Version classiqueVersion mobile

Réseaux de pouvoir et solidarités de parti à Liège au Moyen Âge (1250-1468)

 | 
Geneviève Xhayet

Deuxième partie. Solidarités privées

Chapitre premier. Familles et solidarités lignagères

Texte intégral

1. Que sont les lignages et les solidarités lignagères ?

  • 1 P. Desportes, Reims, 1, p. 397. — Sur les liens de parenté et les solidarités, cf. par ex. l’étude (...)
  • 2 M. Bloch, La société féodale, p. 203–204.

1Dans le monde médiéval, isolement et faiblesse vont de pair. Ses premiers alliés, l’individu les recherche dans son lignage, auprès de ceux auxquels l’unissent les liens du sang ou, d’un point de vue patrimonial, parmi tous ceux qui peuvent prétendre à des parts de son héritage. Ce groupe peut doubler de volume en cas de mariage, par l’apport d’un contingent équivalent de personnes apparentées au conjoint1 Théoriquement, le lignage constitue donc un imposant effectif de personnes, ce qu’il fut sans doute réellement à l’origine. Marc Bloch a en effet observé à partir du xiiie siècle, la disparition des vastes parentèles. La structure clanique parut alors se contracter pour se limiter dans la conscience commune aux cousins issus de germains, voire aux simples cousins germains2. Dans ce contexte, on conçoit aisément ce que sont les solidarités lignagères. Elles se définissent en effet comme des obligations d’entraide, fondées sur la communauté de souche. Mais, alors que la notion de lignage est diachronique et insère tout homme entre ses ancêtres et ses descendants, celle de solidarité lignagère le situe par rapport à ses contemporains, ses prédécesseurs ou ses successeurs immédiats. Elle se définit donc sur un plan synchronique.

  • 3 M. Bloch, op. cit., p. 184–192.
  • 4 Cf. G. Duby, La société aux xi et xiie siècles dans la région maconnaise, p. 263–264. — Sur les so (...)

2À l’époque qui nous occupe, ce modèle social a un long passé qui remonte au haut Moyen Âge mérovingien (cf. la Sippe). L’administration de la justice et la procédure judiciaire favorisèrent alors les solidarités privées, nécessaires pour fournir à l’individu le contingent requis de cojureurs lors des plaids ou pour l’exercice des vengeances privées3. À partir de l’exemple mâconnais, Georges Duby a daté l’essor des solidarités lignagères des alentours de l’an mil, quand « le manque de sécurité, resserra les liens du sang et fit de la parenté une véritable communauté de défense ». Un autre besoin, économique celui-là, contribua aussi à rapprocher les parents. Il devint nécessaire de préserver l’indivision du bien allodial, pour garantir la famille de la menace d’une ruine et de son corollaire, la rétrogradation sociale4. Le souvenir d’un ancêtre commun, la responsabilité d’un patrimoine à sauvegarder forgent des liens qui conduisent les membres d’une même famille à se soutenir mutuellement. Ce modèle social, dont nous venons de rappeler brièvement les caractères fondamentaux, motive certains comportements du monde politique liégeois, à la fin du Moyen Âge.

  • 5 J. de Hemricourt, Miroir, p. 398.

3Pour traiter de ces problèmes, l’historien liégeois dispose d’un guide précieux en la personne de Jacques de Hemricourt dont la majeure partie de l’œuvre est véritablement construite autour de ces thèmes. Dans ses travaux, le notaire liégeois se fait cependant moins le théoricien que l’illustrateur des lignages et des solidarités lignagères en pays de Liège, aux xiiie et xive siècles. C’est par petites touches qu’il nous livre ses informations et nous permet de comprendre les rouages de ce système. Ici et là, il nous fait part de ses réflexions sur un type de vie sociale qu’il juge favorablement, mais dont il a conscience, au moment où il écrit, — dans la seconde moitié du xive siècle — de vivre le déclin5. Provisoirement, nous laisserons de côté la question des solidarités lignagères pour nous intéresser aux lignages.

  • 6 J. de Hemricourt, Miroir, p. 476,400, 302.

4Dans l’esprit de Hemricourt, le lignage représente l’ensemble des descendants d’un ancêtre commun, mais en même temps, il constitue un groupe social en perpétuelle évolution. C’est un ensemble au sein duquel l’individu s’inscrit, et par rapport auquel on le désigne, tels par exemple Wéry de Hambrouck « qui estoit do linnage de Preit », « Watier de Binkenhem, »do linage d’Awans ou encore Louis Aux Rouges Chausses « do linage de Moylenake [Müllenarck] et de Mormany [Morménil] » tous trois mentionnés dans le Miroir des Nobles de Hesbaye6.

  • 7 J. de Hemricourt, Miroir, p. 227.

5Au « chief et soverains de son linages7 », incombe l’obligation de transmettre aux générations ultérieures le patrimoine intact et si possible accru, que lui-même a reçu en héritage de ses prédécesseurs, et dont il est, momentanément, garant. Un lignage, par conséquent se dirige le plus efficacement possible. Sa vitalité est assurée par des choix judicieux lors des mariages de même que par une gestion saine du patrimoine. Le Miroir des Nobles est ainsi rempli de considérations relatives aux unions matrimoniales heureuses ou non. Entendons, celles qui ont assuré la pérennité et la prospérité des lignages ou au contraire, qui les ont menés à leur déclin.

  • 8 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 33.
  • 9 J. de Hemricourt, Miroir, p. 411
  • 10 J. de Hemricourt, Miroir, p. 374. À l’inverse, l’auteur condamne la fille du hallier Jean de Metz (...)
  • 11 Sur ces personnages : L. Naveau, sur les frères de Seraing, Biographie Nationale, t. 22, col. 208– (...)
  • 12 Ailleurs dans son texte, Hemricourt parle de Jean de Lardier qui maria ses enfants « suffisamment  (...)

6Pour l’individu lui-même, la valorisation du potentiel lignager par mariage se solde par une perspective d’appuis que l’union qu’il contracte le met désormais en droit d’attendre. Les propos prêtés par Hemricourt à Guillaume de Geneffe, chatelain de Waremme et chef du lignage Awans pendant la guerre lignagère, sont d’ailleurs sans ambages. Guillaume qui reproche à son beau-frère son peu d’empressement à s’allier avec lui contre les Waroux lui déclare en toute franchise : « je pris vostre sereur, (...) en mariage por estre conforteis, en la citeit de Liege et dehors, de vos et de vos amis8 ». L’alliance se traduit encore par l’espoir d’une descendance et les horizons que celle-ci ouvrira. Car une union se doit d’être féconde, à l’instar, par exemple, de celle contractée par Henri de Neuvice qui « fructefiiat merveilleusement9. » Ainsi notre notaire se réjouit du mariage de Jean de Seraing et d’Isabelle de Gossoncourt « très belle dame frank et de grant maniere », mariage prolifique d’où sont nés cinq « mult beaz jovenes enfans Alexandre, Gilbert, Jean, Jeanne, et Maroie qui leur lynage poront grandement regenereir10. » Qu’entendre par « régénération » ? Sans doute Hemricourt espère-t-il un renforcement du lignage qui s’opèrera par le biais d’ententes entre ces enfants — les frères de Seraing furent effectivement solidaires en politique au xve siècle11 — de même que par la conclusion d’alliances matrimoniales opportunes12, ou de perspectives de carrières brillantes.

  • 13 J. de Hemricourt, Miroir, p. 57,465–466,90.

7L’aspect patrimonial est un autre leitmotiv de la pensée de Hemricourt qui, tour à tour, se réjouit de la prospérité des uns ou se désole des déboires financiers subis par d’autres. Ainsi, les trois fils d’Isabelle de Warfusée et d’Alexandre de la Tour de Wandre « ont mal wardeit leur patrimoine, sy ne puelent servir leurs amis ». « Et sont ly dis Bareit et Houbin durement amainris de leur patrimoine, dont ch’est domage (...) Et de tos les Bareis deseurnomeis, n’y at personnes seculeirs qui eüt poissanche de servir ses amis ». « Et misent [Adam de Chockier, fils de Jean Surlet et Agnès, fille de l’échevin Radoux Le Blavier] grans hiretages ensemble, qu’ils ont petitement governeit, si que leurs hoirs en sont trop raveleir : c’est domages13. » Au travers de ces trois cas de déconfiture lignagère perce la question de la conservation et de l’accroissement du patrimoine, aussi fondamentale que celle des mariages. C’est que de la faillite financière découle, à coup sûr, la débâcle sociale. À court terme, si le chef de lignée laisse péricliter son patrimoine, sa maison perd de son attrait pour les « amis ». Ceux-ci en effet n’y trouvant plus leur compte s’en détournent et partent renforcer un autre clan. Mais les conséquences frappent aussi la descendance, dont l’avenir se trouve compromis. Faute de moyens suffisants, les enfants du mauvais gestionnaire risquent de ne pouvoir tenir leur rang et de se trouver entraînés dans un processus de régression sociale.

  • 14 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 4.
  • 15 J. de Hemricourt, Miroir, p. 304,411.

8Déchéance et isolement menacent donc l’appauvri. Au contraire, l’heureuse combinaison d’alliances judicieuses et de richesse matérielle favorise — et c’est là l’objectif visé — l’accession du lignage à la puissance ainsi qu’à la domination « en la citeit et dehors ». Les Awans cherchent de la sorte la suprématie en Hesbaye14. Faisant successivement allusion à deux familles liégeoises, les Saint-Martin et les Neuvice, Hemricourt indique qu’il en allait de même dans la cité mosane : « Et fructifiiat tant chis lynage de Sainct Martin que fut ly plus fors et ly plus poissans linages del citeit de Liège ». Des Neuvice enfin il dit simplement qu’ils furent « riches et poissans en la citeit et dehors15 ».

2. Les parentèles dans la ville

9Ces dernières considérations nous amènent tout naturellement à la question des parentèles dans la capitale mosane. L’examen des charges et de leur dévolution a montré l’accaparement par diverses familles des fonctions dirigeantes urbaines. Intéressons-nous à présent aux liens de parenté qui unissent ces différents mandataires. Dans un premier temps, nous bornerons notre étude à un laps de temps réduit : entre 1260 et 1312, la première des trois époques définies précédemment dans l’histoire de l’échevinage. Au cours de cette période, nous avons pu mettre en évidence l’existence d’un réseau de solidarités horizontales au sein de ce milieu caractérisé par sa forte homogénéité sociale.

  • 16 « frater Alexander de Ruella ordinis fratrum predicatorum Leodiensium, quondam scabinus Leodiensis(...)
  • 17 C. de Borman, Échevins, p. 75–76, 79–80. — Richard de Beaurieux, descendant du deuxième fils d’Oth (...)

10D’un point de vue lignager, quelle est la composition du collège de 1260 ? Dans ce groupe, on relève la présence d’un seul isolé : Alexandre delle Ruelle, que l’on connaît par ailleurs comme frère prêcheur16. Les autres, Henri de Neuvice siège aux côtés de son fils Gilles. Alexandre delle Ramée, Alexandre de Saint-Servais et Jean de Lardier comptent tous trois leurs frères parmi leurs collègues. Ce sont respectivement Evrard delle Low, Baudoin de Saint-Servais, et Gilles de Lardier. Gilles Surlet et son cousin Radoux d’île peuvent également se réunir lors des séances. Gérard delle Cange et Radoux d’Île ne sont pas à proprement parler apparentés entre eux, mais ils ont épousé les deux filles du ministériel Richard de Beaurieux17. Dans cette assemblée, les plus isolés paraissent être Mathieu dit Mathon et Pierre Bovéal. Leur isolement n’est cependant qu’apparent puisque tous deux ont marié leurs filles à des fils de Gilles Surlet. Au vu de ces données, affirmer que les échevins siègent en famille ne paraît par conséquent pas exagéré.

11Quelle est l’évolution de ce groupe jusqu’au Mal Saint-Martin, en l’espace de deux, au maximum de trois générations ? Pendant cette période, les échevins sont reliés entre eux par des liens de filiation directe, tels Henri Pollarde et son frère (?) Gilles de Neuvice, fils de Henri de Neuvice ou Jean le Vinier, fils de Jean de Lardier. La parenté s’établit également par alliance matrimoniale : Jacques de Lardier est le mari d’Ide, fille de Henri de Neuvice. À côté de la transmission des sièges de père en fils, existe aussi une succession à l’échevinage de beau-père en gendre, comme l’indique l’exemple de Pierre Bovéal. Les trois listes échevinales ont montré l’importante présence de frères au sein de la cour. Des liens de cousinage sont ainsi observés entre Radoux d’île et Gilles Surlet.

  • 18 Henri de Neuvice (2x), Gilles Surlet (2x), Jean de Lardier (2x), Gilles de Coir, Gérard delle Cang (...)
  • 19 Jean de Saint-Martin dit delle Rose, Radoux d’île, Louis Surlet, Fastré Baré, Henri de Neuvice, Gi (...)
  • 20 Cf. tableaux généalogiques no 1,2, 4.

12Entre 1244 et 1312, le nombre d’échevins connus et identifiés s’élève à 58. Si la proportion d’échevins eux-mêmes fils de membres de l’échevinage s’avère hasardeuse à évaluer, faute d’informations toujours précises, on peut cependant affirmer que sur ces cinquante-huit hommes, treize18 ont vu au moins un de leurs fils intégré au sein du corps échevinal, souvent d’ailleurs alors qu’eux-mêmes y siégeaient encore. Ce nombre représente 22,4 % de l’effectif total, y compris aussi les hommes (près d’un quart) dont on ignore l’origine familiale exacte. La proportion est donc forte. Sept échevins ont d’autre part marié leur fille à un collègue19. Les tableaux généalogiques présentes en annexe20 indiquent à suffisance à quel point nos échevins sont imbriqués dans un enchevêtrement d’alliances intra-scabinales.

13Dans la seconde moitié du xiiie siècle, l’échevinage liégeois constitue un réseau dans lequel chacun s’inscrit par rapport à ses collègues, qui sont aussi ses parents, directs ou par mariage. Ainsi, Jean de Lardier, qui siège de 1275 à sa mort en 1308 peut-il se réjouir de compter parmi ses collègues, prédécesseurs ou successeurs immédiats, son père, son oncle paternel, son beau-père et le frère de ce dernier, son propre frère, deux beaux-frères, puis son fils et son neveu. Jean de Lardier apparaît donc à la fois comme un élément du réseau, mais aussi comme un maillon de cette chaîne que constitue son lignage, solidement ancré au sein de ce collège.

  • 21 Cf. tableau no 7.
  • 22 À titre comparatif : les réseaux familiaux du milieu parlementaire parisien, décrits pour une péri (...)

