Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Deuxième partie. Solidarités privées

Chapitre III. Solidarités professionnelles

Texte intégral

1Ces relations constitueront l’ultime volet de notre revue des solidarités privées dans le monde politique liégeois.

  • 1 B. Chevalier, Corporations, p. 24–25. — Sur le métier comme corps social, cf. aussi par ex. J. Hee (...)
  • 2 Sur ceci, cf. par ex. G. Hansotte, Naissance et développement, p. 3.

2Dans un article portant sur les corporations médiévales, Bernard Chevalier définit les métiers comme des groupements de chefs de familles, des services au public, puis, élément qui concerne plus directement notre propos, comme un « milieu de vie, lieu de rencontres d’intérêts communs où l’on prend plus ou moins vite le goût d’agir ensemble et l’habitude de se conformer aux mêmes usages », en bref : comme « l’embryon d’une communauté organisée1 ». À cette définition formulée à partir d’exemples français, il conviendra d’ajouter un détail supplémentaire qui s’applique au cas liégeois : le caractère obligatoire de l’inscription dans un métier, devenue au cours du xive siècle l’une des conditions fondamentales d’accès à la citoyenneté et de jouissance des droits politiques dans la cité mosane2. On peut donc à proprement parler d’un « enrôlement » qui touche l’ensemble de la communauté.

  • 3 L’étude de É. Poncelet, Les bons métiers, bien que vieillie dans sa conception fournit au lecteur, (...)
  • 4 Ph. de Commynes, Mémoires, p. 110–116. — Sur Guy de Brimeu, seigneur de Humbercourt au pays de Liè (...)

3L’organisation des métiers, le poids et le rôle politiques que leur confère le régime communal, né des troubles du début du xive siècle, contribuent à forger au sein de chaque corporation un puissant esprit de corps. Progressivement, les métiers se dotent d’insignes distinctifs et de statuts particuliers. Le port d’une livrée, l’existence d’une bannière et d’un lieu de réunion, l’organisation de fêtes3, la promulgation de règlements propres à chaque métier, la constitution de milices sur base corporative... matérialisent toujours mieux le sentiment d’appartenance à un corps et le renforcent. C’est d’ailleurs sur ce trait de mentalité dont il a manifestement perçu la vigueur, que Guy de Humbercourt joue au soir du 10 novembre 1467, pour amener la cité mosane à reddition. Face aux Liégeois qui doutent de la crédibilité des promesses bourguignonnes de bonne conduite après la soumission de la ville, le lieutenant du duc Charles qui mène les pourparlers s’adresse aux Fèvres. Pour gage de sa bonne foi, il leur rappelle que, gouverneur de la cité depuis un an déjà, il s’est fait inscrire dans leur corporation et a porté leur livrée4. Il ne trahira donc pas la parole donnée à ses compagnons de corporation.

  • 5 Sur les confréries de métier liégeois : cf. R. Van Santbergen, Les bons métiers, p. 349 sqq. — F. (...)

4Les diverses manifestations de solidarité corporatives qui, par certains traits, s’apparentent à celles que l’on rencontre au sein des mouvements confraternels si vivants à cette époque5, dépassent le strict contexte politique, objet des pages suivantes. D’un point de vue chronologique, hormis quelques faits relatés dans les sources de la seconde moitié du xive siècle, la plupart des éléments sur lesquels s’appuiera notre enquête sont tardifs, relatifs aux années 1400.

1. Solidarité au sein du corps de métier

  • 6 J. d’O. ab., p. 201–202.

5« Et les drappiers reschoivent ledit Hellin, car il estoit de leurs mestirs ». Tel est, rapporté par Jean d’Outremeuse, le dénouement d’un incident survenu à Liège, en janvier 1376, pendant la guerre contre l’évêque Jean d’Arckel. Une violente dispute éclata qui mit aux prises des citadins et Gilles de Rochefort, frère du mambour Walter de Rochefort face à un drapier, apparemment devenu le porte-parole de l’évêque auprès de ses concitoyens6.

