Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Quatrième partie. Structures, objectifs et politique des partis liégeois

Chapitre II. Structure des groupements politiques

Texte intégral

1Il est possible de déterminer quelques caractéristiques du milieu partisan. Nous nous intéresserons particulièrement à la hiérarchie qui régit le groupe d’individus, aux hommes qui émergent et se détachent comme figures de proue, enfin, aux rapports qui unissent le partisan à l’ensemble auquel il adhère.

1. Hiérarchie

  • 1 1402, p. 203. — J. d’O., Myreur, V, p. 366. — Contrairement à Henri, ces trois hommes échappent à (...)

2Nous avons déjà évoqué dans ces pages la position de Henri de Dinant à son arrivée sur la scène politique : coincé entre des échevins, ses commanditaires, et la population qu’il a mission de dresser contre les chanoines. Plus tard dans sa carrière, le tribun apparaît entouré de trois personnages : Tireburse, Griffard et Crékilion, liés au milieu de la ministérialité du chapitre et dont les sources ne permettent pas de déterminer exactement la nature du rôle vis-à-vis de Henri : lieutenants ou manipulateurs dans l’ombre1.

  • 2 Énumération dans J. de Hocsem, p. 192. — 1402, p. 293. — J. d’O., Myreur, VI, p. 295.

3Sous Adolphe de La Marck, quelle est la configuration de la branche liégeoise du parti Awans hostile à l’évêque ? Autour de la personnalité de Pierre Andricas, « conduiseur des Liégeois », se détachent quelques figures de partisans : Colin Samson, Jean Hanozeal, Jean de Lardier, Guillaume Thomassin, André de Ferrières2. Tout ce groupe coiffe la masse populaire. Mais Pierre Andricas ne domine pas son parti. Il dépend de son parent Guillaume de Geneffe, châtelain de Waremme, leader du lignage Awans, qui s’impose donc à tous. De toute façon, loin de faire mystère de cette sorte d’inféodation, Pierre s’en prévaut et avance son lien de parenté — ou prétendu tel — comme un gage de crédibilité aux yeux de ses concitoyens. Il s’inscrit donc comme une charnière entre un chef de parti extérieur à la cité et les Liégeois. Dès le milieu du xiiie siècle, on voit donc apparaître des formations politiques, régies par une hiérarchisation stricte et se présentant sous l’aspect d’une structure en paliers.

  • 3 L. Devillers, Cartulaire comtes de Hainaut, 3, p. 329.

4Néanmoins c’est surtout dans les années 1400, grâce à des sources désormais plus nombreuses, que cette structure devient vraiment perceptible. Une charte du 12 octobre 1408, relative à la soumission de la ville de Thuin aux vainqueurs d’Othée, servira de point de départ à notre réflexion. Ce texte évoque en effet les « mauvais et dampnables consauls et exortacions de feux Henri de Home sire de Perwez et Thiry son filz et de plusieurs autres seducteurs de nous et du commun bon peuple de ladicte ville, des pays de Liège et conte de Loos3 ». Le libellé met en relief trois catégories de personnes impliquées dans la révolte du pays de Liège : des chefs qui sont désignés par leur nom ; un rang plus bas, un groupe intermédiaire de gens dont l’identité est tue dans notre document mais qui sont présentés comme un ensemble de corrupteurs actifs ; enfin à l’échelon subalterne, le « commun peuple » qui s’est laissé entraîner dans l’aventure, n’y jouant qu’un rôle passif. Cette formulation décrit par conséquent le parti hédroit sous une forme pyramidale avec pour chacun des groupes définis, une responsabilité décroissante dans les événements. Ce simple extrait se révèle donc très intéressant dans la mesure où il permet d’entrevoir certains aspects des structures internes d’un parti politique : une hiérarchie, un aperçu des rapports entre les différents échelons et une diversification des rôles par catégorie socio-politique.

  • 4 C. de Zantfliet, col 367. — J. de S. fr, p. 104. — Relatio Schismatis, p. 18. — É. Fairon, Chartes(...)
  • 5 Sentence de bannissement éd. RCL, 3, p. 78–80 (28 octobre 1403).
  • 6 J. de Bav. p. 159–160. — C. de Zantfliet, col. 367.

5D’autres sources confirment les rapports mis ainsi en évidence. Les circonstances de l’avènement au pouvoir des Perwez en septembre 1406 constituent un témoignage intéressant. On y devine un groupe structuré comme une suite de cercles de plus en plus larges autour des deux Perwez. Quelques conseillers tels Jean de Seraing, Jean de Rochefort, — lui-même un moment pressenti comme mambour — et le juriste Lambert Grégoire évoluent dans l’entourage immédiat du mambour et de son fils4. Juste au-dessous se trouve un petit cercle de Hédroits purs et durs. Bannis en octobre 1403 après l’échec du premier soulèvement5, ils sont rappelés à Liège dès l’avènement des Perwez et reçoivent diverses missions de confiance dans les années 1406–1408. Autour de ce noyau, gravite un groupe de sympathisants. En effet, seuls les meneurs avaient été frappés d’une sentence d’exil à la restauration d’octobre 1403. En 1404 et 1405, une fraction hédroise influente subsiste donc à Liège, constituée d’hommes qui s’étaient moins ouvertement compromis dans le mouvement politique de 1403. Ils militent en faveur de l’amnistie des exilés et aux séances de l’assemblée, réclament leur retour6. Quant à la masse des citoyens, elle constitue le gros de la troupe, dépourvue de rôle actif, répondant seulement à l’appel des chefs politiques quand ceux-ci sollicitent son aide ou l’approbation de leurs résolutions.

  • 7 J. de S. fr., p. 287–291.

6Vingt ans plus tard, sous la plume de Jean de Stavelot, le parti Datin présente un aspect fort analogue. Voyons par exemple la relation d’une assemblée tumultueuse du début juillet 14327. Au travers du récit se dégage la physionomie d’un groupe qui schématiquement, peut s’articuler de la manière suivante :

  1. des « proismes et amis » [de Wathieu Datin], au premier rang desquels figure Guillaume, cousin de Wathieu et qui brigue la bourgmaîtrise, puis d’autres tels André de Lairdieu, Piron Borghet ou Gérard de Goreux.
  2. cheaux qui portaient le parole por cheaz Datin : Jean Hantéal, Jean de Tilhou, Wynand le Charpentier principalement ». Ce sont des charnières qui assurent le relais entre les dirigeants du mouvement et les catégories inférieures de partisans.
  3. pluseurs autres qui les estaient assistens » (non nommés).
  4. amis de commun peuple » dont Guillaume attend un service efficace au moment du vote.

7Wathieu Datin coiffe ce groupe. Et c’est en sa faveur que se déploient tous ces efforts à l’assemblée des métiers. L’ancien maire de Liège est en effet exilé sur ses terres de Montegnée et ses agents, restés à Liège, mettent tout en œuvre pour obtenir sa réadmission dans la cité mosane.

  • 8 J. de S. fr, p. 290–291, 306–307., 311–313 Gérard de Sainte-Marguerite dit de Vesquecourt, lèvre, (...)
  • 9 J. de S. fr, p. 307.
  • 10 En septembre 1442 (J. de S. fr, p. 485). — C. de Borman, échevins, p. 397.

8Qu’en est-il du camp adverse ? La lumière dont celui-ci jouit est moins vive. Pour se faire une idée de sa configuration, référons-nous aux textes portant sur la répression du second soulèvement des Datin (6 janvier 1433) et ses suites. À l’échelon inférieur, le récit de Jean de Stavelot place les diverses corporations, de la masse desquelles émerge le puissant métier des Fèvres et surtout quelques-uns de ses membres : les frères delle Semme, Gérard de Sainte-Marguerite dit de Vesquecourt ou Colet Cockelet le porte-enseigne du métier, qui entraînent alors leurs collègues. Les noms des chefs nous sont mieux connus, en particulier grâce aux témoignages de partisans Datin capturés, énumérant les adversaires dont la perte avait été projetée. Il s’agit d’une dizaine d’hommes, dont Jean de Seraing et ses deux fils Alexandre et Gilbert, François de Bierset et Claes delle Chièvre, Gérard de Vesquecourt, Jean de Bernalmont, Henri delle Chaussée et Fastré Ier Baré Surlet8. Ces deux derniers dirigeants semblent d’ailleurs dominer la hiérarchie. Ce sont eux qui recueillent l’essentiel du pouvoir politique accumulé avant leur chute par les vaincus : dès janvier 1433, Fastré Baré Surlet succède à Guillaume Datin comme bourgmestre9, puis quelques années plus tard, Henri delle Chaussée obtient la mairie10, abandonnée par Wathieu Datin.

  • 11 Sur l’ascendant des Fèvres sur les autres corporations, G. Xhayet, « Le rôle politique des métiers (...)

9Il ressort de cette analyse que le parti anti-Datin présente une direction bicéphale, secondée par un petit cercle de fidèles et dominant les corporations liégeoises. Mais celles-ci apparaissent également hiérarchisées : les Fèvres et leurs hommes forts emmènent les autres métiers liégeois11.

  • 12 A. d’O., p. 51–52.
  • 13 A. d’O., p. 73.
  • 14 H. de Mérica, p. 237.

10La chronique d’Adrien d’Oudenbosch offre quelques informations sur les structures partisanes et leurs mutations durant la décennie 1457–1468. Il convient de les détailler. En 1457, face à Fastré II Baré Surlet et ses amis, le chroniqueur décrit une faction conduite par Guillaume de la Violette, porte-parole du groupe ; deux fèvres Jean Rigaut et Gilet Poncin, leurs socii ; la foule enfin, qui s’assemble à leur appel12. Quatre ans plus tard (1461), la physionomie du parti ne s’est guère modifiée. Guillaume de la Violette, entretemps élu bourgmestre, domine toujours. À ses côtés, on aperçoit à présent Gérard Gossoin dit le Changeur, Jean Rigaut « et alii XII cum eis13 ». Franchissons quatre années supplémentaires. Nous retrouvons le parti dans les premiers mois de l’année 1465. Un bouleversement s’est produit à sa tête. D’une formule, Henri de Mérica un chroniqueur brabançon illustre ce renversement de situation « Rasa de Heer et Bari Surleth et alii nonnulli ex parte Leodiensium14 » : deux hommes se sont hissés au sommet et ont ravalé les anciens chefs au rang d’utilités.

  • 15 A. d’O., p. 116–118. — Sur Eustache de l’Aître, doyen de Saint-Pierre entre 1463 et 1467 : É. Ponc (...)
  • 16 A. d’O., p. 121 « parum curabatur de eis ».
  • 17 Onofrius, p. 53–54.
  • 18 Le 10 septembre 1468, rencontre d’Onofrius avec les principaliores des Fugitifs. Ils conviennent a (...)

11En 1465, plusieurs passages de la chronique d’Adrien confirment cette relégation. En juillet, alors qu’il cherche à s’enfuir de Liège, le doyen de la collégiale Saint-Pierre tombe aux mains d’agents de la commune qui le confient à Fastré Baré Surlet. Tandis que celui-ci procède à l’interrogatoire du captif, Jean Rigaut « et alii » communiquent à la foule assemblée le contenu de ses réponses15. Une vingtaine de jours plus tard, comme à l’accoutumée, on procède à l’élection des bourgmestres. Mais cette année, commente le chroniqueur, « des élus on s’occupe peu », autre manière de dire que la magistrature communale est à ce moment vidée de sa substance et que le siège du pouvoir réside désormais en d’autres mains16. En septembre 1468 enfin, les Fugitifs qui reprennent la ville s’organisent encore suivant un schéma du même type. Ameil de Velroux, les frères de Streel, Vincent de Buren et Jean de Wilde : une poignée de petits nobles liégeois chassés du pays par la victoire bourguignonne dirige les opérations. Autour d’eux, on observe le manège de quelques proches. Au total, ces « principaliores », comme les nomme le légat Onofrius, n’excèdent pas la vingtaine d’hommes17. Ils encadrent la troupe des Fugitifs. À leur approche, la ville et le pays se soulèvent contre l’occupant bourguignon et s’en remettent à leur autorité. Ils s’emparent de la ville et la gouvernent. Ce sont eux encore qui servent d’interlocuteurs au légat et qui tentent une négociation avec Louis de Bourbon18.

12Ces quelques exemples permettent une première approche des structures de partis liégeois. On perçoit en particulier l’existence d’une hiérarchie très forte ainsi qu’une ventilation stricte des rôles par rang. Ils éclairent en outre les luttes d’influence qui agitent le sommet de la pyramide, prouvant à suffisance combien la hiérarchie de ces groupements est instable et continuellement susceptible d’être remise en question.

  • 19 Lévold de Northof, p. 75. — J. de Hocsem, p. 214–215. — J. d’O., Myreur, VI, p. 481–482.

13Quelle est l’ampleur des cercles partisans ? Nous ne pourrons pas dire grand chose des strates inférieures, peu présentes dans notre documentation. À la tête des formations politiques en revanche, un groupuscule s’articule autour d’une ou de quelques figures éminentes. Lorsque les chroniqueurs avancent un chiffre, ou lorsque des sources diplomatiques permettent un décompte précis, celui-ci est rarement élevé. La direction des mouvements se concentre en peu de mains. Dans les années 1325, en additionnant les bourgmestres et les autres dirigeants liégeois (négociateurs, émissaires etc.) engagés dans l’opposition à l’évêque on n’obtient qu’un total d’une dizaine de noms, autour de celui du châtelain de Waremme. Six ans plus tard, lorsque Pierre Andricas ourdit un complot contre les échevins, une quarantaine d’hommes le suivent et encourent une condamnation d’exil19.

  • 20 J. de S. fr p. 125–126. — J. de S., lat., p. 128 : Les chiffres cités par cet auteur varient selon (...)
  • 21 Cf. ci-dessus n. 9.
  • 22 Éd. dans P.F.X. De Ram, Documents, p. 389–391 (2 avril 1433).

14En 1403, seuls vingt hédroits sont reconnus comme instigateurs de la révolte et bannis. De même, dans ses commentaires du désastre d’Othée, Jean de Stavelot fournit diverses estimations du nombre de « malveillants », responsables du soulèvement et de ses conséquences tragiques. Ses chiffres n’excèdent pas la vingtaine20. Les chefs de la faction Datin, comme la coalition de leurs adversaires, font également état d’une grande faiblesse numérique. Moins de dix personnes sont perçues par les Datin comme chefs de la tendance adverse21. La sentence prononcée en avril 1433 par l’échevinage contre les conjurés comporte cinquante-deux noms22. Mais si l’on soustrait de ce nombre les hommes dont les noms nous sont inconnus et qui ne jouèrent probablement qu’un rôle mineur dans le parti, on s’aperçoit alors que le groupe dirigeant se restreint fortement pour ne plus dépasser la vingtaine de personnes. C’est ce cercle réduit aux Datin ainsi qu’à leurs principaux acolytes qui encourt d’ailleurs les peines les plus sévères : confiscation de biens et bannissement définitif.

