Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Deuxième partie. Solidarités privées

Conclusion

Texte intégral

1Dans la société que nous étudions, les gens de statut équivalent ou non jettent entre eux des ponts. Ils s’agglomèrent en différentes cellules, constituées autour de figures éminentes qui deviennent autant de pivots. C’est en terme d’échanges de services que l’on s’exprime, services entre parents, entre clients et dépendants économiques, entre collègues. Services à caractère politique, puisque c’est de ce domaine qu’il est question ici. Une forte hiérarchie règne au sein de ces cellules, et régit de même les rapports entre les différents groupes ainsi formés.

2Ces types de solidarités qui représentent les pans de l’entourage le plus proche d’un individu ne connaissent pas une évolution identique. Tandis que parents et collègues n’hésitent pas, à l’occasion, à délaisser les intérêts lignagers ou corporatifs, au profit d’autres solidarités plus fructueuses, on s’aperçoit, en revanche, que la relation de dépendance directe ou de clientélisme, qui se fonde davantage que les deux autres sur le seul opportunisme, conserve intacte sa vigueur. Mieux même, les mentions de bandes armées et de gens porteurs de livrées autour des hommes politiques se multiplient dans la seconde moitié du xve siècle, indice probable de la prolifération de relations de ce type.

  • 1 Sur cette question, voir par ex. le Mouvement confraternel au Moyen Âge. Évocations des solidarité (...)
  • 2 Sur le parrainage et le compérage à la fin du Moyen Âge : B. Jussen, Le parrainage surt. p. 479–48 (...)
  • 3 J. de S. fr., p. 234. — Sur les Boileau de Mons et la querelle : Th. Gobert, Les rues, t. 3, p. 36 (...)

3Les sources liégeoises ne permettent pas d’aborder valablement toutes les facettes des solidarités qui se mettent en œuvre dans la cité pour concourir à la prise et à l’exercice du pouvoir. Outre celles qui ont été développées, il existe d’autres aspects de ces relations sociales, dont nous devinons l’existence et qui ont pu s’avérer tout aussi déterminantes. C’est par exemple le cas du monde des confréries1. C’est encore celui des « compaternités » ou « compérages », dont nous avons relevé un exemple celui d’Alide de Fanson, marraine de Jeanne delle Falloise et par ce baptême, alliée pas tant à sa filleule elle-même qu’à ses parents, comme les travaux relatifs à ce type de relation l’ont souligné2. Jean de Stavelot qui, d’autre part, relate les nombreuses inimitiés que s’attira le bouillant Wathieu Datin, juge bon de souligner qu’il se disputa aussi avec un de ses prédécesseurs à la mairie et par ailleurs vague parent, Jean de Bemalmont, pourtant son « compeire ». Jean de Stavelot ne nous en dit malheureusement pas plus à ce sujet et son témoignage nous laisse sur notre faim3.

  • 4 Sur les théories de Godefroid de Fontaine, G. de Lagarde, « La philosophie sociale », p. 59–64. — (...)

4D’autres liens apparaissent encore, également difficiles à définir. Au tournant du xive siècle, des chanoines de Saint-Lambert, travaillent à la promotion politique des métiers. Des mobiles politiques sous-tendent sans doute cet appui. Dans le même temps, le théologien Godefroid de Fontaines, lui-même chanoine de la cathédrale de Liège professe sa conviction de l’appartenance de tout individu à une communauté, et du caractère « politique » de cette communauté. Or, certains membres du chapitre paraissent intellectuellement proches de leur confrère. Une communion d’idées a donc pu s’établir entre ces ecclésiastiques. Ne peut-on donc voir dans le soutien apporté par le chapitre aux métiers une forme d’application sur le terrain des théories de Godefroid de Fontaines ? Et parler dès lors d’une sorte de solidarité idéologique, qui se serait à cette époque développée au sein du chapitre cathédral4 ?

  • 5 1402, p. 203. La difficulté d’appréhender les sentiments d’amitié dans les sources médiévales vien (...)