6Comment interpréter cet incident ? Comme les effets d’une trahison collective des intérêts liégeois par les drapiers, majoritairement passés à l’ennemi ? Ou plus simplement, faut-il imaginer que, face à l’agression dont leur collègue était victime, les drapiers ont réagi d’instinct, dans un réflexe de solidarité corporative qui, momentanément, a pris le pas sur le débat politique ? S’il éclaire un pan intéressant des relations qui se nouent au sein d’une corporation, le récit de Jean d’Outremeuse manque malheureusement de détails et se prête donc mal à des conclusions très précises en ce qui concerne les implications politiques du geste des drapiers.

  • 7 C. de Zantfliet, col. 459.
  • 8 J. de S. fr., p. 291–292.
  • 9 C. de Zantfliet, col. 429.
  • 10 J. de S. fr., p. 295–306.

7Un pareil doute disparaît lorsque l’on aborde des exemples ultérieurs, et notamment, ceux se rapportent à la conjuration des Datin. Ainsi, en 1429, les Fèvres s’insurgent contre un jugement du collège échevinal préjudiciable à l’un d’eux7. Du reste, on soupèse mieux tout le poids de cette protestation en se souvenant qu’à ce moment, le maire de Liège se nomme Wathieu Datin. De même, durant la première sédition en juillet 1432, quand les Datin tentent diverses manœuvres pour déstabiliser le régime. Durant ce mois, on assiste en effet à une importante mobilisation de houilleurs galvanisés par Guillaume Datin, qui les utilise comme force de frappe8 ainsi qu’à un soulèvement des drapiers qui, entre autres péripéties, se barricadent dans leur halle, prêts soutenir l’attaque des autres corporations9. En janvier suivant, face aux Houilleurs qui sèment le trouble, les Fèvres ripostent. Ils alertent les autres métiers, les appellent à se liguer avec eux, contre le mouvement insurrectionnel10.

  • 11 A. d’O., p. 121–122. — Le soudain éveil politique des Vignerons étonne. Peut-être faut-il voir dan (...)
  • 12 A. d’O., p. 146.

8Enfin, le conflit contre Louis de Bourbon offre aussi quelques autres exemples de cohésion corporative à finalité nettement politique. À deux reprises, ces initiatives sont le fait des Vignerons, un métier d’humeur soudainement bien batailleuse. En août 1465, accompagnés des Drapiers, les Vignerons se lancent en campagne contre le duché de Limbourg11. puis l’année suivante, ils se déclarent disposés à secourir les Dinantais assiégés, tandis que les dirigeants politiques liégeois, prudemment, temporisent12.

9Ces différents épisodes montrent des métiers agissant comme des groupes soudés par une forte connivence. Ces liens privilégiés, noués entre gens d’une même corporation engendrent des initiatives d’actions communes, entreprises sans concertation avec les autres composantes de la société liégeoise, parfois même à leur détriment. Le départ impromptu des vignerons en août 1465 rendit, en effet, encore plus inconfortable la position des Liégeois face aux Bourguignons qui, désormais agressés, se sentirent en droit de lancer la riposte. On peut donc se demander si dans ces cas, la solidarité corporative ne surpassa pas celle due à la cité, corps plus vaste et, inévitablement, plus abstrait.

  • 13 J. de S. fr p. 450–452 (1441). — A. d’O., p. 42–43 (1455).
  • 14 C. de Zantfliet, col. 459.
  • 15 C. de Zantfliet, col. 461 (avril 1449).

