Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Troisième partie. Les options politiques : extension géographique et contours sociaux

Chapitre premier. Le clergé

Texte intégral

1Le régime liégeois confère au premier des trois ordres une incontestable prépondérance politique dans la principauté. Cette prééminence résulte de l’histoire même du pays. Le clergé n’est pas un milieu social homogène. Face aux événements politiques, sa réaction n’est pas unanime. Il convient de s’interroger sur les positions politiques respectives des différentes branches du corps clérical. Lors de troubles, vers quel camp vont leurs préférences ? Observe-t-on une corrélation entre choix politique et rang dans la hiérarchie ecclésiastique ? Existe-t-il des divergences de vues entre membres d’un même groupe de clercs et quels facteurs contribuent à expliquer les éventuelles scissions ?

1. Le chapitre cathédral

2Dès le milieu du xiiie s., la position du chapitre cathédral lors des troubles liégeois reflète cette disparité de vues. Nous nous intéresserons à la position du chapitre vis-à-vis de l’évêque, comme vis-à-vis de la commune.

  • 1 Gesta Abbatum Trudonensium, 2, p. 198. — Abbé de Saint-Trond identifié par G. Simenon, Les chroniq (...)
  • 2 Cf. 1402, p. 170 : « Henricus (...) cum esset juvenis etate sed plus moribus et nimis elatus corde (...)
  • 3 1402, p. 184, 208. — J. de Hocsem, p. 24.
  • 4 1402, p. 184.

3Peu d’années après l’avènement de Henri de Gueldre, dès 1251, surviennent à Liège des tensions qui opposent, selon l’abbé de Saint-Trond Guillaume de Ryckel « d’abord les laïcs au clergé, ensuite les Majores aux populares, et enfin les populares aux chanoines ainsi qu’aux majores civitatis1 ». Nous ne nous attarderons pas dans ces pages sur ces dissensions, sinon pour signaler que l’Élu Henri de Gueldre n’y resta pas étranger. Or, dans ces circonstances, prendre position aux côtés des uns ou des autres revenait vite à s’affirmer l’allié ou l’adversaire du pouvoir épiscopal. Des chanoines de Saint-Lambert, et non des moindres, optèrent pour cette dernière attitude. Le rédacteur anonyme de la chronique liégeoise de 1402, lui-même apparemment peu favorable à l’Élu2, cite parmi les rebelles le doyen Henri de Restée, les chanoines Gérard de Pesches, un autre dit Gribecensis, Jean (de Gorchem ?), Guy (?), le chantre Gérard de Bierset, Simon (de Chauvency ?), le prévôt Jean de Condé, et un membre du lignage des comtes de Salm, Herman qu’il estime « quasi fomes guerre inter urbem et electum3 ». Cette fronde n’est cependant pas le fait de l’ensemble du chapitre. En 1254, notre témoin mentionne la présence de chanoines de Saint-Lambert qui se sont temporairement retirés à Huy au côté d’Henri de Gueldre4. Nous ignorons toutefois qui ils sont — ce ne sont en tout cas pas des dignitaires — et combien ils sont.

4Une telle fracture au sein du chapitre n’est pas un cas isolé dans l’histoire liégeoise médiévale. On en retrouve d’autres exemples tout au long de la période que nous étudions. Le plus souvent, la mésentente se traduit par le refus de certains chanoines de suivre l’évêque hors du territoire urbain ou de respecter un interdit que celui-ci a lancé sur la cité mosane. Ainsi, lors des guerres civiles de 1325–1328, puis de 1346–1347, le chapitre cathédral se divise sur la question du soutien au prélat. Des chanoines préfèrent demeurer à Liège aux côtés des citadins en révolte plutôt que de rejoindre l’évêque dans son exil momentané, à Huy ou ailleurs.

  • 5 J. Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 55 — Cf. aussi l’acte du 23 janv. 1326 par lequel le (...)
  • 6 Sur ces personnages : S. Chot-Stassart, Chapitre, 2, p. 122, 179.

5On connaît quelques-uns des chanoines qui se rangèrent dans chacun des deux camps. Durant la guerre contre Adolphe de La Marck, en 1328, des Liégeois dépéchés en Avignon pour plaider contre l’évêque sont capturés sur la route du retour. Les auteurs de l’arrestation sont des hommes à sa solde. Peu après, des chanoines restés à Liège aux côtés des citadins protestent auprès du pape Jean XXII contre ce forfait5 : Gilles Surlet, prévôt de Saint-Jean, Jacques de Looz, prévôt de Saint-Denis, Gérard Hubin auxquels il a déjà été fait précédemment allusion, puis Jean de Marlines et Guillaume de Bautersem6. L’ascendance (en ligne maternelle) Hemricourt, donc pro-Awans, de Jean de Marlines lui dicta peut-être cette ligne de conduite. Nous ignorons en revanche quels mobiles guidèrent le choix du second contestataire. Sans doute son choix résulta-t-il d’un jeu d’influences internes au chapitre, dont le mécanisme nous échappe.

  • 7 ROPL? p. 200–1.
  • 8 J. d’O., abrégée, p. 148–149, 154. — S. Chot-Stassart, Op. Cit., 2, p. 157.

6Il est néanmoins difficile de déterminer quelle frange du chapitre ces réfractaires représentent. Car reconstituer la physionomie du chapitre requerrait de connaître certains renseignements tels que le nombre des chanoines résidant effectivement à Saint-Lambert au moment des troubles, et leurs noms. Les parents et les créatures du prélat lui restèrent probablement fidèles. Les textes permettent également d’élargir l’éventail des chanoines pro-La Marck identifiés : Jean de Hocsem, écolâtre de Saint-Lambert qui adressa à Jean XXII des lettres déplorant la scission du clergé et réclamant des sanctions contre les rebelles ; les commissaires de l’évêque à la paix de Flône qui, en 1330, mit fin au conflit : le vice-doyen Libert de Langdris, François de Mélant le costre, Jean de Carent, official, et Antoine de Bugelle, suppléant-official7 ; enfin Herman de Revel ou Renard de Ghore que leur qualité de conseillers du prélat mit en butte à l’hostilité populaire à la fin du règne d’Adolphe de La Marck8.

  • 9 Cinq chanoines avaient également suivi Jean de Hocsem dans sa politique relative au comté de Looz. (...)
  • 10 En 1338 et années suivantes, cf. J. de Hocsem, p. 267–8, 286, 306.
  • 11 J. de Hocsem, p. 357.
  • 12 J. d’O., abrégée, p. 191.

7La seconde moitié du xive siècle ne fut pas moins fertile en dissensions. Un an à peine après son avènement, en 1346, Englebert de La Marck voit se dresser la cité de Liège et les villes du pays contre lui. Il invite alors le chapitre à le suivre hors de la cité. Tandis que cinq chanoines obtempèrent9, Jean de Hocsem, qui depuis quelques années rompt des lances contre la politique des évêques de la maison de La Marck10, et quatre autres prébendiers choisissent de demeurer à Liège11. Parmi les chanoines qui entrent ainsi en rébellion, Jean d’Outremeuse cite Persand de Haneffe, un frère de Jean de Rochefort que les Liégeois viennent de choisir pour diriger leurs opérations militaires contre l’évêque Englebert12.

  • 13 Cf. traités dits de la paix des XXII de 1373, 1374, ROPL, p. 328–331, 334–5.
  • 14 Cf. RCL, l, p. 433–4 acte du 10 août 1374. — CSL, 4, p. 517–9 acte du 20 mars 1375.
  • 15 J. d’O., abrégée p. 200–201.

8Les guerres qui, entre 1372 et 1376, perturbent le règne de Jean d’Arckel avaient pour enjeu l’instauration d’un organe de contrôle du pouvoir épiscopal : le Tribunal des XXII, dont il sera question plus loin. Le chapitre adopte au cours de ces années une position ambiguë. De 1372 à 1375, il approuve la création de cette instance, et contribue même à son installation13. En 1373 et 1374 par exemple, les chanoines appellent à comparaître des officiers épiscopaux convaincus de violation des articles de la Paix de Fexhe14. Puis sous la pression des événements, l’attitude du chapitre à l’égard de Jean d’Arckel se modifie. À l’hostilité des premiers moments succède la volonté de s’entendre avec l’évêque. Cette volte-face de la majorité du chapitre détache le chanoine Gilles de Rochefort, frère du mambour Walter de Rochefort, de ses confrères. En dépit de l’opinion qui prévaut désormais à la cathédrale, il continue de favoriser les intérêts de sa maison, incompatibles avec une réconciliation. En particulier il use de sa position au sein du chapitre pour peser sur les décisions qui se prennent à Saint-Lambert et faire pencher la balance en faveur des Liégeois15.

