Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Quatrième partie. Structures, objectifs et politique des partis liégeois

Chapitre premier. Signes distinctifs des partis

Texte intégral

1Dans les pages qui précèdent, nous avons développé le regard porté par les chroniqueurs sur les formations à caractère politique et la traduction de ce regard dans les mots. Cette approche a permis la mise en évidence de certains traits particuliers : la propension des auteurs à s’exprimer en termes de « partisans » plutôt que de recourir à la notion plus abstraite de « parti » ou de groupement, ainsi que la richesse et la variété du lexique en usage pour caractériser ces groupes engagés dans une action politique commune. Nous nous interrogerons à présent sur les moyens visuels ou auditifs auxquels les membres des partis recourent pour se reconnaître les uns les autres, affirmer leur présence dans la société, et manifester leur position politique. Nos textes ne conservent que peu de traces de ces signes de reconnaissance. Silence des textes ou absence de fait ? Il est difficile de se prononcer. Parmi les signes distinctifs, on note l’importance des autodénominations, des insignes et particularités vestimentaires, des bannières et enfin des cris de guerre.

  • 1 Une difficulté qui n’est pas particulière aux sources liégeoises. Le sens exact du nom de nombreux (...)

2Lorsque les partisans dotent leur groupement d’un nom, comment choisissent-ils de s’appeler ? À moins que certaines autodénominations ne nous aient pas été transmises par les chroniqueurs — mais une telle omission est-elle vraiment plausible ? —, force est de constater que peu de mouvements liégeois se sont pourvus d’une appellation particulière. En outre, le sens de celles qui nous sont parvenues reste parfois entouré de mystère1. C’est donc à une documentation fragmentaire et malaisée à exploiter que nous allons nous intéresser.

1. Les autodénominations

  • 2 J. d’O., Myreur, VI, p. 3. — J. de hocsem, p. 106.
  • 3 Voir plus loin, le poids de l’extérieur.
  • 4 J. d’O., Myreur, VI, p. 3. — C. beaune, Naissance, p. 200–201 précise que les chevaliers français (...)

3Nous retiendrons d’abord les références à des personnalités et des causes étrangères au pays qui ne présentent pas de rapport immédiat avec le litige liégeois lui-même. À l’aube du xive siècle, circulant en bandes, des jeunes gens issus de lignages liégeois en vue s’en prennent aux gens des métiers et les malmènent, sous prétexte de lever un impôt voté par l’échevinage. Ces « Enfants de France », ou « pueri de Francia » qui sèment ainsi le trouble se coiffent d’un chaperon en signe de reconnaissance2. Laissons pour l’instant ce détail vestimentaire de côté, et intéressons-nous à leur dénomination. Ces violences se déroulent sur fond de luttes urbaines (échevinage contre chapitre cathédral allié aux métiers) et, plus lointainement, sur fond de guerre franco-flamande. Or quelques figures éminentes du chapitre sont pro-Dampierre3. Dans ce contexte, l’appellation des « Enfants de France » ne pourrait-elle être une référence et une marque d’allégeance à Philippe le Bel ? Suivant Hocsem en effet, les jeunes émeutiers portent « en signe de proximité » un chaperon que Jean d’Outremeuse croit être de couleur blanche. Cette dernière précision, quoiqu’invérifiable, est pourtant plausible et renforce en tout cas la notion d’allégeance à la cause de Philippe le Bel déjà exprimée par la dénomination4.

  • 5 J. d’O., ab, p. 216.
  • 6 C. de Zantfliet, col. 381,432. — J. de Bav., p. 168, 191 etc. — J. de S. fr, p. 290. — A. d’O., p. (...)
  • 7 On notera aussi, au début du xiie siècle l’existence de deux factions constituées dans le diocèse (...)

