Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Deuxième partie. Solidarités privées

Chapitre II. Les relations de dépendance directe

Texte intégral

  • 1 J. de Hemricourt, Miroir, p. 226–227

1Lorsqu’il rédige son Miroir des Nobles, Jacques de Hemricourt se souvient du chanoine de Saint-Lambert Jean le Bel et du luxe dont il s’entourait. Hemricourt était un habitué de l’hotel du prélat. Son témoignage, de première main, nous intéresse donc au plus haut point. « Ilh n’aloit, écrit-il, onkes les commons jours delle samaine alle engliese qu’il n’awist XVI ou XX persones qui le conduysoient, tant de ses proymes com de ses mayniiez et de cheaz qui estoiient à ses draps »... Les jours de solennités, cette escorte se gonflait encore jusqu’à atteindre un total de « L ou do moins quarante parsiwans, qui tos demeroient al dyneir deleis ly ». Jean le Bel était « chief et soverains de son linages ». Ses proches et ses amis « ly portoiient honeur et reverence, et ilh les hantoit et avanchissoit en tos estas ». Ces souvenirs de Jacques de Hemricourt ouvrent le deuxième volet de notre étude des solidarités privées : les relations de dépendance personnelle. Ces lignes sont précieuses pour les informations qu’elles contiennent sur le train de maison d’un fastueux chanoine liégeois, la clientèle qu’il draine dans son sillage et les services mutuels que se rendent patron et clients. Ces relations reposent en effet sur une sorte de contrat tacite. Nous assistons à un échange : l’apparat propre à asseoir un prestige, contre des avantages matériels, depuis le repas et le vêtement, (« il donoit, poursuit notre rapporteur, quarante owit paires de robes d’escuwirs et chinq paires de robes à vayre, assavoir à trois canonnes et à dois chevaliers ») jusqu’à l’avancement social1.

2Les souvenirs relatés par Hemricourt, par leur exceptionnelle précision, tranchent sur le laconisme de notre documentation. Dans les pages qui suivent, nous devrons le plus souvent nous contenter d’un seul des pans de la convention passée entre les partenaires, et déduire l’existence implicite de l’autre. D’autre part, il nous sera parfois difficile de déterminer où se situe la frontière entre solidarité lignagère et clientélisme, de même qu’entre relations de dépendance et simple adhésion partisane.

  • 2 Vita B. Odiliae, viduae Leodiensis libri duo priores, Analecta Bollandiana, (t. 13, 1894, p. 207). (...)

3De même, un mot sur la terminologie. Nous soulignerons d’emblée l’absence d’un vocabulaire spécifique aux aspects politiques des relations de dépendance. « Cliens » notamment semble d’emploi très rare. À notre connaissance, le mot n’apparaît pas ; sauf une fois. Mais c’est dans un texte narratif antérieur à la période que nous examinons (fin xiie s.), pour désigner les hommes de main de l’évêque Raoul de Zäringhen2. Rare aussi est le recours au lexique de l’adhésion partisane, pourtant sous-jacente à ces relations : l’emploi par Jean de Hocsem du terme de fautor pour désigner les chanoines de Saint-Lambert recrutés parmi la clientèle de l’évêque Adolphe de La Marck fait à cet égard figure d’exception. En fait, les expressions les plus fréquement employées font référence aux liens personnels, insistent sur l’appartenance à une domesticité, à une maisnie ou rappellent les relations de sociabilité (amitié, familiarité etc). Enfin, dernière remarque liminaire, les liens de clientélisme apparaissent parfois de façon implicite, en filigrane de notations relatives à l’action politique de l’un ou l’autre intervenant ou se déduisent de détails de leur vie quotidienne.

4Nous examinerons les différentes facettes de la relation de clientèle avec en vue ces trois interrogations : qui se place dans une clientèle ? Qui s’entoure de dépendants ? Que visent les uns et les autres ?

1. Nature des liens

  • 3 Cf. J. de Hemricourt, Awans-Waroux, passim, Miroir, p. 398. — Cf. J. HEERS, Le clan familial, p. 4 (...)

5L’entrée en dépendance, appelons-la ainsi, prend diverses formes. En premier lieu, figurent les « maisnies ». Les œuvres de Jacques de Hemricourt décrivent ces « familiers » logés chez mieux établi et plus opulent qu’eux, parents sans fortune mais hébergés au nom de la solidarité lignagère et pour l’appoint de forces qu’ils constituent. Le phénomène est courant et a suscité nombre d’études détaillées3. À côté des parents entretenus comme clients, existent d’autres liens de dépendance.

  • 4 J.G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Martin, p. 258. — Les familiers d’Adolphe mis en cause : Raes (...)
  • 5 C. de Zantfliet, col. 306–8. — 1402, p. 365. — J. d’O. ab., p. 197. — Raoul de Rivo, p. 23–24.
  • 6 J. de S. fr., p. 185, 304.
  • 7 Le chapelain Jean dans les sources : c’est lui qui, au domicile de son maître, prélève les taxes l (...)

6Ceux-ci sont fréquemment de type économique. Ainsi, beaucoup d’auxiliaires politiques des Liégeois appartiennent à leur domesticité. En 1328 par exemple, pendant la guerre des Liégeois contre Adolphe de La Marck, des ambassadeurs du parti liégeois envoyés en Avignon plaider la cause de la cité, sont arrêtés sur la route du retour. Adolphe de La Marck a ordonné leur capture. Ceux qui l’ont perpétrée sont ses « familiares, domestici officiales et subditi ». Jean de Hocsem nomme ces ravisseurs : outre des parents du maréchal de Hermalle engagés dans l’aventure pour des motifs de vengeance lignagère, on relève effectivement parmi les noms ceux de deux officiers de l’évêque et de deux de ses serviteurs, attachés à sa personne4. En 1376 de même, Jean d’Arckel est le commanditaire du meurtre d’un bourgmestre de Thuin, Jean d’Harchies. Suivant Jean d’Outremeuse, ce sont des « amys l’évesque » qui se sont chargés de l’exécution. Mais Raoul de Rivo, plus précis, identifie les assassins comme des « ministris aulicis »5. Plus tard, Jean de Stavelot cite des cas analogues dans le sillage des Datin : Radelet et Fastré, deux hommes qui appartiennent à la domesticité de chefs du parti (André de Lairdieu et Gérard de Goreux) et collaborent à son action politique6. D’autres personnages encore gravitent autour des différents leaders politiques. Dans l’ombre de Raes de Heers, Adrien d’Oudenbosch évoque à diverses reprises la figure du « chapelain Jean ». Diligent serviteur, on le voit constamment en arrière-plan des agissements de son maître pendant sa carrière à Liège puis durant son exil en France. Enfin, preuve de son réel dévouement, Jean est encore présent au chevet de Raes au moment de sa mort, après son retour à Liège en octobre 14777.

  • 8 J. de S. fr., p. 289–298 passim. — Sur les Datin exploitants de mines : M. Ponthir, Histoire de Mo (...)
  • 9 À condition que le témoignage de J. d’O., Mireur puisse être accepté comme crédible et que le term (...)
  • 10 J. de S. fr., p. 319, 338. — Th. Gobert, op. cit., t. 4, p. 153. — Sur les liens de voisinage et l (...)
  • 11 Cf. J. de S.fr., p. 184–186, 188.

7Des Grands profitent de leur ascendant ou de leur prestige pour attirer dans leur orbite des gens qui, d’un point de vue social et économique, leur sont inférieurs. Outre les domestiques, des employés entrent dans les relations de dépendance économique débouchant sur un soutien politique actif : des houilleurs constituèrent, par exemple, la principale force de frappe de Wathieu Datin, le riche exploitant de mines dans la banlieue ouest de Liège8. Il en va de même pour des locataires d’immeubles. On citera ainsi celui qui, en 1331, accueillit Pierre Andricas et ses fidèles, pour les apprêts d’un coup de main contre l’échevinage9. Ces auxiliaires peuvent encore être des voisins de personnalités en vue : des voisins impressionnés, peut-être séduits par le prestige de ceux auprès de qui ils vivent, appâtés enfin par des promesses concrètes en cas de succès. Jean de Stavelot évoque à ce sujet le cas d’un voisin et complice d’André de Lairdieu. Cet homme, nommé Henri Chabot fut victime de la vague de répression qui s’abattit sur les Datin après leur défaite et exécuté10. Mais le nombre considérable de partisans de Wathieu Datin provenant de bourgades où, économiquement comme politiquement, le clan Datin tenait le haut du pavé paraît également fort significatif de cette situation. Wathieu joue, il est vrai, sur tous les tableaux pour étendre son influence. Dès 1418, il s’est assuré la détention viagère de la mairie de Liège. Bientôt, il use de cette position à la tête du tribunal pour se constituer une clientèle de débiteurs et de délinquants. Aux premiers, il remet les dettes, aux seconds, il garantit l’impunité. En compensation, il exige de tous un service sans faille. L’avantage est considérable car ce personel est présumé sûr : Wathieu peut en même temps compter sur sa reconnaissance et faire peser sur lui la menace d’une remise entre les mains de la justice11.

  • 12 J. de Hemricourt, Miroir, p. 305–6.

