Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Troisième partie. Les options politiques : extension géographique et contours sociaux

Introduction

Texte intégral

1Existe-t-il un lien entre le fait de choisir telle ou telle position politique et celui d’appartenir à une région bien déterminée ou à un groupe social particulier ? Répondre à cette interrogation impliquera d’abord de définir quelle est l’attitude politique majoritaire au sein d’un groupe social. Puis, dans un second temps, il importera de détecter les options individuelles divergentes par rapport à cette position majoritaire et de s’interroger sur leurs origines. Il convient donc de différencier l’attitude du groupe et celle de l’individu ; de confronter le groupe par rapport à une position politique donnée, puis la position personnelle par rapport à ce groupe. Nous nous intéresserons aux différentes couches socio-économiques de la population liégeoise, ainsi qu’à la répartition géographique des différentes options à travers le pays.

2Entre 1250 et 1468, les moments de troubles ne manquent pas. Leur intensité et leurs causes varient, comme nous le verrons plus loin. La qualité de la description par les chroniqueurs est également inégale. Or, la précision et le souci du détail nous importent ici car ces éléments paraissent significatifs de l’importance et de la nature des effectifs en présence. Ainsi, les conflits qui ont perturbé le milieu du xiiie siècle sont désservis par une documentation fragmentaire et parfois peu précise. Ce n’est en fait qu’à l’avènement d’Adolphe de La Marck que notre matériel s’enrichit quelque peu. Mais il faut pourtant attendre les conflits des années 1400 pour disposer de renseignements vraiment intéressants, tant par les informations dont nous disposons sur les partis et leurs membres que sur le cours des événements lui-même.

3Les sources narratives constitueront notre principale base documentaire. Elles permettent de constituer un corpus de participants à la vie politique et d’évaluer l’importance des uns et des autres — intervenants mineurs ou figures prépondérantes — dans les événements relatés. Cet ensemble documentaire résulte d’une collecte d’informations puisées à des sources très diverses. Ainsi, les chroniqueurs retiennent volontiers le nom du chef d’un corps expéditionnaire de même que celui d’un orateur populaire au verbe efficace. Mais il convient de constater que la mention dans un texte d’une tour démolie dans la campagne au cours d’une guerre révèle, implicitement, à quelle faction son propriétaire appartient. Toutefois, les chroniques ne constituent pas notre unique source d’informations. Lorsqu’il s’agit, en effet, de pénétrer plus avant dans le milieu partisan et de s’éloigner un tant soit peu des chefs ou des hommes de premier plan, ce matériel révèle ses carences.

4La documentation diplomatique est d’un apport également précieux. Parmi ces sources, nous sélectionnerons principalement les diverses conventions conclues au lendemain de troubles politiques et qui scellent les conditions du retour au calme. Les traités de paix livrent les noms des commissaires désignés par les parties en lutte pour mettre fin à leurs divergences de vues. Les sentences prononcées aux lendemains de troubles fournissent des listes de condamnés, membres de la faction vaincue. Quant à la sévérité de la peine qui frappe ces derniers, elle est modulée en fonction de différents critères : degré d’implication dans les événements mais aussi ressources de chacun — particulièrement s’il s’agit d’astreintes financières. Ces données permettent donc d’apprécier la hiérarchie qui régit un mouvement sanctionné.

5D’autres documents fourniront encore le matériau de cette recherche, tels les livres de fiefs qui peuvent conserver la trace d’éventuelles confiscations après soulèvement. Les listes d’officiers ou de mandataires communaux dont l’examen peut s’avérer également intéressant surtout si on les rapproche de renseignements d’une autre provenance et dont le caractère politique est avéré. Quelques rares textes enfin, qui émanent des factions elles-mêmes et nous informent sur leur milieu d’origine, sont également d’un apport considérable. La majeure partie des documents comportant des noms de partisans renvoie à des temps de troubles. On se gardera pourtant d’en déduire que les périodes de calme politique étaient dépourvues de tensions partisanes. Seulement, comme nous le verrons à propos du complot Datin et de son dénouement, les rivalités politiques deviennent alors plus difficilement perceptibles.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search