14Portons à présent notre attention sur les familles choisies comme partenaires par les dix lignages scabinaux dont on connaît bien les alliances21. On constate une forte proportion de mariages contractés en dehors du milieu scabinal, de même qu’en dehors du milieu urbain liégeois (27 mariages sur les 38 précédemment recensés). Notre observation s’étend à la ville et à la campagne qui l’environne, dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres et avec une orientation préférentielle vers l’ouest et le nord-ouest de la ville. Notre tableau présente deux cas d’alliances privilégiées entre deux lignages : les Neuvice-Charneux et les Wittem-Julémont de même qu’entre les Chabot et les Herck. Pour le reste, cette représentation paraît significative d’un agrégat de différents noyaux familiaux, composés chaque fois de quelques familles d’officiers épiscopaux de la périphérie groupées autour d’un lignage scabinal liégeois. Les diverses cellules sont reliées les unes aux autres par un ou deux mariages contractés au sein du milieu scabinal qui servent ainsi de passerelle entre les diverses parentèles, et réunissent le tout en un seul et unique réseau. Celui-ci dépasse le cadre urbain et comprend l’ensemble des officiers de l’Église liégeoise22.

  • 23 Sans même quitter les sources liégeoises, on se souviendra du récit, par Jean de Hocsem, de la mor (...)
  • 24 Cf. O. Thimister, Cartulaire... de Saint-Paul, p. 658. — J. G Schoonbroodt, Inventaire des chartes (...)

15Comment les parentèles s’inscrivent-elles dans le tissu urbain ? Cette implantation peut-elle contribuer à expliquer leur puissance, entre autre politique ? À l’instar de ce que l’on observe ailleurs23, mais sans perdre de vue les spécificités du contexte politique local, observe-t-on à Liège, des traces d’accaparement de la ville par les familles du patriciat tels que : regroupements lignagers par secteurs au sein de la ville, ou encore liens privilégiés avec l’une ou l’autre église, ainsi promue au rang de sanctuaire familial, lieu préférentiel de sépulture ou de canonicat ? En ce qui concerne ce dernier point, aucune tendance ferme ne semble se dessiner dans ce sens. Certes, nous connaissons l’exemple de deux chanoines du lignage de Charneux, titulaires dans le courant du xive siècle de prébendes à la collégiale de Saint-Paul de même que plusieurs membres de la famille de Cologne cités comme chanoines de Saint-Martin24. Mais ce sont là des cas isolés dans nos sources ; ils ne permettent pas de conclure dans un domaine qui, du reste, dépasse les limites de notre étude et devrait encore être exploré.

  • 25 Cf. ici même aspects institutionnels du pouvoir.

16Plus riche d’enseignements pour notre propos et par ailleurs, mieux éclairée par la documentation, examinons la question de l’occupation de l’espace urbain par les lignages et les éventuelles retombées politiques de cette implantation. La répartition initiale des citadins dans la ville reposait sur une division du territoire en quartiers ou « vinâves », appellation évocatrice d’une idée de voisinage, de proximité25. Tant par leur nom que par leur fonction de circonscription électorale (du moins pour le patriciat), les vinâves permettent de postuler l’existence d’une entente communautaire, basée sur le lieu de résidence.

  • 26 J. Bourgeois, le patriciat urbain liégeois, annexe 2. Pour les localisations : cf. ici même, fig. (...)

17Une étude de l’habitat patricien liégeois, effectuée d’après des documents des xiiie et xive siècles, fait ressortir deux époques dans son implantation : d’abord une concentration puis, vers le milieu du xive siècle, un essaimage sur toute la superficie urbaine26. Au xiiie siècle et au début du siècle suivant, les patriciens s’agglomèrent autour du Marché, centre névralgique de la vie politique municipale :

  • Sur le Marché : on trouve les de Lardier, résidant à la Mangonie, la maison des Bouchers.
  • Aux abords du Marché, dans un périmètre formé par la Neuvice, les rues du Pont et Souverain-Pont. Le relevé indique une occupation par les lignages de Pont, Neuvice, Polarde, de Coir, de Dinant, de Ramée, Surlet, Tireburse, delle Fosse et Cramadars.
  • Dans le prolongement du Marché, vers le nord-est de la ville, on localise dans les deux rues parallèles de Féronstrée et Hors-Château : les Mathon en Hors-Château (+ Henri de Dinant derrière le couvent des frères mineurs) et les Del Cange en Féronstrée et Hors-Château.
  • Un lignage au moins à l’époque qui nous intéresse, (peut-être trois car le témoignage de Hemricourt, d’où proviennent la plupart de nos renseignements manque ici de clarté) paraît implanté dans un lieu particulier. Les d’Île occupent en effet le quartier dont ils portent le nom. Les SaintMartin et les de Prez sont les deux autres familles évoquées par le notaire liégeois. D’après ce témoignage, Les Saint-Martin seraient originaires du village d’Ans, au nord-ouest de la cité « là ilh avoit chevaliers pluseurs demorans à temps delle fundation delle citeit27 ». Enfin, Hemricourt décrit les de Prez retranchés dans leur territoire fortifié d’Outremeuse « al encontre de ceux de Liège ». Mais tant en ce qui concerne les Saint-Martin que les de Prez, le témoignage de Hemricourt semble nous reporter à une époque antérieure aux années 125028.

18L’habitat patricien jouxte par conséquent les lieux du pouvoir urbain. Cette proximité géographique matérialise sur le sol urbain la mainmise de l’élite socio-économique sur les organes de gouvernement liégeois. Peut-on, en revanche avancer des commentaires quant à un éventuel quadrillage de la superficie urbaine, à des fins politiques, entre 1250 et 1312 ? Notre information sur les Île, les de Prez et les Saint-Martin plaiderait en faveur d’une telle hypothèse et tendrait à faire penser qu’il en fut effectivement ainsi, au moins pendant un temps. Néanmoins, le plan de l’habitat qui montre les Neuvice et les Polarde, père et fils, installés dans deux rues proches (Neuvice et rue du Pont) et donc voisins, montre aussi qu’ils partageaient cet emplacement avec d’autres lignées que rien ne nous autorise à considérer comme leurs satellites. Il est vrai que l’espace compris entre le Marché et la Meuse était exigu. Sans doute, cette particularité topographique contraignit-elle également à une forte densité de l’habitat.

  • 29 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 15–16. — Sur cette guerre : cf. G. Xhayet, Lignages et conscien (...)

19Seul un épisode de la guerre des Awans et des Waroux constitue un témoignage ferme sur l’existence de « secteurs lignagers » dans la ville de même que sur une solidarité de parentèle, renforcée par des liens de voisinage, le tout utilisé à des fins militaires29. Au tournant du xive siècle, Guillaume Cossens, citadin de Liège habitant dans le quartier de Vivegnis, au nord de la ville, une « platte maison, mais ilh avoit bonne eawe altour et bon pon leviche » recrute des « amis » pour une vendetta. Sont entre autres conviés à l’expédition des cousins issus de germains, Cornus de Saint-Léonard, qui « demoroiient asseis près de ly », et d’autres parents, résidant à Liège dans un lieu malheureusement non précisé. Sur l’autre rive de la Meuse, les enfants de l’avoué de Chênée et le frère de ce dernier, propre beau-frère de Guillaume sont aussi de la partie. Les futures victimes de l’expédition punitive habitent en un « bellefroit », situé à Fragnée. Cette notation d’un voisinage entre parents, mis à profit pour une action militaire est peu précis, mais précieux, compte-tenu de l’indigence globale de nos sources.

20Plutôt que conclure à une division de la ville en secteurs que domineraient autant de familles, ce que hormis cette occurrence, nos sources ne décrivent pas formellement, nous limiterons notre conclusion au constat d’une élite socio-politique constituée d’un seul vaste réseau, maître des abords de la cathédrale et du Marché.

  • 30 C. de Zantfliet col 426.
  • 31 J. de S. fr., p. 294. Plus loin (p. 298), il cite Gérard comme un neveu de Wathieu.
  • 32 H. Van Den Berch, Recueil d’épitaphes, 1, p. 208.

21Plus tard dans le courant du xive siècle, l’habitat patricien se disperse à travers tout le territoire. Ce nouvel urbanisme donne lieu à un autre type de stratégie qu’illustre le complot Datin en janvier 1433. Une dispersion des chefs dans tout le périmètre urbain s’avéra alors propice au strict quadrillage de la ville par le parti. La faction Datin reposait en grande partie sur des bases lignagères. Depuis 1430, Wathieu Datin, maire de Liège frappé d’une sentence d’exil et banni de la cité, vivait retiré sur ses terres à Montegnée, dans la banlieue ouest de la ville. De son domaine devenu son quartier-général et le rendez-vous obligé de ses comparses30, il continua de défier ses adversaires. C’est que, quoiqu’exilé, l’ancien maire conservait encore de solides appuis dans la ville même. Deux de ses cousins Guillaume Datin et Gérard Goreux participent à son action : l’un résidant dans la paroisse de Saint-Servais et l’autre possédant une maison en Île, dans l’actuelle rue Lulay-des-Fèvres31. Enfin, Lambert Datin, un autre parent probable de Wathieu, habitait en Neuvice32.

  • 33 J. de S. fr., p. 296, 299.
  • 34 J. de S. fr., p. 301.
  • 35 J. de S. fr., p. 294–304.
  • 36 J. de S. fr., p. 294–304.

22D’autres leaders encore, dont nous ignorons s’ils étaient apparentés à Wathieu et Guillaume Datin, résidaient de même en ville. Piron Borget, gouverneur des mangons impliqué dans le mouvement habitait dans la « Måsie Ruwalle », au flanc du Publémont ; André de Lairdieu vivait en Outremeuse, près de l’église Saint-Pholien33, Jean Hantéa, forestier du chapitre, résidait à la Boverie avec son fils34 et Jean de Tilhou, au Verbois35. L’intérêt de cet éparpillement apparut dans la nuit du 6 janvier 1433, lors de la seconde sédition Datin, quand ces différentes demeures se transformèrent en autant de points de repères et de centres de ralliement pour les conjurés36. Cet exemple puisé dans l’histoire du complot des Datin constitue un premier regard sur les rapports entre les solidarités lignagères, la conquête et l’exercice du pouvoir dans la ville et l’État liégeois ; un problème qu’il convient à présent d’aborder.

3. Solidarités lignagères et pouvoir

A. Awans contre Waroux : les contours d’une guerre lignagère

  • 37 Cette guerre a souvent été évoquée par les historiens liégeois cf. M. Van Zuylen, Awans contre War (...)

23Entre 1295 et 1335, une guerre lignagère ravage la campagne hesbignonne. Ce conflit, célèbre dans l’histoire médiévale liégeoise, y est connu sous l’appellation de « guerre des Awans et des Waroux37 ». Limité à ses débuts, il se propage progressivement à la plupart des familles du pays ainsi qu’à l’ensemble de la Hesbaye et du Condroz liégeois. Les deux protagonistes principaux de cette guerre, Humbert Corbeau d’Awans et Guillaume de Waroux sont des cousins. Ce sont également des voisins, seigneurs de terres distantes de trois kilomètres à peine l’une de l’autre.

  • 38 Sur ce principe, cf. F.L. Ganshof, « Homines de Casa Dei », p. 309–310. — G. Duby, La société, p.  (...)
  • 39 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 1–4.

24Le rapt d’une serve de Humbert Corbeau par Guillaume de Waroux, qui l’a promise à l’un de ses familiers, constitua selon Hemricourt le casus belli. L’affaire, qui avait débuté sur le mode romanesque, déclencha finalement un drame. En première analyse, le dommage subi par Humbert Corbeau d’Awans était d’ordre économique : suivant le principe du fructus ventrem sequitur la serve et sa descendance future risquaient en effet de passer par mariage dans le patrimoine de Waroux38. Mais au-delà de ce litige, Hemricourt devine une cause plus profonde à l’antagonisme : une rivalité pour le commandement sur la noblesse de Hesbaye « Coirbeaz d’Awans (...) voloit estre maistres de ses voisiens39 ».

25Sous la plume du notaire liégeois, la guerre des Awans et des Waroux revêt les caractères d’une guerre privée typique. Face à Guillaume de Waroux qui s’obstinait dans son refus de restituer le bien volé, Humbert Corbeau fit appel à ses amis pour venger l’affront, lançant par ce fait même, les premières opérations d’un conflit privé destiné à durer. Le récit se déroule en effet sur fond de solidarités lignagères qui soudent les uns aux autres les différents membres du clan et — revers de la médaille — font se dresser les uns contre les autres, les membres de deux clans affrontés. Sous forme d’une succession de cycles agressions-représailles entrecoupés de trêves, la guerre s’éternise durant quarante années. Au noyau primitif, composé des plus proches parents et des alliés les plus fidèles des seigneurs d’Awans et de Waroux, s’agrègent peu à peu d’autres lignages. Les motifs les plus variés précipitent dans l’arène ceux que le litige initial ne touchait pas : parenté, alliance, goût de l’aventure, vengeance lignagère qui génère un incessant besoin en hommes. Au fil du temps, on en arrive ainsi à une répartition des différents lignages du pays de Liège entre obédiences Awans ou Waroux.

  • 40 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 16.

26Les Liégeois, c’était inévitable, ne restèrent pas indifférents à ce conflit né à leurs portes et qui mettait aux prises des gens auxquels les unissaient d’étroits liens de parenté. L’entrée des Liégeois dans le jeu se fit par ce même biais des solidarités lignagères, et en particulier par l’entremise de Guillaume Cossens, dont nous avons rappelé plus haut l’action. Hemricourt clôt sa relation de l’expédition de Fragnée par une appréciation globale sur l’option des Liégeois dans cette guerre : « Et generament, dit-il, tote ly universiteit delle citeit estoit tote favorable a cheaz d’Awans et demorat en ceste volenteit tant que ly werre durat40. » Il convient à présent d’éprouver le bien-fondé de cette affirmation.

  • 41 Lignages liégeois impliqués dans le conflit lignager : Cossens (A), Frongnut (A), Hemricourt (A), (...)
  • 42 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 16.

