Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Troisième partie. Les options politiques : extension géographique et contours sociaux

Chapitre II. « Barons, chevaliers et eskuwiers de paiis »

Texte intégral

  • 1 Réf. du titre : J. de Hemricourt, Patron de la temporalité, p. 67.
  • 2 Cf. par ex. : Raoul de Rivo, p. 1, 26. — Mathias de Lewis, p. 117. — 1402, p. 184–5. — C. de Zante (...)

1Lorsqu’ils relatent des luttes civiles, les chroniqueurs liégeois précisent parfois quelle fut la position de la noblesse dans les troubles1. Le plus souvent, c’est le visage d’une noblesse solidaire de l’évêque qui s’esquisse alors sous leur plume2. Confrontons ces assertions au verdict des documents. Jusqu’à quel point l’image d’une noblesse ferme et unie dans son loyalisme à l’égard du prélat correspond-t-elle à la réalité ? Analyser les opinions politiques de ce groupe comporte cependant nombre de difficultés et, sur le plan méthodologique, appelle plusieurs remarques liminaires.

2Par « noblesse liégeoise », nous entendons ici tous ceux qui, porteurs d’un titre nobiliaire, jouent un rôle dans la politique intérieure de la cité et du pays de Liège. Ce milieu paraît peu homogène tant par l’origine géographique et sociale de ses membres, que par les moyens économiques dont ils disposent, ou les pouvoirs qui leurs sont impartis. Nous exclurons de notre examen les membres des lignages nobles de la cité de Liège. Ils seront étudiés plus loin, intégrés dans l’ensemble des citadins, de manière à constituer le corpus le plus complet possible des opinions et des choix politiques manifestés dans la société liégeoise.

  • 3 Sur la noblesse médiévale liégeoise : cf. É. Poncelet, de la condition, p. 54–56.
  • 4 Brabant-Limbourg, Hainaut, Flandres, Namur, Looz, Lorraine, Beaumont, Aulne, Morialmé, Rochefort, (...)
  • 5 Des études de type généalogique existent sur ces trois lignages : Sur les seigneurs de Morialmé, A (...)

3Parmi les personnages dont il sera question ici, quelques-uns seulement appartiennent à des familles de la noblesse étrangère au pays de Liège. La plupart, en effet, proviennent de la principauté et descendent de familles de la ministérialité3. L’abondance de ce personnel politique et sa diversité nous ont amenée à le répartir selon une classification d’ordre géographique, sans tenir compte de l’origine sociale. Ainsi, nous inclurons dans notre relevé les trois familles de feudataires de l’Église Saint-Lambert qui continuent de jouer un rôle politique au sein de l’État liégeois, dans les derniers siècles du Moyen Âge4 : les comtes de Looz, les seigneurs de Morialmé et ceux de Rochefort-Agimont5.

4Comme nous l’avons fait à propos du clergé, après avoir déterminé la position politique de ce personnel, nous tenterons de déterminer le pourquoi de telle option qui paraîtra détonner par rapport à celle du groupe familial et social. Nous avons fondé cette étude sur les lignages plutôt que sur les individus, ce qui nous à permis de restreindre un corpus qui s’annonçait très vaste. Mais cette démarche offre aussi l’occasion d’observer l’évolution politique dans le temps des familles que nous avons vues unies par d’intenses liens de solidarité. Ne nous leurrons-pas. Cette fois encore, bien des éléments d’explication nous feront défaut. Parmi les plus regrettables lacunes : il importe de citer celles qui touchent aux alliances matrimoniales contractées dans les lignages. Car les mariages ont pu tisser entre les individus des liens propres à déterminer telle ou telle position lors d’un conflit. En l’absence de ces données, nous avons borné notre investigation aux similitudes patronymiques, tout en sachant que nous limitons ainsi le réseau de parenté, d’une manière peut-être un peu abusive.

1. Les étrangers au pays de liège

5Un premier coup d’œil sur le répertoire des nobles actifs en politique liégeoise permet de constater que certains d’entre eux ne proviennent pas de la principauté, ni même du diocèse. Nos sources ne nous permettront pas de préciser leur nombre, ou l’ampleur de la part qu’ils prennent dans les événements étudiés. Tout au plus, pourrons-nous constater leur faible proportion par rapport à l’ensemble du milieu étudié. Pour la plupart, ces hommes proviennent des régions limitrophes : comté de Looz jusqu’à son annexion en 1366, duchés de Brabant et Limbourg.

  • 6 J. Baerten, Het graafschap Loon, p. 98–103 et du même auteur : Le rôle d’Arnould V, p. 41–46.
  • 7 Paix de Bierset, du 17 octobre 1255, ROPL, p. 50–51. J. Baerten, La politique liégeoise, p. 482–48 (...)

6Le comté de Looz a fait l’objet d’une étude de Jean Baerten. Cet auteur s’est notamment attaché à analyser la politique des comtes de Looz vis-à-vis de la principauté, au début du xive siècle, un domaine qui nous intéresse particulièrement6. Auparavant déjà, au milieu du xiiie siècle, nous disposons de traces d’intervention lossaine en pays de Liège. Arnould IV, comte de Looz, apparaît dans le conflit qui oppose Henri de Gueldre à la frange de la population citadine qu’emmène le tribun Henri de Dinant. Plus précisément, son immixtion se situe lors du dénouement de ce soulèvement, en 1255. Au terme du traité de paix conclu alors, il reçoit de l’évêque la mission de surveiller la porte de Sainte-Walburge qui domine la ville et contrôle la route vers la Hesbaye et le Brabant7.

  • 8 Cf. J. Baerten, Le rôle d’Arnould V, p. 44–45.
  • 9 Cf. acte du 17 sept. 1290 (É. Fairon, Chartes, p. 48).
  • 10 Cf. acte du 21 mai 1307 (CSL, t. 3, p. 73). Sur l’hostilité d’Arnould V et du chapitre après le Ma (...)
  • 11 J. de Hocsem, p. 148.
  • 12 Mai 1315 : alliance entre Arnould comte de Looz et la Cité de Liège (É. Fairon, Chartes, p. 60, 21 (...)

7En 1273, son fils Arnould V lui succède. Lui aussi s’intéresse à la politique liégeoise. Face à l’instabilité du pouvoir à Liège, il adopte une attitude fluctuante, favorisant tantôt l’évêque et les Grands, tantôt la commune et le chapitre, mais toujours attentif à ses propres intérêts8. En 1290, Arnould soutient la cité9, puis à partir de 1307, il rejoint les rangs des Grands — aidés de l’évêque Thibaut de Bar —, contre le Chapitre cathédral et ses alliés des métiers10. L’avènement d’Adolphe de La Marck n’entraîne aucune modification immédiate dans son attitude : Arnould continue de soutenir les nobles. Avec eux, il résiste au nouvel évêque, que soutient la commune de Liège11. 1315 voit l’amorce d’une entente entre le comte de Looz et ses anciens adversaires liégeois12. Le geste reste sans lendemain. Il est en effet survenu un an à peine avant la paix de Fexhe, et les trêves qui en découlent.

  • 13 3 juin 1318 : accord entre Adolphe de La Marck et Arnould comte de Looz (CSL, 3, p. 175–178). — 23 (...)

8À partir de 1318, Arnould entame un rapprochement avec l’évêque. C’est le prélude à une alliance en bonne et due forme qui sera signée cinq ans plus tard par son successeur Louis IV et restera vivace jusqu’à la fin des troubles13. Dans les années trente, à la mort sans héritier direct du dernier comte Louis IV de Looz, le comté entre dans les turbulences de la guerre de succession, avant de disparaître en tant qu’État indépendant, intégré au pays de Liège en 1366.

  • 14 CSL, 2, p. 117–118. — Arnould de Riksingen, maréchal d’armée de 1259 à 1262 (É. Poncelet, Les maré (...)
  • 15 Jean de Langdris, châtelain de Bouillon, conseiller et favori d’Adolphe dès 1314 (J. de Hocsem, p. (...)
  • 16 Gossoin de Rivo de Gossoncourt cité en 1323 et en 1330 comme camérier et homme de fief d’Adolphe d (...)
  • 17 J. d’O., ab, p. 173.
  • 18 CSL, 3, p. 318–319. — J. de Hocsem, p. 197–8. — J. Charles, La ville de SaintTrond, p. 408. — Sur (...)

9Plusieurs lignages du comté de Looz participent à la politique liégeoise. Les seigneurs de Langdris, Riksingen, Gossoncourt [Gutshoven] ou Heers retiendront plus particulièrement notre attention par l’importance de leur rôle. En 1260, le miles Arnould de Riksingen, maréchal de l’armée épiscopale reçoit de Henri de Gueldre la châtellenie de la porte Sainte-Walburge14. Au siècle suivant, Adolphe et Englebert de La Marck recrutent volontiers leurs agents dans le comté. Les Langdris exercent diverses charges sous les règnes de ces deux prélats15. En 1325, Jean Ier de Langdris est tué lors de la bataille de Dommartin. Adolphe de La Marck perd alors un de ses plus fidèles serviteurs. Jean de Langdris « summus consiliaris » est apparu dans l’entourage épiscopal dès 1314. Après lui, ses deux fils servent également la cause épiscopale. Jean II de Langdris est maréchal d’armée de 1338 à 1344, puis, comme son frère Thibaut, échevin à la cour de Liège. Une autre famille gravite dans l’orbite épiscopale : les Gossoncourt. Gossoin de Gossoncourt est chambrier de l’évêque Adolphe. Serviteur zélé, Gossoin participe aussi à des opérations de commando pour le compte de son maître. En 1328, par exemple, il est au nombre des hommes de main qui, embusqués à Saint-Quentin, surprennent les émissaires liégeois envoyés auprès du pape16. Plus tard, un autre membre de cette famille apparaît dans les sources : Henri de Gossoncourt, qui en 1346, se montre fervent partisan d’Englebert de La Marck17. Les indices du soutien des seigneurs de Heers à la politique des évêques de Liège sont plus ténus. En novembre 1328, Jean seigneur de Heers, dont le château avait essuyé une attaque liégeoise pendant la guerre, reçoit d’Adolphe de La Marck qui se prépare à quitter la principauté, la mambournie temporelle du pays de Liège18.