4Plus souvent, les partisans se réfèrent à leur chef ou à une personnalité plus directement liée à l’enjeu de leur lutte. Voyons par exemple le témoignage de Jean d’Outremeuse sur les protagonistes liégeois du schisme et la façon dont il les désigne : Clémentins et Urbanistes d’après les noms des deux papes rivaux, ou encore « Persandins » appellation plus spécifiquement locale, forgée sur le nom d’Eustache Persand de Rochefort, le chef de file des sectateurs liégeois du pape d’Avignon. Ces diverses expressions pourraient provenir des dénominations dont les partisans se gratifiaient eux-mêmes et par lesquelles ils désignaient leurs adversaires5 tout autant que d’une invention du chroniqueur. Une même conclusion pourrait d’ailleurs s’appliquer aux partisans de Jean de Bavière et Henri de Perwez, devenus Bavari et Perweziani sous la plume de Corneille de Zantfliet et du chanoine anonyme de Saint-Lambert, puis plus tard à « cheaz Datin », ou sous des formes latinisées « Dathiani » et « Da(n)tinenses », factions dont il sera également question dans les prochaines pages6. Trait commun à ces différentes appellations : le nom des partisans est forgé sur celui de leur chef ou de la personnalité à laquelle ils se réfèrent ; un phénomène qui semble courant dans le monde partisan médiéval7.

  • 8 A. d’O., p. 159. — J de Looz, p. 47. — On soulignera également le parallélisme de cette appellatio (...)
  • 9 Cf. J. Haust, Dictionnaire liégeois, p. 368. — F. Godefroy, Dictionnaire, t. 4, p. 780. — É. Polai (...)

5De la référence à une figure emblématique proche ou lointaine, le glissement peut s’opérer vers une notion plus abstraite. Plusieurs exemples se rencontrent dans nos sources. Citons d’abord la nation ou le pays. En 1467, Raes de Heers se fait escorter par des gens des métiers et nomme ces gardes du corps « Vrais Liégeois8 ». Cette appellation renvoie à une identité nationale. Par surcroit, elle paraît porteuse d’une forte connotation politique. Implicitement, elle dénonce les « faux liégeois », citadins qui se sont détachés de la faction emmenée par Raes. Mais par un jeu d’homophonie, elle renvoie également à une analogie entre « Liège » et « Lidge », toponyme wallon de la ville et adjectif qui se traduit par « libre de toute charge9 ». L’appellation assimile donc les idées de Liège et de franchise urbaine.

  • 10 J. de S. lat., p. 122.
  • 11 C. de Zantfliet, col. 361.
  • 12 Cf. B. Guénée, Histoire, p. 184–191, surt. 187, 190.

6Image de marque ou affirmation de programme ? Quel commentaire formuler à propos des « hédroits », appellation dont les adversaires de Jean de Bavière se dotent dès 1403 ? Au xve siècle déjà, « Hédroit » intrigue. Jean de Stavelot et Corneille de Zantfliet proposent tous deux une explication. « En l’an 1403, écrit Jean de Stavelot, quelques citadins liégeois qui se nommaient eux-même Hédroits (Heydrotes), ce qui est interprété par beaucoup du français en latin par « oditores justicie »commencent à se rebeller contre le seigneur Jean de Bavière10. » Le témoignage de Zantfliet n’est pas différent. « Certains fils d’iniquité, en français « hai-droits », c’est à dire haïssant le droit et l’équité (odientes jus et aequum), citadins liégeois, commencèrent à se rebeller contre Jean de Bavière, s’élevant contre Dieu, la justice et la raison11 ». L’étymologie proposée par les deux moines repose sur une découpe du mot en syllabes significatives [hait-droit], type d’explication par exposition fréquente chez les historiens médiévaux et qui vise à dévoiler, sous le nom, la nature de la chose12.

  • 13 G. Kurth, Cité, III, p. 365–366. — Ajoutons que H. Pirenne, Histoire, I, p. 413 n. 16 rapproche Hé (...)
  • 14 J. Lejeune, Introd. cat. Liège et Bourgogne, p. 23–24.
  • 15 On trouve déjà chez J. de Hocsem (p. 203) une expression de ce type, qui montre que le jeu de mots (...)
  • 16 Cf. A. Bayot, Œuvres de J. de Hemricourt, t. 3, p. 61 (introd.).
  • 17 Cf. J. de S. lat., p. 103–104.

