Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Troisième partie. Les options politiques : extension géographique et contours sociaux

Chapitre III. Villes et villages liégeois

Texte intégral

  • 1 Sur ces problèmes liés à la naissance de la notion de « pays de Liège », cf. les travaux de J. Lej (...)
  • 2 J. de Hemricourt, Patron de la Temporalité, p. 55.
  • 3 Formule extraite d’un procès-verbal d’assemblée des métiers liégeois de janvier 1465 (RCL, 4, p. 1 (...)

1À partir du xive siècle, la prédominance politique de la cité mosane sur les autres villes liégeoises, ou plus généralement sur le reste du pays1 devient très sensible dans les écrits des contemporains. Liège est « chief de paiis2 », « mater et caput omnium oppidorum dicte patrie3 ». Quels échos cette prééminence affirmée par les Liégeois de la fin du Moyen Âge trouve-t-elle concrètement dans les sources ? Autrement dit, dans quelle mesure les villes et communautés villageoises du pays se rangent-elles derrière leur « mater et caput », quand celle-ci s’estime menacée et requiert leur secours ?

  • 4 Les sources livrent quelques témoignages : mandement du 4 août 1407 fait au nom du comte de Hainau (...)
  • 5 À rapprocher donc de la notion de communitas développée dans P. Michaudquantin, Universitas, expre (...)

2Nous examinerons successivement la position des villes, dotées d’instruments de gestion communale qui leur confèrent une certaine autonomie, puis celle des autres agglomérations du pays. D’un point de vue géographique, nous n’envisagerons que les positions des communautés du pays. La nécessité de limiter un propos déjà vaste nous amène à écarter de notre enquête des localités non-liégeoises où, durant les guerres contre Bourgogne notamment, on vit se manifester des sympathies pro-liégeoises4. Une autre remarque porte sur la notion de consensus communal. Sans oublier qu’au sein des assemblées, la décision politique résulte de temps à autre d’affrontements desquels une faction sort victorieuse, seule importera ici la résolution finale, qu’elle soit consensuelle ou reflète seulement l’avis d’un groupe majoritaire imposant ses vues à l’ensemble de la communauté et l’engageant totalement5.

1. Options politiques des villes

  • 6 1402, p. 188–189. — Cf. aussi lettre de pardon accordée par le pape Alexandre IV aux révoltés de L (...)

3Dès les premiers temps que nous étudions, des alliances unissent Liège à ses voisines. En 1254 sitôt qu’il en a l’occasion, Henri de Dinant exporte à Huy, Dinant et Saint-Trond le mouvement séditieux qui s’est déclenché à Liège et dont il s’affirme désormais comme l’incontestable leader6. Ensuite, dans les années ultérieures, d’autres ligues se nouent autour de la cité mosane, ou contre elle. Entre 1271 et 1312, on recense ainsi au moins une douzaine de pactes d’alliances. En décembre 1408, ces documents furent livrés aux Bourguignons qui les vouèrent à une destruction systématique. Il n’en subsiste plus d’autre trace que celles fournies par les résumés des inventaires de Lille.

  • 7 É. Fairon, Chartes, p. 2, (acte du 4 déc. 1309).
  • 8 É. Fairon, Chartes, p. 48 (acte du 17 sept. 1290).
  • 9 É. Fairon, Chartes, p. 16 (acte du 17 sept. 1290, autre analyse du texte cité note 184).
  • 10 É. Fairon, Chartes, p. 61–62 (acte du 16 nov. 1307). — Les XII de la draperie de Huy : membres dir (...)

4Que nous enseignent ces vestiges ? Dans la plupart des cas, les pactes se présentent sous la forme d’accords bilatéraux, engageant seigneurs ruraux et bourgeois ; ces derniers étant par exemple désignés comme « cheuls de ladicte chitet et de la ville de Hui7 », ou encore comme « des cite de Liège et des bonnes villes de Huy, Dynant, Tongres et de Saintron...8 ». Laconiques, ces formulations semblent concerner les communautés dans leur ensemble. Quelques documents s’avèrent cependant plus explicites et cernent les contractants d’une manière plus précise. C’est alors tantôt des échevins de Liège et « aucuns bourgeois » de Huy et Dinant9, tantôt de « ceulx de la cité de Liège et les eschevins, jurez conseaulx et les XII de la draperie de la ville de Huy10 », qu’il s’agit. L’idée d’engagements pris par la communauté entière y perd en crédibilité. Avant le règne d’Adolphe de la Marck en tout cas, on ne peut estimer avoir affaire qu’aux représentants d’une fraction seulement de la population urbaine et non à ceux de la communauté elle-même.

  • 11 Références de ces différents actes : É. Fairon, Chartes, p. 62 (3 fév. 1271) ; 1–2 (28 juin 1288)  (...)
  • 12 Sur ce point, cf. par ex. F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan, p. 82–124.

5En outre, dans les années 1270–1313 comme on le constatait déjà au temps de l’insurrection contre Henri de Gueldre, les diverses ententes concernent les agglomérations de la vallée mosane (Liège, Huy, Dinant) et Saint-Trond. Aux alentours de l’an 1300, Maastricht, Fosses, Thuin ou Couvin s’agrègent à ce noyau11. La plupart de ces villes se caractérisent par leur développement socio-économique précoce. Que cet essor s’accompagne d’une activité politique n’a, en soi, rien d’étonnant12.

6À Liège, le règne d’Adolphe de La Marck marque un tournant : il coïncide avec les débuts d’une véritable vie communale, indépendante de l’échevinage. À partir de cette époque, il devient intéressant d’examiner la politique d’alliances interurbaines menée par la Cité et, plus généralement, de se demander quelles sont alors les villes qui se rangent aux côtés de la capitale lors des luttes civiles. Le tableau de la page suivante envisage la position des villes lors des conflits contre Adolphe de La Marck, Englebert de La Marck, Jean d’Arckel et Jean de Bavière. Nous en avons exclu la dizaine d’années que dure la lutte contre Louis de Bourbon. L’abondance des informations, de même que le nombre des renversements d’alliances et la rapidité avec laquelle ils s’opèrent rendent difficile la restitution de cette crise politique majeure sur ce tableau. L’image de la guerre résultant de ce type d’approche serait par trop schématique. Elle rendrait mal compte de la situation politique complexe et en perpétuelle fluctuation que vivaient alors la plupart des villes du pays.

Ville

1325–1330

1346–1347

1371–1376

1406–1408

Huy

évêque

Liège

Liège

Liège

Fosses

Liège

/

Liège

Liège

Tongres

Liège

Liège

Liège

Liège

Saint-Trond

Liège

Liège

Liège

évêque puis Liège

Dinant

Liège

Liège

Liège

Liège

Thuin

Liège

Liège

Liège

Liège

Looz

(évêque)

/

Liège

Liège

Hasselt

(évêque)

/

Liège

Liège

Ciney

(évêque)

/

Liège

Liège

Maastricht

/

évêque

évêque

évêque

Visé

(Liège)

/

(Liège)

Liège

Eyck (Maaseyck)

/

/

(évêque)

Liège

Couvin

/

/

Liège

Liège

Bilzen

/

/

Liège

Liège

Herck

/

/

Liège

Liège

Beeringen

/

/

Liège

Liège

Brée

/

/

Liège

Liège

Stockhem

/

/

Liège

Liège

Légende : Liège = ville pro-liégeoise
évêque = ville favorable à l’évêque
() = opinion d’une communauté pas encore élevée au rang de « ville » du pays
/ = position politique inconnue

  • 13 Le 16 juillet 1384, Visé obtint, de la commune de Liège, ses premières franchises (Cf. É. Fairon, (...)

7Entre 1325 et 1408, des tendances politiques apparaissent nettement. Quand la cité mosane se soulève contre l’évêque, aussitôt, des villes du pays se jettent dans la mêlée. Certaines communautés participent d’ailleurs systématiquement à ces affrontements, peu importe ici le camp pour lequel elles optent. Ce sont principalement Huy, Dinant, Tongres, Saint-Trond, Thuin et Maastricht, un ensemble de villes auxquelles les textes faisaient déjà allusion, pour la période antérieure. À partir de la fin du xive siècle, s’ajoutent à ce groupe le bloc des villes lossaines, liégeoises de fraîche date, de même que Visé, désormais pourvue de lettres de franchises13

  • 14 J. de S. lat., p. 98. — É. Fairon, Chartes, p. 327–329 (8 sept. 1397).