27On objectera d’emblée que la communauté ne participa pas comme telle aux deux batailles de la guerre lignagère, celles de Loncin en 1298 et de Dommartin en 1325. Deuxième remarque, la participation de Liégeois au conflit lignager proprement dit fut en réalité assez limitée. Le catalogue des effectifs Awans et Waroux, dressé sur base patronymique d’après les données du traité, ne comporte pas plus de 14 lignages citadins sur un total de 93 familles recensées, soit 15 % à peine de l’ensemble41. Cette guerre paraît donc avant tout une affaire de nobles, et de gens des campagnes. De plus, à l’exception des Cossens ou des Hemricourt plongés dans la tourmente dès 1298, les familles citadines concernées n’entrèrent que relativement tard dans le conflit. En gros, elles n’apparaissent pas avant les préparatifs de Dommartin et ce peu d’empressement est également perceptible de la part des lignages hutois. Enfin, au vu des objections émises par Gérard Surlet, peu enclin à suivre son beau-frère dans ses belliqueuses entreprises, ou de celles formulées par Thomas de Hemricourt à Guillaume Cossens « que c’estoit uns marchans et qu’il pooit très mal laissier sa chevanche por entreir en ces werres42 », on doutera de l’enthousiasme des bourgeois de Liège à se jeter dans la bagarre.

  • 43 Sur ces personnages : J. de Hocsem, p. 185, 192. 1402, p. 291–293. En 1334 Colin de Sanson était p (...)

28Comment interpréter ensuite ce jugement d’une communauté liégeoise solidaire du camp Awans ? Quelques figures de proue émergent de la masse indistincte des Awans de Liège. Certains sont apparentés au châtelain de Waremme : notamment des membres des lignages Surlet et Lardier. D’autres appartiennent au monde des métiers : le mangon Jean Hanozéal, Guillaume Thomassin, mercier, Colin Sanson, drapier. Un autre personnage le pelletier Pierre Andricas43, zélateur de Guillaume de Geneffe se proclame aussi son parent. Cette prétendue parenté l’aide à s’imposer comme l’un des chefs de la faction. Indicatif de la configuration globale du parti Awans de Liège, le groupe de tête se dessine donc, constitué de patriciens apparentés aux Awans et de membres des métiers.

  • 44 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 35. — Sur ce pers. : C. de Borman, Échevins, p. 172. — Mention (...)
  • 45 À Huy, les 13 lignages représentés dans le conflit sont tous pro-Waroux.

29Pourtant, malgré ce que Hemricourt laisse entendre, des membres des deux partis se partageaient l’espace urbain. En soi, l’expédition de Fragnée constitue d’ailleurs une preuve implicite de la présence de Waroux dans l’enceinte liégeoise. En outre, parmi les lignages liégeois mentionnés par Hemricourt, la moitié se range dans le camp Waroux. Il n’est sans doute pas sans intérêt de constater que ces Liégeois qui optèrent pour le camp Waroux, se rangeaient ipso facto dans le parti qui soutenait l’évêque. Si l’on examine les noms de ces Liégeois pro-Waroux : Saint-Servais, de Charneux, Chabot, Neuvice, Proest..., on s’aperçoit qu’ils renvoient au monde échevinal de la cité ainsi qu’à celui des officiers épiscopaux. Hemricourt s’attarde alors sur certains cas qui l’étonnent. L’échevin Henri le Bel entre autres qui, bien que de naissance Awans, combat à Dommartin aux côtés des Waroux ; Guillaume Proest qui se détache du parti Awans après la paix et rejoint ses anciens adversaires de Waroux44. Nous pouvons encore ajouter les Neuvice à ce catalogue des citadins pro-Waroux, en dépit de leur parenté avec les Xhendremael, partisans Awans de longue date. Pour cette fraction de la population citadine, le parti Waroux semble surtout s’identifier au parti de l’évêque Adolphe de la Marck, dont dépend sa destinée politique45. À ce stade, un glissement paraît s’être opéré dans les enjeux du conflit : d’une guerre privée à un débat politique, autour du pouvoir épiscopal.

  • 46 1402, p. 267.

30Dernier trait de la participation des Liégeois à cette guerre : hormis quelques cas isolés dont il a été question, son caractère tardif. Le conflit clanique s’était développé à la faveur d’une période d’instabilité de l’autorité ecclésiastique. Ce n’est qu’à l’avènement d’Adolphe de La Marck, en 1313, que la pression du pouvoir souverain regagna en intensité. L’arrivée de ce prélat inquiéta les partis hesbignons qui s’empressèrent de se chercher des alliés. À cette fin, Guillaume de Geneffe amorça une alliance avec la commune de Liège et le chapitre cathédral, tandis que ses adversaires Waroux se rapprochaient de Huy46.

  • 47 1402, p. 286. — Liste des morts : J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 46–47.
  • 48 Sur cet engagement, cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 277–281.
  • 49 Traité de Wihogne du 4 octobre 1328 éd. ROPL, p. 194–198 et Paix de Flône ROPL, p. 200–209.

31Nous n’insisterons pas sur les péripéties et les multiples renversements d’alliances des années ultérieures. En 1325, Les Awans remportent la bataille de Dommartin, au cours de laquelle l’évêque perd quelques-uns de ses familiers les plus proches, tués dans les rangs Waroux. Pourchassés par la colère d’Adolphe de la Marck, que la déroute de ses alliés Waroux humilie, les Awans se réfugient à Liège47. Trois ans plus tard (en mai, puis en septembre 1328), Adolphe obtient sa revanche. À son tour, il inflige à la coalition des Liégeois et des Awans de cinglantes défaites48. Les Liégeois déposent les armes et demandent l’ouverture de pourparlers. Un premier accord est signé à Wihogne à l’automne 1328. Les dispositions qui y figurent sont ensuite complétées par un autre texte, conclu au prieuré de Flône, dans la campagne hutoise, le 1er juin 133049.

  • 50 Art. 32 de la Paix de Flône, ROPL, p. 207.
  • 51 Éd. ROPL, p. 225–233. — É. Fairon, L’abolition des guerres privées : éd. des préliminaires à l’act (...)
  • 52 J. de Hemricourt, Miroir, p. 398. — Les solidarités constituent un aspect de la législation sur le (...)

32Les traités portent sur les modalités — onéreuses — de la réconciliation des Liégeois avec leur évêque. Mais indice supplémentaire de l’osmose entre la cause civile et le conflit privé, on y convient aussi des conditions d’une amnistie pour les lignages « d’Awans, Hozémont, Geneffe, Haneffe, Stiers, Bovenistier, Limont, Liers, Fontaine, Rocourt, et tous ceux de leur acort pendant la guerre50 », de même que des moyens à mettre en œuvre pour assurer dans l’avenir, une cohabitation pacifique des familles rivales de la campagne liégeoise. L’évêque est sorti grand vainqueur de ce duel. Comme les Liégeois, les Awans se sont soumis à ses exigences. En ce qui concerne les lignages, Adolphe parvient à briser le système des vendettas et des vengeances privées. Dans la foulée des traités de Wihogne et de Flône, le 16 mai 1335, est en effet conclue la paix des XII lignages51. Jacques de Hemricourt, qui commente ce pacte perçoit nettement le changement intervenu à partir de 1335. Il observe que « le loiien del pais des XII » eut pour effet de « refroidir tout amour, charnaliteit et serviche [au sein des lignages], car chevalier et escuwiers des lynages deseurdis n’ont besongne de nul serviche, par tant qu’il ne soy puelent werier52 ».

33Par les causes de son déclenchement, comme par l’important dispositif parentélaire qui se déploie de part et d’autre, la guerre des Awans et des Waroux présente les caractères d’un conflit lignager. Il est impossible d’analyser ce conflit en faisant abstraction de ses considérables implications politiques qui découlent d’au moins deux éléments :

  1. La personnalité des combattants d’abord. Les hommes que l’on voit ici aux prises descendent des ministériels de l’Église. Et quand débute la guerre, ils sont commis à la surveillance des châteaux et des places, toujours sous l’égide des autorités ecclésiastiques.
  2. L’époque du déclenchement de la guerre. Au moment où les premiers incidents éclatent et où les partis se fortifient, la cité et le pays traversent une grave crise politique. Plusieurs évêques se succèdent rapidement et, lors des élections épiscopales, de fortes tensions s’exercent au sein du Chapitre. Le début de la guerre coïncide donc avec une période de faiblesse et d’instabilité du pouvoir épiscopal et capitulaire.

34Le développement du conflit des Awans et des Waroux à mis plusieurs faits en évidence :

  • La fusion des partis privés avec des intérêts civils, qui se double d’une confusion entre les objectifs de la lutte. Chacun mène sa guerre et poursuit ses propres objectifs53. Cette imbrication qui apparaît dans les deux camps (Waroux + Évêque contre Awans + communitas de Liège) se répercute jusque dans l’élaboration des traités de paix.
  • Le profit que l’évêque tire de la guere des Awans et des Waroux est considérable. La Paix des XII lignages renvoie dos-à-dos les deux clans antagonistes et les soumet également à l’autorité épiscopale.
  • Le rôle primordial joué par le châtelain de Waremme, chef du parti d’Awans après la mort de Humbert Corbeau d’Awans et devenu une des personnalités-clefs de la politique liégeoise. Ne vit-on pas des Liégeois partir en campagne contre des adversaires personnels de Guillaume, gens qui jusqu’alors, ne leur manifestaient aucune hostilité54 ?
  • 55 J. de Looz, p. 18. — H. de Mérica, p. 233–234. — la sentence d’excommunication de Pierre Ferrici m (...)

35Dans l’histoire médiévale liégeoise, la guerre des Awans et des Waroux est exceptionnelle par son ampleur mais aussi par l’enchevêtrement des objectifs lignagers originels avec des enjeux politiques auxquels elle a ensuite donné lieu. Sur un plan plus modeste, d’autres querelles présentent quelque analogie avec ce vaste conflit. Ainsi, des chroniqueurs relatent un différend qui opposa Raes de Heers à Jean de Hamal, au début des années 1460. Ces deux hommes étaient unis par des liens cognatiques, leurs démêlés personnels se confondirent bientôt avec l’ensemble du débat pour ou contre Louis de Bourbon55. Pour quels motifs ce conflit avait-il éclaté ?

36Quels effectifs (parents, clients ?) les deux rivaux purent-ils aligner ? Les sources ne nous fournissent sur ces points aucun élément de réponse.

  • 56 Cf. l’emprisonnement en 1255 du « frère du maître », signalé par J. de Hocsem, p. 29. — Mention de (...)
  • 57 Hypothèse proposée par Jean-Louis Kupper, « Notes sur Henri de Dinant », p. 339–349.

37Un autre exemple nous reporte quelques deux cents ans plus tôt. Une rivalité lignagère pourrait en effet s’être greffée sur la crise liégeoise des années 1253–1256 opposant la famille de Saint-Martin à celle d’Henri de Dinant — entre autres à son frère le hallier Jean de Dinant56. Dans ce contexte, l’acharnement des échevins à poursuivre Henri en justice s’expliquerait autant par le désir d’éliminer un adversaire personnel, que par le souci tout civique d’abattre un opposant à l’Élu Henri de Gueldre57. Mais cette fois encore, on ne peut que regretter la pauvreté de la documentation qui nous empêche de formuler plus que des hypothèses.

B. Liens de parenté et politique liégeoise aux xive et xve siècles

38En dehors du conflit Awans-Waroux, observe-t-on dans les sources liégeoises des traces de solidarités assimilables à des solidarités de lignage ? Première constatation, les témoignages relatifs à des implications de parents proches dans les partis sont plus nombreux que ceux portant sur des lignages tout entiers. Il est intéressant d’étudier dans quels contextes s’effectuent ces adhésions politiques et de voir de quelle manière elles s’orientent. Plus simplement, il s’agit de mettre le poids de la solidarité due aux parents en balance avec celui des intérêts individuels, lorsqu’éclate un conflit. Nous n’envisagerons pas les choix politiques d’un individu tout au long de sa carrière, ou ceux d’une famille, dans une perspective de « longue durée ». La question des permanences partisanes dans le temps sera abordée plus loin.

39Notre matériel documentaire est de qualité inégale et ne couvre qu’un siècle et demi d’histoire : de ca 1300 à 1468. Jusqu’à la fin du xiiie siècle en effet, les renseignements sont trop fragmentaires pour être utilement employés ici. Ensuite encore, la rareté des documents, comme leur disparité, nous interdiront souvent de constituer des corpus très détaillés de participants à la vie politique. Notre recherche s’appuyera par conséquent sur des données éparses, extraites de chroniques ou de documents d’archives qui nous sont parvenus. Notre information se révèle donc fort tributaire des choix opérés par les chroniqueurs dans la masse événementielle, comme des hasards de la conservation des documents.

40En amorce de la question, un mot sur la politique familiale des évêques. Pour éviter le risque de s’égarer dans un domaine qui s’éloigne du cadre de notre travail, nous nous limiterons aux effets du népotisme épiscopal sur la politique intérieure de la principauté au xive siècle. Ainsi certains pans de la politique d’Adolphe de la Marck se conçoivent avant tout dans une optique familiale. Ostensiblement, Adolphe use de sa position à l’évêché pour avantager les siens. Après un oncle — Gérard de La Marck — choisi comme bailli de Fize, un frère Conrad et deux demi-frères bâtards Englebert et Jean, Adolphe introduit Englebert, son neveu, dans les sphères dirigeantes liégeoises, en l’occurrence au chapitre, dès ses quinze ans. Englebert deviendra ensuite prévôt de Saint-Lambert, puis en 1343, à la mort d’Adolphe il lui succédera à la tête de l’évêché.

  • 58 C. Gaier, Art et organisation, p. 279. — N. Reimann, Die Grafen, p. 25–33.
  • 59 Cf. J. Lejeune, Liège et son pays, p. 123–134. — J. Baerten, H et graafschap Loon, p. 141–150.
  • 60 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 123.
  • 61 Voir la fin de la chronique de Jean de Hocsem, consacrée en grande partie à cette controverse, de (...)

41Les La Marck se soutiennent. En 1328, Adolphe bénéficie de l’appoint de forces commandées par son frère Conrad, comte de la Marck, accouru à son secours face aux Liégeois58. Cette intervention indique que l’un à la tête de son comté, comme l’autre à la direction de l’Église liégeoise, pratiquent en fait une même politique de promotion familiale. De même, les sources retiennent les dissensions liées à la succession du comté de Looz ; un contentieux qui fit s’affronter l’évêque Adolphe et la partie du chapitre qui échappait à son contrôle. Cette délicate affaire prit naissance en 1332 à la mort de Louis IV, dernier comte de Looz, et ne s’acheva que 34 ans plus tard, sous l’épiscopat de Jean d’Arckel. Les péripéties de ce débat ont déjà fait l’objet d’analyses qui nous dispensent d’une relation détaillée59. Terre de la mouvance de Saint-Lambert, le comté de Looz aurait dû faire retour à l’Église de Liège après la mort du dernier comte dépourvu d’héritier direct et cela, en vertu d’une règle relative à la dévolution des fiefs dans l’Empire60. Le chapitre cherchait à imposer cette disposition de loi parce qu’elle favorisait ses prétentions. Adolphe de La Marck entendait au contraire la contourner au profit des siens, dont les revendications sur le comté de Looz avaient également quelques fondements. L’évêque agit alors de telle sorte que le comté échût à son beau-frère Thierry, seigneur de Heinsberg, en dépit des intérêts de l’Église liégeoise et malgré les efforts déployés par Jean de Hocsem qui se démena vainement pour faire échouer la manœuvre61.