  • 23 RCL, 4, p. 89–113 (10 septembre 1464).
  • 24 A. d’O., p. 51–52.
  • 25 A. d’O., p. 73.
  • 26 240 suivant A. d’O. p. 202. — 300 suivant Onofrius (p. 50). Les Fugitifs répandent la rumeur qu’il (...)

15À combien de personnes, enfin, s’éleva le nombre de dirigeants dans le parti anti-épiscopal, sous Louis de Bourbon ? Il est difficile de le dire, car cette opposition politique est une nébuleuse. Elle se présente en effet comme un agrégat de gens ou de groupes d’intérêts dressés contre l’autorité de l’élu mais sans pour autant avoir entre eux partie liée. Quelques documents permettent cependant une estimation plus précise. En 1464, la sentence d’excommunication prononcée par le légat pontifical Pierre Ferrici constitue un bon indicateur de l’ampleur de la contestation dans la cité mosane et des milieux — échevinage et commune — qui paraissent ses foyers les plus actifs. Dix-neuf Liégeois y sont en effet reconnus comme les principaux responsables de l’insubordination de la cité et excommuniés23. Cette sentence n’est pas notre seule source d’informations. En 1458, Adrien d’Oudenbosch évalue à « moins de vingt » le nombre de partisans de Guillaume de La Violette, mais l’efficacité compensant le nombre, ce petit cercle excite la rumeur24. Trois ans plus tard, après les élections de juillet 1461, un nouveau décompte permet à notre chroniqueur d’estimer à quinze environ (les bourgmestres, Jean Rigaut et 12 « autres ») le nombre d’hommes qui tiennent le haut du pavé dans la cité25. Enfin, en 1468, tandis que le nombre des Fugitifs oscille, suivant les auteurs, entre 240 et 300 personnes, celui de leurs chefs politiques et militaires ne dépasse pas la quinzaine26.

16Ces diverses relations mettent en évidence la présence au sommet du parti d’une petite faction — une vingtaine de personnes tout au plus — active et investie des plus fortes responsabilités, composée de gens qu’unissent de solides liens. Perçus par leurs adversaires comme les meneurs du groupe, ils sont aussi désignés comme les principales têtes à abattre. Ces hommes se voient donc infliger les peines les plus lourdes lorsqu’ils tombent aux mains de leurs ennemis.

***

17Il convient à présent de porter notre attention sur la composition et l’évolution des différentes strates ainsi que de s’interroger sur les rapports qui se créent au sein du groupement politique.

2. Figures de proue : capitaines et tribuns

A. L’image du chef : essai de typologie

18Quel portrait les auteurs tracent-ils des figures dominantes des partis, — y compris donc les évêques chefs temporels du pays et, par voie de conséquence, chefs de factions — en cas de conflit politique ? Qui sont-ils ? Quels facteurs leur permettent de s’imposer, d’émerger de la masse et de gouverner ?

  • 27 Ex. : J. de Haynin, 1, p. 223 (Raes de Heers), 2, p. 75 (chefs des Fugitifs).
  • 28 Onofrius, p. 81, 82. —J. de Hocsem, p. 194.
  • 29 J de Looz, p. 48.
  • 30 J. de Hocsem, p. 195.
  • 31 Art. 19 de la sentence de Lille (ROPL, p. 427).
  • 32 Hédroits en 1403 (C. de Zantfliet, col. 362).
  • 33 H. de Mérica, p. 240.
  • 34 À propos des Datin en 1433 (sentence de l’échevinage 2 avril 1433) éd. P.F.X. De Ram, Documents, p (...)
  • 35 Concerne les Datin, mandement de l’officialité (ibid., p. 384).

19Tantôt les chroniqueurs se bornent à énoncer la qualité de « leader » qu’ils reconnaissent à tel ou tel homme en vue, tantôt cette qualité apparaît dans le discours au travers de traits de personnalité qui leur sont attribués. La simple énonciation n’appelle guère de commentaires. Celle-ci concerne principalement des gens que caractérise une autorité indépendante d’un cadre officiel ou d’une étendue beaucoup plus large que celui-ci. Les formulations qui concernent ces personnages insistent soit sur leur prééminence : « soverain cappitaine », « souverain chieff cappitaine », « princhipaux cappitaines et gouverneurs » etc.27 ; soit sur leur qualité de meneur : « conduiseur », « ductores populi », « precipui Leodiensium duces », « qui apud populum magne auctoritatis erant28 » ; ou enfin les dépeignent sous les traits d’inspirateurs de comportement, portrait qui s’assimile souvent à celui du mauvais génie : « Razo dux erroris29 », André de Ferrières « promotor totius scismatis30 », « conspirateurs (...) contraires et rebelles à leur segneur et commoveurs de peuples31 », « dissidii fomes erant et promotores32 », « tantorum malorum intentores33 » « sediteurs, traiettez, malfaiteurs et parjurés34 » etc. Ces thèmes mettent l’accent sur des notions telles que l’aptitude au commandement, l’impact sur la foule ou l’initiation de soulèvements hostiles au pouvoir légitime. S’y ajoute encore, diffuse, l’idée de rupture de l’ordre établi, de déraison (cf. les « falsis et iniquis machinationibus [des Datin] (...) ut populum in furorem et seditionem disturbium35 »).

  • 36 J. de Hocsem, p. 21, 33 « patrem populi salutantes ». — 1402, p. 200. — Sur la valeur de cette exp (...)
  • 37 J de Looz, p. 48. Sur le patronus dans l’antiquité, cf. N. Rouland, Pouvoir politique, p. 277 svte (...)
  • 38 1402, p. 181.

20À côté de ces thèmes récurrents, quelques expressions attirent l’attention par leur forme plus inhabituelle. On sent d’importantes réminiscences antiques dans la description des relations de Henri de Dinant avec la foule. Pour Jean de Hocsem, Henri est un « demagogus », que les gens de Liège, à partir de 1256, appellent « pater populi36 ». Cent-cinquante ans après Hocsem, Jean de Looz voit en Raes de Heers un « patronus » du peuple37. Enfin, dans un autre domaine, on ne peut passer sous silence cet « ydolum quemdam38 » unique dans nos sources, appliqué par le rédacteur de la chronique de 1402 à Henri de Dinant et suggestif de l’idée sous-jacente de vénération fallacieuse dans laquelle la population liégeoise se serait fourvoyée.

  • 39 Sur ce type de littérature et le portrait du prince idéal : cf. B. Guénée, L’Occident, p. 137–142.

21Abordons le second point de notre enquête : les descriptions plus circonstanciées des leaders politiques. Quels traits de personnalité distinguent certains individus de leurs contemporains et les font émerger de la masse ? Sur ce point, nous regretterons l’absence de données émanant des partisans eux-mêmes qui nous aideraient à comprendre quelles qualités ceux-ci attendaient de leurs dirigeants. À défaut, nous nous fierons aux écrits de nos auteurs comme vecteurs de la pensée de leurs contemporains sur ce point. On pourra d’ailleurs se demander si, au-delà de la description de tel ou tel homme en vue, ne perce pas en filigrane, l’image du « chef idéal » tel qu’il était imaginé à cette époque39.

  • 40 C. de Zantfliet, col. 337–338.
  • 41 J. de Bav., p. 161–162.
  • 42 1402, p. 399–400
  • 43 A. d’O., p. 104.
  • 44 J. de Hemricourt, Miroir, p. 87.
  • 45 Mathias de Lewis, p. 125 (nécessité de l’indigénat). — Sur ce point, voir aussi l’avis du duc de B (...)

22Certaines qualifications sont liées à la stature socio-économique ou politique de l’individu, d’autres tiennent à sa seule personnalité. Une origine familiale prestigieuse est un atout considérable. A diverses époques et à des échelons différents, des auteurs illustrent ce fait. Pour Corneille de Zantfliet, Jean de Bavière est « generosus », c’est à dire issu de la haute noblesse. Sa prestigieuse extraction contribue d’ailleurs à le faire accepter par la population lors de son avènement40. Il partage cet avantage avec Thierry de Perwez « nativus et nobilior totius patrie41 », ou encore, quoique sur un pied plus modeste, avec Gilles de Lavoir, dont l’anonyme de 1402 souligne également la « generositas42 ». Enfin, nous savons par Adrien d’Oudenbosch que Raes de Heers présenta la brillante parenté de Marc de Bade comme une des qualités maîtresse du personnage43. Un bel état de fortune éblouit également. Par exemple, Jean de Lardier, l’un des dirigeants liégeois de la guerre des années 1325–1328 était « en si grant estat et tant ame de common peuple en la citeit de Liège, qu’il fausoit do peuple tot sa volenteit et tout governoit à son plaisier44 ». À la fin du xive siècle, les chroniqueurs insistent pareillement sur l’opulence matérielle dont jouit le tribun Gilles de Lavoir, dénonciateur des turpitudes des échevins liégeois. L’aisance matérielle est encore perceptible au travers d’autres mentions, et notamment de celles qui portent sur les corporations auxquelles les dirigeants politiques appartiennent (viniers pour Jean de Pont, pelletiers pour Pierre Andricas, drapiers pour Jean Jacquemot etc.). L’indigénat, notion d’ailleurs délicate à manier lorsqu’il s’agit de Liège — ville, pays, diocèse ? —, est un critère apparemment rarement avancé. Certes, dans les années 1370, la propension de Jean d’Arckel à s’entourer de conseillers et d’officiers étrangers45 indispose les notables liégeois qui s’estimant spoliés se rebellent contre le prélat. Mais seul Thierry de Perwez paraît choisi en raison, entre autres, de son origine géographique locale.

  • 46 J. de S. lat., p. 69. — J. de S. fr., p. 165. — 1402, p. 352 : Jean d’Arckel est dit « clericus sa (...)
  • 47 Relatio Schismatis, p. 15–16 : « cum jurisperitum se crederet ». — A. d’O., p. 118–119 : « simplic (...)
  • 48 Sur cette carence, cf. C. Renardy, Le monde, p. 182–192, 341–343.
  • 49 Cf. C. de Borman, Les Surlet, chanoines de Saint-Lambert, p. 39 : mention de Fastré à l’université (...)

23Pour s’imposer, l’assise matérielle et familiale ne suffit pas. Au delà de l’environnement, les auteurs se montrent attentifs aux qualités individuelles des hommes dont ils évoquent la figure. Examinons quelques-unes des facettes qui ressortent de leur personnalité. Ainsi, quelle importance revêt, aux yeux de nos témoins, la formation intellectuelle des dirigeants politiques ? Voyons les ecclésiastiques. Les auteurs soulignent volontiers le degré de culture et d’instruction atteint par les prélats liégeois. Ainsi, Jean d’Arckel ou Jean de Walenrode, tous deux juristes, sont « doctes46 ». En revanche, ils stigmatisent la faiblesse du bagage de Henri de Loen ou Alard de Buren, les officiaux choisis par Thierry de Perwez et par Marc de Bade et tirent argument de cette carence comme d’un manquement supplémentaire à reprocher à leurs adversaires47. Quoique notre information soit à cet égard très pauvre, d’une manière générale chez les politiciens laïcs, les gradués paraissent rares48. André de Ferrières, Lambert Grégoire, Gilles Chabot et Fastré Baré Surlet49 ont reçu une formation universitaire. À l’égard des deux premiers, les auteurs montent leur qualité de gradué en épingle. Par leur rébellion, ces hommes ont déshonoré leur titre. C’est un grief de plus à retenir contre eux. En ce qui concerne Gilles et Fastré Baré Surlet, tous deux destinés, dans un premier temps à la cléricature, leurs années d’études ne paraissent guère avoir retenu l’attention, ni suscité de commentaires.

  • 50 Voir en particulier J. de Haynin, I, p. 227. — Cf. aussi par ex. : H. de Mérica, p. 280 : « Razo ( (...)
  • 51 Relatio Schismatis, p. 18.
  • 52 Cf. 1402, p. 170.
  • 53 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 41. — Cf. aussi : Miroir, p. 136 — 383–384.
  • 54 J. de Hocsem, p. 198–199, 143–144, 210.

24Les chefs dont on cerne ici la personnalité sont des hommes d’État, des « hommes politiques » plus que des gens de guerre. Les qualités physiques comme les aptitudes au commandement militaire sont peu mises en relief. Certes, Raes de Heers est un piètre chef d’armée et ses détracteurs ne se privent pas de le souligner50, mais cette critique s’inscrit dans un contexte dépréciatif plus large du chef liégeois, ce qui lui ôte un peu de sa portée. Quatre hommes se détachent pourtant par leurs qualités guerrières : Henri de Perwez « validas olim in armis51 », l’élu Henri de Gueldre que l’on disait plus attiré par la chevalerie que par l’état ecclésiastique52 ; enfin les deux figures emblématiques de l’affrontement des années 1325–1328, Guillaume de Geneffe et son évêque Adolphe de La Marck. Tandis que Jacques de Hemricourt évoque avec une admiration non dissimulée les qualités athlétiques du châtelain de Waremme « desmezureement fors et ly plus poissant chevalier de corps de membres et de grandeche de stature qui fuist en ce paiis53 », Jean de Hocsem se souvient des talents du fougueux prélat : cavalier adroit et surprenant d’ardeur à la bataille d’Airbonne en 132854.

  • 55 Relatio Schismatis, p. 13–14. — Sur cette trilogie de péchés, cf. B. Guénée, Un meurtre, p. 82–87, (...)
  • 56 C. de Zantfliet, col. 423–424. — Lévold de Northof, p. 68.
  • 57 J. de Hocsem, p. 214.
  • 58 J. de Bav., p. 162. — C. de Zantfliet, col. 367–368. — Relatio Schismatis, p. 18 « validus olim in (...)
  • 59 A. d’O., p. 48 :« quia dominus electus juvenis erat et inexpertus ». — 1402, p. 170 : « cum esset (...)