8Dans le chef des communautés urbaines, évêque et cité ne pèsent pas d’un même poids. Lorsqu’un conflit éclate contre le pouvoir épiscopal, une nette préférence apparaît en faveur de Liège. Certaines communes, comme celles de Dinant, Tongres ou Thuin, paraissent de fidèles alliées de la cité mosane. D’autres, Saint-Trond ou Huy notamment, s’avèrent beaucoup moins fiables et, suivant les cas, oscillent entre les deux camps. La position de Maastricht est sans équivoque. En cas de dissension, les Maastrichtois se rangent toujours aux côtés du prélat. À propos de Maaseyck enfin, on constatera que cette place mosane ne reçut qu’en 1397 sa charte de franchises. Par cet octroi, Jean de Bavière entendait remercier la communauté de son soutien lors du premier soulèvement du pays contre lui, deux ans plus tôt. Mal récompensé de sa libéralité, l’élu vit cette ville se ranger, dès 1406, dans le camp liégeois14.

  • 15 Sur Bouvignes et Dinant : cf. F. Rousseau, Comment Dinant est devenue une ville liégeoise, p. 223– (...)
  • 16 Cf. par ex. G. Kurth, Cité de Liège, 1, p. 1–20. — Sur le refus des Tongriens d’accepter la Paix d (...)

9Expliquer le pourquoi de ces options n’est évidemment pas aisé. En ce qui concerne Dinant ou Thuin, on pourra invoquer la situation de villes limitrophes du pays et les menaces que de telles positions stratégiques impliquent. La première n’est qu’à un jet de pierre de sa rivale, la place-forte namuroise de Bouvignes15. La seconde se situe à la lisière du comté de Hainaut. Tongres, en revanche, est toute proche de Liège ; ses liens avec la cité sont aussi anciens que la cité mosane elle-même. Les signes d’entente entre les deux villes ne manquent pas. Qu’il suffise de préciser qu’à la fin décembre 1465, les Tongriens sont les premiers à se déclarer solidaires de la communauté liégeoise qui rejette la paix de Saint-Trond proposée par Philippe le Bon16. Se référer à la proximité géographique ou aux liens historiques pour justifier les affinités politiques s’avère néanmoins hasardeux. Maastricht et Huy sont en effet d’autres voisines directes de la cité liégeoise. Leur attitude à son égard paraît pourtant peu favorable.

  • 17 Cf. A. Joris, La ville de Huy, p. 462–467 (avec mention des sources).
  • 18 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 5–6, 8 (15 et 18 mars 1346). Coalition de Liège, Huy, Fosses et (...)
  • 19 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 187–188, 7 (29 mai 1376) alliance entre Liège et Huy.
  • 20 Sur les Hutois à la bataille d’Othée : J. de Bav. p. 197. — C. de Zantfliet, col. 391. — Nous n’ab (...)

10Au cours des xive–xve siècle, Liégeois, Hutois et pouvoir épiscopal entretiennent des relations tumultueuses et fluctuantes. Après avoir combattu les Liégeois alliés à leur nouvel évêque en 1313–1315, les Hutois soutiennent Adolphe de La Marck entre 1325 et 1328. Un conflit local détache de nouveau la ville de l’évêque en 1342. Deux ans plus tard, à la mort du prélat, ce désaccord n’est pas encore aplani17. Huy poursuit de son hostilité le successeur d’Adolphe de La Marck. La commune rejoint donc la coalition liégeoise de 1346–1347, et aux côtés des citadins, s’oppose à Englebert de La Marck18. Une alliance analogue se reforme sous Jean d’Arckel19, puis sous Jean de Bavière ; cette fois non sans mal. Les Liégeois ont dû surmonter l’obstacle d’une velléité d’alliance entre la ville et l’Élu en 1403. Néanmoins, le 14 avril 1406, Huy s’est alliée avec Liège. Et le 23 septembre 1408 les milices hutoises renforcent l’armée citadine à Othée20. Cette belle harmonie se rompt sous le règne de Louis de Bourbon. Nous y reviendrons plus loin.

  • 21 J. de Hocsem, p. 188 (mention d’Adolphe de Marck à Huy en 1325), 1458 mention de Louis de Bourbon (...)
  • 22 3 juin 1376 : Jean d’Arckel prend des mesures de protection en faveur des gens de Maastricht qui l (...)
  • 23 1402, p. 286. — Gesta abbatum Trudonensium, 2, p. 255 (1325 transfert du siège de l’officialité et (...)

11Il n’y a pas qu’en amont que Liège, en quête d’hégémonie, se heurte à des résistances. En aval, Maastricht refuse pareillement sa prééminence. D’Englebert de La Marck à Louis de Bourbon, lorsque des crises politiques surviennent, l’ancien siège de l’évêché prend systématiquement fait et cause pour le prélat liégeois. À Huy comme à Maastricht, comment s’expliquent ces options politiques défavorables à la cité mosane ? Entre 1325 et 1468 lorsqu’ils sont contestés dans leur capitale, les évêques se réfugient préférentiellement à Huy (Adolphe de La Marck, Louis de Bourbon)21 ou à Maastricht (Englebert de La Marck, Jean d’Arckel, Jean de Bavière, Louis de Bourbon)22. Dans ces circonstances, les prélats n’arrivent pas seuls. En plus de l’évêque lui-même, ces villes accueillent alors le clergé loyaliste, la cour épiscopale, ainsi que l’ensemble des juridictions dépendantes de l’autorité ecclésiastique, dont le chef de l’Église liégeoise ordonne également le transfert23. Dans les moments de troubles, l’indocilité liégeoise profite à ces centres urbains, qui jouent alors les capitales intérimaires du pays. Le gain en prestige qui s’ensuit se double probablement de retombées économiques substantielles, liées à l’installation et à la subsistance sur place de tout le personnel qui gravite autour des églises et de la personne du prélat.

  • 24 Sur la double souveraineté de Maastricht : J. Lejeune, Liège et son pays, p. 100–102. — A. Panhuys (...)
  • 25 J. de S., lat. p. 77–78. — É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 206–2 (...)

12À la rivalité par rapport à Liège, à l’impact économique, s’ajoutent sans doute d’autres mobiles, plus politiques. Sur ce point, la question reste ouverte. En ce qui concerne Maastricht tout au moins, on pourrait peut-être invoquer le statut particulier de la ville, placée sous un régime de condominium évêque de Liège-duc de Brabant24. Il n’est pas dit que ce partage de souveraineté ne se répercute pas sur les choix politiques maastrichtois et que l’influence de Bruxelles ne s’exerce pas sur la ville mosane, concurremment avec celle de l’évêque. Il n’est, par exemple, pas indifférent d’observer qu’en 1378, à l’inverse des autres villes de la principauté, Maastricht refuse son allégeance à Arnould de Homes et conserve sa fidélité à Eustache Persand de Rochefort, en concordance avec le duc Wenceslas de Brabant, qui soutient lui aussi le candidat du pape Clément VII25.

  • 26 1402, p. 302.
  • 27 ROPL, p. 399–407. — Cf. aussi J. Charles, La ville de Saint-Trond, p. 317.

13Des divergences de vues par rapport à la position liégeoise apparaissent également dans d’autres villes. Mais elles semblent plus conjoncturelles. Ainsi, en 1328, Ciney refuse son appui à la coalition liégeoise, en représailles contre des violences perpétrées par des Dinantais26. D’autre part, en 1406 avant d’être contrainte de se rallier à Thierry de Perwez, Saint-Trond avait déclaré soutenir Jean de Bavière. L’origine du dédain des habitants de Saint-Trond pour le parti Hédroit pourrait bien résider dans les statuts communaux de novembre 1404 élaborés par l'Élu de Liège et l’abbé de Saint-Trond, dans une optique satisfaisante pour l’élite socio-politique qui préside à la direction de cette ville27.

  • 28 Art. 7 de la sentence du 26 novembre 1467, (éd. L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 449–450). — (...)

14Et plus tard dans le xve siècle ? Les sources ne permettent pas d’affirmer que les Datin trouvèrent un quelconque écho à leur sédition au sein des différentes villes liégeoises. On peut d’ailleurs se demander si cette absence de relais dans les autres villes liégeoises ne constitua pas une faille dans le dispositif révolutionnaire qui contribua à faire échouer le coup d’état de janvier 1433 ? C’est toutefois la crise des années 1460 qui retiendra maintenant notre attention. Quels sont les traits dominants de l’attitude des villes durant cette période ? Soulignons d’emblée une constante : déjà constatée en 1346–1347, puis de 1372 à 1376 et sous le règne de Jean de Bavière, l’aversion des Maastrichtois pour les mouvements d’humeur liégeois reste d’actualité. De 1461 jusqu’au sac de 1468, rien n’infléchit leur ligne de conduite. Leur soutien à l’évêque et à ses alliés bourguignons demeure inébranlable. Cet appui s’avère du reste payant puisque la sentence prononcée contre la cité en novembre 1467 prévoit le transfert du siège des juridictions épiscopales de Liège à Maastricht28.

  • 29 C. de Zantfliet, col. 499.

