Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Quatrième partie. Structures, objectifs et politique des partis liégeois

Introduction. Les contours d’une recherche

Texte intégral

1S’intéresser aux structures des groupements politiques liégeois médiévaux implique, dans un premier temps, une confrontation avec de multiples problèmes de documentation. Ceux-ci tiennent surtout à la nature des sources, comme à leur inégale richesse selon les époques ou leur variété.

2La période antérieure au xive siècle ne livre que peu d’informations sûres et intéressantes. Sur cette carence documentaire, se greffent des difficultés liées à l’évolution historique elle-même. Jusqu’au Mal Saint-Martin (1312), la commune est dépourvue de pouvoir politique réel. La décennie 1303–1313 marque un tournant : les métiers revendiquent et obtiennent alors une part du gouvernement urbain.

3Le xive et surtout le xve siècle nous fourniront dès lors l’essentiel de notre documentation. Pour ces 150 années, nous distinguerons plusieurs types de partis, intervenant dans des conflits aux origines variées mais opposant pour la plupart la cité mosane à son évêque. Nous rangerons dans cette catégorie d’une part les guerres du xive siècle contre les évêques de la Maison de La Marck et Jean d’Arckel qui leur succède dans les années 1370, de même que, au début du xve siècle cette fois, le soulèvement des Hédroits contre Jean de Bavière. Dans les années 1460, les guerres contre Louis de Bourbon présentent des analogies avec les troubles politiques antérieurs. Toutefois, en arrière-plan de l’antagonisme cité-évêque, se détachent les personnalités très fortes des ducs de Bourgogne qui confèrent à la lutte locale une dimension supplémentaire : celle d’un combat pour la défense de l’indépendance territoriale, contre les appétits étrangers.

4Enfin, nous prendrons également en compte la guerre politico-religieuse des années 1378 qui vit s’affronter à Liège les frères Walter et Eustache Persand de Rochefort, sur fond de Grand Schisme. Ce dernier conflit s’acheva à l’avantage de Walter de Rochefort et de ses partisans. Leur influence fut telle qu’elle permit à Arnold de Homes d’être élevé au siège de Saint-Lambert. Sous l’égide de ce prélat, le parti de Walter prospéra et s’implanta solidement aux commandes. Il s’y maintint pendant une vingtaine d’années, pendant toute la durée de l’épiscopat d’Arnold et le début de celui de son successeur.

5À côté de ces affrontements, d’autres face à face laissent la figure épiscopale davantage en retrait. Ces dissensions vont de la tension pré-électorale jusqu’à cette rivalité féroce entre les partis Surlet-delle Chaussée et Datin pour la suprématie dans la ville, que l’on observe pendant les années 1420 et 1430. Nous y puiserons également bon nombre d’informations précieuses pour notre propos.

6L’examen de la terminologie constituera le dernier point de ces préliminaires. À quel lexique, en effet, les auteurs recourent-ils pour décrire les groupements liégeois à finalité politique, objet central de notre étude ?

Approche terminologique : partis et partisans

a. La « Pars » et la notion de « parti »

  • 1 Cf. Cicéron (que nous prendrons souvent pour guide de la terminologie politique latine classique),(...)
  • 2 Cf. par ex. P.G. Caron, les élections épiscopales, p. 574–576.

7En latin classique, « pars » appartient au vocabulaire politique. Il désigne un regroupement de personnes à des fins politiques, plus simplement un parti1. La langue de l’Église médiévale connaît également ce terme et l’emploie — souvent accompagné des adjectifs maior ou sanior — notamment pour désigner l’ensemble des personnes qui procèdent à une élection épiscopale. Dans ce contexte il ne désigne plus rien d’autre qu’une fraction de groupe ; fraction dont on estime nécessaire de préciser la qualité2. Mais comme précédemment, au Moyen Âge la pars ou, en français la « partiie », apparaît aussi dans des contextes politiques.

  • 3 1402, p. 368.
  • 4 C. de Zantfliet, col. 499.

8Quelle connotation lui donnent-ils ? En 1376, l’évêque Jean d’Arckel et les Liégeois qui se combattent entreprennent de négocier : « Et convenerunt ibidem ante partes sed non poterant concordare3. » En 1460, c’est avec l’Élu Louis de Bourbon que les citadins sont aux prises. « Ambae partes » sont en quête d’un conciliateur susceptible de les sortir de l’impasse4. Pars est employé ici absolument. Le contexte de ces deux affaires se prête à une interprétation oscillant entre la signification d’ordre juridique (parties en présences) et celle de « parti », de « camp », vocables chargés d’un sens politique plus net. Une telle ambiguité n’est pas toujours de mise.