  • 62 « dictus dominus episcopus, satis modicum curans de clero et nobilibus patrie, (...) posait in maj (...)

42Adolphe de La Marck ne fut évidemment pas le seul évêque à tisser un réseau d’alliances familiales et à faire prévaloir ses intérêts lignagers sur ceux des Liégeois. Après lui, Englebert de la Marck et Jean d’Arckel appliquèrent une même politique de promotion lignagère. Mais pour mener cette politique, les prélats n’eurent pas toujours les coudées franches. Ces pratiques se heurtent parfois à des mouvements de résistance, notamment quand la population estime que ses intérêts sont lésés. En témoigne la sédition contre Jean d’Arckel qui avait, entre autres, confié la sénéchaussée du comté de Looz à son fils naturel, Jean. Suivant le chroniqueur Mathias de Lewis, l’attitude trop ostensiblement favorable de ce prélat envers ses proches et ses amis irrita les élites liégeoises qui s’estimèrent frustrées de nombreux offices et prébendes. Des plaintes s’élevèrent donc contre lui, au travers desquelles on sent poindre la revendication d’un droit à l’indigénat, pour la dévolution des charges62.

43Il reste maintenant à examiner les agissements de ces gens que mécontentaient le népotisme et le clientélisme de leur prélat et nous demander quelles furent leurs conceptions des relations entre famille et politique. Nous entamerons cette étude par les situations dans lesquelles esprit de famille et concordance de vues politiques vont de pair.

  • 63 1402, p. 184–185.
  • 64 1402, p. 190.
  • 65 J. de S. fr., p. 110–111. — C. de Zantfliet, col. 383. Les de Horion sont issus du patriciat hutoi (...)
  • 66 A. d’O., p. 81, 94. — Sur Henri Grégoire de Sart cf. C. de Borman, les receveurs généraux, t. 13, (...)

44Observons tout d’abord cette attitude quand elle se combine avec la loyauté envers le pouvoir en place. La fidélité lignagère à la cause épiscopale dans les époques de troubles n’a en fait laissé que peu de traces dans nos sources. Sans doute faut-il estimer que dans l’optique des chroniqueurs, le loyalisme allait de soi et ne suscitait donc guère de commentaires. Le rédacteur anonyme de la chronique de 1402, contemporain des dissensions urbaines de 1253–1256 offre un premier témoignage. Il insiste notamment sur la qualité du service de Gérard de Héron et de son père Gérard de Berloz, maréchal d’armée de Henri de Gueldre auprès de leur maître. Ce comportement déplait évidemment aux adversaires de Henri de Gueldre qui s’en prennent aux Berloz et dévastent leurs domaines63. Toujours à l’occasion de cette crise, notre source nous apprend que Henri de Gueldre put également compter sur le soutien des frères de Saint-Martin, l’un maire et l’autre échevin dans la cité mosane64, qui dirigèrent la résistance face à Henri de Dinant. Franchissons à présent le cap de l’année 1400. Pendant l’insurrection des partisans des Perwez, à Liège en 1407, Guillaume de Horion et son fils, à qui les Liégeois reprochent leur fidélité à Jean de Bavière, sont exécutés65. Une soixantaine d’années plus tard, en 1462, Henri Grégoire, châtelain et receveur épiscopal de Franchimont, puis échevin liégeois est banni par la commune, en raison de son appartenance au parti de Bourbon. L’année suivante, c’est au tour d’un autre membre de ce lignage Grégoire (Grégoire, fils de Guillaume Grégoire, lui aussi receveur de la place ardennaise), d’encourir une sentence d’exil et pour les mêmes motifs que son prédécesseur66.

  • 67 C. de Borman, Échevins, p. 174, 192. — 1402, p. 277 : Le seigneur de Loncin, placé en garnison à M (...)
  • 68 J. de Hocsem, p. 23.

45Au gré des succès ou des déboires militaires et politiques, la fidélité lignagère envers l’évêque devient instrument de perte ou de salut. Le sort des Horion ou celui — au demeurant moins dramatique — des Grégoire tend à le démontrer. Vainqueurs, les adversaires de l’évêque en déroute se montrent impitoyables à l’égard de ses amis. À l’inverse, quand le sort des armes sourit au prélat, le loyalisme lignager envers la personne de l'évêque vaut à ceux qui ont fait de cette attitude leur ligne de conduite, tous bénéfices de la part du maître satisfait. Ainsi, des charges scabinales furent conférées à Coune de Loncin et à Jean II de Langdris par Adolphe de La Marck, en récompense pour les services que lui avaient rendus leurs aînés67. On en arrive d’ailleurs à se demander si la perspective d’un avancement pour soi et le lignage ne constitua pas parfois une motivation puissante à opter pour le parti épiscopal. La question se pose notamment à propos du comportement des citadins, paradoxalement partisans des Waroux, quand leurs origines familiales les appelaient plutôt dans le camp adverse. Cette hypothèse que nous formulons, on peut penser, qu’en son temps, le chroniqueur Jean de Hocsem l’exprima également, à propos des événements de 1254. Il soupçonne en effet les échevins d’avoir soutenu Henri de Gueldre qui réclamait des troupes pour Jean d’Avesnes, dans l’espoir d’obtenir des prébendes pour leurs fils68. Ces exemples révèlent quelques facettes d’une attitude où s’entremêlent sentiments de fidélité de type vassalique et choix politiques, le tout combiné avec des espérances de promotion personnelle et familiale.

46À côté des familles qui optent pour le service épiscopal, d’autres décident de mener un combat indépendamment de l’évêque et souvent, contre lui. Ce comportement a laissé davantage de traces dans les textes, et cette abondance semble liée à plusieurs facteurs. Ainsi le contexte qui correspond souvent à celui d’une rébellion constitue un sujet propre à aviver la verve des auteurs. Une autre explication peut encore être avancée. Les actes répertoriant les membres de certains groupements politiques ont été conservés. Le cas échéant, ils contiennent des renseignements relatifs aux liens de parenté existant entre certains intervenants et concourent de ce fait à enrichir notre corpus.

  • 69 Éd. É. Fairon, Chartes confisquées, p. 295, 48, 16. — Antérieurement à ces textes, les deux conféd (...)
  • 70 Deux documents ont été émis à l’initiative de ces Grands : éd. RCL, 1, p. 160–161 (15 mars 1307). (...)
  • 71 Sur ce lignage, J. de Hemricourt, Miroir, p. 474 cite un Gilles Gillman, (†1361) hallier de Liège.
  • 72 Baudoin, fils de Gobert. Sur ces personnages : cf. C. de Borman, Échevins, p. 103— 104.

47Il faut toutefois attendre la dernière décennie du xiiie s. pour rencontrer les premiers documents à caractère politique, qui émanent de laïcs, citadins de Liège. En l’occurrence, il s’agit de deux traités d’alliance datés l’un de 1290 et l’autre de 1307. Ils concrétisent des ententes entre des « Grands » de la cité et des tiers, dans un climat politique tendu. La première convention, datée du 17 septembre 1290, vise à se prémunir contre des abus de pouvoir d’officiers de l’évêque Jean de Flandres69. La seconde fut conclue par des « patriciens » dans le cadre des hostilités qui aboutirent au Mal Saint-Martin70. Qui sont les contractants ? Peut-on déceler entre eux des liens de parenté, significatifs d’une politique voulue en concordance avec les solidarités familiales ? Nous ne nous prononcerons pas au sujet de l’acte de 1290. Il figure en effet au nombre des documents détruits en 1408 et qui ne nous sont parvenus que sous forme d’un résumé. La teneur du second, de même que les noms de ses signataires ont été préservés et permettent une réponse plus circonstanciée. Six des treize Liégeois mentionnés sont des frères : deux Surlet, deux Coir, deux Gillemans71 ; les deux personnages porteurs du patronyme de Dinant, sont père et fils72. En outre, Jean Surlet est le gendre de Jean de Lardier, également associé à l’entente. Manifestement, cette alliance unit quelques familles et, à l’intérieur même de ces cellules, des parents proches. Indice supplémentaire de cohésion sociale, quelques-uns des contractants siègent à la cour échevinale. Il faut cependant noter que cette alliance n’englobe ni tous les échevins, ni un ensemble de gens ne provenant que d’une seule famille. Ce pacte montre néanmoins que l’option politique repose en grande partie sur de solides assises lignagères. Il témoigne en outre de la constitution, à l’aube du xive siècle, d’un réseau politique fondé sur des ententes entre quelques groupes familiaux, au sein de l’oligarchie liégeoise.

  • 73 J. de Hocsem, p. 203–205.
  • 74 éd. J. G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Martin, p. 258–259.

48Quelques temps plus tard, au plus fort de la crise liégeoise contre Adolphe de la Marck, le chanoine Hocsem décrit au pape la situation pénible du clergé partagé entre évêque et cité : une partie réfugiée à Huy à la suite d’Adolphe, le reste demeuré à Liège aux côtés des rebelles. Ces « brebis malades du troupeau », comme l’écolâtre de Saint-Lambert les nomme, sont des chanoines « de prefate gentis germine procreat73 ». Comment convient-il d’interpréter cette dernière allégation ? Dans un sens d’extraction lignagère ou bien comme une insinuation suivant laquelle ces chanoines, par leur attitude, se seraient assimilés aux familles rebelles ? Une supplique, adressée au pape le 1er juillet 1328, nous apprend que les clercs incriminés appartiennent au chapitre de Saint-Lambert aussi bien qu’aux collèges des églises secondaires74. Aucun texte ne nous fournit un répertoire complet de leurs noms. Nous pouvons néanmoins identifier quelques-uns de ces réfractaires, et parmi eux, le fils de l’échevin Louis Surlet, Gilles, prévôt de Saint-Jean. Le chanoine est donc apparenté à ces Surlet qui, à Liège aux côtés des Awans, conduisent la lutte contre l’évêque. Toutefois, une généralisation à partir de cette coïncidence serait sans doute hasardeuse. Un seul cas repéré paraît insuffisant pour conclure à une collusion entre les meneurs liégeois et les prébendiers qui leur étaient apparentés dans les collégiales.

  • 75 J. d’O., abrégée, p. 201, 202–204. — J. de S lat., p. 73–74. — C. de Zantfuet, col 303–304. — Walt (...)

49C’est une fois encore à l’approche de la fin du xive siècle, que la documentation s’accroît et devient vraiment significative. Les conflits se multiplient et les textes se font plus riches en notations intéressantes. Le règne de Jean d’Arckel (1364–1378) est ainsi marqué par de fortes tensions entre le prélat et la cité, soutenue par le pays. Porté par la ferveur des Liégeois et par la cohésion de son lignage qui fait bloc derrière lui, Walter de Rochefort-Agimont, seigneur de Haneffe et Ochain, parvient plusieurs années durant, à tenir tête à l’évêque. Aux yeux des Liégeois, il s’impose comme alternative au pouvoir épiscopal. Walter est fort de l’appui de ses frères : Gilles, membre du chapitre cathédral et Gérard, bientôt promu à la tête du baillage de Thuin.75.

  • 76 J. de Bav. p. 200. — C. de Zantfliet col 391.
  • 77 J. de Bav, p. 205. — Henri de Perwez et Adolphe II comte de Clèves étaient des cousins issus de ge (...)

50Au xve siècle, les sources révèlent également de solides cohésions familiales. L’insurrection de 1403–1408 contre Jean de Bavière en fournit une première illustration. Au matin d’Othée, le fils puiné d’Henri de Perwez, Jean resté jusqu’alors à l’écart du soulèvement entre en scène, accourant à la rescousse de sa famille, à la tête d’un contingent venu de Tongres76. Ce jour encore, les Perwez bénéficient de même du secours d’Adolphe H, comte de Clèves qui leur est « consanguineis propinquis77 ». À un échelon inférieur de la hiérarchie du pouvoir des Perwez, on assiste à de semblables regroupements, qui prouvent combien était forte l’emprise lignagère au sein du mouvement Hédroit :

  • Jean delle Chaussée, bourgmestre, qui négocie avec les Perwez les conditions de leur accession au pouvoir et son frère Henri delle Chaussée78 ;
  • des membres du lignage delle Roche : le bourgmestre Baudoin, son fils Guillaume, chanoine à la cathédrale, enfin Franck, fils de Jacques delle Roche (neveu de Baudoin ?) élevé à la charge scabinale le 16 avril 140779 ;
  • le bourgmestre Laurent Lamborde et ses fils Gilles et Guillaume80 ;
  • les Rosmel, Guillaume élevé à la dignité de chanoine de Saint-Pierre, tandis que, le 10 janvier 1407, Sandre le Moine de Rosmel, se voyait confier par Thierry de Perwez, la châtellenie de Franchimont81 ;
  • les Baddut : autour de Jacques Baddut, bourgmestre sous les Perwez en 1402 et 1407, gravitent quelques proches qui collaborent à son action. N’insistons pas sur « un sien cousin » qui, aux dires de Jacques Baddut, lui servit d’agent de liaison pendant le siège de Maastricht, en 1408. Le personnage est impossible à identifier et son existence même reste sujette à caution. Nul doute en revanche à propos des autres parents de Jacques Baddut engagés dans la lutte à sa suite. Son frère, Lambert Baddut, prébendier de Saint-Phollien de Fosses et vestit de la paroisse d’Heure-le-Romain, dans la Basse-Meuse fut condamné par l’autorité ecclésiastique en décembre 1408 pour avoir adhéré au schisme de Thierry de Perwez. Les sources font également état d’un neveu de Jacques Baddut : Jacqueminet, le fils de sa sœur. En 1407, celui-ci accompagna son oncle en mission auprès du pape Benoît XIII et, comme lui, fut arrêté sur la route du retour puis incarcéré dans la prison parisienne du Châtelet. L’année suivante, en compagnie de Lambert Baddut, Jacqueminet participa à un raid dans les terres de Jean de Heinsberg, partisan de l’Élu de Liège et fut une nouvelle fois capturé82 ;
  • En octobre 1403 enfin, après la restauration de l’autorité de Jean de Bavière, consécutive au premier soulèvement hédroit, vingt meneurs de ce mouvement furent bannis de Liège. Six de ces hommes étaient unis par des liens de parenté : Laurent Lamborde et l’un de ses fils, déjà cités plus haut ; les deux frères Mathonet et Élie de Flémalle, enfin Jean de La Berwinne et Laurent Hurtin, deux frères eux aussi83.
  • 84 M. Franckson, Bourgmestres, II, p. 65.
  • 85 J. de S. fr., p. 166. — Sur ces personnages cf. tableau généalogique no 6.