  • 16 Sur ces événements : É. Schoolmeesters, l’élection d’Eustache Persand de Rochefort. — N. Valois, L (...)
  • 17 Parmi ces chanoines de Saint-Lambert partisans d’Eustache Persand de Rochefort, citons Guillaume B (...)

9Dans ses premiers temps, le grand Schisme se confondit, à Liège, avec une compétition pour le siège épiscopal : Eustache Persand de Rochefort, partisan du pape Clément VII, et Arnould de Hornes, soutenu par Urbain VI16. Au sein du chapitre cathédral, les partisans du pape de Rome l’emportèrent rapidement et privèrent les sectateurs de Clément VII de leurs prébendes. À l’instar de leur chef de file Eustache Persand bientôt réfugié en Avignon, beaucoup de clercs prirent la route de l’exil. Dans son ensemble, cette « diaspora » du clergé clémentin est mal connue, mais on retrouve cependant la trace de certains d’entre eux en France, dans les années suivantes. Quatre chanoines trouvèrent notamment refuge au chapitre de Laon et reçurent une prébende au chapitre de cette ville entre 1382 et 1412. Un autre prébendier de Saint-Lambert mourut à Grasse en 1405. Enfin, le doyen du chapitre lui-même fut touché par ces mesures. Proche du pape Clément VII, Jean Blanchard fut destitué de sa charge liégeoise. Il poursuivit alors sa carrière à la curie d’Avignon17.

10L’osmose entre des événements politiques liégeois et les turbulences traversées par la papauté se manifeste à nouveau au début du xve siècle. Les troubles qui surviennent alors à Liège sont politiques, mais le contexte international les teinte néanmoins d’une forte coloration religieuse. Jean de Bavière a été confirmé par Boniface IX. En 1406, les Liégeois qui se soulèvent contre lui, lui opposent Thierry de Perwez comme nouvel évêque. Ils se rendent auprès de Benoît XIII Tannée suivante, afin d’obtenir sa confirmation. Dans ce contexte, l’attitude capitulaire revêt une double signification. Les documents témoignent de la quasi-unanimité du chapitre cathédral à opter pour Jean de Bavière entre 1406 et 1408. À l’exception du seul Guillaume delle Roche, fils du bourgmestre hédroit Baudouin delle Roche, les chanoines de Saint-Lambert optent pour l’exil durant la révolution qui se développe à Liège.

  • 18 J. de S. fr., p. 100. — W. Thiry cité en 1406, J. Paquay, Saint-Barthélemy, p. 80.
  • 19 É. Schoolmeesters, Bulle de Grégoire XII du 11 août 1407, BCRH, IVe série, t. 15, p. 45. À partir (...)
  • 20 Cf. la liste du 20 décembre 1408, établie par Jean de Bavière et concernant les chanoines et désse (...)

11Temporairement, Guillaume gagna au change. Les amis de son père qui s’emparent du pouvoir l’élèvent à la prévôté d’un chapitre cathédral « intrus ». Le collège de substitution que les Hédroits installent alors se compose de sympathisants des nouvelles autorités. Aux côtés de Baudouin delle Roche, les sources mentionnent la présence d’un ancien chanoine de Saint Barthélemy, Wathieu Thiry, également promu18, et celle de deux autres clercs issus de lignages liégeois en vue, un Surlet — Fastré Baré et Alexandre de Seraing, également acquis aux nouvelles autorités19. Tous ces hommes furent entraînés dans la débâcle liégeoise d’Othée. Guillaume delle Roche périt sur le champ de bataille. Les autres furent, sanction minimale, privés de leurs prébendes et bénéfices, au pire, noyés dans la Meuse20.

  • 21 Éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 382–388.

12Comment fut ensuite ressentie la sédition des Datin au sein du chapitre cathédral ? En 1433, les chanoines de Saint-Lambert déposent devant l’officialité une plainte contre Wathieu Datin et ses complices. Ce qu’ils reprochent au séditieux désormais abattu, c’est « d’avoir attenté à la liberté de l’Église dont il était vassal et officier ». Ce chef d’accusation ne représente, en soi, que le volet ecclésiastique d’un ensemble de délits qui sont imputés à Wathieu après sa déroute21. Mais avant cette plainte, qui s’inscrit dans la série des sentences prononcées à Liège au printemps 1433, quels étaient ses rapports avec les « seigneurs de Saint-Lambert » ?

  • 22 M. Ponthir, Histoire de Montegnée, passim.
  • 23 Cf. S. Chot-Stassart, op. cit., p. 230.
  • 24 J. de S. fr., p. 306.
  • 25 Sur cette affaire : J. de Theux, op. cit., 2, p. 202.
  • 26 A. d’O., p.4. — P.F.X. de Ram, Documents, p. 385.

13Wathieu Datin tenait de nombreux biens en censive de l’église liégeoise. Et son père, en tant que maire de la cour scabinale du village de Montegnée, avait été officier du chapitre22. Son fils Lambert, gradué de l’Université de Cologne, tenait une prébende à la cathédrale23. D’un point de vue social, ses rapports avec le chapitre s’apparentent fort à ceux entretenus par d’autres familles de l’élite socio-économique liégeoise. Sur le plan politique en revanche, la situation est plus complexe. En janvier 1433, des chanoines de Saint-Lambert protègent des sympathisants Datin après l’échec de la sédition24. En même temps, on observe de la part des chanoines de précoces manifestations de méfiance à l’égard des entreprises de Wathieu et de sa faction. Dès 1426, ils interdisent l’accès au chapitre à Guillaume, un autre fils de Wathieu, parce qu’il ne peut arguer de titres nobiliaires ou universitaires suffisants. La réaction de Wathieu Datin, vexé d’un tel revers, est vive mais sans effet25. Trois ans plus tard, un autre litige surgit, conduisant cette fois le remuant président de l’échevinage liégeois à ordonner un blocus du chapitre par les métiers de la cité26.

14En 1433, les relations de Wathieu Datin avec le chapitre cathédral semblent un mélange de faveur et de défiance. Au moment du coup de main, peut-être sous l’influence de Lambert Datin, certains chanoines se montrent sensibles à la politique audacieuse de Wathieu et portent secours aux conjurés en débandade. Mais, dans l’ensemble toutefois, sous les voûtes de Saint-Lambert, le climat paraît surtout dominé par l’hostilité.

15Quelle fut enfin l’attitude du chapitre cathédral au cours des années 1455–1468, durant lesquelles la pression bourguignonne sur le pays s’accentua de plus en plus ? Philippe le Bon a installé Louis de Bourbon, son neveu, sur le siège épiscopal et favorisé l’octroi de prébendes à des ecclésiastiques originaires des terres bourguignonnes. Telle qu’elle s’esquisse au travers des textes, l’attitude du chapitre paraît néanmoins nuancée. Manifestement, les chanoines s’efforcent de calmer le jeu et de tempérer les ardeurs qu’Élu et commune déploient à s’affronter.

  • 27 A. d’O., p. 54.
  • 28 A. d’O., p. 78, 82.
  • 29 Acte du 8 oct. 1464 (RCL, 4, p. 113–118).

16En 1457–1458, les chanoines entreprennent une première médiation27. Dans les années suivantes, ils tentent à nouveau de s’interposer entre Louis de Bourbon et les citadins. Ainsi, à deux reprises en 1462, aux côtés des Liégeois, ils négocient avec l’Élu la levée d’interdits lancés par lui contre la cité28. Deux ans plus tard, à l’automne 1464 quand l’excommunication des adversaires de Louis de Bourbon par un légat pontifical et un nouvel interdit ont fortement détérioré l’atmosphère, les chanoines de Saint-Lambert, appuyés par les collèges des églises secondaires et d’autres établissements religieux liégeois, interjettent appel contre cette sentence auprès du pape29. Cette protestation auprès de Rome ne résulte certes pas d’un soutien délibéré du clergé aux Liégeois excommuniés. Elle ne représente pas moins le refus d’appuyer de façon inconditionnelle la politique menée par le jeune prélat. L’année suivante, Rome rejette l’appel. L’intransigeance du pape Paul II conjuguée à une radicalisation de la politique communale font s’effondrer le fragile équilibre instauré entre le clergé liégeois et la commune. En juillet 1465, le chapitre quitte Liège et se rapproche de l’Élu qui séjourne désormais à Huy. On peut dès lors considérer qu’à partir de ce moment, une majorité de chanoines se range dans le camp de Louis de Bourbon.