10Les Lossains cités ici appartiennent au parti épiscopal et sont chargés de missions de confiance. Celles-ci paraissent ponctuelles, mais l’exemple des Langdris nous enseigne que certains de ces personnages effectuèrent également auprès de l’évêque un service plus assidu. Ce service s’exerce à des moments où le comte de Looz, leur suzerain apparaît comme un allié de son voisin liégeois.

11Enserrant le pays de Liège à l’Est et à l’Ouest, les terres du duc de Brabant fournissent également des hommes aux partis liégeois. Pour l’ensemble de la période qui nous occupe plusieurs noms ressortent. En Brabant, citons les de Hornes, Wezemael, Grez, Bornival, Grondsvelt. Les patronymes de Lonchin [Lontzen], Rosmel, Julémont ou Cortenback renvoient plus particulièrement aux terres du duché de Limbourg, également dépendant du duc de Brabant.

  • 19 Par ex. : Guillaume II (?), sgr de Wezemael, dans le camp d’Englebert de La Marck en 1346 (J. d’O (...)
  • 20 É. Fairon, Chartes, p. 91.
  • 21 Voir plus loin, poids de l’extérieur (5e partie).
  • 22 C. de Borman, Échevins, p. 389.
  • 23 1402, p. 301. — É. Poncelet, Les Maréchaux, p. 224–226.
  • 24 1402, p. 293. — C. de Borman, Échevins, p. 174–176.
  • 25 C. de Borman, Échevins, p. 180–181. —Id., les receveurs, p. 137.

12Le poids politique de ces différents intervenants n’est évidemment pas équivalent. Il varie du simple appoint de forces à l’un ou l’autre belligérant lors d’un engagement armé19, jusqu’au rôle prééminent joué dans la cité et le pays. À cet égard, quelques noms s’imposent. Au tournant des xive et xve siècles, ceux de Henri et Thierry de Perwez, dont les rôles respectifs seront longuement examinés plus loin. On s’attardera aussi sur celui de Sandre le Moine de Rosmel nommé châtelain de Franchimont par Thierry de Perwez en 140720. En dépit d’accidents dans les trajectoires individuelles, nous rangerons globalement ces hommes dans les rangs de l’opposition à l’évêque. Tous ces seigneurs dépendaient de la mouvance brabançonne. Or, à l’époque du schisme de Thierry de Perwez, Antoine duc de Brabant montra une certaine complaisance à l’égard du mouvement liégeois. Dans une certaine mesure, on pourrait estimer que l’attitude de ces hommes, qui se rallièrent à la révolte, cadra avec celle du duc lui-même21. Auparavant déjà, sous les règnes d’Adolphe et Englebert de La Marck, des hommes originaires de ces terres avaient également détenu un pouvoir appréciable dans l’orbite épiscopale : Wynand de Julémont appelé à la mairie liégeoise en 131422, Raes de Grez, maréchal d’armée en 132 823, Coune de Lonchin, issu de la ministérialité Embourgeoise, bailli de Hesbaye, échevin de Liège et chambrier de l’évêque Adolphe24. L’échevin Tilman de Rosmel enfin exerça la charge de receveur général de l’évêché sous Englebert de La Marck25.

  • 26 S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 116 (relief par Jean de Berlaymont d’une seigneurie confisqué (...)
  • 27 C. de Zantfliet, col. 391. — Sur ces personnages : J. Vannerus, Les comtes de Salm, p. 153–154.
  • 28 Alexandre Bérard, échevin de 1455 à 1468 († 1473). Ce personnage cité plusieurs fois dans A. d’O. (...)

13Nos intervenants ont encore d’autres provenances géographiques. Examinons d’abord la façade occidentale du pays. Au xve siècle, fait sans doute en rapport avec la montée du pouvoir bourguignon sur la principauté, des Hennuyers apparaissent dans nos textes. Jean de Berlaymont, seigneur de Floyon, et officier de Guillaume IV, comte de Hainaut soutient Jean de Bavière. Le système des dépouilles appliqué par l’Élu aux vassaux rebelles après la défaite d’Othée lui permet d’acquérir des biens confisqués à des opposants26. Henri VII comte de Salm est Luxembourgeois. Mais c’est comme vassal de Guillaume IV comte de Hainaut qu’il prend part à la journée d’Othée, tandis que son fils Henri VIII combat dans les rangs liégeois27. Au milieu du siècle, Alexandre Bérart, proche collaborateur de Louis de Bourbon, titulaire d’un siège scabinal de 1453 à 1468 est également originaire du Hainaut28.

  • 29 J. de Hocsem, p. 156, 158–9. — Ce personnage maréchal de l’armée désigné par le chapitre de 1308 à (...)

14Auparavant cependant, Alard de Pesches, mambour des Liégeois au début du xive siècle, et à ce titre figure éminente des luttes du début du règne d’Adolphe de La Marck, était lui d’origine champenoise. Cette provenance, exceptionnelle dans notre documentation, mérite sans doute d’être soulignée29.

  • 30 En ce qui concerne Jean de Heinsberg, retenons l’exemple des Bueren, famille gueldroise, apparenté (...)

15Ce sont cependant les principautés du Nord-Est du pays qui fournissent aux partis liégeois la majorité de leurs collaborateurs étrangers. Les évêques La Marck, Arckel ou Heinsberg, ont drainé à Liège des hommes ou des lignages d’origine géographique ou familiale identiques à la leur30. Nous avons déjà fait allusion à ces affidés de même qu’au concours souvent précieux qu’ils apportèrent à la politique de leur patron.

  • 31 É. Fairon, Chartes, p. 90 (acte du 21 juin 1407) : Éverard de La Marck reçoit de Thierry de Perwez (...)

16Au xve siècle, certaines branches du lignage La Marck, arrivé dans le pays de Liège dans les années 1300 y ont fait souche. Lignage puissant aux ramifications nombreuses, les La Marck représentent un pion important sur l’échiquier liégeois. Face aux dissensions internes de la principauté, cette famille témoigne d’une attitude complexe, favorisant tantôt l’évêque, tantôt ses adversaires. Cette ligne de conduite sinueuse à l’égard du pouvoir se double de divergences de vues au sein même de la famille. En détailler les différents éléments dépasserait le cadre de ce travail. Ainsi, par exemple dans l’hiver 1406-1407, Éverard de La Marck seigneur de Lummen et Aremberg, officier de Jean de Bavière en poste à Bouillon abandonne le parti de l’Élu et rejoint l’opposition de Perwez31. Thierry de Perwez l’investit bientôt de la prévôté du château de Bouillon. Dans les années 1460 ensuite, tandis que Jean de La Marck, seigneur de Lummen, et Éverard, seigneur d’Aremberg, se rangent résolument dans le camp bourbonnais, le bientôt célèbre Guillaume de La Marck opte pour le parti adverse.

  • 32 J. d’O abr., p. 168, 170 Waleran de Fauquemont, seigneur de Bornes et Sittart († 1378 J. d’O., abr (...)
  • 33 Mentions de ce personnage : par ex. A. d’O., p. 49–208 passim. Onofrius, p. 49–170 passim. — J. (...)
  • 34 Cf. art de W. Paravicini, Rasse de la Rivière, Antoine de Palant et la place de Montjoie. — G. Xha (...)

17Il n’y a cependant pas que cette lignée prestigieuse. D’autres personnalités apparaissent dans nos sources, tels les seigneurs de Fauquemont, Waleran seigneur de Bornes et son fils, tous deux partisans d’Englebert de La Marck en 134632. Au siècle suivant, Jean de Hornes dit de Wilde qui, en octobre 1468, se pose en meneur de la résistance liégeoise est originaire du petit duché de Juliers et Jean d’Autel, d’abord partisan des citadins et ensuite rallié à l’évêque, appartient à la noblesse luxembourgeoise33. Enfin, notre tour d’horizon des intervenants étrangers dans la politique liégeoise s’achève par la terre de Montjoie, au sud-est d’Aix-la-Chapelle. En 1466, c’est sur le drossart [ou gouverneur] de cette seigneurie, Antoine de Palant, que le choix de Raes de Heers se porte lorsqu’il cherche un lieu hors d’atteinte du duc de Bourgogne, où se retirer en cas de défaite. En 1467, Antoine de Palant se trouve à Liège et y soutient l’action du leader liégeois34.

18Durant toute cette période, des étrangers à la principauté de Liège s’imposent comme hommes politiques dans la capitale mosane. Quand des conflits éclatent, ils se rangent dans les différents partis, pour ou contre l’évêque. On observe, le cas échéant, une certaine concordance entre leur attitude et celle de leur propre seigneur direct. En outre, la proximité géographique joue probablement un rôle important dans ces décisions et fait de la ville de Liège un véritable pôle politique, attractif pour les petits féodaux des alentours.

2. La chevalerie du pays de Liège

  • 35 La généalogie de la plupart de ces lignages a pu être reconstituée par les éditeurs de Jacques de (...)
  • 36 Sur l’origine ministérielle de la noblesse liégeoise : cf. F. L. Ganshof, Ministerialles, p. 304–3 (...)

19Des deux groupes examinés jusqu’à présent, celui-ci est, de loin, le plus fourni. Cernons-le d’abord d’un point de vue socio-professionnel. Les hommes dont il sera à présent question se nomment Velroux, Berloz, Harduemont, de Geneffe, ou de Hamal, des patronymes qui rappellent la campagne hesbignonne. Certains portent encore des surnoms caractéristiques de leurs anciennes fonctions : « Pannetier », « delle Thour de »..., « avoué de » etc. Ces différentes appellations évoquent la ministérialité ou le service épiscopal35, d’où ces nobles sont nombreux à provenir36. Mais sans doute, les effets de cette origine non-libre tendent-ils à s’estomper au fil du temps. Quel que soit leur milieu primitif, à la fin du Moyen Âge, les hommes qui se consacrent à la politique liégeoise semblent être, avant tout, des citadins installés dans la capitale de l’État.

20Aux différentes époques étudiées, les membres des lignages liégeois se rangent dans tous les partis. Face aux troubles civils, l’attitude du groupe ne semble pas homogène. Il convient à présent d’étudier les choix exprimés par ces lignages, lors des troubles politiques. Dans nos sources, les toutes premières mentions de chevaliers datent du milieu du xiiie siècle. Ce ne sont souvent que des notes succinctes, sans grandes précisions quant à l’identité des gens évoqués. Ce n’est qu’à partir du règne d’Adolphe de La Marck que les informations qui leur sont relatives cessent d’une part d’être sporadiques et d’autre part gagnent en précision. Or, les interrogations sont multiples : dans quels camps se rangent de préférence ces personnages ? Observe-t-on des différences en fonction des régions d’origine ? Comment expliquer les divergences de vue ?