7Cette explication laissa l’historien liégeois Godefroid Kurth, sceptique. Au jeu de mots, il préférait une explication d’ordre philologique et rapprocha « hédroit » de « hadern », racine germanique signifiant « crier », « brailler ». Sous sa plume, nos opposants réfractaires au droit et à la justice devinrent des braillards, ou si l’on veut, des « forts en gueule13 ». Après Godefroid Kurth, Jean Lejeune en revint à l’explication initiale14. À vrai dire, cette dernière interprétation présente deux avantages principaux : elle est avancée par les contemporains eux-mêmes15 et, par sa formulation, elle correspond très exactement aux premières cibles visées par les opposants. Les textes liégeois distinguent en effet le « droit » et la « loi ». Tandis que cette dernière concerne la juridiction temporelle exercée par les échevins, le « droit » désigne, lui, la juridiction ecclésiastique16, contre laquelle furent effectivement dirigées les premières attaques de nos rebelles17. Par leur nom, les Hédroits exposeraient donc un programme politique. Mais, dans ce domaine des dénominations partisanes il est hasardeux de trancher et d’opter pour une explication péremptoire.

  • 18 Onofrius, p. 48 « ipsi nominant fugitivos ».

8On s’interrogera enfin sur les motivations qui guidèrent les Liégeois à qualifier de « Fugitifs » les bannis de l’automne 1467 qui reprirent la cité en septembre 146818. Alors que tous leurs actes ultérieurs témoignent de pro jets politiques bien définis, cette dénomination n’est suggestive d’aucun programme particulier. L’accent est seulement mis sur la condition pitoyable des exilés. Ils doivent avant tout susciter la commisération à Liège auprès des gens du pays comme auprès des autorités.

  • 19 A. d’O., p. 139. — Sur les « Locum », cf. F. Vrancken, Qui étaient, p. 318–319.
  • 20 Cité dans F. Vrancken, art cit., p. 319 n. 26.

9Sous Louis de Bourbon encore, d’autres groupes, auxquels il serait peut-être hasardeux de reconnaître des mobiles politiques bien définis, apparaissent également dotés de noms particuliers. Par rapport aux mouvements précédents, on notera cette fois une différence sensible, tant au point de vue de la composition sociale certainement plus fruste, qu’en ce qui concerne les aspirations plus incertaines. Ainsi, on retient les « Locum » à Huy et, au pays de Looz, les « Fustigeants, puis les « Compagnons de la Verte Tente », encore appelés « Couleuvriniers ». Signalés en 1466 à Huy, « qui se nominabant Locum19 » paraissent avoir eu partie liée avec les Couleuvriniers, durablement ou de manière occasionnelle, nous ne pourrons le préciser. Les « Locum » furent assimilés, de façon à vrai dire peu convainquante, tantôt à un lieu : un quartier hutois, tantôt à une lecture fautive de « le com », c’est à dire « le commun ». Une troisième explication a été avancée par le linguiste liégeois Jules Herbillon. Selon lui, ces « Locum » tireraient leur nom du vieux français « locu », soit « hérissé », « hirsute20 ».

  • 21 J. de Looz p. 33. — Cf. aussi « Van der groener tenten » (Mathieu Herbenus, éd. De RAM, p. 358). —(...)
  • 22 Cf. RCL, 4, p. 324–325 : 355 lettres des autorités colonaises à Charles le Téméraire (4 avril 1469 (...)
  • 23 Sur la valeur des couleurs : M. Pastoureau, Figures et couleurs, p. 40.
  • 24 G. Kurth, Cité, 3, p. 236 n 1. — On pourrait rapprocher la dénomination des Compagnons de celle qu (...)

10Plus célèbres et probablement plus nombreux que ces énigmatiques rebelles hutois, les « Compagnons de la Verte Tente » (« illi de viridi tentorio ») ou Couleuvriniers (Colubrissarii) sévirent dans la campagne lossaine entre 1465 et 1467–146821. Après la défaite de 1467, beaucoup se réfugièrent dans la région de Cologne où, sur injonction bourguignonne, ils furent pourchassés22. Le meilleur témoin des agissements de ces bandes est sans conteste le chroniqueur Jean de Looz qui, enfant à l’époque des troubles, les vit à l’œuvre et les a décrites. Armés de couleuvrines (d’où leur autre appellation), les Compagnons portaient un vêtement bicolore, sur lequel la teinte verte se trouve associée à du blanc, du bleu ou un autre ton, qui permet aux différentes societates de se différencier les unes des autres. Les socii se reconnaissent à cette coloration dont l’emploi est censé évoquer la jeunesse et la vigueur, en même temps que le désordre et la folie puisque, dans cet imaginaire, les couleurs sont ambivalentes23. Le nom de ces groupes repose sur une particularité vestimentaire ou de l’armement. Godefroid Kurth, voyait en outre dans les Compagnons lossains les héritiers de bandes gantoises en révolte contre le comte de Flandre Louis de Maele (1346–1384), elles-mêmes influencées dans leur dénomination et leur tenue par les légendaires Outlaws de la forêt de Sherwood24.