15Ailleurs dans la principauté, tergiversations et tensions internes caractérisent longtemps le comportement des communes au cours de cette décennie. Exposant les premières oppositions urbaines à Louis de Bourbon, Corneille de Zantfliet décrit un pays de Liège scindé en deux, pour ou contre Louis de Bourbon. La fracture est politique et linguistique : « oppidum Hoyense et nonnulla oppida Gallicae patriae fovebant domino Leodiensi. Verum Tungrenses, Sancti Trudonenses, Hassellenses, cum omnibus Theutonicis et comitatus Lossensis adhaerebant civibus Leodiensibus29. » L’hostilité des communes lossaines puise sans doute sa vigueur dans l’irritation que suscitent à cette époque les exactions des procureurs fiscaux en terre lossaine et l’inertie des autorités ecclésiastiques, lentes à réprimer ces pratiques. Habilement, Raes de Heers récupère cette colère. En s’engageant à soutenir l’action entamée en justice contre les procureurs, il gagne l’appui des villes du comté de Looz, puis, fort de cet appoint il se lance dans la mêlée à Liège.

  • 30 A. d’O., p. 96.

16Que penser, ensuite, des bonnes dispositions manifestées à Huy et dans la zone francophone à l’égard du jeune prélat ? Fait nouveau, dans ces premiers temps de tensions, une lézarde semble être apparue dans le réseau d’alliances de la cité de Liège. L’affirmation du moine de Saint-Jacques conduit en effet à penser que des villes traditionnellement pro-liégeoises, telles Dinant ou Thuin, se sont cette fois désolidarisées de la cité mosane pour soutenir Huy et le parti épiscopal. Quelles circonstances trouve-t-on à la base de ce désaveu collectif ? C’est peut-être à Liège que l’on cherchera une ébauche d’explication. À partir de 1456, en effet, des dissensions déchirent la commune liégeoise. Tout le monde n’y approuve pas l’opposition systématique des métiers — bientôt rejoints par Raes de Heers — contre Louis de Bourbon. Parmi ceux à qui ces menées déplaisent, figure Fastré Baré, un membre du lignage des Surlet. Dans les premiers mois de 1464, c’est à son initiative que les conseillers de Liège et d’autres « hommes honorables » de la cité, les communes de Huy, Dinant, Thuin et la gallica patria se déclarent prêts à négocier avec Louis de Bourbon30. Jusqu’en 1465, dans la mesure où il combat les membres les plus résolus de l’opposition citadine, Fastré Baré Surlet peut être considéré comme un partisan potentiel de l'Élu. D’ailleurs, n’est-ce pas lui qui inspire aux villes francophones leur bienveillance à l’égard de Louis de Bourbon ?

  • 31 A. d’O., p. 99.
  • 32 Relief de Chockier par Fastré Baré Surlet le 23 mai 1446 (L. Lahaye, Les seigneurs de Chockier, p. (...)
  • 33 A. d’O., p. 99. — Quelques travaux relatifs à la participation de Dinant au conflit liégeois : G. (...)

17L’influence de Fastré dans le sud du pays paraît effectivement importante. Rapprochons ce passage de la chronique d’Adrien d’Oudenbosch d’un autre, relatif au retour des milices à Liège, après l’expédition de Reydt en juillet 1464. À l’assemblée liégeoise, Hutois et Dinantais s’excusent de leur arrivée tardive dans l’armée. Ils affirment avoir été trompés par un message fallacieux des Surlet, qui cherchaient à les dissuader de rejoindre le contingent31. Il semble donc qu’au nord comme au sud du pays, entre 1456 et 1465, les politiques communales aient pour une bonne part été orientées de la coulisse, par Raes de Heers au pays de Looz et par Fastré Baré Surlet, à cette époque seigneur du village de Chockier, près de Huy32. La suite des événements nous intéresse moins ici. Évoquons la brièvement. A Dinant, la confiance est désormais ébranlée. Dès le mois d’août suivant, la ville passe à l’offensive. Le château de Jean de Berlo-Lavaux, partisan de l’Élu, fait les frais de cette nouvelle ardeur. Un an plus tard, en août 1466, Dinant est prise par la soldatesque bourguignonne et mise à sac : une mise au pas qui témoigne par sa férocité de la vigueur de l’engagement des Dinantais dans la cause pro-liégeoise33.

  • 34 Alliance datée du 23 mars 1466 éd. RCL, 4, p. 184–188 et P.F.X. De Ram, Documents relatifs, p. 558 (...)
  • 35 A d’O., p. 170–171.
  • 36 Fait relaté dans une lettre du conseil communal de Liège à Louis XI (19 août 1467, éd. RCL, 4, p.  (...)

18Au cours des trois années qui suivent, le jeu des coalitions se poursuit, œuvre de partis dominant les communes. Du côté liégeois, le principal de ces pactes est conclu en mars 1466, à l’instigation de Raes de Heers et d’autres chefs liégeois. La ligue, à laquelle les contractants souscrivent sous serment, engage les communes de Dinant, Fosses, Tongres, Thuin, Couvin, Hasselt, Herck, Maaseyck, Bilsen, Brée, Beeringhen, Stockhem et Liège34. Huy et Maastricht, pro-épiscopales en sont évidemment absentes. Il en va de même en ce qui concerne Saint-Trond, où une partie de la population refuse son soutien aux Liégeois. C’est de force que la ville sera placée dans l’alliance, trois mois plus tard. D’autres localités font également défaut : Visé et Ciney. Une source cite pourtant la première comme pro-liégeoise en 146735, tandis qu’au cours de cette même année, l’incendie de la seconde par l’armée bourguignonne témoigne tragiquement des opinions prédominantes au sein de la population locale36. Il faut donc se garder de trop solliciter les textes.

  • 37 Jean Carpentier et sa famille, membres du patriciat dinantais au xve siècle, sont bien connus surt (...)
  • 38 A. d’O., p. 160, 161–169.

19On évitera en outre de confondre option politique prédominante avec unanimité de vues au sein des communautés. Quelques cas de divergences d’opinions au sein des gouvernements urbains existent. Ainsi, en 1465, Dinant et Thuin sont acquises à la révolte. Pourtant deux de leurs bourgmestres, désormais en porte-à-faux par rapport au sentiment majoritaire, sont toujours favorables à l’implantation bourguignonne dans le pays. Pour preuve, ils ont accepté de ratifier la Paix de Saint-Trond. Aussi, en 1467, Jean Carpentier, bourgmestre de Dinant37 et son homologue, bourgmestre de Thuin sont-ils fait prisonniers par les Liégeois et conduits dans la cité pour y être jugés et exécutés38.

  • 39 Raoul de Rivo, p. 41 (primores civitatis). — 1402, p. 376 (« venit dominus Wencelinus dux Brabanti (...)

20Dans toutes ces villes, en proie aux dissensions politiques et traversées de courants contradictoires, on découvre ainsi des individus dont les convictions détonnent par rapport à celles de leurs concitoyens, et qui s’exposent à leur agressivité. Ainsi, en 1378, au moment où la communauté de Maastricht optait pour le parti d’Eustache Persand de Rochefort, vingt-quatre notables furent expulsés de ses murs parce qu’ils soutenaient Arnould de Homes et se réfugièrent à Liège39. De telles tendances, minoritaires, mais néanmoins puissantes assez pour entraver la politique communale, apparaissent principalement dans nos sources sous les règnes de Jean de Bavière et Louis de Bourbon. Saint-Trond et Huy constituant à cet égard des exemples révélateurs.

  • 40 J. de S. fr., p. 99–101. — J. de Bav. p. 167
  • 41 J. de Bav., p. 158. — J. de S. fr., p. 79. — Sur le mécontentement des Brasseurs : J. Charles, La (...)
  • 42 A. d’O., p. 139.

21En octobre 1406, à peine sont-ils installés à la tête du pouvoir liégeois, que les Perwez et leur armée mettent le cap sur Saint-Trond. Non contente de braver les nouvelles autorités liégeoises, la ville a même accepté d’accueillir dans ses murs les membres du chapitre cathédral en fuite40. Cette majorité urbaine pro-Bavaroise se heurte pourtant à une importante fraction de la population, qui se montre favorable aux insurgés liégeois. En 1404 déjà, les autorités ont dû réprimer une révolte orchestrée par les brasseurs de la ville41. Le soulèvement était social. Mais, compte-tenu du contexte troublé dans lequel il éclata, il paraît difficile de lui dénier une quelconque connotation politique. En 1406, ce sont des sympathisants prohédroits de Saint-Trond même qui ouvrent les portes de la ville aux milices liégeoises et facilitent ainsi sa chute. Soixante ans plus tard, la communauté urbaine paraît de nouveau en proie à des tiraillements. En mars 1466, les Saintronnaires ne jurent pas fidélité aux « lettres d’alliance ». Sans doute, pourra-t-on considérer cette abstention comme une victoire temporaire de la frange de la population favorable à Louis de Bourbon ? Curieusement en effet, c’est au cours du même mois — en juin 1466 —, que les Saintronnaires pro-épiscopaux abandonnent la ville et que le conseil communal prête le serment d’allégeance, qu’exigent les opposants liégeois42.