10La protestation des Fèvres contre la sentence échevinale de 1429 révèle une autre faculté de la solidarité professionnelle : celle de se muer en une redoutable arme politique. Plusieurs affaires à caractère judiciaire qui éclatent à la fin du règne de Jean de Heinsberg, entre 1440 et 1455, sont sur ce point très révélatrices. Elles mirent en cause l’évêque lui-même, ou ses officiers. Successivement les Brasseurs, les Meuniers, les Blanchisseurs et les Orfèvres se précipitèrent à la rescousse de l’un des leurs aux prises avec la justice ecclésiastique. Quels étaient les litiges ? Le brasseur Jean delle Chièvrerie puis un meunier souffrent d’exactions perpétrées par des agents épiscopaux13. La troisième de ces affaires concerne un gouverneur des Blanchisseurs. Moyennant finances, celui-ci a soustrait une femme accusée de vol aux mains de la justice capitulaire dont elle relève, pour la faire juger par la commune, probablement plus encline à l’indulgence14. Le dernier cas examiné, autrement grave, est celui de l’orfèvre Roger de Maastricht. Roger est en effet suspecté d’avoir trempé dans un complot contre le prélat15. Chaque fois, on le constate, les gens des métiers s’interposent et s’efforcent d’entraver le cours de la justice épiscopale. Les interventions sont entreprises au nom de la solidarité corporative et sont caractéristiques de l’esprit de corps qui se développe dans ces groupements. De plus, elles témoignent de la volonté de mainmise des métiers sur la justice dans la commune. Et enfin, elles apparaissent significatives de la sourde hostilité qui se développe dans la cité à l’encontre de Jean de Heinsberg dans les années qui précèdent son abdication.

2. Esprit de corps et promotion individuelle

11Unis pour entreprendre une action commune ou pour affronter un adversaire commun, les membres d’une corporation se liguent aussi pour favoriser les plans de l’un d’entre eux, dont ils voient l’étoile monter.

  • 16 Mathias de Lewis, p. 111 (année 1343).
  • 17 J. de Hocsem, p. 328–329. — Sur ces événements : cf. P. De Spiegeler, La draperie, p. 7.
  • 18 Sur ce point, cf. infra chapitre extension des positions politiques (citadins et gens de métiers).

12Au milieu du xive siècle, le chroniqueur Mathias de Léwis insiste sur la popularité dont jouit un drapier, Jean Jacquemot, auprès des gens de Liège : « magister urbis ad cujus nutum tota communitas faciebat16 ». Plus précis dans son propos, Jean de Hocsem parle à cette occasion d’un arrangement conclu entre Adolphe de La Marck et Jean Jacquemot, au terme duquel celui-ci promet de fournir à l’évêque un contingent d’un millier d’hommes, recrutés parmi les drapiers et les tisserands17. Ce détail, comme la suite de l’histoire du contrat passé par le drapier avec le prélat liégeois18 incitent à rechercher, parmi ses collègues, ses plus ardents sympathisants. Plus tard, au siècle suivant, lorsqu’éclate le complot Datin, on ne peut s’empêcher de rapprocher la présence de mangons, de tanneurs ou même de Fèvres parmi les conjurés, de celle de leaders de ces métiers parmi les instigateurs du mouvement : Piron Borghet, gouverneur des mangons, André de Lardieu, apparenté aux Datin et inscrit chez les Tanneurs, et Lambert Datin, lui aussi parent probable de Wathieu, relevant de la corporation des Fèvres. Ainsi donc, il semblerait que des affinités, telles que des liens de parenté par exemple, ou la marque d’une forte personnalité, permettent à quelques hommes d’acquérir de l’ascendant sur leur confrères et de les entraîner à leur suite dans leurs projets politiques.

  • 19 Sources : J. de S. fr., p. 303, 330, 320–324, 594–595. Collard delle Semme est mentionné comme arm (...)
  • 20 Sur la guerre de Gueldre, voir H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 363–365.
  • 21 Sur Renard II de Schoonvorst : A. Uyttebrouck, Le gouvernement, t. 2, p. 735.
  • 22 J. de Bav., p. 147. — C. de Zantfliet, col. 347. — J. d’O. ab., p. 232. — J. de S. lat., p. 100–10 (...)