25Au fil des pages, d’autres traits caractérisant tel ou tel chef politique se dégagent encore. Relevons quelques exemples. Jacques Baddut est un paveur « plein de vices ». Lambert Grégoire juriste savant mais dévoyé, suspecté de sorcellerie est marié, avide, orgueilleux, envieux55. Wathieu Datin est « pecunarii cupidissimus », Guillaume de Geneffe, mû par T« invidia56 », Pierre Andricas « capitosus57 ». Le portrait de Henri de Perwez n’est guère plus reluisant. Le mambour est vieux, honnête, noble. Il fut autrefois un vaillant guerrier. Mais aujourd’hui, regrette l’anonyme de la Relatio Schismatis, il n’est plus que l’ombre de lui même : ingrat des bienfaits des prélats de Liège et subissant l’emprise conjuguée de sa femme Aléide de Rochefort et des Hédroits58. Quant à Henri de Gueldre et Louis de Bourbon, des chroniqueurs parlent d’eux comme de « juvenes ». On soulignera ici l’emploi de ces termes souvent appliqués à des personnages non encore établis et on les interprétera dans un sens d’« immatures », d’hommes manquant de la pondération nécessaire pour gouverner59.

  • 60 J. de Hocsem, p. 195. — C. de Zantfliet, col. 363–364. — Relatio Schismatis, p. 13–16. — Sur le ca (...)
  • 61 Relatio Schismatis, p. 14 (Mathieu de Glain, É. Poncelet, Sainte-Croix, I, p. cxxii).

26Avant de poursuivre, une question se pose. Jusqu’à quel point ces portraits, souvent sévères, sont-ils fiables ? Outre le problème soulevé par le décalage chronologique entre un auteur et le personnage dont il juge l’action, on devine des constantes dans le contenu de ces descriptions. À bien des égards, les critiques paraissent stéréotypées et attachées à dénoncer les failles d’un individu, par rapport à un archétype. On observe donc la récurrence de motifs tels que l’avidité, l’envie ou l’orgueil ; le thème du clerc marié ou vivant en concubinage, appliqué respectivement à Henri Loen, André de Ferrières et Lambert Grégoire60. Les chroniqueurs recourent encore fréquemment à un autre procédé rhétorique. Ils assortissent d’un correctif dépréciatif ce qu’une simple affirmation pourrait avoir de trop flatteur. Ainsi, le mambour de Perwez est noble et honnête, mais affaibli par l’âge et dominé par Aléide ; Lambert Grégoire est savant mais soupçonné de sorcellerie. Quant aux études effectuées à Cologne par le chanoine hédroit Mathieu de Glain, elles ne furent qu’un prétexte pour se soustraire aux rigueurs de la justice épiscopale liégeoise61. Ces diverses observations invitent donc à la prudence.

  • 62 J. d’O., Myreur, V, p. 303. — Sur l’éloquence, qualité essentielle du chef à la fin du Moyen Âge, (...)
  • 63 1402, p. 309. — J. de Hocsem, p. 214. — J. d’O., Myreur, VI, p. 293
  • 64 J. de S. fr, p. 294–595.
  • 65 Raoul de Rivo, p. 50
  • 66 J. de Hemricourt, Miroir, p. 31
  • 67 J. de Hocsem, p. 194.
  • 68 J. d’O., Myreur, VI, p. 159, 117–119. — Voir aussi des exemples dans Mathias de Lewis, p. 111 (Jea (...)

27En dépit de ce parti-pris d’hostilité très perceptible, le talent oratoire doublé d’un efficace don de persuasion est une caractéristique très souvent mise en relief. Henri de Dinant est « bien creüs62 », Pierre Andricas a « grande audienche », il est « eloquens63 ». Au xve siècle, Tilman Waldoreal se voit reprocher ses « grans parleirs » devant le peuple64 et le clémentin Henri Gilles est « audax et eloquens65 ». Restons-en là. Le talent oratoire est fréquemment signalé dans les textes. La question du contenu de ces harangues sera reprise plus loin. À présent, examinons les effets de cette faculté sur la population. L’échevin Jacques Chabot qui était « grandement creüs » était aussi « binameis66 », terme encore en usage de nos jours et au travers duquel les Liégeois percevront que Jacques était à la fois bienveillant et attirait la sympathie. Comme le suggère le chanoine Hocsem, la puissance du verbe a des effets pervers : « ductores Leodienses (...) aures seducti populi vento repleant mendaciter67 ». D’autres auteurs partagent cet avis. Durant la guerre du début du xive s., selon Jean d’Outremeuse, le bourgmestre Jean de Pont était à ce point persuasif et « tant subtilh » que la population en arriva à « bien croire teilement se fauseteit68 ».

  • 69 Sur la prédication et le talent oratoire cf. par exemple le livre de H. Martin, Le métier de prédi (...)

28Un autre facteur important de mise en point de mire aux yeux de la foule est le contact avec des personnages influents souvent extérieurs à la cité mosane ou au pays. C’est un point sur lequel nous reviendrons dans un prochain chapitre. Pour l’heure, le portrait du chef qui se dégage de nos multiples observations serait donc celui d’un homme de bonne extraction, doté d’une certaine aisance matérielle, éventuellement instruit, mais surtout persuasif et, à l’instar des prédicateurs populaires69, doté d’un solide talent d’orateur, une qualité fréquemment requise des candidats à une carrière politique à la fin du Moyen Âge.

B. Pouvoir et charges officielles : étendue et limites d’une emprise

29De quels poids peuvent être les offices ou les charges exercées par un leader dans son emprise sur la foule ? Posons la question en d’autres termes. Pourquoi en 1403, par exemple, les Liégeois en quête d’un chef, se tournent-ils vers Henri de Perwez ? Peut-être parce qu’aux avantages déjà énoncés d’attaches familiales importantes, Henri jouit de cet a priori favorable que représente son expérience dans le domaine militaire et le gouvernement.

30Plus que l’échevinage, dont l’accès est conditionné par l’extraction familiale et la faveur de l’évêque, la bourgmaîtrise est affaire de personnalité. Cette magistrature servira de base à notre réflexion. La liste des bourgmestres reconstituée pour les années qui vont de 1313 à 1468 comporte 158 noms, représentant 127 élus au cours de 125 ans. Ce total tient compte des lacunes de la documentation, des périodes durant lesquelles l’exercice du pouvoir communal fut suspendu et du délai fixé entre deux élections successives d’une même personne, qui varia en durée suivant les époques :

Nombre de mandats

Nombre de bourgmestres

Pourcentage

1

68

54,3

2

33

25,1

3

14

11

4

3

2,3

5

3

2,3

plus de 5

6

4,7

  • 70 En 1374, 1378, 1380, 1384, 1391, 1393, 1397 année de sa mort. (J. d’O. ab., p. 200, 216, 228. — CS (...)

31À partir de la fin du xive siècle, quand il tend à l’exhaustivité, le relevé permet plusieurs constatations : Ainsi, la proportion de mandats uniques ou limités à deux au cours d’une carrière est élevée (près de 80 % du total), ce qui paraît significatif d’une circulation importante de cette magistrature parmi la notabilité liégeoise. En outre les hommes les plus souvent élus (5 mandats au moins, échelonnés sur une vingtaine d’années en moyenne) sont d’une part des dirigeants de la faction anti-Datin (François de Bierset, Henri delle Chaussée, Gilles de Metz, Alexandre de Seraing, Fastré I Surlet, Fastré II Surlet — 7 élections), d’autre part des personnages dont les contemporains ont souligné le charisme, tel Jean Le Coq, omniprésent dans la politique liégeoise du dernier quart du xive siècle, qui exerce sept fois la bourgmaîtrise entre 1374 et 139770.

  • 71 (Mai-juin 1456) A. d’O., p. 46. — Deux ans plus tard, c’est au tour de Waldoreal de perdre l’appui (...)

32Cette charge constitue une charnière dans une carrière. Résultant d’une élection, elle suppose une action préliminaire du futur élu, action qui échappe souvent à notre observation. Mais en même temps, elle paraît porteuse d’un pouvoir personnel certain, débordant parfois des limites qui lui sont assignées par la réglementation en vigueur. Les sources montrent que l’influence de Jean le Coq découle avant tout de sa mainmise sur la magistrature communale. Est-ce un hasard ? Il n’est en tout cas pas seul dans ce cas. Jean Jacquemot, drapier de connivence avec Adolphe de La Marck en 1343, était justement bourgmestre lorsqu’il mit au point sa convention avec l’évêque. Au siècle suivant, phénomène comparable, peu avant son abdication, Jean de Heinsberg qui sentait s’affaiblir la ferveur populaire à son égard s’entendit avec le bourgmestre Tilman Waldoréal. Le prélat espérait que la popularité dont ce dernier jouissait l’aiderait à restaurer sa propre image dans le public liégeois71. L’attitude des Datin et de leurs adversaires à propos de cette magistrature communale paraît également riche d’enseignements sur le potentiel de prestige et de pouvoir qui s’y attache. Sitôt son rétablissement décidé en 1417, la bourgmaîtrise devient en effet l’objet des convoitises de ceux qui se disputent la suprématie sur la ville. Durant plus de dix années, les partis rivaux s’arrachent cette charge, dont Wathieu Datin a été le premier à s’emparer.

  • 72 J. d’O. ab, p. 222.
  • 73 J. de S. lat., p. 109. — J. de S. fr, p. 104 : « Et deveis savoir que sour le chemyn revenant ledi (...)
  • 74 1402, p. 379. — C. de Zantfliet, col. 316.

33Un mandat de bourgmestre est donc une source importante de pouvoir, à Liège et dans le pays. Elle représente le signe incontestable de popularité d’un homme et parfois, au travers de sa personnalité, de son parti. Nos sources livrent ainsi diverses illustrations de charges magistrales obtenues à la suite d’un coup d’éclat. Gilles de Lavoir et Jacques Baddut sont deux exemples révélateurs. Gilles de Lavoir obtient son unique mandat en juillet 1387, soit quelques mois à peine après avoir soulevé la ville et le pays contre l’échevinage72. Quant à la victoire de Jacques Baddut au scrutin de 1407, Jean de Stavelot, y voit une conséquence directe de la mission que Jacques a effectuée au printemps précédent auprès de Benoît XIII, et de son arrestation par les hommes de Jean Sans Peur sur la route du retour73. Il n’empêche que beaucoup de ces élections apparaissent aussi comme des triomphes partisans. Fastré Baré de Lardier est, en effet, élu deux ans après avoir mené à la victoire les troupes liégeoises contre Eustache Persand de Rochefort74 ; Jean le Coq et Gilles de Lavoir paraissent des produits d’un pouvoir communal qui s’est imposé dans le sillage d’Arnould de Hornes, contre les Clémentins. Enfin, Jacques Baddut, Laurent Lamborde, Baudoin delle Roche, Jean delle Chaussée et Lambert Grégoire se font élire sous le gouvernement hédroit. Ces succès électoraux ne sont certainement pas fortuits, les cinq hommes appartenant tous à la faction que conduisent Henri et Thierry de Perwez.

  • 75 A. d’O., p. 121.
  • 76 J. de S. fr, p. 290.
  • 77 J. de S. fr, p. 307.
  • 78 Sur la politique de Raes durant sa bourgmaîtrise : voir plus loin. — Sur la famille de Jean Heylma (...)

34Devenus mandataires, quelques bourgmestres se dégagent de l’emprise de la formation qui les a propulsés et mènent une action personnelle. D’autres élus, en revanche, servent surtout de simples prête-noms à des hommes qui, de la coulisse, gouvernent à leur place. C’est ce constat qui inspire à Adrien d’Oudenbosch un commentaire désabusé sur les élections de 1465, époque de la toute-puissance de Raes de Heers et Baré Surlet : « A la Saint-Jacques, furent élus Jean [delle Boverie dit] le Ruitte et le seigneur Jean de Seraing, « sed parum curabatur de eis75 ». Plus tôt déjà, le répertoire des bourgmestres avait permis de pressentir d’autres situations analogues, par exemple durant les années de conflit Datin. Le rapport de forces entre les bourgmestres apporte une autre limitation de fait à la puissance intrinsèque de la fonction magistrale. Cette disproportion apparaît par exemple très clairement sous la plume de Jean de Stavelot lorsqu’il juge l’élection de Guillaume Datin et de Jean de Bolré dit de Lévrier, en 1432. Le chroniqueur perçoit parfaitement que les Datin et leurs amis ne font « cure de li, fours que de Willem, (...) car che estait cheli dont toute la puissanche poioit venir à Waltier Datin76 ». Jean de Lévrier n’a pas de poids politique réel et son maintien en poste après l’Épiphanie 1433 est un signe de son insignifiance77. Trente ans plus tard, quand Raes de Heers utilise son unique élection pour se propulser au pouvoir, il se voit adjoindre Jean Heylman du Sart, un collègue peu encombrant dont c’est le deuxième mandat. La politique liégeoise se ressent bientôt du mouvement que Raes lui imprime78.

C. Les mambours : des chefs choisis

  • 79 J. de Hemricourt, Patron delle temporaliteit, p. 67–68.
  • 80 Cf. par ex. les 5 chefs de guerre choisis par les Liégeois en guerre contre Adolphe de La Marck (J (...)

35Interrogeons-nous, à présent, sur les rapports entretenus entre les strates dirigeantes d’un parti et certains de ses chefs. Ceux dont il sera question ici sont les « mambours ». Dans le Patron delle Temporaliteit79, Jacques de Hemricourt expose qu’en cas de « débat ou guerre ouverte » contre l’évêque, les villes, en accord ou non avec le chapitre, sont en droit de se doter « d’un capitaine et conducteur [...] qui les dirigera lors de cette guerre et auquel ils s’en remettront comme à leur souverain pendant cette période ». Contrairement à l’élection du prince légitime sur laquelle ils n’ont aucune prise, les Liégeois peuvent se choisir un mambour. Notre propos se concentrera non sur les simples chefs de guerre, sélectionnés pour leur aptitude au commandement militaire et qui ne paraissent pourvus d’aucun pouvoir politique particulier80, mais plutôt sur ceux qui reçoivent une autorité de plus grande envergure. Entre 1370 et 1467, on dénombre dans nos sources quatre dirigeants de ce type : Walter de Rochefort, Arnould de Hornes, Henri de Perwez et Marc de Bade. Leur aventure à la tête du pouvoir liégeois fut de longueur et de bonheur très inégaux. Intéressons-nous d’abord aux circonstances de leur avènement.

  • 81 Récit détaillé de ces événements, É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache, p. 213–219.
  • 82 Récit et analyse de ces événements : J.L. Kupper, Marc de Bade, p. 56–73. — G. Xhayet, Raes de Hee (...)