21Avant de poursuivre cependant, un mot sur la méthode employée. L’abondance de la documentation requérait l’établissement d’un corpus des participants aux querelles politiques entre le xiiie et le xve siècle et l’examen des attitudes majoritaires. Comme critère de sélection, je me suis seulement fondée sur la position à l’égard de l’évêque, figure centrale du régime liégeois, indépendamment des causes des luttes envisagées. J’ai enfin établi mon classement en fonction d’une découpe du territoire liégeois en quatre zones géographiques : Hesbaye, Pays de Looz (après 1366), région hutoise, Basse-Meuse.

22Proportion de partisans de l’évêque sur nombre total d’intervenants recensés dans les luttes civiles :

Régions d’origine

Nombre d’intervenants

Partisans de l’évêque

%

Hesbaye

122

52

42,6 %

Pays de Looz (après 1366)

11

7

63,6 %

Région de Huy

36

26

72,2 %

Basse-Meuse

19

11

57,8 %

Autres

6

4

66 %

Total

194

100

23Le tableau qui précède relève un total de 194 nobles et gens de lignages impliqués dans les conflits liégeois. Ce nombre qui peut paraître faible résulte en grande partie de la qualité des sources. En dehors du proche pays de Liège, pour lequel la documentation est riche, nos informations sont éparses et nécessiteraient un dépouillement systématique. La valeur des chiffres cités est surtout indicative d’une tendance. Sur notre ensemble de près de deux cents nobles, cent se rangent dans le camp épiscopal, ce qui représente 51,8 % du total. Les 94 restants ont donc, à un moment de leur carrière, contesté l’un des évêques liégeois plutôt que le pouvoir épiscopal en tant que tel. Nous éviterons pourtant de classer automatiquement ces hommes parmi les partisans de la cité ou du pays. Les sources nous révèlent en effet des attitudes trop nuancées et des mobiles trop divers pour nous permettre une telle assimilation.

24Plus précisément à présent, quelles tendances se dégagent de cette approche par régions et, le cas échéant, par conflit ?

  • 37 J. de S. fr., p. 126. — Sur ce personnage : C. de Borman, Échevins, p. 394.
  • 38 RCL, 4, p. 158. Guillaume d’Ordinghen (bailli de Hesbaye en 1457–8 A. d’O., p. 53. — En 1468, ce p (...)

25Le pays de Looz s’étendait au Nord-Ouest de Liège, vers Saint-Trond et Hasselt. Dès avant l’unification de 1366, des nobles lossains avaient participé à l’action politique liégeoise, le plus souvent d’ailleurs, dans une optique pro-épiscopale. Devenus liégeois, les chevaliers du comté de Looz restent majoritairement pro-épiscopaux, même si les chiffres révèlent aussi un fort courant d’hostilité dans leurs rangs. Parmi les alliés de l’évêque, on relèvera le nom de Thierry de Moppertinghen. Capitaine des forces épiscopales à Maastricht en 1408, Thierry fut investi en 1409 de la mairie liégeoise. Il exerça cette magistrature durant deux années, avant de mourir « si terriblement que nullu n’oisat remanir deleis luy quant ilh trespassat », comme le dit le chroniqueur Jean de Stavelot37. En 1465, le répertoire des membres de la garnison de Maastricht révèle la présence de plusieurs chevaliers lossains dans les rangs pro-bourguignons38. Parmi eux, Guillaume d’Ordinghen, bailli de Hesbaye en 1457–1458 ; un parent probable de Thierry de Mopper-tinghen : Lambert de Moppertinghen, ainsi que deux membres du lignage de Gossoncourt [Gutshoven] : Raes de Gutshoven et son gendre Adam de Kerkhem. Ces quelques noms permettent de penser qu’une tradition de service et de fidélité à l’évêque s’est développée au sein de ces familles.

  • 39 Sur la seigneurie de Grevenbroeck : R. Ulens, la seigneurie de Grevenbroeck, p. 75–78
  • 40 A. d’O., p. 204. — J. de Looz, p. 58–59. Mention d’un Guillaume de Lobosch en 1366 (Cf. C. de Borm (...)

26Le pays de Looz compte aussi parmi ses ressortissants de redoutables adversaires du pouvoir épiscopal. Raes de Heers et sa femme Pentecôte de Grevenbroeck sont des figures éminentes de l’opposition politique liégeoise39. Il convient encore de mentionner les menées de Jean Vilters, seigneur de Lobosch, à la tête d’une compagnie de soudards à Liège pendant le tumultueux automne 1468 et qui provenait également du nord de la principauté40.

  • 41 J. de Hocsem, p. 206.
  • 42 Chevaliers de la Basse-Meuse partisans des évêques : Renard d’Argenteau (J. d’O., abr., p. 177. — (...)
  • 43 En 1346, Bertrand de Liers est armé chevalier à Vottem (J. d’O abr, p. 178), Jean de Liers (J. d’O (...)
  • 44 Eustache de 1406–1408 échevin de Thierry de Perwez (J. de S. fr., p. 109), Conrad participe à l’am (...)
  • 45 Mentionné à Brusthem (J. de Haynin, I, p. 228). Fils bâtard d’Adam d’Oupeye. C’est peut-être lui q (...)
  • 46 Créé échevin et bailli de Thuin par Thierry de Perwez (J. de S fr., p. 109, 117), Jean Bothier fut (...)

27Quittant à présent la partie thioise du pays liégeois, pour la BasseMeuse, une région qui s’étend du nord de Liège jusqu’à Maastricht. Quatre familles se détachent par leur importante représentativité dans les événements politiques. Ce sont les Argenteau, les Oupeye, les Fexhe et les Liers. Peu présents dans les sources relatives aux guerres d’Adolphe de La Marck, qui affectent pourtant leurs terres et leurs biens — les Liégeois ne saccagent-ils pas le château du sire d’Oborne, près de Glons41 ?—, les lignages de la Basse-Meuse participent aux luttes livrées durant les règnes de ses successeurs. On voit ainsi la plupart d’entre eux (notamment les familles d’Argenteau, de Fexhe, d’Oupeye, de Slins, ou de Houtaing-Saint-Siméon) se ranger sous les bannières d’Englebert de La Marck, puis de Jean d’Arckel, de Jean de Bavière et Louis de Bourbon42. Cette option pro-épiscopale étonnera moins si l’on se réfère à la position de Maastricht lors des soulèvements liégeois, qui sera étudiée plus loin. Loin d’emboiter le pas aux citadins qui se révoltent, à plusieurs reprises les Maastrichtois offrent à l’évêque un refuge dans leurs murs. Les chevaliers de la Basse-Meuse se conformeraient-ils à l’exemple maastrichtois ? Rien n’empêche de le penser. Mais il est aussi vrai que, s’érigeant en exception à cette règle, certains nobles s’élèvent contre l’évêque. Les Liers notamment paraissent entretenir une tradition de fidélité à la cité de Liège : d’abord comme adversaire d’Englebert de La Marck43, puis comme échevin de Thierry de Perwez ou d’ambassadeur liégeois auprès de Louis XI44. Vincelin d’Oupeye, en rupture avec les positions de ses prédécesseurs, choisit également le camp liégeois en 146845. Enfin, Jean Bothier de Fexhe, seigneur d’Aaz et d’Hermée adhère à Thierry de Perwez, en vertu probablement de ses liens matrimoniaux avec les de Rosmel, pro-hédroits convaincus46.

  • 47 1402, p. 184–5. — É. Poncelet, Les Maréchaux d’armée, p. 144–146.
  • 48 Aux côtés d’autres Hosden, celui-ci est présent dans l’armée pro-bourguignonne en 1465 (RCL, 4, p. (...)

28La région hutoise se caractérise également par sa forte coloration pro-épiscopale. Comme la ville de Huy, les nobles de la campagne avoisinante apparaissent fréquemment dans nos textes : dès les premières années étudiées et jusqu’à la capitulation de Liège en 1468. Pendant ces deux siècles, de Gérard de Héron, maréchal d’armée de Henri de Gueldre47, lancé à la poursuite d’Henri de Dinant à Eustache de Hosden, choisi par Louis de Bourbon comme maire de Liège en octobre 146648, les évêques successifs recrutent souvent leurs proches collaborateurs dans la petite noblesse hutoise.

  • 49 Cf. 1402, p. 285–301 passim, J. de Hocsem, p. 197–8.
  • 50 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 40, 46–47.
  • 51 Raoul de Rivo, p. 1–2. L’auteur insiste d’ailleurs sur le fait que des parents de Walter combattai (...)
  • 52 Cf. J. de Hocsem, p. 197–8, 212–213. — J. d’O., ab, p. 167. — 1402, p. 338.
  • 53 1402, p. 368 : (Hubin de Fanson, châtelain de Moha) et É. Fairon, Chartes, p. 187–188, 7 acte du 2 (...)

29Celle-ci s’avère également un riche vivier pour les partis. Parmi les partisans d’Adolphe de La Marck répertoriés lors de la guerre de 1325–1328, on relève les noms de nombreux Hutois. Les patronymes de Saint-Jean, Warnant, Chantemerle, Harduemont, de Cerf ou de Horion49 qui apparaissent à cette occasion renvoient également au contexte de la guerre lignagère des Awans et des Waroux. Beaucoup de ces personnages figurent ainsi au catalogue des effectifs du camp Waroux, dressé par Jacques de Hemricourt à propos de la bataille de Dommartin50. Comme nous l’avions suggéré plus haut, on observe une sorte de confusion entre les deux conflits, la guerre lignagère et la lutte civile. L’adhésion au parti Waroux se double, à Huy, d’une allégeance à l’évêque Adolphe de la Marck. Vingt ans plus tard, au moment de nouvelles tensions entre le pays et Englebert de La Marck, cette alliance n’est pas reconduite : la chevalerie hutoise abandonne l’alliance épiscopale pour rallier l’opposition des communes. Sous quelle influence, on ne sait. Mais toujours est-il que sur huit chevaliers hutois cités dans le contexte des guerres contre Englebert de La Marck, en 1346–1347, un seul — Walter de Hautepenne — s’est joint à l’armée épiscopale51. En réalité, comme vingt ans plus tôt, l’attitude de la chevalerie paraît calquée sur celle de la communauté de Huy, favorable à Adolphe, mais hostile à son successeur52. Plus tard, pour autant que l’on puisse en juger car nos sources s’appauvrissent, les positions semblent moins tranchées. Deux témoignages relatifs au règne de Jean d’Arckel rangent des chevaliers hutois dans le parti épiscopal et anti-communal hutois : Hubin de Fanson, châtelain de Moha, Jean de Denville et Lambert de Fize53.