8Dans la société dont nous examinons les rouages, le don demeure un moyen efficace de se gagner des fidélités. Ainsi au début du xiiie siècle sous le règne de l’évêque Hugues de Pierrepont (1200–1229), Jacques de Hemricourt relate une rivalité qui opposait deux lignages en vue de la cité, Surlet et Saint-Servais. Celle-ci se focalisa sur une nouvelle halle aux draps, que Louis Surlet faisait édifier, au détriment des intérêts de Saint-Servais. Un membre du lignage lésé riposta, menaçant les ouvriers de son concurrent qui, par crainte, abandonnèrent le chantier. Louis réagit à cette tentative d’intimidation, rassura les charpentiers, leur enjoignit de reprendre le travail et, puisque c’en était la saison, offrit à chacun un chapeau de roses. Ne pourrait-on interpréter ce dernier geste comme une réaffirmation par Louis Surlet de l’existence d’un lien de clientélisme entre ses ouvriers et lui-même ? L’incident et son dénouement ne furent-il pas pour ce notable l’occasion de raviver symboliquement une relation établie antérieurement entre lui et des gens au statut socio-économique plus modeste, qui s’étaient placés sous sa protection en échange de leur service12 ?

9Le don, comme signe de l’établissement d’un lien entre gens de catégories sociales inégales, se retrouve plus tard dans nos sources. Jean le Bel offre à ses « parsiwans » le vivre et le couvert. Nourrir ses affidés et, si possible, les vêtir à ses couleurs entre souvent dans les processus de prise en charge clientélaire. La pratique du don de nourriture prit de temps à autre un tour pittoresque. Une distribution de cabillauds fut ainsi organisée dans les tavernes liégeoises pendant le carême de l’année 1389. Le généreux donateur était Gerlache de Montjardin, qui disputait à Henri de Perwez la mambournie du pays et tentait par ce stratagème de se concilier les faveurs populaires.

  • 13 C’est le cas des conseillers de l’évêque Adolphe de La Marck au début du xive siècle (J. de Hocsem (...)
  • 14 J. de S. fr., p. 185.
  • 15 A. d’O., p. 158.
  • 16 Sur tout ceci, cf. C. Gaier, Art et organisation, p. 133–137. — Sur un plan plus général, on se re (...)
  • 17 A. d’O., p. 258.

10Outre le repas commun, ou les différents types de dons, le port d’une livrée scelle l’union entre ces hommes, entre eux, comme vis-à-vis de leur patron. Les livrées sont attestées dès le début du xive siècle dans nos documents, en ce qui concerne la maison de l’évêque13. Le prélat n’était toutefois pas seul à distribuer à ses familiers des pièces de vêtements, comme le témoignage de Jacques de Hemricourt le prouve à propos du fastueux chanoine Jean le Bel et de ses commensaux. Au xve siècle, les chefs de partis en distribuent eux aussi. Jean de Stavelot fait allusion au « valet et serviteur » de Wathier Datin, Radelet, qui portait les « draps et livreis » de son maître14. Et à partir de 1467, les « Vrais Liégeois », les gardes du corps de Raes de Heers, en sont également pourvus. Le chef liégeois habille ses affidés et les équipe de bâtons plombés15. On assiste toutefois à la multiplication des mentions relatives aux livrées à partir des années 1470, période légèrement postérieure donc à celle que nous étudions. Le port d’une livrée revêt une importante portée politique. C’est un signe distinctif, à la fois, d’une frange de la population par rapport au reste des habitants en même temps que d’adhésion — voire d’appartenance — à un personnage déterminé16. En 1479, Louis de Bourbon tenta d’ailleurs d’endiguer la prolifération de ces tenues par un édit dans lequel il associe étroitement distribution de livrées et polarisation de la population autour de quelques leaders qui se disputent la prééminence, climat propice à l’éclosion des troubles civils : « quod nullus faceret divisiones in patria, et nullus daret libratas17 ».

  • 18 À partir de la fin du xive siècle, divers documents normatifs visent à endiguer la brigue électora (...)
  • 19 Une pension annuelle fut ainsi accordée en 1373 par Jean d’Arckel à Baudoin de Montjardin « propte (...)

11Pour terminer, il convient enfin de ne pas négliger les gratifications en argent, notamment celles qui résultent de la brigue électorale et de son corollaire, la tentative de corruption des électeurs18, de même que les constitutions de pensions dont les sources rendent également compte et qui, évidemment, font partie intégrante des stratégies de mise en clientèle19.

2. Les partenaires

12Qui s’entoure de clients ou de dépendants ? Les pages précédentes laissaient déjà deviner les contours de ce groupe : les membres de l’oligarchie de la cité et du pays.

  • 20 Art. 18, ROPL, p. 184.
  • 21 ROPL, p. 370 Nouveau Jet. Ordonnance... pour la répression des crimes et délits, 24 février 1394, (...)
  • 22 Art. 5 du Régiment de Jean de Bavière, 10–17 juillet 1414, éd. ROPL, p. 460.
  • 23 L. P. Gachard, Documents inédits, t. 2, p. 464.

13La règlementation du port d’armes dans la franchise urbaine confirme de manière plus globale ce que les sources laissaient entrevoir au coup par coup. La plus ancienne trace conservée de ces dispositions date du règne d’Adolphe de La Marck et figure dans les Statuts communs des laïques ou statuts de la cité, promulgués en avril 1328. On y signifie l’interdiction faite aux citadins de se munir d’armes pour circuler en ville. Seuls, le maire, les « maisniez » de l’évêque, les bourgmestres et leurs valets échappent à la règle20. En 1394, la dérogation est étendue à l’avoué (de la cité ?), aux échevins, aux anciens bourgmestres de Liège et au valet du maire21. Au début du siècle suivant, en 1414, les chanoines de Saint-Lambert, leurs familiers logés à leur hôtel, les chanoines des collégiales liégeoises sont à leur tour autorisés à porter les armes en ville22. La capitulation de 1467 restreint fortement ce droit, désormais réservé aux officiers de justice ainsi qu’aux serviteurs de l’évêque et du duc de Bourgogne23. Au cours des xive et xve siècles, le droit de porter les armes et de s’entourer de suites armées fut donc progressivement accordé aux différents tenants du pouvoir de la ville et du pays liégeois : épiscopal et scabinal, capitulaire, communal, ainsi qu’à leur proche entourage. Néanmoins, le soin pris à désigner toujours plus précisément les bénéficiaires de ces dispositions, ou la fréquence des rappels à l’ordre paraissent révélateurs de la propension des Liégeois qui en avaient les moyens à transgresser ces interdictions, à s’armer, et ce qui nous intéresse plus ici, à se faire escorter d’hommes d’armes ordinairement choisis dans leur maisnie.

  • 24 A. d’O., p. 158.

14Le milieu des dépendants directs est hétérogène. Mais, trait commun à tous ses membres : le rapport d’infériorité dans lequel ces personnes se trouvent vis-à-vis de leur employeur. Nos sources révèlent en effet des liens de dépendance noués par des gens aux statuts très divers, qui vont du pauvre diable, embrigadé pour un coup de main hasardeux dont on ne sait s’il sortira vivant, jusqu’à ces chevaliers et chanoines évoluant dans le sillage de Jean le Bel, en quête d’une parcelle de son prestige et de son luxe. Indice de la dérive de la société politique liégeoise vers la polarisation autour de certains hommes forts, dans la seconde moitié du xve siècle, Adrien d’Oudenbosch montre dans l’entourage de Raes de Heers des membres des métiers, recrutés sur base de leur appartenance aux corporations, pour former sa garde des « Vrais Liégeois ». En 1467, « Dominus Razo vocavit ad se aliquos de ministeriis et aliquibus fecit dari IV ulnas24 ». La confusion entre intérêts privés et gestion officielle de la cité atteint alors son paroxysme. Des citoyens, en cette qualité, passent ainsi au service personnel d’un leader politique.

15De cette disparité d’origine et de statut découle la grande variété de fonctions assignées aux uns et aux autres : du spadassin au bras droit, ou à la créature, pourvue d’un office ou d’une prébende.

A. « gens simples et de petit état »

  • 25 F. Straven, Inventaire des archives, I, p. 476. — Cf. aussi la « sequelle » que Philippe de Commyn (...)
  • 26 A. d’O., p. 204
  • 27 J. de S.fr., p. 390–391.
  • 28 C. de Zantfliet, col. 306–8.
  • 29 A. d’O., p. 161, 166.

16Ceux-ci se voient attribuer de menues ou de basses besognes. Ce sont probablement eux qui, gens d’obscure extraction, constituent les effectifs des clientèles armées que l’on voit apparaître dans nos sources au milieu du xve siècle. Elles entourent certains leaders, à l’image des « knechten en dijners » de Raes de Heers autorisés, à titre exclusif par le conseil commu nal de Saint-Trond à circuler en armes dans la ville25, ou fournissent le personnel des compagnies qui sillonnent la ville sous la bannière de leurs chefs, hors de tout contrôle communal en 146826. Les missions périlleuses leur échoient : des assassinats, tels celui de Guillaume Datin, perpétré en 1438, par trois hommes à la solde de Fastré Baré Surlet27, ou celui projeté en 1376 contre Gérard de Rochefort, bailli de Thuin, par Gilles Chabot, partisan de Jean d’Arckel28 mais qui échoua ; mais aussi des opérations de commando. Dans ce domaine, nous retiendrons la capture, le 26 mars 1466, de Jean Carpentier, bourgmestre dinantais partisan bourguignon, à l’instigation de Raes de Heers, par douze de ses hommes. À l’actif encore de cette faction, la prise l’année suivante du château d’Haversin dans le Namurois, appartenant à ce même Jean Carpentier29.

  • 30 J. de Hemricourt, Patron de la Temporalité, p. 61
  • 31 Cf. la Lettre des Offices du 13 août 1371 (RCL, 1, p. 417–421).
  • 32 J. de S. fr., p. 289.
  • 33 J. de S. p. 296. — P.F.X. De Ram, Documents, p. 394 acte du 15 avril 1433.