  • 5 Jean de Looz, p. 18 : « ubique crescebat partialitas ac multorum implacabilis animositas ». — Sur (...)
  • 6 Jean de Looz, p. 46.
  • 7 J. de S. fr, p. 165–166. — Sur cette acception, voir aussi la citation du Chronicon parmense de Ro (...)
  • 8 J. de Hocsem, p. 357.

9À la fin du xve siècle, le moine Jean de Looz évoque les conflits des années 1460. En particulier, il rappelle les groupements des gens, suivant leurs affinités politiques. Il désigne ce fait du nom du terme « partialitas », que nous traduirons par « esprit de parti5 ». Dans un autre passage, ce même chroniqueur désigne Liégeois et Bourguignons comme étant « partes dissidentes6 ». Jean de Stavelot, enfin, nous livre une interprétation un peu différente de la « pars », envisagée sans complément. En 1418, Wathieu Datin occupé à circonvenir Jean de Walenrode, lui apparaît comme « faisant partiie contre la cité de Liège7 ». Wathieu fait bande à part et rompt la cohésion communale. Tout en conservant intacte sa valeur politique, pars s’est ici chargé d’une nuance complémentaire. « Faire partie » semble équivaloir à « allant à l’encontre de la commune », du « Bien commun », valeur souvent présente dans la pensée du moine de Saint-Laurent. Au siècle précédent déjà, on rencontrait ce terme : en 1347, Jean de Hocsem informa le pape Clément VI d’un conflit survenu entre Englebert de la Marck et les Liégeois et acheva sa lettre en annonçant l’envoi à la Curie d’un émissaire chargé d’expliquer de vive voix ce qu’il serait imprudent de confier au parchemin « metu partium ». Dans ce cas, nous ne pouvons trancher sur le sens exact à donner à ce mot. Désigne-t-il un groupement politique ou son acception est-elle plutôt d’ordre judiciaire8 ?

  • 9 . J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 6, 7, 13 et passim. — J. de Hocsem, p. 156 — J. d’O., Myreur, (...)
  • 10 J. d’O. ab., p. 216. — Nous rapprocherons ce passage d’un document bruxellois relatif à des luttes (...)
  • 11 J. de S. fr, p. 120.
  • 12 J. de Haynin, 1, p. 244–245 en 1467. — 1402, p. 190. — Gesta abbatum Trudonensium, 2, p. 259. « sp (...)

10« Pars » s’accompagne souvent d’un nom. On lira donc dans Hocsem ou Hemricourt les hauts faits des « partiiez » : pars d’Awans, ou « Waroux et leurs partiies » dans le cadre de la guerre privée d’Awans et Waroux9. Les récits des guerres civiles ou seulement des fièvres pré-électorales entraînent le recours à des formules similaires. En 1380, éclatent de violents affrontements entre la « partie Henri Frérart » et « la partie Robeur », qui préludent au scrutin communal du mois de juillet suivant10. En 1406, contre l’avis du chapitre de Saint-Lambert, le chanoine liégeois Guillaume delle Roche opte pour la « partiie del Hedrie11 ». En 1467 enfin, des témoins voient la cité divisée entre « Rasse et chaus de sa partie » et leurs adversaires de la pars episcopi12.

  • 13 J de Hocsem, p. 30, 214–215 — C. de Zantfliet, col. 381. — J. de Bav. p. 168, 179, 191.

11Pars + un nom au génitif désigne « le camp d’un tel ». S’introduit dans cette expression la notion de groupement autour d’une personne, pour qui l’on combat. En postulant l’existence d’un leader, on suggère du même coup qu’une hiérarchie régit le groupe. Le chef — désigné nommément — est en effet distingué du gros de la troupe, défini par référence à cette figure prééminente. La « pars » existe donc surtout en fonction de ceux qui la dirigent, ou de ceux pour qui elle a pris fait et cause. Poussée à l’extrême, l’assimilation du groupe à ses chefs conduit à forger le nom du parti sur celui du meneur, ou sur celui de la personne qui apparaît comme l’enjeu de la lutte. On parlera alors de Henri de Dinant ceterique, de « Petrum [Andricas] et secum », de la partem bavariam, des Perweziani ou des Bavari, mais aussi des « Clémentins » ou des « Urbanistes13 ».