  • 43 A. d’O., p. 118–121.
  • 44 Paix séparée signée le 12 déc. 1465 (A. d’O., p. 129. — Éd. L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. (...)
  • 45 H. de Mérica, p. 272.

22Huy est une ville majoritairement pro-épiscopale. Or, dans le courant de l’année 1465, les adversaires de Louis de Bourbon parviennent à s’en emparer43. Le scénario paraît analogue à celui qui s’était déroulé à Saint-Trond sous Thierry de Perwez. C’est en effet la rébellion de deux métiers hutois contre les autres corporations de la ville qui offre aux Liégeois — aidés des gens d’Amay, village voisin qui adhère à leur mouvement —, l’occasion de faire basculer Huy dans leur camp. La conversion s’avère cependant éphémère. Dès le mois de décembre suivant, les Hutois profitent des pourparlers préalables à la paix de Saint-Trond pour reconquérir les bonnes grâces de l’Élu et de Philippe le Bon44. Tout ferment d’opposition n’est pourtant pas définitivement éliminé. En 1466, la ville de Huy compte encore des dissidents parmi sa population : un groupement peut-être proche des Couleuvriniers du pays de Looz : les « Locum ». Enfin, au moment de la prise de Huy par les milices liégeoises en septembre 1467, le chroniqueur brabançon Henri de Mérica accuse des gens du petit peuple (multi ex plebe), d’avoir favorisé l’action des assaillants, en leur livrant la citadelle45.

23Les périodes d’affrontements politiques voient donc se répartir les villes entre Liège et le pouvoir épiscopal. À l’exception de Maastricht et de Huy, les diverses communautés s’alignent préférentiellement sur la cité mosane. On relève néanmoins dans de nombreuses communautés des ferments de tensions : les villes abritent dans leurs murs des partisans des tendances rivales. Comme à Dinant, chacune dispose de voix au sein des organes de gestion de la ville. Nos sources tendraient à prouver que la brisure politique correspond à une fracture sociale. Plus que les strates supérieures de la société urbaine, les couches populaires paraissent sensibles aux bouillonnements politiques liégeois et désireuses de s’y associer. Mais une approche plus systématique des opinions au sein de ces villes, impossible à entreprendre dans le cadre de cette étude, corrigerait peut-être cette impression quelque peu sommaire.

2. Communautés villageoises

  • 46 J. de Bav., p. 180.
  • 47 A. d’O., p. 198–199. — Onofrius, p. 48–49.

24Indirectement, la question des positions politiques dans les villages a déjà été abordée dans ces pages, à propos des relations de clientélisme. Reprenons-la, cette fois, sous l’angle des engagements politiques. On ne peut, en effet, imaginer ces petites communautés rurales, géographiquement peu éloignées de Liège ou d’un autre centre urbain, théâtre de luttes politiques ; souvent dépendantes d’un seigneur impliqué dans le conflit, rester complètement indifférentes aux troubles civils. Ainsi en 1408, une poignée de combattants pro-Hédroits, se sont retranchés dans l’église de Wonck après avoir été pris au piège de partisans de Jean de Bavière, qui se disposent à incendier l’édifice religieux. Les malheureux qui se stimulent au cri de « Perwez », paraissent bien être des villageois, solidaires des Hédroits de Liège, plutôt qu’un détachement de citadins, en poste dans cette localité46. En septembre 1468, Adrien d’Oudenbosch et Onofrius observent l’avancée des « Fugitifs » vers Liège. Ils décrivent la troupe qui se gonfle peu à peu de villageois, recrutés dans les localités traversées par les exilés au fur et à mesure de leur progression47, indices d’une sympathie manifeste pour leur entreprise.

25En plus des villes, pourvues d’organes de gouvernement autonome, le pays de Liège compte un nombre important de villages. Au cours du siècle et demi envisagé dans ces pages, que peut-on savoir des positions politiques adoptées au sein de ces petites communautés ? Durant les guerres civiles qui, de l’évêque ou de ses adversaires, recueille le plus fréquemment leurs suffrages ? Plus fondamentalement encore, quels sont ces villages et sur quels critères fonder notre repérage ? Sur tous ces points, notre information est, à vrai dire, fort fragmentaire et d’interprétation souvent aléatoire.

  • 48 ROPL, p. 202 (art. 4).
  • 49 Éd. RCL, 3, p. 123–127 (14 déc. 1408).
  • 50 Éd. É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux doc., p. 189.

26Nous cataloguerons comme « pro-liégeois » des villages astreints par le pouvoir épiscopal au paiement d’une amende consécutive à un conflit civil. Les villages sont alors répertoriés sur des listes dressées par le pouvoir, fixant le montant des impositions. La plus ancienne fut établie à la fin de la guerre contre Adolphe de La Marck. Longue de 129 toponymes, elle est intégrée dans les dispositions de la paix de Flône de 133048. Pour la guerre de 1406–1408, nous disposons de deux inventaires : un rapport de commissaires bourguignons et hennuyers chargés de percevoir l’amende infligée après Othée49 ainsi qu’une liste de désservants de paroisses, sectateurs de Thierry de Perwez et condamnés par les autorités ecclésiastiques après la débâcle. Sans toutefois entrer dans autant de détails que le document précédent, ces textes paraissent révélateurs de l’importante propagation du mouvement Hédroit dans le pays de Liège50.

27En 1467–1468, la chute de Liège donne également lieu à de vastes campagnes de confiscations, en vue desquelles les Bourguignons établissent des inventaires de villages où opérer des saisies. Ces listes soigneusement dressées font suite à un quadrillage plus sommaire des régions rebelles décidé le 11 septembre 1466, quand le pays se soumit au duc de Bourgogne. À l’époque, la charge de la dette avait été répartie sur trois zones :

  1. Villes de Liège et Looz, Hesbaye ;
  2. Comté de Looz, Saint-Trond et Montenaeken ;
  3. Pays de Franchimont et « régions supérieures », Église51.
  • 52 Éd. et analyse : É. Fairon, Recueil de documents, p. 316–346.
  • 53 J. G Schoonbroodt, Répartition, p. 325–332 (liste de 120 noms). — Sur les Franchimontois, cf. allu (...)
  • 54 É. Fairon, Notes sur la domination, p. 2–10 : total des contributions imposées à Liège, pays de Lo (...)

28La division paraissait prendre en considération les densités de population et leur solvabilité ainsi que le degré de leur compromission dans le conflit. Les données de 1468, relatives aux districts liégeois (banlieue liégeoise, Hesbaye, nord-est de Huy) analysées par Émile Fairon permettent le repérage de 106 localités présumées rebelles, dans lesquelles les commissaires bourguignons procédèrent à des confiscations et ordonnèrent des astreintes financières52. La châtellenie de Franchimont s’était particulièrement illustrée dans la résistance anti-bourguignonne : c’était de là qu’étaient venus les « six cents hommes » qui, dans la nuit du 30 au 31 octobre 1468 avaient escaladé la Montagne Sainte-Walburge, promontoire dominant Liège où campait l’armée bourguignonne, et tenté de surprendre le duc Charles et son allié Louis XI. Cet audacieux coup de main ne fut pas leur seul fait d’armes. Adrien d’Oudenbosch mentionne également leur présence dans les violents affrontements qui se déroulèrent devant la porte de Saint-Léonard. Au total, cent-vingt familles de la région de Franchimont furent soumises à amende, dans les bans de Theux, Sart, Jalhay, Spa et Verviers53. L’ensemble des prélèvements, effectués sur tout le territoire liégeois, de Hasselt à Thuin, s’élève à un montant d’environ 700 000 livres, indice de la profonde pénétration du mouvement de rébellion dans le pays54.

  • 55 J. d’O. abr., p. 171 (juillet 1346).
  • 56 C. de Zantfliet, col. 389. — Cf. aussi L. Devillers, Documents relatifs, p. 95–97.

29À coté de ces documents que leur finalité fait tendre à l’exhaustivité, d’autres sources, plus éparses, sont également utilisables. Telle place sera donc retenue dans notre répertoire parce qu’un chroniqueur la mentionne comme théatre d’escarmouches entre gens de partis, parce que des partisans l’assiègent, la prennent ou l’incendient. C’est dans cette catégorie que nous rangerons notamment les places pro-liégeoises de Rocourt, Liers, Lattines ou Froidmont, attaquées par les partisans d’Englebert de La Marck en juillet 134655 ou encore celles de Marchienne-au-Pont, Jemeppe-sur-Sambre ou Florennes, véritables avancées liégeoises en terre hennuyère et premières cibles de Guillaume IV, comte de Hainaut, dans sa campagne de 140856.