36Entre 1372 et 1376, durant la guerre contre Jean d’Arckel, Walter est appelé cinq fois à la mambournie. À la mort de ce prélat, le pape Urbain VI à peine élu transfère Arnould de Hornes, évêque d’Utrecht, au diocèse de Liège. Théorique jusque-là, ce transfert se concrétise quand les Liégeois, en désaccord avec leur propre élu Eustache Persand, se tournent vers le confirmé de Rome. Ces tractations ont lieu en 1378. Dans cette période d’instabilité pontificale, Arnold qui craint d’abandonner Utrecht pour un hypothétique siège liégeois, hésite. Il opte finalement pour un compromis. Dans un premier temps, les Liégeois l’élèvent à la mambournie, à condition que lui-même, — c’est la seconde phase de la procédure —, accepte le siège de Saint-Lambert81. Henri de Perwez fut choisi à trois reprises comme mambour par les Liégeois : en 1389, à la mort d’Arnould de Hornes, puis deux fois par les Hédroits, en juillet 1403 et du 26 septembre 1406 jusqu’à la défaite d’Othée, le 23 septembre 1408. Les circonstances de l’avènement et du séjour de Marc de Bade à la tête du pays de Liège, d’avril à septembre 1465, sont bien connues grâce au récit d’Adrien d’Oudenbosch. Le prince allemand arrive à Liège, à l’invitation de Raes de Heers, qui a imposé son choix aux États du Pays82. Les pouvoirs de Marc de Bade lui sont concédés. Les rapports de ce nouveau chef avec ses sujets, qui sont aussi ses commettants, se ressentent de cette origine.

37La contestation, le partage effectif des responsabilités entre le régent et les dirigeants liégeois constituent en effet autant d’indices de relations ambiguës. Ils amènent à s’interroger sur les rapports d’autorité établis par les Liégeois avec ces hommes qu’ils ont investis d’un pouvoir à exercer sur eux-mêmes. Concrètement, qui détient effectivement le pouvoir ? Comment se répartissent les responsabilités ?

  • 83 Cf. par ex. les contributions exigées du clergé par les bourgmestres et le mambour 1376 (J. de S. (...)
  • 84 1402, p. 411–413. — É. Fairon, Chartes confisquées, p. 31–32 (10 oct. 1389).
  • 85 Cf. par ex. le procès contre l’échevinage en 1386 mené conjointement par les autorités communales (...)
  • 86 La titulature de Marc de Bade est mentionnée dans un acte du 13 août 1465 : « administrator, postu (...)
  • 87 A. Krieger, Handlung, p. 472. — Les relations entre Raes de Heers et Marc de Bade, détaillées plus (...)

38Les témoignages vont en sens divers. Ainsi, c’est ensemble que les bourgmestres liégeois et le mambour dirigent la guerre de 1372—137683. En 1389, tandis que Henri de Perwez exerce la mambournie, un seigneur allemand lance une attaque contre le pays. À nouveau, bourgmestres et mambour se concertent pour organiser la riposte84. Henri doit, il est vrai, son élection à l’appui des bourgmestres. En échange, on devine qu’il doit leur céder une part de son autorité et de son pouvoir de décision. De même, durant le règne d’Arnold de Homes, se constate de nouveau une grande force de la cité et un partage de l’autorité entre les pouvoirs laïcs et l’évêque85. Les mêmes causes engendreraient-elles les mêmes effets ? Cette situation ne résulterait-elle pas, notamment, des circonstances particulières qui ont présidé à l’avènement de l’évêque Arnold ? Le partage des responsabilités entre le mambour et son commettant atteint son apogée sous l’éphémère gouvernement de Marc de Bade. Adrien d’Oudenbosch retrace le détail des tractations qui amenèrent Marc dans le pays de Liège. Il souligne le rôle éminent tenu à cette occasion par Raes de Heers. Le chef liégeois obtient des États un blanc-seing pour l’élection d’un mambour dont il refuse de dévoiler le nom. Puis, dès l’entrée solennelle de Marc (pourvu du titre de « régent », spécialement créé à Liège pour lui86) il se tient à ses côtés, et constamment, se comporte en second du régime, en « Hofmeister », comme il est dit dans une source badoise87.

  • 88 J. d’O. ab., p. 206–207.

39Cohabitation et partage du pouvoir connaissent pourtant des limites. Ils sont imputables à l’une comme à l’autre partie. En 1376, Jean d’Outremeuse décrit les efforts de Walter de Rochefort pour se dégager de l’emprise magistrale et, fort de l’appui populaire, tenter d’imposer une autorité personnelle88. En pleine expédition militaire — la campagne de Limbourg d’août 1465 — une querelle éclate entre Marc de Bade et Raes de Heers au terme de laquelle le régent plante-là son allié pour regagner en toute hâte ses terres de Bade.

  • 89 Mathias de Lewis, p. 130.
  • 90 J. d’O. ab., p. 208.
  • 91 1402, p. 380–381.
  • 92 J. de S. fr, p. 115 (31 mai 1408 : rumeur d’une pénurie de vivres qui facilitera la prise de Maast (...)

40La population peut également dénoncer les termes du pacte conclu avec un mambour. Un premier exemple a pour cadre les derniers temps de la guerre contre Jean d’Arckel. Au début du mois de mai 1376, le pays de Looz et la Basse-Meuse essuyent plusieurs attaques des forces épiscopales, sans susciter la moindre réaction de la part du mambour89. Le 20 mai suivant, à l’assemblée liégeoise, Tongriens et Lossains protestent solennellement contre cette marque de désinvolture et dénoncent l’inertie de Walter de Rochefort. Leur plainte s’assortit d’une menace. En ne les protégeant pas, Walter a failli à sa tâche et rompu le contrat qui le liait au pays. Ses sujets parlent donc de le décharger de sa mission au profit d’un autre mambour. Face à ce risque, Walter de Rochefort s’engage à plus de vigilance pour l’avenir. La promesse ne suffit pas à dissuader les Hesbignons de se choisir deux autres capitaines90. En 1378, Arnold de Homes, qui montre peu d’empressement à rejoindre ses nouvelles ouailles, s’attarde à Utrecht. Bientôt, les Liégeois s’impatientent et, face à ces atermoiements, envisagent de recourir aux services d’un autre pasteur et chef d’État91. Henri de Perwez se heurte lui-aussi à une contestation et à une remise en cause de son autorité. Encore une fois, la dissension est d’ordre militaire. En 1408, devant les murs de Maastricht qu’ils assiègent, les Liégeois s’aperçoivent du caractère fallacieux de propos tenus par Henri qui leur promettait une prise aisée de la ville. Sous le coup de la désillusion, ils menacent de se mutiner92.

  • 93 Relatio Schismatis, p. 18. — C. de Zantfliet, col. 367–368. — J. de Bav., p. 161–162. — Responsabi (...)

41Les faits décrits mettent en lumière un pouvoir d’origine nettement partisane, confié à un homme par des autorités de parti, dans des contextes conflictuels. Dans ce cadre bien spécifique, une question se pose. Qui détient l’autorité : le mambour ou ceux qui le choisissent ? Des chroniqueurs proposent leur avis. En ce qui concerne les Perwez, histoire d’accabler encore davantage les Hédroits, le rédacteur de la Chronique du règne de Jean de Bavière et comme celui de la Relatio Schismatis, se prononcent unilatéralement en faveur d’une responsabilité du parti. Selon eux, Henri de Perwez est sous la complète emprise des Hédroits, manipulé par Lambert Grégoire et le bourgmestre Jean delle Chaussée, qui ont pris contact avec lui93. En réalité, la réponse appelle souvent plus de nuances. Même s’il est impossible d’évaluer précisément le poids politique des uns et des autres, nous constatons ici, qu’à l’inverse de l’autorité épiscopale, imposée aux Liégeois, le pouvoir du mambour apparaît schématiquement comme un pouvoir confié par la base (ou les délégués de celle-ci) à un chef, créature du parti, pour être ensuite gouverné par lui, mais dans le respect de conditions strictement définies.

3. Répartition des rôles et rang dans la hiérarchie

42Revenons à la corrélation entre le rang dans la hiérarchie et la tâche exercée au sein de l’organisation. Les hommes du second plan fourniront sur ce point un intéressant angle de vue.

  • 94 J. de S. fr, p. 255 « car tout fois que la citeit estoit ensemble ou li oust [siège de Bouvigne, 1 (...)

43À partir de 1429 quand une sentence d’exil frappe Wathieu Datin, à Liège, ses amis s’activent pour obtenir son amnistie94. Entre 1403 et 1406, tandis que les meneurs hédroits se trouvent en exil, leurs amis à Liège travaillent à obtenir leur rappel. En remontant plus haut encore dans le temps, en 1382, on voit le mouvement clémentin relancé à Liège par un chanoine de Saint-Barthélemy, Jean de Sprimont ; un sursaut qui pourrait résulter de la sujétion de cet ecclésiastique vis-à-vis d’Eustache Persand de Rochefort, chef de file exilé à la cour d’Avignon.

44Au cours du règne de Louis de Bourbon, les missions politiquement délicates sont de préférence réservées à des seconds plans. Examinons par exemple la personnalité des négociateurs liégeois de la Paix de Saint-Trond (décembre 1465) et de sa révision d’Oleye (septembre 1466). Gilles de Metz, Jean de Seraing, Mathieu Hawéal, Gérard le Pannetier, Jean Heylman de Sart, et Renard de Rouveroy, chargés des intérêts liégeois à l’automne 1465 puis en septembre 1466, sont des notables, socialement et économiquement. En outre, ils jouissent de ce crédit que confère une carrière prestigieuse et passent donc, aux yeux de leurs interlocuteurs, pour des partenaires acceptables. Politiquement pourtant, ces hommes, que l’on envoie alors parlementer avec l’adversaire, sont affaiblis à Liège et ont dû s’incliner devant Raes de Heers et Fastré Baré Surlet, qui les ont évincés. Ceux-ci au contraire évitent de se compromettre dans des pourparlers aux allures de guêpier.

  • 95 Sur ces négociations et les délégués liégeois : P.F.X. De Ram, Documents, p. 533–534 (23 nov. 1465 (...)
  • 96 RCL, 4, p. 197–200 (10 septembre 1466).

45En septembre 1466 l’exigeance émise par Charles le Téméraire de recevoir cinquante otages en garantie du respect des conventions de paix donne encore lieu à un comportement de ce genre. Qui les opposants décident-ils de livrer aux Bourguignons ? La liste qu’ils dressent ne comporte aucun nom d’homme de l’avant-plan politique du moment. En revanche, sur les trente Liégeois qui s’y trouvent mentionnés, on lit les noms d’Arnould de Berloz, Jean Rigaut le jeune, Henri Rosseal, Gilet Poncin, Guillaume Baré [Surlet], Jean Damesart95. Certes, ces patronymes évoquent des figures connues de la politique et de la notabilité liégeoise. Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit que les hommes dont les Liégeois consentent à se séparer ne sont qu’apparentés aux chefs politiques du moment (Berloz, Rigaut, Surlet) ou sont d’anciens dirigeants, dont l’étoile a aujourd’hui pâli (Poncin, Rosseal). Il peut encore s’agir de grosses fortunes économiques mais peu actives sur le plan politique. Il apparaît ainsi que les Liégeois envoient au feu des personnalités acceptables socialement et politiquement mais qu’ils se gardent de dégarnir T avant-scène politique. Le duc Charles comprit d’ailleurs le stratagème. Deux mois plus tard, il exigea un autre contingent d’otages, dont il avait lui-même fixé la composition. Le gibier réclamé avait une valeur plus élevée : Gérard delle Cop d’Or, Guillaume de Berloz et Raes de Heers notamment figuraient sur sa liste96.

  • 97 A. d’O., p. 152.
  • 98 J. de S. fr, p. 288.
  • 99 A. d’O., p. 103 (23–24 mars 1465).

46Les sources font état d’autres missions. Comme nous le suggérions dans le paragraphe relatif aux hiérarchies, les seconds couteaux des partis servent d’intermédiaires entre les chefs politiques et la foule. Pour nous convaincre de ce fait, revenons à ces pittoresques figures de « vieux-wariers » que l’on voit, en juillet 1432 à l’assemblée, chargés de faire opiner la foule en faveur des Datin97. De même, en 1465, Adrien d’Oudenbosch fait allusion aux bourgmestres Guillaume de Berloz et Mathieu Hawéal obligés de faire admettre aux États le bien fondé de l’élection d’un mambour, comme l’ordonne Raes de Heers98. C’est encore cet auteur qui décrit à l’automne de la même année les lieutenants de Raes, dirigeant pour le compte de leur maître, l’inventaire des biens de Marc de Bade, entrepris par les métiers99. Il est inutile d’allonger cette énumération. Sommairement donc, ces hommes dont le rang social et économique paraît élevé se confinent dans des rôles secondaires ou d’appoint. Ils contribuent à la réussite des objectifs de leurs chefs et servent de courroie de transmission entre eux et le peuple. Mais ces seconds plans ne semblent pas avoir, personnellement, prise sur la décision politique elle-même.

4. Les revirements

47Les partis sont des structures complexes. Certains groupes paraissent solidement unis et se concentrent durant plusieurs années sur une action commune. Nous les évoquerons bientôt. Cependant, les sources permettent aussi de conclure à d’importantes fluctuations au sein des mouvements partisans. Pour étudier ce phénomène, il semble que la démarche la plus efficace consiste à observer le parcours de quelques leaders politiques. Malheureusement, faute de documents adéquats, cette méthode n’est pas applicable avant la fin de l’époque que nous envisageons. Avant le milieu du xve siècle, nous devons recourir à des renseignements plus ponctuels. Les changements de cap concernent des gens du premier plan. S’il est évidemment impossible de chiffrer le pourcentage de partisans qui, à un moment où l’autre de leur carrière, firent volte-face et se retournèrent contre leurs alliés initiaux, il est néanmoins certain que ces comportements étaient monnaie courante et que favoriser les revirements au sein du camp adverse faisait partie de la stratégie partisane. Au cours des 200 années que nous étudions, les sources offrent plusieurs exemples de ruptures d’alliances.

  • 100 A. d’O., p. 122 (Gérard delle Cop d’Or dirige cette opération).
  • 101 1402 p. 203. — J. d’O., Myreur, V, p. 366.
  • 102 J. de Hocsem, p. 136. —J. d’O., Myreur, p. 157–161.
  • 103 J. de Hocsem, p. 185. — 1402, p. 289–290. — Sur ces personnages : É. Poncelet, Les maréchaux, p. 2 (...)
  • 104 J. de Hocsem, p. 193.