  • 25 J. de Looz, p. 9. — A. d’O., p. 66. — On trouve aussi la traduction latine « factio fustigatorum » (...)
  • 26 J de Looz, p. 9.

11Dans les années 1450–1460, le pays de Liège, et surtout sa partie lossaine servit de terrain d’action à de multiples bandes en rupture de ban. Outre les Couleuvriniers, on compte encore celles qui s’intitulèrent — « se vocitantes theutonice » précise Jean de Looz — « Clupslagher » ou « Cluppelsclagers25 », énergique appellation que nous traduirons par « Ceux qui frappent à coups de bâton » ou « Fustigeants ». Ces hommes circulaient en groupes, arborant au bras ou sur la coiffe l’effigie grossière d’un homme brandissant un gourdin de bois vert26. Ils prenaient pour cible les procureurs du fisc épiscopal, coupables d’exactions sur les populations dépendantes de leur ressort.

2. Couleurs, bannières et cris

  • 27 J. d’O. ab., p. 177. — Sur ces couleurs anglaises, C. Beaune, op. cit., p. 199–200)
  • 28 Onofrius, p. 49–50 : « intrarunt civitatem (...) cum vexillis illustrissimi d. regis Franciae et s (...)

12D’autres moyens de reconnaissance et d’expression politique se rencontrent quelquefois dans les documents. En 1347, par exemple, au moment de la guerre contre Englebert de La Marck, évêque élu sur pression du roi Philippe VI, les Liégeois adoptent les couleurs anglaises : croix de Saint-Georges sur cotte blanche27. En 1468, les Liégeois cherchent à inscrire leur insurrection dans le cadre de la guerre qui vient de reprendre entre Louis XI et Charles le Téméraire. À l’arrivée des Fugitifs, il n’est donc pas surprenant de voir la ville se couvrir des couleurs de France tandis que retentissent des acclamations royales28.

  • 29 J. de Bav. p. 180.
  • 30 Onofrius, p. 169 (26 oct.) « et ingentibus clamoribus emissis : Viva Liege et la Verdura ! dimisso (...)

13Les cris, en effet paraissent d’autres manifestes politiques très significatifs, eux aussi porteurs d’une éventuelle ambivalence. En 1408, à Wonck, lors d’une escarmouche, les villageois s’encouragent au cri de « Perwez29 ». En juillet 1466, des enfants qui manifestent dans les rues de Liège ovationnent l’ancien régent au cri de « Vive Bade au mépris de tous Bourbons ». Enfin comme nous venons de le souligner, à l’automne 1468, c’est au cri de « Vive le roi et les Liégeois libres » que les Fugitifs reconquièrent leur ville et sont accueillis par la population. D’abord jumelé avec une ovation en faveur de Louis XI, on voit resurgir le thème national. Onofrius qui témoigne de ces manifestations d’enthousiasme observe la disparition de la référence au roi vers le 25 octobre. À ce moment, constate-t-il, la trahison de Louis XI est devenue évidente. Les Liégeois ne comptent plus que sur eux-mêmes et expriment ce sentiment par leurs cris30.

14Les thèmes auxquels les différents signes de ralliement font référence sont donc comparables à ceux que nous avons décrits à propos des autodénominations. Ici aussi, c’est à telle figure emblématique ou à l’attachement au pays qu’il est fait allusion. À la différence pourtant des autodénominations expressives de l’allégeance à une notion quelconque, les cris, bannières et couleurs peuvent indifféremment indiquer l’allégeance ou le rejet, ou encore signifier le défi.