  • 30 A. d’O. p. 64–65. — Sur ces pers. : J. de Theux, op. cit., 2, p. 230–231, 270–271. — Ph. de Commyn (...)
  • 31 RCL, 4, p. 98. Parmi ces chanoines : Gérard de Cortenbach. Deux Cortenbach sont membres de la garn (...)

17La position globale des chanoines de Saint-Lambert ne doit cependant pas occulter quelques positions individuelles qui, entre 1456 et 1467, tranchent sur la tendance générale. Dans les premiers temps, à l’époque où le chapitre s’efforçait de rétablir un contact entre l’élu et la commune, quelques chanoines définissaient nettement leur position. Plusieurs prébendiers de Saint-Lambert appuyent sans réserve la politique épiscopale. Robert de Morialmé est du nombre. Philippe de Commynes trace de lui le portrait d’un familier de l’évêque, membre de son escorte armée. Robert de Morialmé meurt d’ailleurs en 1468, assassiné par une faction de Liégeois hostiles à Louis de Bourbon. Walter de Corswarem est un autre pilier de l’entourage épiscopal, membre du conseil de l’évêque30. D’autre part, la sentence d’excommunication de l’automne 1464 mentionne quatre autres chanoines, perçus comme proches de l’Élu et dont les Liégeois avaient au début du conflit, obtenu la suspension par le reste du chapitre : Gérard de Cortenbach, membre d’un lignage pro-bourguignon, l’écolâtre de Saint-Lambert Jean de Stembert, Jude de La Marck et Jean de Baest31.

  • 32 A. d’O., p. 78.
  • 33 A. d’O., p. 119, 176, 177. — J. de Haynin, 1, p. 222–223. — Un autre chanoine présent à Brusthem : (...)

18Mais à l’inverse, durant cette période, des chanoines s’opposent ouvertement à l’Élu. À l’automne 1461, tandis que dans son ensemble le chapitre tergiverse et hésite à respecter l’interdit jeté par l’Élu sur la cité mosane, quelques membres du chapitre se prononcent fermement contre son application, désavouant de ce fait sa politique32. Parmi eux se trouve le chantre Jacques de Middelbourg. Nous ignorons malheureusement qui étaient les autres dissidents et quelle fut leur attitude ultérieure. Tout au long du conflit, Jacques de Middelbourg persévéra, semble-t-il, dans cette voie qu’il venait d’amorcer. Le 28 octobre 1467 en tout cas, il se trouva parmi la délégation du chapitre chargée d’accompagner l’armée liégeoise à la bataille de Brusthem. Parmi les autres chanoines qui ne désertèrent pas la cité à partir de 1465 et qui, parfois escortèrent l’armée à Brusthem, on ne s’étonnera pas de rencontrer des parents de leaders de l’opposition à l’évêque : Alard de Buren et les deux frères de Fastré Baré Surlet33.

  • 34 1402, p. 183. — Lignage de Salm : cf. M. Parisse, Noblesse, p. 430.

19Au terme de cette esquisse de la politique du chapitre liégeois à l’égard de l’évêque et de la commune lorsque des conflits surgissent, deux questions restent encore en suspens. Quelles sont en effet les motivations des chanoines qui optent pour une divergence de vue par rapport à l’attitude prédominante au sein du corps capitulaire ? Plusieurs exemples décrits dans les pages qui précèdent montrent que les liens familiaux et de clientélisme semblent avoir pesé sur les options politiques de ces chanoines. La seconde interrogation concerne les rapports entre le chapitre et la commune. Durant des troubles civils, lorsque les chanoines s’opposent au prélat, peut-on ipso facto voir en eux des alliés de la commune ? Probablement, non. Ainsi, le désaccord au sein du chapitre qui survint au milieu du xiiie siècle à propos de Henri de Gueldre coïncide avec une période de fortes tensions politiques à l’intérieur de la cité de Liège. Celles-ci opposèrent notamment les échevins à Henri de Dinant. L’échevinage se rallia à l’Élu. Rien dans les sources ne permet d’affirmer que les chanoines sécessionnistes avaient rejoint le camp du tribun Henri. D’ailleurs en 1254, ne vit-on pas ce dernier contester le point de vue soutenu par le chanoine Herman de Salm — adversaire de l’Élu — sur la question d’un impôt rejeté par les prébendiers34 ?

  • 35 J. d’O., Myreur, VI, p. 4–6. — CSL, 3, p. 33.
  • 36 Documents détruits après Othée, datés des 17 août et 1er septembre 1311 et 24 avril 1312 (É. Fairo (...)
  • 37 Cf. J. Lejeune, de Godefroid de Fontaines, p. 1248–1250 — Cf. aussi C. Renardy, Les maîtres univer (...)

20Durant la période que nous examinons, il y eut cependant des alliances entre les chanoines et la commune. Le cas le plus significatif d’une telle collusion s’observe au début du xive siècle. Le 29 avril 1303, par la voix de ses principaux dignitaires le prévôt Arnould de Blanckenheim et le doyen Jean del Cange, le chapitre conclut un accord avec, précise Jean d’Outremeuse, « vingt-quatre liégeois riches, membres des douze métiers35 ». D’autres engagements pris par le chapitre vis-à-vis des métiers en 1311 et 1312 indiquent que huit ans plus tard cette entente était toujours vivace36. Dans un important article, Jean Lejeune avait montré que cette alliance trouvait son origine dans le courant aristotélicien, en faveur sur la Montagne Sainte-Geneviève et introduit à Liège par le truchement d’un chanoine de Saint-Lambert et théologien professant en Sorbonne : Godefroid de Fontaines37. Sans toutefois sous-estimer le substrat philosophique des accords conclus entre 1303 et 1312 qui, à terme, conduisirent à un profond bouleversement du régime liégeois, nous ne négligerons pas leur caractère également très politique. Ces pactes s’inscrivirent en effet dans le cadre d’une lutte menée conjointement par la commune et le chapitre contre un adversaire commun — l’évêque Thibaut de Bar et les Grands — ainsi que sur fond d’une lutte internationale, celle du comte de Flandre contre le roi Philippe le Bel, dans laquelle les Liégeois se trouvèrent dans une certaine mesure impliqués.

2. Les collèges canoniaux secondaires

  • 38 Il ne sera ici qu’incidemment question des collégiales situées en dehors de l’espace urbain liégeo (...)

21L’attitude du clergé des sept collégiales liégeoises38 différa-t-elle sensiblement de celle affichée par les chanoines de Saint-Lambert lors des conflits qui déchirèrent la cité mosane ?

  • 39 Cf. l’engagement mutuel de la cathédrale et des églises collégiales de Liège à s’entraider pour dé (...)
  • 40 Cf. 1402, p. 195.

22En ce qui concerne les périodes les plus anciennes, la documentation très fragmentaire ne permet qu’une approche peu détaillée. Lors des troubles des années 1250, les échevins s’en prirent autant aux églises collégiales qu’au chapitre cathédral. Rien d’étonnant dès lors que les membres des collèges canoniaux se soient montrés solidaires du chapitre cathédral dans son effort pour résister aux atteintes du groupe dirigeant laïc39. Vis-à-vis de Henri de Gueldre en revanche, la position des collégiales liégeoises fut moins claire. Lorsqu’il évoque la position des Églises secondaires par rapport à l’Élu, notre principal témoin parle indistinctement du « clergé », des « Églises » ou des « chanoines » sans toujours spécifier à qui il fait exactement allusion. Si nous supposons que ces appellations ne se rapportent pas qu’aux seuls chanoines de Saint-Lambert, mais qu’elles englobent aussi les collèges liégeois, nous devons conclure qu’à l’instar du chapitre cathédral, les membres du clergé secondaire se répartirent entre partisans et adversaires de Henri de Gueldre, rejoignant le prélat à Huy ou, au contraire, refusant de quitter leurs encloîtres liégeois40.

  • 41 J. de Hocsem, p. 205.
  • 42 Actes du 1er juillet 1328 : protestation des chanoines restés à Liège contre l’arrestation des amb (...)