5De même, il va de soi que l’amitié au sens où nous entendons le terme souda aussi des soutiens politiques. Les sources l’évoquent rarement comme telle. La chronique de 1402 qui témoigne des troubles de la moitié du xiiie siècle évoque les liens qui unissaient Henri de Dinant à quelques-uns de ses partisans. Or, en 1256, ceux-ci viennent de le trahir et se disposent à livrer l’ancien leader à la justice liégeoise. Comme pour stigmatiser la bassesse de ce parjure, le rédacteur de la chronique souligne l’intimité qui unissait ces hommes et précise qu’ils partageaient avec lui le boire et le manger (Henrico Dyonensi cibo et potu communicaverant). Les situations sociales des uns et des autres ne permettent pas, à première vue, d’introduire dans leur partenariat une nuance de clientélisme5.

6Les hommes qui participent à l’action politique appparaissent entourés de cercles de fidèles, d’amis, de proches. Ceux-ci, liés à leur chef par le jeu des solidarités font bloc autour de lui afin de favoriser ses projets politiques. Ce sont d’ailleurs ces projets qui vont à présent retenir notre attention. Comment en effet se répartissent les choix politiques au sein de la population. Qui opte pour quel camp ?

Notes

1 Sur cette question, voir par ex. le Mouvement confraternel au Moyen Âge. Évocations des solidarités liées à l’appartenance à une confrérie notamment dans C. Vincent, « La confrérie comme structure d’intégration : l’exemple de la Normandie », dans Le mouvement confraternel, p. 111–131 (surt. p. 123–124). Pour Liège, outre les études sur les confréries de métiers citées plus haut, cf. l’art, de C. Dury « Fraternités et clergé secondaire », sur les confréries des Églises secondaires liégeoises. Pour une période légèrement postérieure à celle examinée ici, P. De Spiegeler a publié les statuts de la confrérie de Saint-Jacques fondée à Liège en 1427 par des bourgeois de la cité, à leur retour de Compostelle. La confrérie s’attache à aider les pèlerins de Saint-Jacques ainsi qu’à des œuvres de miséricorde. Les statuts publiés sont datés de 1479, mais il est possible, qu’il s’agisse de la mise par écrit de dispositions élaborées antérieurement, P. De Spiegeler, Les statuts, p. 207.

2 Sur le parrainage et le compérage à la fin du Moyen Âge : B. Jussen, Le parrainage surt. p. 479–489. — C. Klapisch-Zuber, Parrains et filleuls, p. 54–61. — Cf. aussi B. Guénée, Un meurtre, p. 109.

3 J. de S. fr., p. 234. — Sur les Boileau de Mons et la querelle : Th. Gobert, Les rues, t. 3, p. 366–367. — Sur les liens entre Jean de Bemalmont et Wathieu Datin : Un Boileau de Mons avait épousé Catherine, fille de Jean de Bemalmont. Le fils (Sébastien Boileau †1432) issu de ce mariage épousa lui-même une sœur de Wathieu Datin (Cf. J. Ponthir, Histoire de Grâce-Berleur, p. 54–61). Sur le sens de « compeire », nœud du problème, on notera toutefois la remarque de C. Gauvard, De grace especial, 2, p. 664 qui estime que ce terme peut simplement signifier « celui qui est d’intelligence avec un autre ». On veillera donc à ne pas trop solliciter les textes.

4 Sur les théories de Godefroid de Fontaine, G. de Lagarde, « La philosophie sociale », p. 59–64. — L’influence de Godefroid de Fontaines sur l’évolution politique et institutionnelle liégeoise au xive siècle a été étudiée par J. Lejeune, « De Godefroid de Fontaines ».

5 1402, p. 203. La difficulté d’appréhender les sentiments d’amitié dans les sources médiévales vient notamment d’être rappelée dans un article M. Th. Lorcin, Au Moyen-Âge, l’amitié au féminin. Sur cette amitié et ses rapports avec la politique, voir par ex. l’art, de J.M. Constant, « Amitié système de relations et politique dans la noblesse aux xvie et xviie s. », dans Aux sources de la puissance, p. 145–153, voir surt. p. 148–149 le « parti d’amis », dans lequel l’affectivité joue un rôle important. L’auteur estime que la situation décrite pour les xviexviie s. pouvait déjà se rencontrer dans des périodes antérieures.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search