  • 31 J. de S., lat, p. 77–78. — 1402, p. 377.
  • 32 A. d’O., p. 137–138. — A. Krieger, Die Markgrafen, lettre d’un membre de l’entourage de Marc ayant (...)
  • 33 A. d’O., p. 134.
  • 34 A. d’O., p. 140–141, 143–146 (Sur l’échange des bannières : C. de Mérindol, art. cit., p. 282).

15Un mot, pour conclure, sur les bannières. En novembre 1378, la défection d’Eustache Persand de Rochefort, entraîne l’arrachage immédiat de sa bannière et son incendie par les bourgmestres de Liège « en signe de mépris et d’ignominie31 ». De même en 1465, les Liégeois descendent les bannières de Louis de Bourbon des murs et pavoisent partout aux couleurs de Bade32. La ratification de la Paix de Saint-Trond en janvier 1466 contraint les citadins à replacer dans la ville les insignes de Louis de Bourbon qui avaient été enlevés quelques mois auparavant33. En mai suivant, des pourparlers reprennent avec Marc de Bade, faisant naître l’espoir d’un retour du régent à Liège. Signe révélateur, ses insignes réapparaissent aussitôt dans la ville. Puis, trois mois plus tard, les Liégeois se convainquent de l’inanité de leur attente. Ils désavouent l’ancien régent, arrachent ses bannières et les brûlent34. Brandies par les partisans ou au contraire incendiées solennellement, l’emploi des bannières traduit donc très nettemment le soutien ou le rejet des différents groupements politiques à une cause.

  • 35 Raoul de Rivo, p. 1–2. — J. d’O., ab., p. 179–181. — J. De Hocsem, p. 360–361.
  • 36 A. d’O., p. 173–174. À noter le cri « Nostre-Dame et S Lambert, ville waingny » qui salue la prise (...)
  • 37 A. d’O., p. 176.
  • 38 Sur la bataille de Steppes : C. Gaier, Grandes batailles, p. 57–69. — Sur l’étendard et son exposi (...)

16À ces caractères, nous ajouterons la confusion qui s’opère de temps à autre dans l’esprit des partisans entre les bannières de partis ou de leaders politiques et l’étendard de Saint-Lambert, utilisé dans un cadre analogue. Déjà en 1347, lors de la bataille de Tourinne, des chroniqueurs dénoncent l’emploi par les rebelles liégeois de l’étendard de Saint-Lambert comme bannière contre l’évêque. Ils n’hésiteront pas d’ailleurs à lier la défaite des insurgés à l'utilisation indue et sacrilège de cette enseigne dont ils n’avaient pas à s’emparer35. En 1467 durant le siège de Huy tenue par les partisans de l’évêque, c’est significativement le 17 septembre, à la fête de Saint-Lambert que les Liégeois choisissent de donner l’assaut36. Un mois après ce coup d’audace, la cité qui se prépare à la riposte bourguignonne, donne à la traditionnelle exposition de l’étendard de Saint-Lambert un éclat tout particulier37. Le jour choisi pour cette cérémonie, le 13 octobre, est riche de symboles : c’est à cette date que l’on commémore la victoire de Steppes, remportée en 1213, sur les Brabançons38. La coïncidence ne peut être que d’heureux présage. Dans ces deux cas, on observe combien la présence de l’étendard de Saint-Lambert dans les rangs des adversaires de l’évêques vise à conférer à leur lutte un caractère légitime et national.

17Quelles conclusions tirer de ces diverses informations ? Pour la plupart, ces signes, visuels ou auditifs constituent soit :

  • Des moyens de ralliement et de reconnaissance mutuelle, en même temps que des signes distinctifs vis-à-vis du reste de la société au sein de laquelle ces divers groupes prennent naissance ;
  • Des manifestes d’un programme politique : allégeance liégeoise, référence à une cause plus lointaine dont les Liégeois se revendiquent ou dans laquelle ils estiment opportun d’inscrire leur action, enfin, affirmation d’un sentiment national ;
  • Des références à des valeurs plus abstraites — vigueur, justice... — auxquelles les partisans choisissent de s’identifier.

18Au-delà pourtant de ses insignes et ses marques distinctives visuelles ou auditives, c’est avant tout par sa présence et son action que le parti impose à ses contemporains le poids de son existence, de sa personnalité et de ses opinions.