  • 57 Octobre 1407 : Wonck, place « bavaroise » est assiégée par les Liégeois. Devenue « liégeoise », le (...)
  • 58 J. de Bav., p. 180 (16 fév. 1408).
  • 59 C. de Zantfliet, col. 387. — J. de S. lat., p. 115.
  • 60 C. de Zantfliet, col. 386.
  • 61 26 avril 1407 (J. de S. fr., p. 108–109).

30D’autres villages se signalent à notre attention parce que des partisans de toutes tendances s’y retranchent : Wonck au pays de Looz que Liégeois et Bavarois se disputent âprement en 1406–140857 et dont il a déjà été question, Herderen tenue alors par le parti épiscopal58, Montcaster, hameau proche de Visé, et Heure-le-Romain où dix métiers liégeois ont établi leur cantonnement59 ; Millen enfin villam populosam, in qua statio Cornutorum [c’est-à-dire les Hédroits] locata fuerat, abattue par les hommes de Jean de Bavière60. Nous ajouterons enfin les différentes localités où une faction s’en vient détruire la demeure d’un ennemi. Dans ce cas, il est malaisé de déterminer exactement de quel camp la population locale se sent solidaire. Entre 1406 et 1408, les Liégeois incendient des tours appartenant à des Bavari dans les villages de Xhendremael, Houtain-Saint-Siméon, Slins, Wez (?), Chênée et Oupeye61. La mention de ces différentes agglomérations est fortement tributaire du caractère de la guerre : une succession de coups de main et d’actions de harcèlement. Ce dont il est surtout question, c’est de places que l’on se dispute, sans qu’il soit vraiment possible de préciser le sentiment des villageois face à ces troubles qui se déroulent sous leurs yeux.

  • 62 Cf. RCL, 4, p. 308, 317–318, 319–320. — S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. 7, p. 335–336. — A. d (...)

31Entre 1465 et 1468 de même, quelques documents permettent de pointer sur la carte des agglomérations pro-liégeoises : Peer, Lummen, Diepenbeek et Grevenbroeck au comté de Looz, Celles, Walzin, Custinnes Florenne, ou Marchienne-au-Pont (d’où provient le chef liégeois Madoulet, signalé par Jean de Haynin), dans les régions proches de Dinant ou du Hainaut ; enfin les villages pris en septembre 1468 par des exilés liégeois et progressivement ralliés à leur mouvement : Bouillon, Franchimont, Neuville, Rivage, Flémalle, Jemeppe-sur-Meuse, Seraing et Herstal, possession brabançonne aux portes de Liège62.

  • 63 Procéder à ces analyses nécessite de recourir à des cartes, illustrant les positions politiques du (...)

32Les villages cités dans ce cadre le sont à des titres divers comme théâtre d’opérations militaires ou de guerilla, comme abri pour des gens de parti ou comme victime de violences partisanes. La plupart du temps, notre information sur la participation de ces villages à l’action politique ne va guère au delà. Mais pour indigents qu’ils paraissent, ces renseignements permettent d’esquisser les contours de l’« hinterland politique » liégeois, à la fin du Moyen Âge, et de suivre son évolution tout au long de la période envisagée (voir cartes en annexe63)

33La constante supériorité numérique des communautés qui soutiennent la cité en guerre contre ses évêques, par rapport à celles qui optent pour le camp adverse et la progressive diffusion des colères liégeoises sur tout le territoire sont les deux traits fondamentaux mis en lumière par nos différentes cartes. Face aux Liégeois et à leurs alliés, la position des évêques paraît précaire. En cas de dissension, outre l’appui de la noblesse qui lui est le plus souvent acquis, le prélat ne semble pouvoir compter que sur un nombre limité de places qui lui restent fidèles (cf. par ex. sur la carte no 3 la ligne Waleffe — Hermalle-sous-Huy qui brise la coalition entre Liège et Huy). Mais, comme précédemment à propos de la noblesse, cette faiblesse ne résulterait-elle pas d’un effet de trompe-l’œil lié à la nature des sources employées ? L’extension du conflit sur l’ensemble du territoire paraît bien être l’autre élément remarquable de l’évolution entre 1325–1328 et 1346–1347. En vingt ans, on passe d’une concentration entre le Geer et la Meuse des villages impliqués dans la lutte, à une dispersion dans l’ensemble de la principauté. Celle-ci se perpétue en 1406–1408 et 1466–1468, comme le prouvent nos sources ultérieures.

  • 64 Acte du 8 avril 1326 (É. Fairon, Chartes confisquées, p. 60–61). Mathieu de Lorraine est sans dout (...)

34À l’échelon villageois, observe-t-on une permanence dans les options politiques ? Dans la région liégeoise tout au moins, la comparaison des différentes cartes semble l’indiquer. En 1469, les Bourguignons sanctionnent des communautés contre lesquelles Adolphe de La Marck avait déjà sévi 140 ans plus tôt. Ailleurs, les informations sont plus ponctuelles. Elles n’en paraissent pas moins significatives. Nous constaterons notamment la constance politique de Florennes. En 1325, puis de 1406 à 1467 au moins, dans cette seigneurie des comtes de Bar, on se montre résolument pro-liégeois : en 1326, Mathieu de Lorraine, le seigneur du lieu, conclut une alliance avec la cité. Guillaume IV de Hainaut incendie la ville lors de sa marche sur Liège en 1408. Enfin, en 1465, le conseil communal de Dinant autorise les habitants de Florennes à effectuer des courses en terre bourguignonne64. Sans doute l’option de Florennes est-elle révélatrice de celles de nombreux autres villages mais la pauvreté des sources ne permet sur ce point aucune affirmation globale. Sur le plan de la durée comme sur celui de l’extension dans l’espace, la communauté liégeoise jouit d’un crédit certain. Au fil du temps, celui-ci ne fait que s’étendre et s’amplifier pour, en 1468, couvrir tout le territoire de cet État étiré le long de la Meuse.

  • 65 J. d’O. abr., p. 202. Jean de Jonckout, châtelain d’Eyck, apparaît comme témoin d’un relief à Tong (...)
  • 66 1402, p. 428.

35Les petites agglomérations villageoises sont pourtant soumises à d’autres pôles d’attraction que la capitale mosane : tant par leur dépendance d’un seigneur, que par leur situation géographique. Ces attaches pèsent-elles d’un quelconque poids dans l’option politique et peuvent-elles contrebalancer l’attirance que l’on observe pour les causes liégeoises ? Parmi ces villages, distinguons d’abord les châtellenies qui relèvent directement du pouvoir épiscopal et sont gouvernées par des lieutenants de l’évêque, choisis en fonction de leur loyauté. Eyck, Franchimont et Bouillon retiendront plus particulièrement notre attention. En 1376, comme son châtelain, Eyck adhère à Jean d’Arckel65. Vingt ans plus tard, en 1395, lors des premiers soubresauts de la guerre contre Jean de Bavière, Henri de Perwez place la localité, un moment tentée par l’option liégeoise, dans l’obédience épicopale66. Deux ans plus tard, Jean de Bavière, reconnaissant envers les habitants de cette place pour leur soutien à sa cause, leur octroie une charte de franchise. Le geste est peut-être malheureux : dans les conflits du xve siècle, Eyck se joint résolument aux ligues liégeoises.

  • 67 Siège et prise de Bouillon (déc. 1406–janv. 1407) J. de S. lat., p. 108. — C. de Zantfliet, col. 3 (...)
  • 68 J. de S. fr., p. 108–109. — RCL, 4, p. 126.

36En 1406–1407, les places de Bouillon et Franchimont glissent du camp épiscopal vers celui de Perwez. Quelles furent les étapes de ces transferts de souveraineté ? Durant l’hiver 1406–1407, Adam d’Oupeye et Guillaume de Xhendremael, qui dirigent ces places au nom de l’évêque sont contraints de rendre leurs armes aux Liégeois67. Promu nouveau maître des lieux, Henri de Perwez s’empresse d’en confier la garde à deux de ses partisans. Franchimont et Bouillon échoient ainsi à Sandre le Moine de Rosmel et Éverard de La Marck. Faut-il penser que les populations locales, décrites ultérieurement comme majoritairement pro-liégeoises, ont observé d’un regard satisfait la substitution qui s’opérait ou bien qu’elles se sont seulement conformées à la politique du capitaine de la place ? Une fois encore, il est difficile de se prononcer. Des éléments plaident cependant en faveur de la première solution : Jean de Stavelot insiste sur la facilité avec laquelle le village de Bouillon fut pris. D’autre part, Bouillon et Franchimont figurent sur la liste des régions rebelles, ce qui semble un indice des bonnes dispositions de leurs habitants vis-à-vis des nouvelles autorités68. Il est vrai enfin que dans ces villages directement administrés par le pouvoir épiscopal, l’emprise du prélat pouvait peser plus lourd qu’ailleurs et, dès lors, susciter plus d’animosité dans la population.