48Puisons quelques exemples au sein des rangs anti-épiscopaux. En 1256, les lieutenants de Henri de Dinant choisissent d’abandonner sa cause pour s’accommoder de la paix conclue avec Henri de Gueldre100. En 1312, le bourgmestre Jean de Pont, vinier, trahit à deux reprises les intérêts qui lui sont confiés. Élu des métiers, il se tourne bientôt vers les Grands, puis quand la situation se détériore de ce côté, il se rétracte et effectue un retour vers ses premiers alliés101. À partir du règne d’Adolphe de La Marck, Guillaume de Geneffe ouvre la série. Le chef Awans rentré dans les bonnes grâces épiscopales après la Paix de Fexhe et élevé en 1322 au rang de maréchal d’armée rompt deux ans plus tard son alliance avec l’évêque. En riposte, Adolphe transfère alors la maréchalerie à un Waroux : Walter de Warfusée, seigneur de Hermalle102. Au xive siècle encore, un des plus farouches adversaires d’Adolphe de La Marck, Maître André de Ferrières, « promotor totius scismatis103 », comme écrit de lui Jean de Hocsem, abandonne plus tard la commune pour une charge de conseiller épiscopal sous Englebert de La Marck, en guerre contre les Liégeois104.

  • 105 A. Verkooren, Inventaire des chartes, II, p. 181 (alliance d’Englebert de La Marck avec Jean III d (...)
  • 106 Henri de Perwez est sénéchal du comté de Looz sous le règne d’Arnold de Hornes et conserve cette c (...)
  • 107 C. de Zantfliet, col. 342.
  • 108 1402, p. 428. — En 1398, Henri de Perwez est toujours pro-épiscopal (cf. J. d’O., ab, p. 233–234).
  • 109 J. de S. fr, p. 18.

49L’adhésion au parti Hédroit entraîne également quelques revirements spectaculaires. Sans conteste, le plus fameux est celui opéré par Henri de Perwez. Quelle est, en effet, sa trajectoire politique ? Officier et membre assidu de l’entourage épiscopal, ce neveu de l’évêque Arnould de Hornes est choisi par le chapitre et le pays comme mambour, à la mort du prélat, en 1389105, L’avènement de Jean de Bavière ne modifie pas sa politique. Pour le compte de son nouveau seigneur, Henri dirige la garnison de Stockhem en 1393106. Deux ans plus tard, lorsqu’éclate le premier soulèvement contre l’Élu, l’affaire du « ban de Seraing », il s’empare de la place d’Eyck et, de force, la soumet à l’obédience épiscopale107. Huit ans plus tard, en 1403, Henri de Perwez prend la tête de la première insurrection contre Jean de Bavière, puis, en 1406 accepte la mambournie du pays passé aux mains des Hédroits. Baudouin delle Roche connaît un parcours fort voisin du sien. Associé à Henri de Perwez dans la défense de Stockhem108, lui aussi lâche le prélat quelques temps plus tard, assure la promotion de la faction des Hédroits et se fait élire à la bourgmaîtrise sous leur égide109. Après la bataille d’Othée, ce parti cesse d’être attractif. Pire, il devient même source de danger. Au soir de la débâcle, à Liège, quelques anciens partisans des Perwez, et non des moindres qui ont senti le vent tourner, tentent une manœuvre désespérée. Jean de Rochefort-Agimont et Jean de Seraing capturent en effet quelques-uns de leurs anciens alliés et parlent de les livrer aux vainqueurs. Cette défection de dernière minute ne trompe personne.

  • 110 J. de S. fr, p. 120. — J. de Bav., p. 202. — C. de Zantfliet, col 392.

50Eux-mêmes arrêtés, Rochefort et de Seraing sont exécutés en même temps que leurs prisonniers, lors de la cérémonie expiatoire qui se déroule le 29 septembre suivant dans le campement bourguignon110.

  • 111 A. d’O., p. 107. — Onofrius, p. 92–93. — Sa conversion pourrait remonter à la paix d’Oleye comme l (...)

51C’est néanmoins le conflit contre Louis de Bourbon qui fournit les illustrations les plus significatives de ce type de comportement. Il se manifeste à différents échelons de la hiérarchie de l’opposition, depuis le seigneur de Vogelsanck, jusqu’à cette imposante figure de la politique liégeoise qu’est Fastré II Baré Surlet. Jean d’Autel, seigneur de Vogelsanck, chevalier ardennais, apparaît deux fois dans nos sources. En 1465, il participe à la délégation venue à Aix-la-Chapelle accueillir Marc de Bade et l’escorter jusqu’à Liège. Trois ans plus tard, en septembre 1468, on le retrouve à Tongres, dans la garnison de Louis de Bourbon. Entretemps, Jean d’Autel a donc changé de camp. Sans doute faut-il imputer la conversion de ce modeste personnage à des impératifs d’ordre matériel, à la nécessité de pourvoir à ses besoins, beaucoup plus qu’à des considérations strictement politiques111.

52Que penser, en revanche, des revirements parfois successifs de plus grands formats de la politique liégeoise ? Pour cerner ce problème, très fréquemment illustré dans nos sources, suivons le périple de quelques-uns de ces personnages pendant le conflit contre Louis de Bourbon. Cinq hommes dont les destins s’entrecroisent constitueront notre échantillon : Gilles de Huy, Fastré Baré Surlet, Baudoin de Hollogne, Renard de Rouveroy et Ameil de Velroux, qui occupent également F avant-scène publique lors de tous ces événements.

  • 112 Maire de 1462 à 1464 (C. de Borman, échevins, p. 397) bourgmestre en 1459–1460, il participe à l’a (...)
  • 113 Cf. RCL, 4, p. 119–127 (8, 10 et 11 janvier 1465).
  • 114 A. d’O., p. 112. — Sa mort signalée par C. de Borman, Chronique d'Adrien d’Oudenbosch, p. 338.

53Dans les premières années du conflit, Gilles de Huy hésite entre les deux partis. Sans s’opposer fermement aux gens de la commune, il soutient Louis de Bourbon, à qui il doit la mairie de Liège112. Janvier 1465 constitue pour lui un point de rupture. Il refuse alors d’obéir aux opposants qui lui enjoignent de siéger à l’échevinage sur la semonce de l’avoué de la cité. Obligé, de fait, de rejeter l’autorité épiscopale, Gilles n’obtempère pas113. Son refus entraîne bientôt son bannissement par la cité. Il rejoint alors les forces épiscopales et meurt peu après, au cours d’une escarmouche114.

  • 115 A. d’O., p. 103.
  • 116 Contre l’avis de Raes, il participe à une rencontre avec Louis de Bourbon à l’automne 1466 (A. d’O (...)
  • 117 A. d’O., p. 158 (fév. 1467) signale la présence de Baré et des bourgmestres au conseil officiel de (...)
  • 118 J. de Haynin, I, p. 228–229. — L. Naveau, La famille de Surlet, p. 49.

54Fastré II Baré Surlet a déjà été évoqué dans ces pages. Quelques dates qui balisent son parcours politique soulignent autant de changements de cap. Voyons les mois de juin et septembre 1464. Hostile à la faction de Jean Rigaut et Raes de Heers qui le vise personnellement lors de l’expédition de Reydt, Fastré Baré se voit bientôt abandonné par Louis de Bourbon qui le laisse excommunier en septembre suivant. Sa réaction est rapide. Menacé d’isolement complet, vers janvier 1465, il se tourne vers Raes de Heers et ses amis « tamquam parti fortiori115 ». Il adhère à cette faction, sans réserve, pendant un an et demi. En septembre 1466, la bataille d’Oleye et le traité qui lui fait suite sont pour lui un deuxième temps de rupture. La victoire bourguignonne désormais inéluctable le convainc de modifier sa trajectoire. Fastré cherche à se rapprocher de Louis de Bourbon116. Cette manœuvre le conduit à l’échec. Et dès le début de 1467, il renoue avec Raes redevenu, entretemps, le véritable maître à Liège117. Ce revirement sera l’ultime puisqu’il meurt en octobre suivant au cours de la bataille de Brusthem118.

  • 119 C. de Borman, Échevins, p. 372.
  • 120 A. d’O., p. 63–64.
  • 121 A. d’O., p. 129.
  • 122 A. d’O., p. 170. — Mention de Baudoin au conseil épiscopal : doc. du 13 août 1467, éd. P. Harsin, (...)
  • 123 Présent lors de la lecture de la sentence du 26 nov. 1467 (L.P. Gachard, II, Documents inédits, 2, (...)

55Tout aussi heurtée paraît la carrière de Baudoin de Hollogne. En 1460, ce chevalier hesbignon alors bien en cour, recueille les charges d’Alexandre Bérard, conseiller épiscopal, tombé en disgrâce. En cela, Baudoin déplait à la communauté qui, sous l’inculpation « d’agissements contre les franchises », le condamne à un pèlerinage Outre-Mer, Saint-Jacques de Compostelle et Rome119. Soupèse-t-il, au cours de son voyage, la crédibilité politique des uns et des autres ? On ne sait. Toujours est-il que, de retour à Liège, il se réconcilie avec la cité et « adhaesit eis [les Liégeois], relicto domino120 ». Il maintient cette ligne de conduite durant quatre années. La Paix de Saint-Trond sonne le glas de son engagement pro-liégeois. Favorable au traité, il accepte la livraison d’otages et cette position le brouille avec Raes et Baré121. La rupture est définitive. Sans doute pourrons-nous l’identifier avec ce « Baudouyn de Levai Houlongne » cité, en août 1467, parmi les conseillers de l’évêque. En tout cas, au cours de ce même mois, son effigie est pendue sur le Marché de Liège, un geste qui le désigne à la vindicte de la foule et qu’il faut probablement attribuer à l’instigation de Raes de Heers122. Après la défaite, à partir de 1469, Baudoin siège au conseil pro-bourguignon de Liège, signe de sa parfaite intégration au sein de ce parti123.

  • 124 Renard de Rouveroy : élu bourgmestre en 1466 (A. d’O., p. 143). — Poursuivi par la foule après le (...)
  • 125 A. d’O., p. 176.
  • 126 L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 472.
  • 127 A. d’O., p. 200–201.
  • 128 A. d’O., p. 200, 201. — Onofrius, p. 53–54 et passim.
  • 129 A. d’O., p. 220. — J. de Haynin, II, p. 86.

56Les parcours de Renard de Rouveroy et Ameil de Velroux restent longtemps parallèles. Attachés à la cause liégeoise, ces deux hommes ne s’en désolidarisent qu’en septembre 1466 pour se rapprocher du pouvoir bourguignon124. Sursaut de sentiment national ? Revirement temporaire suscité par un retour de Raes au sommet en 1467 ? Nous ne pouvons le préciser. Quoiqu’il en soit, Renard défend la cause liégeoise en octobre 1467. Face à l’avancée bourguignonne, les citadins le choisissent comme capitaine de Saint-Trond125. Cela s’avère une péripétie. Après la capitulation de novembre 1467, ces deux hommes restent à Liège, réconciliés avec Louis de Bourbon et le pouvoir en place126. C’est à l’approche des Fugitifs, en septembre 1468, que leurs voies divergent. Incapable de barrer la route aux agresseurs, comme Guy de Humbercourt l’en a chargé, Renard s’enfuit à Maastricht127. À l’inverse, Ameil de Velroux prend fait et cause pour les anciens exilés128. Ce changement de cap lui est fatal. Capturé lors du sac, il est décapité le 11 novembre suivant à Maastricht129.

57Les hommes dont nous venons de retracer brièvement le parcours mènent une carrière personnelle, caractérisée par un ou plusieurs revirements successifs. Ces modifications de trajectoire surviennent lors de moments charnières : étapes sur un parcours individuel ou bouleversements conjoncturels. Les engagements partisans apparaissent à la fois comme des entrelacs d’intérêts communs et privés de même que comme des rassemblements non immuables autour d’un individu ou d’une cause, dictés souvent par l’opportunité. À cet égard, on notera notamment la facilité avec laquelle ces revirements se pratiquent et le bon accueil dont les transfuges bénéficient souvent de la part de leurs anciens adversaires.

5. Tiraillements au sommet de la structure partisane

58Outre ces fluctuations, ces va-et-vient de gens qui se liguent puis se séparent, les partis paraissent en proie à de nombreux tiraillements internes.

  • 130 J. d’O. ab, p. 206–207 (mai 1376).
  • 131 C. de Zantfliet, col. 305–306, 307–308. — J. d’O. ab, p. 205.
  • 132 C. de Zantfliet, col. 314. — J. d’O. ab., p. 212. — J. de S. lat, p. 76.
  • 133 Raoul de Rivo, p. 40. — J. d’O. ab., p. 213. — Sur ces événements : É. Schoolmeesters, L’élection, (...)

59Voyons la guerre contre Jean d’Arckel. En 1376, tandis que les bourgmestres s’acheminent vers un accord avec l’évêque, Walter de Rochefort qui sait son autorité intimement liée à l’état de guerre, tente de ruiner leurs efforts. Il se tourne vers la foule, dénonce devant l’assemblée la mollesse des magistrats communaux « qui ne font rien de preux » et réclame leur destitution130. En outre, il manœuvre contre la paix qui se profile, cherchant à ranimer les hostilités131. Deux ans plus tard, son but reste sensiblement le même, mais sa tactique change. Eustache de Rochefort vient d’être élu par le chapitre, sur inspiration des Liégeois. Comme pour parfaire l’emprise des Rochefort-Agimont sur le pays, les citadins obtiennent des chanoines la désignation de Walter comme mambour — et par conséquent comme chef temporel du pays — en attendant la confirmation qui doit venir de Rome132. La disposition de la mense épiscopale durant le temps de la mambournie devient vite une pomme de discorde entre les deux frères. Et le climat qui se détériore à Rome comme en Avignon attise la querelle. La guerre ne tarde pas à éclater dans le pays de Liège133.

60Au siècle suivant, comment ne pas évoquer, dans ce contexte, les multiples tiraillements des années 1456–1468 ? Dès 1458, de nombreux indices prouvent l’importance des mésententes au sein des factions. En outre, les sources offrent de bons points de vue sur les bouleversements qui affectent le sommet de la hiérarchie partisane. Elles permettent aussi d’apprécier l’intensité du pouvoir de Raes de Heers et ses variations, entre 1465 et 1467. D’août 1465 à novembre 1467, à diverses reprises, l’autorité du chef liégeois vacille, ébranlée de l’intérieur, par des concurrents que cette prépondérance au cœur même du groupement irrite. Entre septembre et décembre 1465, observons ces contestations avec, en regard, les événements concomitants que l’on peut considérer comme des éléments déstabilisateurs : Début septembre 1465 : fuite des Bade durant l’expédition limbourgeoise et retour à Liège d’une armée déconfite et de son chef déconsidéré par la défection de sa créature.