23Le hasard de la conservation des archives, de même que l’esprit méticuleux de Jean de Hocsem qui transcrivit dans sa chronique la correspondance échangée avec Avignon entre 1325 et 1328, éclairent la position des églises durant la guerre civile de ces années, permettant d’apprécier l’ampleur de la scission qui s’y créa alors. À la division de l’église cathédrale, — pour ou contre l’évêque Adolphe — répondit en effet un mouvement analogue au sein des différents collèges liégeois. Une telle rupture se produisit parmi les chanoines de Saint-Materne et de la Petite-Table, collèges subalternes de l’église Saint-Lambert même41. Elle s’observe également au sein de cinq — voire six — églises secondaires liégeoises. Pour des raisons malaisées à déceler, Saint-Jean et peut-être aussi Sainte-Croix firent en effet exception, adhérant sans réserve au parti de l’évêque Adolphe42. Dans les autres cas, nous ne pourrons cependant pas déterminer si la sécession fut le fait d’une poignée d’opposants ou, au contraire, si le rejet de l’autorité épiscopale fut un mouvement plus massif.

24Franchissons le cap des années 1370. À partir de cette époque, notre documentation s’enrichit et jette un éclairage plus vif sur le climat politique dominant dans les églises secondaires. Incontestablement, les collèges de chanoines paraissent davantage réceptifs aux diverses formes de rébellion qui prennent naissance à Liège, que le chapitre cathédral.

  • 43 Raoul de Rivo, p. 49–50. — J. d’O., ab, p. 217. Ces trois chanoines sont Jean de Sprimont, Jean de (...)

25Quoique le mouvement paraisse là aussi marginal, plus que le chapitre cathédral, les collégiales se laissent tenter par l’obédience avignonnaise. Ainsi, un chanoine de Saint-Denis figure parmi les familiers du pape Benoît XIII. Plus significatif, durant l’hiver 1382–1383, deux d’entre elles faillirent devenir le théatre d’un complot tramé contre l’évêque Arnould de Hornes. La conjuration fut éventée. Deux chanoines de Sainte-Croix et un de Saint-Barthélemy (Jean de Sprimont, en contact avec Eustache Persand de Rochefort), qui avaient projeté de restituer son siège au candidat clémentin à la prélature liégeoise, furent alors condamnés par la Commune et l’évêque Arnold de Hornes tandis qu’une perquisition à la collégiale de Sainte-Croix permit de découvrir que ses encloîtres abritaient un véritable arsenal43.

  • 44 Chanoines de Saint-Materne condamnés, identifiés dans L. Lahaye, Chanoines de Saint-Materne : Jude (...)

26Pendant le soulèvement hédroit, les chanoines des églises secondaires et les collèges secondaires de Saint-Lambert se divisèrent entre les deux obédiences. En 1407 et 1408 après la défaite à Othée, les autorités ecclésiastiques romaines relayées par le clergé resté fidèle à Jean de Bavière pendant la guerre civile prononcèrent, le 20 décembre 1408, une sentence contre les clercs compromis dans le soulèvement. Des listes de condamnés furent établies ; elles nous permettent de mesurer assez précisément l’ampleur de l’implantation pro-hédroise dans les collèges canoniaux. Parmi les prébendiers et bénéficiers condamnés, on trouve les noms de quatre chapelains impériaux et épiscopaux, de plusieurs chanoines de Saint-Materne44 et de la Petite-Table, ainsi que ceux d’autres desservants d’autels à la cathédrale.

  • 45 É. Schoolmeesters, La collégiale St Martin, p. 58–60.
  • 46 J. de S fr., p. 106 est sensible à la forte proportion de chanoines pro-hédroits à la collégiale d (...)

27Dans les collégiales, la popularité du mouvement ne connut pas partout une égale intensité. Une recherche, menée voici déjà un siècle sur la collégiale de Saint-Martin, avait permis d’y dénombrer au moins cinq hédroits parmi les quinze ecclésiastiques résidents. Gilles le Bel, fils naturel du chanoine Jean le Bel, était du nombre. À cet ensemble, s’ajoutaient deux foranei : Humbert Corbeau de Hognoul et un membre du lignage Datin. Ce qui portait le nombre à sept rebelles sur un total de vingt-cinq chanoines recensés45. Le collège de Saint-Denis ne compta qu’un seul condamné. Saint-Jean, en revanche, fut le plus fortement touché. Sur les trente prébendiers, dix furent condamnés. L’un d’eux qui agissait en liaison avec Arnould comte de Clève, un parent éloigné de Henri de Perwez, Eustache de Burdinnes s’efforça en 1409 de ressusciter le mouvement hédroit en pays de Looz, en fomentant un coup de main qui fut vigoureusement réprimé46.

  • 47 Mathieu de Glain (1395–1403), É. Poncelet, Sainte Croix, t. 1, p. CXXII. — Sur ce personnage : Rel (...)

28L’église de Sainte-Croix qui, trente ans auparavant s’était déjà révélée un foyer actif de rébellion clémentine et « persandine », apparut cette fois encore comme un centre d’opposition canoniale. Avant que la sentence du 20 décembre 1408 ne frappe quatre membres de son collège, en octobre 1403, un chanoine s’était déjà vu infliger une peine de bannissement, à l’issue du premier soulèvement hédroit. Dès cette époque Mathieu de Glain fut en effet reconnu comme l’un des meneurs de la révolte47. Ailleurs, dans les autres collégiales de Liège, le nombre de chanoines hédroits oscilla entre quatre ou cinq de moyenne, sur un total invariable de trente prébendiers.

  • 48 É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 185–191.

29L’acte du 20 décembre, dressé sous l’autorité de Jean de Bavière, permet également d’apprécier l’ampleur du mouvement dans les autres collèges du pays. Dans les églises d’Amay, Couvin, Eyck, Munsterbilsen, Visé, Notre-Dame de Maastricht, Ciney, on ne recensa qu’un ou deux chanoines compromis. En dehors de Liège, les églises les plus perméables au mouvement hédroit furent Notre-Dame de Tongres : (cinq chanoines), Notre-Dame de Huy (quatre chanoines) et enfin, plus loin de la cité, Saint-Phollien de Fosses qui compta sept chanoines hédroits, dont Lambert Baddut, le frère du bourgmestre liégeois Jacques Baddut, très impliqué dans le mouvement d’opposition48.

  • 49 É. Schoolmeesters, Notes, p. 60. — É. Poncelet, Saint-Pierre, p. xiii–xiv.

30À l’arrivée des Hédroits au pouvoir, en 1406, le clergé loyaliste s’exila de Liège ; les nouvelles autorités s’empressant de combler les vides laissés dans les Eglises par leurs propres créatures. Apparemment, les défections furent parfois nombreuses. On compta ainsi un nombre élevé d’« intrus » dans les collégiales liégeoises, jusqu’à dix-sept à Saint-Pierre et un nombre identique à Saint-Martin49. L’importance de ces chiffres nous démontre que durant ces années de turbulences, le clergé resta majoritairement fidèle à Jean de Bavière. La révolte hédroise y apparaît comme un phénomène, en fin de compte, marginal. On notera cependant qu’elle a gagné l’ensemble du territoire liégeois, dans des proportions qui varient en fonction de l’éloignement de Liège, de la proximité de l’une ou l’autre figure marquante — un seul hédroit à Maastricht, lieu de résidence de Jean de Bavière, mais sept à Fosses —, enfin, plus simplement, de l’importance numérique des différents collèges.

  • 50 É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 185. — Guillaume de Rosmel, chanoine de saint-P (...)
  • 51 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 91. — Sur cette famille : J. de Hemricourt, Miroir, p. 300.
  • 52 Wathieu Thiry : cf. J. de S. fr., p. 100. — Sur ce pers., J. Paquay, Saint-Barthélemy, p. 80. — Gu (...)
  • 53 J. de Bav. p. 204. — É. Schoolmeesters, Notice, p. 59.