  • 69 J. de Hocsem, p. 197–198. 1402, p. 299.
  • 70 ROPL, p. 202. De 1327 à 1329, Walter de Momalle est maréchal d’armée de l’évêque (É. Poncelet, Les (...)

37D’autres que l’évêque ont des droits sur des villages du pays de Liège, en particulier les membres de la petite noblesse. Or c’est au sein de ce milieu que le prélat recrute la majeure partie de ses officiers ou de ses sympathisants. L’engagement politique très marqué des petits seigneurs terriens se répercute-t-il sur celui des villageois ? L’influence-t-il ? Reconnaissons-le, le plus souvent il est impossible de répondre à cette interrogation. Le répertoire des 129 communes sanctionnées lors de la paix de Flône permet cependant d’établir certains rapprochements entre l’attitude d’un seigneur donné et celle de ses paysans. Entre 1325 et 1328, les Liégeois s’attaquent aux châteaux pro-La Marck de Waroux, Heers, Oborne et Velroux69. Sur ces quatre villages, deux seulement sont frappés d’une amende : Oborne et Velroux ; Heers et Waroux échappent à toute répression. Cette inégalité dans le traitement semble indicatif de discordances dans les attitudes lors du conflit. À Oborne et Velroux, la guerre civile se double manifestement d’un désaccord entre le seigneur du lieu et ses paysans, pro-liégeois. Une telle situation se retrouve d’ailleurs dans d’autres villages. Ainsi Momalle est condamné alors que son seigneur Walter de Warfusée, maréchal d’armée de l’évêque, combat évidemment dans les rangs épiscopaux70.

  • 71 Alliance passée entre la ville de Liège et Jean et Collard, fils de feu Jean de Jemeppe, chevalier (...)

38Néanmoins, en 1328, une telle mésentente ne semble pas être partout la règle. La confrontation du répertoire de la Paix de Flône et des données du Traité des guerres des Awans et des Waroux de Jacques de Hemricourt tendrait au contraire à révéler une connivence fréquente entre les seigneurs et leurs villageois. Ainsi, on cherchera en vain sur la liste des localités frappées d’une astreinte financière les villages de Hamal, Hermalle, Berloz ou Harduement dont les seigneurs soutenaient le parti La Marck-Waroux. A l’inverse, on s’aperçoit que les gens de Flémalle, Waremme ou Mouhin, dont les seigneurs sont fortement engagés dans le parti Awans, sont soumis à amende. Le texte de Jacques de Hemricourt fait en outre état de transfuges. Tel le seigneur de Jemeppes qui, en 1328, abandonna le camp La MarckWaroux pour s’allier à celui de Liège-Awans. Quant au village de Jemeppesur-Meuse, il apparaît sur la liste de 133071. Selon toute vraisemblance, la communauté a suivi son seigneur dans son changement de cap. Mais, en ce domaine notre documentation pêche principalement par défaut et nous interdit d’approfondir l’investigation.

  • 72 J. d’O., abr., p. 169–171.
  • 73 J. d’O. abr. p. 169–171, 178.

39Et plus tard ? La guerre de 1346–1347 présente également quelques exemples de concordance partisane au sein du couple village-seigneur, et ce dans les deux camps. Liers et Rocourt essuyent une attaque menée par des sympathisants d’Englebert de La Marck. Parallèlement, on trouve Henri de Rocourt et Jean de Liers parmi les nouveaux chevaliers armés dans les rangs liégeois au soir de la victoire de Vottem72. Dans le camp adverse, Seraing-le-Château paraît solidaire de son seigneur pro-épiscopal Eustache Persand de Haneffe73. Mais ici non plus, nos sources ne permettent pas de conclusions très fermes.

  • 74 RCL, 4, p. 319. — Sentence du 8 nov. 1467 (L.P. Gachard, Documents, p. 431).

40Au xve siècle, la situation paraît plus nette et semblerait indiquer une indépendance d’attitude entre le seigneur — souvent résidant à Liège — et ses gens qui se liguent indépendamment de lui. Ceci n’interdit pas pour autant une concordance d’opinion. Ainsi, si nous achevons par le nord du pays de Looz notre tour d’horizon des relations entre seigneur et villages lors de conflits politiques, nous observons une commune adhésion à l’opposition liégeoise de la part de Robert seigneur de Grevenbroeck et de la communauté villageoise qui porte son nom. La sentence prononcée le 8 novembre 1467 contre le comté de Looz prive Robert de Grevenbroeck de ses possessions. Parallèlement, un acte de la chancellerie bourguignonne fixe le montant de l’impôt que payeront les villageois de Grevenbroeck, en représailles contre leur participation à l’opposition liégeoise74. Une semblable situation se retrouve dans d’autres villages : à Velroux, Oupeye, Streel notamment, où des villageois et leur seigneur prennent de concert les armes contre l’autorité bourguignonne.

  • 75 J. de Hocsem, p. 212–213.
  • 76 J. de Hocsem, p. 186.
  • 77 J. de Bav., p. 164.

41La proximité géographique d’une ville engagée dans l’un ou l’autre parti semble un moteur politique puissant pour les alentours. Nos sources fournissent plusieurs témoignages de concordance de vues entre ville et villages avoisinants : Onze villages condruziens, proches de Huy sont victimes de violences dinantaises durant la guerre de 1325–132875 ; un hameau voisin de Tongres est agressé par les gens de l’évêque au cours du même conflit76 ; des localités de la banlieue de Visé souffrent d’attaques analogues entre 1406 et 140877. Poursuivre cette énumération de villages en accord avec la ville dont ils sont proches n’apporterait rien de plus à notre propos.

  • 78 RCL, 4, p. 308. — É. Fairon, Recueil de documents, p. 338.
  • 79 Mentions de pro-Datin dans ces localités : J. de S. fr., p. 306–7, 313. — Id. à Wonck, Berlo, Griv (...)

42Un document des archives bourguignonnes jette cependant une note discordante, prouvant que proximité géographique et concordance de vues ne vont pas nécessairement de pair. En 1468, des agents de Charles le Téméraire conviennent des mesures de sauvegarde à prendre vis-à-vis de paysans d’Ans, de Moulin et d’autres villages dont les noms ne nous sont malheureusement pas parvenus, « qui avoient tenu le party dudit duc contre la cité ». De même, les contributions exigées des populations d’Awans, Loncin, Alleur, et de Montegnée paraissent étonnamment modérées, par rapport aux sommes réclamées dans d’autres régions. Émile Fairon, qui publie ce texte attribue l’inattendue mansuétude bourguignonne à la tiédeur de l’engagement manifesté dans ces communautés en faveur de la cité mosane. Selon lui, cette abstention relative aurait une origine essentiellement géographique : elle serait due à la localisation de ces villages, implantés sur la « route de l’invasion » de Brabant vers Liège, et par conséquent, en première ligne en cas d’attaque. Manifestement, la proximité de Liège n’a pas empêché ces gens de la banlieue nord-ouest de prendre leurs distances par rapport à la politique que l’on menait dans la capitale78. À la raison invoquée par Émile Fairon, j’ajouterai une autre constatation : dans les années 1430, la conjuration de Wathieu et Guillaume Datin s’est principalement concentrée à Liège et dans sa banlieue nord-ouest à Montegnée, Grâce, Ans, Goreux, Boisée, Froidmont, ainsi que dans quelques villages de Hesbaye, un district dont Gérard de Goreux était bailli79. Ces villages qui furent d’actifs foyers datinistes dans les années 1430, paraissent trente ans plus tard à nouveau rétifs aux injonctions venues de Liège. Faut-il percevoir dans cette hostilité réitérée le signe d’une tension chronique entre la cité et des éléments de sa proche banlieue ? Les Datin, comme nous le verrons, bénéficiaient de l’appui de Philippe le Bon. Dans le débat entre Liège et Bourgogne, ces petites communautés naguère favorables aux Datin, ont-elles à nouveau signifié leur préférence pour le pouvoir bourguignon ? La bienveillance du duc Charles à leur égard en 1469 tendrait en tout cas à le démontrer.

***

43De 1250 à 1468, nombreuses sont les villes et communautés villageoises qui se mobilisent en faveur de la cité lorqu’elle entre en conflit contre les autorités ecclésiastiques du pays. La position des villages est, on s’en aperçoit, complexe à analyser. Les villageois sont soumis à diverses influences qui se contrarient. Entre le seigneur souvent pro-épiscopal et la commune de Liège qui se combattent, qui choisir ? À quelques notables exceptions près, manifestement, les Liégeois parviennent à susciter de la sympathie dans le pays et à intéresser aux luttes qu’ils entreprennent. Cette attitude gagne du terrain au fil du temps. En outre, il existait encore, ici et là, une certaine concordance de vues entre seigneur et paysans dans les guerres contre Adolphe de La Marck, survivance peut-être de relations de clientélisme entre le seigneur et ses gens. Cet état d’esprit paraît ensuite s’estomper, au profit d’autres affinités, davantage fondées sur la communauté d’intérêts avec le peuple de Liège. Ce qui n’empêche çà et là ni accord politique entre seigneur et villageois, ni mésentente entre Liégeois et habitants des hameaux de la proche banlieue.