Notes

1 Une difficulté qui n’est pas particulière aux sources liégeoises. Le sens exact du nom de nombreux mouvements populaires médiévaux nous échappe et contraint à la formulation d’hypothèses, cf. par ex. les « Jacques » dans G. Fourquin, Les soulèvements, p. 177–178 : du nom de Jacques Bonhomme. — M. Mollat et P. Wolff, Ongles Bleus, p. 123 (du nom du vêtement). Même incertitude à propos des Tuchins du Languedoc, dont le nom évoquerait la « touche » c.à.d. le bois, la lande ou le maquis (ibid., p. 180–181). — D’une manière générale, sur la difficulté d’interprétation de ces noms cf. : J. Heers, partis, p. 34–37.

2 J. d’O., Myreur, VI, p. 3. — J. de hocsem, p. 106.

3 Voir plus loin, le poids de l’extérieur.

4 J. d’O., Myreur, VI, p. 3. — C. beaune, Naissance, p. 200–201 précise que les chevaliers français arboraient des bandes blanches lors des guerres de Flandres du début du xive siècle. La coiffe est un élément vestimentaire qui se retrouve souvent dans des uniformes de partisans médiévaux cf. C. de Mérindol, Mouvements sociaux, p. 289–290.

5 J. d’O., ab, p. 216.

6 C. de Zantfliet, col. 381,432. — J. de Bav., p. 168, 191 etc. — J. de S. fr, p. 290. — A. d’O., p. 156, Chronique fin de règne de J. de Heinsberg, p. 216.

7 On notera aussi, au début du xiie siècle l’existence de deux factions constituées dans le diocèse de Liège autour de deux candidats à l’évêché : les « Frederini » (partisans de Frédéric de Namur) face aux « Alexandrini », acquis à la cause d’Alexandre Ier, son concurrent (cf. J.L. Kupper, Liège, p. 157–164 (surt. 165). — Le phénomène apparaît également ailleurs, au xive à Bordeaux, deux factions rivales groupées autour des deux familles Colomb et del Soler s’intitulent dans les sources françaises comme Colombins et Rostaing (prénom d’un meneur del Soler), latines : Colombenses et Colombini, Solerienses et Solerini (cités dans F. Funck–Brentano, « Les luttes sociales », p. 296).

8 A. d’O., p. 159. — J de Looz, p. 47. — On soulignera également le parallélisme de cette appellation de « Vrais Liégeois » avec les « Vraies communes » de la révolte anglaise de 1381. Les « vraies communes » désignent alors les révoltés face au Parlement (cf. M. Mollat–P. Wolff, Ongles Bleus, p. 195–196), comparaison qui paraîtra d’autant plus intéressante qu’elle pourra être rapprochée d’une autre dénomination héritée de cette révolte : celle des Compagnons de la Verte Tente dont il est question ici même et qui se réfèrent aux compagnons de Robin Hood, légende popularisée pendant la révolte (Sur ce point cf. R. Hilton, Les mouvements paysans, p. 267–268).

9 Cf. J. Haust, Dictionnaire liégeois, p. 368. — F. Godefroy, Dictionnaire, t. 4, p. 780. — É. Polain, La formation, p. 168 (Au xiie siècle, la ville se nommait Lyge).

10 J. de S. lat., p. 122.

11 C. de Zantfliet, col. 361.

12 Cf. B. Guénée, Histoire, p. 184–191, surt. 187, 190.

13 G. Kurth, Cité, III, p. 365–366. — Ajoutons que H. Pirenne, Histoire, I, p. 413 n. 16 rapproche Hédroit de « Haderie », en moyen néerlandais « ivraie ».