31Comment expliquer cette propagation ? Plusieurs éléments peuvent être avancés. Les noms de certains chanoines passés à l’opposition renvoient à ceux de meneurs hédroits laïcs. Nous venons de faire allusion à Lambert Baddut. Mentionnons aussi Guillaume de Rosmel, chanoine de Saint-Pierre à Liège50, parent de Sandre le Moine de Rosmel qui fut choisi par Thierry de Perwez comme châtelain de Franchimont en 140751. Des espoirs de promotion personnelle, sociale ou économique ont pu guider d’autres chanoines. Rejoindre le parti de Thierry de Perwez permettait de recueillir les prébendes de chanoines pro-Bavière, en fuite. Guillaume delle Roche fut de la sorte propulsé à la prévôté de Saint-Lambert. Wathieu Thiry s’éleva du rang de chanoine de Saint-Barthélemy à celui de membre du chapitre cathédral52. Les sources font également état de promotions plus modestes, telle celle du curé de l’église paroissiale de Saint-Séverin dorénavant admis au collège de Sainte-Croix ou, plus simplement encore celles de laïcs, parfois très jeunes, qui reçurent un bénéfice ecclésiastique, à la faveur de ces événements insurrectionnels53.

  • 54 Émeric Groy chanoine de Saint-Martin († ca 1464) appartenait au conseil de Louis de Bourbon. Sur c (...)

32Plus tard dans le siècle, quand l’ombre du duc de Bourgogne se profile sur l’horizon liégeois, quelle attitude prévaut dans les collèges, vis-à-vis de l’Élu et de la commune ? Dans l’ensemble, les chanoines secondaires paraissent calquer leur position sur celle du chapitre. Jusqu’en 1465, ils semblent en tout cas hésiter entre les deux camps. Quelques-uns d’entre eux pourtant font très tôt montre de plus d’intransigeance. C’est notamment le cas d’Émeric Groy, chanoine de Saint-Martin, membre du conseil de l’évêque. Jusqu’à sa mort en 1464, il se comporte en fervent partisan de Louis de Bourbon, une attitude dont la hardiesse lui vaut de violents démêlés avec les autorités communales54.

  • 55 En juin 1465 : départ mouvementé de nombreux chanoines de Saint-Jean et Saint-Martin, ou d’Eustach (...)
  • 56 Cf. doc. du 17 juin 1465, éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 519–520. — Sur ces pers. : J. Paquay, S (...)
  • 57 Sur cette paix : A. d’O., p. 128. — Parmi les négociateurs : les doyens de St Pierre et de St Jean (...)

331465 est une année charnière. Les Liégeois destituent Louis de Bourbon au profit d’un régent et, à Rome, le pape prend fermement position contre eux (rejet de l’appel contre l’interdit). Sous la pression conjuguée de ces événements, forcés de prendre ouvertement position, beaucoup de chanoines optent pour le parti épiscopal et le départ de la cité55. Affirmer qu’à la fin juin 1465, l’ensemble des chanoines déserte les encloîtres liégeois serait néanmoins inexact. Jusqu’à la capitulation de novembre 1467, les collèges comptent une partie de leurs membres à Liège et l’autre, auprès du prélat exilé. Ainsi, à partir de l’entrée en vigueur de l’interdit, le collège de Saint-Barthélemy se partage. Certains chanoines, dont le doyen Gilles de Busenhaie et un autre, nommé Nicaise de Bruxelles, continuent de résider à Liège, tandis qu’un autre, maître Jaspar Hebstaex, se réfugie à Maastricht56. La source où nous puisons ces détails, datée de l'été 1465, ne laisse cependant pas deviner de frictions entre les chanoines restés dans la cité et ceux qui avaient choisi de partir. Si accord il y eut alors entre les chanoines qui s’exilaient et les autres, cet état d’esprit ne survécut pas à l’année 1465 et à la paix séparée conclue en décembre par le clergé avec Louis de Bourbon57.

  • 58 J. Brassinne, Notes relatives à la collégiale Saint-Martin, p. 38.
  • 59 A. d’O., p. 140.
  • 60 A. d’O., p. 141–143.

34En 1466, les rapports paraissent plus tendus. Se maintenir dans la cité peut désormais s’interpréter en termes d’option politique. Au mois de juin, un chanoine de Saint Martin, auteur d’annales relatives à sa communauté canoniale, qualifie d’ailleurs de « discordia » la scission qui affecte son église depuis un an58. Un mois plus tard, en juillet 1466, Louis de Bourbon qui s’est retiré à Huy prépare la cérémonie de sa consécration comme évêque et convie les clercs à le rejoindre dans cette ville59. À Liège toutefois, la pression de la rue et les exactions de diverses bandes qui dominent à présent la campagne découragent ceux que tente l’invitation épiscopale60.

  • 61 A. d’O., p. 143.
  • 62 A. d’O., p. 150–151.
  • 63 A. d’O., p. 171.
  • 64 A. d’O., p. 176–179.

35Signe d’une position ambiguë, jusqu’au terme du conflit, des chanoines restent dans la cité. Les sources nous invitent pourtant à estimer que ces ecclésiastiques ne soutiennent que très modérément les Liégeois. Leur détermination à repousser toute demande de fonds de leur part en témoigne. À la fin de juillet 1466, ils refusent à la commune l’aide financière qu’elle réclame pour pourvoir à l’entretien d’un contingent en Hesbaye61. Deux mois plus tard, les chanoines objectent de leur neutralité dans la guerre pour refuser de payer au duc de Bourgogne la part de l’amende de guerre qu’ils doivent selon les termes de la paix de Saint-Trond62. En août 1467 encore, les chanoines de Saint-Barthélemy, qui cherchent à soustraire les joyaux de leur église à l’incessant besoin d’argent des Liégeois, évacuent le trésor de la collégiale vers des cieux moins tourmentés63. Enfin, aux lendemains de la défaite de Brusthem, la mésentente prend un autre visage. Les membres des églises secondaires toujours à Liège se joignent au chapitre cathédral pour solliciter l’ouverture de pourparlers de paix avec Charles le Téméraire, désavouant donc la commune qui entend encore — désespérément — poursuivre la lutte64.

  • 65 Sur cette question du clergé, ressource économique de la cité, cf. J.L. Kupper, Portrait d’une cit (...)

36Dans les troubles civils, le chapitre cathédral faisait ordinairement front avec l’évêque. Au sein des collégiales la propension à rester solidaire du pouvoir épiscopal aux prises avec la contestation populaire est moindre. Comment expliquer cette réticence des chanoines des collégiales à toujours suivre l’évêque ? D’abord par des questions d’influences internes, pour nous, difficilement décelables. On pourrait aussi invoquer le désir de s’émanciper par rapport au chapitre de Saint-Lambert. Enfin, nous ne négligerons pas les liens beaucoup plus étroits de ces chanoines avec la commune. Membres des collèges canoniaux et dirigeants communaux partagent souvent les mêmes origines sociales et familiales. Mais la proximité des milieux canoniaux et de la commune a encore d’autres conséquences. Elle entraîne une plus grande vulnérabilité des communautés de chanoines et les expose, davantage que les membres du chapitre, aux pressions de la rue. Leur liberté de mouvement s’en trouve d’autant restreinte. Ainsi, comme nous l’avons déjà dit, les citadins n’hésitent pas à molester les chanoines pour leur extorquer des fonds ou pour leur arracher un acquiescement à leur politique. Les églises secondaires et la commune entretiennent en fait des rapports complexes. Car, si les citadins malmènent quelques fois les membres des collèges canoniaux, les sources enseignent qu’ils attachent souvent une grande importance à leur maintien dans l’enceinte urbaine. Ce clergé que l’on peut pressurer représente évidemment une importante source de revenus, manne bien utile quand il faut financer une guerre65. Mais, en cas de conflit, il prend aussi une autre valeur. Il constitue alors comme le vestige d’une présence religieuse dans la cité soulevée et légitime le mouvement insurrectionnel par sa simple présence.

3. Autres membres du clergé

37Au bas Moyen Âge, le réseau des établissements religieux réguliers implantés sur le sol liégeois est dense. Nombreux sont en effet les ordres monastiques qui comptent une maison dans la capitale mosane. Face aux remous politiques et sociaux, quelle est l’attitude des diverses communautés ? S’engagent-elles au côté des belligérants ? Vers quel camp vont leurs sympathies ? Présentent-elles une attitude commune ou agissent-elles en ordre dispersé ? Résoudre ces différentes questions est à vrai dire malaisé. Les lignes qui suivent ne constituent qu’un aperçu d’une réalité qui, le plus souvent, nous échappe.

  • 66 1402, p. 190–191.