51Franchissons quelque vingt années, pour aborder la question des partis communaux et de la conjuration des Datin, dans les années 1420–1430. L’affrontement de deux partis pour l’hégémonie sur la cité mosane, qui se solde par la victoire de l’un et l’éradication de l’autre, caractérise la première moitié du règne de Jean de Heinsberg (1419–1455). Henri II delle Chaussée, neveu du bourgmestre Jean84 et Fastré Baré Ier Surlet de Lardier dirigent le premier de ces groupements ; Wathieu Datin se trouve à la tête du second. Dès 1418, Wathieu Datin domine l’échevinage. Moyennant finance, il s’est assuré auprès de Jean de Walenrode, l’éphémère successeur de Jean de Bavière, la détention viagère de la mairie liégeoise. Dans le même temps, Guillaume Datin, son cousin, brigue et obtient son premier mandat de bourgmestre, une magistrature qui vient tout juste d’être rétablie après Othée85.

  • 86 J. de S. fr., p. 294–295. — M. Ponthir — M. Yans, Histoire de Montegnée et Berleur, p. 122–125. — (...)
  • 87 J. de S. fr., p. 301.
  • 88 J. de S. fr., p. 303. — acte du 28 janv. 1433, éd. S. Bormans, le bon métier des drapiers, p. 210, (...)
  • 89 acte du 15 avril 1433, éd. RCL, 3, p. 274–279.
  • 90 acte du 4 juillet 1434 éd. G. Hansotte, Règlement des métiers. Les fèvres, p. 57.
  • 91 RCL, 3, 15 avril 1433, p. 278.
  • 92 éd G. Hansotte, Règlement, acte du 4 juillet 1434, p. 58–59.
  • 93 P.F.X. de RAM, Documents, acte du 2 avril 1433, p. 389.

52L’assise du parti Datin est familiale. En plus de Wathieu et Guillaume, le cercle compte parmi ses chefs Gérard de Goreux, bailli de Hesbaye, cousin des deux précédents, Lambert Datin, fils ou neveu de Wathieu inscrit chez les Fèvres, le mari de Marie, une sœur de Wathieu Datin : le mercier Jean de Frères et Jean, son fils naturel86. D’autres membres encore du parti leur étaient peut-être également apparentés, mais comment le savoir ? Il est certain qu’il y eut d’autres coalitions familiales au sein de cette faction. Nous citerons Jean Hantéal, forestier du chapitre, et son fils87, Servais Dothey [d’Othée ?] et ses fils Jeannin et Henrion, membres du métier des drapiers88, cinq tanneurs nommés de Tilff89, deux fèvres : Jean et Henri de Hodeige90, plus un autre de Hodeige, Collard inscrit chez les Tanneurs91. D’autres Fèvres encore : Gille et son fils Collard de Tilleur92 de même que Lambert et Jean de Tilleur qui leur sont peut-être apparentés mais sont mentionnés ailleurs93. Il est probable qu’un regroupement familial analogue se soit également dessiné dans le camp adverse. La nature de notre documentation, faite essentiellement de procès-verbaux d’assemblées corporatives entérinant les peines prononcées contre les conjurés, rend ce phénomène moins facilement perceptible.

  • 94 J. de S. fr., p. 307.
  • 95 J. de S. fr., p. 430.
  • 96 S. Bormans, métier des drapiers, p. 209.
  • 97 J. de S. fr., p. 485.

53Les données relatives au parti delle Chaussée sont donc plus éparses. On peut cependant repérer parmi les adversaires des Datin deux des frères de Seraing94, les deux frères delle Semme, membres du métier des Fèvres95 ; enfin Henri Bertrand et son fils Florkin, tous deux drapiers96. Les sources retiennent surtout, après la victoire finale en janvier 1442, le mariage de Fastré Baré II Surlet, fils du compagnon de lutte de Henri delle Chaussée, avec Marie, la fille de ce dernier97. Cette union scella une alliance politique qui remontait au temps de l’opposition à Jean de Bavière et s’était encore révélée d’une redoutable efficacité, vingt ans plus tard contre les Datin. Ce mariage consacra en outre le jeune Fastré Baré II comme héritier spirituel de Henri delle Chaussée et son successeur potentiel, à la tête de la commune liégeoise.

54Achevons notre parcours dans le monde des rapports entre parentèles et politique par le conflit des années 1460–1468. À ce moment encore, les hasards de la documentation révèlent l’existence de groupes familiaux solidaires pour les affaires privées, la gestion de la ville et les choix politiques. En voici un, probablement exemplaire de beaucoup d’autres. Le 18 novembre 1467, Louis de Bourbon confisque les biens de Noël et Aélys de Fanson, en représailles contre le soutien que leur mère, veuve de l’échevin Gilles de Fanson, a naguère apporté aux opposants. On veut bien admettre la rancune de Louis à l’égard de cette famille et le bien-fondé de la peine dont il la frappe. Au travers de cette simple condamnation s’esquissent les effets d’une ligue anti-bourguignonne constituée au sein de quelques familles de l’échevinage, depuis une vingtaine d’années au moins et fondée sur un jeu d’alliances matrimoniales, et même — chose exceptionnelle dans nos sources — sur un lien de parenté spirituelle.

  • 98 Sources : RCL, 4, p. 250–251. — Sur ce clan : C. de Borman, Échevins, p. 343–344, 352–353, 354. — (...)

55La veuve de l’échevin Gilles de Fanson, semble le pivot de ce réseau d’ententes. Cette femme, Alide de Fanson, était la fille de Jean de Lantremange dit de Damesart et de Marie delle Chaussée, cette fille d’Henri delle Chaussée qui épousa Fastré Baré II Surlet en secondes noces. Le frère d’Alide, Jean dit de Damesart, siégea également au sein du collège échevinal. On constate, en outre, qu’Alide fut choisie comme marraine de Jeanne, fille de Jean delle Falloise, lui aussi membre de l’échevinage. Cet écheveau complexe d’alliances privées d’où émergent les noms de trois échevins (Fanson, Damesart et delle Falloise) ainsi que celui du maire Henri delle Chaussée apparaît au bas de quelques actes notariés, indices de la cohésion du groupe dans le traitement d’affaires privées. On le retrouve encore sur une sentence d’excommunication apostolique, prononcée le 10 septembre 1464 contre les rebelles liégeois et sur laquelle nous reviendrons, qui prouve que la coalition avait aussi une finalité politique. Deux ans plus tard, d’ailleurs, un nommé Bertholet Damesart fut inscrit sur une liste d’otages liégeois, livrés au duc Charles98.

  • 99 A. d’O., p. 177–178. Perfide, le chroniqueur juge que Pentecôte encouragea les Liégeois à résister (...)
  • 100 J. de Haynin, I, p. 135–137. — G. Xhayet, Raes de Heers, p. 422, n. 73.
  • 101 Cf. W. Paravicini, Gui de Brimeu. Der Burgundische Staat, p. 142, n. 185.
  • 102 Sur les relations entre Raes de Heers et Antoine de Palant cf. W. Paravicini, Antoine de Palant, p (...)

56Venons-en à quelques cas plus individuels. Le chef liégeois Raes de Rivieren, seigneur de Heers trouve de multiples appuis dans sa parentèle. Retenons tout d’abord le rôle de Pentecôte de Grevenbroeck, en soulignant au passage combien il est rare de trouver dans les textes semblable trace d’intervention féminine. Dans cet univers politique essentiellement masculin, Raes de Heers a ainsi pu compter sur l’aide active de sa femme. En octobre 1467, aux côtés de Raes d’abord, puis secondée par un des lieutenants du tribun, Pentecôte organise la défense de Huy ; une ville qui vient d’être conquise par les Liégeois et qu’il s’agit de protéger contre les efforts de contingents hutois et bourguignons pour la reprendre99 À cette époque encore, Englebert de Lintre, le fils naturel du chef liégeois est le châtelain de la forteresse familiale de Heers. C’est à lui qu’incombe la périlleuse mission de défendre la place contre les assauts bourguignons en janvier 1466100. Plus tard encore, après la défaite de l’automne 1467, Englebert chercha à protéger la fuite de son père et ce délit l’exposa aux foudres de la justice bourguignonne101. Dès 1466, Raes bénéficie également du soutien d’un troisième allié, dans la personne de son futur gendre Antoine de Palant, châtelain de Montjoie. Antoine, qui est fiancé à la petite Dieudonnée de Rivieren, met à la disposition de Raes et de sa famille la place-forte dont il a la garde, comme retraite en cas de coup dur dans la cité mosane102.

  • 103 Handlung, éd. A. Krieger, Die Markgraven.., p. 472. — A. d’O., p. 246. — Sur Guillaume d’Ochain : (...)
  • 104 L.P. Gachard, Recueil, II, p. 431 (art. 4 de la sentence du 8 novembre 1467 prononcée contre le Pa (...)

57Enfin, nous savons par une source allemande relative à l’expédition militaire de septembre 1465 au duché de Limbourg, que le meneur liégeois y participa en compagnie d’un de ses beaux-frères. Mais à cet égard se pose un problème d’identification, car trois personnages pourraient se dissimuler sous cette mention : un frère de Pentecôte ou les époux des sœurs de Raes, Aléide et Marie. L’un de ces personnages doit être d’emblée exclu : Guillaume de Momalle, mari d’Aléide était un ferme partisan de Louis de Bourbon. Pourrait-il dès lors s’agir de Guillaume d’Argenteau, seigneur d’Ochain, mari de Marie de Rivieren ? À son retour d’exil, en 1477, Raes trouva en effet un asile temporaire à Ochain. Une telle proposition d’identification se heurte pourtant à un écueil : en 1468, Guillaume d’Argenteau apporta son soutien à l’évêque Louis de Bourbon. Comment s’expliquerait sa position avant et après la défaite liégeoise de 1467 ? En soi, un tel revirement ne serait pas exceptionnel. De semblables volte-face se produisirent effectivement au sein de la petite noblesse. Mais au-delà de cette constatation, il faudrait encore invoquer soit une réelle entente lignagère entre Raes et Guillaume, indépendamment de leurs choix politiques contradictoires, soit un appui apporté successivement à l’un, puis à l’autre des adversaires suivant les fluctuations de la conjoncture103. Une cascade de conjectures qui rend, on le voit, l’identification du beau-frère de Raes avec Guillaume d’Argenteau fort aléatoire. Ceci nous amènerait dès lors à trancher en faveur du troisième personnage : Robert de Grevenbroeck, dépouillé de ses biens en 1467 à cause de ses activités politiques104.

  • 105 A. d’O., p. 103.
  • 106 A. d’O., p. 118–119.
  • 107 A. d’O., p. 201–203. — Sur ce personnage et son lignage : M. Josse, Vincent de Bueren, col. 61–64.
  • 108 Onofrius, p. 49–50. — Sur l’origine de Gossoin de Straile : C. de Borman, Gossoin de Straile, p. 3 (...)

58D’autres parentèles, et d’abord celle de Guillaume de Bueren, doivent également retenir notre attention. Cette famille originaire de Gueldre et apparentée à Jean de Heinsberg se réfugie à Liège sous son règne. Dès son avènement, Louis de Bourbon refuse à Guillaume la confiance que lui accordait son prédécesseur. Le rejet est mal ressenti. En 1465, le seigneur de Bueren accorde son appui aux opposants qui parlent de substituer un mambour à Louis de Bourbon105. Après lui, ses fils s’engagent à leur tour dans la lutte. Au mois de juin 1465, le nouveau régent de Liège Marc de Bade constitue son entourage d’officiers. Et, significativement, il confie l’officialité à l’un des fils de Guillaume, Alard de Bueren, chanoine de Saint-Lambert106. Mais le plus connu des fils du seigneur de Bueren est sans conteste Vincent, qui s’illustre dans la résistance liégeoise en septembre et octobre 1468107. Durant ce tragique automne, il combat aux côtés des membres d’une autre parentèle : les deux frères Gossoin et Eustache de Streel. Ces derniers, issus de la petite noblesse hesbignonne reprennent alors le flambeau de la résistance anti-bourguignonne, à la suite de leur père Eustache tué à Brusthem, et de leur oncle Jean de Streel, lui aussi opposant de la première heure à la mainmise de Bourgogne sur le pays108.

  • 109 Raoul de Rivo, p. 44.

59Ainsi au cours de la période envisagée, se dessine à maintes reprises un consensus familial dans l’action politique, que ce soit ou non en faveur du pouvoir en place. Les exemples que nous venons d’examiner nous enseignent qu’il est intéressant lorsqu’on mène une politique d’être, selon le mot du chroniqueur Raoul de Rivo à propos de l’évêque Arnould de Homes, « parentibus potens109 ».

60Il convient pourtant de limiter la portée de cette conclusion : la solidarité familiale et politique n’est pas une constante. Nous nuancerons donc notre propos, tant du point de vue de la population envisagée, que de celui des motivations régissant les choix politiques. D’un point de vue social, il faut admettre que les hommes « politiques » repérés dans ce contexte appartiennent à une fraction bien circonscrite de la population. À l’exception de certains intervenants compromis dans le complot des Datin, ces personnages appartiennent à l’élite socio-économique liégeoise. À l’exception d’une poignée d’individus qui se distinguèrent par leurs seuls actes, les gens dont il est question ici ont attiré l’attention des chroniqueurs ou des autorités sur leurs activités, parce que leur origine ou les fonctions qu’ils exercaient les mettaient en point de mire. Du gros de la troupe, de ses façons d’agir, nous ne savons presque rien.

  • 110 J. de Looz, p. 49 :« Melius enim (...) esse quam tu et tui mendicitati sint obnoxii et pereant, qu (...)