  • 14 J. de Hocsem, p. 335.
  • 15 J. de Bav. p. 190, 199.
  • 16 Cf. par ex. Ph. de Commynes, 1, p. 88, 94, 105, 155 et passim. — J. de Haynin, 1, p. 1, 186, 256. (...)

12La désignation des partis se fondera parfois sur des radicaux toponymiques ou « nationaux ». Les chroniqueurs évoquent par exemple les « Leodienses et suos14 » ou la pars leodiensia15. Curieusement, ce mode de désignation partisan fondé sur des localisations géographiques apparaît plutôt dans des textes rédigés par d’autres que les habitants de la cité mosane. On trouvera, par exemple, de telles mentions dans les relations des événements de 1467–1468, établies par le légat Onofrius et par des membres de l’armée bourguignonne. Ils appellent indistinctement « Liégeois », les adversaires de Charles, sans paraître tenir compte de la présence de « Liégeois » dans les rangs épiscopaux et pro-bourguignons16. Une telle désignation des partis, suivant des critères territoriaux, assimile une unanimité de vue à un lieu. Elle occulte par conséquent toutes les discordances d’opinion perceptibles dans la ville lors des troubles.

b. Désignation des partisans

« Proismes et amis »

  • 17 Art. 11 de la Paix d’Angleur (1313), éd. ROPL, p. 144.

13Des notions telles que celles de « proche », d’ami », consanguineus, propinquus, proisme, etc, sont fréquentes dans nos sources. Le Traité des guerres des Awans et des Warroux, etc., est construit autour de « proismes prochains » et d’hommes « poissans d’amis ». Ce texte ne constitue pas une exception. La paix d’Angleur en 1313 établit le principe d’une convention entre les « amis et les parents » du prévôt de Saint-Lambert, tué lors du Mal Saint-Martin17.

  • 18 Cf. en Piémont, la notion de parentela, au xiiie s. (G. Tabacco, « le rapport de parenté comme ins (...)
  • 19 J.M. Turlan, Amis et amis charnels, p. 659–664 distingue, d’après les documents du parlement de Pa (...)
  • 20 C de Zantfliet, col. 426.
  • 21 J. de S. fr, p. 284.
  • 22 A. d’O., p. 44–45.
  • 23 Mathias de Lewis, p. 125. — J. d’O. ab., p. 198.
  • 24 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 28–29.

14Qui sont ces « amis » et ces « proches » ? Quand une identification est possible, on constate que ces termes désignent l’entourage familial, les « proches » par le sang ou par les alliances matrimoniales18. Peut-être pourrait-on dissocier les deux termes en distinguant les proches, — les parents —, du groupe des amis, formé de gens qu’unissent des liens autres que ceux du sang (beaux-frères, et membres de la parentèle de ces derniers par exemple19). Beaucoup d’auteurs dissocient en tout cas les deux notions. Corneille de Zantfliet fait allusion aux « multos cognatos fautores et amicos » de Wathieu Datin20. Jean de Stavelot désigne cette même faction comme les « proismes et amis » de Wathieu21. De même, c’est en terme d’amitié (« petens amicitiam ipsorum ») qu’en 1462, Adrien d’Oudenbosch définit les relations nouées par Raes de Heers avec les dirigeants communaux liégeois, qui ne semblent pas lui être apparentés22. Cette distinction n’est cependant pas une règle formelle. Tandis que Mathias de Lewis décrit l’entrée solennelle à Liège de Jean d’Arckel, entouré d’« amicis et consanguineis23 », Jean d’Outremeuse désigne plus simplement les membres du cortège, comme des « amys l’evesque24 ».

15Quelle que soit l’acception exacte de ces termes, les « proismes et amis » désignent la cellule la plus étroite d’un entourage, constituée de la parentèle d’un individu et de ses compagnons les plus fidèles. Elles circonscrivent un cercle, à l’intérieur duquel les gens paraissent totalement solidaires les uns des autres, un noyau indéfectiblement sûr, auxiliaire indispensable à la réussite de toute entreprise. Sur un plan social, cette expression définit une relation de type horizontal, unissant des gens au statut équivalent. Néanmoins, le succès ne dépend pas de ce seul cénacle d’intimes. Les textes révèlent l’existence au sein du groupe d’autres catégories d’alliés, d’autres membres du parti. Les dénominations de ce second rang sont très variées. Il convient à présent de les examiner.

« Fautores, complices, adhérentes »

  • 25 Onofrius, p. 26.