38Avant le règne de Jean d’Arckel, nos sources sont fort fragmentaires, se réduisant à quelques indications dont il sera difficile de tirer des enseignements. Sous Henri de Gueldre, des établissements religieux liégeois (abbaye de Saint-Jacques, établissements des Mineurs et des Écoliers) respectent l’interdit lancé contre la cité soulevée66. Un siècle plus tard, Englebert de La Marck entré en conflit contre les Liégeois jette un interdit sur la cité. À l’instar des curés de paroisse qui se déterminent à poursuivre la célébration des offices, dans les couvents de Prémontrés, d’Écoliers, des Dominicains, des Carmes et des Croisiers, on refuse pareillement de se soumettre à l’injonction épiscopale. L’état de la documentation s’améliore à la fin du xive siècle. Comment s’esquisse alors la ligne politique des divers ordres religieux liégeois ?

a. Les abbayes

  • 67 1402, p. 370–371.
  • 68 J. de S. fr p. 105–6 ; — Lambert Grégoire conseiller de Henri et Thierry de Perwez : Relatio Schis (...)
  • 69 J. de S. fr., p. 140 : destitution de Jean Sordheil ainsi que celle de l’abbé de Florenne. — Sur J (...)

39Examinons d’abord la position des deux abbayes bénédictines de Saint-Jacques et Saint-Laurent. En mai 1376, comme les autres établissements religieux de la cité, les moines acceptent de contribuer au financement de la guerre des Liégeois contre le prélat, mais c’est de mauvaise grâce67. Trente ans plus tard, lorsqu’éclate le schisme de Thierry de Perwez, la situation se complique. Les abbayes paraissent traversées par des courants contradictoires. Si l’on se réfère au ton des écrits bénédictins contemporains, on peut estimer que les moines liégeois se rangèrent résolument derrière Jean de Bavière. Jean de Stavelot, moine de Saint-Laurent et la « Relatio Schismatis » élaborée à l’ombre de l’abbatiale liégeoise de Saint-Jacques condamnent irrévocablement les Hédroits et les partisans des Perwez. Jean de Stavelot fournit un indice complémentaire sur la position de l’abbaye de Saint-Laurent dans cette controverse. Il rend en effet compte d’un débat théologique et juridique relatif à la légitimité de Thierry de Perwez qui eut lieu en mars 1407. La défense de Jean de Bavière fut alors assurée, avec brio, par un canoniste de Saint-Laurent tandis que Lambert Grégoire, gradué laïc et conseiller de Thierry, cherchait malhabilement à soutenir les intérêts adverses68. Mais, contrastant avec ces prises de position sans équivoque, l’abbé de Saint-Jacques, Jean Sordheil, issu d’un lignage citadin adhérait au mouvement lancé par les Perwez69.

  • 70 J. de S.fr., p. 319–320.

40La conjuration des Datin ne trouve que peu d’écho dans le milieu monastique liégeois. Jean de Stavelot, à cette époque moine de Saint-Laurent, nous fournit d’ailleurs de la conjuration un récit sans indulgence. Le seul signe tangible d’un ancrage Datin dans le milieu monastique fut la présence à Saint-Laurent d’un frère d’André de Lairdieu (Jean de Lairdieu). Sa dignité de sous-prieur ne le protégea guère de la vindicte consécutive à l’échec du coup de main lancé par son parent. Aussitôt après l’insurrection de janvier 1433, Jean fut incarcéré dans son monastère. Puis, plus tard, au terme de toutes sortes de vexations, il put s’enfuir de l’abbaye et se réfugia à Saint-Mathias de Trèves70.

  • 71 Cf. A. d’O, p. 48–49
  • 72 Cf. G. Xhayet, Raes de Heers, un opposant, p. xviii-xix. — P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 95–96. (...)
  • 73 A. d’O., p. 171.
  • 74 A. d’O., p. 218. —C. Gaier, Le destin, p. 220.
  • 75 A. d’O., p. 176. — J. de Haynin, 1, p. 222–223.

41La position des communautés monastiques liégeoises lors de l’autre temps fort de la guerre contre Bourgogne est également complexe. Le chroniqueur Adrien d’Oudenbosch, moine de Saint-Laurent, ne témoigne de sympathie ni vis-à-vis de Louis de Bourbon, qu’il ne ménage pas71, ni vis-à-vis des Liégeois. En revanche, choisi comme confesseur par Guy de Humbercourt, lieutenant du duc Charles à la tête de la principauté, il se montre plutôt bien disposé à l’égard de l’autorité bourguignonne72. Il est vrai que les rapports des communautés bénédictines liégeoises avec la commune paraissent, au cours de ces années principalement, fondés sur la contrainte. En août 1467, Raes de Heers et ses hommes retiennent de force les moines de Saint-Laurent, qui cherchent à fuir la cité73. Deux mois plus tard, le tribun, qui s’affaire à fortifier la cité, envisage de raser des dépendances de l’établissement conventuel parce qu’elles s’intègrent mal dans son système défensif74. Et enfin, avant de partir pour Brusthem, chaque abbaye liégeoise avait été invitée à déléguer un moine pour accompagner l’armée ; une contrainte que les moines de Saint-Jacques esquivèrent, moyennant deux chevaux remis à Raes de Heers75.

42Toutes ces mesures étaient évidemment propres à irriter les moines. Elles ne les portent guère à considérer avec indulgence les menées des adversaires de Louis de Bourbon. Plus généralement, on notera que ces quelques informations extraites de la chronique d’Adrien reflètent une attitude, dans son ensemble, hostile à la commune ainsi qu’une préférence marquée pour l’autorité ecclésiastique légitime.

b. Au contact des citadins : ordres mendiants et bas-clergé

43Toutefois, durant la période qui nous occupe, la commune n’est pas complètement dépourvue d’appuis dans le monde ecclésiastique. Les religieux les plus enclins à emboîter le pas aux citadins dans leurs colères politiques appartiennent aux ordres non bénédictins implantés dans le milieu urbain, ainsi qu’au bas clergé dont il sera bientôt question.

  • 76 1402, p. 195.
  • 77 J. de Hocsem, p. 351–52. — RCL, 1, p. 350 (5 septembre 1346 : promesse de la cité aux 30 prêtres q (...)
  • 78 J. de S., lat., p. 75.

44Les incidents des années 1250 fournissent un premier témoignage. Les dispositions de paix de 1255 avec Henri de Gueldre excluent de la réconciliation les curés de paroisses restés à Liège durant les troubles76. En 1346 un siècle plus tard, Englebert de La Marck, qui vient de jeter un interdit sur la cité mosane, voit se dresser contre son autorité les trente curés liégeois déterminés à poursuivre la célébration des offices. Les différents ordres — Prémontrés de Beaurepart, Écoliers, Dominicains, Carmes, Croisiers — refusent également de s’y soumettre77. Durant le conflit contre Jean d’Arckel, en juillet 1375, le clergé paroissial liégeois se divise sur la question du respect d’un interdit lancé par le prélat78.

  • 79 J. de S. lat., p. 110 : signale la fuite de nombreux curés en 1406 et 1407. — É. Schoolmeesters a (...)
  • 80 J. de Bav., p. 165–166
  • 81 A. d’O., p. 83–84, 87–88.
  • 82 A. d’O., p. 139–40.
  • 83 A. d’O., p. 162–163.

45La situation se présente différemment pendant le schisme de Thierry de Perwez. La plupart des curés liégeois se rallient alors à Jean de Bavière. C’est dans les campagnes liégeoises et lossaines que des prêtres adhèrent le plus volontiers au soulèvement et affrontent le prélat79. Quant aux ordres religieux, beaucoup d’entre eux cautionnent Thierry. Les ordres mendiants liégeois s’empressent de sceller son élection80. On relève enfin les dernières traces d’une telle attitude au moment des heurts contre Louis de Bourbon. En 1462, les Mineurs et les Prêcheurs de la cité refusent de suspendre les offices dans la ville, comme l’exige l’Élu. Cette année encore, le révérend des Carmes qui bénéficie à Liège d’un grand crédit populaire tente une médiation entre la commune et l’Élu81. Quatre ans plus tard, à l’occasion de sa consécration, Louis de Bourbon bat le rappel des curés restés à Liège pour les inciter à le rejoindre à Huy et n’y parvient que partiellement82. Le clergé paroissial se trouve alors véritablement pris entre deux feux, car en 1467, Raes de Heers fait pression sur les curés toujours dans la cité pour qu’ils persuadent leurs collègues réfugiés à Huy de regagner le bercail83.