61Fin septembre 1465 : Gérard Gossoin dit le Changeur conteste la politique de Raes devant l’assemblée et convainc l’armée d’entamer une nouvelle campagne en Limbourg. Contre cet avis, Raes de Heers ne parvient que difficilement à persuader les milices de marcher sur le Brabant.

62Octobre 1465 : Sans inclure ses alliés Liégeois dans le traité qu’il signe, Louis XI conclut avec son adversaire de Bourgogne la paix qui clôt la guerre du Bien Public. Or, Raes était le principal artisan liégeois de l’alliance française. On mesure donc aisément l’impact de ce dénouement sur le degré de crédibilité dont il peut jouir. Demeurés seuls en guerre contre Philippe le Bon, les Liégeois sont contraints de négocier. Les pourparlers aboutissent le 22 décembre suivant à la Paix de Saint-Trond.

  • 134 Cf. mon article : G. Xhayet, Raes de Heers, p. 420–423.

63Décembre 1465 : Baudoin de Hollogne et d’autres dirigeants profitent du débat qui se noue à l’assemblée sur le protocole d’accord pour se poser en porte-à-faux par rapport à Raes et Baré Surlet, tous deux hostiles au traité. Ces dissidents emportent les suffrages de onze des trente-deux corporations qui se tournent donc vers de nouveaux meneurs134.

64De semblables fluctuations jalonnent les deux années suivantes. Elles paraissent chaque fois liées à un affaiblissemment temporaire de la position du tribun, assorti d’une violente contestation de sa prééminence sur la commune par des dirigeants politiques concurrents. La pression du contexte politique est très importante dans cette variation. Elle rend momentanément vulnérable la position de Raes face aux autres dirigeants liégeois qui profitent de la mauvaise conjoncture pour chercher à lui ravir la direction du parti et du pays. On découvre alors que les situations ne sont jamais acquises. Raes de Heers riposte, réoriente ses objectifs de lutte et désigne à la foule un adversaire à combattre, une parade qui lui restitue sa mainmise sur le milieu politique.

  • 135 A. d’O., p. 202, 204. — Jean Beazen : ancien partisan de Raes de Heers mentionné en nov. 1467 (cf. (...)

65Contrairement peut-être à ce qui s’observe au sein du parti hédroit dont les élites paraissent étroitement unies entre elles et la hiérarchie stable, et plus sûrement encore dans le camp Datin, sur lequel Wathieu conserve une remarquable emprise même durant le temps de son exil, dans les années 1460, l’autorité sur le parti liégeois est l’objet d’âpres disputes. La hiérarchie qui régit le parti est fragile, tributaire de la conjoncture et de l’acceptation de l’autorité par la population et la base partisane. Des ambitions qui divergent, des intérêts qui se dissocient, se conjuguent aux effets d’une situation politique délicate et influencent la cohésion du groupement. Des tiraillements de ce type traversent toute cette dernière période que nous étudions. Même durant les mois cruciaux de septembre et octobre 1468, des hommes contestent l’autorité partisane. Certains chefs de compagnies armées, tels Gilles de Dammeoude ou Jean Beazen — un ancien lieutenant de Raes de Heers —, et Jean de Lobosch cherchent à se soustraire à l’emprise des chefs Fugitifs et au gouvernement qu’ils s’efforcent de rétablir dans la cité à peine reconquise135.

6. Les dirigeants et la foule

66Traitant de l’extension des positions politiques, nous avons évoqué le rôle du peuple de Liège et conclu à une intervention essentiellement concentrée dans l’appoint de forces et la ratification de décisions à l’assemblée. Dans une certaine mesure, les strates inférieures du parti se confondent avec la communauté tout entière. Et à bien des égards, l’attitude des dirigeants vis-à-vis de ces couches partisanes s’apparente à celle qu’ils manifestent à l’égard de la masse populaire elle-même. Nous avons déjà mis en évidence le rôle d’intermédiaires que jouent les meneurs entre les dirigeants politiques et la population. En particulier, nous avons analysé la position de personnages comme Jean Rigaut dans la seconde partie de sa carrière, Pierre Andricas chef liégeois inféodé à son parent Guillaume de Geneffe ou le drapier Jean Jacquemot, coincé entre les travailleurs du textile et Adolphe de La Marck, qu’il sert en sous-main. L’existence de semblables intermédiaires n’exclut pas pour autant les contacts directs entre les dirigeants politiques et la foule. C’est la nature de ces relations qui retiendra à présent notre attention.

  • 136 Cri du perron du 1er sept. 1375 (Mathias de Léwis, p. 128–129. — On rapprochera ce décret d’une dé (...)
  • 137 A. d’O., p. 80 (janv. 1642).
  • 138 A. d’O., p. 103 : « Et convocato palatio, fuit dictum, quod dominus Razo esset provius de uno manb (...)

67Durant la guerre de 1375–76, un débat oppose les bourgmestres aux métiers, autour de la question du maintien à Liège des chanoines. En dépit de l’hostilité manifestée par le peuple à l’égard du clergé, les bourgmestres et les autres dirigeants espèrent l’appui des religieux. S’ensuit un décret destiné à interdire toute voie de fait sur les clercs. On discerne dans cette décision le choc de deux volontés qui se contrarient. Bourgmestres et peuple manifestent des intentions incompatibles. Les premiers, qui poursuivent un plan dont la trame échappe manifestement aux seconds, cherchent à réfréner l’impétuosité populaire136. Une semblable discordance réapparaît plus tard. Il s’agit cette fois pour les bourgmestres de rappeler à l’ordre les gouverneurs des Fèvres. Les autorités liégeoises désapprouvent en effet le pillage des maisons de partisans de Louis de Bourbon que les gouverneurs, soucieux de plaire à leurs troupes, ont lancé137. Un troisième cas concerne les rapports de Raes de Heers avec l’assemblée, dont il attend une confiance aveugle. En janvier 1465, le chef lossain exige en effet l’aval des métiers pour appeler à Liège un régent dont il s’obstine à taire le nom138.

68Ainsi, on le voit, ces relations s’édifient principalement sur un rapport de forces. Les exemples nous montrent en effet des chefs politiques s’efforçant d’imposer leurs vues à une foule, détentrice de fait — ou de droit lorsqu’il s’agit des métiers siégeant en assemblée — d’une puissance considérable. L’entreprise semble d’autant plus malaisée que, dans ces occurrences, la population poursuit d’autres objectifs que ceux des dirigeants politiques. Pour parvenir à leurs fins, ceux-ci usent de l’autorité que leur confère leurs charges ou le poids de leur personnalité. D’autres facteurs favorisent-ils également leur emprise ?

  • 139 Déposition enregistrée le 12 juin 1465 par le notaire du chapitre cathédral (éd. P.F.X. De Ram, Do (...)
  • 140 A. d’O., p. 160 (mars 1467)

69À cet égard, on citera d’abord le contrôle rigoureux de la population. Plusieurs témoignages portent notamment sur les événements des années 1465 à 1467. Le premier provient d’une enquête menée par le chapitre cathédral en juin 1465 tendant à prouver que des pressions furent exercées par les opposants sur le clergé pour le convaincre de braver un interdit promulgué par Louis de Bourbon. Dans ce contexte, le valet d’un chanoine rapporte un incident dont il a été victime. Tandis qu’il se préparait à rejoindre, par la Meuse, son maître réfugié à Maastricht et qu’il chargeait sa barque d’effets et de vivres survinrent deux agents de la commune, bientôt suivis de Gérard le Changeur, ancien bourgmestre. Intrigués par ce manège, ils exigèrent l’ouverture des coffres afin de les fouiller. Ensuite, ils ordonnèrent une perquisition de la demeure du chanoine139. Ce récit, qui dans sa forme, ne manque pas de saveur, s’avère aussi fort révélateur du climat de suspicion qui règne alors à Liège. Au travers de cette anecdote, se devine en effet l’existence d’une surveillance permanente de la population par des agents du parti. En filigrane, on pressent une ville aux abois, où la vigilance est partout de rigueur. Un témoignage plus tardif, daté de 1467 s’avère tout aussi significatif. Adrien d’Oudenbosch y relate comment les comparses de Raes et de son « conseil secret » parcourent les quartiers et surveillent. Lors d’une de ces inspections, la patrouille surprend un prédicateur dont le prêche est jugé trop favorable à la paix avec les Bourguignons ; le religieux est bientôt convoqué au conseil et rappelé à l’ordre140.

  • 141 J. de Hocsem, p. 195.
  • 142 J. de S. lat, p. 118.— J. de S. fr, p. 117. — C. de Zantfliet, col 389.
  • 143 J. de S. fr, p. 118.
  • 144 A. d’O., p. 114–115 (ambassade française du 23 au 26 mai 1465).
  • 145 A. d’O., p. 105 (11 juin 1465).

70L’emprise sur la population s’opère encore par un strict contrôle de l’information diffusée en ville par le pouvoir. « Famam appellent rumorem pennatum a rectoribus civitatis procedentem » écrit Jean de Hocsem dans les années 1320141. Cent ans plus tard, son propos reste d’actualité. Des remarques de Jean de Stavelot, relatives au siège de Maastricht de 1408, en fournissent une première preuve. Henri de Perwez, son fils et leurs partisans qui avaient appris l’arrivée imminente de renforts pour Jean de Bavière s’efforcèrent de cacher la nouvelle à l’armée « dissimulant le fait et souhaitant que les oreilles du peuple ne soient pas perturbées par ces rumeurs142 ». Un peu plus tard, alors que l’affrontement paraissait désormais inéluctable, ce fut sur la sous-estimation des effectifs adverses, que le mambour joua pour galvaniser des hommes apeurés et saisis par le doute143. Les années 1465 et suivantes s’avèrent également riches en enseignements. Les rapports des dirigeants avec l’assemblée sont encore éloquents. Ainsi, en 1465, on juge prudent de taire aux métiers le détail des clauses de l’alliance conclue avec Louis XI dans le cadre de la guerre du Bien public144. Et presqu’en même temps, des ambassadeurs liégeois qui reviennent de Rome sont priés de faire rapport au conseil plutôt qu’à l’assemblée, car on redoute les effets que pourraient produire sur la foule les nouvelles qu’ils rapportent145.

  • 146 (Ca 18 janvier 1467) A. d’O., p. 157. — J. de Looz, p. 45 (Ce dernier doute de la véracité de ces (...)
  • 147 J. de S. fr, p. 105, 111–112. — C. de Zantfliet, col. 384–385 (1er oct. 1407).

71On voit donc les autorités pratiquer un strict filtrage des informations qui seront diffusées dans la population. N’allons cependant pas croire que tout est dissimulé. Car à l’inverse de ces nouvelles qui sont soigneusement cachées, il en est d’autres que l’on s’empresse de répandre. En janvier 1467, Raes de Heers, un temps tenu en échec, raffermit sa position en divulgant dans son cercle de fidèles puis partout en ville de « bonnes nouvelles » qu’il a reçues de France146. En cela, il ne fait que renouveler une manœuvre déjà utilisée par les Perwez soixante ans plus tôt, quand ils attisaient l’enthousiasme populaire en répandant la nouvelle d’une prochaine alliance avec le duc de Brabant147.

  • 148 J. d’O. ab., p. 231. — C. de Zantfliet, col 345–346.

72Le filtrage des informations prend encore d’autres aspects. Nous évoquerons plus loin une procédure mise en œuvre par les dirigeants des années 1460 qui visa à canaliser l’attention des foules sur un objet exposé à sa hargne. Pour l’instant, arrêtons-nous sur un autre phénomène de manipulation de l’opinion publique : capter l’attention populaire et la diriger sur un point potentiel de litige. Le procédé semble habituel. Les Hédroits y recourent dès 1403, lorsqu’ils construisent leur discours politique autour des manquements de Jean de Bavière. Mais leurs prédécesseurs à la tête du pays l’avaient déjà employé en 1396, en entretenant parmi la population liégeoise une sourde colère contre l’Élu, rendu suspect de responsabilité dans une attaque de Visé par des routiers148.

  • 149 A. d’O., p. 51–52.
  • 150 J. de S. fr, p. 115.

73L’exemple le mieux illustré par nos sources d’une telle machination se situe en 1458, au moment d’une des premières passes d’armes de la commune contre Louis de Bourbon. Une controverse éclata à propos de « laudabiles usus et consuetudines », dont les Liégeois, contre l’avis de l’Élu, souhaitaient la révision. Le débat se focalisa bientôt sur le qualificatif « laudabilis ». Guillaume de La Violette, Jean Rigaut et d’autres partisans de la réforme cherchèrent bientôt un appui dans la foule. Dans un récit coloré, Adrien d’Oudenbosch nous décrit alors leur manège. En plus des harangues habituelles, on vit circuler ces agitateurs dans les rues et, par dérision, s’interpeller du terme « laudable149 ». Ne s’agit-il pas d’une habile opération de conditionnement de la population par un parti, pour amener la foule quasi artificiellement à se rallier à son point de vue ? La population est en majeure partie tributaire de ses chefs en matière d’information. Tout contact avec l’extérieur semble passer par leur intermédiaire. En outre, une grande part de l’ascendant du meneur sur ses troupes repose sur la faculté qu’il détient d’être lui-même informé « de vray et de certain » selon le mot du bourgmestre Jacques Baddut150 et de répercuter suivant sa convenance une part plus ou moins grande de cette information dans le public.

  • 151 Le mode d’information le plus courant s’avère l’envoi d’espions (cf. J. de Bav, p. 170 automne 140 (...)
  • 152 J. d’O., ab, p. 205.

74Il convient pourtant de nuancer. Beaucoup de questions demeurent en effet en suspens. Nos sources n’infléchissent-elles pas la teneur de certains discours prêtés aux dirigeants ? Où se termine la sincérité et où débute la mauvaise foi dans les nouvelles diffusées par les leaders ? Car les dirigeants aussi paraissent éprouver de réelles difficultés à obtenir une information correcte et notamment en ce qui concerne les renseignements provenant de l’extérieur151. Relativisons en outre le caractère un peu péremptoire de nos premières conclusions, quant à l’étendue du pouvoir issu de la propagande. Il arrive que le discours officiel se heurte au scepticisme, voire à l’incrédulité de la population. C’est ainsi qu’une altercation surgit à l’assemblée en 1376, à propos de nouvelles alarmistes que Walter de Rochefort prétendait détenir, sans toutefois être en mesure de fournir la preuve matérielle de ses allégations, comme on l’en requérait. Ce défaut de preuve fit échouer la manœuvre du mambour qui espérait relancer la guerre152. De même, en 1408, l’arrivée bien ostensible de renforts à Maastricht jeta le trouble dans les esprits et démentit de fait les paroles lénifiantes des Perwez. Des « murmures » s’élevèrent alors dans la foule qui faillit se soulever.