17Dans un genre moins brutal, les notables emploient aussi les gens des couches populaires pour accaparer et gripper les rouages de l’État liégeois. C’est en tout cas ce qui ressort de déclarations de Jacques de Hemricourt. Au milieu du xive siècle, celui-ci dénonce avec amertume l’envahissement des prétoires par des « gens simples et de petit état » que des notables amènent là et font siéger comme assesseurs improvisés, lors de procès qu’ils entendent remporter30. Mais de tels individus sont également utilisés comme base partisane, lors des élections municipales annuelles31. Quant aux Datin, ils emploient ces hommes comme messagers, les chargent de noyauter les assemblées32 ou de maintenir les banlieues en alerte33.

B. Les seconds

18Des personnes, plus élevées dans l’échelle sociale gravitent également dans l’orbite des leaders liégeois. En nous fondant sur la fonction qui leur est le plus souvent réservée, nous les désignerons comme des lieutenants, des seconds. Ces auxiliaires apparaissent tout au long des deux siècles qui retiennent notre attention. D’où proviennent-ils ? Quel rôle jouent-ils sur la scène politique ? Quels liens les unissent à leurs chefs ? Il ne sera pas toujours possible de répondre à ces diverses interrogations.

  • 34 Comme l’indique un document des archives de la collégiale de Sainte Croix, du 10 février 1269 (É. (...)
  • 35 1 402, p. 181.
  • 36 J. d’O., Myreur, V, p. 308.
  • 37 J. de Hocsem, p. 13. — 1402, p. 179–180.

19Chronologiquement, les plus anciennes mentions de lieutenants dans nos sources remontent au milieu du xiiie siècle. Le premier de ces hommes soutenait, sinon l’échevinage liégeois, tout au moins quelques échevins et sans doute parmi les plus influents. Ce personnage est bien connu. C’est Henri de Dinant, membre d’une famille de halliers liégeois34. Dans une ville en ébullition, Henri fut porté au devant de la scène par les échevins, comme on joue un atout, pour servir leurs intérêts : « Les échevins (...) choisirent dans la cité ydolum quemdam, du nom de Henri de Dinant, qu’ils installèrent magistrum super populum, pour qu’il contraigne (compellat) le peuple à préserver la liberté de la cité, eux-mêmes forçant (cohercentes) Henri à jurer la sauvegarde de cette liberté35 ». Avant lui, la chronique de 1402 avait évoqué la personnalité d’un autre de ces porte-parole de l’échevinage, Françon de Visé, dit aussi Visetus. Notre information sur lui pêche par défaut. Jean d’Outremeuse le classe parmi les « nobles36 » mais on sait quel halo de suspicion doit entourer chaque affirmation de cet écrivain. Visetus était en tout cas entouré d’amis qui n’hésitèrent pas à déclencher une émeute pour lui venir en aide. En 1254, lors d’une tumultueuse assemblée, il prit avec ardeur la défense des positions scabinales, contre le chapitre. Un archidiacre qui n’admit pas cette véhémence, frappa l’audacieux37. Et cette agression capitulaire entraîna le soulèvement des amis de Visetus.

  • 38 J. d’O., Myreur, VI, p. 173.

20Franchissons le cap des années 1300. Commentant le Mal Saint-Martin et ses conséquences sociales, Jean d’Outremeuse constate crûment que « mains hons devinrent povres qui devant astoient riches et la perde de ches nobles fisent après les gros borgois desqueiz on ne tenoit devant le valeur de II pois38 ». Sans doute notre auteur exagère-t-il quelque peu l’ampleur du bouleversement survenu. Il apparaît cependant que l’avènement d’Adolphe de La Marck coïncide avec l’accession d’une nouvelle catégorie d’hommes au premier plan de la scène. Nous nous intéresserons à l’un d’eux : le pelletier Pierre Andricas. La carrière politique du personnage sera examinée plus loin. Ses rapports avec Guillaume de Geneffe, châtelain de Waremme et, à partir de 1298, chef du parti d’Awans, retiendront à présent notre attention.

  • 39 Il faut ensuite attendre la fin du siècle pour retrouver trace à Liège d’autres membres de cette f (...)
  • 40 J. de Hocsem, p. 171. — Lettre des XX, du 4 nov. 1324 éd. J. d’O., Myreur, VI, p. 277–285.
  • 41 Cf. J. d’O., Myreur, VI, p. 483.
  • 42 J. de Hocsem, p. 185. — 1402, p. 291–2.
  • 43 J. d’O., Myreur, VI, p. 295.

21Pierre Andricas est un homme à vrai dire mal connu. Il apparaît sur la scène liégeoise dans le premier quart du xive siècle39. Professionnellement parlant, Pierre vit du commerce des fourrures, une activité qui, d’un point de vue économique, le rattache sans conteste à l’élite. En matière politique, on le rencontre une première fois en 1324 au sein d’une commission instituée pour réviser des articles de la Paix de Fexhe, comme délégué de la cité40. L’homme est influent à Liège : exerçant la bourgmaîtrise deux fois, peut-être trois, entre 1325 et 1330 et disposant d’une clientèle41. Son emprise sur ses concitoyens semble provenir des relations qu’il entretient avec Guillaume de Geneffe, et à l’instigation de qui il agit. Les témoignages de Jean de Hocsem et de l’anonyme de 1402 laissent en effet entendre que Pierre se prétendait apparenté au châtelain de Waremme, ou du moins se disait de ses amis, qu’il usa de cette prétendue qualité pour attirer les Liégeois à lui. Ce faisant, il les amena à servir non pas tant leurs intérêts propres, que ceux du châtelain. À l’automne 1327, il les convainquit de mettre sur pied une expédition et de partir abattre les places tenues par des adversaires de Guillaume de Geneffe42. Jean d’Outremeuse renchérit sur ce thème : « ly linage d’Awans acquist Andricas de sa partie tant li donnont de beaux doins qu’il covrit tout le bien ( ?) et enflammat le peuple al guerroyer contre l’évesque ». Il caractérise la relation du lignage d’Awans avec le pelletier liégeois, son client43. À entendre Hocsem et plus nettement encore Jean d’Outremeuse, on devine que des liens de clientélisme ont imprimé son sens à la politique de la cité, manipulée et entraînée à son insu dans la sauvegarde d’intérêts particuliers, différents des siens.

  • 44 J. de Hocsem, p. 173.
  • 45 J. d’O., Myreur, VI, p. 396.

22Au début du règne d’Adolphe de La Marck, Pierre Andricas fut-il un cas isolé ? Parmi les nouveaux venus sur la scène liégeoise, on retiendra peut-être le mangon Jean Hanozéal. Appelé à l’échevinage par l’évêque Adolphe dès 1314, Jean accéda également à la bourgmaîtrise et exerça cette magistrature en 1324–1325. Jean de Hocsem, écolâtre de Saint-Lambert, présente Hanozéal comme son familier (« mihi familiarem44 »). À cette époque, ses sympathies portaient l’écolâtre vers l’évêque, plutôt que vers le parti liégeois. De son côté, Jean Hanozéal est présenté par Jean d’Outremeuse comme un « modéré » face à la faction liégeoise qui soutient Andricas45. Faut-il dès lors conclure que Hanozéal était dans la commune, l’homme du chapitre et du parti épiscopal-Waroux, face à Pierre Andricas, sectateur des Awans ? Nos informations concernant le mangon sont trop ténues pour nous permettre d’avancer pareille affirmation.

23Les traces de semblables soutiens sont en définitive peu fréquentes dans nos textes. Comment expliquer cette rareté ? Le phénomène serait-il en définitive plus marginal que nous ne pourrions de prime abord l’imaginer ? S’agirait-il d’une question de discrétion des chroniqueurs, d’un problème d’éclairage des faits et de mise en évidence d’un leader, au détriment de ceux qui l’assistent — ou le manipulent — dans l’ombre ? On ne sait. C’est une fois encore à l’approche de notre terminus ad quem que la documentation s’enrichit. Elle nous reporte à la personnalité de Raes de Heers.

  • 46 A. d’O., p. 152, 158.
  • 47 A. d’O., p. 152.
  • 48 A. d’O.,p. 109, 122.

24Beaucoup de monde en effet gravite autour du chef lossain. Nous avons déjà évoqué certains groupes qui, à titres divers, soutiennent le seigneur de Heers : membres de sa famille, hommes de sa suite armée et « Vrais Liégeois », personnel domestique. Nous nous intéresserons cette fois à deux véritables bras droits du tribun. Entre 1465 et 1467, ces deux hommes se trouvent constamment dans le sillage de leur chef, à ses côtés, à son service, ou intervenant en son nom : Gérard delle Cop d’Or et Collard delle Porte. À l’époque qui nous intéresse, ils n’occupent aucune fonction oficielle dans la cité, ou dans le pays. Leur rôle se joue tout entier autour de la personne du seigneur de Heers. Le plus souvent, Adrien d’Oudenbosch désigne simplement ces personnages par leur nom. Deux fois pourtant il déroge à cette règle. En novembre 1466, il les catalogue parmi les capitanei de la population citadine. Quatre mois plus tard, alors qu’il insiste sur l’étendue de l’autorité de Raes sur la cité, il qualifie ses deux lieutenants de « principales post ipsum46 ». Leurs rôles respectifs auprès de leur leader semblent équivaloir en importance. L’apparition de Gérard delle Cop d’Or paraît seulement avoir précédé celle de son comparse au service du tribun. En novembre 1466, Gérard fit partie d’un contigent d’otages exigés par Charles le Téméraire, pour être emmenés en Brabant47. Effectivement, il semble s’être alors effacé de la scène liégeoise, car au-delà de cette date, il n’apparaît plus dans 166 nos sources. Auparavant, en revanche, Gérard avait participé à la réception du régent Marc de Bade, en avril 1465 et cinq mois plus tard, après la fuite de ce même régent, il avait effectué l’inventaire des biens abandonnés par le fuyard dans la cité48.

