Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Troisième partie. Les options politiques : extension géographique et contours sociaux

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Ou encore « Clericus an laïcus antea vel hostis fuerit » Onofrius, p. 22.

1« Les citadins et les nobles du pays de Liège qui appartiennent au parti de l’évêque et leurs ennemis qui sont dans la cité. » Comment, mieux que par ce passage du mémoire d’Onofrius, décrire toute la complexité du recrutement partisan1 ? En 1468, comme tout au long de la période que nous étudions, des hommes de tous les milieux se rangent dans tous les camps. Il existe bien entendu des options préférentielles au sein d’un groupe et qui s’opèrent sur une base de proximité sociale, géographique ou familiale. Mais on n’observe pas de réelle unanimité. La fidélité au corps social entre donc en compétition avec d’autres types de motivations, entre autres, les solidarités privées. Elle se conjugue avec ces dernières ou les contrarie. En nous souvenant toujours que nos renseignements proviennent de sources très diverses et se rapportent à des époques variées, il paraît néanmoins possible d’établir des catalogues des forces en présence et de discerner quelles sont les options politiques préférentielles d’un groupe social donné, quitte dans un second temps à nuancer ces premières conclusions.

2Tout au long de la période qui nous intéresse, l’évêque trouve ses alliés au sein du clergé prébendier : chapitre cathédral principalement, et collèges de chanoines dans une moindre mesure, ainsi qu’auprès des abbayes installées sur le sol liégeois. La noblesse, au sein de laquelle il recrute nombre de ses officiers, lui apporte également un important concours. C’est au niveau des communautés d’habitants que s’opère la césure. Pour l’évêque, obtenir l’alliance des villes et des villages s’apparente à une gageure. Seuls les Maastrichtois et parfois les Hutois soutiennent sa cause. Les autres communautés urbaines ou villageoises sont majoritairement pro-liégeoises. La constatation s’étend au bas-clergé ou aux ordres religieux non bénédictins. Ces ecclésiastiques se rangent plus volontiers aux côtés des citadins insurgés, au milieu desquels ils vivent et desquels proviennent leurs moyens de subsistance.

3Il n’empêche. Au sein de chacun des groupes examinés, des opinions divergent. Par exemple, sur le plan politique la noblesse est loin d’être homogène. Nous avons noté la forte proportion de nobles Hesbignons hostiles à l’évêque. Et à l’intérieur même de la communauté citadine, des discordances de vues existent : certains Liégeois préférant le parti épiscopal à celui de la cité. Enfin, le cas de chanoines de Saint-Lambert soutenant les citadins en révolte contre l’évêque ne fut pas si exceptionnel.

4Dès lors, pourquoi ces divergences d’opinion, de la part de certains, par rapport à la majorité du corps social auquel ils appartiennent ? Nous avons avancé plusieurs hypothèses à ce sujet. Certaines options paraissent découler de prises de position d’ordre familial. Nous avons également évoqué l’attractivité des centres urbains sur certains nobles des alentours. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’impact des divers jeux d’influences qui ont pu s’exercer sur les uns et les autres et infléchir les choix. Ces divergences de vues favorisent la constitution de groupements à caractère exclusivement politiques : les partis.

5Après avoir ainsi examiné la répartition socio-géographique des positions politiques dans le pays et la cité, examiné le rayonnement politique des uns et des autres (évêques et citadins) et tenté d’expliquer les mécanismes qui président à la constitution des ligues, il importe de nous intéresser à ces groupements et d’étudier leur composition, leur fonctionnement, les objectifs qu’ils poursuivent et l’action qu’ils mènent dans la vie politique liégeoise, une fois parvenus au pouvoir.

Notes

1 Ou encore « Clericus an laïcus antea vel hostis fuerit » Onofrius, p. 22.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search