13De semblables traces d’attraction sont-elles décelables dans d’autres contextes ? En ce qui concerne la conjuration Datin, il n’y a aucune raison de penser que ce phénomène se concentra uniquement dans ce milieu partisan. Rien n’empêche d’imaginer que dans le camp adverse aussi, chez les Fèvres par exemple, des gens réagirent de cette même façon, se souciant moins de barrer la route aux Datin que de répondre à l’attente des hommes forts du métier qui appelaient à la riposte (tels Colet Flockelet, le porteenseigne de la corporation lors de ces événements ou Collard delle Semme Larmoyer [ou fabricant de harnais], encore très actif à la tête de la corporation dans les années 1440)19. On pourra encore rapprocher de ces exemples une anecdote que relatent des chroniqueurs à la fin du xive siècle et qui s’avère fort révélatrice de ce trait de mentalité. En 1397, quand se pose le problème d’une éventuelle participation liégeoise à une expédition brabançonne contre le comté de Gueldre20, la duchesse Jeanne dépêche à Liège un de ses agents, Renard de Schoonvorst21 et le charge de gagner l’opinion de la principauté liégeoise à sa cause. Pour parvenir plus facilement à ses fins, Renard s’affilie à l’un des métiers, celui des Mangons en l’occurrence, revêt sa tenue et, sur le marché, pratique sa nouvelle profession. Par cette démarche, on devine que l’émissaire brabançon avait perçu dans l’inscription corporative un moyen rapide de se constituer un noyau de partisans en mesure, le temps venu, de faire pencher la balance dans le sens souhaité22.

  • 23 A. d’O., p. 51–52.

14Enfin, durant les tumutueuses années 1456–1467, les relations des Fèvres avec trois de leurs confrères : Jean Rigaut, Gilet Poncin, puis Raes de Heers doivent également retenir l’attention. Le parcours de ces trois hommes n’est pas identique. Jean Rigaut et Gilet Poncin, les premiers nommés dans les textes apparaissent très tôt à la direction du mouvement hostile à Louis de Bourbon : dès le mois de mai 145723. Raes de Heers rejoint plus tard l’opposition liégeoise, au sein de laquelle il a constaté le rôle prépondérant joué par les Fèvres et leurs chefs de file. Adrien d’Oudenbosch, notre témoin le plus fiable, décrit l’action du métier et celle de Jean Rigaut à sa tête. Mais son récit ne permet pas d’affirmer qu’à cette époque les compagnons travaillaient à la promotion politique personnelle de leur chef.

  • 24 Cf. acte du 21 juin 1464 (éd. É. Poncelet-É. Fairon, Liste d’actes, t. 2, p. 645. — RCL, 4, p. 85)
  • 25 A. d’O., p. 102 (22 janv. 1465).
  • 26 A. d’O., p. 141. Sur Raes de Heers en 1466 : cf. G. Xhayet, « Raes de Heers », p. 422–425.
  • 27 Éd. RCL, 4, p. 197–200. — RCL, 4, p. 218 : « le dit messire Rausse de la Rivière pour le bon mesti (...)

15De quelle nature fut, en revanche, leurs relations avec Raes de Heers ? À partir de l’année 1464, les fèvres appuient sans conteste la politique de leur vedette. C’est ainsi qu’au mois de juin de cette année, ils contractent un emprunt pour financer l’expédition de Reydt, dont Raes a ordonné l’organisation24. En janvier 1465, ils décrètent une grève destinée à faire pression sur l’échevinage et l’amener à siéger sous la présidence de l’avoué, comme le tribun le préconise25. La conclusion de la Paix de Saint-Trond déstabilise le pouvoir de Raes de Heers sur la cité et le place en butte à des contestations. Ces turbulences entament-elles son crédit auprès de ses collègues ? Rien ne permet de l’affirmer. À ce détail près pourtant : en juillet 1466, quand Raes ne souhaite plus la présence d’un mambour dans la cité, Jean Rigaut plaide devant l’assemblée en faveur du retour de Marc de Bade à Liège. Faut-il deviner dans la prise de position de l’ancien leader des Fèvres un essai de regagner du terrain sur le plan communal et de disputer à Raes de Heers, sa prééminence politique ? Adrien d’Oudenbosch, notre témoin, ne permet pas de conclure sur ce point26. Nous savons seulement qu’au mois de septembre 1466, un Jean Rigaut le Jeune (probablement un fils de Jean Rigaut) fut retenu sur la liste des otages de Charles le Téméraire et que l’année suivante, Raes représenta lui-même le métier des Fèvres lors d’une enquête qui fut ordonnée au mois d’avril27, preuve que cette corporation lui conservait son crédit et lui accordait toujours la prépondérance.