  • 49 A. d’O., p. 155.
  • 50 A. d’0.,p. 159.
  • 51 A. d’O., p. 162–3.
  • 52 A. d’O., p. 169.
  • 53 Cf. A. d’O., p. 204–7 passim.
  • 54 J. de Haynin, t. 1, p. 218. — A. d’O., p. 178–9. — Sur la carrière mouvementée de Guillaume de La (...)

25À ces hommes, il incombe de soutenir devant l’assemblée le point de vue du chef. En décembre 1466 au cours d’une réunion, Collard delle Porte se fait ainsi prendre à partie par un citadin qui conteste le bien-fondé de la politique de Raes49. En février 1467, il se préoccuppe du réarmement de la cité50, puis en avril, c’est encore lui qui s’efforce de ramener à Liège les curés réfugiés à Huy auprès de Louis de Bourbon51. En août, Collard excite la population contre Jean Carpentier, l’infortuné bourgmestre de Dinant, prisonnier. Il incite la foule à réclamer sa tête, et cette exigeance correspond — est-ce un hasard ? — à la volonté de Raes de Heers52... En octobre 1467 enfin, Collard se trouve à Huy où, aux côtés de deux nouveaux venus dans l’entourage du seigneur de Heers — Jean Beazen, qui se montrera très actif durant le soulèvement de septembre et octobre 146853 et Guillaume de La Marck qui faisait alors ses premières armes en politique — il participe à la défense de la ville récemment conquise sur le parti épiscopal54.

  • 55 À la date du 6 mai 1340, le livre des fiefs d’Adolphe de La Marck mentionne le relief de terres si (...)
  • 56 RCL, t. 4, p. 8 (doc. du 27 juin 1457).
  • 57 S. Bormans, tanneurs, p. 209. — Mention dans Th. Gobert, Liège à travers les âges (t. 4, p. 330) d (...)
  • 58 RCL, 4, p. 220–1. Plus tard, en 1480 et en 1484, ce personnage accède à la charge de gouverneur de (...)

26Adrien d’Oudenbosch ne se montre guère explicite quant à l’origine de ces comparses, pas plus qu’il ne nous éclaire sur la nature des liens qui les unissent à leur leader. Ces questions méritent cependant de retenir notre attention. Les deux hommes que la fréquentation de Raes de Heers projette ainsi brusquement dans la politique liégeoise, appartiennent en réalité à la bourgeoisie aisée de la cité mosane. Les delle Porte apparaissent dans les sources dès le milieu du xive siècle, voire à la fin du xiiie siècle55. Quant à Collard lui-même, si nous ignorons quelles étaient ses fonctions, du moins sommes-nous en mesure de dire qu’en 1457–1458 comme juré de la cité, il avait déjà pris part, en exerçant une magistrature mineure il est vrai, à la gestion de la ville, dans un climat qui commençait à se détériorer56. La famille de Gérard del Cop d’Or, l’autre lieutenant est moins présente dans nos sources. Lui-même pourrait être le fils d’un G. del Cop Droie, cité dans un acte de 1436, comme tanneur57. En 1467, parmi les noms des délégués des XXXII métiers chargés d’une enquête, aux côtés de Raes de Heers, on relève le nom de Tonnard delle Cop d’Or, représentant des drapiers. Faut-il l’identifier à un fils, un frère de notre Gérard ? Il s’agit en tout cas d’un parent qui a, lui aussi, opté pour le camp de l’opposition liégeoise, face aux Bourguignons58.

C. Les créatures

27Ces hommes dont nous avons tenté de cerner la personnalité et les liens qui les unissent à leurs patrons sont des collaborateurs. Ils ont pour mission de favoriser leurs plans politiques. Se tenant en retrait, ils n’accèdent eux-mêmes que rarement au devant de la scène. Ce maintien en coulisse les distingue d’autres auxiliaires de l’action politique, que leurs patrons pourvoient d’un poste officiel, dans un double dessein : les promouvoir tout en se ménageant l’appoint d’un allié sûr, installé à un poste de confiance. Ces créatures apparaissent fréquemment dans nos sources, à chaque échelon du pouvoir. Suivant l’identité de son bénéficiaire, cette pratique s’assimilera tantôt à du népotisme, tantôt à du clientélisme.

28Avant d’aller plus loin, une réserve s’impose. Le plus souvent, c’est par la confrontation des documents que nous détecterons la présence de liens de clientélisme sous-jacents à l’attribution de charges. Cet examen nécessite donc en préalable la constitution de fichiers prosopographiques. L’opération est, comme on le sait, malaisée en ce qui concerne l’histoire liégeoise. À propos des créatures du pouvoir épiscopal, nous avons limité notre enquête au chapitre cathédral ainsi qu’à l’échevinage, deux institutions pour lesquelles, en dépit de certaines imperfections, des fichiers ont le mérite d’exister.

29À l’époque qui nous intéresse, quand ils détiennent la haute-main sur les affaires, les évêques peuplent les assemblées de leurs gens. Prébendes canoniales ou charges d’échevin sont donc, à l’occasion, octroyées à leurs fidèles. L’attribution de ces sièges pourra par conséquent s’interpréter en termes de récompense pour service rendu, dans un contexte partisan, ou s’expliquer par une origine géographique commune avec celle du prélat et des liens préexistants avec telle ou telle famille.

  • 59 J. de Hocsem, p. 306. — Parmi ces compatriotes élevés au canonicat, citons l’exemple bien connu de (...)
  • 60 J. de Hocsem, p. 23.
  • 61 Cf. ici même, familles dirigeantes, p. 106.

30Des heurts entre le chapitre et l’évêque perturbent la fin du règne d’Adolphe de La Marck. Jean de Hocsem, en particulier, l’écolâtre de Saint-Lambert se présente comme le fer de lance de cette fronde des chanoines. Dans sa chronique, où il s’épanche, il s’emporte entre autres contre des prébendiers « fautores » de l’évêque qui sont également ses créatures « quibus prebendas contulerat ». Au sein du chapitre, ils jouent le jeu de leur patron, au détriment du corps auquel ils appartiennent et dont ils sont censés défendre les intérêts59. L’octroi de canonicats à des patriciens du pays de Liège semble également correspondre à une démarche analogue. Lorsqu’il commente les conflits survenus à Liège autour de la personne de Henri de Gueldre, Hocsem soupçonne les échevins liégeois d’avoir soutenu l’évêque dans son projet d’aider Jean d’Avesnes « spe prebendarum pro natis suis60 ». Nous avons par ailleurs déjà souligné dans ces pages la forte proportion (22 chanoines liégeois sur 61 identifiés pour l’ensemble des deux siècles) de parents d’échevins ou d’officiers épiscopaux parmi les Liégeois qui accèdent au chapitre. Ces éléments trahissent une relation de clientélisme de la part de ces familles dans le sillage du pouvoir épiscopal61.

  • 62 C. de Borman, Échevins, p. 174–6, 181, 192–3, 313—4, 394. — J. de Bav., p. 172.

31L’échevinage est également convoité. Adolphe de La Marck attribue des sièges scabinaux à Coune de Loncin en 1329 ainsi qu’à Nicolas de Péron cinq ans plus tard. En 1341, une telle faveur échoit à Jean II de Langdris, son ancien maréchal d’armée. Plus tard, au lendemain de la bataille d’Othée, Jean de Bavière allonge la série inaugurée par son prédécesseur en appelant d’une part à l’échevinage liégeois Arnold de Here et Antoine Yserman les deux bourgmestres de Maastricht, qui l’ont accueilli dans leur ville entre 1406–1408, en confiant d’autre part la mairie de la cité à Thierry de Moppertinghen, qui dirigea la résistance maastrichtoise à cette même époque62.

32Pour tous ces hommes, l’octroi d’un siège scabinal s’assimile à une récompense. L’évêque remercie des hommes qui l’ont soutenu à des moments où son autorité était battue en brèche : les guerres civiles des années 1320, puis le soulèvement hédroit.

  • 63 C. de Borman, Échevins, p. 190.
  • 64 C. de Borman, Échevins, p. 221–223.

33Pour qui aspire à entrer au collège échevinal liégeois, pouvoir arguer d’une communauté d’origine géographique avec l’évêque s’avère un atout de taille. Thierry de Moylant est Allemand. Il sert d’abord Adolphe de La Marck comme huissier puis, à partir de 1338, se voit gratifié par son maître d’un siège scabinal63. Jean d’Arckel et Arnold de Homes introduisent des compatriotes dans les stmctures étatiques liégeoises, à l’échevinage ou dans d’autres offices émanant du pouvoir épiscopal. Parmi ces Hollandais, citons Antoine del Wettinghen, châtelain de Franchimont puis échevin de 1372 à 1374, ou les frères Nicolas et Jean Oem, arrivés eux aussi dans le sillage de Jean d’Arckel, et devenant le premier maître d’hôtel de l’évêque, puis échevin, le second recevant en 1369 la direction de la sénéchaussée de Maaseyck64. Globalement, ce comportement traduit le souci permanent des évêques de se doter d’une équipe sûre. Une question demeure néanmoins en suspens. Ces créatures personnelles du pouvoir épiscopal, furent-elles, en définitive, nombreuses dans la cité et le pays liégeois ? Les quelques personnages auxquels nous venons de faire allusion ne sont que de simples exemples. L’état de la documentation nous interdit tout essai d’évaluation de l’ampleur de cette tendance. Des données essentielles font défaut, et particulièrement celles qui ont trait au contexte des nominations aux offices.