Notes

1 Sur ces problèmes liés à la naissance de la notion de « pays de Liège », cf. les travaux de J. Lejeune, Liège et son Pays, et « Les notions de patria et d’episcopatus dans le diocèse de Liège ».

2 J. de Hemricourt, Patron de la Temporalité, p. 55.

3 Formule extraite d’un procès-verbal d’assemblée des métiers liégeois de janvier 1465 (RCL, 4, p. 120). — On retiendra aussi la mention relative aux conseillers des villes se présentant à Liège « tanquam ad matrem et caput earum » (1402, p. 402).

4 Les sources livrent quelques témoignages : mandement du 4 août 1407 fait au nom du comte de Hainaut, au châtelain de Braîne, d’arrêter et d’amener captives toutes les personnes qui prendraient le parti des Liégeois (L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, t. 3, p. 306). — Des curés brabançons adhèrent au schisme de Thierry de Perwez : ceux de Diest et Halen condamnés le 20 décembre 1408 (É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 189). — En 1469, le village de Bergilers, enclave namuroise dans le pays de Liège, « dont les habitants vous [le duc Charles] ont fait guerre et tenu le parti des Liégois » (RCL, 4, p. 322–323) est signalé au duc de Bourgogne.

5 À rapprocher donc de la notion de communitas développée dans P. Michaudquantin, Universitas, expressions du mouvement communautaire, p. 147–153.

6 1402, p. 188–189. — Cf. aussi lettre de pardon accordée par le pape Alexandre IV aux révoltés de Liège aidés par ceux de Huy et Saint-Trond (11 avril 1255, éd. RCL, 1, p. 61. — C. Piot, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Trond, 1, p. 266). — Le 16 décembre 1255, établissement du montant de l’amende due par les Dinantais révoltés (CSL, 2, p. 83–85).

7 É. Fairon, Chartes, p. 2, (acte du 4 déc. 1309).

8 É. Fairon, Chartes, p. 48 (acte du 17 sept. 1290).

9 É. Fairon, Chartes, p. 16 (acte du 17 sept. 1290, autre analyse du texte cité note 184).

10 É. Fairon, Chartes, p. 61–62 (acte du 16 nov. 1307). — Les XII de la draperie de Huy : membres dirigeants de la confrérie des drapiers hutois (Cf. A. Joris, Recherches sur le patriciat urbain de Huy, p. 130).

11 Références de ces différents actes : É. Fairon, Chartes, p. 62 (3 fév. 1271) ; 1–2 (28 juin 1288) ; 295, 48, 16 (17 sept. 1290) ; 13–14 (1er août 1295) ; 249, 276, 291 (17 avril et 28 juin 1300) ; 61–62 (16 nov. 1307), 2–3 (4 déc. 1309) ; 96–97 (17 août, 1er sept. 1311, 24 avril 1312). — RCL, 1, p. 77 (15 août 1271).

12 Sur ce point, cf. par ex. F. Rousseau, La Meuse et le pays mosan, p. 82–124.

13 Le 16 juillet 1384, Visé obtint, de la commune de Liège, ses premières franchises (Cf. É. Fairon, Chartes, p. 14). Quelle était la valeur de ce pacte ? G. Hansotte, dans Dictionnaire des Communes de Belgique, t. 2, p. 1561 note que l’affranchisement de Visé se fit sans doute dans le courant du xive siècle mais que la ville n’a obtenu ses premières lettres de franchises — officielles ? — qu’en 1429.

14 J. de S. lat., p. 98. — É. Fairon, Chartes, p. 327–329 (8 sept. 1397).

15 Sur Bouvignes et Dinant : cf. F. Rousseau, Comment Dinant est devenue une ville liégeoise, p. 223–224.

16 Cf. par ex. G. Kurth, Cité de Liège, 1, p. 1–20. — Sur le refus des Tongriens d’accepter la Paix de Saint-Trond : A. d’O., p. 129–130.

17 Cf. A. Joris, La ville de Huy, p. 462–467 (avec mention des sources).

18 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 5–6, 8 (15 et 18 mars 1346). Coalition de Liège, Huy, Fosses et Saint-Trond. ibid., p. 249 : Liège et Huy s’engagent à ne pas conclure de paix séparée avec l’évêque sans en aviser le conseil de Dinant (24 août 1346) — Sur cette guerre : C. Gaier, Art et Organisation, p. 289–306 (avec indication des sources).

19 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 187–188, 7 (29 mai 1376) alliance entre Liège et Huy.

20 Sur les Hutois à la bataille d’Othée : J. de Bav. p. 197. — C. de Zantfliet, col. 391. — Nous n’aborderons pas ici le détail des tensions entre les villes liégeoises, au tout début du xve siècle (Cf. art. de F. Vrancken, Aspects institutionnels, p. 48–49), mentionnons seulement l’alliance du 28 août 1403 entre les conseils de Huy, Maastricht, Saint-Trond et Jean de Bavière contre la cité et ses alliés (É. Bacha, Catalogue des actes, p. 51). — Dès le 1er décembre 1404, alliance entre Liège, Huy et les autres villes (É. Fairon, Chartes confisquées, p. 15–16). — Alliance de la ville de Huy avec « ceulx de Liège » (le 14 avril 1406, ibid., p. 17–18, 162).

21 J. de Hocsem, p. 188 (mention d’Adolphe de Marck à Huy en 1325), 1458 mention de Louis de Bourbon à Huy, pendant un conflit contre Liège (A. d’O., p. 56).

22 3 juin 1376 : Jean d’Arckel prend des mesures de protection en faveur des gens de Maastricht qui l’ont soutenu pendant la révolte liégeoise (éd. J. Ruwet, Chartes intéressant l’histoire liégeoise, p. 193). — Participation de Maastricht à l’alliance du 28 août 1403 avec Jean de Bavière (É. Bacha, op. cit., p. 51). — Les 13 nov. 1409 et 23 octobre 1413, Jean de Bavière accorde des chartes et privilèges à la ville qui l’a soutenu (J. Ruwet, op. cit., p. 207, 208). — Présence du prélat réfugié à Maastricht : Englebert de La Marck en 1347 (J. d’O., abr, p. 176), Jean d’Arckel en 1376 (ibid., p. 206–209). — Résidence de Jean de Bavière à Maastricht : C. de Zantfliet, col. 380. — Sièges de Maastricht, ville qui abrite Jean de Bavière : 24 novembre 1407 — 7 janvier 1408 (J. de S, lat., p. 113–114) et 31 mai-22 septembre 1408 (J. de S. fr., p. 117). — Mars 1462 : Louis de Bourbon en conflit contre Liège organise une rencontre à Maastricht (A. d’O., p. 82). C’est encore dans cette ville qu’on le verra séjourner en septembre 1468 (Onofrius, p. 53–54).

23 1402, p. 286. — Gesta abbatum Trudonensium, 2, p. 255 (1325 transfert du siège de l’officialité et des juridictions) Lévold de Northof p. 70–74 : transfert à Huy du chapitre et des collèges (J. de Hocsem, p. 176–177. CSL, 3, p. 280–282, 282–285. — RCL, 1, p. 225–227 (transfert du chapitre et des collèges) à Huy en 1325 — En 1403, durant la première révolution hédroise Jean de Bavière transfère à Huy et Maastricht ses juridictions suivant une répartition linguistique (J. de S. lat., p. 104. — C. de Zantfliet, col. 361. — J. de S. lat., p. 104). — Louis de Bourbon ordonne le transfert des juridictions à Maastricht (1er nov. 1462 A. d’O., p. 88).

24 Sur la double souveraineté de Maastricht : J. Lejeune, Liège et son pays, p. 100–102. — A. Panhuysen, de Tweeherigheid van Maastricht, p. 138–144.

25 J. de S., lat. p. 77–78. — É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 206–218.

26 1402, p. 302.

27 ROPL, p. 399–407. — Cf. aussi J. Charles, La ville de Saint-Trond, p. 317.

28 Art. 7 de la sentence du 26 novembre 1467, (éd. L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 449–450). — Au lendemain du sac de 1468, les Maastrichtois sont conviés par le duc à prendre part à la démolition de la cité. Leur effort se concentrera particulièrement sur le Pont des Arches (A. d’O., p. 221).