  • 28 A. d’O., p. 73 : « Quibus principantibus, consocii eorum etiam elevati sunt, scilicet Johannes Rig (...)

16En revanche, en 1462, quand le chef lossain se présente sur la scène liégeoise et se fait recevoir chez les Fèvres, n’est-ce pas en termes de partenariat qu’il faut interpréter les contacts qu’il noue alors avec eux ? C’est ce que le texte d’Adrien exprime sans ambiguité : « Eux gouvernant [les nouveaux bourgmestres élus cette année], leurs alliés furent élevés, à savoir Jean Rigaut et douze autres (sur lesquels nous manquons de précisions) avec eux. Le seigneur Raes se rendit compte de cela, il s’associa à eux, recherchant leur amitié28. » Il est vrai qu’à cette époque, au début des années 1460, les Fèvres dominent la scène communale depuis une trentaine d’années déjà et qu’en plus, ils sont pour ainsi dire, les initiateurs du mouvement d’opposition liégeois à Louis de Bourbon. Cet ensemble de circonstances explique sans doute les rapports qui s’établissent dans les premiers temps entre Raes et ses collègues. Autrement dit, entre un homme qui manifeste des ambitions politiques, et un métier qui s’avère déjà être dans ce domaine d’un poids certain. Plus tard, un glissement s’opère. Raes s’impose alors à la tête du métier. Les Fèvres se retirent à l’arrière-plan et consacrent leur énergie à favoriser l’action du nouveau leader.

3. Limites de la solidarité corporative

  • 29 Affaire rapportée avec plus ou moins de détails par C. de Zantfliet, col. 461. — J. de S. fr., p.  (...)

17Solidarité professionnelle et unanimité de vue au sein des corporations connaissent toutefois des limites. C’est ce qui ressort de quelques informations glanées dans nos sources. Un premier exemple nous reporte à l’affaire de l’orfèvre impliqué dans un complot contre Jean de Heinsberg, en 1449. En guise de protestation contre l’incarcération de Roger de Maastricht dans la prison de l’échevinage et le renvoi de son procès devant la juridiction épiscopale, les orfèvres investirent la maison où siégeaient les bourgmestres et le conseil et l’occupèrent quelques temps. Un membre du métier qui refusa de prendre part à ce sit-in avant la lettre se vit frapper d’une amende par ses confrères. Quant à Roger, il avait pu entretemps s’échapper29. Cette anecdote est significative des obligations auxquelles la solidarité et l’esprit de corps astreignent les membres d’un métier. La solidarité de tous s’applique à chacun. Mais à l’inverse, il n’est pas tolérable de se dérober à l’action commune.

  • 30 C. de Zantfliet, col. 366–367. — J. de Bav. p. 159–160, 163. — Lettre d’élection de Thierry de Per (...)
  • 31 Relatio Schismatis, p. 19.
  • 32 J. de S. fr., p. 109. — Mention de nombreux membres de ce lignage aux xive–xve s., dans J. Breuer,(...)
  • 33 Cf. sentences prononcées par les membres « loyalistes » de ces métiers contre leurs collègues dati (...)

18L’unanimité de vue souffre pourtant quelques failles. Celles-ci, imputables sans doute à des influences plus puissantes que la solidarité corporative, se manifestent au sein du métier et en entament la cohésion. Ainsi, entre 1406 et 1408, en dépit d’un soutien global des métiers envers Henri et Thierry de Perwez30, on observe quelques défections individuelles. Pendant que l’orfèvre Gérard de Falmagne procure aux nouveaux dirigeants du pays un exemplaire du sceau capitulaire dont il a assuré la contrefaçon31, son collègue Henri de Cologne prend la fuite devant les nouveaux hommes forts32. Le complot Datin s’avère une nouvelle fois également exemplaire. À cette occasion, tanneurs, fèvres, drapiers, meuniers, fripiers et même quelques houilleurs se rangent dans chacun des deux partis. À côté donc d’une majorité de membres qui se conforment à l’attitude officielle de la corporation, certains optent pour le camp adverse et affrontent leurs collègues33.