  • 65 La liste des maires liégeois a été établie par C. de Borman, op. cit., p. 385–401.
  • 66 Liste des maïeurs en féauté : C. de Borman, op. cit., p. 402–406. Liens de parenté connus : année  (...)
  • 67 P.F.X. De Ram, Documents, p. 389 (acte du 2 avril 1433).

34Un phénomène similaire s’observe à d’autres échelons du pouvoir liégeois. Certaines charges favorisent l’éclosion de ce type de relation dans la mesure où la désignation de leurs titulaires est laissée à l’appréciation des hommes qui seront leurs supérieurs hiérarchiques directs. Tel est notamment le cas de la mairie. Désigner le maire constitue en effet une prérogative épiscopale et, quand des troubles éclatent, cet officier se range généralement parmi les partisans du prélat65. Le choix du maïeur en féauté s’effectue d’une manière analogue : à la discrétion du maire titulaire. Cette fonction de suppléance échoit donc préférentiellement à des parents du maire66. Mais en rupture avec cette habitude, Wathieu Datin la confie à des partisans : Jean d’Harches, de 1418 à 1425 et Héruwin Martin, de Waremme, de 1426 à 1430. Ces deux hommes furent ensuite exilés pour leur participation au complot. Ils partagèrent ce triste sort avec un troisième comparse, également introduit dans le milieu scabinal : Guillaume d’Harches, promu en 1429 chambellan de l’échevinage et sans doute apparenté à Jean d’Harches67.

  • 68 J. de S. fr., p. 304.
  • 69 P.F.X. De Ram, p. 389. — J. de S. fr., p. 301.

35Descendons à présent plus bas dans l’échelle sociale et politique. Les charges de « valet » des bourgmestres ou des échevins sont de modestes fonctions. Elles paraissent cependant propres à satisfaire les ambitions de l’un ou l’autre affidé, dont un service fidèle est attendu, comme Jean de Stavelot le suggère par cet exemple a contrario. Victime des affrontements de la nuit du 6 janvier, on relève le corps d’un valet communal, Colet bâtard de Lavoir, un partisan des Datin, mais surtout, un indigne transfuge du camp adverse : « ilh avoit longtemps servit Fastreit Baré Surlet, liqueis l’avoit mis al offiche qu’il avoit68 ». Dans le temps où Wathieu accaparait l’échevinage, Guillaume Datin, accédant à la bourgmaîtrise, s’empressait de désigner quelques-uns de ses partisans comme « valets » : Baudoin Rusar, le houilleur Louis Fraisain et un de ses parents : Cobrot Fraisain. Ces derniers furent reconnus comme « séditteurs, traiettez malfaiteurs et parjurés », et bannis69. D’autres exemples sont difficiles à repérer parce que notre documentation se prête mal à ce genre de recherche. Les Datin, mis en lumière par la condamnation collective dont ils ont fait l’objet, jouissent d’un meilleur éclairage que d’autres partis. L’exemple de Colet de Lavoir indique que ces pratiques de dévolution de postes de confiance à des proches étaient monnaie courante dans tous les partis et, du reste, parfaitement admises.

3. Collectivités et relations de dépendance

  • 70 La question des patronages de villes par des hommes du pouvoir est étudiée, dans un contexte — cer (...)

36L’entrée en dépendance ne semble cependant pas le fait des seuls individus. Aux xive et xve siècles, on relève des indices d’une relation similaire de la part de collectivités, vis-à-vis d’une personne, d’une famille, voire d’une communauté70.

  • 71 Les Rochefort-Agimont mambours : Jean Ier de Rochefort, en 1347, 1364 (GAT, t. 2, p 328. J. d’O. a (...)

37Au xive siècle, une relation d’interdépendance s’établit entre la cité de Liège et des membres du lignage de Rochefort-Agimont. Les figures les plus marquantes de cette famille, de même que la spécificité de leur rôle dans l’histoire liégeoise seront examinées dans un prochain chapitre. Pour l’heure constatons seulement que de 1347 à 1408, soit du départ de l'évêque Englebert de la Marck jusqu’à la débâcle des Perwez, à dix reprises, la cité et le pays de Liège se tournèrent vers un membre du lignage de Rochefort Agimont et lui remirent les rênes du pouvoir. Trois fois, il s’agissait d’assumer Timtérim et de gouverner comme seigneur temporel durant une vacance du siège épiscopal (en 1364, 1378, 1389). Dans les autres cas, les Liégeois ont vu dans les membres de ce lignage, tantôt les « mambours » les plus capables de mener efficacement leurs guerres contre les évêques — Englebert de La Marck, Jean d’Arckel et Jean de Bavière —, tantôt des évêques potentiels pour le diocèse de Liège ! Ce recours obstiné de la cité et du pays à un lignage, et à l’intérieur même de ce lignage, à un homme : Walter de Rochefort, sollicité cinq fois sous le règne de Jean d’Arckel, paraît significatif d’un sentiment de dépendance, d’une sorte d’allégeance tacite de la cité et des villes du pays envers cette famille71.

38D’autres dépendances paraissent également importantes par leurs répercussions sur le plan politique. Elle nous ramènent au xve siècle, de même qu’à ces deux figures prépondérantes des années 1400 : Wathieu Datin et Raes de Heers. À l’inverse toutefois du lien Liège — seigneurs de Rochefort, le caractère de ces relations fut le plus souvent officieux. Leur existence se perçoit en filigrane de certains faits rapportés dans les sources.

  • 72 Cet arrière-plan sera étudié plus loin, 4e partie.
  • 73 J. Ponthir, Histoire de Montegnée p. 126.
  • 74 P.F.X. De Ram, Documents, p. 394. — J. de S. fr., p. 296.

39De nombreux éléments de l’histoire de la conjuration des Datin nous conduisent dans la banlieue ouest de la cité mosane : dans les villages de Montegnée, Ans, Moulin ou de Grâce. C’est en effet dans ces localités où se concentre une part importante de ses activités et de ses biens, que la famille Datin se trouve principalement implantée, économiquement comme politiquement72. Vignobles, brasseries, maisons mises en location, et surtout mines de charbon requièrent l’emploi d’une importante main-d'œuvre, le plus souvent recrutée sur place, comme on peut le supposer. Cette puissance économique se double d’une autorité politique. Dès 1390, en effet, Jean Datin, le père de Wathieu est mentionné comme maire de la cour échevinale de Montegnée73. Au début du xve siècle, quand ils se hissent au premier plan de la scène liégeoise, dans leur fief, les Datin sont déjà d’incontestables notables. Des traces de ce primitif ancrage se retrouvent dans la conjuration du début des années 1430. C’est en effet chez lui, à Montegnée, que Wathieu une première fois banni par la cité se réfugie à partir de 1429 et qu’il rassemble désormais ses acolytes. C’est également de là qu’il continue de surveiller les maœuvres de sa faction à Liège. Les gens de Montegnée sont nombreux à s’être compromis dans la conjuration. Un réquisitoire établi par l’échevinage liégeois, en avril 1433, qui nous fournit une liste des principaux meneurs du mouvement, enseigne aussi que les Datin avaient lancé des mouvements séditieux dans la banlieue liégeoise « faisant recopeir et crier az armes en plusieurs villes tant à Montegnée, à Ans comme en autres villes de Hesbaye ». Jean de Stavelot qui rapporte lui aussi le détail ajoute les villages de Moulin et Grâce à ceux mentionnés dans le procès-verbal des échevins74.

  • 75 J. de S. fr., p. 288.
  • 76 P.F.X. De Ram, Documents, p. 394.
  • 77 Fèvres pro-Datin originaires de Tilleur : Gilles Risack et son fils Collard ; de Montegnée : Colla (...)
  • 78 Sur ces personnages ; P.F.X. De Ram, Documents, p. 389. — RCL, 3, p. 332. M. Ponthir, Histoire de (...)

40Nous avons déjà souligné l’importante part prise dans le complot par les houilleurs, métier aux effectifs importants dans cette région de Montegnée, riche en gisements miniers. Nous nous attacherons cette fois à la présence parmi « cheaz Datin » d’autres gens originaires de villages dominés par le lignage Datin75. Le procès-verbal d’avril 1433 en mentionne cinq, venus de Montegnée, Moulin, et Tilleur76. Jean de Stavelot, qui identifie au métier des houilleurs le gros des troupes datinistes, fait de celui des Fèvres le fer de lance de la contre-offensive lors du soulèvement du 6 janvier 1433 et de la répression des jours qui suivirent. Or, des Fèvres furent condamnés pour leur participation à la sédition. Un procès-verbal d’assemblée de cette corporation, daté d’avril 1434, le prouve. Ce document nous livre les noms de ces Fèvres conjurés et nous informe sur leurs lieux d’origine. Parmi ceux que le métier radie alors de ses rangs ou astreint à amende, se trouvent un Lambert Datin, fils de Wathieu et habitant en Neuvice, de même que quatre hommes, originaires de Tilleur et Montegnée. La fraction Datin du métier des Fèvres avait-elle ce Lambert Datin pour leader ? Nous ne pouvons l’affirmer. Pourtant, la présence d’une minorité de sympathisants de Wathieu Datin au sein même du métier des Fèvres, qui s’afficha comme le principal rempart de la résistance surprend. À l’orientation politique de la corporation, ce groupe a préféré la fidélité personnelle, fondée peut-être sur des liens de voisinage, voire de clientélisme77. Il convient d’achever cette revue des effectifs du parti Datin par la mention de Rennekin Urbain et Gilet Pagnoul, également frappés d’une sentence d’exil en avril 1433. À l’époque du soulèvement, tous deux ont des attaches à Montegnée. L’un y exploite des domaines fonciers. Le père de l’autre a siégé au sein de la cour échevinale ; une cour qui fut successivement présidée par Jean et Guillaume Datin, entre 1390 et 1414. Ces différents éléments laissent deviner en Rennekin Urbain et Gilet Pagnoul des notables locaux, qui se sont laissé convaincre et séduire par l’argumentation de Wathieu Datin et l’ont suivi dans sa tentative de déstabilisation politique78.