16En 1468, le pape Paul II confie à Onofrius la périlleuse mission de ramener dans le giron de l’Église, les « fautores, complices, adhérentes, sequaces ac eis participantes seu auxilium, consilium vel favorem prestantes » de l’opposition liégeoise, à l’évêque Louis de Bourbon25. Cet extrait du mémoire du légat étonne par la prolixité de son expression. Sans doute cette exhaustivité apparente est-elle voulue. Elle semble en tout cas significative de la volonté papale d’englober dans son amnistie, tous les adversaires de l’évêque, quel qu’ait été leur degré d’implication ou leur rôle dans la rébellion. La formule témoigne en outre de la richesse de la terminologie des révoltes et des partis. Beaucoup d’éléments dans ce catalogue des formes possibles de l’engagement partisan, emprunté ici au lexique curial, apparaissent également dans la langue des chroniqueurs liégeois.

17Termes très fréquents chez nos auteurs, fautor et adhérentes — « aerdant », ou « ahierdant » — sont, pour ainsi dire, synonymes. Ils apparaissent tout au long de la période que nous étudions, dans des contextes d’antagonismes strictement privés, comme dans le vocabulaire des troubles civils. Leur origine n’est cependant pas équivalente. Ainsi, en latin classique, l’adherens « est attaché à ». Le terme est d’emploi général et ne semble pas avoir de valeur politique précise.

  • 26 Sur l’emploi de fautor (associé d’ailleurs à pars), cf. Cicéron, Pro Sextio Roscio Amerino, VI, 16 (...)
  • 27 A. d’O., p. 103.
  • 28 J. de Hocsem, p. 214–215.
  • 29 J. d’O., Myreur, VI, p. 484.
  • 30 RCL, 4, p. 184–188. : P.F.X. De Ram, Documents, p. 558–567.
  • 31 Onofrius, p. 141.

18Comme pars, fautor et ses dérivés (favere, del faveur de etc.) ont conservé le sens politique que leur prêtait le latin classique26. Le fautor est un défenseur, un « partisan », il apporte son concours à une entreprise politique et, entre autres, soutient une candidature. Le terme ne paraît pas connoté péjorativement. Dans nos sources, il semble s’appliquer indifféremment aux deux camps : celui qui recueille la sympathie du témoin, comme l’autre. Adrien d’Oudenbosch évoque le revirement de Fastré Baré Surlet, faut or de Louis de Bourbon, puis partisan (adhaerere) du camp adverse27. On trouvera mention chez Hocsem de Petrus Andricas cum suis fautoribus28 autrement dit des « gens del faveur Andricas29 ». Fautor appartient à la langue des partisans eux-mêmes. En 1466, en effet, les Liégeois se liguent par serment contre ceux qu’ils désignent comme des « domini episcopi, [...] adherentium seu fautorum30 ». Enfin, Onofrius y recourt pour rappeler quels risques il courut, à Liège, en passant aux yeux des Bourguignons pour un fautorem Leodiensium31.

  • 32 A. d’O. p. 52.
  • 33 A. d’O., p. 73.
  • 34 A. d’O., p. 167. — Cf. aussi H. de Mérica, p. 261. — Jean de Looz parle à leur propos de societas (...)
  • 35 A. d’O., p. 215, 210.
  • 36 Sur cette notion, cf. C. Gauvard, De grâce espécial, 2, p. 674–681.

19Fautor et ses équivalents désignent les membres du groupe, les uns par rapport aux autres, dans une relations d’égalité, sans référence à un chef quelconque. En 1457, dans une atmosphère qui s’électrise, se tient une assemblée à laquelle participent Jean de Rigaut, un moment l’homme fort du métier des fèvres, cum similibus sociis32 Peu après, en 1462, Raes de Heers repère la coterie la plus influente à Liège et s’y fait admettre (associavit se eis33). Socius a une acception plus large que celle, stricte, de partisan. Adrien d’Oudenbosch désigne de cette appellation les « Compagnons de la Verte Tente », groupe de guerilla dont nous reparlerons bientôt34. C’est comme cela aussi qu’il désigne les hommes qui, dans la nuit du 29 au 30 octobre 1468, tentèrent de surprendre Charles le Téméraire dans son camp sur la colline Sainte-Walburge35. Les socii apparaissent surtout comme une troupe de compagnons ou de camarades36.

  • 37 Levold de Northof, p. 73. — Relatio Schismatis, p. 12.
  • 38 Cf. J. de S. lat., p. 116.
  • 39 J. de S. fr, p. 115. — Dans ces deux derniers cas, il est question de Jean de Heinsberg allié de J (...)
  • 40 J. de S. fr, p. 165, sur la notion de consors et des consorteria en Italie du Nord, cf. G. Tabacco (...)
  • 41 Mathias de Lewis, p. 102.
  • 42 Relatio Schismatis, p. 19.