***

19Notre documentation est peu abondante. Elle permet pourtant de mettre en évidence quelques traits de l’entraide corporative et de ses répercussions dans la vie politique liégeoise :

  • Les deux pans principaux de cette solidarité paraissent bien être l’entraide au sein du groupe et le soutien corporatif à un chef politique.
  • On soulignera en outre certaines analogies entre ces solidarités et d’autres types d’ententes examinés jusqu’à présent, et notamment, en ce qui concerne leurs limites, quand elles entrent en compétition contre des facteurs de cohésion plus puissants.
  • Sur d’autres points, elles s’en écartent pourtant. À l’inverse des groupes précédemment examinés, dont la composition demeure souvent informelle, les solidarités professionnelles s’exercent envers des personnes dûment répertoriées : le groupe des membres du métier, dont les noms sont consignés dans les registres corporatifs.
  • Contrairement encore aux situations précédentes, ces relations-ci sont « horizontales » et s’établissent entre des partenaires qui sont, au moins théoriquement, sur un pied d’égalité au sein de leur groupe.
  • 34 Cf. J. de S. fr., p. 303, 450–452, 594–595, 491. — C. de Zantfliet, col. 423–424. — A. d’O., p. 59 (...)

20Ajoutons enfin que les solidarités corporatives se prolongent dans des actions « inter-professionnelles », lancées sous l’impulsion d’un métier qui, par cette initiative, fait montre de son ascendant sur les autres. Une semblable prééminence s’observe de la part des fèvres, des drapiers, parfois des brasseurs ou des vignerons34. Les cas les plus exemplaires de telles mobilisations se rencontrent à propos de démonstrations de force ou de protestation (expéditions militaires ou de pillages, grèves). Ces opérations d’envergure visent aussi à amplifier le retentissement de l’action entreprise au sein d’une seule corporation. Avec elles cependant, nous quittons le domaine strict des solidarités corporatives pour entrer de plain-pied dans celui de l’organisation communale elle-même.

Notes

1 B. Chevalier, Corporations, p. 24–25. — Sur le métier comme corps social, cf. aussi par ex. J. Heers, « Les métiers et les fêtes médiévales », p. 198–201. — A. Joris et J. L. Kupper, « Villes, bourgs et franchises », p. 142–143. — C. Wyffels, De Oorsprong der ambachten (pour la Flandre et le Brabant) etc.

2 Sur ceci, cf. par ex. G. Hansotte, Naissance et développement, p. 3.

3 L’étude de É. Poncelet, Les bons métiers, bien que vieillie dans sa conception fournit au lecteur, outre la liste des corporations, nombre de renseignements sur leurs insignes distinctifs, fêtes, confréries etc. Ces renseignements concernent surtout la période moderne. Son information pour le Moyen Âge est peu abondante. À titre d’exemple, les insignes du métier des Drapiers : au xve, les couleurs sont le rouge et le vert. Il note qu’aux solennités, officiers et serviteurs de cette corporation revêtent ces couleurs.

4 Ph. de Commynes, Mémoires, p. 110–116. — Sur Guy de Brimeu, seigneur de Humbercourt au pays de Liège, cf. les travaux de W. Paravicini, Guy de Brimeu, lieutenant de Charles le Téméraire. — Id., Guy de Brimeu, der Burgundische Staat.

5 Sur les confréries de métier liégeois : cf. R. Van Santbergen, Les bons métiers, p. 349 sqq. — F. Vercauteren (Luttes, p. 37–38) évoque les solidarités fondées sur une commune appartenance à une confrérie de métier. — Sur un plan plus général cf. B. Chevalier, Corporations, p. 27–33. — É. Coornaert, les corporations en France avant 1789, p. 222–233.