41D’importantes zones d’ombre subsistent néanmoins dans les raisons qui ont pu motiver certains ralliements. Notre information est incomplète et d’autres corrélations possibles nous échappent qui expliqueraient la présence de telle ou telle personne sur les listes de proscriptions du printemps 1433. Nos hypothèses se fondent d’autre part sur des coïncidences qu’il est peut être hasardeux de systématiquement commuer en relation de cause à effet. De cet ensemble, une constatation se dégage pourtant. Parmi les hommes impliqués dans ce complot, beaucoup sont des voisins, voire des employés des Datin. Wathieu et Guillaume ont recruté de nombreux partisans là où l’implantation de leur famille était la plus forte et la plus ancienne. Ceux qui se sont compromis pour favoriser le succès de l’entreprise partisane avaient souvent des liens personnels avec les Datin. Manifestement, ces attaches surpassaient en intensité d’autres sentiments d’appartenance, comme le métier notamment.

  • 79 Éd. C. Piot, Cartulaire de Saint-Trond, t. 2, p. 337–339. F. Straven, Inventaire, t. 1, p. 448–449
  • 80 En 1373, les villes protestaient contre des violences commises par des fils de Gérard de Heers sur (...)
  • 81 Cf. G. Xhayet, « Raes de Heers, un condottiere », p. 415–416.

42La relation des villes du pays de Looz avec Raes de Heers paraît présenter quelques analogies avec celle que nous venons de décrire à propos de la banlieue ouest de Liège et la famille Datin. Le 12 avril 1461, Raes de Rivieren, seigneur de Heers, signe un pacte avec les bourgmestres de Tongres, Saint-Trond, Looz, Hasselt et six autres villes de l’ancien comté. Raes offre aux communes son soutien dans un procès entamé devant le chapitre de Saint-Lambert, contre des procureurs du fisc coupables d’exactions. En contrepartie, les dix villes s’engagent à soutenir et appuyer le seigneur lossain. Elles lui promettent en outre leur amitié et leur soumission79. Pour le peu que l’on sait, avant cette date, les relations des villes lossaines avec leurs voisins de Heers avaient été souvent orageuses80. L’alliance nouvellement conclue paraît donc être le signe d’un revirement, l’amorce d’un changement d’attitude tant du côté de Raes de Heers que de celui des villes. L’action entamée contre les procureurs du fisc par les villes lossaines se règle à leur avantage. Les officiers indélicats furent condamnés. Une part de ce succès revint probablement à Raes qui avait déployé une grande énergie dans cette affaire et multiplié les démarches pour parvenir à ce résultat81. Sans doute, Raes avait-il de bonnes raisons de se démener ainsi.

  • 82 A. d’O., p. 91.
  • 83 F. Straven, Inventaire analytique, t. 1, p. 476.
  • 84 RCL, t. 4, p. 75–76. — Th. Lacomblet, Urkundenbusch, 4, p. 403.
  • 85 A. d’O., p. 96.

43Quelle est l’évolution de ses relations avec les villes du pays de Looz, après le procès contre les procureurs du fisc ? En mai 1463, Raes de Heers force Tongriens et Lossains à accepter le compromis proposé par Louis de Bourbon pour permettre la levée d’un interdit82. Deux mois plus tard, en juillet, le conseil communal de Saint-Trond lui concède, ainsi qu’aux membres de sa suite, la licence exclusive de circuler en armes dans la ville83. En novembre suivant, nouveau bourgmestre de Liège, il négocie une alliance avec les frères de Bavière, Frédéric comte palatin, et Robert élu de Cologne, qui est ensuite ratifiée par les communes de Liège, Tongres, Saint-Trond, Hasselt et Looz84. Adrien d’Oudenbosch laisse entendre que c’est par la contrainte que Raes obtient ces diverses signatures85 Venons-en à l’expédition de Reydt, cet autre temps fort de la bourgmaîtrise du seigneur de Heers. C’est à la suite de l’enlèvement de deux bourgeois d’une bourgade du comté de Looz, que la campagne a été ordonnée. Indépendamment des autres mobiles qui animèrent alors Raes, en pays de Looz, cette expédition a pu être interprétée comme un effet des liens privilégiés qui s’étaient tissés avec le nouveau leader des Liégeois.

  • 86 A. d’O., p. 166–167.
  • 87 Comme l’exécution de couleuvriniers à Hasselt ordonnée au nom des franchises urbaines, et en dépit (...)

44Plus tard en juillet 1467, quand son autorité vient à vaciller et qu’à l’assemblée des voix s’élèvent pour contester sa domination, c’est aux bourgmestres de Tongres et Hasselt — dont on apprend à cette occasion qu’ils participent aux réunions de son groupe de fidèles — que Raes de Heers ordonne de se porter garants de ses agissements86. Manifestement, une relation personnelle d’interdépendance s’est établie entre les autorités communales lossaines et le seigneur de Heers, l’engagement des dirigeants urbains entraînant sans doute celui des autres habitants. En échange d’un appui ponctuel dans l’affaire des procureurs fiscaux, Raes paraît donc s’être procuré une assise partisane solide et durable dans l'ancien pays de Looz. Malgré l’une ou l’autre rebuffade occasionnelle87, entre 1463 et 1467, la mainmise de Raes de Heers est importante sur les villes lossaines et leurs dirigeants. Ceci explique la sorte de droit de contrainte qu’on le voit s’arroger sur ces communautés durant ces années.

  • 88 G. Xhayet, « Raes de Heers », p. 412 avec bibliog. — La répartition géographique des terres de Hee (...)

45Il existe par conséquent des analogies entre l’emprise de Raes de Heers sur le pays de Looz et celle des Datin sur la banlieue ouest de Liège. Le premier par sa naissance : Raes descend en effet d’une famille seigneuriale lossaine, connue depuis le xiie siècle et dont les terres constituent un bloc compris entre les villes de Tongres, Hasselt et Saint-Trond88 ; les seconds, par leur opulence et leur pouvoir, étaient également perçus dans leur région originelle comme des gens prestigieux. Raes de Heers comme les Datin semblent s’être, dans un premier temps, forgés une assise partisane dans leur région d’origine. Puis, forts de cette base locale, ils se sont lancés dans la politique liégeoise. Chacun à sa manière, ils s’y sont imposés, utilisant les ressources de leurs régions d’origine comme soutien logistique à la politique qu’ils entreprenaient dans la capitale mosane.

46Avant de conclure, il convient d’évoquer un dernier aspect des relations de dépendance qui s’établissent dans le pays. C’est de rapports entre communautés d’habitants qu’il s’agit cette fois. Les contacts qui se nouent de la sorte présentent quelqu’analogie avec ceux que nous venons d’observer, à la différence qu’ils mettent en relation des communautés, — l’une se soumettant à l’autre —, et non plus des individus.

  • 89 Gesta abbatum Trudonensium, t. 2, p. 322–329. — Sur les débuts de la commune de Saint-Trond : cf. (...)
  • 90 Sources : 1402, p. 203. — J. d’O. ab., p. 197. — C. de Zantfliet, col. 299. Notons qu’en 1393, les (...)
  • 91 Sources : J. d’O. ab., p. 230–231. — C. de Zantfliet, col. 344–345. — C. de Borman, Échevins, t. 1 (...)

47Trois fois, au cours de la seconde moitié du xive siècle, les sources donnent écho à un appel lancé aux autorités communales de Liège par une communauté aux prises avec le pouvoir ecclésiastique. Dans les années 1360, Saint-Trond sollicite en vain de l’abbé, seigneur de la localité, le droit de s’ériger en commune et de se doter d’institutions municipales. En désespoir de cause, les bourgmestres et des représentants des métiers requièrent l’appui de la commune de Liège et obtiennent son intervention dans cette délicate négociation89. En 1372, dans le contexte perturbé des tensions entre l’évêque Jean d’Arckel et le pays, un bourgmestre de Thuin est assassiné par des agents épiscopaux. Dans ce cas encore, c’est vers Liège que les gens de Thuin se tournent pour réclamer justice90. Amplifiée par cette caisse de résonnance que représente la cité, l’affaire s’ajoute aux griefs déjà formulés contre le prélat et contribue dès lors au déclenchement des hostilités contre lui. En 1395 enfin, le village de Seraing se plaint auprès des autorités communales liégeoises d’un litige qui l’oppose à Jean de Bavière. Godefroid Kurth vit dans « l’affaire du ban de Seraing » les prémices de l’antagonisme qui éclata quelques années plus tard entre le pays de Liège et son Élu91.