  • 54 S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 116, 336. — Marguerite de Hautepenne, veuve de Raes de Waroux (...)
  • 55 RCL, 4, p. 157–159.
  • 56 Daniel, Guillaume et Eustache de Hosden, (maire de Liège cité ci-dessus) présents dans l’armée de (...)
  • 57 Dès le 18 novembre 1467, les biens d’Alide, veuve de Gilles de Fanson et de ses enfants Noël et Al (...)

30Lors des conflits contre Jean de Bavière et Louis de Bourbon, la commune hutoise opte pour le camp de Henri de Perwez. Puis, soixante ans plus tard, elle se rallie à celui de l’évêque pro-bourguignon. Quelle devient alors l’attitude de la chevalerie ? Nous n’apporterons pas de réponse globale à cette interrogation. L’attitude des nobles paraît diversifiée. Des membres de la noblesse hutoise sont victimes de confiscations de terres après la bataille d’Othée : Marguerite de Hautepenne, veuve de Raes de Waroux et Arnould Bozeau de Mozet54. Plus tard, entre 1465 et 1468, les sources, — dont un précieux répertoire des forces épiscopales stationnées à Maastricht durant l’automne 146555 — montrent l’indiscutable option de la noblesse hutoise en faveur de la cause épiscopale pro-bourguignonne. Elles mettent particulièrement en exergue le lignage de Hosden, dont trois membres participent à l’armée. Cette adhésion massive n’empêche toutefois pas des ralliements à l’opposition. Car tandis que Daniel, Guillaume et Eustache de Hosden soutiennent le parti épiscopal, Collard de Hosden avoué et maire d’Amay choisit le parti adverse56. Sous quelle motivation ? Il est malheureusement impossible de le préciser. En revanche, l’option anti-épiscopale de la famille de Fanson s’explique mieux. Les Fanson sont alliés par mariage à des opposants liégeois et comme eux, selon les termes de Louis de Bourbon « favorisant et assistant nosdits subges rebelles et desobeyssans et tenant nostre parti contraire57 ». Ces différents éléments tendraient à prouver que la noblesse hutoise se comporte le plus souvent comme la communauté à laquelle elle s’identifie, sauf quand des circonstances particulières — des solidarités privées par exemple —, contrarient ce mouvement. En cela son attitude se rapprocherait de celle des lignages observés précédemment dans la Basse-Meuse.

31La Hesbaye constituera la dernière étape de notre périple. Cette région se détache comme une pépinière d’hommes politiques liégeois du xiiie au xve siècle. On ne s’en étonnera pas. Ce fait s’explique autant par l’état de la documentation que par le contexte historique proprement dit. En effet, l’abondance des sources relatives à cette région fournit sur ses habitants un ensemble documentaire nettement plus riche que celui existant pour d’autres zones du pays de Liège. Historiquement parlant, les lignages hesbignons, quasiment installés aux portes de Liège et héritiers de la familia, ont l’implication la plus précoce dans la vie politique. Hozémont, Dommartin, Hemricourt [auj. Remicourt], Flémalle, Lexhy, Warfusée, Velroux ou encore Bierset, toponymes hesbignons, sont aussi les patronymes d’hommes associés très tôt à la politique et au gouvernement du pays de Liège. Cette familiarité avec le pouvoir n’a-t-elle pas développé chez eux le sentiment d’une sorte de prédisposition à l’exercice de l’autorité publique ? Ne les a-t-elle pas amenés à considérer les affaires publiques liégeoises comme un élément de leur patrimoine ?

32La lecture du Miroir des Nobles de Hesbaye de Jacques de Hemricourt donne de cette chevalerie l’image d’un milieu très populeux, faute d’être toujours opulent. L’importante présence de ces petits nobles dans les luttes politiques n’étonnera donc pas. Les chiffres énoncés précédemment indiquent encore que c’est chez ces milites (ou écuyers) que se rencontre la plus forte propension à se dresser contre l’évêque. Cette concentration d’opposants contraste donc vivement par rapport à la situation observée dans les zones voisines, celle de Huy principalement.

33Examinons de plus près ces données collectées sur deux cents années, à propos de contextes très variés. Opérer une classification s’avère en réalité assez malaisé. Les options des uns et des autres ne trahissent aucun mouvement massif en faveur de l’une ou l’autre force. Au delà des turbulences de la période 1290–1314, durant laquelle la chevalerie liégeoise s’est trouvée affranchie du poids épiscopal et des dernières phases de la guerre Awans Waroux, au fil des conflits les hommes se rangent dans chacun des partis sans qu’il nous soit exactement possible d’expliquer le pourquoi de leurs choix respectifs. À une étude globale, au demeurant difficile à mener en raison de l’abondance des données à prendre en considération, nous préférerons l’examen d’un lignage, dont nous observerons le parcours politique, entre le xiiie et le xve siècle.

34Les Berloz paraissent représentatifs de la chevalerie hesbignonne, tant par leur origine sociale que par leur relative permanence dans les textes. Dans son étude sur les ministeriales, F.L. Ganshof identifiait les Berloz comme un lignage provenant de la ministérialité liégeoise et lossaine. Gérard de Berloz, frère cadet de Fastré de Berloz, et comme lui maréchal de l’armée épiscopale, apparaît dans notre documentation au milieu du xiiie siècle, au moment de la guerre des Liégeois contre Henri de Gueldre. Officier de l’évêque et son allié, Gérard de Berloz seigneur de Héron constitue une cible de choix pour les insurgés liégeois. En 1254, ceux-ci dévastent ses terres et attaquent une tour qu’il possède à Sclessin, au sud de Liège. Le soutien de Fastré de Berloz à Jean d’Eppes dans les années 1230, puis celui de Gérard Ier de Berloz à Henri de Gueldre ne sont pas des indices d’une politique d’appui inconditionnel à l’évêque. À la fin du xiiie siècle, Gérard II de Berloz se range parmi les adversaires liégeois de la famille de Dampierre. Le 17 septembre 1290, il se ligue avec d’autres nobles du pays contre les officiers de l’évêque Jean de Flandres, fils du comte de Flandres Guy de Dampierre. Puis, en 1295 au moment où, après la mort de Jean de Flandre, les maisons d’Avesnes et de Dampierre se disputent le siège épiscopal de Liège, un document cite Gérard de Berloz dans l’entourage de Guy de Hainaut, le prétendant d’Avesnes à l’évêché. Au tournant du xive siècle encore, les Berloz qui sont apparentés aux Waroux rejoignent leur camp, pour participer à la guerre lignagère des Awans et des Waroux. Cette adhésion les entraîne également dans l’alliance avec l’évêque Adolphe, contre la communauté liégeoise et le parti Awans.

35Il faut ensuite patienter jusqu’à la fin du xive siècle pour retrouver trace de cette famille dans la politique liégeoise. Désormais, les Berloz se scindent en deux branches : Lavaux et Brus. Ils gravitent dans le sillage épiscopal et exercent diverses charges. À partir de 1377, Thierry de Berloz-Lavaux détient un siège scabinal à Liège. Sans doute, l’allégeance à l’évêque n’est-elle pas sans risques. En 1407, en tout cas, Jean de Brus estime prudent de s’éloigner de Liège et de se soustraire aux hommes de Thierry de Perwez.

  • 58 Cf. A. d’O., p. 50–51 relate un incident survenu sur les terres de Guillaume de Berlo en 1456. les (...)

36Sous Louis de Bourbon, les deux branches du lignage optent pour chacun des deux camps affrontés. Tandis que Jean II de Lavaux, signalé dans la garnison épiscopale de Maastricht en 1465, continue de servir la cause de Louis de Bourbon et du duc de Bourgogne, Guillaume de Berloz-Brus, qui était présent dans l’entourage de Jean de Heinsberg en 1444, se détache du parti épiscopal et rejoint l’opposition. Pourquoi cette défection ? Ce parcours politique heurté s’apparente à celui de Guillaume de Bueren, partisan de Jean de Heinsberg puis, déçu par son successeur, devenant l’adversaire du prélat. Le cas de Guillaume de Berloz est-il analogue à celui du seigneur de Bueren ? Nos sources ne nous offrent pas sur ce point de réponse satisfaisante. Une autre hypothèse est cependant tout aussi plausible : celle d’une mésentente familiale qui aurait conduit les branches de ce lignage dans les partis antagonistes. En tout état de cause, dès l’avènement de Louis de Bourbon, Guillaume de Berloz gagne les rangs de l’opposition. Il ne les quitte plus jusqu’à la capitulation de 146758.

  • 59 1346 : Jean de Hamal est dans l’armée d’Englebert de La Marck (J. d’O., abr. p. 166–166–7) ; 1406– (...)
  • 60 En 1464–65, puis en 1479–80 (A. d’O., p. 99, 259).

37Le cheminement politique des Berloz est intéressant tant en ce qui concerne les rapports qu’ils ont avec le pouvoir épiscopal, que vis-à-vis de la ville de Liège. À l’instar d’autres lignages dont ils croisent à diverses reprises la route, — les Elderen-Hamal par exemple59 —, les Berloz évoluent le plus souvent dans la sphère d’influence épiscopale. En outre, officiers de l’évêque installés dans leurs terres, vers la fin du xive siècle on les voit se rapprocher du milieu urbain, et en ce qui concerne Guillaume de Berloz, s’y intégrer. À deux reprises, en effet, celui-ci se fait élire à la bourgmaîtrise60 et par ce biais, participe pleinement à la gestion de la communauté et de l’État liégeois. Par de nombreux traits, ce parcours semble exemplaire de celui de nombreux membres de la petite noblesse de la campagne liégeoise.