14 J. Lejeune, Introd. cat. Liège et Bourgogne, p. 23–24.

15 On trouve déjà chez J. de Hocsem (p. 203) une expression de ce type, qui montre que le jeu de mots était ancré dans l’esprit des Liégeois. Il a donc pu inspirer C. de Zantfliet, Jean de Stavelot, ainsi que les Hédroits eux-mêmes : « Legia [autre nom latin de Liège] dudum a lege in sui primordio nuncupata, nunc autem ut rebus vocabulum in legis odium nomine commutato »

16 Cf. A. Bayot, Œuvres de J. de Hemricourt, t. 3, p. 61 (introd.).

17 Cf. J. de S. lat., p. 103–104.

18 Onofrius, p. 48 « ipsi nominant fugitivos ».

19 A. d’O., p. 139. — Sur les « Locum », cf. F. Vrancken, Qui étaient, p. 318–319.

20 Cité dans F. Vrancken, art cit., p. 319 n. 26.

21 J. de Looz p. 33. — Cf. aussi « Van der groener tenten » (Mathieu Herbenus, éd. De RAM, p. 358). — « socii de viridi Tentorio » (H. de MÉRICA, p. 261). — « ex Virido Tentorio » (Suffridus Petri, p. 157). — « Colubrissarii » (A. d’O., p. 136). — En flamand : « Clueverschutters » (Jean de Brusthem, p. 109). Des travaux existent à propos de ces bandes, cf. J. Michiels, De Gezelle van de Groene Tent. — F. Vrancken, Qui étaient les Compagnons de la Verte Tente ?

22 Cf. RCL, 4, p. 324–325 : 355 lettres des autorités colonaises à Charles le Téméraire (4 avril 1469) et à Louis de Bourbon (7 et 16 septembre 1471).

23 Sur la valeur des couleurs : M. Pastoureau, Figures et couleurs, p. 40.

24 G. Kurth, Cité, 3, p. 236 n 1. — On pourrait rapprocher la dénomination des Compagnons de celle qu’adoptèrent des paysans normands révoltés contre Louis XI, en 1466 et 1467 : les « Galants de la feuillée ». Selon A. Leguai en effet, « Galant » a un sens proche de « compagnon de guerre » et « feuillée » est évocateur des espaces forestiers. L’analogie semble exister entre les noms de ces groupes en rupture de ban (cf. A. Leguai, Les révoltes rurales, p. 74).

25 J. de Looz, p. 9. — A. d’O., p. 66. — On trouve aussi la traduction latine « factio fustigatorum » (J. de Brusthem, p. 99). — « Fustigarii », (P. de Bethléem, p. 408).

26 J de Looz, p. 9.

27 J. d’O. ab., p. 177. — Sur ces couleurs anglaises, C. Beaune, op. cit., p. 199–200)

28 Onofrius, p. 49–50 : « intrarunt civitatem (...) cum vexillis illustrissimi d. regis Franciae et signati crucibus albis impectore rectis signo ut aiebant ejusdem regis in armis consueto, adclamantes sermone gallico : « Vivat rex et franclegios ! » id est liberi LeoLeo-dienses ; quibus illico tota civitas adhesit » Sur la croix blanche devenue insigne royal depuis la fin de la guerre de 100 ans, cf. C. Beaune, La naissance, p. 11, 195.

29 J. de Bav. p. 180.

30 Onofrius, p. 169 (26 oct.) « et ingentibus clamoribus emissis : Viva Liege et la Verdura ! dimisso jam nomine regis (postquam intellexerunt ipsum venire ut hostem) ».

31 J. de S., lat, p. 77–78. — 1402, p. 377.

32 A. d’O., p. 137–138. — A. Krieger, Die Markgrafen, lettre d’un membre de l’entourage de Marc ayant assisté à son entrée à Liège p. 467–468. Décrit les bannières aux fenêtres des maisons, tandis qu’hommes, femmes et enfants tiennent des bannières à la main ou les portent peintes sur leurs vêtements. — Le port de bannières lors des entrées est un élément courant cf. B. Guénée–F. Lehoux, Les entrées royales, p. 180–181 (entrée royale à Brives en 1463).

33 A. d’O., p. 134.

34 A. d’O., p. 140–141, 143–146 (Sur l’échange des bannières : C. de Mérindol, art. cit., p. 282).

35 Raoul de Rivo, p. 1–2. — J. d’O., ab., p. 179–181. — J. De Hocsem, p. 360–361.

36 A. d’O., p. 173–174. À noter le cri « Nostre-Dame et S Lambert, ville waingny » qui salue la prise de la ville.

37 A. d’O., p. 176.

38 Sur la bataille de Steppes : C. Gaier, Grandes batailles, p. 57–69. — Sur l’étendard et son exposition : C. Gaier, le rôle militaire, p. 240–245.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search