  • 92 É. Fairon, Chartes, p. 14 (16 juillet 1384 doc. livré aux vainqueurs de la bataille d’Othée et dét (...)

48Ces incidents locaux portés devant le pouvoir communal de la cité mosane ne sont-ils pas symptomatiques d’une subordination librement consentie, et même sollicitée par les communautés liégeoises à l’égard de la puissante ville de Liège et de son gouvernement autonome ? Ces demandes d’intervention ne ressemblent-elles pas à des procédures de mise sous régime de clientèle ? Un acte émis en 1384 par la ville de Visé semble bien corroborer cette interprétation. Cette année-là, les autorités de Visé promirent « À laquelle cite entous cas ilz se tenront et veulent estre tenuz d’obéir et obéiront à toujours ». Seule une faveur considérable accordée par la commune de Liège aux habitants de Visé pouvait justifier un pareil engagement de leur part. En effet, cette promesse constitue le remerciement des gens de Visé reconnaissants « pour ce que ceulx de la cite de Liège avoient à ladicte ville de Viseit, en condescendant à leurs prières et pour l’utilité d’icelle ville, octroyé status et franchises92 ». En échange de l’octroi d’une charte de liberté, Visé se plaça sous la tutelle de Liège et lui fit ainsi allégeance.

***

49Les relations de dépendances personnelles paraissent donc d’un grand poids dans les structures de parti. Elles impliquent un ensemble très diversifié d’individus ou de collectivités : du petit noble courtisan jusqu’aux gens des couches sociales les plus humbles, en passant par ce cas particulier de soumission et d’allégeance intervenant entre communautés.

50D’un point de vue social, elles rassemblent dans une communauté d’intérêts des gens aux statuts inégaux, établissant entre eux une relation de type vertical. Car tous les « clients », quelle que soit leur position, dépendent d’un chef plus riche ou mieux né qu’eux-mêmes. Sur le plan personnel, les circonstances qui donnent naissance aux relations de dépendance directe, durables ou temporaires allant de pair avec l’adhésion politique, seront fréquemment l’appartenance à une domesticité, mais aussi la constitution de liens de voisinage, le don d’argent ou en nature. Et, comme notre ébauche d’examen terminologique le laissait pressentir, l’accent est mis sur la dépendance privée plus que sur l’adhésion politique. Aux yeux des chroniqueurs, les dépendants sont, le cas échéant, gens de maisnie plus que partisans. Participer à l’action politique du maître entre donc pleinement dans le cadre du service que celui-ci attend de ses serviteurs. Quant aux missions assignées aux « clients », elles sont tributaires de la variété d’origine de ces derniers. Mais de toute manière, elles s’assortissent d’une contrepartie de la part du patron : protection, avancement social, concession d’une parcelle d’autorité, etc.

51Quoi qu’il en soit, la relation établie se fonde sur un échange de services entre gens inégaux. Cette relation est elle même hiérarchisée et tel client peut lui même — comme Pierre Andricas ou Visetus — jouir de son côté d’un entourage de fidèles. Ces différents ensembles consacrent chaque leader comme cœur d’une équipe soudée dans le soutien de ses intérêts.

Notes

1 J. de Hemricourt, Miroir, p. 226–227

2 Vita B. Odiliae, viduae Leodiensis libri duo priores, Analecta Bollandiana, (t. 13, 1894, p. 207). — Sur le vocabulaire relatif aux clientèles dans l’antiquité romaine et les nuances exprimées par l’emploi de cliens, amicus... : cf. N. Roland, Pouvoir politique, p. 272–277.

3 Cf. J. de Hemricourt, Awans-Waroux, passim, Miroir, p. 398. — Cf. J. HEERS, Le clan familial, p. 41. — Sur l’origine de ces maisons : M. Bloch, La société féodale, p. 221–224.

4 J.G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Martin, p. 258. — Les familiers d’Adolphe mis en cause : Raes de Chantemerle, bailli de Condroz, Coune de Loncin, fils du châtelain de Moha, Gossoin de Gossoncourt, chambellan, Conrad d’Altena, cuisinier d’Adolphe de La Marck, J. de Hocsem, p. 192–193. — Cf. aussi N. Reimann, Die grafen, p. 37

5 C. de Zantfliet, col. 306–8. — 1402, p. 365. — J. d’O. ab., p. 197. — Raoul de Rivo, p. 23–24.

6 J. de S. fr., p. 185, 304.

7 Le chapelain Jean dans les sources : c’est lui qui, au domicile de son maître, prélève les taxes levées en février 1467 sur ceux qui ont voulu la paix (A. d’O., p. 158). — En avril suivant, il participe à une enquête pour la commune, (RCL, 4, p. 219). — À la veille de la bataille de Brusthem, les moines de Saint-Jacques lui remettent 3 chevaux, pour se dispenser d’envoyer un des leurs escorter l’armée (J. de Haynin, I, p. 224). — Mentionné dans une plainte de novembre 1472, de marchands colonais à Louis XI, par laquelle on apprend qu’exilé en France, Raes se livre à des activités de brigandage (W. Stein, Hansisches Urkundenbuch, X, p. 102). — En 1477 à la mort de Raes, Jean retourne en France rechercher Pentecôte et son fils Dieudonné qui y séjournent encore (A. d’O., p. 252).

8 J. de S. fr., p. 289–298 passim. — Sur les Datin exploitants de mines : M. Ponthir, Histoire de Montegnée, p. 414–415. — G. Hansotte, Le domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, p. 189 : mention d’une mine prise à ferme par Guillaume Datin à Glain, en 1392.

9 À condition que le témoignage de J. d’O., Mireur puisse être accepté comme crédible et que le terme d’« alooié » soit utilisé ici avec l’acception de « locataire » (VI p. 481–482).

10 J. de S. fr., p. 319, 338. — Th. Gobert, op. cit., t. 4, p. 153. — Sur les liens de voisinage et les solidarités qu’ils développent, cf. C. Gauvard, De Grace especial, p. 669–672.

11 Cf. J. de S.fr., p. 184–186, 188.

12 J. de Hemricourt, Miroir, p. 305–6.

13 C’est le cas des conseillers de l’évêque Adolphe de La Marck au début du xive siècle (J. de Hocsem, p. 159), de même que cent ans plus tard des « familliers continuels et commensallez » de Jean de Heinsberg (Régiment des Bâtons, février 1422, ROPL, p. 533).

14 J. de S. fr., p. 185.

15 A. d’O., p. 158.

16 Sur tout ceci, cf. C. Gaier, Art et organisation, p. 133–137. — Sur un plan plus général, on se reportera aussi à F. Piponnier, Costume et vie sociale, p. 243–259.

17 A. d’O., p. 258.

18 À partir de la fin du xive siècle, divers documents normatifs visent à endiguer la brigue électorale et la tentative d’achat des électeurs (Cf. la « lettre des Offices » du 13 août 1371 (RCL, 1, p. 417–421) et la « Lettre des Douze », du 15 janv. 1402 qui poursuit des objectifs analogues (éd. G. Kurth, Cité, III, p. 353–358).

19 Une pension annuelle fut ainsi accordée en 1373 par Jean d’Arckel à Baudoin de Montjardin « propter grata servicia que ipse nobis et ecclesie nostre Leodiensi impendit et impendere poterit in futurum » (Livre des fiefs de Jean d’Arckel, p. 144). — Tout aussi significatif est ce passage de J. de Bav, p. 162 relatif aux dons consentis par Jean de Bavière à Henri de Perwez au début de son règne : maintenu à la charge de sénéchal du comté de Looz par le nouvel Élu, celui-ci lui avait versé pendant treize ans une pension, en qualité de conseiller. En outre, Jean avait retenu Henri à sa cour, à ses frais, avec une suite de six chevaux. Quand il s’absentait de la cour, Jean faisait de Henri son lieutenant dans le pays et augmentait sa pension de 9 couronnes d’or de France par jour. Enfin, Jean avait librement et gracieusement octroyé une prébende à la cathédrale, à son fils Thierry de Perwez.

20 Art. 18, ROPL, p. 184.

21 ROPL, p. 370 Nouveau Jet. Ordonnance... pour la répression des crimes et délits, 24 février 1394, art. 1.

22 Art. 5 du Régiment de Jean de Bavière, 10–17 juillet 1414, éd. ROPL, p. 460.

23 L. P. Gachard, Documents inédits, t. 2, p. 464.

24 A. d’O., p. 158.

25 F. Straven, Inventaire des archives, I, p. 476. — Cf. aussi la « sequelle » que Philippe de Commynes a décrite autour de Raes de Heers, Mémoires, I, p. 114.

26 A. d’O., p. 204

27 J. de S.fr., p. 390–391.

28 C. de Zantfliet, col. 306–8.

29 A. d’O., p. 161, 166.

30 J. de Hemricourt, Patron de la Temporalité, p. 61

31 Cf. la Lettre des Offices du 13 août 1371 (RCL, 1, p. 417–421).

32 J. de S. fr., p. 289.

33 J. de S. p. 296. — P.F.X. De Ram, Documents, p. 394 acte du 15 avril 1433.

34 Comme l’indique un document des archives de la collégiale de Sainte Croix, du 10 février 1269 (É. Poncelet, Chartes de Sainte-Croix, t. 1, p. 53).

35 1 402, p. 181.