20Quelles que soient les nuances qu’ils expriment, ces différents mots suggèrent l’idée d’une étroite connivence entre les individus engagés dans une action commune. Nos sources laissent supposer l’existence d’autres liens encore entre les gens. Il s’agit alors moins d’ententes d’homme à homme que d’alliances occasionnelles, davantage dictées par la conjoncture. Ces gens qui apportent ainsi leur concours à une entreprise politique, sont des « adjutores37 », « adjuvantes », « confortantes38 », « aidans39 », ou encore « consortes40 », « consentanei41 » ou « consensores ». Ces différents termes, comme les circonstances de leur emploi, nous font imaginer des relations plus lâches, plus fragiles et n’impliquant pas forcément une hiérarchie entre les parties prenantes. En outre, il faudra peut-être voir dans les deux derniers termes cités, des sympathisants plutôt que des collaborateurs actifs42.

  • 43 A. d’O., p. 130, 157.
  • 44 J. de S. lat., p. 122.
  • 45 J. d'O., Myreur, 5, p. 366.
  • 46 Cf. Cicéron, ad familiares, XIII, 4, 2, (secta =ligne de conduite).
  • 47 J. de Hocsem, p. 316, 318–319.
  • 48 Relatio Schismatis, p. 14–15 — Ph.de Commynes, 1, p. 114 évoque la fuite en nov. 1467 de Raes de H (...)
  • 49 J.F. Niermeyer, Mediae Latinitatis, propose « clientèle » comme trad. Pour secta. — F. Godefroy, D (...)

21À deux reprises dans sa chronique, Adrien recourt au terme secta43 pour désigner les hommes de main de Raes de Heers. Jean de Stavelot qualifie les chanoines intrus de 1406 d’« emulatores pervere secte Heydrotorum44 » et Jean d’Outremeuse parlait des hommes « qui avoient Henry de Dinant conselhiet tout chu qu’ilh fist car ilh estoient de son secte45 ». Dans la Rome classique, secta désignait une ligne de conduite — le cas échéant politique — et, assez logiquement, ceux qui se conforment à cette ligne46. Dans la langue de nos auteurs, secta conserve ces valeurs. Le terme semble en outre s’appliquer à un proche entourage, voire, comme dans notre premier cas, à une suite armée. Dès lors, il conviendrait de rapprocher « secta » de « sequax ». Jean de Hocsem appelle « sequaces » d’Adolphe de la Marck, huit membres du chapitre qui sont ses créatures et défendent ses intérêts dans les décisions capitulaires47. Non moins significatif est l’emploi de ce même terme par l’auteur de la « Relatio Schismatis », farouchement opposé aux Hédroits, et stigmatisant leurs partisans de ce qualificatif48. Ces termes paraissent réservés à un entourage proche, de subordonnés. Ils semblent aussi chargés d’une indéniable nuance péjorative, traduisant dans l’esprit de nos auteurs autant le mépris que la réprobation49.

  • 50 Emploi de factio chez Cicéron : cf. par ex. De Rep., I, 44, 69. — III, 44 (sens d’oligarchie). — S (...)
  • 51 Cf. J. Musy, Mouvements populaires, p. 44–45 (Réginard évêque de Liège de 1025 à 1037).
  • 52 Raoul de Rivo, p. 41
  • 53 C. de Zantfliet, col., 369. — Dans ces conditions, lire chez Onofrius (p. 154) une allusion à la f (...)

22En ce qui concerne factio, ou factiosus, nul doute n’est possible. Sans conteste, ces termes révèlent du vocabulaire politique et, à Rome déjà, ils sont teintés d’une forte connotation péjorative, servant notamment à qualifier un groupe d’intrigants ou un régime oligarchique50. La terminologie médiévale leur conserve leur charge polémique tout en y ajoutant une valeur théologique. Ainsi, au xie siècle à Liège sous l’épiscopat de Réginard, l’écolâtre de la cathédrale nomme de cette appellation les adeptes d’une hérésie51. Dans nos sources, à la fin du xive siècle, factio apparaît toujours porteur de l’idée d’égarement religieux, comme le suggère son emploi à propos des sectateurs liégeois du pape Clément VII52, et des Hédroits53.

« Majores et populares »

23Outre le vocabulaire issu de la langue politique, les auteurs usent encore d’une terminologie fortement évocatrice des stratifications socio-économiques urbaines, pour décrire les partis. Les termes de Majores, magnates, primates, insignes, meliores ou de « Grands » ; Populares, vulgus, ou « Petits », gens commones » etc. apparaissent fréquemment dans leur vocabulaire.