38Pour clore cette énumération, nous signalerons encore la présence dans nos textes de membres de quelques lignages originaires d’autres régions du pays. À la fin du Moyen Âge, subsistent aux confins occidentaux de la principauté deux familles de feudataires de l’Église de Liège qui continuent de participer à la politique de l’État liégeois, le plus souvent en soutenant la cause de l’évêque : les Rochefort-Agimont et les Morialmé. Il convient de les examiner.

  • 61 N. Valois, La France et le grand schisme, t. 1, p. 273–276.
  • 62 La Relatio Schismatis évoque cette union contractée en 1384 à l’instigation d’Arnould de Hornes (p (...)
  • 63 Jean III de Rochefort (1377–1408), fils de Jean II de Rochefort et de Félicité d’Oupeye (C. G. Rol (...)
  • 64 C. G. Roland, art. cit., p. 407.

39Les comtes de Rochefort et les liens qu’ils tissent avec la cité mosane dans la seconde moitié du xive siècle et le début du suivant ont déjà été évoqués plus haut, sous l’angle des relations de clientélisme. Nous n’y reviendrons plus que brièvement. À cette époque, les Rochefort, fortement unis par des solidarités lignagères jouent la carte liégeoise pendant les interrègnes épiscopaux et plus encore, lors des conflits menés contre l’autorité ecclésiastique. Ils prennent la tête du mouvement d’opposition liégeois et s’opposent successivement à Jean d’Arckel, puis à Jean de Bavière. Le règne d’Arnould de Hornes constitue une exception dans leur ligne politique. Il offre en effet la particularité de s’être édifié sur une scission au sein de la famille de Rochefort. Indépendamment du schisme qui commençait à secouer la papauté et se répercuta sur l’élection épiscopale liégeoise de 137861, la rivalité entre Walter de Rochefort et son frère Eustache Persand, chanoine de Saint-Lambert confirmé évêque par Clément VII, permit à son concurrent urbaniste de s’imposer. Walter, que cette brouille avait virtuellement poussé dans le camp d’Arnould de Hornes, conserva son appui à cet évêque, durant toute la durée de son règne. De son côté, le prélat veilla à affermir cette nouvelle alliance en faisant épouser à son neveu Henri, seigneur de Perwez, Alide de Rochefort, fille de Walter62. Jean, dernier des Rochefort se compromit dans le soulèvement de Henri de Perwez. En dépit d’une tentative de revirement de dernière minute au soir de la défaite d’Othée, il fut capturé et décapité63. Ses filles et héritières furent mariées à Guillaume d’Argenteau et Éverard de La Marck64. C’en était fini de la dynastie des Rochefort.

  • 65 Cf. 1402, p. 247. — J. de Hocsem, p. 109. — Paix d’Hansineile (20 août 1314) CSL, 3, p. 139 : rest (...)
  • 66 J. d’O. ab., p. 167–168. — Robert de Condé, dit de Bailleul sgr de Morialmé (fils de Jean Ier de C (...)
  • 67 C. de Borman, Échevins, p. 355–356. — J. de Theux, Le chapitre, 2, p. 270–271. — Doc. du 2 nov. 14 (...)

40Le premier des seigneurs de Morialmé auquel nous nous intéresserons est Jean de Bailleul, vivant au début du règne d’Adolphe de La Marck. En 1314, ce seigneur de Morialmé dispute à l’évêque la jouissance des droits sur Fosses, ville liégeoise dont il est avoué, mais dont l’évêque Adolphe de Waldeck l’a, depuis onze ans, frustré65. Ce litige le conduit dans le camp des adversaires de l’évêque et de ses alliés des métiers liégeois. À cet incident près toutefois, les Morialmé présents dans nos textes semblent avant tout des piliers du pouvoir épiscopal. Ainsi par exemple, un Morialmé soutient Englebert de La Marck en 134666. Mais c’est surtout sous Louis de Bourbon que l’entente paraît la plus étroite. Louis compte parmi ses fidèles plusieurs membres de cette famille : Jacques, un de ses conseillers, titulaire d’un siège scabinal à Liège de 1451 à 1465, Robert, chanoine à la cathédrale et tué en octobre 1468 par des agents du chef liégeois Vincent de Bueren ; Jean de Morialmé, enfin, présent dans la garnison pro-épiscopale, stationnée à Maastricht pendant l’automne 146567.

  • 68 Jacquemin de Noirefontaine est mis en possession de deux seigneuries saisies par Jean de Bavière ( (...)
  • 69 Cf. acte du 19 juin 1333 (CSL, 3, p. 416–417). — Godefroid d’Andrimont avait relevé en 1323 la for (...)
  • 70 RCL, 4, p. 158. Mention d’un Godefroid de Verviers comme témoin d’un relief, à Franchimont, le 13 (...)
  • 71 Henri Grégoire, échevin, châtelain de Franchimont est banni en 1462, Grégoire Grégoire, receveur d (...)
  • 72 J. de Hemricourt, Miroir, p. 66, Œuvres, II, p. 300.

41Ailleurs, nos exemples sont plus ponctuels. Nous ne trouvons plus trace de lignages dont la politique peut se suivre sur de longues périodes et dont l’origine sociale soit aussi nettement définie. À leur propos, nous devrons nous en tenir à une simple énumération. Dans le ban de Bouillon, un nommé Jacquemin de Noirefontaine est partisan de Jean de Bavière68. À l’est du pays, quelques prises de position doivent également être relevées. Guillaume d’Andrimont, châtelain de la place dont il porte le nom, se reconnaît comme fervent partisan d’Adolphe de la Marck. La qualité de ses services comme défenseur de la place-forte de Franchimont pendant la guerre de 1325–1328 lui vaut une confirmation de revenus banaux à Verviers69. Un siècle plus tard, Godefroid de Verviers est un autre partisan de la cause épiscopale. Tl est mentionné dans la garnison de Maastricht en 146570. Au xve siècle, la famille Grégoire de Sart apparaît également dans le sillage du pouvoir épiscopal. L’appui qu’apportent à Louis de Bourbon Henri et Grégoire Grégoire de Sart, tous deux officiers épiscopaux de la châtellenie de Franchimont, attisent l’animosité des Liégeois, qui les exilent au début des années 146071. Le rôle de Lambert Grégoire auprès de Thierry de Perwez, au début du xve siècle pourrait être la seule ombre au tableau politique pro-bourguignon de cette famille, à condition évidemment de penser que ce conseiller des Hédroits leur était apparenté. Rien n’atteste fermement, qu’un lien familial ait uni Lambert Grégoire au lignage de Sart et qu’il ait infléchi les convictions de la famille. Seul un mariage pourrait être avancé comme indice. Selon Jacques de Hemricourt, Jean de Sart avait pour beau-frère Sandre Le Moine de Rosmel, opposant politique notoire72.

42Ces lignes reposent sur des mentions éparses et portent sur différents conflits. Peut-être pourraient-elles servir de jalons pour un dépouillement systématique des sources locales, certainement fructueux en ce qui concerne notre propos.

3. Position des nobiles et des milites à l’égard de la cité de liège

  • 73 J.d’O. ab.,p. 178.
  • 74 J. d’O. abr., p. 208.

43Notre dernier point concernera plus spécifiquement la position des nobles du pays à l’égard des habitants de Liège en cas de conflit. À cet égard, nous formulerons deux remarques préliminaires. Il convient de rappeler qu’en ville, chevalerie et « patriciat » urbain ne constituent pas vraiment deux milieux distincts. Des contacts existent. L’origine ministérielle commune et les nombreuses alliances matrimoniales constatées dès le xiiie siècle contribuent à rapprocher les citadins des lignages nobles des alentours. En outre, la nécessité de doter la milice urbaine d’un chef expérimenté en cas de conflit civil, conduit souvent les citadins à solliciter le concours de la noblesse locale. Rappelons simplement le rôle éminent joué à cet égard par les Rochefort, dans la seconde moitié du xive siècle. Mais d’autres noms émergent également dans de pareils contextes guerriers : ceux de Raes de Waroux et Arnold de Hautepenne, mambours des Liégeois en 134673, ceux aussi de Raes de Laminnes et Jean le Polain choisis, en 1376, comme chefs d’armée, par les Hesbignons, alors insatisfaits des services de Walter de Rochefort74.

  • 75 1402, p. 197–200.

44Lors du conflit contre Henri de Gueldre, des chevaliers se dressent contre l’évêque. En 1255, quand celui-ci temporairement retiré à Huy tente de regagner sa capitale, des chevaliers s’efforcent d’empêcher ce retour et posent en préalable que l’élu renonce au tribut qu’il s’apprête à prélever sur les églises75. Ce dernier détail nous invite d’ailleurs à voir en ces chevaliers rebelles à l’évêque des zélateurs du chapitre, plus que de la communauté urbaine.

  • 76 É. Fairon, Chartes, p. 62.
  • 77 J. de Hemricourt, Miroir, p. 13–14. — J. Lejeune, Liège et son pays, p. 241. — La rencontre de Bor (...)

45Plus probant sans doute d’un appui aux citadins, dès la fin du xiiie siècle, des seigneurs du pays s’allient à la cité. L’inventaire de Lille qui nous révèle l’existence de ces alliances est malheureusement peu explicite quant à leur teneur. Il ne nous permet guère d’en saisir la raison d’être ou de connaître l’identité des hommes qui les contractèrent. Le premier de ces pactes date de février 1271 et s’inscrit sans doute dans le contexte de la seconde guerre liégeoise contre Henri de Gueldre. Il engage les seigneurs de Beaufort et Clermont, Warfusée, Haneffe, Hermalle et Seraing, avec la cité de Liège ainsi que les villes de Huy et Dinant (plus probablement une mince fraction de leurs populations respectives), pour une durée de six ans76. Traits communs à ces hommes : leur futur engagement dans le camp Awans suivi, pour trois d’entre eux, d’un ralliement ultérieur aux Waroux. Sur un plan de politique générale, Eustache II Persand de Haneffe participe en 1283 au tournoi de Bordeaux. Il combat dans la compagnie de Charles d’Anjou77 qui, dans les années 1250, était allié à Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandres et, comme nous le verrons, protectrice de Henri de Dinant. De leur côté, les bourgeois qui s’engagent sont Liégeois, Hutois et Dinantais. Et voici vingt ans déjà qu’ils s’insurgent contre Henri de Gueldre. Faut-il par conséquent voir dans ces quelques coïncidences le reflet d’une coalition édifiée dans la seconde moitié du xiiie siècle entre des nobles et des citadins, et qui était appelée à durer ?