36 J. d’O., Myreur, V, p. 308.

37 J. de Hocsem, p. 13. — 1402, p. 179–180.

38 J. d’O., Myreur, VI, p. 173.

39 Il faut ensuite attendre la fin du siècle pour retrouver trace à Liège d’autres membres de cette famille : un autre Pierre Andricas mort en 1402 et qui habitait en Basse-Sauvenière (Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. 3, p. 258). Puis son fils (?) cité au début du xve siècle comme assesseur des cours de tenants des collégiales Sainte-Croix, Saint-Pierre et Saint-Martin (É. Poncelet, Chartes de sainte Croix, I, p. 457–458 août et oct. 1422. — ID, Collégiale de Saint Pierre, p. 169–212 passim. — J.G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Martin, p. 125, 131).

40 J. de Hocsem, p. 171. — Lettre des XX, du 4 nov. 1324 éd. J. d’O., Myreur, VI, p. 277–285.

41 Cf. J. d’O., Myreur, VI, p. 483.

42 J. de Hocsem, p. 185. — 1402, p. 291–2.

43 J. d’O., Myreur, VI, p. 295.

44 J. de Hocsem, p. 173.

45 J. d’O., Myreur, VI, p. 396.

46 A. d’O., p. 152, 158.

47 A. d’O., p. 152.

48 A. d’O.,p. 109, 122.

49 A. d’O., p. 155.

50 A. d’0.,p. 159.

51 A. d’O., p. 162–3.

52 A. d’O., p. 169.

53 Cf. A. d’O., p. 204–7 passim.

54 J. de Haynin, t. 1, p. 218. — A. d’O., p. 178–9. — Sur la carrière mouvementée de Guillaume de La Marck, on se reportera à l’étude de P. Harsin, La principauté de Liège, I, p. 71–167.

55 À la date du 6 mai 1340, le livre des fiefs d’Adolphe de La Marck mentionne le relief de terres sises à Aye, par un nommé Collard delle Porte, à n’en pas douter, ancêtre de notre partisan (éd. É. Poncelet, p. 458–459). Si l’on remonte plus haut, on relève en 1299, la mention d’Agnès, veuve d’un Guillaume de Porte, inscrit chez les brasseurs, qui pourrait également lui être apparenté (G. Simenon, Les brasseurs de Liège, p. 92–93).

56 RCL, t. 4, p. 8 (doc. du 27 juin 1457).

57 S. Bormans, tanneurs, p. 209. — Mention dans Th. Gobert, Liège à travers les âges (t. 4, p. 330) d’un Guillaume del Cop d’Oir plaçant son fils en apprentissage auprès d’un corbesier. Acte du 6 mai 1527.

58 RCL, 4, p. 220–1. Plus tard, en 1480 et en 1484, ce personnage accède à la charge de gouverneur des drapiers (S. Bormans, drapiers, p. 160. — É. Poncelet-É. Fairon, Liste chronologique, p. 400–406).

59 J. de Hocsem, p. 306. — Parmi ces compatriotes élevés au canonicat, citons l’exemple bien connu de Lévold de Northof, issu d’une famille vassale des La Marck et promu chanoine de Saint-Lambert, un an à peine après l’avènement de l’évêque Adolphe (Cf. C. Renardy, Les maîtres universitaires, p. 384–386 avec bibliog.). Plus tard dans le siècle, le cas de Zeger de Nuwensker, ami et conseiller de Jean d’Arckel, doyen de Saint-Servais de Maastricht de 1360 à 1372, puis appelé au chapitre cathédral liégeois de 1374 à 1383 (J. de Theux, Le chapitre de Saint-Lambert, 2, p. 122).

60 J. de Hocsem, p. 23.

61 Cf. ici même, familles dirigeantes, p. 106.

62 C. de Borman, Échevins, p. 174–6, 181, 192–3, 313—4, 394. — J. de Bav., p. 172.

63 C. de Borman, Échevins, p. 190.

64 C. de Borman, Échevins, p. 221–223.

65 La liste des maires liégeois a été établie par C. de Borman, op. cit., p. 385–401.

66 Liste des maïeurs en féauté : C. de Borman, op. cit., p. 402–406. Liens de parenté connus : année 1276 Jacques de Saint-Martin choisit Jean son frère ( ?) ; 1292 : Franckar de Saint-Servais : Baudoin, son fils ; 1356 Adolphe de Charneux : Arnolphe, son frère ; 1357 Jacques Chabot : Raes de Waroux, son gendre ; 1363 Gilles Chabot : Raes de Waroux, son beau-frère ; 1378 Raes de Waroux : Jacques, son fils ; 1388 Fastré Baré de Lardier : Radoux de Chockier, son cousin.

67 P.F.X. De Ram, Documents, p. 389 (acte du 2 avril 1433).

68 J. de S. fr., p. 304.

69 P.F.X. De Ram, p. 389. — J. de S. fr., p. 301.

70 La question des patronages de villes par des hommes du pouvoir est étudiée, dans un contexte — certes — différent, par A. Derville, Pots de vin, à propos des rapports entre des villes de la Flandre avec des gens de l’entourage de Philippe le Bon, qui servent de relais privilégiés des communautés auprès du pouvoir central (ex. liens entre la ville de Saint-Omer et Antoine de Croy) surt. p. 358–361.

71 Les Rochefort-Agimont mambours : Jean Ier de Rochefort, en 1347, 1364 (GAT, t. 2, p 328. J. d’O. abr., p. 191), Walter de Rochefort, en 1371, 1374 (deux fois), 1375, 1378 (Lewis, p. 127. — 1402, p. 365, 367–368. — Rivo, p. 24, 26. — J. d’O. abr.p. 199, 212. — C. de Zantfliet, col. 303–4, 314) ; Henri de Perwez, en 1389, 1403, 1406 (1402, p. 409–10. — J. d’O. abr. p. 224–5. — J. de S. lat. p. 105. — J. de Bav. p. 160–1) ; Jean III de Rochefort, en 1406 (J. de Bav. p. 160). Généalogie simplifiée ; (d’après C.G. Roland, Les seigneurs de Rochefort).
Image

72 Cet arrière-plan sera étudié plus loin, 4e partie.

73 J. Ponthir, Histoire de Montegnée p. 126.

74 P.F.X. De Ram, Documents, p. 394. — J. de S. fr., p. 296.

75 J. de S. fr., p. 288.

76 P.F.X. De Ram, Documents, p. 394.

77 Fèvres pro-Datin originaires de Tilleur : Gilles Risack et son fils Collard ; de Montegnée : Collard le Maréchal et son frère Lambert. (G. Hansotte, Règlement, Us Fèvres, p. 58). — Lambert Datin mourut en 1450 à Liège. Il avait donc pu regagner la cité après son exil, indice d’une sanction mineure. — (H. Van Den Berch, Recueil d'épitaphes, t. 1, p. 208).

78 Sur ces personnages ; P.F.X. De Ram, Documents, p. 389. — RCL, 3, p. 332. M. Ponthir, Histoire de Montegnée, p. 120, 126, 262.

79 Éd. C. Piot, Cartulaire de Saint-Trond, t. 2, p. 337–339. F. Straven, Inventaire, t. 1, p. 448–449.

80 En 1373, les villes protestaient contre des violences commises par des fils de Gérard de Heers sur des paysans (Raoul de Rivo, p. 55–56. — C. de Zantfliet col. 323). En 1439 encore, le jeune Raes moleste un rival, bourgeois de cette même ville. Cette agression d’origine passionnelle dégénéra bientôt en affontements entre la commune et Charles, seigneur de Heers qui déclina toute responsabilité des frasques de son fils (J. de S. fr., p. 433). — Sur les seigneurs de Heers : cf. C. de Borman, Notice historique, p. 23–60, 85–104.

81 Cf. G. Xhayet, « Raes de Heers, un condottiere », p. 415–416.

82 A. d’O., p. 91.

83 F. Straven, Inventaire analytique, t. 1, p. 476.

84 RCL, t. 4, p. 75–76. — Th. Lacomblet, Urkundenbusch, 4, p. 403.

85 A. d’O., p. 96.

86 A. d’O., p. 166–167.

87 Comme l’exécution de couleuvriniers à Hasselt ordonnée au nom des franchises urbaines, et en dépit du désaccord de Raes, en juin 1467 (A. d’O., p. 165).

88 G. Xhayet, « Raes de Heers », p. 412 avec bibliog. — La répartition géographique des terres de Heers étudiée dans mon mémoire, Raes de Heers, un opposant, hors-texte, [p. 15–16].

89 Gesta abbatum Trudonensium, t. 2, p. 322–329. — Sur les débuts de la commune de Saint-Trond : cf. J. Charles, La ville de Saint-Trond, p. 311–314.

90 Sources : 1402, p. 203. — J. d’O. ab., p. 197. — C. de Zantfliet, col. 299. Notons qu’en 1393, les habitants de Saint-Trond s’efforcèrent de renouveler la manœuvre de Thuin. Eux aussi amenèrent à Liège le corps d’un homme tué par des agents de l’abbé. Le succès fut mitigé. Seuls quelques métiers liégeois se prononcèrent en faveur d’une intervention (1402, p. 423).

91 Sources : J. d’O. ab., p. 230–231. — C. de Zantfliet, col. 344–345. — C. de Borman, Échevins, t. 1, p. 474–476 (éd. acte du 2 août 1396). — J. Daris, Notices, t. 12, p. 66. — B.I.A.L., t. 7, p. 21 (acte du 19 juillet 1396). — G. Kurth, « Les origines des querelles », p. 497–504.

92 É. Fairon, Chartes, p. 14 (16 juillet 1384 doc. livré aux vainqueurs de la bataille d’Othée et détruit. Acte aujourd’hui connu par l’inventaire de Lille).

© Presses universitaires de Liège, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search