46Lors de troubles, la position du bas-clergé de même que celle des religieux semble dépendre de plusieurs facteurs. C’est évidemment avec cette fraction du clergé que les contacts des citadins sont les plus étroits. Ces prêtres et religieux vivent au milieu de la population urbaine. Ils lui assurent la prédication et tirent d’elle leurs moyens de subsistance. Il est probablement normal que ces religieux se montrent plus réceptifs aux attentes de leurs ouailles que le clergé prébendier. Mais, vivant parmi eux, ils sont aussi plus exposés à des pressions de leur part. Ce qui explique sans doute la différence de leur comportement par rapport au reste du clergé liégeois.

***

47Lors des guerres civiles, le clergé liégeois adopte une attitude complexe. L’unanimité de vues ne paraît régner ni entre ses diverses composantes, ni même à l’intérieur de chaque groupe. Le clergé mène tantôt une politique propre (par ex. dans les années 1250), tantôt une politique d’alliances. Dans ce dernier cas, des positions préférentielles se dégagent. Le chapitre cathédral se pose plutôt en soutien du parti épiscopal. Les sept collégiales comme les abbayes bénédictines ont tendance à lui emboîter le pas et à appuyer pareillement la politique de l’évêque.

48Toutefois, la commune n’est pas totalement dépourvue d’appui au sein du monde ecclésiastique liégeois. Vivant au contact de la population, le bas clergé et les ordres mendiants paraissent plus enclins que les prébendiers à suivre son point de vue dans les luttes civiles.

49Il convient néanmoins de distinguer l’attitude du groupe et celle de l’individu. Car il arrive fréquemment que des positions divergentes se fassent jour entre eux et que celui-ci se dissocie de celui-là. Diverses raisons et notamment des raisons familiales motivent les dissidences. Ainsi, par delà leur intégration dans le clergé et l’adoption d’un puissant esprit de corps, ces hommes restent attachés à leurs réseaux initiaux de solidarités. Et cette appartenance continue de règler une part de leur conduite.

Notes

1 Gesta Abbatum Trudonensium, 2, p. 198. — Abbé de Saint-Trond identifié par G. Simenon, Les chroniques, p. 64–65.

2 Cf. 1402, p. 170 : « Henricus (...) cum esset juvenis etate sed plus moribus et nimis elatus corde se promoveri in sacerdotem distulit, magis insequens miliciam quam statum clericatus, multas insolencias faciendo. Cui nullus audebat contradicere ». — Les luttes entre chapitre et évêque dans les terres d’Empire dans la seconde moitié du xiiie siècle ne sont pas un apanage liégeois, cf. par ex. à Lyon, B. Galland, Le rôle politique, surt. p. 285–291. — Sur l’intervention des bourgeois dans ces rivalités : Id., « Mouvements urbains dans la vallée du Rhône fin xiie-milieu xive siècle : Vienne, Lyon, Romans », dans Violence et contestation, p. 197–205.

3 1402, p. 184, 208. — J. de Hocsem, p. 24.

4 1402, p. 184.

5 J. Schoonbroodt, Inventaire Saint-Martin, p. 55 — Cf. aussi l’acte du 23 janv. 1326 par lequel le vice-doyen et le chapitre requièrent l’aide de la cité contre « certains de leurs conchanoines qui leur causent grief et violences » (É. Fairon, Chartes, p. 62–63). — Requête de Jean XXII aux chanoines restés à Liège pour les engager à rejoindre leurs confrères à Huy (éd. A. Fayen, lettres de Jean XXII, t. 2, p. 140–142 (avant le 31 juillet 1327).

6 Sur ces personnages : S. Chot-Stassart, Chapitre, 2, p. 122, 179.

7 ROPL? p. 200–1.

8 J. d’O., abrégée, p. 148–149, 154. — S. Chot-Stassart, Op. Cit., 2, p. 157.

9 Cinq chanoines avaient également suivi Jean de Hocsem dans sa politique relative au comté de Looz. S’agit-il des mêmes ? Ajoutons que le 25 mai 1347, l’évêque Englebert prit des mesures en faveur du chapitre, de façon à l’attirer dans son camp (CSL, 4, p. 67–68).

10 En 1338 et années suivantes, cf. J. de Hocsem, p. 267–8, 286, 306.

11 J. de Hocsem, p. 357.

12 J. d’O., abrégée, p. 191.

13 Cf. traités dits de la paix des XXII de 1373, 1374, ROPL, p. 328–331, 334–5.

14 Cf. RCL, l, p. 433–4 acte du 10 août 1374. — CSL, 4, p. 517–9 acte du 20 mars 1375.

15 J. d’O., abrégée p. 200–201.

16 Sur ces événements : É. Schoolmeesters, l’élection d’Eustache Persand de Rochefort. — N. Valois, La France, t. 1, p. 273–276.

17 Parmi ces chanoines de Saint-Lambert partisans d’Eustache Persand de Rochefort, citons Guillaume Boileau de Mons. C’est lui qui apporte à Eustache les lettres de confirmation de Clément VII (J. de S. lat., p. 79). Les liens entre Guillaume Boileau de Mons et les Rochefort semblent étroits. On le trouve pendant la guerre contre Jean d’Arckel ambassadeur du chapitre en Avignon, contre le prélat. (C. de Zantfliet, col. 303. — J. d’O., ab, p. 200–201). Sur la famille de ce chanoine : les Boileau de Mons sgrs de Grâce, cf. M. Ponthir-M. Yans, La Seigneurie laïque De Grâce-Berleur, P. 54–61 — Sur les membres clémentins de L’Église liégeoise : H. Nélis, La collation des bénéfices ecclésiastiques, p. 43, 52–54 signale la destitution du doyen de Saint-Lambert Jean Blanchard en 1382. — Cf. aussi M.J. Tits-Dieuaide, lettres de Benoît XIII, p. 210 mention de Jean de Loncin, chanoine de St-Lambert † à Grasse en 1405. — N. Valois, op. cit., t. 1, p. 275276. — Chanoines schismatiques liégeois au chapitre cathédral de Laon : H. Millet, Les chanoines, p. 126, 132, 299, 332–333.

18 J. de S. fr., p. 100. — W. Thiry cité en 1406, J. Paquay, Saint-Barthélemy, p. 80.

19 É. Schoolmeesters, Bulle de Grégoire XII du 11 août 1407, BCRH, IVe série, t. 15, p. 45. À partir de 1409, certaines mesures d’apaisement furent prises par les autorités ecclésiastiques en faveur des ex-intrus : cf. BCRH, 4e série, t. XV, p. 49–50. — A. Verkooren, Inventaire, III, t. 3, p. 157. — CSL, t. 5, p. 47.

20 Cf. la liste du 20 décembre 1408, établie par Jean de Bavière et concernant les chanoines et désservants de paroisses ou de chapelles reconnus coupables de schisme et condamnés comme tels (éd. É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux doc., p. 185–191. — J. de Bav., p. 202–3 relate la capture et la noyade de vingt-six ecclésiastiques « intrus », à Liège, le 28 septembre 1408. — Le 7 juillet 1409 cependant, à la requête de Jean de Bavière et du chapitre, le pape Alexandre V amnistia les intrus de Liège et les confirma dans les offices et bénéfices acquis sous Thierry de Perwez pourvu qu’ils soient aptes à les remplir (A. Verkooren, III, t. 3, p. 157. É. Schoolmeesters, Documents, p. 49–50).

21 Éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 382–388.

22 M. Ponthir, Histoire de Montegnée, passim.

23 Cf. S. Chot-Stassart, op. cit., p. 230.

24 J. de S. fr., p. 306.

25 Sur cette affaire : J. de Theux, op. cit., 2, p. 202.

26 A. d’O., p.4. — P.F.X. de Ram, Documents, p. 385.

27 A. d’O., p. 54.

28 A. d’O., p. 78, 82.

29 Acte du 8 oct. 1464 (RCL, 4, p. 113–118).

30 A. d’O. p. 64–65. — Sur ces pers. : J. de Theux, op. cit., 2, p. 230–231, 270–271. — Ph. de Commynes, I, p. 132.

31 RCL, 4, p. 98. Parmi ces chanoines : Gérard de Cortenbach. Deux Cortenbach sont membres de la garnison de Louis de Bourbon à l’automne 1465 (RCL, 4, p. 158) : Jean et Gérard. Ce dernier doit-il être identifié avec notre chanoine limbourgeois ? Jude de La Marck également cité dans ce document figure aussi dans un acte de 1465 en tant que partisan de Louis de Bourbon (éd. J.L. Kupper, « Marc de Bade », p. 79).