61Les motivations appellent également un commentaire. Les parents se soutiennent par élan de solidarité lignagère, mais aussi par nécessité. En cas de succès, lorsqu’ils travaillent pour le compte d’autrui, l’espoir d’être récompensés pour bons et loyaux services les anime sans doute. S’ils agissent suivant leur propre initiative, ils retirent les fruits de leur entreprise. À l’inverse, en cas d’échec, la crainte d’être entraîné dans une débâcle commune doit s’avérer un autre moteur puissant. Car à partir d’un certain point, le destin de toute une parentèle dépend du succès ou de l’échec de l’un de ses membres. C’est pourquoi il importe à chacun des membres d’une lignée de soutenir les autres, pour éviter une chute dramatique pour tout le monde. « Il vaut mieux que toi et les tiens soyez réduits à la mendicité et à la mort plutôt que nous et les nôtres, car sous votre action, nous serions exilés du pays et nous mendierions, pressés par le besoin et nous péririons dans le déshonneur ». Tel est en substance le discours tenu par Raes de Heers, alors tout-puissant dans la cité à la mère du chroniqueur Jean de Looz, venue avec ses enfants l’implorer de gracier son mari, exilé pour délit de sympathies bourguignonnes, en 1466110. Ces propos, qui nous éclairent sur le caractère impitoyable des luttes partisanes consécutives à la signature de la paix de Saint-Trond, illustrent également cet état de fait qui lie le sort de tout un lignage aux actes de chacun de ses membres.

  • 111 J. de S. fr., p. 319–320, 511–512.
  • 112 J. de S., fr., p. 313, 320.
  • 113 Éd. S. Bormans, Le bon métier des drapiers, p. 211.

62Le sort pénible réservé aux proches des conjurés Datin paraît tout aussi exemplaire. Au lendemain des troubles, la sœur d’André de Lairdieu dut s’enfuir à Maastricht. Quant au frère de ce même André, son état de sous-prieur de l’abbaye de Saint-Laurent ne le préserva que médiocrement des velléités vengeresses. Soupçonné d’avoir essayé d’aider son frère, il fut écroué dans la prison conventuelle. Plus tard, il parvint à fuir Liège et trouva refuge à l’abbaye Saint-Mathias de Trêves111. Lambert Datin, chanoine de Saint-Lambert, fils de Wathieu, ne prit apparemment aucune part active dans la conjuration de son père. Cette abstention n’empêcha pas sa demeure d’être incendiée par les métiers, et lui-même de mourir assassiné, victime des adversaires de son père, en mai 1436112. Sur un plan plus général enfin, une disposition de l’acte de condamnation émis par le métier des drapiers exclut du métier et des avantages inhérents à l’appartenance corporative les épouses et les enfants des drapiers les plus compromis dans la conjuration de janvier 1433113.

  • 114 Raoul de Rivo, p. 2. — Les Hautepenne sont une famille du patriciat hutois, descendante des Hubins (...)

63Engagés dans différents réseaux à la fois, les membres des lignées furent quelquefois amenés à choisir entre leurs diverses alliances, quand elles devenaient incompatibles les unes avec les autres. Qu’advint-il alors de la solidarité due aux parents ? Un élément de réponse à cette interrogation réside dans la relation de la bataille de Tourrine par Raoul de Rivo. En 1347, sur le champ de bataille où s’affrontent les Liégeois et la pars episcopi, Walter de Hautepenne, avoué de Horion, et pour l’heure, combattant des forces épiscopales, tombe aux mains des Liégeois. Heureusement pour lui, des membres de sa famille qui combattent dans les rangs de la cité, interviennent en sa faveur et le tirent de ce mauvais pas114. Par-delà leur appartenance politique, les membres de la lignée sont donc restés solidaires. Cette valeur a primé sur les autres considérations. Une telle attitude est loin d’être isolée.

  • 115 J. d’O. abrégée, p. 202, 204. — Sur Gilles et Walter de Rochefort, cf. aussi J. de S lat., p. 73–7 (...)

64Jetons, par exemple, un regard vers la cathédrale. Dans la seconde moitié du xive siècle, Gilles de Rochefort, chanoine de Saint-Lambert joue ainsi la carte familiale au détriment de l’intérêt de ses confrères. Il intervient à diverses reprises au cours des guerres civiles de 1375–1376 et soutient ouvertement son frère Walter, qui conduit alors la lutte contre l’évêque Jean d’Arckel et le chapitre. « Lors, le chapitre respondit qu’il n’estoit mie tenus de gardeir Viseit [comme l’en requiert Walter] (...). Non obstant, siegneur Giel de Rochefort frère audit mambour allat, contre la volunté de ses confrères, mettre hors le standart », « Giel de Rochefort eschaufois tousiours le peuple contre ses confrères mesmes et conchanoines »... Les propos de Jean d’Outremeuse, sans équivoque, n’appellent guère de commentaires115. Sinon qu’il apparaît clairement que Gilles de Rochefort s’est montré déterminé à sacrifier l’intérêt corporatif sur l’autel de la solidarité lignagère.

  • 116 « partent sui genitoris et suorum consortum fovehat », J. de Bav. p. 165. — À noter cependant que (...)
  • 117 C. de Zantfliet, col. 369 : « qui patris sui Balduini de Rupe monitis et minis contraire non audeb (...)
  • 118 J. de S. fr., p. 100, 108. — J. de S lat., p. 107. — Bulle de Grégoire XII, du 11 avril 1407, éd. (...)

65Quelques années plus tard, un autre membre du chapitre se caractérise lui aussi par une prise de position qui contraste par rapport à celle de ses confrères. En 1406, au moment du second soulèvement liégeois contre Jean de Bavière, les chanoines de Saint-Lambert quittent la cité, passée sous le contrôle Hédroit. Tous, à l’exception cependant de Guillaume delle Roche qui reste à Liège, solidaire de la faction conduite par son père, le bourgmestre et chef hédroit Baudouin delle Roche116. Aux dires de Corneille de Zantfliet, les Hédroits ont fait pression sur Guillaume pour l’empêcher de partir117. Le fait est-il réel ? Il pourrait ne s’agir que d’insinuations sans fondements, émises par un auteur tendancieux et destinées à atténuer la faute d’un chanoine tout en accablant les Hédroits d’un méfait supplémentaire. On notera simplement que, sous le gouvernement hédroit, le rôle de Guillaume delle Roche au sein du chapitre prit une nouvelle ampleur. C’est notamment lui qui scella l’acte élevant Thierry de Perwez à la dignité d’Élu du chapitre et qui investit de leur nouvelle charge les échevins désignés par le pouvoir insurrectionnel118. Manifestement, Guillaume n’avait pas perdu au change : l’avènement du nouveau régime accroissait son rôle au sein de l’Église et de l’État liégeois.

  • 119 J. de Haynin, I, p. 161. — Les de Marbais, lignage noble du Namurois, cf. L. GÉNICOT, l’Économie r (...)
  • 120 J. de Haynin, I, p. 133. — Sur ces personnages, J. Paquay, La seigneurie de Hamal, p. 36–37.

66On observe en outre qu’au xve siècle, subsiste dans les esprits une vive conscience lignagère, facteur de cohésion lignagère et d’adhésion commune à une politique. Cette mentalité s’exprime à diverses occasions et revêt de multiples formes. Ainsi, par exemple, si l’insistance sur le loyalisme peut porter, non sur un individu mais sur l’ensemble de sa parentèle, cela n’en est que mieux. En août 1466, la référence au loyalisme familial sauve Gérard de Marbais, seigneur de Loverval, du piège dinantais. Malencontreusement tombé aux mains des hommes de Philippe le Bon qui assiègent la ville, Gérard se tire d’affaire en arguant du fait qu’outre lui-même, son père et son frère chanoine à Saint-Lambert, « avoite toujours tenu et tenoite le parti de levesque de Liège119 ». L’adhésion du lignage tout entier semble toujours ajouter du poids à la valeur de l’engagement personnel. Ailleurs dans ses Mémoires, Jean de Haynin se réfère encore implicitement à ce postulat suivant lequel la fidélité d’une famille à une cause garantit celle de l’individu. Il est cette fois question de Guillaume de Hamal. En décembre 1465, ce petit seigneur hesbignon héberge le chef d’un détachement de Bourgogne. Et notre mémorialiste de préciser que non seulement Guillaume, mais aussi son fils Jean, s’avèrent de fidèles soutiens de la cause bourguignonne en terre liégeoise120.

  • 121 J. de Bav. p. 182. — J. Grauwels, Het Loonse Leenregister van Jan van Beieren, p. 64–65. — Un Jean (...)
  • 122 Sur cette expédition, cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 332–335. — G. Xhayet, Raes de Heers, p (...)
  • 123 A. d’O., p. 96–99.

67Le sentiment lignager donne lieu à d’autres types de comportements. En 1407, un Liégeois, Michelot de la Préalle, boulanger de son état mais surtout artisan de l’arrestation et de l’exécution des deux de Horion tombe aux mains des Bavari. Il est aussitôt pendu par les soins d’un nommé Herman de Horion, que le livre des fiefs du comté de Looz sous Jean de Bavière nous révèle être un autre fils du seigneur Guillaume. Le choix de cet exécuteur est tout symbolique. Dans le camp de Jean de Bavière, la mise à mort d’un ennemi captif a pris les allures de l’ancienne vengeance privée121. Soixante ans après ces événements, en juin 1464, les Liégeois organisent une expédition contre la forteresse de Reydt, au nord de Cologne122. Officiellement, l’objectif est de venger la capture et le rançonnement de deux Lossains, perpétrés sous les auspices de Jean d’Arendael, seigneur de la place. L’expédition mise sur pied par Raes de Heers répond, en fait, à plusieurs mobiles. L’un d’eux touche à la personnalité du maître des lieux : Jean d’Arendael, un nobliau mi-chevalier, mi-brigand. Ce turbulent personnage était l’oncle maternel de Fastré Baré Surlet qui, à cette époque, se dressait contre la politique de Raes de Heers dans la cité mosane. Nul doute qu’en visant Jean d’Arendael, Raes n’ait en réalité cherché à atteindre Fastré Baré et qu’il n’ait usé du sentiment lignager, comme d’une arme contre lui. Fastré ne s’y trompa d’ailleurs pas et perçut, sous le motif officiel, une attaque visant sa propre famille. C’est pourquoi, fort de son influence dans la partie wallonne du pays de Liège, il s’efforça d’entraver l’action militaire, sans toutefois y parvenir123.

  • 124 Sur ces événements et le rôle de Jean del Cange, voir par ex. F. Vercauteren, Luttes Sociales, p.  (...)
  • 125 C. de Borman, Échevins, t. 1, p. 100.

68À la fin du Moyen Âge, les liens familiaux et les solidarités qui sont leur corollaire constituent donc toujours un incontestable facteur de cohésion au sein des forces politiques. On constate pareillement la survivance de cet état d’esprit lignager dans les mentalités : les gens s’y réfèrent pour justifier leurs actes ou, comme nous le verrons, pour tenter d’infléchir le sens de ceux d’autrui. Une évolution s’est toutefois produite. La solidarité lignagère ne s’impose plus aux individus comme une loi imparable. Elle peut s’effacer derrière d’autres motivations plus puissantes. Un fossé s’est creusé entre un état d’esprit « lignager » qui subsiste, un peu archaïque peut-être, et une réalité d’action qui ne lui correspond plus toujours. Face à ce dilemme, certains adoptent une position ambiguë. Revenons à l’alliance conclue en 1307 par une partie de l’échevinage liégeois et le comte Arnould V de Looz. Parmi les absents de l’échevinage, figure Gilles del Cange. Est-ce fortuit ? À moins de penser que Gilles, décédé au cours de cette année, était déjà mort au mois de mars quand fut signé le premier acte, ce qui suffirait à justifier son abstention, on observera qu’il avait pour frère, le bouillant doyen de Saint-Lambert Jean del Cange qui avait, peu de temps auparavant, joué les courroies de transmission entre la commune et le chapitre cathédral, contre les « Grands124 ». Gilles avait d’autre part épousé Catherine, fille de l’échevin Louis Surlet, contractant125. Notre échevin se trouvait donc au centre de deux tendances divergentes, inconciliables. Peut-être l’appartenance à ces deux réseaux, l’un familial, l’autre corporatif, qui le plaçait entre deux feux le retint-elle d’une position trop tranchée ?

  • 126 Cités dans l’acte du 1er juillet 1328 (éd. J.G. Schoonbroodt, Chartes de saint-Martin, p. 258).
  • 127 Sur ce personnage voir J. de Theux, Chapitre de Saint-Lambert, t. 2, p. 13–15. — Sur la politique (...)
  • 128 Cf. A. Joris, La ville de Huy, p. 364. — le chanoine Gérard Hubin était fils de Hubin II de Saint- (...)

69Tous nos intervenants n’ont cependant pas ces scrupules. Nonobstant la présence de parents dans le camp adverse, certains n’hésitent pas à s’engager dans des actions politiques. Lors de l’affrontement entre Adolphe de la Marck et le pays, des chanoines rompent avec l’évêque et refusent de le suivre à Huy. La décision de deux d’entre eux de rester à Liège cadre mal avec un élan de solidarité lignagère126. L’un de ces rebelles, Jacques de Looz, chanoine de Saint-Lambert et prévôt de Saint-Denis était le frère de Louis IV, comte de Looz, à cette époque, allié d’Adolphe de La Marck127. L’autre chanoine, Gérard Hubin, provenait d’une famille patricienne hutoise, dont certains membres avaient participé à la bataille de Dommartin, dans les rangs Waroux128. Dans l’autre camp, on constate le même phénomène. Car, l’échevin liégeois Gilles le Bel, combattit lui aussi à Dommartin aux côtés des Waroux, quand sa parenté avec des Awans aurait plutôt dû le ranger dans les lignes adverses. Les solidarités lignagères ne primeraient-elles donc qu’à la condition que rien ne contrarie leur primauté ?

  • 129 J. d’O., abrégée, p. 213. — Raoul de Rivo, p. 40–42. — C. de Zantfliet col. 314.-1402, p. 373–374. (...)
  • 130 C. de Zantfliet, col. 329–330. — 1402, p. 399–404, 409–410. — J. d’O. abrégée, p. 219–220. J. de S (...)

70Autre cas significatif, en 1378, Walter et Eustache de Rochefort jusque-là fraternellement associés dans une action politique commune, entrent en conflit. Il est vrai qu’Eustache vient d’être postulé évêque par le chapitre, et qu’en attendant la ratification papale du choix capitulaire, Walter a été désigné mambour du pays, à l’instigation de la commune. Les deux frères en viennent à se disputer la jouissance de la mense épiscopale et l’autorité sur le pays129. Quelques années plus tard, une autre situation conflictuelle éprouve à Liège la solidité des liens lignagers. En 1386, contre toute attente, Gilles de Lavoir perd un procès qu’il avait engagé devant l’échevinage. L’échec de Gilles était d’autant moins prévisible que siégeaient alors au collège échevinal un de ses beaux-frères Raes de Waroux, ainsi que Gilles Chabot, cousin de sa femme. Vexé par ce verdict, Gilles ameute la foule. Il attire sur les contempteurs de la solidarité lignagère les foudres populaires, dénonçant les malversations dont les échevins se rendent journellement coupables dans l’exercice de leur office et dont lui-même estime avoir été victime. Face à son auditoire, Gilles insiste sur les liens de parenté qui l’unissent à ce collège, liens qui de façon imprévisible se sont révélés inopérants130 et que lui-même n’hésite plus à mépriser.