  • 54 C. de Zantfliet, col. 306–307, 369. — J. de S. lat., p. 99. — Chronique sur la fin de règne de J. (...)
  • 55 C. de Zantfliet, col. 369.
  • 56 Jean de Looz, p. 18.
  • 57 Cf. C. de Zantfliet, col. 345, 336. — A. d’O., p. 51–52., 91–92, 149.— Jean de Looz, p. 46.
  • 58 A. d’O., p. 203. — Cf. aussi C. de Zantfliet, col. 479. — Sur le vocabulaire de la pauvreté : P. D (...)
  • 59 A. d’O., p. 64, 65. — Jean de Looz, p. 8. — Sur le paupérisme à Liège au Moyen Âge, P. De Spiegele (...)

24Ces expressions proviennent des documents des xiiie et xive s. En dépit des changements institutionnels survenus entretemps qui transformèrent le régime politique liégeois, au xve siècle, les termes liés à une discrimination sociale continuent d’être employés. Leur valeur ne semble toutefois pas demeurée intacte. Ainsi, les termes significatifs d’un état de notabilité sociale et politique54 paraissent avoir perdu une part de leur force méliorative. Corneille de Zantfliet que l’on ne suspectera pas de sympathie envers les Hédroits qualifie leurs chefs de « primores civitatis55 ». De même, Jean de Looz englobe sous l’appellation de « magnates patriae », les leaders des factions rivales durant la guerre contre Louis de Bourbon56. « Populares » ou vulgares figurent encore dans le lexique politique avec le sens de « communauté57 ». Mais, ces mots s’acheminent aussi vers le sens plus spécifique de « petit peuple ». On le constate à propos des « pauperes civitatis et vulgares » qui, en septembre 1468, réservent aux exilés de l’année précédente un accueil enthousiaste58 ou des « pauperes » dits aussi « pauperem plebem », « viles personae », « homunciones », « temerarii », « latrunculi59 » qui, entre 1458 et 1462, mettent les campagnes du pays de Looz en coupe réglée et s’insurgent contre les exactions des procureurs du fisc épiscopal. C’est surtout sur le caractère humble et vil des émeutiers qu’est ici attirée l’attention, plus que sur le bien-fondé éventuel de leur soulèvement.

  • 60 C. de Zantfliet, col. 391, 364, 366–367. — J. de S. fr. p. 125–126, 145. — J. de S. lat., p. 122.
  • 61 J. de S. lat. p. 122.
  • 62 J. de S. fr. p. 291.
  • 63 A. d’O., p. 134, 165.

25Le vocabulaire usité à propos de ces humbles dissidents est péjoratif. L’invective est à vrai dire une arme fréquemment employée par nos auteurs pour désigner l’une ou l’autre catégorie socio-politique. Les exemples abondent et la variété de cette terminologie est, en soi, éloquente. Les adversaires sont tantôt des scelerati, des iniqui, des maligni, des perversi, injurias facientes60, des « maulvolans », « mal conseilheit » etc. Pour être objective, cette revue signalera encore la présence dans les textes de formules laudatives. Aux « maulvolans », fauteurs de l’insurrection de 1406–1408, Jean de Stavelot oppose les « cives honorabiles » qui parlementent avec les vainqueurs au soir d’Othée61. Puis, dans les années 1430, il évoque paraillement les « bienvollans » qui répriment le soulèvement Datin62. Adrien d’Oudenbosch procède enfin de même et répartit entre mali et boni homines les Liégeois, suivant l’attitude qu’ils adoptèrent pendant les années de troubles civils63.

26En résumé, le milieu partisan est servi par un vocabulaire riche, varié et chargé de multiples connotations sociales et politiques. Cette variété lexicale témoigne de la complexité de la société politique, ainsi que de l’importance des associations privées qui interfèrent dans les processus de prise de décision. On s’aperçoit de même que loin d’être fortuit, le choix des termes est très significatif des nuances, des jugements que les chroniqueurs entendent introduire dans leur récit.

  • 64 Problématique abordée dans A. Dirsch-Weigand, Stadt und Fürst.