  • 153 (les 28 juin et 23 septembre 1408) J. de Bav., p. 187, 199. — C. de Zantfliet, col. 388, 390–391.
  • 154 Deux pamphlets successifs, en janvier et février 1467 signalés par A. d’O., p. 156–157, 159.

75Nous noterons enfin que la propagande s’exerce dans les deux sens. Le peuple apparaît parfois comme tiraillé entre deux discours également attractifs. Restons en 1408. À deux reprises, en juin d’abord puis dans les derniers instants avant la bataille d’Othée, Jean de Bavière propose la paix aux Liégeois, mais exclut les Perwez et leurs proches collaborateurs de son offre153. Dissocier les intérêts des uns et des autres, cela ne revient-il pas à désolidariser la troupe de ses chefs et pousser cette dernière à la mutinerie ? Plus tard, en 1467, un pamphlet dirigé contre Raes de Heers prouva qu’à Liège, le tribun devait encore affronter une opposition forte et audacieuse, qui cherchait à le discréditer aux yeux de la communauté urbaine154.

  • 155 A. d’O., p. 125 (15 septembre 1465).

76Un dernier élément concerne la crainte visible que les chefs politiques ont des mouvements de la foule, dont la fougue risque quelquefois de les submerger. Les temps de troubles semblent favoriser l’éclosion de divers mouvements populaires échappant à tout contrôle. Nous avons évoqué plus haut les bandes qui opèrent entre 1460 et 1468 dans la campagne lossaine, notamment à propos des signes dont elles s’étaient dotées. Durant ces années, la cité mosane est également touchée par des manifestations de l’agitation populaire. Ces différents événements laissent les pouvoirs liégeois fort démunis. En 1465, le départ des Vignerons en campagne et l’incapacité des chefs liégeois à les retenir pesèrent probablement d’un grand poids dans la résolution des Bade de fuir. Et sans doute aussi, cette indocilité persuada-t-elle le régent et son frère Charles de Bade de la fragilité du pouvoir communal, et par voie de conséquence de la précarité de leur propre position dans le pays. Pour Raes et ses collègues, le départ impromptu des Bade ouvrit d’ailleurs une brèche et ébranla leur autorité. De retour à Liège, la rue dicta un moment sa loi et contesta les décisions qui avaient été prises par les dirigeants155.

  • 156 Jean de Looz, p. 33–34.
  • 157 A. d’O., p. 138, 140–142 (juillet 1466).
  • 158 A. d’O., p. 140–141.

77L’année suivante fut marquée par de semblables alertes. La ville de Liège et les campagnes sont en ébullition. La guerre est totale et semble devenue l’affaire de chacun. Jean de Looz, à cette époque jeune réfugié lossain à Liège, fournit un intéressant témoignage sur la guerre civile, telle que les Liégeois, et particulièrement telle que lui-même et les autres enfants de la ville la vécurent au quotidien. Son récit comporte nombre d’indications sur les jeux qu’inspiraient aux petits Liégeois les moments tourmentés qu’ils vivaient : somme toute, c’est à la guerre en miniature que le chroniqueur nous donne l’occasion d’assister156. Adrien d’Oudenbosch concentre son attention sur les efforts des chefs pour endiguer plusieurs mouvements spontanés, qu’il s’agisse des Couleuvriniers ou de bandes d’enfants qui, répondant à l’appel d’on ne sait qui, se répandirent dans les rues au cri de « Vive Bade », en saccageant au passage tout ce qui rappelait le pouvoir de Louis de Bourbon157. Dans le même temps, on vit la foule se déchaîner : réclamer d’abord l’élection d’un nouveau mambour, puis après l’annonce du sac de Dinant, donner libre cours à une vague de violence contre les dirigeants, dont le massacre de Guillaume de la Violette fut le paroxysme158.

  • 159 A. d’O., p. 146–148. — 1er août 1468 Exhumation et profanation du corps de Guillaume : réaction de (...)
  • 160 Sur les relations entre les dirigeants politiques et la foule, voir aussi G. Xhayet, « Le rôle pol (...)

78Il était évidemment illusoire d’espérer épuiser, en quelques pages, la question des relations entre les dirigeants politiques et la foule, composée somme toute du tout venant des partisans comme de la communauté elle-même. Vis-à-vis de cette masse populaire, la position des dirigeants politiques est ambiguë. La communauté de Liège est puissante, en droits conférés par le régime mis en place dans la cité, comme en fait : les événements relatés ci-dessus en font foi. Les leaders politiques ont besoin de la foule, mais ils se méfient d’elle et redoutent ses mouvements d’humeur159. D’où leurs constants efforts pour la contrôler, la surveiller et endiguer ses débordements. Sans doute arrive-t-il que les dirigeants politiques agissent sur inspiration de la communauté, mais les sources nous montrent davantage de tensions dans les rapports. Parallèlement, à ces premières remarques, nous percevons comment la population réagit à une action politique dans laquelle on l’implique, mais sans lui en dévoiler tous les ressorts. L’indiscipline résulterait donc, au moins en partie, de l’exaspération face à des décisions mal comprises, ou aux effets de la rumeur mal maîtrisée160.

Notes

1 1402, p. 203. — J. d’O., Myreur, V, p. 366. — Contrairement à Henri, ces trois hommes échappent à l’exil. Négociateurs de la paix, ils ont cessé de défendre les intérêts de Henri en le laissant exclure du traité. La collecte des fonds pour l’amende à payer au prélat leur permet de s’enrichir. 1402 souligne la proximité qui unit ces hommes à Henri de Dinant en précisant in sede potu et cibo communicaverant. Jean d’Outremeuse souligne l’ambiguïté de leurs positions respectives en notant qu’ils « avoient Henri de Dynant conselhiet tout chu qu’ilh fist car ils estoient de son secte ».

2 Énumération dans J. de Hocsem, p. 192. — 1402, p. 293. — J. d’O., Myreur, VI, p. 295.

3 L. Devillers, Cartulaire comtes de Hainaut, 3, p. 329.

4 C. de Zantfliet, col 367. — J. de S. fr, p. 104. — Relatio Schismatis, p. 18. — É. Fairon, Chartes, p. 90.

5 Sentence de bannissement éd. RCL, 3, p. 78–80 (28 octobre 1403).

6 J. de Bav. p. 159–160. — C. de Zantfliet, col. 367.

7 J. de S. fr., p. 287–291.

8 J. de S. fr, p. 290–291, 306–307., 311–313 Gérard de Sainte-Marguerite dit de Vesquecourt, lèvre, bourgmestre en 1434–1435. — Sur les de Seraing, cf. les notices de L. Naveau, dans Biographie nationale de Belgique, col. 208–224.

9 J. de S. fr, p. 307.

10 En septembre 1442 (J. de S. fr, p. 485). — C. de Borman, échevins, p. 397.

11 Sur l’ascendant des Fèvres sur les autres corporations, G. Xhayet, « Le rôle politique des métiers liégeois », p. 371–372.

12 A. d’O., p. 51–52.

13 A. d’O., p. 73.

14 H. de Mérica, p. 237.

15 A. d’O., p. 116–118. — Sur Eustache de l’Aître, doyen de Saint-Pierre entre 1463 et 1467 : É. Poncelet, Saint-Pierre, I, p. xxxiv.

16 A. d’O., p. 121 « parum curabatur de eis ».

17 Onofrius, p. 53–54.

18 Le 10 septembre 1468, rencontre d’Onofrius avec les principaliores des Fugitifs. Ils conviennent avec lui d’une demande de négociation avec Louis de Bourbon. Une première entrevue avec l’évêque se déroule dès les 11 et 12 septembre (Onofrius, p. 53–54, 56–57. — A. d’O., p. 199–200, 203–204).

19 Lévold de Northof, p. 75. — J. de Hocsem, p. 214–215. — J. d’O., Myreur, VI, p. 481–482.

20 J. de S. fr p. 125–126. — J. de S., lat., p. 128 : Les chiffres cités par cet auteur varient selon les textes. 10 ou 12 dans l’un, 18 dans l’autre. Il est vrai que son but n'est pas de décompter précisement le nombre de leaders impliqués dans l’affaire mais plutôt de souligner la concentration des responsabilités dans un petit nombre de mains.

21 Cf. ci-dessus n. 9.

22 Éd. dans P.F.X. De Ram, Documents, p. 389–391 (2 avril 1433).

23 RCL, 4, p. 89–113 (10 septembre 1464).

24 A. d’O., p. 51–52.

25 A. d’O., p. 73.

26 240 suivant A. d’O. p. 202. — 300 suivant Onofrius (p. 50). Les Fugitifs répandent la rumeur qu’ils sont beaucoup plus nombreux : 14 000 ou 30 000 d’après Adrien (p. 199, 203). — Notons qu’un membre de l’armée bourguignonne évalua à 3 000 ou 4 000 le nombre de gens qui s’étaient enfuis aux côtés de Raes de Heers en novembre 1467 (lettre de Louis van den Ryne, 16 nov. 1467, RCL, 4, p. 248). Plus modestement, une lettre du prévôt de Saint-André de Cologne, correspondant du duc ne fait état que d’une centaine de personnes qui ont fui avec Raes. Parmi les réfugiés, le prévôt mentionne Gossoin de Streel, Jean de Lobosch, Antoine de Palant (lettre des 29–30 décembre 1467) éd. U. Stein, Hansisches, t. 9, p. 272–274.

27 Ex. : J. de Haynin, 1, p. 223 (Raes de Heers), 2, p. 75 (chefs des Fugitifs).

28 Onofrius, p. 81, 82. —J. de Hocsem, p. 194.

29 J de Looz, p. 48.

30 J. de Hocsem, p. 195.

31 Art. 19 de la sentence de Lille (ROPL, p. 427).

32 Hédroits en 1403 (C. de Zantfliet, col. 362).

33 H. de Mérica, p. 240.

34 À propos des Datin en 1433 (sentence de l’échevinage 2 avril 1433) éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 389.

35 Concerne les Datin, mandement de l’officialité (ibid., p. 384).

36 J. de Hocsem, p. 21, 33 « patrem populi salutantes ». — 1402, p. 200. — Sur la valeur de cette expression, cf. B. Guénée, Un meurtre, p. 42.

37 J de Looz, p. 48. Sur le patronus dans l’antiquité, cf. N. Rouland, Pouvoir politique, p. 277 svtes.

38 1402, p. 181.

39 Sur ce type de littérature et le portrait du prince idéal : cf. B. Guénée, L’Occident, p. 137–142.

40 C. de Zantfliet, col. 337–338.

41 J. de Bav., p. 161–162.

42 1402, p. 399–400

43 A. d’O., p. 104.

44 J. de Hemricourt, Miroir, p. 87.

45 Mathias de Lewis, p. 125 (nécessité de l’indigénat). — Sur ce point, voir aussi l’avis du duc de Brabant Wenceslas en 1373 : RCL, 1, p. 424.

46 J. de S. lat., p. 69. — J. de S. fr., p. 165. — 1402, p. 352 : Jean d’Arckel est dit « clericus sapiens ».

47 Relatio Schismatis, p. 15–16 : « cum jurisperitum se crederet ». — A. d’O., p. 118–119 : « simplicem valde et puerilem, nescientem latinum, neque loqui unam orationem in quocumque idiomate ».

48 Sur cette carence, cf. C. Renardy, Le monde, p. 182–192, 341–343.

49 Cf. C. de Borman, Les Surlet, chanoines de Saint-Lambert, p. 39 : mention de Fastré à l’université de Cologne en 1438. — Gilles Chabot (échevin de 1372–1386) était maître es-arts (C. de Borman, Échevins, p. 219–220)

50 Voir en particulier J. de Haynin, I, p. 227. — Cf. aussi par ex. : H. de Mérica, p. 280 : « Razo (...) vir magniloquus sedpusillanimis ».

51 Relatio Schismatis, p. 18.

52 Cf. 1402, p. 170.

53 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 41. — Cf. aussi : Miroir, p. 136 — 383–384.

54 J. de Hocsem, p. 198–199, 143–144, 210.

55 Relatio Schismatis, p. 13–14. — Sur cette trilogie de péchés, cf. B. Guénée, Un meurtre, p. 82–87, surt. p. 86 où l’auteur montre que la convoitise, l’orgueil et l’envie sont les trois maîtres-péchés, dans la pensée vers 1400.

56 C. de Zantfliet, col. 423–424. — Lévold de Northof, p. 68.

57 J. de Hocsem, p. 214.

58 J. de Bav., p. 162. — C. de Zantfliet, col. 367–368. — Relatio Schismatis, p. 18 « validus olim in armis, sed viribus nunc et bonis debilitatus ».

59 A. d’O., p. 48 :« quia dominus electus juvenis erat et inexpertus ». — 1402, p. 170 : « cum esset juvenis etate sed plus moribus ». — Sur la notion de la « jeunesse » au moyen âge, cf. l’article de G. Duby « au xiie siècle, les « jeunes » dans la société ecclésiastique ». Pour notre période, on se reportera également à C. Gauvard, Crime, t. 1, p. 360–366.

60 J. de Hocsem, p. 195. — C. de Zantfliet, col. 363–364. — Relatio Schismatis, p. 13–16. — Sur le caractère stéréotypé de cette énumération de travers dans le discours ecclésiastique : cf. B. Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 23–25.

61 Relatio Schismatis, p. 14 (Mathieu de Glain, É. Poncelet, Sainte-Croix, I, p. cxxii).

62 J. d’O., Myreur, V, p. 303. — Sur l’éloquence, qualité essentielle du chef à la fin du Moyen Âge, cf. G. Fourquin, Les soulèvements p. 105–106. — B. Guenée, Un meurtre., p. 28.

63 1402, p. 309. — J. de Hocsem, p. 214. — J. d’O., Myreur, VI, p. 293

64 J. de S. fr, p. 294–595.

65 Raoul de Rivo, p. 50

66 J. de Hemricourt, Miroir, p. 31

67 J. de Hocsem, p. 194.

68 J. d’O., Myreur, VI, p. 159, 117–119. — Voir aussi des exemples dans Mathias de Lewis, p. 111 (Jean Jacquemot), 1402, p. 309 (Pierre Andricas).