  • 131 Cf. É. Nemery, La seigneurie de Lavaux, p. 189–208
  • 132 A. d’O., p. 103. — Aux dires de cet auteur, cette scission lignagère convenait très bien à Fastré (...)
  • 133 J. de Bav. p. 200. — Sur ce lignage, cf. J. Vannerus, Les comtes de Salm, p. 153.
  • 134 Guillaume de Widoye, cousin en ligne maternelle des Straile, Guillaume de Momalle, beau-frère de R (...)

71Nos derniers exemples nous reportent au contexte de la guerre contre Bourgogne. À partir de la fin du xive siècle, les de Lavaux, petits nobles dépendant à l’origine de l’abbaye de Stavelot et apparentés au lignage de Berloz, s’élèvent progressivement dans la hiérarchie socio-économique et politique d’un statut médiocre à une certaine aisance par le biais du service épiscopal131. Au moment où éclatent les troubles sous le règne de Louis de Bourbon, c’est tout naturellement qu’ils se rangent sous la double bannière épiscopale et bourguignonne, à l’inverse de leurs parents de Berloz-Brus qui se sont tournés vers le parti adverse132. La grave crise du xve siècle offre d’ailleurs plusieurs illustrations de fractures dans les cohésions familiales. Le 23 septembre 1408 sur le champ de bataille d’Othée, Henri VII, comte de Salm et son fils Henri VIII s’affrontent. Le premier combat sous les couleurs de Guillaume IV, comte de Hainaut dont il est vassal, le second a été choisi par la cité pour porter l’étendard de Saint-Lambert133. Dans les années 1460 ensuite, Guillaume de Widoye et Guillaume de Momalle, respectivement l’un cousin en ligne maternelle de Gossoin de Streel et l’autre beau-frère de Raes de Heers, rejoignent tous deux les rangs épiscopaux, malgré la présence de leurs proches parmi les leaders de l’opposition134. Comment expliquer ces choix apparemment paradoxaux ? En majeure partie, les motivations de telles options politiques nous échappent. Des mésententes familiales sans rapport immédiat avec l’enjeu initial ont pu en provoquer certaines.

72Mais de ces éventuelles relations tendues, comme d’autres causes possibles, les sources ne disent mot.

  • 135 Éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 517–522 (surtout p. 518).

73Enfin, le moment est venu d’évoquer une vive discussion qui eut lieu entre Raes de Heers, Fastré Baré Surlet, et le doyen du chapitre de Saint-Lambert, dans les premiers mois de l’année 1465. On débattait alors à Liège d’un interdit ecclésiastique prononcé par Louis de Bourbon et dont la mise en application avait été temporairement suspendue par Rome. La question était cruciale. Fastré Baré et Raes de Heers entendaient, quand la suspension viendrait à échéance, forcer le clergé à braver cette sentence. Des attaches familiales les unissaient pourtant au chapitre cathédral. Les chanoines Roland et Jean Surlet étaient des frères de Fastré Baré ; le chantre Arnold de Hamal avait été beau-frère de Raes de Heers, frère de Catherine de Hamal, la première épouse du meneur liégeois. Au cours de l’altercation, les deux meneurs sommèrent le clergé de se plier à leur volonté et de s’engager, le temps venu, à outrepasser l’ordre pontifical. Au doyen qui leur objectait les devoirs liés à la solidarité familiale, ils répondirent par des menaces concrètes à l’adresse de leurs parents. Fanfaronnades ou intentions réelles exprimées à cette occasion par Raes de faire noyer Arnold de Hamal en Meuse ou par Fastré, de cesser tout commerce avec ses frères en cas de refus de leur part ? Témoignages sincères ou médisances ? On ne sait. Ces propos furent recueillis de la bouche de curés liégeois appelés, en juin 1465, à témoigner devant le chapitre, de pressions qu’ils subirent de la part des Liégeois à l’occasion de cet interdit, ce qui les entache d’une présomption de partialité135. Quoi qu’il en soit, le doyen de Saint-Lambert, sincèrement ou pour éprouver ses interlocuteurs dont il devinait les intentions, a tenté de les placer devant un dilemme : la solidarité familiale en balance avec la détermination politique. Raes et Baré lui ont fourni une réponse sans équivoque. Leur choix était fait.

74En résumé, on note qu’entre 1250 et 1468, les liens lignagers et les solidarités qui sont leur corollaire constituent un facteur de cohésion des différentes forces politiques. Le sentiment lignager peut toutefois s’effacer derrière d’autres motivations désormais plus puissantes. La solidarité n’est plus qu’un moyen parmi d’autres de parvenir à ses fins. L’appui semble devenu conditionnel, subordonné à des questions d’intérêts, ou des perspectives de profit. Les partisans potentiels s’offrent au plus offrant, des parents comme des adversaires de ces derniers. La solidarité familiale ne constitue plus un objectif prioritaire. Elle ne semble plus l’emporter que lorsque rien ne s’oppose à sa primauté. Dans le cas inverse, ce ciment cède facilement sous la pression d’intérêts plus forts.

75La guerre des Awans et des Waroux représente un cas tout à fait particulier de convergence d’intérêts lignagers et politiques, et paraît liée à un contexte de troubles civils et de faiblesse de l’autorité publique. En dehors de ces circonstances exceptionnelles, qui suscitent un vaste déploiement de forces, à la fin du Moyen Âge, lorsque les partis rassemblent des parents, ce sont des parents proches. On ne semble plus en présence de « clans » familiaux d’amples dimensions, engagés dans une action commune.

Notes

1 P. Desportes, Reims, 1, p. 397. — Sur les liens de parenté et les solidarités, cf. par ex. l’étude récente de C. Gauvard, De Grace spécial, t. 2, p. 613 sqq.

2 M. Bloch, La société féodale, p. 203–204.

3 M. Bloch, op. cit., p. 184–192.

4 Cf. G. Duby, La société aux xi et xiie siècles dans la région maconnaise, p. 263–264. — Sur les solidarités économiques cf. aussi M. Bloch, op. cit., p. 192–196.

5 J. de Hemricourt, Miroir, p. 398.

6 J. de Hemricourt, Miroir, p. 476,400, 302.

7 J. de Hemricourt, Miroir, p. 227.

8 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 33.

9 J. de Hemricourt, Miroir, p. 411

10 J. de Hemricourt, Miroir, p. 374. À l’inverse, l’auteur condamne la fille du hallier Jean de Metz qui « soy mariat sottement » à un homme sans envergure et dont « ly hoires [furent] povres et petitement astaleis » ibid., p. 57–58.

11 Sur ces personnages : L. Naveau, sur les frères de Seraing, Biographie Nationale, t. 22, col. 208–224.

12 Ailleurs dans son texte, Hemricourt parle de Jean de Lardier qui maria ses enfants « suffisamment ». J. de Hemricourt, Miroir, p. 87.

13 J. de Hemricourt, Miroir, p. 57,465–466,90.

14 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 4.

15 J. de Hemricourt, Miroir, p. 304,411.

16 « frater Alexander de Ruella ordinis fratrum predicatorum Leodiensium, quondam scabinus Leodiensis », (acte de 1266, éd. J. Cuvelier, Val-Benoît, p. 183).

17 C. de Borman, Échevins, p. 75–76, 79–80. — Richard de Beaurieux, descendant du deuxième fils d’Othon de Lexhy, cf. É. Poncelet, Le comté de Beaurieux, p. 400.

18 Henri de Neuvice (2x), Gilles Surlet (2x), Jean de Lardier (2x), Gilles de Coir, Gérard delle Cange, Gilles de Neuvice, Arnold de Charneux (2x), Jacques de Lardier, Fastré Baré, Gilles le Beau, Jacques de Saint-Martin, Alexandre de Saint-Servais (2x ?), Gilles Crasmadars.

19 Jean de Saint-Martin dit delle Rose, Radoux d’île, Louis Surlet, Fastré Baré, Henri de Neuvice, Gilles del Cange, Gilles le Beau.

20 Cf. tableaux généalogiques no 1,2, 4.

21 Cf. tableau no 7.

22 À titre comparatif : les réseaux familiaux du milieu parlementaire parisien, décrits pour une période un peu postérieure, par F. Autrand, Naissance d’un grand corps d’État, p. 53–55. L’auteur perçoit, à côté de quelques réseaux clos [c.a.d. « des conseillers qui sont unis, entre eux par des liens de parenté réciproques, à l’exclusion d’autres membres de la cour »] l’existence d’« un vaste réseau de parenté et d’alliances. (...) Les groupes familiaux qui le composent s’enchaînent les uns aux autres, un ou deux membres de la Cour faisant entre eux le pont et la planche ».

23 Sans même quitter les sources liégeoises, on se souviendra du récit, par Jean de Hocsem, de la mort de l’évêque Thibaut de Bar à Rome, et la description que cet auteur donne de la répartition de la ville en secteurs tenus par les Orsini et leurs adversaires Colonna (J. de Hocsem, p. 130–131). — Sur ce problème de la division des villes en secteurs lignagers : cf. par ex. les travaux de J. Heers, L’Occident, p. 309–310 ID., Le clan familial au Moyen Âge, p. 157–172. — et ID. Gênes au xve s., p. 569–570. Sur les liens entre les lignages et les églises : J. Heers, Le clan familial, p. 257–259. — Pour Florence :cf. C.M. de La Roncière, « Une famille florentine au xive siècle : les Velluti », dans Famille et parenté..., p. 227–248 (surt. p. 234–235). — À Reims, P. Desportes, Reims, t. 1, p. 199.

24 Cf. O. Thimister, Cartulaire... de Saint-Paul, p. 658. — J. G Schoonbroodt, Inventaire des chartes de Saint-Martin, p. 293.

25 Cf. ici même aspects institutionnels du pouvoir.

26 J. Bourgeois, le patriciat urbain liégeois, annexe 2. Pour les localisations : cf. ici même, fig. 1.

27 J. de Hemricourt, Miroir, p. 304

28 J. de Hemricourt, Miroir p. 303. Hemricourt nous laisse sur notre faim : ceux de Liège = la commune, des affidés du pouvoir, des familles rivales.

29 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 15–16. — Sur cette guerre : cf. G. Xhayet, Lignages et conscience lignagère, p. 320 et passim.

30 C. de Zantfliet col 426.

31 J. de S. fr., p. 294. Plus loin (p. 298), il cite Gérard comme un neveu de Wathieu.

32 H. Van Den Berch, Recueil d’épitaphes, 1, p. 208.

33 J. de S. fr., p. 296, 299.

34 J. de S. fr., p. 301.

35 J. de S. fr., p. 294–304.

36 J. de S. fr., p. 294–304.

37 Cette guerre a souvent été évoquée par les historiens liégeois cf. M. Van Zuylen, Awans contre Waroux. Une guerre de lignages au pays de Liège. Sur les contours sociaux de cette guerre, voir G. Xhayet, Lignages et conscience lignagère, p. 319–333.

38 Sur ce principe, cf. F.L. Ganshof, « Homines de Casa Dei », p. 309–310. — G. Duby, La société, p. 125.

39 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 1–4.

40 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 16.

41 Lignages liégeois impliqués dans le conflit lignager : Cossens (A), Frongnut (A), Hemricourt (A), Surlet (A), Le Bel (W), de Prez (W), Neuvice (W), Chabot (W), Charneux (W), Proest (A, puis W), de Brabant (A), de Soliers (A), Saint-Servais (W), Verbois (A). A. = Awans ; W. = Waroux.

42 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 16.

43 Sur ces personnages : J. de Hocsem, p. 185, 192. 1402, p. 291–293. En 1334 Colin de Sanson était peut-être drapier (cf. S. Bormans, le bon métier des drapiers et É. Poncelet–É. Fairon, Liste chronologique, p. 400–406).

44 J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 35. — Sur ce pers. : C. de Borman, Échevins, p. 172. — Mention de Guillaume Proest, J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 41.

45 À Huy, les 13 lignages représentés dans le conflit sont tous pro-Waroux.

46 1402, p. 267.

47 1402, p. 286. — Liste des morts : J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 46–47.

48 Sur cet engagement, cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 277–281.

49 Traité de Wihogne du 4 octobre 1328 éd. ROPL, p. 194–198 et Paix de Flône ROPL, p. 200–209.

50 Art. 32 de la Paix de Flône, ROPL, p. 207.

51 Éd. ROPL, p. 225–233. — É. Fairon, L’abolition des guerres privées : éd. des préliminaires à l’acte définitif de la paix des lignages, conclus le 24 septembre 1334. L’acte de 1335 entérine le principe d’une juridiction d’exception, sorte de justice de paix à usage exclusif des lignages et compétent pour le règlement amiable des litiges mineurs. A l’évêque revient désormais l’exercice de la justice pour les crimes de sang. Le droit d’arsin entre également dans les prérogatives épiscopales. Et des sanctions punissent le recel de criminel. Ces conventions émanent des lignages eux-mêmes, de Liégeois et de Hutois ainsi que du chapitre cathédral. Elles institutionnalisent la souveraineté épiscopale sur la noblesse, consacrent la rupture des solidarités claniques et brisent le système des vendettas.

52 J. de Hemricourt, Miroir, p. 398. — Les solidarités constituent un aspect de la législation sur le droit d’arsin qui semble avoir échappé à J. Gessler, « Le droit d’arsin », p. 563. Sur la paix des XII lignages et ses conséquences cf. aussi Hocsem, p. 246–247. — C. de Borman, le tribunal des XII lignages (avec liste de membres au xive s).

53 Par ex. la capture de Henri de Hermalle, maréchal d’armée d’Adolphe de La Marck par les Liégeois en 1327, suivie de la participation de la parentèle du maréchal à l’arrestation des ambassadeurs liégeois en Avignon, commanditée par l’évêque Adolphe (Hocsem, p. 186, 192–193).

54 1402, p. 289–291. — J. de Hocsem, p. 185–187.