27À cet égard, quelques constantes se dessinent dans le regard porté sur le personnel politique liégeois et ses façons d’agir. Ainsi, bien et mal s’opposent classiquement sous leur plume. Des attitudes leur plaisent ou non. Manifestement, la louange les inspirant moins que le ton corrosif... ils se montrent plus diserts lorsqu’ils dénoncent que lorsqu’ils louent. Nos chroniqueurs expriment un avis autant qu’ils relatent les faits. Jamais neutre, leur discours constitue le reflet de leur vision des faits et des hommes. En un mot, il paraît souvent l’expression d’un jugement politique nettement défini64.

Notes

1 Cf. Cicéron (que nous prendrons souvent pour guide de la terminologie politique latine classique), ad Atticum, II, 21, 5 pars = groupe (politique) — Existence d’autres sens pour Pars, notamment juridique. Sur la pars et la factio à Rome, cf. C. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen, Paris, 1993, p. 434–435 (Nouvelle Clio, nlle éd.).

2 Cf. par ex. P.G. Caron, les élections épiscopales, p. 574–576.

3 1402, p. 368.

4 C. de Zantfliet, col. 499.

5 Jean de Looz, p. 18 : « ubique crescebat partialitas ac multorum implacabilis animositas ». — Sur ce chroniqueur, cf. P. Harsin, Chroniqueurs, p. 96–97.

6 Jean de Looz, p. 46.

7 J. de S. fr, p. 165–166. — Sur cette acception, voir aussi la citation du Chronicon parmense de Rolandino « Facta hec tractabantur non per justifie set per partem » cité dans J.K. Hyde, Contemporary views, p. 282–283.

8 J. de Hocsem, p. 357.

9 . J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 6, 7, 13 et passim. — J. de Hocsem, p. 156 — J. d’O., Myreur, VI, p. 312.

10 J. d’O. ab., p. 216. — Nous rapprocherons ce passage d’un document bruxellois relatif à des luttes électorales sous le règne de Philippe le Bon : rivalité de deux partis : « Monseigneur de Kestergate et ceulx de son parti d’une part et Jehan le Mol et ceulx de son parti d’autre part » (éd. J. Bartier, Un document, p. 368).

11 J. de S. fr, p. 120.

12 J. de Haynin, 1, p. 244–245 en 1467. — 1402, p. 190. — Gesta abbatum Trudonensium, 2, p. 259. « spiscopum [A. de La Marck] et partem suam » (J. de Hocsem, p. 355) etc. — Au début du XIIIe siècle déjà, dans le diocèse de Liège, des partisans de candidats au siège épiscopal doté de noms forgées sur celui de leurs chefs : les Alexandrini (partisans de l’archidiacre Alexandre) contre les Frederini (partisans de Frédéric de Namur). Cf. J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 147–153.

13 J de Hocsem, p. 30, 214–215 — C. de Zantfliet, col. 381. — J. de Bav. p. 168, 179, 191.

14 J. de Hocsem, p. 335.

15 J. de Bav. p. 190, 199.

16 Cf. par ex. Ph. de Commynes, 1, p. 88, 94, 105, 155 et passim. — J. de Haynin, 1, p. 1, 186, 256. — Lettres des membres de l’armée de Charles le Téméraire racontant la défaite liégeoise de 1467 (29, 30 oct. 1467 éd. RCL, 4, p. 234, 238). — Onofrius, p. 16, 146 etc.

17 Art. 11 de la Paix d’Angleur (1313), éd. ROPL, p. 144.

18 Cf. en Piémont, la notion de parentela, au xiiie s. (G. Tabacco, « le rapport de parenté comme instrument de domination consortiale : quelques exemples piémontais » dans Famille et parenté, p. 156–157). Groupe supra-familial structuré et officialisé par un pacte.

19 J.M. Turlan, Amis et amis charnels, p. 659–664 distingue, d’après les documents du parlement de Paris au xive s. également les simples « amis des « amis charnels » autre désignation de la parenté, de l’affinis ou du cognatus. — Sur les notions de proismes (frères, oncles, cousins etc.), amis et amis charnels (parents par le sang + le conjoint, « charnel » ajoutant une nuance d’affectivité). Cf. aussi C. Gauvard, De Grace espécial, 2, p. 641–663.

20 C de Zantfliet, col. 426.

21 J. de S. fr, p. 284.

22 A. d’O., p. 44–45.

23 Mathias de Lewis, p. 125. — J. d’O. ab., p. 198.

24 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 28–29.

25 Onofrius, p. 26.

26 Sur l’emploi de fautor (associé d’ailleurs à pars), cf. Cicéron, Pro Sextio Roscio Amerino, VI, 16 : Hic cum omni tempore nohilitatis fautor fuisset [...] vicinitate eam partent causamque opera studio auctoritate defendit.