6 J. d’O. ab., p. 201–202.

7 C. de Zantfliet, col. 459.

8 J. de S. fr., p. 291–292.

9 C. de Zantfliet, col. 429.

10 J. de S. fr., p. 295–306.

11 A. d’O., p. 121–122. — Le soudain éveil politique des Vignerons étonne. Peut-être faut-il voir dans cette attitude dirigée contre les dirigeants communaux, le résultat de l’influence exercée sur eux par les Drapiers, un métier souvent en porte-à-faux par rapport aux décisions communales (cf. G. Xhayet, « Le rôle politique des métiers », p. 371–373).

12 A. d’O., p. 146.

13 J. de S. fr p. 450–452 (1441). — A. d’O., p. 42–43 (1455).

14 C. de Zantfliet, col. 459.

15 C. de Zantfliet, col. 461 (avril 1449).

16 Mathias de Lewis, p. 111 (année 1343).

17 J. de Hocsem, p. 328–329. — Sur ces événements : cf. P. De Spiegeler, La draperie, p. 7.

18 Sur ce point, cf. infra chapitre extension des positions politiques (citadins et gens de métiers).

19 Sources : J. de S. fr., p. 303, 330, 320–324, 594–595. Collard delle Semme est mentionné comme armoyer en 1434 (cf. G. Hansotte, Règlements et privilèges, I, Fèvres, p. 55–60).

20 Sur la guerre de Gueldre, voir H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 1, p. 363–365.

21 Sur Renard II de Schoonvorst : A. Uyttebrouck, Le gouvernement, t. 2, p. 735.

22 J. de Bav., p. 147. — C. de Zantfliet, col. 347. — J. d’O. ab., p. 232. — J. de S. lat., p. 100–101. — 1402, p. 435–436.

23 A. d’O., p. 51–52.

24 Cf. acte du 21 juin 1464 (éd. É. Poncelet-É. Fairon, Liste d’actes, t. 2, p. 645. — RCL, 4, p. 85).

25 A. d’O., p. 102 (22 janv. 1465).

26 A. d’O., p. 141. Sur Raes de Heers en 1466 : cf. G. Xhayet, « Raes de Heers », p. 422–425.

27 Éd. RCL, 4, p. 197–200. — RCL, 4, p. 218 : « le dit messire Rausse de la Rivière pour le bon mestier des Fèbvres ».

28 A. d’O., p. 73 : « Quibus principantibus, consocii eorum etiam elevati sunt, scilicet Johannes Rigaldi et alii XII cum eis, quos dominus nominatim etiam expresserat sibi contrarios. Quod ut dominus Razo vidit, associavit se eis, petens amicitiam ipsorum ».

29 Affaire rapportée avec plus ou moins de détails par C. de Zantfliet, col. 461. — J. de S. fr., p. 603. — A. d’O., p. 28–29.

30 C. de Zantfliet, col. 366–367. — J. de Bav. p. 159–160, 163. — Lettre d’élection de Thierry de Perwez : RCL, 3, p. 90–94. —É. Schoolmeesters, Notice, p. 28–31.

31 Relatio Schismatis, p. 19.

32 J. de S. fr., p. 109. — Mention de nombreux membres de ce lignage aux xive–xve s., dans J. Breuer, Orfèvres, p. 22–26.

33 Cf. sentences prononcées par les membres « loyalistes » de ces métiers contre leurs collègues datinistes (drapiers : S. Bormans, Métier des drapiers, p. 209–212. — Fèvres : G. Hansotte, Règlement, p. 55–60. — Tanneurs : RCL, 3, p. 271–280. — Mentions isolées comme celle de houilleurs anti-datinistes : J. de S. fr., p. 306).

34 Cf. J. de S. fr., p. 303, 450–452, 594–595, 491. — C. de Zantfliet, col. 423–424. — A. d’O., p. 59, 80, 121–122. — Sur la prééminence de certains métiers dans la cité, G. Xhayet, « le rôle politique des métiers liégeois... », p. 371–375.

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search