Version classiqueVersion mobile

Études de morphologie iranienne. I. Les Composés de l’Avesta

 | 
Jacques Duchesne-Guillemin

Avant-propos

Texte intégral

1Cette étude des Composés de l’Avesta doit être suivie à bref délai d’un second ouvrage, portant sur la Formation des noms, et d’un troisième, sur leur Flexion. L’ensemble représentera la première morphologie du nom avestique qui soit fondée sur un texte restitué, alors que le principe de cette restitution est connu, grâce à Andreas, depuis plus de vingt-cinq ans. La doctrine de Bartholomae recevra de ce fait, sur de nombreux points, des améliorations qui doivent suffire à justifier cette revision de son Grundriss.

2D’autre part, si les composés ouvrent la série de ces études, c’est que, Bartholomae n’en ayant traité que partiellement, son œuvre devait être, sur ce chapitre, non seulement corrigée, mais complétée dans une large mesure.

3L’idée de ce travail est due à M. E. Benveniste, qui en a dirigé l’exécution avec les ressources combinées de sa divination et de sa science. De plus, toute la préparation qui m’était nécessaire avant même d’aborder cette recherche provient de son enseignement à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes de Paris. Empêché aujourd’hui par la distance d’y assister régulièrement, je trouve chaque jour, au cours de mes travaux, à me féliciter d’avoir pu suivre pendant plus de deux ans les conférences de M. Benveniste.

4L’enseignement dont l’éminent directeur de l’Institut Oriental de l’Université de Liége, M. A. Bricteux, me fait bénéficier chaque semaine, grâce à son immense pratique du pehlevi et du persan, apporte un indispensable complément à ma formation d’iraniste. De précieuses observations m’ont été communiquées par MM. L. Renou et J. Bloch, rapporteurs sur mon mémoire à l’Ecole des Hautes Etudes. Il m’a été donné d’avoir avec M. J. Wackernagel, à Bâle, un long entretien, d’où résulte l’éclaircissement de plusieurs points, et au cours duquel s’est fait sentir sur moi l’attrait d’un homme où s’unissent si heureusement le génie et le charme. MM. A. Christensen, A. Pagliaro et G. Messina ont agité certaines questions de mon mémoire qui faisaient le sujet d’une communication au Congrès des Orientalistes à Rome. D’utiles remarques m’ont été faites par mes rapporteurs de l’Université de Liége, MM.. J. Mansion, A. Grégoire et R. Fohalle. M. Benveniste m’a aidé dans la correction des épreuves. M. P. Fohalle, gérant de l’Imprimerie Orientaliste et Scientifique, a excellemment surveillé l’impression.

5Que tous veuillent bien trouver ici l’expression de ma vive gratitude.

6Enfin, je dois à celle dont le nom figure en tête de ce volume l’aide, les soins et l’encouragement sans lesquels ma tâche n’eût point abouti.

© Presses universitaires de Liège, 1937

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search