32 A. d’O., p. 78.

33 A. d’O., p. 119, 176, 177. — J. de Haynin, 1, p. 222–223. — Un autre chanoine présent à Brusthem : Jacques de Wayau.

34 1402, p. 183. — Lignage de Salm : cf. M. Parisse, Noblesse, p. 430.

35 J. d’O., Myreur, VI, p. 4–6. — CSL, 3, p. 33.

36 Documents détruits après Othée, datés des 17 août et 1er septembre 1311 et 24 avril 1312 (É. Fairon, Chartes confisquées, p. 96–97).

37 Cf. J. Lejeune, de Godefroid de Fontaines, p. 1248–1250 — Cf. aussi C. Renardy, Les maîtres universitaires, p. 257–262.

38 Il ne sera ici qu’incidemment question des collégiales situées en dehors de l’espace urbain liégeois.

39 Cf. l’engagement mutuel de la cathédrale et des églises collégiales de Liège à s’entraider pour défendre leurs droits contre les atteintes des bourgeois de Liège du 14 juillet 1253 (CSL, 2, p. 42–43).

40 Cf. 1402, p. 195.

41 J. de Hocsem, p. 205.

42 Actes du 1er juillet 1328 : protestation des chanoines restés à Liège contre l’arrestation des ambassadeurs liégeois à Avignon, par des gens de l’évêque et du 5 mai 1329 : acte notarié relatif à la réconciliation des deux factions de chanoines, après la paix (éd. J.G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Martin, p. 258–259, 266–271). — J. de Hocsem, p. 180–181. — Sur cette scission : cf. aussi acte du 1er juin 1328 émanant du clergé secondaire à Huy et demandant que les chanoines secondaires résidant encore à Liège se rallient à eux (RCL, 1, p. 245–247).

43 Raoul de Rivo, p. 49–50. — J. d’O., ab, p. 217. Ces trois chanoines sont Jean de Sprimont, Jean de Berwiet, Henri Gilles. Sur ces hommes : É. Poncelet, Sainte-Croix, p. xcii. — M.J. Tits-Dieuaide, op. cit., p. 211 : mention de Gérardus Gérardi, chan. de Saint-Denis, familier de Benoît XIII. — Chanoines des églises secondaires clémentins : Guillaume delle Boverie et Wéry de Lavoir : H. Nélis, Suppliques, p. 407, 422, 710.

44 Chanoines de Saint-Materne condamnés, identifiés dans L. Lahaye, Chanoines de Saint-Materne : Jude Pairion (1360–1407), p. 132, Jean d’Aix (1371–1407), p. 147, Gérard Quartier (1374–1407), p. 125.

45 É. Schoolmeesters, La collégiale St Martin, p. 58–60.

46 J. de S fr., p. 106 est sensible à la forte proportion de chanoines pro-hédroits à la collégiale de Saint-Jean. — É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 187. — Chanoines de Saint-Jean condamnés cités dans L. Lahaye, Saint-Jean : É. de Burdinnes, chan. de St Jean (1395–1407) t. 1, p. lxi, Louis de Saive (1382–1406), t. 1, p. C. ; Pierre Baculiferi, t. 1, p. lii ( ?-1408) ; Nicolas Urbain t. 1, p. cvii (1401–1408). — Résurgence du mouvement hédroit à Herck en 1409 : C. de Zantfliet, col. 397. — J. de S. lat. p. 127. — J. de S. fr., p. 145. — Sur Arnold de Clèves : Chronique du règne de Jean de Bavière, p. 205n.

47 Mathieu de Glain (1395–1403), É. Poncelet, Sainte Croix, t. 1, p. CXXII. — Sur ce personnage : Relatio Schismatis, p. 14. — RCL, 4, p. 79 sentence de bannissement du 28 oct. 1403. — Autres chanoines de Sainte-Croix condamnés : Walter de Glons (1395–1408 ( ?), Jean de Glons 1401–1407), Jean de Castre 1403–1408 ( ?) cités dans É. Poncelet, Sainte Croix, t. 1.

48 É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 185–191.

49 É. Schoolmeesters, Notes, p. 60. — É. Poncelet, Saint-Pierre, p. xiii–xiv.

50 É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 185. — Guillaume de Rosmel, chanoine de saint-Pierre de 1390 à 1406 (É. Poncelet, Saint-Pierre, p. lxxxii).

51 É. Fairon, Chartes confisquées, p. 91. — Sur cette famille : J. de Hemricourt, Miroir, p. 300.

52 Wathieu Thiry : cf. J. de S. fr., p. 100. — Sur ce pers., J. Paquay, Saint-Barthélemy, p. 80. — Guillaume delle Roche, cf. ci dessus, solidarités lignagères. — L’ancien prévôt de Saint-Lambert était Jean Gilles (1384–1405), entretemps promu cardinal (É. de Marneffe, Dignitaires, t. 26, p. 330–1).

53 J. de Bav. p. 204. — É. Schoolmeesters, Notice, p. 59.

54 Émeric Groy chanoine de Saint-Martin († ca 1464) appartenait au conseil de Louis de Bourbon. Sur ce pers. : A. d’O., p. 333. —J.G. Schoonbroodt, Inventaire, no 558.

55 En juin 1465 : départ mouvementé de nombreux chanoines de Saint-Jean et Saint-Martin, ou d’Eustache de l'Aître, doyen de Saint-Pierre (A. d’O., p. 116–117).

56 Cf. doc. du 17 juin 1465, éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 519–520. — Sur ces pers. : J. Paquay, Saint-Barthélemy, p. 76, 80–81.

57 Sur cette paix : A. d’O., p. 128. — Parmi les négociateurs : les doyens de St Pierre et de St Jean. — Traité signé le 28 déc. 1465 L. Lahaye, Saint-Jean, 1, p. 430.

58 J. Brassinne, Notes relatives à la collégiale Saint-Martin, p. 38.

59 A. d’O., p. 140.

60 A. d’O., p. 141–143.

61 A. d’O., p. 143.

62 A. d’O., p. 150–151.

63 A. d’O., p. 171.

64 A. d’O., p. 176–179.

65 Sur cette question du clergé, ressource économique de la cité, cf. J.L. Kupper, Portrait d’une cité, p. 88. — À titre d’exemple sur les exactions des autorités communales en quête de fonds pour leurs campagnes militaires : témoignage de Mathias de Léwis, chanoine de Sainte-Croix, séquestré dans la collégiale avec ses confrères en 1376 jusqu’à ce que le collège consente à verser l’argent qu’on lui réclame (Mathias de Lewis, p. 131–132).

66 1402, p. 190–191.

67 1402, p. 370–371.

68 J. de S. fr p. 105–6 ; — Lambert Grégoire conseiller de Henri et Thierry de Perwez : Relatio Schismatis, p. 14. — É. Fairon, Chartes, p. 90 (acte du 6 septembre 1407).

69 J. de S. fr., p. 140 : destitution de Jean Sordheil ainsi que celle de l’abbé de Florenne. — Sur Jean Sordheil, Monasticon, t. 2, p. 20.

70 J. de S.fr., p. 319–320.

71 Cf. A. d’O, p. 48–49

72 Cf. G. Xhayet, Raes de Heers, un opposant, p. xviii-xix. — P. Harsin, Les chroniqueurs, p. 95–96. — S. Balau, Sources, p. 619—628.

73 A. d’O., p. 171.

74 A. d’O., p. 218. —C. Gaier, Le destin, p. 220.

75 A. d’O., p. 176. — J. de Haynin, 1, p. 222–223.

76 1402, p. 195.

77 J. de Hocsem, p. 351–52. — RCL, 1, p. 350 (5 septembre 1346 : promesse de la cité aux 30 prêtres qui n’adhèrent pas à l’interdit de les défendre, si besoin est, contre l’évêque) et p. 360 (14 septembre 1347).

78 J. de S., lat., p. 75.

79 J. de S. lat., p. 110 : signale la fuite de nombreux curés en 1406 et 1407. — É. Schoolmeesters a publié le texte du serment de fidélité exigé par Thierry de Perwez des simples prêtres (É. Schoolmeesters, Notice d’un manuscrit, p. 32) — La sentence du 20 décembre 1408 mentionne, enfin, 29 désservants de paroisses des pays de Liège et Looz condamnés pour avoir pris part au soulèvement (É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 189).

80 J. de Bav., p. 165–166

81 A. d’O., p. 83–84, 87–88.

82 A. d’O., p. 139–40.

83 A. d’O., p. 162–163.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search