  • 78 É. Fairon, Chartes, p. 295, 48, 16 (17 septembre 1290, document détruit).
  • 79 ibid., p. 60 (26 septembre 1300, document détruit).
  • 80 ibid., p. 61–62 (16 novembre 1307, document détruit).
  • 81 ibid., p. 96–97 (17 août et 1er septembre 1311, 24 avril, 1312, documents détruits).

46L’inventaire de 1408 conserve la trace d’une autre alliance constituée en 1290 par Eustache Persand de Haneffe, Gérard de Berloz, Arnould comte de Looz, d’autres chevaliers dont notre source ne livre pas les noms et des bourgeois de Liège, de Huy, de Dinant, de Tongres et de Saint-Trond, sur lesquels nous ne sommes pas mieux renseignés. Ce second accord, dont il a déjà été question plus haut, est dirigé contre les officiers épiscopaux. Autrement dit, il vise les hommes de Jean de Flandres, et au delà de la personne de ce maladif prélat, la puissante figure de son père, le comte Guy de Dampierre78. Des ententes de ce type, unissant dans une communauté d’intérêts chevaliers et membres de l’élite socio-politique urbaine, étaient promises à un bel avenir. Durant la période qui sépare le décès de Jean de Flandres (1291) de l’avènement d’Adolphe de La Marck (1313), on relève dans les sources l’existence de cinq contrats similaires. En 1300, Henri châtelain de Durbuy s’allie aux Liégeois contre Hugues de Chalon et son frère Jean d’Arlay79. Sept ans plus tard, une alliance analogue s’établit entre des membres des patriciats liégeois et hutois et le seigneur de Clermont et Awans, Lambert Butor80. Enfin, en 1311 et 1312, le mambour de Liège Alard de Pesches, les métiers liégeois et le chapitre cathédral se liguent à leur tour. Cette dernière convention renouvelée à deux reprises par la suite apparaît comme une riposte aux différents pactes conclus jusqu’alors par leurs adversaires, Grands de la cité et nobles des alentours81.

  • 82 J. d’O. ab., p. 169–170.

47Il n’importe plus de revenir sur la guerre des Awans et des Waroux et les alliances qui en découlèrent. De telles associations entre chevaliers du pays et dirigeants urbains liégeois se rencontrent plus tard encore. Lors de la bataille de Vottem, remportée en 1346 sur les forces épiscopales, les Liégeois et Hutois coalisés célèbrent leur victoire en armant chevalier sept des leurs sur le champ de bataille82. Au moment de cet engagement, les adversaires de l’évêque Englebert pouvaient s’enorgueillir de compter dans leurs rangs des rejetons de prestigieux lignages : Haneffe, Horion, Jemeppe, Harduemont, Liers. Ceci semble donc indiquer qu’au milieu du xive siècle, pour nombre de familles nobles, villes ou évêque paraissent désormais des interlocuteurs également attractifs et dignes d’intérêt.

48À partir de 1370 environ, la documentation relative à la cité s’étoffe considérablement. Peut-être, cette soudaine prolixité contribue-t-elle à nous donner l’illusion d’une plus grande immixtion des gens de lignages dans la vie urbaine. Les faits sont cependant là. Sous Arnould de Hornes et Jean de Bavière, Henri, seigneur de Perwez, Gerlache de Montjardin, se consacrent au gouvernement de la cité mosane autant qu’à celui du pays. Et d’autre part, on commence désormais à voir apparaître régulièrement des noms tels que ceux de Waroux, Bierset, Flémalle ou Seraing dans les répertoires de bourgmestres de Liège.

  • 83 J. d’O., abr., p. 217, 224. — Raoul de Rivo, p. 49–50. — C. de Zantfliet, col. 336.
  • 84 Désigné comme échevin par Thierry de Perwez, J. de S. fr., p. 109.
  • 85 J. de S., fr., p. 112–115. Libert est capturé par Jean de Heinsberg le 3 mai 1408 dans une escarmo (...)

49Mainmise, emprise. Ces termes paraissent bien appropriés pour caractériser la situation des nobles à l’égard de la cité et du pays, au cours du xve siècle. Lors des deux grandes crises anti-bourguignonnes, les nobles exercent une forte influence sur les affaires publiques liégeoises. Parmi les partisans de Henri et Thierry de Perwez se trouvent beaucoup de citadins. On relève également parmi eux la présence de nombreux membres de lignages, impliqués plus ou moins profondément dans ces événements : Jean de Seraing83, les delle Roche, un membre du lignage des Fexhe — Jean Bothier, seigneur d’Aaz et Hermée —, Eustache de Liers, Pierre de Hemricourt84 ou Libert de Wihogne85.

  • 86 Cf. G. Xhayet, Raes de Heers, p. 410–411. — Exposé plus détaillé dans mon mémoire de licence, Raes (...)

50Sous le règne de Louis de Bourbon, on semble assister à la progressive éviction des bourgeois du premier plan de la scène, au profit d’un grand nombre de ces gens de lignages. Dans les premiers temps, les tensions sont principalement l’œuvre de citadins de Liège, sur lesquels nous allons bientôt revenir, ou de nobles tels Guillaume de Berloz, Jean de Streel ou Renard de Rouveroy86. Les années ultérieures voient l’effacement de nombre des bourgeois du devant de la scène et leur relégation à des rôles mineurs. Ceux qui les remplacent, dans les dernières années du conflit s’appellent Velroux, Oupeye, Heers, Buren, Hollogne, ou Hornes dit de Wilde, à côté des familles de Berloz-Brus ou de Streel, qui se sont maintenues au premier plan. Cette évolution semble donc très symptomatique de l’appropriation progressive du gouvernement de la cité et du pays par les gens des lignages d’alentours.

***

51Réexaminons à présent notre problème initial. Face à la guerre civile, la noblesse fut-elle dans son ensemble fidèle à l’évêque, comme l’affirment nombre de chroniqueurs ? Les données récoltées invitent à répondre par l’affirmative. Les répertoires de partisans dont nous disposons appuient souvent les allégations des sources narratives. C’est effectivement au sein de la noblesse que l’évêque, aux prises avec ses sujets soulevés, recrute la quasi-totalité de ses effectifs de partisans. Cette observation paraît valable pour chaque zone observée, à l’intérieur comme à l’extérieur de la principauté et malgré la forte proportion d’opposants nobles en Hesbaye. D’ailleurs, lorsque trace en est conservée, on s’aperçoit que les confiscations de biens après révolte frappent peu la noblese, ce qui prouve implicitement la loyauté globale de cette catégorie de personnes à l’égard du pouvoir épiscopal.

52Pourtant, le pourcentage d’adversaires au pouvoir épiscopal signalés par les textes paraît lui-aussi élevé. Comment l’expliquer ? Les auteurs auraient-ils tendance à insister davantage sur les rébellions, — attitude anormale, sinon scandaleuse — plutôt que sur un comportement de vassal respectueux de ses devoirs, en tout point conforme aux attentes ? Il est vrai, en outre, qu’un seigneur engagé dans l’opposition politique y joue rarement les utilités. Or, un rôle prééminent est propre à attirer sur soi l’attention des témoins. Ainsi s’expliquerait le déséquilibre de nos sources et l’apparente importance de l’opposition nobiliaire. Il n’empêche. En dépit des éventuelles distorsions dues à l’éclairage des textes, une fraction non négligeable de la noblesse se désolidarise bel et bien du prélat, n’hésitant pas à faire cause commune avec les citadins.

  • 87 Guillaume II de Horion intervient une première fois en 1378, contre Eustache Persand de Rochefort (...)
  • 88 Une situation dont on trouve des exemples ailleurs cf. par ex. en Provence durant la guerre de l’U (...)

53Ces divergences d’attitudes restent pour la plupart incompréhensibles, faute de renseignements adéquats. Cependant, certaines notes discordantes peuvent s’expliquer. Nous avons privilégié dans notre approche les attitudes des groupes familiaux plutôt que celle des individus. À cet égard, on note que des mésententes d’ordre privé peuvent jouer sur les choix politiques et, le cas échéant, conduire l’un ou l’autre membre d’un lignage dans le camp adverse à celui de sa parenté. À l’inverse, pris dans l’écheveau de solidarités diverses, parfois contradictoires, les nobles liégeois ne restent pas indécis. La famille pourra l’emporter sur les contraintes féodales ou sur l’esprit de corps. Enfin, si en 1406, Guillaume de Horion paye de sa vie une fidélité de longue date au pouvoir épiscopal87, les exemples d’Arnould V de Looz, Eustache II Persand de Haneffe ou d’Henri de Perwez laissent penser que l’opportunisme fut également une règle de conduite politique. Le dernier point à souligner paraît être l’importante concordance entre l’attitude adoptée par la majorité des nobles d’une région, et celle qui prévaut dans les villes voisines de leurs domaines88. Sans doute faut-il y déceler un indice supplémentaire de l’influence qu’exerce, à cette époque, la ville sur la campagne avoisinante.

Notes

1 Réf. du titre : J. de Hemricourt, Patron de la temporalité, p. 67.

2 Cf. par ex. : Raoul de Rivo, p. 1, 26. — Mathias de Lewis, p. 117. — 1402, p. 184–5. — C. de Zanteliet, col. 380. — J. de S lat., p. 111.

3 Sur la noblesse médiévale liégeoise : cf. É. Poncelet, de la condition, p. 54–56.

4 Brabant-Limbourg, Hainaut, Flandres, Namur, Looz, Lorraine, Beaumont, Aulne, Morialmé, Rochefort, Agimont, Hesbaye (J. de Hemricourt, Patron, p. 146).

5 Des études de type généalogique existent sur ces trois lignages : Sur les seigneurs de Morialmé, Agimont, Rochefort, par C.G. Roland, dans A.S.A.N., t. 35, t. 16, t. 20.

6 J. Baerten, Het graafschap Loon, p. 98–103 et du même auteur : Le rôle d’Arnould V, p. 41–46.

7 Paix de Bierset, du 17 octobre 1255, ROPL, p. 50–51. J. Baerten, La politique liégeoise, p. 482–484 montre qu’Arnould V resta fidèle à Henri de Gueldre par la suite. En particulier, il participa à l’enlèvement de l’évêque Jean d’Enghien, ordonné par Henri de Gueldre.