27 A. d’O., p. 103.

28 J. de Hocsem, p. 214–215.

29 J. d’O., Myreur, VI, p. 484.

30 RCL, 4, p. 184–188. : P.F.X. De Ram, Documents, p. 558–567.

31 Onofrius, p. 141.

32 A. d’O. p. 52.

33 A. d’O., p. 73.

34 A. d’O., p. 167. — Cf. aussi H. de Mérica, p. 261. — Jean de Looz parle à leur propos de societas (p. 32–33). — Sur les Compagnons de la Verte Tente, voir plus loin, structures des partis. — Dans les textes italiens, societas apparaît fréquemment et désigne des associations à caractère politique, constituées d’une famille (ou de quelques familles), flanquée de ses amis et de ses clients (cf. G. Tabacco, art. cit.). — J. Heers, les partis, p. 28–31.

35 A. d’O., p. 215, 210.

36 Sur cette notion, cf. C. Gauvard, De grâce espécial, 2, p. 674–681.

37 Levold de Northof, p. 73. — Relatio Schismatis, p. 12.

38 Cf. J. de S. lat., p. 116.

39 J. de S. fr, p. 115. — Dans ces deux derniers cas, il est question de Jean de Heinsberg allié de Jean de Bavière et père du futur évêque (cf. n. précédente).

40 J. de S. fr, p. 165, sur la notion de consors et des consorteria en Italie du Nord, cf. G. Tabacco, art. cit. p. 156 sqq.

41 Mathias de Lewis, p. 102.

42 Relatio Schismatis, p. 19.

43 A. d’O., p. 130, 157.

44 J. de S. lat., p. 122.

45 J. d'O., Myreur, 5, p. 366.

46 Cf. Cicéron, ad familiares, XIII, 4, 2, (secta =ligne de conduite).

47 J. de Hocsem, p. 316, 318–319.

48 Relatio Schismatis, p. 14–15 — Ph.de Commynes, 1, p. 114 évoque la fuite en nov. 1467 de Raes de Heers « et toute la séquelle ».

49 J.F. Niermeyer, Mediae Latinitatis, propose « clientèle » comme trad. Pour secta. — F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, t. 7, p. 351, propose compagnie, suite, comme interprétation de secta. En soi, le terme de secta n’est pas péjoratif. Cf. son emploi de secta dans le texte d’un procès en Languedoc au xive s., signalé par N. Coulet, Un moine languedocien accusé de béguinisme, Cahiers de Fanjeaux, 19, Les moines Noirs (xiiies.–xives.), 1984, p. 365–389 (surt. p. 367).

50 Emploi de factio chez Cicéron : cf. par ex. De Rep., I, 44, 69. — III, 44 (sens d’oligarchie). — Salluste de conjuratione Catilinae, LIV (emploi de factio et factiosus dans un sens d’intrigue).

51 Cf. J. Musy, Mouvements populaires, p. 44–45 (Réginard évêque de Liège de 1025 à 1037).

52 Raoul de Rivo, p. 41

53 C. de Zantfliet, col., 369. — Dans ces conditions, lire chez Onofrius (p. 154) une allusion à la factio episcopi peut surprendre. Faut-il y voir l’esquise d’un jugement de valeur, ou bien, dans le latin de cet auteur italien, la « factio » a-t-elle perdu de sa virulence ?

54 C. de Zantfliet, col. 306–307, 369. — J. de S. lat., p. 99. — Chronique sur la fin de règne de J. de Heinsberg, « potentiores civitatis ». — A. d’O. majores (passim)

55 C. de Zantfliet, col. 369.

56 Jean de Looz, p. 18.

57 Cf. C. de Zantfliet, col. 345, 336. — A. d’O., p. 51–52., 91–92, 149.— Jean de Looz, p. 46.

58 A. d’O., p. 203. — Cf. aussi C. de Zantfliet, col. 479. — Sur le vocabulaire de la pauvreté : P. DE Spiegeler, Hôpitaux, p. 130.

59 A. d’O., p. 64, 65. — Jean de Looz, p. 8. — Sur le paupérisme à Liège au Moyen Âge, P. De Spiegeler, op. cit., p. 169–208.

60 C. de Zantfliet, col. 391, 364, 366–367. — J. de S. fr. p. 125–126, 145. — J. de S. lat., p. 122.

61 J. de S. lat. p. 122.

62 J. de S. fr. p. 291.

63 A. d’O., p. 134, 165.

64 Problématique abordée dans A. Dirsch-Weigand, Stadt und Fürst.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search