69 Sur la prédication et le talent oratoire cf. par exemple le livre de H. Martin, Le métier de prédicateur, et notamment p. 58 où l’auteur souligne l’analogie entre les tribuns et les prédicateurs dont les sermons sont souvent à « résonnance politique ».

70 En 1374, 1378, 1380, 1384, 1391, 1393, 1397 année de sa mort. (J. d’O. ab., p. 200, 216, 228. — CSL, 4, p. 559. — J. de S. lat., p. 87. — M. Franckson, Les Bourgmestres, t. 2, p. 5)

71 (Mai-juin 1456) A. d’O., p. 46. — Deux ans plus tard, c’est au tour de Waldoreal de perdre l’appui populaire, en se ralliant à Louis de Bourbon (ibid., p. 55).

72 J. d’O. ab, p. 222.

73 J. de S. lat., p. 109. — J. de S. fr, p. 104 : « Et deveis savoir que sour le chemyn revenant ledit Jaquemyn Badut d’Avingnon vers Liège, ilh fut des gens d’armes pris en Franche, et fut meneis en prison à Paris [...] Et por ledit Jaquemyn Badut plus honoreir et enleveir qui trois ains chi-devant en gangnant simplement son vivre en pavant lez cachies del citeit, ladit universiteit de Liège le elisit à maistre del citeit ».

74 1402, p. 379. — C. de Zantfliet, col. 316.

75 A. d’O., p. 121.

76 J. de S. fr, p. 290.

77 J. de S. fr, p. 307.

78 Sur la politique de Raes durant sa bourgmaîtrise : voir plus loin. — Sur la famille de Jean Heylman du Sart, une première fois bourgmestre en 1458 (A. d’O., p. 55), cf. A de Géradon, l’étrange carrière, p. 123–124).

79 J. de Hemricourt, Patron delle temporaliteit, p. 67–68.

80 Cf. par ex. les 5 chefs de guerre choisis par les Liégeois en guerre contre Adolphe de La Marck (J. de Hocsem, p. 187), choix de deux chefs en 1346–1347 (J. d’O., ab., p. 178), les capitaines désignés par les gens du comté de Looz en 1376 : J. d’O. ab. p. 208 ; Gilles de Metz dirige les opérations à Reydt en 1464 (A. d’O., p. 99).

81 Récit détaillé de ces événements, É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache, p. 213–219.

82 Récit et analyse de ces événements : J.L. Kupper, Marc de Bade, p. 56–73. — G. Xhayet, Raes de Heers, art. cit., p. 418–420.

83 Cf. par ex. les contributions exigées du clergé par les bourgmestres et le mambour 1376 (J. de S. lat, p. 74. — 1402, p. 360–361. — Raoul de Rivo, p. 26–27. — J. d’O. ab, p. 202. — C. de Zantfliet, col. 307. — et surtout le récit détaillé du chanoine de Sainte-Croix, Mathias de Lewis visiblement fort impressionné par la séquestration dont il a été victime à cette occasion (M. de Lewis, p. 130–133).

84 1402, p. 411–413. — É. Fairon, Chartes confisquées, p. 31–32 (10 oct. 1389).

85 Cf. par ex. le procès contre l’échevinage en 1386 mené conjointement par les autorités communales et épiscopales (Cf. commission donnée par Arnold de Homes aux enquêteurs des métiers (nov. 1386) éd. G. Kurth, Cité, 2, p. 331–335. — C. de Borman, Échevins, p. 472–474 (lancement de l’enquête en sept. 86 par l’évêque). — Condamnations prononcées en déc. 1387 scellées par les communes concernées (RCL, 1, p. 507–511).

86 La titulature de Marc de Bade est mentionnée dans un acte du 13 août 1465 : « administrator, postulatus ecclesiae Leodiensis gubernator et regens patriarum Leodiensis Bullonensis et Lossensis » (éd. J.L. Kupper, Marc de Bade, annexe, p. 79–80. — analyse : J. DARIS, Extrait du cartulaire de Saint-Laurent, p. 163).

87 A. Krieger, Handlung, p. 472. — Les relations entre Raes de Heers et Marc de Bade, détaillées plus loin (5e partie, chapitre 1).

88 J. d’O. ab., p. 206–207.

89 Mathias de Lewis, p. 130.

90 J. d’O. ab., p. 208.

91 1402, p. 380–381.

92 J. de S. fr, p. 115 (31 mai 1408 : rumeur d’une pénurie de vivres qui facilitera la prise de Maastricht). — 7 juin murmures : la place s’avère plus difficile à prendre que prévu (C. de Zantfliet, col 387–389). — L’entrée de Jean de Bavière dans la ville inquiète les assiégeants et les incite à la mutinerie (J. de Bav., p. 185).

93 Relatio Schismatis, p. 18. — C. de Zantfliet, col. 367–368. — J. de Bav., p. 161–162. — Responsabilité équivalente des Hédroits dans le ralliement du chanoine Guillaume delle Roche (C. de Zantfliet, col. 369).

94 J. de S. fr, p. 255 « car tout fois que la citeit estoit ensemble ou li oust [siège de Bouvigne, 1430] ou a conseille, anchois que ons powist faire nulle conclusion de nulle chose, tantoist estoit mis en avant départ les amis ledit Waltier que ilh posist revenir à Liège ou à loy, et parmy chu ons ne concludoit, ne ordinoit-ons chouse qui grandement fust de valour », cf. aussi manœuvres de juillet 1432 déjà évoquées plus haut.

95 Sur ces négociations et les délégués liégeois : P.F.X. De Ram, Documents, p. 533–534 (23 nov. 1465). — RCL, 4, p. 164–166 (8 déc. 1465). — A. d’O., p. 148 (29 août 1466). — J. de Haynin, 1, p. 186 (6 sept. 1466). — RCL, 4, p. 204–206 (12 septembre 1466).

96 RCL, 4, p. 197–200 (10 septembre 1466).

97 A. d’O., p. 152.

98 J. de S. fr, p. 288.

99 A. d’O., p. 103 (23–24 mars 1465).

100 A. d’O., p. 122 (Gérard delle Cop d’Or dirige cette opération).

101 1402 p. 203. — J. d’O., Myreur, V, p. 366.

102 J. de Hocsem, p. 136. —J. d’O., Myreur, p. 157–161.

103 J. de Hocsem, p. 185. — 1402, p. 289–290. — Sur ces personnages : É. Poncelet, Les maréchaux, p. 213–223.

104 J. de Hocsem, p. 193.

105 A. Verkooren, Inventaire des chartes, II, p. 181 (alliance d’Englebert de La Marck avec Jean III de Brabant, 27 fév. 1347). — Sur André de Ferrières : C. Renardy, Les Maîtres, p. 172–173.

106 Henri de Perwez est sénéchal du comté de Looz sous le règne d’Arnold de Hornes et conserve cette charge durant le début du règne de Jean de Bavière, son successeur (J. d’O., ab, p. 224.–1402, p. 409–410, p. 437).

107 C. de Zantfliet, col. 342.

108 1402, p. 428. — En 1398, Henri de Perwez est toujours pro-épiscopal (cf. J. d’O., ab, p. 233–234).

109 J. de S. fr, p. 18.

110 J. de S. fr, p. 120. — J. de Bav., p. 202. — C. de Zantfliet, col 392.

111 A. d’O., p. 107. — Onofrius, p. 92–93. — Sa conversion pourrait remonter à la paix d’Oleye comme le suggère une note du diarium de Adrien (p. 131)

112 Maire de 1462 à 1464 (C. de Borman, échevins, p. 397) bourgmestre en 1459–1460, il participe à l’ambassade de la cité auprès de Charles VII en 1460. — En 1464, il sert de médiateur entre Hutois et Dinantais et Fastré après Reydt (A. d’O., p. 58, 63, 99).

113 Cf. RCL, 4, p. 119–127 (8, 10 et 11 janvier 1465).

114 A. d’O., p. 112. — Sa mort signalée par C. de Borman, Chronique d'Adrien d’Oudenbosch, p. 338.

115 A. d’O., p. 103.

116 Contre l’avis de Raes, il participe à une rencontre avec Louis de Bourbon à l’automne 1466 (A. d’O., p. 153).

117 A. d’O., p. 158 (fév. 1467) signale la présence de Baré et des bourgmestres au conseil officiel de la ville ainsi qu’à celui de Raes.

118 J. de Haynin, I, p. 228–229. — L. Naveau, La famille de Surlet, p. 49.

119 C. de Borman, Échevins, p. 372.

120 A. d’O., p. 63–64.

121 A. d’O., p. 129.

122 A. d’O., p. 170. — Mention de Baudoin au conseil épiscopal : doc. du 13 août 1467, éd. P. Harsin, Liège entre France et Bourgogne, p. 250).

123 Présent lors de la lecture de la sentence du 26 nov. 1467 (L.P. Gachard, II, Documents inédits, 2, p. 472). — Membre du conseil A. d’O., p. 224, 227.

124 Renard de Rouveroy : élu bourgmestre en 1466 (A. d’O., p. 143). — Poursuivi par la foule après le sac de Dinant (A. d’O., p. 147), parlemente avec Bourgogne à Oleye (A. d’O., p. 149., Haynin, I, p. 186). — Propose un accord avec Louis de Bourbon (A. d’O., p. 153–154), est désigné comme adversaire par Raes (reproches à l’assemblée (A. d’O., p. 169). — Ameil de Velroux : capitaine à Dinant (A. d’O., p. 143). — Du côté épiscopal : A. d’O., p. 200.

125 A. d’O., p. 176.

126 L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 472.

127 A. d’O., p. 200–201.

128 A. d’O., p. 200, 201. — Onofrius, p. 53–54 et passim.

129 A. d’O., p. 220. — J. de Haynin, II, p. 86.

130 J. d’O. ab, p. 206–207 (mai 1376).

131 C. de Zantfliet, col. 305–306, 307–308. — J. d’O. ab, p. 205.

132 C. de Zantfliet, col. 314. — J. d’O. ab., p. 212. — J. de S. lat, p. 76.

133 Raoul de Rivo, p. 40. — J. d’O. ab., p. 213. — Sur ces événements : É. Schoolmeesters, L’élection, p. 192–219. — N. Valois, La France et le grand schisme, t. 1, p. 273–276.

134 Cf. mon article : G. Xhayet, Raes de Heers, p. 420–423.

135 A. d’O., p. 202, 204. — Jean Beazen : ancien partisan de Raes de Heers mentionné en nov. 1467 (cf. A. d’O., p. 178–109), Jean de Lobosch : chef d’une compagnie de Lossains, sa région d’origine ; Gilles de Dammeoude, notable de Montegnée, qui devint maire de cette localité en 1477 (M. Ponthir, Histoire de Montegnée, p. 120). — Frère d’un otage de septembre 1466 (RCL, 4, p. 197–200).

136 Cri du perron du 1er sept. 1375 (Mathias de Léwis, p. 128–129. — On rapprochera ce décret d’une décision de Raes de Heers (1er avril 1467) interdisant de molester les clercs qui, de Huy, accepteront de revenir à Liège (A. d’O., p. 162–163).

137 A. d’O., p. 80 (janv. 1642).

138 A. d’O., p. 103 : « Et convocato palatio, fuit dictum, quod dominus Razo esset provius de uno manburno quem nominaret quando tempus esset ».

139 Déposition enregistrée le 12 juin 1465 par le notaire du chapitre cathédral (éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 519–520).

140 A. d’O., p. 160 (mars 1467)

141 J. de Hocsem, p. 195.

142 J. de S. lat, p. 118.— J. de S. fr, p. 117. — C. de Zantfliet, col 389.

143 J. de S. fr, p. 118.

144 A. d’O., p. 114–115 (ambassade française du 23 au 26 mai 1465).

145 A. d’O., p. 105 (11 juin 1465).

146 (Ca 18 janvier 1467) A. d’O., p. 157. — J. de Looz, p. 45 (Ce dernier doute de la véracité de ces propos).

147 J. de S. fr, p. 105, 111–112. — C. de Zantfliet, col. 384–385 (1er oct. 1407).

148 J. d’O. ab., p. 231. — C. de Zantfliet, col 345–346.

149 A. d’O., p. 51–52.

150 J. de S. fr, p. 115.

151 Le mode d’information le plus courant s’avère l’envoi d’espions (cf. J. de Bav, p. 170 automne 1407). — J. de S. fr p. 115 relate que Jacques Baddut conseilla le départ vers Maastricht en se fondant sur des renseignements fournis par un cousin qui fait couramment la navette entre Liège et cette dernière ville. — J. de Bav. p. 193 : 10 août 1408 envoi d’espions d’Henri de Perwez dans la ville assiégée. Déguisés en pèlerins, ceux-ci s’introduisent en ville, y répandent de faux bruits et, en même temps, prennent connaissance de l’ambiance qui règne sur place. — On se fie aussi à certains signes que l’on interprète tant bien que mal (Ainsi, on se plaît à imaginer que le son des cloches qui résonnent pour la fête de la Visitation servent en réalité à couvrir les cris d’un soulèvement dans la ville, J. de Bav., p. 190). — Enfin pour tromper l’ennemi, on lance sur les routes des messagers chargés de répandre de fausses nouvelles à l’intention des alliés de Jean de Bavière qui cheminent vers Maastricht. Le succès est divers (début août J. de Bav., p. 192). — Sur le problème de l’information et ses modes de diffusion, on lira, par ex, les notes de W. Paravicini, Peur, pratiques intelligences, p. 193–194.

152 J. d’O., ab, p. 205.

153 (les 28 juin et 23 septembre 1408) J. de Bav., p. 187, 199. — C. de Zantfliet, col. 388, 390–391.

154 Deux pamphlets successifs, en janvier et février 1467 signalés par A. d’O., p. 156–157, 159.

155 A. d’O., p. 125 (15 septembre 1465).

156 Jean de Looz, p. 33–34.

157 A. d’O., p. 138, 140–142 (juillet 1466).

158 A. d’O., p. 140–141.

159 A. d’O., p. 146–148. — 1er août 1468 Exhumation et profanation du corps de Guillaume : réaction des autorités aux premiers signes de l’arrivée des Fugitifs (A. d’O., p. 198).

160 Sur les relations entre les dirigeants politiques et la foule, voir aussi G. Xhayet, « Le rôle politique des métiers liégeois », p. 371–378.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter