Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Troisième partie. Les options politiques : extension géographique et contours sociaux

Chapitre IV. Citadins et gens des métiers

Texte intégral

1Entrons maintenant dans la cité de Liège, dernière étape de notre tour d’horizon du monde politique liégeois et des opinions qui s’y font jour. Notre investigation suivra deux axes. Nous tenterons d’abord de cerner les composantes du milieu politique. Puis, nous envisagerons la question de ses interventions et de ses options politiques préférentielles. Précédemment, notre propos se limitait au couple antagoniste cité-évêque. Pénétrant cette fois au cœur même de la ville, il nous est loisible d’approfondir davantage notre propos, de le nuancer, et d’intégrer dans notre étude les interventions relatives à la gestion ou à la politique communale.

2Ce personnel sera observé sous deux angles : d’un point de vue individuel, en prenant en considération les interventions personnelles dans la politique, fussent-elles d’intérêt mineur, et d’un point de vue collectif ou corporatif. À partir du xive siècle, les métiers sont, en effet, des corps jouissant d’une personnalité juridique et d’une capacité politique propres ; c’est par ce biais en outre que les Liégeois participent pleinement à la politique de leur communauté.

1. Le personnel politique

A. Qui fait de la politique à Liège ?

  • 1 Ainsi, en août 1467, parmi les Liégeois que Raes de Heers présente comme ses adversaires, figurent (...)
  • 2 Cf. par ex. : « Raussino de Thier, Egidio de Metz, civibus Leodiensibus » ; « Willelmus Tumassins (...)

3Répondre à cette question nécessite l’élaboration d’un corpus. Pour constituer ce dernier, nous avons retenu les habitants de la cité mosane que l’on trouve associés, occasionnellement ou de façon plus durable, à la vie politique liégeoise. Si nous comparons ce personnel à celui des offices et des charges magistrales étudié précédemment, nous constatons d’évidents traits de ressemblance. Mais ces deux mondes, pourtant si proches par leur recrutement, ne se superposent pas parfaitement. Le milieu dont nous entreprenons à présent l’étude s’avère plus large et beaucoup moins homogène. L’ensemble obtenu est en effet composite. Il comprend des gens aux rôles très dissemblables : personnalités de premier plan, simples comparses ou intervenants occasionnels1. Chronologiquement, la période étudiée couvre les deux cents années qui séparent le soulèvement emmené par Henri de Dinant du sac de la cité par Charles le Téméraire. Le nombre des gens de parti identifiables s’accroit évidemment au fur et à mesure que l’on se rapproche du terminus ad quem. À partir de la paix d’Angleur (1313), ces personnages nous intéressent comme « citadins », qu’ils appartiennent au milieu des Grands ou des lignages2, ou qu’ils soient membres des métiers. Le groupe envisagé s’étend à l’ensemble des acteurs politiques, y compris les Liégeois pourvus du titre chevaleresque ou ceux qui descendent des familles scabinales du xiiie siècle. Dans ce contexte, l’implantation géographique prime donc sur le statut social.

  • 3 J. d’O., abr, p. 206. Sur ces pers., cf. tableau généalogique no 4.
  • 4 C. de Zantfliet, col. 316.
  • 5 J. de S. lat., p. 125 : « Egidius Surlet cui facta Heydrotorum semper displicebant ».
  • 6 J. de S„ fr., p. 121–122.
  • 7 J. de S., fr., p. 290–324 passim.
  • 8 Gilles Chabot désigné en 1372 comme bailli de Thuin (J. d’O., abr., p. 195) ; Gérard Chabot d’Ocha (...)

4Certaines anciennes familles scabinales ou ministérielles conservent un rôle dans la vie politique active aux xive et xve siècles. C’est le cas des Surlet-Lardier. Outre les élections à la bourgmaîtrise ou les sièges à l’échevinage que cette lignée accumule au cours de ces deux siècles, sa prépondérance se manifeste sans discontinuer dans la politique liégeoise active. Quelques noms émergent. En 1375, lors des pourparlers consécutifs à la guerre contre Jean d’Arckel, Fastré Baré dit de Lardier figure parmi ceux des commissaires de la cité3. En 1378, ce même personnage prend position contre Eustache Persand de Rochefort, au profit d’Arnould de Hornes dans la guerre qui oppose ces deux hommes pour le siège épiscopal liégeois4. Au début du xve siècle, d’autres Surlet apparaissent sur la scène liégeoise. La plupart se rangent sous la bannière des Perwez, mais le chevalier Gilles Surlet se singularise par son hostilité aux Hédroits5. C’est notamment lui qui conduit la délégation liégeoise venue auprès des Bourguignons demander l’ouverture de négociations après la défaite d’Othée6. Les années 1420–1460 sont ensuite dominées par les imposantes figures des deux Fastré Baré Surlet, père et fils. Le premier s’illustre dans le milieu anti-Datin7. Nous avons déjà évoqué l’action du second, partisan de l’élu Louis de Bourbon avant de délaisser sa cause pour, en 1465, rejoindre l’opposition anti-épiscopale. Une telle longévité politique n’est cependant pas l’apanage des Surlet. Ils partagent en effet ce privilège avec la famille Chabot qui, issue d’une branche cadette du lignage de Neuvice, gravite pendant deux cents ans dans l’entourage épiscopal8.

  • 9 Éd. acte J. Cuvelier, Val-Benoît, p. 108–110.
  • 10 J. de S. fr., p. 295–304, 320–324.
  • 11 C. de Borman, Échevins, p. 85. — Mention d’un Hanet Kockelet en 1350 à propos de la vente d’une ma (...)
  • 12 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 16. — J. d’O., Myreur, VI, p. 483–484 : refus en 1331 de souten (...)
  • 13 RCL, 1, p. 361–363 (29 sept. 1347). — RCL, 2, p. 199–200 (sans date, 1348). — J. d’O ab., p. 177.
  • 14 J. de S., fr, p. 109.
  • 15 Mentions de cette famille : prêt d’argent à Gui de Dampierre par Gérard dit le Rosti (21 nov. 1288 (...)
  • 16 Jean Sollo délégué de la cité à la Lettre des XX (éd. J. d’O., Myreur, VI, p. 276–285). D’accord a (...)
  • 17 A. d’O., p. 187.

5D’autres patronymes apparaissent encore à différentes époques, mais cette fois, de façon plus sporadique. Citons par exemple Gilles de Lavoir qui, en 1386, enflamme la population liégeoise contre l’échevinage. Gilles était lui-même fils d’un changeur, et descendait d’un homonyme, mentionné comme échevin en 12449. Pour sa part, Colet Cockelet portait l’enseigne des Fèvres au moment de la répression contre les Datin10. Son nom renvoie sans doute à celui de l’échevin Jean Cockelet, cité à la moitié du xiiie siècle11. Deux Hemricourt peuvent également être relevés : Thomas, partisan des Awans sous Adolphe de La Marck12, puis financier de la guerre contre l’évêque Englebert13 ainsi qu’un fils de Pierre de Hemricourt inscrit chez les Fèvres et qui devint échevin sous le règne de Thierry de Perwez14. On pourrait encore allonger cette liste des noms de Le Rosti, épisodiquement mêlés à la politique liégeoises dès la fin du xiiie siècle et jusqu’au début des années 140015, de Sollo, cité une première fois dans l’entourage de Pierre Andricas16 et dont le dernier représentant pour notre période — Henri Sollo — fut blessé à la bataille de Brusthem en 1467, puis banni par les Bourguignons17. Le nom de ces bourgeois réapparaît, épisodiquement, associé aux affaires publiques. Cette présence, même intermittente, témoigne du maintien familial dans la frange aisée — et « politisée » — de la population durant plusieurs générations.

  • 18 Sur Jean Heylman de Sart : cf. A de Géradon, l’étrange carrière, p. 123–125). — Collard delle Port (...)

6Le personnel politique d’origine étrangère et fixée à Liège représente un ultime cas de figure. Jean Heylman de Sart dont la carrière se déroule durant la décennie 1458–1468 provient d’une opulente famille namuroise. Les Rosséal, actifs en politique entre 1350 et 1420 puisent leurs racines lignagères dans la notabilité hutoise. De même, au nombre des échevins choisis par Thierry de Perwez se lit le nom de Henri Malchair. Lui aussi pourrait avoir des attaches familiales avec le patriciat de Huy. N’allongeons pas davantage cette liste. L’immigration d’une élite socio-économique vers la capitale mosane témoigne du pouvoir attractif que cette dernière exerce, à la fois comme siège de l’autorité politique et ecclésiastique et comme source de prestige pour les personnes18.

7À côté de ce premier ensemble, les sources révèlent de nombreuses autres personnes pour lesquelles l’information est plus limitée. L’éclairage de ces figures mal connues nécessite une recherche relative à leur niveau socio-économique et professionnel. Celle-ci requiert le recours à deux types de documents : les livres de fiefs établis au xive siècle et les archives des métiers. D’entrée de jeu, force est de reconnaître la maigreur de la récolte. Beaucoup de gens échappent à tout essai d’identification et une grande incertitude entoure les mentions relatives à quelques autres. Le plus souvent nous ne disposons que d’homonymies, voire d’approximations homonymiques pour étayer nos hypothèses.

  • 19 Les Michelot de La Préalle au début du XVe siècle : C. de Zantfliet, col. 387. — J. de Bav. p. 182 (...)

8Peu probants au plan onomastique, les résultats s’avèrent heureusement plus encourageants en ce qui concerne les inscriptions dans les métiers. Les travaux sur les structures des corporations médiévales et, pour ce qui concerne plus particulièrement notre propos, des exemples précis montrent la permanence fréquente d’une activité professionnelle au sein d’une famille (par exemple citons Raes de Heers et son père tous deux membres des Fèvres) ; plusieurs familles inscrites dans une même corporation, et compromises dans la conjuration Datin : deux Michelot de la Préaile, père et fils, l’un meunier et l’autre boulanger ; ou enfin de la florissante lignée d’orfèvres de Cologne19.

  • 20 G. Kurth, Recherches sur Henri de Dinant, p. 471–472. — et Notes complémentaires, p. 730–735. H. P (...)
  • 21 J. d’O, Myreur, VI, p. 6.

9Quelques déductions seront donc possibles au départ de ces données plus fiables. Observons, par exemple, les hommes que leurs options incitent à cataloguer parmi les adversaires du pouvoir épiscopal. Avant le xive siècle, les traces de citadins sont relativement rares. Quelques noms seulement émergent. Voici bientôt un siècle, Godefroid Kurth démontrait l’appartenance de Henri de Dinant au milieu des négociants de draps ou « halliers », tandis qu’il identifiait les principaux lieutenants du meneur : Tireburse et les frères Créckilion avec des membres de la ministérialité du chapitre20. Sur un plan socio-économique tout au moins, ces gens semblaient égaler les « meliores » contre qui ils engageaient la lutte. Plus tard encore, au tournant du xive siècle, Jean d’Outremeuse décrit les interlocuteurs du doyen Jean delle Cange en lutte contre le patriciat, comme « XXIV borgois riches membres des XII métiers21 ».

  • 22 Cf J. d’O, Myreur, VI, p. 293–295. — 1402, p. 291–293. — J. de Hocsem, p. 185–192.
  • 23 Cf. É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck p. 275 (Jean Hanozéal), p. 184 (Pierre Andricas), (...)
  • 24 Antoine Le Blavier : J. d’O. abr, p. 178 et É. Poncelet Fiefs sous Englebert de La Marck, p. 180 e (...)
  • 25 Relatio Schismatis, p. 13–14.
  • 26 J. Grauwels, Het Loons leenregister, p. 22, 79.

10En dépit de ses imperfections, le repérage effectué dans les livres de fiefs met en lumière quelques caractéristiques du milieu politique liégeois, postérieur au Mal Saint-Martin et à la Paix d’Angleur. Que ce soit en qualité de témoin ou à titre de contractants, de nombreux « hommes politiques » liégeois apparaissent régulièrement dans ces registres, où sont consignées les transactions foncières ou immobilières relatives aux terres féodales du pays. Sans doute est-ce là un indice de leur degré de notabilité. À partir de 1324, Colin de Samson, Guillaume Thomassin, Jean Hanozéal ou Pierre Andricas sont engagés dans la lutte contre Adolphe de La Marck22. Or, dès 1317, les noms de ces hommes apparaissent lors de reliefs23. En 1347, Antoine le Blavier que les Liégeois arment chevalier au soir de leur victoire d’Argenteau, un Jean Waldoréal, autre opposant à l’évêque Englebert ; Huwart de Huwenéal ou Jean de Bernalmont, futurs adversaires de Jean d’Arckel, apparaissent également dans les livres de fiefs, dès 134524. Lambert Grégoire enfin, cet avoué de la cour de Liège dont l’auteur de la Relatio Scismatis dénonce les turpitudes25, relèvait une rente en 1390 et subit la confiscation d’un fief en 1408, preuve de son incontestable aisance matérielle26.

  • 27 Reliefs de terres à Ays le 6 mai 1340 par un Collard delle Porte et le 11 mai 1340 une maison et u (...)
  • 28 É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck, p. 433 (relief de bien à Moha), à Waremme (É. Poncele (...)
  • 29 Entre 1374 et 1398 (J. d’O., abr. p. 200 — M. Franckson, Bourgmestres, p. 5).
  • 30 Relief d’une haute-justice et d’une brassine à Houtain-Saint-Siméon au début XIVe s. dans É. Ponce (...)
  • 31 Reliefs de terres à Annevoie et à Couthuin en 1314 (É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck, p (...)
  • 32 Échevin de Thierry de Perwez (J. de S. fr, p. 108).
  • 33 Gilles de Metz : A. d’O., passim. — Collard le Berwier : RCL, 4, p. 304 (confiscation de ses biens (...)
  • 34 Mention d’un hallier Gilles de Metz dans les annnées 1320 (É. Poncelet, Fiefs sous A de La Marck, (...)

11D’autres noms apparaissent encore. Ils ne désignent plus cette fois des opposants eux-mêmes, mais renvoient plus probablement à des membres de leur famille. Précédemment, nous évoquions l’ascendance hutoise de Collard delle Porte au milieu du xive siècle27. Retenons cette fois le relief de terres proches de Huy, effectué par Jean le Coq en 133628. Comment ne pas rapprocher ce personnage de son homonyme, plusieurs fois bourgmestre à Liège à la fin du xive siècle29 ? D’autres exemples viennent à l’esprit : Henri Baddout de Houtaing-Saint-Siméon relève des biens en 131530. Peut-être est-il apparenté au paveur Jacques Baddut, leader du mouvement hédroit et partisan de Thierry de Perwez ? Deux autres Hutois, membres du lignage patricien des Malechair relèvent aussi des terres au début du règne d’Adolphe de La Marck31. Nous avons émis l’hypothèse d’un lien de parenté entre eux, et le tanneur du nom de Henri Malechair, connu comme adversaire de Jean de Bavière32. Gilles de Metz, Collard le Berwier, Godet Jamar enfin tous trois impliqués dans l’opposition à Louis de Bourbon33 descendent-ils de leurs homonymes, membres de familles aisées de la cité vers 132034 ?

12Toutes ces mentions sont, il est vrai, fort conjecturales et le danger serait de disserter sur de pures coïncidences. Les différents témoignages auxquels nous venons de faire allusion sont néanmoins précieux. L’abondance des mentions relatives à des biens sis dans la région de Huy ou de la Hesbaye paraît symptomatique d’un important phénomène de relations entre la ville et la campagne vers la cité. Mais surtout, elles donne quelque consistance à un personnel politique qui, sans cela, se réduirait à une simple énumération de noms et le situe dans le tissu social liégeois.

  • 35 Résultats de notre recensement : 16 drapiers, 16 fèvres, 13 tanneurs, 8 mangons, 7 pelletiers, 9 v (...)

13Confrontons à présent notre corpus avec les données relatives aux métiers. En tenant compte à la fois des aléas de notre documentation et de données fortement tributaires de la conjoncture — tel le phénomène de surreprésentation politique de houilleurs observable lors du complot Datin —, on voit se dessiner certaines tendances très précises. Ainsi, dans notre relevé du personnel politique, les drapiers et les fèvres se taillent la part du lion. Suivent, dans une proportion moindre des viniers et vignerons, des orfèvres, des tanneurs, des pelletiers [ou vairains-xhohiers] et des houilleurs. Les autres corporations sont en retrait, sous-représentées avec des mentions sporadiques : c’est le cas des brasseurs, des maçons, des bouchers [ou mangons] ou des meuniers, ou complètement absentes du milieu politique actif35. Cette dernière catégorie comprend des petits métiers peu valorisants tels que les porteurs au sac ou les harengiers-fruitiers.

  • 36 Domination socio-économique qui se rapproche de celle décrite par J. Favier, Paris au xve s, p. 25 (...)

14Tout en exerçant leurs droits politiques à l’intérieur de leur corporation, ces derniers ne franchissent pas le seuil de la décision politique communale. Il en résulte un décalage entre droit théorique, finalement illusoire, et réalité qui témoigne de la faiblesse, de fait, de certains métiers par rapport à d’autres. Cette disparité persiste en dépit des principes d’égalité qui peu à peu s’instaurent et finalement régissent les règlementations de cette « démocratie corporative » qu’est la cité de Liège à la fin du Moyen Âge. D’un point de vue social aussi cet inventaire est éloquent. La marginalisation, voire l’élimination du jeu politique frappent principalement les métiers de l’alimentation, du bâtiment ou du bois : un ensemble d’activités dépourvues de prestige et peu lucratives qu’exerce le petit peuple de la ville. À l’inverse, on devine que la politique se concentre surtout entre les mains de l’élite économique, groupée dans les métiers où l’on travaille et vend des matériaux précieux ou luxueux tels les draps, les peaux ou les métaux36. À ces domaines, il convient d’ajouter l’extraction de la houille.

  • 37 J.P. Sosson, La structure sociale, p. 475.
  • 38 Citons en outre Jacques Baddut, présent parmi les commissaires de 1386 (éd. G. Kurth, Cité, 2, p.  (...)
  • 39 J. de S. fr, p. 295–296.
  • 40 É. Poncelet, Le bon métier des merciers, p. 348.
  • 41 É. Poncelet–É. Fairon, Liste d’actes, p. 9–11.
  • 42 ibid., 2, p. 645.
  • 43 ibid., p. 20.
  • 44 ibid., p. 100–106. — S. Bormans, Drapiers, p. 160.
  • 45 É. Poncelet–É. Fairon, op. cit., 2, p. 468–470.

15Les corporations incluent dans leurs structures toute une hiérarchie corporative : officiers comme simples membres. Cette ouverture amènerait-elle un correctif à nos conclusions ? Une étude de Jean-Pierre Sosson portant sur les tonneliers de Bruges à l’époque que nous étudions a montré la corrélation très forte entre l’importance de la fortune matérielle et la fréquence des élections aux offices corporatifs37. Or à partir de la fin du xive siècle — à partir de quand une telle recherche devient possible —, quelques-uns de nos hommes politiques paraissent eux-aussi pourvus de ces postes électifs. Ainsi, Jacques Baddut fut le délégué des maçons à l’enquête contre l’échevinage en 138638. Au siècle suivant, Piron Borghet, partisan des Datin, est gouverneur du métier des mangons, au moment où éclate le complot39. Un Guillaume des Champs est gouverneur des merciers en 1431. Peut-être pouvons-nous l’identifier avec l’avoué de la cité, politiquement très actif dans les années 1450–1460 et adversaire convaincu de l’élu Louis de Bourbon40 ? Chez les Fèvres, de même. Les meneurs de la lutte politique dans les années 1455–1463 occupent aussi une position prééminente au sein de leur corporation : Gilet Poncin est rentier des fèvres en 146241 et Jean Rigaut occupe la même charge deux ans plus tard42. Enfin, Colet le Germéal, second de Fastré Baré Surlet en 1466, est visiteur et estimeur des cherwiers en 146843, tandis que Collard delle Cop d’Or est gouverneur des drapiers en 1480 et 148444 et que Lambert Homblot, un autre sectateur de Raes de Heers en 1467, était juré–eswardeur des mangons en 144345.

16Nous n’allongerons pas davantage ce répertoire. Il montre à suffisance la corrélation qui existe entre prépondérance au sein des métiers et rôle éminent en politique. Il ressort en outre de toutes ces observations que, issue ou non de lignages anciens et prestigieux, la société politique des xive et xve siècles liégeois est constituée de notables, de personnages paraissant jouir d’une confortable aisance matérielle ainsi que d’un important potentiel de considération sociale auprès de leurs concitoyens. Cette conclusion s’applique autant aux partisans de l’évêque qu’à ses adversaires. Les données relatives aux appartenances corporatives corroborent ces premières constatations. Entre 1250 et 1468, quelques métiers apparaissent comme les principaux viviers du personnel politique liégeois et surtout comme une pépinière d’hommes de premier plan.

  • 46 J. d’O., abr., p. 178–179.
  • 47 J. de S., fr„ p. 301

17Nos textes fournissent pourtant des traces d’hommes appartenant à d’autres catégories professionnelles. Il importe dès lors de se demander à quels rôles ces derniers sont affectés. Les membres de ces métiers reçoivent, à vrai dire, de multiples tâches. Parfois, c’est au savoir-faire de l’artisan qu’il est fait appel. En 1347, les Liégeois qui assiègent le château de Renard d’Argenteau, partisan d’Englebert de La Marck, entreprennent une opération de sape des remparts. Qui, mieux que les gouverneurs des houilleurs, pouvait diriger ce délicat ouvrage46 ? Lors de la nuit du 6 janvier 1433 encore, des partisans de Wathieu Datin tentent d’abattre le pont des Arches sur la Meuse. Parmi eux, on remarque la présence d’un nommé Winand : un charpentier qui fait office de maître d’œuvre47.

  • 48 C. de Zantfliet, col. 387. — J. de Bav. p. 182.
  • 49 J. de S., fr. p. 300.

18D’autres mentions semblent davantage fortuites. Des meuniers se font l’auteur de coups d’éclats : en 1406, Michelot de la Préaile connaît ainsi son heure de gloire en faisant arrêter et condamner Guillaume de Horion et son fils, tous deux pro-Bavarois48. Lors du second soulèvement Datin, un autre meunier du nom de Halle appelle ses voisins aux armes contre les factieux. Son mobile n’est pas vraiment politique. Selon Jean de Stavelot, Halle se venge de la sorte du chanoine Lambert Datin qui lui conteste la propriété de terres dans la banlieue liégeoise49.

  • 50 J. de S. fr. p. 288.
  • 51 A. d’O., 131–132. — Procès-verbal du procès de Gilles de Metz éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 558 (...)
  • 52 RCL, 4, p. 218–219 (25 avril 1467).

19D’autres mentions renvoient à ce phénomène du clientélisme dont nous avons déjà examiné les mécanismes. En juillet 1432, le chroniqueur évoque deux pittoresques figures de fripiers [ou vieux-wariers suivant leur appellation wallonne] à qui Guillaume Datin a enjoint de maintenir l’assemblée des métiers en ébullition50. De même, quatre assesseurs appelés par Fastré Baré Surlet pour siéger au procès intenté contre Gilles de Metz en mars 1466 appartiennent sans doute à cette même catégorie de personnes51. L’année suivante, deux de ces hommes participent à une enquête lancée par Raes de Heers contre ses adversaires52. L’un, Gérard de Bierset est un « mairnier » ou marchand de bois. L’autre, Jean Germéal, est inscrit dans la corporation des maraîchers ou « cherwiers ». Nos différents exemples montrent donc les membres des petits métiers le plus souvent requis pour des actes techniques, liés à la pratique même de leur profession, ou confinés dans des tâches d’appoint.

20Gardons-nous pourtant de généralisations hâtives. Nos sources sont fragmentaires, parfois peu précises. Nous ne disposons pas de données complètes sur l’appartenance aux différentes corporations. Des hommes de métiers plus rarement répertoriés dans nos sources paraissent néanmoins avoir occupé le devant de la scène. Citons par exemple Guillaume Thomassin, mercier et politicien de premier plan sous le règne d’Adolphe de La Marck de même que Mathieu Hawéal, tailleur et leader de l’opposition à Louis de Bourbon.

  • 53 F. Autrand, Charles VI, p. 472–473. — Cf. aussi, M. Mollat–P. Wolff, Ongles bleus, p. 231–232. — O (...)
  • 54 J. de Hocsem, p. 135–136. — 1402, p. 263–264. — Sur le Mal Saint-Martin, cf. G. Kurth, Cité, I, p. (...)

21Les exemples de plusieurs bouchers ou « mangons » indiquent en outre qu’espérer une ascension socio-politique n’était pas complètement illusoire. Des contextes bien particuliers, tels que des crises politiques graves ou l’appel par une personnalité de haut vol parurent en effet propices à des progressions de ce type. Françoise Autrand décrivant le parti du boucher parisien Caboche dans les premières années du xve siècle examinait les caractéristiques socio-économiques de cette corporation, et concluait à un métier riche mais d’une « fortune toute fraîche, qui sent encore la chair et le sang » et qui, socialement, ne peut pas encore prétendre au haut du pavé53. Dès le xive siècle, les bouchers liégeois pourraient se reconnaître dans le portrait ainsi brossé. Au soir du 4 août 1312, l’attaque de la maison des mangons par les Grands déclenche les tragiques événements du Mal Saint-Martin. Pourquoi les patriciens s’en prennent-ils spécialement à ce local corporatif ? Sinon parce que les bouchers leur apparaissent comme les véritables ferments de la révolte populaire, les personnalités les plus aptes à recueillir les bénéfices des réformes politiques qui se profilent, et par conséquent, comme les adversaires les plus redoutables54.

  • 55 C. de Borman, Échevins, p. 163.
  • 56 J. de Hocsem, p. 173.

22L’avènement d’Adolphe de la Marck amène au pouvoir une nouvelle génération d’hommes politiques, issue des métiers : Pierre Andricas le pelletier, Guillaume Thomassin le mercier, Colin de Samson inscrit chez les drapiers ainsi qu’un boucher : Jean Hanozéal. Dès 1314, Adolphe a élevé ce dernier à l’échevinage55 et quelques années plus tard, le chanoine Jean de Hocsem parle de lui comme de son familier « mihi familiarem56 ». Lors de la guerre des années 1325–1328, notre boucher se retourne contre l’évêque et occupe dès lors une position éminente dans le parti liégeois.

  • 57 Éd. paix d’Angleur (14 fév. 1313), ROPL, p. 143.
  • 58 C. de Borman, Échevins, p. 303–304.
  • 59 J. de S. fr, p. 18.
  • 60 Éd. RCL, 3, p. 79 (28 octobre 1403).
  • 61 Cf. L. Douet D’Arcq, Choix de pièces, 1, p. 265–267.
  • 62 J. de S. fr, p. 118–119.
  • 63 J. de S fr., p. 295–296.
  • 64 J. de S fr., p. 318. — J. Borgnet, Note, p. 212
  • 65 É. Poncelet–É. Fairon, Liste d’actes, 2, p. 468–470.
  • 66 RCL, 4, p. 219.

23Jean Hanozéal s’inscrit dans une série de mangons qui se hissent au pouvoir à la faveur de bouleversements politiques. Il ne l’inaugure pas. Avant lui, en 1313, Jean Porchéal, lui aussi mangon, avait été désigné par les métiers pour présider à la restitution des biens dérobés au moment de la guerre civile57. Le xve siècle apporte également quelques exemples. Laurent Lamborde, devenu échevin à la suite de la condamnation et de la révocation du collège en 138658, accéda à la bourgmaîtrise en juillet 1403, lors du premier soulèvement hédroit59. Frappé ensuite par la vague de bannissements qui suit la restauration de Jean de Bavière au mois d’octobre suivant60, il se réfugia en France où Jean de Bavière le fit arrêter et mettre à mort quelques temps plus tard61. Ses deux fils — mangons comme lui ? — participèrent à la seconde expérience des Hédroits, de 1406 à 1408, et furent tués à Othée62. Trente ans plus tard, le complot Datin porte Piron Borghet au-devant de la scène. La présence du gouverneur de leur métier parmi les conjurés explique probablement la forte proportion de mangons dans les rangs pro-Datin63. Comme beaucoup d’autres sympathisants datinistes, Piron s’enfuit de Liège en janvier 1433. Il est capturé par les autorités brabançonnes au mois de juin suivant. Un document namurois de 1436 signale sa présence dans cette ville, où il s’est réfugié avec son fils64. Le dernier de nos politiciens inscrit chez les Mangons est Lambert Homblot. Voir-juré eswardeur de sa corporation en 144365, on le trouve ensuite dans l’entourage de Raes de Heers : c’est notamment lui qui assure le secrétariat de la grande enquête ordonnée au mois d’avril 1467 par la commune de Liège66.

  • 67 J. d’O, Myreur, V, p. 321.

24Notre inventaire serait néanmoins incomplet s’il ne prenait en compte Mathieu Dèble, lui aussi boucher, mais surtout, compagnon de Henri de Dinant et son successeur à la bourgmaîtrise en 1254. À vrai dire, rien d’autre qu’une mention dans le Myreur des Histors n’atteste de l’existence de ce personnage67. Peut-on croire à sa réalité ou bien ne faut-il voir en lui qu’une création, fruit de l’imagination féconde de Jean d’Outremeuse ? Trois éléments qui le caractérisent doivent retenir notre attention : son activité professionnelle, le contexte politique qui le propulse à l’avant-plan et le camp dans lequel il se range, celui des rebelles. Si Mathieu Dèble exista réellement, dans les conditions décrites par le chroniqueur, il constitue un exemple supplémentaire et précoce d’une promotion socio-politique survenue à la faveur d’un temps d’instabilité du pouvoir. S’il n’est au contraire que le produit d’un esprit inventif, les cas observés pour les xive et xve siècles prouvent à suffisance son caractère plausible et la justesse de vue de Jean d’Outremeuse.

  • 68 Acte de condamnation d’octobre 1403, (RCL, 3, p. 79). — C. de Zantfliet, col. 363–364.
  • 69 Liste dans G. Kurth, Cité, 2, p. 334.
  • 70 En 1402–1403 puis en 1407–1408 (J. de S. fr, p. 18, 112).
  • 71 J. de S., lat., p. 109. — C. de Zantfliet, col. 381. — RCL, 3, doc. daté de Marseille, 18 mars 140 (...)
  • 72 J. de Bav., p. 201. — C. de Zantfliet, col. 391.

25De telles accessions au devant de la scène ne sont toutefois pas propres aux bouchers. D’autres catégories socio-professionnelles en bénéficient également. Retenons seulement les exemples des deux frères Elyas et Mathonet de Flémalle68, et de Jacques Baddut tous trois inscrits chez les maçons. Ces personnages s’imposèrent à Liège dans le sillage des Hédroits et de Thierry de Perwez. Comme Laurent Lamborde, Jacques Baddut profita du procès de 1386 contre l’échevinage pour se propulser sur la scène politique69. Puis, sous les Hédroits, il se fit élire à la bourgmaîtrise70 et se rendit à Avignon où il obtint de Benoît XIII, la confirmation de Thierry de Perwez au siège épiscopal71. Capture de valeur à la bataille d’Othée, Jacques Baddut fut écartelé peu après à Maastricht72.

B. Le choix d’un adversaire

26Dans quel camp les citadins se rangent-ils par préférence ? A priori, cette interrogation peut sembler saugrenue. Lorsque des dissensions surgissent, la communauté liégeoise ne se pose-t-elle pas en championne de la lutte contre l’évêque ? Ne se présente-t-elle pas alors comme le pôle autour duquel le pays soulevé se rassemble ? Sans doute. Et d’ailleurs, la majorité des Liégeois qui ont été cités dans les pages qui précèdent l’ont été au titre d’opposants politiques.

  • 73 Cf. par ex. : les « civitatis insignibus » pro-Englebert de La Marck en 1346 (J. de Hocsem, p. 349 (...)

27Cette option prédominante n’empêche pas les divergences de vues. On constate en effet dans la cité de Liège la présence d’un groupe de citadins pro-épiscopaux. Il convient de cerner ses composantes. Au moment où éclatent des conflits civils impliquant le prélat, des gens de Liège se désolidarisent de leurs concitoyens et prennent fait et cause pour lui. Les chroniqueurs évoquent alors les « boni cives », « cives honorabiles », « gens riches », etc.73 qui marquent leur attachement à la cause épiscopale et fuient la cité, investie par la faction de ses adversaires. Nous avons d’autre part souligné l’exceptionnelle longévité politique de deux lignages citadins : les Surlet, dont la ligne politique connaît quelques sinuosités, et les Chabot. Le maintien de ce dernier lignage au premier plan s’assortit, en revanche, d’une fidélité rarement démentie au pouvoir épiscopal. Il est en effet remarquable de constater à quel point les membres de la famille Chabot continuent au fil du temps de graviter dans le sillage de l’évêque, quel qu’il soit.

  • 74 J. d’O ab, p. 171–174.
  • 75 J. d’O ab, p. 173.
  • 76 J. d’O, ab, p. 175.
  • 77 J. d’O., ab., p. 171. — Sur ce lignage, É. Poncelet, Les sénéchaux, p. 318–330.
  • 78 Hellin de Temploux, Gilson Warin, Jean de Liège (J. d’O, abr., p. 201–202).
  • 79 J. de S., fr, p. 104.
  • 80 Relatio Schismatis, p. 23–24.
  • 81 J. de S., fr, p. 79. — Thierry Cloes échevin de 1396–1414 (C. de Borman, Échevins, p. 308). — J. d (...)
  • 82 J. de Bav. p. 168–169.
  • 83 J. de S fr., p. 109.

28À titre individuel, l’option pro-épiscopale n’est pas un fait exceptionnel. Quelques figures de partisans des évêques apparaissent dans nos textes. Les Waroux et leurs alliés de la guerre des années 1325–1328 constituent un premier exemple. Sous le règne d’Englebert de La Marck, on découvre ainsi les noms de Henri de Soliers, bourgmestre des Grands et de son lieutenant Rigaut le Rosti, — dont les Liégeois insurgés incendient la maison74 —, de Jean de Brabant : seul membre de l’échevinage à conserver son soutien à l’évêque après le revirement de ses collègues en faveur de la commune75, de Gossoin delle Chièvre76, de Guillaume des Prez dit de Wez, descendant des anciens sénéchaux77, Hellin de Temploux, Gilson Warin et Jean de Liège : trois membres de métiers devenus les émissaires de Jean d’Arckel en guerre contre Liège78. Sous Thierry de Perwez également, l’attitude de quelques Liégeois éveille les soupçons des nouvelles autorités79. Un couvreur de toitures du nom de Nicolas Claes est exécuté par les Hédroits en 140680. On ne sait si ce personnage était apparenté à l’échevin pro-Bavière Thierry Cloes. En tout cas Nicolas Claes fut élu bourgmestre en 1404, après la première restauration de Jean de Bavière, et cette nomination incite évidemment à voir en lui un sympathisant pro-épiscopal81. À cette même époque, d’autres Liégeois sont pareillement poursuivis par l’hostilité des Hédroits. Ainsi, un nommé Jean Briffair, qui n’est pas autrement connu82, est lui aussi exécuté. Plus heureux, l’orfèvre Henri de Cologne et un autre Liégeois, Wéry de Frongteau83, réussissent à s’échapper de la cité.

  • 84 Il participe à l’ambassade d’Avignon, en 1327, en riposte à la démarche d’Adolphe de la Marck (140 (...)
  • 85 RCL, 2, p. 199.
  • 86 Délégué de la cité contre Jean d’Arckel à Avignon en 1374–1375 (C. de Zantfliet, col. 303).
  • 87 J. de S, fr., p. 109.

29En parcourant cette liste, on découvre que ces noms de pro-épiscopaux renvoient parfois à des figures de gens riches. La fracture entre partisans et adversaires liégeois de l’évêque serait-elle par conséquent socio-économique ? À proprement parler, cela ne semble pas être le cas. Lors des luttes qui mettent l’évêque en jeu, des rejetons d’anciens et riches lignages se dressent contre lui. En 1325, par exemple, Jean de Lardier soutient le parti de la cité84. Quelques années plus tard, deux Hemricourt prêtent à la commune les fonds nécessaires au financement de la guerre contre Englebert85. Plus tard, ce mouvement s’amplifie. On relève alors les noms de Jean de Bemalmont lors du conflit contre Jean d’Arckel86, Jean de Seraing, conseiller de Thierry de Perwez87, sans parler des nombreux adversaires de Louis de Bourbon qui appartiennent également à la couche aisée de la population citadine.

  • 88 1402, p. 190–191 (Les frères de Saint-Martin, maire et échevin « existentes pro parte electi »).
  • 89 Sentence d’excommunication prononcée le 10 sept. 1464, RCL, 4, p. 109.
  • 90 Sur ce personnage, cf. É. Poncelet, L’avouerie, p. 230–240.
  • 91 Procès-verbal d’assemblée des métiers, les 8, 10 et 11 janv. 1465 (RCL, 4, p. 124–127). Sur Gille (...)
  • 92 J. d’O., ab. p. 167.

30L’adhésion pro-épiscopale pourrait-elle alors être liée à l’exercice d’offices ? Henri de Gueldre jouissait du soutien d’échevins liégeois88. Il en fut de même pour Adolphe de La Marck, pour son neveu Englebert ou pour Jean de Bavière. Louis de Bourbon, velléitaire et politiquement maladroit, s’aliéna rapidement la majorité du milieu scabinal. Au fil du temps, le fossé se creusa jusqu’à l’excommunication des échevins en 146489 et le ralliement du collège échevinal à la cause de l’opposition. En janvier 1465, cette volteface se traduisit par l’accord des échevins pour siéger désormais à la « semonce » de l’avoué de la cité, Jean delle Boverie, un homme tout acquis à la commune90. Seul, Gilles de Huy, d’abord opposé à Louis de Bourbon puis appelé par lui à la mairie, refusa de reprendre ses activités91. Avant le règne de Louis de Bourbon tout au moins, la loyauté avait été de mise dans le milieu scabinal même si, çà et là, on avait pu déceler des dissidences. Sous Adolphe de La Marck par exemple, ce fut le cas de Jean Hanozéal. Durant la guerre de 1346–1347, Englebert de La Marck vit se détourner de lui Hubin Baré qui ralliait le parti liégeois92. Enfin, une cinquantaine d’années plus tard, Laurent Lamborde afficha également une attitude comparable en apportant son concours au parti Hédroit.

31En dernière analyse, après 1313, on relève parmi les sectateurs liégeois de l’évêque des membres de métiers « nobles », des rejetons de lignages, des officiers. Un effectif en somme fort analogue à celui que l’on trouve à la tête des mouvements d’opposition. Rien ne semble vraiment permettre de dresser le portrait-type du citadin favorable à l’évêque. Le parti-pris résulterait-il dès lors d’une option personnelle, justifiée par des mobiles liés à l’opportunisme carriériste, au clientélisme, à des solidarités privées à propos desquelles les sources demeurent, hélas, peu explicites ?

  • 93 J. d’O., ab, p. 156–157. — J. de Hocsem, p. 329. — Cf. P. De Spiegeler, la draperie, p. 75.
  • 94 J. de S. fr., p. 594–595.

32À côté de tensions aiguës qui s’articulent autour de la personne de l’évêque, dès le milieu du xive siècle, sporadiquement, les sources font état d’autres remous qui, laissant l’évêque en retrait, paraissent se concentrer dans un cadre plus strictement municipal. Ils peuvent avoir diverses causes. Ainsi, les dissensions peuvent se développer autour de facteurs économiques et politiques étroitement liés. En 1343, une crise éclate, opposant des métiers du textile aux autres corporations. L’affaire portait sur un marché conclu avec l’évêque au mépris des intérêts de la communauté liégeoise. Suivant les termes de l’arrangement, le bourgmestre Jean Jacquemot, drapier, offrait à Adolphe d’obtenir des métiers leur renonciation au nouveau tribunal des XXII habilité à poursuivre en justice des officiers épiscopaux, en échange d’avantages économiques accordés aux métiers de la confection93. Nous voici à présent un siècle plus tard. Deux Fèvres, Jean Le Presseur et Collard delle Semme sont aux prises avec le bourgmestre Tilman Waldoréal, qui s’appuie sur les brasseurs. Ceux-ci refusent la libre-circulation sur le sol liégeois des « foirs vins » de France — que l’on consommera forcément au détriment de la production brassicole locale94 — qu’exigent les Fèvres.

33Un long laps de temps sépare ces deux incidents. Ils présentent cependant plusieurs analogies. Dans les deux cas, la personnalité des protagonistes et les fonctions qu’ils exercent au moment des faits, le choix de la monnaie d’échange dans la première affaire et l’exercice de la bourgmaîtrise par deux des principaux intervenants, confèrent un incontestable caractère politique à des débats qui, au départ, ne paraissaient avoir d’autre portée qu’économique.

  • 95 J. de S. fr, p. 604–605.
  • 96 J. d’O., ab. p. 216.
  • 97 J. d’O., ab., p. 217. — C. de Zantfliet, col., 323. — J. de S. lat., p. 86.

34Les sources fournissent peu d’informations sur les élections municipales et les campagnes électorales qui les précédaient. Examinons les informations qu’il est toutefois possible de récolter dans ce domaine. En juillet 1449, une brève note de la chronique de Jean de Stavelot fait état d’un disturbium préélectoral. La concision du texte ne permet guère plus de commentaires95. Pour disposer de renseignements plus étoffés sur de virulentes campagnes électorales, il faut se reporter aux années 1380. En juillet 1381, la rivalité entre « ceux de la partie Henri Frérart et ceux de la partie Robeur » donne lieu à de violents affrontements et se dénoue — fions-nous aux résultats électoraux — à l’avantage de Piron le Robeur96. Jean d’Outremeuse, à qui nous devons ces renseignements, précise que ces élections se sont assorties d’ententes préalables, et que, lorsque les résultats du scrutin ne correspondent pas aux attentes, les vengeances vont bon train. En 1383, Henri Frérard qui soutient Jean le Coq, en fait d’ailleurs la douloureuse expérience. Battu au scrutin, Jean accuse son malhabile partisan de concussion et parvient à obtenir son bannissement97.

35Ces données montrent la constitution de groupements autour de la personne d’un candidat à une magistrature. Sur quelle base ? Peut-être corporative mais rien ne le prouve. Sommes-nous en présence de simples accords de personne à personne, conclus pour l’occasion ? Ou bien ces alliances sont-elles destinées à durer et se fondent-elles sur des communautés d’intérêts plus profonds ? Et ces cercles, à finalité communale, pouvaient-ils le cas échéant, constituer un noyau d’alliés, utile en cas de conflits de plus d’envergure, notamment contre l’évêque ? Rien ne permet de l’affirmer. Notre information, très limitée dans ce domaine de la politique au quotidien, laisse nombre de questions en suspens.

2. Les métiers

36À partir du xive siècle, c’est dans le cadre de son métier, cellule de base du régime communal et d’accès à la citoyenneté, que le Liégeois participe à la politique de sa ville. Les corporations, dont le nombre se stabilise à trente-deux à la fin des années 1300, sont des interlocuteurs politiques. Il convient de les examiner sous ces deux aspects : choix politiques et concrétisations des options. Comme précédemment, nous envisagerons les métiers entre eux, face à l’évêque, et face aux figures de proue de la politique communale liégeoise.

  • 98 Cf. remarque de Jacques de Hemricourt (Patron, p. 56), selon qui les petits métiers sans puissance (...)
  • 99 À partir de la fin du xive siècle, les drapiers notamment restreignent les droits politiques de ce (...)

37Étudier la politique des métiers revient en fait à s’interroger sur l’action politique du « citadin moyen », accomplie en qualité de membre de telle ou telle corporation, ainsi qu’en son nom. Par le biais des institutions corporatives auxquelles il doit adhérer pour avoir droit de cité, le citadin liégeois participe à la politique de sa ville. En siégeant à l’assemblée des métiers (assemblée du Palais), il dispose d’un droit de regard sur l’activité de ses dirigeants. À l’assemblée, siègent petits et grands métiers98. Et, en dépit de mesures prises dès la fin du xive siècle par les métiers pour restreindre les droits politiques des catégories les plus humbles de leurs adhérents (apprentis, enfants99...), c’est par conséquent d’une frange très large de la population urbaine qu’il s’agit à présent d’examiner les choix.

  • 100 Nombreux exemples de faits, cf. par ex. J. d’O., ab.p. 199. — Cf. aussi G. Xhayet, « Le rôle polit (...)
  • 101 Cf. J. de Bav. p. 167.
  • 102 J. de S. fr., p. 108–109, 313 et svtes.
  • 103 J. d’O., ab, p. 165. —C. de Zantfliet, col. 364.
  • 104 A. d’O., p. 174–175.
  • 105 A. d’O., p. 122.
  • 106 Éd. G. Kurth, Cité, II, p. 333–335.
  • 107 A. d’O., p. 158.

38Au travers de nos sources, comment caractériser la contribution du Liégeois moyen à la politique lors des conflits que nous étudions ? À l’assemblée, il ratifie des décisions prises par les bourgmestres et le conseil100, se fait enrôler dans les milices corporatives pour des expéditions militaires (en 1406 à Bouillon ou Saint-Trond, en 1464, à Reydt, etc.101), participe à des expéditions punitives (contre les échevins pro-bavarois en 1406, contre les Datin vaincus en 1433102...). Certaines nuits, on le charge du guêt dans la ville (notamment en 1346 lors de la guerre contre Englebert de La Marck, ou en 1403 pour prévenir un retour en force des Hédroits après leur échec103). Il reçoit encore d’autres missions, plus spécifiques : restaurer les remparts hutois endommagés par l’assaut du 17 septembre 1467104 ; inventorier les biens que les Bade, en fuyant, ont abandonné sur place105 ; enquêter sur les malversations scabinales en 1386106 ; ou enfin fournir à Raes de Heers les effectifs de sa garde des « Vrais Liégeois107 ».

  • 108 A. d’O., p. 46.
  • 109 A. d’O., p. 92.
  • 110 A. d’O., p. 121–122, 146–148. — Sur ce type de violence, cf. J.P. Leguay, La rue au Moyen Âge, p.  (...)

39Les sources témoignent aussi d’interventions plus spontanées. Retenons quelques exemples datant du règne de Louis de Bourbon. En 1456 après l’abdication de Jean de Heinsberg, et contre la volonté des bourgmestres, les Liégeois réclament avec force la désignation d’un mambour108. Quelques années plus tard, en mai 1463, ils déploient une ardeur aussi véhémente, pour protester contre la sanction qui frappe des religieux liégeois dressés contre un interdit lancé sur la cité109. En août 1466, les échos qui proviennent de Dinant mise à sac suscitent à Liège une vive poussée de fièvre. La foule reproche à ses chefs d’avoir tardé à envoyer des secours aux assiégés et voit en eux les responsables du drame. Elle se déchaîne. Un des dirigeants communaux, Guillaume de La Violette, qui tombe entre ses mains se fait massacrer sur place. À la lecture des sources, on s’aperçoit d’ailleurs que les initiatives populaires se traduisent fréquemment par de semblables explosions de colère : émeutes ou pillages110.

40Trait commun aux exemples qui précèdent, que les métiers agissent sur injonction ou suivant leur propre initiative, ils menent leur action de concert. Cette unanimité ne doit pourtant pas masquer des tiraillements qui de temps à autre sont perceptibles dans nos sources. En corollaire à ces dissensions, une question se pose alors : ces mésententes seraient-elles les signes de la politique parfois plus originale de certaines corporations, qui s’écartent ainsi de la ligne générale ?

  • 111 J. de S. fr, p. 295–306.
  • 112 Les Montjardin dans les sources liégeoises : En 1378, Gerlache procureur de Eustache Persand de Ro (...)
  • 113 C. de Zantfliet, col. 336 (le nombre de métiers impliqués n’est pas précisé. Seule indication, l’a (...)

41Les divergences de vues sont importantes au moment du complot Datin. Drapiers, houilleurs, tanneurs et mangons appuient alors le maire Wathieu Datin, tandis que les fèvres, meuniers, pêcheurs, blanchisseurs et charliers [charrons] constituent les effectifs de la faction adverse111. D’autres contextes politiques favorisèrent également des scissions au sein des trente-deux corporations. Pour en trouver les premières traces, il faut remonter au milieu du xive siècle et à la convention passée entre Jean Jacquemot et l’évêque Adolphe de La Marck, à laquelle nous faisions allusion précédemment. Puis en 1389, à la mort de l’évêque Arnold de Homes, les métiers se divisent sur le choix d’un mambour pour le pays : Gerlache de Montjardin112 et Henri de Perwez, les deux hommes forts du moment, se disputent leurs suffrages. En 1397, 22 seulement approuvent un projet de campagne militaire en Gueldre, les 10 autres estimant l’entreprise imprudente113.

  • 114 Sur ce départ des milices des Vignerons et des Drapiers, G. Xhayet, « Le rôle politique des métier (...)
  • 115 A. d’O., p. 129–130.
  • 116 A. d’O., 139–140.

42La guerre menée entre 1462 et 1467 contre le pouvoir bourguignon fournit enfin quelques cas intéressants de discordances de vues entre les trente-deux corporations. Sur le plan militaire d’abord, citons en août 1465 le départ inopiné en campagne des vignerons et des drapiers, lassés des dirigeants liégeois qui tergiversent et n’en finissent pas de préparer une offensive anti-bourguignonne114. Quelques mois plus tard, en décembre, l’assemblée doit se prononcer sur les conditions de la paix de Saint-Trond. Or le protocole d’accord qui prévoit la livraison de dix otages à l’autorité bourguignonne apparaît comme une clause inacceptable aux yeux de Raes de Heers et Fastré Baré Surlet. Une scission se produit au sein des métiers : vingt-et-un d’entre eux seulement soutiennent Raes et Fastré Baré, les onze autres votant la paix115. Huit mois plus tard, galvanisés par Jean Rigaut qui les harangue, vingt-huit métiers se prononcent en faveur d’un retour à Liège de Marc de Bade116, le régent introduit dans la cité, seize mois plus tôt.

43Cet échantillon puisé dans une centaine d’années d’histoire communale appelle deux conclusions. Il reflète en effet les tensions qui se dessinent au sein même de la cité liégeoise. Mais sous le vote de certains métiers, se perçoit souvent l’influence d’une personnalité qui, de l’ombre, a inspiré cette prise de position divergente.

44Se pose dès lors la question des commssanditaires. Pour l’évoquer, analysons quatre extraits de chroniques :

  • « Et ecce plebs communis urbis furibunda, instinctu Henrici Dyonensis funditus prostemit in civitate domos cunctorum [les échevins] qui se et suum socium lege forensi condempnaverant117 »
  • « Johannes dictus Jakemot, tunc magister urbis ad cujus nutum tota commandas faciebat118 »
  • « Fabri sociatis sibi multis de plebe cucurrerunt ad arma, seditionem molientes in scabinos119 »
  • « quidam socius Leodiensis, Johannes Rigaldi nomine, qui incoeperat loqui super palatium et incitare populum contra dominum electum120 »

45Ces quatre brefs passages, sélectionnés en raison de leur représentativité et de la concision de leur expression baliseront notre réflexion. Ils sont dus à des auteurs liégeois, portent sur des siècles et des conflits différents. Tous quatre mettent en relief la personnalité d’un meneur (individu ou personne collective dans le cas des Fèvres) qui suggère l’action populaire et la guide. Quant à la masse, qu’elle soit appelée « plebs commuais », comme le fait le rédacteur de la chronique de 1402 ou « peuple assemblé au palais » ainsi que le nomme Adrien d’Oudenbosch deux siècles plus tard, son rôle ne paraît pas fondamentalement différent. Nous n’examinerons pas ici les figures de meneurs et les rapports qu’ils entretiennent avec la population : cette étude s’inscrira dans notre enquête sur les partis. Pour l’heure, nous constaterons seulement le caractère passif de cette foule, qui semble surtout agir sur injonction d’autrui.

  • 121 C. de Zantfliet, col. 362–364. — J. de S. lat. p. 18. — J. de S. fr. p. 18. — Paix de Tongres éd. (...)

46L’attitude de l’assemblée liégeoise entre 1403 et 1406 à l’égard des Hédroits montre en outre la fragilité de ses positions. Retraçons le fil des événements. Le 12 juillet 1403, l’assemblée alors acquise aux Hédroits élit Henri de Perwez à la mambournie. Moins de trois semaines plus tard, le 31 juillet, les « cives prohi et honorabiles », — entendons les partisans de Jean de Bavière — s’adressent à leur tour aux métiers. Ils les amènent à un revirement complet. Des négociations s’ouvrent avec l’élu, qui aboutissent à la Paix de Tongres (août 1403). La communauté adhère à ses dispositions, fait hommage à Jean de Bavière et, avec lui, souscrit à la sentence de bannissement prononcée en octobre suivant contre les « dissidii fomes et promotores ». Trois ans plus tard, les Perwez reviennent en force et les métiers absolvent alors ceux qu’ils avaient naguère condamnés à l’exil121. Les métiers paraissent bien avoir été manipulés. Mieux, ils semblent l’avoir été successivement par les deux camps ; par les différentes parties qui se combattent et, parallèlement, se disputent l’assentiment populaire.

47Dès lors comment définir l’action populaire, qu’elle s’effectue dans le consensus ou en ordre dispersé ? Un premier point est à mettre en exergue : la constitution d’oligarchie dans le cadre de la commune. En dépit de l’égalité de droit que le régime liégeois a instauré entre les corporations et les citadins, on remarque d’importantes disparités dans les pouvoirs et les rôles dévolus aux uns et aux autres. Quelques hommes et quelques corporations, que caractérise leur puissance sur le plan économique, dominent la commune et orientent son action ; le « tout-venant » des métiers et de leurs membres se trouve relégué à un rôle passif de masse de manœuvre ou d’appoint de forces. Lorsque les Liégeois se soustrayant à cette tutelle décident eux-mêmes des modalités de leur comportement, leur action se définit principalement par son impétuosité et sa violence, caractères fréquents de l’action populaire à l’époque médiévale. Dans ces conditions, parler de positions politiques dans le chef des métiers paraît quelque peu illusoire. Au départ des adhésions populaires, il semble en revanche possible d’évaluer le poids politique des différents partis liégeois, dans des contextes de luttes contre l’évêque ou de dissensions communales.

Notes

1 Ainsi, en août 1467, parmi les Liégeois que Raes de Heers présente comme ses adversaires, figurent Henri Petibon, Jean Vilhare et Hubert delle Vaux. De qui s’agit-il ? Qu’ont-ils fait ? Autant de questions, autant de mystères car nous ne disposons pas d’autres mentions relatives à ce trio... (A. d’O, p. 170).

2 Cf. par ex. : « Raussino de Thier, Egidio de Metz, civibus Leodiensibus » ; « Willelmus Tumassins mercenarius Leodiensis », « Pierardo filio quondam Andricas pellificis » (Fiefs d’A. de M., p. 79, 184).

3 J. d’O., abr, p. 206. Sur ces pers., cf. tableau généalogique no 4.

4 C. de Zantfliet, col. 316.

5 J. de S. lat., p. 125 : « Egidius Surlet cui facta Heydrotorum semper displicebant ».

6 J. de S„ fr., p. 121–122.

7 J. de S., fr., p. 290–324 passim.

8 Gilles Chabot désigné en 1372 comme bailli de Thuin (J. d’O., abr., p. 195) ; Gérard Chabot d’Ochain partisan d’E. de La Marck en 1346 (J. d’O., abr., p. 166–167) ; Gilles Chabot (ancien échevin révoqué en 1386) favorise l’élection de Jean de Bavière (C. de Zantfliet, col 337) ; Jacques Chabot : échevin et partisan de Jean de Bavière. Élevé au rang de maire de Liège en 1409 (J. de S., fr., p. 99–101, 125–126) ; André Chabot partisan de Jean de Bavière, sa maison est incendiée par les Liégeois en 1407 (J. de S., fr, p. 108— 109) ; Eustache Chabot, maire de 1449 à sa mort en 1462 (C. de Borman, Échevins, p. 397) voir aussi tableau généalogique no 2, 3.

9 Éd. acte J. Cuvelier, Val-Benoît, p. 108–110.

10 J. de S. fr., p. 295–304, 320–324.

11 C. de Borman, Échevins, p. 85. — Mention d’un Hanet Kockelet en 1350 à propos de la vente d’une maison en Chinstrée à Liège (Fiefs d’Englebert de la Marck, p, 387).

12 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 16. — J. d’O., Myreur, VI, p. 483–484 : refus en 1331 de soutenir Pierre Andricas à Liège.

13 RCL, 1, p. 361–363 (29 sept. 1347). — RCL, 2, p. 199–200 (sans date, 1348). — J. d’O ab., p. 177.

14 J. de S., fr, p. 109.

15 Mentions de cette famille : prêt d’argent à Gui de Dampierre par Gérard dit le Rosti (21 nov. 1288, éd. C. Wijffels, Deux emprunts, p. 274–276). — Rigaut le Rosti partisan d’Englebert de la Marck et lieutenant du bourgmestre des Grands (J. d’O., abr., p. 171 — 173). — Ce personnage relève des terres à Franchimont (Fiefs d’E. de M., p. 97). — Enfin, un Rigaut le Rosti fait partie de la délégation liégeoise venue déposer les chartes à Mons, en novembre 1408 (L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, 3, p. 348).

16 Jean Sollo délégué de la cité à la Lettre des XX (éd. J. d’O., Myreur, VI, p. 276–285). D’accord avec Thomas de Hemricourt, il refuse en 1331 de continuer à soutenir Pierre Andricas (J. d’O., Myreur, VI, p. 483–484). — Le 5 mai 1322, il assiste à un relief à Liège (É. Poncelet, Fiefs A de M, p. 259). Début du xve siècle : mention d’un boulanger Henri Sollo qui en 1424 participe à l’élaboration du Nouveau Régiment (ROPL, p. 538–548 art. 35). Datiniste « léger », il fut autorisé à regagner Liège après un exil temporaire (RCL, 3, p. 330–332).

17 A. d’O., p. 187.

18 Sur Jean Heylman de Sart : cf. A de Géradon, l’étrange carrière, p. 123–125). — Collard delle Porte (xive s.) : relief des terres à Ays près de Meeffe dans la région hutoise (É. Poncelet, Fiefs d’Adolphe de la Marck, p. 458–459). — Jean le Coq (début xive s.) reliefs de terres à Moha (ibid., p. 433) dans É. Poncelet, Fiefs Englebert de La Marck, mention de fiefs à Waremme (p. 349) ; Henri Baddut (début xive s.) reliefs de la hautejustice et d’une brassine de Houtain-Saint-Siméon (É. Poncelet, Fiefs d’Adolphe de la Marck, p. 167) ; les Malchair proviennent du patriciat hutois (A. Joris, La ville de Huy, p. 364, 371, n. 207 et passim).

19 Les Michelot de La Préalle au début du XVe siècle : C. de Zantfliet, col. 387. — J. de Bav. p. 182. — É. Poncelet et É. Fairon, listes d’actes, 2, p. 580) ; nombreux exemples fournis par les sentences de condamnations pour Datinisme au sein des corporations. Sur Raes de Heers et son père Charles de Heers, chez les Fèvres (G. Xhayet, Raes de Heers, p. 413, 416 n45). Sur les de Cologne : cf. J. Breuer, Orfèvres du pays de Liège, p. 22–28 et passim.

20 G. Kurth, Recherches sur Henri de Dinant, p. 471–472. — et Notes complémentaires, p. 730–735. H. Pirenne, Sur la condition sociale, p. 63–64.

21 J. d’O, Myreur, VI, p. 6.

22 Cf J. d’O, Myreur, VI, p. 293–295. — 1402, p. 291–293. — J. de Hocsem, p. 185–192.

23 Cf. É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck p. 275 (Jean Hanozéal), p. 184 (Pierre Andricas), p. 184 (Guillaume Thomassin).

24 Antoine Le Blavier : J. d’O. abr, p. 178 et É. Poncelet Fiefs sous Englebert de La Marck, p. 180 et passim), Jean Waldoréal (J. d’O. abr, p. 171–173 et ibid., p. 164 et passim), Huward de Huwenéal : (J. d’O. abr, p. 207 et ibid., p. 273 à partir de 1348) Jean de Bernalmont : (J. d’O., abr. p. 200 et ibid., p. 227). — C. de Borman, Fiefs sous Jean d’Arckel, p. 8. — J. Grauwels, Het loons leenregister, p. 9.

25 Relatio Schismatis, p. 13–14.

26 J. Grauwels, Het Loons leenregister, p. 22, 79.

27 Reliefs de terres à Ays le 6 mai 1340 par un Collard delle Porte et le 11 mai 1340 une maison et une cour à Ciplet par la fille de ce dernier (É. Poncelet, Fiefs sous A. de La Marck, p. 458–459).

28 É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck, p. 433 (relief de bien à Moha), à Waremme (É. Poncelet, Fiefs sous Englebert de La Marck, p. 349).

29 Entre 1374 et 1398 (J. d’O., abr. p. 200 — M. Franckson, Bourgmestres, p. 5).

30 Relief d’une haute-justice et d’une brassine à Houtain-Saint-Siméon au début XIVe s. dans É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck, p. 167.

31 Reliefs de terres à Annevoie et à Couthuin en 1314 (É. Poncelet, Fiefs sous Adolphe de La Marck, p. 30).

32 Échevin de Thierry de Perwez (J. de S. fr, p. 108).

33 Gilles de Metz : A. d’O., passim. — Collard le Berwier : RCL, 4, p. 304 (confiscation de ses biens le 4 nov. 1468). — Godet Jamar (J de Haynin, Mémoires, 1, p. 245–246,2, p. 86).

34 Mention d’un hallier Gilles de Metz dans les annnées 1320 (É. Poncelet, Fiefs sous A de La Marck, p. 120), exploitant entre autres de vignobles (M.C. Chaineux, Culture, p. 47) ; Des Le Berwier sont cités au milieu du xive siècle comme propriétaires de biens dans le faubourg Saint-Léonard (É. Poncelet, Fiefs sous É de La Marck, p. 437, 315). Le nom de Godet Jamar évoque celui de Jamar Godar, qui fut le témoin d’une multitude de reliefs à Liège dans le courant du xive s (ibid., p. 81–510 passim).

35 Résultats de notre recensement : 16 drapiers, 16 fèvres, 13 tanneurs, 8 mangons, 7 pelletiers, 9 viniers et vignerons, 8 selliers et orfèvres, 2 merciers, 8 houilleurs, 5 meuniers, 5 boulangers, 3 brasseurs, 2 cordonniers, 2 maçons, 3 tailleurs, les scieurs de long, couvreurs, mairniers, cherwiers, charpentiers, pêcheurs, flokeniers-chandellons comptent chacun un représentant. Nous n’avons trouvé aucune mention des dix autres métiers.