8 Cf. J. Baerten, Le rôle d’Arnould V, p. 44–45.

9 Cf. acte du 17 sept. 1290 (É. Fairon, Chartes, p. 48).

10 Cf. acte du 21 mai 1307 (CSL, t. 3, p. 73). Sur l’hostilité d’Arnould V et du chapitre après le Mal St Martin, 1402, p. 263. — CSL, 3, p. 118–120 actes relatifs à une sentence d’excommunication prononcée par le chapitre contre Arnould qui s’est emparé de la juridiction temporelle de l’évêché.

11 J. de Hocsem, p. 148.

12 Mai 1315 : alliance entre Arnould comte de Looz et la Cité de Liège (É. Fairon, Chartes, p. 60, 211, 282).

13 3 juin 1318 : accord entre Adolphe de La Marck et Arnould comte de Looz (CSL, 3, p. 175–178). — 23 mars 1323 : alliance entre ces partenaires (ibid., p. 246–248).

14 CSL, 2, p. 117–118. — Arnould de Riksingen, maréchal d’armée de 1259 à 1262 (É. Poncelet, Les maréchaux d’armée, p. 150–152).

15 Jean de Langdris, châtelain de Bouillon, conseiller et favori d’Adolphe dès 1314 (J. de Hocsem, p. 158, 171). — Ses deux fils : Jean II est maréchal d’armée de 1338 à 1344 (É. Poncelet, art. cit., p. 226–229), échevin, de 1343 à 1347 (?) (C. de Borman, Échevins, p. 192–194) et Thibaut est également échevin de 1354 à 1357 (ibid., p. 209). — Extinction du lignage à la mort sans héritier du fils de Thibaut, Jean sgr de Langdris (sur cette lignée, cf. J. Daris, Le château de Langdris, p. 49–52).

16 Gossoin de Rivo de Gossoncourt cité en 1323 et en 1330 comme camérier et homme de fief d’Adolphe de la Marck (CSL, 3, p. 264, 360. — J. de Hocsem, p. 192–193).

17 J. d’O., ab, p. 173.

18 CSL, 3, p. 318–319. — J. de Hocsem, p. 197–8. — J. Charles, La ville de SaintTrond, p. 408. — Sur Jean de Heers (†1332) : C. de Borman, Notice historique sur la seigneurie de Heers, p. 33–34.

19 Par ex. : Guillaume II (?), sgr de Wezemael, dans le camp d’Englebert de La Marck en 1346 (J. d’O abr., p. 167–168) et Jean de Bornival, à cette même occasion, dans le parti adverse (ibid., p. 169–171. — Ce personnage sans doute apparenté à Bernard Ier, sgr de Bornival, drossard de Brabant en 1356. Cf. A. Uyttebrouck, Le gouvernement, 2, p. 666–7), ou encore Garnier de Grondsvelt, en garnison à Maastricht en 1465 (RCL, 4, p. 158. — les Grondsveld famille d’officiers brabançons originaires du duché de Limbourg Cf. A. Uyttebrouck, op. cit., passim (voir p. 932). — Sur les Wezemael : cf. MJ. Tits Dieuaide, un exemple de passage... Sur le lignage de Cortenbach : mention par P. Harsin, La principauté, t. 1, (p. 33) d’un membre de ce lignage, sgr de Bilsen, dans le Grand Conseil instauré de 1468 à 1477.

20 É. Fairon, Chartes, p. 91.

21 Voir plus loin, poids de l’extérieur (5e partie).

22 C. de Borman, Échevins, p. 389.

23 1402, p. 301. — É. Poncelet, Les Maréchaux, p. 224–226.

24 1402, p. 293. — C. de Borman, Échevins, p. 174–176.

25 C. de Borman, Échevins, p. 180–181. —Id., les receveurs, p. 137.

26 S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 116 (relief par Jean de Berlaymont d’une seigneurie confisquée à des opposants). Jean de Berlaymont : Maréchal de Hainaut, cité dans un acte du 6 oct. 1364 (L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, 3, p. 573–4).

27 C. de Zantfliet, col. 391. — Sur ces personnages : J. Vannerus, Les comtes de Salm, p. 153–154.

28 Alexandre Bérard, échevin de 1455 à 1468 († 1473). Ce personnage cité plusieurs fois dans A. d’O. p. 38–227 passim. — C. de Borman, Échevins, p. 360–362. — Le Cartulaire des comtes de Hainaut, 3, p. 472 édité par L. Devillers mentionne un Jacques Bérard feudataire du comte de Hainaut, à la date du 7 juillet 1410.

29 J. de Hocsem, p. 156, 158–9. — Ce personnage maréchal de l’armée désigné par le chapitre de 1308 à 1312 (É. Poncelet, maréchaux d’armée, p. 197–203).

30 En ce qui concerne Jean de Heinsberg, retenons l’exemple des Bueren, famille gueldroise, apparentée au prélat et réfugiée à Liège (M. Josse-Hofmann, col. 60).

31 É. Fairon, Chartes, p. 90 (acte du 21 juin 1407) : Éverard de La Marck reçoit de Thierry de Perwez la prévôté du château de Bouillon. — Sur ce personnage : J. de Chestret, Histoire de la Marck, p. 100–105.

32 J. d’O abr., p. 168, 170 Waleran de Fauquemont, seigneur de Bornes et Sittart († 1378 J. d’O., abr, p. 206) participa à la bataille de Vottem aux côtés de son fils qui y mourut.

33 Mentions de ce personnage : par ex. A. d’O., p. 49–208 passim. Onofrius, p. 49–170 passim. — J. de Haynin, Mémoires, t. 2, p. 75, 82. — J. de Chestret, Jean de Wilde, p. 1–20 (surtout 1–3).

34 Cf. art de W. Paravicini, Rasse de la Rivière, Antoine de Palant et la place de Montjoie. — G. Xhayet, Raes de Heers, p. 423 n78. — Sur la présence d’Antoine à Liège en 1467 : A. d’O., p. 157 (allusion au filiastrum de Raes de Heers).

35 La généalogie de la plupart de ces lignages a pu être reconstituée par les éditeurs de Jacques de Hemricourt, Oeuvres, t. 2, d’après les données du Miroir des Nobles principalement.

36 Sur l’origine ministérielle de la noblesse liégeoise : cf. F. L. Ganshof, Ministerialles, p. 304–306, 325, 328–331. — Sur les caractéristiques de la noblesse et de la chevalerie liégeoises : cf. É. Poncelet, De la condition des personnes, p. 55–68. — Sur la ministérialité et la « familia » militaire de Saint-Lambert aux xie et xiie siècles : J.L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 214–218, 228–234 Cf. aussi É. Poncelet, L’extinction de la familia militaire dans la principauté de Liège. — On notera cependant que le lignage liégeois de Haneffe était d’origine libre (Cf. J. de Chestret, la terre, p. 13–14, passim).

37 J. de S. fr., p. 126. — Sur ce personnage : C. de Borman, Échevins, p. 394.

38 RCL, 4, p. 158. Guillaume d’Ordinghen (bailli de Hesbaye en 1457–8 A. d’O., p. 53. — En 1468, ce personnage, comme les autres membres de l’entourage épiscopal fut capturé à Tongres par les Liégeois et autorisé à revenir à Liège ibid., p. 208–209), Thierry de Moppertinghen : encore cité dans des doc. de 1488 et 1489 (Cf. P. Harsin, La principauté de Liège, p. 219, 240), Raes de Gutshoven (Cf. A. d’O., p. 334), sans doute apparenté aux Gutshoven cités précédemment, gendre de Adam de Kerkhem [auj. Kerkom-lez-SaintTrond].

39 Sur la seigneurie de Grevenbroeck : R. Ulens, la seigneurie de Grevenbroeck, p. 75–78

40 A. d’O., p. 204. — J. de Looz, p. 58–59. Mention d’un Guillaume de Lobosch en 1366 (Cf. C. de Borman, Fiefs de Jean d’Arckel, p. 43).

41 J. de Hocsem, p. 206.

42 Chevaliers de la Basse-Meuse partisans des évêques : Renard d’Argenteau (J. d’O., abr., p. 177. — Sur ce personnage : É. Poswick, Histoire...d’Argenteau, p. 21–30), Henri de Fexhe et ses fils, Jean de Pas-de-Wonck, Oger de Fexhe et ses enfants (J. d’O., abr, p. 169–173) [1346–7], Lambert d’Oupeye (porte-enseigne contre le sgr de Rummen : 1402, p. 353–4, maréchal d’armée en 1356–7, 1367–74, É. Poncelet, Maréchaux, p. 238–243), Adam d’Oupeye, châtelain de Franchimont, fils de Lambert (M. Yans, le destin, p. 492), Jean de Houtaing-Saint-Siméon (échevin de Liège), C. de Borman, Échevins, p. 302, Guy de Slins (expédition liégeoise contre leurs maisons Cf. J. de S. fr., p. 108–109), Rigaut de Fexhe (S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 476) [1406–8], Guillaume d’Argenteau Ochain (Onofrius, p. 55–59. — Cf. É. Poswick, op. cit., p. 109–112) [1468].

43 En 1346, Bertrand de Liers est armé chevalier à Vottem (J. d’O abr, p. 178), Jean de Liers (J. d’O., 169–171 (1346).

44 Eustache de 1406–1408 échevin de Thierry de Perwez (J. de S. fr., p. 109), Conrad participe à l’ambassade liégeoise auprès de Louis XI (A. d’O., p. 73, 77 (1461).

45 Mentionné à Brusthem (J. de Haynin, I, p. 228). Fils bâtard d’Adam d’Oupeye. C’est peut-être lui qu’Adrien cite comme opposant aux conseillers de Louis de Bourbon en 1466, sous son seul prénom (p. 154). La sœur de Vincelin, Alide d’Oupeye avait épousé Henri de Gronsvelt, chevalier limbourgeois, membre de l’armée de Louis de Bourbon (RCL, 4, p. 158. — M. Yans, le destin diplomatique, p. 493).

46 Créé échevin et bailli de Thuin par Thierry de Perwez (J. de S fr., p. 109, 117), Jean Bothier fut dépouillé de ses seigneuries d’Aaz et Hermée le 25 décembre 1409, par Jean de Bavière, qui attribua ces biens à Rigaut de Fexhe (S. Bormans, seigneuries féodales, p. 476.