55 J. de Looz, p. 18. — H. de Mérica, p. 233–234. — la sentence d’excommunication de Pierre Ferrici mentionne, entre autres méfaits des opposants liégeois, l’attaque par la cité du château de Guillaume de Hamal. Peut-être en rapport avec cette querelle. (RCL, 4, p. 100). — L’origine du conflit Heers-Hamal pourrait être d’ordre familial ou économique car la seigneurie de Grevenbroeck, terre patrimoniale des seigneurs du même nom, alliés par mariage à Raes appartint, un temps aux Hamal qui l’avaient acquise par un acte du 10 oct. 1360 (R. Ulens, La seigneurie de Grevenbroeck, Leodium, t. 24, p. 55)

56 Cf. l’emprisonnement en 1255 du « frère du maître », signalé par J. de Hocsem, p. 29. — Mention de feu Henri de Dinant et Jean de Dinant, hallier dans un acte du 10 février 1269 (É. Poncelet, Chartes de la collégiale Ste Croix, t. 1, p. 203–204).

57 Hypothèse proposée par Jean-Louis Kupper, « Notes sur Henri de Dinant », p. 339–349.

58 C. Gaier, Art et organisation, p. 279. — N. Reimann, Die Grafen, p. 25–33.

59 Cf. J. Lejeune, Liège et son pays, p. 123–134. — J. Baerten, H et graafschap Loon, p. 141–150.

60 J. Lejeune, Liège et son pays, p. 123.

61 Voir la fin de la chronique de Jean de Hocsem, consacrée en grande partie à cette controverse, de même qu’à la position défendue par l’écolâtre à cette occasion (J. de Hocsem, p. 248 et suivantes).

62 « dictus dominus episcopus, satis modicum curans de clero et nobilibus patrie, (...) posait in majoribus suis officiis quosdam de amicis et consanguineis suis extraneos in patria (...). Quare cotidie clamores fuerant contra episcopum per nobiles et alios patrie » Mathias de Lewis, p. 125.

63 1402, p. 184–185.

64 1402, p. 190.

65 J. de S. fr., p. 110–111. — C. de Zantfliet, col. 383. Les de Horion sont issus du patriciat hutois cf. A. JORIS, La ville de Huy au Moyen Âge, p. 364.

66 A. d’O., p. 81, 94. — Sur Henri Grégoire de Sart cf. C. de Borman, les receveurs généraux, t. 13, p. 14–15. — ID, les Échevins, p. 371. — Sur ce lignage de cf. J. de Hemricourt, Miroir p. 300.

67 C. de Borman, Échevins, p. 174, 192. — 1402, p. 277 : Le seigneur de Loncin, placé en garnison à Moha. Sur le rôle de Jean de Langdris, conseiller d’Adolphe, cf. J. de Hocsem, passim.

68 J. de Hocsem, p. 23.

69 Éd. É. Fairon, Chartes confisquées, p. 295, 48, 16. — Antérieurement à ces textes, les deux confédérations de 1271 analysées par J. Favauge (Les deux confédérations) mettaient en cause des feudataires de la campagne hesbignonne, mais pas de citadin.

70 Deux documents ont été émis à l’initiative de ces Grands : éd. RCL, 1, p. 160–161 (15 mars 1307). — CSL, 3, p. 73 (21 mai 1307).

71 Sur ce lignage, J. de Hemricourt, Miroir, p. 474 cite un Gilles Gillman, (†1361) hallier de Liège.

72 Baudoin, fils de Gobert. Sur ces personnages : cf. C. de Borman, Échevins, p. 103— 104.

73 J. de Hocsem, p. 203–205.

74 éd. J. G. Schoonbroodt, Chartes de Saint-Martin, p. 258–259.

75 J. d’O., abrégée, p. 201, 202–204. — J. de S lat., p. 73–74. — C. de Zantfuet, col 303–304. — Walter et ses frères étaient fils de Thierry V, seigneur de Rochefort et d’Agnès de Warfusée dame de Haneffe. Sur cette famille, cf. C. Roland, Les seigneurs et comtes de Rochefort, p. 393–396.

76 J. de Bav. p. 200. — C. de Zantfliet col 391.

77 J. de Bav, p. 205. — Henri de Perwez et Adolphe II comte de Clèves étaient des cousins issus de germains. Les précisions généalogiques sont détaillées dans J. de Bav, p. 205 n 3.

78 J. de S. fr., p. 110–111. —Mention du fils d’un Gérard delle Chaussée parmi les nouveaux chanoines des collégiales en 1407, (ibid., p. 109–110) ;

79 J. de S. fr., p. 108, 165. — C. de Zantfliet, col. 369. — Sur cette famille, issue d’une branche cadette des avoués de Fléron cf. J.B. de Harenne, Le château de Rochette, surt. p. 70 (tableau généalogique)

80 J. de S. fr., p. 118–119. — RCL, 3, p. 78–80 (28 octobre 1403).

81 É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 186. — É. Fairon, Chartes confisquées, p. 91. — Les de Rosmel appartiennent à une famille connue à Liège dès la première moitié du xives. Tilman de Rosmel fut receveur épiscopal de 1330 à 1344 et échevin de Liège de 1334 à 1345 (C. de Borman, Les receveurs généraux, t. 12, p. 137 et ID, Échevins, p. 180). — Cf. aussi sur les Rosmel : J. de Hemricourt, Miroir, p. 300. — Sandre le Moine de Rosmel était le beau-frère de Jean Bothier de Fexhe, chevalier de la Basse-Meuse, compromis également dans le mouvement (J. de Hemricourt, Œuvres, t.2, p. 66. — S. Bormans, Seigneuries féodales, p. 476).

82 Sources : J. de S. fr., p. 18, 112, 115 — N. Valois, La France et le grand Schisme, t. 4, p. 66–67n 4. — É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents p. 188.

83 RCL, 3, p. 78–80 (Acte du 28 octobre 1403).

84 M. Franckson, Bourgmestres, II, p. 65.

85 J. de S. fr., p. 166. — Sur ces personnages cf. tableau généalogique no 6.

86 J. de S. fr., p. 294–295. — M. Ponthir — M. Yans, Histoire de Montegnée et Berleur, p. 122–125. — G. Hansotte, Règlements, p. 58

87 J. de S. fr., p. 301.

88 J. de S. fr., p. 303. — acte du 28 janv. 1433, éd. S. Bormans, le bon métier des drapiers, p. 210, 211.

89 acte du 15 avril 1433, éd. RCL, 3, p. 274–279.

90 acte du 4 juillet 1434 éd. G. Hansotte, Règlement des métiers. Les fèvres, p. 57.

91 RCL, 3, 15 avril 1433, p. 278.

92 éd G. Hansotte, Règlement, acte du 4 juillet 1434, p. 58–59.

93 P.F.X. de RAM, Documents, acte du 2 avril 1433, p. 389.

94 J. de S. fr., p. 307.

95 J. de S. fr., p. 430.

96 S. Bormans, métier des drapiers, p. 209.

97 J. de S. fr., p. 485.

98 Sources : RCL, 4, p. 250–251. — Sur ce clan : C. de Borman, Échevins, p. 343–344, 352–353, 354. — Excommunication : RCL, 4, p. 109. — livraison : RCL, 4, p. 197–200. — RCL, 4, p. 250–251. Conventions matrimoniales en 1437, et 1447 (éd. P. Demonty, Documents concernant le mariage, p. 132–140, 128–131) — Noël et Aelis sont les enfants de Gilles de Fanson, échevin de Liège de 1437 à 1457 (C. de Borman, Échevins, p. 343). Les de Fanson appartiennent à une famille du patriciat hutois. En 1287 déjà, Gilet de Fanson était maire de cette ville (A. Joris, Recherches sur le patriciat hutois, p. 158). Cette famille compta également 6 sièges scabinaux entre 1292 et 1399 (Id, La ville de Huy, p. 363).

99 A. d’O., p. 177–178. Perfide, le chroniqueur juge que Pentecôte encouragea les Liégeois à résister « plusquam vir eius fecisset ». — J. de Haynin, I, p. 232.

100 J. de Haynin, I, p. 135–137. — G. Xhayet, Raes de Heers, p. 422, n. 73.

101 Cf. W. Paravicini, Gui de Brimeu. Der Burgundische Staat, p. 142, n. 185.

102 Sur les relations entre Raes de Heers et Antoine de Palant cf. W. Paravicini, Antoine de Palant, p. 127–139. — G. Xhayet, Raes de Heers, un condottiere, p. 423–424 n78.

103 Handlung, éd. A. Krieger, Die Markgraven.., p. 472. — A. d’O., p. 246. — Sur Guillaume d’Ochain : É. Poswick, Histoire de la seigneurie d’Argenteau, p. 109. — Sur ces événements ainsi que sur la famille de Raes, cf. mon mémoire de licence, Raes de Heers, un opposant liégeois, p. 16–18, 135, 141–142.

104 L.P. Gachard, Recueil, II, p. 431 (art. 4 de la sentence du 8 novembre 1467 prononcée contre le Pays de Looz).

105 A. d’O., p. 103.

106 A. d’O., p. 118–119.

107 A. d’O., p. 201–203. — Sur ce personnage et son lignage : M. Josse, Vincent de Bueren, col. 61–64.

108 Onofrius, p. 49–50. — Sur l’origine de Gossoin de Straile : C. de Borman, Gossoin de Straile, p. 38–42.

109 Raoul de Rivo, p. 44.

110 J. de Looz, p. 49 :« Melius enim (...) esse quam tu et tui mendicitati sint obnoxii et pereant, quam nos nostrique, vohis procurantibus, extra patriam profugati mendicemus prae egestate et pereamus inhonest ».

111 J. de S. fr., p. 319–320, 511–512.

112 J. de S., fr., p. 313, 320.

113 Éd. S. Bormans, Le bon métier des drapiers, p. 211.

114 Raoul de Rivo, p. 2. — Les Hautepenne sont une famille du patriciat hutois, descendante des Hubins cf. M. Yans, Échevins de Huy, p. 32. — Sur la bataille de Tourinne, voir C. Gaier, Art et organisation, p. 298–306.

115 J. d’O. abrégée, p. 202, 204. — Sur Gilles et Walter de Rochefort, cf. aussi J. de S lat., p. 73–74. — C. de Zantfliet, col. 303–304.

116 « partent sui genitoris et suorum consortum fovehat », J. de Bav. p. 165. — À noter cependant que Guillaume delle Roche ne fut pas le seul chanoine de Saint-Lambert condamné pour une prise de position pro-hédroits. Deux autres dignitaires, comptant également des parents parmi les opposants liégeois furent eux-aussi poursuivis par leurs confrères réfugiés à Louvain, sous ce chef d’inculpation : Fastré Baré Surlet et Alexandre de Seraing. Ces deux chanoines avaient-ils quitté Liège ? Nous ignorons quelle fut été leur attitude à cet égard, éd. É. Schoolmeesters, Notice concernant un manuscrit, p. 45 acte du 12 octobre 1407.

117 C. de Zantfliet, col. 369 : « qui patris sui Balduini de Rupe monitis et minis contraire non audebat »

118 J. de S. fr., p. 100, 108. — J. de S lat., p. 107. — Bulle de Grégoire XII, du 11 avril 1407, éd. É. Schoolmeesters, Quelques nouveaux documents, p. 176–177.

119 J. de Haynin, I, p. 161. — Les de Marbais, lignage noble du Namurois, cf. L. GÉNICOT, l’Économie rurale, 2,passim.

120 J. de Haynin, I, p. 133. — Sur ces personnages, J. Paquay, La seigneurie de Hamal, p. 36–37.

121 J. de Bav. p. 182. — J. Grauwels, Het Loonse Leenregister van Jan van Beieren, p. 64–65. — Un Jean Michelot, boulanger, devint bourgmestre en 1437. S’agirait-il de son fils ? J de S, fr., p.382. — M. Franckson, Bourgmestres, 2, p.159.

122 Sur cette expédition, cf. C. Gaier, Art et Organisation, p. 332–335. — G. Xhayet, Raes de Heers, p. 417.

123 A. d’O., p. 96–99.

124 Sur ces événements et le rôle de Jean del Cange, voir par ex. F. Vercauteren, Luttes Sociales, p. 67–77. — J. Lejeune, Liège et son Pays, p. 297–299.

125 C. de Borman, Échevins, t. 1, p. 100.

126 Cités dans l’acte du 1er juillet 1328 (éd. J.G. Schoonbroodt, Chartes de saint-Martin, p. 258).

127 Sur ce personnage voir J. de Theux, Chapitre de Saint-Lambert, t. 2, p. 13–15. — Sur la politique de Louis IV : J. Baerten, Het Graafschap Loon, p. 135–138.

128 Cf. A. Joris, La ville de Huy, p. 364. — le chanoine Gérard Hubin était fils de Hubin II de Saint-Martin, ibid., p. 376. — de Theux, op. cit., t. 2, p. 39–40. — Les Hubin à Dommartin : J. de Hemricourt, Awans-Waroux, p. 40.

129 J. d’O., abrégée, p. 213. — Raoul de Rivo, p. 40–42. — C. de Zantfliet col. 314.-1402, p. 373–374. — voir aussi É. Schoolmeesters, L’élection d’Eustache Persand de Rochefort, p. 192–195.

130 C. de Zantfliet, col. 329–330. — 1402, p. 399–404, 409–410. — J. d’O. abrégée, p. 219–220. J. de S lat. p. 88–90. — Gilles de Lavoir appartenait à une famille de changeurs (en 1348, mention de son père Wéry (éd. RCL, 2, p. 199). La première liste d’échevins dressée en 1244 (éd. J. Cuvelier, Val Benoît, p. 108–110) comprend un Gilles de Lavoir, un ancêtre ? — Sur la parenté de Gilles, cf. ici même, tableau généalogique des Chabot. — Cf. aussi Œuvres de J. de Hemricourt, t. 2, p. 282–284.

131 Cf. É. Nemery, La seigneurie de Lavaux, p. 189–208

132 A. d’O., p. 103. — Aux dires de cet auteur, cette scission lignagère convenait très bien à Fastré Baré Surlet, rallié à l’opposition à partir de 1465. Elle lui assurait des intelligences dans les deux camps. En dépit de sa propre conversion, le mariage de sa fille Isabeau avec Jean II de Berloz-Lavaux continuait de lui assurer un relais dans le parti bourguignon.

133 J. de Bav. p. 200. — Sur ce lignage, cf. J. Vannerus, Les comtes de Salm, p. 153.

134 Guillaume de Widoye, cousin en ligne maternelle des Straile, Guillaume de Momalle, beau-frère de Raes, dont il a épousé la sœur aînée Aleyde C. De Borman, Gossoin de Straile, p. 42. — G. Xhayet, Raes de Heers, p. 17–18.

135 Éd. P.F.X. De Ram, Documents, p. 517–522 (surtout p. 518).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search