entre 1390–1394, puis de 1397–98 : Jean Datin, en 1415 : Guillaume Datin).

61 1re mention d’élection à la bourgmaîtrise à Liège : Guillaume Datin en 1394 (C. de Borman, Échevins, p. 320).

62 Parmi lesquelles, nous citerons : condamnation de Wathieu et de ses complices prononcée par les autorités communales (éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 389–391). — Alliance des métiers contre les Datin (15 avril 1433) pour laquelle on exige un serment (éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 391–397). — Institution de la cour des Absentis (1435) RCL, 3, p. 320–327. — Ordonnance contre les fauteurs de troubles (RCL, 3, p. 335–338 10 nov. 1437). 1441 : accord de Liège avec Maastricht suivant lequel la ville ne soutiendra pas les Datin (J. de S. fr, p. 457–458).

63 J. Borgnet, Note sur l’assassinat de Guillaume Datin, p. 211–213.

64 Serment d’ex-datinistes à leur retour d’exil : engagement à ne pas aider les Datin ni à fomenter de troubles dans la ville. — Notons qu’en outre ces repentis amnistiés perdent leur droit à l’éligibilité pour les offices communaux. (30 juin 1436, RCL, 3, p. 330–332).

65 J. de S. fr, p. 600. — Sans doute, cet infortuné Gilles Moréal était-il apparenté au chanoine de St Barthélemy, qui porte le même nom que lui et que l’on trouve mentionné, au milieu du xive siècle, parmi les exploitants de vignobles liégeois (J. Halkin, Les vignobles, p. 127, 131).

66 Éd. P.F.X. De Ram, op. cit.„ p. 423–425. — Ce n’est qu’au début du xvie siècle que le petit-fils de Wathieu pourra récupérer quelques débris du patrimoine familial rachetés à prix d’or aux métiers liégeois (Cf. actes des 29 mai 1503, 2 juin 1507, 5 juin 1510 conclus avec les métiers des retondeurs, boulangers et porteurs É. Poncelet-É. Fairon, Liste d’actes, p. 459–460, 38, 207–208).

67 Lambert Grégoire est l’initiateur du projet. J. de S. fr, p. 103–104. — lat., p. 109. — C. de Zantfliet, col. 381. — N. Valois, La France et le Grand Schisme, 4, p. 65–72.

68 J. de S. fr, p. 382.

69 J. de S. fr, p. 537.

70 J. de S. fr, p. 140 (Jean Sordeil privé de son abbatiat). — Sur ce pers., cf. U. Berlière, L’abbaye de Saint-Jacques à Liège, p. 20.

71 Devenus bourgmestres l’un — Gilles de Metz — en 1435 (1er mandat), l’autre — Jean de Streel — en 1440 (J. de S. fr, p. 338, p. 444).

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search