29 C. de Zantfliet, col. 499.

30 A. d’O., p. 96.

31 A. d’O., p. 99.

32 Relief de Chockier par Fastré Baré Surlet le 23 mai 1446 (L. Lahaye, Les seigneurs de Chockier, p. 127).

33 A. d’O., p. 99. — Quelques travaux relatifs à la participation de Dinant au conflit liégeois : G. Housiaux, Watelet Chaboteau, p. 95–98 (patricien Dinantais pro-liégeois). — D. D. Brouwers, Analectes Dinantais, p. 264–270 : acte relatif à Henri aux Brebis, réfugié à Liège après le sac et capturé dans cette ville par les Bourguignons en 1468. — Sur les confiscations de biens dans le Dinantais D. D. Brouwers, Rançons, p. 46–48 : concerne des Dinantais rançonnés par l’autorité bourguignonne. — Cf. aussi M. R. Thielemans, (Confiscations dans les ressorts de Poilvache, p. 191) mentions de biens confisqués à des patriciens de Dinant ainsi qu’au puissant métier de la Batterie de cette même ville.

34 Alliance datée du 23 mars 1466 éd. RCL, 4, p. 184–188 et P.F.X. De Ram, Documents relatifs, p. 558–567.

35 A d’O., p. 170–171.

36 Fait relaté dans une lettre du conseil communal de Liège à Louis XI (19 août 1467, éd. RCL, 4, p. 230–231).

37 Jean Carpentier et sa famille, membres du patriciat dinantais au xve siècle, sont bien connus surtout par les travaux de J. Méan, Les familles patriciennes de Dinant, p. 50–54 (surt. 51–52) et F. de Montpellier D’Annevoie, Les Le Charpentier, p. 23–24. Notons qu’en 1466, Jean Carpentier avait reçu de Philippe le Bon une sauvegarde lui permettant de résider dans les terres de Bourgogne et d’y commercer (acte du 20 oct. 1466 éd. D. D. Brouwers, Rançons, p. 54–55). — Dans son travail sur les Waudrecher, patriciens dinantais, C. Méan arguait de l’absence de cette famille sur les listes de confiscation de 1466–68 pour conclure à son appauvrissement. Peut-être la raison de l’absence sur les listes était-elle politique (C. Méan, un exemple, p. 280–281) ?

38 A. d’O., p. 160, 161–169.

39 Raoul de Rivo, p. 41 (primores civitatis). — 1402, p. 376 (« venit dominus Wencelinus dux Brabantiae Trajectum (...) fecitque XXIIII principales ex hiis qui confederati erant cum Leodiensibus banniri extra Trajectum. Qui venerunt Leodium »).

40 J. de S. fr., p. 99–101. — J. de Bav. p. 167

41 J. de Bav., p. 158. — J. de S. fr., p. 79. — Sur le mécontentement des Brasseurs : J. Charles, La ville de Saint-Trond, p. 315–316.

42 A. d’O., p. 139.

43 A. d’O., p. 118–121.

44 Paix séparée signée le 12 déc. 1465 (A. d’O., p. 129. — Éd. L.P. Gachard, Documents inédits, 2, p. 277–280).

45 H. de Mérica, p. 272.

46 J. de Bav., p. 180.

47 A. d’O., p. 198–199. — Onofrius, p. 48–49.

48 ROPL, p. 202 (art. 4).

49 Éd. RCL, 3, p. 123–127 (14 déc. 1408).

50 Éd. É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux doc., p. 189.

51 A. d’O., p. 150–151.

52 Éd. et analyse : É. Fairon, Recueil de documents, p. 316–346.

53 J. G Schoonbroodt, Répartition, p. 325–332 (liste de 120 noms). — Sur les Franchimontois, cf. allusion de Ph.de Commynes, t. 1, p. 154–159 : « sept ou huict cens hommes de pied qui sont d’une petite montaigne au derrière du Liege appellee le pays de Franchemont (...) ils souldroient tous les meilleurs qu’ilz eussent qui estaient six cens hommes du pays de Franchemont »...

54 É. Fairon, Notes sur la domination, p. 2–10 : total des contributions imposées à Liège, pays de Looz, Saint-Trond, Tongres, Visé, pays de Franchimont, pays de Hesbaye, mairie de Montenaeken, quartier de Condroz, quartier de Thuin, gens de Stavelot.

55 J. d’O. abr., p. 171 (juillet 1346).

56 C. de Zantfliet, col. 389. — Cf. aussi L. Devillers, Documents relatifs, p. 95–97.

57 Octobre 1407 : Wonck, place « bavaroise » est assiégée par les Liégeois. Devenue « liégeoise », les « Bavari » l’incendient en mars 1408 (J. de Bav., p. 172, 179. — Zantfliet, col 387).

58 J. de Bav., p. 180 (16 fév. 1408).

59 C. de Zantfliet, col. 387. — J. de S. lat., p. 115.

60 C. de Zantfliet, col. 386.

61 26 avril 1407 (J. de S. fr., p. 108–109).

62 Cf. RCL, 4, p. 308, 317–318, 319–320. — S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. 7, p. 335–336. — A. d’O., p. 198–203, 211–212. — Onofrius, p. 48–51. — Sur Marchienne-au-Pont, village d’origine d’un chef liégeois, Madoulet (J de Haynin, II, p. 86).

63 Procéder à ces analyses nécessite de recourir à des cartes, illustrant les positions politiques durant les différentes guerres. Nous avons établi celles qui portent sur les conflits de 1325–1328, 1346–1347, 1406–1408. Changements de cap et renversements d’alliances qui caractérisent les premières années du conflit des années 1460 ne pouvaient guère être rendus que par une multiplication des schémas. C’est pourquoi, nous nous limiterons à l’établissement de la carte politique du pays de Liège entre 1466 et 1468, c’est à dire à partir de la signature de la Paix de Saint-Trond, quand la situation politique se stabilise entre communautés pro et anti bourguignonnes. Seules les localités mentionnées dans nos sources sont reprises. On trouvera le détail des villages sanctionnés dans le district de Liège, Hesbaye sur la carte établie par É. Fairon, Notes sur la domination, sur base des confiscations bourguignonnes de 1469. En ce qui concerne la guerre des années 1371— 1376, la documentation ne rapporte presqu’exclusivement que le réseau des villes et ne nous a pas paru nécessiter l’établissement d’un plan.

64 Acte du 8 avril 1326 (É. Fairon, Chartes confisquées, p. 60–61). Mathieu de Lorraine est sans doute apparenté à Mathieu de Lorraine (†1282) et Alix de Bar (†307) M. Parisse, Noblesse, p. 401). — C. de Zantfliet, col. 389. — S. Bormans, cartulaire de Dinant, t. 2, p. 119–120.

65 J. d’O. abr., p. 202. Jean de Jonckout, châtelain d’Eyck, apparaît comme témoin d’un relief à Tongres le 19 août 1361 (É. Poncelet, Feudataires... sous Englebert de La Marck, p. 732).

66 1402, p. 428.

67 Siège et prise de Bouillon (déc. 1406–janv. 1407) J. de S. lat., p. 108. — C. de Zantfliet, col. 381. — J. de S. fr., p. 101–102. — J. de Bav., p. 168–169. — Franchimont : J. de S. fr. p. 108–109. — Expéditions contre les capitaines de ces places : J. de S. fr., p. 108–109. — Investiture des nouveaux capitaines : Franchimont (10 janvier 1407), É. Fairon, chartes confisquées, p. 91, Bouillon : ibid., (21 juin 1407), p. 90.

68 J. de S. fr., p. 108–109. — RCL, 4, p. 126.

69 J. de Hocsem, p. 197–198. 1402, p. 299.

70 ROPL, p. 202. De 1327 à 1329, Walter de Momalle est maréchal d’armée de l’évêque (É. Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 217–223).

71 Alliance passée entre la ville de Liège et Jean et Collard, fils de feu Jean de Jemeppe, chevalier (RCL, 1, p. 247–249. — ROPL, p. 202). — J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 11–12 range le seigneur Antoine de Jemeppe parmi les Waroux de la première heure.

72 J. d’O., abr., p. 169–171.

73 J. d’O. abr. p. 169–171, 178.

74 RCL, 4, p. 319. — Sentence du 8 nov. 1467 (L.P. Gachard, Documents, p. 431).

75 J. de Hocsem, p. 212–213.

76 J. de Hocsem, p. 186.

77 J. de Bav., p. 164.

78 RCL, 4, p. 308. — É. Fairon, Recueil de documents, p. 338.

79 Mentions de pro-Datin dans ces localités : J. de S. fr., p. 306–7, 313. — Id. à Wonck, Berlo, Grivegnée. — Sur les limites de la banlieue médiévale de Liège fixée à un rayon de 100 bonniers autour des limites de la franchise, cf. M. Yans, Aux origines, p. 13–16 et passim.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search