36 Domination socio-économique qui se rapproche de celle décrite par J. Favier, Paris au xve s, p. 254–256 où les drapiers, épiciers, changeurs, orfèvres, pelletiers et [bouchers] se relayaient pour porter le dais royal lors des entrées solennelles dans la ville, comme étant les métiers les plus en vue. Cf aussi F. Bibolet, Les métiers à Troyes, p. 113–132 : établit une échelle des métiers en rapport avec la richesse de ceux qui les exerçaient, connue par le montant de l’imposition aux rôles des tailles à la fin du Moyen Âge. La liste obtenue correspond sensiblement à la nôtre.

37 J.P. Sosson, La structure sociale, p. 475.

38 Citons en outre Jacques Baddut, présent parmi les commissaires de 1386 (éd. G. Kurth, Cité, 2, p. 334).

39 J. de S. fr, p. 295–296.

40 É. Poncelet, Le bon métier des merciers, p. 348.

41 É. Poncelet–É. Fairon, Liste d’actes, p. 9–11.

42 ibid., 2, p. 645.

43 ibid., p. 20.

44 ibid., p. 100–106. — S. Bormans, Drapiers, p. 160.

45 É. Poncelet–É. Fairon, op. cit., 2, p. 468–470.

46 J. d’O., abr., p. 178–179.

47 J. de S., fr„ p. 301

48 C. de Zantfliet, col. 387. — J. de Bav. p. 182.

49 J. de S., fr. p. 300.

50 J. de S. fr. p. 288.

51 A. d’O., 131–132. — Procès-verbal du procès de Gilles de Metz éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 558–567.

52 RCL, 4, p. 218–219 (25 avril 1467).

53 F. Autrand, Charles VI, p. 472–473. — Cf. aussi, M. Mollat–P. Wolff, Ongles bleus, p. 231–232. — On se souviendra aussi que l’un des meneurs flamands de 1302, Jean Breidel était lui aussi boucher (Cf. J.F. Verbruggen, Pierre de Coning, p. 62).

54 J. de Hocsem, p. 135–136. — 1402, p. 263–264. — Sur le Mal Saint-Martin, cf. G. Kurth, Cité, I, p. 281–283. — J. Lejeune, Liège, p. 302–304. — Cf. aussi Saint-Martin, mémoire de Liège.

55 C. de Borman, Échevins, p. 163.

56 J. de Hocsem, p. 173.

57 Éd. paix d’Angleur (14 fév. 1313), ROPL, p. 143.

58 C. de Borman, Échevins, p. 303–304.

59 J. de S. fr, p. 18.

60 Éd. RCL, 3, p. 79 (28 octobre 1403).

61 Cf. L. Douet D’Arcq, Choix de pièces, 1, p. 265–267.

62 J. de S. fr, p. 118–119.

63 J. de S fr., p. 295–296.

64 J. de S fr., p. 318. — J. Borgnet, Note, p. 212

65 É. Poncelet–É. Fairon, Liste d’actes, 2, p. 468–470.

66 RCL, 4, p. 219.

67 J. d’O, Myreur, V, p. 321.

68 Acte de condamnation d’octobre 1403, (RCL, 3, p. 79). — C. de Zantfliet, col. 363–364.

69 Liste dans G. Kurth, Cité, 2, p. 334.

70 En 1402–1403 puis en 1407–1408 (J. de S. fr, p. 18, 112).

71 J. de S., lat., p. 109. — C. de Zantfliet, col. 381. — RCL, 3, doc. daté de Marseille, 18 mars 1407, p. 96–99 (confirmation par Benoît XIII).

72 J. de Bav., p. 201. — C. de Zantfliet, col. 391.

73 Cf. par ex. : les « civitatis insignibus » pro-Englebert de La Marck en 1346 (J. de Hocsem, p. 349–350). — C. de Zantfliet, col. 369 (« primores civitatis »), citains riches (col. 380) sous J. de Bavière — Cives honorabiles (J. de S. lat. p. 122), Boni cives (A. d’O., p. 164) etc.

74 J. d’O ab, p. 171–174.

75 J. d’O ab, p. 173.

76 J. d’O, ab, p. 175.

77 J. d’O., ab., p. 171. — Sur ce lignage, É. Poncelet, Les sénéchaux, p. 318–330.

78 Hellin de Temploux, Gilson Warin, Jean de Liège (J. d’O, abr., p. 201–202).

79 J. de S., fr, p. 104.

80 Relatio Schismatis, p. 23–24.

81 J. de S., fr, p. 79. — Thierry Cloes échevin de 1396–1414 (C. de Borman, Échevins, p. 308). — J. de S. fr., p. 79.

82 J. de Bav. p. 168–169.

83 J. de S fr., p. 109.

84 Il participe à l’ambassade d’Avignon, en 1327, en riposte à la démarche d’Adolphe de la Marck (1402, p. 293. — J. de Hocsem, p. 192).

85 RCL, 2, p. 199.

86 Délégué de la cité contre Jean d’Arckel à Avignon en 1374–1375 (C. de Zantfliet, col. 303).

87 J. de S, fr., p. 109.

88 1402, p. 190–191 (Les frères de Saint-Martin, maire et échevin « existentes pro parte electi »).

89 Sentence d’excommunication prononcée le 10 sept. 1464, RCL, 4, p. 109.

90 Sur ce personnage, cf. É. Poncelet, L’avouerie, p. 230–240.

91 Procès-verbal d’assemblée des métiers, les 8, 10 et 11 janv. 1465 (RCL, 4, p. 124–127). Sur Gille de Huy : A. d’O., p. 338.

92 J. d’O., ab. p. 167.

93 J. d’O., ab, p. 156–157. — J. de Hocsem, p. 329. — Cf. P. De Spiegeler, la draperie, p. 75.

94 J. de S. fr., p. 594–595.

95 J. de S. fr, p. 604–605.

96 J. d’O., ab. p. 216.

97 J. d’O., ab., p. 217. — C. de Zantfliet, col., 323. — J. de S. lat., p. 86.

98 Cf. remarque de Jacques de Hemricourt (Patron, p. 56), selon qui les petits métiers sans puissance économique disposent du même poids politique que les autres, mieux nantis.

99 À partir de la fin du xive siècle, les drapiers notamment restreignent les droits politiques de certains de leurs membres, leur retirant entre autre le droit de vote (Cf. J.L. Kupper, le village, p. 84). — Au début du xve siècle, une décision analogue est prise par la commune pour l’ensemble des corporations (éd. G. Kurth, Cité, 3, p. 355, acte de janvier 1402).

100 Nombreux exemples de faits, cf. par ex. J. d’O., ab.p. 199. — Cf. aussi G. Xhayet, « Le rôle politique des métiers », p. 364–365.

101 Cf. J. de Bav. p. 167.

102 J. de S. fr., p. 108–109, 313 et svtes.

103 J. d’O., ab, p. 165. —C. de Zantfliet, col. 364.

104 A. d’O., p. 174–175.

105 A. d’O., p. 122.

106 Éd. G. Kurth, Cité, II, p. 333–335.

107 A. d’O., p. 158.

108 A. d’O., p. 46.

109 A. d’O., p. 92.

110 A. d’O., p. 121–122, 146–148. — Sur ce type de violence, cf. J.P. Leguay, La rue au Moyen Âge, p. 196–206

111 J. de S. fr, p. 295–306.

112 Les Montjardin dans les sources liégeoises : En 1378, Gerlache procureur de Eustache Persand de Rochefort auprès de la papauté (C. de Zantfliet, col. 314). — En 1389, il dispute la mambournie à Henri de Perwez. En 1396, son fils, Baudoin entre en conflit contre le chapitre (1402, p. 429–430). Dès 1403, il participe à l’opposition contre Jean de Bavière (J. de S, lat. p. 105. — RCL, 3, p. 89 acte du 14 juillet 1406) et scelle la lettre d’élection de Thierry, le 26 sept. 1406 (É. Schoolmeesters, Notice, p. 31). — Cf. aussi A. Uyttebrouck, op. cit. p. 713 (Baudoin de Montjardin) et J. de Theux, Histoire de la seigneurie de Montjardin, p. 13–24.

113 C. de Zantfliet, col. 336 (le nombre de métiers impliqués n’est pas précisé. Seule indication, l’auteur parle de populares). — Sur le vote relatif à l’expédition en Gueldre : 1402, p. 435–436.

114 Sur ce départ des milices des Vignerons et des Drapiers, G. Xhayet, « Le rôle politique des métiers liégeois », p. 372.

115 A. d’O., p. 129–130.

116 A. d’O., 139–140.

117 1402, p. 192.

118 Mathias de Lewis, p. 111

119 C. de Zantfliet, col., p. 423

120 A. d’O., p. 71.

121 C. de Zantfliet, col. 362–364. — J. de S. lat. p. 18. — J. de S. fr. p. 18. — Paix de Tongres éd. ROPL, p. 379–388. — Sentence de bannissement des Hédroits : RCL, 3, p. 78–80.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search