47 1402, p. 184–5. — É. Poncelet, Les Maréchaux d’armée, p. 144–146.

48 Aux côtés d’autres Hosden, celui-ci est présent dans l’armée pro-bourguignonne en 1465 (RCL, 4, p. 158), maire de 1466 à 1468 (A. d’O., p. 152–153. — C. de Borman, Échevins, p. 399).

49 Cf. 1402, p. 285–301 passim, J. de Hocsem, p. 197–8.

50 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 40, 46–47.

51 Raoul de Rivo, p. 1–2. L’auteur insiste d’ailleurs sur le fait que des parents de Walter combattaient dans l’autre camp (en l’occurrence Godefroid et Arnould de Hautepenne). — Les Hutois adversaires d’Englebert de La Marck cités dans J. d’O., ab., p. 171–173.

52 Cf. J. de Hocsem, p. 197–8, 212–213. — J. d’O., ab, p. 167. — 1402, p. 338.

53 1402, p. 368 : (Hubin de Fanson, châtelain de Moha) et É. Fairon, Chartes, p. 187–188, 7 acte du 29 mai 1376 : Jean de Denville et Lambert de Fize. — Sur les Fanson : A. Joris, Le patriciat de Huy, p. 95. — M. Yans, Échevins de Huy, p. 24–25). — Jean II de Denville, bailly de Condroz, puis prévôt de Bouillon (C.G. Roland, Une page de Jacques de Hemricourt, p. 445. — Les Fize : branche du lignage de Hognoul (J. de Hemricourt, Oeuvres, II).

54 S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 116, 336. — Marguerite de Hautepenne, veuve de Raes de Waroux (Cf. M. Yans, Échevins de Huy, p. 402), « coupable de trahison », privée de la seigneurie de Hautepenne. — La seigneurie de Moinil confisquée à Arnould Bozeau de Mozet fut attribuée à Jamar du Pont, échevin de Namur (S. Bormans, op. cit., p. 280) qui la céda à son fils, comme l’indique notre document. Notons encore que la seigneurie de Barse, toujours en région hutoise fut enlevée à un nommé Gilles Abry que nous n’avons pu identifier (S. Bormans, op. cit., p. 69).

55 RCL, 4, p. 157–159.

56 Daniel, Guillaume et Eustache de Hosden, (maire de Liège cité ci-dessus) présents dans l’armée de Louis de Bourbon en 1465 (RCL, 4, p. 158). Note discordante, Collard de Hosden se trouvait dans les rangs liégeois en 1468. C’est ce qui ressort de deux documents de 1470 et du 20 juillet 1475. Le premier mentionne Collard d’Amay, aux côtés des noms d’autres opposants ; le second évoque la saisie d’une taverne lui appartenant. Amay, dont Collard était avoué et maire fut prise par les Liégeois en 1465. (RCL, 4, p. 344. — CSL, 5, p. 199). — Sur Daniel et Collard de Hosden : M. Yans, Échevins de Huy, p. 411, 142.

57 Dès le 18 novembre 1467, les biens d’Alide, veuve de Gilles de Fanson et de ses enfants Noël et Alide sont confisqués (RCL, 4, p. 250–251).

58 Cf. A. d’O., p. 50–51 relate un incident survenu sur les terres de Guillaume de Berlo en 1456. les Liégeois entravèrent l’enquête à laquelle Louis de Bourbon voulait procéder, prétextant que Guillaume était bourgeois de Liège.

59 1346 : Jean de Hamal est dans l’armée d’Englebert de La Marck (J. d’O., abr. p. 166–166–7) ; 1406–8, Godenoul d’Elderen-Odeur chevalier, partisan de Jean de Bavière est l’un des quatre capitaines chargés de diriger la résistance de Maastricht en 1408 (J. de Bav., p. 172. — En 1409, sénéchal du comté de Looz, il réprime la résurgence hédroise (C. de Zantfliet, col. 397) ; 1444 : Guillaume d’Elderen-Hamal et son fils participent au pèlerinage de Jean de Heinsberg (J. de S., fr., p. 525–526) ; 1465 : Guillaume et Jean sont en garnison à Maastricht (RCL, 4, p. 158), ainsi que signalés dans l’entourage de Louis de Bourbon (A. d’O., p. 207). Après le sac, Jean de Hamal est l’un des commissaires bourguignons chargés de procéder aux confiscations de biens en pays de Liège (Cf. rapport du 19 déc. 1470 éd. É. Fairon, Recueil de documents, p. 317) — Sur les Hamal, Cf. J. Paquay, La seigneurie de Hamal, p. 33–44

60 En 1464–65, puis en 1479–80 (A. d’O., p. 99, 259).

61 N. Valois, La France et le grand schisme, t. 1, p. 273–276.

62 La Relatio Schismatis évoque cette union contractée en 1384 à l’instigation d’Arnould de Hornes (p. 18) (C.G. Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, p. 395).

63 Jean III de Rochefort (1377–1408), fils de Jean II de Rochefort et de Félicité d’Oupeye (C. G. Roland, art. cit., p. 401–407). Pressenti comme mambour par les Liégeois, en 1406, il décline l’offre et se retire dans ses terres (J. de Bav., p. 160. — C. de Zantfliet, col. 367). Jean de Rochefort participa à la révolte, en tant que conseiller de Henri de Perwez (J. de S. lat., p. 109). — Sur son revirement et son exécution : J. de S, fr., p. 120. J. de S. lat. 123–4. — J. de Bav., p. 202–3 — C. de Zantfliet, col. 392.

64 C. G. Roland, art. cit., p. 407.

65 Cf. 1402, p. 247. — J. de Hocsem, p. 109. — Paix d’Hansineile (20 août 1314) CSL, 3, p. 139 : restitution à JeanIer de Bailleul de son avouerie sur Fosses. — Sur ce personnage et le contentieux sur Fosses : C.G. Roland, Les seigneurs de Morialmé, p. 68–70.

66 J. d’O. ab., p. 167–168. — Robert de Condé, dit de Bailleul sgr de Morialmé (fils de Jean Ier de Condé) Sur ce personnage : C.G. Roland, art. cit. p. 73–74.

67 C. de Borman, Échevins, p. 355–356. — J. de Theux, Le chapitre, 2, p. 270–271. — Doc. du 2 nov. 1465, (RCL, 4, p. 158) mentionne les trois Morialmé.

68 Jacquemin de Noirefontaine est mis en possession de deux seigneuries saisies par Jean de Bavière (acte du 25 janv. 1411, (S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 472). — Les Noirefontaine : famille d’écuyers de la région de Bouillon, citée dans le Livre des fiefs d’Adolphe de la Marck (éd. É. Poncelet) passim.

69 Cf. acte du 19 juin 1333 (CSL, 3, p. 416–417). — Godefroid d’Andrimont avait relevé en 1323 la forteresse d’Andrimont. — Confirmation de l’octroi à Godefroid des revenus du moulin banal de Verviers (É. Poncelet, Livre des fiefs d'Adolphe de La Marck, p. 87, p. 126–127).

70 RCL, 4, p. 158. Mention d’un Godefroid de Verviers comme témoin d’un relief, à Franchimont, le 13 mai 1354 (É. Poncelet, Feudataires, p. 505).

71 Henri Grégoire, échevin, châtelain de Franchimont est banni en 1462, Grégoire Grégoire, receveur de cette même place est banni l’année suivante (A. d’O., p. 81, 94. — C. de Borman, Échevins, p. 371). — En 1445, ce lignage soutenait déjà les intérêts bourguignons. Cette année là, pour le compte de Jean de Heinsberg agissant sur injonction de Philippe le Bon, le gendre de Henri Grégoire, Carbouck de Jalhay assiégea le château d’Agimont tenu par Éverard de La Marck, agent du roi Charles VII (Cf. J. Yernaux, Carbouck, p. 42–45).

72 J. de Hemricourt, Miroir, p. 66, Œuvres, II, p. 300.

73 J.d’O. ab.,p. 178.

74 J. d’O. abr., p. 208.

75 1402, p. 197–200.

76 É. Fairon, Chartes, p. 62.

77 J. de Hemricourt, Miroir, p. 13–14. — J. Lejeune, Liège et son pays, p. 241. — La rencontre de Bordeaux s’inscrit dans le contexte de la guerre de Charles Ier d’Anjou contre Pierre III d’Aragon, soutien en 1382 du mouvement des Vêpres Siciliennes. — Sur Eustache II Persand de Haneffe : J. de Chestret, La terre Franche des Haneffe, p. 17–19.

78 É. Fairon, Chartes, p. 295, 48, 16 (17 septembre 1290, document détruit).

79 ibid., p. 60 (26 septembre 1300, document détruit).

80 ibid., p. 61–62 (16 novembre 1307, document détruit).

81 ibid., p. 96–97 (17 août et 1er septembre 1311, 24 avril, 1312, documents détruits).

82 J. d’O. ab., p. 169–170.

83 J. d’O., abr., p. 217, 224. — Raoul de Rivo, p. 49–50. — C. de Zantfliet, col. 336.

84 Désigné comme échevin par Thierry de Perwez, J. de S. fr., p. 109.

85 J. de S., fr., p. 112–115. Libert est capturé par Jean de Heinsberg le 3 mai 1408 dans une escarmouche.

86 Cf. G. Xhayet, Raes de Heers, p. 410–411. — Exposé plus détaillé dans mon mémoire de licence, Raes de Heers, p. 22–28 (surt. p. 24).

87 Guillaume II de Horion intervient une première fois en 1378, contre Eustache Persand de Rochefort (Raoul de Rivo, p. 41–42). — En août 1403, il signe la paix de Tongres (ROPL, p. 380) et dix-sept mois plus tard, participe à l’élaboration de la déclaration de l’Anneau du Palais, en tant que représentant de Jean de Bavière (J. Raikem, M. L. Polain, S. Bormans, Coutumes du pays de Liège, p. 129) Il est enfin exécuté en 1407, en même temps que son fils Guillaume III par les gens de Thierry de Perwez (Relatio Schismatis, p. 23–24 — J. de S. fr., p. 110–111).

88 Une situation dont on trouve des exemples ailleurs cf. par ex. en Provence durant la guerre de l’Union d’Aix, à la fin du xive siècle (G. Xhayet, Partisans et adversaires de Louis d’Anjou, p. 421–422).

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search